Vous êtes sur la page 1sur 44

www.editionsparentheses.

com       / Constant Martin, Roueff — La France du jazz, Musique, modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4

Denis-Constant Martin
Olivier Roueff

La France
du jazz

Musique, modernité
et identité
dans la première moitié
du XXe siècle

Éditions Parenthèses

www.editionsparentheses.com       / Constant Martin, Roueff — La France du jazz, Musique, modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4

En couverture :
Dessin de Pol Rab (1926).

Remerciements :
Jean-Pierre A. Bernard, Éric Dussert, Patrick Fréchet, Guy Schoukroun.

À la mémoire de
Jean Wiener et Charles Delaunay.

Publié avec le concours du Centre national du livre.

copyright © 2002, Éditions Parenthèses, 72, cours Julien, 13006 Marseille
isbn 2-86364-618-4 / issn 1279-7650

www.editionsparentheses.com       / Constant Martin, Roueff — La France du jazz, Musique, modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4

5

Avant-propos

Ce volume est le très lointain aboutissement de la demande que
m’avait faite Jacques B. Hess de rédiger pour une encyclopédie de la musique en
France un texte sur le jazz qu’il ne souhaitait pas écrire. Sans Jacques B. Hess, acteur
de la vie du jazz en France doué de multiples talents, il est probable que ce volume
n’aurait pas vu le jour. Cette encyclopédie ne parut jamais mais j’avais écrit mon chapitre. Pour le préparer j’avais bénéficié de l’amitié et de la patience de Maurice Cullaz,
de Charles Delaunay et de Jean Wiener ; j’avais abondamment puisé dans les informations incluses dans des écrits de Daniel Nevers, Ivan Deputier, Pierre Lafargue, JeanPierre Daubresse, Louis-Victor Mialy. Finalement, une partie de cette esquisse de
l’histoire du jazz en France fut présentée lors d’un colloque organisé par Michel Fabre
(« Les Noirs américains et l’Europe », Université de la Sorbonne nouvelle — Paris III,
5-9 février 1992) et publiée en feuilleton dans Jazz Magazine de 1995 à 1997 ¹. Frank
Ténot avait eu la gentillesse de relire ces articles et de me faire part de ses observations. Un peu plus tard, je fis la connaissance d’Olivier Roueff dont les recherches apportaient un éclairage neuf sur la période à laquelle je m’étais intéressé. Finalement,
de ces croisements prit forme cet ouvrage qui réunit le texte remanié de mes articles
pour Jazz Magazine (il s’est avéré qu’il devait l’être beaucoup plus que prévu et la
première partie du présent livre est maintenant passablement différente de ce qui y
fut publié), une seconde partie où Olivier Roueff reprend ses travaux avec une annexe
documentaire qui rend à nouveau accessibles certains des articles qui, les premiers,
évoquèrent le jazz en France.
Les textes qui suivent ont été rédigés en 1998. Pour des raisons
techniques (qui tiennent notamment à la nécessité de ressaisir toutes les annexes)
leur parution a été retardée, de telle sorte que, aujourd’hui, plusieurs ouvrages ont
paru que nous ne connaissions pas lorsque nous avons rédigé La France du jazz.
Certains d’entre eux apportent des précisions utiles, des éclairages intéressants, des
compléments nécessaires à notre recherche. Ils ne nous ont pas semblé remettre en
cause, pour l’essentiel, les informations et les analyses contenues ici et, par conséquent, ne nous ont pas conduits à reprendre nos textes originaux.

www.editionsparentheses.com       / Constant Martin, Roueff — La France du jazz, Musique, modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4

6

Dans le champ qui nous occupe, l’« événement » a sans aucun
doute été la publication, en une version remaniée, de la thèse de Ludovic Tournès,
New Orleans sur Seine, Histoire du jazz en France, Paris, Fayard, 1999. Il faut également
signaler : Brierre, Jean-Dominique, Le jazz français de 1900 à aujourd’hui, Paris, Hors
collection, 2000 ; le recensement des travaux universitaires consacrés au jazz effectué
par Anne Legrand, « Index des travaux universitaires en France », Jazzman, n° 50,
septembre 1999, pp. 28-31 ; et un livre de l’historien, et naguère sociologue du jazz,
Eric Hobsbawm, où il évoque la réception du jazz en Europe, notamment en Angleterre, d’un point de vue qui nous paraît assez proche du nôtre : Hobsbawm Eric,
Uncommon People, Resistance, Rebellion and Jazz, New York, The New Press, 1998.
Enfin, Olivier Roueff et moi-même avons, à l’occasion du colloque
« Jazz et anthropologie » organisé par Jean Jamin et Patrick Williams, approfondi
l’analyse des représentations liées à ce que l’on appelait « jazz » dans les années vingt
et trente, respectivement : le rôle joué par Le jazz d’André Schaeffner et André
Cœuroy dans l’identification « afro-américaine » du jazz ; la manière dont les récits
de voyage rapportés des États-Unis par des musiciens ou critiques intéressés par le
jazz ont renforcé les stéréotypes des « Noirs » et de leur musique construits de leur
côté de l’Atlantique, hors de tout contact avec les réalités sociales nord-américaines
(Roueff, Olivier, « Les mots du jazz, retour sur Le jazz d’André Schaeffner et André
Cœuroy », et Martin, Denis-Constant, « De l’excursion à Harlem au débat sur les
“Noirs”, les terrains absents de la jazzologie française », in L’Homme, n° 158-159, avrilseptembre 2001, pp. 239-260 et pp. 261-278).
Dans le domaine discographique, Frémeaux et associés poursuivent la publication de l’intégralité des enregistrements auxquels a participé Django
Reinhardt, compilée et présentée avec un soin remarquable par Daniel Nevers ; la
collection « Jazz in Paris » (Gitanes Jazz/Universal) a accueilli la réédition de faces
gravées à Paris après la Seconde Guerre mondiale par des musiciens américains et
français, dont quelques-unes illustrent heureusement la dernière période abordée
dans La France du jazz.
Denis-Constant Martin

¹ « Du jazz-band aux Zazous : l’invention du jazz français (1900-1945) », Jazz Magazine, n° 453,
novembre 1995 ; n° 454, décembre 1995 ; n° 455, janvier 1996 ; n° 457, mars 1996 ; n° 458, avril 1996 ;
n° 459, mai 1996 ; n° 460, juin 1996 ; n° 462, septembre 1996 ; n° 463, octobre 1996 ; n° 465, décembre
1996 ; n° 468, mars 1997 ; n° 470, mai 1997.

editionsparentheses.www. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Première partie L’invention du jazz en France Du cake-walk au bebop. 1900-1954 par Denis-Constant Martin .com       / Constant Martin. Roueff — La France du jazz. Musique.

saignées par le premier conflit mondial. La musique afroaméricaine et ses succédanés conquièrent la Ville-lumière. La chanson. La conjonction de tous ces événements contribue probablement à éveiller la France au jazz. la musique syncopée — touche la France dans la première moitié du xx siècle. le cinéma devient un divertissement de prédilection. voire quelques années. La tsf entre dans la vie quotidienne .editionsparentheses. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Introduction La France. pièces de musée. on constate que celles-ci comptent désormais plus d’habitants que les zones rurales ¹. pensant y trouver une source possible de régénération de leur civilisation en crise. le jazz-band. cependant que les univers urbains forment un creuset dans lequel se fondent de nouveaux langages musicaux populaires. des musiciens d’outre-Atlantique. Les traditions y perdent de leur vigueur et deviennent objets d’enquêtes. alors que Paris croit encore faire figure de capitale culturelle de l’Europe. les côtoient et . palpitant de sons et de rythmes inouïs. Roueff — La France du jazz. attirés par le prestige parisien. s’enthousiasment pour les Ballets russes et s’émerveillent à la découverte des « Arts nègres ». y perdurent mais absorbent toutes sortes d’influences extérieures. le gramophone pénètre dans les foyers . L’essence du jazz Après la Grande Guerre. Dans le même temps. leurs casinos et leur dancings.www. Musique. le « nègre » et la modernité Le jazz — ou tout du moins des musiques dont les noms incluent le mot « jazz ». voient leurs populations migrer vers les villes et. ses music-halls et ses boîtes de nuit.com       / Constant Martin. quand les milieux intellectuels et artistiques français s’agitent autour du dadaïsme et du surréalisme. souvent portées par des migrants venus d’au-delà des frontières et des musiciens originaires de divers outre-mer. tels qu’ils s’étaient développés au xix siècle. les occasions de travail et ce qui leur semble être l’absence de racisme. les campagnes. les villégiatures de vacances. en 1931. Des instrumentistes français les écoutent. le caf ’conc’. propres à détendre mais aussi à faire rêver d’ailleurs. des rythmes qui bouleversent les oreilles et émeuvent les corps d’une manière nouvelle : le jazz. s’installent en France pour quelques mois.

qui ira en s’élargissant au fil des ans et dont les goûts. p. extrêmement limité sans doute. 1995. Jazz autonomes. ³ « On ne peut contenter tout le monde et son père !… Jazz Hot précise sa position ». ce qu’elles affirment commence néanmoins à être objet de débat . un classement statistique de valeur des musiciens de jazz mondiaux aboutit obligatoirement au résultat suivant : 1. 3. volontairement ou par osmose naturelle. n° 55. in Rémond. ce qui ne nous empêche pas de préférer un bon musicien blanc — fût-il français — à un médiocre musicien de couleur ². ² Hodeir. la rappelait sans ambiguïté en 1948 dans un éditorial intitulé « Question de doctrine » : « Que défendonsnous : — L’intégrité du jazz nègre […] — La supériorité d’ensemble des musiciens noirs sur les blancs . que les Blancs doivent se contenter de l’apprendre en se mettant à l’écoute des « maîtres ». » La rédaction de Jazz Hot réitérait cette position avec une grande fermeté en 1951 : « a) Il semble bien admis. on ne voit guère le signe de l’éclosion d’un langage original qui se démarquerait sensiblement du jazz américain. les habitudes. l’ensemble de la société française. Notre siècle. « Question de doctrine ». « Un entre-deux culturel ? (1919-1939) ». il ne saurait être question de jazz français : les musiciens de l’hexagone déploient leur talent dans l’assimilation d’abord. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 10 s’initient à leur idiome. en revanche. Michel Warlop aussi. 6-7 et 22. Musique. Cette vision perdurera jusqu’après la Seconde Guerre mondiale et André Hodeir. pp. Jazz américain blanc. la pensée qu’elles expriment tend à être reformulée.editionsparentheses. les Européens. l’imitation puis l’adaptation de l’art des Afro-Américains. alors rédacteur en chef de la revue Jazz Hot. doivent saisir les possibilités que leur offrent la visite ou l’installation d’artistes afro-américains chez eux. Django Reinhardt et le quintette du Hot Club de France. Jean-François. les États-Unis. Les Américains vivant au contact des Noirs peuvent le faire plus aisément . Le livre de poche. les comportements influenceront. 230. Paris. Jazz Hot. L’horreur constatée d’un totalitarisme raciste ¹ Sirinelli. n° 26. René. Et bientôt amateurs et musiciens constituent un monde. de 1918 à 1991. on s’accorde à penser que le jazz est noir américain d’essence. mis à part. mai 1951.www. Cette situation est d’ailleurs considérée par la critique et le public comme allant de soi. dans l’ordre. puisse mieux que quiconque assimiler l’“esprit” de cette musique. octobre 1948. sauf peut-être dans son pays d’origine. à travers la musique. 3. tout du moins. p. mais dynamique. Roueff — La France du jazz. […] d) Il paraît donc extrêmement naturel de conclure […] que. . Après quelques hésitations.com       / Constant Martin. Pourtant. » Quand ces lignes sont imprimées. durant les premières décennies succédant à l’irruption du « jazz-band » sur les scènes parisiennes. 2. […] Le musicien professionnel de jazz idéal [français] nous semblerait être celui qui […] joue dans l’esprit du jazz noir ³. […] b) Il semble bien évident que le musicien blanc américain. les amusements et les circuits commerciaux qui leur sont liés. André. Jazz Hot. se trouvant “au contact” des noirs. par les amateurs ET par les professionnels […] que la supériorité du jazz noir soit unanimement reconnue. Jazz noir.

Georges. Crammed Discs. Idéologies des indépendances africaines. Lucien. Éditions Chaka. 1991 (cram 4). Car les questions posées ⁴ Cité in D’Almeida-Topor. est Georges Balandier qui jette les bases d’une anthropologie critique et dynamique ⁵. des interrogations qui se multiplient sur la place des premiers et des seconds dans le processus de modernisation qui transforme en profondeur la société française. n° 53. n° 29. ils revendiquent l’« égalité des droits politiques et sociaux » et les « libertés individuelle et culturelle ⁴ ». Dans les discours français sur le jazz. Sans remettre en cause l’Union française. aux « métèques » .editionsparentheses. Jazz Hot. américains — comme plus largement aux étrangers. en tire les conséquences et démonte les piliers raciaux et racistes qui avaient soutenu un certain nombre de conceptions du jazz ⁷ . À Paris. par exemple. 7 et 23 . 1972 et Les députés africains au Palais Bourbon de 1914 à 1958. mars 1951. Bruxelles. n° 56. sur le rapport de ses habitants aux Autres. pp. Paris. et des Noirs en général. signée Lucien Malson. Voir aussi Bénot. le lecteur trouvait également. les mouvements qu’elles lancent. aux Noirs — africains. ⁷ Malson. Paris. « Musique et couleur de peau ». ⁵ Balandier. Hélène. Armand Colin. juin 1951. Conjugaisons. Roots of Rumba Rock. Roueff — La France du jazz. La France et les « Autres » Ce débat sur l’essence du jazz apparaît aujourd’hui comme un aspect de la discussion plus vaste qui se développe durant la première moitié du xx siècle sur l’identité de la France. Fayard. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 11 contribue à rendre suspecte aux esprits de beaucoup toute idée fondée sur l’idée de caractéristiques. François Maspéro. mai 1951. est lancée en 1947 la revue Présence africaine qui vise à définir l’originalité de l’Afrique tout en promouvant son insertion dans le monde moderne. Musique. se réclamant de l’existentialisme. pp. 11. . signalent. 188-189. pp. au milieu de ce numéro où Jazz Hot « précisait sa position ». pp. Paris. Zaïre Classics 1953-1954. antillais. le bebop dans le jazz (qui sera évoqué dans cet ouvrage). La présence en France métropolitaine de personnes originaires des colonies. ⁶ Entendre. consignées par le disque même si les Européens n’y prêtent pas encore grande attention ⁶. L’Afrique au xx siècle.www. Paris. négatives ou positives. 1989. de la condescendance et des hiérarchies raciales. 246. 1993. une dénonciation en règle du mépris.com       / Constant Martin. Lucien Malson. 241. n° 55. elles. à une réévaluation de la part de l’Afrique. janvier 1949. 1997. 11-12 . exclusivement attribuées à un groupe humain particulier. Son co-rédacteur en chef. les opinions qu’elles proclament poussent. Jazz Hot. des modernités originales qui brisent l’association conventionnelle Afrique / Noirs / traditions immuables. les métissages sonores qui s’entrelacent dans les villes africaines. 6-7 et « Les Noirs ». En 1946. pp. Yves. Les nouvelles musiques que l’on découvre alors. dans les sociétés humaines. sept députés d’Afrique siégeant au Parlement français convoquent le Rassemblement démocratique africain (rda) pour combattre la « réaction [qui] agite devant l’opinion un épouvantail : celui du mouvement des peuples d’Outre-Mer vers la liberté ». p. avec l’écrivain ivoirien Bernard Dadié. comme le renouvellement de l’anthropologie.

s’imagine-t-on — avive le sentiment de décadence qui s’empare des rescapés de la « Der des ders ». Roueff — La France du jazz. en inventer . jazz de scène ou jazz hot — en est partie intégrante. passablement violente. mieux. mais leur application en France risque de faire perdre à celle-ci non seulement sa place dans le monde. émanant d’une culture. Ils possèdent les recettes. La guerre et ses horreurs en sont bien l’événement fondateur . Bien sûr. On rêve alors de renouvellement ou. mais encore sa personnalité « unique ». 119-122. sans que les individus rattachés à la culture qui l’englobe perdent leur vérité. de la modernité . Sa vogue demande à la fois : « qu’est-ce qu’être français ? » et « est-il satisfaisant d’être français comme autrefois. . un grand élan de modernisation saisit la France. il pèse encore dans les années trente. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 12 par le jazz. voire de rédemption. Dans le balancement entre réalité et illusion qui la caractérise. et le jazz — jazz-band. est-il communicable à ceux qui ne sont pas membres de ce groupe. plus vite pour tenir son rang dans la compétition économique ₈. rendu concret. il y a Dada et le surréalisme (à l’avènement duquel la musique américaine n’est pas étrangère puisque son reflet surgit dans Parade en 1917).. op. les maîtriser. d’être un Français pur ? » Au lendemain de la guerre de 1914-1918. au-delà de la Grande Dépression (dont l’épicentre américain renforce l’impression de danger suscitée par ce qui vient d’outre-Atlantique) mais le rôle que tiennent désormais les États-Unis — société neuve. L’Amérique fournit pour cette entreprise un modèle. ¹⁰ Sirinelli. de régénération. il remodèle le divertissement qui permet d’échapper à la réalité. Les États-Unis constituent donc une sorte d’idéal menaçant. leur authenticité ? Le jazz apparaît ainsi en plein milieu des anxiétés que connaît la société française de l’entre-deux-guerres et que reformule la Libération. pp. sont celles de la relation existant entre la race et la culture : un mode d’expression esthétique est-il spécifique à un groupe humain ou non. cit.editionsparentheses. cit.www. pense-t-on. Il y a aussi la transsubstantiation du machinisme à laquelle se ₈ Rémond. René. gérer mieux. mais pas tout à fait : en la travestissant. bigarrée. Musique. Il faut industrialiser et rationaliser. en la rêvant autre ¹⁰. la présence de ses soldats. mêlée. et de ses artistes. 60-61. pp. La « culture des années folles ». palpable par son effort décisif dans la défaite de l’Allemagne. peut-il évoluer sans se dénaturer. exprime ces attentes souvent contradictoires. sur les sols européens. ⁹ Ibid. et sans vain scrupule. mais on ambitionne d’en découvrir le moyen loin de l’individualisme bourgeois si bien incarné par le capitaliste de Wall Street ⁹. op..com       / Constant Martin. y compris artistiques et hédonistes. notamment dans les cercles intellectuels. multiplier les machines. jazz symphonique. ces derniers peuvent-ils l’assimiler au point d’y surgir un jour en position de créateurs ? Ce mode d’expression. ou à son propos. entremêlement de styles et de générations. L’ombre portée de l’Amérique assombrit encore la crise de civilisation ressentie par une partie des Français. Jean-François. de renaissance.

le passage à l’acte musical intervient bien après. que certains acceptent avec difficulté ou refusent carrément. la musique afroaméricaine est absorbée tant qu’elle est érigée.www. « J’avais été tellement saisi par la beauté de ces grands insectes de fer multicolores. 481-501. Mais le jazz offre davantage : les diverses musiques qu’on désigne ainsi font lien entre différents étages de la société française qui ne communiquent pas aisément. Son métissage. Jean-François. c’est-à-dire à la fois dans les musiques qu’il recouvre. Le jazz sert à parler de la France « qui se cherche » en ces « moments ambigus » que sont les sorties des deux guerres mondiales ¹². dans les programmes des musichalls populaires. op. en enjeu dans des conflits qui ne la concernent pas. dans les textes d’écrivains d’avant-garde. p. magnifiques frères modernes de la charrue et de la faux. l’Amérique et l’Afrique. 139). Il faut noter que si leur découverte date d’avant la guerre. se combinent la modernité technique et la spontanéité primitive. cit. cit. mais d’une autre manière dont nous ne pouvons traiter ici). Darius Milhaud mit en musique des descriptions de ces machines : Les machines agricoles (1919). Sonia et Robert Delaunay. Darius. 1949. petite suite pour chant et sept instruments solistes qu’avait suscitée en lui la visite d’une exposition de machines agricoles en 1913. ou seulement indirectement.. Paris. Il importait donc de revenir. Roueff — La France du jazz.. Julliard. Car le jazz devient en France (et sans doute ailleurs aussi) un langage « utile pour parler d’autre chose » . en lui. sur les affiches des cinémas. et « Cultures de guerre et d’après-guerre (1940-1958) in Rémond. que l’idée me vint de les célébrer ». écrivit-il dans ses mémoires (Milhaud. ses évolutions. pp. Notes sans musique. qui ont marqué les premiers temps de sa vie dans ce pays [seconde partie et documents annexes]. le mot se rencontre aussi bien dans les bals rustiques. Musique. op. René. ¹² Sirinelli. . en font un véhicule approprié pour disputer de problèmes essentiels : l’identité et la modernité. Charles. la décence pompeuse (Paul Whiteman) et la sensualité débridée (Joséphine Baker). les rapports qu’elles entretiennent. Dans les années vingt et trente. dans les controverses du monde de la musique qui se pense « sérieuse ». ¹¹ De fait. jouera un rôle insigne dans l’enracinement du jazz en France) et musiciens (Arthur Honegger avec sa rutilante Pacific 231 et Darius Milhaud que la vue des machines agricoles rend lyrique au point d’inspirer un ballet ¹¹). modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 13 livrent artistes (Raoul Dufy et sa Fée électricité. sur les manières de parler du jazz. Fernand Léger. l’individualisme et la communauté.editionsparentheses. des années vingt aux années cinquante (après également. dans leur diversité et leurs contradictions. dont le fils. dans les usages qui sont faits du terme et dans les projections dont il est le prétexte.com       / Constant Martin. En outre. une fois tracée à larges traits l’histoire de son implantation et de ses bourgeonnements en France [première partie].

in Jules-Rosette. André Schaeffner qui bricolent. croisent la route du jazz. Roueff — La France du jazz. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 14 Anthropologie et exotisme La France menacée. on va en effet passer d’une ethnologie qui vise à la classification des races humaines. parce qu’un certain nombre de ceux qui ont été mentionnés furent des acteurs de la première vie du jazz en France : André Schaeffner ¹⁶. la force de la patrie résidait en partie non négligeable. 20-42. D’une part. comment construire le rapport à cet Autre qui n’est plus si lointain ? Deux voies s’ouvrent qui. pp. entend considérer des phénomènes sociaux totaux et s’intéresse à la culture en y cherchant des fenêtres ouvrant sur des fusions et des hybridations. p.. dans la perspective proposée par Marcel Mauss. c’est une nouveauté en France. 81. loin des obsessions de pureté ou de hiérarchie des races. Michel Leiris ¹⁷ et Georges-Henri Rivière ¹₈. Michel Leiris. C’est celle que suit. Urbana. Marcel Griaule. une anthropologie de terrain menée par des spécialistes professionnels (et non plus des administrateurs. René. André Gide qui rapporte de son Voyage au Congo (1927). Comment accommoder cette dépendance. Elle nous intéresse de deux points de vue.. ses sauveurs. quelques-uns resteront sur le sol redevenu hexagonal après 1918. University of Illinois Press. surtout. ¹⁴ Ibid. des missionnaires ou des militaires dont les carnets nourrissaient les universitaires) ¹⁵. The African Writers Landscape. 113-114. La première est celle de la connaissance et de la prise de conscience. par exemple. pour sa défense comme pour son économie. la France envahie se voit défendue par 800 000 soldats venus des colonies . en 1937. À ceux-ci. . toutes deux. à son Retour du Tchad (1928). Musique. pp. Bennetta. 1998. op. Cette route de l’anthropologie ne nous éloigne pas tant du jazz qu’on pourrait le croire. « L’opinion commençait à prendre conscience de la plus grande France et à découvrir que l’existence d’un vaste Empire — le deuxième du monde par l’étendue — était un élément de sa grandeur et de sa puissance ¹³. Paul Rivet et Georges-Henri Rivière repensent l’étude des Autres en même temps qu’ils réorganisent le musée d’Ethnographie du Trocadéro pour en faire. Black Paris. Dans les années vingt et trente. L’Exposition coloniale de 1931 le confirme avec magnificence et entraîne un infléchissement des mentalités ¹⁴. C’est. celle qu’empruntent les réformateurs de l’anthropologie française. beaucoup mourront au champ de ses honneurs . des descriptions peu conformes à l’idéal colonial. » Les fils de France. ¹⁵ Cette réforme de l’anthropologie française est retracée dans le détail par Bennetta Jules-Rosette in « An Uneasy Collaboration : The Dialogue Between French Anthropology and Black Paris ». étaient divers . il convient bien entendu d’ajouter les protagonistes de l’expédition Dakar-Djibouti. en ces hommes et ces femmes venus d’ailleurs. un musée de l’Homme.editionsparentheses. cit. Et parce qu’elle rencontre plus d’une fois ¹³ Rémond. celle de Pierre-Paul Broca et de Armand de Quatrefages de Bréau (fondateur du musée établi au Palais du Trocadéro).com       / Constant Martin.www. à une ethnologie qui.

²² Rose. Georges. Malson. C’est effectivement ce qui se passe dans les années vingt et trente : l’Afrique. 35-40. pp. Denis-Constant. Paris. pp. Lucien. « On s’inspirait. op. c’est encore de le rêver : de le reconstruire de manière à ce qu’il occupe une place confortante. Marabout. Jazz Magazine. « Schaeffner. Cœuroy. les colonies et les mondes lointains (mais l’Afrique surtout). Parenthèses. pour qui il a écrit une chanson. Marseille. 1997. voir aussi Jazz Magazine. n° 325. Il y a eu les « Arts nègres » . Cœuroy. 1983. la fascination. élevé en France. Anthologie négro-africaine. Le jazz. reproduits in Jules-Rosette.editionsparentheses. Michael. afin que puissent subsister l’attrait. janvier 1984. Vintage Books. inspiré par un ¹⁶ Hess. 305-307. 1989. 1988. Musique. Josephine Baker In Her Time. André. la Revue Nègre et Joséphine Baker. L’exotisme-spectacle tenait lieu de preuve de reconnaissance. « Georges-Henri Rivière : “Un mariage d’amour” ». Bennetta. 34-36. 135. cit.. et les ressources nécessaires à leur ambition. n° 2. Jazz Magazine. Le meilleur moyen de dédramatiser l’Autre. 48-50. postface à Schaeffner.. de Batouala. comme la colonie-spectacle de l’Expo tenait lieu de fierté impériale ¹⁹. au retour de la mission Dakar-Djibouti. et. 3-45. Georges-Henri Rivière est un ami de Joséphine Baker. Michael. ¹₈ Haggerty. pp. pp. Edgar Manning. janvier 1984. 153-160 [également in Des musiques de jazz. celle de l’exotisme. 49. Phyllis. pp. tout en n’établissant pas une étrangéité radicale. pp. 1988. la publication. 161-168 . la littérature de 1918 à 1981. à ce qu’il soit un objet désirable pour celui qui rêve. janvier 1984. Et Le Nègre de Philippe Soupault ²³ dont le personnage principal condense tous les traits des fantasmes que révèlent les discours sur le jazz-band et le jazz. Philippe. n° 325.. ²⁰ Clichés de la photothèque du Musée de l’Homme. Martin. André. André. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 15 la seconde route. Son héros.www. l’Anthologie nègre de Blaise Cendrars (1921) . qui se découvre écrivain au contact de l’Afrique et obtient en 1921 le prix Goncourt ²¹ . Jean-Michel Place.. véritable roman nègre. Fantasmer l’Autre implique de le vêtir d’une altérité qui marque une différence. 85. 28. p. 31 et 32 . présent à l’instant. ²¹ Kesteloot. Plus largement. dû à René Maran. André. ibid. cit. ¹⁹ Balandier. pp. la France remodèle le « Nègre ». « Schaeffner 1926 : un premier livre sur le jazz et ses racines africaines » postface à Schaeffner. Le Nègre [1927]. écrit Georges Balandier dans ses mémoires. la même année. Mais il ne prend dans ce que l’on sait de l’autre que ce dont il a besoin pour ce faire. 1981. deviennent l’objet de modes exotiques élargies par l’essor des moyens techniques de diffusion de masse. Jazz Cleopatra. n° 325. Roueff — La France du jazz. l’étoile de la Revue Nègre pose devant une vitrine d’objets rapportés d’Afrique ²⁰. ²³ Soupault. . « Compte rendu de Le jazz de André Schaeffner et André Cœuroy ». p. New York. On l’inscrivait dans une théâtralisation afin de pouvoir y prendre part aussi. pp. op. de sa façon d’être présent dans la vie. L’exotisme est foncièrement ambivalent : il équilibre la peur et le désir. « Michel Leiris : l’Autre qui apparaît chez vous ». Gallimard. pp. le jazz et l’Afrique ». bien entendu ²². est batteur. Cahiers d’études africaines. Verviers. Lilyan.com       / Constant Martin. 35-41] . Paris. ¹⁷ Haggerty. » Les rénovateurs du musée d’Ethnographie ont décidé d’en tirer parti pour obtenir les faveurs du public. Jacques B. de l’expressivité de l’autre. de lui ôter tout caractère menaçant. né en Martinique de parents guyanais.

pp. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 16 musicien jouant dans un « Syncopated Orchestra ²⁴ ». finalement. est affirmée et réaffirmée pour marquer la différence avec le Blanc. . Georges. peut-être les Syncopated Six de Gordon Stretton . contradictoires. 56-57 . bookmaker. Paris. ce qu’ils font. Les discours sur le jazz. la fin des Blancs n’est pas venue… Entre le jazz « adopté comme un “étendard orgiaque” ²⁵ ». Gallimard [1939]. op. toutefois — les passions et les actions qu’il entraîne chez les Français — y apporte des arguments originaux car particulièrement complexes. n° 325. Nevers. « Gordon Stretton : “Tu verras Montmartre” ». n° 325. sectateur du fordisme à l’ombre des « immenses cheminées qui font croire à de grandes colonnes d’un temple détruit » (p. 161). la particularité du Noir. celle-ci aurait joué dans le groupe de Gordon Stretton et aurait été la femme de Frank Withers. L’intérêt pour le jazz considère un Autre dont l’autonomie ne peut être refusée et qui a la possibilité d’échapper au théâtre où il est placé. il finit par aller à l’Afrique.editionsparentheses. ²⁴ Peut-être celui de Louis Mitchell. « Philippe Soupault : “Mily jouait du trombone” ». l’Européen. de littératures — et l’anthropologie. ou en chauffeur de machine navale. ce continent « qui lui est encore inconnu et que seul son sang appelle » (p.www. Le jazz et les discours sur le jazz ne sont par conséquent jamais totalement coupés de la réalité des musiciens afro-américains. Daniel. ²⁵ Balandier. il est libre « parce qu’il n’a pas voulu accepter les “menottes forgées par l’esprit” » (p. tromboniste chez Louis Mitchell qui fréquentait également le Tempo Club. fort mais il est libre parce qu’il plonge en permanence dans le présent et ignore les adieux. se noue un dialogue où la capacité de la société française à se moderniser. maquereau. il est cruel. Haggerty. Roueff — La France du jazz. Noir (« nègre d’origine inconnue »). Michael. Ces musiciens ne cessent pas d’exister en dehors des amateurs de France et ceux-ci ont besoin de savoir qui sont ces artistes afro-américains. 121) et il sait rire de tout. d’arts. Musique. janvier 1984. À l’occasion. l’insatisfaction qui sourd de l’incapacité à se perdre vraiment. Philippe Soupault associe en effet à ses souvenirs du Tempo Club une tromboniste nommée Mily . l’exotisme — de scènes. est peint de lui. Une inéluctable présence Le jazz. Le Nègre brode en une langue extraordinaire les espoirs impossibles de la régénération par l’Autre. D’un côté. d’imposer les couleurs du portrait qui. Jazz Magazine. ce qu’ils deviennent. du musicien noir. Il participe de l’exotisme mais il lui est impossible de se contenter de fantasmer les acteurs de la musique dont il est question. Après avoir tué Europe en lui faisant un amour vénal.. « Folio ». 120). assassin. d’expositions. L’Europe ne renaît pas. 135. Edgar Manning se mue en ouvrier. L’expression est de Michel Leiris (L’âge d’homme. pp. 55). de l’extérieur. p. Annoncé comme un « réquisitoire contre la civilisation européenne ». de leurs pratiques musicales et sociales. les controverses qu’ils suscitent doivent en tenir compte.com       / Constant Martin. 58-59. trafiquant de drogue. p. Jazz Magazine. janvier 1984. à se renouveler en demeurant elle-même (quel que soit le sens qu’on puisse donner à une telle vaguerie) est en débat. les révolutions échouent et. cit.

modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 17 C’est encore André Hodeir. le jazz pose une scène où le discours sur le Noir — ou le Nègre. 1971.editionsparentheses. Alix Combelle joue avec une puissance. à la créativité de plusieurs générations de musiciens français. les couleurs qu’il donnera à la chanson. nos préjugés ²⁶. 83). 21. d’un autre climat. Les époques. à défaut de l’annihiler. donc ses musiques. » (Panassié. de là-bas. Il a une belle sonorité volumineuse. sans grande variété stylistique. dans le plus grand respect des créateurs afro-américains mais en vue d’affirmer leur personnalité. Dictionnaire du jazz. les genres que commencent à repérer amateurs et critiques ne sont. Gautier. par exemple. Elle heurte de face. bouillonnant. le différent sera stigmatisé de multiples manières. nos conceptions. ²⁷ Hugues Panassié et Madeleine Gautier présentaient. Le jazz. p. qu’il est gratifiant et enrichissant de parcourir. Harmoniques. le saxophoniste Alix Combelle en ces termes : « Musicien au tempérament fougueux. » Mais l’Autre que désigne cette différence est séduisant. Durant l’entre-deux-guerres. Ses créations. Paris.com       / Constant Martin. Albin Michel. Ceux-ci en maîtrisent le langage et perfectionnent leur pratique de cette musique qui est alors perçue comme une. ²⁶ Hodeir. 1945. En ces époques marquées par l’exclusion absolue. De cette ambivalence découlent les places que prendra le jazz dans la société française : son implantation progressive. un swing exceptionnels. de s’assimiler « l’esprit musical des Noirs ²⁷ ». nos routines. plus encore. Musique. musicien lui-même. beaucoup d’invention et s’est remarquablement assimilé l’esprit musical des Noirs. le champ qu’il offrira à partir des années cinquante et. la vogue fantastique qu’il connaîtra durant l’Occupation. André. jusqu’aux ratonnades et aux meurtres d’Algériens dans les années cinquante et soixante.www. ils sont capables. elle ne peut prétendre s’imposer d’emblée aux hommes plus ou moins embourgeoisés que nous sommes. résidents ou de passage. Roueff — La France du jazz. comme l’écrivait fréquemment Hugues Panassié. et trop violemment. dans un petit volume d’initiation tranchant sur les écrits plus spécialisés proposés avant la Seconde Guerre mondiale : « Cette musique n’est pas notre musique. qui avait proclamé en 1945. Ceux-ci s’empareront de l’improvisation. elle souffle qu’on peut la combler. disséminent le jazz qu’adoptent des musiciens français. il ne sera plus question « d’esprit noir » à assimiler mais d’expériences individuelles et sociales que des procédés techniques et des formes esthétiques permettent d’exprimer que l’on soit d’ici. Les Blancs. sont source d’un plaisir nouveau. D’autant moins que cette différence ne signifie pas une étrangéité radicale : au contraire. des années soixante à l’originalité. Alors. p. les Européens qui se mettent à l’écoute parviennent à acquérir « l’esprit du jazz » noir. ou d’ailleurs. comme on disait le plus souvent — ne remet pas en cause son altérité mais construit cette distance comme un espace culturel que l’on peut saisir. fort . Paris. Madeleine. Hugues. en ces temps où à plusieurs reprises l’étranger. d’elles coulent des énergies dont on ne saurait se priver. Issue d’une autre race. des musiciens américains. la « solution finale » conçue pour détruire un groupe humain. cet inconnu. par l’apprentissage. analyste et commentateur. .

cet inconnu.editionsparentheses. est à l’image de l’homme noir : simple. des incompatibilités d’humeur sont-elles responsables des ruptures qui se produisent dans le petit monde du jazz français. les conflits qui surgissent à la Libération lorsque cette unicité du jazz s’évanouit. dont les positions ont considérablement évolué. naïf. une sensibilité. Il a fallu « objectiver le jazz ». p. Harmoniques. Sans doute des questions de pouvoir. presque en même temps que le modernisme du bebop. donc la spontanéité. Mais l’exception française. de part en part » À une image du Noir correspondait une musique précisément définie. écrivait André Hodeir en 1945 avant que le bebop ne soit révélé à la France. sensuel. les polémiques et les exclusions auxquelles elle donne lieu ne peuvent se comprendre que si elles sont replacées sur l’arrière-plan de ce rapport à l’Autre noué de manière ambivalente à travers un art d’abord saisi comme homogène. pour faire plus français).com       / Constant Martin. une culture. une musique qui se peut jouer en grand orchestre utilisant des arrangements écrits ou en petits groupes moins formels. une esthétique. pas vraiment distingués. et se révélant tout à coup d’une profondeur insoupçonnée ²₈. 17.www. « Des hommes. Dès lors que cette musique. Benny Carter. restait pour l’essentiel ce que nous appellerions aujourd’hui le « swing » : une musique construite sur une battue régulière où les temps forts sont inversés par rapport à l’accentuation européenne classique. André. Duke Ellington. Coleman Hawkins. parfois comique. mais où l’improvisation. » À la Libération. . Ces citations d’André Hodeir ne doivent en aucun cas être lue comme des attaques contre leur auteur. Paris. pleinement hommes. Les polyphonies néo-orléanaises seront (re)découvertes plus tard. où les cheminements harmoniques suivent l’ordre canonique tonique / sous-dominante / dominante en se colorant de « notes bleues » (abaissement d’un demi-ton de la tierce et de la septième. l’acuité que prend la question de savoir si le bebop est du jazz ou non. la redécouverte et la réinvention du style « Nouvelle-Orléans » n’introduisent pas de fissure profonde dans cette image ²₈ Hodeir. elle démontrait que le « Noir » n’était pas conforme au stéréotype à partir duquel le jazz était compris. D’abord il a fallu séparer le « vrai » jazz de ses imitations édulcorées : le « hot » du « straight » (ou « strette » parfois. D’où les oppositions. dynamique. ses écrits ultérieurs en témoignent. Elles sont utilisées ici parce qu’elles expriment clairement des idées très largement répandues au moment où les textes d’où elles sont tirées ont été rédigés et donnent une bonne idée des débats qui se déroulaient alors. Ceci réalisé. occupe une part prépondérante. et aimé : « Le jazz. plus rarement à cette époque de la quinte) et où les accords de base ne sont encore ni très étendus. toujours plein de la sensibilité la plus fervente. ni très compliqués . sous l’impulsion d’artistes afro-américains. se diversifiait. Musique. d’intérêt matériel. Le jazz. Les maîtres indiscutés en sont : Louis Armstrong. 1945. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 18 en général. Roueff — La France du jazz.

pp. ³¹ Balandier. 241. Présence africaine. ³⁰ Balandier. » Il importait. « Le noir est un homme ».www. en revanche. novembre-décembre 1947. Monsieur Jazz. dans cette perspective. Hugues. Louis Armstrong indiquant qu’il n’y a pas. sont divers. 112. Conjugaisons. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 19 car il est possible d’en faire un premier stade du jazz qui deviendra « swing ». 6-7. janvier 1949. en substance. entretiens avec Pierre Casalta. eux. et que. Stock.com       / Constant Martin. avec Charles Delaunay.editionsparentheses. ou pas seulement le Noir qu’on croyait. ³² Malson. Paris.. 1975. sont ouverts au monde et à ses influences. sont en recherche. « Le Noir est un homme ». ses joies et ses désirs. Hugues. complétant un premier essai de 1949 ³². pp. de tirer « les arts nègres de la perspective exotico-esthétisante où ils étaient placés […] il fallait les réunir sur la scène où ils retrouvaient leur fonction subversive ³¹. Lucien Malson. de l’autre ceux qui. constituent un tournant ²⁹ Panassié. n° 1. « Le mal blanc ». Il est. D’où la rupture : d’un côté ceux qui. Le choc provoqué par le bebop. pp. elle était une provocation bousculant l’inertie confortable en laquelle installe la supériorité postulée imposant à l’autre une infériorité de nature et donc sans recours. op. Paris. Musique. . qui se conforme à leurs « goûts désastreux ²⁹ » . continue-t-il. 146-148). » C’est. donc le Noir n’est pas un. « Musique et couleur de peau ». Hugues. les artistes qui l’ont élaboré sont d’authentiques créateurs qui. conservée . est bien sûr d’abord musical : comment peut-on jouer ainsi ? se demandent bon nombre de ceux qui entendent les premiers disques rapportés des États-Unis. La proclamation de l’évidence. et des contradictions qui les sous-tendaient. n° 1. ses drames. p. Cinq mois à New York. risque de contamination des Noirs par les Blancs… (Panassié. L’image du « Nègre » stéréotypique se brise pour faire place à celle de l’Homme aux prises avec sa condition. p. donc il n’est pas. On reconnaît enfin aux Noirs américains. piquant de constater que ce même numéro de Présence africaine contient un article où Hugues Panassié reprend quelquesuns de ses thèmes favoris : échec de l’effort de la « race blanche » vers le progrès provoquant la perte d’une joie de vivre que les Noirs dotés d’une vitalité plus grande ont. voir aussi Panassié. Georges. 131 . cit. contaminé par les Blancs. quelques pages qui. Il est également moral : le jazz n’est plus un. Georges. affirment que le bebop n’est pas du jazz et que ce Noir-là qui le joue n’est pas un vrai Noir mais un être dégénéré. 1947. Présence africaine. résonne comme un défi. n° 29. novembre-décembre 1947. la capacité de se doter des moyens musicaux pour exprimer les particularités de leur expérience de manière à en communiquer le sentiment à ceux qui ne la partagent pas. Jazz Hot. entre les deux. C’est en effet le titre que choisit Georges Balandier pour sa contribution au premier numéro de Présence africaine ³⁰ : « La fausse tautologie de l’affirmation reste révélatrice. comme tous les êtres humains de toutes les cultures. avec Hugues Panassié. solution de continuité. qu’il en est un développement normal et fructueux. considèrent que le bebop est partie intégrante du jazz. p. Boris Vian et de nombreux musiciens. Roueff — La France du jazz. André Hodeir. Lucien. Corrêa. ce que Lucien Malson explique avec passion et rigueur dans un article publié en feuilleton par Jazz Hot. donc aux Noirs en général. 31-36. par conséquent. Il faut sans doute y voir une illustration des débats de cette époque.

Mitchell Jazz Kings dans la revue Ouf au Casino de Paris. 1919 Ouverture du Gaya. au théâtre Caumartin. Direct from the Fighting Fronts in France » donnent un concert au Jardin des Tuileries. Début des années vingt Original Orpheum Jazz Band dirigé par Léon Vauchant avec Roger Fisbach (as. Dansez-vous le fox-trot ? à l’Olympia. 19 octobre . Ray Allan (dm). avec Gaby Deslys. 25 août : « Lieut. Mitchell et les Seven Spades jouent à l’Olympia. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Chronologie Débuts du XXe siècle Mode du cake-walk dans les music halls parisiens. 1900 Concerts à Paris de John Philip Sousa. . Musique. Mitchell. sous la direction de Jean Wiener. 12 février au 29 mars : tournée en France des Jim Europe’s Hellfighters qui visitent 25 villes.com       / Constant Martin. rue Duphot. 1918 25 janvier : Louis A. Jackson enregistre à Paris. Colo Bonnet (p). cl). 4 juillet : débuts des Louis A. 29 octobre : débuts du Seth Week’s Jazz Band. Tout derniers jours de 1917 : arrivée en France des Hellfighters (369 régiment d’infanterie) de James Reese Europe. « Les vrais jazz bands de New York ». Roueff — La France du jazz. Harry Pilcer et le Sherbo American Band de Murray Pilcer . se jouera jusqu’au 10 mars 1918.editionsparentheses. Maurice Chevalier chante Sur un air américain au Casino de Paris et Georgel. L’orchestre d’Émile Christian joue au Zelli’s. 1915 Julien Porret est engagé comme cornet solo dans le French Army Band pour aller jouer à l’Exposition de San Francisco.www. 10 décembre : première représentation de Laisse-les tomber au Casino de Paris. 1902 Octobre : « Les Joyeux Nègres » au Nouveau cirque.14 avril 1919 : Les Mitchell’s Jazz Kings participent à la revue Pa-ri-ki-ri au Casino de Paris. Jim Europe (himself) and his famous 369th US Infantry Jazz Band. 1917 6 décembre : débuts à l’Alhambra des Seven Spades du batteur Louis A. 5 novembre : débuts au théâtre de l’Apollo du premier « jazz » français : The Star’s Zazz [sic] Band du batteur Marius Brun. Avril : l’orchestre du pianiste Howard F.

juillet) et un recueil de poèmes intitulé Jazz Band. 1922 Le Fred Mélé’s Syncopators Orchestra joue au Casino de Paris. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 146 Orchestre de Lucien Moraveck (p) avec Harry Parsons (s). Les Guadeloupéens Abel Beauregard (tp) et Jean Degrace (tb) jouent à Paris dans l’orchestre du trompettiste américain Edgard E. 14 février-18 avril : l’orchestre de Benny Payton. Le batteur de l’orchestre de Billy Arnold. 25 novembre : Le Titcomb’s. Ouverture du Bal Colonial. auxquelles participent Léo Vauchant et André Ekyan. 2 octobre 1925 : générale de Une Revue Nègre. 28. avec Sidney Bechet. Le batteur martiniquais Florius Notte joue au Régina avec Arthur Briggs. Édouard Margouliès forme les Merry Makers. musique de Spencer Williams. rue Notre-Dame-de-Lorette. 1925 Les Fisk Jubilee Singers se produisent à Gaveau. Jean Lévy. 8 janvier : Billy Arnold et son orchestre inaugurent la salle de music-hall du Théâtre des Champs-Élysées. Roueff — La France du jazz. malade. 8 mai-1 juillet : « Enquête sur le jazz-band » lancée par André Schaeffner et André Cœuroy dans Paris Midi. se produit au théâtre Apollo de Paris sous le nom de Jazz Band supérieur de l’Hôtel Majestic de New York. 1924 Entrée de « jazz-band » dans les dictionnaires Larousse et Larousse universel. Les Syncopated Six de Gordon Stretton enregistrent six faces pour Pathé. au Théâtre des Champs-Élysées. avec l’orchestre de Claude Hopkins (comprenant Sidney Bechet) et Joséphine Baker.editionsparentheses. . 1923 Arrivée en France de Frank Guarente et de ses Georgians. mise en scène de Louis Douglas. 10 janvier : inauguration du Bœuf sur le Toit. joue à l’Apollo de Montmartre. est remplacé par Ray Ventura. le Billy Arnold’s Jazz Band. 6 décembre : « concert-salade » organisé par Jean Wiener à la Salle des Agriculteurs avec. 1920 Ouverture d’une rubrique « Jazz Band » dans le catalogue des disques Pathé. entre autres. renommé le Collegiate 5. Billy Trittle. 25 novembre : On dit ça au Casino de Paris avec le Fred Mélé’s Syncopators Orchestra et les Jazz Kings Crickets. Jam sessions au Capitol. rue Boissy d’Anglas. qui se jouera jusqu’au 19 novembre. crée son orchestre avec Alex Renard (tp). puis Léo Vauchant (tb) à l’Hôtel Royal de Vichy. Musique. jouent au Moulin Rouge et au Zelli’s.com       / Constant Martin. 1921 Février : l’orchestre Laurent Halet enregistre pour Pathé C’est du jazz band… partout.www. Le Southern Syncopated Orchestra. avec Sidney Bechet. Thompson. Débuts au Lycée Janson de Sailly du Titcomb’s Orchestra avec Jean Lévy (p) et Édouard Stanton Foy (dm) . 1 avril : parution de « L’influence du jazz-band » de Marion Bauer dans la Revue musicale. joue au bal des Catherinettes de la Maison de couture des sœurs Bouée. rue Blomet. Leo Poll (p) et Pierre Caillon (dm). Robert Goffin publie un article consacré au jazz dans la revue Disque vert (n° 3.

Armand Colin. . Éditions Chaka. n° 445-446. Présence africaine. New York. 1996 (Repères). Éric. 31-36. la littérature de 1918 à 1981. Estoile.www. 1987. Howard Saul. 1998. Les mondes de l’art. L’africanisme en questions. Michel. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 153 Bibliographie Généralités d’Almeida-Topor. Benoît (de l’). Paris. pp. 99-112. automne 1995. Paris. identités et politique. « Fearful symetry : culturalism and cultural comparison after Tocqueville ».com       / Constant Martin. pp. 1997. Sauguet. Fabre. François Maspéro. pp. Idéologies des indépendances africaines. la violence maîtrisée. Philippe. Butcher. Flammarion. Henri. n° 1. Paris. Musique. Jules-Rosette. Paris. 1971. novembre-décembre 1947. Jules-Rosette. La Découverte. Études de sociologie de la déviance. Bennetta. Fayard. « Émile Durkheim : le social. 1994. Urbana. 1985. Georges. Martin. « Le Noir est un homme ». Margaret Just. Balandier. Paris.editionsparentheses. novembre 1993. Howard Saul. Georges. 1985. 1993. L’Harmattan. Éric. Paris. The Negro in American Culture. Conjugaisons. Chamboredon. pp. French Historical Studies. Lilyan. le Livre de poche. Becker. Bénot. Emmanuelle (sous la direction de). Anne. La rive noire : de Harlem à la Seine. Paris. Becker. Fassin. 1988. Georges. The African Writers Landscape. Paris. Métaillié. Paris. Elias. Marabout. Méridiens-Klincksieck. Artcurial. Mentor. 451-660. Esprit. University of Illinois Press. 1998. 1986. juin-juillet 1984. Sibeud. 1972. Fassin. n° 17). 1989. Éric. n° 2. Dunning. 1981 (Catalogue de l’exposition du Centre d’art plastique contemporain). Esquisse de comparaison franco-britannique ». 19. Bernier. Lieu commun. Roueff — La France du jazz. Jean-Claude. objet de science. Au temps du Bœuf sur le Toit (1918-1928). in Piriou. Kesteloot. Paris. Collomb. Gregory. Paris. « Dans des genres différents : le féminisme au miroir transatlantique ». Balandier. Les mouvements nègres en France (1919-1939). Black Paris. 1981. Sport et civilisation. Paris. Cuche. Paris. Paris. Dewitte. Norbert. L’Afrique au xx siècle. n° 196. « “Africanisme” & “africanism”. du moral au politique ? ». La cérémonie du naven : les problèmes posés par la description sous trois rapports d’une tribu de Nouvelle Guinée [1936]. Bennetta. Michel. La littérature Art-Déco. Verviers. 461-531. La notion de culture dans les sciences sociales. Les députés africains au Palais Bourbon de 1914 à 1958. Anthologie négro-africaine. Bénot. Yves. Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences sociales / Centre d’Études africaines. Bateson. Cultures populaires. Paris. 1985. 1997 (Les cahiers du ceri. ceri. Denys. Critique. Yves. Hélène. Fayard. Denis-Constant.

Sartre. La trame de la négociation.www. Jazz Hot. Hanover. Strauss. École des hautes études en sciences sociales. société et politique en Jamaïque. pp. 1975. 1922. mars 1985. Prévost. Gallimard. David. Jeux d’échelles. Morand. pp. pp. Jean-Paul. 1946. Denis [pseud. Cheyronnaud. Paris. pp. Paris. Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française. James V. Albin Michel. 13-15. Marcel. Notre siècle. n° 309. Denis-Constant Martin]. Paris.). Boris. Pedler. « Les Minstrels (IV) ». Canetti. 1991. Soupault. Paris. 1982. McNamara. Le temps donné aux tableaux. Michel. « Présence noire ». septembre 1953. 1992. n° 1. « Jean Wiener. Le Blanc et le Noir : essai de description de la vision du Noir par le Blanc dans la littérature de l’entre-deux-guerres. Éditions universitaires. On cherche jeune homme aimant la musique.. « Du Cake-Walk au Ragtime. Brard. 27. cercom. 48-49. Averty. 1996. Ethnologie française. Jean-Christophe. Paris. Brooks (eds. Cocteau. Roueff — La France du jazz. 1978. René. Le Nègre [1927]. avec Jean-François Sirinelli. pp. livret du coffret de deux disques From Cake-Walk To Ragtime. Je voulais en savoir davantage. Paul. n° 80. Inside the Minstrel Mask. Baro. Jazz Magazine. Présence africaine. Aux sources du reggae.-G. Gallimard/Le Seuil. Ada. Paris. Frank. Jacques. Musique. Vian. Marseille. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 154 Leiris.editionsparentheses. Anselm. Grasset. novembre-décembre 1947. Olivier. Jazz Hot. Paris. A. Frémeaux et Associés. pp. Musiques Averty. Calmann-Lévy. de 1918 à 1991. 1996. 1997. Marseille. Jean-Christophe. Constant. Wesleyan University Press. Annemarie. multig. 1922. Les Don Juanes. 1997. notes autour de la musique [1918]. Paris. 1898-1916. Paris. 1997. Noames. Magie noire [1928]. « Orphée noir ». 1993. Jean-Paul. Ténot. Présence africaine. Paris. Paris. L’âge d’homme [1939]. Denis-Constant Martin]. préface de Georges Auric. Revel.com       / Constant Martin. Olivier. 1898-1916 ». Flammarion. L’Harmattan. Jazz Hot. Flammarion. 1968. Jean. 382-393. Victor. Paris. décembre 1953. musique. Nizet. pp. 1964. Panassié. Hatch. pp. Paris. Passeron. Vincennes. Paris. Jacques. Emmanuel. Stock. 12-16. 28-29. Presses universitaires de France. 64. Philippe. novembre-décembre 1947. 1948. pp. Gallimard. Jacques (sous la direction de). n° 3. juillet-août 1982. Denis [pseud. 1997 (mémoire de dea). Rémond. 17-18. in Léopold Sédar Senghor (sous la direction de). 1995 (Références n° 2941). 86 ans d’avant-garde ». . Constant. Martinkus-Zemp. la micro-analyse à l’expérience. Jean-Claude. Roueff. 1995. Margueritte. Vercoquin et le plancton. Bean. Claude. ix-xliv. Sartre. 146-148. Troubles chez les mondains. n° 83. n° 1. 1997 (fa 067). « Le piano lunaire de Jean Wiener ». « Les Minstrels (fin) ». Le Coq et l’Arlequin. danses et séductions dans quelques romans des années vingt. Readings in Nineteenth Century Blackface Minstrelsy. Parenthèses. « Le mal blanc ». La Garçonne. Le livre de poche. « Ethnologie et musique : l’objet en question ». Boris Vian. n° 419. Paris. Paris. 223-241. Hugues. Gallimard.

New York. 1988. Pascal. François Bourin. syncrétisme. 1996. Eileen. Vincennes. W. Jacques-Charles.com       / Constant Martin. 1956. « Au temps du Front populaire ». automne 1980. La biguine de l’Oncle Ben’s. Jean-Pierre. Oxford University Press. Raising Cain. W. Martin. le créateur de la biguine à Paris. « André Schaeffner (1895-1980) ». Presses de l’Université de Rennes. Jean-Claude. Meunier. Filipacchi. 1989. n° 1. n° 1. 1993 (cassette vidéo PKF 826 904. Ethnologie française. en France et aux États-Unis. 1998. Jacqueline. 17-30. « Que me chantez-vous là ? Une sociologie des musiques populaires est-elle possible ? » in Darré. Belin-Beliet (33). Meunier. Joséphine Baker In Her Time. pp. créole swing. Paris. Denis-Constant. 39-53. Notes sans musique.www. livret du coffret de deux disques Biguine. Jazz Cleopatra. 1996 (fa 049). 1993. pp. Mabru. 1990. Rémy. livret du disque Pierre Louiss. Southern. Lothaire. Harvard University Press.W. 2 (1930-1943). Le roman du music hall. Phyllis. Milhaud. La Sept Vidéo. Centre Lapios. en Grande-Bretagne. Ernest Léardée raconte. revue du musée de l’Homme. Paris. 1919-1939. 1994 (fa 023). Jacques. Julliard. Eileen.. Musique. Éditions Caribéennes. valse et mazurka créoles (1929-1940). 1995 (fa 042). Alain (sous la direction de). Nevers. Blackface Performance From Jim Crow To Hip Hop..editionsparentheses. Vincennes. Jean-Claude. Jean-Pierre. livret du disque Le Front populaire. Toll. Vincennes. Meunier. Rose. 1993 (fa 007). Cambridge. valse et mazurka créoles. Éditions Jeheber. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 155 Gerbod. avril 1985. « Biguine ». intégrale chronologique 1929-1931. Hélian. Jean-Pierre. Vintage Books. 1993. Musique et politique. Les grands orchestres de music-hall en France (souvenirs et témoignages). 1976. Métaillié. Brigitte. L’Harmattan. de ses origines à nos jours. métissage : la revue à grand spectacle des Années Folles ». Histoire de la musique noire américaine [1970] (traduit de l’américain par Claude Yelnick). 1997. Antoine. 363-377. Paris. 20. Frémeaux et Associés. 131-136. « De Saint-Pierre à Paris ». Vincennes. Frémeaux et Associés. Vincennes. Jazz et biguine. les répertoires de l’identité. Jean-Pierre. Léardée. « Intégrale Mireille ». livret du coffret de deux disques Biguine. Frémeaux et Associés. pp. Paris. Buchet-Chastel. Jean-Pierre. « L’institution orphéonique en France du xix au xx siècle ». Jamin. Norton. « Stellio ». musiques… Pratiques musicales en milieu rural (xix-xx siècle). Musique. Cent ans de music-hall : histoire générale du music-hall. distribution Pickwick). Paris. pp. les musiques noires du nouveau monde. l’exemple des Landes de Gascogne. The Music of Black Americans. . Klein. La passion musicale. Blacking Up. 1995 (fa 043). Londres. Rosemain. Paris. vol. Meunier. Southern. « Swings : la Revue Nègre ». livret du coffret de deux disques Stellio. 1974. revue d’étude des musiques populaires. Pierre. Klein. Daniel. A History. sociologie de la médiation. Paris. « Emprunt. Jean. Paul. 1949. Genève-Paris. Hennion. Paris 1934-1939. Rennes. Robert C. 1994 (fa 027). The Minstrel Show in Nineteenth-Century America. Vibrations. Éric. Frémeaux et Associés. Lhamon. « Biographie de Pierre Louiss ». Philippe. in Barrot. Vincennes. Meunier. pp. Ory. Jr.T. n° 3. 10. Roueff — La France du jazz. Olivier. 27-44. Paris. 1984. janvier-mars 1980. 1989. livret du coffret de deux disques Intégrale Mireille. Frémeaux et Associés. La création française. Frémeaux et Associés. New York. Entre deux guerres. Darius. Objets et mondes.

« Schaeffner. pp.L. Marseille. 1981. Maison du livre et des écrivains. in Djedje. Didier. 1998. Paris. 1952 (Que sais-je ? n° 548). Daniel. « Sur un orchestre nègre » [Revue romande. P. février 1954. Paris. n° 99. 32-33. Martin.. Meadows. Le jazz. Marseille. Sociologie de la musique. André. Sidney Bechet. pp. Bernard. pp. 18-19. Jazz Magazine. le jazz et l’Afrique ». Lucien. Albin Michel.). 1953. « Schaeffner 1926 : un premier livre sur le jazz et ses racines africaines » postface à Schaeffner. Parenthèses. André. Marseille. mai 1969. Paris. Allegro appassionato. 1983. (eds. Cœuroy. Comolli. Jazz Hot. in Fréchet. Berkeley. Belfond. Hodeir. Hodeir. Hommes et problèmes du jazz [1954]. California Soul. Michael B. musique et politique : les Fables of Faubus de Charles Mingus. Michel-Claude. Jazz et Littérature. Malson. 1932. swing. 1964. Jazz Hot. André. août-septembre 1997. cet inconnu. Philippe. Robert. « Prendre le P. pp. Gérard. Europe (Paris). André. Nevers. Musique. strette. Hess. Eddie S. 1997. n° 325. 1991. 1986. Béthune. Larousse. Lucien. Jean-Pierre. Bakan. Collier. Paris. hot. Parenthèses. Jean-Louis (sous la direction de). Jean-Christophe. Levallet. André. Parenthèses. Lucien. Paris. Philippe (sous la direction de). Fréchet. 1942. André. n° 5. 23-78. Christian. 1948. Wiener. Jalard. Paris. .L. 1991. « Way out West on Central. Liège.com       / Constant Martin. Les temps modernes. University of California Press. Histoire générale du jazz. Max. Jean-Michel Place. Robert Laffont.. 4-9 . modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 156 Weber. Jazz sur livres. Clergeat. Daubresse. 1978. Malson. Montpellier. Des musiques de jazz. Jazz Hot. André. Jacqueline Gogdell. 1919-1922 ». : Jazz-band et Petit Larousse ». 1996 (mémoire de fin d’études). Paris. novembre-décembre 1938. Dictionnaire du Jazz. Jacques B. Parenthèses. n° 28. Jazz in the African-American Community of Los Angeles before 1930 ». Le jazz est-il encore possible ?. Jazz en général Ansermet. Denis-Constant. « Le jazz et l’Occident ». « Claude Hopkins ». James Lincoln. 161-168. pp. Le jazz. Hodeir.editionsparentheses. pp. Lucien. 1988. « Le jazz ne meurt pas ». 1467-1476. Lucien. Malson. pp. pp. 5-14. Paris. Paris. Averty.O. multig. Presses universitaires de France. 1988. janvier 1984. Goffin. 83. Jean-Paul. bibliographie (1925-1995). Institut provincial d’enseignement de promotion sociale. les fondements rationnels et sociaux de la musique [1924] (introduction. Puissances du jazz.I. n° 311. décembre 1974. Ernest. Paris.www. 153-160. Éditions du Sagittaire. Le jazz. « Sidney Bechet. Introduction à la musique de jazz. postface à Schaeffner. Dresse. Jean.. Métaillié. Malson. Jean-Michel Place. L’Amérique de Mingus. Cœuroy. traduction et notes de Jean Molino et Emmanuel Pedler). 1994. Music Of African Americans In the West. Arcanes. pp. Le jazz et la musique négro-américaine. 15 octobre 1919]. André. Les cahiers du jazz. n° 820-821. Denoël. n° 10. 1981. tome II : du swing à nos jours [1978] (traduit de l’américain par Yvonne et Maurice Cullaz) Paris. André. 134-141. Legrand. 1998. Marseille. Cœuroy. 1945. Carles. Philippe. Harmoniques. Paris. n° 250. Aux frontières du jazz. préface de Charles Delaunay. 22-23. Levet. Paris. pp. Les maîtres du jazz. L’aventure du jazz. Malson. Roueff — La France du jazz.

Musique. Balen. Cédric.www. 1971. Christian. « Legrand jazz ». Paris. le crooner et le clown ». Jazz Magazine.com       / Constant Martin. n° 448. Stearns. n° 285. p. « Le jazz français après la Libération : Dixie contre Bop ». 11-12. 19-38. Mongan. Black Music Research Journal. printemps 1991. « Stéphane Grappelli. pp. « Quelques incunables drolatiques du jazz ». pp. 1988. 11. 305-307. Mezzrow. 22-34. mai 1951. « Compte rendu de Le jazz de André Schaeffner et André Cœuroy ». juillet-août 1972. pp. « Henri Salvador. Balen. l’énergie solaire ». novembre 1956. Paris. Dictionnaire du jazz [1954]. n° 448. 1988. Arnaud. Antonietto. Noël. Flammarion. Paris. « Jazz Hot a 50 ans. n° 396. Jazz Hot. Corrêa. juin 1994. pp. Albin Michel. Université de Pau et des pays de l’Adour. 1947. Hugues. Jazz Hot. Bernardot. Jazz Dance. 14-18. L’arrivée du jazz en France : son implantation et son développement dans les Pyrénées-Atlantiques (1920-1995). 1982. New York. janvier 1984. . 22-23. janvier 1988. Bellest. Gautier. octobre 1982. Les Presses modernes. Jazz Magazine. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 157 Martin. Paris. Panassié. multig. n° 394. 31. Paris. 24-25. Une sociologie du jazz. Noël. « Martial Solal. n° 419. Norman. Jazz Hot. Schwerke. 6-7. Gérald. Eric John Hobsbawm]. 29-66. préface de Henry Miller (traduit de l’américain par Madeleine Gautier et Marcel Duhamel). Jazz Magazine. 56-57 [reproduction d’un article paru dans le n° 22 de décembre 1956]. préface de Louis Armstrong. Cahiers d’études africaines 28. Madeleine. pp. pp. « Joseph Reinhardt. pp. « Mon ami Rostaing ». The Story of American Vernacular Dance. Panassié. pp. Jean. n° 438. Antonietto. Pau. Jazz Magazine. Newton. numéro spécial anniversaire ». Jazz Hot. « 50 ans de jazz gitan ». Alain. Kings Jazz And David : Twenty Studies On Music and Modern Musicians. 1994. n° 325. Jazz Hot. mars 1985. pp. le violon lunaire ».editionsparentheses. Jazz en France « On ne peut contenter tout le monde et son père !… Jazz Hot précise sa position ». le premier compagnon… ». La rage de vivre [1946]. Filipacchi. Billard. Patrick. n° 426. Averty. Antonietto. Jazz Hot. 20-21. 1995. Jazz Hot. octobre 1985. « Quand la France découvre le jazz ». 1986. Roueff — La France du jazz. janvier 1988. Paris. Hugues. Jean-Christophe. pp. n° 311. Paris. le jazzman. Histoire de la guitare dans le jazz. Denis-Constant. Stearns. André. Francis [pseud. 16-18. Da Capo. n° 2. n° 55. Jazz Hot. 1927 [bilingue]. « Vers un grand orchestre de jazz en France ? Jacques Hélian tente une grande expérience ». Denis-Constant. Irving. Le jazz hot. Cinq mois à New York. Jazz Magazine. Corrêa. n° 425. 1935-1985. « Roger Chaput. Panassié. 14-18. mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine. Milton. 1966. n° 448. « Filiation or innovation ? Some hypothesis to overcome the dilemma of Afro-American music’s origins ». le petit frère ». Jazz Hot. n° 1. Schaeffner. Paris. 1934. mai 1995. Williams. avril 1982. pp. Martin. pp. septembre 1990. pp. 21-23. n° 115. François. Buchet-Chastel/Le livre de poche. Marshall. Alain. Jean Michel Place. avec la collaboration d’André Cœuroy. Hugues. Le jazz [1926]. pp. Alain. novembre 1985.

août-septembre 1948. Daniel. « L’histoire du Hot-Club de France. Delaunay. France 3 / Canal + / p. pp. Jean-Pierre. Jazz Hot. Paris. 38-39. p. Bonjour. n° 451. p. Philippe. n° 29. Constant. n° 149. n° 315. 1 ». Charles. Encyclopédie du jazz. Carles. Xavier. p. Jazz Hot. n° 23. Maurice. 10-11. « L’Église primitive ». Jazz Hot. Jacques. 30. 4 ». 14. Éditions de l’Est. Jazz Hot. Delaunay. Delaunay. p. Jacques. « L’époque de la renaissance ». Cressant. Daubresse. Dave [pseud. mai 1948. Gérard Pochonnet]. pp. 16. n° 243. Alfons M. Charles. 25. 29. « L’histoire du Hot-Club de France. février 1948. Jarville-La-Malgrange. Cullaz. Daubresse. Gérard Pochonnet]. 1991. 9 ». octobre 1948. Jazz Hot. pp. « L’histoire du Hot-Club de France. 22-24. pp. Denis-Constant Martin]. 2000. n° 69. pp. n° 21. janvier 1949.www. . 14. Jazz Magazine. « Portrait du mois. n° 20. Delaunay. Le roman vrai du jazz en Lorraine : 1917-1991. Dauer.b.. n° 27. Jazz Hot. Outre-Mesure. Gérard. Éric Losfeld. décembre 1948. 1958. p. « Avant-propos » in Longstreet. Brocker. pp. Bureau. Paris. « L’histoire du Hot-Club de France. 28. Bureau. 40-43. Jazz Hot. Musique. 21-24. n° 19. n° 22. Nevers. mars 1985. Dave [pseud. p. Une histoire du jazz français. 12. François. pp. Delaunay.editionsparentheses. 1960-1975. pp. Charles. Albert Lirvat ». décembre 1967. Charles. Delaunay. 34-35. Charles. Jazz Hot. Jean-Louis. 13-14. 30-35. janvier 1984. 6 ». n° 419. novembre 1948. pp. mars 1975. octobre 1951. Jazz Hot. n° 244. p. n° 25. « L’histoire sous toutes ses faces ». Jazz Hot. Jazz Hot. « Qui êtes-vous Gédovius ? ». Delaunay. Chants libres : le free jazz en France. 8-9. Charles. p. 15 Delaunay. Paris. 7 ». Jazz Hot. Paris. « L’histoire du Hot-Club de France. 88-90. Pierre. 5 ». n° 26. « Un musicien français : Marcel Bianchi ». Jean-Pierre. mars 1948. « Claude Abadie ». p. Jean-Christophe. 16. « Les débuts du jazz en France (2) : Les Mitchell’s Jazz Kings ». avril 1948. n° 69. 15. septembre 1952. pp. n° 58. p. « Gregor est toujours debout ». n° 314. avril 1975. « Naissance d’une passion ». 16. Charles. 21. Comolli. septembre 1951. 1968. novembre 1968. Averty.com       / Constant Martin. pp. p. « L’histoire du Hot-Club de France. 13. décembre 1964. Jazz Hot. 2 ». « Silhouette du Hot-Club. Jazz Hot. 1993 (documentaire télévisé). Vincent. n° 28. Jazz Hot. « L’histoire du Hot-Club de France. Charles. Denis [pseud. Django mon frère. 12. avril 1988. janvier 1948. Jazz Hot. Conte. Delaunay. Charles. Robert Mavounzy ». « L’histoire du Hot-Club de France. Jazz Magazine. Pierre. septembre 1952. Somogy/Gründ. 10 ». 85. octobre 1968. n° 325. Jazz Hot. n° 113. Roueff — La France du jazz. Gérard. Cotro. « Jim Europe et les Hellfighters ». Jean-Pierre. 8 ». Stephen. « La chanson à papa ». Jazz Magazine. p. Conte. « L’histoire du Hot-Club de France. Charles. Jazz Hot. 3 ». Delaunay. « L’histoire du Hot-Club de France. Jazz Hot. 5-10. Delaunay. Jazz Hot. Bouteiller. pp. Productions / sfp Production / ina Entreprise. n° 59. Charles. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 158 Binchet.

pp. mars 1948. Jazz Magazine. Hugues. Pierre. janvier 1984. 30-33. janvier 1984. Bernard Peiffer ». Jazz Magazine. On a jazzé dans l’hexagone ». « Le jazz serait-il de la musique ? identification d’un art. 16-20. 30-31. Pathé Marconi. Charles. Grappelli. septembre 1980. pp. Ivan. 10-11. Aubier. Hodeir. mars 1969. Jazz Hot. n° 325. André. Stéphane Grappelly. Rom. Michael. n° 26.. « Le jazz en France (1932-1944) ». Ivan. Stéphane. « La marque de Django ». n° 246.C. 27. pp. pp. n° 328. « L’arrivée du bebop en France ». 60-61. 70 ans de jazz sur la Côte d’Azur. « Les débuts du jazz en France. n° 325. n° 376. « Billy Arnold : “Like a Story Book” ». p. fanfares. 1919-1923. volume 9). Paris. André. Philippe. n° 187. Gumplowicz. n° 315. in Moulin. pp. Jean-Louis. Pathé Marconi. Haggerty. pp. Jazz Hot. Delaunay. Le jazz en France (3) ». Sociologie de l’art. Musique. n° 451.editionsparentheses. Philippe. n° 325. 18-19. Charles. « Michel Leiris : l’Autre qui apparaît chez vous ». n° 325. 48-50. Charles. 1985. Calmann-Lévy. 3. Deputier. Hess. 1984 (1552551. dévots et praticiens ». 1997. 1930-1934 ». avril 1988. Roueff — La France du jazz. Alain (sous la direction de). Duclos-Arkilovitch.T. Joseph et Bramy. Haggerty.. Raymonde (sous la direction de). n° 451. Mâcon. 95-110. Delaunay. avril 1988. mai 1963. Jazz Hot. Deputier. pp. 56-57. janvier 1984. n° 21. Presses de l’Université de Rennes. pp. Charles. 231-245. Gaspard. 38-41. pp. 27-28. « Nuages… ». 1991. Le jazz en France. Jazz Hot. Jazz Hot. pp. 1996. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 159 Delaunay. janvier 1984. 1987. Ray Ventura ». « Question de doctrine ». « Petite biographie. pp. la création du jazz. « Transes Atlantiques ». pp. mai 1969. pp. Jazz Hot. les répertoires de l’identité. « Georges-Henri Rivière : “Un mariage d’amour” ». janvier 1969. cent-cinquante ans de vie musicale amateur en France : harmonies. Lafargue. 1992. « Pionniers du jazz français ». Band ». Michael. Jean-Marc. Delaunay. notes de pochette du disque Premiers jazz-bands en France. Le jazz en France.www. « Premiers jazz-bands en France ». pp. pp. Charles. p. « France : 1918-1935. n° 243. Paris. p. avril 1976. 22-28. « Philippe Soupault : “Mily jouait du trombone” ». 56. juin 1976. Jazz Hot. Hodeir. Haggerty. 9-29. mai 1978. Jazz Hot. n° 248. Jazz Hot. Deputier. Michael. Jazz Magazine. Jonathan. Les travaux d’Orphée. 1906-1931. Jazzin’ Riviera. 1983 (1727251. Jazz Magazine. Jean-Louis. « Autour d’un disque. Delaunay. Joël-Marie (sous la direction de). Paris. 16-21. Philippe. 34-36. Deputier. de la peinture au jazz. Jazz Hot. « Delaunay’s Den ». 85. Paris. n° 325. La musique : du théorique au politique. « Un blues gitan ». notes de pochette du disque Pionniers du jazz français. volume 1). La Documentation française. Ivan. Fabiani. 35-37. Alain Romans. n° 349. Jacques B. avec Oldenhove. Aux amateurs de livres / Klincksieck. avril 1975. chorales. Rennes. Paris. Django Reinhardt et l’A. Gumplowicz. . pp. André. « Discographie et barbelés ». souvenirs par André Ekyan. Éditions W. in Darré.com       / Constant Martin. Fauquet. Jazz Hot. octobre 1948. Guitard. Jazz Magazine. n° 250. pp. Paris. 1986. « Carrières improvisées : théories et pratiques de la musique de jazz en France ». « 1917-1932. Delaunay. Hodeir. pp. janvier 1984. Delaunay’s Dilemma. Gumplowicz. Ivan. Jazz Magazine. Musique et politique. « Le Gotha du jazz en petits comités. Nice. Charles. in Dufourt. Mon violon pour tout bagage. Jacques J. Haggerty. Michael. 26-29. Jazz Hot.

pp. n° 102. 1935-1937). avril 1988. Laverdure. n° 419. Legrand. pp. On a jazzé dans l’hexagone (2) ». 1919-1923). « Les enchantements de Merlin ». Paris. Paris. n° 451. Barclay. à l’époque du « Bœuf sur le Toit ». « Le Gotha du jazz en petits comités. n° 451. Pierre. pp. Vincennes. n° 317. Pierre. « Aimer Barelli ». Legrand. janvier 1949. Nevers. « Jacques Bureau. Daniel. volume 3. Frémeaux et Associés. 1980 (21 013). « Willie Lewis and His Entertainers ». janvier 1984. p. Lucien. Wiener et Doucet. n° 409. Paris. Lucas. 8-9. Les cahiers du jazz (nouvelle série) n° 10. p. septembre 1995. notes de pochette du disque Michel Warlop. 32-34. 1997 (fa 069). 1996 (fa 302). Mialy. « Un gamin de Paris ». Le jazz en France. « Jazz à Saint-Germain-des-Prés ». « Les Noirs ». premiers jazzmen antillais à Paris (1929-1946). 14-18. 1983 (1727281. Michel. Jazz Magazine. « Delaunay et la liberté ». volume 2. Malson. pionnier du jazz ». Meunier. Pathé Marconi. pp. volume 3. Mialy. Barclay. « Swing Caraïbe ». février 1998. Lucien. 1996 (fa 301). notes de pochette du disque Black Bands in Paris. Pierre. 30 cm. Frémeaux et Associés. pp. « Jazz à deux pianos ». n° 257. n° 22. pp. « I Saw Stars ». « Des années folles à la folie swing ». Frémeaux et Associés. p. mars 1951. et n° 24. n° 325. notes de pochette du disque Willie Lewis and His Entertainers. Daniel. notes de pochette de l’album de deux 33 t. 1996 (fa 304). livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt. pp. 6-7. Jazz Magazine. Nevers. 26. n° 53. volume 1. Nevers. multig. mars 1985. Daniel. pp. Malson. Pathé Marconi. « Magic Strings ». 1998 (mémoire de dea d’histoire de la musique et de musicologie). pp. acteur essentiel de l’histoire du jazz en France. Le jazz parisien… libéré. Daniel. volume 4. Paris. 58-59. vers 1976 (81 004/05). republié dans les notes de l’album de deux 33 t. pp. Le jazz en France.www. pp.com       / Constant Martin. Daniel. janvier 1964. Musique. 1996 (fa 303). « Black Bands in Paris ». « De quelques maisons de disques ». Jazz Hot. 1934-1938. pp. janvier 1970. Daniel. Vincennes. Jazz Magazine. 33-55. notes de pochette de l’album de deux 33 t. livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt. Nevers. Ténot. Vincennes. Charles Delaunay (1911-1988). pp. 26-28. Jazz Hot. Daniel. Nevers. Paris. n° 256. Anne.editionsparentheses. Jazz Magazine. livret du coffret des deux disques Swing Caraïbe. Lucien. Lafargue. Malson. Frank. 12-15. mai 1951. livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt. Lafargue. juin 1975. Malson. Nevers. Paris. « Presentation Stomp ». 25. « Et Paris se libéra ». « Musique et couleur de peau ». Pathé Marconi. novembre 1991. Jazz Hot. n° 29. Jean-Pierre. 1983 (1727261. Louis Victor. volume 2. n° 56. 11-12 . modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 160 Lafargue. décembre 1969. mai 1998. Frémeaux et Associés. « Michel Warlop ». Malson. livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt. 94. Université de Paris-Sorbonne (Paris iv). « Djangology ». 23-25. Frémeaux et Associés. Nevers. 23 . 44-48. Lucien. tome 1. 1983 (1727271. Nevers. 11. n° 55. Adès/Belfond. Lucien. « Gordon Stretton : “Tu verras Montmartre” ». vers 1976 (80 990/91). volume 4). Le jazz en France. Paris. . Vincennes. Daniel. Vincennes. 7. Jazz Hot. Louis Victor. Nevers. Jazz Hot. 10-12. Daniel. février 1997. Yves. Roland. Jazz à Saint-Germain-des-Prés (1947-1955). Manuel. « Le légendaire Léo Vauchant vous parle… ». So What. Roueff — La France du jazz. juin 1951. Jazz Hot. Jazz Hot. « Léo Vauchant vous parle (2) ». Anne.

22-23. 29. Stéphane Grappelli [1987] (traduit de l’anglais par Christian Gauffre). Jazz Hot. les représentations véhiculées par les articles consacrés au jazz dans la presse nationale française de 1917 à 1932. n° 229. Paris. Reese. 549-552. volume 6. Henri. . son œuvre. 9. Université de Versailles-Saint-Quentin. un gentleman de la jazz bande ». Robert Laffont. Vincennes. Samuel. Monsieur Jazz. pp. Jazz Hot. Reese. Frank. 1997. P. Daniel. « Notes sur l’acclimatation du jazz en France ». la « Revue Nègre » à travers la presse. p. livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt. octobre 1951. « Hugues Panassié (1912-1974) ». 1996 (fa 307). n° 324. 29. Frémeaux et Associés. « Le coin des musiciens. Roueff — La France du jazz. 1996 (fa 306). Ténot. Frémeaux et Associés. 1988. « Christmas Swing ». Rif. 1996 (mémoire pour la Conférence de méthodes des sciences sociales). Paris. n° 59. Le Chaffaut. Francis. n° 79. Daniel. « L’histoire des Georgians ». Clergeat. décembre octobre 1948. Jazz Magazine. Philippe. Saint-Quentin-en-Yvelines. Institut d’études politiques. « Swing From Paris ». Le jazz des années folles. « À Bernard Peiffer ». Alix Combelle (II) ». Ory. Jazz Hot. histoire de l’avènement et de l’acclimatation du jazz en France (1917-1939). Nevers. Panassié. André. Daniel. Jerome. Roueff. Django. p. juin 1983. Persiany. 1994. Jazz Hot. 26-28. mai 1969.. Olivier. Douze années de jazz. p. Specht. Frank. volume 8. « Les quatre générations du jazz français ». Stock. Vibrations. octobre 1948. n° 249. février 1976. novembre 1976. pp. Les Années Folles et le Jazz-Band : Julien Porret. des combattants de l’enfer aux fervents du hot. Geoffrey. La bataille du jazz. Pochonnet. « L’interview du mois. Jerome. Tarting. deux ans déjà… ». Paris. Panassié. Vincennes. n° 28. Corrêa. le bebop et la guitare électrique ». multig. Léon Ferreri ». juillet-août 1953. Jean-Louis (sous la direction de). avril 1985. 1996 (mémoire de troisième année). Nevers. Hugues. pp. Grenoble. Frémeaux et Associés. Pascal.www. p. Porret. pp. livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt. Éditions de l’Envol. p. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 161 Nevers. in Carles. livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt.B. Régnier. 7. 1965. Joséphine Baker’s Exotic Swing. livret du coffret de deux disques Intégrale Django Reinhardt. Panassié. Rif. Niquet. Vincennes. 1996 (fa 305). Luneray. Bernard. Louis Vola ». Daniel. Paul. « Robert Mavounzy. « Swinging With Django ». Bertout.editionsparentheses. Paris. sa vie. multig. Jazz au Havre and Caux. Vincennes. volume 5. Jazz Hot. « Mystery Pacific ». « André Hodeir ». entretiens avec Pierre Casalta. Porret. Jazz Hot. 33. 1946. Gérard. 1975. « Flèche d’or. 1997 (mémoire de dea d’histoire culturelle). Frémeaux et Associés. Jazz Hot. « Grappelli : “Et c’est là que j’ai commencé à broder” ». Comolli. Smith. pp. « Eddie South. 16-17. Jazz Hot. mars 1985. 24-25. Filipacchi. André. 34. mai 1948. Dictionnaire du Jazz. 15. n° 250. pp. n° 419. 1994. Hugues. 21. janvier 1975. Jazz Magazine. Nevers. n° 401.com       / Constant Martin. Institut d’études politiques de Grenoble. pp. Olivier. 93-102. Jazz Hot. Ténot. Musique. Nuages. depuis les années vingt… et ça continue…. Roueff. revue d’étude des musiques populaires. n° 26. volume 7. Christian. 1996 (fa 308). « L’interview du mois. Hugues. Grenoble. n° 23. Rodary. 18-23. multig. n° 1. Albin Michel. Paris. pp. Gérard.

Mike. La Tristesse de Saint Louis (Jazz under the Nazis). pp. p. Ludovic. Tournès. Gérard. 16. « Frankly Speaking ». Jazz Magazine. 69. 25-26. Le Jazz en France (1944-1963) : histoire d’une acculturation à l’époque contemporaine. Ténot. avril 1988. n° 400. 1991. juin 1979. n° 477. Jazz Magazine. Jazz Magazine. n° 410. 10. mars-avril 1978. Frank. mars 1998. Jazz Magazine. février 1994. décembre 1991. Revue d’esthétique (Paris). p. pp. multig. 30-33. Frank. Zwerin. Jazz Magazine. Ténot. octobre 1990. Frank. « Frankly Speaking ». Jazz Magazine.www. « Frankly Speaking ». Ténot. multig. Frank. p. n° 237. Jazz Magazine. Ténot. 38-40. pp. p. « Le jazz en France pendant l’Occupation ». pp. Ténot.editionsparentheses. « Cher Charles ». n° 397. « Frankly Speaking ». Zwerin. Jazz Hot (1935-1939). n° 399. « L’aventure de (Ray) Ventura ». 21. Ténot. 1998. Jazz Magazine. Frank. Ténot. Nanterre. p. n° 421. mars 1985. Jazz Magazine. Frank. Ténot. Alain. Jazz Magazine. « Frankly Speaking ». 35. Ténot. Jazz Magazine.com       / Constant Martin. Ténot. pp. Université Versailles Saint-Quentin. pp. juin 1993. Ténot. janvier 1998. Ténot. Parenthèses. Frank. « Frankly Speaking ». « Frankly Speaking ». n° 427. Patrick. n° 370. Vian. janvier 1991. Frank. Marseille. « Frankly Speaking ». Frank. Université Paris x-Nanterre. Mike. Ténot. 1986. n° 455. Ténot. Frank. Frank. Jazz Hot. 34-35. Vulliamy. « Le Bal Nègre. septembre 1990. « Frankly Speaking ». n° 276. n° 396. 1997. Frank. Jazz Magazine. 30. avril 1986. Ténot. p. n° 349. n° 19. « Frankly Speaking ». « Le procès Delaunay ». 25. William Morrow. 18-21. « Frankly Speaking ». New York. décembre 1992. n° 446. 43. Roueff — La France du jazz. décembre 1967. Frank. 17. Williams. janvier 1996. Jazz Magazine. mon frère ». pp. 22-23. « Boris. Django Reinhardt. mars 1995. 34. p. p. Jazz Magazine. Ludovic. p. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 162 Ténot. 28-29. n° 479. p. Frank. décembre 1990. « Swinguons sous l’Occupation ! ». 52-54. Musique. p. Frank. Jazz Magazine. Jazz Hot. . « Frankly Speaking ». thèse d’histoire. Frank. Tournès. pp. 18. 1990 (mémoire de maîtrise d’Histoire). Jazz Magazine. n° 434. n° 263. le jazz et la peinture ». n° 419.

com       / Constant Martin. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Annexes La sélection des articles de presse. ont été conservés certains emplois de capitales ou certaines variantes dans les noms de musiciens quand ces altérations portent signification compte tenu de la date de publication. Seules les erreurs orthographiques ou typographiques patentes ont été rétablies. .www. Il a été ici retenu l’ordre chronologique à la date de première publication. Roueff — La France du jazz. Les textes ont été repris dans leur forme originale. En revanche. contributions aux revues ou conférences reproduits ici permet d’accéder aux premiers textes évoquant le jazz publiés en France. Musique.editionsparentheses.

.www. 2] L’actualité transforme les scènes de cette revue Pa-Ri-Ki-Ri que l’on va voir pour ses décors. Il semble que. le nez rouge de Dorville et la légèreté d’Oy-Ra. de Londres ? Et puis. 30 novembre 1918. qui fait penser à ce bar californien où l’on priait le public de ne pas tirer sur le pianiste.com       / Constant Martin. le texte de cette revue n’existe point. vraiment. le bar coloré. On a raison. On cherche même en vain un air français qui soit doux aux oreilles et les devises manquent d’imprévu.editionsparentheses. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 165 René Bizet « Le music-hall — Au Casino de Paris » [L’Intransigeant. ahurissant. p. Roueff — La France du jazz. Mais comment ne pas aimer l’esprit des jambes de Mistinguett. Or. danseur polonais. noir et or du deuxième acte. soit de danses. Mais un beau décor vaudrait d’être animé soit d’un texte qui l’égale. depuis les apparitions somptueuses des ballets russes. vivant. les déhanchements de Chevalier. Musique. il y a le bar et sa musique frénétique. on n’ait rien fait de mieux que cette fumerie d’opium rouge.

Depuis quelques années. les peintres ses paysages de fer et de pierre. Outre que la machine est une bête idiote et dangereuse sans cornac. L’emploi de ce matériel est légitime dans son œuvre. ses films. le gauche. de dépouillement. Roueff — La France du jazz. Il a vu. évadé d’Allemagne. Il a voyagé. combien on avait de peine à reformer des conducteurs qui ne s’en remissent pas au détestable travail mécanique. elle ne travaillait pas. était devenue si niaise. Chaque ligne de Cendrars est un tatouage indélébile. Picabia aime les boulons comme Gustave Moreau aimait les pierres précieuses. On l’ouvre. qu’une carte à jouer de Braque sont aussi modernes qu’une machine à écrire. Garros. Nous avions la prose du transsibérien. La Tour Eiffel était reine des machines. Il ne suit pas une mode. Il témoigne. On la repêche. Musique. Il semble que la guerre l’a émondé de ce bras par où les mots descendent pour que les poèmes fleurissent avec des couleurs plus éclatantes. je ne peux m’empêcher de la voir avec le recul du perfectionnement. Il rentre des Amériques et de la guerre avec une démarche de chercheur d’or et jette ses grosses pépites sur notre table. Mélange de moteurs et de fétiches noirs.editionsparentheses.www. qu’une pipe de Picasso. La machine ne l’étonne pas. en pleine mer. Elle contenait un poème : le panama ou les aventures de mes sept oncles. Braque. Les musiciens emploient ses Rag-Times. Encore le progrès nous montre-t-il. Maintenant elle est demoiselle du télégraphe. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 166 Jean Cocteau « Carte blanche — Jazz-Band » [Paris-Midi. véritable Train saoul après le Bateau ivre. État d’esprit pareil. Il plante son couteau près de lui. en pleine chaleur. ne songent pas à être « modernes » et leur attitude dérange beaucoup les nouveaux riches de l’audace. pleines de surcharges. Christophe Colomb découvre l’Amérique.com       / Constant Martin. même nos artistes travaillent sous son influence. pense à la Victoire de Samothrace. le Spad un sale oiseau mécanique. Mais il y avait encore quelque chose. On pense au nègre prosterné devant un téléphone. regardant une locomotive. enthousiasmé par une machine est d’un lyrisme aussi fade que d’être en proie aux dieux. qu’elle avait gâché la main-d’œuvre. le saxophone qui pousse un long soupir humain. Elle ressemble à un de ces pauvres pendentifs que Lalique vendait a l’époque de la pyrogravure. du Modern-Style. L’admiration de l’homme pour la machine. Cette fois. les poètes ses affiches. Je ne suis pas de ceux qui adorent les machines. Plus le progrès marche. c’est de comparer le point où je retrouve l’aviation et ce qu’elle était devenue dans ma solitude. Le mot « moderne » me semble toujours naïf. Comme une reine. sa fille. se retourne déçu. de la Valse bleue et du vélo. 4 août 1919] Le 12 octobre 1492. une boîte à conserves bariolée flotte. Blaise Cendrars est de nous tous celui qui réalise le mieux un nouvel exotisme. La faute consiste à dépeindre les machines au lieu d’y prendre une leçon de rythme. Des artistes comme Derain. plus notre esprit entraîné galope. des constructions qui nous parurent élémentaires. Gabriele d’Annunzio. par exemple. Les machines de Léger valent par sa manière de les peindre. Ils ne sentent pas qu’une nymphe de Derain. dans les imprimeries. Picasso. Mais ne pas comprendre la beauté d’une machine est une faiblesse. me disait : « Ce qui m’étonne. il se rencontre avec elle. » Être étonné. Un seul bras lui reste. Elle enchevêtre mille ferrailles inutiles. Marinetti regardant la Victoire de Samothrace pense à une locomotive. On la construirait aujourd’hui tout autre. le précède. . Les gens qui se veulent « modernes » sont dignes du fameux « nous autres chevaliers du moyen-âge ». J’ai vu. Jazz-band. ses réclames. la Rolls-Royce est un teuf-teuf. Cette enfant trouvée a fait son chemin. Sous cet angle. L’autre arraché par un obus.

310. 266. 277. 29. 38. Aleman Oscar : 72. 64. 217. 300. 208. Bechet Sidney : 31. Baer Abel : 250. 291. 84. 178. 287. . 59. 111. 108n. 282. Beauregard Abel : 71. 263. Berlin Irving : 75. 288. Allen Fletcher : 61. 263. 148. 299. 251. 64. Andy : 292. Basie William “Count” : 63. 59. 233. 227. 282. 238. 145. 110. 193. Barris Harry : 275. 57. 179. 40. Bernard Henri : 46. 269. Bethune Thomas Greene “Blind Tom” : 23. 290. 244. 45. Balandier Georges : 11. 81. 210. 245. 147. 168. 299. 179. Beethoven Ludwig van : 220n. 274. 73. Bardot Brigitte : 310. 283. 253. 81. 35. 120. 216. Ansermet Ernest : 35. 265. 80. Barclay Nicole : 84. 285. 111n. 150. Apollinaire Guillaume : 94n. 291. Beaumercy Roger de : 25. 108n. 20n. Bailey Buster : 45. 43n. 190. Baïnka (princesse) : 211. 36.www. 301. Alphonse XIII d’Espagne (roi) : 41. 55. 244n. Baudelaire Charles : 213. 146. 150. 146. 77. 150. 289. 255. 110n. 48. Beuchat : 310. 47. 103. Betove : 261. 32. Barclay Eddie : 69. 242. 72. 192. 254n. 38. 265. 46. 174. 24n. Anderson Marian : 296. 311. 243n. 36. 101. Bach Carl Philipp Emanuel : 220n. Barelli Aimé : 69. Benford Tommy : 60. 64. 49. 168. 249. 252n. Bargy Roy : 283. Achard Paul : 119. 257. Baresel Alfred : 311. 70. Alexander Maurice : 51. 19. 213. Auxenfans Jacques : 48. Auric Georges : 37. 146. 76. 51. Athénée : 167. 263. 101. 15. 302. Ambrose : 298. 262. 150. 19. 278. 54. 186. 235. Armstrong Louis : 18. 129. 266. 147. Beucler André : 128n. 273. Bathori : 36. 194. 52. Bataille Georges : 113n. Arnold Billy : 37. Bauer Marion : 107. 112. 276. Alex Joe : 212. Allier Pierre : 42. 108. Allégret Marc : 36. 252n. 215. 46. 49. Berg Alban : 38. 178. Allister Mac : 147. 308. Averty Jean-Christophe : 25. 45.editionsparentheses. 85. Baker Joséphine : 13. Tyrwhitt-Wilson] : 277.com       / Constant Martin. 108n. 187. 286. 312. Roueff — La France du jazz. 226. 63. 59. 174. 15. 73. Amos : 292. 288. 44. 80. Arden Victor : 275. 310. Berners Lord [Sir Gerald H. Bach Jean-Sébastien : 36. 26. 254. 61. 49. 45. 257. 246. Allier Roger : 43n. 252n. Bartali : 63. 311. 247n. 208. 281. 106n. 211. 300. 127. 225. 146. 238. 127. 220n. 84. 119. 298. 66. 113. 289. Alvarez Jean-Louis : 48. 183. 129. 267. 35. Bartók Béla : 251n. Beiderbecke Bix : 42. 84. 196. Bernard Eddie : 76. 251. Achille Louis Thomas : 148. 146. Bérard Jean : 60. Allan Raymond “Ray” : 40. Becker Howard : 132n. 44. 109. 205. Béhanzin (roi) : 192. 101. 77. Andrex : 74. 69. 287. 126. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 315 Index des noms Abadie Claude : 62. 101. 61. 129. Musique. Berry Guy : 74. 47. 51. 79. 212. Allatini (famille) : 310.

Broca Pierre-Paul : 14. Césaire Aimé : 121n. 302. 76. 267. 147. Boucher Maurice : 197. 269. 182. 58. 263. 38. 49. 128n. 61. Comolli Jean-Louis : 20. Caillon Pierre : 146. Clayton : 292. 79. 277. 149. Brand Wellman : 292. 246. 268. 77. Cohen Albert : 98n. 150. 251n. 278. 72.editionsparentheses. 235. 79. 77. 129. 140. 146. 99. 59. 310. 245. 276. 50. 39. Cœuroy André : 38n. 213. 303. dit Carol de Roumanie : 41. 298. Carney Harry : 292. 235. Bureau Jacques : 46. 115. 49. Ada. 226. 255. 246. 243. 147. 267. 248. 44. Cohn Al : 250. Cizeron Maurice : 39. 60. 55. 252n. 249. 258. 266. Chevalier Maurice : 36. 60. 98n. Charles prince de Hohenzollern-Sigmaringen. Burleigh Henry Thacker : 176. Chase Newell : 275. 58. 188. 49. 290. 58. 238. 100. Castendet Sam : 72. Casella Alfredo : 176. Chamboredon Jean-Claude : 127. 37. 213. Clermont-Tonnerre Duchesse de : 296. Coleman Bill : 49. 264. Chausson Ernest : 190. 312. Colin Paul : 111n. 76. Burns : 240. 66. Butler Jack : 58. 195. 304. 290. 283. Chabrier Emmanuel : 202. 296. 147. Condon Eddie : 286. Christiné Henri : 252n. Brymm Tiny : 26.www. Cole June : 45. 120. 78. 234. 98. 264. 53. 58. Chittison Herman : 54. 234. Brailoïu Constantin : 311. 45. Brown Lew : 275. 146. 43n. Charles Amédée : 40. 238. 59. 227. 145. 289n.com       / Constant Martin. 71. 116. Burlin Nathalie Curtis : 180. 129. Bigard Albany “Barney” : 292. Canetti Jacques : 47. 26. 180. 63. 61. 149. Chaffin Lucien G. Bolling Claude : 76.A. 129. Carlisle Una Mae : 61. 266. 94n. Breton André : 120. 81. 49. 190. 128. Bizet Georges : 252n. 45. Cook Will Marion : 25. 308. 128n. 101. 145. Briggs Arthur : 32. 303. : 201. 292. Chorus Charleston : 214. 73. Chaplin Charlie : 168. Caire Reda : 74. 148. 97. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 316 Bex Maurice : 113n. Bizet René : 95n. 165. 77. 57. 237. 47. 166. 35. Chiboust Noël : 49. Roueff — La France du jazz. 145. 60. 124n. 183. 51. 43n. 301. 128n. 148. 252. 148. Brun Marius : 33. 298. Musique. 276. 289. 49. 246. 42. 78. 204. 32. 243. Clarke Kenny : 80. Bianchi Marcel : 149. Carles Philippe : 20. Céline Louis-Ferdinand : 98n. 79. Bonnet Colo : 31. Cendrars Blaise : 15. Chadourne Louis : 208. : 241. Christian Émile : 31. 94. 263. Braque Georges : 166. 243. 59. 201. 25. 32. 147. Bricktop : voir Smith. Cohanier Edmond : 43. 305. 54. Collins Dick : 150. 102. 145. Claudel Paul : 267. Cook Marion : 212. Carter Benny : 18. Brooks Shelton : 234n. Brown Jasbo : 220. Bruyr José E. 146. 258. 69. 238. 252n. 48. Bullard Gene : 32. Chauliac Léo : 73. Brancour René : 185. 51. 98n. 208. 149. Carroll Adam : 275. 148. 149. Brillant Maurice : 187. 108n. 309. Binder Ray : 124n. 58. 64. 296. 40. 41. 238. 109. Combelle François : 25. 47. Combelle Alix : 17n. 58. 42. 117. Clair René : 36. 137. Confrey Zez : 180. 298. Cabat Léon : 150. Boulez Pierre : 310. 67. Chalupt René : 193. Brun Philippe : 31. Blaney Norah : 259. 58. 148. 190. 215. Blake Eubie : 100. Chopin Frédéric : 37. 60. . 147. Brahms Johannes : 182. Burns Billy : 45. 252. 124. Braggiotti Mario : 275. Bland J. 166. Cocteau Jean : 36. Cheatham Doc : 45. 177. Chaput Roger : 53. Calloway Cab : 74. 31. Brown Stew : 286. 61. 45. 252. 148. 278. 191. 150. Bouteiller Pierre : 44. Colomb Christophe : 166. 51. 59. 149. Bouée (sœurs) : 41. : 218n. 57. 165. 128. 278. 149.

49. Duvernois Henri : 96n. 310. 167. 202. 148. 234. Désormière Roger : 168. 289. 287. 191. Derain André : 166. 147. Elias Norbert : 135. Erdman : 250. 252n. Creus Éliane de : 53. 251n. Doyle Arthur Conan : 183. 13. Delaunay Robert : 13. 301. 288. 227. 67. Dvorak Antón : 176. : 219. 220n. 83. 252n. 59. 266. Fargue Léon-Paul : 37. Damia [Damien. 304. Demaison André : 99n. 57. 101. 282. Denis Maurice : 208. 46. Etzweiler A. 62. 78. Dorsey Jimmy : 122n. De Sylva Buddy : 275. 250. 102. Degrace Jean : 72. Ferroud Pierre Octave : 189. Dorsey Tommy : 282. 176. 278. 285. 100. dite] : 259. D’Annunzio Gabriele : 166. 217. 60. 49. Elloy Max : 124n. Dufy Raoul : 13. 286. 190. David Félicien : 185. Crosland Alan : 147. 147. 150. 145. 75. 150. 293. 52. 146. Dadié Bernard : 11. 262. Dorham Kenny : 80. 266. 45. Debussy Claude : 25. 192. 66. 119n. Diaghilev Serge : 36. 29. 40. Daubresse Jean-Pierre : 5. 59. Dickens Charles : 24. 204. 293. 43n. Dudley Caroline : 210. Ferreri Albert : 150. 289. Delannoy Marcel : 195. 66. 296. 80. Musique. 146. 36. R. Embry Florence : 32. Emer Michel : 124n. Douglas Louis : 111n. 221n. 243. Dabney Ford : 25. Cor Raphaël : 227. 297. Durey Louis : 101. 63. 225. Diavolina Claryse : 272. 267. Fernandez : 308. 129. Dawis Lew : 304. Delaunay Charles : 5. Elson Louis C. 312. 238. 53. Roueff — La France du jazz. 309. 114. 213. 309. De Falla Manuel : 196.www. 141n. Dirats Edwin : 48. 102. 302. 32. 26. 246. Ferret Jean “Matelot” : 73. 65. 210. Dunbar Paul Laurence : 25. Daydé Josette : 74. Ducongé Pierre : 308. 252n. 241. Diéval Jack : 69. 280. Copland Aaron : 242n. 59. Duparc Henri : 190. 60. Fassin Éric : 94n. 256. dite] : 29. 276. 42. 101. 47. 247n. Cooper Harry : 45. Déré Jean : 198. 269. Delouche Eugène : 72. 149. Dieudonné Robert : 96n. Courance Edgar “Spider” : 148. 128. 149. 127. 93. 86. 66. Deputier Ivan : 5. Dauphin Claude : 200. 76. Delaunay Sonia : 13. Dostoïewski Fédor : 167.editionsparentheses. D’Indy Vincent : 188. 77. Delteil Joseph : 98n. 84. Feldman : 43. 73. 47. 19. Daladier Édouard : 63. Couperin François : 183. Dumanoir Guillaume : 204. Dett Nathaniel : 176. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 317 Cooper George : 147. 59. 252n. 192. Marie-Louise. 222n. Diabelli Anton : 227. 51. 212. Dorville : 165. “Duke” : 18. 110n. Daudet Léon : 37. 236. Fanfant Roger : 72. 183. 292. 195. Cullen Countee : 121. 199. Delvincourt Claude : 194. 195. 246. 47. Ellington Edward K. Ekyan André : 39. : 27. 302. 298. 49. Delarue-Mardrus Lucie : 199. 81. Darwin Charles : 203. 127. 74. Daly Geo : 84. Deslys Gaby [Caire Gabrielle. 129. Faure Élie : 276. 69. 288n. 289. 52. Davis Miles : 150. 64. 58. 150. 64. 94n. 63. 198. 149. 198. Desplagnes Lieutenant : 312. 211. . 200. 145. 308. Cullaz Maurice : 5. 178. 287. Fauré Gabriel : 184. Doucet Clément : 38. 285. 183. 207. 277. 282. 278. Erb Marie-Joseph : 194. Elizalde Fred : 127. 49. 277. Davico Vincenzo : 194. Copans Simon “Sim” : 85. Europe James Reese “Jim” : 25. Fabre Michel : 5. Duke Vernon [Dukelsky Wladimir] : 275. 148. 190. 146.com       / Constant Martin. 147. Dunn Johnny : 45. 287. Dreyfus Georges : 183. 85. 124n. 96n. 204. 303. 61. 129. 69.

Georgius [Guilbourg Georges. Foster Stephen C. 148. Fratellini (famille) : 228. Franck César : 233. 252n. 277. George André : 186. 180. 147. 117n. Freeman Bud : 282. dit] : 228. 289. 77. Herbert Victor : 278. Gazon Paul : 39. Halet Laurent : 64. 74. 290. 287. 124. 146. Fol Hubert : 76. 40. Hampton Lionel : 66. 267. Greer Sonny : 292. Gillespie Dizzy : 61. 43n. : 176. Hess Jacques B. Heidt Horace : 298. 150. 147. Gounod Charles : 38.www. 298. 64. 287. 44. Fol Raymond : 76. : 5. Guarente Frank : 107. Gédalge André : 263. Grassi Eugène Cinda : 201. 292. 305. 303. Gilbert Henry Franklin : 176n. Frost Richie : 150. Gretchaninow Alexandre Tikhonovitch : 179. 290. 151. Gregor [Kélékian Krikor. 301. Grock [Wettach Adrien. Filipacchi Daniel : 84. Goublier : 236n. Griaule Marcel : 14. : 185. 60. 129. 201. Henderson Ray : 275. 241. 277. 263. 149. Garvey Marcus : 121. 146. 49. 85. Musique. 290. 79. 84. 51. 43. 57. 149. 278. 148. 282. 85. 193. Roueff — La France du jazz. 252n. 148. 213. Graham Roger : 234n. 51. 58. Georgel : 64. Gershwin George : 45. 58. 289n. [William Christopher] : 25. Forest Maud de : 113n. 69. Henson Leslie : 275. 217. 84. 259. 127. Hanshaw Anette : 303. 296n. Hennion Antoine : 103. 298.com       / Constant Martin. 84. 129. Fuller Loïe [Marie-Louise.editionsparentheses. Haig Al : 150. 75. Foy Édouard Stanton : 146. 100. 85. 212. 80. Freud Sigmund : 171. Guillaume Paul : 99. Giacometti Alberto : 271. Gumplowicz Philippe : 126. 207. 309. Hall Adelaide : 58. 255. dit] : 183. 81. 204. Hawkins Coleman : 18. Hahn Reynaldo : 190. 207. Gautier Madeleine : 17n. 311. 65. Goldkette Jean : 127. Hélian Jacques : 40. 296n. 278. Gazères Pierre : 47. Hess Johnny : 62. 58. Grimal A. Gardoni Frédo : 51. Goodman Benny : 79. Gasté Louis “Loulou” : 32. 302. Foote Béatrice : 212. dite] : 209. 292. 78. Gide André : 14. 310. Fugère Lucien : 199. 98n. 301. 249. Garros Roland : 166. 59. 81. Fréjaville Gustave : 122n. dit] : 39. 128. 246. 282. 285. 251n. 260. Heugel Jacques : 203. 246. Haendel Georg Friedrich : 223. 308. 55. France Anatole : 234. Georges-Michel Michel [Dreyfus Georges. 289. 150. 75. 53. 151. George Yvonne : 37. 278. Gould Edith Kelly : 261. 59. 289. 127. Fray Jacques : 275. 285. 147. Gluskin Lud : 123. Hellemmes Eugène d’ : 60. Gilmore Buddy : 178. Golschmann Vladimir : 278. C. Glebov Igor : 267. 262. 147. 255. Girard André : 76. 289. 149. 54. Ghéon Henri [Vangeon Henri Léon. 245. Grieg Edvard : 241. 252n. Goffin Robert : 45. Handy W. Herrand Marcel : 37. Heyward DuBose : 222n. 244. Gruenberg Louis : 176. Hare Sam : 234n. 246. 123. Golder Jenny : 211. Hendersen : 242. 150. 293. 48. Grant Henry : 292. 84. dit] : 74. 146. 120n. 60. Gascon Paul : 123. Grovlez Gabriel : 195. Goudie Frank “Big Boy” : 49. 145. Fisbach Roger : 31. dit] : 196. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 318 Fields Ted : 45. 36. 286. Gourdon Lucien : 25. 145. 39. . Grappelli Stéphane : 39. 77. Gabriel Léona : 72. 113. Henderson Fletcher : 25. 214. 282. 42. Ganne Louis Gaston : 236n. 298. 122n. 284n. 43. 309. 211. Godissart Henri : 149. 299. Gautier-Villars Henry : voir Willy. 110n. 167. 81. Guy Fred : 292. 275. 64. 42. Herment Georges : 64. 150. Garros Christian : 70. 238. 302. Hayton Lennie : 282. Franc-Nohain [Legrand Maurice Étienne] : 200.

Johnston : 114. Hodeir André : 10. 260. : 298. 204. 18. Laurencie Lionel de La : 193. 220n. 16n. 151. 208. 77. 293.editionsparentheses. : 25. 45. Jones Richard M. 236n. Lavignac Alexandre : 219n. Hitler Adolf : 63. 312. Leiris Michel : 14. Jourdan-Morhange Hélène : 37. Jolson al : 147. Inkermann : 255n. Lane Eastwood : 278. Lafargue Pierre : 5. : 293. 297. Laurence Claude [Hodeir André] : 69. 261. 252. Jacob Max : 128n. Koechlin Charles : 184. Lane William Henry “Master Juba” : 24. 298. : 181. Jaborsky Dr : 207. 17.com       / Constant Martin. 225. Legrand Maurice Étienne : voir Franc-Nohain. Lemarchand Pierre : 20. 54. Hopkins Claude : 45. Jackson Cliff : 61. 147. Janacopulos V. 151. 85. 287. Johnson Freddy [Fred] : 45. 251n. 254. 274. 234. Hodges Johnny : 47. Hoérée Arthur : 117. 306. Kastner Jean : 237n. Lévêque Gérard : 77. Kildaire Walter : 32. 278. 289n. Léger Fernand : 13. Johnson Bill : 31. . Jaspar Bobby : 21. Levi-Alvarez : 295. Hudgins Johnny : 225. Levallet Didier : 79.www. 311. Ibert Jacques : 190. Hoffmann Gertrude : 107. 303. Hill Teddy : 61. 237. Klein Jean-Claude : 105. 85. 151. 276. 289. 250. 129. 151. 73. 147. Hylton Jack : 39. 148. 19. Lallemand “Fats” Sadi : 20. 207. Léon-Martin Louis : 225. 120. Laboureur Jean-Émile : 200. 147. 263. 37. 280. Hindemith Paul : 251n. 267. 278. Jackson Rudy : 147. 151. Jacques-Charles : 111n. Kahn Gus : 244. : 123. Kochno Boris : 36. 299. Jones : 211. Janis Elsie : 215. Koussevitzky Serge : 188. : 31. 304. 292. 127. 111. Laurencin Marie : 200. 308. Laurel et Hardy : 63. 186. 119n. Lang Eddie : 51. 148. 113. 297. 83. 291. 166. 201. 310. Jaubert Maurice : 195. : 221n. 43n. 297. 101. 21. 81. 98n. 48. 69. Lalique René : 166. 120. 149. 295. Roueff — La France du jazz. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 319 Hill Bertha “Chippie” : 150. Leslie Lew : 45. Lapeyronnie Gaston : 31. 80. 127. 149. 289. Landowska Wanda : 248n. 298. Lautrec Gabriel de : 202. 40. 196. Hill Edward Burlingame : 176. Johnson Jimmy : 180. Krupps Jean : 286. Lazzari Sylvio : 182. 149. Krenek Ernst : 278. Johnson James P. 250. 145. Musique. 282. 253. Klingale (Miss) : 292. Joseph Gaston : 99n. 85. Jumbo Freddy : 73. 39. 116. Landormy Paul : 191. 309. 213. 49. 285. Hullin Bernard : 85. Léardée Ernest : 72. 69. 208. 302. Kirby John : 73. 146. 255. 277. 283. 61. 302. Jeanneret Albert : 232. 215. 57. 250n. 222. Johnson Charley : 309. Jeanson Henri : 213. 255n. Keetch Keel : 40. 227. 277. 47. 127. Kern Jerome : 75. Leath Vaughn de : 127. Ladnier Tommy : 45. E. 127. Hunter Alberta : 49. Honegger Arthur : 13. 311. 147. 280. Hines Earl : 32. Lesvesque Jacques-Henri : 46. Jacquemont M. 302. Krehbiel H. 302. 195. 238. Kélékian Krikor : voir Gregor. Keppard Freddie : 27. 49. 127. Jackson Howard F. 122. Jones Shrimp : 225. Jones Bobby : 149. 278. 270. Jacquemont-Brown Georges : 31. Jarry Alfred : 200. Larrazet Docteur G. 121. Layton : 114. 207. Kuntz Charlie : 63. 204. Jenkins Fred : 292. 278. Kipling Rudyard : 183. 66. 259. Lecocq Charles : 179. Johnson George “Georgie” : 148. 40. 281. 303. 111. Hughes Langston : 33. 275. 147. 113n. Jackson Preston : 57. Hugo Victor : 203. 252n.

37. 45. 146. 65. 286. 128. Lewis Charlie “Charles Louis” : 58. Louise Pierre : voir Louiss Pierre. 263. Monteverdi Claudio : 223. 238. 246. Lisée Charles : 43n. Moll : 275. 124. Miller Glenn : 80. 181. 238. 80. 267. 201. Longuet Henri : 179. Misracki Paul : 124n.editionsparentheses. 289n. Mitchell John : 58. 147. Milligan Harold Vincent : 218. 250. 150. 72. 150. Masselier Albert : 150. 83. Moody James : 150. 128. Moussorgski Modest : 238. 94. 226. Lully Jean-Baptiste : 277. 243. Mendelssohn Félix : 246. Mauclair Camille : 191. Louiss Eddy : 72. 58. Monk Thelonious : 80. Mills Kerry : 220. dite] : 36. 57. 101. 101. Mitchell Louis A. Margueritte Victor : 96. 200. 149. Roueff — La France du jazz. 127. 178. Luter Claude : 76. 38. 73. 61. 181.www. 84. Murat (princesse) : 37. Mozart Wolfgang Amadeus : 103. McGregor : 49. 250. Marshall Bert : 148. Mauss Marcel : 14. 289. Lévy Lucien : 47. Mallarmé Stéphane : 208. 73. 126. 311. 151. Michelot Pierre : 20. 255. Marion George : 58. 43. 76. 266. McKinney William : 285. 149. 117n. 176. 209. Lévy Lazare : 42. 73. 258. 149. Lloyd George David : 207. Moraveck Lucien : 39. 300. 259. 291n. 36. 303. 165. 81. 81. 263. 76. 289. Méhul Étienne : 185. Milhaud Darius : 13. 194. Lewis Ted : 122. 32. 263. Lewis Willie : 45. 246. McKenzie Red : 289n. Mougin Stéphane : 42. 43. Mavounzy Robert : 70. Moretti : 278. 85. 251. Malson Lucien : 11. 145. Maritain Jacques : 290. : 16n. dit] : 128n. 276. 201. 146. 277. 82. Louis-Philippe (roi) : 207. 101. 108n. 225. 289. 263. 149. Monroe Mina : 180. Lombardo Guy : 299. 258. 150. 198. 94. Liszt Franz : 182. 190. 168. 117. Mistinguett [Bourgeois Jeanne. 100. dit] : 51. Moysès Louis : 37. 125. 149. 47. 100. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 320 Lévy Claude : 187. Morris Harold : 176. 69. : 189. 147. 207. 255. 183. Mélé Fred : 107. 277. 194. Massenet Jules : 252n. 84. 112n. Millinder Lucky : 49. Nanton Joe : 292. Lyman Abe : 127. 301. Mireille [Hartuch Mireille. 112n. 148. Musique. Marc-Py J. 19. 252n. 212. 302. 99n. 286. Lowry Vance : 36. . 55. 36. Lombardo Carmen : 299. 84. Mole Miff : 100. Malinowski Bronislaw : 112n. 52. 39. Moreau Gustave : 166. 147. Nadar [Tournachon Félix. 263. 299. 202. Lirvat Albert “Al” : 68. 277. McPartland Jimmy : 282. Lunceford Jimmy : 49. 289n. Louis Charles : voir Lewis Charlie. Miller Ray : 289n.com       / Constant Martin. Mascagni Pietro : 228. Mezzrow Milton “Mezz” : 45. 146. 290. 51. Mac Orlan Pierre : 98n. Mercier Guy : 46. 64. 286. 196. 146. Martinu Bohuslav : 188. Monnet Henri : 311. Mialy Louis-Victor : 5. Maudru Pierre : 228. 121. 30. 274. Meyerbeer Giacomo : 252n. 304. Montégut Philippe : 41. 80. 26. 147. 277. Meyer George : 225. Marinetti Filippo Tommaso : 166. Maxwell Elsa : 41. 128. 263. 237. 254. 147. Lioncourt Guy de : 197. Massine Léonide : 94n. 29. 81. Lévy Jean : 41. 235. 44. Marceau Victor [Verschueren Marceau. Mills Florence : 45. Margouliès Édouard “Doudou” : 31. 149. 94n. Martial Claude : 73. 298. 308. Maran René : 15. 274. 191. Miomandre Francis de : 171. 72. 207. 119. 122. 178. Messager André : 202. Métraux Alfred : 310. 147. 149. 124n. Louiss Pierre : 72. 185. 302. McKay Claude : 121. 257. 192. 66. dite] : 64. Martin Bobby : 45. 252n. Morand Paul : 98n. Mallet-Stevens Robert “Rob” : 310. 244n. 110n. 312.

241. Parrish Dan : 36. Rivière Georges-Henri : 14.editionsparentheses. 267. Petit Raymond : 200. 284. 193. Paley : 205. Pilcer Harry : 29. Rahna Marcelle : 211. 42. 110n. 58. Reverdy Pierre : 64. Pécheral Sylvaine : 69. Picasso Pablo : 36. 238. Poiret Paul : 37. Musique. 263. 285. Polignac Armande de : 190. Pé Ache [Panassié Hugues] : 46. Rainger Ralph : 275. Roueff — La France du jazz.com       / Constant Martin. 140. Orthys Fred : 230. 303. 120n. 300. 126. 186. 146. 81. 250. 51. 297. 277. 127. 150. 312. 60. 77. 41. 246. 98. 65. 255. 190. Oliver Joe “King” : 27. 51. Reger Max : 194. 80. 72. 142. 195. 282. 54. 245. 203. Persiani André : 76. Picabia Francis : 37. Nichols Red : 46. Payne Nina : 211. Platt Jack : 80. 60. 216. Noone Jimmy : 49. 308. 208. 146. 292. 235. 129. 145. Novy Yvon : 108. 93. 289n. 301. 82. Parker Charlie : 80. 150. 57. Peri Jacopo : 223. 127. Rivet Paul : 14. 80. 150. 184. 48. 145. 234. Rice T. 32. 148. Nietzsche Friedrich : 196. 59. 205. 147. 109. 128. 50. 149. 280. 198. 53. 46. 50. 269. 49. Pilcer Murray : 29. 117. Roach Max : 150. Périer Jean : 197. Palestrina Giovanni Pierluigi da : 20. 53. Pinkard Maceo : 180. 311. Nourry Pierre : 49. 73. 310. 70. 46. 129. Planquette Robert : 236n. Poë Edgar : 192. 61. 49. Renard Alex : 40. 287. 62. Procope Russell : 61. 127. 298. Offenbach Jacques : 179. Redman Don : 26. 20. Raab Paul : 52. 149. 146. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 321 Nat Yves : 262. Robins Harry : 304. 70. 166. 277. 52. 308. Rathaus : 278. 151. Noailles Anna de : 37. Prévost Marcel : 96. 147. Powell John : 175. Photiadès Constantin : 199. 55. 60. Pascal Blaise : 192. Poulenc Francis : 37. 146. O’Sullivan : 300. 196. 99. 93. 58. 118. 84. 84. Paquinet Guy : 39. Régnier Pierre de : 98n. Poll Léo [Polnareff Léo. Ray Man : 128n. 64. Petrillo John : 79. Polo Dany : 42. 147. . dit] : 40. 49. Porter Cole : 69. 84. Purcell Henry : 263. Payton Benny : 31. Radiguet Raymond : 37. Oliver Sy : 58. 287. 281. Oy-Ra : 165. Pâque Désiré : 196. Reinhardt Django : 10. Rayne Jack : 304. 147. Nathaniels Roland : 296. 288.www. Ohman Phil : 275. 63. Prunières Michel : 48. 53. 124. 194. 269. Prunières Henry : 47. 81. 237. 200. Ravel Maurice : 37. 19. 150. 98n. 150. Polnareff Léo : voir Poll Léo. 38. 194. 183. 39. Nohain Jean : 64. 310. 81. 312. Quatrefages de Bréau Armand de : 14. D. 81. 198. 199. 280. 247. 36. 69. 288. 69. Renouardt Jane : 207. 43. 74. Renoir Auguste : 167. 166. 145. Pincherle Marc : 193. 302. Parmentier Antoine (baron) : 98. 45. 129. 147. Néron (empereur) : 306. 147. Pollack Ben : 127. 243. 79. : 23. 124n. 210. Pernet Robert : 24n. Pills Jacques : 64. 296. 47. 251n. 208. Randau Robert : 99n. 129. Petit Georges : 46. 196. Nevers Daniel : 5. 85. Noailles Charles de : 312. Redon Odilon : 207. 141n. 59. Rimski-Korsakov Nikolaï : 194. 129. Porret Julien : 31. 69. 15. 78. Navarro Theodore “Fats” : 80. 101. Porel Jacques : 37. Pagnol Marcel : 96n. Puccini Giacomo : 182. 252n. 178. Notte Florius : 71. Robin Leo : 275. 61. 228. 275. 301. Rim Carlo : 128n. 83. 120. 94n. 150. 57. 191. 42. Panassié Hugues : 17. Reinhardt Joseph : 52. Robeson Paul : 297. Parsons Harry : 146. 289n. 147. 252n. 276. 59. Peiffer Bernard : 69. 78. 49. 78. 85.

Russell Charles “Pee Wee” : 282. 204. Thiébaut Marcel : 189. Stradivarius Antonio : 232. 118. Sissle Noble : 45. Stick Jane : 66. : 72. 141. Thibaud Jacques : 228. Schubert Franz : 251. 149. 148. 69. 277. 282. 60. 33. Shilkret Nat : 298. 188. Rolland Romain : 198. Sartre Jean-Paul : 20n. Strauss Richard : 183.com       / Constant Martin. 289. Rouget Gilbert : 312. 188. 300. Roussel Albert : 38. Taillefer Germaine : 101. Schulhof : 277. Sowerby Leo : 278. Savitry Émile : 52. Tessier André : 183. 233. 312. 146. 98n. Smith Ada “Bricktop” : 32. 238. 182. Saint-Hilaire Archange : 72. 149. 146. 253. Stretton Gordon : 16n. 145. 84. Schmitt Florent : 189. 149. 269. 250. 204. Solal Martial : 20. Romans Alain : 31. 148. Schecroun Raph : 76. 246. 102. 287. : 241. 147. 86. Stanley Aileen : 260. 229. 289. Singleton Zutty : 61. 237. 176. Schwabacher Henri-Simon : voir Duvernois Henri. 213. Sedric Gene : 45. Taylor Freddy : 58. Sorel Cécile : 207. Schwerké Irving : 218. 72. 126. de : 207. 252n. 266. 293. Snyder Ted : 250. 74. Roueff — La France du jazz. Tharaud Charles [dit Jean] : 99n. Musique. 150. Smith Willie “The Lion” : 26. . 289. 255n. 253. 190. 208. 65. Rose Phyllis : 26n. 263. Teagarden Jack : 122n. Schaeffner André : 14. 115. 149. 311. 150. Starita Ray : 281. Schülz-Koehnun Dieter : 67. 238. Saint-Saëns Camille : 191. Sweatman Wilbur : 100. 289. Sabord Noël : 192. Sablon Jean : 53. 302. Thévenet Jean : 127. 289. 300. Roujon Guy : 46. 282.editionsparentheses. 151. Stewart Rex : 84. 196. 312. 147. 244n. 198. 282. 108n. 286. 287. Schmidt Silvio : 43n. 80. 183. 301. 203. 267. Spanier Muggsy : 57. Schönberg Arnold : 38. 54. Tambour (sœurs) : 222. 267. 311. 120. Smith Cricket : 32. Satie Erik : 25. 169. 233. Teschmaker Frank : 47. 72. 179. 196. 36. 188. 240n. 274. 301. 32. 113n. Salvador Henri : 72. 251. Stellio Alexandre : 71. Schumann Robert : 191. 117. Rostaing Hubert : 54. Szymanowski Karol : 198. 84. Russell Luis : 300. Thomas Louis : 292. 252n. Scott Cyril : 176. Senghor Léopold Sédar : 121n. 207. 287. 301. 252n. Schoebel : 284n. Sert Missia : 36. 265. 291. 146. Ténot Frank : 5. Tharaud Ernest [dit Jérôme] : 99n. 122n. 116. Scarborough Dorothy : 222n. Sousa John Philip : 25. 109. Stravinsky Igor : 25. 38. 147. 266. Sullivan Joe : 282. 16n. 150. 147. 183. 251n. 240n. 222n. 238. 39. 85. 238. 237. 290. 27. Saint-Granier M. 277. Thompson Edgard E. 190. 187. S. Sordet Dominique : 303. 38n. 63. Rousseau Henri [dit le Douanier] : 207. 233. Tansman Alexandre : 194. 45. South Eddie : 45. Rusin Babe : 42. 194. Siobud Sylvio : 73. 61. Sachs Curt : 237n. 213. 64. 148. 186. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 322 Robinson Jim : 26. Snow Valaida : 61. 294. Strauss Anselm : 132n. 235. 263.www. 252n. 300. 147. 294. 262. 45. 196. 263. 252n. Roland-Manuel [Lévy Roland Alexis Manuel. Seymart Claude : 203. Thompson H. Sauguet Henri : 184. 147. Silver Charles : 221n. Singleton Esther : 253. Strauss Johann : 193. 276. Sekles Bernhard : 278. 238. Schloezer Boris de : 237. Taylor Billy : 308. Soupault Philippe : 15. 263. 180. 267. 255. 94n. 230. 181. 69. Stitt Sonny : 80. Senter Boyd : 302. 193. 179. 101. 147. Samain Albert : 263. Robison Willard : 303. 310. Rubinstein Arthur : 37. 196. 286. 150. Tabet Georges : 64. Root George Frederik : 241. Schweitzer Albert : 311. dit] : 38. Spitalny : 299.

Udine Jean d’ : 204. 98. 282. Wetsel Arthur : 292. Wagner Christian : 69. 276. 250. Withers Frank : 16n. 42. 233. 299. 255. 49. Williams Spencer (“Elvin”) : 32. 252n. 251. Yvain Maurice : 255. 33. 78. 85. 101. 146. Wooding Sam : 45. Youmans Vincent : 245. 275. 93. Verhaeren Émile : 213. Wladimir : 43. Whiteman Paul : 13. 259. 146. 258. Trumbauer Frankie (“Tram”) : 42. 181. 77. 178. 37.www. 73. Tzara Tristan : 37. 35. 229. Wilde Oscar : 190. 301. 79. 147. 147. 129. 127. 102. Vulliamy Gérard : 71. 78. 202. 277. 204. Van Dongen Kees : 207. Weber Max : 132n. 58. 149. 236. 32. Tucker Sophie : 127. 147. 101. 255. Whitman Walt : 174. Williams Charles : 292. 201. Victoria (reine d’Angleterre) : 222. 303. Vines Ricardo : 288. 262. Roueff — La France du jazz. 298. 210. Weber Carl Maria von : 240. Ward Aida : 147. dit] : 202. 114. 168. 245. 183. 252. Yatove Jean : 124n. Vées Eugène (“Ninine”) : 52. 72. 250.com       / Constant Martin. 43. Tram : voir Trumbauer Frankie. 147. 69. 32. 74. Webern Anton : 38. 53. 77. Vaudoyer Jean-Louis : 217. 278. 289n. Vodery Will : 26. Vuillemin Louis : 170. 128. 64. 231. 147. 250n. 288n. 244. 63. 36. 86. 114. 48. 283. 61. 302. Weatherford Teddy : 61. 255. 66. Tough Dave : 45. 285. 31. 178. Vigo Jean : 195. 65. Willy [Gautier-Villars Henry. Venuti Joe : 46. 201. Titaÿna [Sauvy Elisabeth. 52. Vian Boris : 19. 288. 282. 42. Verlaine Paul : 221n. Wilson Garland : 49. 169. 252n. 298. 64. Weems Ted : 302. 33. 281. 59. Vivaldi Antonio : 193. 278. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 323 Tiomkin[e] Dimitri : 278. 311. 113. 146. 41. 124. Wiener Jean : 5. 61. 94. 137. 182. 65. 148. 227. 299. 250. 266. Wells Dickie : 60. 188. 252. 263. Vaissade Jean : 51. 29. 303. 148. 283. 202. 303. 150. 64. 148. 187. : 275. Trenet Charles : 63. 77. 281. Wilson Edith : 225. Whiting Richard A. 29. 145. Volterra Léon : 36. Villers Michel de : 76. 38. Henri. Vuillermoz Émile : 179. 282. 231. 43. 73. 288. 122n. 247n. 145. Weill Kurt : 278. Valvert Félix : 70. 278. Williams Patrick : 53. 122. Verdi Giuseppe : 38. 148. Vola Louis : 52. 148. . 167. 129. 261. 179. Wolff Charles : 303. Weston Horace : 24. 293. 32. 49. Waller Thomas “Fats” : 63. Wagner Richard : 126. 58. 186. Tucker Earl : 147. 283. 238. 206. Wynn Albert : 45. 117. 46. 281. 116. 42. 60. Walker William : 25. 287. 299. 298. 285. 179. 51. 147. 286. 146. 150. dite] : 128n. Warlop Michel : 10. Toulouse-Lautrec Henri de : 24. 290. Wells Herbert George : 183. 61. Viseur Gus : 61. 81. 60. Tizol Juan : 292. 293. 113. 39. Windsor Edmond duc de : 41. Musique. 266. 66. 230. 45. Vauchant Léon (“Léo”) : 30. 188. Trittle Billy : 40. 43. 246. Tranchant Jean : 54. 287. 287. 127. 46. 79. Waters Ethel : 259. 278. 64. 127. 208. Varèse Edgar : 188. Ventura Ray : 39. Trébert Irène de : 74. 146. 176. 252n. 289. Widor Charles : 312. Vangeon Henri Léon : voir Ghéon. 81. Williams Bert : 25. 288. 41.editionsparentheses. Vander Maurice : 85. 44. 228.

www. le « nègre » et la modernité 9 Chapitre 1 Les ménestrels du Nouveau Monde 23 Chapitre 2 Premiers orchestres américains. Roueff — La France du jazz. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Table Avant-propos 5 Première partie L’invention du jazz en France 7 par Denis-Constant Martin Introduction La France. premiers musiciens français 29 Chapitre 3 De la Revue Nègre au Bœuf sur le Toit 35 Chapitre 4 L’ère Vauchant 39 Chapitre 5 L’éveil au swing 45 Chapitre 6 Ça balance dans les cordes 51 Chapitre 7 Jazz.editionsparentheses. hot et swing 57 Chapitre 8 Swing. Musique. swing… 63 Chapitre 9 Le jazz résiste 69 Chapitre 10 Le choc du bop 77 Chapitre 11 L’invention du jazz français 81 . swing.com       / Constant Martin.

com       / Constant Martin.editionsparentheses. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Seconde partie De l’Amérique mécanisée à l’Afrique sauvage 87 par Olivier Roueff Introduction La question des origines 89 Chapitre 1 La mode du jazz-band américain (1917-1922) 93 Chapitre 2 L’ancrage au music-hall (1923-1926) 105 Chapitre 3 L’avènement d’un monde musical (1927-1932) 115 Épilogue L’objectivation du jazz 131 Conclusion Le jazz.www. prétexte et passion 137 Chronologie 145 Bibliographie 153 Annexes 163 René Bizet « Le music-hall — Au Casino de Paris » 165 Jean Cocteau « Carte blanche — Jazz-Band » 166 Roger Désormière « Une séance de musique moderne » 168 Louis Vuillemin « Concerts métèques… » 170 Francis de Miomandre « Les dancings. Roueff — La France du jazz. Musique. Choses vues » 171 Marion Bauer « L’influence du “Jazz-Band” » 174 Darius Milhaud « Jazz-band et instruments mécaniques Les ressources nouvelles de la musique » 178 André Schaeffner / André Cœuroy « Enquête sur le jazz-band » 182 Yvon Novy « La naissance du jazz » 205 Michel Georges-Michel « Soirée nègre » 207 .

“La Revue Nègre” » 210 Gustave Fréjaville « Les music-halls. Le Jazz » 253 Paul Achard « Sur une étoile morte — Florence Mills… » 257 Pierre Mac Orlan « Musiques populaires » 258 Gustave Fréjaville « La semaine au music-hall » 260 Jean Wiener « Le Jazz et la Musique » 262 Michel Leiris « Civilisation » 270 Georges Bataille « Black Birds » (dictionnaire) 273 André Schaeffner « Les “Lew Leslie’s Black Birds” au Moulin Rouge » 274 .www. Roueff — La France du jazz. Théâtre des Champs-Élysées.editionsparentheses. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Yvon Novy « Au théâtre des Champs-Élysées Music-Hall. La Revue Nègre » 215 Pierre de Régnier « Aux Champs-Élysées. Musique. La revue nègre » 213 René Bizet « Le music-hall. La Revue Nègre » 216 Irving Schwerké « Le Jazz est mort ! Vive le Jazz ! » 218 Louis Léon-Martin « Aux Ambassadeurs : Black Birds » 225 René Bizet « Le music-hall. Chronique de la semaine » 211 Henri Jeanson « Opéra-Music-hall.com       / Constant Martin. Paul Whiteman et son jazz » 230 Émile Vuillermoz « La musique — Paul Whiteman » 231 Albert Jeanneret « Le Nègre et le Jazz » 232 Arthur Hoérée « Le jazz » 234 André Schaeffner « Réflexions sur la musique. La Revue Black Birds aux Ambassadeurs » 226 Maurice Bex « Un jazz symphonique » 227 Pierre Maudru « Petit dialogue sur l’orchestre de Paul Whiteman » 228 Fred Orthys « Les nouveaux spectacles.

com       / Constant Martin.editionsparentheses.www. Roueff — La France du jazz. modernité et identité dans la première moitié du xxe /  ISBN 2-86364-618-4 Georges-Henri Rivière. Jacques Fray « Chronique du jazz » Arthur Hoérée « Le jazz et la musique d’aujourd’hui » Michel Leiris « Disques nouveaux » Hugues Panassié « Le jazz “hot” » Hugues Panassié « Le Jazz “Hot” » Jacques Fray « Duke Ellington » André Schaeffner « Eddie South et ses chanteurs » Arthur Hoérée « Le jazz et le disque (essai critique et historique) » « Jack Hylton et ses boys » Maurice Bex « Apologie du jazz » Jack Hylton « Qu’est-ce que le jazz ? » Henry Prunières « Le hot-club » André Schaeffner « Discours pour son départ à la retraite du Musée de l’Homme » 275 276 280 281 284 292 294 295 304 305 306 308 310 Index des noms 315 . Musique.

Centres d'intérêt liés