Vous êtes sur la page 1sur 24

L’HABITAT PARTICIPATIF

L’HABITAT PARTICIPATIF UNE QUESTION POUR LA MAITRISE D’ŒUVRE ? Anne d’Orazio architecte – urbaniste Maître

UNE QUESTION POUR LA MAITRISE D’ŒUVRE ?

PARTICIPATIF UNE QUESTION POUR LA MAITRISE D’ŒUVRE ? Anne d’Orazio architecte – urbaniste Maître assistant

Anne d’Orazio

architecte urbaniste

Maître assistant associée - Ensa Paris La Villette, Laboratoire Mosaïques-LAVUE UMR CNRS / MCC Université Paris Ouest Nanterre la Défense

La Villette, Laboratoire Mosaïques-LAVUE UMR CNRS / MCC Université Paris Ouest Nanterre – la Défense le25

le25 Mars 2013

L’HABITAT PARTICIPATIF ?

L’HABITAT PARTICIPATIF ? Une dynamique plurielle  Le développement de groupes projets  Un réseau associatif

Une dynamique plurielle

Le développement de groupes projets

Un réseau associatif pluriel

L’émergence d’une dynamique

Le développement de groupes projets

Un recensement actuel est mené par l’ADESS Pays de Brest et les réseaux associatifs nationaux :

Près de 400 « groupes projets » sont répertoriés, en milieu urbain comme en rural.

Aujourd’hui moins de 10 % de ces groupes donnent lieu à une mise en opérationnalité du projet.

Ce recensement ne fait pas de distinction entre les différents

types d’habitat participatif ( auto-promotion, coopérative, accession, locatif, …).

Des caractéristiques communes :

des opérations basées sur un collectif fort des habitants pour le montage, la programmation, la conception puis la gestion de l'ensemble.

des opérations de logements groupés proposant un habitat qui

n'existe pas sur le marché (espaces partagés).

Des variations :

Opérations initiées par un groupe d’habitants ou instituées par le

haut : Top-down ou bottom-up

Avec ou sans « portage » par un maître d’ouvrage professionnel public ou privé

En accession / en locatif

Les spécificités de l’habitat participatif

en termes d’acteurs

Une commande marquée par des valeurs et des utopies

Des

initiatives

prises

«mouvement»

dans

une

ébauche

de

Un fort engagement des institutions et des professionnels pour faire aboutir ces opérations

Un système d’acteurs élargi et hybride

Omniprésence du risque

Des opérations marquées par des

valeurs et une forme d’utopie sociale

et

réinvestissement de l’esprit coopératif

La

solidarité

l’entraide

qui

se

S’investir dans des projets locaux

Faire

vivre

des

formes

de

voisinage

générationelle,)

déploient

dans

le

(mixité

sociale,

inter-

L’Economie sociale et solidaire comme « modèle » alternatif d’échange et d’économie

Anti-consumérisme et anti-spéculation

Privilégier des formes de « circuits courts »

L’Ecologie comme une démarche respectueuse de l’environnement

Agir sur le « cadre de vie »

Favoriser des techniques performantes

Un contexte français

déjà ancien

L’héritage des années 1970 et des expériences

alternatives portées par des « aventuriers du

quotidien »

Thématiques :

- Cadre de vie,

- Les luttes urbaines,

- Participation citoyenne,

- Renouvellement des formes de la démocratie, …

Aujourd’hui

une structuration nationale

Un réseau associatif pluriel

Recherche d’alternative à la promotion immobilière traditionnelle,

Solidarité, Vivre ensemble,

Mixité sociale et générationnelle,

Ecologie et durabilité,

Gouvernance

et générationnelle, Ecologie et durabilité, Gouvernance Interpelle les collectivités locales et les pouvoirs publics

Interpelle les collectivités locales

et les pouvoirs publics

un ensemble de références

internationales

« Habitat groupé, co-habitat, habitat alternatif, co-housing,

Kollektivus, Centraal Woonen, Baugruppen, … »

alternatif, co-housing, Kollektivus, Centraal Woonen, Baugruppen , … » Auto-promotion Coopératives d’habitants

Auto-promotion

alternatif, co-housing, Kollektivus, Centraal Woonen, Baugruppen , … » Auto-promotion Coopératives d’habitants

Coopératives

d’habitants

Une demande habitante spécifique

initiale

Une critique du produit « logement » :

Revendication qualitative / production de masse standardisée

Un dépassement de l’individualisme :

Au-delà de la famille nucléaire, trouver des solidarités et des formes d’échanges dans des proximités à l’échelle du quartier et du local

Une revendication de « Changer la vie » :

Prendre en main les pratiques quotidiennes par

l’expérimentation et l’innovation du cadre de vie

Une demande habitante spécifique

renouvelée

L’habitat « c’est plus que du logement » :

Les contre-modèles visés sont ceux de la vente sur plan

où les choix se limitent à des options

Etre acteur de la fabrique de la ville :

Co-construire les dynamiques locales

S’inscrire dans un « agir local, penser global » :

Faire émerger une responsabilité sociale globale vis à vis de la consommation, de l’environnement, de la solidarité, …

Des opérations qui s’appuient

sur l’engagement

Des collectivités locales

Les élus

Les services

Des professionnels

montage,

programmation,

conception,

Des opérations qui recompose

la place des acteurs

ACTEURS

POLITIQUES

Collectivité(s) locale(s)
Collectivité(s)
locale(s)
Organismes tiers de financement Banque (s) Notaire
Organismes
tiers de
financement
Banque (s)
Notaire

POLE FINANCIER /

Organisme

logement social

ou promoteur -

constructeur

AMO Concepteur(s) Bureau(x) d ’études
AMO
Concepteur(s)
Bureau(x) d ’études

POLE

TECHNIQUE

HABITANT S

Milieu associatif
Milieu associatif
Concepteur(s) Bureau(x) d ’études POLE TECHNIQUE HABITANT S Milieu associatif MOND E ASSOCIATIF MILITANTISME JURIDIQUE
Concepteur(s) Bureau(x) d ’études POLE TECHNIQUE HABITANT S Milieu associatif MOND E ASSOCIATIF MILITANTISME JURIDIQUE

MOND E ASSOCIATIF

MILITANTISME

JURIDIQUE

Diversité des engagements

des professionnels

1978 : Alliance de 3 acteurs pour faire naître une dynamique collective, le MHGA

des engagements des professionnels 1978 : Alliance de 3 acteurs pour faire naître une dynamique collective,

Diversité des engagements

des professionnels

2010 : Tête à tête qui relègue les architectes au rang des prestataires

Diversité des engagements des professionnels 2010 : Tête à tête qui relègue les architectes au rang

Quelle inflexion des pratiques

architecturales ?

Rompre avec les routines professionnelles :

Posture interne au dispositif, fondée sur la

participation :

3 figures : « architecte-habitant », « architecte- prospecteur », « architecte-référent »

Posture externe qui fait valoir une expertise

technique :

1 figure :« architecte de la performance »

environnementale, constructive, technique

Les modalités de consultation

Par cooptation dans les réseaux de connaissances et d’affinités

Par consultation conforme aux procédures de la maîtrise d’ouvrage publique :

- Sélection sur dossier de références - Organisation d’un concours de maîtrise d’œuvre

Quand les habitants organisent un

concours d’architecte …

Quand les habitants organisent un concours d’architecte …

Quelle plus-value pour les architectes ?

Prise de risque / vs / Démonstrativité

Position de passeur de pratiques alternatives étrangères

Accès aux décideurs publics locaux

Amplification médiatique

Occasion de valoriser des compétences environnementales

D’un engagement militant à un

investissement professionnel

La commande collective comme « challenge »

Le « logement maîtrisé » comme expression d’un professionnalisme de « crise »

Une posture de professionnel de la maîtrise d’œuvre qui

interroge le rapport architecte / usager

Risques et aléas

Obtention du terrain : disponibilité, localisation, prix,

contraintes urbanistiques, …

Rapport aux règlements et normes

Définition des caractéristiques juridiques et économiques de l’opération

Stabilisation du groupe d’habitants

Quelles exigences environnementales ?

Conclusion

Quelle diffusion possible ? Quels obstacles ?

Longueur et difficulté du processus

Obstacles règlementaires

Repositionnement des acteurs

Emergence d’une fonction « d’accompagnateur »

Merci de votre attention