Vous êtes sur la page 1sur 8

v l E D E sA R T S N .

' / 6 2 7
|

L ' A R TD U
M O U V E ME N T
,UsTEAVANTTEHASARD
GUVRESRÉCET,ITE5
D EM r c H E rP T M P A R É
A n d r éH é n a u l t/ A r t a c t u e l
Du 2 au 30 octobre Le soletl @u(hont ovont de dispotoître
envoyo son oernter royon vet(, rggT
3 7 2 , t u e S a i n t e - C a t h e r i n0eu e s t T e c h n i q ! em i x t e s u r p a p i e r
E s p a c e5 2 8 5 6x t 6 c m

Rclativenrent siurplcs ou subtile- t l ' é l é r n e n t ss c n r b l : r b l c sn r u i s t l i f -


nrcntconrplcxes, lcs formesnrodu' fér'cnts. [;r princip:rlep:ut dc I'honro
laircsdc Michell'inrparésenrblent généjlrrd0 chrrqucpiècr
lcposc sur
prcssécs. (lommcdcsindiriduscLrns
l : r l o n r t l i t tdl , ' I ' t ' r t s t ' t t t h(l bt 'l t , t tv t ' r r ,
unc foulcet commcla foulecllc- rouge) c0nfinrutntt;u'il s':rgitbicn
mônte,cesfornrcsav:Lncent, fuicnt, t l ' u n n r i l i c ror u t l ' r r r r u o n r l tp' t l t i c u -
sc disperscnt, se bousculcnt, sc licl dont un :Lsl)cct scuicnren(, <lonl
r':rsst'nrblcnt surla srrrfacc du plpit,r un nlonrcntprivilégié(le l'hisloirc-
ou dc la toile.L'arliste aimele nrou- ccllc t;Lrcpréscntcl'lrrtislcjustcnlcnl
venrent; il enmaîtrisc I'illusion. Ricn - sontoffcflsi\ ll vrrcrlu sl)cctllcur:
dc tcl gucdc iuxtaposcr ct dc supcr- jusla at:uttl la husurd c<>ttne
poseldesrcctluglesqui rappellcnt
I ' i n t l i t l u cl c t i t r c d c I ' c \ i ) o s i t i o n .
dcs bâtonnelsd'inégales longueum
Apr'ès.l'irrtislc rléclint' srns doLttc
odcntésdansune dilccton et d'y
t o u t cr c s p o n s a b i l i t é . . .
opposcrd'autrcsfornrcscompa-
rirbles ntaisenmoinsgrandnonrbre
dirigécs dansle senscontraire pour
suscitcr la sensation du moulcnrent.
Pourdonnerl'in4rrcssion deh pro-
fondeur, il suffit,par exemplc, d'un
fondplusclllir stdé dc lignesver'-
licalt's.Cesprocédrts sonl bien
connus. l,cspeintrcs dc I'abstruction
\r'ique les ont largernent popula-
lisés.L'intérêtdes acryliques sur'
t o i l e e l d e s p t s t c l sd e t r l i c h c l
Pimp'lr'é tient à cc r1u'lucurr rtes
nrodLrlcs nc soitidentiquc à l'nrtrc.
ll: érttlrrtt'trl clrttcttnrl unLlt'\tr cr(;:l
tt'ul siugulicr'. Ainsil'urlistrpropo
sc-t-ildxllschrtcurtc dc scs(Lu\rl:s
tunnricÎ0cosrilc Llniqueconstitué
VIES D'ARTISTES D'ICI, D'AIttEURS OU D'AUTRE PART

Chez lui, lo proximitéovec lo noturese monifeste


MichelPIMPARE très fôt por I'opporition de toute une ménogerie
d'onimouxqui envohissent peu ô peu sestoiles.Ce

Migrations bestioire,riche de significotion,constitueô lo fois


une onthropologiedu réel el une porte ouvertesur
I'imoginoire. Cetie
Jules Arbec
mélomorphose
r e j o i n tf o c i l e m e n t
u r l e t h è m e< M i g r o f i o n >M , ichel l e f o n t o s t i q u ee t
P i m p o r én o u s p r é s e n t ej,u s q u ' o u p o u r q u o ip o s u n
17 mors,ou Biodômede l'lleSointe c e r t oi n s ur r é o -
H é l è n e , d i x - h u i tt o i l e s q u i n o u s lisme.
porlentde lo vie des oiseoux.Avec Dons lq série
ces æuvres. véritoble invitotion ou <Migrotions>, l'or-
voyoge, I'orfistenous incite ô portir ô nohe tour tiste cultive cette
ou, du moins, à suivreces volotilesdu regord m ê m ev i s i o ns u b -
dons un espoceimoginoire.Dqns ses toiles,de
ieclive.ll suspend
gronds oiseoux,touiesoiles déployées,prennent le mouvementdes
l e u r e n v o l v e r s . l e sp o y s m y t h i q u e st o u t e n oiseoux, ne seroil-
c o n s e r v o ndt e s é v o c o t i o n sb i e n c o n c r è t e sq u i ce qu'un moment,pour en colquerlo dynomique En},o.t,
1Yr5,
nouslienlà l'environnemenl. ou moyen de gronds gesteslorges et somptueux, àcrrique sur paplcr
D e p u i sp l u s d e v i n g l o n s , l o n o t u r e f u t e t dont lo liberté reioint le rythmed'un bottement fait mrin, 91,4 x
demeure pour lui lo principole source d'oiles,lo legèrefrê d'un envol. 11ô,8cm
d ' i n s p i r o t i o ne t s o n m e i l l e u rm o î t r e .D o n s s o n Avec une gestuelleporticulière,il nous foit pÉnéirer
c e u v r e , o b s e r v o t i o n e l t r on s o o s i t i o n s e I'inlérieurmême du mouvementde l'æuvre el en
c o n i u g u e ndi o n c o u c æ u r d ' u n m ê m ep r o c e s s u s décortiquele rythme,séquenceoprès séquence.
d e c r é o t i o n ,q u i s ' o p p u i ed ' o b o r d s u r u n e Por lo mogie de so ligne, I'ortisledélimiteolorscet
s e n s i b i l i t ée t u n e e x p é r i e n c e c o m b i e n espoce et le rend hobitoble. En hit, il lui con{ère
p e r t i n e n t e qs u i m o r q u e n tl ' é v o l u i i o nd e s o une respirotion,une sorlede souffiequi seroitlo vie
oroduction. mêmede l'æuwe.
Ces troitsse déploientô chomp et conhechompdu
tobleou,comme ces oiseouxqui en lrocent
l'étenduede l'ælrwe et invitenldu mêmecoup le
speclotreur ô en soisirtoutelo profondeur.
Dons cetle étendue,de petifestouchesnerveuseset
incisivesse iuxtoposentet se coniuguent,lormont
une véritrcble home ou, mieuxencore,un poysoge
Bfeidômedc
MonûÉal
d'onièrefond qui nous donne porfois l'impression
Foycr du Caneiour d e c r e u s e r l i t t é r o l e m e nIt' e s p o c ep o u r m i e u x
de l'envlronnemcnt cQ;oger I'essentielde lo gestuelle.Michel Pimporé
4 777, av.cnue rârlise oinsi une sortede fusionentre le fond et lo
Plerrc d€ Coubcrdn
forme,qui unifiele tobleou.
Jusqu'au17 ma13
1996 Cette synihèseest obtenue principolementou
Ouv?rt 7 jou6 / moyen de ieux d'opproximotion,de formes,que
semainsde I'orlistecombineovec lo superposition de couleurs
thà18h qui lontôtse complètent, tontôis'opposenl.L'ortisie
intensifieolors ces différents controstes
chromotiques por de lorgesempôtements ô l'huile
ou à I'ocryliqueouxquelsil oiouterodes mélonges
de goudron.
Une telle techniqueconfèreô ses tobleoux cette
c o n s i s t o n c ep l o s t i q u ee t , é l r o n g e m e n t u, n e
honsporence qui deviennent ô lo fois une présence
p o u r l e r e g o r d e t u n e f e n ê t r eo u v e r t es u r u n
oilleurs.I

t r N F o R M A r E u R D E s A R T s 141
Bibliothèque
deùunhan
Michel prôsente
Pimparô
!

o
m
O)
une
t-
m
o
ç
o
m
roloau(entre
exporition d'art
- ';t1.,,ïilil,cennies..Chez nous à Saint-Francois
u$r.lt$ilm de.Sales,c'est desgamde chars.Vôije
n' .lymphonir dupnntrmpe,
m peignais dans maiave, j avars aucun LæCentre d'art de Dunham invite par
U' La Salle Normand Gaudreau ac- contact
avec aucun artiste de quelclue ailleurs !e grand public à visiær
D cueilleunepremièredansla région:une discipline "Sym-
phonie du prinremps-. une exposiiion
3 que ce soit. Un bout iie canl-
m exposition solo de Michel Pimparé, in- pagne, de Mic.helleFngière.du 5 au 26 1uin.
des rtrckers. Ils venaient voir.
I drulee .. je ne fais pasle monde,il esr on parlart dans la deuxième salle 2 de
" de chars... Moi aussi,ie se-
(Jl déjà fait.> CettecitarionsuggèreIejeu- rais peut-être l'établissement.
mort sansla peintuie.-
c- action-rechercheque nous DroDose
g I'artiste.une explorâtionde I'inviiible ,.Je me voyais pas être peintre pour Michelle FrigièrehabiteSunoner par-
z à même la source-couleur. gagnerma yie. J'ai décidéça quana
t l c l p e a u x e x p o s i t i o n sc o l l e c l i v e sd u
N 1e Centred'art tle Dunham,depuisquatrc
o Occasionunique! André Hénault Art suis arrivé à Montréal à vinei ans...
o ans. Cette fois, elle nous offrê une
5 Actuel et le Centre d'ar"tde Dunham ont Chcz Robutel,au Gueulart,c'éuit fou. .Symphonie du printemps,,en solol
orcheshé cette pré.sentationpour nous o n p a r l a i t p u d e c h a r s , o n p a r l a i t Notreartisteexplore 'acry-
permettre de découvrir l'æuvre de Mi- pelnture.D Laquarelle.I
[que vor I estampe.b,llearumerupour
chel Pimparé, sescréationsrécentes,de nous.son bouque(aux multiplesct,u.
plus en plus épurées,des extraits de M^ichelPirnpruéne cessede rayonner
au Québecet à l'étranger.de nous in- leurs. lors du vemissage. - le 5 1uin.d,
le temps des oiseaux en l4 heuresà l6 heures.
"Migration-, terpellerde sescouleuË et de sesûrres
pafiancedans I'espaceet.la couleur; et
vibrants: <Saute-moutonsrr,.Les ro- [æs deux sa]lesd'exposition sonl ac-
de Ia periode ..Juite avant le hasardo,
man rose...>, <Le lézard était vert- cessiblesaux visiteun du ieudi au tti-
des momentsde ravissement,d'equili-
bleu", <Envolrr,.<Concorder>... etil se- manche,de I I heuresà l7 hturesetuux
bre, avant la nécessité.
ra parmi nous,le 5 juin: nousle saluons heuresd'ouverture de la bibliothèque.
Michel Pimptué peint depuis trois dé- avec grand plaisir Pourinformation:295-262l.
GAHIER

E
llontréal,
mercredi
1996
31lanvlêr

*il\\i,\*\È\\.\\i:\l\\NÈ.io\R$i
rt$ Spectacle
ùililli:$\\\.{i\'$ririi.\\i:}\\l\1.\\.r\lll,'*

unhnsor
l',APPn0ustoiltf
EilEill
DEs
s0cru niltitAux
I Je connais assezbien la
peinture de Michel Pimparé;
son oeuvre est un joyeux bes-
tiaire imaginaireaux couleurs
vives. On devine la rcprésen-
tation d'oiseaux ou de pois-
sons mais sans pouvoir en
identifier les espèces avecpré-
cision, évidemment puisque
I'artiste les invente.
Eh bien ! quelle ne fut pas
ma surprise,et celle de I'artis-
te aussi, l'autre soir lors du
vernissage de Migration au
Biodôme,d'entendre la lectu-
re scientiliquede ses tableaux
par un prof de biologie, Luc.
Alain Giraldeau. Il y avait de
quoi faire ravaler son crayon
( ou plutôt son clavier ) au
critique d'art le plus confir-
me. M. Giraldeau était très
emballé de constater que
l'éthologie( étude du com-
portement animal dans son
milieu naturel ) et la peinture
se rencontrent et arrivent à
des théories,I'une picturale,
I'autre conceptuelle,qui dé-
crivent, d'un accord surpre-
nant, les multiples facettes
d'un même phénomène.
Ici c'est la migration. L'ani-
mal est saisi,résumédans son
caractèr€essentiel.Le mouve-
ment migratoire, et le déraci-
nement qui en résuhe,explF
que peut-être, dit-il,
I'evanescencede ces migra-
teurs pressés,constituésde
l'endroit même ou I'instant
les place...Comme cela est
bien dit. Et iuste!
J'ai révisétoute ma lecture.
Avec un plaisir plus scruta-
teur. Ce qui me rassurec'est
que Michel Pimparé non plus
n'avait pas vu de cellules
d ' A D N d a n s s o n t a b l e a u!
Cela dit, notre éthologuen'en
resterapas là ! C'est le tableau
intitulé leux de Michel Pim- l
paré qui illustrera la couver- |
ture du très sérieux livre sur
la théorie de I'approvisionne-
ment social des animaux que
M. Giraldeau est en train de
rédiger avsc un collaborateur.
t^

SILIO|IS
I A./-\. ,/-\.
I f L I
I t--\t
L_L\_,/ \_

La tentationde s
Michel Pimparé a consacré à que un sous-titre, comme il con-
ce jour, sept années de sa vie au vie ainsi le public à voir I'expo-
thème de la tentation de saint sition' "ne résistez pas à la ten-
Anfoinè. Il accorde donc une tation".
place prépondérante à saint An-
toine dans ses oeuvres de ces P o u r I ' o c c a s i o n ,l a g a l e r i eL ' I -
dernières années. Le saint An- magier prenait des allures de
toine dont il s'agit vécut enre monastère: encens, lampions et,
251 et 356 de notre ère. Originai- à I'instar des ascèies, figues eb
re de la Thébaide en Haute- dates en guise de nourriture.
Egypte, il mena une vie d'ermite
dans le désert, en proie à des Quant aux tableaux eux-mê-
tentations auxquelles il résista.
mes, ils présententun aspecthé-
téroclite. A première vue, ils
semblent aussi très chargés.On
y retrouve néanmoins les trois
par Pierre-Paul Carmier éléments du bizarre doni parlait
(coll abora t ion spécia Ie) Pimparé. Il convient de dire,
compte tenu de ce qui précède,
que la manière picturale ,de I'ar-
tiste est fort intéressante. Une
Pimparé présente ses oeuvres Iigne ou un tracé à I'huile vient
à la galerie L'Imagier d'aylmer complémenter et rehausser la
jusqu'au 22 avril. Il déclare que couleur qui fait, office de cane-
sa démarche iepose entièrement vas de base.
sur I'imaginaire. Il délaissetous
les aspects qui tiennent du réa- Ce que I'artiste entend par le
lisme ou de considérations d'or-
'dre
moral. Pimparé esù un pein- "bizarreo (et non la bizarrerie)
semble bien s'inscrire dane le
"tre qui ee fie surtout à ees élans cadre qu'il veut donner à eon
j 'et
': 'santmotivations intérieurs, lais- oeuvre. Sur le plan purement
'. dans le . son imaginaire déborder plastique, il faut bu apectateur
- bizarre. Il définit ainsi le un certain recul. Il y a liaison ou
,',.bizarie:' .Le bizarre est une fu- mieux intégr4tion du graphisme
sion patfaite. de trois formes (la'ligne ou le osoulignér)et de
'il d'art. ..1.' ,.1e ,fantastique. . . le la matière picturale elle-même
j''!baif. . -, etlle surréalis;re., Com- (la couleur) qui peut ou bieu gê-
'd'illustree Drédécesseure, -
' . .:ine 'ner ou être perçue comme une
.l.Boech, .Grùnew-ald ei Ernst -
':-.Pirnparé recherche de etyle. Ce souligné
.veut rendre visible ce .gerait un peu comme une grille
I j.que'furent'les tentations de I'a-
- -; nachorète éryptien. de repérage géodéeiquede la to-
pographie picturale; elle'court
par-dessus lee formes sinueuses
. , 't Une affiche haute en couleurs
,' i lut conçue spécialement pour la des huiles. Chaque tableau pré-
sente une couleur dominante et
i venue de I'eroosition dane notre toujours dans des tons, qui mal-
- j'ïegion. On y voit, en toile de
gré tout, demeureni eobrse danp
. l.fond, le détail d'qn tableau de
' Pimparé oir la mesure où la dominante eert
figure un saint An- de thème pictural.
:. toine aur prises avec la tenta-
;. tion qui semble prendre la forme En plus de présenter see ta-
i de phanùasme.Pimparé souligne bleaux, Pimparé fait aueei voir
dans un texte,' I'intérêt que pré- des reproductions photographi-
, sente I'ensemble du phénomène ques de certains détails; elles
q.'.pour lâ psychanalyse.f,'invita-
'tionrque sont accrochées de chaque côté
lançait I'ariiste était en retrait dee oeuvres. Ce sont
, , tèintée,d un.peu'd'humouq, pres- un aperçu fragmentaire d'un es-
/. '

Ii.:-',
.,if

\.{'
I
i.
\*i,
,'

il'
;,.
tll

rintAntoine pace limité ou d'un motif parti-


culier du tableau. En cela, I'ar-
lii
ti
il

tiste fait en même temps oeuvre


de documentaliste.

Quant au thème d'ensemble


ii des tentations de sainù Antoine,
1", .t on le retrouve dans ôertains'ti-
tres: "La tentation charnelle",
I i..<, .L'attaque des bêtes furieusQso
.r'ï.'
,.'*:- ou encore .Antoine et les possé-
flss". Quan! à la "petite histoire"
de saint Antoine. une foule de
détails dans les tableaux tradui-
raient, par leur côté anecdoti-
que, des épisodes de la vie ou
les visions du saint homme.
Pour le spectateur moyen, en dé-
pit de I'attrait véritable, , de la
t,
I',i
:

facture originale de I'oeuvre, cel- i,


le-ci demeurehermétique. h
,'' 'I
T.i

Au demeurant, oeuvre tout'à ' il


ltl
fait valable. Se confondent.ici n.

deux recherches: une premiëie l'r


ii
au niveau.plastique, où I'artiste
r1
innove' pour une large part'let ,l
: uqe deuxième, celle-lâ à deux ii
. volets, I'un historique, l'autre
,empreint de mysticisme qui let i
une exploration que I'artist€ lqit I
-,par choix personnel. Pimpgré
'n'aurait l
rien lui-même d'un myp- r
ti{ue, sauf peut-être I'allure; 'il
' ne.fonde pas d'ailleure eon inÇ-
rêt premier dans cette ephère,
mâis sa quête semble déjà I'eh-
traîner plus loin que le paller
d'un propgs purenent bniriquei
Dans un tout aqtre iii-
dées, signalons que vers"à* la mi.
avril, Pimparé sè produira ailr
"Foufounes électriques". Il e'à-
g it d'une soirée de créatiiln
spontanée otr dee peintres exécû-
tent, des bableaux devant un .atr-
ditoire de cabaret de la rue Stè-
Catherine à Montréal. Consiûé
. par plusieurs, ce genre d'évàre-
ment semble par ailleurs harrtÈ-
ment prisé par des esthètesassis -
devant unê grosse .molo. QqAi.
qu'il en soit, on se demande,ôi
' Pimparé se laisgera cette foir{jlà r
FI tenter par.le même thème? , ,'

lr
h
ËE
'sÈE
' È X aI.
È
E
('
ÉÈ I
- )<a
Rjài
-s
_ 'io;
5

q
c
o

C')
-e
o

(t
'$l

È o
lO
È
o tr
E U)
o
5 E
s
5
a
.H
v,

s
:'
tt
g
o
o
c
o
iËllgiiËË3Ë
È
o
q tr
tr
a
3
e,

ËgliiifttigËË
o
t- tâ
l{
o
!
ë -g
o
E o
tr
F o
L

I E
o

g
5 c
a o

lïïïgsi,Ëffi
Ëgiiifi
ËËl
liHËIifi
è o
o
È c
o
Ë
{ .g
F
s
lrt
c
ro
s{ @
C"
lrl
a (E

so =
\f
L

a ct
.9 z
È
{ri \t
q.
|r| o
{
LAPRESSE,
MOIYTRÉAL 1996
JEUDI15FÉVRIER

RTCMARD TÂBBÊ
co ll.ûborotion sp éc iale

tlnBioilome
sttilt
Il n'y a pas que des animaux vivants
au Biodôme.Il y a aussides animaux...
peints! Et ces animaux sont I'oeuvre
de I'artiste Michel Pimparé,qui pré-
sente son exposition Migrationau Bio-
dôme jusqu'au l7 mars.
Travaillant avec des matériaux com-
me I'acrylique et I'alkyde, Pimparé
nous offre une série d'oeuvresdont la
principale thématiqueest, comme le ti-
tre de I'expositionI'indique,la migra-
tion des animaux. Ces oeuvressont
i n s t a l l é e ss u r l e p a r c o u r sh a b i t u e l
qu'empruntent les visiteurs du Biodô-
me.
Loin de déstabiliserle visiteur, Ies
oeuvresde Pimpare agissentplutôt
comme un complémentnaturel aux tÉ-
tes vivantesqui peuventêtre vues tout
au long du parcours.
BIODOME : 4777,Pienvde{oubertin

------aa-aa---aaa---a

Vous aimerez peut-être aussi