Vous êtes sur la page 1sur 7

COMMENT

SOIGNER LE TOXICOMANE N'EXISTE PAS OU FRACTALES


PSYCHOLOGIQUES
DANS LA STRUCTURE DU PREJUGE

DES TOXICOMANES
Ulrich KOBBE*

« Ainsi parlait Zarathoustra. Et des lors. il demeura dans la ville, qui


est surnommee: La Vache bariolee...»1
Tout d'abord, il est indique d'expliquer le titre de cette contribution
en faisant une digression mathematique : La notion des «fractales»
est un terme technique de la mathematique non-lineaire, de la
theorie du chaos. A l'origine, eile designe des figures geometriques,
dont les formes sont extremement irregulieres, eventuellement
interrompues, fragmentees, quelle que soit l'echelle d'examen, et qui
—quant ä leurs regularites et irregularites — comprennent le hasard
comme qualite caracteristique et determinante (Mandelbrot 1991,

*. Westf. Zentrum für Forensische Psychiatrie, Lippstadt.


1. Remarque de Nietzsche (1891, 22), concemant le «[re-jcentremetu» de
Zarathoustra, interprete comme un sujet se decentrant: « Also spracli Zarathustra.
Und damals weilte er in der Stadt, welche genannt wird: die bunte Kuh ». Notre
traduction de «Vache bariolee* differe du terme plutöt faible de >Vache pie», choisit
par M. de Gaudillac (Gallimard, Paris 1995), et se relere ä la traduction de G. Bianquis
(Plammarion, Paris 1996). Bianquis nous apprend, qu'il s'agit d'une expression
populaire ironique servant ä designer de petites agglomerations urbaines disparates.
Elle poursuit: «Pour reprendre la derision du texte de Nietzsche, il faudrait tradutre
de facon irreverendeuse par « Trifouülis-les-Oies • (1996, 397 note 24).

L'lrarmattan
Institut de lecherches Specialisees 27
13). Dans le contexte des questions pronostiques, il faut un sophistiques, mais il excite cependant notre attention. Nous vivons
paradigme qui n'exdut pas les variables troublantes, c'est-ä-dire les dans un dimat social, dans lequel les politiciens, les medias et les
soi-disant hasards, comme conditions marginales indesirables. Au lieu citoyens ont une tendance convergente ä rnener un discours
de cela, il faut les prendre en consideration comme conditions du congenial qui sert ä diffamer les relations ambigues entre sujet,
Systeme, des conditions qui sont encore marginales, mais qui peuvent pulsion et objet chez les soi-disant autres. Ils designent, caracterisent
etre significatives pour le pronostic. Autrement dit, I'ordre social et le et identifient les inclividus deviants suivant cette deviance, c'est-ä-dire
hasard sont quasiment une seule et meine cliose. Le cas fortuit es t que pour lasociete, les deviants et leurs deviances sont similaires, et
ineluctable de sorte que le cas regulier et le cas imprevu proviennent Foucault (1975) dirait meme qu'elle les disqualifie en les mettant sur
du meme niveau factoriel (Heinze 1992,48-49; Kobbe 1996a, 1291). le meme plan, en tendant un ölet de causalite sur la biographie
C'est exactement ce que le modele structurel de Mandelbrot essai: entiere de l'individu stigmatise. Surtout dans le contexte thematique
II permet la description du degre relatif de la complexite d'un objet d'une « Obligation des soins» et d'une « injonction
comme mesure qualitative, ce qui est defini d'une maniere raccourcie therapeutique », les questions sur la structure du prejuge sont d'une
comme « dimension fractale » de cet objet. Ce modele rend importance particuliere puisque ces discours publiques et les
possible d'examiner les iterations d'evenements comme repetitions pratiques therapeutiques reposeraient par leur procedure meme
des memes deroulements suivant le principe de leurs ressemblances, « sur la prcduction-reproduction des evenements psychiques par la
et de cornprendre comment des systemes deterrninistes sont parole qui permettrait donc ä celui qui l'emet de former
maintenus et modifies par des interactions, des iterations et des irnplicitement, indirecternent ou partiellement la representation de
processus retroreactifs. II se peut que cela paraisse etre d'abord tres l'objet relie ä ces errements dans un rapport sinon de stricte causalite,
theorique et arbitraire, mais la consommation de drogues et la du moins de cms'Mepsycbique »(Green 1988, VIII).
rechute sont des evenements de ce genre et des paroles trop « Le bon sens est k chose du monde la mieux partagee », a
simplißantes sur le toxicomane ont des effets tres complexes. Car: Le constate Descartes (1637, 23) dans la premiere phrase de son
toxicomane n'existe pas. « Discours de la methode » (cf. Glucksmann 1987, 133-151) en
Meme si nous sommes d'accord que le toxicomane n'existe pas, verifiant ainsi d'une maniere ironique, que tout homme en a empörte
äl'avenantpeu (cf. Kobbe 1996b). De nos jours, les concitoyens qui
nous ne sommes — le cas echeant—aucunemcnt d'accord en ce qui
paraissent etre deviants sont nommes et stigmatises au nom de ce
concerne les implications de ce choix des notions. Dans la premiere
« bon sens » comme le maniaque sexuel, comme le delinquant,
phrase de l'annonce de ce congres, il est question de la« categorie
toxicomane », et plus tard il est dit entre autres: « On serait comme /'etranger—et ainsi comme le toxicomane — ä cause d'une
presque lente de dire que le toxicomane n'estpas curable ». Il se difference arbitrairement definie ä la norme echangeable et ä la
peut que Ton trouve ce jugement critique des termes pointilleux ou normalite au gre de la societe soi-disant normale. Ce dioix
tendancieux des mots pointe la realite des relations en detachant les
conduites troublantes du contexte de l'interaction sociale et en les
1. Cet enchainement se devoile dans ies expressions alleniandes du « Fall » [cas], reduisant—par une subjectivisation et une individualisation des actes
qui provient d'un « Zufall » (hasard = cas irnprevu, cas fortuit], qui devient un —ä une constellation biographique particuliere (Kobbe 1996a, 130).
« Stör/a// » [deiangement], un "Zwischei/a//" [incidem], un « Not/ä// » [cas
Il s'agit d'une reduction de l'autre — et surtout du malade mental ou
d'urgence] ou un « Unfall » [accideni] social, et qui represent de meme un
« Gremfall »[cas limite] du normal qu'un « Ab/«// »[dechet] du social. du delinquant malade mental — ä une disposition, ä une conduite,

28 29
respectivement ä im, ä son delit. Ce reductionnisme correspond ä une (Sartre), en une constitution qui survit au temps, en un etat
serialisation qui implique la negation d'une multiplidte de caracteres permanent. Par cela, les processus d'evolution et les possibilites pour
et de personnes pour isoler chacun en particulier, ce qui est eprouve un changement sont nies en meme temps, le caractere processif de
par l'interesse comme sä structure negative, comme totalite (cf. Laing la vie est ignore. Conformement ä cela, les soins et l'interet
1964,110).
therapeutique pretendus se demontrent etre — le cas echeant —
Cette constitution d'un objet commun mene ä des conduites rien d'autre qu'un refus et une agression convertis en pitie et aide
serielles, des sentiments seriels, des pensees serielles. Mais la Serie humanitaire, rien d'autre qu'une reprocluction et un fossile des
est une maniere d'etre des individus qui les change dans leurs relations non-dialectiques et figees entre sujet et objet.
structures et qui les totalise. Sartre (I960,317-319) ecrit que la verite Dans les circonstances actuelles, oü l'ideologie therapeutique est
devient evidente pour chacun, si eile est negative et si eile concerne menacee d'etre remplacee par une ideologie securitaire et une
l'autre, si eile poursuit la serie infinie d'impuissance. On sait ideologie de segregation et d'exclusion, il est exige d'examiner de tels
naturellement que /'etranger, que le delinquant et de meme que le effets des prejuges collectifs. Gar, d'apres Sartre (1975, 38), une
toxicomane n'existent pas, mais des individus qui sont caracterises par ideologie n'est rien d'autre que la transmission de l'institution ä un
des dispositions extremement individuelles, des experiences autre niveau. Et d'apres Schiwy (1969,76), la science et l'ideologie se
differentes et dont les carrieres sont differentes. Cependant, ce demontrent en meme temps dans leurs discours comme effets
reductionnisme linguistique signifle que ces individus sont unifies, authentiques de la connaissance humaine, avec la seule difference
desindividualises et totalises (Kobbe 1996a, 132). Ainsi, il que — concemant l'ideologie — la fonction pratique et sociale
representent non seulement des types, mais aussi l'alterite. En faisant triomphe de la fonction theorique, parce que l'ideologie ne reflete et
partie d'une serie, ils sont« le Meme » continuellement detache ne represente que la structure inconsciente d'une totalite sociale. Par
dans l'autre, disons les allonges d'une chimere commune, d'un objet consequent, il faut faire attention au moment oü le cadre des
fantasmagorique (Laing 1964, 111). Cela renvoie au fait que les prejuges dans la societe se developpe d'une condition marginale,
processus de Stigmatisation, de disqualification et de serialisation qu'on peut negliger, ä une structure du prejuge, qui est centrale et
suivent une logique affective, dont une base est un fantasme collectif. determinante pour nos discours psychotherapeutiques. Gar toute
II s'agit de la convergence de la peur detournee du Moi menace avec peur et toute pression, exercees par l'exterieur, ne sont jamais sans
la peur du menacant dans l'autre, qui aboutit ä une espece de consequences pour le climat dans les institutions therapeutiques et
syllogisme projectif. Face ä une puissance paraissant etrangere, pour l'attitude fundamentale des therapeutes (cf. Rogge 1985, 8).
chacun se sent etranger, ecrit Sartre (I960, 317-319) : Chaque fois Mais tous les deux — le climat institutionnel ainsi que l'attitude
qu'il peut choisir entre une explication positive ou negative, entre therapeutique — sont l'exigence et la condition pour tout travail
reciprocite et alterite, entre 1'homme et l'anti-homme, il choit l'autre, therapeutique. C'est la raison pour laquelle toute psychotherapie est
le non, l'antihumain. Ce que les citoyens — et le cas echeant de rattachee ä un point, ä une dimension fractale, oü le « bon sens »
meme les experts — ont en commun, c'est un objet statique : Ze trouve ses bornes et definit l'ordre social (Kobbe 1996a, 137). Ced
maniaque sexuel, /e delinquant, /'etranger ou le toxicomane comme actualise en meme temps les questions d'une ethique qui comprend
anti-Moi, comme identite negative medusee. k responsabilite comme une responsabilite pour l'autrui qui me
Mais la realisation de cette structure collective definit l'existence des regarde et ne l'ignore pas comme l'autre qui ne me regarde pas
autres, dans la mesure oü sä pratique est transformee en «hexis» (Levinas 1982).

30 31
irlnriiiidlc, transmettante, indeterminante et flottante (Metzger la consommation de drogues et de la rechute est determine par une
!')%, l 15). Autrement dit: Ce n'est plus le sujet imparfait, mais geometrie fractale de ces relations entre sujet et objet et de ses
l'objct sedutsant qui recoit les production et machines desirantes, les attracteurs etranges : Car il faut mettre le subjectif de l'individu
machinations de l'inconsdent en Supplement : Le sujet n'est plus concret dans ses relations d'objet de meme en rapport avec les
l'agent, mais rien que le re-agent des circonstances (Metzger 1996, conditions sociales exterieures qu'avec la structure du prejuge et les
120), de maniere que les individus concrets perdent leur identite attentes de reussite ou d'echec qui determinent ces conditions
comme sujet et leurs relations d'objet. Au Heu de cela, ce langage marginales.
metaphorique centre le fetiche de la drogue et introduit cela comme Afin de souligner les relations incertaines de ces « fracta »
« attracteur etrange » ä la geometrie fractale du sujet et de sä (Lyotard), je renvoie pour conclure aux paroles de Breytenbach
structure du prejuge. Analogue aux sujets serialises qui sont par (1996, 8) : Peut-etre que cet ideal de marginalite partagee et
principe echangeables, ce sujet decentre est desindividualise et melangee, qui ne se laisse pas reduire, est exprime le mieux chez
disqualifie. Le Moi, n'ayant ni de contexte et quasiment ni d'objet, n'a Nietzsche au centre prefere de Zarathoustra, « La vacbe
plus de relations historiques, sociales, culturelles et linguistiques. bariolee »\. Ceci est pour sur une ecriture fragmentee,
Adorno (1969,152) decrit, entre autres, la reiflcation de la relation realisee et seulement realisable dans un decentrement de l'auteur,
entre sujet et objet de la maniere suivante : Une fois radicalement dans sä Situation excentrique et ex-centree älafois (cf. Kobbe 1992,
separe de l'objet, le sujet reduit dejä l'objet ä soi-meme ; le sujet 56-57). Mais eile se refere au sujet serialise, totalise et aliene ainsi
devore l'objet tout en oubliant, comment lui-meme, il est l'objet. qu'au sujet eclate et morcele en essayant de le re-centrer, de
Contrairement ä cela, le discours present — sur le toxicomane recuperer l'individu concret et de dechifirer ses simulacres juxtaposes
comme type, sur la toxicomanie resistante comme quasi-causalite et par une allusion poetique et paradoxale (Blanchot 1969). On a
sur la magie de la drogue — cree un monde oü « les flgures de l'impression que Nietzsche pensait ä un vers de l'ancien grec qui
l'alterite se resument en une seule: celle de l'Objet. Seule reste decrit l'homme sage, peint de diverses couleurs : La vache folle
l'inexorabilite de l'Objet, l'irredentisme de l'Objet». En plus, perdra toutes ses couleurs, si eile veut pietiner le vide de laquelle
Baudrillard (1990, 178-179) constate : « Seul reste l'Objet comme nous nourrissons notre imperfectibilite...
attracteur etrange. Le sujet n'est plus un attracteur etrange. [...] C'est
l'Objet qui est passionnant, car il est l'horizon de ma disparition ».
Mais par cela, nous nous occupons des conditions pretendument
centrales et marginales de tout traitement d'un sujet toxicodependant
dans le contexte de l'accablement des experts, des politiciens, des
medias et des citoyens par des prejuges. Il n'est en effet pas toujours
possible d'identifier ä toute epreuve les relations entre sujet et objet,
mais on peut constater, que les processus de discours de caractere
biologistique sur la serialisation et la totalisation du sujet ne jouent
non seulement un röle dans l'exdusion sociale des usagers de 1. Dans le texte original: « Also redete Zarathustra in der Stadt, die er liebte und
drogues, mais de meme dans la psychotherapie de cette clientele. welche zubenannt ist« die bunte Kuh » (Nietzsche 1891, 149) = « Ainsi parlait
D'une maniere indefinissable, le proces non-aleatoire stochastique de Zarathoustra dans la ville, qu'il aimait et qui est surnommee:« La Vache bariolee ».

34 35
KEUPP H.
BIBLIOGRAPHIE [1992] « Das Subjekt und die Psychologie in der Krise der
ADORNO T.W. Moderne : Die Chancen postmoderner Provokationen »,
[1969] Stichworte - kritische Modelle 2, Frankfurt, a.M,1969. in Psychologie & Gesellschaftskritik, n° 63/64, p. 17-41,
BAUDRILLARD J. 1992.
[1976] L'echange symbolique et la märt, Paris, Gallimard,1976. KORBE U.
BAUDRILLARD J. [1992] Vom Umgang mit « schwierigen » Patienten oder Wie
[1978] « La precession des simulacres », in Traverses, n° 10, frau eine Institution« sprengt». In: Van den Bergh, W.M.
1978. (Ed.) : Im Zentrum: Massregelvollzug. Entwicklungen in
BAUDRlUARDj. der Forensischen Psychiatrie. Festschrift für Vera
[1990] « La transparence du Mal », in Essai sur les phenomenes Schumann. WZFP, Lippstadt-Eickelborn p. 41-73,1992.
extremes, Paris, Gaiilee,1990. ROBBE U.
BLANCMOT M. [1994] «Zur Biologik der Delinquent - Kasuistik eines
[1969] L'entretien infini, Paris, Gallimard,1969. gutachterlichen Monologs », in Recht & Psychiatrie, vol.
BREYTENBACH B. 12, n° l, p. 22-25,1996.
[1996] « Notizen aus der Mittelwelt », in Lettre international, KOBBE U.
n° 34, p. 6-10,1996. [1996] a: « Psychiatrie als Stundenhotel oder Das forensische
DERRIDA]. Subjekt als Zeitwaise. Autodafe zur Fragmentierung,
[ 1972] La dissemination, Paris, 1972. Stigmatisierung und Serialisierung im Massregelvollzug »,
DESCARTES R. in Forensische Psychiatrie und Psychotherapie, vol. 3, n°
[1637] Discours de la methode, Paris, Flammarion, 1992. l, p. 117442,1996.
FOUCAULT M. [1996]b: Zwischen gefährlichem Irresein und gefahrvollem
[1975] « Des suplices aux cellules », in Le Monde, 21 mai 1975- Irrtum., Lengerich, Pabst, 1996.
GLUCKSMANN A. LAING R.D.
[1987] Descartes, c'est la France, Paris, Flammarion, 1987. [1964] « Kritik der dialektischen Vernunft », (Teil 1: Von der
GREEN A. individuellen Praxis zum Praktisch-Inerten), in Cooper,
[1988] Preface. In: Brüssel, B. 1988: Psychanalyse du lien. La D.G.; Laing, R.D. (Ed.), Vernunft und Gewalt. Drei
relation d'objet, p. I-XX, Paris, Centurion, 1988. Kommentare zu Sartres Philosophie 1950-1960, p. 101-
HEINZET.T. 114, Frankfurt, Suhrkamp, 1973.
[1992] « Simulo ergo sum: Paradoxa psychologischer Praxis in der LEFORT R.
Postmoderne », in Psychologie & Gesellschaftskritik, n° [1976] « Questions politiques »,inMannoniM.,op.äl,p. 235-
63/64, p. 43-68,1992. 260,1976.
LEFORT R. et al.
[1976] « L'institution eclatee », in Mannoni M., op. dt, p. 48-
57,1976.

36 37
En consequence, il semble etre necessaire que la psychotherapie dissernination postmoderne du Moi, n'ayant sans cela ni de contexte
reflechit de meine ä cet ordre et ä ses formes de discours (Kobbe ni d'histoire (cf. Derrida 1972; Lyotard 1979), deviennent evidentes
1996b). A ce propos, il parait utile de remonter aux mecanismes dans un mode d'expression qui se trouve de meme dans la lettre
susmentionnes de serialisation, de la creation de totalite et d'alterite : d'invitation de ce congres : II est dit que « la resistance de la
Car le « bon sens » de la communaute ne se base — quant ä ses loxicomanie ä se laisser attraper »et que« la reticence de celle-
connaissances et les criteres sous-jacents — pas du tout sur des d ä etre traitee »sont des problemes fondamentaux jusqu'au point
connaissances scientifiques, mais sur un non-savoir, sur une science — suivant : « D'une certaine maniere, regardee d'une certaine
reduite de prime abord ä un mythe (Mouloud 1978, 49) — du perspective, la toxicomanie triomphe »!
pragmatisme biologique et psychiatrique ainsi que politique, qui Ce n'est pas l'individu, mais la toxicomanie mentalisee et
demande un jugement distance et critique (Kobbe 1994, 24-25). Car subjectivee qui agit quasiment d'une maniere originale, de sorte que
les modeles d'explication implicites et monocausaux des sciences l'individu toxicodependant est supprime d'une nouvelle maniere.
naturelles ou de la sociologie suppriment lagenealogie et constituent Peut-etre que l'on reponde, qu'il s'agit ici d'une maniere tres francaise
le toxicomane comme un etre n'ayant ni d'histoire, ni de parents de s'exprimer, d'une rhetorique speciale, d'une metaphore. Et
individualises, ni d'avenir subjective. Conformement ä cela, le pourtant : Ce mode de pensee et d'expression fait fonction de
vocabulaire technique employe ä ce propos est instrumental et simulacre biologique et deterministe, qui empeche le regard sur
regresse - comme langage-action au meme sens que Legendre en l'individu, qui prive l'individu de sä responsabilite comme sujet actif et
parle dans « Le crime du caporal Lortie » — du niveau de langue au le degrade ä I'objet passif de la drogue ou de la toxicomanie.
niveau d'action. Le discours, qui d'abord semble etre encore motive La notion du simulacre montre dejä, qu'il s'agit du despotisme du
par un interet therapeutique, se revele comme un discours du maitre. code decrit par Baudrillard (1978), qui mene ä la disparition du reel.
Et tout intervenant, qui essayerait d'occuper une position Ou, autrement dit: II n'est plus possible de percevoir la realite, parce
particulierenient psychotherapeutique (Kobbe 1992, 49), aurait qu'il n'est plus possible de distinguer le reel de l'imaginaire car les
perdu la possibilite de faire ce troisieme terme, de se definir comme notions creent une hyperrealite simulee, qui necessite plus de
un certain referent dans l'institution therapeutique (Lefort et al. 1976, reference au reel pretendu et qui — en plus — ne l'admet pas
49). Par consequent, la qualite de l'action communicative n'est plus du (Metzger 1996, 113). Car la creation susmentionnee d'une
tout reflechie et authentique, mais exclusivement strategique. C'est- toxicomanie — pretendument reelle et activement confrontante —
ä-dire que l'institution et le psyehotherapeute ne se voudront plus un implique la mentalisation concomitante et la subjectivation de la
lieu de parole interpellable par tout sujet (cf. Lefort 1976,246). drogue en soi, dont l'individu concret menace de devenir I'objet.
Comme il est devenu manifeste, cette contribution discute la Baudrillard (1976 ; 1978) ecrit ä cela, qu'une teile suppression de
question ä quel sujet nous pensons, respecüvement la question l'instance de reference, permettant un echange dialectique entre
quelle notion implicite ou explicite de sujet nous prenons pour base sujet et objet et la decouverte de leur identite, respectivement de
de notre theorie et pratique psychotherapeutique. Car parallelement leur destination suivant des regles fermes, aboutit ä la fin du sujet
auxdefinitions categorielles d'un individu seriel, on peut constater la conscient. Car ce sujet ne doit son identite psychique qu'ä une fiction
tendance postmoderne de supprimer le sujet caitesien, si le sujet psychologique et constructiviste, qui deviendrait—par consequent —
cartesien est decentre et isole de sä vie sociale, economique et imaginaire, incongruente et instable par des fantasmes collectives et
politique (Keupp 1992, 35-36). La fragmentation supplementaire, la des projections. L'inconscient aleatoire n'aurait qu'une fonction non-

32 33
LEVINAS E.
[1982] Ethique et Inßni, Paris, Librairie A. Fayard, 1982.
LYOTARDj.-F.
[1979] La condilionpostmodeme, Paris, Ed. de Minuit, 1979.
MANDELBROT B.B.
[1991] Diefraktale Geometrie de)-Natur, Basel/Boston/Berlin,
Birkhäuser, 1991.
MANNONI M. (Ed.)
[1976] Un lieu pour vivre. Les enfants de Bonneuü, leurs
parents et l'equipe des «soignants», Paris, Seuil, 1976.
METZGER JA.
[1996] « Fraktale, Subjekte, telematische Maschinen und andere TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION
Gespenster. Aufstieg der Medien und Fall der Subjekte
bei Jean Baudrillard », in Psychologie &
Gesellschaftskritik, n° 79 p. 109-137,1996.
MOULOUD N.
ABSTINENCE OU MAINTENANCE ?
[1978] « Diskussion avec Michel Foucault», in Foucault M,
1992: Was ist Kritik?Merve, p. 42-49, Berlin, 1992.
NIETZSCHE F.
[1891] Also sprach Zarathustra. Ein Buch für alle und keinen,
München, Goldmann, 1976.
ROGGE C.
[1985] « Institution und Gemeinde als «äussere Wirklichkeit» des
Therapieprozesses in der psychiatrischen Station », in
Fragmente, n° 16, p. 7-17,1985.
SARTREj.-P.
[I960] Crilique de la raison dialectique (dtsch: Kritik der
dialektischen Vernunft. I. Band: Theorie der
gesellschaftlichen Praxis), Reinbek, Rowohlt, 1967.
SARTRE, J.-P.
[1975] Discussion avec Franco Basaglia. In: Basaglia / Foucault /
Castel /Wulff/Chomsky /Laing / Goffman et al. (Ed.):
Befriedungsverbrechen. Über die Dienstbarkeit der
Intellektuellen. EVA, Frankfurt a.M., p. 34-41,1980.

38