Vous êtes sur la page 1sur 4

SIEISENCO ANNADO, Nô 204

Nàutri, li bon Prouvençau,

DIA, 27 D'AVOUST' 1806.

Au sufrage universau,

Vidoun, Vidau,

Voutaren pèr l'ôli

Segound la vido

E faren l'aiôli.

F. MISTRAL.

Loujournau.

(Prouvèrbi di meissounie).

QUE %"A1 CREM A.le T TRES EES L'ER MES (7, 1 7, 2 7)

EURÉU DE REDACIOUN

E D'ABOUNAGE :

Vers

FOLCÔ DE BARONCELLI

au palais dciu Roure,

EN AVIGNOUN

o J A

" Ces satanés gens des Mas

Li ferre !

Gènt dôu Miejour, avisas-vous : veici qu'à

l'ôucasioun di courso de biôu,

li journau

franchimand recoumençon mai soue senôdi.

Aquéli jo vostre que gèinon degun, bord

qu'an liè clins un round barra e que ié vai

quau vôu ; aquéli lucho prouvençalo o espa-

gnolo qu'enauron, en fin de comte, ton cou-

rage uman dins l'esplendour de la lumiero,

aquel impausant espetacle dis Areno roumano

esfestoulido, tout acô; vous lou dise, a ton

poudé de metre à noun plus li gènt de l'Auro;

e, chasco tes qu'un bèu cop d'espaso se dou-

no à Nimes, sèmblo qu'un queiroun de sèt

quintau lou mens toumbe quatecant dins la

palun mau-fleiranto ounte renon li granouio

de l'Estampo parisenco.

Reno que renaras ! - D'üni renon pèr lou

bièu « piqué, asticoté, tourmenté à la façon de

ce malheureux missionnaire que les Fahavalos

ont lié ces jours-ci au poteau du supplice »; d'àu-

tri renon pèr li chivau « éventrés, à la grande

joie des tendres Nimoises, s'égayant au spectacle

des tripailles pendantes

»

;

e cadun se re-

mèmbro encaro l'espetaclouso sourtido de

moucadou que seguiguè lis article de Madamo

Severino

Li pàuri gènt ! que soue de plagne ! en es-

tènt qu'an lou cor tant aman, en estènt que

s'escridon voulountié : « Perigue embana lou

matadou ! acô 's bèn fa pèr éu ; mai voulèn pas

vèire pati li hèsti. »

E li Fahavalos de Nimes ié respondon : « Res-

tas donne au vostre, bràvi coulego ; degun

vous forço de veni vous.cor-fali dins ton Mie-

jour.»

Bono e sano resposto que déurié, me sèm-

blo, trenca la questioun.

Malurousamen li gènt de l'Auro volon pas,

Voudran jamai ista au siéu; se soun donna uno

messioun grandarasso : volon tout planamen

civilisa lou Miej our. Autre-tèms, fan counquis-

ta pèr lou ferre, lou fiô e la trahisoun ; aro,

mens brutau, es pèr lou glàsi de l'Esperit que

pretèndon vincre.

E, - se pôu pas dire lou countràri, - nous

an deja civilisa sus forço poun. Antan, pour-

tavian la vestimento dis aujèu e parlavian,

tôuti, sa parladuro. Antan « quand lis oustau

avien ges de sarraio,» li maire-grand nous di-

sien Jan de l'Curse e li chato cautavon Magali.

Erian alor de noste Endré e noun avian cre- g r.èrço de lori dire à tout vnènt. Alor, dins

L'ésti vilo, uno" bello vido trachissié de libertu

e d'inteligènci : Ais, Marsiho,Avignoun, Mount-

Pelié, Toulouso, Bourdèus,

coungreiavon e re-

; alor avian

d'orne dins lou terraire e sabien lou fa vèire.

Alor, countènt dôu soulèu coume de la plueio,

bevian lou vin claret souto la touno, e lucha- vian pèr gagna li joio dins tûuti li justo bello. Acô poudié pas dura, acô sentié soun ensôu-

civilisaire de

vàgi, e, gramaci nôsti fraire

catavon loti sabé e lori caratère

l'L'ba, nous n'en garissèn pau à cha pau.

Aro - lausa sié Diéu ! - li chato quiton lou

velout d'Arle, la catalano, la capelino o lou

fichu, e se vestisson lou diable saup couine.

Se conto plus Jan de l'Ourse, i vihado, nàni

legissèn, au cafè, li pourcarié quoutidiano di_

gazeto balouardiero. Aro es ôublidado la Ma-

gali d'antan, mai li drole e drouleto sabon de cor lis infamlo abestissènto di café-councert

« à l'instar de Paris ». Aro, fasès escor au tan-

talôri pervengu, quand ié parlas la lengo dis

àvi ; e li pichots enfant, sus lou lindau dôu

mas, se trufon de la couifo de sa grand. A

Toulouso couine à Marsiho, à-z-Ais coume à

Mount-Pelié, i'a plus d'aquéli mèstre que lu-

chavon d'elouquènci e de sabé per ton trioum-

fle d' uno dôutrino, nàni : avès pertout de foun-

ciounàri que parlon d'avançamen e volon se

gandi vers Paris. Nous an talamen repepia

qu'erian iôuti parié de Dunquerco à Baiouno

que tasèn esfors pèr èstre tôuti parié, e, d'efèt,

arribo ton tèms que sian d'en pertout e sian

plus d'enlià

Paris triounflo adonne, e Paris sarié coun-

tènt de nautre sènso aquéli courso de biôu,

que, souleto, nous fan encaro trepeja dins la

sôuvajarié proumiero.

« Il faut donc toujours qu'ils aient le régal de

la mort, s'escrido Moussu Lepelletier (1), ces

satanés gens des mas

,

qui veulent avoir

des divertissements à eux, comme ils ont prétendu

avoir une langue, une littérature, bientôt peut-

être une armée spéciale, qui ne se battrait qu'en-

tre la Durance et l'Adour

»

Pople dôu Miejour, m'es avis que te parlon!

à tu que pagnes li taio, vas à l'armado e te

lèves la pèu pèr entre-teni lou grand bourboui

di founciounàri afemeli que te rousigon tout

viéu, pèr enlusi li rouinôusi fantaumarié dis Espousicioun ; à tu que tis einat semenèron

sis os sus tôuti li prat-bataié dôu mounde pèr « apara ]ou noum de Frar.ço », e que ti cadet

soun tôuti lèst pèr l'apara longo-mai

'Sèmblo pas de crèire 1 Soun quàuquis-un, amoundaut, dins la palunaio, que nous volon

ansin men de mort e escupison de-longo sus

nosto raço. Nous an tout pres, an nôstis orne

(1) Écho de Pcris dôu 12 d'avoust,

PRES DE L'ABOUNAMEN

Un an

Sièis mes

Tres mes

Estrangié

Lou

numerd

I o fr.

5 fr. 50

3 fr.

12 fr.

I o centime

d'elèi, noste argènt e nôsti maubre

s'un flèu nous abasimo, sabon bèn nous ; em'acô, laissa

trepeja soulet dins

d'aigo

lou malastre. Dequ'a fa,

Poudé centrau, quand

vai que tant

dequ'a saupu faire lou

nôsti vigno periguèron ? Courre

rèsto au Rose, quand nôsti terro crèbon

de set?

Ai !

medito acô, pople d'O

;

; apren-lèi de

te mando

Te

cor, li fraso d'afront que Paris

n'en faran jamai proun

e, bord que portes

que te me-

alor, bessai, regui-

alegramen lis ensàrri, souvète, iéu,

ton lèu-lèu loti mourrau

gnaras souto la fardo.

Pèire DEVOLUY.

DISCOURS DE JAN-BATI,STO MENUT

CHIVALIÉ DÔU MERITE AGRICOLO,

adreissa, davans lou pople de Sant-hlei

fèsto de

i tambourinaire d'Ais, pèr la

semin,

Santo Madaleno.

Au noum de la

coumessien dei fèsto, au noum dôn

mi fa grand plesi d'èstre

de

pople majourau de l'endré,

Signés lei bèn-vengu !

En ma qualita de felibre,

vengu saluda la

l'Escolo de

tant amado.

tiero deis eminèut tambourinaire

Lar que fan lou régale de nosto Prouvènço

Messiés,

En venènt encuei reviha la flamo fèsto

restado quàsi mai de mié-siècle endourmido

patrounalo qu'es

e qu'es

alestido d'un biais meravihous, devèn tôutei vous re-

mercia.

S'ai di « reviha », es que sàbi que lei gènt de la galanto

ressouna dins

viloto de Sant-Meissemin, en entendènt

Lei vièi e lei rèire-grand si van

l'aire leis èr resplendènt dôu fleitet, vous aplaudiran de tout touer.

rejouï de la toco déu

chichi-panpan e de sa musico meloudiouso.

tèms passa reviéudara dins soun amo

lou pes deis annado sa primo joueinesso

Bèu tèms fidèu ! mounte à cado

Lou bèu

endoulourido pèr

!

mariage !

pampo bressado

son d'aquel

de

noço lei doues famiho

sensiblamen

èron seguido pèr lou menestrié que li batié lou pas, e la mesuro de la permenado dôu

timentalo !

Iéu atout, mi sènti remembra la douço

M'estrasso l'estouma de vous counta tant de causo sen-

souvenènço de

: « Escouto,

touei dons, la man

moun amigo tant braveto, quand mi disié

bèl ami ! lou brut dôu tambourin ! » E

dins la man, quitavian l'oumbrage, li

pèr l'aureto de la journado, pèr ana dansa au

estrumen tant gaiet, que fasié la joio, lou bouenur

nouesto jouvènço touto entiero.

Mi sèmblo que viéu lou paure Mèste Corne e Mèste

pue!, quand nous crida-

Bandbu, emé lou fifre ci dènt

;

von : « Marrias ! marcas bèn lei pas ! »

Tant coumo èron brave ! e tant coume

amavon la ca-

vous-àutrei

e lei pu

amis-

de nosto

Picas

! Fès restounti

Alor

dènço justo dei contro-danso que nous jugavon

0 valent tambourinaire !

Ilùstrei fiéu, mantenèire de la Prouvènço !

que vujas à la pouésio lei refrin lei pu goustous

gai, que donnas d'estrambord dins tôutei lei fèsto

tadouso ! Aubouras-vous dintre lei carreiroto

superbo ciéuta !

ferme sus la pèu mouerto dôu tambourin

leis èr sublime de Mirèio, de Magali, de la Coupo

Relevas lou rampèu felibren !

!

veirés lou pople glourious, lei drole, lei risènteï drou-

leto, s'enmoulouna au taire dei brusc,

lounon leis abiho, quand an poutouna la frucho

sus lei four prefumado, en l'empourtant dins sa brescu

coumo s'enmou-

divino,

d or.

Ensin : Vivo lei tambourinaire ! Vivo la Prouvènço e lei Prouvençau ! e ounour ei Sant-

Meisseminen 1

Avans d'acaba la

jouneho que m'es counfisado, per-

metès-mi un pichot quatrin

Jugas ! jugas, gai tambourin,

Leis èr lei plus bèu de Prouvènço;

Dounarés de rejouïssènço

Au popie de Saut-l<IeisBe

a , BMVR - Alcazar - Marseille

2

Nous demandon de reproudurre Ion cantadis misti e

amistous que Ion bon Mèste Eisseto coumpausè

an pèr noste festenau e qu'un autre

aquest

felibre d'Arle, M. Ion

de

èr

dôutour Tardiéu, cantè tant largamen au banquet

Santo Estello. Lou veici emé !a rnusico - qu'es un

d'autre-tèms.

EN L'OIINOIIR DE SANTO ES]ELLO

(Felibrejad., di Sànti Mario)

7

1. Gros nivo, filas vi-ta-men, Que clare-je leu

1

fierma- men ! Pa - rèisse, o Santo Es- tel- lo ! De ti

rai sian lis a

mourous; Ges d'au-tre nous rèndon

ja-lous ; Lis es-pe-ran : Quand lusi-ran, Ah ! que sa-

ren u-rous, Ah ! que sa- ren u- rous

Vei - ci noste gene-rau,Lou grand Frederi Mis-

trau, A- quéu qu'a pres à l'as-saut Téuti

li bèu-

ta dis us prouven- çau. Feli- bre que sian si sou -

dat, Avans, en a-vans ! aner sain- da, RRèndre lis ou-

pour

A noste Mis -

trau,

loti

rèi dôu Mie -

jour Que coumblan d'ou-noun ! Vei- ci noste gene-

rau, Lou grand Frederi Mistrau, A-quéu qu'a pros à l'as-

saut

Tôu- ti li bèu -

ta dis us prou- ven - çau.

2

Van pouncheja d'eilamoundaut

Tenguen tôuti noste cor aut;

La fe nous enmantel!o,

E Ion trelus de l'Infini

Que pèr d'autre s'es agani,

Dins l'estrambord

De nbsti cor

Toujour vbu reveni. (bis.)

3.

Que tresane l'umanita !

Bluiejo eici la carita.

Bello amo de Mirèio,

Vanego dins l'ourizount blu !

Pèr li Santo couine pèr tu

Mounton li tant

Tant pretoucant

Di félibre esmougu. (bis)

13 FUIETOUN DE I.'AIRLI

ESCO ïURREGUÜÔ

ÈN

ANGLO-TERRO

Trevan aro li mountagno

emé si jardin Houri si prat

riôu. Que de

l'oumbro di sauce, di

! Oh 1

li risènt valoun

Vaqui mai uno

frescoulet, si riéu cour-

bràvis androuno e d'escoundudo sou-

loumbrouso ! E sèmpre leu trin filo

ribiero, lindo e fresco, que

sauto de roco en roco, à

verno e di frais. Eici, se pauso

risouleto, fai uno mueio e plan

plan s'empei esis ; et-

la, zôu ! ve-la que sauto mai, e s'enmallcio, bramanto,

blanco d'escumo. Fusan de degoulôu en degoulbu.

Comte tres, quatre, cinq cascado : uno espouscado de

nèu ! Tout acb passo

Ah 1 se leu soulèu tremount fasié pas

la bèbo, leu bèu tablèu qu'acô sarié ! Lakesidel Lakeside ! cridon les emplega. Davalen.

sioun de l'Eden.

davans mis iue, coume uno ve-

L'AIÔLI

4r-.

Ah ! venès nous douna la man ; Sias Ion bonur que lis uman

Desdegnon sur la terro

La fe, l'amour soun vosto part

Qne brèsson li brut de la mar 0 dous soulas, Amour e pas, Vengués jamai trop tard ! (bis)

MADA IO DE SÉVIGNÉ Roumav'ag e d'un fellîbre à Grignan

à l'ôucasioun dôu segound centenàri de sa mort.

(SEGUIDO)

VIII

La tèsto de sant Pèire. - Sus la toumbo. -

La lauso escricho. - Vesioun d'amo.

« Ce vieillard me dit qu'il avait vu souvent

Mme de" Sévigné, que chacun l'aimait et l'avait

vivement regrettée. Il ajouta qu'il se rappelait

l'époque (le sa mort mieux que tout autre sou-

venir, qu'il avait demandé pourquoi les clocher

ne sonn_aicnt pas et qu'on lui avait répondu que

t_1 était l'ordre du comte, à cause de la très

grande affliction de Madame de Grignan. Elle

il avait

Il vint avec moi à l'église et me montra l'en-

droit où son cercueil avait été déposé. Tandis

avait été enterrée le lendemain soir ;

assisté à ses funérailles.

que j'étais là, un des gens appartenant à l'église

nousjoignit et me dit que lui aussi avait assisté

aux obsèques et me confirma ce que l'autre

m'avait raconté, en ajoutant sur Mm° de Grignan

un détail qu'il se rappelait encore aprèsun si

long temps. Son chagrin était si grand que,

chaque ois qu'elle venait à l'église, elle se ca-

chait les yeux avec la main. pour ne pas voir la

place où sa mère était enterrée. »

(Lady MARV CoxE, 1770.)

Lou franquissèn, aquéu Cor resquihous di canounge,

d'un pèd emouciouna

Lou grand sant Pèire dôu tablèu-

titulàri de la

mèstre - retrasènt la Trasfiguracioun,

glèiso - que rèn que de sa belle tèsto se n'en baiavo

trento milo franc errai la ramplaçavon, nous espincho interdi e coume marmoutiant : « Mounte diàussi van

aquéli dons pelègre ! »

- Pelègre, o, Ion sian, o pulèu roumiéu, car s'erian

pelègre e de marridis entencioun, vendrian pas ansindo

; e pièi lis ange de la cournisso Seguranlen

davalarien e un pan lèu, pèr nous acassa à grand cop de

en plen jour

si troumpeto d'or sus la coucourdo.

Mounte anan?

Ah ! nous venèn ageinouia sus la

toumbo de la grando morto pèr aquéli que ié déurien

veni e que res lé vendran.

La vaqui, aquelo toumbo, endicado pèr uno simplo lauso

de mabre rose, encastrado dins Ion bardat, e que ié faguè

plaça Ion Comte dôu Muy, mèstre dôu castèu e grand

amiraire de la Marqueso, i'a gaire mai d'un siècle

escri :

Porto

Ci - GIT

MARIE de RABUTIN de CHANTAL MARQUISE de SÉVIGNÉ

DÉCÉDÉE LE 18 AVRIL 1696

Es aqui dessouto, en efèt, quasirnen i pèd dôu grand

autar, dôu constat Ion mai noble, aquéu de l'Evangèli, dins Ion croutoun sousterren, toumbèu de famiho dis

Adhemar, que siguè rejouncho, i'aura après-deman dons

cènts an, la noblo femo, a que siguè un grand escrivan

au siècle de Bossuet (1). »

uno di dos tourre qu'encadron

coume leu

vouguèron dire

Es aqui,

e noun souto

Ion porge de la glèiso,

li faus-temouin d'àtèms

passa pèr desrouta li recerco que n'èron

facho emai

(1) Villemain.

Eiçb 's la darriero estacioun. Lou bàtèu à vapour

pèr Ambleside es de partènço. Embarquen-nous.

Oh !

es tachons que leu tèms siegue degaia. l3lasi-

nejo. Li gènt s'amoulounon dins li cabino. Estrèmon- se ! iéu rèste sus Ion pont à bada. Vaqui leu lau, leu. grand lau de Windermere. Large

de vue à nau cènt mètre tout au mai, s'alongo, s'es- perlongo, ressarra entre d'àuti mountagno, sus uno

estendudo de quatorge à quinge kiloumètre. Mai que soun poulido, mai que soun fresco, moun Diéu; aquéli mountagno, tôuti embouquetado d'aubre verd, e pe- reici, pereila, coupado de jaune pèr li brusquiero que

se passisson i proumié rispoun de l'autouno. De cas-

tagnié gaiard branquejon; de sapin, dre coume d'i,

; li frais, li faiard oumbrejon lis

s'agradon dins l'aigo, estèndon

à bèl èime, sus li ribo, si brout ramu. A de rode que

i'a, de roucas negre coume la sujo traucon la verduro,

mounton en piramido

enclin ; lis aubre que

escalarello ié courron tout-de=long, à l'a-

e de planto

sard,

aigo dôu lau fan li risènt.

Lou pilot, un irlandés espalu, barbu, qu'a uno cambo

de bos, arribo contro iéu, en gouiejant, e me semound,

tout amistous, uno preso dins sa tabaquiero. Me de-

demande ounte vau. Parlas-me d'acb ! au. mens éu leu

trasènt milo jitèu, milo garlando p--ndouleto. Lis

tambèn pèr dementi li proufanacioun de 93, que soun

cors venerable repauso, au soulbmi bressadis di tant de la liturgio.

Ageinouia tôuti dons davans aquelo lauso, ma gènto

coumpagno ié pauso, emé respèt, soun bouquet redou-

lènt, d'enterin que iéu, Ion front clin, l'esperit pensatiéu

e Ion cor atendri, estampe quàuqui quant-in puce pèr

soun amo tant noble e tant pietadouso, tant avenènto e

tant forto, tant belugueto e tant crestiano.

Alor, touto sa vide me revèn d'un cop, courre uno re-

flamour de l'en-dela qu'esbrihaudo moun esperit; o

pulèu l'entre-vese, la vese aquelo amo aqui presènto, car

se noun ié trevavo, aqui, mounte trevarié? La vese e

sènte que soun aflat me trepano e m'aleno d'àfouns.

Ei franco coume la lus de noste soulèu d'or;

Capriciouso e cascareleto coume nôsti Sorgo ;

Majestouso couine noste grand Rose que ié fasié tant

esfrai ;

Caste e soulidamen vertueuse, - alor qu'èron raro li

femo irreprouchablo - coume la Lauro de noste Petrarco;

Malicieuse coume lis Arlatenco, mai pas un brigoun

meichanto, la maliço estènt toute la meichantiso di bon;

bono au countràri e subre-bono e melicouso, courre li rasin

de nôsti muscadeliero qu'amavo tant ; talamen goustouso

soun si obro que l'esperit se ié sadoulo coume la cero i

plantié.

Es cacalejanto coumeli perdris dins la garrigo; d'imour

sèmpre jouino e sèmpre galoio enjusquo à soun darrié

jour, au mié de si bagne de toute meno, de santa, de

famiho, de fourtuno ; toute d'envanc e d'alegrio, toute de

cor e d'amistaneo, que faudrié èstre de loup de Venasco o

d'enluna de Pernopèr pas l'agué en grando simpatio, pèr

pas lama toute e talo qu'es, meme emé si defaut que la fan elo e noun uno autre.

Pièi, es mai de Prouvènço que d'en lib autre, l'a proun

di e repeti - e s'ameritarié d'èstre la meirino di felibre,

s'avian pas nosto Santo Estello. Es pas pèr rèn que vers

eici Diéu i'a vira Ion cor en i'adusènt sa fiho adourado,

car l'on viéu mai mounte l'on amo que mounte l'on es.

Pièi l'a facho veni e reveni elo-memo viéure, ama, se de-

voua, mouri e èstre ensepelido à-n-aquéu Grignan ouate

27 an avié barbela d'èstre.

Tout acb, es iéu que leu remèmbre coume me vèn,

mal-adrechamen ; mai es elo que voudriéu vous faire

parla

Lavisto dôu bouquet apiela sus sa lause, me bain

l'idèio de n'en euli un, enca mai perfuma, dies fort dis

obro de la belle morte, un bouquet d'une dougeno de si

pensado. Aquel ôumage seguramen i'agradara forto, car

li pensado soun li four de nette amo espandido en de

forci, au dardai de nbsti tendresse o au blesin de nbsti

douleur, e leu meleur de tout ço que leissan.

Aquéu bouquet, leu vès-eici : ai chausi que leu dessus

dôu panié (12).

-

Ix

bouquet de pensado: - Brout de pouèsfo,

« A la vivacité si brillante qui la distin=gue,

à son enjouement si hardi et si spi-

rituel, quelles solides qualités d'un mur

droit, généreux et vraiment chrétien, ne

joint-elle pas? On peut dire que ses lettres

ne charment pas seulement l'esprit du

lecteur, mais qu'elles le purifient et l'élè-

vent. »

(L. FEUGÈRE.)

1. Rien n'est si bon que d'avoir une belle et bonne âme : on la

voit en toutes choses.

i. Les moindres circonstances sont chères de ceux qu'on aune

parfaitement, ausant qu'elles sont ennuyeuses des autres.

3. Comme on ne connaît d'abord les hommes que par les

paroles, il faut les croire jusqu'à ce que les actions les détruisent.

4. La folie de vouloir chanter sur tous les tons fait uneniau-

vaise musique.

(2) Aquelo espressiounes d'elo.

coumprene ; manjo pas la mita di mot coume li gènt de Loundre. - lé responde ; riboun-ribagno ! li mot

arribon, e me fau proun bèn ausi. Es un catouli,aquéé

pilot. Parèis que vai is ôufice, leu dimenche, à nosto

rire en

messioun d'Ambleside. Bono pasto d'orne !

bouco, belugo dins lis iue, galejo emé li passagié, li

fai cinsa. E zan ! de-guingoi vague de manda sa cambo de bos !

A mesuro, pamens, que leu batèu s'avanço, leu ta,

blèu s'agrandis, lis auturo s'enausson. Comte sièis,

sèt,vue renguierode mountagno quefan lis escalié.

apereilalin, courounado de neblasso, coume

noste Ventour li jour de plueio, apacèis uno mounta'

gno auturouso que se prelanço à 2.300 mètre, amoun

daut en dessus de la regioun dis aiglo, dis uiau e di

peralin

tron. E blasinejo, blasinejo

Es un tablèu fantasti.

Tout ço que m'envirouno, leu negre de sujo di roua'

tôuti mouisse dôu gabin, leu jaune di brusquiero, lot verd de mile nuanço di pin, di faiard, di castagnié, loo

gris tristas dôu cèu que pleure, Ion blu cèndre

déo

lau amudi, tout acà trespiro Ion mistèri que me nèco! m'esten. Siéu dins un pais de pantai, un pais de fado

Veici la niue qu'arribo. Es arribado. De lume cour'

ron sus li ribo ; de fanau de toute couleur s'atuboo'

La niue negrejo. Une à cha uno li mountagno se sous

BMVR - Alcazar - Marseille

5. Trcn aillons tous les jours à perfectionner notre esprit, notre

draie, notre cosur, nos sentiments.

6. Il ?/ a des cceurs qui ont tant de sympathie en certaines choses. qu'ils sentent par eux ce que pensent es autres,

7. Comment peut-on aimerDieu quand on n'en entend jamais

parler

comme il convient !

8 Pour juger combien nous importunons en parlant de nous,

il faut songer combien les autres nous importunent quand ils

parlent d'eux.

9. Je hais l'ennui plus que la mort.

17. La santé est toujours un solide et véritable bien : on en

fait ce qu'on veut. 32. Mon humeur est heureuse : elle s'accommodeets'amuse de

tout.

12. Qui m'ôterait unique bien.

la vue de la Providence, m'ôterait mon

13. Dieu fait tout, il est le maître de tout, et voici comme nous

devrions penser; j'ai lu ceci en bon lieu : « Quel mal peut-il arriver à une personne qui sait que Dieu fait tout et qui aime

tout ce que Dieu fait ? »

14. La liberté que prend la mort d'interrompre la fortune

doit ccnsoler de n'ëtre pas au nombre des heureux : on en trouve

la mort moins amère.

E vaqui moun bouquet euli e semoundu : i'ai bouta Ion pessu de la jardiniero.

Un pichot brout de pouësio i'agradarié tambèn, à-n-elo

que, zôu ! au courrènt de sis escri, n'en leissavo esquiha,

de vers de touto meno, francés, italian, espagnbu, latin ;

car sabié e perfetamen tôuti aquéli lengo, e soun grand

regale èro de li legi dins sis autour li mai flame.

A MADAMO DE SÉVIGNÉ

Sus sa loumbo, lou jour (le soun segound centenàri. Sus vosto toumbo, o dono tant requisto,

Ageinouia, me sènte en grand temour :

D'un noble envanc voudriéu faire la quisto,

Pèr vous lausa dins un saume d'amour.

Lausenjo à vous, pèr agué, jamai tristo,

En proun varai, counserva vosto imour !

Lausenjo à vous pèr èstre estado misto

Au paure mounde en sa malo cremour !

Lausenjo à vous qu'amerias la Prouvènço

E

la naturo en sa gain jouvènço

E

li pouèto, e lis obro d'esprit !

Lausenjo à vous pèr vôsti bèus escri,

Tant vivournet, flour d'uno amo d'artisto!

Lausenjo à vous, o dono tant requisto !

(A segui.)

F. IImbert, felibre de N.-D.

L HE

DE DE'!- ! PAIR

La Flero antan, - Li Felibre. - Mistral e Ion

« Pouèmo don

Joumiéux.

Rose. » - Aubanèu, IICoumaniho e

Fasié belèu li dès fes que Ion vièi Danis me countavo

la fiero de Bèu-Caire d'àutri-fes.

- E s'aviés vist acb, me venié, i'avié de que bada.

Desempièi la Carriero di Cuberto eniusquo à la Counda-

mino, tout acb èro clair de sedarié, de broudarié, de

coulas, d'arnescage, de bouto, de cournudo, de balo de

lano. Lis oustau se lougavon coume de pebre. Ve, rèn

que de ço que rapourtavon dins lou tèms de la fiero,

n'i'avié pèr mania dès mes de l'an. Dins la Carriero di

Bijoutié, se tenien lis orfèbre que v,endien li brandant e

li crous.de nasti chato. Dôu Plan dôu Sause enjusquo à la

Coundamino, vesiés que de marchand. Nôsti porto-fais

n'avien que de se beissa pèr acampa d'or à pougnado.

Quand uno de si chato se maridavo, fasien nbu jour de

fèsto, emé galoubet e tambourin. Lis auriés vint, pichot,

s'aqueira à cop de cousteleto, e vuei recassarien belèu un

E

tartifle de dès pas. 0, moun bèu, iéu ai vist tout acb

Ion môutoun que gagnavo Ion proumié bastimen qu'amar-

escafado. Tout se fai encre. Travessan la sournuro. Lou vènt, un vènt fre, coumenço de boufa. Li mes-

siés s'encapouchounon, li damo s'enmantellon, moun

Mai cri-

don : Ambleside ! Ambleside ! - Enfin sian rendu. Es

pas trop lèu.

- Good night ! hono niue! me vèn lou pilot en me

fasènt lou salut militàri. - Thank you ! gramaci !

responde iéu, good night ! - E ié quiche li cinq sar-

dino.

orne de la cambo de bos cargo soun caban

Ambleside. - Lou P. Faber.

La messioun catoulico. - Souvenèneo nourberfino.

Dimècre, 9 d'Outobre. - Que me disien ? qu'Am-

bleside es un caire risènt de la Souïsso ? Pas vuei,

pèr eisèmple ! A fa 'n ventoulas de la maladicioun,

uno bourrascado d'infèr. Oh ! quénti reissas ! D'endou-

lible l

Aro que lou jour s'avèspro, la chavano a

meina. Mai lou tèms es nivo : plôura mai, aquesto

niue.

Ambleside es uno gènto viloto, assetado au founs d'une valounado, bèn' à l'uba, sus la raro dôu lau de

Windermere, Comto peraqui dous mile abitant, Sis

ravo long dôu Rose, davans lou Prat, e qu'uno fes

marin l'avien manja, lou quihavon bèn au bout di

0, iéu l'ai vist, tout acb. - E patatin e patatan. E l'aurias ausi, Ion

s'enfioucant de mai en mai, apoundre aquésti mot :

que li

vèlo !

paire Danis,

- Es-ti pas vergougnous de vèire que, de tout acb,

nous es resta just un pichot fierau qu'es ni coco ni moco;

que tôuti souri ôublidous d'aquéli bèu tèms,

nous empega sus Ion nas qu'aquéli mot : « Avès manja

e que sabon

la co de l'ai ! »-

- Mai vous enganas, venguère alor ;

paire Danis, i'a

que n'a

quaucun que se n'es remembra de tout acô bèu,

touca dons det dins un libre mounte danson lis erso dôu

Rose.

- Dequé me dises aqui?

- E o, i'a un d'aquéli felibre, sabès ? que l'autre an

venguèron dama dins noste Prat après aguedre saluda

noste vièi Bounetoun, n'i'a un, vous dise, qu'à tems

passa a vist courre vous tout acb, qu'a vougu n'en parla, e vous

responde que l'a fa couine se dèu.

- E veguen, digo-me 'n pau soun noum ?

- Eh ! bèn., es Mistrau l

- Mistrau

aquéu que, de'cop que i'a, venié vèire

Moussu Roumiéux, e tambèn aquelo poulido Antounieto ?

- Just! acô 's acb !

- E, vejan, couine ié dison à soun libre?

- Lou Pouèmo dôu Rose !

- Oh! Ion bèu noum qu'acb es? Oh !

courre a bèn

fa,aquéu felibre, de se remembra d'acô. Coume nbsti felen

saran countènt, coume Ion legiran emé gau, aquéu bèu

libre, quouro i'atrouharan lou raconte de nosto mera-

ve, se lori vesiéu, aquéu Mistrau,

vrhouso fiero l

,

oh !

me sèmblo que ié diriéu dôu founs dôu cor: Gramaci pèr

éli! --

Lou vièi Danis èro à soun afaire, l'escagno se debanavo

touto seule

Lou leissère bava

- Oh! mai, faguè, l'ai agu vist, au Prat, aro que pènse,

quand venié vèire Roumiéux que tenié sa cabano de bos.

0, te dise, l'ai agu vist emé quàuqui jouvènt,

Page. es aquéu qu'a fa aquéli tant poulit nouvè

que tout

Ion mounde li regardavo passa en disènt : « Vès, aquéu es Mistrau, qu'a fa Magali. L'autre, emé de barbo enjus- quo aqui, es un avignounen que ié dison Aubanèu ; a fa

'n libre sus la 1tMiôugrano. E aquéu brun,un pau mai dins

que se

cantèron l'autre an à la messo de miejo-niue : es un

sant-roumieren que ié dison Roumaniho

- Boudiéu ! venguère alor, sias bèn sabènt sus li feli-

bre?

- Es que, pichot, iéu ère ami emé Villaret, aquéu fort

cantaire, aqueste èro Ion gasta de Roumiéux, e sabes

Adonne

iéu trevave tambèn un pau Roumméux Ah! se revenien,

aquéli felibre, la bello Antounieto subre-tout, qu'amavo

tant ion Prat, dequé dirien-ti pas en vesènt li courso de

veloucipède, en plaço dis ajusto que cabussavon dins lou

Dequé dirien-ti pas en vesènt leu pau de voio

de nasti Bèu-Cairen ? Dequé dirien-ti pas en vesènt li

Rose?

courre se dis : l'ami de moun ami es moun ami

porto-fais que soun cènt pèr ana tira la maio ?

bèu à dire : emé si camin de ferre, si biciéucleto

rèsto, nous an leva lou pan de la bouco.-

Ve, an

e lou

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

vièi, enmalicia, bretounejant

quàuqui mot contro Ion gouvèr qu'empacho li bibu e li

E s'enanè, leu paure

gènt d'agué si jour de fèsto

E iéu restère aqui pan-

taiant i tèms ounte Aubanèu emé Roumaniho venien à la

fiero de Bèu-Caire, e mounte Aubanèu, que cresié vèire

sa Zani pertout, èro esmougu en croumpant quàuqui jou-

gaie en d'enfantoun, qu'èron mena pèr uno sorre de Sant-

Vincèns. Me remembrave que, dins Lou ilaubatôri, a

chausi Cardelino dins uno Bèu-Cairenco, que Giera o

Brunet avien tambèn canta lis enfant que se croumpon

en frero de Bèu-Caire, e tout acb me boutavo à dire qu'à

oustau, tduti basti en pèiro seco, sèmblon flame-nbu ; li magasin, noumbrous, soun lusènt de proupreta.Que noun-sai d aubergarié proun counfourtablo, e de-long

di colo abouscassido, une, tarabastado d'oustau de

plasènço. Vèngue l'estiéu, i' arrribon en famiho li gènt

dôu grand mounde ; li touristo ié fan d'escourregudo

pèr rnount e vàbre, à travès bos, lau e cascado. Aquest

an, ié passe l'Emperaire d'Alemagno.

La vile es despartido en dos parrbqui - proutes-

tante, malurousamen ! - Avès Santo Marin ; avès pièi

Santo Ano, que n'en vèse la gièiso, pereici de ma

fenestro. Lourdo, aquelo gièiso ! Noun sabe s'es l'as-

pèt grandas dôu païsage que me fai aquel efèt. Lou

clouchié es massis ; a proue peno, dirias, à bandi sa

flècho dins l'aire, enterin que li mountagno, éli, -

vès-lèi ! - s'aubouron fieramen e escalon, escalon

peramount à perdo de visto. T's dins aquelo glèiso de Santo Ano que l'ilustre P. Faber, alor menistre angli-

can, dounè soun proumié sermoun N'an garda la re-

membranço.

Èro un noble e bèu caratère, aquéu P. Faner, uno

naturo drecho. Cercavo la verita sinceramen. A d'amo

franco coume la siéuno, un jour o l'autre Diéu ié fai

lume. En 1845, se counvertiguè. A 'scri un mouloun

da libre pïous, que l'an bouta au proumié lèng di

tèms passa la fiero de Bèu-Caire èro veramen uno ispira-

rello di felibre ; que se Mistral éu tambèn s'èro amourra

'n aquélo belle sorgo, es qu'avié vist qu'acb sarié l'aigo

lindo, claro e fresqueirouso que cantarié lou tant dôu

Rose tranquile, que pèr fes se tremudo en bouiroun ne-

gras e terrous !

Bèu-Caire, Juliet 1896.

Antôni Berthier.

LOU PENITINT

Tisto leu Penitènt es mort.

Regardas un pau couine dor Dedins la blancour de sa raubo.

Iéu, capelan, quand mourirai,

Pas tant bèu e noble sarai

Plega dins leu lin de moun aubo. Lou Penitènt porto respèt,

Tant sèmblo, de la tèsto i pèd,

Cencha de la pas inmourtalo.

Dirias que li sauine latin

An leissa dessus soue front clin

E, no preguiero celestialo.

Quant de fes Ion travaiadou

Jougnè si man de pecadou

Davans l'autar de Nosto-Damo !

La Vierge emé soun Fiéu divin

Penjavon soun front mistoulin

Pèr ausi prega sa pauro amo.

Tisto noun èro qu'un pacan

Que cade jour gagné soun pan,

L'araire au poung, dins loir campèstre;

Lou soulèu cremavo dins Fer

Soufrissié de la fre, l'ivèr,

E, de top, renavo leu mèstre.

Mai la Fe secavo si pleur, La Fe 'mpourtavo si douleur E i'adusié voio e calamo. Vès, quand sias penitènt fidèu, Avès que d'arregarda au cèu

Pèr avé de Boulas dins l'amo.

Paure Tisto, te veiren plus

Dins la joio, dins leu trelus

Di fèsto poumpouso e mistico

Ounte toun aine e toun cor nbu

Piousamen prenien soun vàu

Sus lis alo di sant cantico. Quau pourtara la santo trous

D'un biais devot e ufanous

Coume Tisto lou rusticaire?

E quau dira lis oremus

E li plang dou Languentibus

Coume aquéu pouderous cantaire? An renega nbsti jouvènt

L'àbi groussié di Penitènt,

peso la vertu di rèire,

E

bate plus dedins soun cor

Lou sang fidèu dis orne fort

E dis umble que sabien crèire.

0 Tisto, dous ami de Diéu, De tôutis aquéli bèu fiéu,

Degun s'enausso à toun auturo :

Aviés pèr mètre soubeiran

Li

que te fèron simple e grand :

La

lèi dôu Crist e la Nature.

Podes dourmi dedins toun cros,

En pas podon jaire tis os.

Dins sa drain folo e perdudo Dôu tèms que l'orne a blasfema,

As bèn cresu e bèn ama :

Que Diéu couroune-ta batudo 1

Reiano.

B. Luquet.

mèstre de la vido ascetico, dins aquest siècle. Chas- cun d'éli es uno perlo de literaturo e de, déutrino. La

teoulougfo mistico e la pouësio se ié,maridon dins l'amiracioun. A la tendresso de S. Bonaventuro, la

douçour de S. Francés de Salo, la lengo acoulourido

de S. Gregbri de Nazianze, l'imprevist e l'ôuriginaleta

de S. Agustin, em'un brèu de nèblo e de malancou.

nié, se voulès, mai acb 's dins lou biais anglés. A tre-

va, parèis, quauque tèrns, en Ambleside, au mitan

d'aquéu fres e meravihous païsage. Certo, qu'aquelo

trevanço ague enfluï sus soun talènt, acb noun m'es

tounarié. L'esperit de l'orne, couine soun estile, -'se

ressènton sèmpre uno brigo dôu rode ounte viéu l

Veici que sourtèn di Coumplèto. Reprene ma plumo.

Venèn de li canta, nasti Coumplèto, dins la glèiso de

la messioun, qu'es aqui à l'intrado de la vilo, sus la

routo. Gaire de mounde. Noun avèn, pecaire 1 qu'uno

pougnado de catouli. Pauro messioun !

es coume la

grano de serbe de l'evangèli. Lou P. de L'Estang l'a

semenado, l'evesque dioucesan l'a benesido, Diéu ié

dounara la creissènço e la fara, se vbu, deveni un

grand aubre.

(A segui,)

Don Savié de Fourviero.

BMVR - Alcazar - Marseille

E

N0UVELUN

Avirncrtan.- Fasèn assaupre qu'en Avignoun, lou

22 de setèmbre, un Coungrès sara tengu pèr fi revendi-

cacioun de la lengo prouvençalo, que soun : lou prouven- çau à la Tribuno, dins la Cadiero e à l'Escolo.

Tôuti aquéli que voudian, pèrsapresènci o sa paraulo,

prene part à-n-aquelo sessioun patrioutico, n'an qu'à

manda soun adesioun à M. Folco de Baroncelli (palais

dôu Roure, en Avignoun) - e reçaupran uno letro de

counvit pèr li sesiho.

Lou coungrès s'ourganiso souto Ion patrounage d En

Frederi Mistral emé d'En Fèlis Gras; e En Maurise Faure,

dôu Felibrige de Paris n'a acepta la presidènci. Au no que vên dounaren mai d'esplicacioun.

Aaim. - F. Vidal, noste majourau poupulàri, vèn d'ès-

tre nouma counservaire de la biblioutèco d'Ais ;

autre felibre, M. Edouard Aude, n'es nouma biblioute-

e un

càri. Vaqui nôsti libre entre boni man.

- Un de nùsti bon negouciant, M Martin de la Baiouno,

vèn de bandi en circulàri un anôunci dôu pessu. M Mar-

tin vènd d'ôli d'ôulivo. E sus l'anôunci en questioun a

mes uno chatouno couifado en prouvençalo, que tèn à la

man uno tiolo d'bli e que dis en la moustrant :

Acô, Si

qu',es de bouen ôli, osco ! Digo-li que vèngon, moun bouen !

E i'avès pièi uno cigalo coume marco dôu coumerçant.

Aquéli que desiron d'oli de touto bounta, e subre-tout

aquéu qu'es nouma « ?)Ii di felibre » e qu'a dôu fru qu'em-

baimo, n'an que de faire si demando à-n-aquéu digne

prouvençau : Martin de la Bayonne, àz-Ais.

- Es mort, la semano passado, dins touto la forço de

Page, M. Jan Remondet, empremèire e direitour don

Mémorial d'Aix, que soun empremarié prenié à soun ou-

nour lou noum bèn merita d'« empremarié felibrenco ».

Es aqui en efèt que s'estampe ]ou gros pres-fa dôu Tresor

déu Félibrige emai tant d'àutri libre en lengo prouven-

çalo, tôuti requist pèr sa courreicioun.

A lèM - Li 3 e 4 e 5 d'ôutobre. que s'inaguraran li

mounumen de Florian, Pasteur emé Sauvages, se déu

teni efci de grand Jo Flourau felibren. Vous n'anan hala

leu prougramo:

POUES10 EN LENGO D'O.- 10 Odo à Florian; 2e Odo à

l'abat de Sauvages ; 3e Tout sujèt libre.

PROSO EN LENGO D'O. - le Estùdi sus li precursour di

felibre cevenou ; 2' Raconte sus li castagnado; 3' Gloso

pèr esplica coume vai que faudrié escriéure Alès e noun

Alais ; 4e Dire de mounte vènon li mot : abô e raiôu; 5e Uni

pajo d'istbri interessant Alès ; 6^ Traducioun d'uno fablo

de, Florian Ireserva is escoulan, que devran endica soun

escolo e sa classo); 7e enfin, tout sujèt libre, basto que

panse pas cent ligno. TIATRE. - Un à-prepaus en vers e à dous personnage,

se rapourtant is us raibu.

Tôuti li parla soun amés, mai que fugon escri en règlo

felibrenco.

DESSIN. - Un païsage gardounen, o quauque tipe ce-

venbu.

Musico. - Enmusica pèr uno voues souleto la rou-

manse d'Estello :

Ah! s'avès dins vbstre vilago

Un fouine e tèndre pastourèl (Florian;.

l'aura pér tout acô de prèmi en argènt, de rameau; de

medaio, de joio de tout biais.

là mandadis, fan que se lagon. e dins li formo abi-

tualo, avans aquest 20 de setèrnbre, à M. F. Chabrier,

biblioutecàri de la ciéuta d'Alès.

Mount-i e!ie. - En souscripcioun : Lou Vin clou

Mislèri, recuei de vers lengadoucian e prouvençau pèr

Pau Chassary, majourau dôu Felibrige, autour dôu gent

recuei de conte En Terra Galesa. Pies pèr li souscrivèire :

M. Paul Chas-

3 fr. 50. l'a que de s'adreissa au pouèto :

sary, professeur, rue du Faubourg-Boutonnet, 4, à Mont-

pellier.

- Aro voulès de vers francés? prenès

Onyx et Pastels,un

recuei elegant e tout embauma, dôu felibre G. Brun, que

nous fai d'autant mai barbela soun futur recuei en rime

d'O, Lou Rousàri d'Amour, pèr li chato de Mount-Pelié.

Fin Limousin. - La mantenènço limousino a, Ion

16 d'avoust, celebra pèr Ion tresen cap, à Sant-Priest

em'à Gimèu, la fèsto de l'Eiglantino. Tout t'es esta bèn

L'AIÔLI

reüssi e bèn courau e del cious. Tôuti li discours ôufi-

ciau, memamen aquéli di Maire, se ié soun fa 'n pur li-

mousin. Es la Courntesso de Valoun qu'a presida galanta-

men la Court d'Amour et la Taulado. Es tout vist que Ion

Felibrige a trouva dies Ion Limousin la terro naturalo e

naciounalo de :i flour. Lou bla:' de santo Estello ié grano

pèr benedicioun.

Lteno leu Bretagno'. - Sabe pas se remarquerias,

dins Ion discours que nous faguè leu Presidènt de la

Republico, Ion passage ounte parlavo de noste estaca-

men à la lengo bretouno e à tout ço qu'es nostre. Veici

li mot de Fèlis Faure :

La lutte que sans se lasser le Breton de la côte soutient

chaque jour contre l'Océan, les guerres maritimes qui l'ont si

souvent mis aux prises avec les flottes ennemies, la résistance

que le Breton de l'intérieur a dû opposer aux tentatives de

l'étranger, maître de la Normandie et de l'Anjou, ont créé

entre les fiers habitants de cette région un lien permanent né

des dangers communs, une sorte de défiance instinctive pour

ce qui vient du dehors, un particularisme curieux se tradui-

sant par l'attachement au sol natal, le maintien des traditions

et la conservation de cette vieille langue celtique dans laquelle

se racontent encore vos légendes tendres ou héroïques. « Mais lui-même, ce particularisme, est le plus sûr garant

de l'amour des Bretons pour la grande patrie française à la-

quelle ils se sont donnés et pour laquelle ils ont si souvent

combattu.

Cresèn qu'autant se n'en pùu dire di Prouvençau e de

sa lengo. Soulamen, coume vai, l'on aurié bèn pouscu

respondre à Moussu Fèlis Faure, que Ion Gouvèr coumbat

emé tant d'acarnassimen aquéli vièii lengo que soun li

maire dôu pople?

Bou]egadisso Prcuvençalo

De Marsiho nous vèn uno nouvello pastouralo

sëneo clou Crlst, ,rastouralo prouvençalo en

Uno quingeno de foutougralio, representa t

: La neis-

5 ate, en vers,

coté tôutei Jets êr de Nouvè, pèr J. F. Audibert, 95 pajo in-18, encô de l'autour, 6, carriero Audibert, pies 2 fr. 50.

fi personnage

dius soun gaubi e soun coustume, apound d'interès au vou-

fume. Li pastouralo marsiheso, acô-d'aqui es couneigu, caucon

generalarnen foro la literaturo. S'agis donne pas eici d'espe-

luca pèr fou mentit subre la lengo e l'ourtougrafi, Acô 's

pèr èstre jouga :

ceno. Lou publi ourdinàri n'en demando pas mai e, d'après

fa

l'essenciau es que teigue poulidamen la

la plus-part di journau de Marsiho, la pèço de M. Audibert,

que s'es jougado aquest ivèr, es estado proun aplaudido. Ço

que dôu rèsto rend l'autour d'aquelo pastouralo mai-que-mai simpati, es la counfessioun ounesto que nous lai dins sa pre-

fàci :

On nie reprochera, probablement, que je ne parle pas et que je n'écris pas ma langue avec une correction parfaite; niais qui

donc pourra me faire ce reproche? La langue que je parle est

celle qui, la première, est venue, comme un gazouillement char-

mant et mélodieux, frapper nia jeune oreille et forcer, avec une

douceur infinie, ma frète intelligence de s'ouvrir à l'amitié, au

respect et au dévouement. Or, à celte époque, déjà, parler l'idiome

marseillais était considéré, sinon comme un crime, au moins

comme l'indice d'une mauvaise éducation, et vous faisait ran-

ger, sans appel, dans une classe inférieure de la société! Etaita

ce un triste et malheureux temps !

Rougir et être obligé de se

le langage du pays où nos yeux s'étaient

Du moment qu'on en était arrivé à un état d'aberration d'es-

prit semblable, que le parler était une tare, il est évident que

personne n'écrivait couramment l'idiome marseillais. De telle

cacher pour parler

ouverts à la lumière !

sorte qu un grand nombre de

braves gens qui auraient pu

très bien, avec très peu d'efforts, correspondre dans cette langue

très facile, qu'ils connaissaient si bien, n'ont jamais ni écrit, ni

appris a écrire. parce qu'on les obligeait àn'écr'ire qu'en fran-

çais. Or. celte langue française, s'imposant oppressivement ainsi,

n'était pour eux qu'une rivale méprisable, abusant de la force

invincible que lui prêtaient ses attaches gouvernementales pour chasser ignominieusement et sans pitié leur bette Langue Mar-

seillaise du foyer où. tout enfants, ils avaient, avec elle, bégayé

leurs premieres prières, plus nard échangé leurs plus tendres ser-

ments d'amour et reçu, de leurs aïeux mourants, les dernières

bénédictions !

Comment, dans ces conditions, connaître les rigles gramnia-

licales de la langue Provençale, à moins d'être un chercheur

solitaire et un érudit!

Mistral nous vint enfin! Grâce à lui, la crise terrible que je

viens d'essayer faiblement de décrire, touche à son terme.

Gloire à vous, Mistral! Nul ne saura jamais combien nous

vous bénissons, nous tous qui avons conservé au fond de notre

cur le culte vénéré de notre langue maternelle !

Un des efforts

les plus curieux de ce retour r< la rasais est

celui-ci : alors que, jadis, parler le provençal était l'indice d'une

basse extraction, aujourd'hui cela indique un esprit cultivé et

s'élevant bien au dessus de la moyenne.

Vès-aqui de paraulo, vaqui de sentimen que mostron qu'es

panca morto l'agrapido sagato di patrioto prouvençau

- La Revue des i'3rénées, publicado à

les pays de langue d'oc pèr F. Fagot ;

Toulouso pèr Ion

dôutour Garrigou, eicelénto revisto coume à Paris se fai pas

miés, a donna : Formules de conjurations contre le mal dans

uno Chronique féli-

Le réalisme et la fantaisie dans

Goudelin, pèr E. Bourciez, un qu'a legi e bèn coumprés soun

Goudouli. E n'i' a tant gaire, vuei, à i oulouso, ounte pamens,

bréenne pèr G. Jourdanne ;

s'avien de sèn, devrien l'estudia e l'esplica dins lis escolo

Mai soun tant fla aquéli que devrien s'ôucupa d'acô !

- Dins Le Mémorial d'Aix

: L'agounié de ma souerre pèr

P. Bazzi.

- Dins Le Soleil du Mi:li : Un couble de couquin pèr L.

Foucard.

- Dins L'homme de bronze :

Nécrologie, Jules Cassini,

pèr G. d'A.

- Dins Cil lilas : Une visite à Mistral pèr Jules Bois.

- Dins La République

pouèmo dôu Rcse, pèr S Santy.

- Dins Le petit poète ;

: Li Rouge déu Miejour; Lou

La fèsto de Mario pèr F. Chau-

vier. - Pin La Méditerranée : Moun ale de neissènço pèr L.

Pélabon.

- Dins La Croix de Provence ; Nàstei blad pèr J. Cou-

gourdoun.

- Dins La Chronique de ]Béziers : Uno, casso al singla

pèr A. Maffre.

- Dins La Croix de Provence : La fèslo de Santo Mada-

leno à Sant-illeissemin pèr A.

- Dins Mount-Scgur :

La lengo mai per Jansemin ;

L'aigat de setanto cinq pèr Dunac; Clar de luno pèr Catet del

Sarro ; Rouseto de Castel-penènt pèr A. Teulié ; A la coumtesso

Adelaïdo de Toulouso pèr P. Estieu ; Flcur de trousso (d'A.

Vermenouze) pèr Jean Doc.

Dins La Province : Un sonnet de Sainte-Beuve sus

-

Avignoun.

A. Fourès; Ab

greu cossire pèr B. Sicard de Marvejols ; Bourdons d'estiu pèr

- Dins La Terro d'Oc : La cigaleto pèr

P. Delga; Dins le Mietjoun pèr J. Pitchou ; Vendèmios pèr

P. Froment; Le mantel de S. Marti pèr Mmo Gelado.

- Dins La Campaua de Magaloa.na : La

Saussissa pèr

Cacaraca : à Maria per sa fèsta pèr P. Chassary ; Brinde pèr L.

Carlier ;

campana; Lou serntoun de Moussu Sèstre, etc.

la Santa Estella; Calaiougna e Lengadoc; Cops de

- Dins La %angaardia de Larcilouno : traducioun en

vers catalan endecasilabe di tant V e VI dôu Pouènto dou

Rose de F. Mistral pèr J. Soler.

- Dins El Liberal de Madrid

dôu prouvençau de F. Mistral.

: El hombre popular, tradu

a«suetws

as

ws's

ssisvsss

sws

sts

eswinAMH®RD

0

Mikado, saboun incoumparable

0

Migadô, perfum inmarcescible

0

Mikado, senimen tras-que noble !

0 Mikado, bouquet à baume double !

Fabricant: Fèlis EYDOUX.- MARSIxo.

Se vènd clins téuti li bons oustau.

lou

si'3k#31EAI3K3KiF31f

31<?K3F,?Y<3KtSSt iSOt*i3ffessfi&i .K31e?k33IE3K?3I3K5sis

ti EMAi DAS

LA MAI A;KOUROUSO DI I'Ip0

S'atrovo en Avignoun, au Magasin DESHAYES.

Lou gerènt: FOLCb DE BARONCELLI.

En Avignoun, empremarié FRANCIS SEGUIN.

ARGUS DE LA P

FOUNDA EN 1879

ÈS S O

« Pour être sûr de ne pas laisser échapper

un journal qui l'aurait nommé, Il était

abonné à 1'ArguP de la Presst .

qui lit, découpe et traduit tous les journaux

du monde et' en fournit les extraits sur n'importe quel sujet. »

Hector Dalot (ZITÈ, p 70 e 323).

L'Argus de la Présso fournis is artiste, literatour, sabènt, pouliticaire, tout ço que parèis sus soun comte dins li journau e revisto dôu mounde entié. L'Argus de la Prèsso es lou coulabouradou endica de tôuti aquéli que preparon un

oubrage, estùdion uno questioun, s'ôucupon d'estatistico, etc.,etc. S'adreissa i burèu de 'Argus, 155,. carriero Mount-Martre, Paris. - Telefone.

L'Argus logis 3.000 jjournnu pèr jour.

VIN DE CASTE

A LACOCA DÔU P

U

La -neicuro di bevèndo pèr remounta l'estouma, famous pèr douna

de toun, pèr faire digeri, pèr adouba la voues, superiour en tout au vin

de Quinquina e agradiéu en bouco coume !ou vin de Castèu-Nùu.

Pèr béure, o i4lariàni,

Toun vin, bon restaura,

Que s'es assaboura

]Dins li sou;èu estràni,

Pèr béure risoulet

Toun vin de capitàni,

Esperaren pas, nàni,

D'avé l'estouma blet.

Se vènd " fr. la boutiho, à Paris, balouard Haussmann, /i1, farmacio

i\iariani.

0U-DE-PAPO

CIAUS DRU CASTÉU_DFROCOFINO

ÈLW--

Roco-Fino, la pèço de ,225 litre enviroun .

Grand Roco-Fino, Casteu de Roco-Fino

id.

id

id.

la eaisso de 25 bolitiho.

gel

.

,

.

.

1 7 B fr

G CD fr.

ô CD CD fP

1 CJO fr#

BMVR - Alcazar - Marseille