Vous êtes sur la page 1sur 8

vlEDEsARTS N.'/6

|

27

L'ARTDU

MOUVEMENT

,UsTE AVANTTEHASARD

GUVRESRÉCET,ITE5

DEMrcHErPTMPARÉ

AndréHénault /Art actuel Du 2 au 30 octobre 372, tue Sainte-Catherine0uest Espace 5 28

Le soletl @u(hont

envoyo son oernter royon vet(, rggT Techniq!emixtesur papier

56 xt6 c m

ovont de dispotoître

Rclativenrentsiurplcsousubtile-

nrcntconrplcxes,lcsformesnrodu' laircsdc Michell'inrparésenrblent prcssécs. (lommc dcsindiriduscLrns uncfoulcet commcla foulecllc- mônte,cesfornrcsav:Lncent,fuicnt, sc disperscnt,se bousculcnt,sc

r':rsst'nrblcntsurlasrrrfaccduplpit,r

oudclatoile.L'arlisteaimelenrou-

venrent;il enmaîtriscI'illusion.Ricn

dctclgucdc

poseldesrcctluglesqui rappellcnt

iuxtaposcr ctdcsupcr-

dcsbâtonnelsd'inégaleslongueum odcntésdansunedilcctonet d'y

opposcrd'autrcsfornrcscompa-

rirblesntaisenmoinsgrandnonrbre dirigécsdanslesenscontrairepour suscitcrlasensationdumoulcnrent. Pourdonnerl'in4rrcssiondeh pro- fondeur,il suffit,parexemplc,d'un fondplusclllirstdédc lignesver'- licalt's.Cesprocédrtssonl bien connus.l,cspeintrcsdcI'abstruction \r'ique les ont largernentpopula- lisés.L'intérêtdesacryliquessur' toileel desptstclsde trlichcl Pimp'lr'étientà cc r1u'lucurrrtes nrodLrlcsncsoitidentiqucà l'nrtrc. ll: érttlrrtt'trlclrttcttnrlunLlt'\trcr(;:l tt'ulsiugulicr'.Ainsil'urlistrpropo sc-t-ildxllschrtcurtcdc scs (Lu\rl:s

tunnricÎ0cosrilcLlniqueconstitué

tl'élérnentsscnrbl:rblcsnruistlif-

fér'cnts.[;rprincip:rlep:utdcI'honro généjlrrd0 chrrqucpiècr lcposcsur

l:rlonrtlittld,' I't'rtst'ttthlt' (blt,tt vt'rr,

rouge) c0nfinrutntt;u'il s':rgitbicn

tl'unnrilicrrou tl'rrrrruonrlt'ptlticu- licl dont un :Lsl)cctscuicnren(,<lonl un nlonrcntprivilégié (le l'hisloirc -

ccllct;Lrcpréscntcl'lrrtislc justcnlcnl

- sontoffcflsi\ ll vrrcrlusl)cctllcur:

at:uttl la husurd c<>ttne

I'intlitluclc titrc dc I'c\i)osition. Apr'ès.l'irrtislcrléclint'srns doLttc toutcrcsponsabilité

jusla

VIES

D'ARTISTES

D'ICI,

MichelPIMPARE

Migrations

Jules Arbec

ur le thème<Migrofion>, Michel Pimporénous présente,jusqu'ou 17 mors,ou Biodômede l'lleSointe Hélène,dix-huittoilesqui nous porlent de lo vie des oiseoux.Avec ces æuvres.véritoble invitotionou voyoge, I'orfistenousinciteô portir ô nohe tour ou, du moins,à suivreces volotilesdu regord dons un espoceimoginoire.Dqnssestoiles,de grondsoiseoux,touiesoilesdéployées,prennent leur envolvers.lespoys mythiquestout en conservontdes évocotionsbien concrètesqui nouslienlà l'environnemenl. Depuisplus de vingl ons, lo noturefut et demeure pour lui lo principole source d'inspirotionet son meilleurmoître.Donsson ceuvre, observotion el tronsoosition se coniuguenidoncou cæurd'un mêmeprocessus de créotion,qui s'oppuied'obord sur une sensibilitéet une expérience combien pertinentesqui morquentl'évoluiionde so oroduction.

Bfeidômedc

MonûÉal

Foycr du Caneiour de l'envlronnemcnt 4 777, av.cnue Plerrcd€ Coubcrdn Jusqu'au17 ma13

1996

Ouv?rt7 jou6 / semainsde

thà18h

D'AIttEURS

OU

D'AUTRE

PART

Chez lui, lo proximitéovec lo noturese monifeste trèsfôt por I'opporitionde touteune ménogerie d'onimouxqui envohissentpeuô peusestoiles.Ce bestioire,richede significotion,constitueô lo fois une onthropologiedu réelel une porte ouvertesur I'imoginoire.Cetie mélomorphose rejointfocilement le fontostiqueet pourquoipos un certoin surréo- lisme.

Dons

<Migrotions>,l'or-

tiste cultive cette

mêmevisionsub-

lq

série

ieclive. ll suspend le mouvementdes oiseoux,ne seroil-

ce qu'un moment,pour en colquerlo dynomique

ou moyen de gronds gesteslorgeset somptueux,

dont lo libertéreiointle rythmed'un bottement d'oiles,lo legèrefrêd'unenvol. Avec unegestuelleporticulière,il nousfoit pÉnéirer I'inlérieurmêmedu mouvementde l'æuvreel en

décortiquele rythme,séquenceoprès séquence. Porlo mogiede so ligne,I'ortisledélimiteolorscet espoceet le rend hobitoble.En hit, il lui con{ère unerespirotion,unesorlede souffiequi seroitlo vie mêmede l'æuwe. Cestroitssedéploientô chompet conhechompdu tobleou,comme ces oiseoux qui en lrocent l'étenduede l'ælrweet invitenldu mêmecoup le speclotreurô en soisirtoutelo profondeur. Donscetleétendue,de petifestouchesnerveuseset incisivesse iuxtoposent et se coniuguent,lormont unevéritrcblehomeou, mieuxencore,un poysoge d'onièrefondqui nousdonneporfoisl'impression de creuserlittérolementI'espocepour mieux cQ;oger I'essentielde lo gestuelle.Michel Pimporé rârlise oinsi une sortede fusionentrele fond et lo forme,qui unifieletobleou. Cette synihèseest obtenueprincipolementou moyende ieux d'opproximotion,de formes,que I'orlistecombineoveclo superpositionde couleurs qui lontôtsecomplètent,tontôis'opposenl.L'ortisie intensifieolors ces différents controstes chromotiquespor de lorgesempôtementsô l'huile ou à I'ocryliqueouxquelsil oiouterodesmélonges de goudron. Une telletechniqueconfèreô sestobleouxcette consistonceplostiqueet, élrongement,une honsporencequi deviennentô lo foisuneprésence pour le regord et une fenêtreouvertesur un oilleurs.I

t

r

N

F o

R M

A

r

E

u

R

D

En},o.t,1Yr5,

àcrrique sur paplcr fait mrin, 91,4x

11ô,8cm

E

s

A

R T

s

141

Bibliothèquedeùunhan

!

o

m

O)

t-

m

o

ç

o

MichelPimparôprôsenteune

exporitionroloau (entre d'art

- ';t1.,,ïilil,

cennies

de.Sales,c'estdesgamdechars.Vôije

peignaisdans maiave, j avarsaucun contactavec aucunartistede quelclue disciplinequecesoit.Un boutiie canl-

pagne, des rtrckers. Ils venaient voir.

on parlartde chars

raispeut-êtremort sansla peintuie.-

Chez

nous à Saint-Francois

Moi

aussi, ie se-

,.Je me voyais pasêtre peintrepour

gagnerma yie.J'ai décidé

suis arrivé à Montréalà vinei ans ChczRobutel,auGueulart,c'éuit fou.

on parlait pu de chars, on parlait pelnture.D

quana 1e

ça

M^ichelPirnpruénecessederayonner

au Québec et à l'étranger.de nousin-

de sesûrres

vibrants: <Saute-moutonsrr,.Les ro-

man rose

bleu", <Envolrr,.<Concorder>

raparminous,le 5juin: nousle saluons

avecgrandplaisir

terpellerde sescouleuËet

>,

<Le lézard était vert-

etil se-

n'.lymphonir du pnntrmpe,

LæCentred'art de Dunham invite par

ailleurs

phoniedu prinremps-. une exposiiion

de Mic.helleFngière.du 5 au 26

dans la

l'établissement.

MichelleFrigièrehabiteSunonerpar-

tlclpeaux expositionscolleclivesdu Centred'art tle Dunham,depuisquatrc

ans. Cette fois, elle nous offrê une

.Symphonie du printemps,,en

Notreartisteexplore

[que vor I estampe.b,llearumerupour

nous.sonbouque(aux multiplesct,u.

leurs. lorsdu vemissage. le 5 1uin. d,

!e

grand public à visiær

deuxième

salle 2

"Sym-

1uin.

d e

'acry- solol

Laquarelle. I

-

l4 heuresà l6 heures. [æsdeux sa]lesd'expositionsonlac- cessiblesaux visiteun du ieudi au tti- manche,de I I heuresà l7 hturesetuux heuresd'ouverturede la bibliothèque.

Pourinformation:295-262l.

m u$r.lt$ilm

m

U'

D

La Salle Normand Gaudreau ac- cueilleunepremièredanslarégion:une

solo de Michel Pimparé, in-

je nefaispasle monde,il esr

déjàfait.>CettecitarionsuggèreIejeu-

nous DroDose

3

(Jl

m exposition

I drulee "

c- action-rechercheque

g

z

N

o Occasionunique!André HénaultArt Actuel etle Centred'ar"tdeDunham ont

orcheshé cette pré.sentationpour nous permettrede découvrir l'æuvre de Mi- chel Pimparé,sescréationsrécentes,de plus en plus épurées,des extraits de le tempsdes oiseauxen

pafiancedansI'espaceet.la "Migration-, couleur;et

de Ia periode Juite

o 5

I'artiste.une explorâtionde I'inviiible

à même la source-couleur.

avant le hasardo,

desmomentsde ravissement,d'equili- bre,avantla nécessité. Michel Pimptuépeint depuistrois dé-

GAHIER

E

llontréal,

mercredi31

1996

*il\\i,\*\È\\.\\i:\l\\NÈ.io\R$i

lanvlêr

rt$

unhnsor

l',APPn0ustoiltfEilEill

s0cruDEsniltitAux

I Je connais assezbien la

peinturede Michel

son oeuvre est un joyeux bes-

tiaire imaginaireaux couleurs

vives.On devine la

tation d'oiseauxou de pois-

sons mais sanspouvoir

identifier lesespècesavecpré- cision, évidemmentpuisque

I'artiste les invente. Eh bien! quellene fut pas

ma surprise,et cellede I'artis- te aussi,l'autre soir lors du vernissagede Migration au Biodôme,d'entendrela lectu- re scientiliquede sestableaux

par un

rcprésen-

Pimparé;

en

prof de biologie,Luc.

son clavier) au

Giraldeauétait très

Alain Giraldeau. Il y avaitde quoi faire ravalerson crayon

( ou plutôt

critique d'art le plus confir-

me. M.

emballé de constater que

l'éthologie ( étudedu com- portementanimal dans son

milieu naturel ) et la peinture

se rencontrent et arrivent à

des théories,I'une picturale, I'autre conceptuelle,qui dé- crivent, d'un accordsurpre-

nant,

d'un mêmephénomène. Ici c'estla migration.L'ani-

mal estsaisi,résumédansson

caractèr€essentiel.Le mouve- ment migratoire,et le déraci-

nementqui en résuhe,explF

que

I'evanescencede ces migra-

les multiples facettes

peut-être,

dit-il,

teurs pressés,constituésde

l'endroit même ou I'instant

les

bien dit. Et iuste ! J'ai révisétoute ma lecture. Avec un plaisir plus scruta-

teur. Ce qui me rassurec'est que Michel Pimparénon plus

n'avait pas vu de cellules

d'ADN dans son tableau!

Celadit,

resterapaslà ! C'estle tableau

intitulé leux de Michel Pim-

paréqui illustrerala couver- ture du très sérieux livre sur

la théorie de I'approvisionne-

ment socialdesanimaux que

place Comme cela est

notre éthologuen'en

l |

M. Giraldeau est en train de

rédiger avsc un collaborateur.

Spectacle

ùililli:$\\\.{i\'$ririi.\\i:}\\l\1.\\.r\lll,'*

t ^

I

I

I

A./-\.

f

L

t--\t

L_L\_,/

I

,/-\.

\_

SILIO|IS

Latentationde s

consacré à

ce jour, sept années de sa vie au thème de la tentation de saint Anfoinè. Il accorde donc une place prépondérante à saint An-

toine dans ses oeuvres de ces dernières années. Le saint An- toine dont il s'agit vécut enre

251 et 356 de notre ère. Originai-

re

Egypte, il mena une vie d'ermite dans le désert, en proie à des tentations auxquelles il résista.

Michel

Pimparé

a

de

la

Thébaide

en

Haute-

par Pierre-Paul Carmier (collaboration spéciaIe)

'

-

-

.

,

Pimparé présente ses oeuvres

à

jusqu'au

sa démarche iepose entièrement sur I'imaginaire.Il délaissetous

22 avril. Il déclare que

galerie L'Imagier d'aylmer

la

les aspects qui

j

':

'sant

,',.bizarie:' .Le

sion

'il

d'art.

j''!baif.

tiennent du réa-

'dre lisme ou de considérations d'or-

pein-

"tre 'et qui ee fie surtout à eesélans

moral. Pimparé esùun

motivations

intérieurs,

.son

imaginaire

trois

lais-

déborder

'. - dans le bizarre. Il définit ainsi le

bizarre est une fu-

formes

le

.

visible ce

Ij.que'furent'les tentations de I'a-

-;

.

affiche haute en couleurs

lut conçue spécialement pour la

patfaite. de

'

. -,etlle

surréalis;re., Com-

Drédécesseure, -

-

ei Ernst

.:ine 'd'illustree

':-.Pirnparé .l.Boech, .Grùnew-ald

.veut

rendre

nachorète éryptien.

,

,' i

't

Une

venue de I'eroosition dane notre

i

j'ïegion.

l.fond,

Pimparé oir :. toine aur

'

On y voit, en toile de

tableau de

le

détail d'qn

figure un saint An-

prises

que pré-

avec la tenta-

tion qui semble prendre la forme

souligne

;.

i de phanùasme.Pimparé dans un texte,' I'intérêt

, sente I'ensemble du phénomène

q.'.pour

'tionrque

psychanalyse. f,'invita-

lançait I'ariiste

était

, tèintée,d un.peu'd'humouq, pres-

Ii.:-',

I

.,if

/.

'

\.{'

i

\*i,

.

que un sous-titre,commeil con- vie ainsi le public à voir I'expo-

sition'

tation".

"ne résistezpas à la ten-

Pour I'occasion,la galerieL'I-

magier prenait

Quant

aux

retrouve

des allures de

monastère:encens,lampions et,

à I'instar des ascèies,figues eb dates en guise de nourriture.

tableaux eux-mê-

mes, ils

téroclite. A

semblent aussi très chargés.On

y

élémentsdu bizarre doni parlait

Pimparé.

compte

que la

tiste est fort

Iigne ou un tracé à I'huile vient

complémenter

couleur

vas de base.

présententun aspecthé-

première vue,

ils

néanmoins les trois

Il

convient de

dire,

tenu de ce qui précède,

manière picturale

,de

I'ar-

intéressante. Une

et rehausser la

qui

fait, office de cane-

le

"bizarreo semble bien cadre qu'il

oeuvre. Sur le plan purement

plastique, il

un certain recul. Il y a liaison ou

graphisme

et de

(la

la

(la'ligne

bizarrerie)

Ce que I'artiste entend par

(et non

la

s'inscrire

veut

dane le

donner à eon

faut bu apectateur

du

mieux intégr4tion

'ner

ou

le

osoulignér)

matière picturale elle-même couleur) qui peut ou bieu gê- ou être perçue comme une

recherche de etyle.

Ce souligné

grille

.gerait un peu comme une

de

pographie

par-dessus

des huiles. Chaque tableau pré- sente une couleur dominante et

toujours dans des tons, qui mal-

gré

tout, demeureni eobrsedanp mesure où la dominante eert thème pictural.

En plus de présenter see ta-

bleaux, Pimparé fait aueei voir des reproductions photographi-

de

la

repérage géodéeiquede la to-

picturale; elle'court lee formes sinueuses

ques de certains détails; elles

sont accrochées de chaque côté

en retrait dee oeuvres. Ce sont

un aperçu fragmentaire d'un es-

rintAntoine

FI

lr

i

i

1", .t

I

i

<,

.r'ï.'

,.'*:-

pace limité ou d'un motif parti-

culier du tableau. En cela, I'ar-

tiste fait en

de documentaliste.

mêmetemps oeuvre

Quant

"La

au

thème d'ensemble

'ti-

des tentations de sainùAntoine,

on le retrouve dans ôertains

tres:

.L'attaque des bêtes furieusQso

tentation charnelle",

ou encore .Antoine et les possé-

flss". Quan! à la

de saint Antoine.

détails dans les tableauxtradui-

raient, par leur côté anecdoti- que, des épisodesde la vie ou les visions du saint homme. Pour le spectateurmoyen, en dé-

pit

facture originale de I'oeuvre, cel-

le-ci demeurehermétique.

"petite

histoire"

une foule de

de I'attrait

véritable, , de la

Au

demeurant, oeuvre tout'à

Se confondent.ici '

l'autre

fait valable.

deux recherches: une premiëie au niveau.plastique, où I'artiste innove' pour une large part'let

deux

volets, I'un historique,

: uqe deuxième, celle-lâ à

. ,empreint de mysticisme qui let

une exploration que I'artist€ lqit

-,par 'n'aurait choix rien

' ti{ue, sauf peut-être I'allure;

personnel. Pimpgré

lui-mêmed'un myp-r

'il

,'

il'

;,.

tll

lii

t i

l

i

t,
I

:

',i

i,

h

T.i

il

ltl

n .

l'r

ii

r1

,

l

ii

i

I

l

,''

'I

ne.fonde pas d'ailleure eon inÇ-

dans cette ephère,

mâis sa quête semble déjà I'eh-

paller

traîner plus loin que le

d'un propgs purenent bniriquei

rêt premier

Dans un tout aqtre

d'une

iii-

la mi.

dées, signalons que vers "à*

avril,

"Foufounes

git

spontanéeotr deepeintres exécû- tent, des bableauxdevant un .atr-

ditoire de cabaret de la rue Stè- Catherine à Montréal. Consiûé

Pimparé sè produira ailr

électriques".Il

e'à-

soirée de créatiiln

.par plusieurs, ce genre

d'évàre-

QqAi.

ment semble par ailleurs harrtÈ-

ment prisé par des esthètesassis -

devant unê grosse .molo.

qu'il en soit, on se demande,ôi

Pimparé se ' tenter par.le

laisgera cette foir{jlà

même thème? ,

,'

r

h 'sÈ ËEE I

È 'ÈXa.

E

('

ÉÈ I

-

)<a

Rjài

_'io;

-s

q

c

o

5

C')

-e

o

(t '$l

È

È

o

E

5

s

5

a

.H

v,

s

È

o

q

tr a

t-

l{

ë

o

E

F

I

5

a

è

o

È

Ë

{

F

s lrt

c

s

{

lrl

a

s

o

a

.9 È

{ri q.

|r|

{

ro

@

C"

(E

=

L

\f

ct

z

\t

o

o

lO

tr

U)

o

E

:'

tt

g

o

o

c

o

tr

3 e,

o

o

!

-g

o

tr

L

o

E

o

c

o

o

c

o

.g

iËllgiiËË3Ë

ËgliiifttigËË

lïïïgsi,Ëffi liHËIifiËgiiifiËËl g

LAPRESSE,MOIYTRÉALJEUDI15FÉVRIER1996

RTCMARD

coll.ûborotion spéciale

TÂBBÊ

tlnBioilomesttilt

Il n'y a pasque desanimauxvivants au Biodôme.Il y a aussidesanimaux

peints! Et cesanimauxsont I'oeuvre de I'artiste Michel Pimparé,qui pré- senteson expositionMigrationau Bio-

dôme jusqu'au l7 mars.

Travaillant avecdes matériaux com-

me I'acryliqueet

nous offre une séried'oeuvresdont la principalethématiqueest,commele ti- tre de I'expositionI'indique,la migra- tion desanimaux.Cesoeuvressont installéessur le parcourshabituel qu'empruntent les visiteursdu Biodô- me.

I'alkyde, Pimparé

Loin de déstabiliserle visiteur, Ies

oeuvresde

commeun complémentnaturelauxtÉ-

peuventêtre vuestout

tes vivantesqui

au long du parcours.

Pimpareagissentplutôt

BIODOME : 4777,Pienvde{oubertin

------aa-aa---aaa---a