Vous êtes sur la page 1sur 14
Techniques de l'Ingénieur b3810 p2645
Techniques
de l'Ingénieur
b3810 p2645
Techniques de l'Ingénieur b3810 p2645 ARTICLE TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR L’expertise technique et scientifique

ARTICLE

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR

L’expertise technique et scientifique de référence

Spectrométrie de masse - Principe

Analyse de sûreté. Principes et

pratiques

et appareillage

Date de publication : 12/09/2014

Par :

10/05/1996

Daniel QUÉNIART

Guy BOUCHOUX

Professeur à l’université Paris XI (Orsay), École Polytechnique, DCMR, Palaiseau

Directeur délégué à la sûreté à l'Institut de protection et de sûreté nucléaire

Michel SABLIER

Chargé de recherches au CNRS, École Polytechnique, DCMR, Palaiseau

Guy BOUCHOUX

Professeur à l’université Paris XI (Orsay), École Polytechnique, DCMR, Palaiseau

Michel SABLIER

Chargé de recherches au CNRS, École Polytechnique, DCMR, Palaiseau

Cet article fait partie de la base documentaire :

Sûreté Mesures et - protection Analyses nucléaires

Dans le pack : Génie Mesures nucléaire - Analyses

et dans l’univers : Énergies Technolgies de l’information

l’univers : Énergies Technolgies de l’information Cet article peut être traduit dans la langue de votre

Cet article peut être traduit dans la langue de votre choix. Accédez au service Traduction à la demande dans votre espace « Mon compte ». (Service sur devis)

Document délivré le : 23/06/2014 12/05/2014

Pour le compte : 7200100403 7200083552 - - techniques universite de ingenieur liege // wakil // marie YOUSMI LESAVRE // 193.190.65.3 //

217.109.84.129

Pour toute question :

Service Relation clientèle - Techniques de l’Ingénieur 249 rue de Crimée - 75019 - Paris

par mail infos.clients@teching.com ou au téléphone 00 33 (0) 1 53 35 20 20

Copyright © 2014 | Techniques de l’Ingénieur | tous droits réservés

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Analyse de sûreté. Principes et pratiques

par Daniel QUÉNIART

Directeur délégué à la sûreté à l’Institut de protection et de sûreté nucléaire

1. Risques potentiels, risques résiduels, risques acceptables

B 3 810 - 2

4

5

7

9

11

2. La défense en profondeur

3. Apport des études probabilistes de sûreté

4. Utilisation de l’expérience d’exploitation

5. Facteurs humains et culture de sûreté

6. Conclusion

— —

Références bibliographiques

11

U ne spécificité des installations nucléaires réside dans la nature et l’impor- tance des risques potentiels associés à la mise en œuvre de substances

radioactives dans ces installations. En particulier, ces substances pourraient entraîner, en cas d’accident, des expositions significatives de travailleurs ou de personnes du public aux rayonnements ionisants ainsi que des contaminations durables de sols et de chaînes alimentaires. C’est pourquoi des dispositions tech- niques et des mesures d’organisation sont prises pour réduire les risques liés à l’exploitation de chaque installation nucléaire à un niveau jugé acceptable ; c’est le domaine de la sûreté nucléaire qui recouvre dès lors les dispositions destinées à :

assurer le fonctionnement normal des installations sans rejets exces- sifs d’effluents radioactifs (gazeux et liquides) et sans exposition excessive de travailleurs aux rayonnements ionisants, y compris au cours des opérations d’entretien, de contrôle ou de réparation ; — prévenir les incidents et accidents ; — limiter les conséquences des incidents et accidents qui se pro- duiraient malgré les mesures prises pour les éviter. Bien entendu, c’est l’exploitant d’une installation nucléaire qui est, fondamen- talement, le responsable de la sûreté de celle-ci ; lui seul peut, en liaison avec les constructeurs concernés, prendre à tout moment, notamment en exploitation, les mesures pratiques permettant d’assurer un niveau de sûreté satisfaisant. Dans l’exercice de cette responsabilité, il doit définir et mettre en œuvre des dispo- sitions de sûreté adaptées pour son installation et s’assurer, par une démarche systématique, que celles-ci permettent bien d’obtenir un niveau de sûreté satisfaisant. Par ailleurs, les pouvoirs publics d’un pays ont, d’une manière générale, mission de veiller à la sécurité des personnes et des biens. La nature des instal- lations nucléaires et les risques potentiels associés justifient qu’ils y portent une attention particulière et exercent une surveillance d’une rigueur exceptionnelle. L’intervention des pouvoirs publics comprend en particulier la mise en œuvre d’un système d’autorisations accordées individuellement à chaque installation, après examen technique approfondi des dispositions prises ou prévues par l’exploitant, et la surveillance du respect des prescriptions imposées par ces autorisations.

tiwekacontentpdf_b3810

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

B 3 810 1

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

Il est demandé à chaque exploitant d’installation nucléaire d’exposer les dispositions qu’il a prises ou prévues en matière de sûreté pour son installation et sa démarche d’appréciation de leur caractère satisfaisant dans un document qui évolue au fur et à mesure de la définition et de la vie de l’installation ; ce document est dénommé rapport de sûreté. Les versions successives de celui-ci sont examinées par les pouvoirs publics dans le cadre des procédures d’auto- risation sus-mentionnées. En France, le rôle d’examen critique est, pour l’essen- tiel, assuré par l’Institut de protection et de sûreté nucléaire (IPSN) à qui il incombe de donner aux autorités de sûreté des avis techniques sur les dispositions exposées dans les rapports de sûreté des installations nucléaires et les documents associés. C’est l’ensemble de ce processus, d’appréciation de la sûreté d’une installation, d’abord par l’exploitant, en liaison avec ses constructeurs, puis par les pouvoirs publics, que l’on désigne sous l’appellation globale d’analyse de sûreté d’une installation. Les procédures associées sont développées dans l’article Réglementation de la sûreté nucléaire [B 3 815] dans ce traité.

tiwekacontentpdf_b3810

1. Risques potentiels, risques résiduels, risques acceptables

Pour toute installation, il faut évidemment bien distinguer les risques potentiels évoqués plus haut, des risques résiduels présentés par l’installation. Les risques potentiels sont directement associés à la nature et aux quantités de substances radioactives mises en œuvre, ainsi qu’aux possibilités de dispersion de ces substances, tandis que les risques résiduels sont ceux qui subsistent pour l’installation en question, compte tenu des dispositions prises. Cette distinction, comme les développements de cet article sur la sûreté, s’applique plus généralement à tous les risques industriels (cf. article Généralités sur la sûreté nucléaire [B 3 800] dans ce traité). Pour une installation donnée, les risques résiduels ne sauraient être rigoureusement nuls et c’est le caractère acceptable de ces risques que les pouvoirs publics doivent apprécier pour délivrer les autorisations nécessaires à son fonctionnement. Cette appréciation ne peut être faite qu’en tenant compte à la fois du caractère plus ou moins vraisemblable et de la gravité plus ou moins importante des conséquences liées au fonctionnement de l’installation. Au-delà de l’exploitation normale, pour laquelle des limites d’exposition des travailleurs et des limites de rejets d’effluents radioactifs sont définies en dessous desquelles les valeurs réelles doivent être main- tenues aussi faibles que raisonnablement possible (optimisation), les risques résiduels de l’installation sont donc appréciés en termes de probabilités d’accidents, généralement exprimées en probabilités pour une durée égale à un an, et de conséquences associées. La notion de probabilité s’introduit ainsi naturellement dans l’examen des risques résiduels et il est largement admis que des conséquences plus importantes peuvent être acceptées si les probabilités corres- pondantes sont plus faibles. Cette idée a été traduite dès la fin des années 60 par la courbe proposée par F.R. Farmer, qui délimite sur un diagramme probabilités-conséquences un domaine acceptable (ou autorisé) et un domaine inacceptable (ou interdit) (figure 1). Cette même idée de conséquences acceptables plus importantes pour des probabilités plus faibles peut se déduire des dévelop- pements consacrés aux expositions potentielles (*) dans la publi- cation 60 de la Commission internationale de protection radiologique

[1].

(*) Il est à noter que le mot potentiel n’a pas ici le même sens que dans l’expression risques potentiels ; les expositions potentielles sont plutôt l’expression des risques résiduels.

sont plutôt l’expression des risques résiduels. Figure 1 – Courbe de Farmer (échelles logarithmiques)

Figure 1 – Courbe de Farmer (échelles logarithmiques)

Dans cette publication, la CIPR retient, sur un plan conceptuel, l’idée de l’utilisation de limites de risque pour les expositions poten- tielles (c’est-à-dire celles qui peuvent, pour une installation nucléaire, résulter de situations incidentelles ou accidentelles) de façon analogue aux limites de dose applicables en fonctionnement normal, sur la base de probabilités égales d’effets dangereux pour un individu, d’une part, en situation incidentelle ou accidentelle et, d’autre part, en fonctionnement normal. Cela revient, dans le domaine des effets stochastiques des rayonnements ionisants qui sont pratiquement les seuls qui puissent concerner des personnes du public, à pondérer les doses pouvant être reçues par un individu lors des différentes situations accidentelles par les probabilités annuelles estimées de ces situations. Toutefois, il faut noter que [4] :

— l’appréciation des risques individuels pour les personnes du public, au sens de la CIPR, est à elle seule insuffisante pour traiter de l’acceptabilité ; le nombre des personnes qui pourraient être concernées par un accident, l’étendue des zones dans lesquelles des contre-mesures pourraient être nécessaires, la durée d’application de ces contre-mesures sont, à l’évidence, des paramètres interve- nant dans l’appréciation du caractère acceptable de risques résiduels ; — l’acceptabilité n’est pas une notion figée : d’une part, parce que les idées évoluent – l’acceptabilité est en fait une notion politique pouvant, par nature, présenter des variations dans le temps et selon les pays – et, d’autre part, parce que la coexistence d’installations anciennes et d’installations nouvelles améliorées, la recherche de progrès en termes de sûreté rendent impossible une délimitation précise et générale entre un domaine acceptable et un domaine inacceptable. C’est pourquoi des modèles conceptuels introduisant

B 3 810 2

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

tiwekacontentpdf_b3810

un domaine dit tolérable entre le domaine acceptable et la domaine inacceptable, sont quelquefois développés, sans toutefois résoudre la contradiction inhérente à l’utilisation de courbes mathématiques simples pour traduire une réalité à l’évidence multiparamétrique ; pour sa part, dans sa publication 60, la CIPR a introduit, au titre de l’optimisation de la radioprotection, la notion de contrainte de risque qui permet une certaine flexibilité en dessous des limites de risque applicables de manière générale) ; — les outils permettant d’apprécier les probabilités annuelles et les conséquences possibles de situations accidentelles ne peuvent apporter que des réponses présentant des incertitudes plus ou moins importantes mais pouvant, pour une installation complexe, atteindre plusieurs ordres de grandeur, à la fois en termes de probabilités et en termes de conséquences. C’est pourquoi les organismes de sûreté n’utilisent la comparaison de résultats d’approches probabilistes à des critères préétablis que pour des sujets bien délimités ; ces critères ne sont de plus généralement pas exprimés en termes de doses pouvant être reçues par des travailleurs ou des personnes du public (cf. article Études probabilistes de sûreté [B 3 831] dans ce traité). Il faut bien comprendre ici que, si le contexte réglementaire implique nécessairement des étapes formalisées d’examen de la sûreté d’une installation nucléaire auxquelles peuvent s’appliquer des critères précis, l’analyse de la sûreté d’une telle installation est par nature un processus continu qui commence avec le choix des options de sûreté et ne peut s’achever qu’après la disparition de tout risque résiduel important ; tout au long de la conception, de la réalisation et de l’exploitation jusqu’au déclassement d’une installation nucléaire, des décisions doivent être prises qui ont des implications en matière de sûreté, et il convient que ces implications soient bien pesées en temps opportun. Cela rend très souhaitable l’existence d’un dialogue aussi continu que possible entre les exploi- tants, en liaison avec leurs constructeurs, d’une part, et les orga- nismes de sûreté, d’autre part ; un tel dialogue entre organisations compétentes est en fait une condition nécessaire d’un haut niveau de sûreté – il doit bien entendu être mené dans le respect complet des responsabilités des uns et des autres. L’essentiel de l’analyse de sûreté n’est donc pas la comparaison à des critères préétablis, mais une réflexion permanente, notamment sur les critères utilisés et leurs domaines de validité, ainsi que sur les modèles mis en œuvre, que ces critères aient été proposés par l’exploitant ou fixés, à un moment donné, par voie réglementaire ou pseudo-réglementaire. Cette réflexion permanente est nourrie par l’expérience acquise en matière de conception, de réalisation et d’exploitation d’installations nucléaires ainsi que par les recherches et études menées, soit dans un pays donné, par les exploitants d’une part, les organismes de sûreté d’autre part, soit dans un cadre international ; en particulier, les recherches lourdes concernant une filière électronucléaire sont aujourd’hui souvent financées par plusieurs pays ou organismes internationaux. Il faut bien comprendre également que les responsabilités en matière de sûreté telles que décrites plus haut, s’exercent dans un cadre national. Il a déjà été indiqué plus haut que l’acceptabilité est une notion politique, pouvant par nature présenter des variations dans le temps et selon les pays. Il convient aussi de noter à ce sujet que les décisions concernant les installations nucléaires ont souvent des implications importantes (*).

(*) À cet égard, soulignons que la recherche de progrès en matière de sûreté ne doit pas conduire à une remise en cause permanente des décisions prises. L’évolution des principes et des pratiques n’empêche pas une certaine stabilité et, en particulier, l’exploitation d’ins- tallations conçues selon des pratiques anciennes tandis que sont conçues et exploitées des installations améliorées.

Ainsi, concernant la production d’électricité d’origine nucléaire, une politique d’amélioration des centrales ne saurait être menée indépendamment de toute considération sur la politique industrielle et l’approvisionnement énergétique du pays concerné. À ce jour, des installations électronucléaires exploitées dans des pays distincts peuvent présenter des niveaux de sûreté sensiblement différents, ou des niveaux de sûreté équivalents mais obtenus avec des pra- tiques sensiblement différentes. Toutefois, les discussions tech-

niques menées depuis une vingtaine d’années, soit dans des cadres bilatéraux, soit dans des cadres internationaux induisent progres- sivement de larges convergences concernant les niveaux de sûreté à atteindre et une harmonisation progressive des critères et pra- tiques utilisés. À cet égard, la publication par l’AIEA, en 1988, du rapport INSAG 3 (*) relatif aux principes de sûreté pour les centrales électronucléaires [2] de même que, plus récemment, la publication en 1993 en France et en Allemagne d’objectifs de sûreté communs [6], approuvés par les organismes réglementaires des deux pays, pour les centrales électronucléaires à construire au début du 21 e siècle constituent des pas notables et tout à fait significatifs. La mise au point récente d’une convention internationale en matière de sûreté nucléaire va dans le même sens [7].

est un groupe d’experts de

haut niveau conseillant directement le Directeur général de l’AIEA.

Les risques potentiels présentés par les différentes installations nucléaires sont très variables puisque le domaine correspondant couvre aussi bien les centrales électronucléaires (qui présentent les risques potentiels les plus importants, de par les quantités de subs- tances radioactives qu’elles peuvent contenir et l’existence de phénomènes physiques pouvant conduire à une large dispersion de ces substances) que les installations de fabrication de combustibles neufs, les installations de traitement de combustibles irradiés, les installations de traitement d’effluents et déchets radioactifs jusqu’aux stockages définitifs de ces derniers, les laboratoires de recherche associés ou encore les grandes installations industrielles d’irradiation ou les grands accélérateurs de particules. Aussi, hormis pour le risque de criticité, largement associé aux installations du cycle du combustible, c’est pour les centrales électronucléaires que les méthodes d’analyse de sûreté ont été le plus largement déve- loppées et approfondies. Toutefois, dans une large mesure, les mêmes démarches sont applicables, mutatis mutandis, à toutes les installations nucléaires ; mais il convient d’adapter les objectifs et l’importance des efforts en matière de sûreté à la nature et à l’ampleur des risques correspondants (cf. article Sûreté des labo- ratoires et usines nucléaires [B 3 840] dans ce traité). Aussi, dans la suite du présent article, ne sera abordé que le cas des centrales électronucléaires. Les grands objectifs de sûreté cor- respondants peuvent alors être précisés dans les termes retenus dans la traduction française du rapport INSAG 3 [2] :

objectif général de sûreté nucléaire : protéger les individus, la société et l’environnement en établissant et en maintenant dans les centrales nucléaires une défense efficace contre le risque radiologique ;

objectif de radioprotection : faire en sorte, en exploitation

normale, que la radioexposition à l’intérieur de la centrale et celle due à tout rejet de matières radioactives à l’extérieur de la centrale soient maintenues au niveau le plus bas qu’il est raison-

nablement possible d’atteindre et au-dessous de limites prescrites, et faite en sorte que soit atténué l’impact des radio- expositions dues aux accidents ;

objectif de sûreté technique : prévenir avec un degré élevé

d’assurance les accidents dans les centrales nucléaires, faire en sorte que, pour tous les accidents pris en compte dans la conception de la centrale, même ceux de très faible probabilité, les conséquences radiologiques, s’il y en a, soient de faible importance et faire en sorte que la probabilité d’accidents graves avec conséquences radiologiques importantes soit extrêmement faible. Ce dernier objectif souligne clairement que la prévention des accidents par des dispositions de conception et d’exploitation est la première priorité en matière de sûreté. Mais, dans le même temps, il reconnaît que les dispositions de prévention pouvant être insuffisantes, des incidents et des accidents peuvent se produire ; il faut dès lors examiner les dispositions de conception et d’exploi- tation propres à en limiter les conséquences à des niveaux jugés acceptables. Cette double approche est la base du concept fonda- mental de défense en profondeur, développé dans le paragraphe suivant.

(*) L’INSAG, International Nuclear Safety Advisory Group,

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

B 3 810 3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

2. La défense en profondeur

Pour l’environnement d’une centrale électronucléaire, les risques proviennent essentiellement des possibilités de dissémination des substances radioactives présentes dans les combustibles ou, dans une moindre mesure, dans les fluides du procédé (produits de fission ou d’activation). Il convient donc d’assurer le confinement de ces substances radioactives, ce qui est réalisé par l’interposition de barrières entre ces substances et les personnes. Schématiquement, dans le cas d’un réacteur à eau sous pression (REP) du type de ceux qui sont exploités en France, on distingue ainsi en fonctionnement, trois barrières successives entre les produits radioactifs (en particulier, les produits de fission et les transuraniens qui résultent des réactions nucléaires dans le combustible) et l’environnement : les gaines des crayons combustibles, le circuit du fluide de refroidissement (circuit primaire) et l’enceinte de confinement (figure 2). Il faut toutefois noter que, même en fonc- tionnement normal, les barrières ne sont généralement pas parfai- tement étanches : des ruptures de gaines d’importance limitée peuvent exister, des fuites du circuit primaire ne dépassant pas une certaine valeur peuvent se produire, l’enceinte de confinement pré- sente également un taux de fuite limité. De plus, la définition précise des barrières n’est pas toujours simple : ainsi, dans les générateurs de vapeur des REP évoqués ci-dessus, les deuxième et troisième barrières sont en fait confondues au niveau des tubes de ces généra- teurs de vapeur, dans la mesure où la rupture d’un tel tube peut entraîner l’ouverture des soupapes de sûreté du générateur de vapeur correspondant, créant ainsi un bipasse de l’enceinte de confinement. Autre exemple, dans les centrales allemandes actuelles, des travaux devant être accomplis dans l’enceinte de confinement pendant le fonctionnement du réacteur, cette enceinte est ventilée et donc ouverte en fonctionnement normal. En fait, il convient d’apprécier la validité de l’ensemble des barrières dans le cadre de la défense en profondeur. Un bon fonc- tionnement de cet ensemble permet que soient assurées trois fonc- tions essentielles de sûreté, à savoir la maîtrise de la réactivité, le refroidissement du combustible irradié (fonctions nécessaires au maintien de la première barrière) et le confinement proprement dit des substances radioactives.

le confinement proprement dit des substances radioactives. Figure 2 – Représentation schématique des barrières

Figure 2 – Représentation schématique des barrières d’un REP

Le concept de défense en profondeur a évolué au cours du temps. Au début des années 70, il était essentiellement axé sur la conception du cœur même du réacteur et des systèmes associés ; il comprenait trois « niveaux » [5] qui peuvent être aujourd’hui décrits comme suit.

Le premier niveau comprend un ensemble de dispositions qui

visent à réduire les possibilités de sortie du domaine de fonction-

nement normal de l’installation concernée ; cela implique notamment:

— le choix de matériaux adaptés ainsi que de technologies

prouvées, le calcul des structures et équipements avec des marges de sécurité, l’utilisation de procédés de fabrication qualifiés ;

— une conception permettant aux opérateurs d’exploiter l’instal-

lation dans de bonnes conditions, ce qui suppose qu’ils disposent d’informations fiables et faciles à interpréter, de procédures claires

et de délais suffisants pour mettre en œuvre les actions qui leur sont demandées ;

— la mise en œuvre de programmes de maintenance préventive.

Le deuxième niveau vise à maîtriser les écarts par rapport au

fonctionnement normal avant que ceux-ci ne puissent conduire à un accident. Cela implique :

— des systèmes de limitation ou de sécurité qui agissent auto-

matiquement en cas de sortie du domaine de fonctionnement normal, avant que les seuils de mise en œuvre des actions relevant

du troisième niveau ne soient atteints ;

— des informations et des procédures appropriées pour les

opérateurs ;

— des mesures de surveillance de l’état des structures et des

équipements (inspections en service, essais périodiques) visant à

détecter l’existence de défauts avant qu’ils ne puissent devenir nocifs.

Au troisième niveau, il est supposé que, malgré les mesures prises

aux premier et deuxième niveaux, des accidents peuvent se produire. La liste des accidents ainsi postulés (il s’agit, pour l’essentiel, d’événements simples tels qu’une rupture de tuyauterie supposée instantanée, une remontée intempestive d’une barre de commande à la vitesse maximale plausible, etc.) est définie en tenant compte de l’expérience industrielle et peut d’ailleurs évoluer au cours du temps. Des systèmes, dits de sauvegarde, sont mis en place pour limiter les conséquences des accidents postulés ; par exemple, à l’égard des accidents de rupture d’une tuyauterie primaire, les tranches françaises existantes comportent des systèmes automatiques d’injection de sécurité et d’aspersion dans l’enceinte de confinement, qui permettent de limiter la dégradation des gaines des éléments combustibles et d’évacuer la puissance résiduelle produite dans le cœur du réacteur, l’enceinte de confinement assurant la limitation des rejets de substances radioactives dans l’environnement dans les conditions correspondantes (la pression, la température et la durée des sollicitations sur l’enceinte étant limitées par le fonctionnement des systèmes précités). Ces systèmes sont conçus avec des marges de sécurité, en appliquant de surcroît des règles déterministes de redondance et de séparation géographique ou physique des maté- riels redondants. Bien entendu, à ce niveau également, des informa- tions et procédures adaptées doivent exister pour les opérateurs.

Dans le cadre de l’approfondissement des réflexions sur la sûreté des centrales électronucléaires, il est apparu, au cours des années 70, que certaines combinaisons de défaillances pouvaient avoir une probabilité du même ordre de grandeur que celle des accidents postulés définis plus haut, tout en entraînant des conséquences beaucoup plus graves que ceux-ci. Il s’agit par exemple de la défaillance totale des alimentations électriques externes et internes qui, sur les tranches françaises comportant un REP, peut conduire à une brèche du circuit primaire par défaillance des joints des pompes primaires qui ne sont plus refroidis, alors que les systèmes de sauvegarde ne sont pas opérationnels en l’absence d’énergie électrique.

B 3 810 4

tiwekacontentpdf_b3810

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

tiwekacontentpdf_b3810

Les études probabilistes de sûreté menées au cours de la même décennie (§ 3) ont également montré que, pour les REP, la probabilité d’un accident avec fusion du cœur, donc plus grave que les accidents postulés précités, était significative (de l’ordre de 10 4 /an), et l’acci- dent de Three Mile Island en 1979 est malheureusement venu confirmer le caractère plausible d’une fusion du cœur pour ce type de réacteur. Il est aussi apparu que des dispositions complé- mentaires pouvaient être prises pour, au moins dans certains cas, éviter ou retarder la fusion du cœur du réacteur, ou en limiter les conséquences grâce à une adaptation du confinement.

Ainsi s’est progressivement mis en place un quatrième niveau de

la défense en profondeur, constitué de dispositions complémen- taires visant, d’une part, à limiter les conséquences de certaines situations avec défaillances multiples et à retarder autant que possi- ble la fusion du cœur d’un réacteur et, d’autre part, à renforcer la dernière barrière de confinement (*). Parmi ces dernières disposi- tions, la plus connue, adoptée dans différents pays, consiste à mettre en place des moyens permettant de procéder à des rejets volontaires filtrés de l’atmosphère de l’enceinte de confinement, de façon à éviter un rejet important non filtré par suite de la défaillance de l’enceinte par surpression. Bien entendu, des informations et procédures spécifiques sont prévues à ce niveau pour les opéra- teurs avec, au moins en France, une forme de redondance humaine assurée par un ingénieur de sûreté appelé en salle de commande en cas de difficulté importante.

(*) Si les marges de sécurité inhérentes à la conception selon les trois premiers niveaux de la défense en profondeur ont certainement permis que l’accident de Three Mile Island n’ait eu que des conséquences très limitées dans l’environnement de cette centrale, il est encore aujourd’hui impossible d’expliquer clairement le déroulement de l’accident et en particulier d’expliquer pourquoi il n’y a pas eu de défaillance de la cuve du réacteur.

Enfin, l’habitude a été prise de considérer les plans d’urgence

(à la fois les plans d’urgence internes aux installations et les plans d’intervention des pouvoirs publics, destinés à assurer la protection

ultime des populations) comme un cinquième niveau de la défense en profondeur. La même démarche de défense en profondeur peut s’appliquer à d’autres parties d’une centrale électronucléaire que le cœur du réacteur, en l’adaptant en fonction des risques associés ; ainsi, un réservoir contenant des effluents gazeux dont le rejet ne peut pas conduire à des conséquences significatives dans l’environnement, mérite certainement une conception et une surveillance soignées (niveaux 1 et 2), mais ne nécessite pas la mise en œuvre des niveaux ultérieurs de la défense en profondeur. Une démarche du même type peut encore être appliquée aux inter- ventions réalisées, par exemple pendant un arrêt de tranche, dans une configuration spécifique de l’installation. Le premier niveau comprend la préparation de l’intervention, avec en particulier l’ana- lyse des risques correspondants, la vérification de la compatibilité des différentes phases de l’intervention avec la configuration de l’installation, le choix de personnel qualifié, la rédaction de procé- dures adaptées. Le deuxième niveau comprend des vérifications périodiques, des points d’arrêt, l’analyse des anomalies par rapport au déroulement prévu de l’intervention. Le troisième niveau comprend la mise en place de moyens automatiques ou manuels, fondés sur des informations dûment choisies, permettant de faire face à des situations accidentelles. En revanche, il existe des agressions qui doivent être traitées selon une démarche particulière. Il s’agit, d’une part, des agressions externes pour lesquelles, à l’exception des séismes, la protection est essentiellement assurée directement par la conception des ouvrages et structures et, d’autre part, des agressions internes comme l’incendie pour lequel la défense en profondeur se décline en dispositions de prévention (limitation du potentiel calorifique en particulier), de détection et de limitation des conséquences (secto- risation des locaux par exemple). Les séismes constituent un cas particulier d’agression externe en ce sens qu’un séisme sollicite en même temps tous les matériels de l’installation. La défense en profondeur est alors assurée :

— par le choix d’un séisme majoré de sécurité comportant des marges par rapport aux séismes vraisemblables ;

— par le dimensionnement ou la qualification des structures et

matériels importants pour la sûreté aux sollicitations associées à ce séisme majoré (avec là aussi des marges) ;

— par la vérification du fait qu’un événement sismique de l’inten-

sité du séisme majoré ne peut pas conduire à des conséquences plus graves que celles admises pour les accidents postulés évoqués plus haut, en supposant qu’un tel événement peut être à l’origine d’un tel accident et en supposant la défaillance des structures et équi- pements non dimensionnés pour résister à ce séisme.

3. Apport des études probabilistes de sûreté

Comme on l’a vu au paragraphe 2, la notion de probabilité s’intro- duit tout naturellement dans l’examen des risques résiduels. Néan- moins, une grande prudence s’impose quant à la comparaison directe de résultats d’évaluations probabilistes à des critères chiffrés préétablis. Une telle approche s’applique en fait assez bien à certains types d’agressions externes comme les chutes d’avions pour lesquelles il existe suffisamment d’événements observés pour en déduire des valeurs statistiques relativement fiables. Ainsi, c’est sur la base d’une valeur de probabilité maximale de l’ordre de grandeur de 10 7 /an pour chacune des grandes fonctions de sûreté d’une tranche comportant un réacteur nucléaire, qu’il a été décidé, lors du lance- ment du programme électronucléaire français, de protéger systé- matiquement les tranches construites dans ce pays contre la chute d’un avion de l’aviation générale (masse inférieure à 5,7 t), compte tenu de la probabilité relativement élevée de chute d’un tel avion sur une centrale. En revanche, il n’est pas apparu nécessaire de tenir compte de l’aviation commerciale pour laquelle la probabilité de chute sur une centrale est cent fois plus faible ; le cas de l’aviation militaire, qui est intermédiaire, fait l’objet d’une examen cas par cas, ce qui revient en fait à prêter la plus large attention au choix des sites. Il convient de souligner ici que la valeur de 10 7 /an correspond

à un ordre de grandeur limite et non à un seuil en deçà duquel aucune question ne se poserait et au-delà duquel un dimensionnement serait systématiquement nécessaire. La précision des évaluations n’est pas telle que des seuils aussi précis puissent avoir une réelle signification et il est largement préférable de porter une appréciation sur les valeurs trouvées par le calcul en tenant compte des incertitudes correspondantes et des conséquences du choix de telle ou telle décision. C’est ce type d’appréciation qui a conduit à la décision de dimensionner les bâtiments de l’usine UP3 de la Hague sans tenir compte des chutes d’avions tout en vérifiant que les conséquences de la chute d’un avion de l’aviation générale resteraient norma- lement limitées. Plus généralement, en 1977, l’autorité de sûreté française, à l’époque le Service central de sûreté des installations nucléaires, avait défini un objectif général ainsi rédigé : « D’une façon générale, le dimensionnement des installations d’une tranche comportant un réacteur nucléaire à eau pressurisée devrait être tel que la probabilité globale que cette tranche puisse être à l’origine de conséquences

10 6 par an ». Cette phrase doit être

inacceptables ne dépasse pas

bien comprise : il s’agissait de fixer une référence à caractère général

et non de définir un critère d’acceptation, encore moins de demander

à Électricité de France de démontrer le respect d’un tel objectif par

une étude probabiliste complète. La fixation de cet objectif tenait toutefois compte des résultats de la première étude probabiliste de sûreté complète réalisée aux États-Unis, connue sous le nom de rapport Rasmussen (*) [10], qui visait à apprécier les conséquences du fonctionnement des centrales américaines sous la forme de courbes donnant la probabilité en fonction d’un nombre minimal de morts (figure 3), la probabilité calculée de fusion du cœur d’un REP étant de l’ordre de 10 4 /an.

(*) Ce rapport s’applique à des réacteurs à eau sous pression ou à eau bouillante américains des années 70 ; les conséquences concernent les personnes du public.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

B 3 810 5

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

// 193.190.65.3 ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES Figure 3 – Fréquences des événements d’origine

Figure 3 – Fréquences des événements d’origine humaine conduisant à un nombre de décès supérieur à N [10]

En fait, la référence de la lettre du service central de sûreté des installations nucléaires n’est directement utilisable que pour certaines applications relatives à des familles d’événements. C’est pourquoi, après avoir précisé l’objectif général, la même lettre

indiquait : « Lorsqu’une approche probabiliste sera utilisée pour apprécier si une famille d’événements doit être prise en compte pour le dimensionnement d’une (telle) tranche, il conviendra de considérer que cette famille d’événements doit effectivement être prise en compte si la probabilité qu’elle puisse conduire à des

conséquences inacceptables est supérieure à 10 7 /an

», ce qui peut

être utilisé en précisant cas par cas la notion de conséquences inac- ceptables, notion à caractère politique, volontairement vague dans sa généralité. On retrouve ainsi la valeur de 10 7 /an évoquée pour les chutes d’avions ; on peut aussi appliquer cette valeur en ordre de grandeur à certaines situations avec défaillances multiples, comme il a été indiqué plus haut à propos de la défaillance totale des alimentations électriques externes et internes constituées par les deux groupes électrogènes prévus dans la conception d’origine des tranches, en considérant la fusion du cœur du réacteur comme constituant des conséquences inacceptables, ce qui est pessimiste. Ce n’est qu’à la fin des années 80 qu’ont été réalisées en France les premières études probabilistes de sûreté globales, à la fois pour apprécier de façon plus quantitative le niveau de sûreté des tranches françaises comportant un REP et pour constituer des outils d’analyse de ces tranches (cf. article Études probabilistes de sûreté [B 3 831], dans ce traité). En effet, autant les comparaisons à des critères

chiffrés sont difficiles, autant la démarche probabiliste permet de déterminer les faiblesses relatives des tranches examinées et d’apprécier par exemple, en relatif, l’intérêt de modifications de conception ou d’exploitation. Classiquement, on distingue aujourd’hui trois types d’études probabilistes de sûreté :

les études de niveau 1 s’intéressent à la probabilité de fusion du cœur du réacteur ;

les études de niveau 2 s’intéressent aux probabilités de relâ- chement de produits radioactifs dans l’environnement ;

les études de niveau 3 s’intéressent aux probabilités d’effets

sur les personnes du public (le rapport Rasmussen correspond à une étude de niveau 3). Les études probabilistes de sûreté réalisées en France [8] [9], tant pour les tranches de 900 MW que pour les tranches de 1 300 MW, sont des études de niveau 1 ; leurs résultats ont été diffusés en 1990

(cf. article Études probabilistes de sûreté [B 3 831]). Ces études sont en cours de réactualisation pour tenir compte de l’évolution des connaissances ainsi que de l’expérience d’exploitation (il faut noter

à ce sujet que la standardisation des tranches françaises permet de

bénéficier, pour la fiabilité des matériels ou pour la probabilité de

certains événements initiateurs, de valeurs fondées sur des bases statistiques importantes). Par ailleurs, des études de niveau 2 ont été démarrées en 1994 par Électricité de France et l’Institut de protection et de sûreté nucléaire sur les tranches de 900 MW.

Par rapport aux études du même type réalisées à l’étranger, les études françaises présentent la spécificité de tenir compte de tous les états du réacteur et non des seuls en puissance. Elles ont d’ailleurs mis en évidence le fait que les états d’arrêt d’un réacteur à eau correspondaient à une part importante de la probabilité de fusion du cœur d’un réacteur, compte tenu des configurations spécifiques d’exploitation dans ces états, et notamment du moindre degré d’automatisation des actions de sauvegarde qui peuvent s’avérer nécessaires. Cela a, bien entendu, entraîné de nombreuses réflexions concernant à la fois l’analyse de sûreté des tranches actuelles et la conception des tranches du futur. Une autre spécificité des études probabilistes de sûreté françaises est de s’intéresser à la phase à long terme des accidents, compte tenu de la nécessité d’évacuer la puissance résiduelle du cœur du réacteur. Là encore, il apparaît que la contribution correspondante

à la probabilité totale de fusion du cœur du réacteur n’est pas négli-

geable, ce qui conduit à prêter une attention spécifique au long terme des situations accidentelles, par exemple de l’analyse des procé-

dures de conduite.

Actuellement, les études probabilistes existantes sont utilisées dans plusieurs domaines de l’analyse de sûreté :

— lors de l’examen de l’opportunité de certaines modifications et

du gain apporté par les dispositions complémentaires envisageables

pour répondre à un problème de sûreté donné, ces études apportent, toujours en relatif, une appréciation plus quantitative que celle qui résulte simplement du jugement de l’ingénieur ; ainsi, les disposi- tions d’appoint automatique au circuit primaire lors des situations de refroidissement du cœur du réacteur par le circuit de refroidis- sement à l’arrêt ont fait l’objet d’études probabilistes menées tant par EdF que par l’IPSN ;

— de même, les études probabilistes de sûreté permettent de

mieux apprécier quantitativement l’importance pour la sûreté de certains équipements, soit en calculant la diminution de la proba- bilité de fusion du cœur du réacteur qui résulterait d’une fiabilité par- faite de l’équipement considéré, soit en calculant l’augmentation de la probabilité de fusion du cœur du réacteur qui résulterait de l’indis- ponibilité totale du même équipement. On met ainsi, par exemple, en évidence l’importance du système de ventilation des systèmes de sauvegarde pour les tranches de 900 MW, cette importance devant toutefois être tempérée en tenant compte du caractère sans doute pessimiste de la modélisation introduite dans l’étude proba- biliste de sûreté de ces tranches (défaillance des pompes en cas de défaillance de la ventilation) ;

B 3 810 6

tiwekacontentpdf_b3810

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

— la validité des spécifications techniques qui définissent les durées acceptables d’indisponibilité de certains équipements impor- tants pour la sûreté peut aussi être appréciée en calculant l’augmentation de la probabilité de fusion du cœur du réacteur correspondant à la durée d’indisponibilité d’un équipement donné et en vérifiant que cette augmentation n’est pas trop importante. Toutefois, il y aurait des inconvénients à vouloir fixer les durées acceptables d’indisponibilité simplement sur la base d’un critère général d’augmentation de la probabilité de fusion du cœur du réac- teur car, d’une part, les spécifications techniques d’exploitation doivent inciter l’exploitant à mener les réparations nécessaires au plus tôt, et, d’autre part, il convient de tenir compte des risques encourus lors du passage à l’état de repli prévu au-delà de la durée maximale d’indisponibilité et lors du maintien du réacteur dans cet état ; — les études probabilistes de sûreté peuvent enfin être utilisées dans le cadre de l’analyse de sûreté d’incidents réels ; en effet, il peut être intéressant de chercher à placer un incident réel donné sur l’arbre des défaillances d’une étude probabiliste de sûreté, ce qui permet de calculer une probabilité conditionnelle de fusion du cœur du réacteur et d’apprécier le caractère précurseur de l’incident considéré.

4. Utilisation de l’expérience d’exploitation

L’ examen attentif de l’expérience d’exploitation est une voie essentielle pour améliorer les performances des installations indus- trielles en général et des installations nucléaires en particulier, qu’il s’agisse des installations existantes ou des installations futures ; il faut d’ailleurs bien comprendre ici le terme performances dans son acception la plus large, même s’il ne sera question dans la suite que d’améliorations en termes de sûreté. L’opportunité d’éviter le renouvellement d’incidents connus et l’intérêt de détecter et d’examiner plus particulièrement les incidents précurseurs d’accidents plus graves pouvant conduire, soit à la perte de l’outil de production, soit à des conséquences importantes pour les travailleurs ou les personnes du public, soit aux deux, sont bien entendu reconnus, au moins sur le plan conceptuel, depuis long- temps. Mais, pour l’industrie nucléaire, c’est l’accident de fusion du cœur de la tranche 2 de la centrale de Three Mile Island en mars 1979 qui a été le point de départ de développements particulièrement importants dans l’utilisation de l’expérience d’exploitation. Cet accident a été, en effet, le révélateur d’une situation non satis- faisante à cet égard dans la mesure où, environ 18 mois plus tôt, un incident précurseur avait affecté une centrale analogue, celle de Davis Besse. Il est alors apparu que l’accident de Three Mile Island aurait pu être évité si cet incident précurseur avait conduit à une meilleure prise de conscience des exploitants d’autres centrales sur les risques associés à l’ouverture des vannes de décharge du pres- suriseur. Depuis lors, la recherche d’incidents précurseurs est devenue une préoccupation constante à la fois des exploitants d’installations nucléaires et des organismes de sûreté, et les échanges d’informations sur les incidents importants, tant entre exploitants qu’entre organismes de sûreté, se sont largement déve- loppés, de telle sorte que l’expérience des uns puisse être connue, utilisée, voire enrichie par celle des autres. C’est ainsi, par exemple, qu’a été mise en place, au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) – à laquelle appartiennent tous les pays ayant de larges capacités électronucléaires en dehors des pays d’Europe de l’Est – une banque de données dénommée Incident Reporting System (IRS) à laquelle les pays de l’OCDE

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

participent sur une base volontaire. La France déclare chaque année une bonne dizaine d’incidents à la banque IRS en fournissant les éléments techniques détaillés permettant de bien comprendre le déroulement de chaque incident et l’analyse qui en a été faite. De plus, un groupe de travail de l’OCDE mène des études approfondies sur les apports de l’expérience d’exploitation, en regroupant par exemple les types d’incidents pour tenter d’en tirer des enseigne- ments à caractère général.

Toutefois, malgré la mise en œuvre de moyens importants, la tâche n’est pas facile car, d’une part, l’expérience d’exploitation est extrê- mement riche en événements divers intéressant la sûreté et, d’autre part, les grands accidents surviennent généralement à la suite de successions d’anomalies qui auraient été considérées a priori comme très peu vraisemblables, voire complètement impossibles. Cela implique qu’il faut éviter de s’engluer dans un processus lourd et non maîtrisé où les problèmes de sûreté les plus importants ne seraient pas clairement identifiés et traités comme tels et, en même temps, conserver à tout instant la vigilance nécessaire et le souci de l’anticipation. Le contexte français est à cet égard bien particulier, avec un seul exploitant disposant de séries de tranches identiques ou analogues (à la fin de 1995, 34 tranches de 900 MW et 20 tranches de 1 300 MW du type REP licenciés par Westinghouse). En comptant à partir de

la première divergence de chaque réacteur, l’expérience accumulée

représente plus de 400 années-réacteur pour les tranches de 900 MW et plus de 100 années-réacteur pour les tranches de 1 300 MW (figure 4). Cette situation permet de disposer d’une masse impor- tante d’informations cohérentes, ce qui est un avantage important, par exemple, pour l’obtention de données pertinentes sur la fiabilité des matériels et les erreurs humaines ; ces données peuvent être

utilisées en tant que telles ou introduites dans les études probabi- listes de sûreté, améliorant par là même la représentation quantifiée que l’on peut avoir de la sûreté des tranches. Mais cette médaille

a son revers, surtout si l’on considère que la plupart des tranches

ont été mises en exploitation entre 1980 et 1990, donc sur une durée restreinte. Il devient alors crucial d’identifier au plus tôt tout pro-

blème qui pourrait affecter au même moment une part notable du parc électronucléaire français dès lors que la défaillance simultanée des tranches concernées conduirait à des difficultés de gestion de l’approvisionnement électrique du pays (les trois-quarts de l’élec- tricité consommée en France sont produits par des centrales électro- nucléaires). Dans le même sens, toute modification des installations du parc électronucléaire se doit d’être engagée avec rigueur et précaution.

se doit d’être engagée avec rigueur et précaution. Figure 4 – Expérience d’exploitation du parc

Figure 4 – Expérience d’exploitation du parc électronucléaire français

tiwekacontentpdf_b3810

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

B 3 810 7

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

tiwekacontentpdf_b3810

Cette nécessité d’une organisation de l’utilisation de l’expérience d’exploitation ne s’est toutefois imposée que peu à peu. Le démarrage des premières tranches du programme électronucléaire français a en effet généré un nombre considérable d’idées d’amé- lioration, dont plusieurs centaines concernant la sûreté. Or, derrière chaque idée d’amélioration, il y a nécessité d’études, le cas échéant d’approvisionnements et de travaux de mise en place effective sur un nombre important de tranches dans des conditions de sûreté correctes, ce qui suppose des essais, non seulement pour une modi- fication particulière, mais aussi pour des ensembles de modifications afin de vérifier l’absence d’effets négatifs, etc. De plus, à chaque instant, la formation des personnels et les procédures d’exploitation et de maintenance doivent être, pour chaque tranche, en conformité avec l’état de la tranche. Ce fourmillement d’idées a tout naturelle- ment conduit à une situation assez inextricable où il est devenu bien difficile de mener de façon prioritaire les améliorations réellement importantes pour la sûreté. Aussi, en accord avec la direction de la Sûreté des installations nucléaires, EdF a développé une politique de lots de modifications, chaque lot de modifications faisant l’objet d’une mise en place et d’essais sur une tranche pilote avant d’être généralisés dans les années qui suivent aux autres tranches concernés. Seules certaines modifications considérées comme vraiment urgentes font l’objet d’une programmation individuelle spécifique car il faut bien comprendre que, désormais, pour le tout-venant des améliorations, entre le début de la recherche d’une solution et sa mise en place effective sur la dernière des tranches concernées dans le cadre des lots de modifications, le délai est au moins de l’ordre de la dizaine d’années. Or, l’expérience d’exploitation apporte régulièrement des sur- prises désagréables, c’est-à-dire des défaillances absolument non prévues, au moins sous la forme où elles apparaissent.

On peut illustrer ce sujet par l’exemple de la fissuration des adap- tateurs, des couvercles des cuves de REP français ; ces adaptateurs, qui permettent en particulier le passage des tiges de commande des barres de contrôle, étaient réalisés en Inconel 600, matériau dont la sensibilité à la corrosion sous tension était bien connue, ne serait-ce qu’à cause des corrosions déjà constatées sur les tubes des généra- teurs de vapeur réalisés dans le même matériau. Mais les études lais- saient à penser que, si la corrosion des adaptateurs devait se manifester, elle apparaîtrait préférentiellement sur l’évent de la cuve, situé au centre du couvercle. Aussi, l’apparition d’une fuite au niveau d’un adaptateur périphérique lors de l’épreuve hydraulique décennale de la cuve du réac- teur Bugey 3, a entraîné la nécessité de définir rapidement une stratégie face à une situation totalement imprévue pouvant a priori affecter de façon plus ou moins étendue une part notable des tranches du parc élec- tronucléaire français. En termes de sûreté, si l’apparition de fissuration longitudinales dans les adaptateurs n’entraînait de risques qu’après traversée complète d’un adaptateur (corrosion de l’acier noir de la cuve, corrosion de la soudure de liaison de l’adaptateur à la cuve), la découverte (qui ne s’est pas produite) d’une fissuration circonféren- tielle, susceptible de conduire à terme à l’éjection d’un adaptateur avec la remontée de la barre de contrôle correspondante, aurait entraîné la possibilité d’une situation accidentelle non étudiée dans les rapports de sûreté des tranches. Il faut ajouter que, lors de la découverte de la fuite de la cuve de Bugey 3, l’exploitant ne disposait pas de moyens d’inves- tigation réellement adaptés au contrôle systématique des adaptateurs et encore moins de procédés de réparation validés ; de plus, toutes les tentatives menées pour expliquer les phénomènes de corrosion constatés en fonction de la température supposée de l’eau du circuit primaire au niveau des adaptateurs ou de la sensibilité plus ou moins grande du matériau utilisé ou de l’état des contraintes pour les différents adaptateurs ont été au moins en partie infirmées par l’expérience. La situation a, en définitive, été traitée d’abord de façon empirique par des contrôles et des réparations dans des conditions difficiles avec, en paral- lèle, la définition et la mise en place de moyens de surveillance améliorés pendant le fonctionnement des tranches (détection des fuites au niveau du couvercle). Progressivement, des moyens plus industriels ont été développés pour permettre le contrôle de tous les adaptateurs avec, si nécessaire, leur réparation dans des conditions convenables, et EdF a pris la décision de remplacer, à terme plus ou moins éloigné, les couvercles des cuves, en changeant le matériau des adaptateurs.

Le problème des adaptateurs peut donc aujourd’hui être considéré comme bien maîtrisé. Mais la vigilance et le souci d’anticipation conduisent maintenant l’exploitant et les organismes de sûreté à s’inter- roger sur les actions à mener concernant d’autres zones réalisées éga- lement en Inconel 600. D’ores et déjà, certaines de ces zones font l’objet de contrôles plus approfondis, au moins par sondages sur cer- taines tranches.

La fuite d’un adaptateur du couvercle de la cuve du réacteur Bugey 3 est un cas d’incident précurseur particulièrement simple à mettre en évidence et, en définitive, à maîtriser dès lors que les moyens industriels nécessaires ont été développés. Mais, dans la mesure où il n’est pas possible d’étudier avec toutes les méthodes disponibles tous les incidents qui se produisent, ne serait-ce que sur les tranches françaises, et où il est clair que, parmi les incidents, beaucoup ne sont en fait pas porteurs d’enseignements vraiment nouveaux en termes de sûreté, la question du choix pratique des incidents qui feront l’objet d’analyses réellement approfondies se pose. Ce choix reste en partie subjectif, mais une première approche conduit à s’interroger plus particulièrement sur :

les incidents non couverts par les études de conception ;

les incidents proches de ceux étudiés dans les rapports de

sûreté, de probabilité estimée inférieure à 10 2 par an et par tranche, ou ceux susceptibles de conduire à un incident de ce type, éventuel- lement dans d’autres conditions d’exploitation ;

les cumuls de défaillances dans des systèmes importants pour

la sûreté, qu’ils soient dus des défauts aléatoires, à des défauts de mode commun ou à des interactions entre systèmes ;

les incidents faisant apparaître des erreurs humaines résultant

d’une méconnaissance du comportement de l’installation ou des exigences de sûreté. Une fois décidée, une analyse approfondie suppose de rassembler tout d’abord un maximum d’éléments pour disposer d’une bonne connaissance du déroulement précis de l’incident concerné (ou des incidents concernés, une analyse approfondie pouvant s’intéresser à des incidents analogues ayant affecté une installation ou diffé- rentes installations) ainsi que du comportement des équipements et des hommes. Une première démarche consiste alors à examiner si, dans d’autres circonstances, l’incident (ou les incidents) examiné(s) n’aurai(en)t pas pu avoir des conséquences beaucoup plus sérieuses ; cela constitue la recherche de voies de dégénérescence que l’on peut traduire par l’expression anglo-saxonne what if ?. Une deuxième démarche consiste à rechercher les origines pro- fondes de l’incident (ou des incidents) en remontant aussi loin que possible, tant pour les équipements que pour les procédures et les comportements humains. Une troisième démarche consiste à appliquer les causes profondes identifiées à d’autres équipements, systèmes ou situations, pour examiner si elles ne peuvent pas être à l’origine d’enchaînements aux conséquences complètement différentes et potentiellement graves. Qu’elle soit menée directement par l’exploitant au titre de sa responsabilité fondamentale en matière de sûreté ou par les orga- nismes de sûreté au titre de l’examen critique des conclusions d’un exploitant, une analyse approfondie d’incident(s) va s’étaler sur une certaine durée. Il importe de conserver tout au long de l’analyse le souci d’une réactivité suffisante aux problèmes nouveaux de sûreté que l’analyse ferait apparaître. Il faut se rappeler à tout moment qu’entre l’incident de Davis Besse et l’accident de Three Mile Island, il ne s’est écoulé qu’environ 18 mois et que, comme on l’a vu plus haut, la mise en œuvre de modifications matérielles des installations nécessite en général des délais importants. Il est, en revanche, heureusement souvent possible d’améliorer la sûreté à court terme par des dispositions de caractère administratif telles que la mise en place de consignes spécifiques, par des dispositions simples d’exploitation, par exemple associées à des mesures complémen- taires, même si, à l’inverse, les dispositions correctives définitives peuvent être très longues à déterminer et à mettre au point.

B 3 810 8

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

tiwekacontentpdf_b3810

Il est possible d’illustrer ce qui précède par quelques indications

à propos d’incidents qui se sont produits dans des REP français et

étrangers dans des conditions spécifiques d’exploitation où, le réac- teur étant à l’arrêt, le circuit primaire était partiellement vidangé jusqu’au niveau des tuyauteries des boucles du circuit primaire. Ces incidents ont mis en évidence un risque notable d’interruption du refroidissement du cœur du réacteur à l’arrêt dans ces conditions spécifiques d’exploitation où le circuit primaire du réacteur d’une

tranche de 900 MW ne contient qu’environ 70 m 3 d’eau dont 45 m 3 d’eau dans la zone du cœur du réacteur ; en cas d’interruption du refroidissement par le circuit de refroidissement à l’arrêt, trois jours après l’arrêt du réacteur, le délai nécessaire pour porter ces 45 m d’eau de 40 o C à l’ébullition est de l’ordre de 15 à 20 min ; au bout d’un mois d’arrêt, la puissance résiduelle du cœur du réacteur a décru mais le délai avant ébullition ne dépasse encore guère 40 à 45 min. Aucun envoi automatique d’eau dans le circuit primaire n’a été prévu

à la conception des tranches pour traiter une telle situation.

Exemple : un incident significatif de ce type s’est produit à la tranche 1 de la centrale de Blayais en mais 1983 ; l’isolement intempes- tif de la mesure du niveau d’eau dans la cuve a permis une baisse exces- sive de ce niveau, entraînant le dénoyage de l’entrée d’eau dans le cir- cuit de refroidissement à l’arrêt, l’arrêt du refroidissement du cœur du réacteur pendant deux heures et une augmentation de 20 o C environ de la température de l’eau du circuit primaire (le réacteur était à l’arrêt depuis 93 j). Un incident analogue s’était déjà produit à Fessenheim en décembre 1977 et avait conduit à des actions correctives, essentiel- lement de type administratif (vérification du lignage de la mesure du niveau d’eau dans la cuve, limitation du débit de vidange de l’eau du circuit primaire, clarification des procédures et formation des opérateurs). D’autres incidents concernant le refroidissement du cœur du réacteur à l’arrêt se sont produits dans les tranches françaises dans les années qui ont suivi l’incident de Blayais 1, ainsi que dans des tranches américaines ; le rapport, diffusé en novembre 1986, des travaux d’un groupe mis en place au sein de l’OCDE à ce sujet fait état de 19 rapports de la banque IRS concernant des baisses de niveau de l’eau du circuit primaire, réacteur à l’arrêt.

Ceci a conduit EdF à renforcer les dispositions de prévention d’une situation de défaillance du refroidissement, notamment par la mise en attente d’un moyen d’appoint d’eau au circuit primaire et, en 1988, la mise en place d’un deuxième moyen de mesure du niveau d’eau dans la cuve, utilisant une technique différente de celle de la mesure existante. Pendant ce temps, de nouveaux incidents se sont produits aux États-Unis, avec en particulier une interruption du refroidis- sement du cœur du réacteur pendant 1 h 30 à Diablo Canyon 2 en 1987, entraînant un niveau élevé de radioactivité dans l’enceinte de confinement. EdF a alors défini en 1989 des prescriptions complémentaires aux spécifications techniques d’exploitation, portant à la fois sur la prévention (notamment la fixation d’un délai minimal avant l’ouverture du circuit primaire), la surveillance (notamment le suivi des paramètres de fonctionnement du circuit de refroidissement à l’arrêt) et la limitation des conséquences (notamment la disponibilité de deux files d’appoint d’eau par gravité et le maintien du confinement), puis à lancer, après la publication en 1990 des résultats des études probabilistes de sûreté relatives aux tranches françaises – qui mettaient en évidence l’importance des situations à l’arrêt –, un programme complet d’études et d’essais. De nouveaux incidents en 1993 et 1994 ont conduit EdF à s’interroger plus fondamentalement, sous la pression des pouvoirs publics, sur la possibilité d’éviter au moins en partie les configurations spéci- fiques d’exploitation avec un niveau d’eau minimal dans le circuit primaire du réacteur à l’arrêt alors que le cœur du réacteur est dans la cuve. De plus, EdF a prévu la mise en place sur toutes les tranches, d’ici 1998, d’un système d’appoint d’eau automatique dans le circuit primaire, avec des dispositions spécifiques permettant d’assurer la sécurité des travailleurs en cas de mise en service de ce système.

3

5. Facteurs humains et culture de sûreté

L’importance des facteurs humains dans la sûreté des installations industrielles est, d’une certaine façon, une évidence. L’expérience montre, en effet, que les grands accidents ont généralement été le résultat de combinaisons de défaillances ou d’insuffisances à la fois matérielles et humaines. Mais il ne faut pas oublier le rôle tout à

fait positif, bien que moins souvent souligné, joué par les hommes dans la récupération de situations qui auraient pu conduire à un accident ; il existe de nombreux exemples de telles actions positives.

Il est, en tout état de cause, beaucoup plus difficile d’apprécier a priori le comportement des hommes que d’estimer celui des équi- pements et des structures ; il est aussi beaucoup plus difficile de discuter des défaillances humaines ayant conduit à un incident et de leurs causes profondes que de discuter de la possibilité et de l’amélioration de matériels. Il est néanmoins tout à fait essentiel de traiter ces questions dans le cadre de l’analyse de sûreté des instal- lations nucléaires et il est pour cela indispensable de distinguer l’erreur humaine de la faute caractérisée. Comme au paragraphe 4, c’est l’accident de Three Mile Island qui

a été le point de départ de réflexions sur certains sujets relevant des facteurs humains au sens large. L’analyse de cet accident a en effet montré en particulier l’incompréhension des opérateurs devant le comportement du réacteur, compte tenu de la formation qu’ils avaient reçue et de l’instrumentation dont ils disposaient. De là, datent des interrogations beaucoup plus précises sur la formation des opérateurs, sur la présentation des informations en salle de conduite (des modifications importantes ont d’ailleurs été réalisées sur les tranches françaises), mais aussi sur les procédures mises à la disposition des opérateurs ou sur la façon d’aider ceux-ci en cas de situation difficile de façon à constituer une forme de redondance humaine (mise en place en France d’ingénieurs de sûreté appelés en salle de conduite en cas de difficulté). Dès lors, la discussion sur les problèmes de sûreté, initialement menée entre ingénieurs, s’élargit déjà à d’autres disciplines telles que l’ergonomie pour l’analyse des interfaces homme-machine, y compris la présentation des procédures. Avec l’analyse de la forma- tion, on entre dans un domaine encore plus délicat car il touche à

la vie de l’entreprise et à celles d’individus : quelle formation initiale

et quelle formation interne ? pour quels métiers et quelles évolutions de carrière ? On pourrait certes imaginer une forme de permis de

conduire une centrale électronucléaire, mais ce n’est pas la voie qui

a été suivie en France jusqu’ici, compte tenu du contexte favorable

que représente l’exploitation du parc des centrales électronucléaires par un seul organisme ; par contre , les plans de formation mis en œuvre par EdF ont été examinés par les organismes de sûreté en s’appuyant sur des observations menées dans les centres de for- mation et dans les centrales ainsi que sur l’analyse de l’expérience d’exploitation qui permet de mettre en évidence des défauts de for- mation.

Il serait bien sûr réducteur de limiter les problèmes de sûreté liés aux facteurs humains à des questions de formation ou d’ergono- mie des salles de conduite. Il suffit pour s’en convaincre de penser un instant à la complexité de l’organisation d’un arrêt de tranche où des centaines d’intervenants, appartenant le plus souvent à de nombreuses entreprises extérieures, sont chargés de réaliser en un temps aussi court que possible des contrôles, des essais, des modifications de l’installation, impliquant en particulier des consignations, la mise en place de dispositifs provisoires spéci- fiques, etc., d’où des difficultés de gestion du planning, ainsi que des relations entre les équipes ou des matériels qui leur sont nécessaires. Pendant ce temps-là, bien entendu, la sûreté de la tranche doit rester assurée de même qu’après l’arrêt de tranche, celle-ci doit redémarrer dans des conditions de sûreté bien identifiées compte tenu des travaux qui ont été réalisés. Là encore, comme pour la formation, les orientations générales méritent un

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

B 3 810 9

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

débat entre l’exploitant et les organismes de sûreté ; l’analyse de sûreté devra s’appuyer le plus largement possible sur des constatations in situ, en faisant bien attention d’éviter de transfor- mer un cas particulier en une règle générale. Par exemple, dans le domaine de l’intervention des prestataires extérieurs sur les sites, des discussions en termes d’analyse de sûreté pourront avoir lieu sur la formation à donner aux prestataires pour les sensibiliser aux problèmes de sûreté que pourrait entraîner une intervention mal menée, ou sur le contrôle exercé par EdF sur les prestataires de ces prestataires (ou prestataires de deuxième niveau). Le champ d’investigations est très vaste et l’analyse de sûreté concerne aujourd’hui des domaines relevant très clairement du management général des hommes. Mais, de même que le dévelop- pement de procédures de plus en plus sophistiquées dans le cadre de l’assurance de la qualité s’est avéré impuissant à empêcher le renouvellement de certains types d’incidents, de même il serait excessif de penser que l’amélioration du management puisse per- mettre l’élimination des erreurs humaines. Autant il est nécessaire de s’intéresser aux comportements humains, à l’organisation des équipes, à leurs relations, pour améliorer la sûreté des installations nucléaires, autant il serait dangereux de faire reposer trop exclusivement la sûreté sur la compétence des hommes et de leur encadrement. C’est pourquoi l’analyse de l’évolution de l’organisa-

tion de la maintenance, préconisée par EdF à la suite de divers inci- dents survenus à la fin des années 80, a conduit à s’intéresser aussi à des aspects tels que la requalification systématique des systèmes de sûreté après intervention ou la répartition dans le temps des inter- ventions menées sur des chaînes redondantes. En définitive, la sûreté d’une installation nucléaire repose toujours sur la présence de lignes de défense successives à l’égard des diverses possibilités de défaillances matérielles ou humaines et, s’il est intéressant de renforcer la ligne de prévention, cela ne doit en général pas se faire au détriment des autres lignes de défense. Dans le cadre des facteurs humains, il faut ajouter ici quelques mots sur la notion de culture de sûreté. Cette notion a été intro- duite sur le plan international à la suite de l’accident de Tchernobyl pour lequel l’analyse a été pendant un certain temps limitée à la seule mise en cause du comportement des opérateurs, avec le dia- gnostic d’un manque total de culture de sûreté de leur part. C’est à l’INSAG que revient le mérite d’avoir, dans son rapport INSAG 4 [3], donné un contenu plus concret à ce concept et d’avoir montré sa complexité dans la mesure où la réflexion indique qu’il ne concerne pas que les seuls agents chargés de la conduite ou de la maintenance d’une installation nucléaire (figure 5).

Figure 5 – La culture de sûreté [3] B 3 810 − 10 Toute reproduction
Figure 5 – La culture de sûreté [3]
B 3 810 − 10
Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire
Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

tiwekacontentpdf_b3810

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

ANALYSE DE SÛRETÉ PRINCIPES ET PRATIQUES

Dans la traduction française du rapport INSAG 4 [3], la culture de sûreté est définie comme : « l’ensemble des caractéristiques et des attitudes qui, dans les organismes et chez les individus, font que les questions relatives à la sûreté des centrales nucléaires bénéfi- cient, en priorité, de l’attention qu’elles méritent en raison de leur importance ». Un des éléments clefs est constitué par « une habi- tude générale de penser en termes de sûreté » qui implique « une attitude de remise en question systématique, un refus de se contenter des résultats acquis, un souci permanent de la perfec- tion, et un effort de responsabilité personnelle et d’autodiscipline de groupe en matière de sûreté ». Autrement dit, les bonnes pratiques ne suffisent pas pour atteindre un haut niveau de sûreté, si elles sont appliquées de manière formelle. Au-delà de leur application stricte, il convient que : « toutes les tâches importantes pour la sûreté soient exécutées correctement, avec diligence, de manière réfléchie, en toute connaissance de cause, sur la base d’un jugement sain et avec le sens des responsabilités requis ». De plus, la culture de sûreté ne concerne pas que les individus en tant que tels ; elle concerne les organismes et tout particu- lièrement les responsables de la politique. Comme l’indique le docu- ment INSAG 4, « dans toute activité importante, la manière dont agissent les individus est conditionnée par des exigences imposées à un niveau supérieur. Le niveau le plus élevé où s’exerce une influence sur la sûreté des centrales nucléaires est le niveau législatif, où sont posés les fondements nationaux de la culture de sûreté. Des considérations similaires s’appliquent au sein des orga- nismes. Les politiques préconisées à un niveau élevé façonnent l’environnement de travail et conditionnent le comportement des individus. » Au niveau des individus, la recherche de l’excellence dans le domaine de la sûreté suppose :

— une attitude interrogative (compréhension des tâches à accomplir, connaissance de ses responsabilités et de celles des autres, appréciation des défaillances possibles et de leurs conséquences, actions à mener dans un tel cas, etc.) ; — une démarche rigoureuse et prudente (comprendre les procé- dures, s’y conformer, se préparer à toute éventualité, prendre le temps de réfléchir en cas de problème, solliciter une aide en cas de nécessité, etc.) ; — la reconnaissance du rôle de la communication (obtenir des autres les informations utiles, transmettre des informations aux autres, rendre compte des résultats de ses travaux et des anomalies constatées, etc.).

Il est clair qu’ainsi définie, la culture de sûreté se prête plus à l’auto-évaluation qu’à une appréciation dans le cadre de l’analyse de sûreté. Il faut néanmoins rester vigilant aux manifestations de défauts dans la culture de sûreté des organismes ou des individus pour pouvoir préconiser en temps utile les mesures correctives adaptées. Le rapport INSAG 4 fournit des listes de questions per- mettant aux responsables des organismes gouvernementaux ainsi qu’à ceux des organismes chargés de la conception, de l’exploitation ou de la recherche, de s’interroger à froid sur leur niveau de culture de sûreté ; plus à chaud, des défaillances pourront apparaître lors de l’analyse d’incidents.

6. Conclusion

Le texte qui précède a décrit diverses approches utilisées pour apprécier la sûreté d’une installation nucléaire. Ces approches concourent évidemment au même but ; il est à cet égard important que le jugement qui peut être porté sur la sûreté d’une installation corresponde bien à une vue globale de celle-ci. Une analyse de sûreté donne in fine un tableau des risques résiduels, permettant la prise de décisions, de telle sorte que les efforts essentiels soient bien mis de façon prioritaire sur les problèmes les plus importants. Il faut bien comprendre à ce sujet qu’une analyse de sûreté est faite en fonction des connaissances existantes, ce qui constitue une limitation pouvant conduire à prendre, dans le domaine des situa- tions examinées, des marges de sécurité importantes. Mais l’analyse de sûreté va ainsi générer des questions du domaine de la recherche appliquée ou plus fondamentale, en vue d’améliorer les connais- sances, de mieux connaître les marges de sécurité, les phénomènes impliqués lors de situations accidentelles, etc. À l’inverse, avec le développement des connaissances, il peut être envisagé de concevoir de nouvelles installations présentant un niveau de sûreté significativement amélioré. Ainsi, dans le domaine des REP, l’accident de Three Mile Island a entraîné des recherches approfondies sur les situations accidentelles avec fusion du cœur ; quinze ans plus tard, l’amélioration des connaissances permet d’afficher pour les réacteurs qui seront construits au début du XXI e siècle, un objectif ambitieux limitant de façon drastique les conséquences radiologiques d’accidents avec fusion du cœur au voisinage immédiat du site. Il convient d’avoir toujours à l’esprit cette interaction permanente entre niveau de sûreté et état des connaissances auquel participent la recherche, les études approfondies et l’expérience d’exploitation.

[1]

ICRP Publication 60. Recommandation of the

[2]

International Commission on Radiological Protection (1990). AIEA. – Principes fondamentaux de sûreté

[3]

pour les centrales nucléaires. Collection Sécurité, n o 75, INSAG 3 (1990). AIEA. – Culture de sûreté. Collection Sécurité, n o 75, INSAG 4 (1991).

Références bibliographiques

[4]

AIEA. – Potential exposure in nuclear safety. INSAG 9 (1995).

[7]

AIEA. – Convention sur la sûreté nucléaire. Collection juridique, n o 16 (1994).

[5]

AIEA. – Defence in depth in nuclear power

[8]

EPS 900 MWe – Rapport de synthèse, avril

plant safety. INSAG 10 (à paraître).

1990.

[6] GPR/RSK (Groupe permanent chargé des

[9]

EPS 1300 MWe – Rapport de synthèse, mai

réacteurs nucléaires/Reaktorsicherheitskom-

1990.

mission) Proposal for a common safety approach for future pressurized water reac- tors (adopted during the GPR/RSK common meeting on may 25th, 1993).

[10]

RASMUSSEN (N.C.). – Reactor safety study. WASH 1400 (NUREG 75/014).

tiwekacontentpdf_b3810

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie nucléaire

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

B 3 810 11

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR DE L’INGÉNIEUR

UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINSwakil YOUSMI // 193.190.65.3 TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques

DE L’INGÉNIEUR UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques

tiwekacontentpdf_b3810

UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS tiwekacontentpdf_b3810 Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en

Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en français et les services associés pour aller plus loin dans vos recherches documentaires et bibliographiques. Techniques de l’ingénieur est la base de référence des bureaux d’études et de la conception, de la R&D, de la recherche et de l’innovation industrielle.

Les experts de Techniques de l’Ingénieur partagent leurs savoir-faire techniques et organisationnels. Montez en compétence grâce aux journées techniques et formations HSE ou privilégiez un parcours sur mesure développé par les conseillers formation et réalisé à vos dates et dans votre établissement.

Tout l’ADN de Techniques de l’Ingénieur à votre disposition. Les experts et spécialistes scientifiques de Techniques de l’Ingénieur, praticiens expérimentés, vous accompagnent tout au long de vos projets pour vous conseiller : diagnostics, recommandations techniques et montée en capacité de votre R&D jusqu’à l’innovation.

LES THÉMATIQUES COUVERTES

Sciences fondamentales Génie industriel Procédés Chimie-Agro-Bio Mesures - Analyse Matériaux Mécanique Énergies

Électronique - Automatique Technologies de l’information Construction Innovations Environnement - Sécurité Transports Biomédical - Pharma

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

Accédez à l’information la plus pertinente, approuvée par plus de 300 000 utilisateurs parmi vos clients, fournisseurs ou partenaires, grâce à votre abonnement aux ressources documentaires et services inclus (1) :

SÉMINAIRES EN LIGNE : profitez, tout

au long de l’année, de formations à distance sur le thème : « Optimiser sa veille scienti- fique et technologique avec Techniques de l’Ingénieur ». Ces séminaires vous montrent comment exploiter au mieux les ressources et fonctionnalités de techniques-ingenieur.fr et améliorer la pertinence de vos résultats de recherche.inclus ( 1 ) : SÉMINAIRES EN LIGNE : profitez, tout SERVICE QUESTIONS-RÉPONSES : Besoin de

SERVICE QUESTIONS-RÉPONSES :

Besoin de compléments d’information ou de validation pour mieux prendre vos décisions ? Posez des questions techniques, scientifiques, réglementaires, juridiques ou encore éco- nomiques aux plus grands spécialistes des domaines couverts par vos bases documen- taires, c’est compris dans votre abonnement !vos résultats de recherche. SERVICE QUESTIONS-RÉPONSES : DICTIONNAIRE TECHNIQUE MULTILINGUE : cet outil en ligne

DICTIONNAIRE TECHNIQUE

MULTILINGUE : cet outil en ligne pro- pose plus de 45 000 termes scientifiques et techniques relatifs cet outil en ligne pro- pose plus de 45 000 termes scientifiques et techniques relatifs aux domaines qui vous concernent. Pour 10 000 d’entre eux, retrouvez des illustrations, avec légendes, elles aussi toujours traduites en 4 langues.

ARTICLES DÉCOUVERTE : bénéficiez

d’un crédit de 1 à 5 articles au choix, à consul- ter gratuitement, dans les bases documen- taires auxquelles vous n’êtes pas abonné.traduites en 4 langues. ARTICLES DÉCOUVERTE : bénéficiez COMPLÉMENT 360 : en complément des ressources

bases documen- taires auxquelles vous n’êtes pas abonné. COMPLÉMENT 360 : en complément des ressources

COMPLÉMENT 360 : en complément des ressources documentaires comprises dans votre abonnement, utilisez cet outil pour approfondir vos recherches en découvrant les autres publications éga- lement disponibles sur internet.Vous accédez à toutes les références bibliographiques liées au sujet qui vous concerne.COMPLÉMENT 360 :

des bases documentaires, vous avez à disposition une sélection pertinente des 15 premiers centres de recherche, profils de chercheur, projets et publica- tions parmi les données de plus de 50 000 centres de recherche privés et publics.bibliographiques liées au sujet qui vous concerne. ANNUAIRE DES LABORATOIRES ET CENTRES DE RECHERCHE : pour

ANNUAIRE DES LABORATOIRES ET CENTRES DE RECHERCHE : pour chacune

ARCHIVES : accédez aux versions antérieures de vos articles, ainsi qu’à ceux qui traitent des technolo- gies plus anciennes.ARCHIVES :

SERVICE ACTUALITÉ : pour une vision globale et quotidienne de l’actualité et des innovations tech- nologiques, Techniques de l’Ingénieur met à votre disposition un service de Veille & Actualités. Ce service regroupe en 11 thématiques les grands domaines de l’ingénierie pour donner au lecteur une visibilité glo- bale des dernières innovations.SERVICE ACTUALITÉ :

MOBILITÉ : Techniques de l’Ingénieur propose un site internet intégralement compatible mobile et tablettes (iPad).MOBILITÉ :

ET AUSSI : le statut d’abonné vous donne accès à des prestations complémentaires, sur devis : l’impression à la demande pour obtenir un ou plusieurs ouvrages supplémentaires (versions imprimées de vos bases documentaires) ou encore la traduc- tion d’un article dans la langue de votre choix.

(1) La disponibilité des services dépend du périmètre de votre abonnement.

En savoir plus ou découvrir le contenu de Techniques de l’Ingénieur ?

tiwekacontentpdf_b3810

Les conseillers régionaux de Techniques de l’Ingénieur sont à votre écoute pour vous proposer des solutions sur mesure.

Pour recevoir, sans engagement de votre part, toute l’information sur les produits des Techniques de l’Ingénieur, complétez cette demande d’information.

A retourner à : Techniques de l'Ingénieur Techniques de l’Ingénieur 249 rue de Crimée 75925
A retourner à :
Techniques
de l'Ingénieur
Techniques de l’Ingénieur
249 rue de Crimée
75925 Paris cedex 19
Tél. : 01 53 35 20 20
Fax : 01 53 26 79 18
email : infos.clients@teching.com
72/WQ/VBM1201

M.

Mme

 

Nom

:

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.Prénom : .

 

.

.

.

.

.

.

.

Société / Organisme

 

:

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Adresse

:

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

CP : |

І

|

І

І

|

Ville :

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Tél. : |

І

|

І

|

І

|

І

|

І

|

Fax : |

 

І

|

І

|

Email :

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Effectif :

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NAF :

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Ce document a été délivré pour le compte de 7200083552 - universite de liege // wakil YOUSMI // 193.190.65.3

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

І

|

І

|

І

|

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.