Vous êtes sur la page 1sur 28

FOOTBALL

Le Président Bouteflika reçoit le Conseiller d'Etat de la République populaire de Chine

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger le Conseiller d'Etat de la République populaire de Chine, Yang Jiechi. L'audience s'est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra et du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. M.Yang Jiechi est arrivé samedi à Alger pour une visite à la tête d'une importante délégation.

P. 28

visite à la tête d'une importante délégation. P. 28 DK NEWS QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION MÉTÉO 12°

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 12° : ALGER 25° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
12°
: ALGER
25° : TAMANRASSET
p. 2

Dimanche

8 Février 2015

-

18

Rabie

El Thani

1436

-

N° 864

- Troisième année

-

Prix : Algérie

: 10

DA. France

: 1€

www.dknews-dz.com

ONU

Le Conseil de sécurité exhorte les parties maliennes à «reprendre sans tarder» les négociations entamées à Alger

P. 5

ALGÉRIE-FRANCE

L'Algérie condamne

Messahel s'entretient à Paris avec Fabius

P. 5

énergiquement

les attaques terroristes de Boko Haram au Cameroun et au Niger

P. 17

LE PRÉSIDENT DE LA CNCPPDH M. FAROUK KSENTINI INVITÉ HIER DU FORUM DE DKNEWS

DROITS DE L’HOMME

«Il n’y a pas de sujet tabou»
«Il n’y a pas de sujet tabou»

Le président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’homme en Algérie a animé un débat qu’il a introduit par sa position par rapport au gaz de schiste : « C’est un pro- blème économique et tech- nique. Ceux qui soutiennent ou s’opposent à son explora- tion, puis à son exploitation ont le droit de le faire ; ils ont raison de s’exprimer». Le plus important est d’éviter l’exploitation à des fins politi- ciennes. «Rencontre natio- nale : avant tout, prendre l’avis des experts nationaux et internationaux, après quoi les responsables prendront leurs décisions : pourquoi pas une rencontre nationale ? Un débat national ? » souligne le conférencier qui se dit «favo- rable à tout mode d’expres- sion de la volonté générale».

P.p 6-7

mode d’expres- sion de la volonté générale». P.p 6-7 SONATRACH L'Algérie atteindra une production

SONATRACH

L'Algérie atteindra

une production gazière de 151 milliards de m 3 /an en 2019

P. 8

ANP

LUTTE CONTRE

LA CONTREBANDE

Plus de 135 kg de kif traité saisis vendredi à Tlemcen

15 contrebandiers

La célèbre romancière algérienne Assia Djebar nous quitte P. 20

 

de nationalités africaines interceptés dans l’extrêm Sud

P. 3

SANTÉ COMBIEN D'HEURES DE SOMMEIL NOUS FAUT-IL POUR ÊTRE EN FORME ? Pages 14-15
SANTÉ
COMBIEN
D'HEURES
DE SOMMEIL
NOUS FAUT-IL
POUR ÊTRE
EN FORME ?
Pages 14-15

IL Y A 57 ANS

SAKIET SIDI YOUCEF

L’histoire retiendra P.28

FINALE DE LA CAN 2015, CE SOIR À 20 H À BATA Côte d’Ivoire-Ghana Du
FINALE DE LA CAN 2015,
CE SOIR À 20 H À BATA
Côte d’Ivoire-Ghana
Du foot plein
les yeux
P.26
EL-EULMA
EL-EULMA

Chute

mortelle d'un jeune de 32 ans

P. 12

Chute mortelle d'un jeune de 32 ans P. 12

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Dimanche 8 février 2015 D’ EIL Météo Horaires des prières Dimanche

2 DK NEWS

Dimanche 8 février 2015

D’

EIL

Météo
Météo

Horaires des prières

Dimanche 18 Rabih El-Thani

Fajr 06:19 Dohr 13:02 Asr 15:55 Maghreb 18:21 Isha 19:41
Fajr
06:19
Dohr
13:02
Asr
15:55
Maghreb
18:21
Isha
19:41

Régions Nord : 12° à Alger

Maintien d'un temps froid et passagèrement nuageux avec par- fois quelques averses de pluie notamment vers les régions côtières et proches côtières. Quelques flocons de neige affecteront les re- liefs dépassant 1000 mètres d'altitude. Les températures maxi- males varieront de 10°c/14°c près des côtes et de 04°c/07°c vers l'in- térieur et les Hauts-Plateaux. Les vents seront faibles à modérés.

Régions Sud : 26° à Tamanrasset

Temps généralement ensoleillé. Les températures maximales varieront en général de 13°C à 23°C. Les vents seront faibles à modérés avec fréquents sou- lèvements de sable.

 

Max

M i n

Alger

12°

02°

Oran

13°

05°

Annaba

12°

08°

Béjaïa

11°

07°

Tamanrasset

26°

12°

CET APRÈS-MIDI À L’INSP

Journée d’étude sur la greffe d’organes

À L’INSP Journée d’étude sur la greffe d’organes Le ministre de la Santé de la Po-

Le ministre de la Santé de la Po- pulation et de la Réforme hospita- lière, M. Abdelmalek Boudiaf, prési- dera cet après-midi à partir de 13h à l’Institut national de santé publique d’El Biar, les travaux de la journée d’étude sur la greffe d’organes, no- tamment la transplantation rénale.

ÉDUCATION NATIONALE

Conférence ce matin de M me Benghebrit

La ministre de l’Education nationale, M me Nouria Benghebrit, animera une conférence de presse ce matin à 10h au ly- cée des mathématiques de Kouba, sur les préparatifs de la rentrée scolaire 2015/2016.

FORMATION PROFES- SIONNELLE

Bedoui à Adrar

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. Nouredine Bedoui, effectuera, à partir d’aujourd’hui, une visite de travail et d’inspection de deux jours dans la wilaya d’Adrar.

et d’inspection de deux jours dans la wilaya d’Adrar. CE MATIN À 9H30 Conférence du P-DG

CE MATIN À 9H30

Conférence du P-DG de Sonatrach

CE MATIN À 9H30 Conférence du P-DG de Sonatrach Le président directeur général de Sonatrach, M.

Le président directeur général de Sonatrach, M. Saïd Sahnoun, animera une conférence de presse, ce matin à 9h30 au siège de la Direction générale, Djennane El Malik, Hydra.

CE MATIN AU SOFITEL Conférence sur la production pharmaceutique

Le président de l'Union nationale des opérateurs de la pharmacie (UNOP), D r Kerrar Abdelouahed, animera une conférence ce matin 10h à l'hôtel Sofi- tel d'Alger, qui portera sur la production nationale des produits pharmaceu- tiques, entre les besoins d'un marché grandissant et une crise qui menace.

d'un marché grandissant et une crise qui menace. COMMERCE Amara Benyounès à Tlemcen Le ministre du
COMMERCE Amara Benyounès à Tlemcen Le ministre du Com- merce, M. Amara Be- nyounès, effectuera
COMMERCE
Amara Benyounès
à Tlemcen
Le ministre du Com-
merce, M. Amara Be-
nyounès, effectuera au-
jourd’hui, une visite de
travail et d’inspection
dans la wilaya de Tlem-
cen. Le ministre qui
procédera à l’inaugu-
ration d’un marché de
proximité dans la com-
mune d’Oudjlida se ren-
dra au centre commer-
cial de Remchi, et pren-
dra part à une rencontre
avec les opérateurs éco-
nomique de la région.
DU 9 AU 11 FÉVRIER
À MOSTAGANEM
Festival universitaire
de la musique et de
la chanson engagée
Une première édition
du Festival universitaire
de la musique et de la
chanson engagée aura
lieu du 9 au 11 février 2015
à Mostaganem, a-t-on ap-
pris jeudi auprès de la di-
rection de wilaya des œu-
vres universitaires.Organisée sous le slogan "Voix
de l’étudiant au rythme de la musique et de la chan-
son engagée", cette manifestation réunira des
amateurs de ce genre musical de 18 wilayas du pays
dont Adrar, Oran, Constantine, Tizi Ouzou, Tindouf,
Sétif, Ghardaïa, Khenchela, Biskra, Jijel et Mosta-
ganem. Un jury, composé de trois membres, éva-
luera les prestations collectives et individuelles des
participants à ce festival, qui aura pour cadre la mai-
son de la culture Ould Abderrahmane Kaki. Cette
manifestation a pour objectif de créer un cadre d'ex-
pression artistique et d'échanges entre différentes
universités et services des œuvres universitaires du
pays.Le festival est initié par l’Office national des
œuvres universitaires en collaboration avec la di-
rection de wilaya des œuvres universitaires de Mos-
taganem.
de wilaya des œuvres universitaires de Mos- taganem. COMMUNICATION Grine demain à Relizane Le ministre de
de wilaya des œuvres universitaires de Mos- taganem. COMMUNICATION Grine demain à Relizane Le ministre de

COMMUNICATION

Grine demain à Relizane

Le ministre de la Communication, M. Hamid Grine, effectuera à partir de demain lundi 9 février, une visite de travail et d’inspection de deux jours dans les wilayas de Relizane et Mostaganem. Le ministre inspec- tera entre autres, les radios locales et les stations de télédiffusion.

les radios locales et les stations de télédiffusion. TRANSPORTS Ghoul à M’sila Le ministre des transports,

TRANSPORTS

Ghoul à M’sila

stations de télédiffusion. TRANSPORTS Ghoul à M’sila Le ministre des transports, Dr Amar Ghoul effectuera au-

Le ministre des transports, Dr Amar Ghoul effectuera au- jourd’hui une visite de travail et d’inspection des projets du sec- teur au niveau de la wilaya de M’sila.

CE MATIN À 9H À DAR EL IMAM Réunion du Conseil national scientifique

Le ministre des Affaires reli- gieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, présidera ce matin à 9h, à Dar El Imam, l’ouver- ture de la rencon- tre périodique du Conseil national scientifique.

SELON BLATTER:

du Conseil national scientifique. SELON BLATTER: Le nombre des représentants africains pourrait être

Le nombre des représentants africains pourrait être augmenté

Le président de la Fédération in- ternationale de football (FIFA) Jo- seph Blatter a indiqué hier à Ma- labo, que le nombre des représen- tants de la CAF au comité exécutif de l'instance internationale, ac- tuellement de quatre, pourrait être augmenté prochainement. «Cela ferait partie des dossiers en discussion à partir du mois de juin prochain» a répondu le patron de la FIFA à la question de savoir si le nombre de représentants de la CAF pourrait être augmenté. La Confédération africaine de football (CAF) compte actuellement quatre représentants au comité exécutif de la Fédération internationale de football (FIFA) dont l'Algérien Mohamed Raouraoua qui avait été élu en 2011 à Khartoum (Soudan).

qui avait été élu en 2011 à Khartoum (Soudan). JEUDI À 19H AU TNA El Gusto

JEUDI À 19H AU TNA

El Gusto en concert

Le groupe de musique chaâbi, El Gusto, sera en concert jeudi 12 février à partir de 19h au théâtre national algérien (TNA).

de musique chaâbi, El Gusto, sera en concert jeudi 12 février à partir de 19h au

Dimanche 8 Février 2015

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

IMPLICATION ACCRUE DU SECTEUR PRIVÉ NATIONAL

Pour une économie nationale performante et non dépendante des hydrocarbures

nationale performante et non dépendante des hydrocarbures nationale. C'est dans cette optique le pré- sident du

nationale. C'est dans cette optique le pré- sident du Forum des chefs d'entreprises, Ali Haddad, s'implique davantage en accom- pagnant les délégations officielles algé- riennes à l'étranger. Après s'être rendu aux Etats-Unis avec le ministre de l'Indus- trie et des Mines, Abdeslam Bouchaoureb s en compagnie de plusieurs patrons, le pré- sident du FCE fait aussi partie de la déléga- tion s'étant rendu avec le ministre délégué chargée des Affaires maghrébines et afri- caines, Abdelkader Messahel à Paris où se tient le forum France-Afrique sur la crois- sance partagée. A toute cette activité, viennent s'ajouter les rencontres initiées par le président du

Forum avec plusieurs mi- nistres du gouvernement. Il s'agit pour le patronat de mener une grande cam- pagne de communication vis-à-vis des ministres du gouvernement et d'investir ainsi de nouveaux cré- neaux, l'objectif étant d'ap- porter sa pierre à l'édifice d'une économie nationale performante et non dépen- dante des hydrocarbures. A travers cette activité, le FCE mène une campagne de sensibilisation pour en- courager les Algériens à consommer les produits locaux tout en in- vitant les industriels et entrepreneurs na- tionaux à améliorer la qualité de leurs produits. Par cette stratégie, le FCE tend à inciter le secteur privé algérien à diversifier sa pro- duction et, par conséquent, créer des ri- chesses et des emplois. En somme, il s'agit d'un partenariat tous azimuts où patronat, gouvernement et citoyens sont impliqués car il s'agit de développer des secteurs d'activités de manière à préparer l'écono- mie nationale à l'après-pétrole, conformé- ment aux instructions du président de la République en ce qui concerne l'encoura- gement du secteur privé national.

Kamel Cherif

Le patronat algérien, représenté par le Forum des chefs d'entrepris (FCE), est plus que jamais décidé à s'impliquer dans la relance de l'économie et de l'industrie en Algérie. Le FCE, présidé par Ali Haddad, prend part à toutes les réunions et rencontres initiées par le gouvernement. Mieux encore, le patron des patrons, Ali Haddad, a affiché toute la disponibilité et l'enthousiasme du secteur privé national de participer de manière active et efficiente à la relance de l'économie nationale affectée, faut-il le reconnaître, par la chute des prix du pétrole.

L'implication du secteur privé national en cette période est plus que souhaitable car le pays a besoin de toutes ses richesses et ses potentialités pour faire face à une situa- tion plutôt compliquée. Il s'agit de diversi- fier les sources de financement des diffé- rents projets et de créer de nouvelles ri- chesses à même de booster l'économie

M ME MOUNIA MESLEM :

La conjoncture actuelle exige l'anticipation des événements favorisant l'exploitation de l'enfance

La ministre de la Solida- rité sociale, de la Famille et de la condition de la femme, Mou- nia Meslem, a affirmé hier à Al- ger que la conjoncture actuelle exigeait l'anticipation des évé- nements favorisant l'exploi- tation des enfants dans des conflits qui ne servent pas leurs intérêts. «Nous devons garder tou- jours à l'esprit les discours prônant la culture de la paix en tant qu'acquis indispensable et objectif important d'autant que la conjoncture actuelle exige l'anticipation des évé- nements favorisant l'exploi- tation des enfants dans des conflits qui ne servent pas leurs intérêts», a indiqué la ministre dans une allocution à l'occasion de la cérémonie de distinction des lauréats au concours international de des- sin organisé par l'établisse- ment espagnol non gouver- nemental (paix-coopération). Elle a souligné dans ce contexte la nécessité de préser- ver les actions favorisant l’émergence de jeunes artistes et créateurs dans un monde qui aspire à instaurer le dia-

et créateurs dans un monde qui aspire à instaurer le dia- logue des civilisations et conso-

logue des civilisations et conso- lider les relations construc- tives qui puisent leurs ori- gines dans les valeurs sociales pour éloigner les enfants des fléaux sociaux. La même responsable a rappelé que le président de la République accorde une «im- portance particulière» aux en- fants à travers ses orientations pour une prise en charge totale de leurs préoccupations légi- times. Elle a rappelé en outre que «l'Algérie salue» de telles expériences (concours inter- nationaux pour enfants) qui sont, selon elle, un exercice pour «la mise en place d'une

plate-forme fertile permettant aux enfants de développer leurs talents et leurs capacités créatives». M me Meslem a pré- cisé que la réussite de trois enfants et d'un encadreur al- gériens ainsi que de deux éta- blissements au concours inter- national de dessin organisé par l'établissement (paix-coo- pération) en 2014 sous le thème «la famille entre tradi- tions et modernité» est une «reconnaissance à l'effort et à la persévérance». Pour sa part, la ministre de l'Education na- tionale, Nouria Benghebrit, a affirmé que l'aspect culturel jouait un «rôle important»

dans la préparation de l'en- fant à l'école qui doit constituer un espace de réussite et de prospérité de l'enfant et la mise en valeur de ses talents créatifs». De son côté, le fon- dateur et le directeur de l'éta- blissement espagnol (paix- coopération), Joaquin Antu- nia, a salué dans une déclara- tion à la presse les efforts de l'Algérie pour l'instauration de la paix dans le monde no- tamment à travers l'organisa- tion des Nations unies sous la direction du président Abdela- ziz Bouteflika soulignant que «le président Bouteflika est connu, depuis qu'il était minis- tre des Affaires étrangères, pour sa lutte en faveur des causes de paix dans le monde». Il a appelé les peuples de la ré- gion et les acteurs de la société civile à la nécessité de pro- mouvoir la culture de la paix dans la région de la Méditerra- née soulignant que l'enfance constitue l'outil privilégié pour la concrétisation de cette cul- ture. L'édition 2015 du concours sera placée sous le thème «la technologie au ser- vice de la paix».

EDUCATION

Les négociations avec les partenaires de l'Educations se poursuivent

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé samedi à Alger que les «négociations avec les partenaires se poursuivent toujours en vue de trouver des solutions aux problèmes posés», soulignant la nécessité d'«une bonne volonté» pour par- venir à des résultats. «Les négociations avec les syndicats et les travailleurs de l'Education se poursuivent toujours et ne s'arrêteront pas. Les portes du ministère restent ouvertes et nous cherche- rons, par le dialogue, des solutions aux pro- blèmes posés», a déclaré à la presse la pre- mière responsable du secteur en marge d'une cérémonie organisée par le ministère de la Solidarité nationale en l'honneur des lauréats du concours international de des- sin». Cependant, «une bonne volonté» est né- cessaire de part et d'autre pour faire aboutir ces efforts, a-t-elle soutenu. Les représentants des syndicats initia- teurs de la grève ont été reçus mercredi par le ministère de l'Education pour leur sou- mettre les réponses à leurs revendications et arriver à des solutions «réglementaires et durables». Auparavant la ministre avait déploré l'em- pressement des syndicats à recourir à la grève en dépit d'un dialogue constructifs amorcé récemment. La première responsa- ble du secteur a appelé les syndicats qui ré- clament la révision des dysfonctionnements des statuts des travailleurs de l'Education à «ne pas perdre espoir» quant à la prise en charge de leurs revendications socioprofes- sionnelles qui, a-t-elle toutefois soutenu, «exige du temps».

LUTTE CONTRE

LA CONTREBANDE

Plus de 135 kg de kif traité saisis vendredi à Tlemcen

15 contrebandiers de nationalités africaines interciptés dans l’extrême-Sud

Plus de 135 kg de kif traité ont été saisis vendredi à Tlemcen par un détachement des Gardes-frontières relevant du secteur opé- rationnel de Tlemcen de la 2e Région mili- taire, indique hier le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la contrebande et le crime organisé, un détachement des Gardes-frontières relevant du secteur opé-

rationnel de Tlemcen, 2e Région militaire,

a saisi, le 6 février 2015 à 4h35, suite à une pa- trouille dans la région dénommée -El-Korni-

à Bab El-Assa plus de 135 kg de kif traité», pré-

cise le MDN. Par ailleurs, et au niveau de la 6e Région militaire, deux détachements de l'ANP relevant du secteur opérationnel d'In Guezzam ont réussi, le même jour, dans deux opération distinctes, à intercepter «15 contre- bandiers de nationalités africaines dont 10 Nigériens et 5 Burkinabés, et ont saisi deux (2) véhicules tout-terrain et 2.8 tonnes de den- rées alimentaires», ajoute la même source.

SELON LE DIRECTEUR DE LA TÉLÉMATIQUE AU COMMANDEMENT DE LA GENDARMERIE NATIONALE, LE COLONEL GUIR BADAOUI.

5,7 millions d'appels reçus sur le numéro vert de la Gendarmerie nationale depuis son lancement

Plus de 5,7 millions d'appels ont été reçus sur le numéro vert de la Gendar- merie nationale (1055) depuis son lan- cement en 2011, a indiqué le directeur de la télématique au commandement de la Gendarmerie nationale, le colonel Guir Badaoui. Lors d'une conférence de presse consacrée à l'activité du numéro vert de la Gendarmerie nationale depuis son lancement le 5 février 2011 jusqu'au 5 février 2015, le responsable a précisé que le nombre d'appels enregistrés a atteint 5 728 472 soit près de 3920 appels par jour. Le nombre des appels sur le numéro vert n'a cessé d'augmenter de- puis son lancement, atteignant 1 337 287 appels en 2011, a rappelé le colonel

Guir qui a tenu à précisé que «cette augmentation ne signifie pas une hausse de la criminalité». Les citoyens recourent au numéro vert comme moyen efficace pour assurer leur sécu- rité et celle de leurs biens», a-t-il expli- qué. Selon l'intervenant, 52 % des ap- pels ont trait à des demandes d'infor- mations, 22 % pour signaler des acci- dents de la circulation, 16 % pour signa- ler les routes coupées ou l'atteinte à la sécurité publique (terrorisme, contre- bande, trafic de drogue) et 10 % pour dénoncer des agressions ou des me- naces contre des personnes. Il a égale- ment fait savoir que le nombre d'inter- ventions (suite à des appels via le nu- mero vert) soldées par le traitement des

affaires a atteint 153148 interventions non programmées dont 2489 interven- tions ont été soldées par l'arrestation de criminels en flagrant délit. Le plus grand nombre d'appels re- çus sur le numéro vert a été enregistré au niveau du commandement régional de la Gendarmerie nationale de la wi- laya de Sétif, suivie des wilayas de Khenchela, Alger, Tébessa et Laghouat, a-t-il ajouté. Le colonel Guir a estimé que la «présence continue des unités de

la Gendarmerie nationale sur le terrain

a favorisé le traitement efficace de plu- sieurs affaires», annonçant par la même occasion l'ouverture de plus de 40 nouveaux centres d'appels.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Dimanche 8 Février 2015

GAZ DE SCHISTE Poursuite de la contestation pacifique à Ouargla Le mouvement de contestation pour

GAZ DE SCHISTE

Poursuite de la contestation pacifique à Ouargla

Le mouvement de contestation pour protester contre le projet «d’exploitation du gaz de schiste» s’est poursuivi, hier à Ouargla, par un rassemblement pa- cifique de dizaines de citoyens à la place Souk- Lehdjar, au centre ville de Ouargla, pour exprimer leur rejet dudit projet, a-t-on constaté. Les manifestants ont, lors de cette action de pro- testation, brandi des banderoles mettant en avant leur refus de ce projet, en scandant des slogans. Des protestataires ont, dans leurs prises de parole, relayé certaines idées sur le projet d’exploitation du gaz de schiste dans la région d’In-Salah et les séquelles encourues, dont notamment «les dangers» pesant sur l’environnement et les citoyens, avant de se disper- ser dans le calme. Des groupes de citoyens ont entamé depuis jeudi un sit-in pacifique ouvert au même lieu, pour expri- mer leur rejet d’exploitation du gaz de schiste, où a été dressée une tente ayant servi, vendredi, de tribune pour animer une communication sur le thème par un enseignant de l’université de Kasdi Merbah de Ouargla. Le Président de la République, M. Abdelaziz Bou- teflika, avait indiqué, lors du récent conseil restreint, que les forages tests initiés à In Salah, «seront ache- vés à très brève échéance», et que l’exploitation proprement dite de cette énergie nouvelle «n’est pas encore à l’ordre du jour». Le chef de l'Etat avait précisé aussi que si l’explo- ration de ces nouvelles ressources nationales en hy- drocarbures s’avère nécessaire pour la sécurité énergétique du pays à moyen et long termes, le gouvernement devra, cependant , «veiller avec fer- meté» au respect de la législation par les opérateurs concernés pour «la protection de la santé de la popu- lation et la préservation de l’environnement». Deux délégations parlementaires, conduites par le vice-président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Djamel Bouras, et le président de la commis- sion des affaires économiques, de développement, de planification et du commerce, Ahmed Saâdani, ont saisi l’opportunité de leur présence dans la région d’In-Salah aux fins de s’ enquérir de la situation du développement et des préoccupations de ses habi- tants, pour rencontrer des notables et élus locaux avec qui ils ont échangé des vues sur la question du gaz de schiste.

RENCONTRE DE CONCERTATION AUTOUR DE L'INITIATIVE DE CONSENSUS NATIONAL

Le RND tranchera «bientôt» la question de sa participation

RND tranchera «bientôt» la question de sa participation La porte-parole du Rassemblement national démocratique
RND tranchera «bientôt» la question de sa participation La porte-parole du Rassemblement national démocratique

La porte-parole du Rassemblement national démocratique (RND), Nouara Saâdia Djaafar, a affirmé hier à Alger, que le secrétariat national du parti tranchera «bientôt» la question de sa participation à la conférence du consensus national initiée par le Front des forces socialistes (FFS).

Le secrétariat national du Rassem- blement national démocratique (RND) «examinera et débattra du document qui lui a été remis lors d'une rencon- tre de concertation avec le Front des forces socialistes (FFS) deuxième du genre, et qui comporte plusieurs idées politiques et procédurales», a déclaré à la presse M me Saâdia Djaâfar au terme de cette rencontre de concertation autour de l'initiative de consensus national. Elle a indiqué que la rencontre, présidée par le secrétaire général du parti, Abdelkader Bensalah, et le Pre- mier secrétaire national du FFS, Mo-

hamed Nebbou, a été marqué par un climat de «sérieux et de franchise qui a permis l'examen de plusieurs ques- tions». Le document «sera examiné et dé- battu lors de la réunion du secrétariat national du RND qui se tiendra pro- chainement pour décider de la parti- cipation ou non à la conférence du consensus national», a-t-elle encore dit avant de souligner que le conseil na- tional avait mandaté le secrétariat pour trancher cette question. A une question sur le contenu du document, M me Saâdia Djaâfar a précisé qu'«il comporte plusieurs idées poli- tiques et procédurales», saluant la «grande culture politique du FFS de nature à consolider la démocratie et améliorer l'action politique des partis». Pour sa part, M. Nebbou a salué le climat de «franchise» qui a marqué la rencontre, ajoutant que les deux par- tis «ont décidé de maintenir la concer- tation autour de l'initiative du consen- sus national». «Nous avons apporté des explica- tions sur le contenu de l'initiative aux responsables du RND dans un cadre de franchise et de dialogue sérieux et

nous comptons rester en contact en at- tendant que le secrétariat national tranche la question de sa participa- tion», a-t-il poursuivi. Il a déclaré également que les concertations autour de cette initiative «se poursuivent à ce jour mais il n'y a aucun nouveau à ce sujet», allusion faite à la position du parti du Front de libération nationale de cette confé- rence. Le Front des forces socialistes (FFS) avait appelé tous les partis politiques, personnalités nationales et associa- tions à prendre part à la conférence du consensus national prévue les 23 et 24 février courant. M. Nebbou avait souligné aupara- vant, que cette conférence constituait une «opportunité pour les partici- pants, toutes obédiences politiques confondues, pour enrichir le débat sur les mécanismes liés au développe- ment national et la réalisation du dé- veloppement durable», faisant remar- quer toutefois que la date avancée «n'est qu'une proposition du parti dans l'attente d'en fixer une autre dé- finitive en concertation avec les partis politiques».

Le consensus national exige des concessions de toutes les parties

Le Front des forces socialistes a affirmé, hier à Oran, que toutes les parties conviées à la confé- rence nationale sont appelées à faire des concessions afin d'accé- der au consensus national. «il faut faire des concessions pour le consensus national», a insisté Ali Laskri, membre de l’instance présidentielle du FFS, lors d'une conférence ayant pour objectif d’expliquer l’initiative de son parti pour la tenue d’une conférence nationale du consen- sus, prévue les 23 et 24 février

2015.

«L’Algérie a besoin de tous ses enfants. Il faut aller vers cette conférence nationale et chacun pourra défendre son programme et ses propositions», a-t-il expli- qué, ajoutant que «l'ordre du jour doit être établi par toutes les par- ties». «Même le bureau de la confé- rence doit être mis en place dans le consensus», a-t-il précisé. Le Front des forces socialistes «ne pose aucun préalable» à la tenue de la conférence nationale

aucun préalable» à la tenue de la conférence nationale du consensus, a-t-il souligné. «Nous voulons aller

du consensus, a-t-il souligné. «Nous voulons aller vers la conférence nationale du consen- sus avec tous les Algériens, sans ex- ception», a-t-il encore affirmé, expliquant, à ce propos, que l'ap- proche du FFS est à la fois «collec- tive et consensuelle» à toutes les étapes, depuis la préparation jusqu’à la tenue de la conférence. «Nous sommes condamnés à réussir, car la peur de l’instabilité s’installe dans notre région du

Maghreb. C’est pourquoi le FFS va persister pour discuter avec tous les Algériens et tous les partis po- litiques», a-t-il assuré, estimant que la conférence doit apporter des résultats bénéfiques pour le pays. «Le dialogue est instauré avec tous les Algériens. Nous écou- tons et nous sollicitons leurs pro- positions», a-t-il ajouté. Pour M. Laskri, son parti se projette au-delà du monde insti- tutionnel et sa démarche est dé- mocratique. «Beaucoup de partis, ainsi que des représentants de la société civile et des syndicats, nous ont écoutés», a-t-il souligné, ajoutant que son parti «veut aller vers tout ce qui converge et éviter tout ce qui diverge». «Nous sommes des facilitateurs et nous mettons toute notre expérience au profit de l’Algérie», a-t-il dit. La conférence s’est déroulée en présence de membres du secréta- riat national du FFS et d’un mem- bre du Conseil de la nation, ainsi que de plusieurs invités, notam- ment des élus de l’APW d’Oran et des membres d’autres partis.

Makri appelle de Chlef à ouvrir les portes du dialogue pour trouver les solutions idoines aux problèmes du pays

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Mokri, a appelé, vendredi de Chlef, à ouvrir sé- rieusement les portes du dia- logue pour trouver les solutions idoines aux problèmes du pays. Lors des travaux d'une ren- contre des structures du MSP au complexe touristique de Sidi Abderrahmane dans la Daira de Tenes (70 km de Chlef ), M. Makri a souligné «la nécessité pour tout un chacun d'assumer la responsabilité quant aux problèmes que connait le pays aux plans économique et sécuritaire». Il a évoqué, dans son intervention devant les cadres et dirigeants du mouvement, plusieurs questions d'actualité, notamment les ré- percussions de la chute des prix du pétrole sur l'économie nationale et la situation sécuritaire aux frontières algériennes. Le programme de cette rencontre prévoit la formation des cadres au niveau local et l'évaluation du bilan annuel (2014) des activités du MSP au niveau des wilayas. Des ateliers sont également prévus au cours desquels sera élaboré le programme 2015. APS

MSP au niveau des wilayas. Des ateliers sont également prévus au cours desquels sera élaboré le

Dimanche 8 Février 2015

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

ALGÉRIE-FRANCE

M. Messahel s'entretient à Paris avec Fabius

M. Messahel s'entretient à Paris avec Fabius Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Mes- sahel, s'est entretenu ven- dredi à Paris avec le ministre français des Affaires étran- gères et du Développement international, Laurent Fabius, en marge du forum franco- africain sur «la croissance partagée».

Dans une déclaration à l'issue de cet entretien, M. Messahel a mis l'accent sur l'importance de la croissance par-

tagée en Afrique, tout en rappelant que cette question «est inscrite dans les ob- jectifs 2063, annoncés lors du dernier sommet de l'Union africaine, lesquels constituent l'un des motifs mobilisa- teurs de l'Afrique». Il a ajouté également que le volet économique revêt une «part impor- tante», dans cette relation franco-afri- caine, en raison, a-t-il expliqué, du potentiel dont dispose le continent afri- cain. De son conté, M. Fabius a mis en avant les potentialités économiques de l'Afrique, plaidant pour un partenariat d'«égal à égal dans l'intérêt des deux parties».

MESSAHEL AU FORUM FRANCE-AFRIQUE À PARIS SUR «LA CROISSANCE PARTAGÉE»

Poser des fondations nouvelles pour une coopération «ambitieuse»

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, a souligné vendredi à Paris la né- cessité de poser des «fondations nouvelles» pour une coopération «ambitieuse» entre la France et l'Afrique. «Il est essentiel de poser des fondations nouvelles à la coopération franco-africaine qui se doit d'être ambitieuse pour débou- cher sur une prospérité partagée», a indi- qué M. Messahel dans une allocution à l'occasion du forum France-Afrique sur «la

croissance partagée». Il a estimé qu'un partenariat «conçu sur ces bases, en tirant parti des atouts et du po- tentiel respectifs, s'avère essentiel pour une communauté d'intérêts à long terme». Rappelant que ce partenariat s'inscrit dans le prolongement du sommet de l'Ely- sée qui a articulé une vision globale des en- jeux de sécurité et de développement», M. Messahel a fait remarquer que la présence du président François Hollande à ce forum «témoigne de la disponibilité de la France à travailler conjointement avec l'Afrique pour des relations exemplaires». Soulignant que «des relations écono- miques internationales gagnant-gagnant constitueront la meilleure garantie pour une ère durable de sécurité et de bien être pour tous les peuples», le ministre délégué

a fait part de «la détermination réciproque

(de la France et de l'Afrique) d'aller de l'avant et de définir ensemble de nouvelles politiques de coopération permettant de donner corps et consistance à ce grand des- sein». «L'enjeu fondamental est de s'épauler mutuellement pour relever les défis résul- tant d'une mondialisation non maîtrisée», a-t-il dit, relevant que «la complémentarité entre les économies française et africaine

offre des opportunités de solution». L'Afrique qui connaît depuis plus d'une décennie une reprise économique, est ap- pelée à «relever les défis d'une transforma- tion structurelle de ses économies pour réduire la vulnérabilité à la volatilité des cours des matières premières d'exportation et d'un accroissement de l'offre d'emplois pour répondre à une demande estimée à près de 10 millions par an», a-t-il expliqué. La présence du président François Hol- lande à ce forum témoigne de la disponibi- lité de la France à travailler conjointement avec l'Afrique pour des relations exem- plaires, a indiqué M. Messahel. De son côté, la France qui dispose d'une économie diversifiée, doit, quant à elle, «re- lever les défis d'un ralentissement de sa croissance et de décrue du chômage dans un contexte mondial en mutation accélé- rée». «La France et l'Afrique ont, dès lors, tout à gagner d'initiatives audacieuses pour mettre la valorisation de leur potentiel éco- nomique au service d'une croissance parta- gée. En contribuant à l'accélération de la croissance de l'Afrique, la France y trouvera des sources additionnelles pour sa propre croissance», a encore souligné M. Messahel. Citant les infrastructures, l'agriculture, l'industrie, le développement humain et les

services comme des domaines «promet- teurs» pour un partenariat «dynamique» assurant une densification des relations économiques franco-africaines, le ministre délégué a considéré que «l'investissement devra être naturellement l'axe directeur d'un tel partenariat, dans une économie mondiale dominée par un redéploiement international des activités». Dans cette optique, M. Messahel a mis en avant l'«excellent» rapport français sur un

«partenariat pour l'avenir» qui présente 15 propositions «judicieuses» à même de «ré- pondre aux priorités et aux besoins de l'Afrique et accompagner ses efforts». Il a souligné, à cet égard, l'un des aspects importants de ce rapport pour un partena- riat rénové, estimant que l'investissement «peut se réaliser selon diverses modalités, qu'il s'agisse de concessions ou de création de filiales, de partenariat public-privé ou d'achat d'obligations, de coproduction ou d'accord de coopération industrielle». «Des améliorations ont été, à cet effet, apportées ces dernières années au régime français des investissements à l'extérieur et aux régimes africains des investissements internationaux», a précisé le ministre délé- gué, ajoutant que «des efforts sont, cepen- dant, à intensifier, de part et d'autre, pour favoriser une dynamique volontariste et du- rable des investissements». «Cela nécessite aussi de faire davantage de l'aide publique française un des leviers de promotion des investissements privés, d'accroître les facilités d'accès au crédit aux entreprises pour leur assurer des assises fi- nancières suffisantes à l'investissement, particulièrement pour les petites et moyennes entreprises et, enfin, de faciliter des prises de participation d'institutions fi- nancières publiques et privées dans des en- treprises à l'extérieur», a-t-il poursuivi. M. Messahel a, en outre, appelé à «ren- forcer les instruments existants de finance- ment ou d'en créer d'autres tant en France qu'en Afrique», estimant que «l'expérience avérée de la France dans ces domaines, pourrait contribuer à une plus grande mo- bilisation des ressources africaines à travers notamment des mécanismes de capital in- vestissement, de promotion des valeurs mobilières et de garantie des crédits».

SAHARA OCCIDENTAL

Le sommet de Crans Montana à Dakhla: «une violation du droit international»

Le président de la République sahraouie (RASD), Mohamed Abdelaziz, a déclaré, dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, que la tenue du forum Crans Montana dans la ville de Dakhla occu- pée est «une violation flagrante du droit inter- national», a rapporté hier l'agence de presse sahraouie (SPS). La même source soutient qu'«à travers son soutien actif et les dispositions et autres faci- lités qu'il accorde à la tenue d'un forum dans ce qu'il appelle +Dakhla (Maroc)+, d'une ma- nière malveillante et trompeuse, le Maroc s'engage de nouveau dans des activités qui violent le droit international et la position claire de la communauté internationale aux côtés de l'autodétermination du peuple sah- raoui». Mohamed Abdelaziz a rappelé, dans sa lettre, la position de l'Union africaine quant au déroulement prévu de ce forum (12-14 mars 2015) dans la ville de Dakhla occupée. «Nos amis africains prennent la chose très au sérieux, au point que les dirigeants lors du Sommet de l'Union africaine tenu à Addis- Abeba du 30 au 31 Janvier 20015 considèrent que l'organisation d'une conférence interna- tionale dans les circonstances actuelles au Sa- hara occidental occupé est en contradiction avec les efforts de la communauté internatio- nale pour résoudre le conflit au Sahara occi- dental», écrit le président Abdelaziz. L'Union africaine qui avait «conseillé» au forum suisse «l'annulation» de la réunion prévue dans la ville occupée de Dakhla (Sa- hara occidental), a considéré le choix comme»une violation flagrante du droit in- ternational». Le président Abdelaziz, qui invite Ban Ki- moon «à veiller à ce qu'aucun fonctionnaire de l'ONU ne participe à ce forum», estime que «l'organisation de cette réunion en ce mo- ment, transformera en farce, le slogan de la promotion d'un monde +plus humain et plus juste+, thème sous lequel l'organisation pré- tend tenir ses activités». Par ailleurs, le président de la RASD a ex- pliqué au SG de l'ONU que «la tenue d'une réunion comme celle là, risquerait également de saper les efforts déployés par votre Envoyé personnel, l'ambassadeur Christopher Ross, pour l'avènement d'une paix juste, durable et mutuellement acceptable entre les deux par- ties, à même d'assurer une solution politique juste, garantissant l'autodétermination du peuple du Sahara occidental, conformément aux nombreuses résolutions du Conseil de sé- curité».

ONU-MALI

Le Conseil de sécurité exhorte les parties maliennes à «reprendre sans tarder» les négociation entamées à Alger

Le Conseil de sécurité des Nations unies a exhorté les parties maliennes à «reprendre sans tarder» les négociations de paix enta- mées à Alger, en renouvelant son soutien à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). Dans sa résolution adoptée vendredi soir

lors d'une réunion sur la situation actuelle au Mali, le Conseil «engage vivement les parties,

à savoir le Gouvernement et les groupes

armés signataires de l'accord préliminaire de Ouagadougou, à saisir l'occasion historique

qui leur est offerte par les négociations inter- maliennes d'Alger, auxquelles participent l'ensemble des pays voisins et des partenaires régionaux et internationaux concernés, pour concourir à l'instauration d'une paix durable au Mali». Réitérant son plein appui aux efforts de facilitation que déploient l'Algérie et l'en- semble des membres de l'équipe de média- tion internationale, le conseil demande à toutes les parties de respecter pleinement l'accord de cessez-le-feu signé le 23 mai 2014

et la déclaration sur la cessation des hostilités

signée à Alger le 24 juillet 2014, soulignant

que seul un accord de paix global et sans ex- clusive permettra d'instaurer une sécurité durable au Mali. Le Conseil des quinze mem- bres prie instamment les parties d'engager, «avec une ferme volonté politique, dans un esprit de compromis et en toute bonne foi, un dialogue de fond visant à aboutir à un tel ac- cord». A cet égard, il demande également aux parties maliennes de faire les concessions qui s'imposent, «dans le respect de la souverai-

neté, de l'unité et de l'intégrité territoriale de l'Etat malien». Il renouvelle également son soutien à la Minusma et à la contribution qu'elle apporte à la paix et à la sécurité au Mali, et salue les efforts soutenus que dé- ploient les forces françaises qui la soutien- nent. Dans sa résolution, le Conseil engage vivement les parties maliennes à dialoguer par l'intermédiaire de représentants de haut niveau «en vue de parvenir, dans les plus brefs délais, à un accord de paix global et sans exclusive qui s'attaque aux causes profondes de la crise que traverse le pays». Le Conseil appelle toutes les parties à

«s'abstenir de tout acte, direct ou indirect, qui compromettrait les perspectives de paix et, à

cet égard, se déclare prêt à envisager de pren- dre les mesures appropriées, y compris d'im- poser des sanctions ciblées à l'encontre de ceux qui reprennent les hostilités et violent le cessez-le-feu». Déplorant la violence qui continue de se déchaîner dans le nord du Mali, causant des pertes en vies humaines et des souffrances, le Conseil exige de toutes les parties, y compris celles qui ne sont pas signataires de l'Accord préliminaire de Ouagadougou, qu'elles met- tent immédiatement fin à tous actes d'hosti- lité et rejettent la violence. L'accord préliminaire de Ouagadougou a été signé le 18 juin 2013 à Ouagadougou, capi- tale du Burkina Faso, entre le gouvernement et les groupes armés opérant dans le nord du Mali en vue de permettre la tenue de l'élection présidentielle et de baliser le terrain pour la signature d'un accord définitif de paix. Le Conseil exhorte en outre toutes les par- ties «à mettre rapidement en £uvre, avec l'ap- pui de la Minusma et en étroite coopération avec elle, toutes les mesures de confiance adoptées, notamment le mécanisme visant à faciliter l'application du cessez-le-feu figu-

rant dans la déclaration de cessation des hos- tilités». Le dialogue intermalien, lancé offi- ciellement en juillet 2014 à Alger, est passé par quatre rounds, sous la conduite d'une média- tion internationale menée par l'Algérie. La quatrième phase du dialogue intermalien in- clusif avait eu lieu en novembre à Alger. Outre les représentants du gouvernement, six mouvements maliens prennent part aux pourparlers d'Alger. Il s'agit du Mouvement arabe de l'Azawed (MAA), la Coordination pour le peuple de l'Azawed (CPA), la Coordi- nation des Mouvements et Fronts patrio- tiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l'Azawed (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawed (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawed (dissi- dent). Dans le cadre de la phase préparatoire du cinquième round de dialogue pour le rè- glement de la crise malienne, une réunion de concertation regroupant les représentants de l'équipe de la médiation, du gouvernement malien et des mouvements du Nord Mali s'était tenue le 22 janvier à Alger pour conso- lider le cessez-le-feu dans le nord malien. APS

Ph. : M. Naït Kaci

6 DK NEWS

FORUM

Dimanche 8 Février 2015

LE PRÉSIDENT DE LA CNCPPDH M. FAROUK KSENTINI INVITER HIER DU FORUM DE DKNEWS

DROITS DE L’HOMME

L’Algérie n’a de leçons à recevoir de personne

Le président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’homme en Algérie a animé un débat qu’il a introduit par sa position par rapport au gaz de schiste : « C’est un problème économique et technique. Ceux qui soutiennent ou s’opposent à son exploration, puis à son exploitation ont le droit de le faire ; ils ont raison de s’exprimer».

ont le droit de le faire ; ils ont raison de s’exprimer». O. Larbi Le plus
ont le droit de le faire ; ils ont raison de s’exprimer». O. Larbi Le plus
ont le droit de le faire ; ils ont raison de s’exprimer». O. Larbi Le plus
ont le droit de le faire ; ils ont raison de s’exprimer». O. Larbi Le plus

O. Larbi

Le plus important est d’éviter l’exploi- tation à des fins politiciennes. «Rencontre nationale : avant tout, prendre l’avis des experts nationaux et internationaux, après quoi les responsables prendront leurs décisions : pourquoi pas une ren- contre nationale ? Un débat national ? » souligne le conférencier qui se dit «favo- rable à tout mode d’expression de la vo- lonté générale, en réponse à une question sur l’organisation d’un référendum sur le sujet». Rappelant que la protection de la na- ture est inscrite dans la Constitution algé- rienne, Farouk Ksentini appelle « à tenir compte, en toute circonstance, des inté- rêts supérieurs de la nation». Pour l’heure, «calmer le jeu, en espé- rant que la fracturation hydraulique sera remplacée par des techniques moins pol- luantes. Penser toujours à l’héritage à laisser aux générations futures». Concessions mutuelles Intervenant sur la qualité de l’ensei- gnement soulevée par le représentant de la Commission des droits de l’homme de l’ONU, Farouk Ksentini a insisté sur les programmes de réalisations de l’Etat al- gérien en matière d’éducation, cependant «il faut reconnaître que le niveau doit être relevé, car l’avenir de l’Algérie est dans

l’instruction ! Les enseignants sont insuf-

fisamment formés et les classes sont sur- chargées. Il faut recruter et former» n’ignorant pas les efforts de la ministre de l’Education nationale. «Il faut améliorer le système de l’enseignement public», pense l’orateur.

A propos de l’annonce de la grève des

syndicats d’enseignants annoncée pour les 10 et 11 février, le président de la CNCPPDH a souhaité que ceux-ci et l’au- torité de tutelle fassent «des concessions mutuelles pour ne pas léser les élèves

dans leur instruction».

La concurrence Questionné sur l’ouverture du trans- port aérien au privé, M. Ksentini a estimé que la qualité des services accompagnera l’ouverture souhaitée : «La situation de monopole est toujours négative» affirme- t-il, malgré «le poids historique de la com- pagnie nationale dans l’amélioration des moyens de transport dans notre pays».

Droits de l’homme en Algérie Farouk Ksentini a tenu a faire une mise au point : « Je n’ai jamais dit que les droits de l’homme avaient régressé, mais que 2014 était une année sans avancée specta- culaire ; c’est différent ! »

« Les ‘rapports’ annuels sur les droits

de l’homme produits, ici ou là, sont géné- ralement très sévères avec l’Algérie et plu- tôt insensibles par rapport à ce qui se

passe en d’autres pays, comme l’Arabie saoudite. Ces rapports sont rédigés en fonction des intérêts économiques des ré- dacteurs… » Pour autant, l’Algérie n’a pas de leçons à recevoir en la matière «agis- sant pour la concrétisation de l’Etat de droit, en toute responsabilité: en réalité,

les droits de l’homme s’améliorent ou non de notre action ou non en leur fa- veur». Dans l’appréciation «des atteintes sup- posées ou réelles aux droits de l’homme » Farouk Ksentini souhaite qu’on garde aux faits incriminé «leur véritable hauteur», sans surenchère : «Il faut que dans ce pays, les gens s’expriment librement, tout débat, toute discussion est recevable si on bannit l’injure, la diffamation et la contre- vérité».

Niveau de vie des citoyens Le président de la CNCPPDH constate «comme tout le monde que la vie est de plus en plus chère, difficile : il faut trouver des solutions contre la spéculation, l’in- formel… » S’agissant des conditions de détention en Algérie, l’orateur a reconnu que «les conditions sont nettement meilleures. De plus des centres ouvrent qui sont aux normes internationales de respect des

droits des détenus… » A propos des Algériens détenus en Irak et qui risqueraient d’être exécutés, Fa- rouk Ksentini a assuré que le ministère

des Affaires étrangères est attaché à leur protection et à leur libération. «Nous n’avons pas de vis-à-vis en Irak pour y in- tervenir, d’une manière ou d’une autre» ajoute-t-il.

Manifestations La question a été posée : « La manifes- tation de la CNLTD fixée au 24 février est- elle légale ? » Farouk Ksentini : « La CNTLD a le droit de manifester, comme tout autre organisation. Mais, il y a l’inter- diction de manifester à Alger et le wali est tenu de faire respecter cette décision. Dans tous les cas, ce qui m’importe, c’est que les manifestations soient pacifiques».

Droit syndical La question était de savoir pourquoi l’UGTA garde le monopole syndical / «Le multipartisme implique le droit de pouvoir créer des syndicats. C’est un pro- blème délicat, la consultation d’experts est souhaitable».

Migrants en Algérie Les migrants en Algérie, notamment les ressortissants de pays voisins, frères et amis ont été reçus dans le respect total de leur dignité humaine et «le ministère de la Solidarité a pourvu à leur accueil et leur entretien depuis leur arrivée en Algérie jusqu’au retour dans leur pays en accord avec les autorités de ces pays».

Dimanche 8 Février 2015

FORUM

DK NEWS 7

«Il n’ya pas de sujet tabou»

L’étendue du champ d’application des droits de l’homme est vaste. Ceux-ci sont assez nombreux et variés pour ceux qui voudront les identifier, les analyser et les évaluer. Les journalistes en ont assez évalué au point où tout manquement des institutions à l’égard des citoyens est inscrit dans la panoplie des atteintes aux droits de l’homme.

dans la panoplie des atteintes aux droits de l’homme. Said Abjaoui Avec Farouk Ksentini, prési- dent

Said Abjaoui

Avec Farouk Ksentini, prési- dent de la CNCPPDH, invité hier du Forum de DK News les droits de l’homme sont de différentes natures et touchent divers do- maines. Le thème de la confé- rence-débat n’est d’ailleurs pas exhaustif, n’est pas limité. Il peut concerner toute l’actualité poli- tique puisqu’on s’intéresse énormément à la «chose» poli- tique. Pour ce qui concerne le sujet à controverse, à savoir le gaz de schiste, Ksentini énumère tout ce qui est relatif aux diffé- rentes positions qu’adoptent les composantes de la nation. D’abord, il y a pour tous les ci- toyens le droit de savoir. Savoir ce que c’est, comment l’explorer et l’exploiter, le droit d’interro- ger et de recevoir des réponses. Savoir ce que cela peut rappor- ter, sa place dans l’intérêt de la nation, ses implications sur la souveraineté nationale, sur l’en-

vironnement. Il y a le droit d’at- tendre des autorités qu’elles communiquent, qu’elles expli- quent, qu’elles s’impliquent. Il y

a le droit de ceux qui soutiennent

à argumenter et le droit de ceux

qui s’opposent à argumenter également. Il y a le droit et l’obli- gation des élus à tout savoir pour tout expliquer, et celui des élec- teurs à interroger les élus et ces derniers à prendre note des opi- nions publiques. Sur la lancée, Ksentini condamne le fait qu’une per- sonne soit déférée devant la jus- tice pour des propos ou des faits futiles. On voit qu’ainsi, les droits de l’homme ne sont pas exclusive- ment liés aux rapports entre l’Etat (toutes institutions confondues et les citoyens). Ksentini n’a jamais considéré qu’il y a des sujets tabous, du moins dans les Forum de DK

News surtout quand il est inter- rogé par la presse. Il a toujours donné son avis, même quand il s’agit de son opinion person-

nelle. Par exemple, il dit ne pas comprendre que les opinions de Saïd Saadi sur l’histoire soient débattues dans un tribunal. Des

réponses des hommes qui ont

fait la révolution et des histo- riens auraient suffi amplement. Des magistrats n’ont pas à in- terroger encore moins à écrire l’histoire. Le président de la CNCPPDH ne contourne pas les réponses aux questions. C’est ainsi qu’il n’hésite pas à dire «oui» à l’ou- verture de l’espace aérien au sec- teur privé. Il n’y voit aucune atteinte aux droits de l’homme. Pour ce qui concerne le droit à l’éducation, Ksentini est for- mel. Malgré les efforts énormes déployés par l’Etat, la qualité de l’enseignement est loin des at- tentes. La ministre plus particu- lièrement a pris en considération les recommanda- tions faites par le rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur le droit à l’éducation.

A

RETENIR

LIBERTÉS INDIVIDUELLES

Pas d’évolution enregistrée en 2014

D’après, M. Ksentini, les libertés individuelles n’ont enregistré aucune évolution en Algérie. «Selon l’ONG de défense des droits de l'homme Human Rights Watch, les libertés individuelles n’ont ni progressé ni régressé en 2014. Il est vrai que certains incidents, mineurs, ont été rapportés, je les condamne fermement car il est inacceptable qu’une personne soit déférée devant la justice pour des propos ou des faits futiles. Il faut que tout le monde puisse s’exprimer et donner son avis librement dans ce pays en dehors de tous propos diffamatoires, injurieux ou de toute in- civilité».

TRANSPORTS AÉRIEN

«Oui pour l’ouverture au privé»

Le président de la CNCPPDH a estimé que l’ouverture de l’espace aérien aux compagnies privés mettra fin au monopole «négatif» exercé par la compagnie nationale Air Algérie et per- mettra par la même occasion au secteur du trans- port aérien de se développer. «C’est difficile pour moi de le dire mais j’estime qu’il est temps d’ou-

vrir l’espace aérien au privé. Air Algérie est une compagnie qui nous est chère et si on tient vrai- ment à elle alors il faudra permettre à la concur- rence de s’exercer».

«L’avenir de l’Algérie est lié à celui de ’éducation»

Revenant sur son entretien avec le Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur le droit à l’éducation, maître Ksentini a souligné qu’en dépit des efforts dé- ployés par l’Etat pour la démocratisation de l’éducation, la qualité de l’enseignement en Al- gérie laisse toujours à désirer. «Personne n’est satisfait de la qualité de l’enseignement dispensé par les établissement publics. Les responsables du secteur, en premier lieu la ministre, ont pris en considération les observations et recomman- dations du rapporteur spécial des Nations unies qui ont portés essentiellement sur la nécessité d’améliorer les capacités des enseignants. D’un autre côté les syndicalistes et le gouvernement doivent agir d’une manière adulte et responsable pour mettre fin aux mouvements de protestation qui secouent actuellement le secteur de l’ensei- gnement et qui nuisent essentiellement aux en- fants. Il ne faut pas oublier que l’avenir de l’Algérie est étroitement lié à celui de l’éducation» a indiqué M. Ksentini.

faut pas oublier que l’avenir de l’Algérie est étroitement lié à celui de l’éducation» a indiqué
faut pas oublier que l’avenir de l’Algérie est étroitement lié à celui de l’éducation» a indiqué
faut pas oublier que l’avenir de l’Algérie est étroitement lié à celui de l’éducation» a indiqué
faut pas oublier que l’avenir de l’Algérie est étroitement lié à celui de l’éducation» a indiqué
faut pas oublier que l’avenir de l’Algérie est étroitement lié à celui de l’éducation» a indiqué

8 DK NEWS

ÉCONOMIE

Dimanche 8 Février 2015

COMMERCE

Stagnation de la demande durant le 3 e trimestre 2014

La demande en produits a connu une relative stagnation dans le commerce du détail durant le 3e trimestre 2014, contre une baisse dans celui du gros notamment pour les matériaux d'équi- pements et appareils électroménagers,selon une enquête de l'Office national des statistiques (ONS). L'activité commerciale a, ainsi, continué sa tendance baissière pour les grossistes, touchant davantage les machines et matériaux d'équipe- ments, les matières premières et demi-produits et les textiles, habillement et cuirs, note cette en- quête sur la situation et les perspectives dans le commerce. Selon l'ONS, les commerçants se plaignent des longs délais de livraison, de l'éloi- gnement des centres d'approvisionnement et de la lenteur des formalités d'acquisition de mar- chandises. Près de 26% des grossistes et 23% des détail- lants relèvent avoir enregistré une rupture de stocks de produits, notamment ceux du textile, habillement et cuirs et des combustibles et lu- brifiants. Plus de 80% des grossistes et la majo- rité des détaillants, touchés par l'enquête, se sont approvisionnés, durant le 3ème trimestre de l'année dernière, auprès du secteur privé uniquement, principalement pour les textiles, habillement et cuirs. Par ailleurs, plus de 60% des commerçants de l'agro-alimentaire et des matières premières et plus de 50% de ceux des demi-produits se sont approvisionnés auprès des secteurs public et privé à la fois. L'enquête, qui a touché 533 entreprises com- merciales dont 255 publiques et 278 privées, re- lève que les prix d'acquisition des produits sont considérés plus élevés par les grossistes, essen- tiellement ceux de l'agro-alimentaire et des ma- tières premières et demi-produits. En revanche, ils sont jugés moins élevés par les détaillants, notamment ceux du commerce divers. La majorité des commerçants (toutes ca- tégories confondues) affirme avoir acheté leurs marchandises en première main, à l'exception de ceux des textiles, habillement et cuirs. Le taux de satisfaction des commandes est supérieur à 50% par rapport aux besoins expri- més, selon plus de 80% des grossistes, notam- ment ceux des matières premières et demi produits, des machines et matériels d'équipe- ment et l'agro-alimentaire. Par ailleurs, près de 85% des détaillants ont relevé que le taux de sa- tisfaction des commandes en produits était in- férieur à 50%, particulièrement ceux des textiles, habillement et cuirs et combustibles. Les commerçants du secteur de l'agro-ali- mentaire ont déclaré que la qualité et le condi- tionnement des produits commercialisés sur le marché national sont «moyens». En outre, près de la totalité des commerçants détaillants et plus de la moitié des grossistes dis- posent de leurs propres moyens de transport. Néanmoins, plus de 10% des grossistes ont dé- claré avoir rencontré des difficultés de trans- port, principalement ceux de l'agro-alimentaire, des matières premières et demi-produits et des machines et matériaux d'équipements. Quant à l'état de la trésorerie, il est jugé «moyen» par la majorité des commerçants, alors qu'il est estimé «mauvais» par près de 20% des grossistes dont plus de 82% ont eu recours à des crédits bancaires alors que plus de 34% décla- rent avoir eu des difficultés à contracter des prêts.

SONATRACH

L'Algérie atteindra

une production gazière de 151 milliards de m 3 /an en 2019

L'Algérie devrait atteindre une pro- duction de 151 milliards de m 3 de gaz naturel en 2019 à la faveur de l'entrée en production de plusieurs gisements, a appris l'APS auprès du groupe Sonatrach.

«Durant l'année 2014, nous avons produit l'équivalent de 131 milliards de m3 de gaz naturel, dont 27 milliards de m3 ont été exportés via gazoduc et 28 millions de m 3 sous forme de GNL via des méthaniers. A moyen terme nous prévoyons d'augmenter notre capacité de production pour atteindre les 151 milliards de m 3 d'ici 2019», confie la même source. Elle précise que l'aug- mentation de la production provien- dra de plusieurs gisements qui vont entrer progressivement en produc- tion durant les cinq prochaines an- nées. Il s'agit, entre autres, des champs gaziers développés en effort propre par Sonatrach, situés à Tinhert (Illizi), Gassi Touil (Ouargla), Ahnet (In Salah), Menzel Ledjmet Est ( Illizi) et Bir Berkine (Ouargla). Les projets gaziers qui seront déve- loppés en association d'ici à 2019 sont Touat Gaz avec le groupe français GDF SUEZ, Sud In Salah avec BP et Statoil et Reggane Nord avec Repsol, RWE

In Salah avec BP et Statoil et Reggane Nord avec Repsol, RWE DEA et Edisson. L'Algérie

DEA et Edisson. L'Algérie a enregistré une baisse de sa production gazière ces dernières années, due essentielle- ment au recul de la production de Hassi R'mel, son plus grand champ gazier qui est en production depuis 1961. Mais la production dans ce champ commence à se redresser grâce à la construction de deux d'uni- tés de compression de gaz qui de- vraient maintenir le plateau de production de ce méga gisement, tan-

dis que Sonatrach prévoit aussi une troisième unité de compression pour booster l'extraction. «Il y a eu un déclin à Hassi R'mel mais il n'est pas alarmant. Il est en par- faite ligne avec nos modèles de déve- loppement» de ce champ gazier, assure la même source. Sonatrach est parvenue à produire 170 millions de m3 par jour pendant 30 ans à partir de ce gisement.

APS

BÉJAÏA : DIRECTION DU COMMERCE (SUITE ET FIN)

Suivi de l’activité du commerce extérieur

Arslan-B

Au titre de l’exercice 2014, dans le cadre du suivi du dossier des fran- chises des droits de douane, il a été procédé au traitement (et visa) de 3858 demandes de franchise de droits de douanes introduites par des opéra- teurs de la wilaya. (Production : 2642, commercialisation : 1216). C’est avec les pays de l’Union européenne que la majeure partie des opérations d’im- portation a été réalisée, dégageant ainsi 3348 franchises visées et déli- vrées, représentant un taux de 86, 78 % contre 510 réalisées avec des pays de la GZALE (Grande zone arabe de libre échange) (13, 22%). Le poids total de l’objet de ces opérations s’élève à 1.441.668,320 tonnes. Dont 1.323. 241, 260 tonnes en provenance de l’UE et de la GZALE 118. 427. 060 tonnes. A noter que 656.554, 180 tonnes des pro- duits sont destinées à la transforma- tion, tandis que 785.114,140 tonnes ont comme destination la commercialisa- tion. La valeur globale de ces importa- tions est de 1.096. 855.589, 95 USD.

Répartis comme suit, par zones : UE :

984.875. 069, 70 USD, GZALE :

111.980.520, 25 USD. Le nombre d’opé- rateurs « impliqués » dans ces opéra- tions d’import est de 211, dont 92 spécialisés dans la transformation et 119 dans la revente en l’état.

Exportations Durant l’année 2014, 12 opérateurs ont pu réaliser des opérations d’ex- portation. Il s’agit, notamment, de SPA CEVITAL, EURL Ouasdi International, SARL Laiterie Soummam, EPE SPA Amimer Energie, SARL Batelec, EURL Thassebhit, SARL Général Emballage, SARL Général plast, SARL Ibrahim et fils, SARL Amadhagh et ETS Ksadi. Les quantités exportées sont évaluées à 483.972, 621 tonnes de produits et marchandises, représentant une va- leur globale de18063 682 787, 50 DA, soit 306 972 536,71 USD. Les pays des- tinataires de ces exportations (sucre, huile alimentaire, lait et produits lai- tiers, eaux minérales et autres bois- sons, dattes, liège aggloméré, groupes électrogènes, bouchons en plastique et déchets en carton…) sont la France,

l’Italie, la Belgique, le Portugal, l’Es- pagne, l’Angleterre, la Grèce, la Tur- quie, les pays de l’Afrique, la Tunisie, la Mauritanie, le Sénégal, la Libye, le Tchad, le Cameroun…). Retour vers les opérations d’impor- tation : on fait savoir que 150 opéra- teurs économiques de la seule wilaya de Béjaia ont réalisé, durant l’année 2014, 3234 opérations d’importation dont 1552 destinées à la transforma- tion, 1682 autres étant destinées à la revente en l’état. Les produits empor- tés sont, en général, des produits ali- mentaires, du matériel et autres fournitures ayant trait à l’informa- tique, des pièces de rechange, des équipements et matériels de travaux publics des matières premières…Les quantités importées sont de l’ordre de 4269 818, 919 tonnes, pour une valeur globale de 183 426 045 356, 00 DA, cor- respondant aux données ci-après : Re- vente en l’état = 1799 751, 718 tonnes, d’une valeur de 63600 157 382, 00 DA. Pour la transformation : Poids= 2470 067, 201 tonnes, d’une valeur de 119 825 887 974,00 DA.

A.B.

POMME DE TERRE HORS SAISON

Une récolte de 11.200 tonnes attendue à Boumerdès

Une récolte prévisionnelle de près de 11.200 tonnes de pomme de terre hors sai- son est attendue à Boumerdès, soit en hausse comparativement à la campagne écoulée (2014), durant laquelle la produc- tion avait été estimée à 9.000 tonnes de pomme de terre non saisonnière, a-t-on indiqué au niveau de la Direction locale des services agricoles (DSA). Entamée à la mi-janvier 2015, la pré- sente campagne, qui s’annonce de «bon augure», a touché, à ce jour, une surface de 320 ha, dont la production a atteint les

8.900 tonnes, sur une superficie ciblée de

400 ha, a fait savoir la mme source. Selon les estimations de la DSA, le ren- dement a atteint 280 quintaux/ha au ni- veau de certains champs, «un indice attestant d’une bonne saison», pour les

techniciens de cette direction, prévoyant, en outre, une production de pas moins de

1.000 tonnes de pommes de terre de se-

mences sur une superficie ciblée de 42 hectares. Parallèlement à cette campagne de ré- colte, actuellement arrêtée à cause des in-

tempéries, les agriculteurs de la wilaya s’attellent à la campagne de culture de pomme de terre saisonnière, sur une su- perficie ciblée de 3.000 ha, destinée à la consommation, et de 75 ha destinés aux semences de pomme de terre, a-t-on in- formé de même source. «Les intempéries sévissant actuellement dans la région vont retarder la campagne de culture de pomme de terre de saison au delà du mois courant», prévoit-on, par ailleurs. Selon les objectifs fixés par le contrat de performance de la wilaya pour la fi-

lière, la production en la matière devrait atteindre au moins 73.500 tonnes de pomme de terre de saison, destinée à la consommation, en plus de 2.000 tonnes de pomme de terre de semences. A noter que le cours de ce produit agricole, très prisé par les ménages algériens, connaît une «hausse importante», ces dernières semaines, au niveau des marchés de la ré- gion, où il est écoulé dans une fourchette entre 70 et 90 DA/kg, voire même 100/kg, à certaines périodes, a-t-on constaté sur place.

Dimanche 8 Février 2015

ÉCONOMIE

DK NEWS 9

L'organisme de régulation monétique mise sur le développement du paiement électronique

Le Groupement d'intérêt économique de monétique (GIE-monétique),opérationnel depuis janvier 2015, s'est fixé pour objectif d'accélérer, du- rant l'année 2015, le développe- ment du paiement électronique en Algérie, a affirmé à l'APS son administrateur-directeur géné- ral, Mouatassam Boudiaf. «L'année 2015 doit être celle de la généralisation de la monétique», avance M. Boudiaf, précisant que cet organe de régulation, créé en juin 2014 par l'Association des banques et des établissements fi- nanciers (ABEF), a été doté des moyens nécessaires pour la mise en oeuvre de ses missions. A cet effet, deux axes prioritaires ont été définis par le GIE-moné- tique pour la concrétisation de cet objectif, à savoir le développement du paiement par internet et la gé- néralisation du paiement de proxi- mité par carte bancaire. Ce nouvel organisme est essen- tiellement chargé de la mise en place d'une monétique nationale totalement interbancaire en asso- ciant Algérie-Poste tout en assu- rant l'ouverture sur le monde à travers les deux opérateurs Visa et Mastercard, note le même respon- sable. «L'objectif étant de promouvoir la monétique par la généralisation de l'usage de la carte de paiement à travers toutes ses extensions», selon lui. Outre les banques de la place, cet organisme compte aussi

Outre les banques de la place, cet organisme compte aussi la Banque d'Algérie qui y siège

la Banque d'Algérie qui y siège pour s'assurer de la sécurité des moyens de paiement ainsi que de la pertinence des normes applicables en la matière conformément à la réglementation en vigueur. Il devra ainsi piloter l'interbancarité en as- surant cinq fonctions essentielles:

la certification monétique, la ges- tion des standards, la spécifications et normes dans le secteur de la mo- nétique, la définition des produits bancaires et des règles de leur mise en oeuvre opérationnelle, la ges- tion de la plate-forme technique de routage et la gestion de la sécurité. A travers ces fonctions, le GIE- monétique «concrétise ainsi la transparence de la définition des normes et des règles de cette acti- vité de façon à libérer les initiatives d'investissement dans l'industrie de la monétique», explique M. Bou- diaf.

Améliorer l'inclusion financière de l'Algérie Le conseil de direction de cet or- gane de régulation est composé de la Banque d'Algérie et d'un collège représentatif des membres pour

un mandat de deux ans, tandis que sa présidence est confiée au président en exercice de l'ABEF. Sa gestion est, quant à elle, assu- rée par un administrateur-di- recteur général. Outre le conseil de direction, le GIE-monétique est structuré autour de cinq di- rections et trois pôles d'ingénie- rie. Il s'agit des directions de certification et d'homologation, de sécurité, des études et développe- ment, du réseau interbancaire et des affaires juridiques interban- caires en plus des pôles de la mo- nétique, la sécurité et des affaires juridiques. Lors de la création, en juin dernier, du GIE-monétique, le ministre des Finances, Mohamed Djellab, avait appelé à la poursuite des efforts pour une modernisation des services et produits bancaires, comme condition indispensable pour l'amélioration de l'inclusion financière de l'Algérie, rappelle-t- on. Le ministre avait noté, dans ce cadre, que le gouvernement ne manquerait pas d'accompagner, par des dispositions appropriées, l'action d'élargissement de l'utilisa- tion de moyens de paiement scrip- turaux. Il avait aussi encouragé les banques de la place, qu'elles soient publiques ou privées, à innover en matière de produits et services, no- tamment en matière de finance- ments structurés, et ce, à la dimension du programme de déve- loppement engagé par le gouver- nement.

BAISSE DES PRIX PÉTROLIERS

Des pays gagnants et d'autres perdants dans la région MENA (BM)

La chute des cours de pétrole a engendré des avan- tages pour certains pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) contre des inconvénients pour d'autres, a indiqué la Banque mondiale dans son dernier bulletin trimestriel. Cette institution financière internationale a exa- miné les répercussions de la baisse des cours du brut sur un échantillon de pays de la région MENA, dont 4 pays exportateurs (Iran, Irak, Yémen et Libye) ainsi que les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), et quatre importateurs (Egypte, Tunisie, Liban et Jor- danie). Pour la BM, si les prix du brut resteraient bas pendant une période prolongée, les pays du CCG de- vraient faire face à une perte de revenus pétroliers de 215 milliards de dollars, soit plus de 14 % de leurs PIB combinés. L'excédent budgétaire d'environ 10% du PIB enregistré dans les pays du CCG en 2013, et dont les re- venus tirés du pétrole et du gaz ont représenté près de la moitié de leur PIB et 75 % de l'ensemble de leurs re- cettes d'exportation la même année, pourrait laisser la place à un déficit de 5% en 2015. A cet effet, bien qu'ils disposent de réserves suffisamment importantes pour couvrir un déficit de cette ampleur, il semblerait qu'ils soient en train de revoir leurs dépenses, telle l'Arabie saoudite qui, en dépit de ses 700 milliards de dollars de réserves, s'apprête à augmenter les prix de l'énergie dont celui de l'essence, relève la BM. Pour l'Irak, en dépit de la hausse record de la production qui a atteint 2,9 millions de baril par jour, les recettes pétrolières se sont toutefois effondrées entre mai et décembre 2014 puisque les exportations mensuelles sont tombées de 8 à 5,4 milliards de dollars. Une poursuite de la baisse des prix du pétrole met- trait encore plus de pression sur les finances de l'Irak dont le budget 2015, qui était basé sur un prix du baril de 70 dollars, est en cours de révision pour faire des économies en gelant les embauches dans le secteur public. Le Yémen est également perdant de la conjonc- ture actuelle, car les recettes se sont élevées à un total de 1,4 milliard de dollars entre mai et septembre 2014, contre 2,4 milliards de dollars pour la même période en 2013. Pour protéger sa monnaie et compenser la chute de ses recettes pétrolières, le Yémen a dû puiser dans ses réserves de change. Concernant la Libye, le prix à payer pour les recettes pétrolières perdues sera «lourd» si les factions politiques ne parviennent pas à trouver un accord, prévient la même source qui pré- cise que la production de pétrole de la Libye ne repré- sente actuellement qu'un cinquième de ce qu'elle était avant la crise. Le pays a accumulé des réserves finan- cières substantielles, mais la combinaison de prix bas

et de production faible ont forcé le gouvernement li- byen à y puiser. Evaluées à 100 milliards de dollars en août 2014, ces réserves ont chuté de 20% depuis le début de l'année et pourraient être épuisées en seule- ment quatre ans si la situation actuelle perdure. En Iran, du fait que le pétrole représente près de 80% de l'ensemble des recettes d'exportation et de 50 à 60 % des recettes de l'Etat, l'économie du pays pourrait connaître une croissance substantielle si un accord est trouvé dans le cadre des négociations sur le nucléaire et que les sanctions pétrolières sont levées. Or, si aucun accord n'est trouvé, la baisse des prix du pétrole pourrait se traduire par une chute de 60% des recettes budgétaires, qui tomberaient à 23,7 mil- liards de dollars en 2015, alors qu'elles avaient atteint un niveau record de 120 milliards de dollars en 2011- 2012. Ce scénario conduirait à une baisse de 20% du PIB du pays, ramenant la croissance à zéro (contre 1,5% en 2014) sans compter les tensions considérables sur le plan de l'inflation, du chômage, du déficit budgé- taire et de la situation monétaire.

Des gains financiers attendus dans les pays importateurs Abordant les pays importateurs de pétrole de la ré- gion, la BM indique qu'en Egypte, où la consommation de pétrole croît au rythme de 3% par an, le recul des prix du brut permettra de faire d'importantes écono- mies sur les 100,4 milliards de livres égyptiennes qui ont été inscrits au budget au titre des subventions à l'énergie, ce montant ayant été établi sur la base d'un prix du baril de 105 dollars. La chute des prix du pétrole constitue également un «choc positif» pour la Jordanie où l'Etat pourra écono- miser les 300 millions de dollars budgétisés en 2015 pour compenser la suppression des subventions aux combustibles fossiles pour les foyers. Cependant, si les prix du pétrole restent bas à moyen terme, la Jordanie pourrait voir fondre le volume des envois de fonds pro- venant de ses ressortissants partis travailler dans les pays du Golfe dont proviennent plus de 60% des trans- ferts d'argent destinés à la Jordanie. Au Liban, les im- portations pétrolières, qui représentent en moyenne 8,3% du PIB, constituent une part significative de son déficit commercial: un pétrole moins cher pourrait contribuer à l'alléger. La Tunisie, dont le budget 2015 est basé sur un baril de 95 dollars, verra ses dépenses, au titre des subventions à l'énergie, reculer: Une baisse de 15% du prix de l'énergie couplée à une baisse de 5% du prix des produits alimentaires pourrait faire aug- menter le revenu réel des pauvres de 3%.

Les matières premières divergent sous l'influence d'une combinaison de facteurs

Les matières premières ont évolué au cours de la semaine écoulée dans des directions opposées sous l'influence des espoirs de mesures de relance en Chine, de la faiblesse du dollar et de l'optimisme ambiant, réaffirmé par les chiffres de l'emploi américain qui ont profité au pétrole et aux ma- tières agricoles, alors que les métaux précieux en ont pâti. Les prix du pétrole ont fini la semaine en net rebond por- tés par de très bons chiffres sur l'emploi américain et par des signes annonçant un ralentissement de la production amé- ricaine. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord a fini à 57,80 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), contre 49,60 dollars une semaine plus tôt. Il s'agit de sa meilleure semaine également depuis février 2011, lorsqu'il s'était en- volé de 9,4%. Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour li- vraison en mars a fini à 51,69 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) contre 45,02 dollars vendredi précédent, achevant avec une progression de plus de 7% sa meilleure semaine depuis fin février 2011. Le contrat de ré- férence du brut américain avait alors bondi sur une semaine de 13,55%. Par ailleurs, les prix du sucre sont restés plombés par un excédent d'offre, tandis que ceux du café et du cacao se sont stabilisés mais sont restés sous pression, les marchés demeurant bien approvisionnés. A Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en mars valait 382,50 dollars, contre 382,40 dollars le vendredi pré- cédent. A New York, la livre de sucre brut pour livraison en mars valait 14,57 cents, contre 14,77 cents sept jours aupara- vant. Les cours du café se sont légèrement repris en milieu de semaine après des annonces sur des retards de dévelop- pement des cultures au Brésil, plus gros producteur de café au monde. Mais ces annonces étaient toujours contrebalan- cées par de bonnes conditions météorologiques au Brésil de bon augure pour les récoltes, les perspectives de pluies se confirmant dans la plus grosse région productrice du Minas Gerais. Sur le Liffe de Londres, la tonne de Robusta pour li- vraison en mars valait 1.927 vendredi, contre 1.934 dollars le vendredi précédent. Sur le ICE Futures US de New York, la livre d'Arabica pour livraison en mars valait 166,60 cents, contre 159,40 cents sept jours auparavant. Du côté du cacao, les cours ont également connu une lé- gère hausse en fin de semaine, mais restaient sous la pres- sion d'une demande faible. A Londres, la tonne de cacao pour livraison en mai valait 1.911 livres sterling, contre 1.917 livres sterling la tonne pour livraison en mars le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en mai valait 2,777 dollars, contre 2.707 dollars la tonne pour livraison en mars sept jours plus tôt. Les prix du blé, du maïs et du soja ont progressé à Chicago, bénéficiant notamment d'une pause dans l'essor du dollar, et d'inquiétudes sur les condi- tions météorologiques aux Etats-Unis. Le dollar, qui se ren- force régulièrement depuis l'an dernier, s'est montré plus hésitant lors des dernières séances, notamment face à l'euro, ce qui bénéficie aux exportateurs américains de cé- réales. Aux Etats-Unis, où les basses températures provo- quent des inquiétudes sur les cultures du blé au centre du pays, «en particulier deux des Etats les plus producteurs, le Kansas et l'Oklahoma, un facteur qui soutient les prix, ainsi que l'intensification du conflit dans l'est de l'Ukraine, qui a «remis ce gros producteur sur le devant de la scène». Le boisseau de blé pour la même échéance, le contrat le plus actif en ce moment, s'est établi à 5,2700 dollars contre 5,0275 dollars en fin de semaine dernière (+4,82%). Le bois- seau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a fini la séance à 3,8575 dollars contre 3,7000 dol- lars vendredi dernier (+4,26%). Le boisseau de soja pour livraison en mars, lui aussi le plus échangé, a terminé à 9,7350 dollars contre 9,6100 dol- lars il y a une semaine (+1,30%). Pour les métaux précieux, les cours de l'or ont dégringolé après la publication du rap- port sur l'emploi américain, confirmant la vigueur de la re- prise de la première économie mondiale, et détournant les investisseurs du métal jaune. Sur le London Bullion Market, l'once d'or a terminé à 1.241 dollars vendredi, contre 1.260,25 dollars le vendredi précédent. Néanmoins la chute de l'ar- gent a été moins vertigineuse que celle du métal jaune, grâce notamment à des attentes sur une reprise de la consomma- tion chinoise de ce métal à des fins industrielles, après les mesures mises en place par la Chine pour combattre le ra- lentissement de son économie. L'once d'argent a clôturé à 17,22 dollars, contre 16,92 dol- lars il y a sept jours. Les cours des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont connu une se- maine en dents de scie, plombés par des indicateurs chinois moroses, mais soutenus par les mesures de la Chine pour combattre le ralentissement de son économie, tandis que la hausse du pétrole a aidé l'aluminium. Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 5.677,50 dollars vendredi, contre 5.468 dollars le vendredi précédent, l'aluminium valait 1.878,50 dollars la tonne, contre 1.863,50 dollars, le plomb 1.860 dollars la tonne, contre 1.845 dollars, l'étain 18.920 dollars la tonne, contre 19.250 dollars, le nickel 14.920 dollars la tonne, contre 14.720 dollars, et le zinc 2.163 dollars la tonne, contre 2.112 dollars. APS

10 DK NEWS

ÉCONOMIE

Dimanche 8 Février 2015

GRÈCE Moody's menace d'abaisser la note de la Grèce en raison de «l'incertitude» politique

de la Grèce en raison de «l'incertitude» politique L'agence Moody's a accentué la pression sur la

L'agence Moody's a accentué la pression sur la Grèce vendredi en menaçant d'abaisser la note du pays en raison de «l'incertitude élevée» autour des négociations entre Athènes et ses créanciers européens et du FMI. La Grèce est désormais placée «sous examen en vue d'une dégradation», a annoncé l'agence Moody's le jour même où sa concurrente Standard and Poor's a abaissé la note du pays d'un cran. «La principale raison tient au degré élevé d'incertitude sur l'issue des négociations entre la Grèce et ses créanciers publics», explique Moody's dans son communiqué. Depuis l'accession au pouvoir du parti de gauche radi- cale Syriza le 25 janvier, la Grèce tente de renégocier sa fa- ramineuse dette auprès de la troïka FMI-BCE-UE qui lui accordé un plan d'aide de 240 milliards en échange d'une cure d'austérité drastique.

Réunion du gouvernement grec hier pour peaufiner son programme de réformes

Le gouvernement grec s’est réuni hier pour peaufiner son programme de réformes, au lendemain d'un mara- thon européen peu concluant à l'issue duquel la Grèce a réitéré sa demande d'un plan-relais d'aide, alors que se présentent au pays des échéances de dettes cruciales à ho- norer. Les nouvelles autorités grecques réclament 1,9 milliard d'euros aux banques centrales de la zone euro, au titre des bénéfices réalisées par celles-ci sur leurs avoirs en titres grecs, ainsi que l'extension de sa capacité d'endettement fixée par ses créanciers à 15 milliards d'euros en 2015, selon une source gouvernementale. Athènes veut s'affranchir des accords passés depuis 2010 qui imposent un programme de rigueur jugé humi- liant en échange d'une aide de plus de 200 milliards d'eu- ros et espère un allègement de sa dette via des montages financiers sophistiqués et moins de contraintes budgé- taires. La Grèce juge de ce fait qu'un plan-relais lui permettrait de peaufiner ses demandes et de mettre au point un ambi- tieux programme de réformes, notamment fiscales. Mais en attendant, le compte à rebours est donc enclen- ché pour Athènes qui pourrait se voir privé le 28 février de toute aide internationale. Son financement ne tient plus qu'à un filet de sécurité de la Banque centrale européenne, le mécanisme «ELA». Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au retour d'un marathon d'entretiens à Rome, Paris, Bruxelles, Francfort et Berlin doit présenter dimanche son programme au Par- lement suivi d'un vote de confiance prévu mardi. Alors que les partisans de la rigueur en Europe ont déjà signifié une fin de non recevoir aux attentes de la Grèce, le pays va tenter une nouvelle chance devant l'Eurogroupe comptant les 19 ministres des Finances de la zone euro, mercredi avant un sommet des chefs d'Etat et de gouver- nement de l'Union européenne à Bruxelles. Pour les Etats-Unis, il est «très important que le gouver- nement grec travaille en coopération avec ses collègues eu- ropéens, et avec le FMI». La réunion extraordinaire de l'Eurogroupe mercredi sera précédée d'une rencontre des ministres des Finances du G20 lundi et mardi à Istanbul. «La Grèce ne figure na- turellement pas à l'ordre du jour officiel, mais on peut pro- bablement s'attendre à ce qu'elle joue un rôle dans les rencontres bilatérales» en marge du sommet, a estimé un porte-parole du ministère allemand des Finances.

FMI-G20

Lagarde appelle les pays du G20 à éviter un ralentissement de la croissance mondiale

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a demandé vendredi aux principales puissances économiques du globe «à passer à l'action» pour éviter un ralentissement de la croissance mondiale, à quelques jours d'un G20- Finances à Istanbul.

«Il est temps de passer à l'ac-

L'enjeu est de taille. Sans

action, le supertanker de l'écono- mie mondiale pourrait continuer à être englué dans les eaux basses d'une croissance molle et de créa- tions d'emplois faméliques», écrit M me Lagarde dans un blog publié sur le site du FMI. Les ministres des Finances des pays développés et émergents du G20, qui se réunissent lundi et mardi dans la capitale turque, doivent d'urgence mettre en oeu- vre les «ambitieuses» réformes structurelles censées injecter 2.000 milliards de dollars supplé-

LIBYE-PÉTROLE

tion (

).

2.000 milliards de dollars supplé- LIBYE-PÉTROLE tion ( ). mentaires dans le PIB mondial, a estimé

mentaires dans le PIB mondial, a estimé Mme Lagarde. «Nous avons besoin d'une accé- lération décisive vers les réformes structurelles dans les domaines tels que le commerce, l'éducation,

et des infrastructures

la santé (

efficaces», a-t-elle détaillé. L'économie mondiale peut profiter de «l'élan» fourni par les faibles prix du pétrole mais pour-

rait également pâtir d'une «volati- lité excessive» liée à la normalisation monétaire aux

)

Etats-Unis, a mis en garde la diri- geante, craignant aussi que l'Eu- rope ne reste dans le «flou» pour une longue période. Le renforcement du dollar par rapport aux autres grandes de- vises représente un autre «risque», spécialement pour les pays émergents dont les banques et entreprises ont contracté des emprunts libellés en monnaie américaine qui vont dès lors deve- nir plus compliqués à rembour- ser, selon M me Lagarde.

La baisse de production et des cours du pétrole risque de conduire la Libye à la faillite

Les Etats-Unis et cinq de leurs alliés eu- ropéens ont mis en garde samedi contre le risque de faillite en Libye si la production pétrolière et les cours sur les marchés inter- nationaux poursuivent leur baisse. «Nous restons très préoccupés par l'impact économique de la crise politique et sécuritaire sur la prospérité future de la Libye», écrivent dans un communiqué conjoint les Etats-Unis, l'Alle- magne, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie et l'Es- pagne. «Compte tenu de la faiblesse de la production de pétrole et des cours, la Libye fait face à un déficit bud- gétaire qui peut potentiellement absorber toutes ses recettes financières si la situation ne se stabilise pas», ajoutent-ils. La Libye est plongée dans le chaos de-

pas», ajoutent-ils. La Libye est plongée dans le chaos de- puis la chute du régime de

puis la chute du régime de Mouammar Kadhafi après huit mois de ré- bellion en 2011. L'industrie pétrolière libyenne, autrefois lu- crative, est durement af- fectée par l'anarchie dans le pays. Avant la ré- volte de 2011, la produc- tion s'élevait à plus de 1,5 million de barils par jour, représentant 95% des exportations du pays et 75% de ses revenus. Mais la production est tombée à quelque 350.000 barils par jour en décembre. «Nous partageons l'évaluation de l'ONU selon la- quelle ces attaques constituent une rupture majeure des engagements publics pris par les principaux commandants de s'abstenir de toute action qui pour- rait mettre en danger le processus de paix. Il ne peut pas y avoir de solution militaire aux problèmes li- byens», ajoutent ces pays occidentaux.

ZONE EURO

Légère remontée des taux sur le marché obligataire

Les taux d'emprunt sont un peu remontés vendredi en zone euro, les chiffres sur l'emploi américain et la crise liée à la dette grecque n'ayant pas eu d'effet si- gnificatif sur le marché obliga- taire Après une tournée européenne qui s'est heurtée à l'intransigeance allemande, les dirigeants grecs retrouvent la scène nationale avec très peu de temps devant eux pour définir leur stratégie vis-à-vis des créan- ciers du pays, réticents à accepter leurs propositions. Le taux d'emprunt grec a ter- miné à 10,106% vendredi, repas- sant en cours de séance au-dessus du seuil des 10%. Il avait fini à 9,691% jeudi à la clôture du mar- ché secondaire où s'échange la dette déjà émise par les Etats.

«La Grèce continue à souffrir» avec une dette qui fait «le yoyo», en proie à la volatilité, souligne un stratégiste obligataire de Natixis. Mais «phénomène nouveau», souligne-t-il, «tous les remous qu'on a en Grèce sont sans grand effet sur les autres dettes périphé- riques», relève le stratégiste. Le rendement à 10 ans de l'Es- pagne a terminé la séance à 1,489% contre 1,452%, celui de l'Italie à 1,578% contre 1,540%. L'annonce par la Banque cen- trale européenne (BCE) d'un vaste programme de rachats d'actifs s'étendant aux dettes souveraines «est sans doute la principale expli- cation de l'absence de contagion» de l'envolée du taux grec, ex- plique-t-il. De leur côté, les dettes des pays jugés les plus solides sont

un peu remontés aussi, le taux à 10 ans de l'Allemagne achevant la séance à 0,375% contre 0,366% jeudi, celui de la France à 0,614% contre 0,587%. Le rapport sur l'emploi améri- cain n'a en outre pas eu «beau- coup d'effet» sur la dette européenne mais plutôt sur les ti- tres de dettes américains en rai- son des craintes d'une remontée plus rapide que prévu des taux di- recteurs de la Réserve fédérale américaine. Le taux à 10 ans progressait à 1,925% contre 1,820%, tout comme celui à 30 ans à 2,511% contre 2,432% et celui à 2 ans à 0,628% contre 0,520%. Enfin, le taux bri- tannique a fini à 1,646% contre

1,546%.

APS

Dimanche 8 Février 2015

RÉGIONS

DK NEWS 11

TISSEMSILT

Réouverture de la plupart des routes coupées par la neige

La plupart des axes de routes nationales et de chemins de wilaya coupés ou enregistrant des perturbations dans la circulation à cause de la neige, ont été rouvertes dans la wilaya de Tissemsilt, a-t-on appris hier auprès du groupement territorial de la Gendarmerie nationale.

Les efforts combinés des services de la Gendarmerie nationale, des travaux pu- blics, de la Protection civile et des communes ont permis la réouverture des tronçons de la RN19 entre Lazharia et la frontière de la wilaya de

de la RN19 entre Lazharia et la frontière de la wilaya de Chlef, RN 14 entre

Chlef, RN 14 entre Youssoufia et Theniet El Had, RN 60 entre Bordj Emir Abdelkader et Theniet El Had et RN 65 entre Theniet El Had et Has- sania (Ain Defla). Les axes des chemins de wilaya (CW 34) entre Melaab et Meghila (Tiaret), CW 52 entre Lazharia et Larbaa et

CW 84 entre Bordj Emir Ab- delkader et Layoune ont été réouverts. Le trafic a repris de ma- nière normale dans les che- mins vicinaux traversant les monts de la wilaya, qui étaient complètement para- lysés depuis jeudi dernier. Des agents des forêts ont

contribué en concert avec ceux des communes à rou- vrir des pistes rurales cou- pées à cause de la neige qui avait isolé des zones déshéri- tées, selon la conservation des forêts. Parallèlement, les services des communes éloi- gnées dont Larbaa, Melaab et Lazharia poursuivent leurs efforts pour l’approvisionne- ment des populations en bonbonnes de gaz butane, selon les services de la wilaya. La station régionale de mé- téorologie d'Ain Bouchekif (Tiaret) prévoit encore des chutes de neige dans les 24 prochaines heures sur le ter- ritoire de la wilaya de Tis- semsilt, notamment dans les régions situées à 800 mètres d’altitude, et une baisse de la température à cinq degrés sous le zéro, surtout dans les zones montagneuses.

DJELFA

Une enveloppe de 2,5 milliards de DA pour les PCD en 2015

Une enveloppe de 2,5 milliards de DA

a été allouée aux projets inscrits au titre

des Plans communaux de développe- ment (PCD) de la wilaya de Djelfa, durant cet exercice 2015, a-t-on appris auprès des services de la wilaya. Cette dotation est destinée à la concrétisation de 286 opérations, a indiqué dernièrement le wali lors d’une rencontre consacrée au

bilan d’activités 2014, de différents sec- teurs de développement, durant laquelle

il avait insisté sur "l’accélération des pro-

cédures d’élaboration des cahiers de charges relatifs à ces opérations, ainsi que la désignation des entreprises réa- lisatrices". M. Abdelkader Djelaoui avait, alors, particulièrement souligné le ca- ractère "prioritaire" de ces opérations, destinées à la couverture des besoins vi- taux des citoyens en matière d’alimen- tation en eau potable (AEP), assainisse- ment, aménagement urbain, électrifi- cation publique et routes communales. Selon le bilan d’activités 2014 de la wilaya, présenté à l’occasion, toutes les opéra- tions de développement inscrites en 2014, au nombre de 600, "ont été effecti- vement lancées en chantier". En 2014, la wilaya a bénéficié d’une enveloppe globale de 39,635 milliards de DA, dont plus de 11 milliards mobilisés aux Plans sectoriels de développement (PSD), 1,7 milliards aux PCD et 26 milliards au Fonds de développement des Hauts-Pla- teaux.

Condoléances

Le directeur général, les cadres et l’ensemble des per- sonnels de DK News, profon- dément attristés par le décès de M me Veuve Meraou née Siaci, mère de leur frère, ami et confrère Meraou Tewfiq, présentent à la famille de la défunte leurs sincères condo- léances et la prient de trouver ici l’expression de leur pro- fonde sympathie. Qu’Allah Le Tout Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons, à Allah nous retournons.

RELIZANE Intervention de la Protection civile pour rouvrir les routes bloquées par la neige

Les unités de la Protection civile de la wilaya de Relizane sont intervenues

durant ces dernières vingt-quatre

heures pour rouvrir les routes coupées à la circulation à cause du cumul de neige dans les zones du sud mais aussi du nord de la wilaya, a-t-on appris ven- dredi auprès des services de la Protec- tion civile. L'officier de permanence de l'unité principale de la Protection civile de Re- lizane, le lieutenant Youcef Chaïb Ed-

dour a déclaré à l'APS, que les chutes de neige dans les wilayas voisines ont conduit au blocage de deux routes na- tionales ainsi qu’un chemin de wilaya limitrophe avec les wilayas de Mascara et Tiaret. La RN 23, notamment l'axe reliant Zemmoura à Mendes, a été réouvert jeudi à la circulation par les unités de la Protection civile, appuyées par les services communaux, des tra- vaux publics et des éléments de la Gen- darmerie nationale, de l'Armée nationale populaire (ANP), selon la

même source. Il a été aussi procédé à la réouverture de la RN 7 reliant les wi- layas de Relizane à Mascara, à hauteur de la zone Tliouanet, séparant les com- munes de Ain Rahma (Relizane) à El Bordj (Mascara) ainsi que le CW 18 dans la zone de Toumiat reliant les communes de Mendes (Relizane) à Oued EL Abtal (Mascara), a ajouté la même source. Les services de la Protection civile de la wilaya de Relizane ont mis en garde les populations quant au danger que peuvent provoquer les crues de l'oued «Mina», situé au sud ouest de la ville de Relizane et les ruissellements des eaux de Oued «Safa», situé au sud- est de la ville. Les mêmes services ont indiqué à l'APS, que toutes les mesures sont prises pour parer à toute éventualité et qu’ils sont «en état d'alerte perma- nente, avec la mobilisation d'un nom- bre important d'hommes et de moyens».

CONSTANTINE

Un conservatoire des arts et de la musique pour la ville d’El Khroub

Un conservatoire communal des arts et de musique, initié par l’Of- fice sports, culture, loi- sirs et tourisme (OSCULT) et l’Assemblée populaire communale (APC), a été inauguré sa- medi à El Khroub (Constantine). Une formation didac- tique et méthodologique de trois années, à raison de quatre séances par mois, adaptées aux ho- raires des écoles pour ne pas gêner la scolarité, sera assurée dans ce conservatoire a indiqué la directrice de l’OS- CULT, Soraya Sbiri, au cours de l’inauguration de cet espace ouvert au centre culturel M’hamed Yazid. Encadrés par des professeurs spécialisés de différentes régions du pays, les ateliers de for-

de différentes régions du pays, les ateliers de for- mation seront consacrés à l’apprentissage du sol-

mation seront consacrés à l’apprentissage du sol- fège, à la pratique des instrumentas à cordes (guitare et violon), mais aussi au théâtre et à l’art dramatique, a précisé la même responsable. Ouvert à tous les jeunes, le conservatoire ambitionne de devenir un espace d’expression artistique et culturelle

dre conscience de ses dons, extérioriser sa créativité et faire épa- nouir son talent, a souli- gné, de son côté, le président de l’APC, Ab- delhamid Berkane, au cours de la cérémonie d’inauguration à la- quelle ont assisté des hommes de culture et les parents des 164 sta- giaires déjà inscrits.

où l’enfant pourra pren-

APS

MÉTÉO Plusieurs routes bloquées à la circulation dans neuf wilayas du pays Plusieurs axes routiers

MÉTÉO

Plusieurs routes bloquées à la circulation dans neuf wilayas du pays

Plusieurs axes routiers dans neuf wilayas du pays sont bloqués suite à l'amoncellement de la neige, selon un bilan établi hier par la Gen- darmerie nationale qui a déployé ses unités pour apporter aide et assistance aux citoyens. L'amoncellement de la neige a conduit au blocage des routes à la circulation routière no- tamment dans les wilayas de Boumerdès, Reli- zane, Tissemsilt, Laghouat, Béjaia, Skikda, Tizi-Ouzou, Bouira et Médéa. A Boumerdès la route est bloqué sur le CW 107, entre les communes de Naciria et Timezrit au lieu dit Ouriacha, et à Relizane sur le CW 34 reliant Ramka à Melaab (Tissemsilt). Les intempéries ont causé également le blo- cage des CW 05, 07, 09, 21 et 34 entre les cir- conscriptions communales de Bordj Emir-Abdelkader, Youssoufia, Theniet-El- Had, Sidi-Slimane, Bourdj-Bou-Naama, Sidi- Boutouchent, Sidi Lantri, Lardjem ainsi que Melaab et Meghila à Tiaret. Les routes nationales, entre autres, 26 A et 12 reliant Bejaia à Tizi-Ouzou, la RN 15 de Bé- jaia à Tizi Ouzou, et d'autres routes reliant cette dernière à Bouira ont été aussi coupées à la circulation routière des suites des intempé- ries. D'autres chemins communaux notamment dans les wilayas de Skikda, Laghouat et Médéa ont été également bloqués par la neige. «Un dispositif de la gendarmerie a été dé- ployé sur l'ensemble des axes routiers pour ap- porter aide et assistance aux citoyens et les travaux d'ouverture de routes entamés par les autorités administratives se poursuivent», a souligné la même source.

BLIDA

50 inspecteurs de police judiciaire prêtent serment

Belhadj Ahmed

Une cérémonie de prestation de serment concernant 50 nouveaux éléments de la po- lice judiciaire a eu lieu hier matin au siège de la cour de justice de Blida. Les nouveaux ins- pecteurs avaient bénéficié d’une formation de quatre mois à l’école de police de Saoula (Alger), au cours desquels ils ont suivi des cours de perfectionnement touchant à plu- sieurs volets. Selon la cellule de communica- tion de la Sureté de la wilaya de Blida, les nouveaux inspecteurs de la P.J ont eu à se perfectionner dans les différentes sections touchant à la polie scientifique, judiciaire no- tamment. Au terme de leur stage qui s’inscrit dans le cadre de la formation continue des fonction- naires de la DGSN, les nouveaux inspecteurs de police reprendront leurs activités au sein de leur unité respective. Il est à noter qu’outre le procureur général, plusieurs hauts respon- sables de la DGSN ont assisté à cette presta- tion de serment.

12 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Dimanche 8 Février 2015

Elle poignarde à mort son époux :

14 ans de prison ferme

Elle poignarde à mort son époux : 14 ans de prison ferme A.Ferrag Nabila divorcée, âgée

A.Ferrag

Nabila divorcée, âgée de 32 ans mère de deux enfants ma- riée secrètement avec Mourad âgé de 51 ans, car il a déjà une épouse mère de 5 enfants. Son épouse Karima âgée de 50 ans, n’a jamais douté de la fidélité de son mari. En cette journée, Mourad entre chez lui une dispute vio- lente éclate entre lui et sa femme Karima, le choc est trop grand pour elle, Karima aveu- glée par la colère, poignarde à mort son mari. Karima est arrêtée par les éléments de la police judiciaire. Au moment de son arrestation elle ne nie pas les faits. Elle comparaît devant le tribunal

d’Alger pour homicide volon- taire. L’accusée, l’air abattu, demande à la cour d’avoir pitié d’elle. Pour le représentant du mi- nistère public les faits sont clairs, il relate les faits contenus dans le dossier et met en exergue la gravité des faits, in- siste sur le fait que Karima a ar- raché la vie à son mari pour cela, elle requiert la peine de 16 ans de réclusion criminelle à l’encontre de l’accusée. L’avocat de la défense tente de minimiser la gravité des faits et de l’acte de sa cliente en se ba- sant sur son état au moment du crime et plaide les circons- tances atténuantes. Après délibérations, un ver- dict de 14 ans de prison ferme est prononcé par le tribunal.

OUED EL ALLEUG (BLIDA) :

Découverte d’un atelier clandestin de fabrication de tabac à chiquer

Belhadj Ahmed

Informé sur l’existance d’un atelier clandestin de fabrication et de mise en sachet de tabac à chiquer dans la commune d’Oued El Alleug,( localité si- tuée à une dizaine de kilomètres de Blida), la brigade de re- cherches relevant du groupe- ment régional de la Gendarme- rie nationale de la wilaya de Blida, ouvrit une enquête qui lui permit de localiser très rapide- ment l’emplacement de cet ate- lier. Munis d’un mandat de per- quisition délévré par les autori- tés judicaires de la circonscrip- tion d’El Affroun, et se faisant ai- der de leurs collègues de la bri- gade d’intervention de Mou- zaia, les enquêteurs ont pro- cédé, jeudi dernier à la fouille de l’atelier où ils réussir à découvri- rent et saisirent 69 sacs en plas- tiques de 25 kg chacun de la matière première pour la fabri- cation de tabac à chiquer, d’un poids total de 17,25 quintaux ainsi que divers matériels d’em- ballage. Le matériel constitué de 13546 sachets pour tabac à priser portant les marques Soltana, El Ousfour, Amira et Africain, chaque sachet contenant 30 g de tabac à chiquer ainsi que des boites métalliques contenant le

même produit. En plus de cela, les gen- darmes ont saisi 19200 sachets vides portant la marque Sol- tana, 17000 autres portant la marque SNTA, 2400 la marque Makla El Hillal et 30 rubans adhésifs pour empaqueter les sa- chets de tabacs à chiquer portant la marque SNTA. Du matériel destiné au remplissage et au collage des sachets de tabac à chiquer a aussi été saisi dans le même atelier. Les recherches menées par les enquêteurs ont déterminé que le propriétaire de l’atelier et de la marchandise remplissait les sachets avec du tabac à chi- quer sans registre du commerce ni autorisation et qu’il achetait le tabac à chiquer sans aucune facture. En outre, les marques utilisées par cet individu n’ont pas été déposées auprès de l’INAPI et rien ne prouve qu’elles lui appartiennent. Les gen- darmes ont aussi fait des prélè- vements de tabac à chiquer et ont envoyé des échantillons au labo- ratoire central de lutte contre la fraude d’El Harrach ainsi qu’au laboratoire de la police scienti- fique de Bouchaoui. L’enquête se poursuit en attendant la ré- ception des résultats des ana- lyses de laboratoire et la présen- tation des mis en cause devant la justice.

SÉTIF :

Saisie de 338 kg de viande et de 1.337 kg de produits alimentaires avariés

La police de l'urbanisme, de la protection de l'environnement et de l'hygiène, relevant de la Sûreté de wilaya de Sétif, veillant au respect des tâches, des missions et des objectifs qui lui sont assignées dans le respect des lois, des règlements et de la législation en vigueur, afin d'assurer aux collectivités locales toute atteinte à la santé des citoyens et à la détérioration du cadre de vie environnementale de nos villes, n'a pas chômé tout au long du mois de janvier 2015.

Azzedine Tiouri

Dressant le bilan de ses activi- tés préventives et dissuasives au cours de ce mois de janvier 2015, elle a relevé 82 infractions tou- chant à l'environnement. 67 ont été dressées pour violation liée à la construction sans permis, 8 concernent les placettes non conformes pour l'abattage des ani-

les placettes non conformes pour l'abattage des ani- maux destinés à la vente, 5 non conformes

maux destinés à la vente, 5 non conformes à l'urbanisme et 2 pour non respect aux dépôts des sa- chets poubelles. Par ailleurs, les agents de la police de l'urbanisme, de la protec- tion de l'environnement et de l'hy- giène a relevé d'autres irrégulari- tés s'élevant à 109 infractions en rapport avec la voie publique. 92 l'ont été pour vente illégale sur la voie publique, 13 pour obstruc- tion de la circulation et 4 pour

non respect des conditions d'hy- giène et de santé pour le transport de la viande. Durant cette période, il a été saisi plus de 338 kg de viande, 1 337 kg de divers produits alimentaires douteux ou avariés destinés à la consommation pouvant touchés à la santé des citoyens. La valeur financière de cette saisie est estimée à près de 30 mil- lions de centimes.

BILAN ANNUEL 2014 DE LA DIRECTION RÉGIONALE DES DOUANES DE SÉTIF :

Saisie de 190.355 euros

Couvrant quatre wilayas Béjaia, Jijel, Bordj Bou-Ar- réridj et Sétif, la Direction régionale des Douanes ayant son siège dans cette dernière ville, compte un dispo- sitif de 47 opérateurs économiques agrées et 29 entre- pôts en douane, d'après le régime douanier écono- mique. Selon ses statistiques présentées pour le bi- lan de l'année 2014, la valeur des importations ont été de l'ordre de 939 965 205 620 dinars et celle des expor- tations de 458 265 449 620 DA. Dans le volet du trai- tement des voyageurs, elle a enregistré au cours de cette même année, 181 276 entrées sur le territoire na- tional et 217 585 sorties. Tout au long de l'année écoulée, elle a effectué 1 384 barrages routiers et saisi des marchandises estimées à une valeur de 124 433 126 dinars. La nature des marchandises saisies sont des produits pyrotechniques, du tabac et des cigarettes, des stupéfiants et psychotropes, de l'alcool, des effets vestimentaires, des matières aurifères, des pièces dé- tachées usagées, des produits cosmétiques etc. 1 333

infractions douanières ont été dressées, 107 de contre-

bande et 151 de change. Le montant du préjudice subi par le Trésor en ma- tière de transfert illicite de capitaux s'élève à 3 881 253 euros. Les pénalités encourues s'élèvent à 1 234 941 258 dinars. Le montant des devises saisies est de l'ordre de 190

355 euros, soit l'équivalent de 19 939 161,19 dinars. Les

pénalités encourues s'établissent à 41 278 323,58 DA.

Il est à signaler que concernant le transfert illicite de capitaux, majoration de valeur, durant l'année 2013, il a été enregistré 12 dossiers contentieux avec une va- leur de 11 millions d'euros, l'équivalent de 1 099 608

877 dinars et une amende s'élevant à 5 288 705 371 DA.

La direction régionale des Douanes de Sétif a procédé

au cours de l'année 2014, à huit ventes aux enchères publiques des marchandises saisies lui rapportant un produit de 310 049 025 dinars.

A. T.

EL EULMA :

Chute mortelle d'un jeune de 32 ans

C'est en visitant son ancienne maison à Mechta Boudjenada, dans la commune d'El Eulma, wilaya de Sétif, qu'un jeune homme, L.B, âgé de 32 ans a fait une chute mortelle. Selon notre source, la personne en ques- tion, demeurant à la cité Talhi Zidane à El Eulma, est tombée directe- ment sur la tête ce qui lui a causé une hémorragie interne . Il devait suc- comber au cours de son transfert à l'hôpital de la ville Seroub Khatir. La Gendarmerie nationale a ouvert une enquête pour déterminer les causes exactes du décès.

A. T.

SIDI BEL ABBES :

Un voleur d’ovins a été roué de coups par des habitants

Suite à un appel téléphonique sur le N° vert 10/55, le groupement territorial de Gendarmerie Natio- nale de Sidi-Bel-Abbès a été contacté par des habitants du vil- lage Matbouh, commune de Boud- jebaa-El-Bordj, les informant qu'une demi heure auparavant des inconnus ont volé quarante (40) ovins de l'étable de leur voisin et qu'un des malfaiteurs a été ap-

préhendé à bord d'un véhicule de marque Toyota Hilux, tandis que ses acolytes ont réussi à prendre la fuite. Sitôt, les gendarmes de la bri- gade locale se sont déplacés sur les lieux, où ils ont réussi à apréhen- der l’un des mis en cause qui a été roué de coups par les habitations du village. Les gendarmes ont ré- cupéré après une opération de re- cherches avec le concours des ha-

bitants , le cheptel volé, aban- donné non loin des lieux. L’individu arrêté a reçu les soins nécessaires à la polyclinique d’Aïn-El-Berd, avant d’être conduit au siège de la brigade pour complé- ment d’enquête. Ses deux (02) complices actuellement recher- chés par les gendarmes ont u être identifiés.

A. B.

Dimanche 8 Février 2015

SOCIÉTÉ

DK NEWS 13

Cinq nouveaux cas de H7N9 rapportés au Guangdong

NEWS 1 3 Cinq nouveaux cas de H7N9 rapportés au Guangdong Le nombre d'infections hu- maines

Le nombre d'infections hu- maines au virus H7N9 dans la province du Guangdong (sud) a atteint 39 cette année avec les cinq nouveaux cas signalés, ont annoncé vendredi les autorités locales de la santé. L'un de ces cinq patients âgés de 2 à 76 ans est mort jeudi, de- venant la deuxième victime de ce virus ce mois-ci, a indiqué la commission provinciale de la santé et de la planification fami- liale dans un communiqué.

Parmi quatre autres malades, trois se trouvent dans un état cri- tique, et une fillette de deux ans est dans un état stable. Le Guangdong traverse la pé- riode de l'année la plus propice à la grippe aviaire, à savoir l'hiver et le printemps. Outre le Guangdong, la ville de Shanghai, le Fujian, le Jiangxi et le Zhejiang (est de la Chine) ont également signalé cet hiver des cas humains de grippe aviaire H7N9.

61 corps découverts dans un crématorium abandonné dans le sud du Mexique

dans un crématorium abandonné dans le sud du Mexique La police a décou- vert 61 corps,

La police a décou- vert 61 corps, dont des enfants, dans un crématorium aban- donné du complexe d'Acapulco, sur la côte Pacifique du Mexique, dans l'Etat de Guerrero (sud), ont rapporté des of- ficiels vendredi.

La police a trouvé «des corps embau- més impeccable- ment» d'hommes, de femmes et d'enfants «prêts à être inciné- rés» dans un créma- torium appelé Cre- maciones del Paci- fico, a annoncé le bu- reau du procureur

général (FGE) dans un communiqué de presse. Le procureur général d'Etat Miguel Angel Godinez a in- diqué que les autori- tés tentaient de dé- terminer comment classer le crime, se- lon le quotidien El Universal.

CHYPRE:

2 Syriens arrêtés comme passeurs présumés d'immigrants

Deux Syriens ont été arrêtés vendredi et placés en garde à vue pour trois jours à Nicosie pour leur rôle présumé de passeurs d'immigrants, a indiqué la police chypriote. Avant de procéder à leur ar- restation, la police a retrouvé en possession des deux hommes de 23 et 28 ans des faux passeports, d'autres faux documents, des té- léphones portables, des ordina- teurs, la réplique d'un pistolet et 7.500 euros en cash. Ils pourraient être mis en exa-

men pour usage de faux docu- ments, trafic d'immigrants, tra- fic d'êtres humains et enrichissement à partir d'activi- tés délictuelles. Les faits auraient commencé en 2014, selon la po- lice. En septembre, 345 réfugiés syriens ont été secourus au large de l'île de Chypre et ont été ins- tallés près de Nicosie dans un camp de tentes, qui a été fermé fin janvier. Les réfugiés peuvent demander l'asile mais la majo- rité d'entre eux chercher à quit- ter le territoire chypriote.

CRASH D'AVION À TAÏWAN:

40 morts et 3 disparus

CRASH D'AVION À TAÏWAN: 40 morts et 3 disparus Quarante personnes ont trouvé la mort et

Quarante personnes ont trouvé la mort et trois autres sont portées disparues à Taipei dans le crash de l'avion de la compa- gnie taïwanaise "TransAsia Air- ways", selon un nouveau bilan des autorités locales. Les sauve- teurs ont retrouvé hier cinq nou- veaux corps dans la rivière

Keelung, à Taipei, trois jours après le crash de l'avion, qui transportait 58 personnes à bord.

Un précédent bilan faisait état de

35 morts. L'accident est survenu

vers 11h00 locales mercredi (3h00 GMT) peu après le décol-

lage du vol GE235. L'avion partait de Taipei à destination de l'île de Kinmen, petite île côtière située

à proximité du continent chinois

mais contrôlée par Taïwan. La cause exacte de l'incident reste

inconnue pour le moment. Une cérémonie publique est prévue le

10 février à Taipei en hommage

aux victimes du crash.

Une mise à jour de Google Maps pour rivaliser avec Yelp

Une mise à jour de Google Maps pour rivaliser avec Yelp Le géant internet américain Google

Le géant internet américain Google a mis à jour vendredi son service de cartographie en ligne, Google Maps, pour permettre aux utilisateurs de devenir des «guides locaux» et d'écrire des critiques des commerces, rivali- sant avec des services comme Yelp. Google dit vouloir récom- penser les «guides locaux» les plus actifs, avec des avantages al- lant de l'accès à une lettre d'in- formations mensuelles à l'envoi

d'un cadeau annuel pour «des contributions de haute qualité». Yelp, où les internautes donnent leurs avis sur des restaurants, commerces ou attractions tou- ristiques, a depuis plusieurs an- nées un programme similaire qui récompense ses contributeurs

les plus actifs. Le réseau social en ligne Facebook avait lui aussi annoncé la semaine dernière un nouveau service semblant destiné

à le concurrencer, «Place Tips».

TLEMCEN:

6 morts après le dérapage d'un véhicule à Oued Zitoun dans la région de Sabra

Six (6) personnes ont trouvé la mort après un dérapage d'un vé- hicule léger sur la route qui est tombé du haut d'un pont sur l’oued Zitoun, dans la région de Sabra, wilaya de Tlemcen, a-t-on appris

auprès de la cellule de la communication de la direction de la Pro-

tection civile . Ce pont, édifié sur une hauteur de 25 mètres, se trouve sur la RN 7 reliant Sabra à Tlemcen, selon la même source. Les victimes qui ont rendu leur dernier souffle sur place, deux hommes, une femme et trois enfants, ont été évacuées vers l'établis- sement hospitalo-universitaire de la ville de Tlemcen, a-t-on ajouté de même source. Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie na- tionale pour connaître les causes de cet accident tragique.

14 DK NEWS

SAN

Dimanche 8

COMBIEN D'HEURES DE SOMMEIL NOUS FAUT-IL POUR ÊTRE EN FORME ?

Face au sommeil, nous ne sommes pas tous égaux. Si un adolescent n'a pas besoin de dormir autant qu'un nourrisson, il doit compter quelques heures de plus qu'un adulte ou un sénior. À chaque tranche d'âge son temps de sommeil. Détails.

Pour être en forme toute la journée, rien

de telle qu'une bonne nuit de sommeil. Oui,

mais combien de temps doit-on dormir précisément ?

À chaque âge son besoin de sommeil

Un panel de 18 spécialistes de la National Sleep Foundation, organisme américain vi- sant à promouvoir l'éducation au sommeil, s'est penché sur 300 publications scienti- fiques pour émettre de nouvelles recom- mandations. Les chercheurs se sont rendus compte

que les besoins en sommeil varient au cours

de la vie et ont scindés les âges en neuf ca-

tégories. A chaque tranche d'âge corres- pond un nombre d'heures de sommeil recommandé. Ainsi, les nouveau-nés de- vraient dormir entre 14 à 17 h ; les nourris- sons : 12 à 15 h ; les bébés : 11 à 14 h ; les

jeunes enfants : 10 à 13 h ; les enfants : 9 à 11

h ; les adolescents : 8 à 10 h ; les jeunes

adultes : 7 à 9 h ; les adultes : 7 à 9 h et les se- niors : 7 à 8 h.

à 9 h ; les adultes : 7 à 9 h et les se- niors :

Les scientifiques notent que le fait de dormir un peu plus ou un peu moins que ces recommandations pourrait représenter le symptôme d'un trouble. Toutefois, en matière de sommeil, il n'existe pas de normes.

Tenir un journal du sommeil et appréhender ses besoins

Chacun ressent des besoins différents selon ses habitudes. En effet, les adultes dorment en moyenne 8 heures par nuit mais certains se satisfont de 6 heures quand d'autres peuvent rester endormis pendant 9 ou 10 heures. Ces différences sont liées à des facteurs génétiques définissant notre chronotype (ou horloge interne). Pour apprécier votre besoin de sommeil, vous pouvez tenir un journal lors d'une pé- riode sans contraintes (vacances, par exem- ple) ou lorsque vous travaillez. Le Réseau Morphée propose de noter vos habitudes de sommeil pendant 3 semaines minimum. Essayez ! Vous saurez si votre besoin de sommeil est égal à vos habitudes réelles.

LE MANQUE DE SOMMEIL, SOURCE DE NOMBREUX DANGERS POUR LA SANTÉ

Quand vous ne dormez pas assez, vous avez un appétit d'ogre, êtes d'humeur massacrante et avez du mal à vous concentrer. Mais ces petits désagréments ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Troubles de la mémoire, risque de surpoids, vieillisse- ment accéléré. Voici trois exemples des effets néfastes que font peser des nuits trop courtes sur notre organisme. Les chercheurs s'intéressent de plus en plus aux conséquences sur le long terme du manque de sommeil. Pour cause, ce mal contemporain concerne presque tout le monde et em- poisonne la vie sur le long terme, rappelle l'émission Slee- pless America, qui sera diffusée le 30 novembre sur la chaîne National Geographic. Le documentaire dresse un panorama des dangers pour la santé en se focalisant sur le manque de sommeil des Américains. L'enquête a été réalisée avec l'expertise de l'institut na- tional de la santé américain et de l'académie américaine de médecine du sommeil. Alors que 40% des adultes et 70 % des adolescents estiment ne pas dormir assez, on découvre que de mauvaises nuits peuvent surexposer à la maladie d'Alzheimer. En fait, quand on dort suffisamment, le cer- veau arrive à évacuer les substances chimiques nocives

comme la béta-amyloïde, protéine dont l'accumulation sous forme de plaques nuit au système nerveux. Le som- meil est donc important pour permettre au cerveau de fonctionner de façon optimale et d'assurer sa mission de "nettoyage", rappelle le documentaire.

La fatigue influence aussi la gestion d'équipe

Des troubles du sommeil liés au travail en horaires dé- calés peuvent donner naissance à différentes pathologies, comme l'apnée du sommeil, le syndrome des jambes sans repos, ou plus grave encore des maladies cardiaques, du diabète ou de la dépression. Moins connu est l'effet que ce mauvais sommeil peut avoir sur l'attitude des chefs d'équipe au travail. Une étude de l'université de Washing- ton et parue en novembre pointe la tendance des managers à malmener leur équipe et à saboter leur productivité. La liste des désagréments est loin d'être exhaustive. Inu- tile de rappeler que la fatigue ruine les volontés des candi- dats au régime ou à une alimentation saine. Qui n'a jamais eu envie de trouver du réconfort dans une douceur pour se redonner un coup de fouet ?

dans une douceur pour se redonner un coup de fouet ? Se coucher tôt, la meilleure

Se coucher tôt, la meilleure astuce pour tenir ses résolutions

Vous avez l'intention de prendre de nouvelles habitudes en 2015 ? Dans ce cas, commencez par bien dormir. Le manque de sommeil ruine toute notre bonne volonté, selon une étude. Pour la nouvelle année, vous vous êtes préparé une liste de bonnes résolutions : dépenser moins d'argent dans du shopping, reprendre le sport, arrêter de

fumer

être sérieusement mis à mal par un état de fatigue prononcé. Richard Wiseman, psychologue à l'Univer-

Ces projets pourraient bien

sité de Hertfordshire, au Royaume- Uni recommande 7 heures de som- meil par nuit au minimum si on veut tenir ses résolutions. Après avoir interrogé un panel de 1 000 adultes sur leur sommeil et leur capacité à tenir leurs résolu- tions, le spécialiste est arrivé à la conclusion que le manque de som- meil venait à bout de la volonté et de la motivation à entreprendre des changements. En effet, 60 % des sondés qui dormaient en moyenne huit heures par nuit ont réussi à

tenir leurs résolutions, contre 44% chez les petits et mauvais dor- meurs. Sans surprise, le manque de som- meil et la fatigue accumulée ont poussé les participants à faire l'in- verse de leurs résolutions, comme grignoter des sucreries au lieu d'al- ler faire du sport. Garder son self- control et persévérer dans ses décisions comme celle de faire un régime, passe donc par une bonne nuit de sommeil. Le psychologue re- commande d'ailleurs de rester plus

longtemps au lit plutôt que de se forcer à faire du sport le matin. A la place, il conseille de réserver un créneau gym en fin de journée. "Le cerveau a besoin d'énergie pour faire quelque chose qu'on n'a pas vraiment envie ou qu'on arrive diffi- cilement à faire. Or, si on est en manque de sommeil, on ne dispose pas de l'énergie suffisante. Les per- sonnes qui décident d'aller à la gym le matin par exemple finissent par renoncer car le fait de se lever tôt pour faire du sport les prive de som-

In topsanté.fr

Février 2015

DK NEWS 15

Objets connectés:

l'Ordre des médecins donne ses recommandations

l'Ordre des médecins donne ses recommandations L'Ordre des médecins a présenté une série de

L'Ordre des médecins a présenté une série de recommandation à l'égard des objets de santé connectés. Il est par exemple favorable au remboursement de ces derniers lorsque leurs bénéfices sur la santé sont reconnus par des scientifiques. Bracelet, tensiomètre, applications mobiles, stylos à

insuline,

désormais partie de notre quotidien, et constitue un sujet porteur de nombreux espoirs pour les malades comme pour le secteur économique. Le volume mondial des applications mobiles santé est passé de 6 000 en 2010 à 100 000 en 2013. Et les Français suivent la tendance, puisqu'en

2013, ils ont acheté trois millions d'objets (balances, montres et

bracelets connectés,

correspond à un chiffre d'affaire de 64 millions d'euros. Mais dans l'immensité des produits de santé connectés présents sur le marché, pas toujours facile de différencier l'objet utile de l'arnaque sans intérêt. Face à l'ampleur du phénomène, le Conseil de l'Ordre des médecins (CNOM) a donc décidé de faire part de ses recommandations. Il a présenté son « Livre Blanc » ce mardi 3 février, dans lequel il présente une série de six recommandations. Le CNOM promeut une «régulation adaptée, graduée et européenne » du traitement des données issues des objets ou applications de santé. Pour l'Ordre, une « déclaration de conformité » pour assurer la protection des données recueillies, la sécurité informatique et la sûreté sanitaire permettraient de sécuriser la mise sur le marché de nouveaux outils de santé connectés. Un « dispositif de vigilance » pourrait également aider à faciliter les déclarations de dysfonctionnements des utilisateurs. Le CNOM insiste sur la nécessité de « définir le bon usage de la santé mobile au service de la relation patient- médecins. » Quant au sujet de la portée scientifique des objets de santé connectés, le Conseil de l'Ordre des médecins estime nécessaire la mise en place d'une « évaluation scientifique » des objets, de façon neutre et « menée par des experts sans lien d'intérêt avec les fournisseurs ».

La santé connectée fait

),

ce qui

LA MYOPATHIE EN QUESTIONS

La sortie du film Yves Saint Laurent de Jalil Lespert, est l'occasion pour Pierre Bergé, compagnon du créateur, de se dévoiler dans Paris Match sur sa vie et de raconter sa lutte quotidienne avec la maladie, la myopathie. Qu'est-ce qui la définit, quels sont les symptômes… Top Santé fait le point.

La myopathie, une maladie médiatisée mais finalement peu connue

Chaque année, le Téléthon attire l'attention du grand public sur les myopathies en faisant appel à la générosité pour faire avancer la re- cherche. En dehors de cette opération média- tique, on sait peu de choses sur cette maladie. Celle-ci est de nouveau abordée au passage d'une interview de Pierre Bergé, partenaire de feu le styliste Yves Saint Laurent. L'homme d'affaires se livre sur sa myopathie, une mala- die très handicapante : "Il n'y a pas de médica- ments. Ça s'aggravera et ça s'aggrave tous les jours. Je n'ai pas de douleurs. Mais… j'ai des muscles très faibles. Je n'arrive plus à monter ni à descendre les escaliers. […] Il n'y a rien à faire, mes jambes lâchent. L'autre jour, dans un musée, ma jambe m'a lâché, je suis tombé ; mes amis étaient là." On vous en dit plus sur les myopathies, et en particulier la myopathie de Duchenne, la plus répandue des myopathies de l'enfant.

Des affections des fibres musculaires

Les myopathies sont un ensemble d'affec- tions qui touchent les fibres musculaires. Il n'existe pas une mais plusieurs myopathies. On distingue les myopathies qui débutent dans l'enfance de celles qui commencent à l'âge adulte. Les premières sont presque toutes d'origine dégénérative, souvent liées à des ano- malies génétiques, tandis que les affections qui démarrent dans la vie d'adulte peuvent avoir plusieurs origines (dégénérative, métabolique, intoxication liée à un médicament, maladie en- docrinienne).

Anomalie d’un gène

La myopathie de Duchenne est la plus ré- pandue et la plus grave des dystrophies muscu- laires. Elle concerne chaque année 150 à 200 garçons nouveaux-nés en France. Environ 2

150 à 200 garçons nouveaux-nés en France. Environ 2 500 personnes sont affectées par la maladie

500 personnes sont affectées par la maladie en France selon l'Inserm. Cette affection des fibres musculaires survient dans l'enfance et débute généralement avant l'âge de 5 ans. Cette mala- die dégénérative et héréditaire est transmise par les femmes et touche quasi exclusivement les garçons. Elle est liée à un gène anormal situé sur l'un des chromosomes X de la mère. Cette anomalie génétique empêche la produc- tion de la dystrophine, une protéine impliquée dans le soutien de la fibre musculaire. Cette ab- sence de dystrophine abîme les muscles et finit par les détruire.

Les symptômes de la myopathie de Duchenne

Elle se manifeste par une faiblesse muscu- laire qui gagne d'abord les membres inférieurs puis supérieurs, entraînant une difficulté à se mouvoir puis une paralysie. Les muscles respi- ratoires, cardiaques et du tube digestif sont également affectés par cette dystrophie provo- quant des difficultés respiratoires et des trou- bles du transit intestinal. Les conséquences de la maladie sont variables : fragilité osseuse,

problèmes nutritionnels, incontinence. Peu- vent s'ajouter des troubles de l'apprentissage et émotionnels.

Pas encore de traitement curatif mais des pistes de recherche

Il n’existe pas de traitement curatif des myo- pathies à l’exception des myopathies secon- daires qui sont liées à une intoxication, la prise d’un médicament, ou une maladie endocri- nienne. La prise en charge des symptômes est le seul moyen actuel d’améliorer le quotidien des myopathes. Concernant la myopathie de Duchenne, plusieurs pistes sont à l’étude en se concentrant sur le rôle de la dystrophine. La méthode la plus prometteuse en la matière est la technique dite du "saut d’exon". Plusieurs es- sais sont en cours pour tester cette thérapie gé- nique. Le principe ? Amener la cellule à produire une version synthétique de la dystro- phine, en "sautant" la partie du gène qui porte la mutation à l’origine de la maladie. Selon l’Inserm, les premiers traitements par saut d’exon pourraient voir le jour d’ici 5 à 10 ans.

MYOPATHIE : PREMIÈRE ÉTAPE VERS

MYOPATHIE : PREMIÈRE ÉTAPE VERS
MYOPATHIE : PREMIÈRE ÉTAPE VERS
UN TRAITEMENT PROMETTEUR

UN TRAITEMENT PROMETTEUR

UN TRAITEMENT PROMETTEUR

Tous les 3 jours, un enfant naît en France avec la myopathie de Duchenne. Cette mala- die neuromusculaire empêche la production de la protéine dystrophine, une protéine né- cessaire pour le contrôle des muscles. Petit à petit, la personne myopathe perd le contrôle de ses muscles, et donc la capacité de mar- cher puis de respirer. Des cellules souches musculaires tentent de régénérer le tissu musculaire lésé, mais ce processus est vite débordé et la dégénérescence finit par l'em- porter.

Une technique de chirurgie de l'ADN

Vous le savez si vous suivez régulièrement le Téléthon, il n'existe pour l'instant aucun traitement satisfaisant pour cette maladie. Toutefois, la recherche est très active. Ainsi, les scientifiques du CNRS et de l'Inserm en collaboration avec des chercheurs de l'uni- versité de Berne (Suisse), travaillent sur la mise au point d'une nouvelle technique ou

"chirurgie moléculaire de l'ADN" qui devrait permettre la synthèse de la protéine man- quante.
"chirurgie moléculaire de l'ADN" qui devrait permettre la synthèse de la protéine man- quante.

"chirurgie moléculaire de l'ADN" qui devrait permettre la synthèse de la protéine man- quante.

Testée sur des souris, cette nouvelle tech- nique s'est révélée supérieure à d'autres mo- lécules en cours d'évaluation car elle n'a entraîné aucun effet indésirable, notamment au niveau des fonctions cardiaque et respira- toire et du système nerveux central. Les cher- cheurs ont noté chez les rongeurs une amélioration très significative des fonctions musculaire, respiratoire et cardiaque. Ces travaux ouvrent ainsi de nouvelles perspectives thérapeutiques pour la myopa- thie de Duchenne mais aussi pour différentes maladies génétiques. Les maladies neuro- musculaires regroupent en effet plusieurs centaines de maladies, principalement d'ori- gine génétique, qui ont en commun un dé- faut de commande du muscle ou une destruction du tissu musculaire. Conjointe- ment, elles affectent plusieurs dizaines de milliers de personnes en France. Ce nouveau traitement représente donc un réel espoir. Les premiers essais chez l'homme sont pré- vus d'ici un à deux ans.

représente donc un réel espoir. Les premiers essais chez l'homme sont pré- vus d'ici un à
représente donc un réel espoir. Les premiers essais chez l'homme sont pré- vus d'ici un à

16 DK NEWS

SANTÉ

Dimanche 8 Février 2015

SANOFI ALGÉRIE CONFIRME SON ENGAGEMENT EN MATIÈRE DE RECHERCHE EN SANTÉ

Pour une réponse efficiente aux besoins des patients en matière de médicaments

Par Sonia Belaidi

Le Prix Sanofi Algérie de la recherche en santé a été mis en place avec le soutien de la direction générale de la recherche scientifique et du développement de la technologie (DGRSDT), l’Agence théma- tique de recherche en sciences de la santé (ATRSS), du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS), et la direction de la recherche du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière (DRMSPRH). Ce prix s’inscrit dans le cadre de la pro- motion des travaux de recherche dans le domaine de la santé. Il a été initié lors de la visite en Algérie, en septembre 2013, du Dr Elias Zerhouni, président Monde de la Recherche et du Développement de Sa- nofi. « Avec ce Prix de la recherche en santé, Sanofi Algérie consolide son engagement en matière de recherche en santé. En tant que leader mondial de la santé centré sur les besoins des patients, leader du marché pharmaceutique en Algérie et acteur dy- namique de la santé publique, Sanofi place la recherche médicale au cœur de ses activités. La nécessité d’encourager la recherche scientifique Sanofi Algérie soutient la re- cherche qui, un jour, pourra prévenir les maladies ou fournir de meilleurs traite- ments à ceux qui en ont besoin. Un appel à candidatures est d’ores et déjà lancé pour la seconde édition au titre de l’année 2015.» a déclaré Pierre Labbé, président directeur général de Sanofi Algérie. Sanofi Algérie a travaillé en partenariat avec la direction générale de la recherche scientifique et du développement techno- logique afin de désigner le jury et mettre en œuvre les mécanismes qui ont abouti à la désignation de la lauréate du Prix Sanofi

2014.

Le Jury est composé de doyens et pro- fesseurs d’universités, et de représentants du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Le jury a été assisté dans ses missions par un comité de 20 experts relevant des domaines de la biologie, de la pharmacie et de la médecine. Ce prix d’un montant de 2.000.000 DA est destiné à encourager les jeunes chercheurs algériens dans les disciplines biologiques, ou dans la recherche clinique, afin d’ac- célérer le transfert de connaissances vers des applications diagnostiques et théra- peutiques. La première édition du Prix Sanofi Al- gérie de la recherche en Santé a reçu plus de vingt candidatures. L’éligibilité des dos- siers de candidatures a été étudiée par le jury, au mois d’octobre 2014. Une seconde réunion a été organisée par ce même jury avec le soutien d’experts afin d’étudier chaque dossier par au moins deux experts et désigner le lauréat. La lauréate du Prix Sanofi Algérie 2014 de recherche en santé

est M me Amel Medjdoub, docteur en phy- siologie et biochimie de la nutrition de l’université Abou-Bekr Belkaïd, de Tlem- cen. Elle a été récompensée pour son travail sur l’évaluation des effets des pesticides sur la prolifération lymphocytaire et le stress oxydatif in vitro.

DÉFICIT EN SPÉCIALISTES DANS LE SUD:

Les mesures incitatives adoptées récemment sont insuffisantes

Le président du conseil national de l'ordre des médecins Mohamed Bekkat Berkani a estimé que les mesures incitatives adoptées récemment par l'Etat en vue de combler le déficit enregistré en matière de couverture sanitaire dans les régions du Sud et des Hauts- Plateaux, notamment en médecins spécialistes, restaient insuffisantes.

«Les efforts consentis par l'Etat et les mesures incitatives adoptées ré- cemment pour couvrir le déficit en médecins spécialistes dans les ré- gions du Sud et des Hauts-Plateaux, dans le cadre du service civil restent insuffisants», a déclaré le responsa- ble à l'APS expliquant que toutes les mesures adoptées jusqu'à présent avaient montré leurs limites. «Les populations du Sud et des Hauts-Pla- teaux ont surtout besoin de pédia- tres, de gynécologues-obstétriciens, d'anesthésistes-réanimateurs et d'oncologues», a poursuivi M. Bekkat qui a remis en cause l'efficacité du procédé mis en oeuvre dans l'affecta- tion des praticiens spécialistes dans ces régions. Les pouvoirs publics devraient envisager des mesures «exception- nelles» pour le secteur de la santé dans les régions du Sud afin de ga- rantir une couverture sanitaire glo- bale et l'équité dans l'accès aux soins, a-t-il préconisé. Le ministère de la Santé, de la Po- pulation et de la Réforme hospita- lière, a affecté 350 médecins, dans le cadre du service civil, dans le sud du pays en vue de combler le manque enregistré en praticiens spécialistes dans ces régions Outre l'affectation chaque année de praticiens spécia- listes dans ces wilayas, l'Etat œuvre à faciliter leur mission, en leur garan-

l'Etat œuvre à faciliter leur mission, en leur garan- 350 médecins spécialistes affectés dans le Sud

350 médecins spécialistes affectés dans le Sud dans le cadre du service civil

tissant des logements de fonction, une formation continue dans diffé- rentes spécialités et de meilleures conditions de travail, pour renforcer les 4.337 praticiens généralistes du secteur public établis dans le sud du pays. Ces régions comptent également 897 praticiens spécialistes (méde- cins, chirurgiens, dentistes et phar- maciens) relevant du secteur public, ainsi que ceux du secteur privé dont 520 médecins généralistes, 337 chi- rurgiens dentistes, 847 pharmaciens d'officine et 338 praticiens spécia- listes, outre 370 praticiens inspec- teurs de santé publique des deux secteurs. Les wilayas concernées par ces af- fectations sont Adrar, Laghouat, Bis- kra, Béchar, Tamanrasset, Ouargla, Illizi, Tindouf, Ghardaïa et El-Oued. Dans ce cadre et en application des directives du président de la Ré- publique, le Premier ministre a donné des instructions pour que les secteurs concernés par la mise à dis- position de logements de fonction (habitat et collectivités locales) met- tent en oeuvre un programme spé- cial sur la base des besoins exprimés par le secteur de la santé, à l'effet de permettre l'affectation d'autant de médecins spécialistes. Par ailleurs, le ministre de la Santé, de la Population et de la Ré-

forme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf avait exposé, la semaine der- nière, lors de la présentation du plan d'action du secteur pour l'année 2015, un programme spécial Sud et Hauts-Plateaux afin d'améliorer la couverture sanitaire dans ces ré- gions. Au regard de la spécificité des ré- gions du grand Sud, ce programme tient compte de la distance séparant les agglomérations, du phénomène du nomadisme, des données épidé- miologiques spécifiques à la région et de l'importance des frontières qui concernent plusieurs wilayas du Sud, avait expliqué le ministre. Outre une plus grande concrétisa- tion du principe de la décentralisa- tion de la gestion des établissements de santé aussi bien pour ce qui concerne la gestion financière que pour la ressource humaine, le mi- nistère a adopté une nouvelle carte sanitaire adaptée aux spécificités des régions du Sud, de manière à per- mettre une plus grande efficience de la gestion et une meilleure offre de soins. L'intensification des opéra- tions de jumelage avec les établisse- ments hospitaliers du nord du pays, initiées par le ministère de tutelle a permis de couvrir une partie du manque en praticiens spécialistes, d'assurer l'accès aux soins des popu- lations du sud du pays.

Renforcer les structures de santé dans le Sud par des équipes itinérantes

Face à la forte prévalence des maladies parasitaires et fongiques et autres affec- tions virales dans le sud du pays, les spécialistes de la santé préconisent de ren- forcer les structures sani- taires par des équipes itiné- rantes en vue d'améliorer l'accessibilité aux soins dans ces régions. Pour le professeur Chaoui, il est difficile d'as- surer une prise en charge sanitaire au profit de la po- pulation du sud, majoritai- rement nomade, qui vit dans un immense territoire, éloi- gné des zones urbaines, et où sévissent plusieurs ma- ladies transmissibles. Le déploiement d'unités médicales itinérantes dotées d'un matériel thérapeutique convenable favorisera le dé- pistage précoce, sinon à temps, de plusieurs affec- tions, a-t-il soutenu estimant que le système de santé ga- gnerait à mettre en place

l'évacuation des malades vers les hôpitaux. Ce procédé est bien plus efficace que l'implantation de structures hospitalières dans les rares centres ur- bains du Sud et du Grand Sud, a encore considéré le spécialiste. Pr Chaoui a plaidé en faveur d'un statut particulier pour les person- nels médicaux et paramé- dicaux affectés dans ces ré- gions afin de les encourager à s'y établir. Le spécialiste a, en outre, appelé à mieux planifier l'implantation des unités de soins et des structures hos- pitalières de manière à les rapprocher des populations. Il convient de signaler à ce titre que les régions du Sud et des Hauts-Plateaux (19 wilayas) seront dotées de cinq nouveaux centres hos- pitalo-universitaires (CHU) répondant aux normes in- ternationales, dans le cadre de la politique adoptée par

l'Etat pour rapprocher les services de santé du citoyen et réaliser la justice sociale en termes de répartition des soins. Il s'agit des wilayas de Ouargla, Béchar, Laghouat, Khenchela, Batna et Sétif, dont la capacité d'accueil sera de 500 lits chacune et où il est prévu également la réalisation de 5 facultés de médecine, selon le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospita- lière. La réalisation de ces éta- blissements hospitaliers s'inscrit dans le cadre du plan quinquennal (2014- 2019), le nombre de CHU devant passer à 24 établis- sements à l'horizon 2020. L'Etat a programmé plu- sieurs projets sanitaires de- puis 2009, dont une partie est sur le point d'être finali- sée au sud du pays, à l'instar des hôpitaux prévus à Adrar, Béchar, Ouargla, El Oued et Ghardaïa, pour porter la ca-

pacité d'accueil de chacune de ces wilayas à 120 lits, selon les données fournies par le ministère de la Santé. Ces mêmes wilayas connaîtront la réalisation d'autres projets sanitaires, à savoir des po- lycliniques, des établisse- ments hospitaliers spécia- lisés, des centres de trans- fusion sanguine et des cen- tres de désintoxication. Selon la même source, dans les Hauts-Plateaux, les wilayas de Batna, Tiaret, Khenchela et Naâma seront dotées d'établissements hos- pitaliers publics qui profi- teront aux habitants de La- ghouat, Batna, Tébessa, Djelfa, Sétif, Saïda, M'sila, El Bayadh, Tissemssilt et Khenchela. Les centres anticancé- reux seront désormais équi- pés, notamment en matériel de radiothérapie, afin d'évi- ter aux patients les frais du déplacement vers le nord du pays pour y subir les

Dimanche 8 Février 2015

AFRIQUE

DK NEWS

17

L'Algérie condamne énergiquement les attaques terroristes de Boko Haram au Cameroun et au Niger

L'Algérie a condamné «énergiquement» les attaques terroristes perpétrées par le groupe «Boko Haram» dans les villes de Fotokol (Cameroun) et de Bosso et Diffa (Niger), a indiqué hier un communiqué du ministère des Affaires étrangères (MAE).

communiqué du ministère des Affaires étrangères (MAE). «L'Algérie condamne énergique- ment les attaques

«L'Algérie condamne énergique- ment les attaques terroristes perpé- trées par le groupe +Boko Haram+ dans les villes de Fotokol au Cameroun et de Bosso et Diffa au Niger et exprime sa solidarité avec les peuples frères et les Gouvernements du Nigeria, du Ca- meroun, du Niger et du Tchad», a pré- cisé la même source.

L'escalade de la violence et la multi- plication des actes d'assassinat, d'enlè- vement et de sabotage au Nigeria et dans les pays limitrophes par le groupe terroriste «Boko Haram» est une «source de préoccupation» et une «me- nace sérieuse» pour la paix et la stabi- lité en Afrique de l'Ouest et en Afrique Centrale, a souligné le communiqué

du MAE. L'Algérie «salue et appuie les efforts déployés par l'Union africaine, la Commission du Bassin du Lac Tchad et les autres organisations sous-régio- nales visant à mettre en place rapide- ment une Force multinationale mixte capable de relever le défi de la lutte contre le terrorisme», a affirmé la même source.

ONU-MALI

Le Conseil de sécurité appelle les parties maliennes à reprendre les négociations

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté vendredi une résolution appelant les parties ma- liennes que sont le gouvernement et les groupes armés signataires de l'accord préliminaire de Ouagadou- gou, à reprendre sans tarder les négo- ciations. L'accord préliminaire de Ouaga- dougou a été signé le 18 juin 2013 à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, entre le gouvernement et les groupes armés opérant dans le nord du Mali en vue de permettre la tenue de l' élection présidentielle et de baliser le terrain pour la signature d'un accord définitif de paix. Dans sa résolution adoptée lors d'une réunion sur la situation actuelle

adoptée lors d'une réunion sur la situation actuelle au Mali, le Conseil engage vivement les parties

au Mali, le Conseil engage vivement les parties maliennes à dialoguer par l'intermédiaire de représentants de haut niveau «en vue de parvenir, dans

les plus brefs délais, à un accord de paix global et sans exclusive qui s'at- taque aux causes profondes de la crise que traverse le pays».

aux causes profondes de la crise que traverse le pays». Un député kényan, son chauffeur, ainsi

Un député kényan, son chauffeur, ainsi que ses deux gardes du corps ont été tués hier par des hommes armés dans le centre de la capitale kenyane Nairobi, a-t-on indiqué de sources sé-

KENYA

Un député abattu par des hommes armés à Nairobi

curitaires. Plusieurs hommes armés et cagoulés ont ouvert le feu sur le véhicule du dé- puté George Muchai, au mo- ment où ce dernier revenait d'un dîner en famille, selon les enquêteurs. Appartenant à la coalition au pouvoir Jubilee, le député venait de manger en famille à Westlands (un quartier central de Nairobi) et rentrait chez lui lorsqu'un véhicule a percuté le sien

au niveau d'un rond-point, a précisé un policier, cité par l'AFP. D'après le policer, «des individus armés et ca- goulés en sont sortis et ont ouvert le feu, tuant tous les passagers du véhi- cule» avant de prendre la fuite en em- portant avec eux «un attaché-case et deux pistolets appartenant aux gardes du corps». Cette attaque n'a pas été re- vendiquée mais selon un haut respon- sable le mode opératoire laisserait pen- ser à un contrat.

ELECTIONS AU NIGERIA

Les Etats-Unis contre tout report

Les Etats-Unis ont de- mandé que les élections pré- sidentielle et législatives au Nigeria se tiennent le 14 fé- vrier comme prévu, alors que la Commission électorale de- vait se prononcer hiersur un éventuel report. Les Etats-Unis sont favo- rables «à un processus élec- toral pacifique, libre, trans- parent et crédible au Nigeria et réitèrent leurs appels à tous les candidats, aux militants et aux citoyens nigérians à rejeter toute vio- lence liée aux élections», a indiqué la porte-parole adjointe du Département

a indiqué la porte-parole adjointe du Département d'Etat Marie Harf dans un communi- qué. «Les

d'Etat Marie Harf dans un communi- qué. «Les Etats-Unis s'attendent aussi à ce que le Nigeria tienne ces élections à

la date» prévue, a-t-elle ajouté. M me Harf a appelé les forces de sécurité du pays à être im- partiales pour permettre aux Nigérians de voter «en sécurité et sans délai indu». Selon la Commission élec- torale indépendante (INEC), 68,8 millions d'électeurs (sur une population globale de 170 millions d'habitants) sont ins- crits sur les listes mais la dis- tribution des cartes d'électeurs est confrontée à des problèmes logis- tiques dans plusieurs régions, notam- ment dans le nord-est, secoué par l'in- surrection de Boko Haram.

SOMALIE

Le gouvernement annonce la mort du chef des insurgés shebab dans une frappe américaine

Le haut responsable du groupe somalien shebab Yusuf Dheeq, visé samedi par une frappe américaine au sud de Mogadiscio, est décédé, a annoncé vendredi le gouver- nement somalien. «Tuer des chefs terroristes dans des frappes de précision présentant peu de risques comme celle-ci augmente les chances de ramener la paix et la stabilité en Somalie», a estimé le gouvernement dans un communiqué. Le Pentagone américain avait confirmé mardi avoir attaqué samedi avec un drone Yusuf Dheeq, présenté comme le «chef des opérations extérieures et de la planification pour le renseignement et la sécurité» des insurgés shebab, sans pouvoir dire s'il avait été touché ou non. L'homme aurait coordonné des attaques hors de Somalie, notamment au Kenya où les shebab avaient mené en septembre 2013 une spectaculaire attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi (au moins 67 morts). Les insurgés shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont perdu du terrain ces dernières années en Somalie. Mais le groupe continue de mener de spectaculaires attaques de type guérilla, notamment dans la capitale Mo- gadiscio ou au Kenya voisin. Dans son communiqué vendredi, le gou- vernement somalien a appelé les membres des shebab à se rendre, faute de quoi ils feront face à d'autres attaques. «Que tous ceux qui choisiront de poursuivre sur la voie de la violence et de la destruction en soient bien conscients: le gouvernement et ses alliés continueront de vous viser, vous et votre réseau, comme nous l'avons fait et comme nous le ferons, encore et encore, jusqu'à ce que les shebab ne re- présentent plus une menace ni pour la So- malie, ni pour le reste de la région», a-t-il dit. La Somalie est plongée dans le chaos et

la guerre civile depuis la chute en 1991 du

régime du président Siad Barre. Le pays est depuis privé de véritable autorité cen- trale et livré aux milices de chefs de guerre, aux gangs criminels et aux groupes armés.

TCHAD-NIGER

Le commandant des forces tchadiennes au Niger blessé par balle

Le général Yaya Daoud, commandant

les forces tchadiennes déployées au Niger,

a été blessé par balle vendredi à Bosso près

de la frontière nigériane, pendant une at- taque des combattants de Boko Haram, se- lon une source sécuritaire tchadienne. Le général a reçu une balle dans le ventre tirée par un combattant de Boko Haram qui avait fait semblant d'être tué, selon cette source. L'officier supérieur a été évacué vers l'hôpital de la Renaissance de N'Djamena où il se trouvait vendredi soir. Le groupe de Boko Haram a mené ven- dredi a Bosso sa première attaque au Niger, alors même que le Tchad a massé un im- portant contingent à la frontière et que le Niger devrait approuver demain un enga- gement de ses troupes au Nigeria.

APS

18

DK NEWS

MONDE

Dimanche 8 Février 2015

UKRAINE

Les bombardements sur Debaltseve reprennent après une courte trêve

Les rebelles ont repris hier les bombar- dements sur la ville de Debaltseve, dans l'est de l'Ukraine, après une courte trêve qui a permis vendredi d'évacuer de centaines de civils, a indiqué un responsable ukrainien. «Les rebelles tirent au Grad depuis 6h00 du matin» sur les quartiers nord de Debaltseve,

a affirmé le chef de la police régionale loyale

à Kiev, Viatcheslav Abroskine dans un mes-

sage posté sur sa page Facebook. Région stratégique entre les villes de Do- netsk et de Lougansk, Debaltseve est le théâtre depuis plusieurs semaines de com- bats violents entre les séparatistes pro- russes et les forces ukrainiennes qui contrôlent toujours la ville mais sont encer- clées. Kiev et les séparatistes ukrainiens ont conclu une trêve qui a permis d'évacuer vendredi quelque 753 civils dont 81 enfants de Debaltseve et des localités voisines. La plupart des 25.000 habitants de De- baltseve ont déjà fui la ville, qui n'abriterait plus que 7.000 personnes, selon Amnesty international. Le conflit en Ukraine a fait plus de 5.000 morts en neuf mois.

Accord

de

Merkel, Hollande et Poutine sur un projet de plan de paix en cours d'écriture

Des négociations «constructives» et «substantielles» entre Angela Merkel, Fran- çois Hollande et Vladimir Poutine, qui ont duré près de cinq heures à Moscou, ont per- mis de trouver hier un accord pour la «pré- paration» d'un futur plan de paix intégrant les propositions franco-allemandes et celles des présidents russe et ukrainien, selon le Kremlin. «Les négociations ont été constructives et substantielles», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. A Paris on indiquait également dans l'en- tourage du président français que les «dis- cussions ont été constructives et substantielles» avec le président Poutine au Kremlin.

Manifestation devant l'ambassade d'Egypte à Gaza en soutien à la branche armée du Hamas

Des centaines de Palestiniens ont manifesté vendredi devant l'ambassade d'Egypte pour exprimer leur soutien à la branche armée du mouvement palestinien Hamas déclarée «terroriste» par le autorités du Caire, ont rapporté des médias.

«Nous appelons les autorités égyp- tiennes à revenir sur cette décision op- pressive», a déclaré un haut responsable du Hamas, Salah al-Barda- wil. «Ceux qui cherchent à saper la sé- curité de l'Egypte dans le Sinaï sont ses ennemis, et non le Hamas ou les bri-

gades Ezzedine al-Qassam», a-t-il

ajouté.

«Les armes de la résistance palesti- nienne restent pointées vers l'ennemi sioniste (Israël) et nous n'allons pas nous salir les mains avec du sang arabe», a-t-il poursuivi.

nous salir les mains avec du sang arabe», a-t-il poursuivi. Depuis qu'un tribunal égyptien a classé

Depuis qu'un tribunal égyptien a classé samedi les brigades al-Qassam comme groupe «terroriste», une série de manifestations hostiles à l'Egypte ont été organisées à Gaza.

«Les (brigades al-Qassam sont la fierté de la nation, pas des terroristes», ont scandé les manifestants lors de la manifestation vendredi, en brandissant des drapeaux verts du Hamas.

L'ONU et la Ligue arabe appellent les donateurs à honorer leurs promesses de dons pour Gaza

Les secrétaires généraux des Nations unies, Ban Ki-moon, et de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi, ont appelé vendredi les donateurs à honorer leurs promesses de dons envers Ghaza faites lors de la conférence du Caire, tenue en octobre 2014. MM. Ki-moon et Al-Arabi sont très préoccupés par la si- tuation à Gaza et appellent les donateurs à honorer leurs en- gagements financiers envers Gaza exprimés lors de la conférence du Caire, a indiqué un communiqué conjoint des deux institutions, rendu public par le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Ce soutien, qui devrait inclure les agences de l'ONU qui mènent des opérations vitales à Gaza, est essentiel pour em- pêcher une détérioration de la situation humanitaire déjà

très difficile dans ce territoire, a souligné M. Dujarric dans un point de presse. Les deux responsables ont déploré la lenteur de la ca- dence de la reconstruction, estimant crucial d'élargir les ef- forts de reconstruction pour apporter de l'espoir au peuple de la Bande de Ghaza, et assurer la stabilité sur la base de la responsabilité internationale vis-à-vis de la reconstruction et de la levée du blocus. MM. Ki-moon et Al-Arabi se sont, par ailleurs, félicités du progrès réalisé jusqu'à présent dans le cadre du mécanisme temporaire de reconstruction de Gaza, qui a donné accès à 55.000 Gazaouis aux matériaux de construction.

TURQUIE La police arrête 60 personnes qui voulaient manifester à Ankara

La police turque a arrêté ven- dredi 60 personnes qui projetaient de manifester devant le nouveau palais du président Recep Tayyip Erdogan à Ankara à la mémoire d'un adolescent tué par les forces de l'ordre lors de la fronde antirégime de l'été 2013. Dans un quartier populaire de la capitale turque, les forces de l'ordre ont intercepté deux bus qui trans- portaient des militants d'un petit parti de gauche puis l'ont investi en noyant ses occupants sous des nuages de gaz lacrymogènes, ont rapporté des médias. Soixante personnes ont été in- terpellées, selon la chaîne de télévi- sion privée NTV.

Les manifestants entendaient honorer la mémoire de Berkin Elvan, 15 ans, mort en mars 2014 après 269 jours de coma. Le jeune homme avait été atteint à la tête par une grenade lacrymogène tirée par la police lors d'une manifestation contre le gouvernement de M. Er- dogan, alors Premier ministre. Le Parlement turc doit examiner la semaine prochaine un projet de loi très controversé qui renforce considérablement les pouvoirs de la police. Depuis la fronde inédite de 2013, violemment réprimée, la police in- tervient contre la moindre contes- tation visant l'homme fort de Turquie.

USA-JORDANIE Washington prêt à fournir plus d'armes à la Jordanie La porte-parole du département d'Etat

USA-JORDANIE

Washington prêt à fournir plus d'armes à la Jordanie

La porte-parole du département d'Etat américain Marie Harf a indiqué vendredi que l'administration Obama était disposée à fournir plus d'armes au gouvernement jor- danien pour lutter contre l'Organisation au- toproclamée «Etat islamique» (Daech/EI). «Nous sommes en train d'accélérer notre réponse à toutes leurs demandes d'aide mi- litaire et nous allons continuer de travailler avec eux dans cette lutte commune. C'est quelque chose à quoi nous sommes atta- chés», a déclaré M me Harf vendredi dans une interview pour CNN. Dans une interview préalable avec CNN, le sénateur John McCain, président de la commission sénatoriale des forces armées, avait critiqué le département d'Etat améri- cain pour avoir créé «un gigantesque em- bouteillage administratif» concernant l'obtention d'armes par les Jordaniens. Pourtant, Mme Harf a refusé de répondre à la question de savoir si les Jordaniens ob- tiendraient tous les types d'armes qu'ils de- mandent. Fin octobre, l'administration Obama aurait refusé une demande de la part d'un prestataire américain du secteur de la défense pour une autorisation de vendre une version non armée de ses drones Preda- tor à la Jordanie, pour cause de sécurité na- tionale.

APS

NUCLÉAIRE IRANIEN

Kerry insiste sur la nécessité d'aboutir à un accord d'ici fin mars

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a insisté vendredi, lors d'une rencontre avec son homo- logue iranien Mohammad Javad Zarif, sur la nécessité d'aboutir à un accord politique sur le programme nucléaire de Téhéran «d'ici fin mars». «M. Kerry a réitéré son sou- hait d'avancer vers un accord poli- tique d'ici la fin mars», a déclaré un responsable du Département d'Etat à l'issue de l'entretien, qui a duré près de deux heures, en marge de la Conférence sur la sécurité de Mu- nich (sud de l'Allemagne). «Ils ont convenu de rester en contact étroit

et d'essayer de se revoir prochaine- ment», a ajouté ce responsable, alors que les négociations sur le pro- gramme nucléaire controversé de Téhéran piétinent. L'Iran et le groupe 5+1 (Etats- Unis, Chine, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) négocient de- puis plus d'un an un accord global, qui mettrait fin à plus de dix ans de crise diplomatique. Les grandes puissances espèrent trouver un ac- cord politique avant le 31 mars, pour ensuite conclure un accord global final incluant tous les aspects tech- niques le 30 juin au plus tard.

INDE

Plus de 13 millions de citoyens de New Delhi attendus aux urnes

Plus de 13 millions de citoyens de la ca- pitale indienne New Delhi étaient attendus hier aux urnes. Le vote, qui a débuté à 08h00 (heure lo- cale) dans des conditions de sécurité ac- crues, couvrira les 70 sièges de l'assemblée à Delhi. Le Premier ministre indien Naren- dra Modi a twitté : «Alors que Delhi vote au- jourd'hui, j'appelle les électeurs à aller voter en grand nombre. J'appelle surtout mes jeunes amis à atteindre des nombres records de votes». Les 13 millions de ci- toyens sont éligibles au vote dans la capitale indienne.

Dimanche 8 Février 2015

MONDE

DK NEWS

19

YÉMEN

Échec des discussions de sortie de crise, dissolution du Parlement par la milice houthie

La situation au Yémen s'est aggravée davantage après l'annonce vendredi par la milice chiite d'Ansaruallah de la dissolution du Parlement et de la mise en place d'un Conseil présidentiel au lendemain de l'échec des discussions de sortie de crise parrainées par l'ONU.

Dans une «déclaration constitution- nelle» rendue publique depuis le palais présidentiel, dont elle a pris le contrôle par la force le 20 janvier, la milice chiite, appelée aussi houthie, a égale- ment décidé de créer un Conseil natio- nal de 551 membres, qui remplace le Parlement dissous. Le Conseil présidentiel doit à son tour former un gouvernement de com- pétences nationales pour une période de transition, que la milice a fixé à deux ans dans son document. Cette «déclaration constitution- nelle» a été lue lors d'une cérémonie à laquelle assistaient notamment des fi- gures tribales et militaires, mais aussi les ministres de la Défense et de l'Inté- rieur du dernier gouvernement, qui a démissionné il y a deux semaines, le même jour que le président Abd Rabbo Mansour Hadi, sous pression de la mi- lice chiite. Les miliciens chiites sont entrés dans la capitale Sanaa le 21 septembre 2014 et ont depuis pris le contrôle de nombreux bâtiments gouvernemen- taux par la force, poussant l'exécutif à la démission. Parallèlement, ils ont étendu leur influence vers le centre du pays, se heurtant notamment à des tri- bus sunnites locales et à des éléments d'Al-Qaïda

Blocage des discussions Les mesures prises par la milice houthie ont été annoncées au lende- main de la suspension des négociations entre les différentes formations poli- tiques sur une sortie de crise. Parrainées par l'ONU, les difficiles

sortie de crise. Parrainées par l'ONU, les difficiles tractations politiques au Yémen ont été suspendues jeudi

tractations politiques au Yémen ont été suspendues jeudi soir faute d'accord, selon les négociateurs. D'autres partici- pants ont confirmé que les discussions piétinaient. Ces discussions qui ont eu lieu dans un pays sans exécutif depuis deux se- maines, avaient réuni des représen- tants des principales forces politiques autour de l'émissaire de l'ONU au Yémen Jamal Benomar, au lendemain de l'expiration d'un ultimatum fixé par la milice chiite des Houthis à la classe politique pour s'entendre sur une sor- tie de crise. Les négociations ont été axées no- tamment sur un projet de Conseil pré- sidentiel de transition pour prendre les rênes du pays déstabilisé par la montée en puissance l'an dernier de la milice chiite, ont indiqué les participants. Un délégué du parti socialiste, impli- qué dans les discussions de sortie de crise, a fait état jeudi soir d'«un rappro- chement entre les forces politiques sur la création d'un Conseil présidentiel». Mais le débat portait encore sur la «composition et des prérogatives du Conseil», appelé à former «un gouver- nement de salut national et à préparer, dans un délai d'un an, des élections lé- gislatives et présidentielle», a-t-il pré- cisé.

Mercredi soir, une précédente ren- contre, qui avait rassemblé pendant quatre heures plusieurs partis poli- tiques non alliés aux Houthis, s'était terminée également sans résultat. Jamal Benomar avait alors indiqué

qu'il ne saurait «accepter, qu'une solu-

tion pacifique (

de la négociation». Sur le terrain, la tension reste vive:

des miliciens houthis armés ont fait ir- ruption jeudi dans les locaux du quoti- dien indépendant Akhbar Al-Youm à Sanaa où ils retenaient des employés, selon le directeur du journal, Seif al- Hadheri, dont le groupe publie aussi un hebdomadaire. Par ailleurs, quatre policiers ont été tués dans une attaque armée jeudi à Aden, principale ville du Sud, selon une source de sécurité. L'attaque à l'arme automatique et aux obus a été lancée par des hommes armés du Mouvement sudiste, une alliance de groupes sépa- ratistes, contre les policiers en faction sur une place de Mansoura, un quartier d'Aden, a-t-on précisé de même source. A Shibam, ville du Hadramout (sud- est), un officier de police a été tué par des éléments présumés d'Al-Qaïda qui ont tiré en sa direction depuis la voiture à bord de laquelle ils circulaient, d'après une source de sécurité.

fruit du dialogue et

),

SYRIE

Plus de 210.000 morts depuis le début du conflit en mars 2011

Plus de 210.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011, a annoncé hier l'Observa- toire syrien des droits de l'homme (OSDH). «Nous avons comptabilisé depuis mars 2011 la mort de 210.060 personnes, dont 10.000 au cours des seuls mois de décembre (2014) et janvier (2015)», a a indiqué l'OSDH. Le nombre de morts parmi les civils a été évalué à «65.146

dont 10.664 enfants», selon Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'ONG, qui s'appuie sur un large réseau de mili- tants et de médecins à travers le pays. Parmi les morts, l'OSDH a recensé éga- lement 38.325 rebelles syriens et quelque 24.989 combattants islamistes étrangers. Dans les rangs des forces gouverne- mentales, 45.385 soldats et 29.943 mili- ciens des Forces de défense nationale

ont été tués ainsi que quelque 640 membres du Hezbollah libanais et 2.502 miliciens venus d'autres pays, toujours selon l'OSDH. En outre, l'OSDH a dé- nombré quelque 3.130 corps qui n'ont pas été identifiés. Le bilan des morts est «certainement plus élevé que les plus 210.000 compta- bilisés, en raison du grand nombre de disparus dont on ignore le sort», a pré- cisé M. Abdel Rahmane.

IRAK

Découverte des restes des corps de 23 Yazidis dans le nord de l'Irak

Des restes des corps de 23 Yazidis tués par balles ont été découverts dans une fosse commune dans le nord de l'Irak, a affirmé hier un responsable irakien. Le charnier a été mis au jour vendredi près du village de Bardiyane, en se basant sur une information don- née par un habitant du secteur, a pré- cisé le porte-parole du ministère des Martyrs de la région autonome du Kurdistan irakien, Fouad Othmane. Les victimes, dont certaines avaient les mains attachées, avaient toutes été

tuées par balles, a fait savoir le respon- sable. Des combattants kurdes avaient eux aussi découvert dimanche dernier les restes des corps de 25 Yazidis -- hommes, enfants et femmes-- dans un charnier situé plus au sud, dans le sec- teur du Mont Sinjar. Des dizaines d'autres corps se trou- veraient également dans un autre charnier dans le secteur d'Hardane, selon Fouad Othmane. L'organisation autoproclamée «Etat islamique» (EI, Daech) s'est emparée

l'an dernier de pans entiers du terri- toire irakien, notamment dans l'ouest et le nord du pays. Les éléments de Daech sont respon- sables de violences et d'exécutions vi- sant notamment la minorité yazidie lors de leur avancée dans le nord du pays. Ils ont procédé à de multiples exé- cutions d'hommes yazidis et enlevé des centaines, sinon des milliers, de femmes, vendues comme esclaves, selon Amnesty International.

SYRIE

L'ONU veut tarir les sources de financement du groupe Daech

Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait adopter la semaine prochaine une résolution qui vise à tarir toutes les sources de finance- ment du groupe de l'organisation autoprocla- mée «Etat islamique» (Daech), selon un diplomate. La première mouture de ce texte, élaborée par la Russie, a été complétée après des dis- cussions avec Américains et Européens avant d'être distribuée aux 15 pays membres. Ceux-

ci devaient en discuter pour la première fois

à huis clos vendredi. Il s'inspire largement d'une série de déci- sions déjà prises par l'ONU dans le cadre de sanctions (gel d'avoirs, embargo sur les armes notamment) imposées aux organisa- tions et individus affiliés à al-Qaïda. Le Conseil avait aussi adopté en août 2014 une résolution visant à couper les fonds aux rebelles en menaçant de sanctionner les pays qui leur achèteraient du pétrole. La résolu- tion devait également endiguer le flux de combattants étrangers partis rejoindre Daech en Irak et en Syrie. Ces obligations imposées aux Etats mem- bres «sont déjà solides et contraignantes mais l'objectif de la nouvelle résolution est de les étendre et de clarifier ce qu'elles impliquent, en particulier dans le domaine de la contre- bande de produits pétroliers», explique un responsable américain impliqué dans les dis- cussions. La même source prévoit l'adoption du texte la semaine prochaine. Il reconnaît que faire appliquer dans les faits cette résolution juridiquement contrai- gnante «sera un défi» étant donné la multi- tude d'intermédiaires qui trafiquent avec les rebelles. «Nous espérons que ces normes et dispositions auront un véritable impact». Une des principales nouveautés de la réso- lution, souligne-t-il, est une interdiction spé- cifique du trafic des oeuvres d'art et antiquités dérobées en Syrie, dont Daech contrôle une partie du territoire. Une telle in- terdiction s'applique déjà à l'Irak.

IRAK-SYRIE Les Emirats arabes unis pourraient reprendre leur participation aux raids aériens menés contre Daech

Les Emirats arabes unis devraient repren-

dre leur participation aux raids aériens menés par la coalition internationale contre l'Organisation autoproclamée «Etat isla- mique» (Daech/EI) dans les prochains jours,

a annoncé un haut responsable américain

vendredi après une rencontre entre le chef de

la diplomatie américaine John Kerry et des

responsables du Conseil de Coopération du Golfe. Les Emirats arabes unis avaient sus- pendu leurs opérations militaires aériennes en décembre pour protester contre l'enlève- ment d'un pilote jordanien qui a été par la suite brûlé vif par les djihadistes. Il «y avait une forte indignation autour de la table à pro- pos de ce qui était arrivé au pilote» et les Emi- rats ont déclaré au secrétaire d'etat américain qu'ils «devraient reprendre (les raids aériens) dans quelques jours», a rapporté le responsa- ble aux journalistes à Munich, dans le sud de l'Allemagne. Les Emirats arabes unis ont également «réaffirmé leur engagement dans la coali- tion» menée par les Etats-Unis pour lutter contre les djihadistes qui se sont emparés de larges parties de territoire en Irak et en Syrie APS

HOMMAGE

20 DK NEWS

CULTURE

Dimanche 8 Février 2015

HOMMAGE 20 DK NEWS CULTURE Dimanche 8 Février 2015 LE TÉMOIGNAGE DE NADIA LABIDI MINISTRE DE
LE TÉMOIGNAGE DE NADIA LABIDI MINISTRE DE LA CULTURE : Assia Djebar portait l'Algérie dans

LE TÉMOIGNAGE DE NADIA LABIDI MINISTRE DE LA CULTURE :

Assia Djebar portait l'Algérie dans son cœur et sa mémoire

La ministre de la Culture, Nadia Labidi, a indiqué hier que la romancière Assia Djebar, décédée vendredi, «a consacré sa vie à

l'écriture et à la création» et «portait l'Algérie dans son cœur et sa mémoire». «L'Algérie vient de perdre un de ses monuments culturels et une de ses personnalités littéraires majeures. En cette pénible circonstance, je présente, à tous les membres de la famille de la défunte et à la communauté culturelle algérienne, mes sincères condoléances», a écrit la ministre dans un message de condoléances à la famille d'Assia Djebar. Après avoir rappelé le riche parcours littéraire et académique de la romancière, la ministre a souligné qu'outre ses nombreuses œuvres littéraires, Assia Djebar comptait à son actif la réalisation de deux films :

La nouba des femmes du mont Chenoua et La zerda ou les chants de l'oubli.

La romancière algérienne

Assia Djebar

nous quitte

La romancière et cinéaste algérienne Assia Djebar est décédée vendredi à 79 ans à Paris dans un hôpi- tal, a annoncé hier la Chaîne 3 de la Radio nationale.

Vendredi soir déjà, des informations contradictoires étaient relayées sur les réseaux sociaux concernant le décès de cette membre de l'Académie française (depuis 2005), pressentie plusieurs fois pour le prix Nobel de Lit- térature.

DES ÉCRIVAINS TÉMOIGNENT:

Assia Djebar qui a professé l'écriture depuis plus de 50 ans a publié son premier roman «La soif» en 1957. Elle a réalisé plusieurs œuvres cinématographiques dont «La Nouba des femmes du mont Chenoua» . De son vrai nom Fatma-Zohra Imalayène, Assia Dje- bar est née le 30 juin 1936 à Cherchell dans la wilaya de Tipasa. Selon sa famille, elle sera inhumée, conformément à sa volonté, dans sa ville natale de Cherchell.

à sa volonté, dans sa ville natale de Cherchell. Une grande perte pour la littérature universelle

Une grande perte

pour la littérature universelle

Les milieux littéraires algériens endeuillés par la disparition de la roman- cière algérienne Assia Dje- bar, survenue vendredi à Paris à l'âge de 79 ans, évoque «une grande perte pour la littérature univer- selle» dans des réactions recueillies parmi les ro- manciers. «C'est une grande perte pour la littérature univer-

dans un dialogue perma- nent avec son pays d'ori- gine». Pour ll'écrivain Mo- hamed Meflah, Assia Dje- bar est «une romancière exceptionnelle, à la plume fertile et abondante, et une grande cinéaste qui a été, durant toute son existence, attachée à son pays et à son peuple». La ppoétesse Samira Ne- grouche s'est déclarée

manes», DDjillali Khellas considère pour sa part que l'œuvre de la défunte de- meure «profondément an- crée dans le terroir algé- rien». LL'écrivain Habib Sayeh évoque «la dispari- tion d'une sommité de la littérature mondiale», tout en soulignant les qualités humaines et intellectuelles d'«une femme élégante, une grande personnalité

française, auteure de ro- mans, de nouvelles, de poésies et d'essais. Lau- réate d'une quinzaine de prix internationaux dont l' International Literary Neustadt Prize (Etats- Unis-1996), le Prix de la Paix des libraires alle- mands (Francfort-2000), et le Prix international Pa- blo Neruda (Italie-2005), Assia Djebar a écrit égale-

selle, pas seulement algé- rienne ou maghrébine, a déclaré AAmine Zaoui, qua- lifiant Assia Djebar d'

pour sa part «très affec- tée» par la disparition de la romancière «auteure d'une œuvre littéraire

intellectuelle à l'œuvre abondante, entièrement à l'écoute des siens, et qui n'aura en fait jamais quitté

ment pour le théâtre et réalisé plusieurs films pour le cinéma. Considérée comme une

«école de littérature qui, depuis +La Soif+ (son pre- mier roman en 1957) jusqu'à sa dernière œuvre +Nulle part dans la maison de mon père+, aura été

». hommage à Assia Djebar, «pionnière dans son do- maine et militante pour l'émancipation des Algé- riennes et des musul-

inestimable

Rendant

son pays». Née le 30 juin 1936 à Cherchell, Assia Djebar, Fatma-Zohra Imalayène de son vrai nom, est une écrivaine d'expression

des auteures les plus célè- bres et plus influentes du Maghreb et du monde francophone, elle a été élue en 2005 à l'Académie française.

Une vie au service de la

littérature et des libertés

La célèbre romancière algérienne d'expression française Assia Djebar vient de tirer sa révérence à l'âge de 78 ans après toute une vie au service de la littérature algérienne et, à travers une œuvre riche et variée, pour la défense de la cause de la liberté, en général, et l'émancipation de la femme en particu- lier. Née le 30 juin 1936 à Cherchell non loin d'Alger, Fatma-Zohra Imalayène, de son vrai nom, avait exprimé sa sen- sibilité de femme et de militante de la cause nationale dès 1957, à l'âge impro- bable de 21 ans, en publiant son premier roman «La soif» puis un second, «Les impatients», dans la même période. Elle enchaînera ensuite avec une vingtaine de romans à succès, traduits en autant de langues, tout en exerçant sa passion pour l'enseignement de l'his- toire et de la littérature, à Alger et un peu

partout à l'étranger, et en s'essayant, non sans succès, au cinéma avec la réalisa- tion de deux films consacrés au combat des femmes, notamment «La Nouba des femmes du mont Chenoua», qui a obtenu le prix de la critique internatio- nale à Venise en 1979. Avec «La Zerda ou les chants de l'oubli», elle remportera le prix du meilleur film historique au Festival de Berlin en 1983. Son roman «Loin de Médine» (1991) symbolisera longtemps et pour long- temps sa lutte permanente pour les droits de la femme. En 2005, elle signera d'une certaine manière sa propre éman- cipation en devenant la première femme arabe et africaine à entrer à l'Académie française, quelques années seulement après avoir investi l'Académie royale de Belgique. «J'écris, comme tant de femmes écri-

vains algériennes, avec un sentiment d'urgence, contre la régression et la mi- sogynie»«, disait la romancière disparue. A l'histoire de son pays qu'elle n'a jamais vraiment quitté ni de corps ni d'esprit, celle que l'on attendait pour le Prix Nobel de littérature ces dernières an- nées aura dédié plusieurs de ses romans où elle évoque, selon les oeuvres, l'Al- gérie sous la colonisation, l'Algérie in- dépendante et jusqu'à l'Algérie de la dé- cennie tragique du terrorisme (1990). «Les enfants du nouveau monde» (1962), «Les alouettes naïves» (1967). ou encore «Femmes d'Alger dans leur apparte- ment» (1980), et «L'amour, la fantasia» (1985), «Le Blanc de l'Algérie» (1996) et «La Femme sans sépulture» (2002) sont parmi les titres où se mêlent tous les combats libérateurs qu'elle voulait me- ner et incarner. Prolixe, Assia Djebar concentrait ainsi en elle tous les genres

de la création littéraire, cinématogra- phique et même du théâtre avec une re- cherche perpétuelle de l'innovation mise au service d'une vision huma- niste de la vie sur Terre, s'accordent à dire ceux qui l'ont lue, connue et cô- toyée. Elle obtiendra des prix internatio- naux pour la plupart de ses romans dont le dernier, un récit autobiographique («Nulle part dans la maison de mon père») paru en 2007, et fera l'objet de nombreux articles dans des publications spécialisées d'Europe et du Moyen- Orient qui la mettaient régulièrement à l'honneur en tant que «voix unique et rare» dans le monde de la culture. Son attachement indéfectible à son pays, elle l'exprimera à sa façon en demandant à être inhumée dans sa ville natale de Cherchell.

APS

Dimanche 8 Février 2015

PUBLICITÉ

DK NEWS

21

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 306 406 du 08/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 306 406 du 08/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 306 580 du 08/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 306 580 du 08/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 306 429 du 08/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 306 429 du 08/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 306 621 du 08/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 306 621 du 08/02/2015

22

DK NEWS

TÉLÉ

Dimanche 8 Février 2015

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
É L É Dimanche 8 Février 2015 PROGRAMME DU JOUR 06:45 Jeunesse : TFou 08:25 Culture

06:45 Jeunesse : TFou 08:25 Culture Infos : Météo 08:30 Culture Infos : Téléshopping 09:20 Culture Infos : Météo 09:25 Série TV : Une histoire, une urgence 09:55 Série TV : Une histoire, une urgence 10:25 Divertissement : Au nom de la vérité 10:55 Divertissement : Au nom de la vé- rité

11:20 Divertissement : Au nom de la vérité 11:55 : Petits plats en équilibre 12:00 Divertissement : Les douze coups de midi 12:50 Sport : L'affiche du jour 13:00 Culture Infos : Journal

13:40

13:45 Culture Infos : Histoire d'un rêve 13:50 Culture Infos : Météo 14:45 Culture Infos : Reportages 15:25 Série TV : Mentalist 16:15 Série TV : Les experts : Miami 17:05 Série TV : Les experts : Miami 17:55 Culture Infos : Sept à huit 19:55 Autre : Météo 20:00 Autre : Journal 20:30 Culture Infos : Du côté de chez vous 20:35 Culture Infos : Là où je t'emmène- rai 20:45 Autre : Météo 20:55 Cinéma : Les Bronzés font du ski 22:45 Série TV : Les experts 23:30 Série TV : Les experts

: Petits plats en équilibre

23:30 Série TV : Les experts : Petits plats en équilibre 06:25 Culture Infos : Point

06:25 Culture Infos : Point route 06:30 Culture Infos : Journal 06:35 Culture Infos : Télématin 06:57 Culture Infos : Météo 2 07:00 Culture Infos : Journal 07:10 Culture Infos : Télématin (suite) 08:00 Culture Infos : Journal 08:10 Culture Infos : Télématin (suite) 09:05 Divertissement : Dans quelle éta- gère 09:10 Série TV : Des jours et des vies 09:30 Série TV : Amour, gloire et beauté 09:55 Culture Infos : C'est au programme 10:50 Culture Infos : Météo outremer 10:55 Divertissement : Motus 11:30 Divertissement : Les Z'amours 12:00 : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 Culture Infos : Météo 2 13:00 Culture Infos : Journal 13:48 Culture Infos : Météo 2 13:50 Culture Infos : Consomag 13:55 Culture Infos : Expression directe 14:10 Autre : Vivement dimanche 16:25 Culture Infos : Grandeurs nature 17:30 Sport : Stade 2 18:50 Autre : Vivement dimanche pro- chain 19:55 Autre : Météo 2 20:00 Autre : Journal 20:30 Culture Infos : 20h30 le dimanche 20:40 Série TV : Parents mode d'emploi 20:45 Culture Infos : D'art d'art 20:47 Autre : Météo 2 20:50 Cinéma : La guerre est déclarée 22:30 Culture Infos : Faites entrer l'accusé 23:55 Autre : Météo 2

Infos : Faites entrer l'accusé 23:55 Autre : Météo 2 06:00 Culture Infos : EuroNews 06:45

06:00 Culture Infos : EuroNews 06:45 Série TV : LoliRock 06:47 Jeunesse : C'est bon ! 06:50 Jeunesse : Les Dalton 06:57 Jeunesse : Les Dalton 07:05 Jeunesse : Les Dalton 07:15 : Nos voisins les Marsupilamis 07:41 : Nos voisins les Marsupilamis 08:07 Nos voisins les Marsupilamis 08:31 : Les lapins crétins : invasion 08:37 : Les lapins crétins : invasion 08:45 Jeunesse : Peanuts 09:03 : Dans votre région (1ère partie) 09:50 : Dans votre région (2e partie) 10:45 Culture Infos : Consomag 10:50 Culture Infos : Midi en France 11:55 Culture Infos : Météo

12:00 Culture Infos : 12/13 : Journal régio- nal 12:25 Culture Infos : 12/13 : Journal natio- nal 12:55 Culture Infos : Météo à la carte 13:50 Série TV : Un cas pour deux 14:55 Culture Infos : Questions au gouver- nement 15:55 Autre : En course sur France 3 16:30 Culture Infos : Nous nous sommes tant aimés 17:00 Culture Infos : Du côté de chez Dave 17:55 Autre : Questions pour un super champion 19:00 Autre : 19/20 : Journal régional 19:30 Autre : 19/20 : Journal national 20:00 Autre : Météo 20:05 Culture Infos : Tout le sport 20:10 Culture Infos : L'action d'après 20:15 Autre : Météo régionale 20:18 Culture Infos : Barcelona World Race 20:20 Série TV : Zorro 20:50 Divertissement : Les enquêtes de Vera 22:20 Divertissement : Les enquêtes de Vera 23:45 Autre : Météo 23:50 Autre : Soir 3

de Vera 23:45 Autre : Météo 23:50 Autre : Soir 3 06:20 Divertissement : La semaine

06:20 Divertissement : La semaine des Guignols 06:50 Divertissement : Zapping 06:55 Divertissement : Le Before du grand journal 07:20 Culture Infos : La météo 07:25 Divertissement : Le petit journal 07:50 : Les Guignols de l'info 08:00 Culture Infos : La météo 08:05 Sport : Zapsport 08:10 Série TV : Mon oncle Charlie 08:30 Cinéma : Angélique 10:20 Cinéma : Dans l'ombre de Mary : la promesse de Walt Disney

12:20 Culture Infos : La nouvelle édition 12:45 Culture Infos : La nouvelle édi- tion, 2e partie 14:05 Cinéma : Non-Stop 15:05 Culture Infos : Les nouveaux explo- rateurs 16:05 Série TV : Gomorra 16:50 Série TV : Gomorra

couac !

17:50 Culture Infos : Cocori

Quand la France torpille ses contrats 18:35 Autre : Le petit journal de la semaine 19:10 Sport : Canal Football Club 19:40 Sport : Canal Football Club 20:55 Sport : Avant-match 21:00 Sport : Lyon / Paris-SG 22:55 Sport : Canal Football Club

23:15 Sport : L'équipe du dimanche e

Football Club 23:15 Sport : L'équipe du dimanche e 07:00 Jeunesse : Tony & Alberto 07:10

07:00 Jeunesse : Tony & Alberto 07:10 Jeunesse : Tony & Alberto 07:20 Jeunesse : La maison de Mickey 07:40 Série TV : Docteur La Peluche 08:10 Jeunesse : Sammy & Co 08:25 Série TV : Lou ! 08:35 Série TV : Les p'tits diables 08:55 Culture Infos : Météo 09:00 Culture Infos : M6 boutique 10:10 Série TV : Modern Family 10:30 Série TV : Modern Family 11:00 Série TV : Desperate Housewives 11:45 Série TV : Desperate Housewives 12:40 Culture Infos : Météo 12:45 Culture Infos : Le 12.45 13:05 Série TV : Scènes de ménages 13:40 Culture Infos : Météo 14:20 Culture Infos : Maison à vendre 16:15 Culture Infos : D&CO, une semaine pour tout changer 17:15 Culture Infos : 66 minutes 18:40 Culture Infos : 66 minutes : grand format 19:40 Autre : Météo 19:45 Autre : Le 19.45 20:05 Culture Infos : E=M6 20:55 Culture Infos : Capital 23:00 Culture Infos : Enquête exclusive

La sélection

20h55 Les Bronzés font du ski Résumé Des amis, qui s'étaient rencontrés dans un club
20h55
Les Bronzés font du ski
Résumé
Des amis, qui s'étaient rencontrés
dans un club de vacances en Côte
d'Ivoire, se réunissent pour un séjour
aux sports d'hiver. Ils se retrouvent
à Val-d'Isère, station où vivent Jé-
rome, Gigi et Popeye. Gigi travaille
dans une crêperie, tandis que Jérôme
est le médecin de la station. Popeye
essaie de cacher ses problèmes de
couple. Bientôt arrivent Nathalie et
Bernard, nouveaux riches, Jean-
Claude, éternel célibataire, et Christiane.
20h45 La guerre est déclarée Résumé Roméo et Juliette, la trentaine, filent le parfait amour.
20h45
La guerre est déclarée
Résumé
Roméo et Juliette, la trentaine,
filent le parfait amour. L’arrivée d’un
petit Adam les comble de bonheur.
Bientôt, on découvre une tumeur
cérébrale chez leur bébé. Pour le
couple, qui s’en va-t-en guerre contre
la mort, le début d’un véritable par-
cours du combattant.

20h45Les enquê tes de Vera Résumé Trois jeunes femmes passent le week- end dans un

Les enquê tes de Vera

Résumé Trois jeunes femmes passent le week- end dans un cottage situé en pleine forêt. L'une d'entre elles, Lizzie Faulkner, est abattue d'une balle dans la poitrine. Cette kinésithérapeute profitait de ce court séjour à la campagne grâce à une cliente, Corinne Andrews, particulière- ment satisfaite de ses services. Ce soir-là, trois chasseurs appartenant au groupe des « Noctambules » se trouvaient dans le coin.

de ses services. Ce soir-là, trois chasseurs appartenant au groupe des « Noctambules » se trouvaient

20h55au groupe des « Noctambules » se trouvaient dans le coin. Lyon / Paris-SG Résumé Ce

Lyon / Paris-SG

Résumé Ce choc de la 24e journée peut véritable- ment marquer un tournant dans la saison de Ligue 1. Autant les Parisiens peuvent re- bondir à la faveur d'une victoire et se relan- cer ainsi dans la course au titre, autant les Gones d'Hubert Fournier peuvent porter un coup presque fatal aux ambitions des champions de France. Si, du côté du Paris Saint-Germain, on compte sur Zlatan Ibra- himovic, Edinson Cavani, Javier Pastore ou encore Lucas pour faire la différence, on se repose côté lyonnais sur Nabil Fekir, alors qu'Alexandre Lacazette, blessé lors du match face à Metz, devrait normalement être forfait.

du match face à Metz, devrait normalement être forfait. 20h50 Capital Résumé Au sommaire : Le
20h50

20h50

Capital

à Metz, devrait normalement être forfait. 20h50 Capital Résumé Au sommaire : Le grand gâchis des

Résumé Au sommaire :

Le grand gâchis des emballages Les emballages, souvent en plastique, sont difficiles à recycler et finissent fréquemment dans des incinérateurs. 7 milliards de médi- caments à la poubelle ! Zoom sur les méthodes employées par les laboratoires pharmaceutiques pour inciter les médecins à prescrire et sur le condi- tionnement des médicaments, souvent vendus en trop grande quantité par rap- port aux traitements. Relais : le géant de la récup de vêtements Il y a 30 ans, Pierre Duponchel, créateur de la société coopérative Le Relais, a compris tout le potentiel des vêtements usagés pour la revente ou le recyclage. San Francisco la ville zéro gaspi ? San Francisco s'est fixé l'objectif de ne plus produire aucun déchet en 2020.

Dimanche 8 Février 2015

DÉTENTE

DK NEWS 23

Mots fléchés n°857 Proverbes Offrez aux rassasiés de manger davantage. Proverbe algérien Ton secret est
Mots fléchés n°857
Proverbes
Offrez aux rassasiés de manger davantage.
Proverbe algérien
Ton secret est ton sang ; si tu le laisses
s'échapper, tu mourras.
Proverbe berbère
Tout le bonheur du monde est sur le dos d'un
cheval.
Proverbe arabe
La fourmi elle-même a sa colère
Proverbe français
C’est arrivé un 8 Février
1974
: indépendance de l'île de la Grenade.
1979
: élection de Chadli Bendjedid à la présidence
l'Algérie.
1985 : verdict du procès de l'assassinat du père Jerzy
Popieluszko et condamnation de plusieurs mili-
taires à de longues peines de prison.
1986
: fuite de Jean-Claude Duvalier, président de la
République d'Haïti, pour la France.
1991 : Jean-Bertrand Aristide devient président
d'Haïti.
1991
: attaque au mortier du 10 Downing Street.
1992
: signature du Traité de Maastricht.
1996
: Letsie III du Lesotho devient roi du Lesotho.
1996
: René Préval prête serment comme président
élu d'Haïti.
1999
: début du règne d'Abdallah II de Jordanie.
2000 : victoire de Stjepan Mesić à l'élection prési-
dentielle en Croatie.
2001
: Jean-Bertrand Aristide prête de nouveau ser-
ment en Haïti.
2004
: près de 400 membres du Fatah, le parti de
Yasser Arafat, démissionnent pour protester contre
la corruption et le manque d'ouverture à l'intérieur
du parti.
2012
: le président des Maldives, Mohamed Nasheed,
quitte le pouvoir à l’issue d’une mutinerie de l’ar-
mée. Son successeur est Mohammed Waheed
Hassan.
Célébrations :
- États-Unis : National Black HIV/AIDS Awareness
Day ( Journée nationale de prise de conscience noire
du HIV/SIDA), destinée particulièrement à la com-
munauté afro-américaine.
- Grenade : Independence Day ( Jour de
l'Indépendance), émancipation de la suzeraineté du
Royaume-Uni en 1974.
Mots croisés n°857
Mots croisés n°776
Samouraï-Sudoku n°857

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq : grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Horizontalement:   1.Pique-niquer 7.Boîte -

Horizontalement:

 

1.Pique-niquer

7.Boîte - Harem

2.Machine - Hardi 3.Cuites de manière à prendre une couleur dorée - Historique

8.Cale en forme de V - Or - Ruinés 9.En les - Met qqch en mouvement

4.Eclore

5.Halte - Pleurer

10.Garçon d'écurie - Du- rillons "

6.Aumône - Sigle de

11.

Ile allongée près de

l'angl. Human Im-

Venise - Pierre

muno- Deficiency Virus

12.

Relatif au palais de

- Note

l'Elysée - Dirige

Verticalement :

 
 

l. Ch.-l. de c. des Yvelines 2.Petite pomme - FI. d'Espagne - Plante

particule subatomique de masse supérieure à celle du proton

8.Oléifiante

potagère à bulbe 3.Vingtième lettre de l'al- phabet grec - Fondatrice américaine du mouvement Science chrétienne 4. Circonstance - Ha- sards - Osmium

9.Unité de mesure d'équivalent de dose d'une radiation ionisante - Lumen 10.Drame japonais - Thulium - Cadmium -. Atoll

5.Sarcasme

11.

Fleurettiste - Pronom

6.Chlorure de sodium -

indéfini

12.

Etat de distraction

Enfant 7.Ce qui est à lui - Toute

(pl.) - Mammifère équidé

indéfini 12. Etat de distraction Enfant 7.Ce qui est à lui - Toute (pl.) - Mammifère
7 erreurs
7 erreurs

24 DK NEWS

SPORTS

Dimanche 8 Février 2015

ESCRIME / COUPE DU MONDE FÉMININE Elimination des escrimeuses algériennes aux tours préliminaires

Les escrimeuses algériennes ont été élimi- nées dès les tours préliminaires de la Coupe du monde-2015 du Fleuret dames (individuelle et par équipe), lors de la première journée dispu- tée au chapiteau de l'hôtel Hilton d'Alger. Des huit escrimeuses algériennes engagées dans cette joute mondiale, seule Anissa Khel- faoui a réussi à passer le tour préliminaire. Après avoir gagné deux combats, elle s'est in- clinée en 32e de finale devant la Canadienne Ryan Kelleigh. Les Algériennes Khadidja Zerabib, Narimen El Houari, Yasmina Yemmi, Ferial Adjabi, Leila Ghazi, Amira Rouibet et Feriel Yemmi sont tombées sur des adversaires de haut niveau. Les 32 escrimeuses bien positionnées au classement mondial ont été exemptes du tour préliminaires qui comptent 11 poules et enta- meront la compétition samedi à partir de 9h00. Le président de la Fédération algérienne d'escrime (FAE), Abderraouf Bernaoui, a ex- primé sa «satisfaction» du rendement des es- crimeuses algériennes. «Nos jeunes escrimeuses cumulent de l'expérience ce qui est le plus important dans ce genre de compé- titions de haut niveau», a déclaré à l'APS le pa- tron de la FAE. 89 escrimeuses représentant 19 pays croi- sent le fer pendant trois jours (vendredi, sa- medi et dimanche) dans cette compétition comptant pour le circuit mondial qui a réinté- gré le programme de la Fédération internatio- nale. Bernaoui a affirmé que cette coupe du monde permettra de faire connaître notre pa- trimoine et notre produit touristique et cultu- rel. A partir de l'année prochaine l'étape d'Alger prendra la dénomination de Grand prix, ce qui donnera certainement plus d'ampleur et d'im- pact médiatique à cette compétition. Selon le programme de la compétition, les deux premiers jours sont consacrés aux épreuves individuelles avec les éliminatoires le 6 février et les finales le lendemain. Le troi- sième et dernier jour (8 février) verra le dérou- lement des épreuves par équipes. Huit arbitres algériens et autant d'étrangers dirigent les combats de cette compétition qui précède l'étape de Varsovie.

Programme de la compétition de samedi et dimanche :

Samedi 7 février :

Eliminatoires individuelles 9h00 (chapiteau Hilton) Finales individuelles 17h00 (Salle Tassili Hilton)

Dimanche 8 février :

Eliminatoires par équipes 9h00 (chapiteau Hilton) Finales par équipes 17h00 (Salle Tassili Hilton).

APS

CYCLISME/ GRAND TOUR D'ALGÉRIE-2015

17 équipes au départ de la 5 e édition

Dix-sept (17) équipes prendront part à la 5e édition du Grand Tour d'Algérie cycliste 2015, prévu du 6 au 30 mars 2015, a appris l'APS au- près des organisateurs. « Dix-sept équipes représentant 14 pays ont été retenues par la com- mission chargée de l'or- ganisation pour participer à la 5e édition du GTAC-2015, un évè- nement sportif d'enver- gure internationale.», a indiqué cette source. Parmi les pays retenus pour prendre part à cette compétition figu- rent les Pays-Bas, Italie, Angleterre, Malte, Allemagne, Maroc, Emirats Arabes Unis et de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). « L'édition de cette année va être mar- quée par la présence d'une équipe de la RASD, une formation qui sera l'in- vité d'honneur du GATC-2015.», a-t- il ajouté. Inscrit au calendrier de l'Africa Tour de l'UCI, le Tour d'Algérie est régi

Tour de l'UCI, le Tour d'Algérie est régi par les règlements de la FAC et ceux

par les règlements de la FAC et ceux de l'Union cycliste internationale. Il est placé sous le contrôle d'un commissaire de course et d'un inspec- teur antidopage. Pour ce faire, la FAC a inscrit égale- ment les Tours d'Annaba, de Constan- tine, de Sétif et de Blida dans le calendrier de l'UCI, et ce, pour per- mettre aux athlètes des différentes équipes de glaner un maximum de points au classement UCI-Africa Tour en vue des pro- chains championnats du monde et des

Jeux olympiques de Rio

2016.

La liste des équipes retenues :

1- Equipe de la Répu- blique arabe sahraouie démocratique (RASD) 2- Equipe CEVITAL (Al- gérie) 3- Equipe OOREDOO (Algérie) 4- Equipe GSP (Algérie) 5- Equipe SOVAC (Algé- rie) 6- Equipe Big Hunter Seanese (Italie) 7- Equipe Roth Skoda (Suisse) 8- Equipe BC South East (Royaume Uni) 9- Equipe nationale du Maroc 10- Equipe nationale de Tunisie 11- Equipe nationale de Syrie 12- Equipe Al Ahly Dubaï (E.A.U) 13- Equipe Wilton Cycling (Pays-Bas) 14- Equipe Germany Cycling (Alle- magne) 15- Equipe Team Greens (Malte) 16- Equipe nationale du Rwanda 17- Equipe nationale de l'Ouganda.

CHAMPIONNAT D'ALGÉRIE «OPEN» EN PETIT BASSIN

Les nageurs du GS Pétroliers imposent leur suprématie

Les nageurs du GS Pétroliers ont dominé les épreuves du champion- nat d'Algérie «Open» en petit bassin (25 m), en remportant 19 des 21 titres mis en jeu, après la 4e journée de compétition disputée vendredi à la piscine de Bab Ezzouar. Le président de la Fédération al- gérienne de natation, Ahmed Che- baraka, s'est félicité de la réussite de cet évènement qui a vu «l'émer- gence d'une nouvelle génération de nageurs et la participation des clubs représentant tout le territoire algé- rien». «Cette compétition est une étape importante pour les nageurs algé- riens qui préparent les échéances internationales notamment les Jeux africains et le championnat arabe de la discipline», a déclaré Chebaraka à l'APS. La championnat d'Algérie «Open» en petit bassin a enregistré la participation de 229 nageurs (82 dames, 149 messieurs) représentant 22 clubs.

Outre la performance des na- geurs du GS Pétroliers qui ont im- posé leur suprématie lors de ce championnat Open, la compétition a vu deux records d'Algérie battus par Ryad Djendouci (GS Pétroliers) sur 100 m dos (54.90) et Imed Tchouar (RTA Ain Turk) sur 800 m

(8.06:00).

L'entraîneur du GS Pétroliers, Abdelkahar Kouhil, s'est dit satisfait par les résultats obtenus par ses na- geurs, déplorant tout de même les conditions dans lesquelles se dérou- lent la compétition. «Nos nageurs auraient pu obtenir des meilleurs résultats si les conditions avaient été meilleures. Comme vous le voyez l'eau est acre et le bassin n'est pas chauffé, s'est difficile d'évoluer dans de telles conditions», a-t-il dit. La cinquième et dernière journée du championnat d'Algérie «Open» en petit bassin était prévue hier avec le déroulements des séries dans la matinée et les finales à partir de

17h00.

COUPE D'ALGÉRIE/ VOLLEY-BALL (DAMES -1/4 DE FINALE)

Qualification du NC Béjaia et l'ASW Béjaia

Le NC Béjaia et l'ASW Béjaia se sont qualifiés pour les demi-finales de la Coupe d'Algérie de volley-ball (dames), en s'imposant respective- ment devant le NR Chlef (3-2) et le Seddouk VB (3-1), vendredi à la salle de Douéra. Les deux autres quarts de finale, disputés vendredi dernier, ont vu la qualification du RC Béjaia et le GS Pétroliers aux dépens respective- ment du WA Tlemcen (3-2) et du WO Chlef (3-0). Les demi-finales de la Coupe d'Algérie sont prévues les 13 et 14 février 2015, alors que la finale se déroulera le 28 février, a ajouté la source.

Résultats complets des quarts

de finales de la coupe d'Algérie :

NR Chlef - NC Béjaia

2-3

Seddouk VB - ASW Béjaia

1-3

RC Béjaia - WA Tlemcen

3-2

GS Pétroliers - WO Chlef

3-0.

- WA Tlemcen 3-2 GS Pétroliers - WO Chlef 3-0. Solution Sudoku N°856 DAMASQUINAGE ECUMEUX AMES

Solution

Sudoku N°856

GS Pétroliers - WO Chlef 3-0. Solution Sudoku N°856 DAMASQUINAGE ECUMEUX AMES STEATOMES NS HI R
DAMASQUINAGE ECUMEUX AMES STEATOMES NS HI R IAXARTE OFFRE LARCIN U RETS CD L LIAS
DAMASQUINAGE
ECUMEUX AMES
STEATOMES NS
HI R IAXARTE
OFFRE LARCIN
U
RETS CD L
LIAS ESTELLE
ILI FRAISIER
E
CREDIT ESE
REHE ETUDES
EDENTA DOSER
SE EMULES SA
Mots Croisés N°856
ETUDES EDENTA DOSER SE EMULES SA Mots Croisés N°856 PUTREFACTION REVERIE ASIE ALAVA RARES TE EIDERS
PUTREFACTION REVERIE ASIE ALAVA RARES TE EIDERS EU I ALLONGERAS CRUEL TES UN INGRES N
PUTREFACTION
REVERIE ASIE
ALAVA RARES
TE EIDERS EU
I
ALLONGERAS
CRUEL TES
UN
INGRES N O E
E
M RENTABLE
NIEE PI ISO
NONCHALANCES
ENTRER YEUSE
S
EUPEN ERSE
MotsSolution
Mots Fléchés N°856
N°150Fléchés

Dimanche 8 Février 2015