Vous êtes sur la page 1sur 95

L'HYGIENE

DE LA

PREMIÈnE ENFANCE

//;*'J,7

'

9%."

/// //4 ! - .4r/ rd .

L'HYGIENE Première Enfance

DE LA

A

L'USÀGE

DES Écoles PRrmerRns (4. oecRÉ), nes ClessES MÉNncÈnES ET oss CouRs n'ApuLTES

.

PÀR

R. STERCKX

Professeur agrégé de I'Enseignenrent moyen du second degré Docteur en Sciences naturelles Inspecteur des Ecoles Normales

'

[r

ET LII

CH. HONORE

Médecin "" .n;,*#iî;iriffi'tJi:tlngroi,, à Liége

Professeur d'Hygiène aux Ecoles Normales communales de cette ville.

BRUXELLES

MAISON D'EDITION A. DE BOECK

265, Rue Royale, 265

7 gL7

ToUS DROITS RÉSrNVÉS.

Tous les exemplaires sont ,îurrc de la griffe des auteurs.

j,+ ru,

'

,L! tnsw,

lt

I

otM

. {'-

a"t"

Des mË,mns AurnuRs :

TRAITÉ ELÉMENTAIRE D'HYGIÈNE, (Hygiène

Hygiene scolaire ) , à I'usage des Ecoles

générale ,

normales

des membres du persannel enseignant. 189 figures dans

le texte.

primaires, des sections normsles moyennes et

ouvnage

honoré de souscniptions

du Ministène de l'lnté-

nieun

(service de santé et de

I'Hygiène), du Ministère des

et des Acministrations communales

de Bnuxetles, Liége, St-Gilles-lez'Bruxeller, Molenbeek

st'Jeanr etc'

sciences et des Antg

Prix, broché : 6 francs.

,r{ux 6{èaes.

La plupart d'entre

de fanri.lle.

Vttus aurer four

et de lrs conseraer en

aous sottt de ftûures mères

rnissiort, cl'dleuer cles enfants

bonne sanle.

Tdche dfficile !

I

I

meurt annuellement en Belgiqtte 27.000

enf'ants qui n'ont fnt atteint la -fr.n de leur frt-

tt'tière année ,

ttoi,.ssmtces .

I

I

soit f lus de | 5 " lu du, nombre de elt ilt eurt cilcot'c | 0.000 etttrc ît?L &?1,

et deut ans, ce qui rel>rttsente un tolal annuel de

37.000 decès_ tl'ufants àgés de ntoirts de deux e.tts,

soit plus de {00 /ro, iour.

Sur { 00 bébés qui ntettrent en d,essotts cl'urt,

aH,40

succombent à des affections intestinales,

occasiottrtées par unc alimentatiort d,éfecttrct$e, -

et

f 5 à d,es maladies des aoies respiratoires, d,ues pour

la frlu.fart à des refroidissernents.

-4-

Les mamans qui'i.gnorent les règles de l'hygiène

d,u t'remier àgr, ne d,onnent lnt au.x petits enfants

les soirts qut leur coruuiennent et conunettenl bien.

cles irnprtdences. En ou,tre, elles se trouaent scrlts

defense contre les mauaais exentples et les conseils pernicieu.x d,'urt entourage irnbu, d,'idées fau,sses et de

sots préjugés. Conûien de mères, pleurant leur petit,

s'éuient, -

trot' tarcl, hélas, -

: " Sl |'auais su ! ,.

St les tna,înetls étai,ent plus instrttites, la nlor- talité d"es nourrissons causée Par les affeci'ions intes-

tinales, tomberait de {00 à {0 et rnême moins.

A l'ætnre donc, chères élèaes. Préparez-aous

dès l'école à la noble et sainte rnission qui z)otts

attend.

HYQIINI ur rn PR[M|[RE tNFRN(E,

Nous nous occuperons de l'enfant depuis sa naissance

jusque vers l'âge de deux ans.

Pour le préserver des maladies et l'élever avec succès,

nous devrons surtout connaître les prescriptions relatives

àla propreté corporelle, àl'alimentation, àl'hygiène de la

maman, aux pesées du bébé, aux vêtements, au berceau ,et

au sommeil, au sevrage, à la nourriture du bébé après le sevrage, à la dentition, à la vaccination, aux sorties et aux

ext'rcices, aux soins à donner aux enfants maladas. A ces chapitres, nous en ajouterons deux traitant respectivelnent des pré jugés d'hygiène infantile et des æuvres de protec- tion de la première enfance.

-6-

Crraprtns PREmtnn. Les bains.

l. UTILITE POUR L'ENFANT. lo L'enfant se

mouille et se salit plusieurs fois par jour.

peu résistante, très sensible à l'action des microbes: il s'y forme facilement des rougeurs, des boutons, de petites

Sa peau est fine,

plaies. Sur sa tête, les secrétions peuvent s'accumuler et donner naissance à des enduits grisâtres ou croûtes.

Pour permettre à la peau d'u nouveau-né de remplir ses fonctions et la préserver des inflarnmations, il est nécessaire

d'entretenir la surface entière du corps

dans le p,lus par-

atteint-par

fait état de propreté: ce résultat est Ie mieux

le

bain, administré chaque jour et même deux fois par

jour.

2o Les bains cal.ment le système nerveux, rendent le som-

meil plus profond, diminuent la'douleur et l'énervement de la dentition (48, 3").

Jo Ils constituent un remède efficace contre certaines

maladies de

sions (64, c).

I'enfant, comme la fièvre (60, c), les convul-

Il^ existe pour bébés de

en faience ou en zinc. Au pieds ou une petite cuvelle.

petites baignoires en fonte émarillée"

besoin, on peut utiliser un bain dé

2. PRATIQUE. - A) AVANT. - a) Baignoire. * Avant

_ chaque bain, on aura soin de passer les parois

de ra bai-

gnoire à I'eau bouillante, afin qu'elles soient absolument pfopres.

â) Eau. -

L'eau aussi dbit être très prop,rê, t,

spécia-

lement, exempte de microbes. L'eau de citerne sera préa- lablement bouillie, puis refroidie au degré voulu. L'eau

.

-7

-

distribution, le plus souvent plivée

de germes de maladies,

ne doit pas être chauf fée jusqu'à l'ébullition; mais elle savonne moins bien que I'eau de pluie et peut irriter Ia

peau des bébés.

La baignoire doit contenir juste assez d'eau pour

recouvrir entièrement le corps de I'enfant.

c) Températu,re. -

7" De la chambre. *

Le froid est

I'ennemi du bébé, surtout

pendant les trois premiers

mois. Il

est fréquemment la

cause, chez le nouveau-nô,

d'affeciions qui peuvent tle-

venir mortelles (t). Il farrt

donc éviter avec soin que

l'enfant ne se refroidisse à

I'occas:on du lrain: la pièce choi::ie pour cette opération devre avoir ttne température

de 20u à 25".

Pour lc

rnotif

)o l)tt. Itain.

indiqué ci-dessus, on

B ne donnera jamais de bain

f rold au jeune entant. La

température qui convient est comprise entre 35o et 37o: on

la

vérifie au moyen d'un

thermomètre'de bain (fig. 1).

A la rigueur, une personne

expérimentée peut se con-

tenter d'app,récier à la main

laternpérature dre l'eau. Mais

Fig.

1.

-

Thermomètres

de bain.

A) Avec flotteur.

ts) Dans un étui en bois.

jamais on ne mettra un enfant au bain sans s'être assuré,

(l) Voulair enrturcir les tottt pelit:^ enlants contre le lroid est une erreur

particulièrement funeste, qui a

coûté la vie à bien des nourrissons.

-8-

d'une manière ou de I'autre, du degré de chaleur d'e I,eau:

faute de prendre cette précaution, beaucoup d,enfants ont

été brûlés ou se sont refroidis.

,1,

aa

./t

'//

\\\\\'.\

*4ll

-\\ \

,,1ù #

Fig. 2. -

Bébé est savonné.

d) Savonnage. -

Le bébé, placé sur les genoux de sa

moyen

mère (fig. 2), est d''abord savonné doucement, au

d'une éponge molle et de savon non irritant, dépourvu de

soude ou de potasse libres. On utilise une ép,enge pour le

aorps; on en réserve une autre prorJ,r la tête et le visage.

On se servira

dûeau tiède, -

celle du bain préparé, par

exemple. Il faut éviter di'introduire de lreau sale dans les

yeux d;e l'enfant.

-9-

A) PENDANT. -

a) Mise au bain. -

sur les genoux de la mère, sa tête sur la

Ies pieds sur Ia jambe droite, la mai,n

L'enfant reposant jambe gauche et

gauche saisit sa

i\\

;ru/

,M,

't \.r':

AB

Fig. -t et 4. *

Bébé est saisi et soulevé.

A) Jambes prises par le dessus.

B) Jambes prises par le dessous.

nuque de façon que celle-ci soit fixée, comrxe

tière, entre les quatre doigts

d'un côté et

en une gout- le pouce de

soit

I'autre. La main droite saisit les jambes en les prenant

dessus (fig.3), soit dessous (fig. 4). L'index dscette main,

*10_

étant placé entre les deux jambes, constitue avec le pouce un anneau qui entoure la jambe droite, tandis qu'il forme

avec les trois autres doigts un anneau pour la jambe

gauche.

Fig. 5. -

Bébé est porté au bain.

Ltenfant étant bien saisi, on Ie soulève doucement et on le porte dans la baignoire (fig. 5). La main gauche continue

à embrasser la nuque et maintieni la tête hors de I'eau,

tandis que la main droite abandonne les jambes et, rede- venue libre, p,rocède au lavage proprement dit (fig'. 6).

â) Durée.

-

La durée du bain ne dépassera pas ,t à 5

minutes: il s'agit de laver l'enfant, non de le soumettre à

un bain prolongé.

- 11 -

C) APRËS. *

(t\

.Lt

bébé est saisi comme

main

.gauche

poui la mise au bâin, c'est-à-dire

iuqr., main droite fixânt les

sous la

jambes. On l'entoure imt'é-

Fig. 6. -

Bébé au bain.

diatement d'une sortie de bain préalablement chauf fée:

doux et

celle-ci est une pièce de tissu autant que

spongieux,

_possible

en molleton ou en flanelle' Au besoin,

épais peut suffire (fig. 7).

une pièce

cle coton

É) Essuyage. -- On procècle

êtré

minuii.î*. Le iinge sec

alors à I'essuyage, qui doit

est promené sur toute la sur-

_12_

face de la peau, et

chez les tout petits.

spécialement dans les plis, si nornb,reux

absorber toute trace d,humidité.

en projetant sur la surface

de' la peâu, et particurièrement au niveuu des pris, une

on terminera la toilette de bébé

c) Poudrag€. -

Pour

Fig.

7.

.- Bébé après Ie bain.

pourdre f mpalpable:

don, oxyde de zinc

lycopoide, poudre de

o-l

riz, poudre drami_

p.ut utiliu.r à cet Ëti"t une ho'p-

pette, à

cond'ition qu,ellesoit bien p,ropre et exclusivement

usage.

réservée à cet

Il reste à habillei. I'enfant (3b et 36).

-13-

CnlPtrne I I.

L'alimentation

3. ALIMENTATTON EN GENÉRAL' -

L'alimentation

drt nourrisson présente

chez I'adulte, son

pioOui

àn

de ia

une importance capitale. comme

tissus et de

rôle est d'entretenir les

chaleur et du travail musculaire. Elle doit'

outre, pourvoir aux besoins d'une croissance rapride.

La seule nourriture

qui

convienne au nouveau-né est le

lalt: crest un aliment comptet, c'est-à:dire renfermant tous

i etérn.nts nécessaires pour né'p'arer

de

il est

dents chez le nouveau-né et

I'organisme

{ l,étot

JigÀtitr;

Ae-pôuru,i

les pertes Continuelles

et assurér son développement régulier; -

liquide, qualité nécessaire, vl I'absence de

la faiblesse de ses organes

le lait nuit au n7ur-

il est lrâs digestibte et très assimîlable, étant

Penfant.: cellulose,

- de matières indigestes poqr

elc. Tout aatre aliment que

^rnidon,

risson.

L'allaitement de l'enfant peut être réalisé de p'lusieurs

manières:

1o Lrenfant ne prend

maternel ou naturel

que le lait de sa mère: allaitement

(t);

2o Il est nourri aU moyen dlu lait d'un animal: allaite-

ment artificîel;

3o Il prend à la fois Ie lait de sa mère et'du lait d'un

animal: allaitement mîxte.

I. -

nUu,it"*ent maternel'

4. LAIT. -

Le lait est sécrété par les glandes ftLam'

le nom id'e seins et sont sein et à sa partie proé-

maires, qui, chez la femme, portent

au nombie de deux. Au cenire du

minente se trouve un p'etit renflement appelé mamelon,

(1) La question de I'allaitement par nourrite ntercenaire sera examlnee arr chapitre suivant.

t4*

;

que l'enfant prend en

pe-rcé de p'lusieurs

Le tableau suivant

boucrr-e

pendant ra têtée et qui est

petits orificès par lesquels sort Ie lait.

donne la ,èomporition

du rait de

femme:

Matières

Craisse

Sucre de

Sels

Eau

I

.^albuminoïdes

(')

'iait ou lactose .

.

(caséine, etc.) (r)

f't

::::::

]!

J)

sr.

))

08) 2>

880 )

1000 gr.

Nous avons mentionné plus haut (3) les

lait-en général dans

avantages du

I'aliméntation du'n'ouveau-né. Du lait

qu'il

est re seur quir siii tout à f ait

la constitution du bébé: sa

res quantités

d'éléments

de femme, on_peut d'ire

app'roprié à la nature et à

tu:éiLç se digère aisém'ent ('); -

nutritifs qu'il

de I'organisme

I'enfant: par exempre,

-

pendant

renferme répondent exaitement aux besoins

;

.il s,aàapte aussi aux divers âges de

il n'ei1

pas

trop

riche

ni

trop

lourd

_les premiers mois, à l'époqùe oir Ie nouirisson,

ali-

de complexion encore délicate, rettame avant'tout

un ment doux et facile, qui ne faiigue pas re tube digestif.

5. TOUTES LES

?.1*

ou trois jours

MA]VIANS ONT-ELLES DU LAIT ?

après ra naissance du bébé, res seins

et commencent à sécréter: c,est

-

g:rande majorité des

-et

mères, cette

permet de

un petit nombre, Ies sei,ns

de jours, de sorte

deviennent durs, tendùs,

la montée du \ait

chez Ia

sécrétion persiste peldan-t plusieurs mois

nourrir le nouveau-né.

s'affaissent après un certain no,nb

chei

(l)-Les- rrafières alburninoides

^

Parmi celles du rait

Ia. prus

de

strb^sta-nce qui. dans'le lait

ressemblentàl,arburnine

a; î;;";;;;iîa

r" trotnûî"-

impâit;;ï;è.i;

vdctre.

àânn"

ou branc d,æuf.

cusëi,,e, -

du lait

se

(J) !^ll ues !q

coagule, se

graisse du lait de vache

fournit le bcurre.'

du

nourrissou,

son arrivée dans l'estomac

caille: le caillot se présente ious

femm.e,

.

{,* àrq*.eauf

O-u

tiii

ie

la formedÀïnl

Ia caséine

ir*o"i,'r;ii

ptus

s'agit

difficiles à digérer, s'it's'agit

dtr lait de

prus vorunrlnuu*j^cïn.,pacts, ïache.

{

I

i

1/

que la quantité rde lait diminue

fisante

et devient bientôt insuf-

pour les besoins ,de

I'enfant (t). chez d'autres

encore, pou.

crétion âu lait tarit èomplètement

la plupart cles débiles ou des malades, la sé-

au bout de peu de jours-

qu'une maman qui nta pas

premier-né, devient capable de con-

Il arrive assez fréquemment

assez de lait pour son

duire à bien

i'alluitement des enfants qui naissent ensuite.

on

affirmer que plus de 90 o1o des mères ont du

xreut

lait en quantitë suffisante.

6. QUANTITË

qui donne le sein

DE LAIT SËCRÉTEE.

-

Une maman

pour la première fois, produit Ie premier

le troisième jour, de 100-à 250 gr';

500 à 1000 gr' (1)'

jus-

jour de 10 à 100 gr.;

àu cinquième

cette

au trentième jour, de

quantité de 1000 gr. restera ensuite stationnaire

que vers le moment du sevrage (40).

?. POURQUOI TOUTES LES MÈRES QUT ONT DU

LAIT NE NOURRISSENT-ELLES PAS ? -

de cette abstention sont d'ordre physique ou moral'

LCS TAiSONS

/)

RAISONS D'ORDRE PHYSIQUE. -

Elles peuvent

dépendre:

a) De la mère. - lieu de faire saillie,

tion ntexiste que

C'est lc cas lorsque le rnamelotr, au

est mal d,éveloppé. Si cette nralforma-

dtun côté, I'allaitement est parfois encore

seul sein. Si les deux mamelons sont mal

tire-tait et le verser dans la

servant d'une petlte cuÏller stéri-

possible uu

ïn

tonformés, la mère peut extraire son lait à I'aide d'un

appareil approprié nôrrrmé

b'ouche de'l''eniant en se

lisée dans tle I'eau à 100o pendant 10 minutes; mais ce

(1) li ne faut cerrendant pas se hâter, drps ce cas, de supprimer I'allai-

t"àléni materncl : frès souvent,

iours ou quelques sentaines,

âméHoré,

(1;

si I'on persévère, on vo.it, après quclqucs

du premier âge'

quand l'étât générai de la jeune inaman s'est

tt'e certaine intportance.

ia sêcrétion lactée reprendre

D'âprès Pinarcl, La Pu,érfculture

_16

procédé exige de la part de la mère une forte dose de

patience.

b) De I'enfant. *.- Crest le

cas lorsquril présente une dies

d.e-bec-rle-lièvre (in-

'(fenie

iusqu;au

lôngi-

paiais uu

1".,

bébé

malformations connues sous les noms

cision verticale de la lèvre supérieure, s'étendant

voisinage de la narine) et de gueule-rre-roup

tudinale f

aisant _communiquer

la voûte du

fos.ses nasales). Dans ces conditions, quand f. puuur.

fait un mouvement de

succion, il ntaspir. que de lrair. Ici

patience d'extrairè elle-même le

donner à la

encore, si la mère a la

lait de son sein à I'ai'de du tire-lait et de le

cuiller, elle peut cond;uire à bien I'allaitement.

B) RAISONS D'ORDRE socrAl.

-

-

a) Dans les classes

supérieunes de la société.

certaines femmes ne veulent

pas s'astreindre à allaiter elles-mêmes leur rejeton, afin de

ne pas entraver les p'laisirs de

le

font

la vie mondaine. Elles jettent

nourrice mercenairel ou Ie

petit être dans les bras d'une

élever au biberon. Non

seulement'cette pratique

bébé, .ïlt

égoiste compromet gravement la santé d'e leur

elle nuit aussi à leur propre santé. ces femmes rnéconnais-

sent l-gurs plus impérieux

tié celle qui n'a pas allaité (t) o

devoirs. < N'est rnère qu'à moi-

b) Dans les classes inférieures 'de la société.

Les

ouvrières occupées tout le jour dans les

usines, les houil-

lères ou les manufactures, ne peuvenl donner Ie sein à leur

enfant. Nombreux sont

déjà, ên

Belgique, les patrons qui

salle d;attaitemint

régulières, don-

il fuu-

ont créé, clans leur établissement, une

où la jeurre mère peut venir, à des heures

ner au bébe la nourriture à

laquelle il a dlroit-. Mais

drait- que, partout oir elle est

réalisable, cette pnati,que

bienfaisante fût transformée en obligatiort légale.

(1).ll convient_de

remarquer que, sous Pinfruence

des conseils des méde-

à ailaiter

cins, le"nombre des monda.nes q'ui,'sans mo'it sérizu;r;;;;f;t"nt

.

leur enfant, a beaucoup diminuè depuis quuique.-"nn'éè;.

--

_17 _

8. RËGLE,S DE L'ALLAITEMENT

L'enfant ne

maternel. Il est inutile

(guimauve, graines de lin),

èic., qui fatiguent sans

MATERNEL.

A) COMPOSITION.

- et même nuisible de lui donner en

même temps de I'eau sucrée ou des infusions diverses

prend'ra que le lait

de lteau d'or'ge, de l'eau de riz,

bénéfice ses organes digestifs ott

qui peuvent contenir des microbes dangereux'

B) TÊTÉES. -

a) Nombre. -

L'enfant prendrra le sein

6 à'8 fois en vingt-quatre

Ôe

heures, avec un repos de six

huit heures la nuit.

a besoin d'un somrneil réparateur.

repos est nécessaire à la mère, Qui

II n'est pas moins utile

fourni, pendant la journée, Ie

à I'enfant, dont ltestomac a

travail digestif nécessité par de nomhheuses têtées.

2l

b) Intervalles, -

Le bébé sera mis au sein toutes les

j2 heures pendant le premier ou les d'eux prerniers mois,

toutes les 3 heures dans la suite (t)-

c)

Chaque repas dure $énéralement

de 10 à

15 minutes. I est inutile de prolonger

I'enfant a pu prendire, pendant ce

la têtée au delà, car

tem'ps, |a- quantité de

si I'enfant

abondante, il faudra

lait nécesrâire.- Dans certaiins cas, par exem,ple

est vigoureux et la quantité de lait

même abréger cette durée.

C)

SOINS DE PROPRETE. a) On d'oit laver Ie

nramelon avant et après chaque têtée, au moyen 'd'un

stériilisée, imbitiée d'eau

petit morceau d'ouate hydrophile bouillie : avant, pour enlever !e

,dans l'intervalle et qui stest contaminé en séchant sur Ie

lait qui est'sorti du sein

mamelon ; après, pour que le lait et la salive d'u bébé, Idans

lesquels se ôéveloppen{

délicate du mamelon et n'y provo-

facilement les microb'es, ne souirl-

lent pas la peau fine et

qtteni pas la

formation idre fissures et de gerçures tr'ès

(1) si

têtée. il

le sommeil de I'enfant

faut le réveiller, afin de

se prolonge au delà du mom'ent de la

I'habituer à un régime régulier,

_18_

douloureuses, pouvant servir de portes d'entrée aux mi-

crobes de l'ab'cès du sein.

b) ll convient égaleinent d'essuyer la bouche du nour-

risson au moyen d'un petit carré de linge doux et propre.

D) QUAN'rlrÉ DE LAIT pAR TÊTÉ8.

La quantité

de lait qu'un eniant doit absorber en une fois varie avec son âge et, pour un âge déterminé, avec son poids, sa

-

puissance digestive, la valeur alimentaire

tlonner, cotiltile moy€nn€s, ZS

115 gr.

gr.

du rait.-on peut

à la fin du premier mois,

la fin clu neu-

à la fin clir quatrième rnois,200 gr.à

vièrnc mois.

E) DËTERMINATION DE

LA QUANTITE DE LAIT

ABSORBËE. -_ (Voir Pesées, 30).

9. PRATIQUE DE L'ALLAITEMENT MATERNEL. --

Si Ia

sur le

côté, se soulève un peu et s'appuie sur un ioude. L'enfant

est placé à côté d'elle, le iong

,4) POSITION DE LA MAMAN ET

DU

maman donne Ie sein au lil, elle se place légèrement

de son corps, de façon que

sa bouche soit au niveau du seirr.

si la mère est

assise,le bébé est placé transversalement.

soulevée par lc bras maternel (fig. B).

bébé au sein droit toujours avôir la

la tête soutenue et

De toutes façons, le

tête plus haut que les pieds.

.

B) TÊTËE. -- La maman fait saillir le mamelon avec les

doigts, pour que I'enfant lruisse le saisir aisément. EIle

déprime le seirr rTvec un de ses dolgts, afin que re

rjsson

puisse respjrer par Ie nez pendant qu'ir boit. Faute

'our-

de prendre cette précauiion, les narines de I'enfant sont

bouchées par le tissu clu sein: le bébé abandonne alors Ie

nramelon et se rejette en arrière pour respirer.

certains enfants sont

gourmands,

surveiller pour qu'ils ntabsorbent

voraces: il faut les

pas plus qu'il ne con-

vient. D'autres sont lents, paresseux, slendoiment sur le

I

I

I

{

1

{

I

1

I

1

-

19_

sein: il faut les secouer, les réveiller, les stimuler avec

(

l

natience et Persévérance-

"-Âiir.itat

ia têtée terminée,

I'enfant est renris dans son

'du

sein

berceau. Puis, la maman (8, C).

procède à la toilette

Fig. 8. -

,-fu

r/

/

" -"'j

'

:/1'

Praticlue de l'allaitement maternel'

Parfois, une partie

du lait absorbé est rendue par la

bouche,

}i.n

immédiaternent otl peu de temps après la têtée'

cét acte, appelé

rêgurgitation, trop plein, n'a

qui doive inquiéter. Il ne faut pas le confondre avec

il faut se garder de

Il ne peut lui arrivcr

forme de jet liquide:

sous

par lequel I'estômac

se débarrasse de son

le vomissement (61).

Si le bébé rernis âu be'ceau pleure, le reprendre. ll finira par s'endôrmir. aucun mal.

Remurque. -- La répétition d'un rnême acte devient Viie u:re

--?CI-_

habitude: ainsi naissent

nourrisson dehors de Ia

les beso,ins factices et les

appris

iras

à

";;ii

d

à oui. I'on aura

têtée.,

ne tardera

pour têter ou

mère'i.

caprices.

Le

en

,uiirt"ctions

pris

à-.;u[ôi.Ë"Ëir"ïu'it

oésirs

:- iiïii.'à

de crier pour oulon accède

lï.f'^!oùr,qu'oi

son

jour

berceau.

tui

a^ iÉs

rui suffit

pou, être

hors

de

doïne-uriei-ucette, pour être

prendre

.re"

Ie biberon à torite heure du

ainsi

siàiË'd;-;;;;;Iu-ne.

tranquirr"Àeît

beaucoup

d,ennuis

si

dans

et

l,o'

son

iiie$_

dès res

iô;a-6Ë;"in

o;nabitu.ii'JnJ"nt,

irois

ùèur"r-quà

toutes .les

dès re

ou dg Iu'nuit. La

de déceptions, tout en nuisant a

l':l!

qu.

berceau.

i,

celui-ci se porte bien et reste

on doit

_empêcher

togii.,

p"i

Ia formation

é*

pï.,

Iês

têtdr^toutes

lier: il'ést aussi

premiers jours-, à

demi'heures. L'éducation de Penf anl--d;ù'-;^;;ncer

berceau.

II. -

Allaitement artiliciet.

10. DÉFINITIoN.

L'alraitemcnt urtificier consiste à

moyen du lait d,un ani_

nourrir

l'enfant exclusivement au

-

rnal. Il ne

ment au sein est'impossible

doit être pratiqué que dans Ie cas où I'alJaite-

(s et z)

; le Iait de Ia mère esf

l,.nf"nl q+y.

Ie seul qui convienne parf aitôment'i

lI. LAIT DE vAcHE.

L'ailaitement artificiel se faif

vache, que l;on peut se

quantiié suffisante. Le

le plus souvent avec le tait de

-

procurer partout aisément et en

tableau qui suit en indi,que la composition:

Matières albuminoïdes

Graisse (beurre)

Sucre de-lait ou' Iactose

Sels

Eau

(caséine, etc.)

32

38) 48)

7>>

gr.

875 l>

t0C0 gr.

Le lait de vache

destiné aux nourrissons doit remp,lir

Pour cela, il

ph"rsieurs conditions :

^ A) rL SERA DE BONNE QUALTTE.

faut:

a) Que I'animal soit en bonne sanlé et

nourri.

convenablement

-_21 *

l" Sartté. - La vache ne doit pas être atteinte de tuber-

culose,

lait