Vous êtes sur la page 1sur 1

| 2 1

MAR DI 24 FÉVR IER 2009

DI DI ER FÈVR E 2 LE BLUES DE GOU FFRAN Yoan Gouffran ne s’imaginait
DI DI ER FÈVR E 2 LE BLUES DE GOU FFRAN Yoan Gouffran ne s’imaginait

DI DI ER FÈVR E

2 LE BLUES

DE GOU FFRAN Yoan Gouffran ne s’imaginait pas une telle sa ison en arrivant en Gironde l’été dernier, mais l’une des trois recrues de l’inters aison doit désormais composer avec le banc des remplaçants. Une situation qu’il déplore sans se plaindre. « J’essaie de me donner à fond, mais en ce moment, je n’ai rien pour moi. Lau- rent Blanc me met dans de bonnes conditions et me parle beaucoup, avouait en fin de semaine dernière l’ex-Caennais titulaire à S aint- Etienne. Donc, pour l’inst ant, j’ac- cepte. Il ne faut pas cacher que je me suis parfois dit que je n’aurais peut-être pas dû venir à Bordeaux. Mais je ne regrette vraiment pas de l’avoir fait, car j’ai connu un autre monde et le très haut niveau avec la Ligue des champions. »

et le très haut niveau avec la Ligue des champions. » 6 MALO NGA, RETO UR

6 MALO NGA,

RETO UR IM MI NENT Absent depuis trois mois à cause d’un claquag e contracté couran t novembre contre Saint-Etienne et d’une rechute fin janvier, le milieu offensif nancéien ne ressent plus aucune douleur à la cuisse et doit

reprendre cette semaine l’entraîne- ment collectif avec ses partenaires. Le gaucher devrait effectuer son grand retour en L1 le 7 mars contre Le Mans, à Marcel-Picot, où l’ASNL tentera de mettre un terme à s a série de trois défaites d’affilée.

6 MAN GAN E E N VRAC

Coup dur pour la défense rennaise. Victime d’une luxation de la clavicule

vendredi dernier au cours de la mise en place tactique avant d’affronter Nice au stade du Ray, Kader Man- gane devrait observer un repos de trois semaines, puisque le défenseur sénégalais souffre aussi d’un début de pubalgie. Heureusement pour Guy Lacombe, Lucien Aubey a prouvé à Nice qu’il pouvait être un remplaçant de luxe.

6 DES VAN DALES

EN ISÈ RE Dans la nuit de vendredi à samedi, les murs du centre d’entraînement de Grenoble ont été recouve rts d’inscriptions menaçantes et insul- tantes. La principale cible de ces graffitis nauséabonds, qui portaient la signature des Red Kaos, princi- pal groupe de supporters du GF38, ét ait Pierre Wa ntiez , l e d irecteur général du club. « Nous sommes convaincus que les Red Kaos ne sont pas responsables, a cependant commenté Pierre Wa ntiez dans Le Dauphiné libéré. Nous ne porte- rons pas plainte. »

Pas obligé de le croire

«Benzema me fait penser à Zidane par la manière dont il positionne son corps. Il a des épaules larges et une excellente conduite de balle. Mais ne dites surtout pas que je veux l’acheter !»

PHRASES DE JEU

PHRASES DE JEU

PA R J EAN-M ICHEL BROCHEN

!» PHRASES DE JEU PA R J EAN-M ICHEL BROCHEN     jmbrochen @ francefootball.fr  
   

jmbrochen@francefootball.fr

 

CH RISTIAN LI EWIG

S’INDIGNER, ENCORE ET TOUJOURS

SI R ALE X F ER GUSON, MANAGER DE MAN CH ESTE R U NITE D, LE JDD

C omment réagir quand, dissimulé au cœur d’une tribune, un faible de cœur et d’esprit prend soudain

sa lâc heté à d eux mains pour émettre un cri de singe ?«Acte isolé » ou«provocation organi- sée », il n’y a q u’une seule

réponse : l’indignation. On distingue parfois, au cœur du vacarme médiatique, la petite musique de l’abandon :«Il faut dépasser cela », « Ça ne veut rien dire », ou pire que tout, « Il ne faut pas en parler parce que ce n’est pas du football ». Comme quand on essayait désespérément de se convaincre, un soir de mai 1985, qu’il n’y avait pas de morts dans une tribune bruxelloise pour applaudir un penalty de Platini. Comme on

PARIS SUSPENDUÀLA COMMISSION

L e 15 mars, Paris abor- dera peut-être le match au sommet contre l’OM sans Clau de Makele le ni

Stéphane Sessègnon, les deux joueurs étant convoqués devant la commission de discipline dix jours avant. S’ils écopaient d’une suspen sion, ils seraient obligés de la purger à l’occasion

Duhamel leur avait seulement infligé un avertissement, Marc Batta, directeur national de l’ar- bitrage, est monté au créneau en expliqua nt que ces deux actions méritaient une exclu- sion. Du coup, le sifflet normand a p roposé de faire passer au rouge le carton infligé au Béni- nois dans un rapport complé- mentaire adressé à la commis-

   

OL, ACTION EN BAISSE

Lyon n’est pas épargné par la crise financière. La holding OL Groupe, dont dépend le club champion de France, cotée en bourse, a annoncé des pertes de 2,4 M€ au premier semestre 2008-09. Le chiffre d’af- faires du second semestre 2008 se monte à 100,4 M€, en baisse de 19,4 % p ar rappor t a u p remie r semestre (124,6 M€). Des « perfor- mances » que Jean-Michel Aulas a tenu à relativiser :«Pourquoi les actions des clubs de foot ne bais- seraient pas alors que plus de 300 valeurs ont baissé de 40 % pendant cette crise ? s’est interrogé le prési- dent lyonnais. Notre résultat net est déficitaire pour la première fois, mais notre politique reste cohérente. » Il a notamment évoqué les 160 M€ de fonds propres et insisté sur la valeur de son actif joueurs, qu’il estime à 235,7 M€.

2

évoqué les 160 M€ de fonds propres et insisté sur la valeur de son actif joueurs,

de ce choc, sauf si le club choi- sissait de saisir la commission supérieure d’appel de la Fédé- ration et que celle-ci décidait d’annuler les sanctions prises en première instance. Le plus étonnant est que les deux milieux de terrain du PSG ris-

sion de disc ipline, qui s’est autosaisie du cas Makelele. Les deux joueurs auraient pu être auditionnés ce jeudi, mais le déplacement à Wolfsburg a retard é l eur co nv oc at io n a u 5 mars, en même temps que la nécessité d’un délai de huit jours francs entre la notification de la décision et l’audition pro- prement dite. Vo il à p ourquoi Sessègnon , qui a récolté trois cartons jaunes en moins de dix

fait

le naïf, ou qu’on se pose en victime en

refus ant de comprendre pourquoi il est

grave de réécrire l’histoire, de clamer qu’on

gagné un match perdu il yaquinze ans. Ne pas voi r, ne pas ent en dre , n e p as comprendre, ne pas savoir : est-ce cela aimer le foot ? Sommes-nous des autruches parce que nous défendons notre passion ?

a

quent de manquer cette affiche pour des faits survenus un mois avant, lors de la venue des Verts

au Parc, le 14 février (2-1). Le jour de la fête des amoureux,

MARC FRANCOTTE

Ou,

au contraire, aimer et défendre le foot-

n’est-ce pas aussi se battre pour le pro-

téger contre ceux qui le jugent trop faible, trop bête, trop lâche, trop perverti par l’ar-

ball

 

6

AU STAD E D E FRAN CE Non, le forum n’est pas devenu une rubrique « Sorties-Concerts ». Mais le chanteur it alien Zucchero sera bien l’une des stars de l’avant-match que Lille présentera au St ade de France à l’occasion de sa rencontre face à Lyon, le 7 m ars. Au pro- gramme aussi de cette affiche délo- calisée en Seine-Saint-Denis:un spect acle aquatique et pyrotech- nique. Qu’en pense Max Guazzini et son Stade Français ?

ZU CC HER O E N APÉ RO

gent, trop discrédité déjà pour avoir la force de se dresser devant des actes, des idées,

ce n’était pas l’heure des caresses, puisque Sessèg non avait asséné un coup de tête à Blaise Matuidi alors que Make- lele avait taclé Yo han Bena- louane de façon spectaculaire et dangere use. Comme Laurent

matches de Championnat, devrait être suspendu contre l’OM. Quant à son compère, il lui faudra bien préparer sa défense, pour éviter de regar- der le clasico depuis les tri- bunes. b V. V.

de regar- der le clasico depuis les tri- bunes. b V. V. SE SS ÈG NON

SE SS ÈG NON ET MAKEL EL E pourraient bien manquer le prochain choc face à l’OM, le 15 mars.

mensonges qui soulèveraient la colère

partout ailleurs qu’autour d’un terrain ? Et si, un jour, c’est à vous, dans le train, dans la rue, au restaurant, qu’ils étaient destinés, ces simiesques crachats ? Vous sentez l’écœurement, la rage, la détresse ? Vous comprenez John Mens ah ? Mettez- vous aussi dans la peau, le cœur d’un Jacques Glassmann si, dans un an, dans

des

 

dix

ans, dans vingt ans, il se trouvait

 

6

À L’ESSAI À R ENNES Trois jeunes Rwandais vont effec- tuer des essais au Stade Rennais avant la fin de ce mois. Repérés par les recruteurs breton s l ors du Championnat d’Afrique des nations

juniors qui vient de se disputer au Rwanda, Haruna Niyonzima, Elias Uzamukunda et Jean Mugiraneza pourraient être des pionniers en cas de tests concluants puisque aucun club de L1 n’a encore accueilli de joueurs de ce pays.

DES RWANDAI S

quelqu’un pour affirmer que c’ét ait lui , Glassmann, le salaud de l’his toire. Vous comprenez pourquoi, au risque de la répé-

tition, il ne faut JAMAIS rien laisser passer ? Pourquoi au risque de la lourdeur, il faut TOUJOU RS s’indigner ? Dans une bel le inter vie w (pp. 42- 43) , Raul raconte combien, enfant, il admirait Emilio Butragueno pour son jeu, mais aussi parce qu’il était un « mec bien ». « Le foot ne peut exister sans valeurs », conclut la star du

6

RODR IG UEZ RECH UTE

Sorti sur blessure à la 32 e minute, Julien Rodriguez manquera les pro- chains rendez-vous de Marseille. Le défenseur olympien semblait souf-

Real. Comment le degré d’exigence morale, le nive au de vigilance, le curseur de la révolte citoyenne seraient-ils moins élevés dans le sport qui fait briller les petits yeux

frir d’une élongationàune cuisse, une blessure qui pourrait l’éloigner des terrains pendant au moins quinze jours alors qu’il revenait à peine d’une longue indisponibilité. « I l e st out pour un mome nt », a déploré Eric Gerets.

que

dans une entreprise ou une école ? Le

PI ERRE LAHALLE

devoir d’humanité, de vérité, de conscience

y

est au contraire absolu. Parce que, partout

dans le monde, ce sont nos gosses qui rêvent. Qui regardent. Qui écoutent. b