Vous êtes sur la page 1sur 16
N° § 14-86.850 FS-D N18, FAR 7 JANVIER 2015 REJET M. GUERIN président, REPUBLIQUE FRANGAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, on son audience publique tenue au Palais de Justice & PARIS, le sept janvier deux mile quinze, a rendu Farrét suivant Surle rapportde M. le conseiller MOREAU, les observations de la société civle professionnolie WAQUET, FARGE et HAZAN at de Me BOUTHORS, de Me HAAS, avocats en la Cour, ot les conclusiors de M.tavocat général BONNET ; ‘Statuant sur les pourvois formés par = M.Tite Barahinwa, + M-Ostavien Nosnzi contre Fatrét de la chambre de finstruction de la cour dappel de PARIS, tre section, en dale du 25 septembre 2014, quiles a renvoyés devant lacour Gassises de Paris sous laccusation de génocide et autres crimes contre humanité ; Joignant les pourvois en raison de la connexts ; 2 163° ‘Vu les mémoites en demande, en défense et les obsorvations complémentaires produits ; Atlendu quil résulte de tarét attaqué et des pidces de la procédure qu’aprés Fattentat du 6 avril 1994, dans lequel le président se la République du Rwanda, M. Habyarimana, a trouvé la mort, la commure de Karabondo a été lobjet dattaques ciblées vieant la population civile tsi; que M. Ngenzi, bourgmestre de la commune, et M. Barahirwa, ancien bourgmestre et responsable local du parti présidentil, ont été reconnus comme présents sur les ieux de plusieurs exactions, notamment, le 1Saveil 1984, lots du massacre denviron 3 500 personnes dorigine tus! refugiées dans Végise de Karabondo ‘Attendu que, des demandes extradition concemant M. Ngenzi ‘ot M. Barahirwa ont 6 adressées par los autortés rwandaisos ; que, eur plainte du Collett des parties civies pour le Rwanda, M. Ngenzi a été interpellé a Mamoudzou, sous une fausse identté, le 31 mai 2010 ; quvune information a 66 ouverte contre lui des chels de génocide, crimes contre ‘Thumanité, entente ou groupement formé en vue de la préparation de ces crimes ; que le procureur de la République de Toulouse a ouvert, e 28 mars 2011, une information des mémes chefs contre M. Barahirwa, interpellé dans le ressort de cette juridiction ; qu'en effet, la loi du 22 mai 1996, portant adaptation de la législation francaise aux dispositions de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies insttuant un tribunal international en ‘ue de jug les personnes présumées responsables dactes de génocide ou autres violations graves du droit intemational humanitaire commises en 1994 au Rwanda, a donné compétence aux jurdicions frangalses pour instruire etjugerles auteurs ou complies de tlles infractions découvers sur le tertoire national; qu‘aprés rejet des demandes d'extradition, la Cour de ‘cassation a dessaisi, par aréts des 23 jun 2010 et 25 mai 2011, les uges