Vous êtes sur la page 1sur 10

RICOEURPaul,Soi­mêmecommeunautre,Seuil,1990

[Suited'étudesquiapplique«laméthodefragmentairequiaconstammentétélanôtre»[p345],enf]

Préface

QuestiondumoiémergeavecDescartes:metlemoiaudébutdelaconstructiondumonde.Moi→jepense→j'existe

(malgréledémontrompeur)→Dieuexiste→leschosesexistent.Descartesrétablitparlasuitel'ordreontologiquetradi

Dieu>lemonde>moi,mssonoeuvreestpoursuivie:

traditiondeMalebrancheetSpinoza:«jepense»→«l'hommepense»

traditionidéaliste(lesujetperdsaréalité;cfKant)

//remiseencausedumoi:Nietzschereprésentelatraddu«cogitobrisé».Ladéconstructiondulangage(iln'yapas

adéquationdulangageetdel'êtreetoutrancedulangageparlarhétorique;non:toutlangageestartifice)etlagénéalogie

tiennentlieudenouveaudémonquisapedemanièreradicalelefondementcartésien;lemoidevientunchampde

phénomènes,aumêmetitrequelemondeextérieur,etn'estpaslerefugeultimedelacertitude.

Soi­mêmecommeunautreveutrétablirlaquestiondusoientrecesdeuxtraditions

Soi:lesoi(selbst,self)sedistinguantdel'ego(je,Ich,I)nonréfléchi

mêmecomme:l'ipséité(←ipseidentité)vsmêmeté(←idemressemblance)

unautre:relationsdel'ipséitéavecl'altérité

→laconfiancenaîtraaufildecestextesdontl'aspectparcellaireestassumé:ellen'estpaslacertitudedeDescartesnila

défianceetladéconstructiongénéraliséedeNietzsche(malgrésestentativesdereconstruired'unaprèsobjectif:mondedu

surhommeetc),maislacertitudeintimedusoi,laconsciencemorale(GewissenplutôtqueBewusstsein).

1. Premièreétude.Lapersonneetlaréférenceidentifiante

Commentlelangagepermet­ildemarqueruntelcommeindividu?1)Parunedecriptiondéfinie(«le1erhommeàmarcher

surlaLune»↔projetdeQuined'unlangagesansnompropre)2)Nomspropres3)Indicateurs(pronoms,déictique)

PFStrawsondansLesIndividusposelesbasesdel'individualisation:ilrefusedelafondersurl'auto­référence(je–tuen

dialogue),demêmequ'ilrefusedelafondersurl'ipséité(crainted'unsollipcisme«jec'estmoi»).Illafondesurla

référence,etsurlamêmeté:Untelestsituédansuncadrespatialettemporelcommun;etuntelestuncorpsphysique

(Strawsonéviteainsidepartirdesphénomènespsychiques,quisontlapartnon­publiquedenous­mêmes);lepsychiqueest

unprédicatquienémane[aïe,monvocesttropnaïf]etquiauneviséecommuneaveclesautrespsychismes.==>La

mêmetéestmiseenavantpourdéfinirlapersonne.

→basenécessairepourétudierlapersonne[engros:basepratiquequiévitedeversertoutdesuitedansl'ésotérique].La

questiondel'auto­référenceetdel'ipséïtédoiventcependantêtretraitéesavecampleur.

2. Deuxièmeétude.L'énonciationetlesujetparlant

Lepointdevuepragmatiquepartdupointdevuedu«je»réflexif:Austinetlesénoncésperformatifs,puisSearleetles

actesdelangage(speechacts,actesdediscours)centrentlediscoursnonplussurl'énoncé,maisl'énonciateur(bienqu'ily aiteuunetendancedelapragmatiqueàanalyserlesactesdudiscourscommedesimplesfaitsmondainetàainsiéclipser laplacedusujetparlant).HPaulGriceanalysemêmelediscourscommeun«échanged'intentionnalitéssevisant

réciproquement»[p60]

→paradoxeouaporie:le«je»est­ilidentifiablecomme«il»?

Benvéniste,Problèmesdelinguistiquegénérale,1966:«je»et«tu»sontlesseulesvraiespersonnes;«il»n'en

estpasunemsdésignen'importequelobjetdumonde(«ilparle»,«ilbroute»,«ilpleut»,substituablepar «quelqu'un»,«on»,«untel»etc)

GGGranger,Langagesetépistémologie,1979:«ancrage»duje:désignetoujourslamêmepersonnedel'iciet

maintenant,àl'exclusiondetoutautre(c'estlecontrairedelaconceptiondu«je»commeshifter,formevideet actualisanteaccueillantn'importequelleréférent).

Wittgenstein,Tractatus,Investigations,Cahierbleu:jeestlepointdeperspectiveprivilégiésurlemonde (ancrage)etpourtantilpeutêtretraitéseulementcommeunsimplecontenudumonde:«Parje (dans«jevois»), jen'aipasvouludire:L.W.,quoique,m'adressantàautrui,jepourraisdire:«C'estmaintenantL.W.Quivoit

réellement»,encorequecenesoitpascelaquej'aievouludire»(Cahierbleu,p66­67)

→ilfautconjuguerlesapprochessémantiques(«je»=«il»)etpragmatique(«je»=«je»).VoirRicoeur,Tempset récitIII:«maintenant»=«conjonctionentreleprésentvifdel'expériencephénoménologiquedutempsetl'instant

quelconquedel'expériencecosmologique»[p69­70].Demême«ici».Demême«je»ou«tu»:conjuguerles2

approchesn'estpasartificielmaisrépondàlastructuredecesconcepts.

1. Troisièmeétude.Unesémantiquedel'actionsansagent

Recoursàlathéoriedel'action,mscelle­ciatendanceàminimiserlerôledel'agentet,partant,serapeuexploitablepr

notredémonstration.

Qui?(action←motif)eneffetremplacéparlaquestionduQuoi­Pourquoi?(événement←cause).

Sil'onpartdel'intention(cfL'IntentiondeEAscombe,discipledeWittgenstein),mêmedeception:l'analyse

conceptionnellenepeutprendreencomptequel'intentionpassée(«j'aiagiintentionnellement»)ouprésente(«j'agis

intentionnellement»,maispasl'intentionfuture(«j'ail'intentionde»),carcelle­cin'estpasdéclencheurd'unacte(car

celui­cin'apaseulieuetn'aurapeut­êtrepaslieu).

Pourtant,phénoménologiquement,c'estcetteintentiondecommepromessequidéfinitl'intention.

DonaldDavidson,ActionsandEvents,1980:thèse= «l'explicationpardesraisonsestuneespèced'explicationcausale»

[p96]→remetàl'honneurlesraisonsd'uneaction→retouràlatéléologie(causeefficientedisparaîtdelaphysiqueetde

lacausalitéavecGalilée)entantque«lefaitpourunévénementd'êtrerequispourunefindonnéeestuneconditionde

l'apparitiondecetévénement»[p98].Lesactionssontdesentitésprimitivesaumêmetitrequelessubstances(«Jeanabat

lescartes»:Jean+abat+lescartes),commeentémoignentdesquestionscommunessurlessubstancesetles

actions­événements:cettesubstance(Jean/lescartes)ouaction­événement[j'ail'impressionquePRconjugueles2chez

Davidson](abat)peuvent­ellesapparaîtreunefois/plusieursfois?Êtrequantifiées(unequelquetoute)?→«Toutconcourt

àsoutenirlathèsequelesévénementssontindividuésaumêmetitrequelessubstancessingulières»[p106]

→perspectivelimitéepar:

latéléologieinduitunbut,maisévitel'idéed'une«orientationconscienteparunagentcapabledesereconnaître

commelesujetdesesactes».Ainsil'individuationdel'événementestdel'ordredel'idem(identitéréplique)et

nondel'ipse(identitépropre)

auniveautemporel,Davidsons'occupedel'«intentionnellement»dupasséouduprésent,maisoublieque

«l'intentionde»ouvreaufutur.Cette«intentionde»seraabordéeparDavidsonparsonconceptdu«jugement

inconditionnel»

2. Quatrièmeétude.Del'actionàl'agent

AscriptionchezStrawson(←toascribe;mieuxqueattribution)aucentredesesthèses:1)toutprédicatestattribuée

ultimementsoitàdescorpssoitàdespersonnes(unitésultimes)2)nousattribuonsauxpersonnesdesprédicatsphysiques

oupsychiquesquitrouventleurunitéenelles(onnepeutlestraitercommedesprédicatstotalementindeplesunsdes

autres)3)lesprédicatspsychiques(exmotifsetintentions)sontattribuablesàsoi­mêmeouàunautretoutengardantle

mêmesens.

→l'ascriptionestuneespèced'attribution,maissiparticulièrequ'ellen'obéitpasauxprincipessimplesdel'attribution.

That'stheproblem.

ChezAristote:pasdeconceptdevolontéunifié(commec'estlecaschezAugustin,Descartes,Hegel ).Lesactesontleur

principe(arkhè)dépendantde(epi)l'agentlui­même(auto)(EthNicoIII,1,1110a17).Maisnoterqueleprincipe(arkhè)

etl'immanenced'unprincipeinterne(epi)sontdestermesdontAristotesesertenphysique(mondephysiqueetmonde animal);ilsparticipentdelajonctiondumondeéthique(moral)/physique(naturel)chezAristote.→c'estdansl'autoque

résidel'intuitiondel'ascription;celaestparticulièrementvisibledansla3èmecatdechoixproposésparAr:1)choixde

bongré2)choixcontresongré3)choixpréférentiel.Choixpréférentiel:«L'objetduchoixétant,parmileschosesennotre

pouvoir,unobjetdedésirsurlequelonadélibéré,lechoixseraundésirdélibératifdeschosesquidépendentdenous»

(1113a9­12)→débutdudvlptdelavertu.Aristotelieattributionetascribtion,msnedéfinitlerapportque

métaphoriquement(«empire»ou«paternité»del'agentsursesactes).

Danslathéoriemoderne(Strawson), ascribtionetattributiondistinguées.Pourdéfinirl'ascribtion,onarecoursàla questionqui?(questiondel'agent)àlaquelleonpeutrépondredemanièredéfinie,coupléeàlaquestionpourquoi? (questiondesmotifs)àlaquelleonnepeutrépondredemanièredéfinie(cfpsychanalyse).

Aporiesdel'ascription:

Strawson:lesprédicatspratiqueset/oupsychiquespeuventêtreattribuésàunautrequemois'ilspeuventm'être attribuésenpropre.Onneprendpasencomptelesautqualitatifentrel'actionfaiteparsoietl'actionfaitepar

untel(2stadesdedépersonnalisation:on/quiconque/chacun).Cfdemanière+radicaleStThomas,Descartes,

Spinoza:lesaffectsetlesactions«sontattribuablesàquiconque,àchacun,maisleursenspeutêtrecomprishors

detouteattributionexplicite»[p119]:lapersévérancedemoi,deuntel→lapersévérance.Redéfinirl'attribution

passeradèslorsparlapragmatique(j'analysequiagit,lesrapportsdeforceetc),etnonpluslasémantique.

L'ascriptionpeutelleêtredel'ordredel'ordremoral?(+«prescription»que«description»?);l'ascriptionest­elle uneimputation?HLAHartanalysel'ascriptiond'unacteàunepersonnecommelerendudesresponsabilitésdans uneactionaposteriori parunjuge.Maiscequestionnementnousfaitretourneràl'idéed'unepuissanced'agirde l'agentet,parlà,àlacauseefficientepré­copernicienne.

Puissanced'agir→Kantaabordécepbdsla«Troisièmeantinomiecosmologiquedelaraisonpure»:ilfaut distingueràcôtédelacausaliténaturelleunecausalitélibre(nécessairepourlasphèremoralenotamm.).→idée delapossibilitéd'un«commencementabsolu»[ieunevolontélibre];Kantprécise:«Nousneparlonspasici d'uncommencementabsolumentpremierquantautemps[iecréationdumonde],maisquantàlacausalité». Note:Kantlaissecetteaporiesansesquissederéponse.Idéelargementreprise;exWeberetArondistinguent

responsabilitéhistoriqueetresponsabilitémorale[deHitlerpex].Maisonneréussitjamaisàlierfortementles2

causalités;ex:HvonWright,ExplanationandUnderstanding:nouspouvonsfairecoïncidercausesetfinsiwe

areconfidentdepouvoirinitierunsystèmedecause(ex:fairedémarrermavoiture)jusqu'àunefin,grâceà

l'expériencepassée.Causesetfinicis'entremêlent,msrestentdistinctes.

3. Cinquièmeétude.L'identitépersonnelleetl'identiténarrative

Rapportidentité­temporalitéàapprofondir.Pourcela,théorienarrative(cfmonTempsetrécit)utile,carlanarration,

entenduelargement,traitegaltdeladuréed'unevie(tpsbcp+largequelesactionscourtesdelathéoriedel'action).

Problèmedel'identité:semesureàsapermanencedansletemps(cfcasd'unoutildontonchangeraittouteslespiècesms

resteraitlemême;casducodegénétique).Ipséitéseradoncunepermanencesanssubstrat;permanencevisibledans:

lecaractère:«ensembledesmarquesdistinctivesquipermettentderéidentifierunindividuhumaincommeétant lemême»[p144];cfle«caractère»­personnagedethéâtreouderoman. iciipse(quisuis­je?)etidem(que suis­je?)serecouvrent:cflesdispositionsd'unindividufaitesde:

habitudes.«l'habitudedonneunehistoireaucaractère;maisc'estunehistoiredanslaquellela

sédimentationtendàrecouvriret,àlalimite,àabolirl'innovationquil'aprécédée»[p146]

identificationsacquises:adhésionàdesvaleurs,desnormes,desidéaux:iciclairementl'identitésefait

parprojectionsurl'altérité(uneautrepersonnedanslecasd'unhérosoud'unestar).

Laparoletenue:simondésiroumonopinionchange,jemaintiendrai→icimarquel'écartidem/ipse:l'ipse(«j'ai donnémaparoleetjesuismoi­même »)prévautsurl'idem(« mêmesijesuisdifférent,sij'aiévoluédepuis quej'aifaitcettepromesse») Paradoxesdel'identitépersonnelle:

Locke,Essaisurl'entendementhumain,1694:l'identitésedéfinitpar1)lapermanencedansl'organisation2)la

réflexionetlamémoire(comme«extensionrétrospectivedelaréflexion»).Incohérencedanslapenséeetles résultatsdeLocke(sijesuisamnésiqueetc),mspermetd'amorcerletournantmêmeté→identité.

Hume,Traitédelanaturehumaine,1794(livreI,4,6):pasdesentimentdel'ipséité:«Quantàmoi,quandje

pénètreleplusintimementdanscequej'appellemoi­même,jebutetoujourssurl'uneoul'autreperception particulière,chaleuroufroid,lumièreouombre,amourouhaine,douleurouplaisir.Jenem'atteinsjamais moi­mêmeàunmomentquelconqueendehorsd'uneperceptionetnepeuxrienobserverd'autrequelaperception

(tradLeroy,1968,t.Ip343).Commentseconvainc­t­onquel'onestsoi­mêmeaufuretàmesuredenos

perceptions?1)parl'imagination(2expseressemblent,j'imaginequ'ilyaunlienentreelles)2)parlacroyance

(mesimpressionssontréelles).

DerekParsit,ReasonsandPersons,1986:reprendcettetradition(adverse/mesthèses)del'absenced'identité:

Réductionisme:«L'existenced'unepersonneconsisteexactementenl'existenced'uncerveauetd'un

corpsetdansl'occurenced'uneséried'événementsphysiquesetmentauxreliésentreeux»(p211[trad

dePR,citép157]).→Réductionismeaucorpsetaupsychologique(2phénomènesdelamêmeté)

sachantque1)Parsitnefaitpasallusionausoipropre,aufaitquejepossède,jesuismoncorps2)pour

lepsychologique,lecerveauestchoisicommesymboledupsychologiquepouréviterégalementle retoursurlesoipropre:«Lecerveau,eneffet,diffèredemaintespartiesducorps,etducorpstoutentier entantqu'expérienceintégrale,encequ'ilestdénuédetoutstatutphénoménologiqueetdoncdutrait d'appartenancemienne.J'aiunrapportvécuàmesmembresentantqu'organesdemouvement(lamain) oudeperception(l'oeil),d'émotion(lecoeur)oud'expression(lavoix).Jen'aiaucunrapportvécuàmon cerveau»[p159]→ l'ipséitésefonddslamêmeté;demême,«celapense»peutsesubstituerchez Parsitau«Jepense».

Miseenlumièredescasd'indécidabilité.utilisationintensivedssesdémonstrationsdespuzzlingcases:

pexsiunpersonnageestcopié(parradioducerveau)àl'autreboutdumonde,survivra­t­ilàsondouble?

Exdescience­fiction,avecintentionréductionniste,àétudierparlasuitedsnotrethéoriedelanarration.

etaufinal«personalidentityisnotwhatmatters»(p255).Réactionteintéedebouddhismeàlathèse

utilitaristedel'intérêtpropredominantedslemondeanglo­saxon.

4. Sixièmeétude.Lesoietl'identiténarrative

→passaged'unedémonstration«défensive»

L'identiténarrativeetladialectiquedel'ipséitéetdelamêmeté

lanarrationtransformelanotiond'événement,avecsafaillibilité,parlanotiond'intrigue(cfPropppuisGreimas). Personnageintimementliéàl'intrigue(iln'yapasunportraitdupersonnage:lepersonnagesedégageparses actions).«[Lerécit]constitue,soussesmultiplesaspects,larépliquepoétiquequelanotiond'identiténarrative

apporteauxaporiesdel'escription»[p175],notammdela3èmeaporiedeKant(téléologiedelavolonté/

enchaînementdesévénementsselonl'ordrenaturel):lerécitdonneaupersonnageuneinitiativeetoffreuncadre (début/milieu/fin)parsonnarrateurquidonneunsensàl'actiondupersonnage.

lanarrationtransformel'appréciationdelapersonneparlepersonnageenintrigue:«lapersonne,comprise

commepersonnagederécit,n'estpasuneentitédistinctedeses«expériences»»[p175].→«Decette

corrélationentreactionetpersonnagerésulteunedialectiqueinterneaupersonnage,quiestl'exactcorollairedela

dialectiquedeconcordanceetdediscordancedéployéeparlamiseenintriguedel'action»[p175]:2traitsde

permanencedupersonnageàtraverssesactions:

Mêmeté:«caractère»:cfdslescontes,lespersonnagesgardentlemêmecaractère.Danslesfictions technologiques,l'humainlaisseplaceauclone;«lesvariationsimaginativesdelascience­fictionsont desvariationsrelativesàlamêmeté,tandisquecelledelafictionlittérairesontrelativesàl'ipséité»

[p179]car«lesfictionslittérairesdifférentfondamentalementdesfictionstechnologiquesencequ'elles

restentdesvariationsimaginativesautourd'uninvariant,laconditioncorporelle»[p178].

Ipséité:«maintiendesoi»:cfdslesromansd'apprentissageoudustreamofconsciousness,lesoi demeuremalgrélesmétamorphosesducaractère.Lescaslimite(L'HommesansqualitésdeMusil,où l'identitésedissoutparallèlementàlanarration)sontàvoirplutôtcommeune«miseànudel'ipséitépar

pertedesupportdelamêmeté»[p178]

Entredécrireetprescrire:raconter

Onpeutallongerladuréedessegmentsétudiés:NB:onpassed'uneduréeàl'autredehautenbasmaisaussidebasen

haut:

Duréedes«pratiques»(←GB«topractice»):exercerunsport,pratiquerunmétier Longuechaîned'action entremêlantptdevuesystémiqueetptdevuetéléologiqueparl'agent.Duréelimitéeen+:notionde«règle constitutive»(empruntéeàlathéoriedesjeux):jepassetelmomententantquejoueurdetennispex,cela «comptecomme»unepartiedetennis(etnonunechasseauxmouches);jesuiseninteractionavecd'autres,et mêmedanslesactivitéssolitaires(jardinerseul,fairedelarechercheuniversitaire)j'agisselondesrègles apprises,selonunetradition.

Duréedes«plansdevie»:viedefamille,vieprofessionnelle,viedeloisirs.

Duréed'unevie:«Uniténarratived'unevie»(AlastairMacIntyre,AfterVirtue,1982,recoupeTempsetrécit).

MsMcIntyrenepoussepasaussiloinquemoil'épaulementlittérature/vie,triche,malgrésesobjectionspropres:

équivocitédelanotiond'auteur.Mssijenesuispascréateurdemaproprevie,j'ensuisleco­auteur

inachèvement«narratif»delavie(cfFranckKermode,TheSenseofanending).Mslalittoffre

unevisiondeslimites

enchevêtrementdeshistoiresdevielesunesdanslesautres(cfWilhelmSchapp,InGeschichten

verstrickt).Mslalittoffreunmodedeclarificationetdemiseencompétitiondeceshistoires.

applicationdelanarrationauxphasesrévoluesd'unevievsaspectanticipatifetouvertversl'avenir

d'unevie.Mslalittoffreunevisiondusouciquipeuts'appliqueràl'avenir(cflespagesprojectives

delafinduTempsretrouvé).

Lesimplicationséthiquesdurécit

WalterBenjamin,«DerErzähler»(«LeNarrateur»):lalittétaitàl'origine(épopéepuiss'effaceavecleroman)un

échanged'expérience.

→touttexteauneviséeéthique;mêmelestextesles+neutres(historiographiques):l'historienvas'intéresseràcequi

représentaitle+important,lavraieviepourtelscribe.

Identiténarrativesetientdansl'entre­deuxentrecaractèreetmaintiendesoi[jevoismalpourquoiilveutréintroduireici

cettedistinction ]

5. Septièmeétude.Lesoietlaviséeéthique

[NB:Etudes7,8,9structuréesdelamêmemanière:a)moi­moib)moi­lesautresc)moi­lesinstitutions]

Distinction(noninscritedslelangage,ms+pratiqueprmoi):

éthique=«viséed'unevieaccomplie»[p200]selonla«viebonne»(téléologie,aristotélisme).Viséeéthique=

«viséedela«viebonne»avecetpourautruidansdesinstitutionsjustes»[p202]

morale=«articulationdecetteviséedansdesnormes»[p200](déontologie,kantisme) 1

Viséedela«viebonne»

auniveaudelapratique:la«règleconstitutive»nousdonnedesétalonsd'excellence(«standardsofexcellence»

MacIntyre)selonunconsensus«coopératifettraditionnel»[p207]guidéparlesmaîtresouvirtuosesdschacun

desdomaines

auniveaudesplansdevie:lechoixd'unevocationfixelesbutsultimesdenosactions,etnouspouvonsensuite

nouslancerdansdespratiquesquiaurontleursbutseneuxmême(iciAristoteavaitpréférédénierauxactions

toutbutultimeetpréciserquechaqueactionavaitsonbutensoi)

auniveaudelavie:questiondela«viebonne»(la«vraievie»diraitProust).Laphronésisd'Aristote(future

prudentia)doitêtreinterprétéecommelanécessitéd'interprétersesactesetsoi­même

Avecetpourautrui [passageunpeuvagueàmongoût:Ricoeurajoutedesnotionscommesollicitudeouautreselonsonhumeur(chrétienne)]

L'estimedesoin'estpasunreplisursoi:1)c'estlemeilleurdesoi­mêmequel'onvise2)cen'estpasl'estimede«moi»,

maisdesoi.→rôlemédiateurdel'autredsl'estimedesoi:filconducteur=Aristote,«Traitédel'amitié»inL'Ethiqueà

Nicomaque,VIII­IX.

Questioncentrale:Doit­ons'aimersoi­mêmeavantd'aimerlesautres?Enfaitmutualitédelarelationd'amitiéet

d'interpersonnalité:

Aristote:«Lapossessiondesamisesttenued'ordinairepourleplusgranddesbiensextérieurs»:l'amitié intellectuelle/utile/plaisanteapportedanstouslescasunsurcroît,uneréponseàunmanque.Assimilationàdes «biens»[(commedesbiensmatériels,hein)].

Husserlatropinsistésurlefaitd'êtresoi

Lévinastropinsistésurleprimatdel'autre.Levisagedel'Autre«estceluid'unmaîtredejustice,d'unmaîtrequi

instruitetn'instruitquesurlemodeéthique:ilinterditlemeurtreetcommandelajustice»[p221]→mscette

relationàsensuniquede«spontanéitébienveillante»doitpouvoirêtrerenversée,ainsidanslesensde l'inférioritédel'êtresouffrant(souffrance=nepaspouvoir),«Carilprocèdedel'autresouffrantundonnerqui

n'estprécisémentpluspuisédanssapuissanced'agiretd'exister,maisdanssafaiblessemême»[p223]→

évolutiondeLévinasparrapportàladefd'Aristote;sensdelasollicitude.

Dansdesinstitutionsjustes [làaussi,unpeuvaseux,genrejesauted'unmotàl'autre] Ambiguitédelajustice:elleapparaîtcommeunecontrainteextérieurimposéeparunpouvoirextérieur.Mais:lajusticeest avanttoutl'expressiondupouvoir­en­commun(Arendt:marquéparlapluralité+laconcertation)plusquedela domination(Arendt);«C'estpardesmoeurscommunesetnonpardesrèglescontraignantesquel'idéed'institutionse

caractérisefondamentalement»[p227].Ainsiliendecontinuitéentre:1)relationàsoi2)relationinterpersonnelle

(l'amitié)3)relationàmasociété.Lajusticeest(sil'onreprendlarestrictionduconceptchezAristote)essentiellement

distributive,maiscettedistributivitén'estpaslesigned'unedépersonnalisation:elleestaniméeparlesensdel'égalité(de

mêmequelasollicitudeanimelesrelationsinterpersonnelles).

6. Huitièmeétude.Lesoietlanormemorale

Retoursurlamorale(aprèsl'éthique)etaurespectdesoi(aprèsl'estimedesoi);cederniersecomprendselonlatriade

appliquéeàl'estimedesoi,carmoraleetéthiqueliéefdtalement:

1 NB:onpeutretrouver cettedistinctionprladésignationdesoi:lerespectdesoiétantl'aspectquerevêtsousle régimedelanormel'estimedesoi.

Laviséedela«viebonne»etl'obligation

Obligationn'estpasdétachéedetouteviséeàla«viebonne»,cfKant,Fondementdelamétaphysiquedesmoeursoùle

conceptkantiende«volontéprendenmoralekantiennelaplacequeledésirraisonnableoccupaitenéthique

aristotélicienne»[p240].LetravaildeKantestdetenterdedistinguerdanslesaffectslesaffectsdudésir,del'inclination

deceuxd'undésirexprimantlaraison,afindedégagerunevolontépleinementautonome;lalibertésedéfiniraainsi

comme1)négativementl'affranchissementtotalparrapportàlanatureetàsacausalité2)positivementcomme

«autodonationdelaloi»[p245]→caractèreuniverseletundujugementmoralsedéfinitparlaséparationdeces2désirs

(naturelvsrationneletabstrait).«Cetteunitén'estpascelled'unegosolitaire.L'universalitédevouloir,saisieence

momentabstraitoùellenes'estpasencoredistribuéeentrelapluralitédespersonnes»[p246]

Quelquesaporiesquinaissentdelà(etqueKantareconnues):

commentséparerlesdésirspathologiquesdesdésirsraisonnables?

Leconceptderespectsupposelecontrôledusujetquirespecte,maisaussiunattachement,unepassivitéàl'objet quivaàl'encontredelarègled'autonomieaffichée.

Lemal:Kantestconduitàlevaloriser(cfEssaisurlemalradical)pourenfairel'équivalentdurespecten négatif:commecedernierbasaitdemanièreradicalelamorale,lemaldétruitdemanièreradicalel'édificemoral [oula,jesuisunpeuimprécisniveauvoc]enensapantl'universalité.Ilaccentuenotrelibre­arbitre,puisqu'un

choixradicalpeutêtrefaitentremoraleetmal(quinesonttousles2pasdel'ordrecausalnaturel).

Lasollicitudeetlanorme

Norme=tunedoispas

Règled'Or:«Nefaispasàtonprochaincequetudétesteraitqu'iltesoitfait»(Hillel,maîtrejuifdeStPaul).

Priseencomptedeladissymétriegrammaticale(jefais/ontefait)agent/patient,réductibleàl'extrêmeàlarègle

«Tunetueraspas»→règlemoralepositive,guidéeparuneindignationéthiquecontre

ChezKant:«Agisdetellesortequetutraitesl'humanitéaussibiendanstapersonnequedanslapersonnedetout

autretoujoursenmêmetempscommeunefin,etjamaissimplementcommeunmoyen»

«humanité»=terme[abstrait],«médiateurentreladiversitédespersonne[qui]apoureffetd'atténuer,au

pointdel'évacuer,l'altérité»[p259]

«personne»:«lanotiondepersonneentantquefinenelle­mêmevientéquilibrercelled'humanité,dansla mesureoùelleintroduitdanslaformulationmêmedel'impératifladistinctionentre«tapersonne»et«la

personnedetoutautre»»[p261]

→«respectdespersonnes»chezlesautressemblableàlamiseenvaleurdel'«autonomie»danslemoi,

les2valeursgardantunevaleur[abstraite]universelle(mêmesi«existercommefinensoi»n'estpasla

mêmechoseque«sedonneràsoi­mêmeuneloi»

Dusensdelajusticeaux«principesdejustice» Larègled'autonomieestun«faitderaison»quifondelamorale(onsupposeraisonnablementqu'elleexistedansles faits);maisl'idéed'uncontratpourfonderlajusticeest,elle,totalementfactice,«fictif». Rawls:reprendl'idéedecontratoriginel(cfdéjàRousseauetKant),msenl'orientantclairementcontrelesthéories téléologiquesdel'utilitarisme(touthommeviseàsasécuritépropreetc),envoulantfonderunethéoriedéontologique (éloignéedesquestionsdesfondations,dansleBienpex).

«Positionoriginelle»et«voiled'ignorance»;msl'idéequel'onneconnaîtpassapositiondanslasociétésupposeque1)

chacunaituneidéedesaspirationsdel'humanitéengénéral(éducdemasse?)2)chacundoitsavoirlesbesoinsprimaires

d'unindividuraisonnable3)chacundoitêtreinformédesdifférentssystdejusticepour,aufinal,choisirlesystème de Rawls. Mais:Rawlsneposepasl'adoptiondesesprincipesdejusticeauboutdesadémarched'ignoranceméthodique;son systèmeestplutôtsemblableàuncercle:Rawlssupposedesprincipesquidétermineraunesituationparticulièrequi aboutiraàjustifierlesprincipesénoncésaudébutparRals.Ilnefautdoncpascacherlescaractèresdecesprincipesde justiceselonRawls,etnotamment leurcaractèreanti­sacrificiel(carl'utilitarismesupposelesacrificedesalibertéet,dans lesfaits,lesacrificed'uneclassedelasociétépourassurerlalibertédel'autre(Jean­PierreDupuyreprenantleppedubouc

émissaireRenéGirard,Esprit,n°1,1988).),et,aufinal,lafoidanslapersonnehumainecommefinetnonmoyen

3. Neuvièmeétude:lesoietlasagessepratique:Laconviction

Interlude:letragiquedel'action

Tragédiepermetderéfléchirsurl'action→domainedelamorale.Cpdtd'autressphèresenjeu:«unethéologie,

inavouablespéculativement,del'aveuglementdivinsemêledemanièreinextricableàlarevendicationnonambiguë

ambigüe,quechacunélève,d'êtrel'auteurseulresponsabledesesactes»[p282]

Cpdtassezuniverselpourpouvoirêtretraitéduptdevuemoral(malgrélacontaminationdel'exempleparcettethéologie évoquée).Lepbquiseposeestl'apparenteinsolubilitédesdilemmes,quimontrele«fondagonistiquedel'épreuve

humaine»[p283]selonSteiner(hommesvsfemmes,vieuxvsjeunes,sociétévsindividu,vivantsvsmorts).

Casd'Antigone:2protagonistesauxvuesrestreintes(Créonidentifiemorale=Cité;Antigonemorale=liensfamiliaux).

Insolubilité?Non,carlechoeurfaittropsouventdesappelsàlaprudence(phronesis,euboulia)→malgrélesacrifice

individueldesprotagonistesdelatragédie,latragédie(«sagessetragique»)estunappelàunesagessepratiquechezle

lecteur.

Hegelatraitéd'Antigonedanscetteperspective:

Phénoménologiedel'Esprit:latragédiemontrel'aspectdialectiquedelamorale

Leçonssurl'esthétique:danslatragédie,lescaractèressontinéluctablementmenésàlamort,àl'opposédela

comédieoùdominelerireetlasubjectivité

→maisaufinal,Hegelnemontrequel'oppositiondescaractèresetnonpasdesidées.L'oppositiondescaractères

permettradedégagerlesidées.Ilorientealorslamorale(auparavantabstraite,Moralität)verslaSittlichkeit,unemorale

pratiquefondéesurdesentitéssupérieures(l'Etatnotamm)

OKavecHegelsurlatragédiecommemiseàl'épreuvedsl'actiondelamorale,msonnepeutrecouriràlaSittlichkeitet

auxentitésextra­moralesforgéesparHegel

1.Institutionetconflit

Commedsétude7et8,sous­partiesmoi/lesautres/lesinstitutions,msoncommenceiciparladernière(quipermetde

réglersoncompteàl'Idéed'EtatdanslaSittlichkeitdeHegel).

Pbdelajustice:unejustedistributionsignifie­t­elle1)chacunasapartdélimitéeou2)unpartagesolidairedes«biens

sociauxpremiers»(expressiondeRawls)? Kantdisaitainsiquelamorale(abstraite)nepouvaitqueseborneràséparerle miendutien.Cesbienssociauxpremierssontd'ailleursaimantésparl'idéede«bon»donconfriseunepensée téléologique;de+,ilssonttropdivers.CfanalysesdeMichaelWalzer 2 →tentationdedélégueraupolitiquelatâched'échelonnercesbienssociauxpremierspourfairefonctionnerlajustice→ SittlichkeitetEtathégelien??

Non!Carl'Etatetlesinstitutionsnesontpaslelieudunon­conflit,mais,aucontraire,dansunedémocratie,l'espace

réservéauconflit:

distinctiondeArendtpouvoir(déléguationparungroupedel'autoritéàunchef)/domination(exercicedel'autoritéparun

chefsurungroupe);cfSpinozapotentia/potestas.Lapolitiquesesitueentreles2(entrelapuissancedéléguée/la

puissancehistorique,héritéeouimposée),avecsespbspropres:

«ladémocratien'estpasunrégimepolitiquesansconflits,maisunrégimedanslequellesconflitssontouvertset

négociablesselondesrèglesd'arbitrageconnues»[p300];idéedu«statutpublic»[en2010onparled'«espace

public»].

lesfinsdubongouvernementtournentautourdemots­clés:«sécurité,prospérité,liberté,égalité,solidarité,etc»

[p301].Orchacundecesmots­clésaunepolysémieinsurmontable.Laquestiond'UNEfinbonnedugvtest

d'autant+indécidable.

La«crisedelégitimation»deladémocratieestenfaitpartieintégrantedeladémocratie.CfClaudeLefort:la démocratieestlerégimequiacceptelescontradictionsaupointd'institutionaliserleconflit.«Cefutprécisément l'erreur­plutôtlecrime–dutotalitarismedevouloirimposeruneconceptionunivoquedecequ'ilcroyaitêtreun hommenouveauetd'éluderparcemoyenlestâtonnementshistoriquesdelacompréhensiondesoidel'homme

moderne»[p303].Danslesfaits,lescitoyensdémocratiquespeuventdouterdelalégitimationdeleurrégime,

maissaventaussicedontilsneveulentpas;leprocessusd'Aufklärunginachevé(Habermas)etleshéritages

(judeo­chrnotamm)peuventaideràforgerce«bonconseil»quicorrespondraitàunephronesis,(prudence)

collective.

2.Respectetconflit

Sollicitude«critique»(prladifférencierdelasollicitude«naïve»dela7èmeétude)enverslespersonnes=formedela

sagessepratiquedanslesrelationsinterpersonnelles.

ExdumensongeetdelapromessetrahiechezKant.GabrielMarcelmontrebienquelerespectdelaparoledonnéen'est

2 Résumép294parcitations:«Touslesbiensauxquelslajusticedistributiveaaffairesontdesbienssociaux»;«les hommesetlesfemmesdoiventleursidentitésconcrètesàlamanièredontilsreçoiventetcréent,doncpossèdentet emploientlesbienssociaux»;«onnepeutconcevoirununiqueensembledebienspremiersoudebasequiengloberait touslesmondesmorauxetmatériels»;«maisc'estlasignificationdesbiensquidétermineleursmouvements»;«les significationssocialessonthistoriquesparnature,dèslorslesdistributions­justesetinjustes–changentavecle temps»

passltrespectdelaLoiourespectdesoi­même(puisquejesuisseulmaîtredemaparole),msaussirespectdel'autre.Kant occultaitcettecésurerespectpourlarègle/respectpourlapersonne.Ainsidansmentiràunmourantsursonmalpeutêtre moralenprenantencomptelebonheurdelapersonnemourante(cfPeterKemp). 3 Exdufoetushumain.

3.Autonomieetconflit

Retouràlabase:l'idéed'autonomieetdel'autolégislationpourl'éthique.3évolutionsàopérersurl'héritagekantien:

1. nepasfaireprimerl'autonomiesurlesliensdusujetaveclesautresouaveclesinstitutions.Ilfautconstaterles limitationsdel'autonomie(a)autopositionnementsupposeuneauto­affectionb)laraisonestaffectéeparles modesdel'humiliationoudel'exaltationc)propensionaumal)etsoulignerlesrelationsnonasservissantesaux autres(relationdumaîtreaudiscipleetnondudominateuràl'esclave).

2. Nepasréduirel'universalisation(d'unemaximemorale)auprincipedenon­contradiction,maisadopterune conception+constructive,surlemodèleduraisonnementjuridique(philoanglo­saxonne).CfAlanDonagan.On 4 doitcpdtdoublercetteconstructionselonlesprécédentsd'une«critiqueacéréedespréjugésetrésidus

]

3. Réunifierles3impératifskantiensévoqués(unité,pluralité,totalité[quidoitcorrespondreàsoi,lesautres,les

idéologiques»[p324]carchezlapersonne,lepasséest+bordéliquequedansl'institution[assezvague,toutça

institutions]en1problématique:c'estcequ'ontfaitApel etHabermas avecleurmoralebaséesurla communication.AladifférencedeKant,leprimatn'estpasdonnéauraisonnementdéductif(niàlapreuve empirique),msàl'argumentation:lapragmatiquetranscendentale(idéed'une«contradictionperformative»[de touteunesociétéquidialogue])remplaceladéductiontranscendentalechezKant[quin'étaitl'oeuvrequed'un philosophe].AladifférencedeRawls,ils'agitd'uneargumentationréelleetnonfictivequiestàlabasedela morale.Apels'opposeàHabermasencequ'ilfondesamoralesurune«communautéillimitéede communication»(ilobjectiviselarelationdecommunication)tandisqu'Habermasinsisteplutôtsurl'aspect jamaisfinidecettecommunicationetd'auto­définition

5

6

→demeurentcertainspb:dèsqu'onabordel'idéededistribution,onaboutitàcelledes«bienssociauxpremiers»etdès

lorsonfaitappelàdesnotionsmisesenavantdemanièrehistoriqueetcommunautaire(faireprévaloirlacitoyenneté,ou

lesbesoins,oulesmarchandises,oulapositionderesponsabilitéetc;pourlesembryonsfaireprévaloirlesujetadulte,la

viebiologique,etc)→

Problèmedel'historicité:«l'adjucationdeparts–dequelquenaturequ'ellesoit–nerésulte­t­ellepasfinalementd'une confrontationd'arguments,etcela,nonpasseulementdanslasituationoriginelledelafablerawlsienne,maisdansles

discussionsréellesayantpourenjeuladistributionjustedequoiquecesoit?»[p332].Decepointdevue,Habermas

montreunedéfiancesystématiqueenverstoutcequiestconventionpourfaireémergersltlacommunication(demêmeque Kantépuraittouteinclination,rechercheduplaisiroudubonheur).Rejetrigoristedetoutetracedupassé[jediraicontrela traditionGBdelajurisprudenceetdelatradition]. Cetteoppositionargumentation/conventionn'enestpasune[iciRicoeurnedéveloppepas]etdoitêtreremplacéeparune dialectiqueargumentation/conviction.Eneffet,aufinal,onargumentecertesenvued'uneuniversalisations,maisàpartir derécitspersonnels(«onrecourtparexempleàdesrécits,àdeshistoiresdevie,suscitant,selonlescas,l'admiration,voire lavénération,ouledégoût,voirelarépulsion,ouplussimplementlacuriositépourdesexpériencesdepenséeoùsont

exploréssurlemodedelafictiondesgenredevieinédits»[p334])

3 «Cedontlasagessepratiquealeplusbesoindanscescasambigus,c'estd'uneméditaionsurlerapportentrebonheur etsouffrance.«Iln'yapasd'éthiquesansidéed'unevieheureuse,rappelleopportunémentPeterKempdansEthiueet

Médecine.Encorefaut­ilsituerlerôlelerôledubonheurdansl'éthique»(p.63).OrKant,enenveloppantdansla

CritiquedelaRaisonpratique(ThéorèmeIII,corollaireetscolie)sousuneuniquerubrique,celledelafaculté inférieurededésirer,touteslesformesd'affectivité,afermélavoieàuneinvestigationdifférenciéequidécomposerait letermeéquivoquedebonheurentrelajouissancedebiensmatérielsetcequeP.Kempdésignecomme«unepratique

communedudonneretrecevoirentrepersonneslibres»(p64).Ainsiconsidéré,lebonheur«n'entreplusen

contradictionabsolueaveclasouffrance»(p.67)»[p313]

4 AlanDonagan,TheTheoryofMorality,UniversityofChicagoPress,1977.«Celui­ciaentreprisderemettresurle

métierl'entreprisekantiennededérivationd'unepluralitédedevoirsàpartirdel'impératifdurespectdûauxpersonnes entantqu'êtresrationnels,entenantcomptedesressourcesconstructivistes,maisensubordonnantcommeKantla

légalitéàlamoralité»[p323]

5 APELKarl­Otto,Surleproblèmed'unefondationrationnelledel'éthiqueàl'âgedelascience:l'aprioridela communautécommunicationnelleetlesfondementsdel'éthique,tradfrdeR LelloucheetI.Mittmann,Presses

UniversitairesdeLille,1987

6 HABERMASJürgen,Moraleetcommunication:consciencemoraleetactivitécommunicationnelle,1983

→finalement,nepasopposeruniversel/culturel,l'universelsefondesurlaconvictiondechacun;prévoirtoutdemême

des«universelspotentiels»[p336]prnepasbloquerladiscussion[d'aprèscequej'aicompris:laconvictionintimede

chacunpermetdefaireémergeruneuniversalité,maisondoitêtreassezouvertsetnepasrestreindrelesensdel'universel,

afindelaisserlechamplibreàuneévolutiondecetteuniversalité].

Bilandesétudes7,8,9.Emergencedemotsd'ordreprchacunedesquestionsinitiales:

Qui?(etquoi?Pourquoi?):idéequeqqchestimputableàqqn(imputernecontientpasl'idéedebien/mal

d'«incriminer»)

Identitéidem#identitéipse:idéedelaresponsabilité(enverslefutur,cfHansJonas«agisdetellesortequ'une

humanitéfutureexiste),enverslepasséaveclanotiondedettecfchapsuivant,enversleprésentaveclemaintien

desoi­même).

Soi/l'autre:reconnaissance=conjonctiondumêmeetdel'autredansmonforintérieur

1. Dixièmeétude.Versquelleontologie?

Quelmoded'êtreestdoncceluidusoi?? Icionvautiliserlesméta­catégories,un«discoursdu2 nd degré»:onparleraduMêmeetdel'Autre(//Platon),etnondes

existentiauxetcatdu«discoursdu1erdegré»[cad+appréhendables]telslespersonnesetleschoses.

Ils'agitd'«interpréterontologiquementmapropreherméneutiquedusoi»[p360­361]

1.L'engagementontologiquedel'attestation

Revenonsàlapréface:lacrisedusoicartésienparNietzsche.

Lesoiattestel'être.Notiond'attestationsupposequ'unjugementaléthique(véritatif)estporté:l'êtreestvraioul'êtreest

faux(catégoriesd'Aristote):l'«attestation»estl'équivalentdel'être­vrai;lesoupçonenestsoncontraireetmèneenmême

tempsversl'attestation.

2.Ipséitéetontologie

Rapprocherdel'ontologiearistotéliciennedel'acteetdelapuissance?Hasardeux:

1. Acteetpuissances'entredéfinissentchezAristote+puissancenepeutêtreattestéeques'ilyaeuunacte+ domainesd'applicationssemultiplient,notammentrephysiquedureposetcosmologiedumvt.Agarder:le primatdel'agir(praxisausenslarge,cequim'apermisdemedémarquerdel'interprétationtropétroitedelaphilo del'action);ledécentrementopéréparcettenotion(toutn'estpasdansl'acte,maisdansun«fondd'êtreàlafois

puissanteteffectif»[p357]

2. Réinterprétationd'AristoteparHeidegger:proximitédesnotionsmêmeté/ipséité//Vorhandenheit/Dasein.Le

soucijouelemêmerôledansleDasein(avantqueleTempsn'interviennedsla2èmepartiedulivred'Hg)quela

praxischezAristote:Sorgebien+largequeleBesorgen(souciprleschoses)oulaFürsorge(soucipourles autres).CpdtjepréfèreAristotequilaissecesnotionscôteàcôte(theoria,praxis,poeisis)plutôtqued'essayerde

lesunifierRémiBraguecontinueleparallèlems:1)refusel'assimilationSoi(Dasein)/homme,cequitrahitles

intentionsd'Aristote2)tirel'energeia(cfpraxis)ducôtédelafacticité,alorsqu'ilfautsouligneravecmoile

«fondsàlafoispuissanteteffectif»del'existencedel'homme.

3. ConatusdeSpinoza(persévérerdansl'être)placéavantlaconsciencedesoi.ToutelaphilodeSpinozacentrée

surlavie.Cetteénergieagissante,cettevieestredoubléesilaconscienceintelligenterefuselesidéesinadéquates

etutilisesapuissance.Dupotentiel.

3.Ipséitéetaltérité

Icicatégoriesles+importantesdel'ouvrage.

Auniveauphénoménologique,altéritésemanifesteparlapassivitéàtraversmoncorps(a),àtraverslecontactavec

l'étranger(b),oudelapassivitédemoiàmoi­même(c).Relationscomplexe;laconscienceestuntiersdanscetterelation,

absolumentfondamentalepoursaforced'attestation.

a)lecorpspropreoulachair

MainedeBiran:distinguesubstance/existence.Existence=jememeus,jevis(effortsetrésistances/humeurs capricieuses/résistancedesobjetsextérieurs)

Husserl:paradoxalementceréintroducteurdeDescartesvapromouvoiruneontologiedelachair.DistingueCorps (Körper)/Chair(Leib)quipermetladérivationdelanotiond'étranger(alterego)àpartirdelasphèredupropre (ego),ladistinctiondel'icietduendehorsdetouterefàunegéographieobjective.Ms«C'estparceque Husserlapenséseulementl'autrequemoicommeunautremoi,etjamaislesoicommeunautre,qu'iln'apadde

réponseauparadoxequerésumelaquestion:commentcomprendrequemachairsoitaussiuncorps?»[p377]

Heidegger,aucontraire,étaittoutdésignéprapprofondiruneontologiedelachair,«Enprogressant

régressivementdusensdela«mondanéité»englobanteausensdu«dans»,n'a­t­ilpaspointélelieu philosophiquedelachair?Bienplus,n'a­t­ilpasfaitplaceàl'affection(Befindlichkeit),au­delàdetoute psychologiedesaffects,danslaconstitutionexistentialedulà?»[p377]&dslesdvlptssurl'êtrejeté­là. Pourtant pasd'ontologiedelachairchezlui.Pq?Tropd'accentmissurlesangoissesfdtalesetnonlesouffrir(examinépar MichelHenry)+pasdedvlptdelaphénoménologiedelaspatialité(initiéeparHusserl),mshypertrophiedu temporel>spatial.

b)l'altéritéd'autrui Bilandecetouvrage:«l'Autren'estpasseulementlacontrepartieduMême,maisappartientàlaconstitutionintimedeson

sens»[p380],cfplanlinguistique(interlocution;omniprésencedusoidslespronoms),narratif(expériencedecequ'estla

viedel'autre),moral(laRègled'Or).

Ducoup,commentconsidérerdésormaisl'altéritédecetautruiquiaffectelemoi?

Husserl:MouvementduMêmeversl'Autre:epochèdoitmepermettrededéterminerlasphèredupropre(=cequi nedoitrienàautrui).Msreconnaîtqu'ilyaune«mondéanisation»inévitable&concurrente+notion

d'apprésentation(«transfertaperceptifissudemachair»Méditationscartésiennes,§50):cen'estpasune

représentationdel'autre,msunevéritabledonation,sansquejepuisseparailleursvivrelesvécusd'autrui.Idéede laconstitutiond'unalteregocomme«secondechairpropre»(D.Franck).««Ilpense»,«ellepense»signifie

«il/elleditdanssoncoeur:jepense»[p387]

Lévinas:Mouvementdel'AutreversleMême:Husserlnevapasassezloin:sonautruiesttoujourspensésousla catégoriegnoséologiqueetn'échappepasàlareprésentation.Autruiestdudomaineéthique(etnon gnoséologique),etsurgitcommeuncommandementparl'apparitiondesonvisage.MaisLévinasluimême

poussetroploinl'hyperbole(«excèsdansl'argumentationphilosophique»[p389]parsa«penséedel'altérité

ab­solue»[p388]).EtapeschezLevinas:séparationetenfermementdumoi/ouvertureàl'autre(conçuecomme

passivitétotale,l'autres'imposantcommeunimpératif)/Substitution(quiressembleunpeuàmon«attestation

dusoi»).

c)laconscience

Cclsurletermedeconscienceentreipséitéetaltérité.

1)Hegel,Phénoménologiedel'Esprit,etsurtoutNietzsche:Soupçon:laconscienceestsvtprochedelamauvaise

cs.Idéed'une2ndeinnocencechezNietzsche.NB:1)cesauteursrejettentlacscommemoraledetribunal,ms

PierreRosenzweiglalieplutôtaucommandementduCantiquedesCantiques:Toi,aime­moi!

2)Heidegger:rétablissementd'uneconsciencea­morale(refusdeladéontologiedeKantoudelathéoriedes

valeursdeScheler);idéedelavoixintérieureetsupérieureàmoi(ausmirunddochübermich),quinoussortdu «on»inauthentique.Maisici,Hgnousdonneunecscommeattestationpuredesoi,maissansdvlptmoral,sauf lorsqu'ilévoqueenpassantque«Maisphronesis,c'estGewissen!»,sachantquelaphronesisestunevoiedroite demoralepratique.Pourtant[làjecroisqueRicoeurparleensonnomplusqu'enceluid'Hg]:«lapassivitéde l'être­enjointconsistedanslasituationsd'écoutedanslaquellelesujetéthiquesetrouveplacéparrapportàla voixquiluiestadresséeàlasecondepersonne.Setrouverinterpelléàlasecondepersonne,aucoeurmêmede l'optatifdubien­vivre,puisdel'interdictiondetuer,puisdelarechercheduchoixappropriéàlasituation,c'estse reconnaîtreenjointdevivre­bienavecetpourlesautresdansdesinstitutionsjustesetdes'estimersoi­mêmeen

tantqueporteurdecevoeu»[p406]

3)Autre=autrui?ChezHegelonhésite,chezFreudAutre=autrui(monpèreetmesancêtres);chezLévinas

primatd'autrui,quin'estquela«tracedel'Autre».Autre=autrui?Mesancêtres?Dieuabsent?Dieuvivant?Une

placevide????