Vous êtes sur la page 1sur 9

Histoires des Prophètes

Série par Amr Khaled

Construction de la Ka’ba 2

Histoires des prophètes 1 Ka’ba 2


La construction de la Ka‘ba
Deuxième partie

« Notre Seigneur ! Fais de nous Tes Soumisi, et de notre descendance une communauté
soumise à Toi. Et montre nous nos rites et accepte de nous le repentir. Car c’est Toi
certes l’Accueillant du repentir, le Miséricordieux » (TSCii, Al-Baqara ‘La Vache’ : 128).

Repentissez-vous s’il vous plait ! Y a-t-il quelqu’un parmi nous qui n’a jamais commis un péché ?
En effet, nous avons tous commis des péchés et nous avons tous besoin du repentir. Voyons donc
les conditions du repentir sincère et essayons tous ensemble de les remplir tout de suite.

Il existe trois conditions pour qu’un repentir soit sincère. La première est celle du regret. Il faut
regretter le fait d’avoir été alcoolique ou d’avoir pris des drogues tout en suivant la religion
d’Abraham et de Mohammad. La deuxième est de cesser de commettre ce péché tout en
s’efforçant de suivre des cours de religion pour ne plus recommencer. La troisième est de ne plus
recommencer ce péché.

Il n’y a que trois conditions et quiconque les accomplit, ses péchés seront effacés. Un homme est
venu demander au prophète (BP. sur lui) : « Si je me repentis, mes péchés seront-ils effacés ? ».
Le prophète répondit : « oui ». L’homme demanda : « Et mes grands péchés et les turpitudes ? ».
Le prophète répondit : « et tes grands péchés et les turpitudes ». L’homme s’en alla en pleurant et
en criant : « Allah est le plus Grand, Il pardonne même les grands péchés et les turpitudes ».
Imaginez-vous que chacun parmi nous peut se repentir sur le champ et avoir sa feuilleiii toute
blanche (sans aucun péché inscrit).

« Notre Seigneur ! Envoie l’un des leurs comme messager parmi eux, pour leur réciter
Tes versets.. » (TSC, Al-Baqara : 129)

Abraham demanda à Allah, il y a des millénaires, d’envoyer aux habitants de la Mecque un


messager parmi eux et c’est cette invocation qu’Allah exauça en envoyant le prophète Mohammad
(BP. sur lui). Notre prophète affirma lui-même cela quand un de ses compagnons lui demanda :
« Comment l’histoire de ta prédication a-t-elle commencé ? ». Le prophète répondit : « Le début
de mon histoire date du jour où Abraham supplia Allah de m’envoyer ».

Ce qu’il faut donc retenir de la réponse du prophète est que Dieu exauce les demandes de Ses
serviteurs même si cela prend du temps. Tâchez d’invoquer Dieu et de Lui présenter vos demandes
car le prophète nous disait : « Allah se fâche contre ceux qui ne l’invoquent pas ».

Histoires des prophètes 2 Ka’ba 2


Et, évitez d’être pressés dans vos invocations. Le prophète dit dans un Hadith : « Vos demandes
seront exaucées si vous ne vous pressez pas ». On demanda au prophète : « qu’est ce qu’une
invocation pressée ? ». Il répondit : « de dire : j’ai beaucoup supplié sans que ma demande ne soit
exaucée, puis d’arrêter les invocations ce qui fait que Dieu n’exauce pas la demande. S’il patientait,
sa demande serait exaucée ». Il ne faut jamais se désespérer et poursuivre toujours ses
invocations.

Il y a des gens qui commettent, par exemple, des péchés et qui se repentissent ensuite en
suppliant Dieu de les aider à ne plus recommencer. Il se peut qu’ils récidivent mais se repentissent
aussitôt et refont leurs supplications pour arrêter ce péché. Ces gens finissent enfin par l’arrêter
d’une manière ou d’une autre. Savez vous pourquoi ? Parce qu’il faut être patient en suppliant
Allah.

C’est exactement ce qu’Abraham faisait pendant la construction de la Ka‘ba : il demandait


l’assistance de Dieu. Et c’est exactement ce que nous devons tous faire face aux problèmes qui
nous rencontrent dans la vie courante que ce soit dans le travail ou au foyer : se diriger vers le
Seigneur de l’Univers pour demander Son aide avant de la demander à qui que ce soit.

Demandez donc, d’abord, l’aide d’Allah puis essayez ensuite de trouver quelqu’un qui puisse vous
aider. Le prophète Abraham suppliait Dieu et alla demander à son fils Ismaël de l’assister dans la
construction de la Ka‘ba. On raconte dans Al-Boukhârî que Abraham alla dire à Ismaël : « Allah m’a
demandé de lui bâtir une Maison ». Ismaël répondit : « Faites alors mon père ce qui vous a été
demandé ». Abraham demanda : « m’assisteras-tu ? ». Ismaël dit : « je t’assisterai ».

Toi aussi, si tu comptes guider l’un de tes amis ou tu veux consacrer du temps à la lecture du
Coran cherche quelqu’un pour t’aider et faites-le tout les deux ensemble. Et c’est en suivant cette
méthode que notre religion sera renforcée : en s’entraidant.

« …Envoie l’un des leurs comme messager parmi eux, pour leur réciter Tes versets,
leur enseigner le Livre et la Sagesse, et les purifier… » (TSC, Al-Baqara ‘La Vache’ :
129)

Ce verset nous indique la mission du prophète : réciter à son peuple les versets d’Allah, lui
enseigner le Livre et la Sagesse et le purifier. Mais dans un autre verset (151) de la même sourate,
Allah dit –ce qui peut être traduit comme : « Ainsi, Nous avons envoyé parmi vous un
messager de chez vous qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous enseigne le Livre
et la Sagesse et vous enseigne ce que vous ne saviez pas ». Remarquez bien la différence
entre les deux versets : dans le premier, la purification est mentionnée après l’enseignement du
Livre et de la Sagesse, ce qui n’est pas le cas dans le deuxième verset où la purification devance
l’enseignement. En fait, les trois missions du prophète sont mentionnées quatre fois dans le
Coran : la première lorsqu’ Abraham suppliait Allah d’envoyer un prophète et dans les trois autres
c’est Allah qui énumère les missions du prophète. Et c’est dans les trois versets semblables qu’Allah
donne une priorité à la purification pour montrer qu’elle est plus importante que l’enseignement et

Histoires des prophètes 3 Ka’ba 2


c’est cette priorité qu’ Abraham ignorait en devançant, dans ses invocations, l’enseignement par
rapport à la purification.

Il vaut mieux donc, avoir un bon comportement et de bonnes mœurs que d’apprendre la science
religieuse et de ne rien appliquer. L’ordre des missions dans les versets nous indique que les
mœurs priment sur l’enseignement. Quelqu’un qui a un bon comportement sans avoir beaucoup
appris la science religieuse est plus utile à l’Islam qu’un ‘alimiv qui se comporte rudement ou de
façon impolie.

Tâchez de vous purifier et d’apprendre simultanément et sachez que si votre niveau scientifique
augmente sans que cela ne se reflète sur votre comportement, cela signifie qu’Allah n’est pas
satisfait de vous.

Une autre question sur laquelle il faut insister est la ruse de Satan qui essaye de nous faire oublier
la réalité que Dieu exauce nos invocations. Si je vous demande combien de fois Dieu vous a-t-il
exaucé une demande je n’aurai pas de réponse. Savez-vous pourquoi ? C’est, ou bien parce que
vous ne suppliez pas Allah, ou bien parce qu’après L’avoir supplié, Il exauce vos demandes mais
Satan intervient pour vous faire oublier qu’il s’agit d’une grâce divine.

Satan suit cette méthode essentiellement pour vous désespérer de vos supplications. Si chacun de
nous est persuadé que Dieu exaucera ses demandes, on n’arrêtera jamais de supplier et notre
confiance en Dieu augmentera, ce qui est absolument le contraire de ce que Satan désire. Il faut
que chacun de nous échappe à cette ruse et tâche de faire le lien entre ce qu’il fait et ce qui lui
arrive. Par exemple, s’il demande à Dieu quoique ce soit et qu’il trouve qu’Allah la lui exauce, il doit
comprendre que c’est à cause de ses supplications sincères et patientes. Et, au contraire, s’il
commet un péché et trouve qu’il lui arrive des malheurs, il doit comprendre que ces malheurs sont
arrivés à cause de ses péchés. Il faut être sensible et comprendre les choses de cette façon.

Poursuivons l’histoire de la construction de la Ka‘ba… Abraham bâtit donc la Ka‘ba rien qu’en
utilisant de grandes pierres entassées les unes sur les autres sans ciment. Vers la fin, il ne lui
restait qu’une pierre à ajouter dans un coin de la Ka‘ba. Lui et Ismaël allèrent chercher une pierre
qui puisse remplir l’endroit vide qui restait dans la Ka‘ba. Quand ils revinrent, ils trouvèrent une
pierre blanche posée dans l’endroit précis et Ismaël dit à son père qu’il n’avait rien ramené.
Abraham dit : « C’est une pierre que Gabriel fit descendre du paradis ». Et c’est cette même pierre
qui fut l’objet d’une querelle entre les tribus arabes voulant contribuer dans la reconstruction de la
Ka‘ba. Chacune des tribus voulait que son représentant soit la personne chargée de remettre la
pierre noire à sa place. Mais en voyant Mohammad (BP. Sur lui) arriver, elles demandèrent toutes à
‘l’honnête et le véridique’v d’arbitrer entre eux dans cette affaire. Mohammad prit alors la pierre
noire, la mit sur un grand tissu et demanda aux représentants des tribus de tenir chacun l’un de
ses bouts. Quand ils s’approchèrent tous de l’endroit précis, Mohammad (BP. sur lui) pris la pierre
noire et la remit à sa place. Il fut ainsi le seul être humain à l’avoir jamais touchée.

Ce que je n’ai peut être pas dit au sujet de cette pierre venant du paradis est qu’elle était d’abord
toute blanche. Elle était pure mais ce sont les péchés des hommes qui l’ont rendue noire. Le
Histoires des prophètes 4 Ka’ba 2
prophète (BP. Sur lui) dit, dans un Hadith raconté par Imâm Ahmad, que « cette pierre représente
la Dextre du Miséricordieux sur Terre avec la quelle Il salue Ses serviteurs de la même manière que
chacun de vous salue son frère». Faites attention et ne tombez pas dans le piège d’essayer
d’imaginer la main d’Allah ou de lui dessiner une image dans ton esprit : c’est une erreur fatale
dont il faut se méfier. Face à un Hadith comme celui-ci, nous ne devons que répéter ce verset –ce
qui peut être traduit comme : «… Il n’y a rien qui Lui ressemble ;… » (TSC, Ach-Choûrâ ‘La
Consultation’ : 11). Mais c’est essentiellement à cause de ce Hadîth, que les gens se précipitent
pour embrasser la pierre noire. Embrasser cette pierre veut dire prêter serment de cheminer dans
la voie droite et de ne plus désobéir à Allah. La sunna est d’aller toucher la pierre noire,
l’embrasser doucement sans grand bruit et de ne pas pousser la foule qui l’entoure.

Après avoir bâti la Ka‘ba, le prophète Abraham a essayé de l’élever. Il voulait parfaire son travail et
pour ce faire, il passait de longues heures à construire la Ka‘ba. Il demanda à Ismaël de lui
ramener une pierre sur laquelle il voulait se mettre debout pour élever la Ka‘ba. Et, à force de
rester longtemps sur cette pierre, les traces des pieds d’Abraham apparurent sur sa surface. Elle
est appelée « maqâme Ibrahim » ce qui signifie le lieu où il se tenait debout et non son tombeau.
C’est une pierre qui, jusqu’à nos jours, est restée à côté de la Ka‘ba pour commémorer l’effort sans
précédent d’Abraham dans le désert chaleureux de la Mecque : «… Adoptez donc pour lieu de
prière, ce lieu où Abraham se tint debout… » (TSC, Al-Baqara ‘La Vache’ :125).

Voici les efforts et les traces d’Abraham. Et toi, où sont tes traces et tes efforts pour renforcer
l’Islam ? Si ton enthousiasme pour la renaissance de l’Islam reste faible, notre Umma restera pour
toujours dans cette situation critique et arriérée qu’elle vit actuellement. Il faut avoir de
l’enthousiasme pour le renfort de l’Islam et ne pas avoir honte de prendre les mesures nécessaires
pour atteindre cet objectif. Il faut aimer l’Islam comme s’il était un membre de ta famille. Si ton
père tombe malade à minuit, auras-tu honte d’aller appeler un médecin pour le sauver ? Si ce
médecin ne peut pas t’accompagner, n’iras-tu pas chercher un autre et un autre jusqu’à ce que tu
rentres chez toi accompagné d’un médecin ? Il ne faut pas avoir honte de porter le voile, il faut
travailler pour l’Islam comme s’il était un membre de ta famille, il faut aimer le prophète (BP. Sur
lui) et l’imiter, il faut que l’Islam devienne l’un des composants de ton sang. Les musulmans,
pendant la bataille de Badr, avaient un slogan : « ta religion est ta chair et ton sang ». Et toi
également, ton slogan devra être « ma religion est ma chair et mon sang ». Tu dois défendre ta
religion de la même manière que tu te défends toi-même.

Ecoutez ce que disait le compagnon du prophète Al-Barâa Ibn Malekvi : « Je serai le pire parmi
ceux qui ont appris le Coran, si l’Islam est vaincu à cause de moi (si je n’arrive pas à le défendre)
». Mais votre enthousiasme pour l’islam ne doit pas se transformer en un comportement agressif
envers vos amis qui continuent à désobéir à Dieu. Nouez des relations avec les gens et évitez de
mettre des obstacles devant ces amis en leur tournant, par exemple, le dos, en cessant de les
fréquenter ou en leur parlant rudement. Au contraire, Il faut que cet enthousiasme se traduise en
un beau sourire sur ton visage et un bon comportement avec eux. Quand Al-Muthanna Ibn
Harithah alla conquérir la Perse, il confia l’aile droite de son armée à la tribu de Banî Bakr. Mais
quand les pertes les plus lourdes se firent remarquer dans les rangs droits de l’armée, Al-Muthanna

Histoires des prophètes 5 Ka’ba 2


Ibn Harithah envoya à la tribu de Banî Bakr le message suivant : « D’ Al-Muthanna Ibn Harithah à
la tribu de Banî Bakr, ne scandalisez pas l’Islam ! ». Par conséquent, la victoire vint du côté droit
de l’armée dont l’enthousiasme fut exacerbé par ce message. Toi aussi, tu dois avoir peur de
scandaliser l’Islam avec ta mauvaise conduite ou ta paresse. C’est à cause de ces facteurs et de
ces péchés que les ennemis de l’Islam nous prennent à la légère et nous attaquent.

Quand Abraham construisait la Ka‘ba, il n’avait pas une perception précise de ce qu’elle allait
devenir. Il construisait la Maison qu’Allah lui avait demandée. Il aurait pu construire une petite
maison humble qui ne nécessite pas beaucoup d’effort mais il choisit de parfaire sincèrement son
travail et construit cette grande et merveilleuse ka‘ba. Ceci attire notre attention sur l’importance
de soigner la qualité de notre travail, même si nous n’avons pas une perception précise de ce qu’il
deviendra et la contribution qu’il ajoutera au renfort de la religion. Il ne faut jamais mépriser un
travail quelque soit sa dimension : élever un orphelin, faire un iftârvii, apprendre à quelqu’un à lire
le Coran… tous contribuent au renforcement de l’Islam même s’il s’agit de travaux simples. Mais
l’important c’est qu’ils soient accomplis avec un grand soin et une grande sincérité. Et rappelez
vous que la montagne n’est rien qu’un ensemble de cailloux et la pluie n’est qu’un ensemble de
gouttelettes.

L’ordre arriva ensuite à Abraham d’appeler les gens à accomplir leur Hajjviii : « Et fais aux gens
une annonce pour le Hajj… » (TSC, Al-Hajj ‘Le Pèlerinage’ : 27).

Mais la question qui se posait était : comment annoncer aux gens le pèlerinage alors qu’Abraham
était dans un désert vide. C’est pour cette raison qu’Abraham demanda : « Comment et jusqu’où
ma voix arrivera-t-elle ? ». Allah répondit –ce qui peut être traduit comme : « Tu n’as qu’à faire
l’appel et c’est à Nous de le faire parvenir aux gens ». L’homme n’est chargé que d’appeler les
gens vers le bon chemin mais cela revient à Allah de les guider. Abraham monta sur la plus haute
montagne, le mont Arafat, qu’il pu trouver et appela au pèlerinage que nous accomplissons de nos
jours depuis des millénaires: « Et fait aux gens une annonce pour le Hajj. Il viendront vers
toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné, … » (27). C’est
pour cette raison que les musulmans répètent lors du pèlerinage : « Labbayka Allahomma labbayk.
Labbayka la sharîka laka labbayk. Inna-l hamda wa-l ni‘mata laka wa-l mulk »ix.

Ce que j’ai peut être oublié de vous dire est que la ka‘ba a été construite et détruite cinq fois. Le
prophète Adam fut le premier à l’avoir bâtie, Abraham le deuxième et la tribu arabe de Quraysh la
reconstruisit pour la troisième fois. Mais ce qui doit attirer notre attention dans cette troisième fois
c’est que, quand les arabes voulurent reconstruire la ka‘ba, ils décidèrent de ne financer ce projet
qu’avec de l’argent halâlx. Même les idolâtres prêtaient une grande importance à la question du
halâl (licite) et du harâmxi (illicite) alors que pour bon nombre de gens maintenant, cette question
n’occupe qu’une place minime dans leurs centres d’intérêts.

Mais quand les tribus arabes ont trouvé que l’argent n’était pas suffisant, elles ont décidé de
construire, à côté de la ka‘ba, ce qu’on appelle « Hijr Ismaël » (le giron d’Ismaël) qui est en fait la
partie de la ka‘ba que les arabes n’ont pas eu les moyens d’achever. Et, c’est pour cette raison que
pendant le Hajj ou la ‘Omra, il faut tourner autour de la ka‘ba, y compris le giron d’Ismaël. Vous
Histoires des prophètes 6 Ka’ba 2
pouvez trouver des gens qui ne savent pas cela et qui, pour finir rapidement le tour de la ka‘ba,
n’incluent pas le giron dans leur tour ; ce qui peut gâcher leur ‘Omra. Mais le giron reste une grâce
divine parce qu’il permet aux gens de prier à l’intérieur de la ka‘baxii.

Entre la pierre noire et la porte de la ka‘ba, vous trouverez ce qu’on appelle « Al-Multazam »xiii :
une partie qui peut prendre au maximum deux personnes. Le prophète (BP. sur lui) avait l’habitude
de venir mettre sa joue droite, ses bras et son ventre contre « Al-Multazam » en invoquant Allah :
un état de soumission totale. Il pleurait en invoquant Allah et disait à Omar Ibn Al-Khattâb : « C’est
ici qu’il faut verser des larmes ». C’est pour cela que cet endroit a été appelé « Al-Multazam » :
parce que Dieu s’est engagé à exaucer les invocations des gens qui le supplient à cet endroit mais
aussi parce que le prophète (BP. sur lui) y restait pour longtemps.

Nous arrivons maintenant à la fin de l’histoire du prophète Abraham quand il dit –ce qui peut être
traduit comme : « …Seigneur ! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts », Allah
dit : « Ne crois-tu pas encore ? » « Si ! dit Abraham ; mais que mon cœur soit
rassuré »… » (TSC, Al-Baqara ‘La Vache’ : 260).

Abraham ne demandait pas cela parce qu’il doutait que Dieu puisse ressusciter les morts. Il ne
doutait pas de la puissance divine mais il croyait en cette puissance par son cœur et voulait la voir
avec ses yeux. Pour comprendre cette question, il faut savoir la différence entre ‘ilm al-yaqîne (la
science de la certitude) et ‘ayn al-yaqîne (l’œil de la certitude). ‘La science de la certitude’ est le
fait d’être sûr de l’existence de Dieu et du paradis et de l’enfer tandis que ‘l’œil de la certitude’ est
un degré rarement atteint par les gens (d’habitude un degré atteint par les prophètes) et qui n’est
attribué qu’aux personnes qui ont réalisé un niveau élevé de ‘La science de la certitude’. Et c’est
pour cette raison qu’on trouve qu’Allah n’a attribué ce degré à Abraham que vers la fin de sa vie et
après toutes les expériences qu’il a vécues et tous les sacrifices qu’il a présentés. Omar Ibn Al-
khattâb avait également un petit mot à propos de ce sujet. Il disait : « Si le ciel se déchire jusqu’à
ce que je voie le paradis et l’enfer, cela n’ajoutera rien à ma certitude ». Et, notre prophète (BP.
sur lui) à qui a été également été attribué ce degré pendant son voyage nocturne (Al-isrâa wa-l
mi‘rajj) dit : « Je suis rentré dans le paradis, j’ai mangé de ses fruits et j’ai bu de ses fleuves ». Et
regardez ce que l’un des compagnons du prophète fit lorsqu’il entendit le prophète dire cela. Le
prophète (BP. sur lui) demanda, un jour, à ses compagnons : « Qui parmi vous est entré au
paradis ? ». Abdullah Ibn Omar répondit : « moi ». Omar Ibn Al-khattâb, surpris, mis sa main sur
sa tête comme s’il voulait dire « Mon fils m’a scandalisé ! ». Le prophète demanda : « Qui parmi
vous a bu des fleuves du paradis ? ». Abdullah Ibn Omar répondit : « moi ». Omar Ibn Al-khattâb a
failli fermer la bouche de son fils pour qu’il se taise. Le prophète demanda : « Qui parmi vous a
mangé des fruits du paradis ? ». Abdullah Ibn Omar répondit : « moi ». Omar Ibn Al-khattâb a failli
laisser la réunion et les autres compagnons regardaient son fils en essayant de comprendre ce qu’il
voulait dire par ces réponses. Le prophète (BP. sur lui) demanda à Abdullah Ibn Omar de clarifier à
ses compagnons ce que ses réponses signifiaient. Abdullah Ibn Omar dit : « Je suis rentré au
paradis en apprenant que tu y es rentré, j’ai bu de ses fleuves en apprenant que tu en as bu et j’ai
mangé de ses fruits rien qu’en apprenant que tu en as mangé et j’ai même le goût de ces fruits

Histoires des prophètes 7 Ka’ba 2


dans ma gorge ». Et, il va de soi que cette histoire signifie que ce compagnon n’éprouvait aucun
doute envers ce que racontait le prophète.

Poursuivons maintenant l’histoire d’Abraham à qui Allah dit –ce qui peut être traduit comme :
« Prends donc dit Allah, quatre oiseaux, apprivoise-les (et coupe-les) puis, sur des
monts séparés, mets-en un fragment ensuite appelle-les : ils viendront à toi en toute
hâte. Et sache qu’Allah est Puissant et Sage » Imaginez quatre oiseaux coupés en
morceaux : les plumes d’un côté, le sang d’un côté, les os d’un autre et la tête dans un endroit
différent). Abraham a reçu l’ordre de confondre ces morceaux, en faire quatre ensembles et de
mettre chacun sur quatre monts distincts. Le miracle divin arriva quand Abraham trouva que
chaque morceau du oiseau alla chercher son morceau complémentaire pour enfin former de
nouveau le corps d’un oiseau vivant.

Dans une situation comme celle-ci, on ne peut que sentir notre impuissance totale devant la
grande puissance d’Allah. On ressent fortement qu’on appartient à Lui et seulement à Lui et on
arrive à la conviction totale que dans cet univers, Il est le seul digne d’être adoré et que Sa
puissance est illimitée. Il est capable de nous rendre la mosquée d’Al-Aqsa, de régler nos
problèmes familiaux, de guider les gens égarés mais à condition que nous changions tout de nous-
mêmes : «… En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que [les individus
qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes » (TSC, Ar-Ra‘d ’Le
Tonnerre’ : 11).

Enfin, Abraham mourut à l’âge de 185 ans après le décès de sa femme Sara. Ses fils Ismaël et
Isaac l’enterrèrent ensuite dans la ville d’Al-khalîl en Palestine. Sa vie fut pleine de grands
événements et de difficultés. « Abraham était un guide (’Umma) parfaitxiv… » et c’est lui qui sera le
premier à être vêtu le jour de la résurrection. C’est aussi lui le seul prophète qui, pendant le
voyage nocturne du prophète (BP. sur lui), envoya avec lui un message pour les musulmans. Il lui
dit : « Ô Mohammad, transmets mes Saluts à ta ‘Umma et dis leur que le paradis a une terre fertile
et une eau douce et qu’ils peuvent enrichir leur paradis en disant « Subhâne Allah wa-l hamdu-l-
illah wa lâ illaha illa Allah w-allahu akbar »xv. Ce sont quelques mots très courts, qui ne nous
coûtent rien, faciles à répéter et dont nous pouvons tous bénéficier. Rien qu’en les prononçant
pendant une promenade ou même pendant notre temps libre, nous pouvons ajouter un fleuve, des
oiseaux ou des palais dans notre jardin au paradis.

Histoires des prophètes 8 Ka’ba 2


AmrKhaled.net ©‫ﺟﻤﻴﻊ ﺣﻘﻮق اﻟﻨﺸﺮ ﻣﺤﻔﻮﻇﺔ‬
Cet article peut être publié ou copié sous une forme inchangée pour des usages privés ou
personnels, à condition de mentionner sa source d'origine. Tout autre usage de cet article sans une
autorisation écrite préalable de la part de l'Administration du site est strictement interdit. Pour
plus d’informations : dar_altarjama@amrkhaled.net

i
Tes Musulmans
ii TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la
sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.
iii
Où sont inscrites les actions de chacun
iv
Savant de religion
v
Adjectif donné à Mohammad par les tribus arabes avant le début de sa prédication
vi
Frère de Anas Ibn Malek
vii
Repas pour rompre le jeûne
viii
Pèlerinage à la Mecque
ix
Nous répondons à Ton appel, Notre Seigneur. Nous répondons à Ton appel, Toi qui n’as aucun associé. Loué sois Tu,
Toi à qui les bienfaits et l’univers appartiennent.
x
Gagné de façon licite
xi
L’illicite
xii
De nos jours, la porte de la ka‘ba n’est ouverte qu’occasionnellement et, d’habitude pour des gens précis.
xiii
Lieu d’engagement ou lieu toujours fréquenté.
xiv
’Umma en générale signifie nation ou communauté. Le verset pourrait signifier que l’adoration que faisait Abraham
équivalait à l’adoration que peut faire une ‘Umma entière.
xv
« Glorifié soit Allah, loué soit-Il, il n’y a aucun dieu qu’Allah et Allah et le plus Grand »

Histoires des prophètes 9 Ka’ba 2