Vous êtes sur la page 1sur 9

Brian VEAU

Cyril PERISSOL

L’UMTS
Coordonnateur : Pierre VINCENT
Sommaire :
L’UMTS...................................................................................................................................... 1
Sommaire :........................................................................................................................... 2
Introduction :........................................................................................................................ 3
I. Architecture générale de l’UMTS...................................................................................... 3
I.1. Petit historique de l’UMTS............................................................................................. 3
I.2. Présentation générale du système.................................................................................... 4
I.2.1. L’architecture physique................................................................................................ 4
I.2.2. L’architecture fonctionnelle.......................................................................................... 6
II. L’UTRAN : la grande innovation de l’UMTS phase 1....................................................... 7
II.1. L’architecture de l’UTRAN........................................................................................... 7
II.1.1. Le sous-système du réseau radio (RNS)..................................................................... 7
II.1.2. La gestion de la mobilité............................................................................................. 8
II.1.3. Les fonctions réalisées par l’UTRAN en résumé......................................................... 8
II.2. Les innovations............................................................................................................. 9
III. Bilan............................................................................................................................... 9
Glossaire............................................................................................................................ 12

Introduction :

L’UMTS est l’acronyme de Universal Mobile Telecommunications System. Les systèmes de


première et deuxième générations étaient considérés comme des systèmes de téléphonie mobile, donc la
troisième génération se différencie des deux précédentes par le fait que l’on passe de téléphonie à
télécommunication ce qui sous-entend l’apparition de services multimédia à tout instant et en tout lieu.
La GSM a apporté et fait de la téléphonie mobile un produit de grande consommation. Sa phase 2+, le
GPRS, ouvre la voie de la transmission de données ainsi préparer la venue de l’UMTS.

L’UMTS est un système cellulaire de troisième génération qui fait partie de la famille IMT 2000 et dont les
spécifications techniques sont développées au sein du 3GPP. L’architecture de ce système est composée
essentiellement d’un réseau terrestre d’accès radio, l’UTRAN (Universal terrestrial Radion Access
Network) et d’un réseau cœur dérivé de celui spécifié pour la phase 2+ du GSM.
L’UTRAN utilise deux modes d’accès fondés sur la technologie CDMA large bande :
- L’UTRA/FDD (Universal terrestrial Radion Access/Frequency Duplex Division).
- L’UTRA/TDD (Universal terrestrial Radion Access/Time Duplex Division).
Pour vous présenter cette nouvelle de technologie de télécommunications sans-fil, nous allons dans un
premier présenter l’architecture générale du système de télécommunications UMTS, puis dans une
deuxième partie développer plus en profondeur la principale innovation de l’UMTS par rapport aux
technologie déjà existantes, l’UTRAN pour conclure enfin sur l’avenir de cette technologie.
I. Architecture générale de l’UMTS.
Dans cette partie, nous allons vous présenter les différents principes qui régissent l’architecture de
l’UMTS.
I.1. Petit historique de l’UMTS
Le développement de l’UMTS fut initié par l’Europe à la fin des années 1980 et est maintenant poursuivi à
l’échelle mondiale. L’UMTS se voulant être une norme universelle, des travaux de standardisation
s’effectuent à un niveau mondial au sein du 3GPP (Third Generation Partnership Project) depuis décembre
1998 et ce groupe rassemble les organismes de standardisation européen, japonais, américain, sud-coréen et
depuis 1999 chinois. L’objectif de ce groupe est de créer un système cellulaire de troisième génération
utilisant la technologie CDMA large bande et permettant l’interopérabilité avec le GSM et ses évolutions
(HSCSD, GPRS et EDGE).
Le système UMTS a été testé pour la première fois en Europe en 2001 et 2002 à l’île de Man et à Monaco.
En octobre 2001 au Japon, a eu lieu le déploiement commercial du système FOMA (troisième génération
au Japon) fondé pour l’essentiel sur les spécifications techniques de l’UMTS. En mars 2003, eurent lieu les
premiers déploiements commerciaux de l ‘UMTS en Europe (Grande-Bretagne et Italie).
I.2. Présentation générale du système.
Ceux qui caractérisent l’UMTS sont ses performances radio liées à la nouvelle technologie radio utilisée
l’UTRAN, un réseau de services mobiles complexes et une architecture flexible et modulaire permettant
l’évolutivité de la technologie et sa compatibilité avec les différents systèmes de deuxième et troisième
générations.
Le système UMTS est modélisé à partir de deux points de vue, l’un physique et l’autre fonctionnel.
I.2.1. L’architecture physique.
Pour modéliser L’architecture physique, le concept de domaine est utilisé. Il permet d’introduire les
équipements composant ce réseau ainsi que la façon de les délimiter.
Cette architecture se compose de deux domaines principaux, le domaine de l’équipement usager et le
domaine de l’infrastructure, ce dernier se subdivisant en deux sous-domaines, le domaine du réseau d’accès
et le domaine du réseau cœur.
Le domaine de l’équipement usager comprend tous les équipements terminaux, il peut être
également divisé en deux sous-domaines, l’équipement mobile et le module d’identité des services de
l’usager USIM (Universal Subscriber Identity Module). Évidemment les mobiles UMTS ne seront plus de
simples téléphones, mais des terminaux multimédias capables d’offrir simultanément des services de
transmissions de données, d’audio et de vidéo en tout lieu et en tout moment.
Le domaine de l’infrastructure se compose de deux domaines :
- Le réseau d’accès propose les fonctions permettant d’acheminer les informations (trafic de données
et trafic de signalisation) depuis l’utilisateur jusqu’au réseau cœur. C’est l’UTRAN qui est utilisée
pour ce domaine. Elle fournit à l’équipement usager les ressources radio et les mécanismes
nécessaires pour accéder au cœur du réseau. C’est la plus importante innovation de l’UMTS (c’est
une des raisons du coup élevé de sa mise en place) et nous en parlerons donc de façon plus
approfondie dans la deuxième partie.
- Le domaine du réseau cœur regroupe les fonctions permettant, la gestion des appels, l’itinérance,
la sécurité, la communication avec les réseaux externes. Il permet à l’usager de communiquer à
l’intérieur d’un même réseau de téléphonie mobile et assure l’interconnexion de ce dernier avec des
réseaux internes ou externes, fixes ou mobiles, numériques ou analogiques. Ce réseau cœur est une
évolution de ce qui existait déjà pour le GPRS.
L’évolution de l’UMTS va se faire également par phases comme cela fut le cas pour le GSM. Sa
phase 1 a pour consigne de garder une compatibilité technique maximale avec l’infrastructure déployée
pour la phase 2+ du GSM. Un même réseau UMTS pourra à la fois s’interconnecter avec des réseaux par
commutation de circuits permettant l’accès à des réseaux de type RNIS et avec des réseaux par
commutation de paquets pour accéder à Internet.
Ce qui va différencier L’UMTS phase 1 du GSM phase 2+ est l’introduction de l’UTRAN. C’est
cela la véritable révolution de l’UMTS. EN effet, la technologie d’accès radio est maintenant le CDMA, la
technologie de transport à l’intérieur du réseau est maintenant l’ATM et donc les équipements et protocoles
utilisés seront nouveaux également au sein du domaine de réseau d’accès. Pour le réseau cœur UMTS,
seront conservés pour cette phase 1 la plupart des équipements déjà installés pour le GSM phase 2+.

GSM UTRA/FDD UTRA/TDD

Technique d’accès FDMA/TDMA FDMA/CDMA TDMA/CDMA


multiple

Mode de duplexage FDD FDD TDD

Séparation entre 200 5000 5000


porteuses (kHz)

Spectres de 925-960 (VD)


fréquences (MHz) 880-915 (VM)
1900-1920 (VM et
1805-1880 (VD) 2110-2170 (VD) VD)
1720-1785 (VM) 1920-1980 (VM) 2010-2025 (VM et
VD)

1850-1910 (VD)
1930-1990 (VM)

Type de modulation GMSK BPSK (VM) QPSK


de données. QPSK (VD)

Périodicité du 2 Hz 1500 Hz 100 à 750 Hz


contrôle de puissance

Durée d’une trame 4,615 ms 10 ms 10 ms


Durée d’un slot 0,577 ms 0,667 0,667

Débit chip 3,84 Mcps 3,84 Mcps

Synchronisation entre Asynchrone


stations de base Asynchrone Synchrone Synchrone
(optionnelle)

Tableau. Principales caractéristiques radio. (VM : voie montante, VD : voie descendante).


I.2.2. L’architecture fonctionnelle.
Elle se modélise par strates. Ces strates définissent la façon dons les trois domaines communiquent entre
eux. Cette architecture UMTS se compose de deux strates, une strate d’accès et une strate de non-accès.
a) La strate d’accès.
La strate d’accès regroupe les fonctions propres au transport de l’information entre la partie terminale
mobile et le nœud du réseau cœur qui fait l’interface avec les réseaux externes.
b) La strate de non-accès.
Cette strate représente l’ensemble des protocoles qui permet l’échange d’information entre l’équipement
usager et le réseau cœur indépendamment du réseau d’accès radio utilisé.
II. L’UTRAN : la grande innovation de l’UMTS phase 1.
L’UTRAN qui signifie réseau d’accès radio terrestre universel est en charge du contrôle et de la gestion des
ressources radio et permet l’échange d’informations entre le terminal mobile et le réseau cœur. Dans cette
partie nous allons nous focaliser sur son architecture et les innovations qu’elle apporte par rapport au GSM.
II.1. L’architecture de l’UTRAN.

II.1.1. Le sous-système du réseau radio (RNS).


Le RNS se compose d’un ou plusieurs nœuds B (Stations de base) et du RNC (Radio Network Controler).
a) Le nœud B.
Il assure la communication radio entre les équipements usagers et l’UTRAN. Les fonctions de ce nœud B
sont principalement des tâches de niveau couche physique. C’est le nœud B qui va s’occuper entre autres
de l’entrelacement, du codage et décodage canal pour la correction d’erreurs, de l’adaptation du débit et de
la modulation QPSK. Il va permettre notamment :
- Le contrôle de puissance. Lors de celui-ci il, le nœud B va prélever quelques mesures sur le signal
reçu et va envoyer une commande pour que l’UE adapte sa puissance. Cela permet une meilleure
autonomie pour l’équipement usager ainsi qu’une limitation des interférences dans une même
cellule. Cette limitation des interférences est particulièrement importante car les performances du
CDMA y sont directement liées.
- Du point de vue du handover (changement de canal physique lorsqu’on se déplace) le nœud B joue
un rôle actif. Il envoie les mesures nécessaires au RNC pour que celui-ci détermine le besoin d’un
handover. Grâce au CDMA en UMTS, plusieurs cellules adjacentes peuvent utiliser la même
fréquence porteuse et donc contrairement au GSM, lors du passage d’une cellule à l’autre il n’y a
plus aucune interruption de la communication. C’est ce qu’on appelle le soft-handover (en GSM
c’est du hard Handover). Notre UE pourra communiquer simultanément avec plusieurs nœuds B,
c’est ce qu’on appelle la macrodiversité. La macrodiversité permet d’augmenter significativement
la qualité lors des communications et permet ce soft-handover.
b) Contrôleur du réseau radio (RNC).
Il regroupe les fonctionnalités de niveau 2 et 3 du modèle OSI :
- Le contrôle de puissance en boucle externe.
- Le contrôle du handover.
- Le contrôle de l’admission des mobiles au réseau et la gestion de la charge.
- L’allocation de codes CDMA.
- Le séquencement de la transmission de données en mode paquet.
- La combinaison/distribution des signaux provenant ou allant vers différents nœuds B dans une
situation de macrodiversité.
Selon son rôle fonctionnel, le RNC est dénommé CRNC (Controlling), SRNC (Serving) ou DRNC
(Drift). En général un même équipement RNC peut réaliser ces trois rôles.
II.1.2. La gestion de la mobilité.
Lorsque la connexion est établie entre L’UTRAN et l’UE, la gestion de la mobilité ne revient plus au
réseau cœur, mais au SRNC. C’est lui qui va suivre les déplacements de l’UE à la cellule prés. Cependant
lorsque cet UE change trop souvent de cellule, le SRNC peut le placer dans un autre état radio, celui de
l’URA, une zone de localisation de plusieurs cellules qui n’est pas connue du réseau cœur. Pour identifier
les données émises par un UE et gérer sa mobilité, l’UTRAN utilise des identificateurs (trois identificateurs
pour associer un UE à un SRNC, CRNC et DRNC unique et un identificateur pour l’identifier de façon
unique dans l’UTRAN).
II.1.3. Les fonctions réalisées par l’UTRAN en résumé.
Voici la liste exhaustive des fonctions principales réalisées par l’UTRAN :
- Le transfert des données générées par l’usager, fonction principale de l’UTRAN. Il sert de
passerelle entre UE et réseau cœur et ce grâce aux interfaces Uu et Iu.
- Les fonctions liées à l’accès au réseau. Elles permettent de gérer l’admission au réseau, le contrôle
de la congestion du réseau et de la diffusion des informations système.
- Fonctions liées à la sécurité. Elles gèrent la confidentialité et la protection des informations
échangées par l’interface radio en appliquant les algorithmes de chiffrement et d’intégrité.
- Fonctions liées à la mobilité. Elles regroupent tout ce qui est handover, relocalisation du SRNS,
estimation de la position géographique.
- Fonctions liées à la gestion des ressources radio. Cela concerne les fonctions d’allocation et de
maintien des ressources radio nécessaires à la communication.
- Synchronisation. L’UTRAN est en charge du maintien de la base de temps de référence dans
chaque cellule sur laquelle tout terminal mobile doit s’aligner pour transmettre et recevoir des
informations.
II.2. Les innovations.
Pour conclure sur l’UTRAN, nous allons regarder rapidement les principales innovations qu’il
permet:
- La définition de 4 nouvelles interfaces (Uu, Iu, Iur, Iub). Ce sont des interfaces ouvertes
(compatibilité avec équipements de multiples constructeurs). Elles ont leurs équivalents en GSM
sauf l’Iur qui permet à deux RMC de communiquer entre elles ce qui est nécessaire au CDMA
(entre autre pour la macrodiversité).
- L’utilisation du CDMA. Un des avantages de cette méthode d’accès est de faire appel à une
procédure de macrodiversité qui ne peut exister dans les systèmes de type TDMA. De plus elle
permet un débit bien supérieur à celui obtenu jusqu’à présent.
- L’ATM (Asynchronous Transfer Mode) fut choisi dans la couche de transport des interfaces Iu,
Iub, Iur car il est particulièrement adapté à l’intérieur de réseau dans lesquels le flot d’information
varie. Pour le cas de l’UMTS, cela est très utile au vue de la quantité de services différents offerts.
- La gestion de la mobilité indépendamment du réseau cœur rend plus efficace la gestion des
ressources radio et minimise les échanges de signalisation entre le mobile et le réseau cœur. On
introduit ici le concept d’URA (UTRAN Registration Area).
III. Bilan.
Pour conclure sur le chapitre de l’UMTS, le système UMTS est une norme harmonisée au niveau
mondial intégrant les différentes normes de la téléphonie mobile. Il se caractérise par des capacités et des
débits plus importants permettant également la mise en oeuvre d'appareils multimédias. L’UMTS est ainsi
la suite logique de l’évolution des technologies mobiles que nous connaissons :

La demande constante des utilisateurs pour les applications multimédia a aussi permis à l’UMTS de se
développer et d’être la prochaine technologie incontournable qui répondra aux expectatives telles que les
data :
• de type voix, pour les conversations téléphoniques traditionnelles,
• audio, pour le streaming audio, l’envoi ou la réception de musique,
• mais aussi vidéo, pour le webcast, les jeux vidéo en ligne, la vidéo sur demande, la téléphonie
vidéo,
• et data pures, pour l’accès à des bases de données, la consultation de site web, les emails, les SMS,
les téléchargements de fichiers…
Ainsi tout le monde pourra, quelque soit le lieu, ou l’heure, visualiser des messages multimédias (MMS),
des clips musicaux, des extraits du dernier match de football, réserver ses billets pour le théâtre en
attendant son train sur le quai… les applications sont sans limites !
Le gros avantage de la technologie UMTS réside dans le fait qu’elle est axée sur la technologie d’accès
CDMA, elle récupère le fonctionnement en mode circuit (GSM) et la combine au mode paquets (GPRS),
ceci afin d’accroître de manière considérable et de réguler le débit de transmission.

L’UMTS possède donc un fort potentiel pour l’apparition de nouveaux services.


En ce qui concerne les opérateurs, le gros avantage réside dans le fait que la technologie UMTS
vient s’implanter très facilement sur tout ce qui a déjà été bâti pour la technologie GSM et GRPS, et vient
même jusqu’à donner aux opérateurs le moyen de les optimiser. C’est donc une optimisation maximale,
notamment pour les réseaux urbains et régionaux en utilisant de manière plus efficace le domaine spectral
(UMTS combiné au W-CDMA) pour un coût relativement moindre par rapport à ce que serait un nouveau
déploiement d’architecture .
Les opérateurs pourront désormais proposer des services de tarification alternatifs:
• paiement au bit, à la session, à la bande upload/download disponible…
• au temps d’accès, au taux moyen de téléchargement, à la qualité de service…
Mais surtout l’UMTS va pouvoir éradiquer les saturations qu’ont pu connaître les réseaux GSM.
Mais d’un autre côté, le déploiement de l’UMTS pose encore quelques difficultés, notamment les
difficultés d'obtention des autorisations d'accès au spectre et les prix exorbitants des licences UMTS, car
les états européens veulent s’en servir pour renflouer leur caisse.
Ensuite, les logiciels équipant les nouveaux terminaux posent encore problème : lors de tests de passage
entre deux cellules (fonction de handover), cette opération s’est souvent révélée impossible ou bien le
temps d’action si long que cela provoquait la rupture de la connexion.
Les débits proposés par les opérateurs sont très inférieurs aux 2Mbits/s initialement promis.
Les technologies concurrentes à moindre coût de mise en place, basées sur le Wi-fi 802.11b haut-débit,
font leur apparition dans les lieux publics tels que les aéroports, gare, hôtels.
Ces inconvénients majeurs seront-ils mis à l’écart par l’apport considérable aux niveaux des avantages
pour l’utilisateur mais aussi pour l’opérateur ? Ou bien, les clients ne seront pas séduits par cette offre
« Internet haut débit sur téléphone mobile » peut-être à cause du besoin ou du prix?
Les fluctuations sont encore incertaines, mais comme pour le GSM, il faut attendre une dizaine
d’années entre la mise en place de la technologie (infrastructure, services, …) et le fonctionnement
nomimal (pas de déconnexions, bon niveau sonore, qualité des terminaux, …) pour pouvoir affirmer s’il
s’agit d’une réussite ou d’un échec.
Glossaire.
CDMA : Code Division Multiple Access. Méthode d’accès multiple qui repose sur le principe de
l’étalement de spectre. Elle permet à plusieurs utilisateurs de partager la même bande de fréquence en
allouant à chacun d’entre eux un code unique. Les codes alloués possèdent des propriétés statistiques
spécifiques.
Chip : Chacune des identités d’information dont l’ensemble sert à coder un symbole après application de la
technique d’étalement du spectre. En UTRA, chaque symbole d’information dans un canal physique est
composé de SF chips.
FDMA : Frequency Division Multiple Access. Méthode d’accès multiple qui permet à plusieurs utilisateurs
de partager le spectre de fréquences en allouant une fréquence porteuse unique à chaque utilisateur dans
une cellule.
GGSN : Gateway GPRS Support Node. Le nœud passerelle GPRS est un routeur qui, dans le domaine PS,
effectue le routage des paquets, venant des réseaux PDP externes, vers le SGSN destinataire. Il est
également en charge de l’acheminement des paquets sortants vers le réseau PDP correspondant.
GMSC : Gateway MSC. La passerelle MSC est un routeur qui, dans le domaine CS, effectue le routage des
appels venant du RTC vers le MSC du destinataire et vice-versa.
HLR : Home Location Register. L’enregistreur de localisation nominale est une base de données située
dans le réseau cœur qui contient des informations référantes aux conditions d’abonnement de l’utilisateur et
les caractéristiques des services souscrits. Il contient également des informations grossières sur la
localisation de l’abonné.
MSC : Mobile Switching Center. Commutateur en charge de la gestion des services à commutation de
circuits des stations mobiles enregistrées dans la zone géographique qu’il gère.
SGSN : Serving GPRS Support Node. Nœud GPRS qui est en charge de la gestion des services à
commutation de paquets des abonnés attachés au réseau. Dans un réseau UMTS, il est relié via l’interface
Iu-PS à un ou plusieurs RNC.
TDMA : Time Division Multiple Access. Méthode d’accès multiple où une même fréquence porteuse est
partagée par un certain nombre d’utilisateurs qui se voient attribuer un intervalle de temps ou slot unique
pour y transmettre ou y recevoir de l’information sous forme de burst.
Bibliographie :
Sites Internet :
[1] http://dessr2m.adm-eu.uvsq.fr/umts2002.pdf
[2] http://www.itcal.com/analyses/20011012.pdf
[3] http://www.awt.be
Références littéraires :
UMTS, par Javier Sanchez & Mamadou Thioume. Ed. Hermes Science
Internet mobile et UMTS, Dominique Bel, Ed. Hermes Science
UMTS and mobile computing, Alexander, Ed Huber