Vous êtes sur la page 1sur 7

Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 1

THEME IENERGIE MECANIQUE - ENERGIE


ELECTRIQUE.
Leurs transformations mutuelles.

I. Qu'appelle-t-on énergie mécanique ?


L'énergie mécanique d'un système se rencontre naturellement sous deux formes : l'énergie cinétique
et l'énergie potentielle.

1. L'énergie cinétique.
Exemple : Un véhicule roulant à une certaine vitesse sur une route rectiligne, provoque des dégâts
lors d'une collision frontale.

* De par sa vitesse, on dit que le véhicule possède de l'énergie cinétique.


L'énergie cinétique est celle que possède tout corps en mouvement.

* On peut constater que lors d'une collision, les dégâts sur un véhicule sont beaucoup plus
importants si sa vitesse est plus grande.
D'autre part, à vitesse égale, les dégâts occasionnés par un camion sont plus importants que ceux
d'une automobile.
L'énergie cinétique Ec d'un corps de masse M, animé d'un mouvement
de translation à la vitesse v, est donnée par la relation :
Ec = 0,5.M.v2 M : masse (en kg); v : vitesse (en m.s-1); Ec : énergie cinétique (en J).

Remarque :
Il existe d'autres expressions de l'énergie cinétique (pour la rotation d'un système, par exemple).

2. L'énergie potentielle de pesanteur.


Exemple : En tombant, un rocher peut provoquer des dégâts en arrivant au sol.

* De par sa position initiale, il possède de l'énergie potentielle de pesanteur.


L'énergie potentielle de pesanteur est celle que possède tout corps au
voisinage de la Terre.
Remarque : Cette énergie étant une énergie d'interaction entre le corps et la Terre, on devrait
parler en réalité de l'énergie potentielle du système {corps + Terre).

* On peut constater que les dégâts sont d'autant plus importants, que le rocher a une masse plus
grande et que sa hauteur de chute est plus élevée.
L'énergie potentielle de pesanteur d'un corps de masse M, situé à
l'altitude z par rapport à une altitude de référence (niveau 0), est
donnée par la relation :
Ep = M.g.z M : masse (en kg); z : altitude (en m); g : intensité de la pesanteur (en
N.kg-1);
PCTLCO01.DOC TERMINALE L ~ COURS n°01 ~ 1/7 Antenne de TARBES 01/10/98
Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 2

Ep : énergie potentielle de pesanteur (en J).


Au voisinage de la Terre : g = 9,81 N.kg-1 .

PCTLCO01.DOC TERMINALE L ~ COURS n°01 ~ 2/7 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 3


Remarque : il existe d'autres formes d'énergie potentielle (par exemple, l'énergie potentielle
élastique que possède un ressort comprimé).

3. L'énergie mécanique.
A une date donnée, l'énergie mécanique Em d'un système est égale à
la somme de son énergie cinétique Ec et de son énergie potentielle Ep
à cette même date.
Em = Ec + Ep Ec, Ep et Em exprimées avec la même unité (en J).

Application : Dans l'exemple précédent, si le niveau du sol est pris pour référence, l'altitude initiale
du rocher se confond avec la hauteur de chute.
Au départ de la chute, le rocher est immobile (v = 0, Ec = 0); son énergie mécanique est de
l'énergie potentielle de pesanteur.
A l'arrivée au sol avec une certaine vitesse (z = 0, Ep = 0), son énergie mécanique est de
l'énergie cinétique.

II. Qu'appelle-t-on énergie électrique ?


Nous avons l'habitude de dire : "une pile produit de l'énergie électrique", ou bien "un fer à repasser
consomme de l'énergie électrique" ...
Dans les deux cas, la notion d'énergie électrique ne peut être appréhendée qu'en considérant les
transformations d'énergie qui s'opèrent dans ces deux convertisseurs.

1. L'énergie électrique peut-elle être stockée ?


Hélas, non !
Un générateur produit de l'énergie électrique à partir d'une autre forme d'énergie :
- dans les piles et accumulateurs, il s'agit d'énergie chimique,
- dans les dynamos et alternateurs, il s'agit d'énergie mécanique,
- dans les photopiles, il s'agit d'énergie solaire ...
Un récepteur transforme l'énergie électrique en une ou plusieurs autres formes d'énergie :
- dans un radiateur électrique, un fer à repasser ..., il s'agit d'énergie thermique,
- dans un électrolyseur, il s'agit essentiellement d'énergie chimique,
- dans un moteur, il s'agit essentiellement d'énergie mécanique ...

2. Peut-on estimer l'énergie électrique produite ou


consommée ?
Exemple : Dans une installation domestique, un ménage a souscrit un contrat EDF pour une
puissance installée de 6 kW. Pour l'année écoulée, sa consommation s'est élevée à 5480 kW.h au
prix moyen de 0,5567 F le kW.h.
Comment comprendre ces indications portées sur cette facture ?
Pour l'année écoulée, le compteur d'énergie (relevé par un agent EDF) a enregistré une
consommation de 5480 kW.h.
Cette consommation s'est opérée dans des appareils dont la puissance totale ne pouvait dépasser à
aucun moment 6 kW, sous peine d'entraîner une coupure du disjoncteur.
Le prix du kW.h permet de vérifier le montant de la facture. Celle-ci sera d'autant plus élevée que
la puissance des appareils utilisés est grande est que leur durée de fonctionnement est importante.

PCTLCO01.DOC TERMINALE L ~ COURS n°01 ~ 3/7 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 4


L'énergie électrique consommée (ou produite) par un appareil électrique de puissance P,
fonctionnant pendant la durée t, est donnée par la relation :
E = P.t P : puissance (en W); t : durée (en s); E : énergie (en J).
Rappel:
L'énergie électrique est usuellement exprimée en kW.h et 1 kW.h = 3,6.106 J.

La puissance électrique P consommée par un dipôle soumis à une


tension constante U et parcouru par un courant d'intensité constante
I, est donnée par la relation :
P = U.I U : tension (en V); I : intensité (en A); P : puissance (en W).

L'énergie électrique consommée est alors donnée par la relation :


E = U.I.t U : tension (en V); I : intensité (en A); t : durée (en s); E : énergie (en J).

III. Les transformations mutuelles.

Energie Energie
mécanique électrique

1. Comment transformer l'énergie électrique en énergie


mécanique ?
a) Expérience.
Quelle est l'action du champ magnétique, créé par
un aimant fixe, sur une bobine mobile parcourue
par un courant ? ressort

La bobine parcourue par un courant et placée dans


le champ magnétique créé par un aimant est
bobine
soumise à des forces ; ces forces sont susceptibles
de la mettre en mouvement.
aimant Générateu
rB.F.

b) Application: le haut-parleur.
Dans un haut-parleur, une bobine est placée dans le champ
magnétique créé par un aimant. membrane

Lorsqu’elle est parcourue par un courant variable, cette


bobine est soumise à des forces qui la mettent en mouvement.
Une membrane solidaire de la bobine se met alors à vibrer, ce
aimant bobine
qui engendre un son.
Il y a donc transformation d’énergie électrique en énergie
mécanique, elle-même convertie en énergie sonore.

PCTLCO01.DOC TERMINALE L ~ COURS n°01 ~ 4/7 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 5


c) Application: le moteur électrique.
Dans un moteur électrique, un rotor (bobine mobile) est
placé dans le champ magnétique crée par un stator
N (aimant fixe). Lorsque les fils de bobinage du rotor sont
parcourus par un courant électrique intense, ils sont
soumis à des forces. Celles-ci font tourner le rotor.
Il y a donc conversion d’énergie électrique en énergie
mécanique.
aimant S bobine
(rotor) (rotor)

2. Comment transformer l'énergie mécanique en énergie


électrique ?
a) Expérience.
Quelle est l'action du champ magnétique, créé par
un aimant fixe, sur une bobine que l'on maintient ressort
en mouvement ?

Lors du déplacement de la bobine devant un aimant


bobine
fixe (et uniquement pendant la durée de ce
déplacement), une tension apparaît aux bornes de la
bobine, qui se comporte alors comme un aimant
générateur. oscilloscope

b) Application: l'alternateur.
Lorsqu’un aimant droit tourne à vitesse constante devant
l’une des deux faces d’une bobine reliée à un
N oscilloscope, on observe sur l’écran une tension
alternative et périodique.

Un alternateur constitué par une bobine fixe (stator) et


S un aimant mobile (rotor), fonctionne sur ce principe. Il
bobine aimant
(stator) (rotor) convertit l’énergie mécanique en énergie électrique.

Remarque :
- Dans les véhicules automobiles, c’est l’arbre du moteur qui entraîne le rotor.
- Dans les bicyclettes, c’est un galet frottant sur la roue qui entraîne le rotor.

3. Et les centrales électriques, dans tout cela ?


Dans une centrale électrique, une turbine maintient en mouvement le rotor d’un alternateur.
L’ensemble turbine-alternateur transforme une énergie liée au déplacement d’un fluide (énergie
mécanique) en une énergie liée au déplacement de particules chargées (énergie dite électrique). En
cela, toutes les centrales sont identiques.
On peut néanmoins les différencier en fonction de la nature et de la provenance du fluide entraînant
la turbine.

PCTLCO01.DOC TERMINALE L ~ COURS n°01 ~ 5/7 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 6


a) Les centrales thermiques.
La turbine est entraînée par de la vapeur d’eau. Celle-ci est produite grâce à l’énergie libérée
sous forme de chaleur, par un combustible.
* Si cette chaleur provient de la combustion, dans une
échangeur chaudière, de charbon, de fioul, ou de gaz (combustibles
vapeur chaude
de chaleur fossiles), ce sont des centrales thermiques classiques.
turbine * Si cette chaleur provient de la fission, dans un réacteur,
d’uranium «235» (combustible nucléaire), ce sont des
alternateur
centrales nucléaires.
vapeur froide (En 1993, l’énergie nucléaire représentait les ¾ de la
condenseur production nationale: c’est le taux mondial le plus
source de chaleur
élevé !).

Remarque : Les centrales géothermiques et les centrales solaires sont également des centrales
thermiques mais elles sont encore peu nombreuses actuellement.

b) Les centrales hydrauliques.


La turbine est entraînée par de l’eau en mouvement sous l’action de la pesanteur.
On distingue :
* Les usines de lac : de telles centrales (de hautes chutes) sont placées au pied d’un barrage
retenant un lac artificiel. L’immense réservoir ainsi constitué a une durée de remplissage supérieur
à 400 h. Il permet de stocker l’eau et de l’envoyer à la demande dans les turbines.
Ce type de centrales sert à la régulation saisonnière de la production d’électricité.

* Les usines d’éclusée : ce terme désigne des centrales situées en moyenne montagne
(centrales de moyennes chutes) qui comportent un réservoir dont la durée de remplissage est
comprise entre 2 h et 400 h. Elles servent à la régulation journalière ou hebdomadaire de la
production d’électricité.

* Les usines au « fil de l’eau » : elles sont situées sur les fleuves (centrales de basses
chutes) et se caractérisent par l’absence de réservoir : leur capacité de retenue n’excède pas 2 h.
Elles fournissent de l’électricité toute l’année en utilisant le débit du fleuve, mais ne jouent aucun
rôle de régulation de la production.

* Les usines de pompage : elles disposent de


bassin
supérieur deux réservoirs. Aux heures creuses, l’eau est pompée du
réservoir inférieur vers le réservoir supérieur, puis est
eau
centrale
renvoyée dans les turbines aux heures de pointe. Les
souterraine centrales nucléaires ne pouvant pas être arrêtées la nuit ou
les week-ends et l’électricité n’étant pas stockable, les
turbinage
bassin usines de pompage contribuent à la régulation
inférieur saisonnière, hebdomadaire et journalière de la
eau
production nationale.
L’intérêt économique de ces usines résulte de la
pompage différence de coût de l’énergie utilisée pour le pompage et
le prix de vente de l’énergie produite par le turbinage.

PCTLCO01.DOC TERMINALE L ~ COURS n°01 ~ 6/7 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 7


* L’usine marémotrice de la Rance (cas unique) : elle exploite la dénivellation créée par les
marées. Les turbines tournent dans les deux sens et peuvent fonctionner lors du remplissage du
bassin à la marée montante (turbinage dans le sens mer→bassin) ou lors du vidage du bassin à la
marée descendante (turbinage dans le sens bassin→mer).

c) Les éoliennes.
Le rotor de l’alternateur, directement couplé aux pales
d’une hélice, est entraîné par le vent.
La production d'énergie électrique par ce moyen est
encore très limitée. hélice

alternateur

PCTLCO01.DOC TERMINALE L ~ COURS n°01 ~ 7/7 Antenne de TARBES 01/10/98

Vous aimerez peut-être aussi