Sociologie

II – Intégration, conflit, changement social

Acquis de première : Socialisation, capital social, sociabilité,
anomie, désaffiliation, disqualification, réseaux sociaux

2.1 - Quels liens sociaux dans les sociétés
où s'affirme le primat de l’individu ?

Notions : cohésion sociale

Fiche 212 – Les instances d’intégration assurent-elles toujours la cohésion
sociale ?
?

Introduction – Une crise des instances d’intégration ?

I.

Une crise de la famille ?

A. La famille : une instance essentielle d’intégration sociale
C’est dans la famille que se passe une bonne partie de la socialisation primaire des individus. C’est là d’abord que sont transmises
les normes et les valeurs en vigueur dans la société. Mais la famille est aussi un réseau d’entraide et de solidarité qui contribue à la
cohésion sociale.

Introduction
1. La famille, acteur majeur de la socialisation

La famille est un agent de socialisation dont l’action est directe et dont c’est une des fonctions explicites

. La famille est l’agent essentiel de la socialisation primaire est la première socialisation que l’individu subit dans son
enfance, et grâce à laquelle il devient un membre de la société. Traditionnellement on considère que la socialisation
primaire exercée pendant l’enfance jouait un rôle essentiel puisque l’enfant étant plus malléable, intériorisait les modèles
de comportement qui étaient souhaités

la famille transmet le langage, les mœurs, les rôles sociaux. Elle permet donc d’acquérir la culture qui permet à l’individu
de s’intégrer au groupe

2. La famille constitue un réseau de solidarité.
Il est évident que la famille implique un ensemble d’obligations et de droits réciproques permanents entre ses membres, tant sur le
plan légal que sur le plan affectif. C’est notamment la relation entre parents et enfants, bien plus durable que la relation de couple
par exemple, ou encore la relation entre grands-parents et petits-enfants, avec ce qu’elle implique souvent en termes d’échange de
services ou de transferts financiers. Mais quel est l’impact de ces liens sur l’intégration ? Comme le travail, la famille est un
« échelon intermédiaire » entre la société et l’individu, où celui-ci peut prendre place, donner du sens à sa présence parce qu’elle
s’insère dans un tissu de relations de proximité. La famille est en fait un « lieu », un espace de partage où la solidarité prend une
dimension concrète. La famille est souvent, pour l'individu, le premier recours en cas de « pépin », mais aussi un recours pour
organiser au mieux sa vie matérielle (par exemple, la garde des enfants par les grands-parents, occasionnellement ou
régulièrement).
Le réseau de parenté constitue donc un groupe intermédiaire qui a 2 fonctions essentielles :
 une fonction de protection : la parenté protège l’individu contre les risques de la vie sociale, en apportant une aide
financière, une disponibilité en temps
 une fonction d’insertion dans laquelle la parenté se mobilise

B. Une remise en cause du modèle traditionnel
1. Constat






Jusqu’aux années 70 un modèle caractérise les sociétés industrielles:
jeune âge au mariage des conjoints (24,5 pour les hommes en 72)
nombre d’enfants assurant le renouvellement des générations (supérieur à 2.1 enfants par femme)
taux de divorces faibles.
Une remise en cause de la norme traditionnelle ? :
Par rapport à ce modèle familial considéré comme la norme, la maternité solitaire, le concubinage, le divorce sont
considérés comme déviants. D’ailleurs les politiques d’aide aux familles au logement ont été conçues par rapport à ce
modèle.
Mais à partir des années 70 tous les pays européens quelque soit leur culture, leur tradition, leur religion connaissent une
rupture. Le modèle dominant semble alors entrer en crise:

2. Explications

 Cette remise en cause de la famille semble s’inscrire dans un mouvement général de sécularisation et de privatisation de

la vie conjugale et de dénégation de la légitimité de toute autorité à légiférer en matière de rapports personnels.
Elle reflète enfin la montée de l’individualisme, l’exacerbation de l’autonomie des personnes et de l’égalité des sexes, la
contestation de l’autorité (cf fiche 1 ).

3.

Les conséquences sur l’intégration

Cette crise de la famille n’est pas sans avoir des effets sur l’intégration des individus dans la société.
 la rupture familiale contribue au risque d’exclusion :
du fait de l’isolement, de la perte de sociabilité, de soutien et d’intégration qu’elle provoque.
Ne pas appartenir à un tissu de relations familiales, à un réseau de sociabilité et de solidarité privée est ainsi
construit comme un risque : un risque solitude.

Engendre un appauvrissement

C. Et une recomposition de la famille
1. De nouvelles formes familiales
On peut donc dire que la famille semble faire preuve d’une certaine capacité d’adaptation et d’inventions de nouveaux modèles.
On constate symétriquement l’invention de nouvelles formes familiales

Selon H Tincq : « les divorces sont trois fois plus nombreux aujourd’hui qu’au début des années 60. (Mais) après le
divorce on se remarie ou, le plus souvent, on cohabite. Cela donne les fameuses familles recomposées c’est à dire les
situations d’après divorce quand le couple est multiplié par deux et que les enfants ont deux foyers de référence. Comme
l’explique M Segalen « plutôt que soustraction, il y a alors abondance de parents. L’enfant ne dispose plus d’un père
mais de deux pères, un père biologique et un père social ».

Le PACS est basé sur une autre conception de la famille : la désaffection à l’égard de la famille et les multiplications des
formes familiales sont les symptômes d’une crise de la famille que l’on doit prendre en compte et à laquelle on doit
apporter des solutions sous peine de voir la société déstabilisée. Pour les tenants de ce courant, le PACS n’est que la
reconnaissance légale d’une situation de fait.

l’impossibilité de former certains couples est vécue comme une injustice (cas des homosexuels ) ; les catégories touchées
par cette exclusion ont donc revendiqué une reconnaissance de leur vie de couple par un contrat auquel seraient associés
des droits fiscaux, d’héritage, de responsabilité mutuelle

2. Un attachement à la famille

 la famille demeure aujourd’hui le seul point d’ancrage d’une société en crise. Les individus investissent
énormément dans la famille

Conclusion
Parler aujourd’hui de crise de la famille comme un fait accompli n’est pas aussi évident que l’on pouvait a priori le penser :
 Certes les indicateurs démographiques sont dans le rouge, certes les signes d’un trouble profond se multiplient. Mais la
famille apparaît plus que jamais comme la valeur de référence, au plan individuel comme au plan collectif. Nous assistons
aujourd’hui à la disparition d’un modèle (celui qui a domine durant les trente glorieuses)
 mais le nouveau modèle qui est en train de se construire n’a pas encore imposé sa cohérence. Ces flottements se traduisent
donc par la recherche de nouveaux équilibres .

II.

Une crise de l’école ? (cf thème 1.2 Comment rendre compte de la mobilité
sociale?, fiches 1 et 2)
A. Le rôle intégrateur de l’école

Avec la famille, l’école joue un rôle important dans la socialisation des futurs citoyens. Elle contribue donc à l’intégration sociale
des membres de la société, en transmettant des normes et des valeurs, mais aussi en favorisant l’épanouissement individuel et en
préparant l’entrée dans la vie active.

1. Le rôle traditionnel de l’école : la transmission d’une culture commune.
L’ « école républicaine », celle qui s’est construite au cours de la 3è République, en particulier avec les lois de Jules Ferry rendant
la scolarité obligatoire, est d’abord celle qui a comme objectif de « fabriquer des bons français ». Elle a imposé la langue
française au détriment des langues régionales de manière très systématique (et vous savez depuis la classe de première combien la
langue est un élément essentiel de la culture d’une société). Elle a valorisé la science et la raison, et à travers elles, l’idée d’une
culture universelle dépassant les particularismes religieux. Elle a diffusé tout un ensemble de valeurs patriotiques (les grandes
dates de l’histoire de France, les « grands hommes », le drapeau français, la Révolution française, etc) qui ont contribué à
construire réellement la Nation française : les enfants, une fois passés par l’école, avaient à la fois une langue, des références
culturelles et des racines historiques communes, quelle que soit leur origine sociale, régionale, religieuse ou ethnique. On mesure
à quel point ce fonctionnement était en effet intégrateur.

2. La préparation à la vie active.
L’école prépare à l’entrée dans le monde du travail en dispensant des qualifications et en les validant par des diplômes. On
retrouve dans cette fonction utilitaire de l’école un peu la même fonction intégratrice que la division du travail : donner une place
à chacun en lui donnant une identité professionnelle. Le diplôme, c’est la reconnaissance de capacités et donc d’une sorte «
d’utilité sociale », mais c’est aussi le début de l’appartenance à un monde professionnel.

3. Une école méritocratique
La démocratisation, comme l’indiquait A de Tocqueville résulte du fait que « les idéaux démocratiques dont était porteuse la
révolution de 1789 ne pouvaient s’arrêter à l’exercice formel d’une égalité politique (…) ainsi à l’égalité politique du citoyen
devait pouvoir correspondre une égalité sociale, non pas des situations elles-mêmes, mais des conditions de leur accès ».

4. La construction des individus.
L’école doit permettre à l’enfant de développer sa personnalité, de s’épanouir, donc de construire son identité personnelle, par
définition différente de celle des autres enfants. Cela peut paraître paradoxal de dire que la construction de l’identité individuelle
concourt à l’intégration sociale, mais le paradoxe n’est qu’apparent. Emile Durkheim avait déjà souligné que l’individu était
nécessairement une construction sociale : ce n’est que dans un cadre social, par opposition avec les autres et plus généralement
dans l’interaction avec les autres que l’on peut affirmer une personnalité propre.

B. Une remise en cause du rôle de l’école en tant qu’instance d’intégration
1. L’école assure-t-elle une culture commune ? cf thèmes

2. L’école permet-elle toujours l’accès à l’emploi ?cf thèmes

3. Une école méritocratique ?
L’égalité des chances, par exemple, est remise en cause par la différenciation précoce des parcours scolaires. De même, la
diffusion d’une culture commune est parfois sacrifiée au profit de l’acquisition de compétences « utiles » pour le cursus scolaire et
l’intégration professionnelle

4. Une perte de sens de l’école?
L’école face aux comportements calculateurs. Mais du fait de l’importance du diplôme dans l’accès à l’emploi, les familles
développent des stratégies scolaires vis-à-vis des diplômes : choisir la bonne filière, le bon lycée, la bonne option, la bonne
université, etc. Le calcul l’emporte de plus en plus sur le rapport gratuit à la culture : l’élève veut bien travailler, mais à condition
que « ça rapporte ». Ces comportements sont compréhensibles dans la mesure où l’accès à l’emploi est de plus en plus difficile,
mais ils vont à l’encontre de certains objectifs de l’école.

Conclusion
On retrouve alors le véritable sens du terme crise qui correspond pour reprendre les termes de Schumpeter un processus de
destruction créatrice :
 aujourd’hui nous vivons une période de remise en cause d’un modèle qui n’apparaît plus adapté aux évolutions de la
société,
 et les individus inventent, par un processus de tâtonnements comportant des essais et des erreurs de nouvelles formes
familiales qui se substitueront à celles qui existent .

Les conséquences de la montée de l’individualisme sur les instances d’intégration sociale

Source : JF Freu

Des ressources complémentaires

Exercices de remédiation
L'intégration

Sur le net, articles et vidéos
De base
Approfondissement
Le cours du CNED Intégration, conflit,
changement social

I.
Une crise de
Dissertation - Les solidarités
la famille ?
intergénérationnelles
(2009- Une vidéo de Canal U: La crise de la vie
2010).pdf

conjugale
Un article de Sciences humaines:Lien
social. Crise et recomposition
Une vidéo sur les instances d’intégration

II.
Une crise de
l’école ? (cf thème 1.2
Comment rendre compte
de la mobilité sociale ?,
fiches 1 et 2)

Dissertation - L'Ecole et
l'intégration sociale (20052006).pdf
Dissertation - Socialisation
familiale et réussite scolaire
(2010-2011).pdf

Une conférence de F.de
Singly à l'Université de
tous les savoirs: - La
famille, première et
seconde modernités
La vie des idées Le
déclin du mariage, un
problème social ?
Une vidéo de Canal U:
La crise de la vie
conjugale
Une vidéo de Canal U:
L’école, respect de la
diversité face aux risques
du communautarisme
Sur
le
portiques
revues :L'école, facteur
d'exclusion
ou
d'intégration ?
Sur la vie des idées, La
mixité sociale à l’école :
une affaire de famille ?
Rendez vous de crise
Mais que fait l'école

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful