Vous êtes sur la page 1sur 93

LeLe SystSystèèmeme ComptableComptable OhadaOhada

Droit et Système comptable Ohada: Cadre comptable, le traitement des opérations courantes et des opérations
Droit et Système comptable Ohada:
Cadre comptable, le traitement des
opérations courantes et des
opérations d’inventaire
et Système comptable Ohada: Cadre comptable, le traitement des opérations courantes et des opérations d’inventaire
I. I. II. II. III. III. IV. IV. V. V. 2

I.I.

II.II.

III.III.

IV.IV.

V.V.

I. I. II. II. III. III. IV. IV. V. V. 2
I. I. II. II. III. III. IV. IV. V. V. 2

2

I. I. II. II. III. III. IV. IV. V. V. 2
L’OHADA est une organisation regroupant seize (16) Etats membres. Le traité fondateur de l’OHADA a

L’OHADA est une organisation regroupant seize (16) Etats membres. Le traité fondateur de l’OHADA a été conclu le 17 octobre 1997 à Port-Louis (Ile-Maurice). Il a été révisé le 17 octobre 2008 à Québec (Canada). Les objectifs visés sont les suivants :

- Etablir un courant de confiance en faveur des économies des pays signataires;

- Favoriser l’institution d’une communauté économique africaine;

- Mettre en place un Droit des Affaires harmonisé, simple, moderne et adapté, afin de faciliter l’activité des entreprises;

- Promouvoir l’arbitrage comme instrument de règlement des différents contractuels.

des entreprises; - Promouvoir l’arbitrage comme instrument de règlement des différents contractuels. 3
des entreprises; - Promouvoir l’arbitrage comme instrument de règlement des différents contractuels. 3

3

des entreprises; - Promouvoir l’arbitrage comme instrument de règlement des différents contractuels. 3
Les actes pris pour l ’adoption des règles communes sont qualifiés « Actes Uniformes ».

Les actes pris pour l ’adoption des règles communes sont qualifiés « Actes Uniformes ». Les Actes Uniformes entrés en vigueur sont les suivants :

l

’A.U portant sur le droit commercial général (01/01/98) ;

l

’A.U portant sur le droit des sociétés commerciales et du GIE (01/01/98) ;

l

’A.U portant organisations des sûretés (01/01/98) ;

l

’A.U portant sur le droit des procédures collectives et d ’apurement du passif (01/01/99) ;

l

’A.U portant sur le droit des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d ’exécution (01/08/98) .

l

’A.U portant sur l arbitrage (10/07/99) ;

de recouvrement et des voies d ’exécution (01/08/98) . l ’A.U portant sur l arbitrage (10/07/99)
de recouvrement et des voies d ’exécution (01/08/98) . l ’A.U portant sur l arbitrage (10/07/99)

4

de recouvrement et des voies d ’exécution (01/08/98) . l ’A.U portant sur l arbitrage (10/07/99)
L ’A.U portant sur le droit comptable, adopté le 23 mars 2000, s ’inscrit dans

L ’A.U portant sur le droit comptable, adopté le 23 mars 2000, s ’inscrit dans la suite logique des objectifs de L ’Ohada.

L ’organisation comptable, dans les seize (16) Etats-parties étaient caractérisée, en effet, par :

la diversité des référentiels comptables ; la pluralités des états financiers ; l obsolescence des normes comptables ; l ’insuffisante appréhension du secteur productif.

Ce constat a conduit à l ’élaboration d ’un système comptable unique à tous les Etats membres de l ’Ohada.

Ce constat a conduit à l ’élaboration d ’un système comptable unique à tous les Etats
Ce constat a conduit à l ’élaboration d ’un système comptable unique à tous les Etats

5

Ce constat a conduit à l ’élaboration d ’un système comptable unique à tous les Etats
Le Système Comptable OHADA s ’applique aux entités produisant des biens marchands ou non marchands,

Le Système Comptable OHADA s ’applique aux entités produisant des biens marchands ou non marchands, dans la mesure où elles exercent, dans un but lucratifs ou non des activités économiques à titre principal ou accessoire qui se fondent sur des actes répétitifs ;

Sont exclus du champs d ’application du Système Comptable OHADA, les banques, établissements financiers, les compagnies d ’assurances ainsi que les entreprises soumises aux règles de la comptabilité publique.

le s compagnies d ’assurances ainsi que les entreprises soumises aux règles de la comptabilité publique.
le s compagnies d ’assurances ainsi que les entreprises soumises aux règles de la comptabilité publique.

6

le s compagnies d ’assurances ainsi que les entreprises soumises aux règles de la comptabilité publique.
Le Droit Comptable Ohada comporte un référentiel juridique de 113 articles organisé ainsi : Titre

Le Droit Comptable Ohada comporte un référentiel juridique de 113 articles organisé ainsi :

Titre I : Comptes personnels des entreprises (Dispositions générales - Organisation comptable - Etats financiers annuels - Règles d ’évaluation et de détermination du résultat - Valeur probante des documents et contrôle des comptes) ;

Titre II : Comptes consolidés et comptes combinés ;

Titre III : Dispositions pénales ;

Titre IV : Dispositions finales (dates d ’entrée en vigueur).

combinés ; Titre III : Dispositions pénales ; Titre IV : Dispositions finales (dates d ’entrée
combinés ; Titre III : Dispositions pénales ; Titre IV : Dispositions finales (dates d ’entrée

7

combinés ; Titre III : Dispositions pénales ; Titre IV : Dispositions finales (dates d ’entrée
1. Les objectifs des comptes annuels Les états financiers de synthèse doivent être réguliers et

1. Les objectifs des comptes annuels

Les états financiers de synthèse doivent être réguliers et sincères et donner une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé Ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice.

Régularité des comptes annuels Conformité aux règles et procédures en vigueur. C'est également l'obligation que doit satisfaire toute entreprise, en matière de tenue, de contrôle, de présentation et de communication des informations qu'elle aura traitées, pour assurer l'authenticité des écritures de sorte que la comptabilité puisse servir à la fois d'instrument de mesure des droits des partenaires de l'entreprise, d'instrument de preuve et d'instrument d'information des tiers.

droits des partenaires de l'entreprise, d'instrument de preuve et d'instrument d'information des tiers. 8
droits des partenaires de l'entreprise, d'instrument de preuve et d'instrument d'information des tiers. 8

8

droits des partenaires de l'entreprise, d'instrument de preuve et d'instrument d'information des tiers. 8
1. Les objectifs des comptes annuels Sincérité des comptes annuels Application de bonne foi de

1. Les objectifs des comptes annuels

Sincérité des comptes annuels Application de bonne foi de la règle de prudence, des obligations de régularité et de transparence inhérentes à la tenue, au contrôle, à la présentation et à la communication de toutes les procédures comptables en vigueur, en fonction de la réalité et de l'importance des opérations, des événements et des situations.

Image fidèle des comptes annuels L'image fidèle est présumée résulter de l'application de bonne foi des règles et des procédures du SYSTÈME COMPTABLE OHADA en fonction de la connaissance que les responsables des comptes doivent normalement avoir de la réalité et de l'importance des opérations, des événements et des situations.

doivent normalement avoir de la réalité et de l'importance des opérations, des événements et des situations.
doivent normalement avoir de la réalité et de l'importance des opérations, des événements et des situations.

9

doivent normalement avoir de la réalité et de l'importance des opérations, des événements et des situations.
1. Les objectifs des comptes annuels L'image fidèle est un objectif supposé atteint lorsque les

1. Les objectifs des comptes annuels

L'image fidèle est un objectif supposé atteint lorsque les comptes sont réguliers et sincères. Si tel n'est pas le cas, des compléments doivent être apportés dans l'État annexé. Dans des cas exceptionnels, des dérogations aux règles de base du SYSTÈME COMPTABLE OHADA doivent être pratiquées et justifiées dans l'Etat annexé.

aux règles de base du SYSTÈME COMPTABLE OHADA doivent être pratiquées et justifiées dans l'Etat annexé.
aux règles de base du SYSTÈME COMPTABLE OHADA doivent être pratiquées et justifiées dans l'Etat annexé.

10

aux règles de base du SYSTÈME COMPTABLE OHADA doivent être pratiquées et justifiées dans l'Etat annexé.
2. Les principes comptables Le droit comptable OHADA énonce huit (8) principes comptables généralement reconnus

2. Les principes comptables

Le droit comptable OHADA énonce huit (8) principes comptables généralement reconnus par les normes internationales :

Le principe de prudence ; La transparence ; L ’importance significative ; L ’intangibilité du bilan ; Le coût historique ; La continuité d ’exploitation ; La permanence des méthodes ; La spécialisation des exercices.

; La continuité d ’exploitation ; La permanence des méthodes ; La spécialisation des exercices. 11
; La continuité d ’exploitation ; La permanence des méthodes ; La spécialisation des exercices. 11

11

; La continuité d ’exploitation ; La permanence des méthodes ; La spécialisation des exercices. 11
2. Les principes comptables Le principe de Prudence C’est l’appréciation raisonnable des év ènements et

2. Les principes comptables

Le principe de Prudence

C’est l’appréciation raisonnable des évènements et opérations afin d’éviter de transférer sur des exercices ultérieurs, des risques nés dans l’exercice et susceptibles d’entraîner des pertes futures.

La règle de prudence crée une dissymétrie de traitement des charges et produits : toute perte probable est systématiquement enregistrée en charge alors que les gains probables ne le sont jamais.

L’application du principe de prudence permet de protéger les utilisateurs externes des états financiers (et aussi les dirigeants) contre les illusions qui pourraient résulter d’une image non prudente ou trop flatteuse de l’entreprise.

contre les illusions qui pourraient résulter d’une image non prudente ou trop flatteuse de l’entreprise. 12
contre les illusions qui pourraient résulter d’une image non prudente ou trop flatteuse de l’entreprise. 12

12

contre les illusions qui pourraient résulter d’une image non prudente ou trop flatteuse de l’entreprise. 12
2. Les principes comptables Le principe de permanence des méthodes C’est le principe selon lequel

2. Les principes comptables

Le principe de permanence des méthodes

C’est le principe selon lequel la présentation des comptes annuels et les méthodes d'évaluation retenues doivent être constantes d’un exercice à l’autre, sauf changement exceptionnel dans la situation de l’entreprise ou de son environnement économique, juridique ou financier.

La comparabilité des états financiers annuels successifs nécessaires à l’analyse des utilisateurs repose sur cette permanence.

Les modifications qui résulteraient d’un changement de méthodes doivent être justifiées et explicitées dans leur nature et leur incidence sur les états

financiers dans l’état annexé.

justifiées et explicitées dans leur nature et leur incidence sur les états financiers dans l’état annexé.
justifiées et explicitées dans leur nature et leur incidence sur les états financiers dans l’état annexé.

13

justifiées et explicitées dans leur nature et leur incidence sur les états financiers dans l’état annexé.
2. Les principes comptables Le principe d’intangibilité du bilan Selon ce principe, le bilan d’ouverture

2. Les principes comptables

Le principe d’intangibilité du bilan

Selon ce principe, le bilan d’ouverture d’un exercice doit correspondre au bilan de clôture de l ’exercice précédent.

En application intégrale de ce principe, il ne peut être imputé directement sur les capitaux propres, ni les incidences des changements de méthodes comptables, ni les produits et les charges sur exercices antérieurs. Les corrections doivent transiter par le compte de résultat de l’exercice au cours duquel les omissions ont été constatées.

Toutefois, il est admis que l’incidence d’un changement de réglementation comptable soit imputée directement sur les capitaux propres.

que l’incidence d’un changement de réglementation comptable soit imputée directem ent sur les capitaux propres. 14
que l’incidence d’un changement de réglementation comptable soit imputée directem ent sur les capitaux propres. 14

14

que l’incidence d’un changement de réglementation comptable soit imputée directem ent sur les capitaux propres. 14
2. Les principes comptables Le principe d’indépendance ou de séparation des exercices Rattachement à chaque

2. Les principes comptables

Le principe d’indépendance ou de séparation des exercices

Rattachement à chaque exercice de tous les produits et charges qui le concernent et ceux là seulement.

En application de ce principe, il doit être tenu compte, sous des conditions déterminées, de tous les évènements survenus après la clôture de l’exercice et avant l’arrêté des comptes.

Font exception, la comptabilisation de l’impôt selon la méthode de l’impôt exigible et la constatation du résultat à l’achèvement des travaux dans les contrats pluri-exercices.

l’impôt exigible et la constatation du résultat à l’achèvement des travaux dans les contrats pluri-exercices. 15
l’impôt exigible et la constatation du résultat à l’achèvement des travaux dans les contrats pluri-exercices. 15

15

l’impôt exigible et la constatation du résultat à l’achèvement des travaux dans les contrats pluri-exercices. 15
2. Les principes comptables Le principe du coût historique Coût constaté auquel sont enregistrés, en

2. Les principes comptables

Le principe du coût historique

Coût constaté auquel sont enregistrés, en unités monétaires courantes, les biens à leur date d’entrée dans le patrimoine de l’entreprise. Cette valeur n’est pas remise en cause (n’est pas modifiée) lorsque du fait de l’inflation (ou de la déflation), ou de variations de prix spécifiques à la catégorie de biens, la nouvelle valeur courante s’avère supérieure ou inférieure à ce coût historique.

Ce principe demande de respecter la valeur nominale de la monnaie sans tenir compte des variations de son pouvoir d’achat. Il suppose que la monnaie est une unité de mesure stable.

tenir compte des variations de son pouvoi r d’achat. Il suppose que la monnaie est une
tenir compte des variations de son pouvoi r d’achat. Il suppose que la monnaie est une

16

tenir compte des variations de son pouvoi r d’achat. Il suppose que la monnaie est une
2. Les principes comptables Le principe de continuité d’exploitation Ce principe suppose que l’entreprise est

2. Les principes comptables

Le principe de continuité d’exploitation

Ce principe suppose que l’entreprise est présumée poursuivre son activité dans un avenir prévisible.

La continuité d’exploitation est un principe comptable de base pour l’établissement des états financiers censés représenter l’entreprise en continuité d’activité, c’est à dire dans l’hypothèse de non-cessation ou de non-réduction sensible de ses activités.

Lorsque la continuité de l’exploitation est compromise, en tout ou en partie, la permanence des méthodes ne peut plus s’appliquer et l’évaluation des biens et dettes doit être reconsidérée pour ceux des actifs et passifs concernés par la non-continuité.

des biens et dettes doit être reconsidérée pour ceux des actifs et passifs concernés par la
des biens et dettes doit être reconsidérée pour ceux des actifs et passifs concernés par la

17

des biens et dettes doit être reconsidérée pour ceux des actifs et passifs concernés par la
2. Les principes comptables Le principe de transparence Principe en vertu duquel les informations importantes

2. Les principes comptables

Le principe de transparence

Principe en vertu duquel les informations importantes doivent être présentées et communiquées clairement, sans intention de dissimuler la réalité derrière l ’apparence.

Par ce principe, les états financiers doivent donner « une vision sincère du patrimoine de l ’entreprise, de sa situation financière ainsi que des résultats de sa gestion. En outre, cette information doit être compréhensible par les tiers ».

La conformité aux procédures, la communication claire, le respect de la règle de non compensation sont les corollaires de ce principe.

procédures, la communication claire, le respect de la règle de non compensation sont les corollaires de
procédures, la communication claire, le respect de la règle de non compensation sont les corollaires de

18

procédures, la communication claire, le respect de la règle de non compensation sont les corollaires de
2. Les principes comptables Le principe d’importance significative Principe selon lequel l’information signific

2. Les principes comptables

Le principe d’importance significative

Principe selon lequel l’information significative serait celle dont l’omission ou la déformation pourrait influencer l’opinion des lecteurs des états financiers.

L’importance significative fait appel à la notion de seuil de signification. Elle s’applique, notamment, dans l’élaboration de l’État annexé où la production de certaines informations n’est requise que si elles ont une importance significative par rapport aux autres données des états financiers.

n’est requise que si elles ont une importance significative par rapport aux autres données des états
n’est requise que si elles ont une importance significative par rapport aux autres données des états

19

n’est requise que si elles ont une importance significative par rapport aux autres données des états
2. (AUTRES) Principe de la prééminence de la réalité sur l’apparence Priorité donnée à la

2. (AUTRES)

Principe de la prééminence de la réalité sur l’apparence

Priorité donnée à la réalité économique sur la forme ou l’apparence juridique dans la préparation des états financiers. Application limitée dans le cadre du droit comptable OHADA : opérations de crédit-bail, effets escomptés non échus, le personnel extérieur, les biens acquis avec réserve de propriété et les biens mis en concession.

La règle de non compensation

toute compensation, non juridiquement fondée, entre postes d’actif et postes de passif dans le Bilan et entre postes de charges et postes de produits dans le Compte de résultat est interdite.

de passif dans le Bilan et entre postes de charges et postes de produits dans le
de passif dans le Bilan et entre postes de charges et postes de produits dans le

20

de passif dans le Bilan et entre postes de charges et postes de produits dans le
3. Les caractéristiques qualitatives des états financiers Critères dont la réalisation conditionne la

3. Les caractéristiques qualitatives des états financiers

Critères dont la réalisation conditionne la régularité, la sincérité et l’image

fidèle des comptes :

Exhaustivité Exactitude; Evaluation; Séparation des exercices ou rattachement ; Droits et obligations; Présentation et information; Existence/Occurence

des exercices ou rattachement ; Droits et obligations; Présentation et information; Existence/Occurence 21
des exercices ou rattachement ; Droits et obligations; Présentation et information; Existence/Occurence 21

21

des exercices ou rattachement ; Droits et obligations; Présentation et information; Existence/Occurence 21
3. Les caractéristiques qualitatives des états financiers Exhaustivité : ensemble des actifs, des passifs, des

3. Les caractéristiques qualitatives des états financiers

Exhaustivité : ensemble des actifs, des passifs, des opérations ou des événements enregistrés de façon complète et tous les faits importants correctement décrits.

Exactitude : une opération ou un événement est enregistré à sa valeur de transaction et une recette ou une dépense est rattachée à la bonne période.

Evaluation

:

d’inventaire.

valorisation

d’un

actif

et

d’un

passif

à

sa

valeur

Séparation des exercices ou rattachement : actifs, des passifs, des opérations ou des événements son rattachés à l’exercice de leur réalisation.

ement : actifs, des passifs, des opérations ou des événements son rattachés à l’exercice de leur
ement : actifs, des passifs, des opérations ou des événements son rattachés à l’exercice de leur

22

ement : actifs, des passifs, des opérations ou des événements son rattachés à l’exercice de leur
3. Les caractéristiques qualitatives des états financiers Droits et obligations : actif et passif se

3. Les caractéristiques qualitatives des états financiers

Droits et obligations : actif et passif se rapportant à l’entité à une date donnée.

Présentation et information : informations présentées, classées et décrites selon le référentiel comptable applicable.

Existence/Occurrence : actifs et passifs existant à une date donnée.

selon le référentiel comptable applicable. Existence/Occurrence : actifs et passifs existant à une date donnée. 23
selon le référentiel comptable applicable. Existence/Occurrence : actifs et passifs existant à une date donnée. 23

23

selon le référentiel comptable applicable. Existence/Occurrence : actifs et passifs existant à une date donnée. 23
4. Définitions (Actif, passif, immobilisations, stocks, charges et produits) Actif Partie du bilan décrivant, à

4. Définitions (Actif, passif, immobilisations, stocks, charges et produits)

Actif Partie du bilan décrivant, à une date donnée, l'ensemble des emplois économiques sous contrôle de l'entreprise. Il comprend les immobilisations, les stocks, les créances et les disponibilités.

Passif Le passif du bilan décrit les ressources de l'entreprise. Celles-ci comprennent les capitaux propres, les dettes financières et assimilées, les dettes d'exploitation, les dettes hors activité ordinaire et la trésorerie passive.

et assimilées, les dettes d'exploitation, les dettes hors activité ordinaire et la trésorerie passive. 24
et assimilées, les dettes d'exploitation, les dettes hors activité ordinaire et la trésorerie passive. 24

24

et assimilées, les dettes d'exploitation, les dettes hors activité ordinaire et la trésorerie passive. 24
4. Définitions Immobilisations Eléments corporels et incorporels destinés à servir de façon durable à

4. Définitions

Immobilisations Eléments corporels et incorporels destinés à servir de façon durable à l'activité de l'entreprise. Ils ne se consomment pas par le premier usage. A priori, leur durée est de plus d'un an. Certains biens de peu de valeur ou dont la consommation est très rapide peuvent être considérés comme entièrement consommés dans l'exercice de leur mise en service et, par conséquent, ne peuvent pas être classés dans les immobilisations.

l'exercice de leur mise en service et, par conséquent, ne peuvent pas être classés dans les
l'exercice de leur mise en service et, par conséquent, ne peuvent pas être classés dans les

25

l'exercice de leur mise en service et, par conséquent, ne peuvent pas être classés dans les
4. Définitions Stocks Ensemble des biens ou des service s qui interviennent dans le cycle

4. Définitions

Stocks

Ensemble des biens ou des services qui interviennent dans le cycle

d'exploitation de l'entreprise pour être :

soit vendus en l'état ou au terme d'un processus de production à venir ou en cours ;

soit consommés en général au premier usage. On distingue les stocks proprement dits des en-cours. Les stocks proprement dits comprennent :

les approvisionnements : matières premières et fournitures, matières consommables et fournitures ;

les produits : produits intermédiaires, produits finis, produits résiduels ;

les marchandises.

fournitures ; les produits : produits intermédiaires, produits finis, produits résiduels ; les marchandises. 26
fournitures ; les produits : produits intermédiaires, produits finis, produits résiduels ; les marchandises. 26

26

fournitures ; les produits : produits intermédiaires, produits finis, produits résiduels ; les marchandises. 26
4. Définitions Charges Emplois définitifs ou consommations de valeurs décaissés ou à décaisser par

4. Définitions

Charges Emplois définitifs ou consommations de valeurs décaissés ou à décaisser par l'entreprise :

soit en contrepartie de marchandises, approvisionnements, travaux et services consommés par l'entreprise, ainsi que des avantages qui leur ont été consentis ;

soit en vertu d'une obligation légale que l'entreprise doit remplir ;

soit exceptionnellement, sans contrepartie directe.

obligation légale que l'entreprise doit remplir ; soit exceptionnellement, sans contrepartie directe. 27
obligation légale que l'entreprise doit remplir ; soit exceptionnellement, sans contrepartie directe. 27

27

obligation légale que l'entreprise doit remplir ; soit exceptionnellement, sans contrepartie directe. 27
4. Définitions Produits Sommes ou valeurs reçues ou à recevoir : soit en contrepartie de

4. Définitions

Produits Sommes ou valeurs reçues ou à recevoir :

soit en contrepartie de la fourniture par l'entreprise de biens, travaux, services, ainsi que des avantages qu'elle a consentis ;

soit en vertu d'une obligation légale existant à la charge d'un tiers ;

soit exceptionnellement sans contrepartie.

d'une obligation légale existant à la charge d'un tiers ; soit exceptionnellement sans contrepartie. 28
d'une obligation légale existant à la charge d'un tiers ; soit exceptionnellement sans contrepartie. 28

28

d'une obligation légale existant à la charge d'un tiers ; soit exceptionnellement sans contrepartie. 28
5. Contenu des états financiers Tenue et présentation des états financiers Trois (3) niveaux de

5. Contenu des états financiers

Tenue et présentation des états financiers

Trois (3) niveaux de tenue de comptabilité et de présentation des états financiers en fonction des seuils fixés dans l ’Acte Uniforme. Il s ’agit :

du système normal ;

du système allégé pour les entreprises dont le chiffre d ’affaires ne dépasse pas F CFA 100 millions et dont l ’effectif ne dépasse pas 20 travailleurs ;

du système minimal de trésorerie pour les entreprises dont le chiffre d ’affaires ne dépasse pas F CFA 30 millions (négoce), F CFA 20 millions (artisanat) et F CFA 10 millions (services).

ne dépasse pas F CFA 30 millions (négoce), F CFA 20 millions (artisanat) et F CFA
ne dépasse pas F CFA 30 millions (négoce), F CFA 20 millions (artisanat) et F CFA

29

ne dépasse pas F CFA 30 millions (négoce), F CFA 20 millions (artisanat) et F CFA
5. Contenu des états financiers Les états financiers comprennent (système normal) : • le Bilan

5. Contenu des états financiers

Les états financiers comprennent (système normal) :

• le Bilan ;

• le Compte de résultat ;

• le Tableau financier des ressources et des emplois (TAFIRE) (tableau de financement) ;

• l ’Etat annexé ;

• l ’Etat statistique (état supplémentaire destiné aux administrations-ne fait pas partie des états financiers annuels).

Le Tableau financier des ressources et des emplois et l ’Etat statistique ne sont pas repris dans le système allégé.

Tableau financier des ressources et des emplois et l ’Etat statistique ne sont pas repris dans
Tableau financier des ressources et des emplois et l ’Etat statistique ne sont pas repris dans

30

Tableau financier des ressources et des emplois et l ’Etat statistique ne sont pas repris dans
6. Autres Nous notons au sein de ces dispositions : • L ’obligation d ’établir

6. Autres

Nous notons au sein de ces dispositions :

• L ’obligation d ’établir une documentation décrivant les procédures et l ’organisation comptable (art. 16) ;

• La tenue de la comptabilité dans la langue officielle et dans l ’unité monétaire légale du pays (art. 17) ;

• Toute correction d ’erreur s ’effectue exclusivement par inscription en négatif des éléments erronés. L ’enregistrement exact est ensuite opérée (art. 20) ;

par inscription en négatif des éléments erronés. L ’enregistrement exact est ensuite opérée (art. 20) ;
par inscription en négatif des éléments erronés. L ’enregistrement exact est ensuite opérée (art. 20) ;

31

par inscription en négatif des éléments erronés. L ’enregistrement exact est ensuite opérée (art. 20) ;
6. Autres Notions d ’activités ordinaires et hors activités ordinaires Elles remplacent les anciennes notions
6. Autres Notions d ’activités ordinaires et hors activités ordinaires Elles remplacent les anciennes notions
6. Autres Notions d ’activités ordinaires et hors activités ordinaires Elles remplacent les anciennes notions
6. Autres
Notions d ’activités ordinaires et hors activités ordinaires
Elles remplacent les anciennes notions d’exploitation et hors exploitation
mais leur contenu est différent.
Activités ordinaires : Opérations assumées par l'entreprise dans le cadre de
son objet social, dans les conditions normales d'exploitation et qui se
reproduisent de manière récurrente à structure et qualité de gestion
similaires.
Hors Activités Ordinaires : Opérations n'étant pas censés se reproduire de
manière fréquente ou régulière. Seules les charges liées à la restructuration
de l'entreprise ou à des événements extraordinaires ( phénomènes
naturels : tempêtes, raz-de-marée, tremblements de terre, vols de criquets,
incendie, inondations
)
doivent être considérées comme relevant des
activités autres que ordinaires.
criquets, incendie, inondations ) doivent être considérées comme relevant des activités autres que ordinaires. 32

32

criquets, incendie, inondations ) doivent être considérées comme relevant des activités autres que ordinaires. 32
6. Autres Classement des comptes Les comptes du Système Comptable Ohada sont classés comme suit

6. Autres

Classement des comptes

Les comptes du Système Comptable Ohada sont classés comme suit :

Classes 1 à 5 : comptes de bilan ;

Classes 6 et 7 : produits et charges des activités ordinaires ;

Classe 8 : produits et charges hors activité ordinaires ;

Classe

9

:

comptabilité

engagements.

analytique

de

gestion

et

comptabilité

des

ordinaires ; Classe 9 : comptabilité engagements. analytique de gestion et comptabilité des 33
ordinaires ; Classe 9 : comptabilité engagements. analytique de gestion et comptabilité des 33

33

ordinaires ; Classe 9 : comptabilité engagements. analytique de gestion et comptabilité des 33
1 Les achats - Les achats de biens consommables sont enregistrés au débit des comptes

1 Les achats

- Les achats de biens consommables sont enregistrés au débit des comptes 60 (601 à 608 - sauf 603) en contrepartie des comptes 40 « fournisseur ».

- Les achats de services sont enregistrés au débit des comptes 61, 62, et 63 en contrepartie des comptes 40 « fournisseurs ».

Le schéma de comptabilisation est le suivant :

Débit

Crédit

Libellés

601 à 608

Achats

61, 62, 63

Services extérieurs

445

Etat TVA récupérable

 

40

Fournisseurs

à 608 Achats 61, 62, 63 Services extérieurs 445 Etat TVA récupérable   40 Fournisseurs 34
à 608 Achats 61, 62, 63 Services extérieurs 445 Etat TVA récupérable   40 Fournisseurs 34

34

1 Achats (stocks) En inventaire permanent les mouvements sur les stocks s ’enregistrent comme suit
1 Achats (stocks) En inventaire permanent les mouvements sur les stocks s ’enregistrent comme suit
1 Achats (stocks) En inventaire permanent les mouvements sur les stocks s ’enregistrent comme suit
1
Achats (stocks)
En inventaire permanent les mouvements sur les stocks s ’enregistrent
comme suit :
Entrées en stocks
Débit :
31 à 33 « stocks… »
Crédit :
603 « variation de stocks ».
Sorties de stocks
Débit :
603 « variation de stocks ».
Crédit:
31 à 33 « stocks… ».
de stocks ». Sorties de stocks Débit : 603 « variation de stocks ». Crédit: 31

35

1 Achats (stocks) En inventaire intermittent le jeux d ’écritures reste le même mais consiste
1 Achats (stocks) En inventaire intermittent le jeux d ’écritures reste le même mais consiste
1 Achats (stocks) En inventaire intermittent le jeux d ’écritures reste le même mais consiste
1
Achats (stocks)
En inventaire intermittent le jeux d ’écritures reste le même mais
consiste à constater le stock de fin d ’exercice et à annuler le stock de
début d ’exercice :
Constatation du stock de fin d ’exercice
Débit :
31 à 33 « stocks… »
Crédit :
603 « variation de stocks ».
Annulation du stock de début d ’exercice
Débit :
603 « variation de stocks ».
Crédit:
31 à 33 « stocks… ».
du stock de début d ’exercice Débit : 603 « variation de stocks ». Crédit: 31

36

2. Les ventes Les ventes sont enregistrées au créd it des comptes suivants, selon leur

2. Les ventes

Les ventes sont enregistrées au crédit des comptes suivants, selon leur nature :

701 « marchandises » ;

702 « produits finis » ;

703 « produits intermédiaire » ;

704 « produit résiduel » ;

705 « ventes de travaux » ;

706 « ventes de services » ;

707 « produits accessoires » ;

en contrepartie des comptes clients.

travaux » ; 706 « ventes de services » ; 707 « produits accessoires » ;
travaux » ; 706 « ventes de services » ; 707 « produits accessoires » ;

37

2. Les ventes Les stocks de produits finis peuvent être mouvementés au fur et à

2. Les ventes

Les stocks de produits finis peuvent être mouvementés au fur et à mesure des entrées et des sorties en stocks ou en une seule fois à la fin de l ’exercice par les écritures d ’inventaire :

Entrées en stock ou constatation du stock de fin d ’exercice

Débit :

34 à 37 « stocks… »

Crédit :

734 à 737 « variation de stocks de biens et services ».

Sorties de stock ou annulation du stock de début d ’exercice

Débit :

734 à 737 « variation de stocks de biens et services ».

Crédit:

34 à 37 « stocks… ».

Débit : 734 à 737 « variation de stocks de biens et services ». Crédit: 34
Débit : 734 à 737 « variation de stocks de biens et services ». Crédit: 34

38

3. Les acquisitions d ’immobilisations Les immobilisations sont enregistrées en classe 2 « compte d

3. Les acquisitions d ’immobilisations

Les immobilisations sont enregistrées en classe 2 « compte d ’actif immobilisé », à savoir :

- les immobilisations incorporelles en 21

- les immobilisations corporelles dans les comptes 22

à

24… ;

- les immobilisations financières dans les comptes 25

à

27… ;

En contrepartie des comptes :

- 5… « trésorerie »

- 481 « fournisseurs d ’investissement »

- 72… « production immobilisée »

: - 5… « trésorerie » - 481 « fournisseurs d ’investissement » - 72… «
: - 5… « trésorerie » - 481 « fournisseurs d ’investissement » - 72… «

39

3. Les acquisitions d ’immobilisations La valeur d ’acquisition est constituée : * du prix

3. Les acquisitions d ’immobilisations

La valeur d ’acquisition est constituée :

* du prix d ’achat définitif indiqué par la facture ;

* des charges accessoires rattachables directement à l ’opération d ’achat (frais de transport et d ’assurances, droit de douanes et de transit, commissions, honoraires) ;

* des charges d ’installation nécessaires pour mettre le bien en état d ’utilisation (préparation, montage et mise en route) ;

NB : le coût d ’acquisition peut comprendre les charges financières mais seulement dans la mesure où le découvert ou l ’emprunt présente un lien direct avec l ’opération d ’achat.

seulement dans la mesure où le découvert ou l ’emprunt présente un lien direct avec l
seulement dans la mesure où le découvert ou l ’emprunt présente un lien direct avec l

40

4. Effets à recevoir et effets à payer * Lorsque le débiteur accepte la traite

4. Effets à recevoir et effets à payer

* Lorsque le débiteur accepte la traite ou souscrit le billet il transfère la dette commerciale du compte fournisseur à celui d ’effets à payer :

débit : 401 « fournisseur, dettes en compte »

crédit : 402 « fournisseur, effets à payer »

* Lorsque le créancier signe la traite ou reçoit le billet, il transfère la créance commerciale du compte client au compte effets à payer :

débit : 412 « clients, effets à recevoir en portefeuille »

crédit : 411 « clients »

* Les comptes d ’effets à recevoir et d ’effets à payer ne font plus partie des comptes financiers (classe 5) comme dans Ocam.

d ’effets à recevoir et d ’effets à payer ne font plus partie des comptes financiers
d ’effets à recevoir et d ’effets à payer ne font plus partie des comptes financiers

41

5. Effets à encaisser * Lorsque le créancier confie à l ’échéance l ’encaissement de

5. Effets à encaisser

* Lorsque le créancier confie à l ’échéance l ’encaissement de l ’effet à un tiers, il transfère la créance dans un compte transitoire 512 « effets à l ’encaissement sur la base d ’un bordereau de remise à l ’encaissement :

débit : 512 « effets à l ’encaissement »

crédit : 412 « clients, effets à recevoir »

* Lorsque après l ’échéance la banque avise le créancier de la bonne fin de l ’opération sur un bordereau d ’encaissement, l ’écriture suivante est enregistrée :

débit : 52 ou 53 « banques ou établissements financiers » (net)

débit : 631 « frais sur effets » (commission)

crédit : 512 « effets à l ’encaissement » (brut)

» (net) débit : 631 « frais sur effets » (commission) crédit : 512 « effets
» (net) débit : 631 « frais sur effets » (commission) crédit : 512 « effets

42

6. Effets à l ’escompte * Lorsque le créancier négocie l ’effet avant l ’échéance,

6. Effets à l ’escompte

* Lorsque le créancier négocie l ’effet avant l ’échéance, il transfère la créance du compte 412 au compte 415, sur la base du bordereau de remise à l ’escompte ;

* Lorsque la banque accepte d ’escompter l ’effet, le bordereau d ’escompte est enregistré comme suit, compte tenu des agios prélevés :

débit : 52 « banques » (net)

débit : 675 « escompte des effets de commerce » (agios)

crédit : 565 « banques, crédits d ’escomptes » (brut)

* Après l ’échéance et en cas de bonne fin de l ’opération seulement, la créance sur le client et la dette envers la banque sont compensées de la manière suivante :

débit : 565 « banques, crédits d ’escompte »

crédit : 415 « clients, effets escomptés non échus »

: débit : 565 « banques, crédits d ’escompte » crédit : 415 « clients, effets
: débit : 565 « banques, crédits d ’escompte » crédit : 415 « clients, effets

43

7. Opérations en monnaie étrangère * Les dettes et créances sont converties sur la base

7. Opérations en monnaie étrangère

* Les dettes et créances sont converties sur la base du dernier cours de change connu à la date de clôture des comptes.

* les différences de conversion dégagées par ces ajustements de valeur à l ’inventaire sont inscrites dans deux comptes d ’attentes :

* les pertes latentes de change sont portées au débit d ’un compte 478 « écarts de conversion actif » en contrepartie des comptes de dettes ou des créances ;

* les gains latents de change sont portés au crédit d ’un compte 479 « écart de conversion-passif » par le débit des comptes de dettes ou de créances.

au crédit d ’un compte 479 « écart de conversion-passif » par le débit des comptes
au crédit d ’un compte 479 « écart de conversion-passif » par le débit des comptes

44

7. Opérations en monnaie étrangère * les pertes latentes de change donnent lieu à la

7. Opérations en monnaie étrangère

*

les pertes latentes de change donnent lieu à la constitution d ’une provision pour perte de change comptabilisée comme suit :

débit : 679 « charges provisionnées financières »

crédit : 499 « risques provisionnés »

comme suit : débit : 679 « charges provisionnées financières » crédit : 499 « risques
comme suit : débit : 679 « charges provisionnées financières » crédit : 499 « risques

45

7. Opérations en monnaie étrangère Exceptions * Lorsque des pertes probables sont attachées à des

7. Opérations en monnaie étrangère

Exceptions

* Lorsque des pertes probables sont attachées à des opérations d ’emprunts ou de prêts affectant plusieurs exercices, l ’entreprise doit procéder à l ’étalement de ces pertes ou ces gains sur la durée restant à courir ;

* Si l ’entreprise décide d ’intégrer toutes ces opérations traitées avec l ’étranger dans une position globale de change, une compensation est admise entre pertes probables et gains latents, devise par devise. La dotation aux provisions est limitée à l ’excédent des pertes sur les gains.

Remarque :

Ces deux dispositions n ’exonèrent pas l ’entreprise de la constatation des différents écarts de conversion.

: Ces deux dispositions n ’exonèrent pas l ’entreprise de la constatation des différents écarts de
: Ces deux dispositions n ’exonèrent pas l ’entreprise de la constatation des différents écarts de

46

8. Personnel extérieur Principes et traitements L ’apparence juridique des prestations de services de personnel

8. Personnel extérieur

Principes et traitements

L ’apparence juridique des prestations de services de personnel extérieur, facturées par des sociétés (en général du même groupe), masque la réalité économique d ’un apport de travail. Le système comptable Ohada préconise donc l ’enregistrement de ces charges dans les charges du personnel.

* Au cours de l ’exercice, les charges sont enregistrées de la manière suivante :

débit : 637 « rémunération de personnel extérieur à l ’entreprise »

crédit : 521 / 401 « banques » / « fournisseurs dettes en compte »

* En fin d ’exercice, le retraitement suivant est opéré :

débit : 667 « rémunération transférée de personnel extérieur

crédit : 637 « rémunération de personnel extérieur à l ’entreprise »

transférée de personnel extérieur crédit : 637 « rémunération de personnel extérieur à l ’entreprise »
transférée de personnel extérieur crédit : 637 « rémunération de personnel extérieur à l ’entreprise »

47

1 Les charges à payer Lorsque apparaissent en fin d ’exercice des charges certaines le

1

Les charges à payer

Lorsque apparaissent en fin d ’exercice des charges certaines le concernant, mais qui n ’ont pas encore été enregistrées faute de paiement ou de pièce comptable, elles doivent être évaluées et enregistrées au débit des comptes de charges intéressés en contrepartie des comptes de la catégorie des tiers auxquels elles se rattachent :

X

408 « fournisseurs, factures non parvenues » ;

X

428 « personnel, charges à payer » ;

X

438 « organismes sociaux charges à payer »

X

448 « Etat, charges à payer »

X

4198 « Rabais, remises, ristournes et autres avoirs à accorder » ;

X

166 « Intérêts courus » (sur emprunts à LT) ;

X

526 « Intérêts courus » (sur découverts) ;

X

566 « Intérêts courus » (sur crédits à court terme).

526 « Intérêts courus » (sur découverts) ; X 566 « Intérêts courus » (sur crédits
526 « Intérêts courus » (sur découverts) ; X 566 « Intérêts courus » (sur crédits

48

2 Les produits à recevoir Lorsque apparaissent en fin d ’ex ercice des produits certains

2

Les produits à recevoir

Lorsque apparaissent en fin d ’exercice des produits certains le concernant, mais qui n ’ont pas encore été enregistrés faute de paiement ou de pièce comptable, ils doivent être évalués et enregistrés au crédit des comptes de produits intéressés en contrepartie des comptes de la catégorie des tiers auxquels ils se rattachent, dans un compte divisionnaire à terminaison 8 :

X

418 « clients , factures à établir » ;

X

4287 « personnel, produits à recevoir » ;

X

438 « organismes sociaux charges à payer » ;

X

448 « Etat, produits à recevoir » ;

X

4098 « rabais, remises, ristournes et autres avoirs à obtenir ».

X

458 « organismes internationaux, fonds de dotation et subvention à recevoir » ;

X

526 « Intérêts courus » (sur DAT)

internationaux, fonds de dotation et subvention à recevoir » ; X 526 « Intérêts courus »
internationaux, fonds de dotation et subvention à recevoir » ; X 526 « Intérêts courus »

49

3 Les charges et produits constatés d ’avance * Lorsque des charges enregistrées en cours

3 Les charges et produits constatés d ’avance

* Lorsque des charges enregistrées en cours d ’exercice concernent partiellement l ’exercice suivant, la partie concernant ce dernier doit être créditée par le débit d ’un compte 476 « charges constatées d ’avance » ;

* Lorsque des produits enregistrés en cours d ’exercice concernent partiellement l ’exercice suivant, la partie concernant ce dernier doit être débitée par le crédit d ’un compte 477 « produits constatés d ’avance » ;

* En revanche, les achats déjà enregistrés sur facture, mais non encore livrés, n ’ont pas à être régularisés au niveau des charges. Leur montant figurera après inventaire dans les comptes 38 « stocks en cours de route » ;

au niveau des charges. Leur montant figurera après inventaire dans les comptes 38 « stocks en
au niveau des charges. Leur montant figurera après inventaire dans les comptes 38 « stocks en

50

4 Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges * Le Système Comptable

4 Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges

* Le Système Comptable Ohada fait une distinction, au niveau du compte de résultat, entre les provisions sur l’actif circulant ou sur risques à court terme et les provisions sur immobilisations ou sur risque à long terme.

* En ce qui concerne les provisions sur actif circulant ou risque à court terme, Ohada abandonne la notion de dotation au profit de celle de charges provisionnées qui a été introduite pour améliorer le calcul de l’excédent brut d’exploitation et de la capacité d’autofinancement. Nous vous présentons ci-après les schéma de comptabilisation prévus par le Système Comptable Ohada

Nous vous présentons ci-après les schéma de comptabilisation prévus par le Système Comptable Ohada 51
Nous vous présentons ci-après les schéma de comptabilisation prévus par le Système Comptable Ohada 51

51

4 Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges * Charges provisionnées :

4

Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges

*

Charges provisionnées :

X

Seront débités :

659

Charges provisionnées d’exploitation

679

Charges provisionnées financières

839

Charges provisionnées hors activités ordinaires

X

Seront crédités (cas de dépréciation des éléments de l’actif circulant) :

391 à 398

Dépréciation des stocks

490

à 498

Dépréciation des tiers

590

à 594

Dépréciation des comptes de trésorerie

des stocks 490 à 498 Dépréciation des tiers 590 à 594 Dépréciation des comptes de trésorerie
des stocks 490 à 498 Dépréciation des tiers 590 à 594 Dépréciation des comptes de trésorerie

52

4 Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges X Seront crédités (cas

4

Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges

X

Seront crédités (cas provisions pour risque et charges à moins d’un an) :

499

Risques provisionnés

599

Risques provisionnés à caractère financier

à moins d’un an) : 499 Risques provisionnés 599 Risques provisionnés à caractère financier 53
à moins d’un an) : 499 Risques provisionnés 599 Risques provisionnés à caractère financier 53

53

4 Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges Dotations aux provisions  

4

Les provisions pour dépréciation et provisions pour risques et charges

Dotations aux provisions

 

X

Seront débités :

691

Dotations aux provisions d’exploitation

 

697

Dotations aux provisions financières

853

Dotations

aux

provisions

pour

dépréciation

-

hors

activités

ordinaires

 

X

Seront

crédités

(cas

de

dépréciation

des

éléments

de

l’actif

immobilisé) :

 

291 à 297

Provision pour dépréciation d’actif immobilisé

 

X

Seront crédités (cas provisions pour risque et charges à plus d’un an) :

191 à 198

Provisions financières pour risques et charges

pour risque et charges à plus d’un an) : 191 à 198 Provisions financières pour risques
pour risque et charges à plus d’un an) : 191 à 198 Provisions financières pour risques

54

5. La dépréciation des immobilisations Le système comptable Ohada précise les aspects suivants : la

5. La dépréciation des immobilisations

Le système comptable Ohada précise les aspects suivants :

la dépréciation d ’une immobilisation (qu’elle résulte de l ’usure, du changement des techniques ou de toute autre cause) doit être constatée par des amortissements ;

l ’amortissement est enregistré de manière indirect, c ’est à dire par l ’utilisation de comptes d ’amortissement ;

Les imputations comptables sont les suivantes :

Débit : 681 « dotations aux amortissements d ’exploitation » ou Débit : 852 « dotations aux amortissements HAO Crédit : 28. « amortissements »

d ’exploitation » ou Débit : 852 « dotations aux amortissements HAO Crédit : 28. «
d ’exploitation » ou Débit : 852 « dotations aux amortissements HAO Crédit : 28. «

55

6. La sortie de l ’immobilisation La sortie du patrimoine donne lieu en principe à

6. La sortie de l ’immobilisation

La sortie du patrimoine donne lieu en principe à trois écritures :

la constatation de l ’amortissement complémentaire :

débit : 681 « dotation aux amortissements »

crédit : 28 « amortissements

»

la reprise de la valeur brute :

débit : 81 « valeurs comptables des cessions crédit : 22 à 24 « actif immobilisé »

»

la sortie du cumul des amortissements pratiqués :

débit : 28 « amortissements » crédit : 81 « valeurs comptables des cessions… »

amortissements pratiqués : débit : 28 « amortissements » crédit : 81 « valeurs comptables des
amortissements pratiqués : débit : 28 « amortissements » crédit : 81 « valeurs comptables des

56

6. La sortie de l ’immobilisation (suite) En cas de vente de l ’immobilisation, la

6. La sortie de l ’immobilisation (suite) En cas de vente de l ’immobilisation, la créance sur cession est imputée comme suit :

débit : 485 « créances sur cessions d ’immob… » crédit : 82 « produit des cessions d ’immobilisation »

En cas de mise au rebut, il n ’y a aucune écriture complémentaire à passer ; En cas de destruction et si le bien est assuré, l ’indemnité d ’assurance reçue est assimilée au prix de cession et enregistrée comme tel.

La plus ou moins value n ’apparaît pas en comptabilité. Elle devra être déterminée par comparaison entre les soldes 81 et 82.

La plus-value de cession à réinvestir est enregistrée au débit du compte 851

« dotations HAO aux provisions réglementées

152 « plus value de cession à réinvestir » sans que les enregistrements en comptes 81 et 82 ne soient modifiés.

» en contrepartie du compte

à réinvestir » sans que les enregistrements en comptes 81 et 82 ne soient modifiés. »
à réinvestir » sans que les enregistrements en comptes 81 et 82 ne soient modifiés. »

57

Les capitaux permanents Les comptes de capitaux propres peuvent être contrôlés par recoupement avec :

Les capitaux permanents Les comptes de capitaux propres peuvent être contrôlés par recoupement avec :

- Statuts;

- Décisions de l’Assemblée des associés portant augmentation de capital;

- Textes relatifs au protocole de fusion ou d’apport;

- Evaluation des actifs à la date de réévaluation;

- Décision des associés portant augmentation du capital par incorporation de tout ou partie de l’écart de réévaluation;

- Décision de l’Assemblée Générale portant augmentation de capital;

- Décision de l’Assemblée Générale portant affectation du résultat;

- Décision d’octroi de la subvention ou d’affectation à l’entreprise d’un bien de façon définitive et à titre gratuit;

- Contrats de prêts signés par l’entreprise;

- Tableau d’amortissement des emprunts;

- Calcul des intérêts courus;

- Contrats de dépôts et cautionnement.

- Tableau d’amortissement des emprunts; - Calcul des intérêts courus; - Contrats de dépôts et cautionnement.
- Tableau d’amortissement des emprunts; - Calcul des intérêts courus; - Contrats de dépôts et cautionnement.

58

Les capitaux permanents (Suites) - Détail des provisions financières pour risques et charges (Indemnité de

Les capitaux permanents (Suites)

- Détail des provisions financières pour risques et charges (Indemnité de départ à la retraite …);

- S’assurer de l’exhaustivité des charges financières enregistrées;

- S’assurer que toutes les dotations ont été constituées en contrepartie d’un compte 69 et toutes les reprises en contrepartie d’un compte 79).

ont été constituées en contrepartie d’un compte 69 et toutes les reprises en contrepartie d’un compte
ont été constituées en contrepartie d’un compte 69 et toutes les reprises en contrepartie d’un compte

59

Immobilisations/Dotations aux amortissements et aux provisions - Rapprochement le fichier des immobili sations avec la

Immobilisations/Dotations aux amortissements et aux provisions

- Rapprochement le fichier des immobilisations avec la comptabilité (valeurs brutes, amortissements, acquisitions et les cessions); - Réconciliation du bilan et du compte de résultat avec le tableau des immobilisations (Valeurs brutes) et le tableau des amortissements;

- Réconciliation du tableau des plus-values et moins values de cessions avec le compte de résultat;

- Réconciliation du tableau des plus-values et moins values de cessions avec le TAFIRE;

- Vérifier que les frais immobilisés ont été amortis directement; - Vérifier que les charges ont été activées en contrepartie du compte de transfert de charges (compte 78); elles sont d’abord comptabilisées dans le compte de charges par nature à l’exception de la prime de remboursement des obligations); - Vérifier que les immobilisations produites par l’entreprise ont été enregistrées en contrepartie du compte de production immobilisée.

pr oduites par l’entreprise ont été enregistrées en contrepartie du compte de production immobilisée. 60
pr oduites par l’entreprise ont été enregistrées en contrepartie du compte de production immobilisée. 60

60

Immobilisations (Suite) - Réconciliation des avances aux fournisseurs d’immobilisations avec les relevés de comptes

Immobilisations (Suite)

- Réconciliation des avances aux fournisseurs d’immobilisations avec les relevés de comptes bancaires et les ordres de virements;

- Vérifier l’antériorité des avances et acomptes aux fournisseurs d’immobilisations;

- S’assurer que des immobilisations n’ont été comptabilisées en frais d’entretien;

- Rapprochement de la comptabilité avec les bons de souscription des titres de participation;

- Recoupement des titres de participation avec les ordres d’achats ou de ventes en bourse;

- Apprécier la nécessité de déprécier les titres de participation (Correcte valorisation).

ventes en bourse; - Apprécier la nécessité de déprécier les titres de participation (Correcte valorisation). 61
ventes en bourse; - Apprécier la nécessité de déprécier les titres de participation (Correcte valorisation). 61

61

Stocks/Achats/Fournisseurs - Rapprochement de la comptabilité avec l’Etat détaillé et valorisé de stocks; -

Stocks/Achats/Fournisseurs

- Rapprochement de la comptabilité avec l’Etat détaillé et valorisé de stocks;

- Rapprochement de la variation des stocks par les comptes de bilan avec la variation de stocks par les comptes de gestion;

- Appréciation de la nécessité de déprécier (valeur nette de revente, stock mort …);

- Rapprochement des mouvements de provisions avec le compte de résultat (Comptes 65 pour les dépréciations et 75 pour les reprises);

- Rapprochement des mouvements de provisions des stocks suivant le tableau des provisions (Etat annexe) avec la balance générale;

- Revue analytique des coûts de revient et des stocks; - S’assurer de la permanence de méthode de valorisation des stocks sinon s’assurer que le changement de méthode de valorisation des stocks est justifié.

- Analyse des marges.

sinon s’assurer que le changement de méthode de valorisation des stocks est justifié. - Analyse des
sinon s’assurer que le changement de méthode de valorisation des stocks est justifié. - Analyse des

62

Stocks/Achats/Fournisseurs - Rapprochement de la balance générale avec la balance auxiliaire fournisseurs; -

Stocks/Achats/Fournisseurs

- Rapprochement de la balance générale avec la balance auxiliaire fournisseurs;

- S’assurer que les comptes fournisseurs débiteurs correspondent à des avances réelles faites aux fournisseurs;

- Appréciation de la nécessité de déprécier des comptes fournisseurs débiteurs;

- S’assurer que les comptes fournisseurs sont analysés;

- S’assurer de l’exhaustivité des factures d’achat comptabilisées

- Rapprochement des mouvements de provisions avec le compte de résultat (Comptes 65 pour les dépréciations et 75 pour les reprises);

- Rapprochement des mouvements de provisions des fournisseurs débiteurs selon le tableau des provisions (Etat annexe) avec la balance générale;

- S’assurer de la correcte présentation des comptes fournisseurs;

- Revue analytique des comptes fournisseurs.

- S’assurer de la correcte présentation des comptes fournisseurs; - Revue analytique des comptes fournisseurs. 63
- S’assurer de la correcte présentation des comptes fournisseurs; - Revue analytique des comptes fournisseurs. 63

63

Clients /Ventes - Rapprochement de la balance générale avec la balance auxiliaire clients; - Rapprochement

Clients /Ventes

- Rapprochement de la balance générale avec la balance auxiliaire clients;

- Rapprochement de la balance générale avec la balance âgée clients;

- S’assurer que les comptes clients créditeurs correspondent à des avances réelles reçues des clients;

- S’assurer que les comptes clients sont analysés;

- Appréciation de la nécessité de déprécier des comptes clients débiteurs;

- S’assurer de l’exhaustivité du chiffre d’affaires comptabilisé;

- Rapprochement chiffre d’affaires déclaré (TVA) avec le chiffre d’affaires comptabilisé;

- Rapprochement des mouvements de provisions avec le compte de résultat (Comptes 65 pour les dépréciations et 75 pour les reprises);

- Rapprochement des mouvements de provisions des clients débiteurs selon le tableau des provisions (Etat annexe) avec la balance générale;

- Revue analytique des comptes clients;

- S’assurer de la correcte présentation des comptes clients;

- S’assurer que les créances irrécouvrables sont justifiées.

de la correcte présentation des comptes clients; - S’assurer que les créances irrécouvrables sont justifiées. 64
de la correcte présentation des comptes clients; - S’assurer que les créances irrécouvrables sont justifiées. 64

64

Personnel & Organismes sociaux/Charges de personnel - Rapprochement de la Déclaration Annu elle des Salaires

Personnel & Organismes sociaux/Charges de personnel

- Rapprochement de la Déclaration Annuelle des Salaires avec la balance générale (Salaires bruts, Charges sociales sur salaires et charges fiscales sur salaires);

- Rapprochement des comptes auxiliaires du personnel avec la balance générale;

- S’assurer que les comptes du personnel sont analysés (Rapprochement des soldes à la clôture de l’exercice avec les montants à déclarer au titre du mois de décembre ou du dernier trimestre : CNSS, SOPROGI, ONEMO, IRPP, TA et TFS);

- Vérifier le correct calcul de la provision pour congés payés (considérer les charges sur salaires)

- Appréciation de la nécessité de déprécier des comptes fournisseurs débiteurs (compte courant d’agents ayant quitté la société …)

- Rapprochement des mouvements de provisions avec le compte de résultat (Comptes 65 pour les dépréciations et 75 pour les reprises);

- Rapprochement des mouvements de provisions des comptes du personnel débiteurs selon le tableau des provisions (Etat annexe) avec la balance générale;

des comptes du personnel débiteurs selon le tabl eau des provisions (Etat annexe) avec la balance
des comptes du personnel débiteurs selon le tabl eau des provisions (Etat annexe) avec la balance

65

Personnel & Organismes sociaux/Charges de personnel - Revue analytique des comptes du personnel; - S’assurer

Personnel & Organismes sociaux/Charges de personnel

- Revue analytique des comptes du personnel; - S’assurer de la correcte présentation des comptes Personnel et organismes sociaux.

des comptes du personnel; - S’assurer de la correcte présentation des comptes Personnel et organismes sociaux.
des comptes du personnel; - S’assurer de la correcte présentation des comptes Personnel et organismes sociaux.

66

Etat/ Charges fiscales - S’assurer que les comptes Etat sont analysés (Rapprochement des soldes à

Etat/ Charges fiscales

- S’assurer que les comptes Etat sont analysés (Rapprochement des soldes à la clôture de l’exercice avec les montants à déclarer au titre du mois de décembre ou du dernier trimestre : IRPP, TA et TFS);

- S’assurer de l’exhaustivité des charges fiscales;

- Vérifier que les comptes de TVA sont analysés;

- Procéder à la détermination de la charge d’impôt sur les sociétés;

- Vérifier l’analyse du compte Etat – Impôt sur les sociétés (il doit correspondre à la liquidation de l’impôt sur les sociétés de l’exercice);

- Appréciation de la nécessité de déprécier des comptes Etat débiteurs

- Rapprochement des mouvements de provisions avec le compte de résultat (Comptes 65 pour les dépréciations et 75 pour les reprises);

- Rapprochement des mouvements de provisions des comptes Etat débiteurs selon le tableau des provisions (Etat annexe) avec la balance générale;

- S’assurer de la correcte présentation des comptes Etat;

- Revue analytique des comptes Etat (bilan et compte de résultat);

de la correcte présentation des comptes Etat; - Revue analytique des comptes Et at (bilan et
de la correcte présentation des comptes Etat; - Revue analytique des comptes Et at (bilan et

67

Groupe - S’assurer que les comptes Groupe sont réconciliés (Bilan et compte de résultat); -

Groupe

-

S’assurer que les comptes Groupe sont réconciliés (Bilan et compte de résultat);

-

S’assurer du respect de la limite de déduction des frais d’assistance technique;

-

Appréciation de la nécessité de déprécier des comptes Groupe débiteurs

-

Rapprochement des mouvements de provisions avec le compte de résultat (Comptes 65 pour les dépréciations et 75 pour les reprises);

-

Rapprochement

des mouvements de provisions des comptes Groupe

débiteurs selon le tableau des provisions (Etat annexe) avec la balance

générale;

-

Revue analytique des comptes Groupe (bilan et compte de résultat);

-

S’assurer de la correcte présentation des comptes fournisseurs.

Grou pe (bilan et compte de résultat); - S’assurer de la correcte présentation des comptes fournisseurs.
Grou pe (bilan et compte de résultat); - S’assurer de la correcte présentation des comptes fournisseurs.

68

Débiteurs et créditeurs divers - S’assurer que les charges constatées d’avance sont correctement analysées; -

Débiteurs et créditeurs divers

- S’assurer que les charges constatées d’avance sont correctement analysées;

- S’assurer que les charges abonnées ont été intégralement reprises au compte de résultat;

- S’assurer que les écarts de conversion ont été correctement déterminés;

S’assurer que les écarts de conversion actif ont été correctement provisionnés (provision pour risque de change);

- S’assurer que les autres comptes débiteurs et créditeurs divers sont analysés;

- Appréciation de la nécessité de déprécier des comptes débiteurs divers;

- Rapprochement des mouvements de provisions avec le compte de résultat (Comptes 65 pour les dépréciations et 75 pour les reprises);

- Rapprochement des mouvements de provisions des comptes débiteurs divers selon le tableau des provisions (Etat annexe) avec la balance générale;

provisions des comptes débiteurs divers selon le tableau des provis ions (Etat annexe) avec la balance
provisions des comptes débiteurs divers selon le tableau des provis ions (Etat annexe) avec la balance

69

Débiteurs et créditeurs divers Revue analytique des comptes dé biteurs et créditeurs divers; S’assurer de

Débiteurs et créditeurs divers

Revue analytique des comptes débiteurs et créditeurs divers; S’assurer de la correcte présentation des comptes débiteurs et créditeurs divers;

biteurs et créditeurs divers; S’assurer de la correcte présentation des comptes débiteurs et créditeurs divers; 70
biteurs et créditeurs divers; S’assurer de la correcte présentation des comptes débiteurs et créditeurs divers; 70

70

Trésorie - Rapprochement de la balance générale avec l’inventaire de caisses à la date de

Trésorie

- Rapprochement de la balance générale avec l’inventaire de caisses à la date de clôture de l’exercice;

- Déprécier les éventuels bons à justifier émis à la date de clôture et non justifiés à la date de clôture;

- S’assurer que les rapprochements bancaires ont été régulièrement établis;

- S’assurer que les suspens bancaires sont correctement analysés;

- Apprécier la nécessité de déprécier les suspens bancaires;

- Revue analytique des comptes de trésorerie;

- S’assurer de la correcte présentation des comptes de trésorerie.

- Revue analytique des comptes de trésorerie; - S’assurer de la correcte présentation des comptes de
- Revue analytique des comptes de trésorerie; - S’assurer de la correcte présentation des comptes de

71

Le dossier de contrôle Le dossier de clôture comprend : - La balance générale -

Le dossier de contrôle

Le dossier de clôture comprend :

- La balance générale

- Le grand-livre des comptes

- Les balances auxiliaires (clients, fournisseurs, personnel …)

- Les analyses des soldes des comptes

- Les pièces justificatives des principaux mouvements ou des événements significatifs

Les éléments du dossier de clôture peuvent être classés suivant l’ordre du plan des comptes. Le dossier de clôture montre que les comptes ont été révisés et, il constitue un indicateur de la bonne connaissance par les dirigeants du contenu des comptes.

été révisés et, il constitue un indicateur de la bonne connaissance par les dirigeants du contenu
été révisés et, il constitue un indicateur de la bonne connaissance par les dirigeants du contenu

72

Le dossier de contrôle LES COMPTES DE CAPITAUX PROPRES - Analyse des comptes de capitaux

Le dossier de contrôle

LES COMPTES DE CAPITAUX PROPRES

- Analyse des comptes de capitaux propres ;

- Copies des procès-verbaux de l’assemblée générale des actionnaires ;

- Copies des procès-verbaux de l’assemblée des actionnaires portant modification du capital ;

- Tableau de variation des capitaux propres ;

- Copies des procès-verbaux du Conseil d’Administration tenu ;

- Tout autre justificatif des mouvements des comptes de capitaux propres.

du Conseil d’Administration tenu ; - Tout autre justificatif des mouvements des comptes de capitaux propres.
du Conseil d’Administration tenu ; - Tout autre justificatif des mouvements des comptes de capitaux propres.

73

Le dossier de contrôle EMPRUNTS - Analyses des mouvements des comptes d’emprunts; - Copies de

Le dossier de contrôle

EMPRUNTS

- Analyses des mouvements des comptes d’emprunts;

- Copies de convention de prêts signées au cours de l’exercice ;

- Les copies des conventions de comptes courants bloques ;

- Réconciliation des tableaux d’amortissement des emprunts avec la balance générale (capital et intérêts) ;

- Détail du calcul des intérêts courus ;

- Confirmation des soldes des emprunts groupe.

et intérêts) ; - Détail du calcul des intérêts courus ; - Confirmation des soldes des
et intérêts) ; - Détail du calcul des intérêts courus ; - Confirmation des soldes des

74

Le dossier de contrôle PROVISIONS FINANCIERES POUR RISQUES ET CHARGES - Tableau des mouvements de

Le dossier de contrôle

PROVISIONS FINANCIERES POUR RISQUES ET CHARGES

- Tableau des mouvements de provisions financières pour risques et charges ;

- Réconciliation des mouvements de provisions financières pour risques et charges avec le compte de résultat ;

- Copies des pièces justificatives des mouvements de provisions financières pour risques et charges ;

- Détail du calcul de la provision pour départ a la retraite.

de provisions financières pour risques et charges ; - Détail du calcul de la provision pour
de provisions financières pour risques et charges ; - Détail du calcul de la provision pour

75

Le dossier de contrôle IMMOBILISATIONS - Le tableau des mouvements des immobilisations ; - Le

Le dossier de contrôle

IMMOBILISATIONS

- Le tableau des mouvements des immobilisations ;

- Le fichier des immobilisations ;

- Réconciliation entre le fichier des immobilisations et la balance générale (valeur brute, amortissements, valeur nette comptable des immobilisations cédées) ;

- Pièces justificatives des immobilisations acquises (bons de commande, factures et les bons de livraison) ;

- Pièces justificatives des immobilisations cédées (autorisation de cession, procès-verbal de mise au rebut, factures …) ;

- Analyse du compte de production immobilisée ;

- Analyse de la régularisation de la tva ;

- Copies des contrats de prêts accordés au personnel ;

immobilisée ; - Analyse de la régularisation de la tva ; - Copies des contrats de
immobilisée ; - Analyse de la régularisation de la tva ; - Copies des contrats de

76

Le dossier de contrôle IMMOBILISATIONS - Pièces justificatives des immobilisations en cours ; - Analyse

Le dossier de contrôle

IMMOBILISATIONS

- Pièces justificatives des immobilisations en cours ;

- Analyse des avances et acomptes sur immobilisations ;

- Pièces justificatives des dépôts et cautionnements versés ;

- Détail de calcul des intérêts courus sur les prêts accordés ;

- Détail de la provision pour dépréciation des immobilisations.

des intérêts courus sur les prêts accordés ; - Détail de la provision pour dé préciation
des intérêts courus sur les prêts accordés ; - Détail de la provision pour dé préciation

77

Le dossier de contrôle STOCKS - Procès-verbaux des inventaires de stocks ; - Revue analytique

Le dossier de contrôle

STOCKS

- Procès-verbaux des inventaires de stocks ;

- Revue analytique ;

- Etat détaillé et valorisé des stocks ;

- Réconciliation de l’état détaillé et valorisé de stocks avec la balance générale ;

- Détail de la dépréciation du stocks ;

- Analyse du stock en cours de route (date d’expédition par le fournisseur, date de réception …) ;

- Réconciliation des mouvements de stocks avec le compte de résultat ;

- Rapprochement des mouvements de dépréciation des stocks avec le compte de résultat.

le compte de résultat ; - Rapprochement des mouvements de dépréciation des stocks avec le compte
le compte de résultat ; - Rapprochement des mouvements de dépréciation des stocks avec le compte

78

Le dossier de contrôle STOCKS - Procès-verbaux des inventaires de stocks ; - Revue analytique

Le dossier de contrôle

STOCKS

- Procès-verbaux des inventaires de stocks ;

- Revue analytique ;

- Etat détaillé et valorisé des stocks ;

- Réconciliation de l’état détaillé et valorisé de stocks avec la balance générale ;

- Détail de la dépréciation du stocks ;

- Analyse du stock en cours de route (date d’expédition par le fournisseur, date de réception …) ;

- Réconciliation des mouvements de stocks avec le compte de résultat ;

- Rapprochement des mouvements de dépréciation des stocks avec le compte de résultat.

le compte de résultat ; - Rapprochement des mouvements de dépréciation des stocks avec le compte
le compte de résultat ; - Rapprochement des mouvements de dépréciation des stocks avec le compte

79

Le dossier de contrôle FOURNISSEURS ET ACHATS - Revue analytique des comptes fournisseurs ; -

Le dossier de contrôle

FOURNISSEURS ET ACHATS

- Revue analytique des comptes fournisseurs ;

- Balance auxiliaire des comptes fournisseurs ;

- Réconciliation de la balance auxiliaire avec la balance générale ;

- Analyse des comptes fournisseurs (y compris les fournisseurs factures non parvenues);

- Justification des principaux comptes fournisseurs (commande, bons de réception et factures …);

- Justification des comptes fournisseurs débiteurs ;

- Revue analytique des comptes d’achats (60, 61, 62 et 63) et justification des principales variations ;

- Revue analytique des comptes fournisseurs

- Confirmations des fournisseurs groupe.

des principales variations ; - Revue analytique des comptes fournisseurs - Confirmations des fournisseurs groupe. 80
des principales variations ; - Revue analytique des comptes fournisseurs - Confirmations des fournisseurs groupe. 80

80

Le dossier de contrôle CLIENTS ET CHIFFRE D’AFFAIRES - Revue analytique des comptes clients ;

Le dossier de contrôle

CLIENTS ET CHIFFRE D’AFFAIRES

- Revue analytique des comptes clients ;

- Balance auxiliaire des comptes clients ;

- Réconciliation de la balance auxiliaire avec la balance générale ;

- Analyse des comptes clients ;

- Justification des principaux soldes des comptes clients (commandes, factures, bons de livraison, paiements post-clôtures) ;

- Confirmations des clients groupe ;

- Justification des clients créditeurs ;

- Détail de la dépréciation des créances clients ;

- Mouvements de dépréciation des créances clients et réconciliation avec le compte de résultat ;

- Revue analytique du chiffre d’affaires ;

- Copies des principaux contrats acquis au cours de l’exercice ;

- Réconciliation du chiffre d’affaires déclare avec le chiffre d’affaires comptabilisé.

de l’exercice ; - Réconciliation du chiffre d’affaires déclare avec le chiffre d’affaires comptabilisé. 81
de l’exercice ; - Réconciliation du chiffre d’affaires déclare avec le chiffre d’affaires comptabilisé. 81

81

Le dossier de contrôle COMPTES DE PERSONNEL ET ORGANISMES SOCIAUX - Revue analytique des comptes

Le dossier de contrôle

COMPTES DE PERSONNEL ET ORGANISMES SOCIAUX

- Revue analytique des comptes de bilan ;

- Revue analytique des comptes de gestion (effectif, taux moyen des charges sociales, salaire moyen annuel …) ;

- Rapprochement de la Déclaration Annuelle des Salaires avec la comptabilité (comptes de charges) ;

- Analyse des comptes de bilan (personnel et organismes sociaux) ;

- Justificatifs des comptes soldes des comptes de bilan (personnel et organismes sociaux).

et organismes sociaux) ; - Justificatifs des comptes soldes des comptes de bilan (personnel et organismes
et organismes sociaux) ; - Justificatifs des comptes soldes des comptes de bilan (personnel et organismes

82

Le dossier de contrôle ETAT / CHARGES FISCALES - Analyse des comptes Etat ; -

Le dossier de contrôle

ETAT / CHARGES FISCALES

- Analyse des comptes Etat ;

- Justificatifs des soldes des comptes Etat ;

- Détermination du résultat fiscal ;

- Revue analytique des charges fiscales (et pièces justificatives des mouvements significatifs)

résultat fiscal ; - Revue analytique des charges fiscales (et pièces justificatives des mouvements significatifs) 83
résultat fiscal ; - Revue analytique des charges fiscales (et pièces justificatives des mouvements significatifs) 83

83

Le dossier de contrôle ORGANISMES INTERNATIONAUX - Revue analytique des comptes organismes internationaux ; -

Le dossier de contrôle

ORGANISMES INTERNATIONAUX

- Revue analytique des comptes organismes internationaux ;

- Analyse des comptes organismes internationaux ;

- Justificatifs des soldes des comptes organismes internationaux ;

- Analyse des comptes organismes internationaux ; - Justificatifs des soldes des comptes organismes internationaux ;
- Analyse des comptes organismes internationaux ; - Justificatifs des soldes des comptes organismes internationaux ;

84

Le dossier de contrôle ORGANISMES INTERNATIONAUX - Revue analytique des comptes organismes internationaux ; -

Le dossier de contrôle

ORGANISMES INTERNATIONAUX

- Revue analytique des comptes organismes internationaux ;

- Analyse des comptes organismes internationaux ;

- Justificatifs des soldes des comptes organismes internationaux ;

- Analyse des comptes organismes internationaux ; - Justificatifs des soldes des comptes organismes internationaux ;
- Analyse des comptes organismes internationaux ; - Justificatifs des soldes des comptes organismes internationaux ;

85

Le dossier de contrôle GROUPE & ASSOCIES - Revue analytique des comptes groupe et associés

Le dossier de contrôle

GROUPE & ASSOCIES

- Revue analytique des comptes groupe et associés ;

- Analyse des comptes groupe et associés ;

- Justificatifs des soldes des comptes groupe et associés ;

- Confirmation des comptes groupe et associés ;

- Copies des conventions éventuelles signées avec le groupe.

; - Confirmation des comptes groupe et associés ; - Copies des conventions éventuelles signées avec
; - Confirmation des comptes groupe et associés ; - Copies des conventions éventuelles signées avec

86

Le dossier de contrôle DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS - Revue analytique; - Analyse des comptes;

Le dossier de contrôle

DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS

- Revue analytique;

- Analyse des comptes;

- Justificatifs des soldes des comptes.

DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS - Revue analytique; - Analyse des comptes; - Justificatifs des soldes des
DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS - Revue analytique; - Analyse des comptes; - Justificatifs des soldes des

87

Le dossier de contrôle DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS - Revue analytique; - Analyse des comptes;

Le dossier de contrôle

DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS

- Revue analytique;

- Analyse des comptes;

- Justificatifs des soldes des comptes.

DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS - Revue analytique; - Analyse des comptes; - Justificatifs des soldes des
DEBITEURS ET CREDITEURS DIVERS - Revue analytique; - Analyse des comptes; - Justificatifs des soldes des

88

Le dossier de contrôle CREANCES ET DETTES HORS ACTIVITES ORDINAIRES - Revue analytique; - Analyse

Le dossier de contrôle

CREANCES ET DETTES HORS ACTIVITES ORDINAIRES

- Revue analytique;

- Analyse des comptes;

- Justificatifs des soldes des comptes.

HORS ACTIVITES ORDINAIRES - Revue analytique; - Analyse des comptes; - Justificatifs des soldes des comptes.
HORS ACTIVITES ORDINAIRES - Revue analytique; - Analyse des comptes; - Justificatifs des soldes des comptes.

89

Le dossier de contrôle TRESORERIE - Revue analytique; - Rapprochements bancaires ; - Procès-verbaux de

Le dossier de contrôle

TRESORERIE

- Revue analytique;

- Rapprochements bancaires ;

- Procès-verbaux de comptage des caisses ;

- Analyse des comptes de valeurs à encaisser ;

- Analyse des comptes de régie d’avance, accréditifs et virements internes ;

- Tableau des dépréciations des comptes de trésorerie.

de régie d’avance, accréditifs et virements internes ; - Tableau des dépréciations des comptes de trésorerie.
de régie d’avance, accréditifs et virements internes ; - Tableau des dépréciations des comptes de trésorerie.

90

Le dossier de contrôle TRESORERIE - Revue analytique; - Rapprochements bancaires ; - Procès-verbaux de

Le dossier de contrôle

TRESORERIE

- Revue analytique;

- Rapprochements bancaires ;

- Procès-verbaux de comptage des caisses ;

- Analyse des comptes de valeurs à encaisser ;

- Analyse des comptes de régie d’avance, accréditifs et virements internes ;

- Tableau des dépréciations des comptes de trésorerie.

de régie d’avance, accréditifs et virements internes ; - Tableau des dépréciations des comptes de trésorerie.
de régie d’avance, accréditifs et virements internes ; - Tableau des dépréciations des comptes de trésorerie.

91

Le dossier de contrôle CHARGES ET PRODUITS FINANCIERS - Revue analytique des charges et produits

Le dossier de contrôle

CHARGES ET PRODUITS FINANCIERS

- Revue analytique des charges et produits

- Pièces justificatives des principaux mouvements.

PRODUITS FINANCIERS - Revue analytique des charges et produits - Pièces justificatives des principaux mouvements. 92
PRODUITS FINANCIERS - Revue analytique des charges et produits - Pièces justificatives des principaux mouvements. 92

92

93
93
93

93