Vous êtes sur la page 1sur 32
Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils

Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles

Des conseils pour bien choisir

Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d‘avocat

30 mars 2012

Audit.Tax.Consulting.Corporate Finance.

Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d‘avocat 30 mars 2012 Audit . Tax . Consulting .

Sommaire

1. Les différents types d’entreprises commerciales

2. Les critères de sélection

3. La Raison Individuelle (RI)

4. La Société en Nom Collective (SNC)

5. La Société en Commandite (SC)

6. Distinction ente sociétés de personnes et personnes morales

7. La Société Anonyme (SA)

8. La Société à Responsabilité Limitée (Sàrl)

9. Eléments caractéristiques des différents types d’entreprises commerciales

1. Les différents types d’entreprises commerciales (1/2)

• Distinction dualiste des formes commerciales

L’engagement personnel

• Les sociétés de personnes

L’entreprise individuelle/raison individuelle (RI) (l’entrepreneur travaille seul)

Société Simple (contrat)

Société en Nom Collectif (SNC)

Société en Commandite (SC)

L’engagement de capitaux

• Les personnes morales

Société anonyme (SA)

Société à responsabilité limitée (Sàrl)

Il existe d’autres types de personnes morales (fondations, associations, sociétés coopératives) destinées à satisfaire des objectifs particuliers (gestion d’un patrimoine propre, buts idéal, etc.).

1. Les différents types d’entreprises commerciales (2/2)

• Quelques chiffres (source OFRC, état 1 er janvier 2012)

194’289

SA

157’614

RI inscrites au RC

133’104

Sàrl

12’825

SNC

9’980

Sociétés coopératives

2’205

SC

2. Les critères de sélection (1/7)

• Le type d’activité envisagé

• La décision de se lancer seul ou à plusieurs

• Le besoin de capital

• La responsabilité financière et la gestion des risques

• Les coûts de constitution

• Les coûts de fonctionnement (charges fiscales, sociales et de gestion comptable)

(charges fiscales, sociales et de gestion comptable) La forme juridique idéale n’existe pas. La forme

La forme juridique idéale n’existe pas. La forme juridique choisie devra avant tout correspondre aux besoins et à l’organisation de l’entreprise.

2. Les critères de sélection (2/7)

• Les frais de création (à titre d’information)

RI

Emolument du RC

env. CHF 200

Conseil (raison sociale de l’entreprise, impôts, RC, TVA, etc.)

SNC

Emolument du RC

Conseil (raison sociale de l’entreprise, impôts, RC, TVA, contrat de société, etc.)

env. CHF 400

SC Emolument du RC

env. CHF 400

Conseil (raison sociale de l’entreprise, impôts, RC, TVA, contrat de société, etc.)

2. Les critères de sélection (3/7)

• Les frais de création (suite)

SA

Capital social Frais de notaire Emolument du RC Droit de timbre d’émission

Conseil (actes constitutifs, impôts, RC, TVA, certificats d’actions, authentification, etc.)

min. CHF 100’000 env. CHF 1’500 env. CHF 1’000 1% à partir d’un capital de plus de CHF 1’000’000

Sàrl

Capital social Frais de notaire Emolument du RC Droit de timbre d’émission

Conseil (actes constitutifs, impôts, RC, TVA, certificats d’actions, authentification, etc.)

min. CHF 20’000 env. CHF 1’500 env. CHF 1’000 1% à partir d’un capital de plus de CHF 1’000’000

2. Les critères de sélection (4/7)

• Les frais de fonctionnement

Les impôts directs

Types de sociétés

Mode d’imposition

RI

Imposition du chef d’entreprise sur la totalité de ses revenus et de sa fortune tant privée que commerciale. Si le chef d’entreprise est marié, les revenus et la fortune du conjoint s’additionnent.

SNC / SC

Chaque associé sur sa quote-part du revenu et de la fortune nette de la société, selon le principe de l ‘imposition du chef d’entreprise en raison individuelle.

SA

Double imposition économique:

- La SA sur son bénéfice et ses fonds propres (capital + bénéfices + réserves)

- Les actionnaires sur leurs actions en tant que fortune et sur les dividendes en tant que revenus.

Sàrl

Double imposition économique (comme SA)

2. Les critères de sélection (5/7)

• Les frais de fonctionnement (suite)

Les charges sociales

Les charges de gestion comptable

• Tenue d’une comptabilité commerciale

Obligatoire pour les entreprises qui ont l’obligation de s’inscrire au RC (art. 957 CO)

Obligation de tenir une comptabilité correcte et complète (art. 958 CO):

bilan, compte d’exploitation et inventaire à la fin de chaque exercice annuel

Rapport annuel au conseil d’administration obligatoire pour les SA et Sàrl

Opportunité de sous-traiter la comptabilité?

2. Les critères de sélection (6/7)

• Les frais de fonctionnement (suite)

Organe de révision, si applicable

• S’applique aux personnes morales uniquement

• 3 formes de révision (art. 698ss, 727a et 809ss CO):

(i)

Contrôle ordinaire

(ii)

Contrôle restreint (review)

(iii)

Renonciation au contrôle (opting-out)

• Contrôle ordinaire, notamment si la société, au cours de deux exercices successifs, dépasse deux des valeurs suivantes (art. 727 CO):

(i)

Total du bilan :

CHF 20 millions

(ii)

Chiffre d’affaires :

CHF 40 millions

(iii)

Effectif :

250 emplois

• Opting-out possible notamment si effectif ne dépasse pas 10 emplois

2. Les critères de sélection (7/7)

• Inscription au RC – Obligatoire ou non?

Inscription obligatoire si activité commerciale ou recette brute annuelle de CHF 100’000 au moins (art. 36 ORC)

Inscription également obligatoire s’il s’agit:

D’un agent de change ou de bourse

D’un commissionnaire, agent ou courtier

D’un bureau fiduciaire ou de gérance

D’une entreprise qui transmet des nouvelles et communique des renseignements sous quelque forme que ce soit

D’une compagnie d’assurances

Obligation de tenir une comptabilité commerciale (art. 957 CO)

Poursuite par voie de faillite (art. 39 LP)

Protection de la raison de commerce/raison sociale (art. 946 et 951 CO)

3. La Raison Individuelle (RI) (1/3)

• Définition

Pas réglée en tant que telle dans le CO

Entreprise commerciale ou industrielle

Exercée par une personne physique seule

Sous son nom de famille

De manière indépendante

En vue d’obtenir un revenu régulier

Chef d’entreprise = indépendant

3. La Raison Individuelle (RI) (2/3)

a) Avantages

Formalités de fondation simples (constitution par décision unilatérale)

Faible coût de fondation

Pas de capital minimum requis (apport en nature possible)

Unique propriétaire – liberté totale de décision

Possibilité de convertir la RI en société de capitaux

Pas de double imposition économique – Assujettissement du chef d’entreprise

Liquidation simple (par faillite ou radiation volontaire)

3. La Raison Individuelle (RI) (3/3)

b) Inconvénients

Responsabilité personnelle et illimitée du propriétaire, y compris sur sa fortune privée

Absence de structure

Propriétaire connu si inscription au RC

Financement externe difficile

RI intransmissible (sauf transfert d’actifs et passifs)

Règlement de la succession compliqué

4. Société en Nom Collectif (SNC) (1/3)

• Définition

Art. 552 à 593 CO

Association de 2 ou plusieurs personnes physiques

Sous une raison sociale

Pour faire le commerce, exploiter une fabrique ou une industrie

Associés = indépendants

5. Société en Nom Collectif (SNC) (2/3)

a) Avantages

Fondation facile (constitution par contrat sous seing privé)

Organisation simple

Faible frais de fondation

Pas de capital minimum requis (apport en nature possible)

Quasi-personnalité juridique

Possibilité de convertir la SNC en société de capitaux

Pas de double imposition économique – Assujettissement individuel de chaque associé

4. Société en Nom Collectif (SNC) (3/3)

b) Inconvénients

Rapports de responsabilité

• Responsabilité pour les dettes

Sur les actifs de la société

Puis des associés solidairement et de manière illimitée

• Responsabilité entre associés

Selon le contrat de société (signature d’un contrat de société conseillé)

Dépendance par rapport au partenaire commercial

5. Société en Commandite (SC) (1/3)

• Définition

Art. 594 à 619 CO

Association de 2 ou plusieurs personnes

• Dont l’une est indéfiniment responsable (personne physique)

• Et le commanditaire qu’à concurrence de son apport (personne physique ou sociétés commerciale)

Sous une raison sociale

Pour faire le commerce, exploiter une fabrique ou une industrie

Associés = indépendants

5. Société en Commandite (SC) (2/3)

a) Avantages

Fondation facile (constitution par contrat sous seing privé)

Organisation simple

Faible frais de fondation

Pas de capital minimum requis (apport en nature possible)

Quasi-personnalité juridique

Possibilité de convertir la SC en société de capitaux

Pas de double imposition – Assujettissement individuel de chaque associé et commanditaire

5. Société en Commandite (SC) (3/3)

b) Inconvénients

Rapports de responsabilité

• Responsabilité pour les dettes

Sur les actifs de la société

Puis des associés solidairement et de manière illimitée

Le commanditaire répond jusqu’à concurrence de la commandite inscrite au RC, sauf:

si son nom figure dans la raison sociale

s’il conclut des affaires pour la société sans déclarer expressément n’agir qu’en qualité de fondé de procuration ou de mandataire

si la société a conclu des affaires avant d’être inscrite au RC

6. Distinction ente sociétés de personnes et personnes morales

Sociétés de personnes

• Groupement de personnes physiques (exception: société en commandite) • Propriété en commun • Changement
• Groupement de personnes
physiques (exception:
société en commandite)
• Propriété en commun
• Changement d’associés
limité
• Responsabilité personnelle
illimitée et solidaire des
associés
• Sujet fiscal transparent
• Associés = indépendants au
regard des assurances
sociales

Personnes morales

• Personne juridique distincte

• Patrimoine social distinct

• Associés interchangeables

• Responsabilité de la personne morale

• Sujet fiscal

• Statut d’employé auprès des assurances sociales

• Associés soumis aux assurances sociales, sauf s’ils sont également employés statut d’employés

7. Société Anonyme (SA) (1/3)

• Définition

Art. 620 à 763 CO

« La société anonyme est celle qui se forme sous une raison sociale, dont le capital-actions est déterminé à l’avance, divisé en actions, et dont les dettes ne sont garanties que par l’actif social. » (art. 620 CO)

7. Société Anonyme (SA) (2/3)

a) Avantages

Anonymat des actionnaires

Responsabilité limitée au capital souscrit

Personnalité juridique complète

Transfert aisé des actions

Bonne image sur le marché

7. Société Anonyme (SA) (3/3)

b) Inconvénients

Formalités de fondation assez lourdes

Frais de fondation et de gestion relativement élevés en comparaison des sociétés de personnes

Norme comptable contraignante

Organisation rigide (en principe 3 organes)

Double imposition économique

8. Société à Responsabilité Limitée (Sàrl) (1/3)

• Définition

Art. 772 à 827 CO

« La société à responsabilité limitée est une société de capitaux à caractère personnel que forment une ou plusieurs personnes ou sociétés commerciales. Son capital social est fixé dans les statuts. Ses dettes ne sont garanties que par l’actif social. » (art. 772 CO)

8. Société à Responsabilité Limitée (Sàrl) (2/3)

a) Avantages

Capital de départ relativement bas

Organisation interne minimale

Responsabilité limitée au capital souscrit

Bonne image sur le marché

8. Société à Responsabilité Limitée (Sàrl) (3/3)

b) Inconvénients

Structure peu flexible

Inscription au RC des associés

Norme comptable contraignante

Cession des parts sociales moins aisée que dans la SA

Double imposition économique

9. Eléments caractéristiques des différents types d’entreprises commerciales (1/3)

des différents types d’entreprises commerciales (1/3) 28 Petit-déjeuner des PME et des start-up – 30 mars

9. Eléments caractéristiques des différents types d’entreprises commerciales (2/3)

des différents types d’entreprises commerciales (2/3) 29 Petit-déjeuner des PME et des start-up – 30 mars

9. Eléments caractéristiques des différents types d’entreprises commerciales (3/3)

des différents types d’entreprises commerciales (3/3) 30 Petit déjeuner des PME et des start-up - 26

Contacts

Mme Emanuelle Brulhart

Titulaire du brevet d‘avocat Senior Manager, Département juridique et fiscal

Tel. +41 22 747 70 09 Fax. +41 22 727 71 71 ebrulhart@deloitte.ch www.deloitte.ch

M. Patrick Couasnon

Titulaire du brevet d‘avocat, LLM Directeur, Département juridique et fiscal

Tel. +41 22 747 71 72 Fax. +41 22 727 71 71 pcouasnon@deloitte.ch www.deloitte.ch

Deloitte SA 20, route de Pré-Bois, Case postale 1808 1215 Genève 15

SA 20, route de Pré-Bois, Case postale 1808 1215 Genève 15 31 Petit-déjeuner des PME et
SA 20, route de Pré-Bois, Case postale 1808 1215 Genève 15 31 Petit-déjeuner des PME et
Deloitte refers to one or more of Deloitte Touche Tohmatsu (‘DTT’), a Swiss Verein, and

Deloitte refers to one or more of Deloitte Touche Tohmatsu (‘DTT’), a Swiss Verein, and its network of member firms, each of which is a legally separate and independent entity. Please see www.deloitte.ch\ about for a detailed description of the legal structure of DTT and its member firms. Deloitte SA is a subsidiary of Deloitte LLP, the United Kingdom member firm of DTT. Deloitte SA is recognised by the Federal Audit Oversight Authority and the Swiss Financial Market Supervisory Authority. This publication has been written in general terms and therefore cannot be relied on to cover specific situations; application of the principles set out will depend upon the particular circumstances involved and we recommend that you obtain professional advice before acting or refraining from acting on any of the contents of this publication.

Deloitte SA would be pleased to advise readers on how to apply the principles set out in this publication to their specific circumstances. Deloitte SA accepts no duty of care or liability for any loss occasioned to any person acting or refraining from action as a result of any material in this publication.

© 2012 Deloitte SA