Vous êtes sur la page 1sur 3
CONSEIL MUNICIPAL du 09 FEVRIER 2015 AMENDEMENT SUR PROCES-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 JUIN

CONSEIL MUNICIPAL du 09 FEVRIER 2015

AMENDEMENT SUR PROCES-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 JUIN 2014

Retranscription avec

amendement

du point

34

: Révision des tarifs des services

municipaux applicables à compter du 1 er septembre 2014 et du 1 er janvier 2015 (page 91 du procès-verbal) :

Marie-Françoise ARTIAGA, rapporteur :

L’accès aux services publics communaux fait l’objet d’une tarification détaillée dans les tableaux, ci-annexés, avec des dates d’application différentes.

Cette année, la Municipalité propose de limiter l’évolution des tarifs scolaires et périscolaires à 1,60 %.

Pour l’ensemble des autres prestations municipales la revalorisation sera de 2,50 %.

Après avis de la Commission Finances et Affaires Générales, il est proposé au Conseil Municipal :

-DE REVALORISER les tarifs et les modalités de paiement des services publics scolaires, périscolaires et de petite enfance, comme précisés en annexes.

Madame JAUNEAU :

Nous allons voter contre, principalement en raison des tranches appliquées pour les quotients familiaux. Nous les estimons injustes pour une grande partie des classes moyennes, voire pour les populations les plus précaires. Aujourd’hui, à Yerres, un couple au chômage se trouve dans la tranche A avec un enfant à charge. C’est le cas pour un chômage de SMIC, c’est-à- dire entre 880 et 920 euros, selon les jours d’allocations dans le mois (il est alors A-), et si le compagnon est à 20 000 € par an de revenus annuels, soit A. Cela exclut quand même une grande partie de la population.

Monsieur DUPONT-AIGNAN :

Pendant la campagne électorale, nous nous sommes engagés à revoir les quotients et à passer à un système beaucoup plus progressif et détaillé. Nous avions déjà fait un effort avec le A- mais il est clair que nous devons changer cet état des choses. L’Administration, Mesdames BOUGEROL et ARTIAGA vont formuler des propositions.

Madame JAUNEAU :

Une grande partie de la population voit aujourd’hui son salaire avoisiner le SMIC et les chômeurs ont des indemnités très faibles. Avec la simulation, on n’arrive jamais à la tranche B mais toujours en A ou A- malgré la faiblesse des revenus et des allocations quand on est chômeur.

Madame RACT-MADOUX :

Je voterai contre pour les mêmes raisons, même si l’on apprécie l’effort qui est fait pour étudier une meilleure progressivité pour être le plus juste possible par rapport aux Yerrois. Un

autre élément sur les prix des livres. En France, le prix des livres est fixe,

et tous les livres qui sont vendus, sont à des prix qui ne correspondent pas au prix du livre en France, de ce livre-là en France. Donc, par exemple, le livre Caillebotte au Jardin vaut 50 €,

c’est la loi LANG

,

il était vendu jusqu’à récemment à 82 €.

J’ai vérifié moi-même en demandant à la caisse et on

m’a dit que c’était 50. Mais là, on vote 90,80 € donc on est totalement en dehors des prix du

marché. Et tous les livres sont à des prix supérieurs. Et c’est la loi, parce que c’est la loi

 
CONSEIL MUNICIPAL du 09 FEVRIER 2015 AMENDEMENT SUR PROCES-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 JUIN

CONSEIL MUNICIPAL du 09 FEVRIER 2015

AMENDEMENT SUR PROCES-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 JUIN 2014

LANG.

Si

les

libraires

pouvaient

faire

une

marge

dessus,

ils

seraient

riches

mais

malheureusement, ils disparaissent chaque jour.

 

Monsieur DUPONT-AIGNAN :

Nous ne sommes pas libraires.

Madame RACT-MADOUX :

Non, mais vous vendez des livres.

Monsieur DUPONT-AIGNAN :

Sur Caillebotte au Jardin, on nous en a parlé et on a remis à 50.

Madame RACT-MADOUX :

J’ai vérifié avant-hier mais les nouveaux tarifs ne sont pas affichés.

Madame RENONCIAT :

On va vérifier. Normalement le prix de Caillebotte au Jardin était à 50 € chez les libraires. Or, nous, dans la mesure où on n’est pas dans le même circuit que les libraires, on avait un prix d’achat qui était supérieur. Donc en fait, il était vendu 86 € et Monsieur le Maire a donc demandé que l’on baisse le prix à 50 €.

Monsieur DUPONT-AIGNAN :

Parce que nous, nous le payons plus cher ?

Madame RENONCIAT :

Nous le payons plus cher que les libraires qui sont dans un circuit spécifique.

Monsieur DUPONT-AIGNAN :

On va vérifier ; soyons clairs : pour Caillebotte au Jardin, on l’a modifié…

Madame RACT-MADOUX :

Par contre, les prix ne sont pas modifiés sur le site Internet, par exemple.

Monsieur DUPONT-AIGNAN :

Il faut vendre Caillebotte au Jardin au même prix. Cela a été fait de manière empirique en attendant une délibération. Dans un premier temps, nous l’avions proposé plus cher à la vente pour la bonne cause, c’est-à-dire pour l’exposition. Je demande à l’Administration de vérifier ce qui est légal et ce qui ne l’est pas. Nous nous ne sommes pas libraires mais ce peut être une source de profits pour les contribuables yerrois. C’est comme un produit dérivé… Nous allons donc étudier cette affaire. La boutique de l’exposition nous permet d’ailleurs de gagner beaucoup d’argent. La moitié du chiffre d’affaires des entrées est imputable à la boutique. Ce soir, nous en sommes à 176 072,60 € de ventes pour la boutique, 371 217 € de recettes pour 58 302 entrées, hors- scolaires.

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal adopte la délibération suivante :

Le Conseil Municipal,

VU le Code Général des Collectivités Territoriales,

CONSEIL MUNICIPAL du 09 FEVRIER 2015 AMENDEMENT SUR PROCES-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 JUIN

CONSEIL MUNICIPAL du 09 FEVRIER 2015

AMENDEMENT SUR PROCES-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 JUIN 2014

APRES en avoir délibéré,

VU l'avis de la Commission Finances et Affaires Générales,

A la majorité (3 contre : A. BETANT, E. JAUNEAU, D. RACT-MADOUX),

ADOPTE les tarifs ainsi que leurs dates d’application, conformément aux tableaux annexés à

la présente délibération, concernant les différents services municipaux,

DIT que pour les prestations scolaires, périscolaires et les centres de loisirs, une majoration de 10 % au tarif correspondant à l’activité choisie sera appliquée si la réservation se fait moins de 2 jours à l’avance ou en l’absence de réservation,

DIT que cette majoration ne concerne pas les études et les séjours camping de 5 jours organisés dans le cadre d’un centre de loisirs élémentaire,

DIT que le non-respect répété des horaires de fermeture des accueils et des centres de loisirs entraine une majoration de 7,24 €,

DIT que cette pénalité sera appliquée à compter du troisième retard constaté sur le même mois,

DE REVALORISER les tarifs et les modalités de paiement des services publics scolaires, périscolaires et de petite enfance, comme précisés en annexes.

AUTORISE Monsieur le Député-Maire à signer tout document afférent à l’application de l’ensemble desdits tarifs,

DIT que les recettes sont prévues au budget de la Commune.

<< >>