Vous êtes sur la page 1sur 8

Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 1

THEME V Réactions chimiques et énergie


thermique.
Combustion des alcanes et applications.

I. Quelques données sur les alcanes.


Les alcanes sont des hydrocarbures, c’est ˆ dire des composŽs organiques ne contenant que des
ŽlŽments hydrog マ ne et carbone.
Ce sont les principaux constituants des pétroles et des gaz naturels.

1. Formules et gŽomŽtrie des molŽcules.


Dans cette famille, les cha”nes carbonŽes ne comportent que des liaisons simples C-C.
En vous aidant des modèles moléculaires, compléter le tableau suivant.

formule représentation formule formule


brute en perspective développée semi-
développée

méthane
C
H4

éthane
C2
H6
propane
C3
H8
butane
C4
H10

Les molŽcules d’alcanes ont pour formule gŽnŽrale CnH2n+2 avec n nombre entier.
Dans les molŽcules d’alcanes, chaque atome de carbone est lié à quatre autres atomes (ou groupes
d'atomes); on dit de ces atomes de carbone qu'ils sont tŽtragonaux.
La structure construite autour de cet atome est dite tétraédrique. Les molŽcules d'alcanes ne
peuvent être planes.

PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 1/8 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 2

2. La nomenclature des alcanes.


a) si la cha”ne carbonŽe est linŽaire.
• Les quatre premiers alcanes ont un nom consacrŽ par l’usage: mŽthane, Žthane, propane,
butane.
• Pour les autres, on utilise un prŽfixe qui donne le nombre (n) d’atomes de carbone de la cha”ne,
suivi de la terminaison -ane caractŽristique des alcanes.

n formule brute prŽfixe nom


pent-
hex-
hept-
oct-
non-
dŽc-

b) si la cha”ne carbonŽe est ramifiŽe.


Pour nommer les alcanes ˆ cha”ne ramifiŽe, on utilise les règles suivantes :
• On dŽtermine la plus longue cha”ne linŽaire ou cha”ne principale. Elle donne le nom ˆ
l’alcane.
• On identifie les ramifications greffŽes sur la cha”ne principale: ce sont les groupes alkyles.
Retenir: CH3 ___ est le groupe mŽthyle,
CH3 ___ CH2___ est le groupe Žthyle.
• On numŽrote les atomes C de la cha”ne principale en choisissant le sens de telle fa ヘ on que le
carbone portant le groupe alkyle ait le plus petit numŽro.
• On nomme l’alcane en respectant l’ordre suivant :
- indice de position du groupe alkyle suivi d'un tiret,
- nom du groupe alkyle (sans le -e final),
- nom de l’alcane correspondant ˆ la cha”ne la plus longue.

Exemple : Qu'est ce que l'essence sans plomb 95 ?


Une essence d'indice 95 est équivalente du point de vue de ses propriétés détonantes, à un mélange
de 95 % d'un hydrocarbure à chaîne ramifiée (noté A), et de 5 % d'un hydrocarbure à chaîne
linéaire (noté B).
CH3
(A) de formule CH -C-CH -CH-CH est le ...................................................................................
3 2 3

CH3 CH3
(B) de formule CH -CH -CH -CH -CH -CH -CH est le ..............................................................
3 2 2 2 2 2 3

3. Propriétés physiques des alcanes.


Elles figurent dans des tables. Retenir qu'à température ambiante, les alcanes non ramifiés sont :
∗ gazeux si n < 5 ;
∗ liquides si 5 ≤ n ≤ 16 ;
∗ solides si n > 16.

PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 2/8 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 3

II. Combustion des alcanes.


La combustion des hydrocarbures fournit une grande quantitŽ de chaleur; on dit que la rŽaction est
exothermique.
Les hydrocarbures sont donc utilisŽs comme combustibles de chauffage et comme carburants
pour les véhicules de transport.

1. Combustion du mŽthane (ou gaz de ville).


La nature des produits de la combustion d’un composŽ dŽpend des proportions entre la quantitŽ de
dioxyg マ ne (comburant) et celle du composŽ (combustible).
a) si la combustion est compl マ te.
• Observer le bec Bunsen du laboratoire, virole ouverte.
Quelle est la couleur de la flamme ? .......................................
• Placer une soucoupe en porcelaine propre et sèche au dessus de la flamme.
Qu’observe-t-on ? .................................................................
• Approcher la flamme d’un verre mouillé avec de l'eau de chaux.
Qu’observe-t-on ? Pourquoi ? ...................................................................................................

Les produits de la rŽaction sont .............................................................


Il n’y a pas formation de carbone : la combustion est ..................... (dioxyg マ ne de l’air
en ..............).

Ecrire l'équation-bilan de la
réaction : ................................................................................................

b) si la combustion est explosive.


On introduit dans un flacon du mŽthane et du dioxyg マ ne dans les proportions indiquŽes par
l’Žquation-bilan Žcrite prŽcŽdemment, c’est ˆ dire ........ mol CH4 pour ....... mol O2.
On prŽsente ce mŽlange ˆ la flamme.
Qu’observe-t-on ? .............................................................................................

SchŽma de l’expŽrience :

C’est une rŽaction ......................................


Remarque : Ce type de combustion est utilisŽ dans les moteurs ˆ explosion; l’Žnergie libŽrŽe par
la rŽaction chimique permet de mettre en mouvement les vŽhicules.
Parfois, ces combustions explosives peuvent avoir de graves consŽquences; citons par exemple les
explosions dues au gaz dans les immeubles ou les coups de grisou dans les mines.
PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 3/8 Antenne de TARBES 01/10/98
Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 4


c) si la combustion est incompl マ te.
• Observer le bec bunsen du laboratoire, virole fermŽe.
Quelle est la couleur de la flamme ? .......................................
• Placer une soucoupe en porcelaine propre et sèche au dessus de la flamme.
Qu’observe-t-on ? ..................................................................
• Approcher la flamme d’un verre mouillé avec de l’eau de chaux.
Qu’observe-t-on ? ........................................................

Les produits de la rŽaction sont .......................................................................................................


Il y a formation de carbone : la combustion est .............................. (dioxyg マ ne de l’air
en ..............).

Ecrire l'équation-bilan de la
réaction : ................................................................................................

Très important ! Lorsque le dioxyg マ ne est en dŽfaut, il peut se former un gaz


extr ミ mement toxique, le monoxyde de carbone. Dans le cas du mŽthane, l’Žquation-bilan de
cette rŽaction est :
3
CH 4 + O2 → CO + 2H2 O
2
C’est pourquoi on contr™le le taux de monoxyde de carbone dans les gaz d’Žchappement des
voitures et on les équipe d’un pot d’Žchappement catalytique; des catalyseurs y oxydent le
monoxyde de carbone en dioxyde de carbone selon l’Žquation-bilan :
1
CO + O2 → CO2
2
Les moteurs et les appareils de chauffage doivent donc ミ tre bien rŽglŽs, c’est ˆ dire que la
combustion doit y ミ tre compl マ te.
On ne doit jamais obstruer les aŽrations dans les locaux d'habitation.

2. Combustion d'autres alcanes.


• Enflammer avec une allumette, un peu d’heptane versé dans une soucoupe en porcelaine.
Qu’observe-t-on ? ................................................................
................................................................
Ecrire l’Žquation-bilan de cette
combustion : ....................................................................................

3. Est-il raisonnable de brûler les hydrocarbures ?


Les rŽserves en pŽtrole et en gaz naturel étant limitŽes, il serait préférable de les utiliser comme
matière première de la pétrochimie.
Il reste donc à dŽvelopper des combustibles de remplacement, tels que :
a) le mŽthanol (CH3OH).
Longtemps extrait du bois, il est actuellement fabriquŽ par synth マ se.

PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 4/8 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 5


Il peut servir d’additif dans certains carburants, mais il est surtout prŽparŽ en vue de synth マ ses
organiques ultŽrieures.

PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 5/8 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 6


b) le bioŽthanol (C2H5OH).
On le prŽpare essentiellement par fermentation des sucres (extraits de la betterave sucri マ re ou de
la canne ˆ sucre) en prŽsence d’enzymes.
Il sert d’additif dans certains carburants.

c) le diester.
C’est un produit fabriquŽ ˆ partir de mŽthanol et d’huile de colza. AjoutŽ en faible quantitŽ au
gazole, c’est un carburant pour les moteurs Diesel.

d) le dihydrog マ ne.
Le dihydrogène et le dioxyg マ ne peuvent ミ tre utilisŽs dans les piles ˆ combustible.
- le dioxyg マ ne provient de l’air;
- le dihydrog マ ne est obtenu par Žlectrolyse de l’eau de mer (c’est un procŽdŽ encore
cožteux ˆ l’heure actuelle mais envisageable dans l’avenir en utilisant l’Žnergie solaire).
L’Žnergie fournie par cette rŽaction chimique est convertie en Žnergie Žlectrique.
Actuellement, des recherches sont en cours pour utiliser des piles ˆ combustibles dans
l’aŽrospatiale, dans l’automobile ....

III. Quelle est la chaleur libérée par la combustion


d'un alcane ?
Toutes les combustions d’alcanes sont exothermiques, c’est à dire qu’elles fournissent de la chaleur
au milieu extérieur.
Cette chaleur libérée peut être exprimée de deux façons différentes.

1. La chaleur molaire de combustion.


La chaleur molaire de combustion d’un alcane à une température
donnée est la chaleur libérée par la combustion complète (sous une
pression constante et à cette température) d’une mole d’alcane.
On la note Q; on l'exprime en J.mol-1.
Exemples :
CH4 ( g ) + O2 ( g ) 
→ CO2 ( g ) + 2 H 2 O( g ) + Q avec Q( CH 4( g ) ) = 802 kJ.mol-1
De même :
Q(C2H6(g)) = 1560 kJ.mol-1 Q(C4H10(g) ) = 2880 kJ.mol-1
Q(C3H8(g)) = 2220 kJ.mol-1 Q(C8H18(g)) = 5512 kJ.mol-1

2. Le pouvoir calorifique.
Le pouvoir calorifique d’un combustible est la quantité de chaleur
obtenue par combustion complète d’un kg de ce combustible s’il est
solide ou liquide, ou d’un m3 de combustible s’il est gazeux (dans les
conditions normales).
On le note P; on l'exprime en J.kg-1 ou en J.m-3 .

Exemples : P = 40000 kJ.m-3 pour le méthane ;


P = 90000 kJ.m-3 pour le propane ;

PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 6/8 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 7


P = 115000 kJ.m-3 pour le butane.

PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 7/8 Antenne de TARBES 01/10/98


Document pédagogique mis à la libre disposition de tous par le groupe Sciences Physiques de l’Académie de Toulouse

Fiche de cours “Elève” pour la classe de terminale L page 8

3. Quels alcanes utilise-t-on comme combustibles ?


a) le méthane (Téb = -164°C).
Constituant principal du gaz naturel, il est utilisé pour le chauffage comme combustible domestique
et dans l’industrie pétrochimique. Il est transporté à l’état liquide (gazoducs et navires méthaniers).

b) le propane (Téb = -45°C).


Hydrocarbure aisément liquéfiable par compression, il est commercialisé en bouteilles sous
pression et il est utilisé comme combustible domestique.
Le propane est également utilisé comme combustible dans le chalumeau oxy-propane. Avant
combustion, il est mélangé au dioxygène dans la tête du chalumeau. Ce chalumeau est utilisé pour
le découpage et le soudage à la flamme, mais il ne permet pas d’obtenir des températures très
élevées.
Remarque : le chalumeau oxy-acétylénique, plus puissant, utilise une bouteille de dioxygène et une
bouteille d'éthène (ou acétylène C2H2) ; l'éthène, hydrocarbure insaturé, n'est donc pas un alcane.

c) le butane (Téb = 0°C).


Le butane est facilement liquéfiable à la température ordinaire sous faible surpression. Il est vendu
en bouteilles de 25 L comme combustible domestique. Les bouteilles ne supportant pas des
températures très basses, on les autorise à l'intérieur des habitations.

d) les fuels.
Ce sont des mélanges d’alcanes liquides. Ils sont utilisés comme combustibles dans les installations
de chauffage domestique mais également industrielles.

Remarque : les essences et les fuels, mélanges d’alcanes liquides, sont également utilisés comme
carburants dans les moteurs (essence et diesel).

PCTLCO05.DOC TERMINALE L ~ COURS n°05 ~ 8/8 Antenne de TARBES 01/10/98