Vous êtes sur la page 1sur 12

06/01/2013

Chapitre 4 : Le Modèle OSI ABBACI KAHYA N Université Badji Mokhtar Annaba Département d'informatique
Chapitre 4 : Le Modèle OSI
ABBACI KAHYA N
Université Badji Mokhtar Annaba
Département d'informatique
https://sites.google.com/site/coursreseauxabbacikahya/cours
1
Qu’est-ce que l’ISO? L'organisation internationale de normalisation (ISO) est une fédération mondiale
Qu’est-ce que l’ISO?
L'organisation internationale de normalisation (ISO) est une fédération
mondiale d'organismes nationaux de normalisation .
L'ISO est une organisation non gouvernementale, créée en 1947. Elle a
pour mission de favoriser le développement de la normalisation et des
activités connexes dans le monde, en vue de faciliter entre les nations les
échanges de biens et de services et de développer la coopération dans les
domaines intellectuel, scientifique, technique et économique.
Les travaux de l'ISO aboutissent à des accords internationaux qui sont
publiés sous la forme de Normes internationales.
2

06/01/2013

Le modèle OSI (Open Systems Interconnexion)

Dans les années 70, apparaît la nécessité de systèmes (matériel + logiciel) "ouverts", par opposition aux systèmes "propriétaires" (IBM, BULL, etc.)

Caractéristiques d'un système ouvert : portabilité, interopérabilité,compatibilité d'échelle

Le but d'un modèle est de proposer aux éditeurs et aux constructeurs un schéma sur lequel ils pourront bâtir leurs solutions matérielles et logicielles. Ces solutions seront appelées "architectures de réseaux". En s'appuyant sur un modèle normalisé, ils s'assurent un produit ouvert aux autres systèmes qui s'appuient sur la même norme

L'Organisation internationale de normalisation (ISO) a examiné de nombreuses structures de réseau. L'ISO a reconnu l'opportunité de créer un modèle réseau qui aiderait les concepteurs à mettre en œuvre des réseaux capables de communiquer entre eux et de fonctionner de concert (interopérabilité). Elle a donc publié le modèle de référence OSI en 1984.

3
3

Objectif (1)

Réduire la complexité de conception des réseaux informatiques. Principes :

démarche analytique : recensement des fonctions nécessaires

démarche synthétique : classement des fonctions

démarche simplificatrice et constructive :

regroupement en sous-ensembles pour simplifier la compréhension des fonctions (frontières précises, concises et utiles) décomposition hiérarchique de l’ensemble des mécanismes à mettre en œuvre en une série de couches (ou niveaux).

Remarque : Le nombre de couches, leur nom et leurs fonctions varient selon les types de réseaux

Exemples : le modèle de référence de l’OSI : 7 couches

4
4

06/01/2013

Objectif (2)

Principes de base de la décomposition en couches

Une

couche

nécessaire

doit

être

créée

lorsqu’un

nouveau

niveau

d’abstraction

est

Chaque couche exerce une fonction bien définie Les fonctions de chaque couche doivent être choisies en pensant à la définition des protocoles normalisés internationaux Les choix des frontières entre couches doit minimiser le flux d’informations aux interfaces Le nombre de couches doit être :

suffisamment grand pour éviter la cohabitation dans une même couche de

fonctions très différentes,

suffisamment petit pour éviter que l’architecture ne deviennent difficile à

maîtriser.

5
5

Terminologie (1)

Notion de couche, de protocole et de service

Une couche est spécialisée dans un ensemble de fonctions particulières. Elle utilise les fonctionnalités de la couche inférieure et propose ses fonctionnalités à la couche supérieure.

Un système est un ensemble de composants formant un tout autonome.

Une entité est l’élément actif d’une couche dans un système.

entités homologues (paires) : entités de même couche situées dans des systèmes distants.

Les protocoles qui sont les règles qui définissent le dialogue entre couches de même protocole IP au niveau 3).

niveau (

Les services fournis par chaque couche N-1 aux couche N par l’intermédiaire de primitives de

service.

Les primitives de service sont des fonctions logicielles qui définissent le dialogue entre couches

adjacentes et peuvent concerner des demandes, des réponses, des échanges d’information ou des confirmations d’états. Les services sont fournis à la frontière entre deux couches au niveau de points d’accès (SAP Service Acces Point).

6
6

06/01/2013

7
7

Terminologie (2)

La couche N+1 utilisatrice des services de niveau N adresse à la couche N des unités des données de service de niveau N ou SDU

(Service Data Unit). Des information de contrôle de protocole ou PCI (Protocol Control Information) sont ajoutées aux données entrantes constituées par les SDU. L’ensemble ainsi formé constitue des unités de données de protocole ou PDU (Protocol Data Unit). La couche N utilisatrice des services de niveau N-1 adresse à son tour à la couche N-1 des (N-1) SDU.

8
8

06/01/2013

Terminologie (2)  L’architecture d’un réseau est définie par l’ensemble des couches et la description
Terminologie (2)
 L’architecture d’un réseau est définie par l’ensemble des couches et la description
des protocoles et des services de chacune d’elles.
9

Terminologie (3)

La communication entre les deux entités au niveau N s’effectue donc par un échange des (N) PDU suivant le protocole N,

Cet échange est effectué, après une demande de service N-1 ( à l’aide d’une primitive) à la couche N-1 par transmission verticale des (N-1) SDU et ainsi de suite jusqu’au niveau physique.

L’échange d’informations des couches basses vers les couches hautes se fait suivant le même principe sur le système récepteur à l’aide de primitives de service.

Les PCI sont dans ce cas retranchées de PDU entrante ce procédé qui ajoute ou retranche des information de contrôle pour former une nouvelle unité de données sont nommé « encapsulation » ou « décapsulation ».

Connexion(N) : association d’entités homologues pour le transfert de données

Extrémité de connexion(N) : terminaison d’une connexion(N) à un (N)SAP.

- connexion bipoint : connexion comportant exactement 2 extrémités. - connexion multipoint : connexion comportant plus de 2 extrémités

10
10

06/01/2013

Terminologie (4) Couche (N+1) Service N (N) PCI (N) SDU Couche (N) (N) PDU Service
Terminologie (4)
Couche (N+1)
Service N
(N) PCI
(N) SDU
Couche (N)
(N) PDU
Service N-1
(N-1) PCI
(N-1) SDU
Couche (N-1)
(N-1) PDU
11
Primitives de service  L’émetteur effectue une demande de service requête auprès de récepteur. 
Primitives de service
 L’émetteur effectue une demande de service requête auprès de récepteur.
 Le serveur reçoit alors une indication l’informant d’une demande de service.
 Ensuite le récepteur traite la demande de service (traitement)
 Dé que le traitement est terminé, le récepteur envoie la réponse à l’émetteur
 A la fin, l’émetteur reçoit cette réponse sous la forme d’une confirmation
12

06/01/2013

Primitives de service 13
Primitives de service
13
Les couches OSI 14
Les couches OSI
14

06/01/2013

Les couches OSI

Le modèle OSI possède sept couches Le modèle décrit simplement ce que chaque couche doit réaliser (le service), les règles et le format des échanges (le protocole), mais pas leur implantation.

15
15
Les couches OSI 16
Les couches OSI
16

06/01/2013

Pourquoi un réseau en couches? 17
Pourquoi un réseau en couches?
17
La couche physique  Elle décrit les caractéristiques électriques, logiques et physiques de la connexion
La couche physique
 Elle décrit les caractéristiques électriques, logiques
et physiques de la connexion de la station au réseau,
c’est-à-dire tout ce qui concerne les câbles, les
connecteurs, et les cartes réseau.
 Elle définit les aspects physiques du raccordement
des postes aux lignes de communication : interfaces
mécanique et électrique et protocole d'échange des
éléments binaires : caractéristiques physiques et
électrique du support de transmission (paire
torsadée etc
),
méthode de transmission (bande de
base ou large bande), débits et type de transmission
(synchrone / asynchrone).
 L’activation, au maintien et à la désactivation des
connexions physiques nécessaires à la transmission
de trains de bits.
Les données sont transmises sous forme binaire et traduites par des impulsions
électriques ou lumineuses. L’unité d’information est le bit.
18

06/01/2013

La couche Liaison de données  Assure la transmission d’informations entre (2 ou plusieurs) systèmes
La couche Liaison de données
 Assure
la
transmission
d’informations
entre
(2
ou
plusieurs) systèmes immédiatement adjacents.
 Son rôle est de définir des règles pour l’émission et la
réception de données à travers la connexion physique de
deux systèmes :
 Détecte et corrige, dans la mesure du possible, les erreurs
issues de la couche inférieure.
 Déterminer la méthode d’accès au support.
 La couche liaison utilise des protocoles d’accès au support
qui peuvent être déterministes (Token Ring) ou
probabilistes (CSMA/CD) dans le cas d’ethernet.
 L’unité de données est la trame.
19
La couche réseau  Elle gère l’acheminement des données à travers le réseau en assurant
La couche réseau
 Elle gère l’acheminement des données à travers le
réseau en assurant le routage des paquets de données
entre les nœuds du réseau. Si un nœud est surchargé
ou hors-service, les données seront alors déroutées
vers un autre nœud.
 Elle assure l’opération d'adressage, de routage, des
informations comme la facturation(calcul du coût du
trajet) et choisit le chemin le moins "coûteux". Elle
assure également le contrôle des flux au niveau des
nœuds. (engorgement, perte de paquets
).
 L’unité de données est le paquet [packet].
20

06/01/2013

La couche transport  Elle est responsable du contrôle du transport de bout en bout,
La couche transport
 Elle est responsable du contrôle du transport de bout en bout,
au travers du réseau. Elle assure les fonctions d'adressage, de
routage, de découpage et de réassemblage des informations et
de cohérences des données.
 L'expression " qualité de service " est souvent utilisée pour
décrire l'utilité de la couche 4, la couche transport. Son rôle
principal est de transporter et de contrôler le flux
d'informations de la source à la destination et ce, de manière
fiable et précise.
La couche transport de l’émetteur segmente les messages de
données en paquets et la couche transport du récepteur
reconstitue les messages en replaçant les paquets dans le bon
ordre.
Elle permet également de multiplexer plusieurs flux
d’informations sur le même support (pour rentabiliser le
support) et inversement (pour augmenter la rapidité d'un
transfert).
21
La couche session  Première couche orientée traitement, elle permet l’ouverture et la fermeture d’une
La couche session
 Première couche orientée traitement, elle
permet l’ouverture et la fermeture d’une
session de travail entre deux systèmes distants.
 Elle a pour rôle la mise en place et le
contrôle du dialogue entre les tâches
distantes : connexion, gestion (interventions
en cas d'incident
),
sortie etc
Elle a pour
rôle la synchronisation. Elle assure la
synchronisation du dialogue entre les hôtes.
22

06/01/2013

La couche présentation La couche 6, la couche présentation, assure trois fonctions principales, à savoir
La couche présentation
La couche 6, la couche présentation, assure trois
fonctions principales, à savoir :
Le formatage des données (présentation)
Le cryptage des données
La compression des données
Permet
de
formater
les
données
dans
un
format compréhensible par les 2 systèmes.
23
La couche application  La couche application crée une interface directe avec le reste du
La couche application
 La couche application crée une interface
directe avec le reste du modèle OSI par le
biais d'applications réseau (navigateur
Web, messagerie électronique, protocole
FTP, Telnet, etc.) ou une interface indirecte,
par le biais d'applications autonomes
(comme les traitements de texte, les
logiciels de présentation ou les tableurs),
avec des logiciels de redirection réseau
24