Vous êtes sur la page 1sur 4

Sources du Droit National

La hiérarchie des normes

Structure hiérarchique, pyramidale, du plus important au moins important.

Traités Européens

Traités internationaux

Constitution de 1958

Article 34 : lois Article 37 : règlement autonomes

Décrets d’application

Arrêtés préfectoraux et municipaux

Circulaires ministérielles

Traités internationaux : vont s’appliquer au dessus des lois françaises( exemple : les traités de
l’ONU ) =====> Exemple : le Contrat Nouvelle Embauche, interdit par le BIT ( Bureau
International du Travail ).

Constitution de 1958 : a eu pour fonction de rééquilibrer les pouvoirs entre eux et de favoriser
l’éxécutif au détriment du législatif.

Préambule de 1958 : Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Renvoie au préambule


de 1946 qui établit les libertés économiques et sociales du citoyen ( droit au travail, droit de
grève, droit au logement, etc … que tous les textes français devront respecter ) .

 Article 34 de la Constitution : lois

 Définit le domaine limité de la loi, et donne exhaustivement les


compétences du Parlement Français en matière de vote de loi.
 La loi n’est compétente que pour régir les principes fondamentaux, de
liberté, etc … mais est aussi compétente en matière pénale ( définit les
sanctions pénales ).
 Elle est compétente pour tout texte d’envergure nationale.
 Compétente aussi en matière budgétaire, aussi bien dans son budget
national que pour le budget de la Sécurité Sociale, qui est 1,5 fois plus
important que le budget national

 Article 37 de la Constitution : règlements autonomes


 Tout ce qui n’est pas de la compétence de l’article 34 est du ressort de
l’article 37 ( domaine illimité )
 Les règlement autonomes sont pris par les ministres et,
hiérarchiquement, sont placés à égalité avec les lois.
 80 % des textes européens ont leur transcription dans le droit national
par l’intermédiaire de l’article 37.

• La conformité des lois et règlement est contrôlé par un Conseil


Constitutionnel, composé de 9 juges et des anciens présidents. Ils sont nommés
par tiers : 3 par la présidence de la République, 3 par le Président du Sénat et 3
par le Président de l’Assemblée Nationale. Renouvelables par tiers tous les 3
ans.

• Le Conseil d’Etat et les Tribunaux administratifs sont chargés de surveiller


la conformité des règlement, leur accord avec la Constitution.

Les textes sont abstraits et impersonnels car d’application générale. Il est donc nécessaire
qu’il y ait des décrets d’application, pris par les ministres, pour pouvoir appliquer
concrètement les lois et les règlement autonomes et rendre effective l’application des lois et
règlements.

Exemple : la loi dit que les gens en Etat de nécessité seront couverts par la Sécu sociale.
Le décret va organiser concrètement cette application : seuils de revenus pour l’application de
la loi, les documents administratifs à fournir pour avoir l’autorisation d’acquérir les droits,
etc. …

Le Gouvernement contrôle :

 L’Ordre du Jour, qui détermine les textes qui seront débattus par les députés
 La façon dont les textes seront appliqués ( décrets d’application ). Cependant 40 % des
lois françaises ne sont pas appliquées dans leur totalité car il n’existe pas de décret
d’application.

Arrêtés préfectoraux : Vont adapter l’application des lois et règlement en fonction des
spécificités des régions.

Arrêtés municipaux : ils sont pris par les Maires, la commune étant le pouvoir de proximité
par excellence ( 36 000 communs en France ).

Circulaires ministérielles : adressés par les ministres à leur administration, visant à clarifier
l’application de tel ou tel texte. En général, elles comblent des vides juridiques et font office
de loi.

La loi, première source formelle du droit.

Nul n’est censé ignoré la loi. Comment est elle donc élaborée :

1) Comment la loi est elle élaborée ?

Elles sont débattues et votées par les 2 assemblées ( Assemblée Nationale et Sénat ) mais c’est
l’Assemblée Nationale qui a toujours le dernier mot pour le vote des lois. Une fois débattues
et votées, elles vont faire l’objet d’une promulgation, voire d’une publicité.
2) La promulgation et la publication de la loi

 Promulgation des lois :


Décret pris par le Président de la République, qui promulgue la loi, dans un délai de 15 jours
maximum, pendant lequel la saisine du Conseil Constitutionnel va pouvoir être opérée, c'est-
à-dire que le Conseil Constitutionnel va être saisi par 60 députés et 60 sénateurs pendant le
délai.. Certaines lois ne sont pas passées juste à cause du fait qu’elle n’ont pas fait l’objet
d’une saisine. Il n’y a pas de délai minimum donc le Président peut, dans l’heure qui suit,
promulguer la loi sans passer par le Conseil Constitutionnel, mais ça n’est jamais arrivé.

 Publication :
Pour qu’un texte soit applicable, il faut qu’il fasse l’objet d’une publication dans le Journal
Officiel de la République. La loi est applicable 3 ou 4 jours plus tard, le temps que le Journal
Officiel arrive dans les préfectures de province.

A. Domaine d’application de la loi

1) Dans l’espace

Elle s’applique de manière uniforme sur l’ensemble du territoire français ( France


Métropolitaine + DOM ) et a tout individu présent sur ce territoire. Il existe cependant une
exception concernant les étrangers ( droit international privé , c’est a dire qui concerne la
sphère privée de l’individu), par exemple le droit de la famille, l’adoption, le contrat de
mariage, les enfants légitimes ou adultères, etc. ….

Exemple : un Allemand vivant sur le territoire français et marié verra son contrat de mariage
toujours géré par le droit allemand. Mais il peut s’avérer que certaines pratiques de ce droit
familial soient contraires aux principes constitutionnels français ( ex : polygamie, pratiques
tribales, excision, passibles de crime, la sanction la plus élevée dans l’ordre pénal).

2) Dans le temps

Il faut savoir si une situation juridique antérieure à la loi va être modifiée ou pas par la loi
nouvelle. Exemple : un garagiste doit se mettre à la norme NF. L’article 2 du Code civil pose
le principe constitutionnel : la loi ne dispose que pour l’avenir et n’a pas d’effet sur les
situations antérieures. Tous les contrats passés avec des fournisseurs vont donc se maintenir
et ne seront donc pas concernés par la loi nouvelle ( effet immédiat de la loi nouvelle ).

Cependant, 2 exceptions :

 Lois exceptionnellement rétroactives :


Lois d’ordre pénal. Lorsque la nouvelle loi est plus douce que l’ancienne ou plus
indulgente, ou alors quand un délit est supprimé, malgré le fait que l’évènement a eut
lieu avant la loi, les gens, le délit en question n’est plus un délit à condition que
l’affaire n’aie pas été jugée définitivement, c'est-à-dire tant que tous les recours n’ont
pas été épuisés. L’effet rétroactif fonctionne aussi pour les lois de procédures.

 Lois à effet non immédiat :


2 situations à distinguer :

• Les situations dites légales : celles issues d’une loi. Exemple : les contrats de
mariages, qui seront modifiés à partir de la date d’adoption de la loi.
• Les situations contractuelles : exemple : la signature d’un contrat de
fournitures de meubles, pour 1 an. Une loi interdisant l’importation de meubles
non certifiés est adoptée. Le contrat d’un an ne sera pas interrompu, il faudra
attendre la fin du contrat pour que le nouveau contrat prenne en considération
la nouvelle loi ( ceci en vertu du principe de la sécurité contractuelle entre
parties qui veut que la loi ne vienne pas modifier l’équilibre souhaité entre els
parties , sauf exception, lorsque ces mêmes lois ont pour objet l’intérêt général
ou l’ordre public ; c’est le cas du contrat de bail ou le contrat de travail, qui
concernent des millions de gens : l’effet sera donc immédiat.