Vous êtes sur la page 1sur 6

A la lumière de Ton nom, nous vivons

Episode 12: Al-‘Azîz

(L’Eminent, Le Noble, L’Auguste, Le Puissant)

Sans longue introduction, nous vivrons aujourd’hui avec l’attribut d’Allah Al-’Azîz.

Signification de Al-‘Azîz :

L’attribut ‘Al-’Azîz’ a quatre sens :

1- Celui qui n’a pas d’égal. Dans la langue arabe ‘Aziz désigne ce qui est rare.
Al-’Azîz c’est celui qui n’a pas d’associé et auquel rien ne ressemble.
2- Celui qui ne peut être vaincu. Une personne peut surpasser les autres dans
certains points. Chacun a son point fort mais il n’y a pas d’homme sans faiblesse et il n’y en pas
d’invincible tandis que Al-’Azîz est invulnérable. Même si vous connaissez ces mots, il est essentiel de
vivre leur sens et d’en imprégner vos âmes. Devenant un serviteur de Al-’Azîz vous deviendrez fier, la
tête haute et plein de confiance en vous-même. Ecoutez ce verset – qui peut être traduit par - : “Et
Allah est souverain en Son Commandement: mais la plupart des gens ne savent pas. "
(TSC[i], Yoûsouf (JOSEPH) : 21). Al-’Azîz est l’invincible mais malheureusement la plupart des gens
ne le savent pas.
3- Al-’Azîz est celui qui pourvoie la force et la fierté. Vous rappelez-vous de
l’histoire mentionnée dans sourate Yâ-Sîn qui dit – ce qui peut être traduit par - : “Nous [les]
renforçâmes alors par un troisième et ils dirent: "Vraiment, nous sommes envoyés à
vous". " (TSC, Yâ-Sîn : 14).” Soutenus par un troisième, ils sont devenus plus forts. Comme lorsque
l’on envoie du renfort à l’armée, Al-’Azîz t’envoie du secours pour te consolider. La connaissance de ce
nom doit vous emplir de force et de fierté. Vous ne craindrez plus rien parce que vous serez un
serviteur de Al-’Azîz.

Il faut remarquer que ce nom a été mentionné aussi souvent dans le Coran parce que la morale de la
Oumma se base dessus. Revoyez votre vie et voyez si, dans vos moments difficiles, vous avez vécu avec ce
nom et recherché Son soutien. J’aimerai tant vous inculquer ces sens de Al-’Azîz et vous le faire vivre pour le
bénéfice de la Oumma qui en a besoin en ces temps. N’oubliez pas votre devoir envers elle en ce point et
voyez si vous adorez Al-’Azîz comme il faut pour y parvenir.

Al-’Azîz vient dans le Coran toujours accompagné de l’un de quatre noms dont Al-Hakîm le plus souvent,
quarante sept fois, ensuite Ar-Rahîm quatorze fois, Al-‘Qawy et Al-‘Alîm. A savoir la raison de la venue de ces
noms avec lui, on fond d’amour pour Allah (SWT [ii]). Ar-Rahîm vient pour signifier qu’il est ‘Aziz mais avec
miséricorde parce qu’il y a des personnes éminentes qui sont altières et dures. Il est Al-’Azîz Al-Hakîm (Le
Sage) parce Ses actions sont toutes pleines de sagesse à l’opposé des éminents fougueux et irraisonnables.
Il est également accompagné de Al-‘Alîm pour faire comprendre qu’Il est éminent avec science et de Al-
Qawy pour signifier que Son éminence est basée sur la force. Les versets nous disent – ce qui peut être
traduit par - : “Allah est assurément Fort et Puissant, " (TSC, AL-HAJJ (LE PELERINAGE) : 40). “En
vérité Allah est Fort et Puissant. " (TSC, Al-Moujâdala (LA DISCUSSION) : 21).”

Observons l’univers tout en lisant le Coran peut-être que, en nous rapprochons de cet attribut, serons-nous
touchés par ses grâces et notre Oumma pourra relever sa tête bien haut et retrouver sa fierté.

Observons les voies célestes. Combien y en a-t-il haut dans le ciel ? Les étoiles sont innombrables et
pourtant elles ne se heurtent pas les unes aux autres ? Et qu’en serait-il si cela arrivait ? Si la Terre se
rapprochait un plus du soleil elle brûlerait et si elle s’en éloignait elle se perdrait dans l’espace. Comment le
soleil garde-t-il sa distance avec la terre sans l’attirer ou la laisser s’échapper ? Le soleil attire à lui la Terre
avec sa force magnétique et la Terre lui résiste en tournant autour d’elle-même. De même le soleil est attiré
par une force magnétique à laquelle il résiste en tournant. Tout ce qui se trouve au ciel est ainsi tenu en
place. Vous imaginez si Allah (SWT) abandonnait ces étoiles à elles-mêmes ? Le verset nous dit – ce qui peut
être traduit par - : “Allah retient les cieux et la terre pour qu'ils ne s'affaissent pas. Et s'ils
s'affaissaient, nul autre après Lui ne pourra les retenir. Il est Indulgent et Pardonneur. " (TSC,
Fâtir (LE CREATEUR) : 41).

Dans l’histoire d’Ibrahîm (Abraham). Le verset nous raconte – ce qui peut être traduit par - : “" Et quand
Abraham dit: «Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts», Allah dit: «Ne crois-
tu pas encore?» «Si! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré». «Prends donc, dit Allah,
quatre oiseaux, apprivoise-les (et coupe-les) puis, sur des monts séparés, mets-en un fragment
ensuite appelle-les: ils viendront à toi en toute hâte. Et sache qu'Allah est Puissant et sage.» "
(TSC, Al-Baqara (LA VACHE) : 260).”. Le nom de Al-’Azîz vient à la fin de l’histoire pour rappeler la
manifestation de cet attribut qui a eu lieu.
Nous avons également trois autres exemples dans la vie du Prophète (BP sur lui) qui mettent en évidence
cet attribut. Au jour de Badr, les Musulmans étaient au nombre de trois cents et possédaient deux chevaux
contre mille ennemis avec cent chevaux. Les forces étaient manifestement inégales et la situation
désespérée. Les Musulmans avaient apprêté tout ce qui était en leur pouvoir et le Prophète (BP sur lui)
invoqua Allah (SWT) avec Son nom Al-’Azîz. Le verset le mentionne – par ce qui peut être traduit ainsi – :
“(Et rappelez-vous) le moment où vous imploriez le secours de votre Seigneur et qu'Il vous
exauça aussitôt: «Je vais vous aider d'un millier d'Anges déferlant les uns à la suite des
autres.» " (TSC, Al-'Anfâl (LE BUTIN) : 9).” “Nul ne connaît les armées de ton Seigneur, à part Lui.
Et ce n'est là qu'un rappel pour les humains. " (TSC, Al-Mouddaththir (LE REVETU D'UN MANTEAU) :
31).” Quel fut le renforcement ? “" A Allah appartiennent les armées des cieux et de la terre; et
Allah est Puissant et Sage. " (TSC, Al-Fat-h (LA VICTOIRE ECLATANTE) : 7)”. Ainsi, si tu te sens faible et
que tu vas te réfugier auprès d’Al-’Azîz, les guerriers des cieux et de la Terre viendront à ton secours.
Quels furent ces combattants de Badr ?

· Le sommeil : " Et quand Il vous enveloppa de sommeil comme d'une sécurité de Sa part, et
du ciel Il fit descendre de l'eau sur vous afin de vous en purifier, d'écarter de vous la
souillure du Diable, de renforcer les cœurs et d'en raffermir les pas! [vos pas]. " (TSC,
Al-'Anfâl (LE BUTIN) : 11). Un des Compagnons dit : « Le Messager d'Allah (BP sur lui) m’avait
demandé de monter la garde et, par Allah, l’épée me tomba des mains trois fois à cause du sommeil qui
m’accablait. Je me suis réveillé et j’ai vu les Compagnons endormis au point de ronfler”.

· La vue : “" En songe, Allah te les avait montrés peu nombreux! Car s'Il te les avait
montrés nombreux, vous auriez certainement fléchi, et vous vous seriez certainement
disputés à propos de l'affaire. Mais Allah vous en a préservés. Il connait le contenu des
cœurs. " (TSC, Al-'Anfâl (LE BUTIN) : 43).

· La pluie : “" Et quand Il vous enveloppa de sommeil comme d'une sécurité de Sa part, et
du ciel Il fit descendre de l'eau sur vous afin de vous en purifier, d'écarter de vous la
souillure du Diable, de renforcer les cœurs et d'en raffermir les pas! [vos pas]. " (TSC,
Al-'Anfâl (LE BUTIN) : 11)” C’est comme lorsqu’un d’entre nous sommeille deux heures avant d’accomplir
un travail important. Il reprend toutes ses forces. C’est ce qui est arrivé dans cette bataille aux
Musulmans.

· La quantité de la pluie qui était différente dans le camp musulman du camp ennemi. Le verset dit –
ce qui peut être traduit par - : “" Vous étiez sur le versant le plus proche, et eux (les ennemis)
sur le versant le plus éloigné, tandis que la caravane était plus bas que vous. Si vous vous
étiez donné rendez-vous, vous l'auriez manqué (effrayés par le nombre de l'ennemi). Mais il
fallait qu'Allah accomplît un ordre qui devait être exécuté, pour que, sur preuve, pérît celui
qui (devait) périr, et vécût, sur preuve, celui qui (devait) vivre. Et certes Allah est Audient et
Omniscient. " (TSC, Al-'Anfâl (LE BUTIN) : 42).” Pourquoi nous informe-t-Il de leurs places ? Parce que
la pluie, légère chez les Musulmans, raffermissait leur pas sur la terre et, abondante chez les autres, les
enlisait dans la boue. Voyez-vous les guerriers de Al-’Azîz ?

· Les Anges. “" (Et rappelez-vous) le moment où vous imploriez le secours de votre Seigneur
et qu'Il vous exauça aussitôt: «Je vais vous aider d'un millier d'Anges déferlant les uns à la
suite des autres.» " (TSC, Al-'Anfâl (LE BUTIN) : 9).” A ce moment le Prophète (BP sur lui) dit :
“Allahou akbar (Allah est le plus Grand), réjouissez-vous, Djibrîl (Gabriel) est là. Il tient les brides de son
cheval et guide mille anges pour vous soutenir dans le combat.” Un des Compagnons racontait: “Je me
suis hâté pour couper la tête de l’un des mécréants et je l’ai vu s’envoler avant que je ne la touche.” Un
des anges m’y avait devancé. C’est dommage que la Oumma de Al-’Azîz oublie que nul ne possède les
guerriers des cieux et de la terre à part Lui. Nous avons à la fin de la Sourate Al-Ahzâb (Les Coalisés) –
ce qui peut être traduit par - : “" Allah ne fit cela que pour (vous) apporter une bonne nouvelle
et pour qu'avec cela vos cœurs se tranquillisent. Il n'y a de victoire que de la part d'Allah.
Allah est Puissant et Sage. " (TSC, Al-'Anfâl (LE BUTIN) : 10).” Alors, où est votre confiance en
Al-’Azîz ?

A la caverne Thor, des guerriers étranges empêchèrent les ennemis du Prophète (BP sur lui) de regarder
sous leurs pieds. Abou Bakr lui dit : “Ô Messager d'Allah, s’ils regardent sous leurs pieds, ils nous verront.” Et
le Prophète (BP sur lui) lui répondit : “Que peut-il arriver à deux dont Allah (SWT) est le troisième ?” “" Si
vous ne lui portez pas secours... Allah l'a déjà secouru, lorsque ceux qui avaient mécru l'avaient
banni, deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu'il disait à son compagnon: "Ne
t'afflige pas, car Allah est avec nous." Allah fit alors descendre sur Lui Sa sérénité "Sa sakîna"
et le soutint de soldats (Anges) que vous ne voyiez pas, et Il abaissa ainsi la parole des
mécréants, tandis que la parole d'Allah eut le dessus. Et Allah est Puissant et Sage. " (TSC, At-
Tawba (LE DESAVEU ou LE REPENTIR) : 40).” Remarquez comment le mot guerrier vient souvent. Parce que
Al-’Azîz est Le Vainqueur, Le Puissant. En révisant les versets du Coran où le nom Al-’Azîz a été mentionné
nous remarquerons toujours qu’ils parlent de force.

Il est donc honteux, dans l’état où se trouve notre Umma, de devenir défaitiste incapable d’action. Allah
(SWT) vous invectivera au Jour de la Résurrection et vous dira : “N’avez-vous pas su que je suis Al-’Azîz ?”
Ne lisez-vous pas le Coran, pourquoi vous ne faîtes-vous rien pour votre Umma que vous laissez dans cet
état ? Ce n’est pas une invitation à la violence, je parle de Al-’Azîz Al-Hakîm (Le Sage) qui est aussi bien Ar-
Rahîm (Le Miséricordieux).

Ne voyez-vous pas comment Al-’Azîz s’est vengé de tous ceux qui l’ont défié ? Pharaon a dit :“ Et Pharaon
fit une proclamation à son peuple et dit: «Ô mon peuple! Le royaume de Misr [l'Egypte] ne
m'appartient-il pas ainsi que ces canaux qui coulent à mes pieds? N'observez-vous donc pas? "
(TSC, Az-Zoukhrouf (L'ORNEMENT) : 51).” et Il a dit: «C'est moi votre Seigneur, le très haut». " (TSC,
An-Nâzi`ât (LES ANGE QUI ARRACHENT LES AMES) : 24). ” mais Allah (SWT) le noya et il dit en mourant
«Je crois qu'il n'y a d'autre divinité que Celui en qui ont cru les enfants d'Israël. Et je suis du
nombre des soumis». " (TSC, Yoûnous - (JONAS) : 90).”.
Youssouf (Joseph) est entré dans la maison du noble ministre égyptien comme esclave et en était sorti
comme prisonnier. Il était ensuite revenu au même palais comme un noble ministre de l’Egypte. Il s’était
réfugié en Allah (SWT), L’avait invoqué en prison et avait accompli son devoir envers sa religion.

4- Une autre signification du nom d’Allah « Al-’Azîz » : Celui qui ne tolère


pas l’humiliation pour Ses serviteurs car ils sont Sa création, Son œuvre à Lui, Le Très
Eminent. La formule maîtresse dans l’Islam « Il n’y a pas de divinité à part Allah » signifie justement
que le musulman n’adore, ne s’humilie ni ne se soumet à nul autre qu’à Allah (SWT), qu’il est délié de
la servitude à tout autre que Lui.

A la différence de tous les animaux, Allah (SWT) a créé l’homme avec une posture élancée, la tête haute et
droite parce qu’il est noble. Et en nous redressant de la génuflexion lors de la salât nous disons « Seigneur
nous louons Ta grâce » « Rabbanna Wa Laka Al Hamd » pour Le remercier de cette stature d’honneur dont
Il nous a privilégiés.
Mais que de fois ne nous a-t-Il surpris dans des situations avilissantes avec nos femmes, nos supérieurs ou
avec nous-mêmes. Lequel déshonneur nous meurtrirait s’il venait à être dévoilé à des proches tels que nos
pères, s’ils nous appréhendaient à contrefaire sous prétexte que nous sommes contraints à cela pour notre
subsistance. Comment acceptons-nous qu’Al-Azīz, qui détient l’univers, qui nous a asservis à Lui Seul nous
voie dans l’humiliation ? Que Lui répondre le Jour de la Résurrection ? Lui qui dit « Ceux qui ont fait du
tort à eux-mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant: «Où en étiez-vous?» (à propos
de votre religion) - «Nous étions impuissants sur terre», dirent-ils. Alors les Anges diront: «La
terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer?» (TSC, An-Nissa’ (Les
Femmes) : 97).

Aussi, En dehors de toute contrainte, il est des gens que la passion du renom, du pouvoir, de la chair ou de
la fortune avilisse. Le Prophète (BP sur lui) dit « vil et misérable est l’esclave du dirham et du dinar ».
Sachez alors que « Quiconque veut la puissance (qu’il la cherche auprès d’Allah) car la puissance
tout entière est à Allah ». (SC, Fâtir (LE CREATEUR) : 10). Tout comme le soleil est la source de l’énergie
sur la terre, tout comme l’eau est la source de la vie, tout honneur, toute dignité provient d’Allah Seul. Nul
honneur n’est à espérer loin de Sa voie. Voyez cette question réprobatrice de la part d’Al-’Azîz « ceux qui
prennent pour alliés des mécréants au lieu des croyants, est-ce la puissance qu’ils recherchent
auprès d’eux? (En vérité) la puissance appartient entièrement à Allah. ». TSC, An-Nisâ' (LES
FEMMES) : 139).

Certains pourraient objecter par le fait qu’il y a des gens qui désobéissent au Seigneur mais qui jouissent de
dignité, de puissance et de renom. En réalité c’est un renom trompeur, ils sont humiliés quelque part, cela ne
se voit pas certes, parce que leur état est une épreuve pour les croyants. Prenez l’exemple d’Al-’Azîz
d’Egypte, il avait le titre de noblesse de ce temps là, il était ministre, il avait une belle épouse, et avec toute
cette cape de semblant de noblesse cette même femme voulait le tromper avec un valet. Il était esclave de
son rang social, de son titre de noblesse mensonger.

Cette femme qui habitait un palais, qui était l’épouse d’un notable, qui était réputée pour sa beauté, était
elle honorable ? Elle était vile car asservie à son désir charnel, et encore plus vile et humiliée lorsque son
esclave « s’en défendit fermement » (TSC, Yoûsouf (JOSEPH) : 32) et qu’il s’éleva au dessus de tout ce
qui pour elle était source d’orgueil.

L’humiliation d’un instant peut effacer les honneurs de toute une vie. Le dernier roi d’Andalousie la quittait
en pleurant; sa mère lui dît « pleure ce royaume que tu n’as pas su préserver comme un homme, pleure le
donc comme les femmes ».

Nous devrions être fiers d’être en compagnie d’Allah (SWT), du Prophète et des croyants comme Allah le
déclare dans ce verset « Or c’est à Allah qu’est la puissance ainsi qu’à Son messager et aux
croyants. » (TSC, Al-Mounâfiqoûn (LES HYPOCRITES) : 8). Ne nous en écartons pas à la recherche
d’honneur dans la servitude à quiconque d’autre que Lui.
Allah (SWT) nous veut humbles entre Ses mains et fiers parmi les gens; fierté mêlée à la sagesse et à
l’indulgence. Le sommes nous ? Ou est ce que nous nous rabaissons pour gagner quelques sous ou quelque
position sociale ?

Le vicariat sur la terre est un lourd dépôt, il requiert beaucoup de qualités. Une des plus requises est bien la
dignité. Remarquez que tous les Prophètes ont été envoyés pour appeler à l’unicité d’Allah (SWT), sauf
Moise qui fut envoyé aux Beni Israël déjà monothéistes. Il fut envoyé à eux pour les réformer et aussi pour
les libérer de la servitude aux Pharaons « dites-lui: «Nous sommes tous deux, les messagers de ton
Seigneur. Envoie donc les Enfants d’Israël en notre compagnie et ne les châtie plus » (TSC, Tâ-Hâ
: 47). Leur histoire est répétée plusieurs fois dans le Coran sous des angles différents pour mettre l’accent
sur le fait que la disparition de cette qualité parmi les croyants les rend inaptes à la mission de vicaires.
Aucune réforme ni aucune renaissance n’est à espérer si ce sentiment de fierté fait défaut. Mais Moise
trouva leurs natures profondément corrompues. Allah (SWT) lui ordonna de les laisser errer 40 années « Il
(Allah) dit: «Eh bien, ce pays leur sera interdit pendant quarante ans, durant lesquels ils
erreront sur la terre” (TSC, Al-Mâ'ida (LA TABLE SERVIE) :26) pour qu’une nouvelle génération naisse
imprégnée cette fois de fierté et d’honneur.

C’est pourquoi aussi, 13 ans après le début de la Mission du Prophète Mohammed (BP sur lui), l’émigration
des compagnons est devenue un devoir prescrit parce que continuer à endurer l’humiliation à la Mecque
pouvait les séduire dans leur foi et dénaturer leur amour propre.
Je prétends que le vice majeur de la Oumma aujourd’hui est la disparition de ce sentiment, pourtant notre
histoire crie l’honneur et la fierté : Omar Ibn Al KHattab qu’Allah l’agrée, très aimé des musulmans est un
symbole de dignité. Ibn mass’oud dit « nous ressentons de la fierté depuis que Omar a embrassé l’Islam ».
Lorsqu’il était calife, un copte rempli du sentiment de fierté que l’Islam avait semé parmi les hommes ose
faire le voyage d’Egypte vers Médine pour demander réparation à la gifle que le fils du gouverneur lui avait
donnée. Il obtient gain de cause et Omar dit au gouverneur - qu’il avait convoqué - son expression qui
raisonne dans les cœurs des nobles autant que dans ceux des subjugués : « depuis quand asservissez vous
les hommes alors qu’ils sont nés libres ? ».

Abou Bakr lors des guerres d’apostasie s’est exclamé « l’on faillit aux commandements de la religion de mon
vivant ? » et il mena ces batailles qui ont préservé l’Islam dans ses premiers ébranlements qui risquaient de
l’anéantir après la mort du Prophète.
Sa fille, Asma’ enseigne à son fils aux derniers instants de sa vie comment mourir avec bravoure. Il lui dît
« mère, je crains qu’on mutile mon corps après la mort » elle lui répondit « qu’importe, la brebis ne se
soucie guère d’être écorchée une fois égorgée ».

La bienséance à l’égard de ce nom :

1. Refuser l’humiliation :
Réfléchissez comment vous sortir de la situation d’injustice et d’humiliation dans laquelle vous vous trouvez.
Avec sagesse – rappelons le - et indulgence, en vous accrochant à Al-’Azîz qui détient l’univers et qui peut
vous l’assujettir. Qu’importe si vous n’y parvenez pas, qu’importe si vous mourrez bafoués et écrasés. Vous
aurez tout de même concrétisé le nom d’Allah Al-’Azîz dans votre vie.
Le Prophète (BP sur lui) dit « demandez (à autrui) ce dont vous avez besoin avec honneur car les choses
arrivent par arrêt de Allah (selon le destin) »
Refusons aussi l’humiliation de la Oumma, oeuvrons pour lui rendre sa dignité en aidant à la réforme, en
propageant le bien. Dépensons y toute notre énergie.

2. Secourir les faibles pour leur préserver leur dignité :

Le Prophète (BP sur lui) dit « celui qui voit un homme bafoué, s’il peut le secourir et qu’il ne le fait pas Allah
l’humiliera devant l’humanité entière le Jour de la Résurrection ».
Qu’aurait-il dit pour ceux qui voient la Oumma dans le déshonneur et qui ne réagissent pas ?
L’Islam nous dénoncerait comme l’a imaginé Al Hassan Al Basriy : « l’Islam viendrait le jour dernier dévisager
les hommes et dire « Seigneur cet homme m’a soutenu, cet autre m’a avili », et arrivé à Omar Ibn Al
Khattab il dirait « Seigneur j’étais étranger jusqu’à ce que cet homme (Omar) se convertît (à l’Islam) » ».
Desquels serons-nous ?

3. Se montrer humbles devant Al-’Azîz:

Il vous transmettra son honneur et sa fierté. Prenez exemple sur Djibril qui était – le jour de l’ascension –
comme une vielle natte de crainte et d’humilité devant son Seigneur.
Un fidèle dévot dit un jour « j’ai frappé aux portes qui mènent vers Allah, toutes étaient peuplées mais à
celle de l’humilité peu de dévots étaient, alors je me suis écrié : « c’est celle là la grande porte » ».

[i] TSC:Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus
connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa
lecture en arabe, la langue de révélation du noble Coran.
[ii] SWT: Subhana Wa Ta’ala : Exalté soit-Il