Vous êtes sur la page 1sur 28

FOOTBALL

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 16° : ALGER 29° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
16°
: ALGER
29° : TAMANRASSET
p. 2

Mercredi

11 Février 2015

-

21 Rabie

El Thani

1436

-

N° 867

- Troisième année

- Prix : Algérie

: 10

DA.

France :

1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-MALI

Le Président

ALGÉRIE-MALI Le Président M.Modibo Keita :  

M.Modibo Keita :

 

Bouteflika

Les pourparlers intermaliens menés sous la médiation de l'Algérie sont «en très bonne voie»

RÈGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE:

La Grande-Bretagne

le travail

apprécie

reçoit le Premier ministre malien

«efficace»

de l'Algérie

P. 28

P. 28

P. 28

 

17 E OPÉRATION DE RELOGEMENT À ALGER

Un toit pour 1435 familles

issues des sites d'habitations précaires

Plusieurs projets seront relancés dans la wilaya d'Alger à l'issue de la 17 e opération de relogement qui va bénéficier, depuis hier mardi, à 1.435 familles issues des sites d'habitations précaires, dont celles occupant des périmètres de chantiers, a-t- on constaté. Le recasement des 197 familles du bidonville «Carrière» dans la commune de Beni Messous permettra la poursuite des travaux de la première phase du projet de réalisation d'un ouvrage sur l'oued Beni Messous. Ce projet consiste à créer des tunnels, à quatre endroits différents, pour permettre l'écoulement des eaux de cet oued, tout en réalisant en surface et sur 3 km une voie rapide 2x2 reliant Bouzaréah au chemin de wilaya 111, selon sa fiche technique. La phase «prioritaire» de ce projet porte sur la réalisation d'un ouvrage monolithe sur 1 km au niveau du quartier Sidi Youcef où se trouve le bidonville «Carrière» évacué de ses occupants à l'occasion de cette opération de relogement.

à l'occasion de cette opération de relogement.   P. 3 Ph : Archives ÉDUCATION Benghebrit
 

P. 3

Ph : Archives

ÉDUCATION

Benghebrit

ENSEIGNEMENT

M. ABDELHAMID BOUDAOUD, PRÉSIDENT DU COLLÈGE DES EXPERTS ARCHITECTES, INVITÉ HIER DU FORUM DE DK NEWS

ENSEIGNEMENT M. ABDELHAMID BOUDAOUD, PRÉSIDENT DU COLLÈGE DES EXPERTS ARCHITECTES, INVITÉ HIER DU FORUM DE DK

SUPÉRIEUR :

s'engage à régler les problèmes, les syndicats optent pour la grève

P. 4

M. Mebarki

900 000 constructions inachevées et 1,2 million de logements inoccupés !

P.p 6-7

promet de bonnes nouvelles aux enseignants universitaires

P. 4

SANTÉ
SANTÉ

AFFAIRES

RELIGIEUSES

SELON LE PRÉSIDENT DU COMITÉ OLYMPIQUE ESPAGNOL : Bientôt un match amical Algérie-Espagne P.26
SELON LE PRÉSIDENT
DU COMITÉ OLYMPIQUE
ESPAGNOL :
Bientôt
un match amical
Algérie-Espagne
P.26

P.5

Cancer Une chercheuse découvre une molécule capable de tuer les tumeurs Pages 14-15
Cancer
Une chercheuse
découvre une
molécule capable
de tuer les
tumeurs
Pages 14-15

Création

annoncée d'un observatoire national de lutte contre l'extrémisme religieux

SÉTIF

Démantèlement par la police d'un réseau de malfaiteurs spécialisé dans le vol de véhicules

P. 12

Démantèlement par la police d'un réseau de malfaiteurs spécialisé dans le vol de véhicules P. 12

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mercredi 11 février 2015 D’ EIL Météo Horaires des prières Mercredi

2 DK NEWS

Mercredi 11 février 2015

D’

EIL

Météo
Météo

Horaires des prières

Mercredi 21 Rabih El-Thani 1436

Fajr 06:14 Dohr 13:03 Asr 16:00 Maghreb 18:27 Isha 19:44
Fajr
06:14
Dohr
13:03
Asr
16:00
Maghreb
18:27
Isha
19:44

Régions Nord : 16° à Alger

Temps généralement ensoleillé en cours de jour- née. Les vents seront faibles à modérés. La mer sera peu agitée.

Régions Sud : 25° à Tamanrasset

Temps voilé à localement nuageux du Sud-Ouest vers la Saoura, le Nord Sahara et les Oasis avec quelques pluies locales. Ailleurs, temps ensoleillé. Les vents seront modérés avec quelques soulèvements de sable locaux.

 

Max

M i n

Alger

16°

06°

Oran

17°

10°

Annaba

15°

10°

Béjaïa

14°

09°

Tamanrasset

25°

08°

DU 14 AU 23 FÉVRIER À BISKRA 85 poètes au 1 er Festival international de la poésie arabe classique

Le 1 er Festival international de la poé- sie arabe classique réunira, du 14 au 23 février à Biskra, 85 poètes de plusieurs pays arabes, a indiqué hier le commis- saire de la manifestation, Ahmed Moua- daâ. M. Mouadaâ, également directeur de la culture de la wilaya de Biskra,a précisé, au cours d’une conférence de presse, que les aèdes attendus viendront de nom- breux pays parmi lesquels la Tunisie, la Syrie, la Jordanie, l’Irak, le Liban et l’Egypte. Le festival donnera lieu, en plus des récitals de poé- sie, à des conférences-débats autour des thèmes «La poésie et l’évè- nementiel», «La poésie et la mondialisation» et «La poésie arabe mo- derne», a ajouté M. Mouadaâ, soulignant qu’un effort particulier sera consenti pour mettre en valeur, à l’intention du public et des invités, à travers des expositions et des excursions, toute la splendeur des Zi- ban. Le grand poète Abou El Kacem Khemar, originaire de Biskra, sera honoré à cette occasion de cette manifestation dont l’invité d’honneur sera la Palestine dont le combat sera illustré au cours de déclamations de poésie engagée.

illustré au cours de déclamations de poésie engagée. DEMAIN AU PALAIS DE LA CULTURE Vernissage de

DEMAIN AU PALAIS DE LA CULTURE Vernissage de l’exposition «Emotion plurielle»

Le Palais de la Culture, Moufdi-zakaria, organise demain jeudi 12 février à partir de 18h à la galerie d’arts Baya, le vernissage de l’exposition «Emotion plu- rielle» de l’artiste Fatiha Bisker.

DEMAIN AU MAMA

Soirée avec le quintette de saxophones de Séville

Dans le cadre de la 6 e édi- tion du Festival international d’art contemporain d’Alger, l’ambassade d’Espagne et l’Institut Cervantès d’Alger, en collaboration avec le Mu- sée public national d’art mo- derne et contemporain (MAMA), organisent demain jeudi 23 février à partir de 17h au sein du musée d’art contemporain, un concert du quin- tette de saxophones du Conservatoire supérieur de musique de Séville.

FOREM

du Conservatoire supérieur de musique de Séville. FOREM Séminaire demain sur la santé et l’environnement La

Séminaire demain sur la santé et l’environnement

La Fondation nationale pour la promotion de la santé et le déve- loppement de la recherche (FO- REM) organise, demain jeudi 12 fé- vrier à 9h, à l’université des Frères Mentouri de Constantine, un sé- minaire sur le thème «Santé et En- vironnement».

sé- minaire sur le thème «Santé et En- vironnement». CE MATIN À 10H30 Le P-DG d’Alliance
sé- minaire sur le thème «Santé et En- vironnement». CE MATIN À 10H30 Le P-DG d’Alliance
CE MATIN À 10H30 Le P-DG d’Alliance Assurances, M. Hassan Khelifati, invité du Forum de
CE MATIN À 10H30
Le P-DG d’Alliance
Assurances, M. Hassan
Khelifati, invité du
Forum de DK News
Le P-DG d’Alliance As-
surances, M. Hassan
Khelifati, sera l’invité ce
matin à 10h30 du Forum
secteur des assurances
et son impact sur le déve-
loppement écono-
mique».
La rencontre
de
DK News pour une
conférence-débat. L’hôte
aura lieu au Centre de
presse de notre publica-
de
DK News abordera le
thème «L’évolution du
tion, sis 3, rue du Djurd-
jura, Ben Aknoun, Alger.
Mobilis
Lancement du nouveau
Pack Prépayé LG
Mobilis an-
nonce la commer-
cialisation d’un
nouveau « Pack
Mobile », de
marque LG, a des-
tination des clients
prépayés, à travers
ses 166 agences
commerciales ré-
parties à travers les
48 wilayas du pays.
A compter d’au-
jourd’hui, Mobilis
propose, un télé-
phone multimédia compatible 3G de marque LG
« L 20 », pour seulement 5900 DA/TTC, commer-
cialisé sous forme de pack, comprenant un smart-
phone et une SIM Mobtasim 2G/3G dotée d’un cré-
dit initial de 100DA et d’un bonus mensuel en ap-
pel, SMS et interne valable 30 jours vers tous les ré-
seaux nationaux, durant (3) trois mois. Mobilis pré-
cise, que les abonnés de cette offre, auront accès
au menu *600# qui permet de bénéficier de mul-
tiples avantages : (15 min/Tous, 50 min/Mobilis, Pass
internet,…etc). Pour plus d’information, rendez-
vous sur le site de Mobilis www.mobilis.dz ou sur
notre page Facebook.
site de Mobilis www.mobilis.dz ou sur notre page Facebook. TRAVAUX PUBLICS Kadi les 15,16 et 17

TRAVAUX PUBLICS

Kadi les 15,16 et 17 février à M’sila et Illizi

Dans le cadre du suivi des pro- jets du secteur, le ministre des Travaux publics, M. Abdelkader Kadi, effectuera le dimanche, lundi et mardi 15/16/17 février 2015, une visite de travail et d’inspection dans les wilayas de M’sila et Illizi.

et d’inspection dans les wilayas de M’sila et Illizi. VENDREDI À 10H30 Rencontre ANR-FFS Dans le

VENDREDI À 10H30

Rencontre ANR-FFS

de M’sila et Illizi. VENDREDI À 10H30 Rencontre ANR-FFS Dans le cadre des consultations bi- latérales

Dans le cadre des consultations bi- latérales avec les acteurs politiques et sociaux, en vue de la tenue de la Confé- rence nationale de consensus (CNC), l’Alliance nationale républicaine (ANR) rencontrera le Front des forces socia- listes (FFS), vendredi 13 février à par- tir de 10h30 au siège de l’ANR.

CONDOR ELECTRONICS

Lancement d’un nouveau produit

A l’occasion du lancement d’un nouveau produit, le groupe Condor Electronics orga- nise ce soir à par- tir de 18h une soi- rée au niveau de la salle Mawakif hôtel Aurassi à

18h.

rée au niveau de la salle Mawakif hôtel Aurassi à 18h. SEAAL Suspension samedi de l'alimentation

SEAAL Suspension samedi de l'alimentation en eau potable dans 3 communes d'Alger

L'alimentation en eau pota- ble sera suspendue samedi de 12h00 à 23h00 dans trois com- mune d'Alger, a indiqué hier la Société des eaux et de l'assainis- sement d'Alger (SEAAL) dans un communiqué. L'eau sera suspendue dans les communes d'El Mouradia, Bir Mourad Raïs (en partie) et El Madania (cité des 108-Logements), a précisé la SEAAL, expliquant que cette suspension est

a précisé la SEAAL, expliquant que cette suspension est causée par des travaux d'installation de vannes

causée par des travaux d'installation de vannes sur le réseau principal de distribution, localisés au niveau de l'avenue des frères Bouaddou (Bir Mourad Raïs). A cet effet, un dispo- sitif de citernage sera mis en place afin d'alimenter, en prio- rité, les établissements publics et hospitaliers pour réduire les désagréments pour la population, a assuré la SEAAL.

LES 14 ET 15 FÉVRIER À L’AURASSI

3 e conférence Fikra

La 3 e édition de conférence nationale Fikra, dédiée à la promotion d’idées d’avenir, se tiendra les 14 et15 février 2015 à l’hôtel Aurassi.

Mercredi 11 Février 2015

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

DES PROJETS SOCIO-ÉDUCATIFS RELANCÉS APRÈS LA 17 E OPÉRATION DE RELOGEMENT

Des chantiers partout

Plusieurs projets seront relancés dans la wilaya d'Alger à l'issue de la 17 e opération de relogement qui va bénéficier, à partir d’hier, à 1.435 familles issues des sites d'habitations précaires, dont celles occupant des périmètres de chantiers, a-t-on constaté.

Le recasement des 197 familles du bidonville «Carrière» dans la com- mune de Beni Messous permettra la poursuite des travaux de la première phase du projet de réalisation d'un ou- vrage sur l'oued Beni Messous. Ce projet consiste à créer des tun- nels, à quatre endroits différents, pour permettre l'écoulement des eaux de cet oued, tout en réalisant en sur- face et sur 3 km une voie rapide 2x2 re- liant Bouzaréah au chemin de wilaya 111, selon sa fiche technique. La phase «prioritaire» de ce projet porte sur la réalisation d'un ouvrage monolithe sur 1 km au niveau du quartier Sidi Youcef où se trouve le bi- donville «Carrière» évacué de ses oc- cupants à l'occasion de cette opération de relogement. «L'ouvrage est réalisé sur 500m et les travaux sont en cours pour la réa- lisation des 500m restant», a indiqué le directeur de wilaya des Ressources en eau, Smaïl Amirouche lors d'une vi- site d'inspection au chantier du wali Abdelkader Zoukh. Le taux d'avance- ment des travaux est de 54%, à trois mois de la fin des délais ( juin 2015). Interrogé par l'APS sur le projet dans sa globalité (quatre ouvrages monolithes et une desserte rapide entre Bouzaréah et le CW 111), M. Amirouche a souligné que sur les deux premiers kilomètres (Bouza-

a souligné que sur les deux premiers kilomètres (Bouza- réah-Sidi Youcef ), le projet n'est pas

réah-Sidi Youcef ), le projet n'est pas budgétisé alors que le kilomètre res- tant sera réalisé sur le budget de wi- laya. La 17 e opération de recasement va également permettre le démarrage des travaux de réalisation d'un nouveau bloc de 1.000 places pédagogiques à l'université d'Alger 2 (Dely Ibrahim), après le relogement de quatre fa- milles qui occupaient l'emprise du projet. Ces familles gênent les travaux de construction de ce bloc pédagogique, qui auraient du commencer en sep- tembre 2014. Leur évacuation n'a été décidée que lors de la visite d'inspec- tion le 3 février dernier à Alger du mi- nistre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Moha- med Mébarki. M. Mébarki, en présence du wali, avait vivement interpellé les respon- sables du projet pour n'avoir «rien fait» depuis cinq mois afin de lancer les tra- vaux et M. Zoukh a tout de suite récla- mer les dossiers de ces familles. L'opération de relogement en cours, la deuxième du genre en 2015, va permettre d’évacuer 39 sites d’ha- bitation précaires comme l’ex-ferme pilote de Mohammadia (200 familles), la cité «Evolutive» de Aïn Bénian (150 familles), les bidonvilles «Carrière» de Beni Messous (197 familles), «les Trois caves» de Rouïba (103 familles) et 12 an-

ciennes maisons traditionnelles à El Mouradia (110 familles), avait an- noncé dimanche M. Zoukh. Sur les 1.435 familles concernées, 557 sont issues de 11 bidonvilles, 307 oc- cupent l’emprise de plusieurs projets publics, 144 squattent une douzaine de structures publiques tandis que 150 fa- milles vivent dans un quartier précaire (Aïn Bénian) et 144 dans des immeu- bles menaçant ruine, a-t-il indiqué. Toutes ces familles seront recasées dans 13 cités, dont deux seront inau- gurées à cette occasion : la cité des 576- Logements de Meftah (wilaya de Blida) et la cité des 400-Logements de Aïn Bé- nian. Les 17 opérations de relogement des familles occupant les bidonvilles, les caves et les terrasses des immeubles, les immeubles menaçant ruine (IMR)

à travers le territoire de la capitale, ont permis depuis leur lancement en juin

2014 de reloger 16.945 familles.

Le programme de wilaya de lutte contre l’habitat précaire est doté de plus de 84.700 logements sociaux lo-

catifs, dont la distribution depuis juin

2014 d’un premier quota de 25.000

unités est quasiment achevé et 11.200 autres unités, initialement annon- cées pour fin 2014 puis pour le premier trimestre 2015, seront selon le wali ré- ceptionnées «au début du premier semestre 2015».

LUTTE

CONTRE

LA

CONTREBANDE:

BORDJ BADJI MOKHTAR

7 contrebandiers africains appréhendés et 4 véhicules tout-terrain saisis (MDN)

Sept contrebandiers de différentes nationalités afri- caines ont été appréhendés et quatre véhicules tout-ter- rain ainsi que huit détec- teurs de métaux ont été sai- sis lundi à Bordj Badji Mokhtar par des éléments de l'Armée nationale popu- laire (ANP), indique mardi

le ministère de la Défense nationale dans un commu- niqué. «Dans le cadre de la sécu- risation des frontières et de la lutte contre la contre- bande et le crime organisé, deux détachements de l'Ar- mée nationale populaire du secteur opérationnel de

Bordj Badji Mokhtar ont ap- préhendé hier 9 février 2015, 7 contrebandiers de diffé- rentes nationalités afri- caines et ont sais 4 véhi- cules tout-terrain, 8 détec- teurs de métaux, un télé- phone portable et un télé- phone satellitaire», précise le MDN. Par ailleurs, un dé-

tachement relevant du sec- teur opérationnel d'El Oued et dépendant de la 4ème Région militaire a saisi, le même jour, «un véhicule tout-terrain, 20 bicyclettes et 3 motos», et ce, suite à une patrouille de reconnais- sance près des frontières Est, ajoute la même source.

Reprise du trafic des trains électrifiés sur la ligne Réghaïa-Corso

Le trafic de voyageurs à bord des trains électriques entre Réghaïa et Corso (Boumerdès), dans la banlieue Est d'Alger, a été normalisé avec la re- mise en service depuis samedi des deux voies de la ligne, a indiqué mardi la Société nationale des transports fer roviaires (SNTF) dans un com- muniqué. «La SNTF a souligné que le trafic de voyageurs des trains électriques entre Réghaïa et Corso a repris à compter du 8 février 2015». «Suite aux actes de mal-

veillance, un système de voie unique temporaire a été mis en place entre Ré- ghaïa et Corso pour permettre la réa- lisation des travaux de réparation de la caténaire sur ce tronçon» de la ligne ferroviaire de la banlieue Est d'Al- ger, très sollicitée par les voyageurs, a rappelé la SNTF dans son communi- qué. La ligne a subi de sérieux dom- mages dans la foulée des manifesta- tions notamment au quartier Ben- saïdane, dans la commune de Ré-

ghaïa, où la population exigeait depuis décembre 2013, l'annulation d'un pro- jet de centre d'enfouissement tech- nique (CET) implanté en face de leurs maisons. Interrogée sur le devenir de ce projet, la ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement Dalila Boudjemaa avait expliqué lors d'une visite à Alger, qu'une étude sur la gestion des déchets dans la capitale déterminerait le maintien de ce CET ou son annulation.

COOPÉRATION ALGERIE-ONU Amaral Cristina salue l'engagement de l'Algérie pour la défense des principes de la

COOPÉRATION

ALGERIE-ONU

Amaral Cristina salue l'engagement de l'Algérie pour la défense des principes de la Charte des Nations unies

La Coordinatrice résidente du système des Na- tions unies, Cristina Amaral a salué l'engagement de l'Algérie pour la défense des principes de la charte onusienne à travers sa participation permanente dans les débats importants sur les questions d'ac- tualité. M me Amaral a affirmé, lors d'une rencontre, lundi, avec la députée de l'Assemblée populaire na- tionale (APN) Amal Doura que «le taux de représen- tation de la femme dans les assemblées élues en Al- gérie est un exemple à suivre». Elle a salué en outre «les efforts accomplis par l'Algérie pour améliorer le niveau de vie des citoyens en lançant des programmes de développement dans divers domaines». La députée Amal Doura a présenté, de son côté, un aperçu des missions constitutionnelles de l'APN et de son rôle dans la vie politique en tant qu'espace démocratique des plus importants en Algérie. Elle a, par ailleurs, évoqué les réformes les plus importantes engagées par l'Al- gérie à l'initiative du président de la République M. Abdelaziz Bouteflika.

ALGÉRIE - ALLEMAGNE

Le Conseil de la nation et le Parlement allemand soulignent la nécessité de l'autodétermination du peuple sahraoui

Des membres du Conseil de la nation et d'une dé- légation du parlement fédéral allemand (Bundes- tag) ont souligné mardi lors d'une rencontre à Al- ger la nécessité de poursuivre les efforts en faveur de l'autodétermination du peuple sahraoui, a indi- qué un communiqué de la Chambre haute du par- lement. La rencontre qui a réuni des membres du Conseil de la nation et d'une délégation du groupe parlementaire d'amitié avec les pays du Maghreb au sein du Bundestag a permis «l'échange de vues sur plusieurs questions politiques internationales et l'examen des relations bilatérales notamment par- lementaires et des moyens de les renforcer et de les promouvoir», ajoute le communiqué. Par ailleurs, les deux parties, ajoute la même source, «ont évoqué le phénomène de terrorisme transcontinental et la nécessité d'une coordination opérationnelle pour y faire face». Par la même oc- casion, «la situation en Europe Orientale et la région du Sahel» a également été abordée, conclut le communiqué.

ALGÉRIE - ITALIE

Signature prochaine d'une convention de coopération touristique entre les deux pays

Le Directeur général de l'Office national algérien de tourisme (ONAT) Mohamed Chérif Selatnia a in- diqué mardi que son institution signerait pro- chainement une convention de coopération touris- tique avec l'Italie. Dans une déclaration à l'APS, M. Selatnia a pré- cisé que cette convention sera signée à l'occasion de l'organisation de «la Bourse internationale du tou- risme» à Milan du 12 au 14 février 2015. Dans ce cadre, le même responsable a souligné que la convention vise à «renforcer la présence tou- ristique algérienne dans ce pays et attirer les tou- ristes italiens en Algérie qui connaît une situation sécuritaire stable». Le DG de l'ONAT a estimé que l'organisation de la Bourse internationale du tou- risme à laquelle participera l'Algérie est une occa- sion pour promouvoir le produit touristique natio- nal en vue d'attirer les touristes étrangers. APS

ALGÉRIE - TUNISIE

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Mercredi 11 Février 2015

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR :

M. Mebarki promet de bonnes nouvelles aux enseignants universitaires

promet de bonnes nouvelles aux enseignants universitaires Le ministre de l’Enseigne- ment supérieur et de la

Le ministre de l’Enseigne- ment supérieur et de la Re- cherche scientifique, Moha- med Mebarki, a promis, hier à Tizi Ouzou, où il a effectué une visite de travail, «beaucoup de bonnes nouvelles» aux ensei- gnants universitaires en ré- ponse à leurs préoccupations socioprofessionnelles. Répon- dant aux questions des journa- listes sur le mouvement de pro- testation du Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), qui ont appelé à une grève ouverte à partir de ce mardi, M. Mebarki a déclaré qu’il était «tout à fait normal» que ces enseignants posent des problèmes liés à leurs condi-

tions de vie et de travail.

«Je vais les rencontrer et j’ai beaucoup de bonnes nouvelles à leur annoncer», a-t-il dit.

a, par ailleurs, ajouté que

ces enseignants «sont aussi bien responsables que le recteur et le ministre de l’Enseignement supérieur de la bonne marche

de l’université algérienne». Au terme de sa visite, le mi- nistre a reçu, au niveau de l’Hô- tel Amraoua, une délégation du Conseil national des ensei- gnants du supérieur (CNES) avec laquelle il s’est entretenu pendant près d’une heure.

A l'issue de cette réunion,

des membres de cette déléga- tion ont indiqué à l’APS être sa- tisfaits de cette entrevue. Lors d’une visite à la cité universitaire Rhahlia, M. Me- barki, qui a été abordé par des étudiants et des employés des

£uvres universitaires, a souligné que les portes du dialogue sont ouvertes pour trouver des solu- tions aux préoccupations de la famille universitaire.

Il a demandé aux représen-

tants des travailleurs des œuvres universitaires de dégager une délégation qui se déplacera à Al- ger pour discuter de leurs préoccupations.

Il

Et insiste sur la gestion rationnelle des structures et des moyens humains du secteur

Le ministre de l’Enseigne- ment supérieur et de la Re- cherche scientifique, Mohamed Mebarki a insisté, hier à Tizi Ouzou, sur la nécessité d’une gestion rationnelle des struc- tures et des moyens humains de son secteur. Informé sur la fermeture de quatre amphithéâtres de la fa- culté de médecine, depuis 10 ans, de l’université Mouloud- Mammeri, M. Mebarki a estimé, à l’occasion d’une visite de tra- vail dans la wilaya, qu’il n’était "pas normal de demander l’ins- cription de nouveau projets, pour le secteur, alors que des in- frastructures existantes ne sont pas exploitées". Selon le doyen de la faculté de médecine, Hocine Ait Ali, "cette faculté construite en préfabriqué en 1986 avait dé- passé sa durée de vie qui est de 25 ans". Quatre infrastructures ont été fermées sur avis des ser- vices du Contrôle technique de la construction (CTC), a-t-il pré- cisé. M. Mebarki a rappelé que la gestion rationnelle des res- sources humaines et matérielles

du secteur rentre dans le cadre des orientations du gouverne- ment pour la prochaine rentrée universitaire, assurant que "toutes les dispositions ont été prises pour assurer une bonne rentrée universitaire 2015/2016 et améliorer la qualité de l’encadre- ment pédagogique des étu- diants". Le ministre a inspecté plu- sieurs chantiers relevant du sec- teur qui sont en cours de réalisa- tion au niveau du pôle universi- taire de Tamda, où sont implan- tés des projets de réalisation de 17. 000 places pédagogiques et de 5.000 lits. Il a, à cette occasion, exhorté les entreprises réalisatrices des projets à accélérer la cadence pour être au rendez-vous de la prochaine rentrée universitaire. Il est prévu à cet effet la réception de plus de 7.000 places pédago- giques et de 5.000 lits, a indiqué le ministre à l’issue de sa visite. Ces nouveaux projets, a-t-il ajouté, vont permettre d’aug- menter les capacités d’accueil de l’université de Tizi Ouzou qui ac- cueille plus de 47.000 étudiants.

GRÈVE DU SECTEUR DE L'ÉDUCATION:

Benghebrit s'engage à régler les problèmes, les syndicats optent pour la grève

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé hier son «engagement» à trouver des solutions aux questions qui préoccupent les fonctionnaires, tout en admettant que leur règlement «exige un

certain temps».

«Je réaffirme mon engagement

àtrouverlessolutionsauxquestions

qui continuent de préoccuper mes

fonctionnaires», a déclaré à l'APS

M me Benghebrit en réaction à la

grève de deux jours (10 et 11 fé- vrier) à laquelle avait appelé la Coordination des syndicats de l'Education (CSE). La ministre a insisté, à ce propos,

sur le fait que le règlement de cer-

taines préoccupations «exige un certain temps». «Accordez-nous

ce temps et ayez confiance en nous.

La stabilité du secteur et la réussite de nos enfants sont notre priorité absolue»,asoulignéM me Benghebrit

à l'attention des syndicats grévistes. Elle avait auparavant souligné la nécessité de s'entendre avec les parternaires sociaux une position

«qui protège, avant tout, l'intérêt de l'élève» réaffirmant son attache- ment au principe du dialogue pour

trouverlessolutionsauxproblèmes

dont souffre le secteur une dizaine d'années. La première responsable du secteur a souligné la nécessité

d'avoir confiance «quant à la satis-

factiondesrevendicationssociopro-

fessionnelles restantes». «C'est une question de temps»,

a-t-ellesoutenuinsistantque«laré-

vision des statuts des travailleurs de l'Education ne doit pas se faire

sous pression ni dans la précipita- tion». Le mouvement de protesta- tion initié par la coordination des syndicats de l'Education (CSE)-re- groupant sept syndicats- a concerné selon des responsables syndicaux les trois cycles d'ensei- gnement (primaire moyen et secon- daire) et a été diversement suivi a travers le territoire national.

Ces responsables se sont félici- tés dans des déclarations à l'APS de

l «importante mobilisation» des

enseignants en faveur de ce mou- vement de protestation réaffirmant leur attachement aux préoccupa- tions urgentes soulevées à la tutelle. En réaction à la conférence de presse animée dimanche par la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, la CSE avait décidé dimanche de «maintenir» l'appel à la grève nationale pour les

10 et 11 février 2015 pour la prise en

chargedesrevendicationsurgentes

soulevées. Dans ce sens, les mem- bres de la CSE avaient indiqué que «le ministère sera seul responsable des répercussions de ce mouve- ment de protestation». Le secrétaire national de l'Union nationale des travailleurs de l'Edu- cation et de la formation (UNPEF), Messaoud Amraoui a déclaré à

et de la formation (UNPEF), Messaoud Amraoui a déclaré à Benghabrit promet de répondre aux préoccupations

Benghabrit promet de répondre aux préoccupations des fonctionnaires

l'APS que le taux de suivi prélimi- naire était «important» soulignant que la tutelle «se dérobe» à ses res- ponsabilités et adoptait la politique

de «tergiversation» et de «brico- lage» qui ne vise pas à chercher des solutions définitives aux préoccu- pations soulevées. Il a toutefois admis que le règle- ment des problèmes du secteurs «relevait du gouvernement» et qu'il n'était pas du ressort du ministère. Il a évoqué les procès-verbaux si- gnés entre la direction générale de la Fonction publique, le minis- tère, et les syndicats en vertu de l'ins- truction n°4 et son complément n°11 émanant du gouvernement quiarejetéplusieursrevendications retenues y compris celle relative à l'effet rétroactif du processus d'in- tégration. Concernant la révision des statuts des travailleurs du sec- teur, il s'est montré sceptique concernant l'intention du ministère. «La révision n'exige pas cinq longuesannées.Uneannéesuffira»

pour clore ce dossier, a-t-il insisté.

Le coordonnateur national du SNAPEST, Meziane Meriane a es- timé, de son côté, que l'appel à la grève a été «largement» suivi au ni- veau de tous les secteurs et corps af- firmant que le recours à la grève ne visait nullement à «faire pression sur la tutelle». A une question sur l'impact du mouvement de grève sur le dérou-

lement des cours, il a estimé qu' «un

arrêt de cours d'un jour et demi ne pourrait en aucun cas être préjudi- ciable pour l'élève comparé aux mauvaisesconditionsquientourent le processus éducatif comme la surcharge des classes et des pro-

grammes.3

Interrogéssurl'éventuellepour-

suite du mouvement de protesta- tion au delà de demain, des respon- sables de la CSE ont précisé que les

conseils nationaux de leurs syndi- cats trancheront la question lors de leurs prochaines rencontres.La grève a été «faiblement» et «diver- sement» suivie dans son premier jour, ont constaté des journalistes de l'APS. Selon la même source, le mou- vement de grève n'a pas touché l'ensemble des établissements sco- laires d'Alger. Les enseignants des lycées Has- siba Benbouali, Thaalibya et Aï- cha (Hussein Dey) et ceux du collège SaïdAnnani(LesSources)n'ontpas adhéré à la grève. Dans les autres wi- layas du pays, le suivi a été partiel. A Ouargla les cours se sont dé- roulés normalement au niveau des établissements dans le primaire et le secondaire. Seuls quelques enseignants n'ont pas rejoint les salles de cours. A Constantine, le suivi a été «re- latif» en général. Au centre-ville, les classes se sont déroulées normale- ment mais dans d'autres localités, les élèves ont du quitter l'école en raison de l'absence des enseignants. Le mouvement de grève a été diver- sement suivi dans les wilayas de l'ouest du pays. La CSE avait demandé à la tutelle de réviser les statuts des différents corps de l'éducation nationale dans un souci d»équité et de justice» en matière de classement, de promo- tion, de réintégration et des postes nouvellement créés. La CSE appelle, également, à la promotion systématique des per- sonnels et travailleurs du secteur de l'Education durant leur carrière professionnelle, la récupération des instituts de technologie pour leur exploitation dans la forma- tion spécialisée et l'élargissement du réseau national des écoles supé- rieures des enseignants.

Appel à des projets de master et de doctorat dans les universités algériennes et tunisiennes

Les participants à la session de la Conférence algéro-tunisienne des universités, organisée à l’université Larbi-Tébessi de Tébessa, ont ap- pelé, hier, à l’impulsion de projets communs de master et de doctorat et à l’institution d’une commission pé- dagogique commune. Le recteur de l’université de Té-

bessa, Saïd Fekra, a indiqué à l’APS, en marge de la rencontre, que cette pro- position s’inscrit dans le cadre de la volonté de faire de cette conférence, aujourd’hui élargie à 10 universités en Algérie et 7 en Tunisie, un espace d’échanges et de partenariat sur nom- bre de questions importantes liées, notamment, à la qualité de l’enseigne-

ment et à la promotion de l’emploi. Cette conférence s’est notamment penchée, au cours de la session de Té- bessa, sur les questions en rapport avec l’enseignement des langues étrangères au cours d’un débat animé par des professeurs d’universités al- gériennes et tunisiennes. S’agissant de l’approfondissement

des échanges entre les universités des deux pays, les participants ont convenu de se rencontrer à nouveau jeudi en Tunisie afin, notamment, de compléter la préparation d’un sé- minaire international qu’abritera «prochainement» l’université Larbi- Tébessi.

APS

Mercredi 11 Février 2015

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

AFFAIRES RELIGIEUSES MOHAMED AISSA L’A ANNONCÉ HIER :

Vers la création d'un observatoire national de lutte contre l'extrémisme religieux

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa a révélé hier à Alger que le gouvernement «a donné son aval» pour la création d'un Observatoire national de lutte contre l'extrémisme religieux en Algérie.

de lutte contre l'extrémisme religieux en Algérie. Dans une déclaration à la presse en marge de

Dans une déclaration à la presse en marge de l'ouverture des travaux de la conférence nationale des cadres de son secteur, le ministre a indiqué que «le gou- vernement a approuvé la demande du mi- nistère concernant la création d'un Observatoire national de lutte contre l'ex- trémisme religieux en Algérie», souli- gnant que le projet sera concrétisé «très

prochainement». Regroupant des cadres du ministère des Affaires religieuses et d'autres secteurs tels l'Education, la Cul- ture et l'Intérieur, l'Observatoire aura pour mission «l'analyse des phénomènes liés à l'extrémisme religieux, la mise à nu des plans élaborés en la matière et la pro- position des solutions idoines» d'autant que «certaines parties exploitent les es-

paces éducatifs, culturels et ceux pour jeunes en vue de faire passer des idées qui prônent l'extrémisme religieux», a-t-il dit. M. Aïssa a souligné que la création de cet Observatoire a pour objectif «la pré- servation de la nation à travers la protec- tion des ses références religieuses nationales fondées sur le rite malékite».

Le Gouvernement confiera «progressivement»

HADJ2015

Le ministre des Affaires reli- gieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa a affirmé, lundi à Alger, que le Gouvernement «confiera de manière progressive l'orga- nisation du Hadj et de la Omra aux agences touristiques, pour peu que ces dernières respec- tent les clauses du contrat conclu entre les deux parties». Intervenant lors d'une réunion préparatoire du hadj-2015 ayant regroupé les agences touris- tiques et l'Office national du hadj et de la omra (ONHO), le ministre a précisé que «l'Etat confiera progressivement aux agences touristiques, publiques et privées, l'organisation du hadj et de la omra en révisant à la hausse le quota de chaque agence en termes d'encadre- ment des hadji». En cas de man- quement aux conditions

l'organisation du Hadj et de la Omra aux agences de voyages

prévues par le contrat conclu avec le hadji, il sera «fait appel à la Justice et l'agence en question se verra exclue de l'organisation du hadj et de la omra et contrainte d'indemniser le hadji». 28.800 hadji seront enca- drés cette année par l'ONHO et 45 agences de voyages dont deux relèvent du secteur public (l'Of- fice national algérien du tou- risme et le Touring Club d'Algérie). Parmi les nouvelles dispositions prises pour le hadj- 2015, M. Aissa a cité, entre au- tres, le paiement électronique des frais du hadj. A rappeler que «les autorités saoudiennes assureront cette année les repas aux hadji algé- riens en vertu des accords qui seront conclus entre la partie al- gérienne et son homologue saoudienne» à l'occasion de la

visite qu'effectuerait en mars le ministre des Affaires religieuses dans les Lieux saints. Pour ce qui est de la date de location des sites d'héberge- ment, le ministre a indiqué qu'elle a été fixée pour le 20 fé- vrier, faisant remarquer qu'en cas de non respect de l'agence de la date susmentionnée, l'ONHO prendra en charge la lo- cation. Des membres de la commis- sion chargée des préparatifs du Hadj 2015, se rendront lundi soir dans les Lieux saints. La commission est composée de représentants de l'ONHO, d'un représentant du ministère des Affaires religieuses ainsi que des représentants des minis- tères du Tourisme et des Fi- nances. Le ministre des Affaires religieuses se rendra en mars

dans les Lieux saints de l'Islam, accompagné d'un délégué de la Banque nationale d'Algérie. Par ailleurs, M. Aïssa a indi- qué que «le coût du Hadj pour cette année n'a pas encore été fixé, car tributaire des coûts en- gendrés par la location des sites devant héberger les hadjis à La Mecque et à Médine». En réponse à une question sur les hadjis partis dans les Lieux saints dans un cadre «non réglementaire», M. Aïssa a confirmé la mort d'un hadji porté disparu depuis 2011, pré- cisant que les autorités algé- riennes «se chargeront du rapatriement des hadji qui sont restés dans les Lieux saints après avoir accompli les rites de la Omra», ajoutant que ces der- niers «ne seront pas poursuivis en justice».

Vers l'élaboration d'un projet de loi d'orientation pour préserver la vie religieuse

Le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa, a affirmé hier à Alger, que son secteur réfléchissait à l'élabo- ration d'un projet de loi d'orientation visant la préservation de la vie religieuse en Algérie. Un débat national est envisagé avec la partici- pation des différentes parties pour l'élaboration d'un projet de loi d'orientation visant à «préserver la vie religieuse en Algérie», a in- diqué M. Mohamed Aissa à l'ouverture des travaux de la conférence nationale des cadres du secteur. Cette loi dont la promulgation est prévue en 2019 permettra, selon lui, de définir les «règles fonda- mentales» liées à la gestion des affaires religieuses en Algérie à l'ins- tar des poursuites judiciaires à l'encontre de personnes qui tentent d'attenter à la référence religieuse nationale ainsi que le durcisse- ment du contrôle des lieux de culte pour non musulmans. Il a appelé à cette occasion, les cadres de son secteur à réfléchir à

de nouveaux modes de gestion du crédit bonifié. D'autre part, le mi- nistre des Affaires religieuses a insisté sur la nécessité d'élaborer un plan d'action comportant une révision du système de formation des Imams en vue d'une «meilleure prise en charge» de la gestion des mosquées, des zaouïas et des écoles coraniques. Le plan compte également une révision de la gestion du système des waqf et l'enseignement du Coran outre la réalisation de la carte de la mosquée qui vise à créer une «mosquée pôle» dans chaque wi- laya et une «mosquée d'application» au niveau de chaque daïra pour l'encadrement des Imams. Les travaux de la conférence nationale des cadres du ministère des Affaires religieuses et des Waqfs qui durera deux jours prévoit plusieurs ateliers dont celui de l'enseignement, de la formation et enfin l'atelier du waqf et de la zakat.

COMMUNICATION :

Gros plan sur l’audiovisuel

COMMUNICATION : Gros plan sur l’audiovisuel Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a annoncé, hier

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a annoncé, hier à Mostaga- nem, qu’une convention serait signée, le 22 février en cours, pour la formation de jour- nalistes et de techniciens dans le domaine de l’audiovisuel. Dans une déclaration à la presse en marge de sa visite de travail dans la wilaya, le ministre a précisé que cette convention se- rait signée entre les ministères du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, de la Communication et de la Formation profes- sionnelle. Le but étant de former des journa- listes, des techniciens et des diplômés de l’université aux métiers de l’audiovisuel. Hamid Grine a signalé que cette forma- tion est également ouverte aux jeunes dési- rant investir les différents créneaux comme le montage, la présentation et l’animation de programmes, l’éclairage, entre autres. Un «important» centre de formation sera inauguré à cette occasion au niveau du Cen- tre international de presse (CIP) d’Alger. Il est doté d’équipements modernes. L’enca- drement sera assuré par des professeurs universitaires nationaux et étrangers. A une question sur la possibilité de créer une chaîne de télévision dédiée à l’univer- sité, le ministre a indiqué qu’il «n’existe aucun projet d’investissement de ce genre», appelant les hommes d’affaires à investir dans le secteur de l’audiovisuel pour lancer, entre autres, ce genre de chaines spéciali- sées. Dans ce contexte, il a rappelé que 30 chaînes de télévision sont recensées actuel- lement en Algérie. «Seules cinq ont été agréées», a-t-il précisé. Par ailleurs, Hamid Grine a annoncé l’ouverture, avant la fin de l’année en cours, de deux instituts interna- tionaux spécialisés dans la formation dans les métiers de la presse. Ils s’ajouteront au nouveau centre de formation en audiovisuel et au CIP. Lors de la conférence de presse qu’il a animée, le ministre a indiqué que 2.000 cartes nationales de journaliste profession- nel ont été distribuées jusqu’à présent en at- tendant le traitement de 1.500 dossiers restants. «Cette carte devra permettre au journaliste d’exercer son métier et d’accéder facilement aux sources de l’information», a- t-il soutenu. Le ministre a également assuré que les cycles de formation se poursuivront au profit des professionnels de la corpora- tion, mais que ceux-ci sont également ou- verts aux correspondants de presse pour «élever le niveau de leur travail et lutter contre certaines pratiques négatives comme l’insulte et la diffamation». Lors de cette vi- site de travail, Hamid Grine a visité la station de TDA, le siège de la radio régionale de Mostaganem ainsi que l’Ecole régionale des beaux-arts.

ARTISANAT

Signature d'accords de certification ISO 9001 avec le CNTC

Des accords de certification selon les normes ISO 9001 ont été signés hier à Alger entre cinq chambres de l'artisanat et le Centre national des technologies et du consulting (CNTC) pour accompa- gner les artisans à obtenir la certifi- cation ISO. En vertu de cet accord, signé avec les chambres de l'artisa- nat d'Alger, Tipasa, Batna, Biskra et Constantine le CNTC devra accom- pagner les entreprises concernées dans ces wilayas dans le cadre d'une expérience pilote de préparation à la certification ISO 9001. Le CNTC

devra également prendre en charge, en coordination avec l'Ins- titut algérien de normalisation (IANOR), la formation des res- sources humaines chargées d'ap- pliquer les critères de certification. La cérémonie de signature s'est dé- roulée en présence de la ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Ya- mina Nouria Zerhouni et la minis- tre déléguée chargée de l'Artisanat, Aïcha Tagabo. Dans ce cadre, M me Zerhouni a souligné l»'importance de recourir à ce type d'opérations de qualité». Elle a rappelé «l'intérêt ac-

cordé par le gouvernement, dans le contexte de développements et mu- tations en cours, aux questions sus- ceptibles de développer les potentialités économiques des en- treprises tous secteurs confondus y compris de l'artisanat en vue de l'encourager à s'améliorer et offrir les meilleures prestations possi- bles». Cette opération-pilote, a-t-elle précisé, est le «couronnement du programme de modernisation lancé par le secteur depuis des an- nées dans la perspective de permet-

tre aux artisans d'intégrer leurs ac- tivités dans le processus du déve- loppement». Insistant sur le soutien de la for- mation continue des artisans, le dé- veloppement de l'entrepreneuriat, la mise en valeur de la créativité et la qualité et la promotion des pro- duits», la ministre a mis en évi- dence l'intérêt d'introduire la gestion de la qualité selon les normes ISO 9001 dans un cadre ex- périmental car il s'agit, a-t-elle dit, d'un procédé scientifique et pra- tique qui permet aux artisans et en-

treprises artisanales de relever les défis». La certification ISO, a expliqué la ministre, encouragera l'entreprise à «améliorer son image et sa noto- riété sur le marché, gagner la confiance du client et du consom- mateur, réduire les charges de la production et augmenter sa renta- bilité et ses gains». Ce procédé est de nature à favo- riser l''amélioration de l'outil de concurrence et l'accès aux marchés extérieurs, a-t-elle encore soutenu. APS

6 DK NEWS

FORUM

Mercredi 11 Février 2015

M. ABDELHAMID BOUDAOUD, PRÉSIDENT DU COLLÈGE DES EXPERTS ARCHITECTES, INVITÉ HIER DU FORUM DE DK NEWS

900 000 CONSTRUCTIONS INACHEVÉES ET 1,2 MILLION DE LOGEMENTS INOCCUPÉS

Quand des bâtisses R+2 deviennent

R+5 ou plus sans autorisation

!

Les Algériens candidats à l’autoconstruction sont nombreux. Trop nombreux même. Certains arrivent à terminer vite. D’autres y vont douce- ment, très lentement même, et d’autres enfin laissent leur construction inachevée. Concernant ce dernier cas, il y a d’après un recensement, 1,2 million de constructions inachevées. De bâtisses inachevées. Ce chiffre, c’est le docteur Abdelhamid Boudaoud qui l’a donné hier, au Forum de DK News dont il a été l’invité pour une conférence-débat sur les constructions inachevées. Le D r Abdelhamid Boudaoud est le président du Collège national des experts-architectes et également le président des Experts-architectes du Maghreb.

Ph. Madjid Nait Kaci
Ph. Madjid Nait Kaci

Said Abjaoui

0,9 million de constructions représentent une mobi- lisation trop importante en matériaux de construction pratiquement tous importés, du moins la plus grande partie. Ajoutons en plus que celles-ci ne sont pas conformes au plan et à l’autorisation de construction. De R+2 déclaré, le projet est modifié unilatéralement à R+5, et même R+7 ou plus, soit 3 étages supplémentaires au moins ou alors à trois logements supplémentaires, si on considère qu’un étage est équivalent à un logement. Il y a alors fraude qui consiste à un accaparement de maté- riaux équivalent à trois logements par bâtisse. Au total il est détourné trois fois 0,9 million soit 2,7 millions d’équi- valent logements. En plus, les constructions inachevées donnent un vi-

sage hideux à ce qui devrait être un village et qui n’est plus qu’un immense bidonville. D’autre part, ces constructions inachevées encouragent la criminalité du fait des enlèvements criminels des jeunes filles qui y sont séquestrées ainsi que la commission d’autres actes de dé- linquants, la drogue et autres. Pour ce qui concerne les logements inoccupés, on si- gnale le nombre de 1,2 million. Le constat n’est pas fait juste pour qu’il le soit. La solution résiderait en l’obliga- tion de les louer. Une loi n O8-15 du 08 juillet 2008 fixe les règles de mise en conformité des constructions et de leur achève- ment. Il s’agit de la qualité des logements qui devraient répondre à un ensemble de critères et cela devrait être des missions confiées à au collège national des experts architectes. Celui-ci est intéressé à l’amélioration de l’ef- ficacité des procédures de mise en conformité. Faudrait-

il détruire les logements et bâtisses construits sur un déni des normes, y compris lorsqu’il s’agit de construc- tions illicites, sans permis de construire car pas d’acte notarié pour le terrain? Pourquoi les services de l’urba- nisme de l’APC ont-ils laissé faire sachant qu’il s’agit de papier timbré ? Ce sont des cas par dizaines de milliers sur tout le territoire national. La plus grande partie et constituée par des actes signés des par les DEC lors de la dissolution des assemblées élues durant la décennie 1990. Il faut violer les lois scélérates et prendre des me- sures de conservation selon le directeur de cabinet du ministère de l’Intérieur de l’époque. La culture du respect des normes a dû avoir changé depuis la disparition des concierges d’immeubles. Nom- bre d’immeubles construits par l’AADL contiennent 14 ou plus d’étages avec des ascenseurs qui tombent en panne.

A

RETENIR

AADL

1456 ascenseurs en panne !

Sur les 55 000 logements construits par l’Agence pour l'Amé- lioration et le Développement du Logement (AADL), 1456 connaissent une panne d’ascenseur. «Le ministre de l’Habitat en personne a reconnu l’existence d’un problème de mainte- nance des équipements installés souvent par des entreprises étrangères. Comment se fait-il qu'on n'ait jamais pensé à ouvrir des ateliers ou à former des techniciens dans le pays pour assu- rer la maintenance de ces ascenseurs qui tombe souvent en panne», s’est interrogé M. Boudaoud.

95% des logements ne sont pas conformes aux normes urbanistiques !

D’après le président du CNEA, 95% des bâtisses construites sur l’ensemble du territoire national ne seraient pas conformes aux règles urbanistiques et architecturales. «Le nombre de lo- gements qui répondent réellement aux règles de mise en confor- mité des constructions ne dépasse pas les 5%. A lui seul, le nombre des constructions inachevées a dépassé les 1 200 000 lo- gements en 2008», a indiqué M. Boudaoud.

3 800 000 logements construits depuis l’indépendance

En 1966, le parc immobilier en Algérie était estimé à 1 979 888 de logements. Dix ans plus tard, soit en 1977, ce nombre est passé

à 2 349 515 habitations. La construction en masse de l’habitat col- lectif a augmenté le volume l’immobilier qui est passé de 3 203

543 logements en 1987 à 4 068 997 logements en 1998. Le dernier

chiffre communiqué par l’Office national des statistiques (ONS)

qui remonte à 2008 fait ressortir 5 726 441 logements pour près de 36 millions d’habitants.

12 000 architectes pour 1541 communes

Selon le président du collège national des experts architectes,

le nombre d’architectes recensés en Algérie est estimé à 12 000

professionnels pour 1541 communes, soit 8 architectes par com-

mune. «Au lendemain de l’indépendance il n’y avait pas plus de

50 architectes algériens» a indiqué M. Boudaoud. En dépit des

difficultés rencontrées, la politique de formation mise en place

a permis de combler le déficit enregistré.

R.R

difficultés rencontrées, la politique de formation mise en place a permis de combler le déficit enregistré.

Mercredi 11 Février 2015

FORUM

DK NEWS 7

« Des difficultés à appliquer la loi »

N E W S 7 « Des difficultés à appliquer la loi » de dinars a

de dinars a été dégagée. «La réhabilitation n’est pas conjoncturelle et ne concerne pas que les façades, et doit se renouveler pério-

diquement pour chaque composante de la bâtisse, de l’im-

meuble ou de la structure urbaine : 20ans pour la plomberie, 15 pour l’électricité, 10 pour la peinture et 25 ans pour la menuiserie (portes et fenêtres). Tous ces élé- ments sont susceptibles de redonner sa qualité au vieux bâti, qui a une importance historique » déclarait le confé- rencier.

Démolir

« C’est une action délicate qui doit être encadrée par des

techniciens affirmés connaissant le bâti en question, ses matériaux de construction et les outils à mettre en œuvre pour le faire. Il est des endroits où l’usage des compres- seurs met en danger tout un ensemble immobilier au-delà de celui qui doit être démoli. Il fragilise les installations et, notamment s’il est près d’une voie ferrée, il peut être à l’origine d’accidents ferroviaires… » témoignait M. Bou- daoud après la survenue d’un accident à Belcourt. Dans tous les cas, il faut exiger une traçabilité de tous les actes administratifs et contractuels en amont et s’assu- rer du suivi des chantiers par des spécialistes veillant au respect du cahier des charges. En cas de démolition «les matériaux nobles comme la céramique, le marbre, le car- relage et la ferronnerie ou simplement les pierres peuvent être récupérés et réutilisés dans l’entretien des anciennes

bâtisses. Ce sera autant de matière première originelle».

Loi 06-06 du 20 février portant loi d’orientation de la ville

Cette loi a toute l’adhésion du président du CNEA, car elle stipule notamment:

Quelle que soit sa définition (métropole, aire métropo-

litaine, grande ville, ville nouvelle, zone urbaine sensible, il y a la ville moyenne et la petite ville, l’agglomération ur- baine, le quartier) la localité doit répondre, au sens de l’ar- ticle 6, à:

« -La réduction des disparités inter-quartiers et la pro-

motion de la cohésion sociale -La résorption de l’habitat précaire ou insalubre -La maîtrise des plans de transport, de déplacement et de circulation dans et autour des villes - Le renforcement des voiries et réseaux divers -La garantie et la généralisation des services publics, particulièrement ceux chargés de la santé, de l’éducation, de la formation -La protection de l’environnement -La prévention des risques majeurs et la protection des populations -La lutte contre les fléaux sociaux, la marginalisation, la délinquance, la pauvreté et le chômage -La promotion du partenariat et de la coopération entre les villes -L’intégration des grandes villes aux réseaux régionaux et internationaux. » Cette vision humaniste propose une politique de la Ville qui amarre l’Algérie au peloton de tête de la modernité.

O. Larbi

Abdelhamid Boudaoud, président du Collège national des experts architectes algériens est une personnalité responsable et passionnée. Responsable car l’architecture est un art qui qui se rapporte à l’humain : «On habiterait une grotte si notre dignité est respectée » dit-il, à plu- sieurs reprises. Passionné car il a la volonté devoir se dévelop- per les villes algériennes au service de leurs ha- bitants. Il y a lieu de penser que lorsqu’ il évoque les pratiques de certains constructeurs privés qui outrepassent les décisions contenues dans les permis de construire délivrés par les APC en bâ- tissant sur une surface de 300m 2 , un R+4, alors que le permis était délivré pour 200 m 2 et la construction d’un R+1 , une pointe d’agacement transparaît dans sa réflexion.

Que faire ?

« Il ya au moins 900 000 bâtisses inachevées, alors que

la loi fait obligation d’achever la construction dans un délai de 5 ans. Le plus souvent, le rez-de-chaussée est entière- ment construit, il servira de dépôt ou de garage tandis que l’étage reste inachevé. L’autorité immédiatement respon- sable est l’APC qui doit intervenir pour que les articles du permis de construire soient respectés à la lettre. Pour quoi ne le fait-elle pas ? Peut-être parce qu’une circulaire a dé- volu cette action à la daïra. » De plus, il y avait donc cette clause de réalisation dans les 5 ans prise en 2008, « 2015 devrait donc voir son appli- cation. Au lieu de cela, la loi de finances 2014 a prolongé de 3 ans cette disposition. » Le bâti inachevé défigure nos villes et plus grave, quand

il y a eu des dépassements, le cadastre communal est blo- qué, puisque le bénéficiaire de l’acte de construire est de-

venu un contrevenant. « Ce cadastre national devrait voir le jour cette année » selon le président du CNEA. Actuelle- ment, seulement 27% sont effectifs ! M. Boudaoud émaille ses propos d’anecdotes qui souli- gnent le fait que les autorités locales n’assument pas leur responsabilité : « On construit 7 villas à Alger, sans aucune indication d’autorisation… A Kouba, un lotissement de vil- las se découvre par l’ouverture de garages au rez-de- chaussée et les piliers qui s’élèvent dans le ciel. »

« 900000 bâtis inachevés, cela représente une popula-

tion de 4,5 millions d’habitants ! Comment les détruire ? » Qui peut les détruire ? Il ajoute : « L’Etat a dépensé énormément d’argent pour les matériaux de construction ; que des particuliers désor- ganisent le marché doit être pénalisé. » Il faut absolument que la mise en conformité du bâti soit effective sinon l’anarchie s’installe avec toutes les conséquences sur l’érosion de l’autorité de l’Etat…

Rural et urbain

Le président du CNEA et du collège des architectes du Maghreb avait mis en évidence «la dualité habitat rural-ha- bitat urbain en se focalisant sur la dualité qui s’est imposée au moment de l’adoption de l’ordonnance portant révolu- tion agraire qui interdisait d’empiéter sur les surfaces agricoles »; les transactions se pratiquaient par des actes sous seing privé, ce qui a obligé le président du Conseil de l’époque à demander à toutes les autorités de veiller à l’ap- plication de la loi. La politique des 1000 villages agricoles est restée ina- chevée puisque moins de la moitié ont été réalisés… Les programmes de logements réalisés depuis le pre- mier recensement général de la population ont doublé chaque fois le parc national de logement : il en a résulté une concentration de la population au niveau des grandes villes et la « réduction » de la plaine de la Mitidja si bien que le ministre de l’Agriculture a été obligé de lancer un signal d’alarme.

Textes

Le conférencier revient à la charge quant aux applica- tions de la loi : « Nous avons des textes de très grande va- leur sur la ville et les espaces urbains sur tout le territoire national. Ces textes ont valeur d’exemple à l’étranger, mais ils ne sont pas concrétisés en Algérie… » Le CNEA a tenu 120 congrès depuis sa création en 1991, « il a produit des dizaines de résolutions transmises aux autorités sur la réhabilitation de La Casbah, l’approche de restauration, de démolition des immeubles et sur d’autres situations. Savez-vous que les recasés dans les chalets après le tremblement de terre de Chlef y habitent toujours ? Que leurs enfants s’y sont mariés ? » Réhabilitation du vieux bâti, la seule façon de sauver les édifices. 1800 immeubles nécessitent une réhabilitation sur le territoire du Grand Alger dont près de 30% requiert une restauration en profondeur. Une enveloppe de 5 milliards

L’administration responsable ?

« Les projets d’urbanisme ont toujours été présentés par des administrateurs plutôt que par leurs concepteurs- architectes ! »

Parc immobilier global

L’Algérie abrite 1,9 million de logements construits avant l’indépendance, soit 27% du parc immobilier natio- nal évalué à 7,2 millions de logements (source Habitat, Ur- banisme et Ville). Aujourd’hui, les chiffres de l’ONS ( Office national des statistiques) estiment que le parc national de logements atteint presque 8 millions et demi, ce qui donne 40 millions d’habitants si on retient la taille de 5 personnes pur un logement occupé ! il n’y aurait donc pas de crise du logement en Algérie. Il y aurait 1,2 million de logements inoccupés.

FATWA

Le CSN édicte une fatwa autorisant l'acquisition de logements via la

formule «location-vente»

Le Conseil scientifique national (CSN) a édicté, lundi

à Alger, deux fetwas autorisant l'acquisition de logements

via la formule «location-vente» et la transplantation d'or- ganes à partir d'un donneur vivant. Le CSN a édicté, au terme des travaux de sa réunion périodique, la fatwa qui «autorise l'acquisition de logements via la formule +lo- cation-vente+, car n'allant pas à l'encontre des préceptes de l'Islam», préconisant toutefois de procéder à un chan- gement d'appellation de «Location-vente» à «Vente par facilité de paiement». Par ailleurs, la commission char- gée d'édicter une fatwa sur la transplantation d'organes humains «a autorisé cette opération lorsqu'une per- sonne, de son vivant, fait don d'un organe à une personne malade, pour peu que les bienfaits l'emportent sur les méfaits». Cependant, le Conseil scientifique national a interdit «la transplantation de tout organe vital dont l'or- ganisme ne peut pas se passer pour survivre, à l'image du cœur». La commission a édicté des fatwas exhaustives sur «l'autorisation de faire une greffe du tissu dermique» et de «faire don d'un rein» pour le donneur vivant, à condition qu'il n'y soit pas contraint. Le CNS a, également, «interdit le don de sperme et d'ovules» dans un souci de protéger la filiation (En-nas- sab), de même que la vente ou le remboursement des dé- penses aux donneurs vivants, plaidant pour la vulgarisation de la culture du don au sein de la société al- gérienne et l'adaptation de la législation à ces fatwas.

Concernant la promotion du CSN au rang d'Instance de

la fatwa (édiction de fatwas), le choix s'est porté sur l'ap-

pellation «Instance nationale de la fatwa», en qualité d'instance nationale légitime dont le siège sera situé dans la Grande mosquée d'Alger. Cette instance aura pour mission d'«unifier les avis re- ligieux et mettre un terme à l'anarchie» tout en œuvrant

à la préservation du référent religieux national basé sur

le Coran et la Sunna. Elle représentera l'Algérie dans les académies de jurisprudence à travers le monde. L'instance sera chargée d'édicter des fatwa (décret re- ligieux) qui lui parviennent des Conseils scientifiques de wilaya et examiner en profondeur les questions com- plexes.

APS

qui lui parviennent des Conseils scientifiques de wilaya et examiner en profondeur les questions com- plexes.
qui lui parviennent des Conseils scientifiques de wilaya et examiner en profondeur les questions com- plexes.
qui lui parviennent des Conseils scientifiques de wilaya et examiner en profondeur les questions com- plexes.
qui lui parviennent des Conseils scientifiques de wilaya et examiner en profondeur les questions com- plexes.

ÉCONOMIE

8 DK NEWS

 

Mercredi 11 Février 2015

 

DÉDOUANEMENT:

 

OUARGLA :

Nécessité de création d’associations et de coopératives de jeunes pour promouvoir la phœniciculture

190 entreprises

dotées du statut d’opérateur économique agréé

La création d’associa- tions et de coopératives agricoles, renfermant une main-d’œuvre jeune et spé- cialisée dans les métiers liés au palmier, en particulier dans la cueillette des dattes, s’avère plus que nécessaire afin de promouvoir et déve- lopper la filière, selon la vi- sion des responsables du secteur des services agri- coles (DSA). En l’absence de mécani-

sation de cette filière, du fait qu’elle doit passer par des études techniques, la direc- tion des services agricoles de la wilaya d’Ouargla, qui recense près de 23.300 hec- tares de surfaces agricoles, dont plus de 2 millions de palmiers dattiers produc- tifs, vise à réhabiliter ces métiers «en net recul», a dé- claré à APS le directeur du secteur, Ahmed Zoubir. En premier lieu, l’activité d’escalade du palmier, qui connait ces dix dernières années une «pénurie» de main d’£uvre, car abandon- née par les jeunes notam- ment, qui la considèrent comme «trop risquée», mal- gré l’importance du palmier dans le contexte social des habitants du sud, à tel point d’être presque «sacré» car ancré dans le patrimoine socioculturel des habitants du Sud. Ce «désintéresse- ment» s’explique, selon M. Zoubir, par les difficultés et les contraintes de ce métier qui demande beaucoup de patience et d’efforts, en plus d’une certaine condition physique et une habileté technique dans d’escalade des palmiers, dont certains peuvent atteindre les 17 mè- tres de haut. En plus des dangers rela- tifs à ce métier, l’absence de mécanismes de sécurité et de cadre juridique garantis- sant une assurance aux grimpeurs de palmiers, selon le même intervenant. Parmi les conséquences du désintéressement des jeunes de cette activité, la détérioration des palmiers, comme constaté actuelle- ment dans plusieurs palme- raies de la région, engendrant d’énormes pertes dans la récolte des dattes. Des régiments de dattes restent parfois suspendus au palmier jusqu’à leur pourrissement, chose qui se répercute négativement sur les rendements, a relevé le directeur des services agri- coles. Sur le sujet, un produc- teur de datte à Ouargla ex-

formation d’une génération de jeunes agriculteurs pour remplacer l’ancienne dont les effectifs se réduisent d’année en année. Les travaux relatifs à cette activité de production de dattes et la promotion de ses récoltes, s’appuient es- sentiellement sur l’entre- tien du palmier en plus de son suivi phytosanitaire pour sa protection des para- sites, en sus de procéder de façon régulière aux cam- pagnes de pollinisation du palmier et de mener les opérations de cueillette à temps afin d’éviter els baisses de rendement, a-t-il ajouté. Ainsi, l’opération d’entretien des palmiers- dattiers exige, selon le DSA, une main-d’œuvre jeune et spécialisée, possédant une connaissance des spécifici- tés de ce métier exercé ac- tuellement majoritairement par des hommes âgés. Pour cela, la création d’associations et de coopé- ratives agricoles pour pro- mouvoir les activités liées aux palmiers, avec la possi- bilité de lui assurer une couverture juridique et so- ciale, et regroupant une main-d’œuvre jeune et qua- lifiée, est devenue une né- cessité pour pérenniser cette richesse agricole et améliorer ses rendements au niveau des nouveaux pé- rimètres agricoles à travers la wilaya, a estimé M.Zoubir. Il s’agit aussi de promou- voir la filière des dattes au niveau de la production et de l’industrie, à travers l’ex- ploitation des dérivés du palmier et des dattes, a-t-il fait savoir. L’organisation de concours pour encourager les jeunes et les attirer vers le métier d’escalade de pal- miers et de coupe des ré- gimes de dattes, au niveau de l’institut national de re- cherches agricoles Sidi- Mahdi, dans la daïra de Touggourt (160 km au nord de Ouargla), figure parmi les initiatives prises par la direction du secteur, mais ont cependant donné des résultats «peu probants», a précisé le même responsa- ble. La production de dattes a connu, ces dernières an- nées, à travers la wilaya d’Ouargla, une hausse dans les quantités récoltées, grâce aux efforts consentis par l’Etat pour promouvoir et développer cette impor- tante richesse agricole. La campagne de récolte de cette saison a donné lieu à 1,29 million de quintaux de dattes de différentes va- riétés, contre 1.27 million de quintaux l’année dernière, selon les statistiques de la DSA.

APS

L'administration douanière a accordé, depuis 2012, le statut d’opérateur économique agréé (OEA) à 190 entreprises algériennes leur permettant de bénéficier des facilitations douanières, a indiqué hier un responsable de la Direction générale des Douanes (DGD).

bénéficier des facilitations douanières, a indiqué hier un responsable de la Direction générale des Douanes (DGD).

Le nombre des bénéficiaires du statut d'OEA devrait augmenter à 200 opérateurs avant la fin mars 2015, a précisé à la presse le di- recteur de la législation et de la réglementation à la DGD, Kadour Bentahar, en marge d’une jour- née d’information sur les dispo- sitions fiscales et douanières de la loi de finances 2015, organisée par la Chambre de commerce et d’industrie algéro-suisse (CCIAS). Ce statut est accordé exclusi- vement aux entreprises publiques et privées exerçant une activité de production de biens et de ser- vices pour leur permettre de bé- néficier de facilitations en matière de dédouanement des produits importés entrant dans la produc- tion, ou ceux exportés, a-t-il ex- pliqué. Questionné sur une éventuelle introduction dans le dispositif de l'OEA des importateurs exerçant dans l’activité de la revente en l’état, le même responsable a in- diqué que l’administration doua- nière attend qu’il y ait "plus de visibilité dans le commerce ex- térieur", ajoutant, cependant, que la DGD vise l’élargissement du dispositif à tous les acteurs in- tervenant dans le domaine du commerce extérieur pour les "fi- déliser" à ce système. "Nous visons également la re-

connaissance internationale mu- tuelle afin de faire profiter les opérateurs algériens de ces mêmes avantages dans d’autres pays adoptant le statut d’OEA", a- t-il encore souligné. Mais trois (3) opérateurs ont été temporai- rement suspendus de ce statut en raison de non respect du cahier de charge relatif à l’OEA, a indiqué à l’APS le directeur des facilita- tions à la DGD, Mohamed Oua- ret. Entré en vigueur en 2012, le statut d’OEA est accordé à tout opérateur économique, personne physique ou morale, établi en Al- gérie et exerçant des activités d’importation ou d’exportation et intervenant dans les domaines de production de biens ou de ser- vices. Ce statut permet à son titulaire de bénéficier de facilitations au dédouanement, notamment la facilité d’accès aux procédures douanières simplifiées, la réduc- tion du nombre de contrôles phy- siques et documentaires et le trai- tement prioritaire des marchan- dises en cas de contrôle. Il est à souligner que cette journée d'étude, organisée par la Chambre de commerce et d’in- dustrie algéro-suisse (CCIAS), a permis de présenter, entre autres, les principaux axes de la nouvelle

législation régissant les comptes d’escales. Dans ce sens, un arrêté inter- ministériel régissant les comptes d’escales est en cours de finali- sation avant d'être adressé, la se- maine prochaine, au Secrétariat général du gouvernement pour validation avant d'être promulgué, selon M. Bentahar. Un compte d’escale est un do- cument établi par un consigna- taire de navire (intermédiaire de transport maritime) pour le compte d’un armateur ou trans- porteur maritime, sur lequel fi- gure l’ensemble des recettes et dépenses effectuées durant l’es- cale d’un navire dans un port de commerce. Parmi les nouveautés prévues par le projet de texte qui modifie la règlementation en vigueur de- puis 1987, figure la possibilité aux consignataires d’ouvrir un ou plusieurs comptes d’escales alors que cette disposition est limitée aux seuls armateurs propriétaires du navire. Des comités tech- niques, qui seront créés au niveau de chaque port commercial pour vérifier la régularité des opéra- tions de transit maritime, seront composés de représentants des administrations des finances (douanes et impôts), des trans- ports et du commerce.

Plus de 37 millions de DA

de marchandises non facturées exposées à la vente à Alger en janvier

La valeur des mar- chandises non facturées exposées à la vente dans les différents marchés et locaux de la wilaya d'Alger a atteint plus de 37 millions de dinars du- rant le mois de janvier écoulé, selon un bilan d'activité des équipes de contrôle de la qualité et de répression de la fraude publié sur le site Internet du ministère du Commerce. Au cours des opéra- tions de contrôle des ac- tivités commerciales ef- fectuées durant le mois de janvier, les unités de

contrôle de la qualité et de répression de la fraude ont estimé la va- leur des marchandises non facturées à plus de 37 millions de dinars et le volume des dépasse- ments du seuil des prix réglementés à plus de 3 millions de dinars, in- dique le bilan. Par ailleurs, la même période a été marquée par 136.040 interven- tions, dont 6.842 ayant concerné le contrôle d'activités commerciales et les autres la répres- sion de la fraude. Ces in- terventions ont donné

lieu à l'établissement de

au cours de la période

1.348

procès-verbaux et

3.461

Les interventions ef- fectuées ont concerné le contrôle de l'affichage des prix (4.843 interven- tions), le contrôle de la qualité des produits ali- mentaires (4.198 inter- ventions), la lutte contre le commerce illicite (2.694 interventions), le contrôle des prix régle- mentés (629) et le contrôle de la sécurité des produits (979 inter- ventions). 82 locaux ont été proposés à la fermeture

contraventions.

considérée. 56 locaux l'ont été pour absence de registre de com- merce, 22 pour défaut d'affichage des prix et quatre autres car les produits exposés à la vente présentaient un risque pour la santé du consommateur. La di- rection du commerce de la wilaya d'Alger a mis en place un pro- gramme de contrôle qui vise à contrôler 206.010 commerçants d'ici à la fin 2015 grâce à 374 équipes de contrôle.

plique

que

le

désintéressement des jeunes pour cette activité est induit par plusieurs fac- teurs, d’où la nécessité de prendre en charge sérieuse- ment la question à travers la

Mercredi 11 Février 2015

ÉCONOMIE

DK NEWS 9

AFRIQUE

Le FMI appelle les banques

panafricaines à renforcer la supervision

Le développement enregistré par les banques panafricaines est porteur de "risques systémiques" en cas de carence dans la supervision, a prévenu le FMI dans un récent rapport.

"L'essor que connaissent les activi- tés bancaires transfrontalières en Afrique, depuis quelques années, soulève des problèmes de supervision qui, s’ils ne reçoivent pas de réponse, peuvent accroître les risques systé- miques", souligne le Fonds. Relevant le fait que les banques pa- nafricaines ont une présence systé- mique dans quelque 36 pays et qu’elles sont, désormais, plus impor- tantes que les établissements ban- caires européens et américains implantés de longue date sur le conti- nent africain, le FMI note que ces banques panafricaines sont porteuses de concurrence, particulièrement dans les pays d’accueil dont le marché est restreint, et d’innovation, et elles ouvrent de nouvelles possibilités de diversification pour leur pays d’ori- gine. Le FMI préconise un "renforce- ment de la supervision" mais observe, cependant, que la capacité de super-

mais observe, cependant, que la capacité de super- vision se heurte à des contraintes et à

vision se heurte à des contraintes et à un manque de ressources dans la plu- part des pays d’Afrique. Pour M. Mauro Mecagni, sous-directeur du Département Afrique du FMI, l’arri- vée de banques panafricaines est sa- lutaire vu les besoins d’inclusion financière et de développement des circuits financiers en Afrique. Par ailleurs, poursuit-il, la rapide expansion transfrontalière de ces éta- blissements crée, sur le plan de la ré- glementation et de la supervision, une nouvelle problématique qu’il im- porte de gérer, faute de quoi ce phé- nomène pourrait causer des risques systémiques et des risques de conta- gion. A propos des facteurs ayant permis l'expansion de ces banques panafri- caines, le FMI évoque plusieurs élé- ments liés à l'évolution de certains pays (fin de l'apartheid en Afrique du Sud, dynamisme d'intégration régio- nale, multiplication des échanges

commerciaux entre pays africains Le FMI préconise la mise en œuvre d’une supervision consolidée, le ren- forcement de la coopération à l’appui de la gestion et résolution de crises, la mise en place effective de collèges de superviseurs pour toutes les banques panafricaines, et la création d’un co- mité de superviseurs des principales banques transfrontalières pour ani- mer le processus de réforme en Afrique. En outre, les services du FMI ont également entrepris d’étudier les moyens d’approfondir le travail d’analyse à la faveur de tests de résis- tance sur les principales banques pa- nafricaines, et de mieux comprendre les interconnexions issues des liens transfrontaliers, les vulnérabilités et les mécanismes de contagion. Un travail d’assistance technique spécialisé sera mis au point avec les partenaires du FMI en Afrique, pour accompagner les réformes néces- saires sur l’ensemble du continent.

PÉTROLE

Le prix du baril devrait connaître une embellie d'ici 2020

Le prix du baril de pétrole devrait remonter progressi- vement jusqu'à 73 dollars en 2020, sans retrouver son ni- veau antérieur à la récente chute des cours en raison notamment d'une demande modérée dans un contexte économique peu dynamique, estimait hier l'Agence inter- nationale de l'énergie. «Le rééquilibrage du marché devrait intervenir relati- vement rapidement mais sa portée sera relativement limi- tée, avec des prix se stabilisant à des niveaux plus élevés que les points bas observés récemment (sous les 50 USD, ndlr), mais nettement inférieurs aux sommets de ces trois dernières années», écrit l'AIE dans son rapport sur le mar- ché pétrolier à moyen terme. Le prix du baril devrait atteindre 55 dollars cette année avant d'atteindre 73 dollars en 2020, estime-t-elle, évo- quant un «nouveau chapitre» pour le marché pétrolier:

celui-ci est «transformé, avec une offre plus réactive aux prix que dans le passé, et une demande qui l'est moins». Les cours du brut ont amorcé un rebond ces derniers jours, après une chute de 60% depuis juin dernier sous l'effet conjugué d'une demande atone et d'une offre sur- abondante alimentée notamment par la production de pé- trole de schiste outre-Atlantique. Le marché mise désormais sur une baisse de produc- tion à moyen terme, résultat des coupes opérées par les compagnies pétrolières dans les investissements pour faire face à la faiblesse des prix qui rognent la rentabilité des projets. Au cours des six prochaines années, la de- mande devrait croître plus rapidement que l'offre, ce qui

devrait croître plus rapidement que l'offre, ce qui explique le redressement des prix, mais la consommation

explique le redressement des prix, mais la consommation sera moins forte qu'anticipée auparavant, dans un contexte économique qui restera peu dynamique. Elle devrait croître en moyenne de 1,1 million de barils par jour (mbj) pour atteindre 99,1 mbj en 2020, contre 92,4 mbj en 2014. Dans le même temps, la hausse de la produc- tion va marquer le pas: l'offre devrait augmenter chaque année de 860.000 barils par jour, bien en deçà de la crois- sance de 1,8 mbj de 2014.

CHINE

L'inflation au plus bas niveau depuis 5 ans en janvier

L'inflation en Chine, deuxième économie mon- diale, a atteint en janvier son plus bas niveau depuis plus de cinq ans à 0,8%, a indiqué mardi le Bureau national des statis- tiques, un chiffre susceptible de ren- forcer les craintes

de tensions défla- tionnistes dans le pays. La hausse des prix à la consommation mesurée sur un an, principale jauge de l'inflation dans la deuxième économie mondiale, s'était établie à 1,5% en décembre, et elle était tombée à 2% pour l'ensemble de 2014, très en-deçà du plafond de 3,5% précédemment fixé par le gouvernement. Redoutant d'éventuels désordres sociaux, le gouver- nement chinois fait de la lutte contre la hausse des prix une de ses priorités, d'autant plus que le contexte éco- nomique est morose. Les autorités communistes surveillent particulière- ment l'augmentation des prix alimentaires, qui frappe de manière disproportionnée les ménages les plus mo- destes qui dépensent une plus grande part de leurs re- venus pour se nourrir. En 2011, l'inflation en Chine était encore de 5,4%. L'indice mesurant l'évolution des prix à la vente des produits à leur sortie d'usine (PPI) s'est quant à lui re- plié en janvier de 4,3% sur un an, sa plus forte chute de- puis octobre 2009, a ajouté le BNS. Il s'affichait en baisse de 3,3% en décembre. Le PPI, considéré comme annon- ciateur des futures tendances des prix à la consomma- tion, est négatif depuis trois ans. La hausse des prix dans la deuxième économie mon- diale devrait continuer de s'effriter, avertissent donc certains experts, qui notent l'affaiblissement persistant de la demande intérieure et s'attendent à de nouvelles mesures de soutien des autorités. La Chine a vu sa croissance économique ralentir for- tement en 2014, à 7,4%, glissant à un niveau plus vu de- puis près d'un quart de siècle, selon des chiffres gouvernementaux.

à 7,4%, glissant à un niveau plus vu de- puis près d'un quart de siècle, selon

AVIATION

American Airlines conclut une entente avec Bombardier pour l'acquisition de 24 avions

Le géant canadien «Bombardier» a annoncé, lundi, avoir conclu une entente avec la compagnie aérienne «American Airlines» pour l'acquisition par le transpor- teur US de 24 biréacteurs «CRJ900 NextGen», d'une va- leur de 1,14 milliard de dollars. Selon la firme canadienne, les appareils de 76 sièges seront mis en service par «PSA Airlines», une filiale ré- gionale d'American Airlines. En incluant cette dernière commande, Bombardier a enregistré des commandes fermes de 1.858 avions de la série CRJ, dont 384 biréac- teurs «CRJ900» et «CRJ900 NextGen». A l'échelle mon- diale, les appareils de la série CRJ sont en exploitation par plus de 60 compagnies aériennes et ont transporté plus de 1,5 milliards de voyageurs.

Le pétrole finit en forte hausse à New York à 52,86 dollars le baril

Les prix du pétrole ont fini en forte hausse lundi à New York, dans un marché misant sur une baisse de production de pétrole aux Etats-Unis à moyen terme et sur de bonnes perspectives de demande dans le pays. Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mars a grimpé de 1,17 dollar, à 52,86 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). «On ressent l'effet du déclin d'activité de puits de forage» aux Etats- Unis, «qui va finir par se refléter dans les chiffres de production», a expliqué Carl Larry, analyste de Frost & Sullivan. Selon des chiffres du spécialiste du forage américain

Baker Hughes publiés vendredi, le nombre de puits de forage pétrolier en activité a décliné de quelque 83 uni- tés au cours de la semaine achevée vendredi. Quelque 199 plates-formes ont en outre cessé leur activité en jan- vier, selon la même source. Le recul de l'offre ne pourrait se faire ressentir que dans plusieurs mois, mais c'est d'ores et déjà «une op- portunité pour les investisseurs optimistes de se posi- tionner en hausse» sur le marché, a commenté Matt Smith, de Schneider Electric. «Cela correspond à une baisse de quelque 29% depuis le pic d'octobre dernier», a ajouté M. Smith. A l'heure où

les stocks de brut américains se situent à des records historiques et où la production évolue à des seuils quasi record, ces signes d'un ralentissement futur faisaient espérer un renversement de la dynamique actuelle d'of- fre surabondante face à une demande incapable de l'ab- sorber complètement. Parallèlement, la multiplication des signes de vi- gueur de l'économie américaine, dont les chiffres de l'emploi vendredi «laisse présager une demande vigou- reuse dans le futur», a estimé Carl Larry. Les Etats-Unis sont le premier consommateur de brut de la planète. APS

10 DK NEWS

RÉGIONS

Mercredi 11 Février 2015

BOUIRA Des éleveurs en formation sur les moyens de préserver la santé du cheptel bovin

L’Union nationale des paysans algé- riens (UNPA) a organisé, hier à Bouira, une session de formation au profit des éleveurs de bovins de la wilaya afin de les sensibiliser aux moyens de préser- ver leurs cheptels et de développer la production laitière dans la région. Fi- nancée par l’Union européenne (UE), ainsi que par l’agence suisse de déve- loppement et de coopération (SDC), l'ouverture de la formation, qui se pour- suivra jusqu’à aujourd’hui, a eu lieu en présence du secrétaire national de l’UNPA, Tahar Djaref, et des membres du bureau local de Bouira, ainsi que des vétérinaires et des dizaines d’éleveurs et agriculteurs de la wilaya venus s’en- quérir des nouveautés du secteur de la production de lait notamment. "Ce pro- gramme de formation a fait déjà le tour de douze wilayas du pays et il se pour- suivra toujours", a souligné, à cet effet, M. Djaref. Au cours de cette rencontre scientifique, dont le premier jour est consacré uniquement au volet théo- rique, les éleveurs et les agriculteurs ont suivi des exposés détaillés visant notamment à consolider les connais- sances générales de l’éleveur et à le sen- sibiliser à la nécessité de choisir la bonne qualité de bovins ainsi que de veiller à sa santé pour réussir l’investis- sement dans la production laitière. "L’éleveur doit d’abord s’enquérir des modalités nécessaire pour l’achat de bovins avant de choisir la bonne qualité du cheptel pouvant lui apporter une bonne production laitière. Et pour cela il est appelé aussi à veiller quotidienne- ment sur la santé de son animal afin de le protéger contre toute éventuelle ma- ladie pouvant compromettre la réussite de son projet d’élevage", a expliqué Ben Hadid Mustapha, expert vétérinaire venu de Batna. "Cela nécessite tout un travail d’entretien des étables, de soins et de nourriture aussi", a insisté M. Ben Hadid lors de cette rencontre. "Toutes ces démarches sont indispensables pour chacun des éleveurs pour déve- lopper et renforcer la filière laitière dans la wilaya de Bouira et au niveau national", a-t-il estimé. Le développe- ment de cette filière exige également davantage d’effort de l’Etat, qui, selon lui, "doit veiller notamment sur la qua- lité et le type de vaches laitières impor- tées".

FERME "AQUASOL" DE AÏN TÉMOUCHENT

Une production supplémentaire de 420 tonnes attendue en 2016

Une production supplémentaire de 420 tonnes de poissons/an est atten- due en 2016 avec la concrétisation prochaine du projet d’extension de la ferme aquacole "AQUASOL", si- tuée sur la plage de Sbiâat relevant de la commune de M’said (30 km de Aïn Témouchent), a-t-on appris au- près de la direction de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH).

Ce projet doté d’une enveloppe fi- nancière d’environ six milliards DA prévoit l’acquisition de six cages flot- tantes d’un diamètre de 25 mètres produisant chacune 70 tonnes/an de poissons, a-t-on indiqué à l'APS souli- gnant que les premiers produits sont attendus pour l’exercice 2016. Les espèces ciblées par cette opéra- tion sont le bar, la dorade et le maigre, les mêmes que produit cette ferme aquacole en terre depuis 2013. Les ca- pacités de production (à terre et en mer) seront de 60 pour cent pour le bar, 37 pour cent pour la dorade et 3 pour cent pour le maigre, a-t-on prévu. S’agissant de la durée d’engraisse- ment en mer de ces espèces, le ges- tionnaire d’AQUASOL précise que, pour atteindre une taille marchande variant entre 300 et 350 gr/poisson, le bar nécessite 13 à 15 mois, la dorade 11 à 13 mois et le maigre 15 à 17 mois (1 kg). Avec une production de 700 tonnes de poissons en 2014, la ferme

une production de 700 tonnes de poissons en 2014, la ferme AQUASOL, ce fleuron de l’aquaculture

AQUASOL, ce fleuron de l’aquaculture nationale, qui constitue un investisse- ment soutenu par le Fonds national de développement de la pêche et de l'aquaculture (Fndpa), envisage d’at- teindre une production de 1.200 tonnes en 2015. Elle atteindra son plein régime en 2016 avec 1.600 tonnes, a-t-on indiqué. Les quatre millions d’alevins, qu’elle pourra produire à plein ré- gime, lui permettront d’assurer son autonomie dans ce domaine et d’ap- provisionner les autres fermes aqua- coles du pays, a-t-on souligné. Une deuxième ferme aquacole, dé- nommée "AQUA TAFNA", implantée à Rachegoune, dans la daïra de Oul- haça, entrera en exploitation au cou- rant du premier trimestre 2015, a-t-on annoncé à la DPRH. D’une capacité de

700 tonnes/an de loups de mer et dau- rades royales, celle-ci appuiera davan- tage les efforts d’approvisionnement du marché du poisson. Huit autres projets de développement de l’aqua- culture, dont sept par cages flottantes, ont été reçus par la DPRH. Trois de ces projets, à savoir celui de conchylicul- ture (élevage de moules) à Sbiâat et deux de production de poissons sur le même site, ont été validés par la com- mission de wilaya chargée de l’étude des dossiers d’investissement. Ces dossiers ont été transmis aux services des domaines pour l’obtention de contrats de concession. Les cinq autres dossiers sont à l’étude et portent sur la production conchylicole (un) et de poissons par cages flottantes, à Madagh, Beni Saf et Zouanif, a-t-on précisé.

Entrée en service à Relizane du système de communication «Monos»

Le système de communication «Monos» est entré en service lundi à Relizane. Cette technique permettra le relais entre plusieurs radios pendant l'émission, a indiqué le ministre de la Communication, Hamid Grine, lors de la mise en service de ce système à la station de télédiffusion de Ain N’sour, au sud de la wilaya de Relizane, rappe- lant que ce système a été lancé dans 33 wilayas en attendant sa généralisation dans un mois et demi. La généralisation de l’utilisation du système «Monos» d’échange multimé- dia s’inscrit dans le cadre de la straté- gie de l’Etat visant à promouvoir le secteur de la communication, a-t-il in- diqué. Le ministre, qui s’est enquis des

a-t-il in- diqué. Le ministre, qui s’est enquis des équipements de la station de télédiffu- sion

équipements de la station de télédiffu- sion située dans la daira d'Ammi Moussa, au sud de la wilaya, a exprimé sa satisfaction quant au taux de cou- verture radiophonique et télévisuelle dans la wilaya qui a dépassé 90%, soit

plus que la moyenne nationale esti- mée à 80%. M. Grine a visité ensuite le siège de la Radio régionale de Reli- zane lancée le 5 juillet 2006 et a ins- pecté ses studios et ses équipements. Dans une intervention sur les ondes de cette radio, le ministre a insisté sur la nécessité, pour les radios locales, de participer à l'oeuvre de développe- ment, d'inculquer l'amour de la pa- trie, de lutter contre la violence et de sensibiliser le citoyen sur la protection de l’environnement. Le programme de la visite du ministre a comporté aussi une exposition, à la Maison de la culture, dans laquelle il a été mis en exergue les traditions et coutumes de la wilaya et son patrimoine culturel et archéologique.

ORAN

JIJEL

Importants projets pour

accroître le taux de raccordement à l’électricité et au gaz naturel

Des projets "importants" vi- sant à accroître le taux de rac- cordement des populations de la wilaya de Jijel aux réseaux de l’électricité et du gaz natu- rel se poursuivent à un "rythme élevé", ont indiqué mardi les services de la direc- tion de wilaya de l’Energie. S’agissant de l’électrification, la wilaya de Jijel a bénéficié, dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, d’une enveloppe de 740 millions de dinars pour le raccordement de 4.100 foyers urbains et ru- raux, a-t-précisé de même

source, soulignant que ces programmes porteront le taux de couverture à 98,70%. Les propositions émises locale- ment, sur la base des besoins exprimés par les communes en vue de la mise en £uvre du programme quinquennal 2015-2019, portent sur la réali- sation de 165 centres pour le raccordement de 3.000 foyers, soit une population de 18.600 habitants. Pour ce qui est du raccordement au réseau de gaz naturel qui a atteint à ce jour un taux de 61,50%, les études engagées dans le cadre

du programme quinquennal 2010-2014 permettront à près de 23.900 foyers de bénéficier de cette énergie propre, a en- core fait savoir la même source. Le programme de dis- tribution publique de gaz na- turel (DP-Gaz) consiste à raccorder 12 chefs-lieux de communes, 32 localités secon- daires et 76 quartiers et lotis- sements sociaux. A ce jour, 30 opérations relevant de la pre- mière et la deuxième tranches de ce programme ont été lan- cées en vue du raccordement de 12.865 foyers

Prochaine conférence régionale sur la sécurité nucléaire aux frontières

Une conférence régionale de sen- sibilisation sur la sécurité et la sûreté nucléaire et le contrôle de la radioac- tivité au niveau des frontières aura lieu lundi prochain à l’Ecole Natio- nale des Douanes d’Oran, a appris l’APS auprès de la Direction régio- nale des Douanes. Organisée par le groupe de travail mixte Direction Générale des Douanes/COMENA (Commissariat à l’Energie Atomique), cette confé- rence régionale s’inscrit dans le cadre des rencontres profession- nelles de sensibilisation sur la sécu- rité et la sûreté nucléaire et le contrôle de la radioactivité au niveau des frontières, indique-t-on de même source.

Plusieurs conférences sont pro- grammées dans le cadre de cette ma- nifestation, notamment "la sécurité nucléaire aux frontières, fondement, détection, contrôle et formation" qui sera présentée par le directeur géné- ral du centre de formation et d’appui à la sécurité nucléaire. Pour sa part, le chef de départe- ment de réglementation nucléaire parlera de "l’infrastructure régle- mentaire régissant la gestion des sources et matières radioactives ". Enfin, le thème de "La sûreté ra- diologique dans les activités doua- nières" fera également l’objet d’une conférence qui sera présentée par le sous-directeur de la sûreté nu- cléaire.

Mercredi 11 Février 2015

RÉGIONS

DK NEWS 11

LAGHOUAT

La publication d’une liste de bénéficiaires de logements sociaux suscite une grande liesse

SKIKDA

Des artisans-marbriers formés par des spécialistes Italiens

Une session de formation destinée à 30 artisans-marbriers est encadrée, depuis hier à l’Entreprise nationale du marbre de Skikda, par deux spécialistes italiens d’un institut fondé en 1947, a-t-on constaté. Le stage animé par Maurizio Martinelli et Umberto Morescalchi, durera cinq mois à raison de 8 jours de formation par mois, a indiqué le directeur de la chambre d’artisa- nat et des métiers (CAM), Ali Rais, qui a sou- ligné que l’objectif, tracé conjointement avec l’Entreprise nationale du marbre, est de «diversifier les produits en marbre, qu’ils soient ménagers ou destinés au bâti- ment et à tout autre application, tout en dé- veloppement le savoir-faire des artisans locaux». La formation porte sur la sculpture sur marbre et la mosaïque au profit de 20 arti- sans de Skikda et de 10 autres venus de Bis- kra, Souk Ahras, Khenchela, Médéa, Alger et Aïn Defla. Selon un des encadreurs, Umberto Mo- rescalchi, les stagiaires algériens qui sem- blent présenter de grandes capacités d’assimilation, recevront, à l’issue du stage, des attestations décernées par l’Institut ita- lien du marbre.

PATHOLOGIES CARDIOVASCULAIRES Nouvelle structure d'accueil à l'hôpital d'Oran

La prise en charge des maladies cardio- vasculaires a été consolidée par la créa- tion d'une nouvelle structure d'accueil au Centre hospitalo-universitaire d'Oran (CHUO), a-t-on appris lundi auprès du chargé de la communication de cet éta- blissement de santé publique. «Cette opération a pour objectif d'amélio- rer les conditions d'accueil et de traite- ment des patients», a précisé Kamel Babou, signalant que le transfert vers les nouveaux locaux a débuté dimanche pour les services de réanimation et de chirurgie cardiovasculaires. L'initiative intervient dans le cadre de la mise en oeuvre du nouveau schéma d'or- ganisation du CHUO dont les activités se- ront restructurées en quatre grands pôles médicaux spécialisés, a-t-il expliqué. Ce redéploiement a déjà permis l'émer- gence du pôle «Mère-enfant»(maternité, pédiatrie, réanimation et chirurgie infan- tiles), a-t-il rappelé, signalant que les trois autres seront dédiés aux «Neurosciences» (neurologie, neurophysiologie, neurochi- rurgie), aux «Coeurs et vaisseaux» (car- diologie, chirurgie cardiaque, chirurgie vasculaire), et au «Génie biologique» réu- nissant l'ensemble des laboratoire de l'hô- pital. La construction des nouvelles structures sera bientôt lancée après démolition des anciennes bâtisses qui ont plus d'un siècle d'âge, a fait savoir le responsable de la communication du CHUO.

La publication hier d’une liste nominative des bé- néficiaires de 2.200 loge- ments sociaux locatifs, dans la commune de La- ghouat, a suscité une grande liesse, a-t-on constaté.

La liste des bénéficiaires, rendue publique à travers le site électronique de la wi- laya et l’affichage dans cer- taines places publiques, concerne des logements lo- calisés dans les sites de Boukhenfous, El-Mahafir El-Alouiya, La zone de haute tension et Bordj Se- nouci, a précisé le chef de la daïra de Laghouat, Kamel Mâatouk. L'étude minutieuse et la finalisation de la liste nomi-

Décès

minutieuse et la finalisation de la liste nomi- Décès native des bénéficiaires a duré plus de

native des bénéficiaires a duré plus de cinq mois pour traiter un total de 27.000 dossiers, dont près de 7.000 ont été rejetées pour des raisons réglementaires, a précisé M. Mâatouk. L'établissement de la

liste des bénéficiaires a été suivie par l’animation, à l’initiative des services de la daïra, de rencontres de proximité à travers les diffé- rents quartiers pour expli- quer les critères d'éligibilité au logement et faire

connaître le reste des pro- grammes d’habitat, de type social locatif, projetés à tra- vers la wilaya de Laghouat. L'affichage de la liste des bénéficiaires a suscité une ambiance de joie et de liesse à travers les quartiers de la ville de Laghouat qui a été parée aux couleurs natio- nales et de banderoles, ex- primant leur satisfaction des conditions ayant en- touré cette attribution. Le chef de la daïra a fait part d’un programme de 2.000 logements de même type en cours d’exécution dans différents sites de la commune de Laghouat, et d’un autre de 400 unités à lancer prochainement après localisation de son terrain d’assiette.

AGRICULTURE

Encourager la culture hydroponique pour réduire le coût du fourrage et améliorer la production laitière

du géographe algérien Abed Bendjelid à Oran

Le géographe algérien Abed Bendjelid est décédé dans la nuit de lundi à mardi à Oran, à l'âge de 70 ans, des suites d'une longue maladie, apprend-on auprès de ses collaborateurs. Le défunt était enseignant à l'université d'Oran et membre du Centre national de recherche en anthropoplogie sociale et culturelle (CRASC), basé à Oran. Abed Bendjelid a mené et dirigé plusieurs travaux de recherche sanctionnés par des publications et ouvrages scientifiques, notamment dans les domaines de la géographie et de l'aménagement urbain. Parmi ses dernières contributions, il a dirigé un ouvrage collectif intitulé «Villes d’Algérie: formation, vie urbaine et aménagement», consacré à l'histoire de l'urbanisme en Algérie, publié aux éditions du CRASC. Le défunt était également rédacteur en chef de la Revue algérienne d'anthropologie et de sciences sociales «Insaniyat», éditée par le CRASC. «La disparition de feu Bendjelid constitue une grande perte pour la communauté scientifique algérienne», a indiqué Mohamed Daoud, directeur de l'Unité de recherche sur la Culture, la Communication, les Langues, les Littératures et les Arts (UCCLLA/CRASC). Le regretté géographe a été inhumé hier après-midi au cimetière d'Aïn El-Beida (Oran).

Des spécialistes de l’institut des techniques d’élevage (ITELEV) ont encouragé lundi à Tizi Ouzou, les élé- veurs à pratiquer la culture hydropo- nique, une technique de culture hors sol qui permet de réduire le coût du fourrage et d’améliorer la production laitière. Intervenant lors des journées de sensibilisation sur la culture hy- droponique organisées, dimanche et lundi, par la direction des Services agricoles de la wilaya au niveau de l’institut de Technologie Moyen agri- cole Spécialisé (ITMAS), Ait Ali Ka- rima a expliqué que ce mode de culture permet d’obtenir un fourrage vert de qualité en huit jours seule- ment, et tout au long de l’année. La culture hydroponique se fait dans des modules de 12m² et exige l’utilisation d’une semence non traitée, qui per- met d’obtenir un fourrage Bio. L’éle- veur doit disposer d’un groupe électrogène pour assurer la conti- nuité du fonctionnement du système en cas d’éventuelles coupures du cou- rant électrique, et d’une citerne d’eau de 700 litres, a-t-elle expliqué. Un kilo d’orge permet de produire jusqu'à 8 kg de fourrage vert en utilisant entre 2 et 3 litres d’eau au lieu de 50 litres en culture classique (en sol). La culture d’orge, est la plus préconisée pour ce

BATNA

type de culture en raison de son prix de revient qui est de seulement de 5 DA/kg, un prix calculé sur la base de 3.500 DA le quintal d’orge, a-t-elle in- diqué. Elle a, en outre, conseillé aux éleveurs, qui ont jugé les prix de ces modules «trop élevés» de se regrou- per en coopératives, et par régions, pour l’achat de grands modules d’une capacité de 700 à 1000 Kg/jour De son côté Ali Oukaci, responsable du ser- vice production animale de la DSA de Tizi-Ouzou, a expliqué que la culture hydroponique permet d’obtenir un fourrage riche en nutriments grâce à l’utilisation de toute la plante (ra- cines, feuilles et graines). La valeur nutritionnelle d’un kilo de ce four- rage vert est équivalente à celle de 5Kg de fourrage classique, «cela permet donc d’augmenter la production lai- tière locale, de réduire la quantité d’aliments concentrés utilisée et par ricochet du prix de revient du litre de lait cru de vache», a-t-il relevé. Ces modules hydroponiques qui peuvent produire, en fonction de leur taille, entre 250 et 1.000 Kg de fourrage/jour, se présentent comme une solution au problème de la rareté du foncier dans la wilaya de Tizi-Ouzou, où la majo- rité des élevages se font en hors sol, a ajouté l'orateur.

semblée communale de Chir, Belkacem Boukhenifra. Le nouveau puits qui vient compléter deux forages existants, mais de débit très faible (3 à 6 litres/seconde), même s’il règle pas ‘‘complètement’’ les problèmes d’eau potable que vivent de- puis de longues années les habitants de cette commune, atténuera ‘‘notable- ment’’ leurs souffrances, a estimé cet élu. APS

Réception d’un forage dans la localité de Chir pour le renforcement de l'alimentation en eau potable

L’alimentation en eau potable (AEP) de la commune de Chir, une zone monta- gneuse relevant de la daïra de Theniet El Abed (Batna), vient d’être renforcée par un nouveau forage d’un débit de 10 litres/seconde, a indiqué lundi le directeur des ressources en eau, Abdelkrim Chebri. La réception de ce forage, même si sa mise en service ne pourra voir lieu que dans quatre ou cinq mois, a été accueillie avec

un immense soulagement par la popula- tion de Chir, une commune située à 65 km de Batna, où le déficit de l’AEP était de- venu insupportable, en particulier durant la saison chaude. Le forage réceptionné permettra aux 6.000 habitants de cette collectivité isolée de recevoir le précieux liquide ‘‘une fois tous les 3 ou 4 jours en hiver et une fois par semaine en été’’, a précisé de son côté le président de l’As-

12 DK NEWS

 

SOCIÉTÉ

Mercredi 11 Février 2015

SETIF :

 

AÏN NAÂDJA

SETIF :   AÏN NAÂDJA

Démantèlement d'un réseau de malfaiteurs spécialisé dans le vol de véhicules

15 ans

de réclusion criminelle pour l’assassin

Le tribunal criminel vient de prononcer, le jugement d’un jeune homme accusé de l’assassinat de son voisin.

 

Azzedine Tiouri

 

Agissant sur informations, le grou- pement territorial de la Gendarmerie nationale a démantelé au cours de cette semaine, un réseau de malfai- teurs spécialisé dans le vol de voitures et leurs ventes, et ce à partir de Sour El Ghozlane, dans la wilaya de Bouira. Cette bande a eu à vendre un véhicule commercial du type JAK et se déplace dans un véhicule Maruti, propriété du nommé C.M. d'Alger. C'est à travers ces déplacements que cette bande a éla- boré un plan précis au niveau des sta- tions multi services de Bouira et Sétif où ont été arrêtés 4 individus âgés en- tre 21 et 24 ans, tous originaires de la wi- laya d'Alger. Cette bande de 4 per- sonnes s'apprêtait à vendre des voitures volées. Une fois interrogés et fouillés, ces personnes n'avaient aucuns docu- ments administratifs officiels de ces vé- hicules qu'ils comptaient écouler. Après enquête, il s'est avéré que ces voitures ont été volées d'un ga- rage dans la daïra de Sour El Ghozlane, dans la wilaya de Bouira, alors qu'il exis- tait d'autres véhicules de la même des- cription dans un entrepôt de la même ville. Après autorisation d'extension de la juridiction jusqu'à la wilaya de Bouira, il a été découvert d'autres vé- hicules du type JAK sans aucun docu- ment administratif ou numéro d'ins- cription, dans l'un des entrepôts dans la daïra de Sour El Ghozlane où ont été arrêtés deux autres individus A.B et C.S, âgés respectivement de 34 et 27 ans. Tous les mis en cause ont été présen- tés devant le magistrat instructeur, près le tribunal de Sétif qui a ordonné de les placer sous contrôle judiciaire. A. T.

 

La police arrive sur les lieux alertée par le voisinage. Lorsque l’on procède

faits explique que les éléments de la pré- méditation existent et achève son réqui-

 

A.Ferrag

 

à l’arrestation de l’assassin, quelques mi- nutes plus tard. Samir reconnaît avec re- gret son forfait. Samir est présenté à la barre de la ses- sion criminelle près le tribunal d’Alger. En ce mois de février 2015, dans le box des accusés, Samir avoue son méfait, l’accusé justifiera par le fait qu’il était en- tré dans une colère noire. Le représentant du ministère pu- blic, mettant l’accent sur la gravité des

sitoire en requérant la peine de 20 ans de réclusion criminelle à l’encontre de l’accusé pour homicide volontaire avec préméditation. L’avocat de la défense demande la clé- mence du tribunal, tout en sollicitant des circonstances atténuantes. A l’issue des délibérations, le prési- dent du tribunal prononce une peine de 15 ans de réclusion criminelle à l’encon- tre de l’accusé.

Quand Samir, âgé de 44 ans, arrive, sa mère lui raconte ses déboires avec les voisins. Fou de rage, Samir s’empare alors d’un bâton et se dirige vers la maison des voisins. Une dispute éclate entre Samir et son voisin. Samir avec un bâton frappe aveuglément et sans répit le voisin, baignant dans une mare de sang, qui décède sur le coup.

TISSEMSILT

blessés suite

Sept ans de prison ferme pour tentative d’enlèvement

7 l ' e x p l o s i o n à bonbonne d'une

7 l'explosion

à

bonbonne

d'une

de gaz butane à

Selmana

L'explosion d'une bonbonne de gaz

a causé la brûlure de

sept per-

butane

à Selmana

sonnes d'une même famille

dans la commune de Laâyoune. L'in- cident s'est produit lundi soir aux en-

au domicile de cette blessées, trans-

virons de 19 heures,

famille. Les personnes

de Laâyoune

portées à la polyclinique

le bus à Bouarfa, avaient été agressées par le nommé B.M. demeurant à Bouarfa et son cousin M.B. demeu- rant dans la wilaya de Chlef. Lors de leurs premières déclara- tions, à la sureté urbaine locale et de- vant le juge d’instruction, l’une des deux jeunes filles avait affirmé que les deux agresseurs avaient tenté de les enlever de force et les embarquer dans la voiture. Cependant devant le tribunal, elle se rétracta, ce qui d’ailleurs a permis à l’avocat de la défense M° Bernaoui de rejetter l’inculpation tout en affir-

mant que son client n’a jamais eu

Belhadj

Ahmed

souffrent de brûlures plus ou moins

elles étaient

Mais deux d'entre

graves. dans un état critique

ont été évacuées

sécurité ont

sur Alger. Les services de

déterminer

ouvert une enquête pour

les circonstances exactes de cet acci-

dent.

Abed Meghit

l’intention d’enlever la jeune fille. Pour sa part, le représentant dumi- nistère public, s’est montré intran- sigeant dans son réquisitoire et, malgré les plaidoiries de la défense, le tribunal a infligé la peine de sept années de prison à chacun des incul- pés.

Une

nouvelle

Une affaire de tentative d’enlève- ment d’une jeune fille, a été traitée hier lors de la session du tribunal cri- minel de Blida. En effet, l’affaire re- monte au début de l’année 2014, où deux jeunes filles qui attendaient

AÏN ARNAT (SÉTIF) :

mission chinoise

de 7 médecins- spécialistes en renfort pour le CHU

Dans le domaine du secteur de la

 

Démantèlement d'une fabrique de chocolat activant dans l'illégalité

 

santé et l'accord cadre existant entre l'Algérie et la Chine, une mission mé- dicale composée de sept spécialistes est venue renforcer la première exerçant déjà au Centre hospitalo universitaire Saâdna Abdenour de Sétif. Cette mis- sion qui s'est installée pour une durée de deux années est composée de 3 médecins spécialistes en chirurgie et obstétrique, 2 en acupuncture et 2 en anesthésie et réanimation. Depuis tou- jours et bien avant l'arrivée de la pre- mière mission chinoise, il y a plus de deux ans, le CHU de Sétif a toujours en- registré et accusé un déficit flagrant dans la spécialité gynécologie-obsté- trique. Ces spécialistes tombent à pic pour renforcer cette spécialité et four- nir un meilleur encadrement médical pour les femmes enceintes. Quant au secteur privé en force, il pratique des tarifs exorbitants. Un interprète et un cuisinier chinois accompagnent cette mission qui a été installée hier. A. Tiouri.

 

par la police contre toutes les formes d'excès et de dé- passement qui pourraient mettre en danger les consom- mateurs et les risques pou- vant toucher à leur santé. C'est grâce à des informa- tions parvenus à la Sureté de daïra d'Ain Arnat faisant état de la présence d'un local situé en plein centre-ville procédant à des activités illé- gales, que les éléments de la brigade de la police judiciaire ont pu mener leur opération avec succès. Le propriétaire de ce local s'est spécialisé dans la fabrication des den- rées alimentaires sans au- cun document officiel, ni re- gistre de commerce régis- sant l'activité destinée à la consommation. Cette affaire a nécessité la constitution d'une com-

mission composée de mem- bres de l'hygiène sanitaire relevant de la municipalité d'Aïn Arnat, ainsi qu'une bri- gade des inspecteurs chargés du contrôle de qualité, des prix et de la répression des fraudes appelées à visiter les lieux où étaient fabriquées les tablettes de chocolat qui ne présentait même pas, nous dit-on, le respect du strict minimum des conditions d'hygiène sanitaire et de pro- preté exigées. Le proprié- taire de cet atelier n'a pas pu présenter également comme le stipule le règlement des certificats médicaux attes- tant de la bonne santé et la sé- curité de ces travailleurs. Afin de procéder à l'ana- lyse des produits utilisés pour la fabrication des tablettes de chocolat très prisées par

les enfants, des échantillons ont été prélevés pour être analysés et décelés leur conformité. Plus de 90 mo- dèles, dont 75 kg de cacao, deux appareils servant à dis- soudre le chocolat et 10 763 tablettes, évalué à plus de 4 quintaux au total, de ce même produit prêt pour leur commercialisation ont été saisis. Un dossier pénal qui sera transmis aux autorités judi- ciaires a été constitué à l'en- contre du contrevenant, no- tamment pour manquement au respect des normes mini- males des mesures d'hygiène et l'absence de tous docu- ments l'autorisant à une ac- tivité de production en rela- tion directe avec des pro- duits consommés par les ci- toyens.

 

Azzedine Tiouri

Agissant sur informations, les éléments de la police ju- diciaire de la Sureté de daïra d'Aïn Arnat, située à une di- zaine de km du chef-lieu de wilaya Sétif, sont parvenus à démanteler une fabrique de chocolat activant totalement dans l'illégalité. C'est à la suite d'une surveillance ac- crue et confirmation sur le terrain que les policiers ont agi afin de mettre un terme à ses acticités avec la saisie de matériaux destinés à la fabri- cation ainsi que d'une grande quantité de ces produits des- tinés à la consommation. Cette opération, nous dit- on, entre dans le processus et la poursuite de la lutte menée

Mercredi 11 Février 2015

SOCIÉTÉ

DK NEWS

13

OUARGLA Le tribunal criminel prononce la perpétuité dans une affaire de trafic de drogue

la perpétuité dans une affaire de trafic de drogue Une peine de réclusion à per- pétuité

Une peine de réclusion à per- pétuité a été prononcée hierpar le tribunal criminel de Ouargla, dans une affaire de trafic de drogue ayant porté sur plus de 52 quintaux. Cette peine a été prononcée à l’encontre de A.B. (49 ans) et D.B.B. (40 ans), poursuivis pour «importation illicite de stupé- fiants», en plus du délit de «faux et usage de faux» pour le pre- mier. Dans la même affaire, A.A. (34 ans) et N.L. (41 ans) ont écopé chacun d’une peine de 15 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 5 millions DA, pour «transport et détention de stupé- fiants», tandis que F.A.(28 ans) a été acquitté. Selon l'arrêt de renvoi, l’af- faire remonte à décembre 2013, lorsque les éléments de la Gen- darmerie nationale ont inter- cepté, sur la RN-1 à 90 km

DJELFA

1.300 secouristes formés

d’In-Salah (Tamanrasset), un camion à bord duquel ils ont dé- couvert une quantité de 52,15 quintaux de kif traité, dissimulés sous un chargement de gravier. Le chauffeur du camion (A.B.), avec un faux permis de conduire, et son accompagna- teur (A.A.), ont été appréhendés, et les investigations des gen- darmes ont conduit à l’arresta- tion ensuite de deux autres acolytes (D.B.B.) et (N.L.), qui servaient d’éclaireurs à bord d’un véhicule léger. La drogue était acheminée d’une wilaya de l’Ouest du pays et devait être transportée vers celle de Tamanrasset. Le ministère public avait re- quis, dans cette affaire, la peine à perpétuité pour l’ensemble des mis en cause, au regard de «la gravité des faits» qui leur étaient reprochés.

Un total de 1.377 citoyens ont été for- més aux premiers secours, à Djelfa, dans le cadre de ses- sions assurées par la direction générale de la Protection civile, a-t-on appris, hier, auprès de la direc- tion locale de ce corps constitué. Inscrite au titre de la mise en œuvre du programme de "secourisme de

masse", initié par le Directeur général de la protection civile, cette opération a été dotée de tous les moyens humains et matériels néces- saires pour sa réus- site, a signalé la même source. Cette formation constitue un "moyen pour promouvoir le travail en commun et le renforcement de l’esprit de partage

entre les éléments de la Protection civile et les citoyens", a-t- on ajouté, précisant que ce programme de secourisme de masse a profité à 1.219 hommes et 158 femmes. Cette initia- tive cible de façon particulière la femme au foyer afin de lui inculquer les réflexes à adopter en cas d’accidents do- mestiques.

PROTECTION CIVILE

19 612 appels de secours et 12 403 interventions

Durant la période du 1 er au 7 février 2015, les unités d’inter- vention de la Protection civile ont enregistré 19 612 appels de secours dans les différentes sec- teurs d’interventions pour ré- pondre aux appels de détresses émis par les citoyens, suite à des accidents de la circulation, acci- dents domestique, évacuation sanitaire extinction d’incendies, Dispositif de sécurité etc. Concernant le secours à per- sonnes, 12403 interventions ont été effectuées avec la prise en charge de 1307 blessés traités par nos secours médicalisés avec 10824 évacuations sanitaires, 1608 interventions effectuées suite à 892 accidents de la circu- lation ayant causé le décès de 28

personnes et 888 autres blessées, traitées et évacuées vers les structures hospitalières. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau dans la wilaya de Tlem- cen avec 6 personnes décédées et 19 autres blessées prises en charge par nos secours puis éva- cuées vers les structures hospi- talières suite à 21 accidents de la route. En outre, nos secours ont ef- fectuées 860 interventions pour procéder à l'extinction de 530 in- cendies urbains, industriels et incendies divers. Par ailleurs 4741 interventions ont été effec- tuées durant la même période pour la couverture de 4273 opé- rations divers et l’assistance aux personnes en danger.

MARCHE CONTRE

CHARLIE HEBDO

À ALGER:

9 mois de prison avec sursis et 50.000 DA d'amende contre 15 personnes

Le tribunal correction- nel de Sidi M'hamed (Alger) a condamné hier à neuf (9) mois de prison avec sursis et 50.000 di- nars d'amende 15 per- sonnes arrêtées à la suite d'actes de dégradation ''de biens d'autrui'' lors de la marche de protestation du 16 janvier dernier contre les caricatures blasphéma- toires de Charlie Hebdo. Les 15 individus, arrêtés par la police durant cette marche qui a dégénéré en affrontements au niveau de l'hôtel Aletti et le front de mer, près du siège de l'Assemblée nationale, étaient poursuivis pour ''détérioration volontaire de biens d'autrui''. Le parquet avait requis mardi dernier contre les 15 manifestants, dont sept comparaissaient en état de liberté provisoire, trois (3) ans de prison ferme et 100.000 DA d'amende. Après délibérations, le tribunal de Sidi M'hamed a rendu son verdict final, qui est de neuf (9) mois de prison avec sursis, 50.000 dinars d'amende pour chacun des 15 prévenus, et trois millions de dinars de dédommagement pour l'agence d'Air Algérie et l'hôtel Aletti. Ces 15 individus, accu- sés d'avoir détruit les de- vantures de l'agence d'Air Algérie et l'entrée de l'hô- tel, qui donne sur l'avenue Abane Ramdane, avaient lors de leur audition nié en bloc toutes les accusations qui leur avaient été impu- tées, notamment leur par- ticipation aux actes de destruction. Des rassemblements regroupant des milliers de personnes ont été organi- sés à Alger et dans plu- sieurs villes du pays le 16 janvier dernier pour dé- noncer les atteintes répé- tées contre le prophète Mohammed (QSSSL)et l'Is- lam sous le couvert de la li- berté d'expression. La manifestation du centre d'Alger avait dégé- néré en affrontements avec les forces de l'ordre, déployées pour prévenir tout débordement. Des in- dividus s'étaient alors atta- qués à des magasins, détruisant leur devanture. Plusieurs arrestations avaient été opérées par les forces de l'ordre.

APS

BOUMERDÈS

Cinq individus arrêtés pour détention et commercialisation de stupéfiants

pour détention et commercialisation de stupéfiants Cinq individus, dont trois re- pris de justice, ont été

Cinq individus, dont trois re- pris de justice, ont été arrêtés et présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Dellys, pour association de mal- faiteurs et commercialisation de stupéfiants et psychotropes, par les gendarmes de la brigade de Benchoud, dans la wilaya de Boumerdès, a indiqué hier le Commandement de la Gendar- merie nationale dans un com- muniqué. Les gendarmes ont saisi sur les mis en cause une quantité de kif traité et 4.770 comprimés de psychotropes, a relevé la même source, précisant que quatre d'entre eux, dont les trois repris de justice, ont été placés sous mandat de dépôt et le cinquième sous contrôle judi-

ciaire. Les gendarmes, qui agis- saient sur renseignements, ont interpellé, lors d'un point de contrôle dressé sur la RN 25 au carrefour de Benchoud, trois personnes à bord d'un véhicule, en possession de prés de 700 grammes de kif traité et plus de 4.700 comprimés de psycho- tropes, selon le communiqué. Poursuivant les investiga- tions, les gendarmes ont inter- pellé au village Khadache de la même commune, deux autres acolytes à bord d'un camion, en possession de 205,8 grammes de kif traité et saisi à leur domicile à Draa Ben Khedda (Tizi- Ouzou), 4,5 kilogrammes de cette substance et 53 comprimés de psychotropes, a-t-on ajouté.

ITALIE

28 migrants meurent d'hypothermie en Méditerranée

Vingt-neuf mi- grants qui tentaient de gagner l'Europe sont morts d'hypo- thermie après avoir été secourus par deux navires de la garde- côtes italienne au large de la Libye, ont annoncé lundi les au- torités sanitaires de l'île de Lampedusa. Les deux patrouil- leurs italiens ont ré- cupéré tard di- manche soir 105 can- didats à l'immigra- tion qui se trouvaient

en perdition à bord d'un bateau pneuma- tique, dans des conditions de mer très difficiles avec des creux de huit mètres et des températures proches de zéro, pré- cisent les gardes- côtes dans un com- muniqué. Les migrants ont passé environ dix- huit heures sur le pont des vedettes ita- liennes qui les conduisaient à Lam- pedusa, dans le froid,

et 29 d'entre eux n'ont pas survécu, a dit la maire Giusi Nicollini. Dans un état cri- tique, l'un des mi- grants a été évacué par hélicoptère vers la Sicile, a dit Pietro Bartolo, un des res- ponsables des ser- vices de santé de Lampedusa. La maire de l'île a fustigé la fin l'an dernier de la mission Mare Nos- trum, responsable selon elle de cette ca- tastrophe.

CHINE:

8 morts et sept blessés dans l'effondrement d'un échafaudage

Huit personnes sont mortes et sept autres ont été blessées dans l'effondrement d'un écha- faudage dans un centre en construction pour étudiants dans la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, ont annoncé hier les autorités. «Un ouvrier blessé dans l'ef- fondrement d'un échafaudage est mort mardi à l'hôpital, por- tant à huit morts le bilan de cet accident survenu lundi» dans la préfecture de Wenshan, pro- vince du Yunnan, ont indiqué les autorités. «Les sept autres bles- sés reçoivent actuellement des soins», a déclaré un porte-parole

actuellement des soins», a déclaré un porte-parole du centre de secours, précisant que les secouristes «ont

du centre de secours, précisant que les secouristes «ont retiré 15 personnes des décombres, dont sept étaient déjà mortes». Les circonstances de l'accident ne sont pas encore connues.

14 DK NEWS

SAN

Mercredi 11

Manquons-nous vraiment de vitamine D ?

La vitamine D fait beaucoup parler d’elle. Et pour cause. Alors qu’on lui prête de nouvelles vertus, une étude montre que 8 Français sur 10 seraient en manque de vitamine D. Qu’en est-il vraiment ? Qui doit en prendre sous forme médicale ? Deux spécialistes répondent à nos questions.

D'où vient la vitamine D ?

Elle a deux origines : l’exposition au so- leil principalement, et l’alimentation pour une moindre part. Dans la peau, elle est synthétisée sous l’effet des rayons ultravio- lets (UVB). Dans notre assiette, on trouve de la vitamine D d’origine animale et végétale. Toutes ces formes sont absorbées dans l’in- testin grêle grâce à des sels biliaires. La vi- tamine D passe ensuite dans le sang, qui la véhicule jusqu’au foie, où elle subit une première transformation, pour être dispo- nible sous forme de réserve. Puis elle est acheminée jusqu’aux reins, qui produisent sa forme active dans notre organisme.

En produit-on tous autant ?

Tout dépend du temps passé au soleil et de l’alimentation. L’hiver on produit très peu de vitamine D. Surtout si on a la peau foncée, ce qui fait davantage écran au soleil. Par ailleurs, les personnes âgées en fa- briquent moins, la dégradent plus vite et possèdent moins de récepteurs pour la cap- ter. Il n’est donc pas étonnant qu’elles en manquent fréquemment. Les personnes obèses, elles aussi, disposent de moins de vitamine D, car celle-ci est captée par le tissu graisseux. Enfin, il existe quelques maladies rares, souvent d’origine géné- tique, dans lesquelles sa formation et/ou son action sont perturbées.

Vitamine D : à quoi elle sert

La vitamine D est en fait le précurseur d’une hormone. La production de sa forme active est mise en œuvre au fur et à mesure des besoins. Son rôle principal est de favo- riser l’absorption du calcium, indispensa- ble à la minéralisation des os. C’est pourquoi les enfants qui en manquent souffrent de rachitisme. Cette maladie a disparu chez nous depuis que l’on en pres- crit systématiquement aux petits sous forme de gouttes. Les personnes âgées carencées, elles, perdent de l’os et du muscle, d’où des chutes et des fractures. Car la vitamine D permet également d’avoir de bons muscles. Elle est, par ailleurs, impliquée dans de nombreux mécanismes cellulaires, notam- ment ceux de notre système immunitaire. Ces effets "extra-osseux" font l’objet de nombreuses recherches actuellement. Pourquoi en parle-t-on davantage au- jourd’hui ? Plusieurs études américaines ont montré une relation entre un taux in- suffisant de vitamine D et la survenue de certains cancers (côlon, sein). Mais on se demande si les personnes qui ont plus de vitamine D et moins de cancers ne sont pas aussi celles qui sont en meilleure santé, font plus de sport, sortent davantage… Bref, ces observations ne constituent pas encore des preuves et n’ont pas été confirmées chez nous. D’autres études suggèrent un lien avec les infections et les maladies auto-im- munes (polyarthrite, maladie de Crohn…). Mais seule la relation avec le diabète de type 1 est assez étayée : les enfants qui ont peu de vitamine D dans leur première année ont plus de risques de développer un diabète de type 1 à l’approche de l’adoles- cence.

un diabète de type 1 à l’approche de l’adoles- cence. Comment savoir si on en fabrique

Comment savoir si on en fabrique assez ?

La seule façon de le savoir est d’effectuer un dosage sanguin. Mais, selon les experts du Groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses, cet examen n’est pas nécessaire chez tout le monde. Après 55-60 ans, l’insuffisance est fréquente. Il est donc justifié de prendre de la vita- mine D l’hiver sans vérifier son taux. Ce do- sage devient nécessaire dans des situations particulières : après une fracture survenue lors d’un traumatisme minime, en cas de confinement ou de non-exposition au so- leil… Il faut également doser la vitamine D dans certaines maladies (des reins notam- ment, mais aussi en cas de traitement anti- épileptique ou de toute autre affection de longue durée)… Pour tous les autres, pas d’inquiétude. Si, durant l’été, vous vous exposez raisonna- blement au soleil, normalement découverte pour la saison (visage, bras et jambes à l’air), si vous partez en vacances au soleil, vous faites assez de réserves pour avoir un taux de vitamine D suffisant pendant toute l’année.

Qui a besoin d’un apport sous forme de médicament ?

Les enfants dès la naissance et jusqu’à l’âge de 4 ans, ainsi que les femmes en- ceintes devant accoucher en hiver ou au printemps. Car elles ont peu pris le soleil les derniers mois de leur grossesse. Les méde- cins en prescrivent aussi aux personnes âgées et, de plus en plus, aux femmes après la cinquantaine qui ont une vie citadine et travaillent à l’intérieur. Il faut y ajouter les personnes alitées ou "interdites" de soleil.

Les femmes traitées pour un cancer du sein sont souvent dans ce cas. Les femmes qui portent le voile et les adolescents constam- ment sous leur capuche sont également concernés.

Comment se prend-elle ?

On trouve de la vitamine D à petites doses dans certains compléments alimen- taires. Mais si l’on a vraiment besoin d’une supplémentation, cela ne suffit pas. Mieux vaut de toute façon suivre une prescription médicale, car il ne faut pas en prendre trop non plus. Gouttes, ampoules, doses quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles… toutes les formes se valent ! Seule la prise annuelle n’est pas conseillée. Le traitement d’entre- tien le plus prescrit est une ampoule à 100 000 unités internationales (UI) tous les trois mois pendant l’hiver. Notre système de réserve permet de la stocker. Il est préféra- ble de prendre la vitamine D au cours d’un repas plutôt qu’à jeun.

Un excès de vitamine D peut-il être néfaste ?

Il pourrait entraîner des accidents car- diovasculaires (infarctus), de l’hyperten- sion et des problèmes rénaux (calculs). C’est pourquoi il n’est pas question de prendre de la vitamine D si on n’en manque pas. La dose à partir de laquelle il existe un risque d’effets gênants est toutefois mal connue. Et des essais sont en cours pour voir si dans certains cas (polyarthrite rhumatoïde notamment), la prise de vitamine D à une dose un peu supérieure à celle habituelle- ment conseillée ne pourrait pas être inté- ressante et… bien tolérée.

Et chez les enfants ?

L’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a signalé ces derniers temps quelques rares malaises survenus chez des nourrissons prématurés ayant pris de la vitamine D (Uvestérol D®). Ce n’est pas le produit qui est en cause, mais son mode d’administration. Pour bien assimiler la vitamine D, un bébé doit la prendre en position assise. Le mieux est de la diluer dans un peu d’eau ou de lait. Puis de l’administrer dans une cuil- lère, une tétine ou un biberon de faible vo- lume (pour qu’elle ne reste pas au fond s’il ne le termine pas). Rappelons qu’un apport systématique, depuis 1963, a fait quasiment disparaître le rachitisme par carence en vitamine D chez les nourrissons en France.

Quels besoins selon les âges ?

Il s’agit de la dose quotidienne dont on

doit disposer (en puisant dans sa réserve). Il n’est pas question d’ingérer cette quan- tité chaque jour :

- Jusqu’à 4 ans : 20 μg/j (microgrammes par jour)

- De 4 à 75 ans : 10 à 15 μg/j

- Après 75 ans : 20 μg/j

Quels sont les taux satisfaisants ?

Le dosage sanguin évalue le taux de la vi- tamine D de réserve (25-hydroxyvitamine D).

- Moins de 10 ng/l (nanogrammes par

litre) : c’est très insuffisant. Une supplé- mentation est indispensable.

- Entre 10 et 20 ng/l : c’est faible. Une supplémentation est conseillée.

In topsanté.fr

Février 2015

DK NEWS 15

Vitamine D :

qu'est-ce qu'on risque si on est carencée ?

On sait combien la vitamine D est précieuse pour la bonne santé de nos os. Mais de nombreuses études récentes nous apprennent qu'une carence en vitamine D peut avoir bien d'autres conséquences sur notre santé. Une carence augmente le risque de dépression Selon une étude publiée dans le British Journal of psychiatry, les personnes qui ont un faible taux de vitamine D dans le sang sont deux fois plus susceptibles de souffrir de dépression que celles qui ont un taux plus élevé. La raison se trouve dans l'hippocampe, cette petite zone du cerveau impliquée dans la régulation de l'humeur. L'hippo- campe possède des récepteurs de vitamine D. Une carence l'empê- cherait donc de fonctionner nor- malement et augmenterait le risque de dépression.

Une carence augmente le risque d'hypertension

Selon une étude britannique, une carence en vitamine D expliquerait pourquoi certaines femmes souf- frent d'hypertension artérielle, un des risques majeurs de maladie cardiovasculaire. Mieux, pour ces femmes, il semblerait qu'une sup- plémentation en vitamine D, leur permettrait de se passer de médica- ments antihypertenseurs.

Une carence augmente le risque de cancer

Selon une étude de l'Inserm, le risque de cancer du sein baisserait de 25% pour les femmes ayant un niveau de concentration sérique de vitamine D élevé. Selon les cher- cheurs associés à l'Institut Gustave Roussy, les femmes avec les taux de vitamine D les plus élevés (à savoir plus de 27 μg/l) auraient un risque de cancer du sein divisé par quatre par rapport aux femmes ayant les taux de vitamine D les plus faibles (inférieurs à 20 μg/l). Chez les hommes, une carence en vitamine

D augmente le risque de cancer du

côlon. Selon les chercheurs de l'Im- perial college de Londres, les hommes ayant un important taux

de vitamine D dans leur sang au-

raient quasiment deux fois moins de risques de développer un cancer de l'intestin que ceux ayant un taux moins élevé. En outre, les hommes qui ont un taux de vitamine D plus élevé affichent aussi un taux de tes- tostérone plus élevé. A bon enten- deur

Une carence augmente le risque de fibrome utérin

Une étude du ministère de la Santé américain publiée dans la revue Epidemiology montre que, chez les femmes de plus de 35 ans, une trop grande carence en vitamine D peut accroître le risque de fibrome uté- rin : des tumeurs bénignes qui se

développent sur la paroi de l'utérus

et qui peuvent causer douleurs et

saignements. Selon cette étude, les femmes ayant un niveau suffisant

de vitamine D ont un risque réduit

de 32% de développer des fibromes utérins par rapport à celles qui sont carencées.

CANCER : UNE CHERCHEUSE DÉCOUVRE UNE MOLÉCULE CAPABLE DE TUER LES TUMEURS

Une chercheuse grenobloise a découvert une molécule capable de stopper la prolifération des tumeurs et de détruire leurs vaisseaux. Suite aux essais concluants sur des souris, elle lance un appel aux dons pour pouvoir tester la molécule sur l'homme.

Tout a commencé en 2008, lorsqu'Aurélie Juhem, alors jeune chercheuse en thèse dé- couvre une molécule anticancéreuse appelée ET-D5. Pour pouvoir étudier de plus près ses caractéristiques et son effet sur les tumeurs, la chercheuse crée en 2010 la start-up Ecrins Therapeutics, un laboratoire de recherche grenoblois. « Cette molécule a la capacité de stopper la division et la prolifération des cellules tumo- rales », explique Aurélie Juhem à l'AFP. « Elle peut aussi détruire les vaisseaux qui se sont formés et qui alimentent la tumeur », ajoute la chercheuse. En d'autres termes, la biologiste aurait trouvé une molécule capable de tuer les tumeurs, sans endommager les organes envi- ronnants. Les premiers tests qu'elle a effec- tués sur des souris atteintes de cancer de la thyroïde et du poumon ont été plus qu'encou- rageants : non seulement la molécule arrête la prolifération tumorale, mais elle s'attaque aux néo-vaisseaux qui irriguent la tumeur. Or, ce sont ces néo-vaisseaux qui alimentent les cel- lules cancéreuses, facilitant leur croissance mais aussi la circulation de métastases, qui mènent à un cancer généralisé. Grâce à ses différentes propriétés, la molécule ET-D5 cou- perait les vivres de la tumeur, qui serait donc considérablement affaiblie. Pour autant, les résultats des tests effectués sur les souris n'ont pas encore été publiés « pour des raisons de concurrence », précise la chercheuse.

Un appel aux dons pour tester la molécule chez l'homme

Mais pour passer à l'étape supérieure, c'est- à-dire à un essai clinique sur l'homme, la jeune femme et son laboratoire se sont lancés à la recherche d'un financement de 500 000 euros, par le biais d'une plateforme de ‘‘crowdfunding'', ou financement participatif (wiseed). C'est en effet le montant nécessaire pour effectuer la phase de tests réglemen- taires toxicologiques, qui indiquera si la mo- lécule est néfaste pour l'homme. Si le financement est obtenu et si la molé-

l'homme. Si le financement est obtenu et si la molé- cule est inoffensive, les essais cliniques

cule est inoffensive, les essais cliniques sur des humains pourraient débuter début 2016, sur des patients du centre anticancéreux Léon- Bérard de Lyon. « Les volontaires prendront cette molécule sous forme de cachets », pré- cise Aurélie Juhem. « Ce sera de la chimiothé- rapie par voie orale, quelque chose d'innovant

qui viendra compléter tout l'arsenal thérapeu- tique existant. Seules les personnes malades pourront essayer ce nouveau traitement. » Si ces tests sont concluants, le brevet pourra ensuite être vendu à un laboratoire pharma- ceutique en vue d'une commercialisation à grande échelle.

LES MICROBES PRÉSENTS DANS LE MÉTRO

LES MICROBES PRÉSENTS DANS LE MÉTRO
LES MICROBES PRÉSENTS DANS LE MÉTRO
SONT-ILS DANGEREUX ?

SONT-ILS DANGEREUX ?

SONT-ILS DANGEREUX ?

Plusieurs centaines de bactéries et de mi- crobes vivent dans le métro mais la plupart sont inoffensifs, selon une étude américaine publiée le 3 février 2015. Après dix-huit mois de recherches dans le métro new-yorkais (USA), chercheurs, étudiants et bénévoles de l'université Weill Cornell à New York, ont re- censé dans une étude, 637 espèces de bacté- ries, dont une minorité est pathogène. Parmi les échantillons d'ADN de microbes récoltés, les scientifiques ont identifié 57 % d'orga- nismes non pathogènes et 31 % avec de fai- bles risques de maladies, mais uniquement chez les personnes présentant un système immunitaire affaibli. Ils ont, par exemple, recensé quelques germes à l'origine de la peste bubonique, l'anthrax, la méningite, des troubles de l'estomac et des infections

bubonique, l'anthrax, la méningite, des troubles de l'estomac et des infections résistantes aux antibiotiques.

résistantes aux antibiotiques.

Une majorité de microbes

inoffensifs

Les chercheurs ont également trouvé des bactéries qui digèrent les produits chi-

miques ou les déchets toxiques. La majorité de ces microbes ne présentent pas de danger pour la santé. C'est d'ailleurs le premier constat des universitaires : "pas besoin d'évi- ter le métro, ou de mettre des gants". "Ces mi- crobes sont juste des co-habitants de toute ville et infrastructure urbaine. Les bactéries pathogènes ne sont pas présentes en quantité suffisante pour constituer un risque pour la santé humaine", a insisté le principal auteur de l'étude, Christopher Mason.

Soyez tout de même vigilants dans le métro

Rappelons toutefois que cette étude ne se penche que sur l'ADN des microbes, elle ne tient pas compte des virus à ARN (sans ADN), souvent responsables de maladies comme la grippe saisonnière ou même Ebola. En cas de plaie ouverte, protégez-vous à l'aide d'un pansement et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou de la gastroenté- rite.

et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou
et lavez fréquemment vos mains pour éviter une contamination par le virus de la grippe ou

16 DK NEWS

CULTURE

Mercredi 11 Février 2015

TLEMCEN

Un programme culturel varié pour célébrer la Journée du chahid

Un programme varié a été élaboré par la direction du palais de la culture «Ab- delkrim Dali» pour marquer la Journée du chahid (18 février), a-t-on appris hier du responsable de cet établissement cul- turel. S’inscrivant dans le cadre de la célé- bration du 60 e anniversaire du déclen- chement de la Révolution du 1 er Novembre 1954, ce programme s’étalera tout au long du mois de février 2015. Il comporte une exposition des œuvres de l’artiste-peintre Kamli Driss, outre une soirée de danse qu’animera la troupe américaine «Big Piph and tomorrow may be», prévue le 15 février. La commémoration de cette journée nationale donnera également lieu, entre le 17 et le 25 février, à une exposition de photos historiques, une soirée poétique et la projection du film Mustapha Ben- boulaïd, d’Ahmed Rachedi. Au pro- gramme également, une opérette intitulée Les moments de braiser, qui sera présentée par la troupe locale «Ahlem El Masrah» ainsi qu’une pièce éducative L’arbre éternel produite par l’association «El Assala». Les élèves des établissements pri- maires prendront part à un concours dédié à la Journée du chahid et au 60 e an- niversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale.

MOSTAGANEM:

Coup d’envoi du premier Festival universitaire de la chanson engagée

Le coup d'envoi de la première édition du Festival universitaire de la chanson engagée, a été donné lundi à la maison de la culture «Ould Abderrahmane Kaki» de Mostaganem. Initiée sous le slogan «La voix de l’étu- diant au rythme de la musique et de la chanson engagée», cette manifestation a vu la présence d'amateurs de ce genre musical de 28 wilayas du pays dont Adrar, Oran, Constantine, Tizi Ouzou, Tindouf, Sétif, Ghardaia, Khenchela, Biskra, Jijel et Mostaganem. Le directeur des œuvres universitaires de Mostaganem, Hadj Djilali Khaled a in- diqué, dans une allocution d’ouverture, que l’objectif de ce festival est de pro- mouvoir l’activité culturelle, de détecter des talents en milieu universitaire et de créer un échange culturel entre étu- diants participants. La cérémonie d’ou- verture a été marquée par des morceaux de musique andalouse interprétées par l’association «Wichah El Andalous». La compétition fut lancée lundi soir. Un jury, composé de quatre membres et présidé par l’artiste Mohamed Kechoud, ex chef d'orchestre de la Radio nationale, évaluera les prestations collectives et in- dividuelles des participants. En marge de cette manifestation, une exposition d’artisanat se tient au niveau de la résidence universitaire de Kha- rouba dans la banlieue de Mostaganem avec la participation de dizaines d’arti- sans. Ce festival, qui s'étalera jusqu’au 11 fé- vrier, est initié par l’Office national des œuvres universitaires (ONOU) en colla- boration avec la direction de wilaya des œuvres universitaires.

APS

CONSTANTINE

CAPITALE DE LA CULTURE ARABE

Le programme et le financement de la manifestation maintenus dans leur totalité

La rationalisation des dépenses publiques décidée en raison de la chute des cours du pétrole n’aura pas d’incidence sur l’événement Constantine capitale 2015 de la culture arabe dont le programme et le financement sont maintenus dans leur totalité, a affirmé, hier, le wali, Hocine Ouadah.

Le programme arrêté pour cet évè- nement est «maintenu tel qu’il a été défini au départ», a précisé, dans une déclaration à l'APS, ce responsable, en marge d’une visite d’inspection des différents chantiers ouverts dans le cadre de cette manifestation. «Contrairement à ce qui est dit et écrit ici ou là au sujet du financement de cette manifestation culturelle, je confirme qu’il n’y a eu ni restriction ni remise en cause de la consistance du programme, encore moins la ré- duction des crédits alloués», a ajouté le wali. Les préparatifs de l’évènement

a ajouté le wali. Les préparatifs de l’évènement «avancent sur un rythme accéléré», a affirmé le

«avancent sur un rythme accéléré», a affirmé le chef de l’exécutif local, sou- lignant «que tous les engagements de l’administration locale, s’agissant de la livraison des infrastructures cultu- relles et d’accueil, seront respectés à la lettre». Maintenant, a-t-il ajouté, s’agissant des autres projets structu- rants prévus à Constantine, à l’image des extensions du téléphérique et du tramway, ainsi que du stade de 50.000 places, et «dans l’hypothèse où des +réajustements+ devaient être opé- rés, la wilaya attendra d’abord la déci- sion du gouvernement à ce sujet». Au cours de sa tournée dans les différents

chantiers, M. Ouadah a renouvelé ses instructions aux entreprises de réali- sation à l’effet de redoubler d’efforts et de renforcer leurs effectifs en vue de la réception des projets et pour permettre aux équipes techniques de tester leur fonctionnement. Le wali avait entamé sa visite sur les chantiers de réaménagement des im- meubles de la cité CILOC et de réhabi- litation de l’esplanade de la mosquée Emir-Abdelkader, avant de s’enquérir de l’avancement des travaux de réha- bilitation et de réalisation de diffé- rentes autres infrastructures culturelles.

Réouverture du Théâtre régional de Constantine fin mars

Le Théâtre régional de Constantine (TRC), objet depuis septembre dernier d’une vaste opération de réhabilitation et de rénova- tion, sera rouvert "avant la fin du mois de mars", a af- firmé hier son directeur, Mohamed Zetili. Certains lots du projet de réhabilitation de cette structure de 450 sièges ont déjà été livrés, dont la scène et les équipements scéniques, a ajouté le res- ponsable à l’APS. La scène toute neuve du TRC accueillera, à compter du 15 février prochain, les comédiens de ce théâtre qui y entameront les répé- titions de la nouvelle pièce

qui y entameront les répé- titions de la nouvelle pièce de Tayeb Dehimi, intitulée ‘‘ Salah-Bey

de Tayeb Dehimi, intitulée ‘‘Salah-Bey’’ qui inaugu- rera, le 23 avril prochain, les spectacles du 4 e art pré- vus dans le cadre de Constantine, capitale 2015 de la culture arabe. M. Mehdi Ali-Pacha, ar- chitecte restaurateur chargé de la mise à niveau

des planches, a précisé à ce sujet que la scène a été to- talement refaite et la ma- chinerie scénique rénovée et dotée d’un nouveau sys- tème automatisé et norma- lisé pour renforcer l’ancien équipement mé- canique, également remis à neuf.

Pour sa part, l’architecte responsable du bureau d’études, Amine Zakaria Benmekhlouf, a affirmé que les travaux de réhabilitation ont également concerné la réfection de la toiture et de l’étanchéité (aujourd’hui achevée à 100%), l’éclairage, la pose de la moquette et des sièges, la climatisation, la sonorisation, l’aménage- ment des coulisses et des loges. Les invités et les visiteurs qui afflueront à Constantine pourront apprécier la beauté de ce "joyau archi- tectural", partie intégrante du patrimoine bâti de la ville, a encore indiqué le directeur du TRC.

PALAIS AHMED-BEY DE CONSTANTINE :

Des caméras robotisées pour conserver les techniques de restauration

Les travaux de restauration du pa- lais Ahmed-Bey de Constantine, siège du musée national des arts et expressions culturelles tradition- nelles seront «enregistrés et conser- vés grâce à des caméras robotisées balayant sur 360°», a indiqué lundi le responsable de ce chantier. La technique de restauration de cette structure muséale sera sauve- gardée dans les cartes-mémoire de ces caméras de télésurveillance dont l’installation est «imminente», a sou-

ligné Zinedine Seffadi, précisant que ces clichés serviront «d’outils de for- mation» des futures générations. Mettant l’accent sur la «complexité» des opérations de restauration de ce musée, il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que toutes les étapes liées, en particulier, à la restauration de la polychromie, seront «filmés puis conservés dans les archives de cette structure culturelle». Les techniques de restauration de la polychromie mises en œuvre par

l’entreprise espagnole chargée de l’opération seront sauvegardées pour participer, également, au trans- fert de technologie, a encore souli- gné M. Seffadi. Ces mêmes caméras, de conception ultramoderne, desti- nées initialement à la surveillance des biens conservés dans le musée, permettront aussi de «mémoriser» les moments forts de la manifesta- tion ‘‘Constantine, capitale 2015 de la culture arabe’’, a ajouté le responsa- ble.

Mercredi 11 Février 2015

AFRIQUE

DK NEWS

17

SÉNÉGAL

Sécurité en Afrique: Dakar ouvre ses installations aux armées africaines pour des entraînements communs

Le Sénégal a décidé d'ouvrir ses installations militaires aux armées africaines pour des séances communes d'entrainement pour faire face aux «défis sécuritaires» qui se posent sur le continent, a affirmé, lundi à Dakar, le ministre des Forces armées sénégalaises, Augustin Tine.

ministre des Forces armées sénégalaises, Augustin Tine. «Nous avons procédé à une montée en puissance du

«Nous avons procédé à une montée en puissance du Centre d'entraine- ment national de Thiès (Est de Dakar) qui traduit une volonté des forces ar- mées sénégalaises d'ouvrir leurs ins- tallations aux autres armées sœurs du continent», a souligné le ministre qui présidait une réunion des chefs d'état- major d'armée de terre de plusieurs pays d'Afrique sur la paix et la sécurité sur le continent. Cette rencontre de quatre jours, réunit près d'une quarantaine de délé- gations militaires venues d'Afrique et de hauts responsables militaires amé- ricains, selon un communiqué du ser- vice de communication des armées sénégalaises. Selon le ministre sénéga- lais, l'Afrique est confrontée à «des me- naces de toutes sortes, caractérisées par une dimension transnationale et qui posent de réels problèmes à la sé- curité de nos Etats, empêchant toute perspective de développement». «Le défi sera relevé grâce aux échanges d'expérience entre les ar- mées comme l'exigent les enjeux ac- tuels de la sécurité ( ). L'urgence ne nous laisse d'autre choix que la coopé- ration régionale et continentale ( ) en vue de travailler à la recherche de so-

lutions capables de rendre les pays africains plus sûrs», a souligné M. Tine, exprimant la disponibilité du Sé- négal à s'ouvrir aux autres forces de défense africaines. Les défis auxquels font face l’Afrique et les Etats-Unis «compren- nent la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et la sécurité mari- time, la lutte contre le VIH-sida et ré- cemment la bataille contre la fièvre hémorragique à virus Ebola», a af- firmé le ministre sénégalais. «Dans tous les pays, l’armée de Terre est une composante essentielle du système de défense, pas seulement à travers ses effectifs, mais par le rôle central qu’elle peut jouer dans le com- bat contre ces menaces», a-t-il dit. La réunion portera sur le thème «entrai- ner la force pour un large spectre d'opérayions militaires», a révélé le communiqué. Selon le texte, l'objectif des organisateurs de cette rencontre qui se tient du 9 au12 fevrier, est de «promouvoir la paix et la stabilité du continent». Cette rencontre organisée par l’armée sénégalaise et le Comman- dement des forces terrestres améri- caines pour l’Afrique, (Usaraf pour l’acronyme en anglais), créé en 1955, se

tient pour la première fois dans un pays francophone. Elle devra, selon les organisateurs, permettre de bâtir une coopération renforcée entre les armées de terre africaines, d'élargir et redynamiser le cadre d'échanges au niveau du conti- nent et d'identifier les défis réels et inhérents à l'engagement des forces terrestres des armées africaines. La rencontre se tient sur fond d’in- quiétudes pour la stabilité du conti- nent, avec les massacres du groupe armé nigérian Boko Haram ayant conduit au report des élections pré- vues le 14 février au Nigeria, les vio- lences interethniques au Soudan du Sud et les séquelles de la guerre en Ré- publique centrafricaine. Intervenant à l'ouverture de la réu- nion, l’ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, James Peter Zumwalt, a dé- claré que «les soldats et les diplomates sont des partenaires, tout comme le sont les Africains et les Américains». «Cette semaine nous mettrons l’accent sur la paix et la sécurité durables car nous savons tous qu’elles sont des conditions préalables à la croissance économique», a ajouté le diplomate américain.

LIBYE

L'armée libyenne progresse à Benghazi

L'armée libyenne a repris lundi la plus grande base militaire de Benghazi, dans l'Est, aux combattants isla- mistes qui tiennent la ville depuis l'été, a annoncé lundi Wanis Boukhamada, commandant desforces spéciales. Outre la base, qui se trouve sur une route menant à l'aéroport, ses hommes se seraient emparés de bâti- ments voisins, appartenant à l'opérateur de téléphonie Al Madar. Une vidéo diffusée sur internet montre l'offi- cier devant ce qui serait l'entrée de la caserne. Soute- nues par les hommes du général Khalifa Haftar, qui a déclaré la guerre aux combattants islamistes, les forces spéciales tentent depuis la mi-octobre dereprendre Benghazi, deuxième ville du pays. Elles s'étaient déjà emparées du centre, de l'aéroport et de plusieurs bases militaires. D'intenses combats se poursuivent autour du port, par où transitaient la majorité des importations ali- mentaires àdestination de l'est de la Libye jusqu'à sa fer- meture.

de l'est de la Libye jusqu'à sa fer- meture. NIGERIA Le Canada «vivement préoccupé» par le

NIGERIA

Le Canada «vivement préoccupé» par le report des élections présidentielle et législatives au Nigeria

Le Canada a exprimé, lundi, ses vives préoccupations suite à l'annonce par la commission électorale nationale indépendante (INEC) au Nigeria du report jusqu'au 28 mars prochain des élections présidentielle et législatives prévues initialement le 14 février. «Le Canada est préoccupé par le report au Nigeria des élections présidentielle et législatives. Il faut faire en sorte que les Nigérians puissent exercer leur droit démocra- tique de choisir leurs représentants par la voie d'élections

libres, justes, pacifiques et crédibles», a affirmé le minis- tère canadien des Affaires étrangères dans un communi- qué. Selon Ottawa, toutes les institutions de l'Etat ainsi que les partis politiques et les candidats doivent défendre les valeurs démocratiques dans leur pays. «Il est particulièrement important que les organismes chargés de la sécurité veillent à assurer la sécurité des élections de façon impartiale», a précisé la même source.

SOUDAN DU SUD

La ville pétrolière de Bentiu bombardée par des rebelles

La ville pétrolière de Bentiu bombardée par des rebelles La ville pétrolière de Bentiu, dans le

La ville pétrolière de Bentiu, dans le nord du Soudan du Sud, a été bombardée hier par des re- belles, a indiqué le ministre sud-soudanais de la Défense, Kuol Manyang, qui a dénoncé «une violation de l'accord de cessation des hostilités». «Les rebelles bombardent nos positions à Bentiu» avec de l'artillerie, a fait savoir M. Ma- nyang, dénonçant «une violation de l'accord de cessation des hostilités» conclu entre le prési- dent Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar. «Nous allons nous défendre», a ajouté le mi- nistre, cité par l'AFP. Les belligérants s'étaient engagés la semaine dernière à un nouveau ces- sez-le-feu, le septième en un an, mais sans s'en- tendre sur un règlement définitif, ce qu'a déjà critiqué cette semaine le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Norvège ont réclamé vendredi aux belligérants au Sou- dan du Sud un accord de paix définitif d'ici un mois et un gouvernement de transition réunis- sant les deux camps au 1 er juillet. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a réclamé de son côté un «accord de paix complet» qui traiterait les problèmes de fond: réformes institution- nelles, économie, réconciliation nationale et justice pour les crimes commis depuis le début du conflit. Une guerre civile émaillée de massacres inter-ethniques ravage depuis décembre 2013 le Soudan du Sud, faisant plusieurs milliers de morts et provoquant une grave crise humani- taire. Les combats avaient éclaté dans la capitale Juba entre une faction de l'armée fidèle à Salva Kiir et des mutins loyaux à Riek Machar et se sont depuis étendus à tout le pays.

Des dizaines de milliers de morts en un an de conflit

Le conflit qui ravage le Soudan du Sud depuis plus d'un an a sans doute fait des dizaines de milliers de morts, en particulier dans les ré- gions du Nord, a estimé lundi un haut respon- sable de l'ONU de retour d'une visite dans le pays. «Il est difficile de donner un chiffre précis mais nous parlons certainement de milliers (de morts) et probablement de dizaines de mil- liers», a déclaré à la presse le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des droits de l'homme, Ivan Simonovic. Selon lui le bilan a été le plus lourd «dans les villes qui ont changé de mains plusieurs fois» comme Bentiu et Malakal (nord) et Jonglei et plus généralement dans les Etats d'Unité (nord) et du Haut-Nil (nord-est). C'est dans ces régions, a-t-il souligné, que la Mission de l'ONU au Sou- dan du Sud protège dans ses camps le plus grand nombre de civils, dont 50.000 à Bentiu, 30.000 à Juba et 20.000 à Malakal. M. Simonovic a souligné la nécessité d'in- clure dans d'éventuels accords de paix des dis- positions pour s'assurer que les responsables des très nombreuses exactions commises par les deux camps rendent des comptes.

APS

18

DK NEWS

MONDE

Mercredi 11 Février 2015

JORDANIE

Les Emirats arabes unis reprennent les frappes contre Daech

Les Emirats arabes unis (EAU) ont repris les raids contre l'organisation autoproclamée "Etat islamique" (EI/Daech) dans le cadre de la coali- tion internationale après les avoir interrompus fin décembre à la suite de la capture d'un pilote jordanien par cette organisation terroriste. "Des avions de l'escadron de F-16 basé en Jor- danie ont lancé ce matin (mardi) des raids contre des positions de l'organisation terroriste Daech, atteignant leur objectif et regagnant leur base sans dommage", a indiqué le commandement militaire émirati dans un bref communiqué daté d'Abou Dhabi. Les Emirats arabes unis ont autorisé le sta- tionnement d'un escadron de F-16 de leur armée de l'air en Jordanie pour soutenir ce pays dans les frappes contre Daech. La Jordanie et les EAU font partie d'une coali- tion militaire internationale menée par les Etats- Unis pour lutter contre l'EI. Les EAU ont suspendu leurs frappes aériennes contre l'EI à la fin de l'an dernier, à la suite de la capture d'un pi- lote jordanien par cette organisation terroriste . Les Emirats arabes unis avaient suspendu leurs opérations militaires aériennes en décem- bre pour protester contre l'enlèvement d'un pi- lote jordanien qui a été par la suite brûlé vif par Daech. Il "y avait une forte indignation autour de la table à propos de ce qui était arrivé au pilote" et les Emirats ont déclaré au secrétaire d'etat américain qu'ils "devraient reprendre (les raids aériens) dans quelques jours", avait rapporté au- paravant un haut responsable américain. Les Emirats arabes unis avaient également "réaffirmé leur engagement dans la coalition" menée par les Etats-Unis pour lutter contre Daech qui s'est emparé de larges parties de ter- ritoire en Irak et en Syrie.

PALESTINE

Colonisation israélienne :

les Palestiniens mettent le Quartette devant ses responsabilités

Les Palestiniens ont appelé lundi le Quartette pour le Proche-Orient à assumer ses responsa- bilités face à la poursuite de la colonisation par l'occupant israélien qui a dévoilé un projet pour agrandir quatre colonies en Cisjordanie occu- pée. Par ce nouveau projet, «Israël défie le Quar- tette pour le Proche-Orient qui a appelé à la re- prises des pourparlers», a indiqué dans un communiqué le ministère palestinien des Af- faires étrangères. Il s'agit d'«une nouvelle escalade de la coloni- sation» qui vise à saper les fondements de l'Etat palestinien indépendant et viable, a souligné le ministère qui a qualifié les pratiques israé- liennes d'«un appel au retour au cycle de la vio- lence». La diplomatie palestinienne a appelé le Quar- tette pour le Proche-Orient et le Conseil de sécu- rité des Nations unies à assumer leurs responsabilités face à «cette agression contre la paix» et à obliger l'occupant israélien à se confor- mer au droit international et aux Conventions de Genève. Le ministère a ajouté que ces agissements is- raéliens sont «une preuve irréfutable de la jus- tesse de la démarche palestinienne» en adhérant à la Cour pénale internationale (CPI), une ins- tance que les Palestiniens pourront saisir à compter du 1er avril afin de poursuivre les diri- geants israéliens pour leurs crimes et exactions commis dans les territoires palestiniens occu- pés. Plus tôt lundi, des médias israéliens ont rap- porté que les autorités israéliennes comptaient lancer des travaux pour agrandir quatre colo- nies, toutes situées en Cisjordanie occupée. Israël poursuit sans relâche ses activités de colonisation en dépit des condamnations de la communauté internationale. L'ONU, les Etats- Unis et l'Union européenne considèrent la pour- suite de la colonisation comme un obstacle majeur aux efforts pour résoudre le conflit is- raélo-palestinien.

RUSSIE

Le Président Poutine appelle à la relance du rôle du quartette pour le règlement de la question palestinienne

Le président russe Vladimir Poutine a appelé le quartette international en charge du processus de paix au Moyen Orient à "relancer" son rôle et "intensifier la coordination" avec les pays arabes en vue d'un règlement de la question palestinienne, réitérant le soutien de Moscou à une solution pacifique et globale à la crise en Ukraine.

"Nous sommes profondément préoccupés par le conflit qui oppose la Palestine à Israël et appelons avec insistance les deux parties à prendre des initiatives en vue d'un rapproche- ment et à rechercher les points sus- ceptibles de permettre une normalisation de la situation", a indi- qué M. Vladimir Poutine dans un en- tretien au journal égyptien "Al Ahram" publié à l'occasion de sa visite en Egypte qui a débuté lundi. Il a précisé que la Russie continuera à "suivre cette voie à travers les canaux bilaté- raux et au niveau des fora internatio- naux et à leur tête le quartette international qui se doit de relancer son rôle", insistant sur l'"importance de garantir une coordination soute- nue des efforts du comité avec l'Egypte et les autres pays arabes". S'exprimant sur la crise ukrai- nienne et la vision de Moscou, il a fait exprimé la "profonde inquiétude" de son pays à l'égard des évènements en Ukraine qu'il a imputés à ce qu'il a ap- pelé une "tentative des Etats Unis et leurs alliés occidentaux d'imposer leur volonté de par le monde" à travers le "soutien" de Washington et de l'Union européenne (UE) du "coup d'Etat de Kiev". Il a réitéré le soutien

d'Etat de Kiev". Il a réitéré le soutien de la Russie à une solution pacifique et

de la Russie à une solution pacifique et globale de la crise ukrainienne sur la base de l'accord de Minsk conclu grâce "à l'initiative de la Russie et ses efforts constructifs" de sortie de crise. "La condition sine que non pour un retour de la stabilité réside dans un cessez-le-feu immédiat et la cessation de ce qui est appelé lutte antiterroriste dans le sud-est de l'Ukraine", a-t-il souligné avant d'estimer que "les ten- tatives de Kiev d'exercer des pressions économiques sur Donbass (sépara- tiste) ne font que compliquer la situa- tion". D'autre part, le président russe a évoqué le programme nucléaire de Téhéran, rappelant la position im- muable de son pays quant au "droit de l'Iran de mener une activité nucléaire à des fins pacifiques y compris l'enri- chissement de l'uranium sous le contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Il a fait remarquer à ce propos, qu'il existait une alternative de règlement de ce dossier à travers les voie poli- tique et diplomatique, notant que Moscou aspirait à poursuivre son ac- tion et les négociations "sans que des parties puissent en tirer avantage à titre unilatéral". Concernant le terro-

risme et la menace que représente l'organisation autoproclamée "Etat Is- lamique (EI, Daech) à laquelle est confronté le Moyen-Orient et la com- munauté internationale, M. Poutine a imputé "ce qui se passe en majeure partie en Irak et en Syrie" à ce qu'il a qualifié d'"ingérence étrangère mani- feste et de mauvaise appréciation de ses conséquences sur les affaires de la région et aux opérations militaires unilatérales". Il a déploré en outre, l'échec des ef- forts entrepris par les pays de la coali- tion pour la lutte contre le terrorisme, arguant que sa "stratégie et sa tactique ne sont pas à la mesure du danger". "Il est impossible de contenir la menace (Daech) uniquement à tra- vers des frappes" qui, elles-mêmes, manquent de légitimité car interve- nant sans mandat direct du Conseil de sécurité et parfois sans l'accord des pays dont les terres sont exposées à des raids aériens", a tenu à dire le Pré- sident Poutine. Il a réaffirmé enfin, le soutien de la Russie à la communauté internationale dans sa lutte antiterro- riste sur "la base du droit internatio- nal et le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de tous les pays".

JORDANIE - BAHREÏN

La Jordanie et Bahreïn veulent coopérer pour lutter contre Daech

La Jordanie et Bahreïn ont exprimé lundi leur volonté de coopérer pour lutter contre l'organisation autoprocla- mée «Etat islamique» (EI-Daech), selon le Palais royal jor- danien. A l'occasion d'un entretien à Amman avec le roi de Jor- danie Abdallah II, le souverain bahreïni Hamad ben Issa Al-Khalifa a affirmé être «fier d'apporter toute l'aide sou- haitée par la Jordanie pour combattre le terrorisme et pro- téger l'islam contre la bande de Daech», a précisé le palais royal dans un communiqué. Lors de leurs entretiens, les deux souverains ont évoqué notamment les moyens de renforcer la coopération entre les forces armées deux pays, en particulier entre les armées de l'air, selon le texte. La Jordanie et Bahreïn participent à la coalition inter- nationale dirigée par les Etats-Unis et qui lutte contre l'EI en Irak et en Syrie. Dimanche, la Jordanie a annoncé que son armée de l'air avait mené 56 raids en trois jours contre des positions tenues par Daech dans le nord-est de la Syrie,

des positions tenues par Daech dans le nord-est de la Syrie, et a souligné qu'elle poursuivrait

et a souligné qu'elle poursuivrait ses opérations dans les jours à venir en riposte au meurtre d'un pilote de l'armée de l'air jordanienne par Dech en Syrie.

VIETNAM

10 morts dans une collision entre deux autobus dans le centre du pays

Au moins 10 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans une collision entre deux autobus survenue lundi dans la province de Binh Thuan, dans le centre du Vietnam, ont rapporté des médias. L'accident a eu lieu lundi vers 2h30 heure locale dans la commune de Ham Minh, dans le district de Ham Thuan, à 1.150 km au sud de Hanoï, la capitale, tuant 10 personnes sur place et en blessant des dizaines d'autres, a in- diqué le journal en ligne VNExpress, citant Le Vinh Chi, président du comité populaire de la commune. Le premier autobus, doté d'un

code de la province de Binh Thuan, était en route de la ville de Phan Thiet vers Ho Chi Minh-ville (Sud), lorsqu'il est entré en colli- sion avec un autre autobus de passagers circu- lant en sens inverse. Un des véhicules a effectué une sortie de route, causant des dom- mages à des domiciles situés dans les envi- rons. Les deux autobus ont été sévèrement endommagés, et les deux conducteurs ont perdu la vie. Les blessés ont été transportés à l'hôpital, a indiqué le responsable.

APS

Mercredi 11 Février 2015

MONDE

DK NEWS

19

IRAN

Nucléaire: les grandes puissances doivent conclure un accord

Les grandes puissances doivent «saisir l'opportunité» de conclure un accord sur le dossier nucléaire iranien, a déclaré le président iranien Hassan Rohani, soulignant que son pays avait déjà «fait les pas nécessaires», selon l'agence officielle Irna.

«L'Iran a fait les pas nécessaires et maintenant c'est autour de l'autre par- tie de saisir l'opportunité», a déclaré M. Rohani quelques heures après les pro- pos du président américain Barack Obama affirmant que le problème était maintenant de savoir «si l'Iran a la vo- lonté politique et le désir de conclure un accord». Le président iranien a ajouté que «de bons progrès ont été réalisés dans les négociations même si il y a encore de la distance jusqu'à la conclusion d'un ac- cord final». Le président Obama a prévenu lundi que Téhéran devait dorénavant se déci-

a prévenu lundi que Téhéran devait dorénavant se déci- der car il n'y aurait pas de

der car il n'y aurait pas de prolongation des négociations sur son programme nucléaire controversé au-delà du 31 mars, la date butoir pour un accord po- litique dont les détails techniques se- raient ensuite finalisés avant le 1er juillet. «Je ne vois pas l'utilité d'une nou- velle prolongation s'ils ne sont pas tom- bés d'accord sur une formulation fondamentale» d'un accord sur le nu- cléaire, négocié depuis des mois, a dé- claré le président Obama lors d'une conférence de presse au côté de la chancelière allemande Angela Merkel. «Si ce que (les Iraniens) affirment est

vrai, qu'ils n'aspirent pas à se doter de l'arme nucléaire ce qui selon leur guide suprême serait contraire à leur religion

) (

t-il poursuivi. «Les problèmes ne sont plus techniques. Ils sont maintenant de savoir si l'Iran a la volonté politique et

le désir de conclure un accord», a ajouté M. Obama. En novembre, l'Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) se sont en- tendus pour parvenir d'abord à un ac- cord politique avant le 31 mars et ensuite un accord global avant le 1er juillet.

un accord devrait être possible», a-

YÉMEN Le maintien du Parlement au menu des discussions politiques

Le maintien du Parlement, l'élargissement du Conseil consultatif et la création d'un Conseil présidentiel ont été discutés lundi soir par les partis politiques réunis, à l'initiative de l'ONU, pour sortir de la crise née de la prise du pouvoir à Sanaa par les miliciens chiites. Deux chefs de partis participant aux discussions ont fait état mardi d'un «accord de principe» sur ces trois questions mais des responsables des Hou- this ont refusé de confirmer une telle entente. Abdel Aziz Jabari, secrétaire général du Parti justice et construction (libéral), a ainsi assuré que «l'accord de principe porte sur le maintien du Parlement et l'élargissement du Conseil consultatif», une assemblée désignée par le président. Les membres de cette assemblée de- vraient passer de 200 à 300, a-t-il ajouté, en af- firmant que le Conseil présidentiel proposé devrait être composé de «cinq ou sept membres de façon à ce que toutes les tendances poli- tiques y soient représentées». Ahmad Kalaz, secrétaire général du Rassem- blement unioniste (panarabe), a également évoqué un accord de ce genre, ajoutant qu'il re- viendrait au Parlement et au Conseil consultatif élargi de former le gouvernement. Des respon-

sables des Houthis n'ont toutefois pas confirmé un tel accord de principe. Selon les deux chefs de partis, l'émissaire de l'ONU Jamal Benomar va s'employer à faire la synthèse de ces idées et la proposer à la réunion des partis politiques qui devait reprendre mardi à 15H00 GMT. Les Houthis ont annoncé vendredi la dissolution du Parlement et l'installation de nouvelles ins- tances dirigeantes, après avoir poussé fin jan- vier à la démission le président Abd Rabbo Mansour Hadi et le Premier ministre Khaled Bahah en s'emparant par la force de bâtiments officiels.

IRAK Les Kurdes irakiens reprennent du terrain à Daech près de Mossoul

Les combattants kurdes, soutenus par la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, ont repris du terrain à l'organisation autoproclamée Etat is- lamique (daech) dans le nord de l'Irak, près de Mossoul, a affirmé lundi l'armée américaine. L'assaut kurde a été sou- tenu par quatre raids «précis et effi- caces» de la coalition entre vendredi et dimanche, a indiqué le commandement américain interarmées. Des conseillers militaires de la coalition ont aussi fourni aux Kurdes «une aide en matière de ren- seignements», selon l'armée améicaine. Mossoul est considéré comme une ville cruciale pour une éventuelle contre-offensive des soldats irakiens et

des combattants kurdes, les peshmer- gas, visant à repousser l'EI qui contrôle de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie. Les forces irakiennes vont mener dans «les semaines à venir» une offen- sive terrestre contre les djihadistes de l'EI avec l'appui de la coalition, a an- noncé dimanche le coordinateur améri- cain de la coalition contre l'EI, le général à la retraite John Allen, lors d'un dépla- cement à Amman. En Syrie, la ville clé de Tall Abyad, tenue par l'EI, est dans la nouvelle ligne de mire des forces kurdes et rebelles après leur victoire à Kobané, a rapporté lundi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG syrienne.

SYRIE

La coalition tient «informées» les autorités des frappes contre Daech

La coalition internatio- nale tient les autorités sy- riennes «informées» des frappes aériennes qu'elle mène contre les position terroristes de daech, a in- diqué le président Bachar Al-Assad dans un entre- tien à la BBC diffusé hier. «Parfois, ils (la coali- tion) transmettent un message, un message gé- néral», a déclaré M. Assad

détruire l'EI, dont les com- battants sont en grande partie venus de l'étranger, sans une coopération de l'armée syrienne sur le terrain. Dans son entre- tien avec la chaîne britan- nique, Bachar Al-Assad a toutefois exclu que son pays rejoigne les rangs de la coalition. «Non, nous ne pouvons assurément pas (rejoindre la coalition).

le terrorisme», a-t-il souli- gné, faisant allusion à cer- tains pays qui soutiennent les rebelles syriens consi- dérés comme des «terro- ristes» par les autorités syriennes. Plus de 210.000 per- sonnes ont été tuées en Syrie depuis le déclenche- ment du conflit en 2011 et plus de 10 millions de per- sonnes ont été déplacées,

à

la BBC précisant «qu'il y

Nous ne voulons pas, pour

dont près de quatre mil-

a

information, mais pas

une simple raison: nous

lions ont fui la Syrie pour

dialogue». Selon Damas, les frappes ne peuvent pas

ne pouvons pas nous allier à des pays qui soutiennent

trouver refuge à l'étranger. APS

PUBLICITÉ

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 307 310 du 11/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 307 310 du 11/02/2015

20 DK NEWS

TECHNOLOGIE

Mercredi 11 Février 2015

Microsoft

lance un emprunt de 10,75 mds USD sur les marchés

Microsoft lance un emprunt de 10,75 mds USD sur les marchés La Turquie va lancer en

La Turquie va lancer en juin prochain de Baïkonour (Kazakhstan) son nouveau satellite Turksat 4B afin d'augmenter les capacités et réduire les prix de connexion Internet.

les capacités et réduire les prix de connexion Internet. La Turquie lancera en juin 2015 son

La Turquie lancera en juin 2015 son nouveau satellite

Türksat 4B

Le groupe informatique américain Microsoft a an- noncé lundi le lancement d'un emprunt obligataire d'un montant de quelque 10,75 mil- liards de dollars. Cet emprunt est destiné à financer les «dépenses cou- rantes» de l'entreprise, dont ses investissements en capital, des programmes de rachats d'actions, mais aussi des ac- quisitions et le rembourse- ment de dettes existantes, précise le groupe, dans un communiqué. La maturité des six tranches de titres proposés va de cinq jusqu'à 40 ans, une durée inédite pour une obliga- tion dans l'histoire de cette so- ciété, souligne le quotidien britannique Financial Times. Il s'agit, selon le quotidien, de la plus importante émis-

sion obligataire de l'année jusqu'à ce jour. C'est aussi, à quelque 2,25 milliards de dol- lars, la plus grosse offre en bons d'entreprises à 40 ans aux Etats-Unis. Dans un environnement de crédit très bon marché, entre- tenu par une Banque centrale américaine (Fed) qui main- tient ses taux directeurs proches de zéro depuis 2008, les emprunts de très longue durée, qui rapportent plus, ont la cote, souvent auprès des investisseurs institutionnels. La dernière levée de fonds du mastodonte informatique date de décembre 2013, lorsqu'il avait emprunté quelque 8 milliards de dollars sur les marchés financiers, en bons à la fois en euros et en dollars.

APS

Le satellite de télécommu- nications géostationnaire Turksat-4B sera mis en orbite pas un lanceur Proton-M de- puis le cosmodrome de Baïko- nour, a annoncé le directeur général de Türksat, Ensar Gül, cité par l'agence de presse turque Anadolu.

Placé par 50 de longitude est, il fournira des services de télédiffusion directe et de communication par satellite. D'environ 5 tonnes avec une durée de vie estimée à 30 ans, il servira également pour les liaisons de télévision di- rectes.

Le 15 février 2014, un lan- ceur russe Proton-M avait mis en orbite le satellite de télé- communications Turksat-4A, destiné à fournir des services de télévisions et d'accès Inter- net sur le territoire turc, en Europe, au Proche-Orient, en Asie centrale et en Afrique.

La Turquie en tête des demandes de retrait de contenu-Twitter

La Turquie a déposé bien plus de demandes de retrait de contenus à Twitter que n'importe quel autre pays au cours du deuxième semestre 2014, montrent des chif- fres publiés lundi par la plateforme. Ces chiffres donnent corps aux

craintes d'atteintes à la liberté d'expression sur internet dans un pays dont le président Recep Tayyip Erdogan s'est dit déterminé à éradiquer ce qu'il présente comme des activités en ligne il- légales. Le rapport de Twitter sur la transpa-

rence montre que 477 demandes de retrait ont été formulées entre juil- let et décembre, soit plus de 150% par rapport aux six premiers mois de 2014. Suivent la Russie et l'Allemagne, avec, res- pectivement 91 et 43 de- mandes. Dans l'ensem-

ble les demandes de re- trait de contenu adres- sées par des gouverne- ments ont augmenté de 40%. La Turquie a pro- visoirement bloqué en mars dernier l'accès à Twitter et YouTube, en pleine campagne élec- torale.

PUBLICITÉ

DK NEWS Anep : 307 233 du 11/02/2015
DK NEWS
Anep : 307 233 du 11/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 307 270 du 11/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 307 270 du 11/02/2015

Mercredi 11 Février 2015

PUBLICITÉ

DK NEWS

21

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DES RESSOURCES EN EAU DIRECTION DE L’HYDRAULIQUE DE LA
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DES RESSOURCES EN EAU
DIRECTION DE L’HYDRAULIQUE DE LA WILAYA D’ADRAR
AVIS D’ANNULATION
D’ATTRIBUTION PROVISOIRE
DES MARCHES
La Direction de Ressources en Eau
de la wilaya d’Adrar informe sur
l'annulation de l'avis d'attribution
provisoire des marchés suite à l'appel
d'offres National N°29/2014 pour:
Opération :
REHABILITATION DES FOGGARAS à
Travers la WILAYA Réparti en Quarante
(40) Lots
Projet :
Lot N°05 : Réhabilitation de la Foggara « SI
TAYEB » KSar ZT SID BEKRI commune
TIMMI
Lot N°29 : Réhabilitation de la Foggara «
BASSOULA SEGHIRA » ksar OUFRANE
Commune METARFA
Paru le 08/10/2014 dans les quotidiens
nationaux DK NEWS et le et le
BOMOP a été annulé.
DK NEWS
Anep : 306 941 du 11/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 307 072 du 11/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 307 072 du 11/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 307 328 du 11/02/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 307 328 du 11/02/2015

22

DK NEWS

TÉLÉ

Mercredi 11 Février 2015

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
08:45 Jeunesse : Peanuts

08:45 Jeunesse : Peanuts

 

09:03

: Dans votre région (1ère partie)

06:45 Jeunesse : TFou 08:25 Culture Infos : Météo 08:30 Culture Infos : Téléshopping 09:20 Culture Infos : Météo 09:25 Série TV : Une histoire, une urgence 09:55 Série TV : Une histoire, une urgence 10:25 Divertissement : Au nom de la vérité 10:55 Divertissement : Au nom de la vérité 11:20 Divertissement : Au nom de la vérité 11:55 : Petits plats en équilibre 12:00 Divertissement : Les douze coups de midi 12:50 Sport : L'affiche du jour 13:00 Culture Infos : Journal 13:40 : Petits plats en équilibre 13:45 Culture Infos : Histoire d'un rêve 13:50 Culture Infos : Météo 14:45 Culture Infos : Reportages 15:35 Série TV : Nos chers voisins 17:00 Autre : Quatre mariages pour une lune de miel 18:00 Autre : Bienvenue chez nous 19:00 Autre : Le juste prix 19:55 Autre : Météo 20:00 Autre : Journal 20:30 Autre : Tirage du Loto 20:35 Autre : Météo 20:40 Série TV : Nos chers voisins 20:45 Autre : C'est Canteloup 20:55 Série TV : Chicago Police Department 21:45 Série TV : Chicago Police Department 22:35 Série TV : Chicago Police Department 23:20 Série TV : New York, section crimi- nelle

: Chicago Police Department 22:35 Série TV : Chicago Police Department 23:20 Série TV : New

09:50 : Dans votre région (2e partie)

10:45 Culture Infos : Consomag

10:50 Culture Infos : Midi en France 11:55 Culture Infos : Météo 12:00 Culture Infos : 12/13 : Journal régio- nal 12:25 Culture Infos : 12/13 : Journal natio- nal 12:55 Culture Infos : Météo à la carte 13:50 Série TV : Un cas pour deux 14:55 Autre : Questions au gouvernement 16:10 Autre : Des chiffres et des lettres 16:50 Autre : Harry 17:25 Culture Infos : Un livre, un jour 17:30 Autre : Slam 18:10 Autre : Questions pour un champion 19:00 Autre : 19/20 : Journal régional 19:18 Autre : 19/20 : Edition locale 19:30 Autre : 19/20 : Journal national 19:58 Autre : Météo 20:00 Culture Infos : Tout le sport 20:15 Autre : Météo régionale 20:20 Série TV : Plus belle la vie

20:50

Sport : Paris-SG (L1) / Nantes (L1)

22:50 Sport : Le plein de buts 23:20 Autre : Météo 23:25 Autre : Soir 3 23:50 Culture Infos : Le pitch 23:55 Divertissement : La Création

Infos : Le pitch 23:55 Divertissement : La Création 06:20 Divertissement : La semaine des Gui-

06:20 Divertissement : La semaine des Gui- gnols 06:50 Divertissement : Zapping 06:55 Divertissement : Le Before du grand journal 07:20 Culture Infos : La météo 07:25 Divertissement : Le petit journal 07:50 : Les Guignols de l'info 08:00 Culture Infos : La météo 08:05 Sport : Zapsport 08:10 Série TV : Mon oncle Charlie 08:30 Cinéma : Angélique 10:20 Cinéma : Dans l'ombre de Mary : la promesse de Walt Disney 12:20 Culture Infos : La nouvelle édition 12:45 Culture Infos : La nouvelle édition, 2e partie 14:05 Cinéma : La voleuse de livres 16:10 Culture Infos : Rencontres de cinéma 16:35 Cinéma : Situation amoureuse :

c'est compliqué 18:15 Autre : Le Before du grand journal 18:45 Autre : Le JT 19:05 Autre : Le grand journal 20:05 Autre : Le grand journal, la suite 20:25 Autre : Le petit journal 21:00 Cinéma : Les gazelles 22:35 Cinéma : Jamais le premier soir

06:25 Culture Infos : Point route 06:30 Culture Infos : Journal 06:35 Culture Infos : Télématin 06:57 Culture Infos : Météo 2 07:00 Culture Infos : Journal 07:10 Culture Infos : Télématin (suite) 08:00 Culture Infos : Journal

08:10 Culture Infos : Télématin (suite) 09:05 Divertissement : Dans quelle éta- gère 09:10 Série TV : Des jours et des vies 09:30 Série TV : Amour, gloire et beauté 09:55 Culture Infos : C'est au programme 10:50 Culture Infos : Météo outremer 10:55 Divertissement : Motus 11:30 Divertissement : Les Z'amours 12:00 : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 Culture Infos : Météo 2 13:00 Culture Infos : Journal 13:48 Culture Infos : Météo 2 13:50 Culture Infos : Consomag 13:55 Culture Infos : Expression directe 14:00 Culture Infos : Toute une histoire 15:10 Culture Infos : L'histoire continue 15:40 Culture Infos : Comment ça va bien

 
 

!

17:15 Culture Infos : Dans la peau d'un chef 18:15 Autre : Pyramide

07:00 Jeunesse : Tony & Alberto 07:10 Jeunesse : Tony & Alberto 07:20 Jeunesse : La maison de Mickey 07:40 Série TV : Docteur La Peluche 08:10 Jeunesse : Sammy & Co 08:25 Série TV : Lou ! 08:35 Série TV : Les p'tits diables 08:55 Culture Infos : Météo 09:00 Culture Infos : M6 boutique 10:10 Série TV : Modern Family 10:30 Série TV : Modern Family 11:00 Série TV : Desperate Housewives 11:45 Série TV : Desperate Housewives 12:40 Culture Infos : Météo 12:45 Culture Infos : Le 12.45 13:05 Série TV : Scènes de ménages 13:40 Culture Infos : Météo 14:20 Culture Infos : Maison à vendre 15:35 Divertissement : L'école de l'amour 17:25 Autre : Les reines du shopping 18:30 Autre : Tous les couples sont permis 19:40 Autre : Météo 19:45 Autre : Le 19.45 20:10 Série TV : Scènes de ménages 20:55 Autre : Tout peut arriver 23:00 Divertissement : Jamel et ses amis au Marrakech du rire 2014

18:50 Autre : N'oubliez pas les paroles 19:25 Autre : N'oubliez pas les paroles 19:55 Autre : Météo 2 20:00 Autre : Journal 20:40 Série TV : Parents mode d'emploi 20:44 Culture Infos : Image du jour 20:45 Culture Infos : Alcaline l'instant 20:46 Autre : Météo 2 20:50 Série TV : Chefs 21:45 Série TV : Chefs 22:40 Autre : Un soir à la Tour Eiffel

Série TV : Chefs 22:40 Autre : Un soir à la Tour Eiffel 06:00 Culture Infos

06:00 Culture Infos : EuroNews 06:45 Série TV : LoliRock 06:47 Jeunesse : C'est bon ! 06:50 Jeunesse : Les Dalton 06:57 Jeunesse : Les Dalton 07:05 Jeunesse : Les Dalton

07:15

: Nos voisins les Marsupilamis

07:41 : Nos voisins les Marsupilamis

08:07 Nos voisins les Marsupilamis

08:31

: Les lapins crétins : invasion : Les lapins crétins : invasion

08:37

La sélection

20h55 Chicago Police Department Résumé Stillwell réclame à Voight 25% de l'argent qu'il saisit dans
20h55
Chicago Police Department
Résumé
Stillwell réclame à Voight
25% de l'argent qu'il saisit dans
la rue pour fermer les yeux
sur ses activités parfois trou-
bles. Ruzek annonce à Bur-
gess qu'il il veut se consacrer à
sa fiancée. Hélas, celle-ci
craque : elle ne supporte pas les
contraintes de son métier. Pen-
dant ce temps, Gustav Munoz,
le criminel colombien, multi-
plie les exactions dans le but de
prendre la tête du cartel de la
drogue. Pulpo est libéré tempo-
rairement afin d'aider la police
à l'arrêter. Pulpo renseigne l'unité de Voight sur une livraison de drogue pré-
vue le lendemain, en assurant aux policiers que Munoz sera présent pour ré-
cupérer sa part
20h45 Chefs Résumé Romain, en liberté condition- nelle, intègre la brigade d'un restau- rant gastronomique
20h45
Chefs
Résumé
Romain, en liberté condition-
nelle, intègre la brigade d'un restau-
rant gastronomique dirigé par un
chef aussi exigeant que charisma-
tique. Alors que son établissement est
menacé de fermeture, il devra désor-
mais composer avec Delphine, la
nouvelle directrice
20h45 Paris-SG (L1) / Nantes (L1) Résumé Le Paris Saint-Germain, avec ses « serial buteurs
20h45
Paris-SG (L1) / Nantes (L1)
Résumé
Le Paris Saint-Germain, avec
ses « serial buteurs » Edinson
Cavani, bien plus efficace que
certaines critiques ne le laissent
entendre, et Zlatan Ibrahimo-
vic, ne néglige pas la Coupe de
France. Surtout après sa victoire
en 1/16 de finale face aux Giron-
dins de Bordeaux (2-1). Les Cana-
ris nantais de Michel Der Zaka-
rian eux, sont en confiance dans
l'épreuve, après leur probante
victoire 3-2 face à l'Olympique Lyonnais, le 20 janvier dernier. Un bien beau duel
sur la pelouse du Parc en perspective ! ATTENTION : risque de prolongation et,
éventuellement, de tirs au but à l'issue du temps réglementaire.
20h55 Les gazelles Résumé En couple depuis toujours, une trente- naire quitte son amour de
20h55
Les gazelles
Résumé
En couple depuis toujours, une trente-
naire quitte son amour de lycée et redécou-
vre les plaisirs et les aléas de la vie en solo
avec ses copines célibataires.
20h50 Tout peut arriver Résumé Public, téléspectateurs et célébrités sont au coeur de cette soirée

20h50

Tout peut arriver

Tout peut arriver
Résumé Public, téléspectateurs et célébrités sont au coeur de cette soirée riche en surprises. Grâce
Résumé Public, téléspectateurs et célébrités sont au coeur de cette soirée riche en surprises. Grâce

Résumé Public, téléspectateurs et célébrités sont au coeur de cette soirée riche en surprises. Grâce à des complices très motivés et surtout très discrets, personne n'est à l'abri. Certains tweets deviennent réalité, des idoles s'in- crustent chez leurs fans en leur absence, ou encore des personnalités au caractère bien trempé se retrouvent poussées à bout sur un plateau de télévision déjanté. D'autres stars deviennent de véritables marion- nettes lorsqu'elles portent une oreillette et acceptent de suivre les instructions données par Jérôme Anthony et Guillaume Pley. Les deux animateurs n'hési- tent pas à leur faire accomplir n'importe quoi devant des anonymes éberlués. Avec la participation de Philippe Etchebest, Valérie Bègue, Gilbert Rozon, Elisa Tovati

Mercredi 11 Février 2015

DÉTENTE

DK NEWS 23

Mots fléchés n°860 Proverbes L’eau ne peut pas monter la pente. Proverbe algérien Qui t'a
Mots fléchés n°860
Proverbes
L’eau ne peut pas monter la pente.
Proverbe algérien
Qui t'a louée ô mariée ? C’est ma mère en
présence de ma tante.
Proverbe berbère
Pour vendre, dit du bien ; pour acheter, dis du
mal.
Proverbe arabe
Il n’y a que le premier pas qui coûte.
Proverbe français
C’est arrivé un 10 Février
1811
: les Russes prennent Belgrade.
1814
: bataille de Champaubert.
1828
: Simón Bolívar devient le chef de l'État colom-
bien.
1840
: mariage de la reine Victoria avec Albert de
Saxe-Cobourg-Gotha.
1841 : naissance de la Province du Canada prévu par
l'Acte d'Union.
1848 : le roi Ferdinand II proclame une nouvelle
constitution à Naples.
1930
: mutinerie de Yên Bái.
1941
: François Darlan devient vice-président du
conseil et successeur désigné de Pétain.
1943 : publication du Manifeste du peuple algérien
par Ferhat Abbas.
1947 : signature du traité de Paris. Rectifications de
frontières concernant l'Italie, au profit de la France,
de la Yougoslavie et de la Grèce ; la Roumanie au
profit de l'URSS ; la Hongrie au profit de la
Yougoslavie, et de la Tchécoslovaquie ; la Bulgarie ;
la Finlande.
1947 : résolution n° 17 du Conseil de sécurité des
Nations unies relative à la question grecque.
1970 : le roi du Lesotho Moshoeshoe II est chassé du
pouvoir et part en exil.
1993 : Albert Zafy est élu Président de la république
de Madagascar.
2005 : premières élections (municipales) de l'his-
toire de l'Arabie saoudite.
Célébrations :
- Italie : Giorno del ricordo (it) ( Jour du souvenir),
depuis 2005, en mémoire des victimes des foibe
ainsi que de l'exode des Istriens, des habitants de
Fiume et des Dalmates, et en souvenir du Traité de
Paris (1947).
- Malte : Fête du naufrage de saint Paul.
Mots croisés n°860
Mots croisés n°776
Samouraï-Sudoku n°860

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq : grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Horizontalement: 1.Pique-niquer 2.Machine - Hardi 3.Cuites

Horizontalement:

1.Pique-niquer

2.Machine - Hardi 3.Cuites de manière à pren- dre une couleur dorée - His- torique

4.Eclore

5.Halte - Pleurer 6.Aumône - Sigle de l'angl. Human Immuno- Defi- ciency Virus - Note 7.Boîte - Harem

8.Cale en forme de V - Or - Ruinés 9.En les - Met qqch en mou- vement 10.Garçon d'écurie - Du- rillons "

11. Ile allongée près de Ve-

nise - Pierre

12. Relatif au palais de l'Ely-

sée - Dirige

Verticalement :

l. Ch.-l. de c. des Yvelines

2.Petite pomme pagne - Plante potagère à bulbe

3.Vingtième lettre de l'alpha- bet grec -