Vous êtes sur la page 1sur 4

lu

SETENCO ANNADO, Nô 246

Nàutri, li bon Prouvençau,

Au sufrage universau, Voutaren pèr l'ôli

E faren l'aiôli.

F. MISTRAL.

QUE VAI CREM,tI%T IRES FES L ÈR MES (7, 17, 27)

Vidoun, Vidau,

Segound la vido

Loujournau.

(Prouvèrbi di meissounte)

BURÈU DE REDACIOUN

E D'ABOUNAGE

Vers

FOLCb DE BARONCELLI

au palais dôu Roure,

EN AVIGNOUN

VrI

PRES DE L'ABOUNAMEN

Un an .............

10 fr.

Sièis mes .........

S fr. 50

Tres mes

..........

3 fr.

Estrangié ..........

Lou numerd

.......

12 fr.

10 centime

Baile dôu journau

FOLCb DE BARONCELLI

UN DANGIE

ou dangié que vole dire, nous vèn pas di

galejado de la Prèsso qu'a pèr espandidou

  • li terrasso di cafè parisen e pèr raro de soun

ourizount lis oustau dôu balouard; aquelo

prèsso es uno panturlo qu'apartèn à quau

miés la pago e li gènt sena noun s'enchaion

de sis ôupinioun. Aquéu dangié vèn pas di

manjo-quand-l'a que davalon un cop l'an emé

  • li cigalié e li felibre de Paris, brafon nèsti

viéure, chourlon noste vin e richounejon ma-

lamen en sounjant is escorno que nous jita-

ran quouro eilamount saran retourna. Lou

dangié que vole dire es majour, e es en nàutri-

meme, es d'uno part de nautre que vèn ; es

aquéu qu'an pouscu nouma lou Félibrige mens

la lengo e qu'a trop de mantenèire e que se

manifèsto dins li diferènti prouvinço de la

terro d'O.

Lou Felibrige, que soun acioun se limitavo

sus l'en-proumié à la pl anuro benurado d'entre Avignoun e Arle s'es espandi meravihousamen

e a counquista tout lou Miejour de Franço, e

a vist li Catalan e li Dôufinen, li Lengadoucian

e li Gascoun s'apoundre à la naciounalo faran-

doulo. Un di darrié vengu dins la freirenalo

brassado es lou païs limousin, aquéu Limou-

sin qu'alumino noste passat d'un tau lustre

que vuei encaro à l'estrangié i'a de literatour

e d'istourian que dounon lou noum generau

de limousino à tôuti li literatouc, d'O (4).

Li

patrioto d'Ussèu, de Tulo e de Brivo, - bei-

leja pèr Mounsen Roux que si trobo mera-

vihouso fan l'amiracioun e l'ourguei noun

soulamen d'uno prouvinço mai de la patrio

entiero, - an représ la plaço qu'au noum d'a-

quéu passat dèu sèmpre-mai èstre la siéuno,

e lou pouèto qu'avié coumença dins la souli-

tudo sa Cansoun limousino es enrouda, vuei,

d'uno chourmo d'escoulan qu'enregaran sa

draio e countuniaran soun obro.

E pamens, fau lou dire, entre aquéli pouèto,

coume entre li de proun àutri part de noste

Miejour, lou dangié guèiro e dèu èstre si-

gnala. l'a de felibre, dirias, que gardon soun

entousiasme entié pèr lis ouro ounte soul dins

sis oustau escrivon si pouësio. Quand soun

sus la plaço publico, en de banquet felibren,

estrèmon, vergougnous, soun parla naturau,

e vague de charra franchimand !

A la fèsto que li Limousin vènon de cele-

bra à l'ounour di quatre troubadou d'Ussèu,

(1) Darrieramen, mai de vint journau espagnbu par-

lant de la causo di courao de bibu en Prouvénço ié mes-

clavon lou noum de Mistral qu'apelavon et Bran poeta

es ço qu'a fa M. Charle Brun que, proubabla-

men, amavo miés s'adreissa à si coumpan de

l'Universita qu'i bràvi gènt de l'endré. Moussu

Brun, qu'es vice-presidènt dôu felibrige latin, aurié miés fa de parla en latin se noun ausavo

lou faire en lengadoucian ;

sarié belèu esta

miés ausi de Gui, d'Eble, d'Elias e de Pèire,

s'aquésti l'an escouta dis Aliscamp trouba-

douren ounte soun emparadisa en coumpa-

gno di castelano que bresihavon santalimen

la lengo de la

Gaio-Sciènci. D'àutri segui-

guèron lou marrit eisèmble dins si discours

e si brinde, e pouden pas nous empacha de

dire qu'acô nous parèis uno taco dins uno

felibrejado que rèsto quand meme uno di

plus àuti manifestacioun dôu reviéure

li-

mousin. Que noun prenon eisèmple sus nèsti mèstre

autant rougi que fièr !

Quand Mistral e Gras coumplisson soun

devé felibren, es en prouvençau que lou fan;

es en bon raiùu qu'Arnavielle entousiasmo si

lengadoucian; e dins nôsti sesiho pedon Ii prefèt, li Maire, li marqués e li catau de la

vilo nous arenga 'n francés : li felibre qu'an teta de bon la ié rebècon en aquéu prouven-

çau qu'an parla de gènt que valien un pan

mai qu'éli, la rèino Jano e lou rèi d'Aragoun,

pèr eisèmple. Qu'enchau un moussu que noun

coumpren o fai vejaire de noun coumprendre,

se darrié éu i'a milo prouvençau qu'escouton!

E se quiton si mantenènço, gardon encaro

si dialèite ; li limousin lou sabon,

éli qu'an

agu l'ur d'aplaudi li discours e li cant dôu

capoulié en puro lengo di bord dôu Rose.

Le Félibrige moins la lange e, vès-aqui ço que

de pouèto nous alestisson, e se n'i'a, d'aquéli,

dins la patrio de Bertrand de Born, fauton

pas, nimai, en Prouvènço e en Lengadô. Se

talo errour se generalisavo, ameritarian uno

part di reproche que nous fan, e lou reviéure felibren sarié 'n mourtoun en survivènço lèu

rejita dins li limbe de l'ôublit. Es pèr amor

d'acô qu'es mestié de traire aut e fort lou crid

d'alarme.

Santo de Diéu 1

Es pas morto nosto bello

e rebello lengo d'O ; mai se la coustumo s'es-

pandissié trop de charra francés dins li feli-

brejado, nèstis enemi dirien que l'an matado

veraiamen, e que nous amusan à faire de vers

prouvençau e limousin coume li magistrat e li

prèire di siècle passa fasien de vers latin 1

Es

pas ansin pamens qu'obron, entre tôuti, un

mounge de Ferigoulet e un juge d'Avignoun

proun couneigu que predicon chascun di.Is

soun biais l'enantimen d'un lengage o d'un

pople sèmpre viéu.

Le Félibrige moins la langue ! Acè 's tambèn

la majo errour d'ùni jouvènt plen d'estram-

bord e que soun devoua au relevamen di sen-

timen regiounalisto dôu Miejour, mai qu'an

desaprés la lengo de la regioun, aquelo lengo

que fai mai que tout nosto persounalita, qu'es,

subre-tcut, la la resoun d'èstre de nôsti re-

vendicacioun ; sa bon pas que quau tèn sa

lengo tèn la clac que di cadeno lou deliéuro, se-

gound li vers mistralen que déurien èstre

nosto devisa e ispira tôuti lis ate e tôuti li dis-

cours felibren.

Vès-aqui ço que trop de miejournau coum-

prenon pas; mai vès-aqui ço qu'an coumprés

- à soun Taus siegue

di ! - li jôuini felibre

de l'Escolo parisenco. Estènt à Paris,

i'a tres

an, anère passa 'no vihado à, soun acamp, e

i'ausiguère pas uno soulo fraso franchimando.

Maurras parlavo prouvençau, Plantadis li-

mousin, Rounjat dôufinen, chascun, enfin,

coume i'avié après sa maire, e nous coum-

prenian tôuti coume se coumprenien antan li

gène di diferènti vilo de Grèco, quand s'arres-

countravon à si gràndi felibrejado d'Oulimpio,

o sus li prat-bataié davans li barbare. Aquelo

inteligènci di jouvènt à Paris esmarra, es-ti

fou signe d'uno reacioun salutàrio contro lis

errour qu'esplicave adès? Diéu lou fagne, e

Santo Estello nous alumine 1

Un d'aquéli jouine felibre, m'es esta di, que

viéu en Paris, vèn tôuti lis estiéu se souleia'n

Prouvènço; e'm' ace, tre qu'es sus la terro d'O,

coumenço de charra prouvençau pertout e à

tôuti li gèrit, dins li cafè, lis hotel, li magasin,

li permenado ; en un mot, agis coume se sa-

bié ges d'autro lengo, valènt-à-dire que se,

dins un burèu de taba, demando :« Baias-me un parèu de cigaro de tres sèu» e se la bure-

listo, uno franchimando coume n'i'a, coum-

pren pas, sort e s'envai à-n-un autre.

Eh ! bèn, aquéu felibre aura mai travaia pèr

nosto Causo, vous l'afourtisse, que lis oura- tour que desvèlon à noste pople li benfa e la

toco dôu Felibrige emé de discours francés ;

soun acioun vau mai qu'un mouloun de li-

bre, e s'amo miés pantaia qu'escriéure, a pas

besoun de publica de pouèmo pèr èstre un

bon felibre. Es éu lou meiour de touti. Es pas

necite pièi

escri, e

de faire tant de libre ! Jèsus a rèn

pamens a founda 'n Felibrige inmour-

tau ...

A-n-aquéu bon prouvençau, -- dèu legi

l'Aièli, - à-n-aquéu e is autre, vau redire, pèr

acaba, uno pichoto leiçoun que dounèron à

noste ami Balaguer quàuqui Catalan, e qu'En Vitour éu-meme countavo en risènt.

Lou pouèto di Pirenèu s'atroubavo, au tries

BMVR - Alcazar - Marseille

assa. à Sant-Il,ri Sacaîn. uno esta-

2

L'AIÔLI

cioun d'aigo mineralo de Catalougno. Un vès-

pre se durbiguè 'no souscripcioun

pèr uno

obro de benfasènço, e coume Baiaguer èro

Poste lou plus ilustre, ion

mena la listo ; en aut d'uno

papié blanc escriguè adonne

qui rego que disien l'ôujèt de

preguèron d'enta-

grando fueio de

en castihan quàu- la souscripcioun

e faguè pourta

e pièi boutè soun escoutissoun

lou papié à-n-uno taulo vesino ounte de Bar- cilounés que couneissié èron en trin de diva. Mai ion serviciau revenguè lèu ié dire :

- Aquéli messiés an rèn vougu baia e m'an

Vosto Eicelènci avié escri dins uno

di que

lengo qu'entèndon

pas ! -

Balaguer s'aubourè

e s'avancè d'éli.

  • - An, veguen 1 galejas?

  • - Noun, En Vitour, galejan pas. Quand sian

en Catalougno, entre Catalan,

nous es impous-

sible noun soulamen de parla, mai meme de

coumprendre uno autro lengo que la de nosto

terro. L'avès-ti ôublidado,

sias à Madrid ? -

vous, despièi que

« Arregardas un pan lou testardige de

mi

coumpatrioto, e l'eisageracioun de soun cata-

lanisme ! me disié Balaguer;

quis escut d'aquéli messiés,

pèr ôuteni quàu-

fauguè refaire la

listo e n'escriéure Ion titre en catalan ! »

Eisageracioun ?

es poussible ;

mai nous

agrado miés aquelo que la de M. Charle Brun

e de quàuquis àutri félibre.

Madrid, dutobre.

Marins André.

UN MIRACLE

Tambèn autre-tèms se fasien li gràndi mano;uvres, e

quand li troupo dôu rèi avien chaupina Il recordo, arri-

bavo que lis intendènt de l'armado pagavon

quàuqui fes

subi ;

ion daumpge, s'èro un grand segnour que l'avié

mai s'èro un paure païsan,

falié que Ion mesquin

boutèsse sa lengo dins sa pôchi : car se reclamavo,

pèr

ion faire teisa, proun souvènt té ramounavon lis esquino em' un balaus de lambrusco.

Pamens n'i'aguè un que sachè

ribè dôu tèms dôu rèi Enri IV,

is

se faire paga :

eiçô ar-

qu'a toujour passa

que si

lue de tôuti pèr un brave orne. Vès-eici

troupo manoubravon dins la Gascougno,

e vague de

e vague

chaupina li blad, e vague de causa li luserno,

d'afoundra li vigno ! Un paure païsanas

qu'avié semena

un pichot tros de cese, grand tres cop couine un mouca- dou, mai que coumtavo aqui-dessus pèr pas manja souri

pan soulet, aguè la curiousita de vèire lis eisercice de

l'armado dôu rèi ; e 'm' acô se venguè planta dins souri

cantoun de terro. Dôu tèms que badavo courre un Cou- lau, en vesènt li bèu cavalié e li bèu fantassin abiha de

blu e de rouge, uno troupo de Souïsse emé

sis alabardo

intro dins si cese e; pecaire, ié bouto courre un femié !

Tout es estripa, escracha, derraba ! Es uno

pieta.

Lou paure orne saup que fau pas reclama,

senoun,

garo la lambrusco. Pamens, se dis, se Ion rèi sabié Ion

tort que me fan si troupo, segur me Ion pagarié. Alor,

ion mesquin, qu'èro pas sot, se bouto à crida : «Miracle !

Miracle 1 Miracle ! » Lis ôuficié dôn rèi vènon e ié deman-

don perqué crido :

crido que mai

fort :

Iou rèi l'ausiguè, e

Miracle ! Mai éu noun ié respond e

« Miracle ! Miracle ! » Bèn tant que

couine cresié -aire

i miracle, vite

que n'èro :e

loti paure païsan

Alor Ion rèi diguè :

- Mai,

venguè pèr vèire ço

de mai

crida :

Miracle !

brave orne, perqué cridas couine acô . Miracle?

- Sire moun rèi respoustè lou païsan, es pas un mi-

cese dins moun

racle? Regardas: aviéu semena de

champ e t'a sourti uno armado de Souïsse ! -

Lou rèi coumprenguè, riguè, e ié faguè paga si cese.

Lou CaRCarelet.

(Tira de I'Armana prouvençau pèr 1898 )

MAD ÂMIO

DE

SEIV1G1NE

Ii®umavage d'un felibre à Grignait

à l'éucasioun dôu segound centenàri de sa mort.

(SEGUIDO E FIN)

A tout moumen

n'es questioun, de la religioun, dins si

parlo judiciousamen e emé sabé :

charmées de lire des

Letro, e toujour n'en

« Les personnes de piété seront

Lettres, dont la plupart

méritent qu'on les regarde comme

chrétienne, d'autant plus uti-

sur ce pied là, et que

parée de tout ce qui

plus pures de la

et les grandes vé-

différents traités de morale

les qu'ils ne sont point annoncés

la vertu mise en action s'y trouve

peut la rendre aimable. Les maximes les

religion y sont très souvent développées

rités y seraient approfondies en certains endroits, sans

l'extrême retenue qui oblige quelquefois

à se taire sur des matières si relevées. »

Mme de Sévigné

(Edi. Rollin. 1754-xLV.)

Saupre sa religioun es forço

;

l'ignoron ! mai fai pas tout, fau la

quant n'i'a pas que

pratica, senoun sias

crestian qu'à miejo, o pulèu abastardi. Or, nosto bello Marqueso n'en seguissié li pratico, de

la religioun, fidelamen.

Pregavo Diéu, e ion fasié prega pèr li siéu. Avans li

proumiéri coucho de Madamo de Grignan, en

grand sou-

cit qu'èro : « Je fais prier Dieu sans cesse pour cet heu-

reux moment d'où dépend ma vie plus que la vôtre. »

(22 de Nouv. 71.)

Assistavo à la messo tôuti li matin : « Nous faisons une

vie si réglée, qu'il n'est guère possible de se mal porter.

On se lève à huit heures

; très souvent je vais jusqu'à

neuf heures, que la messe sonne, prendre la fraîcheur

de ces bois ;

après la messe, on s'habille, on se dit

bonjour, on retourne cueillir des fleurs d'orange, on

dine, on lit ou l'on travaille jusqu'à cinq heures. »

(Aux Rochers, 29 Juin 89 N'en fasié dire souvènti-fes : « Je fais tous les jours dire

une messe pour vous :

c'est une dévotion qui n'est pas

chimérique. » Pièi mai :« Je m'en vais faire dire autant

de messes pour remercier Dieu de cette

grâce, que j'en

qu'es de la

faisais dire pour la lui demander. » Es verai

neissènço d'un fréu que la signora avié mes au mounde,

que gramaciavo.

Ère

friando d'ausi predica :

«Bourdaloue, Mascaron,

j'entends, tous les matins, l'un ou l'autre :

un demi

quart d'heure des merveilles qu'ils disent devrait faire

une sainte. » (11 de Mars71.)

Disié souri capelet. Fasié souri camin de trous :« Nous avons fait aujourd'hui nos stations, Madame de Coulanges

et moi. »

(3 de febr. 72.)

Fasié souri Caremo couine se dèu, rigourous, junavo

courre autre-tèms nôstis aujolo ; pèr tout soupa, en

efèt

disié: « Je mange une beurrée et je chante. » A souri devé

pascau, en subre di coumunioun di fèsto, se preparavo

especialamen. Lou dimars-sant anavo à Livry : «dans le dessein de me retirer du monde

pour jusqu'à jeudi soir :

de ceci une petite

y faire mille réflexions ;

pour toutes sortes de rai-

que j'ai été dans

pour l'amour de

je prétends être en solitude, je fais

Trappe ; je veux y prier Dieu,

j'ai résolu d'y jeûner beaucoup

sons, de marcher pour tout le temps

ma chambre, et surtout de m'ennuyer

Dieu. »;22 de Mars 71.)

Enfin, - ço qu'es la marco d'uno franco

sabié soufri crestianamen

fiho - es tout dire

;

religioun, -

meure l'aliunchamen de sa

- pèr Diéu Ion soufrissié : «Je pren-

pas médiocre, comme une fasse et que j'ai bien méri-

une meilleure, ni qui

donner tout cela

drai cette douleur, qui n'est

pénitence que Dieu veut que je

tée : il est difficile de m'en donner

dence qui permet qu'avec tant de

frappe plus droit à mon ceeur. Il faut

à D'eu, je le ferai avec sa

grâce et j'admirerai sa Provi-

grandeurs et de cho-

il

s'y trouve

ses agréables dans votre établissement,

des abîmes

desèmb. 73.)

qui ôtent tous les plaisirs de la vie. » 28 de

La Prouvidènci I' Es sèns

cesso que n'en parlo, e que

«Tout est marqué

bouto en elo uno fisanço assouludo :

dans l'ordre de la Providence. » - « Il faut souhaiter

que Dieu s'en mêle, sans cela tout est mauvais. »

- « Il

faut regarder la volonté de Dieu bien fixement, pour en- visager sans désespoir tout ce que je vois. »

Pièi se lagnavo de pas i'èstre enca mai soumesso

« J'ai peu de résignation pour

l'ordre de la Providence,

nous ;

jamais per-

que j'en ai.» (10

dans l'arrangement qu'elle a fait de

sonne n'a eu tant de besoin de dévotion

de nouv. 73.) - La Providence m'a traitée bien durement

et je me trouve fort à plaindre de

n'en savoir pas faire

pour-

mon salut. ) « La conformité à la volonté de Dieu

rait me suffire si je voulais

Aquéu regrèt nous adus

un remède spécifique. »

naturalamen à-n-uno ôujei-

mau juja.

quand disié :

je ne

m'ennuie, quoique

monde. On

qu'on n'aime point

tièdes, dont le

: j'entre dans

 

sor-

»

Li crestian

tous les jours :

qu'on craint Dieu, et qu'au

; on n'est point à Dieu

cioun qu'es necite de destruire, car l'a facho

r D'ùni que t'a l'an creigudo sus paraulo

suis ni à Dieu ni au diable; cet état

entre nous je le trouve le plus naturel du

n'est point au diable, parce

« Ma fille, une de mes grandes envies, ce serait d'être

dévote ; j'en tourmente La Housse

fond on a un principe de religion

aussi, parce que sa loi parait dure et

à ,,-e détruire soi-même : cela compose les

grand nombre ne m'étonne point du tout

leurs raisons. Cependant Dieu les hait : il faut donc

tir de cet état, et voilà la

difficulté. » (10 de jun 71.)

G. Boissier l'a presso au

pèd de la letro, aquelo pa-

d'éli e souspiron sèmpre

souri pèr la gràci ; ço

content de ce

Pièi

raulo : «Je ne suis ni à Dieu ni au diable.

veri'able souri jamai countènt

vers uno vido meiouro, buta que ié

qu'a fa dire i sant :

« Il ne faut jamais être

qu'on est pour arriver à être ce

mai,

s'èro verdi

courre a l'èr de Ion dire,

tié, n'aurié pas soufri.

qu'on doit être. »

qu'èro - encroustado dins la tebeso,

l'aurié pas senti couine lou sen-

Basto ! La religioun l'amavo

e l'amiravo dins Ion po-

coumplasènço que

âmes

ple courue dins li grand, se sènt à la

met à loir dire :

« Il y a au fond des Provinces des

des paysans droites comme une ligne. » - A la mort de Tureno disié :

« Pour moi qui vois tout en la Providence,

toute éternité. »

- « Son

douter que Dieu ne l'ait

plus belles et des

je vois ce canon chargé de

âme, nul dévot ne s'est avisé de

reçue à bras ouverts, comme une des

meilleures qui soient jamais sorties de ses mains. »

(15 d'avoust 75.)

Abourrissié l'irreligioun e l'incounducho, ço qu'apelavo

« li lèi de Ninoun », dôumaci aquelo

grand gampo de

Ninoun de l'Enclos, qu'elo cresié ni à Diéu ni au diable i'avié degaia souri marit emai souri fréu :« Quand on

  • 6 FUIETOUN DE L'AIRO.li

courribu, tirassadou, que sènt qu'embaumo, loir boutoun

EN MOUNTAGNO

Abiit in montana.

(S. Lu.)

d'or e Ion couguiéu, tôuti dons dre, fièr, ufanous, dins

soun courset de satin jaune, fasien aqui souri espandido.

Pereici, pereila, couine de taco de sang,

rougejavon li four

quouro

persouno. E

de la pato-dâu-diable. Curiouso flour: en déclins,

la durbès, se té vèi la formo de la man d'uno

que dire dis uei-de-l'Enfant-Jèsu, risoulet, gracious courre

souri noum? Sus si jitello fino, mingoulouno, s'escarcaia-

  • XI von, bluieto d'un blu tèndre, qu'avien l'èr de nous es-

A la culido di flour. - L'estournigo, la co-de-loup

e la drôuvi.

N'en vos de flour? té, ve-n'aqui !

Qu'èron poulido

aquéli floureto di solo !

qu'èron lisqueto, qu'èron fres-

queto ! N'avian que de nous beissa pèr n'en euli. N'i'a-

vié de canestelado. Èro lou triounfle dôu printèms, Ion

risoulet dôu bon Diéu sus li mountagno.

Noun èro plus eici la pato-d'aiglo o juvertasso, ni la lavando, ni la ferigoulo, nimai loir pebre-d'ase que s'a-

gradon i rode secarous e roucassous ;

èro tôuti li

flou-

reto gènto e delicado qu'amon la terro grasso e drudo,

e l'oumbro e la frescour. Espandido belamen nous fasien

fèsto ; nous voulien, sèmbio, dire quaucarèn e murmu-

ravon d'aise : Venès nous euli !

Oh 1 courre èron poulideto encaro un cop e coume fasien gau de vèire aquéli floureto di solo aupenco 1 La margarido

gins sa raubo de npvio blanco couine la nèu, ion serpoul

pincha. Que dire de tôuti aquéli merço de viôuleto, de

pensado, espandido à bèl èime davans nôsti pas? N'a-

vias que viôulejavon courre uno raubo d'evesque

; d'uni

èron rouginello, d'àutri bluio :e n.'en avias de blanco,

de jauno, enjusquo de verdo. Meme d'uni que t'a èron

raiado, picoutado au mitan o sus li bord. E tout acô

semblavo dire d'aise, d'aise : Venès nous euli.

Nous fasian pas prega, e culisse que culiras, n'acam-

pavian de pléni manado, entanterin que lou Dôumas e lou

Giraud dejunavon contro uno font. E n'en culiguerian. de

flour, viôuleto o pensado, e peréu de tè e d'arnica tant-

e-pièi mai, e te n'en faguerian de bouquet dos ouro de

reloge.

Èro tèms que durbiguessian lou carnïé. Davalerian

donne, vers la font, rejougne nôsti dons pastre.

  • - Eh! bèn, faguè ion Giraud, n'avès uno bravo brassa-

do, de flour.

  • - Vès, apoundeguè ion Dôumas, vous sias fa 'n bèu

paquet,d'estournigo,

b'estournigo ?

  • - D'arnica.

  • - lé disès d'estournigo à l'arnica ?

  • - Pèr vous faire plesi. Dôu coustat de la Savoio, fan

secs la fueio, e uno tes en pôusso, la pressn., .

  • - Ah ! pèr eisèmple !

  • - Tout courue de taba. E se vesias coume esternudon

1

  • - Es bessai pèr acô que Papellon d'estournigo, pèr®

ço-que fai esternuda o estournia.

  • - Se pou. -

E d'enterin que charravian, emé nosto biasso au s'ou

davans nautre, ion Gréule

e iéu fasian ana li maisso, e

pescavian à plen de got l'aigo lindo e fresco de la font,

ratant abord dins un bachas de pinastre. Clicleto e Farot,

countènt que de la vido, fasien riboto :

ié jitavian de

tros de pan, e peréu de fricot. Que diàussi ! Pàuri bèsti 1

fasié pas que se regalèsson un pan ?

- Fan avoua, iéu veniéu i dous pastre, que Ion

Diéu es un artisto e que ié

bon

fau pas courre après. Li pou-

vès!

...

Ounte souri li det

lidi flour qu'a semena pèr eici,

de fado que n'en farien autant?

  • - Ah 1 boutas, avès perfetamen resoun, respoundeguè

loir vièi Dôumas, fau

faire de poulidi cause.

pas courre après lou bon Diéu pèr

  • - Pas soulamen poulido, mal titilo.

Poudès ion dire. $ian environna d'un moulouti de

planto que, malurousamen, couneissèn pas sa vertu,

BMVR - Alcazar - Marseille

L'AIÔLI

3

est chrétienne ou du moins qu'on le veut être, on ne peut

voir les dérèglements sans chagrins. » Si devé de maire crestiano, emé sinon e paciènci fi ram-

plissié envers sis enfant. Quand soun Carle fasié la vido,

courre proun jouvènt, e que la prenié pèr counfidènto, sa maire : «Je lui disais toujours un petit mot de Dieu,

je le faisais souvenir de ses bons sentiments passés, et le

priais de ne point étouffer le St-Esprit dans son coeur :

sans cette liberté de lui dire en passant quelque mot, je

n'aurais pas souffert une confidence dont je n'avais que

que faire. » (8 d'abriéu 71.) - « Mon fils partit hier

...

Il

n'y a rien de bon, de droit, ni de noble que je ne tâche

de lui inspirer ou de lui confirmer : il entre avec douceur

et avec approbation dans tout ce qu'on lui dit; mais vous

connaissez la faiblesse humaine ; ainsi je mets tout en- tre les mains de la Providence, et me réserve seulement

la consolation de n'avoir rien à me reprocher sur son

sujet. » (5 de juliet 71.)

quer. Le vieux Senectaire disait que les gens d'honneur

n'avaien point de chausses

Nous vous verrons repentir

... d'avoir mal employé votre jeunessse, et voulu conserver

une réputation qu'un médisant put vous ôter. »

Aquéu ,nau-disènt, siguèéu-meme.

Lou prince de Conti, aquéu marrit gihous dôu perpoun

doubla de satin, beluguejant de brihant, Fouquet, l'ufa-

nous e abelan Fouquet, fou chivalié de Méré, l'abat Me-

nage, Ion comte de Lude, e aquel artaban de Bussy, va-

namen ié tirèron sa poudro d'abile cassaire, jamai pous-

quèron ajougne tantgoustous gibié,

ni fou cabussa dôu

rampau de sa vertu mounte s'èro encimela. Dôumaci

n'éro fiera e jalouso, de sa sagesso : «Elle avait un coeur

né pour aimer tout de la vertu, méme la

suit. » (Grouvelle.)

gloire qui la

Es alor qu'aquéu fripoun de Bussy, qu'aurié degu la de- fondre, sa cousino, la blessè au countràri ourriblamen en

la depintant - oh! fou moustras !- couine viciouse :

Lou bon aposto recouneissié si tort; proumetié à sa

« La plaie saigna longtemps ; les ceeurs sensibles gardent

maire de se courregi ; mai « quau a begu béera », lèu-lèu

l'impression du mal comme celle du bien ; c'est le sens

zôu ! fasié mai la resquiheto. Enjusquo que, pièi, ma-

de ce mot ingénieux : «La vengeance est

la reconnais-

rida em' aquelo perleto de Bretouno, Jano de Brehan,

sance des injures. » Madame de Sévigné ne se vengea

siguè enfin un crestian moudèle :« Votre frère est tout

point ; elle pardonna même à B., mais avec peine et non

à fait tourné du côté de la dévotion : il est savant, il lit

peut-être sans restriction. De fréquentes réminiscences

sans cesse des livres saints, il en est touché, il en est per-

de l'injure s'échappent dans ce qu'elle lui

écrit. Il y

suadé. Il viendra un jour où l'on sera bienheureux de

manque cette fleur de confiance qu'on respire en quelque

s'être nourri de ces sortes de pensées chétiennes : la mort

est affreuse, quand on est dénué de tout ce qui peut

nous consoler en cet état. Sa femme entre dans ces sen- timents : je suis la plus méchante, mais pas assez pour

être de contrebande. » (27 de des. 84)

Li leiçoun e lis eisèmple de sa maire avien pourta si fru;

avié fini pèr gagna la partido. Emai sa fiho, la counseiavo crestianamen souvènti-fes, quand fi circoustànci l'avien à biais. Après Ion terrible passage déu Rose, adré d'Avignoun, ounte avié cuja peri, i'escriéu :« Je crois que vous avez

rendu grâces à Dieu de vous avoir sauvée ; pour moi,

je suis persuadée que les messes que j'ai fait dire tous les

jours pour vous ont fait ce miracle, et je suis plus obli-

gée à Dieu de vous avoir conservée dans cette occasion,

que de m'avoir fait naître. » (4 de Mars 71.)

Quand fou pichot marqués, Louis-Provence, siguè na,

ié dis :« Ma fille, vous l'aimez follement ; mais donnez-le

bien à Dieu afin qu'il vous le conserve

...

Enfin, conservez

bien ce cher enfant; niais donnez-le à Dieu, si vous voulez

qu'il vous le donne; cette répétition est d'une grand'mère

chrétienne :

Madame Pernelle en dirait autant et dirait

bien. » (13 de des. 71.)

E tôuti fi fes que n'en parle, d'aquéu « maillot» cou-

rounèu à 18 an, apound : « Dieu le conserve !

chanson ordinaire. »

Voilà ma

Redreissavo sa fe, quand besoun n'èro. Après la perdo

d'un enfant mort sènso èstre bateja, ié dis :« Non, ma

fille, quand vous en devriez désespérer, la mort de J.-C.

ne suffit pas sans le baptême :

il

le faut d'eau ou de

sang. »

Mai la religioun que rènd pas uno dono vertuouso es es i fru que se jujo la bounta de l'aubre, e i vertu

vano :

la sincerita dôu crestian. » Mmo de Sévigné la siguè bèn

tant vertuouso, que jamai la mau-disènço la pus audaciouso

a pouscu ni la mordre ni l'entamena :« La médisance

même n'a pu prêter la moindre faiblesse à Madame de

Sévigné. » (Grouvelle.) Fau que siegue verai quand Bussy

l'a di : «Je ne regretterai pas seulement la médisance la plus outrée qu'on me ferait de vous, mais la plus légère

même précédée de vos louanges. »

E pamens i'espargnavo pas li marrit counsèu :« La

fortune vous fait de belles avances, ma bien chère cou- sine, n'en soyez point ingrate. Vous vous amusez après la vertu, comme si c'était une chose solide, et vous mé-

prisez le bien, comme si vous ne deviez jamais en man-

sorte dans tout ce qu'elle dit à ses autres amis. »

A l'obro se counèis l'oubrié, à la mort se jujo la vido.

Lou Comte de Grignan, que la veguè mouri, sa sogro, nous a leissa un testimôni glourious pèr elo, e afourtis

qu'es si boni leituro que l'an ajudado à faire uno tant

bono mort :« Ce n'est pas seulement une belle-mère que

je regrette, c'est une amie aimable et solide, une société

délicieuse. Mais ce qui est encore bien plus digne de no-

tre admiration que de nos regrets, c'est une femme forte dont il est question, qui a envisagé la mort, dont elle n'a

point douté dès les premiers jours de sa maladie, avec

une fermeté et une soumission étonnantes. Cette per-

sonne si tendre et si faible pour tout ce qu'elle aimait

n'a trouvé que du courage et de la religion, quand elle a

cru ne devoir songer qu'à elle, et nous avons dû remar-

quer de quelle utilité et de quelle importance il est de

se remplir l'esprit de bonnes choses et de saintes lectures,

pour lesquelles Madame de Sévigné avait un goût, pour ne pas dire une avidité surprenante, par l'usage qu'elle a

su faire de ces bonnes provisions dans les derniers mo-

ments de sa vie. » (23 de mai 96.)

La counclusioun de tout acb lausenjous es que, touto

sa vido, crestiano sincère e vertuouso, es pas mai estado

cato-faleto en religioun que pechinchin en soucieta. Go

que provo que l'on pôu èstre : escrivan ilustre, crestian

fidèu, agradiéu que-noun-sai, e esperitous mai que res

en coumpagno.

E. Imbert, felibre de N.-D.

DICIOUNÂRI DE RIMO

Pèr la lengo prouvençalo

L'ufanous e regreta roumansié de Byzance, Jan Lom=

bard, qu'es ana mouri, i'a quàuquis an, à Paris, encaro

au bon de sa vido, s'èro dins soun jouvènt agroumandi

au Felibrige. Baste pèr éu e pèr Prouvènço que ié fu-

guèsse demeura ! Or, avié coumpausa un travai de grando

impourtanço que noun es esta publica, un Diciounàri di

rimo de la lengo prouvençalo. E veici Ion prospèctus que

de Marsiho avié bandi en 1883:

Au moment où elles paraissent irrémédiablement con-

damnées, les langues romanes prouvent, par leur déve-

loppement même, leur excessive vitalité. Poèmes, fa-

bliaux,

contes,

grammaires, lexiques, manifestations

littéraires de toutes sortes, entrent, chaque année, dans

le grand courant de la circulation publique. Il n'est pas

de sujet qu'elles n'abordent et de chefs-d'eeuvre qu'elles ne tentent.

Maintenant encore, l'illustre auteur de Mireille, à

qui

la renaissance néo-romane doit tant, publie son Grand

Dictionnaire où nos écrivains et nos poètes iront puiser largement la substance et la solide base de leurs oeuvres.

Cependant, malgré ces travaux considérables, une la-

cune existait

Il manquait nu Dictionnaire des Rimes de

la Langue Romane qui renfermât tous les termes, accep- tions, mots, tournures des divers dialectes d'Oc.

Une littérature n'existe pleinement qu'en raison des

instruments et des matériaux qui sont mis à sa disposi-

tion. Plus ces derniers, - Lexiques, Grammaires, etc., -

sont nombreux, plus les produits littéraires sont plasti-

ques, colorés et savants

Les littérateurs doivent donc

posséder des ouvrages spéciaux où ils trouveront par

ordre, soit alphabétique, soit désinentiel, les multiples

variétés que prend leur idiome pour rendre la pensée

positive ou figurée, philosophique ou poétique.

C'est dans ce but que j'ai écrit un Dictionnaire des Ri-

mes de la Langue Romane, sur lequel j'ai l'honneur d'ap-

peler votre attention.

Les dialectes néo-romans, possédant une structure syntaxique, ne diffèrent entre eux que par le

commune

changement de quelques désinences, des modificatious

syllabiques et quelques idiotismes particularistes. A la

condition de faire graviter les terminaisons autour d'un

type spécial, un Dictionnaire de Rimes pouvait être créé.

C'est sur cette base que j'ai établi le mien. Ainsi,

j'ai placé, par ordre de rimes ou de désinences,

40,000 termes de lieux, de métiers et d'arts,

plus de

les noms

propres, etc., auxquels j'ai donné la forme et l'orthogra-

phe du dialecte provençal (dialecte rhodanien). Seule-

ment, j'ai indiqué, par une note, pour que chacun les

reconstituât facilement, les diversités terminales, et leur contexture.

J'ai également accepté tous les archaïsmes qui m'ont

paru susceptibles d'enrichir mon ouvrage et mis de plus,

en regard, la traduction française.

De cette façon, l'artiste, l'écrivain peut, tout

en en

employant la forme orthographique et la prononciation, élargir considérablement son dialecte et lui donner cette

plasticité, cette variété, ce mouvement qui font la ri-

chesse des langues.

Je ne parle pas de l'immense utilité

que peut avoir

ce Dictionnaire pour ceux-là qui ont fait de la poésie néo-romane leur plus beau titre de gloire. Les poètes

y trouveront un vade-mecum aussi sûr que précieux, dont

l'étude les aidera considérablement.

Cet ouvrage sera, de plus, précédé d'un Traité de Poésie

néo-romane, dans lequel j'exposerai, d'après les maîtres,

anciens et modernes,

de la Langue d'Oc, la facture des

vers, les différents genres des oeuvres poétiques et les

règles qui président à leur création.

Je recevrai volontiers les remarques philologiques, les

acceptations romanes, qui ne se trouvent dans aucun lexi-

que, pour les insérer, s'il y a lieu, à leur place respec-

tive. Les noms de mes correspondants seront l'objet

d'une mention particulière. La souscription est ouverte dès maintenant.

Jean Lombard.

La souseripeloun, parèis que reüssiguè pas, bàr dôu

travai de Jan Lombard noun se n'es plus ansi parla.

Sarié pamens daumage qu'un pres-fa d'aquelo valeur

tant precious pèr nosto lengo passèsse courre

acô pèr

nous

e

iue. E se quaucun d'aquéli que legiran eiçô, poudié

donna de nouvello dis eiretié de Jan Lombard pèr, de

quauco maniero, arriba, s'es poussible, à la publicacioun

de l'obro, sarié, coume se dis, uno ôumorno flourido.

F. Mistral.

-- Se l'on la couneissié, faguè Ion Giraud, l'on se pas-

sarié de veterinàri ...

-

Mai, reprenguè Ion Dôumas, l'a de pastre que soun

d'ase. Tenès, se vous disiéu, un jour, en aquest rode,

vese veni Ion Quèco.

 

-

De Blegiés ? faguè Ion Gréule.

0, Ion Quèco de Blegiés, que souvènt caf°gavo la

cigalo e s'empegavo coume un lignbu

...

En aquéu tèms,

gardavo eici sus la Baisse. E leu vese veni, vous dise. -

Que

Ion Dôumas me fai, i'aurié pas peraqui de co-de-

loup ?

...

Sabès, moussu, qo qu'es de co-de-loup.

--- llbu ! n'avèn rescountra tout un mouloun de-long

dôu draibu de Chavaio : uno planto à fleur jauno. Acô 's acb.

 

Ëmé de gràndi fueio, moulasso, un pau blanco en

dessouto.

-

Acô 's acb, e que soun bono pèr li plago. Mai eici n'i'a

ges

Gros durbè, iéu fan au Quèco, dempièi que gardes

- l'a'no vipère, me respond, que m'a meurdu 'no fedo

bèn à la gargamello. - Mai se i'a ges de co-de=loup,

gros bedigas,

ié venguère, tè, agacho que te crèbo lis

uei, veses pas aquéli clot de drôuvi ? - Durbié d'uei

coume de pourtau ! Aquéu Jan-l'amelo sabié pas que la

drôuvi es la man de Diéu contre fi pougneduro de vipère.

Tè, té, lé faguère, despacho-te : emé leu dessout d'aquéli

fueio grasso, freto ta fedo, freto-la bèn, e

veiras.

_- Lèu-

lèu lampè, fretè sa fedo, qu'èro deja toute boudenfio, la

fretè 'mé la fueio de drôuvi. Au bout d'uno passade, la

pauro se desenflavo e manjavo ciné lis autro.

  • - Se vous avié pas rescountra, sa fedo ié passavo.

E sarié'stado bèn erebado.

Mai dequ'apelas la drôuvi? aqui faguè leu Gréule ;

la counèisse pas iéu.

  • - N'i'a que lé dison la drouio, la drouino. Sabes pas

dequ'es l'erbo-de-la-pato ?

  • - Si!

  • - Lou pas-d'ase ?

  • - Si ! si ! Tè, n'i'a ciel de-long.

Segur. Z'èn mounte l'aigo espilo. -

E loti Dôumas davalo à dons mètre de la font em' acb

m'adus un clot de drôuvi.

  • - Vesès, moussu ?

  • - Vese. Acb l'apelan, nautre, la cavalino, l'oung]o-

cavalino, l'oungleto.

  • - Coume voudrés. Lou tout es qu'es eicelènt pèr fi

plago, fi pougneduro de guèspo, de vipèro. N'avès que

de freta la fueio o de vous l'empega bèn sus la pèu : vous

tire tout fou verin

...

-

S'èro acaba, tout en charrant, noste dejuna campèstre.

E toco tu, toco - iéu ! pèr tout bèn coumpli, beguerian

tôuti quatre à nosto santa.

Bèn-lèu nous entournavian, Ion Gréule e iéu, emé

nosto cargo de four.

XII

tourne li Grhanoulié se preparon à la fèsto de saut

Jan.

ha nouveno, la vueio de la fèsto, jeu flo.

Li Batisto, Tisto, Tistoun e Tistet.

Ah ! fan vèire Chanolo, pèr sant Jan ! Dirias avis qu'es

la fèsto de Nouvè.

Chanoulié, Chanouliero soun en aio. Tres o quatre jour

avons, embaston sis ai, si mibu, atalon si carriolo e van se

prouvesi de viéure en vilo de Digne.

Deja clins Ion vilage Ion bouchié a passa.

  • - Dequé vous fan, Mèste Tôni ?

  • - M'adurrés dons kilo de buou.

  • - E vous, tanto Jaume ?

  • - Iéu ? adusès-me-n'en un kilo.

  • - Pas mai ? Aurés d'estrangié, ûàspi !

  • - Esperas. Adusès-me 'no dspalo de môutoun e piè

un bouta-couire. -

E fou bouchié marco, marco. La vueio de sant Jan adurra toute aquelo viando de bibu, de môutoun, d'a-

gnèu, sus sa carreto ; e nbsti Chanouliero pourran faire

marcha l'oulo, l'àsti, e la grasiho e la sartan

la caussino fi paret de sis apartamen ;

;

passon à

adoubon si taule

desglesido, si cadierc goio. Oh! boudiéu !

lis orne fan

tôuti li mestié : cantounié, menusié, fustié, massoun.

(A segui. j

A. Savié de Fourviero.

BMVR - Alcazar - Marseille

L AIÔLI

2Fq Jr

B,)! e iip

u nue, UL cor` sien la pivelarello,

1

Y1

i

c1

I

,

J1

i

nr,

t

Resplendissènt au tèmple de l'Amour,

ïuh i;

-Degnü escouta, Ion jouvènt que te bèlo,

l s i"`ii-

E'Irl' hli-otirriè encanto ié si jour!

1 i% tiq ii

.

.

J'.t

lai Vissant, l'essbriliaudanto estello

-£l suri Qie ibelaguejo amount dins la clarour,

slr

;,siitg. fan de-fes que,.baisse li parpello,

°Estàsià,"ia` couritèmplo toujour.

eeb ,?_-DDôu mopnde entié siés, tu, la soubeirano,

5iésil'Ideail que meno i eauso sano,

`toùstéms tour empèri s'est vist !

OTicb inPorgge -è+tiipèd l'l5umage de la liro,

i i(1 lir

Car, dg dé'tiï,q é' l'artisto s'ispiro

eglgitlir

s)zu9q i,

..

àalid iVÔIi

.i

liroudurfre un cap-d'obro requist.

,

J. Reynaud.

Vaqueiras,,,J;,d'Rt olirç 1897.

Se charro errai se ris. La fru fo alado

Poun lou catiéu e l'enfetant nescias,

E rescound tout, sont sa douço ransado, Lou grand arbre miste e bounias. Lou dison vièi, mai es toste. Sa rusco

Nourris enca de ram gaiard e drud

Lou cor èi dur sont l'àpi que l'eibusco ;

Soun en abounde e sabourous si fru.

- Servo toustènis 'quelo fierour granado Que tis ami remiron tant souvènt !

l'ai branco novo à chasco pountannado,

O vièi aubre, sènrpre jouvènt !

(Revira de L. Audiat.)

A. DE GAGNAUD.

Boulegadisso prouvençalo

A pareigu en bèu voulume, à la librarié Roumanille : Li

MASC, coumèdi espetaclouso e legendàri en cinq ate, pèr A.

Tavan, emé la traducioun franceso, 18:i pajo in-8'.

Se vènd

3 fr. 50. Li leitour de l'Aiôli, que l'a dounado en fuietoun, an

pouscu à soun aise juja de la valour d'aquelo pèço vilajano

ounte revivon sus naturo la lengo, li cresènço e la naïveta

eflfiinri

n! Tq

NOUVELUN

llar iL><4.

?1

1?aulin Guisol, di felibre de la

j ;a

, ; , çjj e tl'es enta ion çat iscou, - vèn de marida sa

l oso, emé M. Aleissandre Martre,

$4q,, ,Madam}s,01o,

Y ,au Tr bunau. Civil de la vilo d'Espinau. Tôuti nbsti

çgui}p!jmen e souvèt amistadous.

Ousoujp-cabisciu

di felibre de la Mar, Aguste

aube, av n de mçiui:i. Ouriginàri de Lengadb, s'èro de- vgtta tout entle,,i .posto Causo prouvençalo e Ion regre-

P du,tç

t, cor,,

,,

..

,

iiilèileBÙ'L_'Lbu BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ ARCHÉO-

LOGIQUE de Beziés a donna Ion Rapport de M J. Crozals

r$iiflTlei dizoo2a

! ÿde

oe'r i

néo-romane » ounte M. Gou-

làtr lg gtiJ=9â jb1

'(inedaia' de vermèi) pèr sa pèço La

tristo fi de Madaleno, ex-nëquo 'mé M. A. Vidal pèr soun

pbuèmolDbfjpdi'rsrlpu Île, maun paire. De medaio d'argènt

Lafosse, P. Molinier ; e de

tiiédtdn de brbui ze MM' F. Benoît e L. Bard.

GtountaÛt. - Qnauquis ami déu majourau En

Tamizev de Larroquej l'egrègi publicaire di letro de

e resc vdnpn he ie pourgi un oumage amistous. Es, dins

ui

c, serti t ceu sI

l'éloge d'un vièi castagnié que

'I)`D

Idel

en ITIS}co,'

JGdt

-

3a3Sm`!i

Beriuc-perIl ssis lou canto en lengo prouvençalo.

üJt, ;y

eici,aqueYi C tues estrofo, que Desirat Granier a boutado

Z'U Î-"CASTAGNIE

sel 1t''cÿtiiiilé Jèdrh`su tic cola,

Perd e ramous. I iféiitôjtret'd'abriéu,

<-ol

,$téi f e

r`

tN+ b f si

f

t' qu'au liuen vola;

-ixel iTtejrfseiaùr e }ras; vï?ngue l'estiéu.

onq-,Que ,etzrtpu'eiInîirin,e abrigeuso e franco !

injdO`Q

it4ii

o2üRïi4' e,:T'r,

'ieh ynand, fourestié.

An pies un gréa, e tambèn uno branco,

nôb

RYTi

e r

A ir{rt

rubreltctni.degaié!

Aptâsstri sus l'aubriho.

Amo d'ausi gènt roumiéu bon coumpan,

i

alois.çcpio fo.ala

no l!àtiaho,

ilsp'apltpj,

s oa franc ciae li tant.

rustico. Dins li vilage, ounte l'ivèr es souvènti-fes tant long,

vaqui pèr li gènt jouine de que s'esgaieja, se volon, en la

jougant, escarrabiha si vihado, e pèr Ion tiatre prouvençau

vaqui uno pèço nouvello que, quouro que se jogue, noun pôu

que faire bèn plesi.

L'ARMANA PROnvENçAU pèr Ion bèl an de Diéu 1898 a

pouncheja. Plus de besoun de n'en canta l'eloze : li qua-

ranto-quatre an que porto sus l'esquino provon que noste po-

ple Ion porto sus la paumo de la man. Veici pèr aquest an li noum di coulabouradou : J. Allié, L. Astruc, C. Auzière, A.

Berthier, canounge Bourges, Pau Bourgue, E. Bouvet, A.

Crousillat, J. Fabre, M. Faure, L. Foucard, A de Gagnaud,

R. Gineste, M Girard, F. Gras, J. Huot, E. Jouveau, E. Mar-

rèu, R. Marcelin, S. Michel, F. Mistral, J. Monné, G. Perrier,

Ch. Riéu, J. Reynaud, M. Raimbault, J.

Sicard, A. Tavan,

  • J. Veran, em' aquéu barjo-fresco que signo; Lou Cascarelet.

Soulamen. un cop d'iue de mai sus lis «esprovo» pourtarié

pas tort à la vèndo. Bèn faire vau mai que bèn dire.

Du FÉLIBRIGE A PROPOS D'UN LIVRE RÉCENT par M. Charles

de Bonnecorse, 22 pajo in-8' (Ais, libr. Makaire). Lou libre

qu'eisamino M. de Bonnecorse es l'Histoire du Félibrige déu majourau Gastoun Jourdanne, « intéressant volume d'un mé-

ridional qui connaît bien ce dont il parle et n'a ni parti pris

ni illusions s. Nous agrado de vèire qu'à-z-Ais coume à Ton-

louso l'impourtant travai de Jourdanne n'es pas resta souto

l'eimino.

Dins Le Forum républieain: Lou prouvençau à Sant-

Trefume d'Arle pèr Y.

  • - Dins Le Petit Poète : A Bargemoun pèr F. Chauvier.

-

Dins La Chronique de Béziers : La bugadièiro pèr

A.

Maffre.

-

Dins la Revue Méridionale :

Gras pèr M. André ;

Regrèts sus

Monsieur le juge Félix

la perdo d'uno gousso de

casso pèr A. Mir ; La fount de jouvènço pèr P. Estiéu.

-

Dins Le félibrige latin :

La filha reboussièira pèr L.

Roque-Ferrier ;

Lou lach de sauma pèr A. Tandon ; Lou ma-

riage dau sourel pèr A. Langlade ; La filha inabourdabla pèr

  • G. Ports.

    • - Dins Lou Gau :

Uno leiçoun de leituro pèr Mèste Eis-

seto ; Discours de G. Perrié i

reialisto de Rougnounas ; En

bousco d'uno cansoun

; Cadiero e tribuno poupulàri ; Li Prone

di curat; Sermoun de S. Proubàci pèr L. Spariat.

  • - Dins La Terro d'Oc : Par le Midi, un article sena de

J

F. Court; La Gitaneto pèr A. Fourès

del Titan pèr Nado-founs ;

S'èri

...

tarai pèr M. Fontayne.

;

La nouvello Escolo

pèr P. Froument ; Te can-

  • - Dins L'Hérault : Diseurs prononcé pour l'inauguration

de l'École félibréenne du Titan

Las gorgos d'Heric pèr A. Maffre.

par M. Achille Maffre de Ilaugé;

  • - Dins La Campana de 1Iagalouna : Lous Malurs d'un

Bousigaud ; La pastoura

e boa marquis (J. Dumas) ; Fèsta de

; La paraula tenguda ;

Beziès ; L'escola dau Titan (C. Gros)

Lou lach de cabra (E. Marsal).

  • - Dins L'Hérault : Outobre pèr A. Maffre.

  • - Dins La Vie marseillaise : Frédéric Mistral e Ion

Museon Arlaten, pèr V. Jean.

Coumençaren, au

cop que vèn, lou recit

mai-que-mai vivènt e coungoustous

Xr 4 O Bïe

journau de routo d'un liù-tenènt de reservo.

Au felibre IMBERT

N'as ôublida qu'eiçb, dins la richo garbello Que vènes de semoundre à Mas de Sevigné :

Es que, dins soun Grignan tourna-mai se venié,

Au Mikado perfumarié si letro bello.

Fabricant: Fèlis EYDOUX.

- MARSIHO.

Se vènd dins tduti li bons oustau.

A VÈNDRE

Pavoun blanc de Camargo

Li pavoun leiau, pountificau, qu'au tèms di papo, se

passejavon, ufanous, dins li jardin ineravihous don Palais d'Avignoun e se quihavon à la cimo di tourre e di merlet

pèr regarda, tout en fasènt la rodo, emé si co de velout

frapa coume li vièi riban dis Arlatenco, li farandoulo de

nanet se desplegant pèr li carriero. S'adreissa au burèu de l'Aiôli.

DEMANDAS

utu,

bat

LA MAI AMOUROUSO DI PIPO

EN RACINO DE BRUSC

S'atrovo en Avignoun, au Magasin DESHAYES.

Lou gerènt: FOLCÔ DE BARONCELLI.

En Avignoun, empremarié FRANGÉS SEGUIN.

ob,

A- LAC CA D®U PEROU

La meiouro di bevèndo pèr remounta l'estouma, famous pèr douna

de toun, pèr faire digètir pèr adouba la voues, superiour en tout au vin

de Quinquina e agradiéu en bouco coume lou vin de Castèu-Nôu.

drtsr ')1)P67 13éI

e,, o Mariànii

.oil 11o lev

>Nla § :bo

_resiauraf, .

Que s'eq,ass bpurax

Dins li "sodleu éstr tni,

Pèr béure risoulet

Toun vin de capitàni, Esperaren pas, nàni,

D'avé l'estouma blet.

;,;

Mariani.

fr la: bol ti o,; à Paris, balouard Haussmann, 41, farmacio

SAO( E`ï_1:11i

ARGUS DE LA P É SO

FOtJNDA EN 1879

s Pour être sûr de ne pas laisser échapper un journal qui l'aurait nommé,

il étai

abonné à l'Argus de la Presse, qui lit, découpe et traduit tous les journaux

du monde et en fournit les extraits sur n'importe quel sujet. »

Hector Malot (ZITE, p. 70 e 323).

L'Argus de la Prèsso fournis is artiste, literatour, sabènt, pouliticaire, tout

parèis sus soun comte dins li journau e revisto dôu mounde entié.

ço que

L'Argus de la Prèsso es Ion coulabouradou endica de téuti aquéli que preparon un oubrage, estùdion uno questioun, s'éucupon d'estatistico, etc.,etc.

S'adreissa i burèu de l'Argus, 155, carriero Mount-Martre, Paris. - Telefone.

]L'Argus legis âi,000 journau pèr jour.

AIN DE CASTWNÔUDE-PAPO

  • CL U CASTÈU DE ROCO-FINO

inca eb oi`,uv L'I

.c.iit;in

,ù3Ju;;

muni

PR S C0,Ut

no

nJ

ri

Roeo-.lino, la

rund lao

Co

F'

o. u

pèço de ,225 litre enviroun

2n0,

'd

2

(no

2

d

.Tir'. d eR

id.

e

la caisso de 25 boutiho

e

.

.

0

e

e

0

e

0

e

è

0

e

0

0

.

e

e

e

e

e

17S fr.

G CD

8 ®CD

1 CDo

/ r.

Ire

Ire

BMVR - Alcazar - Marseille