Vous êtes sur la page 1sur 17
Ph. A. Yacef
Ph. A. Yacef

ALGÉRIE - AFRIQUE DU SUD

LePrésident sud-africainentame une visite d’Etat en Algérie

Le Président sud-africain, Jacob Zuma, a entamé, hier, une visite d’État de trois jours en Algérie, à l’invitation du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Le Président Zuma a été accueilli, à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediène, par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de membres du gouvernement.

P. 3

10 Djoumada El-Thani 1436 - Mardi 31 Mars 2015 - N°15399 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

CONFÉRENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTÉRIEUR

M. Sellal : « L’Algérie devant une opportunité précieuse de sortir de la dépendance aux hydrocarbures »

lM. Sellal : « Il est temps de créer une classe d’importateurs et d’exportateurs professionnels
lM. Sellal : « Il est temps de créer une classe d’importateurs et d’exportateurs professionnels »
lM. Lamamra : « Pour un redéploiement du commerce extérieur vers les pays en développement »
lM. Benyounès : « Plaidoyer pour un bilan objectif et sans complaisance »
lLa LFC 2015 prévoit des mesures pour une meilleure maîtrise du commerce extérieur

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué hier, à l’ouverture de la conférence nationale sur le commerce extérieur au Palais des nations qu’une opportunité «précieuse» se présentait à l’Algérie pour sortir de la dépendance aux hydrocarbures et diversifier son économie et ses exportations. Cette rencontre vise à engager une réflexion sur la promotion et la diversification de la production nationale.

PP. 4-5

LA SECRÉTAIRE D’ÉTAT ROUMAINE AUX AFFAIRES ÉTRANGÈRES

L’Algérie et la Roumanie pour la promotion de la coopération

Signature d’un mémorandum de coopération entre l’IDRI et l’Institut diplomatique roumain

P. 3

ALGÉRIE - VIETNAM

l’Institut diplomatique roumain P. 3 ALGÉRIE - VIETNAM M. Ould Khelifa affirme la disponibilité de

M. Ould Khelifa affirme la disponibilité de l’Algérieàapprofondir la coopération avec le Vietnam

L’Algérie a concrétisé « la plupart » des OMD.

P. 3

LE PRÉSIDENT DU CONSEIL DES ÉTATS DE LA CONFÉDÉRATION HELVÉTIQUE

LaSuissea«beaucoup àapprendre» del’Algérie enmatièredelutte antiterroriste

P. 3

1 er CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE DU DIALOGUE 5+5 SUR LES RESSOURCES EN EAU

Dix ministres à Alger

P. 32

HAMID GRINE À LAGHOUAT

EN EAU Dix ministres à Alger P. 32 HAMID GRINE À LAGHOUAT Un bureau de l’Entreprise

Un bureau de l’Entreprise nationale de télévision en 2017 à Laghouat

P. 6

ABDELMADJID TEBBOUNE

télévision en 2017 à Laghouat P. 6 ABDELMADJID TEBBOUNE Le rythme de réalisation des grands projets

Le rythme de réalisation des grands projets d’habitat d’Alger, Blida et Annaba satisfaisant

P. 6

YAMINA NOURIA ZERHOUNI

Blida et Annaba satisfaisant P. 6 YAMINA NOURIA ZERHOUNI Veiller au cachet architectural local dans la

Veiller au cachet architectural local dans la réhabilitation de l’hôtel Touat

P. 6

NADIA LABIDI

la réhabilitation de l’hôtel Touat P. 6 NADIA LABIDI Pérenniser le dynamisme culturel dans la capitale

Pérenniser le dynamisme culturel dans la capitale de l’Est

Nécessité de « réformer » l’École supérieure des beaux-arts d’Alger

P. 16

MATCH AMICAL INTERNATIONAL HIER À DOHA

MATCH AMICAL INTERNATIONAL HIER À DOHA Algérie 4 - Oman 1 Bonne réaction des Verts P.

Algérie 4 - Oman 1

Bonne réaction des Verts

P. 30

GRAND TOUR D’ALGÉRIE CYCLISTE-2015 (22 e ÉTAPE / 10 e ET DERNIÈRE ÉPREUVE)

(22 e ÉTAPE / 10 e ET DERNIÈRE ÉPREUVE) GRAND PRIX INTERNATIONAL DE LA VILLE DE

GRAND PRIX INTERNATIONAL DE LA VILLE DE MOUZAÏA

Hannachi vainqueur àMouzaïa, Chabane remporte le GTAC-2015

De nos envoyés spéciaux Mohamed-Amine Azzouz et Billel

P. 31

2

2 EL MOUDJAHID MÉTÉO ENSOLEILLÉ Au Nord, brume et nuages bas en début de matinée près

EL MOUDJAHID

MÉTÉO ENSOLEILLÉ Au Nord, brume et nuages bas en début de matinée près des côtes
MÉTÉO
ENSOLEILLÉ
Au Nord, brume et nuages bas en début
de matinée près des côtes et dans les val-
lées, puis temps généralement ensoleillé en
cours de journée.
Les températures maximales varieront
en général de 22°C/26°C.
Les vents seront faibles à modérés.
Sur les régions du Sud, le temps sera gé-
néralement ensoleillé.
Les températures maximales varieront
en général de 26°C à 30°C avec des pics de
34°C vers l’extrême Sud.
Les vents seront modérés avec quelques
soulèvements de sable locaux.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (23° - 11°), Annaba (23°- 12°),
Béchar (29° - 16°), Biskra (29° - 17°),
Constantine (23° - 9°), Djelfa (24° - 9°),
Ghardaïa (28° - 14°), Oran (28° - 12°),
Sétif (23° - 7°), Tamanrasset (24°- 11°),
Tlemcen (28° - 11°).

JOURNÉE MAGHRÉBINE DU DON DE SANG

Appel au don de sang

La Fédération algérienne des donneurs

de sang, en collaboration avec le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs et l’Agence nationale du sang, lance un appel

à l’ensemble de la population âgée de 18 à

65 ans et en bonne santé, afin d’offrir un peu de son sang. Le matériel de prélève- ment est un matériel à usage unique et sté- rilisé.

JEUDI 2 AVRIL à 9H AU CACI

« L’IFU, les obligations comptables et le contrôle fiscal »

La Chambre algérienne de commerce et d’industrie organise, le jeudi 2 avril, à partir de 9h, une journée d’information animée par un économiste financier et expert judiciaire agréé, sur le thème : « L’IFU, les obligations comptables et le contrôle fiscal », au niveau de son siège, sis au Palais consulaire.

DEMAIN AU SIèGE DE L’ONA

« À la découverte du monde caché de l’assainissement »

L’Office national de l’assainissement lance, pour la 2 e année consécutive, son opé- ration de sensibilisation sur le thème « A la découverte du monde caché de l’assainisse- ment ». Le coup d’envoi sera donné demain,

à partir du siège de la direction générale de

l’Office, une visite guidée des réseaux d’as- sainissement dans la wilaya d’Alger, au profit des journalistes, aura lieu le même jour.

CET APRèS-MIDI à 14H à L’HÔTEL SHERATON Rencontre économique algéro- sud-africaine Une rencontre écono-
CET APRèS-MIDI
à 14H à L’HÔTEL SHERATON
Rencontre
économique
algéro-
sud-africaine
Une rencontre écono-
mique sera organisée
sous la présidence de M.
Abdessalem Bouchoua-
reb, ministre de l’Indus-
trie et des Mines, en
présence de M. Mzwan-
dile Masina, vice-ministre du Commerce et de l’In-
dustrie sud-africain.
**************************************
M. Grine à Laghouat
Le ministre de la Com-
munication, M. Hamid
Grine, sera aujourd’hui
dans la wilaya de La-
ghouat, dans le cadre d’une
visite de travail et d’ins-
pection, au cours de la-
quelle il se rendra sur les
sites des radios locales et
de télédiffusion d’Algérie,
afin d’examiner les évolutions enregistrées, ainsi
que les besoins exprimés par le secteur dans la wi-
laya.
**************************************
CE MATIN à 9H30
Accord de partenariat SNTF-KAPSCH
Le ministre des Trans-
ports, Amar Ghoul, prési-
dera ce matin à 9h30, la
cérémonie de signature de
l’accord de partenariat
entre la Société nationale
des transports ferroviaires
(SNTF) et la société autri-
chienne (KAPSCH) pour
la création d’une société
mixte spécialisée dans le
domaine de la gestion et
de l’exploitation des réseaux de télécommunication
du chemin de fer (GSM - Rail) au siège de la direc-
tion générale de la SNTF.
**************************************
Kadi à Tissemsilt
Dans le cadre du suivi des
projets du secteur, le minis-
tre des Travaux publics, Ab-
delkader Kadi, effectue
aujourd’hui une visite de tra-
vail et d’inspection dans la
wilaya de Tissemsilt.
**************************************
M. Ferroukhi à Oran
Le ministre de la Pêche
et des Ressources halieu-
tiques, M. Sid-Ahmed
Ferroukhi, effectue au-
jourd’hui une visite de tra-
vail et d’inspection dans
la wilaya d’Oran au cours
de laquelle il s’enquerra
de l’état d’avancement
des projets relevant de son
département ministériel.

JEUDI 2 AVRIL à 8H à ALGER

Zoukh en visite d’inspection

Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, effectue jeudi 2 avril à partir de 8h une visite de travail des projets de logements publics locatifs (LPL) et des logements inscrit dans le cadre de la résorp- tion de l’habitat précaire, situés sur le territoire de sept com- munes de la wilaya.

dans le cadre de la résorp- tion de l’habitat précaire, situés sur le territoire de sept

CET APRèS-MIDI à 15H AU PALAIS DES NATIONS

Signature d’un protocole d’accord

Signature d’un protocole d’accord entre le ministère du Commerce et la Délégation de l’Union européenne en vue de la mise en place de nouvelles actions d’appui à la diversification de l’économie algérienne.

CE MATIN à 8H30 à L’HÔTEL EL-AURASSI 1 re conférence ministérielle du dialogue 5+5 Eau
CE MATIN à 8H30 à L’HÔTEL EL-AURASSI
1 re
conférence ministérielle du dialogue 5+5 Eau
Alger abritera, ce matin à partir de 8h30, à l’hôtel El-Aurassi, la première
conférence ministérielle du dialogue 5+5 Eau. Cette rencontre verra le lan-
cement officiel du nouveau segment «5+5» et l’adoption d’une stratégie de
l’eau en Méditerranée occidentale.
CE MATIN à 10H AU SIèGE DE L’AMBASSADE DE LA RASD Conférence de presse Le
CE MATIN à 10H AU SIèGE DE L’AMBASSADE
DE LA RASD
Conférence de presse
Le ministre des Affaires étrangères
sahraoui, M.
Mohamed Salem
Ould
Salek, animera
ce
matin
à 10h une
conférence de presse au siège de l’am-
bassade.

CE MATIN à 8H30 à L’ÉCOLE DE POLICE D’AïN BENIAN

Cérémonie de sortie de la 27 e promotion d’agents de police

Une cérémonie de sortie de la 27 e promotion d’agents de police aura lieu ce matin à 8h30 à l’école de police d’Ain Benian.

de sortie de la 27 e promotion d’agents de police aura lieu ce matin à 8h30

CE MATIN à 10H AU SIèGE DE LA WILAYA DE BLIDA

Hommage aux martyrs sportifs de la Mitidja

L’association Machaâl Echahid et le journal El Moudjahid organisent, en coordination avec la direction de la jeunesse et des sports, de la forma- tion professionnelle et de l’éducation, et les moudjahidine de la wilaya de Blida, le Forum de la mémoire sur le thème « Hommage aux martyrs spor- tifs de la Mitidja ».

AUJOURD’HUI à L’USTHB

3 e Rencontre d’affaires et de partenariat

Dans le cadre de l’exécution du Programme d’aide à la création des en- treprises innovantes en Méditerranée (PACEIM), l’Anvredet, en qualité du point focal dudit programme, organise la 3 e Rencontre d’affaires et de par- tenariat, aujourd’hui à l’USTHB.

AGENDA CULTUREL

CE MATIN à 10H30 AU TNA

Conférence de presse

Une conférence de presse sera organisée au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi, ce matin à 10h30, à l’occasion de la générale de la nouvelle production théâtrale intitulée Safia du TNA, texte et mise en scène de Brahim Chergui. La générale du spectacle aura lieu le samedi 4 avril à 16h au TNA. **************************************************

CET APRèS-MIDI à 17H30 L’INSTITUT CULTUREL ITALIEN D’ALGER

Projection de la comédie

Notte Prima Degli Esami-Oggi

La projection du film comédie, Notte Prima Degli Esami-Oggi, en VOSTF, de Fausto Brizz, sorti en 2007, aura lieu cet après-midi à 17h30, à la salle polyvalente.

aura lieu cet après-midi à 17h30, à la salle polyvalente. ************************************************** CET

**************************************************

CET APRèS-MIDI à 17H AU MUSÉE NATIONAL DES BEAUX-ARTS

CET APRèS-MIDI à 17H AU MUSÉE NATIONAL DES BEAUX-ARTS Vernissage de l’exposition « Expressions plurielles »

Vernissage de l’exposition « Expressions plurielles »

Le musée public national des Beaux-Arts organise un vernissage de l’exposition « Expression plu- rielles » des artistes plasticiens Bis- ker Fatiha et Dokman Amor-Idriss, cet après-midi à 17h, à la galerie des Bronzes.

**************************************************

DEMAIN à 10H30 à LA SALLE IBN-KHALDOUN

Projection du film long métrage Lotfi

SALLE IBN-KHALDOUN Projection du film long métrage Lotfi Une projection « spéciale presse » du film

Une projection « spéciale presse » du film long métrage Lotfi, produit par le ministère des Moud- jahidine et réalisé par Ahmed Rachedi sera suivie dun débat.

Ahmed Rachedi sera suivie d ’ u n d é b a t . ********************************** DEMAIN

**********************************

DEMAIN à 14H à LA LIBRAIRIE DAR EL-HIKMA

Rencontre littéraire avec le poète Bouzid Harzallah

La maison d’édition Dar El Hikma organise une ren- contre littéraire et vente-dédicace du poète Bouzid Har- zallah autour de son nouvel ouvrage.

Mardi 31 Mars 2015

N ation

3

EL MOUDJAHID

ALGÉRIE - AFRIQUE DU SUD Le Président sud-africain entame une visite d’État en Algérie L
ALGÉRIE - AFRIQUE DU SUD
Le Président sud-africain entame une visite d’État en Algérie
L e Président sud-africain,
Jacob Zuma, a entamé, hier,
une visite d’État de trois
jours en Algérie, à l’invitation du
Président de la République, Abde-
laziz Bouteflika. Le Président
Zuma a été accueilli, à son arrivée
à l’aéroport international Houari-
Boumediène, par le président du
Conseil de la nation, Abdelkader
Bensalah, en présence du Premier
ministre, Abdelmalek Sellal, et de
membres du gouvernement. Cette
visite constituera «une nouvelle
étape dans le raffermissement des
relations traditionnelles de frater-
nité et de solidarité qui unissent les
peuples algérien et sud-africain de-
puis l’époque de la lutte contre
l’apartheid», a indiqué la Prési-
dence de la République dans un
communiqué. Les entretiens entre
les deux Chefs d’État «permettront
d’approfondir la concertation entre
l’Algérie et l’Afrique du Sud sur
des questions régionales et interna-
tionales d’intérêt commun, parmi
lesquelles la paix et la sécurité en
Afrique, ainsi que la progression
du NEPAD et de l’intégration éco-
nomique africaine».
Le séjour du Président Zuma à
Alger «verra également la réunion
de la 6 e session de la haute com-
mission binationale de coopération
algéro-sud-africaine, qui donnera
une impulsion nouvelle à la coopé-
ration multisectorielle ainsi qu’aux
échanges entre les deux pays», a
souligné le communiqué.
Ph. A. Yacef

ALGÉRIE - VIETNAM

M. Ould Khelifa affirme la disponibilité de l’Algérie à approfondir la coopération

Le président de l'Assemblée po- pulaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, a plaidé, di- manche dernier à Hanoï, pour le renforcement des relations écono- miques entre l'Algérie et le Viet- nam, affirmant la disponibilité "permanente" de l'Algérie à appro- fondir la coopération bilatérale. Lors de l'audience que lui a accor- dée le Président de la République socialiste du Vietnam, Truong Tan Sang, après l'ouverture officielle de la 132 e session de l'Union interpar- lementaire (UIP) à Hanoï, M. Ould Khelifa a salué "les relations excel- lentes liant les deux pays et leur convergence de vues autour des questions d'intérêt commun", a in- diqué, hier, un communiqué de l'APN. À cette occasion, M. Ould Khelifa a transmis au Président vietnamien les salutations du Prési- dent de la République, Abdelaziz Bouteflika et lui a adressé une invi- tation officielle du Chef de l'État pour effectuer une visite en Algé- rie. Le président de l'APN a indiqué que la participation de l'Algérie à cette session, avec une importante délégation, "émane de l'importance qu'elle accorde aux questions ins- crites à l'ordre du jour, ainsi que de ses relations d'amitié avec le pays hôte". Évoquant la situation dans la région du Sahel, M. Ould Khelifa est revenu sur la médiation de l'Al- gérie entre les parties au conflit, en vue de parvenir à une solution pa- cifique et consensuelle loin de toute ingérence étrangère". Pour ce qui est de la situation au Proche-Orient, le président de l'APN "a condamné l'entêtement d'Israël face à la léga- lité internationale, notamment pour la solution de deux États". Concer-

notamment pour la solution de deux États". Concer- nant la question du Sahara occiden- tal, M.

nant la question du Sahara occiden- tal, M. Ould Khelifa a réaffirmé que l'Algérie "n'est pas partie au conflit opposant le Maroc à la Ré- publique sahraouie, mais soutient le droit du peuple sahraoui à l'autodé- termination dans le cadre des prin- cipes inaliénables de sa politique extérieure". Le Président vietna- mien a demandé à M. Ould Khelifa de transmettre ses salutations au Président Bouteflika, en lui adres-

sant une invitation pour visiter le Vietnam. Il a également salué les relations historiques privilégiées liant les deux pays et leur conver- gence de vues sur les questions in- ternationales. Le Président vietnamien à enfin réitéré "l'enga- gement du gouvernement de son pays à la promotion du partenariat économique et au développement de l'investissement dans différents domaines avec l'Algérie".

M. Ould Khelifa s’entretient avec son homologue vietnamien à Hanoï

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, s'est entretenu hier à Hanoï (Vietnam) avec le pré- sident du Conseil national vietnamien, Nguyen Sinh Hung, a indiqué l'APN dans un communiqué. Au cours de cet entretien, tenu en marge des travaux de la 132 e session de l'Union interparlementaire (UIP), M. Ould Khelifa a relevé "l'excellence des relations entre l'Algérie et le Vietnam", soulignant la nécessité de consentir davantage d'efforts pour réunir les conditions exemplaires, notamment entre les parlements des deux pays, à même de contribuer au renforcement de la coopération bilatérale dans tous les domaines. Les deux parties ont, par ailleurs, évoqué un nombre de questions marquant la scène internationale, af- firmant que "faire face aux défis actuels exige plus de coordination et de consultation". M. Ould Khelifa a saisi cette opportunité pour inviter son homologue vietnamien à effectuer une visite de travail en Algérie.

L’Algérie a concrétisé « la plupart » des OMD

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, a affirmé que l'Algérie a réussi à réalisé "la plupart" des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), notamment ceux relatifs à l'éradication de la pauvreté et à la géné- ralisation de l'enseignement pour tous, est-il rapporté hier dans un communiqué de l'APN. Intervenant au débat sur "Les objectifs du développement durable :

passer des mots à l'action", à l'occasion de la 132 e ses- sion de l'Union interparlementaire (UIP) à Hanoï (Viet- nam), M. Ould Khelifa a indiqué que l'Algérie "a réussi à renforcer l'égalité des genres dans le processus de développement et à baisser le taux de mortalité mater- nelle et infantile, outre la protection de l'environne- ment, grâce à son orientation vers l'économie diversifiée". "L'approche algérienne de développement repose sur le développement humain, à travers la pro- motion de la justice sociale, en plaçant les secteurs de la santé, de l'habitat et les infrastructures de base en tête des priorités", ajoute le communiqué. "L’État al- gérien a renforcé ces acquis à travers les différents plans quinquennaux", a-t-il indiqué, citant notamment le plan quinquennal 2015-2019, doté d'une enveloppe de 262 milliards de dollars. Il a, par ailleurs, présenté

la politique de l'Algérie sur le plan régional, qui "re- flète la vision et les objectifs du Nepad dans l'appui des processus d'intégration, à la faveur des mécanismes in- ternationaux, régionaux et bilatéraux". À cette occa- sion, le président de l'APN est revenu sur "les efforts de l'Algérie pour la promotion de la sécurité collective et son recours à la voie du dialogue et à la médiation pour parvenir à des solutions consensuelles aux crises, aussi bien au Sahel que dans les autres régions d'Afrique et du monde, sous l'égide de l'ONU, de la Ligue arabe et de l'UA". Au plan économique, il a ap- pelé "à la conjugaison des efforts de la communauté internationale pour booster le développement durable", préconisant "d'adopter des stratégies pour l'élargisse- ment des bases du développement". "Le développe- ment socio-économique passe par la garantie de la sécurité et de la stabilité", a-t-il affirmé. M. Ould Khe- lifa a plaidé pour "la conjugaison des efforts pour lutter contre le terrorisme et l'adoption d'une approche glo- bale concernant la problématique de son financement", soulignant l'impératif "d'appliquer le principe de dé- mocratie pour la consécration de la paix, dans le cadre du respect des droits des peuples à l'autodétermination, notamment en Palestine et au Sahara occidental".

LE PRÉSIDENT DU CONSEIL DES ÉTATS DE LA CONFÉDÉRATION HELVÉTIQUE

LaSuissea« beaucoupàapprendre» de l’Algérie en matière de lutte antiterroriste

La Suisse a "beaucoup à ap-

prendre" de l'Algérie en matière de sécurité et de lutte antiterroriste, a indiqué, hier à Alger, le président du Conseil des États de la Confédé- ration helvétique, Claude Hêche, qui effectue une visite de travail en Algérie. " En matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme, nous avons beaucoup à apprendre de l'Algérie",

a déclaré M. Hêche, au terme de ses

entretiens avec le ministre délégué

chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. Il

a indiqué que ses entretiens avec M.

Messahel ont porté sur "l'expé- rience de l'Algérie dans la lutte an- titerroriste et la participation du citoyen dans cette lutte". Les entre- tiens ont porté également sur "la

question du financement du terro- risme et du blanchiment d'argent", a-t-il souligné, relevant que son pays compte participer à toutes les conférences qui seront organisées dans ce sens pour "apporter une contribution complémentaire". "Mon pays jouera un rôle dans le cadre de ses bonnes relations avec l'ensemble des pays du monde, notamment les pays européens,

pour appuyer l'Algérie dans son combat permanent (contre le terro- risme)), a-t-il affirmé. M. Hêche a salué, en outre, "l'engagement et le

combat" de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme, soulignant que "si la Suisse n'a pas été touchée par le terrorisme, c'est grâce à ce com- bat et à cet engagement".

LA SECRÉTAIRE D’ÉTAT ROUMAINE AUX AFFAIRES ÉTRANGÈRES

Pour la promotion de la coopération

L’Algérie et la Roumanie ont souligné l’importance d’impulser leur coopération sur le double plan diplomatique et parlementaire à tra- vers la redynamisation du rôle des groupes d’amitié des deux pays. Lors d’une audience qu’il a accor- dée hier à la secrétaire d’État rou- maine aux Affaires étrangères, Carmen Liliana Burlacu, le vice- président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Djamel Bouras, a souligné la nécessité “d’insuffler une impulsion nouvelle à la diplo- matie parlementaire entre l’Algérie et la Roumanie, à travers la redyna- misation du rôle des groupes d’amitié des deux pays”, indique un communiqué de l’APN. Il s’agit également de “consacrer le dia- logue entre parlementaires et d’échanger les visites en vue de rapprocher les vues autour des questions d’intérêts communs”, a- t-il ajouté, soulignant “le souci de

l’Algérie de promouvoir ses rela- tions avec la Roumanie à la hauteur d’une coopération positive favora- ble aux investissements”. Évoquant les dangers qui guettent la région, M. Bouras a indiqué que l’Algérie “a toujours su faire face à ces me- naces au premier rang desquelles le terrorisme, et a œuvré à la consoli- dation des facteurs de stabilité, à travers le soutien au dialogue poli- tique entre belligérants en Libye et au Mali, outre sa défense des causes justes, notamment palesti- nienne et sahraouie”. Pour sa part, M me Burlacu a exprimé “la disponi- bilité de son pays à s’acquitter d’un rôle efficace, en tant que membre de l’UE, pour examiner les moyens de promouvoir le partenariat et la coopération avec l’Algérie et ap- puyer l’approche sur le dialogue et les solutions pacifiques aux diffé- rentes crises”, selon la même source.

Signature d’un mémorandum de coopération entre l’IDRI et l’Institut diplomatique roumain

L’Institut diplomatique et des relations internationales (IDRI) et l'Ins- titut diplomatique roumain ont signé, hier à Alger, un mémorandum de coopération dans le cadre de la coopération entre l'Algérie et la Roumanie. L'accord a été signé, côté algérien, par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Senouci Bereksi, et, côté roumain, par la secrétaire d'État roumaine aux Affaires étrangères, Carmen Liliana Burlacu. Le mémorandum de coopération porte sur l'échange d'informa- tions, la promotion et le renforcement de la coopération et l'organisation des stages de formation, notamment en faveur des jeunes diplomates des deux pays. M me Burlacu a exprimé, à cette occasion, son souhait de voir ce mémorandum "revitaliser les relations bilatérales entre les deux pays en leur donnant plus de substance". De son côté, M. Senouci Bereksi a indiqué que ce mémorandum de coopération devrait permettre "un échange d'idées et l'organisation de rencontres bilatérales pour discuter des questions d'intérêt commun".

N

4

ation

EL MOUDJAHID

LA CONférENCE NATIONALE SUr LE COMMErCE ExTérIEUr A DéBUTé hIEr

Sellal : « Il est temps de créer une classe d’importateurs et d’exportateurs professionnels »

L’OMC, le CREDOC, le crédit à la consommation et les licences d’importation sont les points focaux évoqués par le Premier ministre.

L es travaux de la conférence de deux jours sur la probléma- tique du commerce extérieur

ont débuté, hier, au Palais des na- tions. Pouvoirs publics, acteurs et ins- titutions concernés par l’acte d’exporter, partenaires sociaux, ex- perts et universitaires, représentants d’institutions internationales ainsi que des chefs d’entreprises prennent part à cet évènement visant à engager une réflexion sur les voies et moyens de promouvoir et diversifier la pro- duction nationale, et par la même oc- casion, optimiser l’offre exportable de l’Algérie. Un défi qui s’impose aujourd’hui, avec insistance, au regard d’une conjoncture marquée par l’effondre- ment des prix du pétrole et, par conséquent, de l’évolution des be- soins de financement exigé par le dé- veloppement économique et social pour les années à venir. Un défi qui sera souligné avec insistance par le Premier ministre qui mettra en avant l’importance de cette conférence dans cette phase précise. M. Abdel- malek Sellal qui situera d’emblée la place du commerce extérieur dans l’économie nationale, a souligné cette nécessité d’opérer « une évaluation du secteur concerné pour apporter les améliorations adaptées », d’autant plus, a-t-il rappelé, que 93% des re- cettes des exportations du pays sont le produit des hydrocarbures. « Nous assistons à une problématique induite par la chute des prix du pétrole » et c’est là « une opportunité pour le gouvernement et l’ensemble des ac- teurs concernés de revoir le mode de

Photos : Nesrine T.
Photos : Nesrine T.

fonctionnement de notre commerce extérieur. » Le Premier ministre a réaffirmé, à ce titre, les engagements du gouvernement qui consistent à promouvoir le commerce extérieur, diversifier la production nationale, développer l’économie nationale hors hydrocarbures et sortir d’une façon radicale du recours systématique aux hydrocarbures qui sont conjonctu- relles. » Dans le même contexte, le Premier ministre a réitéré la détermi- nation de l’Algérie à « intégrer les es- paces économiques régionaux et internationaux mais dans le respect mutuel des accords et des conven- tions. » A ce propos, M. Abdelmalek Sellal a précisé que l’adhésion de l’Algérie à l’OMC dépendra du rythme de l’évolution de notre éco- nomie car « tout empressement aura des conséquences graves pour le

pays. » Et d’ajouter : « Nous irons à l’OMC avec la préservation des inté- rêts économiques du pays. » Dans la même optique, il a mis en avant l’in- térêt pour l’Algérie de s’orienter vers une économie émergente car « nous avons les capacités matérielles et in- tellectuelles, le savoir-faire, les com- pétences, pour être un pays émergent. » Aussi, le programme du Président consiste à développer l’éco- nomie nationale par les moyens na- tionaux ou par le biais de partenariats étrangers sans atteindre aux acquis sociaux », a affirmé le Premier minis- tre.

L’Algérie est « stable et a pris les devants en anticipant tous les scénarios possibles » L’Algérie est « stable et a pris les devants en anticipant tous les scéna-

rios possibles » pour se prémunir des éventuelles conséquences de la chute des prix du pétrole. « Il n’y aura pas de recul par rapport aux investisse- ments publics » et les mesures prises « visent à une meilleure maîtrise des dépenses publiques », a tenu à rappe- ler le Premier ministre. Dans le même ordre d’idées, il a affirmé que les banques ont été instruites pour main- tenir et consolider les crédits à l’éco- nomie et de les orienter vers les projets productifs et non à l’importa- tion. Il a également insisté sur la néces- sité de « corriger le déséquilibre entre la liquidité bancaire et la masse mo- nétaire hors circuit bancaire, soit près de 3.700 milliards de dinars. « Il faut que les opérateurs informels investis- sent avec leur propre argent », a-t-il déclaré. Dans cet ordre d’idées, le Premier ministre a insisté sur l’impé- ratif de créer des « entreprises ci- toyennes qui soient préoccupées par les intérêts nationaux ». Dans sa lan- cée, il évoquera l’élaboration d’une loi de finances complémentaire, dans quelques mois « pour améliorer les aspects de notre économie notam- ment en ce qui concerne le commerce extérieur au regard de l’anarchie dans les exportations. » Et pour cause, des entorses à la réglementation ont été relevées au niveau du Credoc en ce qui concerne la déclaration des mar- chandises importées et payées à l’avance de surcroît, a déploré le Pre- mier ministre. « Nous appliquerons la loi dans toute sa rigueur car il est temps de lutter efficacement contre la fraude mais également la contre-

bande », avertira M. Abdelmalek Sel- lal qui a confirmé l’orientation du gouvernement quant à instituer des li- cences d’importation (la loi étant au niveau de l’APN) pour justement, a- t-il dit, « mieux maîtriser les impor- tations et cerner les importateurs ». Aussi, « cette loi est conforme à la lé- gislation internationale » a voulu rap- peler M. Sellal qui a également fait part du retour au crédit à la consom- mation censé contribuer à la limita- tion des importations et à l’encouragement de la production na- tionale, a-t-il indiqué. Dans sa lancée, il dira la disponibilité de l’Etat à ac- compagner l’entreprise nationale, sans distinction entre publique et pri- vée, par rapport à l’exportation qu’il faudra situer dans « une logique de raison », a-t-il souligné. M. Abdelma- lek Sellal dira, à ce propos, qu’il « est temps de créer un listing d’importa- teurs et d’exportateurs profession- nels par branche, par produit et par pays ». Et d’insister sur le fait que l’Etat « ne peut permettre l’importa- tion de produits nuisibles pour la santé des citoyens ». De même, « les banques sont appelées à suivre la tra- çabilité des opérations commerciales et de les maîtriser », a-t-il insisté. En somme, il sera question de relancer le commerce extérieur qui « doit être le moteur de l’économie nationale », a conclu le Premier ministre. A noter que la conférence sera soldée par des recommandations qui seront formu- lés par les différents ateliers consti- tués pour la circonstance.

Akila Demmad

M. AMArA BENyOUNèS, MINISTrE DU COMMErCE

Plaidoyer pour un bilan objectif et sans complaisance

Entamant son intervention par une rétrospective retraçant l’évolution de l’économie na- tionale, le ministre du Com- merce a rappelé que c’est dans les années quatre-vingt-dix que l’Algérie a décidé d’aban- donner le modèle de l’écono- mie centralisée. Néanmoins, après une décennie d’ouver- ture, le résultat ressort encore de faibles performances, 96% des exportations du pays étant constituées d’hydrocarbures rappelant que les échanges commerciaux de l’Algérie sont passés de 50 milliards de dollars en 2004 à plus de 120 Mds de dollars en 2014. Aussi, plus de 63% de nos im- portations sont destinées à l’appareil de production, a in- diqué M. Amara Benyounès. Abordant le thème du jour, le ministre résumera la problé- matique du commerce exté- rieur dans une multitude d’aspects, à savoir, la disponi- bilité de l’offre exportable, en quantité et en qualité tout en sachant que la structure de nos exportations « n’a pas évolué depuis une vingtaine d’an- nées. Une situation, a-t-il dit qui « interpelle sur la capacité de notre économie à contri- buer à créer des avantages

de notre économie à contri- buer à créer des avantages comparatifs ». La gouver- nance économique

comparatifs ». La gouver- nance économique est l’autre aspect souligné d’autant plus qu’il pose la problématique de la mise à niveau et la capacité à accompagner les mutations, tant au plan interne qu’inter- national. Le ministre parlera également de la nécessaire co- hérence entre les politiques sectorielles et le commerce extérieur en matière de concertation, ce qui amène à se poser la question de savoir « comment concilier les impé- ratifs d’ouverture du com- merce extérieur avec les engagements extérieurs de l’Algérie.» L’autre aspect sou- ligné a trait à « la réduction de l’impact des prix du pétrole

sur la facture de nos importa- tions dans le cadre du concept de rationalisation des impor- tations et une politique de substitution à ces importa- tions ». Parler de commerce extérieur amène à évoquer

« l’efficacité de la gouver-

nance de nos institutions », et de s’interroger sur leur capa- cité « à protéger le consom- mateur et contrôler les importations ». Le ministre du Commerce estime que « beau- coup d’efforts sont néces- saires dans la sphère du commerce extérieur ». Et de plaider pour un

« bilan sans complaisance et

objectif » pour permettre de concevoir une « démarche réajustée qui prenne en charge les impératifs de redressement de notre commerce exté- rieur. » Aussi, a-t-il plaidé en faveur d’une feuille de route pour la diversification de notre économie. Le ministre a enfin fait par de la signature, au cours de la seconde journée de la conférence, de quatre lettres d’intention portant sur des actions de coopération et d’assistance entre son dépar- tement et les institutions inter- nationales spécialisées. D. A.

M. SIDI SAïD, SG DE L’UGTA :

« La bataille de l’exportation passe par celle de la production »

Les résultats nés des né-

gligences relevées au niveau de notre commerce extérieur ont été grevés d’un « autre

mal,

l’importation qui nous a mis

dans une situation complexe, porté préjudice à la produc- tion nationale et perturbé nos habitudes de consommation », a affirmé le secrétaire gé- néral de l’UGTA. Pour M. Abdelmadjid Sidi Saïd, il y a lieu de se poser la question « si l’ex- portation est conçue en tant

qu’élément complémentaire

de notre économie ou en tant que palliatif financier. » Le SG de l’UGTA qui parlera de nécessité de « dépasser le cadre de la bonne séance » étant convaincu de la « vo- lonté politique de faire avan- cer notre économie, a déclaré que « la bataille de l’exportation passe par la ba- taille de la production ». Dans sa lancée, il remettra en question l’accord d’asso- ciation avec l’UE. « Qu’est- ce qu’on a gagné de cet accord et qu’est-ce qu’on ex- porte à l’UE », qui évoque, à chaque fois, un ensemble de restrictions sous forme de

de

celui

fois, un ensemble de restrictions sous forme de de celui normes, s’est-il interrogé. Selon lui, «

normes, s’est-il interrogé. Selon lui, « aujourd’hui, la bataille de la production est une seconde bataille de la souveraineté nationale », d’où l’impératif de « prendre des mesures drastiques et sans ambages à l’endroit des importations dont les pro- duits sont disponibles ». Mieux encore, le SG de l’UGTA suggère « un listing des produits à importer pour les interdire ou les contin- genter », l’interdiction des importateurs étrangers, et la mise en place des instru- ments nécessaire au déve- loppement de l’industrie nationale et pour affronter la concurrence. Il s’agira éga-

lement, de « soutenir le sec- teur productif pour améliorer le niveau de l’offre et la qua- lité des produits locaux », d’engager « des actions di- plomatiques pour apporter assistance aux opérateurs al- gériens sur les marchés exté- rieurs, notamment africain. Le patron de la Centrale syndicale a plaidé aussi pour le ciblage du « potentiel na- tional à l’exportation » et pour une « véritable stratégie de rationalisation du com- merce extérieur, l’implica- tion du système bancaire dans la sphère du commerce extérieur, l’amélioration de la relation entre l’entreprise et l’administration, la facili- tation des exportations, le développement de la logis- tique à l’export, et la créa- tion de zones d’exportations comme souhaité par les opé- rateurs économiques. Le SG de l’UGTA s’est dit égale- ment favorable à la reconsti- tution du processus de la lettre de crédit et à la néces- sité d’associer les compa- triotes algériens à l’étranger à la politique de promotion du produit local. D. A.

Diversifier les exportations, une priorité

l Ils sont 6.300 exportateurs recensés qui exportent pour moins de 5% du volume global des exportations du

pays hors hydrocarbures alors qu’une douzaine d’opé- rateurs assurent 95% de nos exportations dont la moitié est couverte par la seule compagnie Sonatrach. Une donne qui traduit l’urgence d’inverser la tendance au profit d’une diver- sification de l’économie nationale et de l’extraire de la dépen- dance chronique de la rente pétrolière. En dépit des différentes mesures et facilitations initiées par les pouvoirs publics, les ex- portations hors hydrocarbures, même si elles ont enregistré

une légère amélioration, demeurent marginales avec seule- ment 3% du total des exportations, dont 98% sont constituées des ventes d’hydrocarbures. Aussi, la structure hors hydro- carbures laisse apparaître une prédominance du groupe demi- produits dont la majorité est composée de dérivés du pétrole, soit 73%. Un grave déséquilibre qui a fini par affecter la ba- lance commerciale de l’Algérie, un déficit davantage creusé par la contraction des recettes d’hydrocarbures et la chute des prix du pétrole de plus de 50% depuis juin 2014. L’analyse de la Banque d’Algérie ressort un déficit de l’excédent commer-

cial, le plus important depuis 1998. A partir de ce constat, la diversification des exportations, qui est une priorité du gou- vernement algérien s’impose aujourd’hui, au regard, notam- ment, de l’évolution du marché pétrolier et, par conséquent, des besoins de financement qu’exige les plans de développe- ment économique et social du pays, pour les années à venir. Un défi majeur qui ne peut être relevé en dehors d’une volonté politique réelle de sortir de cette situation aussi complexe que dangereuse pour le devenir de générations entières. D. Akila

Mardi 31 Mars 2015

N

EL MOUDJAHID

ation

5

CONFÉRENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTÉRIEUR

Sellal : « L’Algérie devant une opportunité précieuse de sortir de la dépendance des hydrocarbures »

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué, hier, qu’une opportunité «précieuse» se présentait à l’Algérie pour sortir de la dépendance des hydrocarbures et diversifier son économie et ses exportations.

«L a conjoncture économique internationale marquée par une baisse vertigineuse des

cours du pétrole constitue pour l’Algé- rie une opportunité précieuse pour re- considérer la situation de son commerce à l’effet de radicalement, et de manière progressive et volontaire de la dépendance aux hydrocarbures par la diversification des exportations et de l’économie nationale», a affirmé le Premier ministre à l’ouverture de la conférence nationale sur le commerce extérieur, qui s’est tenu hier et au- jourd’hui, au Palais des Nations (Alger). «L’Algérie est appelée à se projeter, en amont, vers une économie émer- gente qui repose sur l’entrepreneuriat national et le soutien aux entreprises nationales productives génératrices de richesse et d’emploi en partenariat avec des opérateurs étrangers sans préjudice aucun des acquis et intérêts sociaux des Algériens», a-t-il dit. Il a expliqué qu’«en dépit de l’impact de la baisse des prix du pétrole, les équilibres macro-économiques restent stables et maintenus dans une position qui per- met d’accompagner cette démarche», rappelant que «le gouvernement a tenu compte de toutes les hypothèses

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

concernant la volatilité des cours du brut». «La liquidité des banques, qui s’élève actuellement à 2.324 milliards de dinars nous permet de poursuivre le financement des investissements», a ajouté M. Sellal précisant que «des ins- tructions précises ont été données à l’effet d’accorder davantage de crédits à l’économie». Il a souligné la nécessité «de recou- vrer les liquidités extra bancaires, esti- mées à 3.700 milliards de DA, au profit

de ce choix reste conditionné par les in- térêts socio-économiques du pays no- tamment pour ce qui est du contrôle des importations. Il a rappelé, à cet égard la hausse sensible de la valeur des exportations qui ont atteint 58,3 milliards de dollars en 2014 contre 62,96 milliards de dollars d’exporta- tions, d’où, a-t-il enchaîné, le recul de l’excèdent de la balance commerciale à près de 4 milliards de dollars. Les ex- portations hors hydrocarbures ne cou- vrent que 25% de la valeur des importations, a-t-il insisté.

La LFC 2015 prévoit des mesures pour une meilleure maîtrise du commerce extérieur M. Sellal a annoncé également que le gouvernement prévoyait l’élabora- tion, dans les prochains mois, d’une loi de finances complémentaire (LFC) qui comprendra des mesures visant une meilleure maîtrise du commerce exté- rieur et de l’économie nationale dans l’ensemble. Il a affirmé que la LFC 2015 «com- prendra des décisions et des mesures visant à assurer une meilleure maîtrise du commerce extérieur à travers, no- tamment, la lutte contre la corruption et la fraude dans le financement des

importations pour mettre fin à l’anar- chie qui caractérise cette activité». «Il est temps de lutter énergique- ment contre la corruption et la fraude, et ce, conformément aux lois de la Ré- publique», a insisté M. Sellal, ajoutant que le gouvernement «n’hésitera pas à utiliser la force de la loi pour réprimer de telles pratiques». Par ailleurs, le Pre- mier ministre a considéré que le retour au crédit à la consommation, qui en- trera prochainement en vigueur, contri- buera également à l’amélioration de la maîtrise du commerce extérieur en sou- tenant la production nationale et, par- tant, en réduisant la facture des importations. Evoquant le projet de loi sur les li- cences d’importation, qui sera soumis au parlement durant sa session actuelle de printemps, M. Sellal a soutenu que ce nouveau texte ne signifie, en aucune manière, un retour au monopole du commerce extérieur. Cette loi, a-t-il expliqué, «va per- mettre aux autorités publiques de mieux maîtriser les importations». Il a préconisé dans ce sillage, la profession- nalisation des activités d’import-ex- port.

de l’économie nationale». M. Sellal a sommé les banques d’«assumer pleine- ment leur rôle» dans l’encadrement et la promotion du commerce extérieur par le financement des investissements productifs et la dynamisation des mé- canismes de contrôle des opérations de financement des importations. «L’ou- verture de l’Algérie au commerce mon- dial est irréversible», a soutenu M. Sellal précisant toutefois que «le rythme à imprégner à la concrétisation

M. LAMAMRA :

« Pour un redéploiement du commerce extérieur vers les pays en développement »

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a plaidé pour un re- déploiement du commerce extérieur de l’Algérie vers les pays émergents et en voie de développement, tout en affirmant que la diplomatie économique doit être une des composantes de la stratégie natio- nale du commerce extérieur. Intervenant lors de la Conférence nationale sur le commerce extérieur, qui s’est tenu hier et aujourd’hui au Palais des Nations (Alger), M. Lamamra a soutenu qu’un redéploie- ment du commerce extérieur de l’Algérie vers les pays émergents et en voie de dé- veloppement «devient plus qu’une néces- sité compte tenu du dynamisme économique de ces pays», et ce, pour pou- voir «réaliser le potentiel propre de l’Al- gérie». A cet effet, le ministre a indiqué que la diplomatie algérienne œuvre à la diver-

sification des partenaires du pays et s’at- telle à établir des relations économiques

et commerciales portées par «une volonté

d’équilibre par le haut». Dans ce sens, il

a observé que plus de 80% des exporta-

tions algériennes sont destinées aux pays de l’OCDE tandis que ses exportations vers les pays du Sud ne représentent qu’un faible pourcentage. Il a cité, comme exemple, les expor- tations vers l’Afrique subsaharienne qui

ne constituent que 0,15% du total des ex- portations algériennes alors que ce mar- ché de plus d’un milliard d’habitants est

à la portée des entreprises nationales et

proche de ses frontières. Pour le chef de la diplomatie algérienne, ces pays repré-

sentent des opportunités pour l’Algérie «qui assume pleinement son identité afri- caine et contribue activement au règle- ment de conflits et crises et qui est

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

redevenue le promoteur des causes afri- caines auprès des institutions multilaté- rales et des grandes puissances économiques». A ce propos, il a noté que

MOHAMED LAKSACI :

«des schémas novateurs de partenariats triangulaires, avec un rôle moteur pour l’Algérie, doivent trouver leur juste place dans la stratégie nationale des exporta- tions». Dans ce cadre, la diplomatie éco- nomique, qui joue un rôle important, a-t-il renchéri, est appelée à être une compo- sante essentielle de la stratégie nationale du commerce extérieur afin de répondre aux impératifs des mutations globales des relations économiques internationales. Par ailleurs, M. Lamamra a rappelé que l’Algérie avait vocation à s’intégrer au marché mondial et à participer à la conso- lidation d’un système commercial inter- national juste, équilibré et transparent. Il a alors cité le processus d’accession de l’Algérie à l’OMC qui, selon lui, tarde à se conclure en raison de l’importance des enjeux stratégiques que représente cette adhésion pour l’Algérie et de la com-

plexité des questions d’adaptation du cadre législatif aux règlements de cette or- ganisation mondiale. «Ces efforts s’accompagnent d’une action diplomatique dynamique, à même de mieux véhiculer notre volonté politi- qué de rejoindre cette organisation et d’assumer nos droits et obligations décou- lant de la qualité de membre», a fait valoir le ministre, ajoutant que son département ministériel s’emploie à concrétiser cette démarche en collaboration avec le minis- tère du Commerce. Afin d’affronter les défis inhérents à cette démarche et de tirer profit des opportunités que lui offre l’ou- verture commerciale, l’Algérie, a-t-il ajouté, doit cerner ses objectifs et s’assu- rer que sa stratégie est fondée sur une vi- sion à long terme.

« La Banque d’Algérie va renforcer le contrôle de financement du commerce extérieur »

La Banque d’Algérie va renforcer son dispo- sitif de contrôle des opérations de financement du commerce extérieur, avec un accent particulier sur le contrôle des opérations à risque, a affirmé lundi à Alger le gouverneur de cette institution financière, Mohamed Laksaci. Pour l’année 2015, «un accent particulier sera mis sur le contrôle des opérations d’importation à risque, c’est-à-dire celles réalisées à partir de certains pays dont les systèmes fiscal, douanier et anti-blanchiment sont notoirement réputés pour leur laxisme et tolé- rance», a indiqué M. Laksaci lors d’une interven- tion à la conférence nationale sur le commerce extérieur qui s’est tenu hier et aujourd’hui au Pa- lais des Nations (Alger). De même, l’évaluation approfondie des dispositifs de contrôle interne des

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

banques sera renforcée en vue «de s’assurer de la conformité de leurs procédures internes en ma- tière de traitement des opérations aux prescrip- tions en vigueur», a-t-il précisé. Il sera également question d’assurer la disponibilité de moyens hu- mains et matériels pour de meilleures conditions

des opérations de contrôle de commerce extérieur. En outre, le gouverneur de la Banque d’Algérie a relevé une diminution des transferts des devises vers l’extérieur, qui a été enregistrée au niveau de la balance des paiements sur les deux premiers mois de 2015 comparativement à la même période de 2014. D’autre part, la Banque d’Algérie pour- suivra une politique de change favorisant la com- pétitivité externe mais également la stabilité, a souligné M. Laksaci. A cet effet, il a mis l’accent sur la nécessité de renforcer davantage les fonda- mentaux du taux de change, d’adopter de nou- velles mesures pour développer le marché interbancaire de change et de réactiver les opéra- tions sur le marché monétaire interbancaire dans la perspective de retour des banques au refinan-

cement. Présent à cette conférence, le ministre des Finances, Mohamed Djellab, a indiqué que l’Etat poursuivra ses efforts en vue d’améliorer le climat des affaires et en mettant en œuvre un cadre légal d’exercice des activités conforme aux standards internationaux. Dans cette optique, a-t-il pour- suivi, de grands chantiers sont ouverts et couvrent, entre autres, la réforme du code de l’investisse- ment pour une attractivité plus forte, la réorgani- sation du secteur public marchand qui vise l’émergence de grands groupes industriels, le ren- forcement des instruments de lutte contre la contrefaçon et le transfert illicite des capitaux ainsi que le développement d’instruments mo- dernes de financement de l’économie et son fonc- tionnement.

SELON DES PARTICIPANTS A LA CONFERENCE

Des avantages comparatifs en attente d’une compétitivité efficace

L’Algérie dispose d’avantages comparatifs à même de lui permettre de relancer son industrie et de diversifier ses exportations, pour peu qu’elle parvienne à améliorer sa compétitivité à l’étran- ger, ont estimé la plupart des participants à la conférence nationale sur le commerce extérieur qui se tient depuis hier et aujourd’hui à Alger. Ces participants ont été unanimes sur le fait que l’Al- gérie recèle d’importants avantages comparatifs, mais qu’elle n’arrive toujours pas à saisir ces atouts et opportunités pour se positionner à l’ex- térieur et décrocher des marchés. Pour le repré- sentant de la Banque mondiale en Algérie, Emmanuel Noubissie Nagankam, l’économie al- gérienne, qui fait face à un déficit budgétaire et à celui de la balance de paiement, en raison de la

structure du commerce extérieur, rencontre deux problèmes majeurs liés à la diversification de ses exportations et à l’efficience de sa compétitivité extérieure. Ce manque de compétitivité structu- relle, selon le représentant de l’institution de Bret- ton Woods, se traduit par des difficultés à imposer les produits algériens sur les marchés internatio- naux et des contraintes liées à l’organisation du travail et aux progrès technologiques. Énumérant certains avantages, tels le faible coût de l’énergie et de la main-d’œuvre, la disponibilité d’un vaste réseau de technologie de l’information et de com- munication (TIC), il a soutenu que de tels atouts doivent être exploités pour constituer une base in- dustrielle régionale, voire "un atelier de l’Eu- rope". L’intervenant a recommandé également

d’améliorer le climat des affaires des entreprises en réajustant la réglementation, estimée contrai- gnante par ces entités économiques, et de libérer les initiatives afin d’arriver à l’objectif souhaité. De son côté, le PDG du groupe industriel privé Cevital, Isaad Rebrab, a affirmé que les entre- prises algériennes sont capables de produire en termes de quantité et de qualité répondant aux normes internationales. Pour lui, l’Algérie dis- pose, certes, d’avantages comparatifs, mais ils doivent être conjugués à un accompagnement des entreprises productrices en luttant contre les écueils auxquels elles font face, en citant essen- tiellement les problèmes de logistiques tels que les ports. Présent également à cette conférence, le directeur général des Douanes, Mohamed Abdou

Bouderbala, a considéré que des contraintes phy-

siques et techniques sont parmi les causes qui frei- nent le développement des exportations hors hydrocarbures. "Le problème d’exportation n’est pas lié à la législation, mais plutôt à l’absence d’une plateforme physique tels qu’un terminal à conteneur dédié à l’exportation ou les plateformes logistiques", a expliqué le patron des Douanes. Il

a également observé que les facilitations intro-

duites par les pouvoirs publics, durant ces der- nières années, avaient favorisé plus les importations que les exportations, en citant, comme exemple, les mesures de facilitation liées

à la mise en place du couloir vert et le contrôle

douanier a priori et a posteriori dans le domaine douanier.

N

6

ation

EL MOUDJAHID

HAMID GRINE

Un bureau de l’Entreprise nationale de télévision en 2017 à Laghouat

Un bureau de l’Entreprise nationale de télévision sera ouvert dans la wilaya de Laghouat en 2017, pour consacrer l’information de proximité, a annoncé, hier à Laghouat, le ministre de la Communication, Hamid Grine. S’exprimant lors d’un point de presse au siège de la radio régionale de Laghouat, M. Grine a indiqué que cette structure, inscrite au titre de la consécration de l’information de proximité, «figure parmi une série de projets du secteur, actuellement en phase des études techniques, et devant voir le jour d’ici à 2017 dans cette wilaya».

L e ministre a, en outre, fait savoir que le taux de couverture radiophonique attein-

dra, en 2016, près de 98% du territoire de la wilaya de Laghouat, avec la mise en service, dernièrement, de la station terrestre de diffu- sion numérique d’Aflou (110 km de La- ghouat). Concernant l’information de proximité, M. Grine a mis l’accent sur l’im- portance de ce mode d’information et son rôle central dans la sensibilisation du citoyen sur les programmes de développement qui leur sont destinés, avant de faire état, dans ce sens, d’une «stratégie visant à ancrer l’importance de ce rôle». Le ministre a annoncé, par ail- leurs, l’existence d’une étude en cours pour la création, par cinq journaux publics, d’une so-

pour la création, par cinq journaux publics, d’une so- ciété nationale de messagerie de la presse,

ciété nationale de messagerie de la presse, vi- sant à mettre fin aux difficultés rencontrées dans la distribution de la presse nationale, ainsi que la réalisation prochaine d’imprimeries de presse dans les wilayas de tamanrasset, Illizi et tindouf. Il a fait part, sur un autre registre, de l’élaboration d’une stratégie à double di- mension, l’une visant à stopper la réception, au niveau de certaines wilayas frontalières, des programmes de radios étrangères, et l’autre, la possibilité pour les auditeurs de capter, là où ils se trouvent, les radios de leur choix. tout en appelant à faire preuve de profes- sionnalisme dans la pratique journalistique, loin de la diffamation et de l’insulte, et dans l’intérêt du développement du pays, le ministre

a révélé la délivrance, jusqu’ici, de près de

2.400 cartes nationales de journaliste profes-

sionnel. Il a, auparavant, visité le siège du cen- tre de télédiffusion algérienne (tDA), coiffant les structures de Laghouat, d’Aflou et de Hassi-Rmel, où il a pris connaissance du fonc- tionnement et de la couverture, radiophonique

et télévisuelle de la région.

Le ministre de la Communication s’est rendu, au terme de cette visite de travail d’une journée, dans la wilaya de Laghouat, au siège de la radio locale où il a reçu un exposé sur le système satellitaire d’échange multimédia - MENOS - (MultiMedia Exchange Network Over Satellite), avant de prendre part à une émission radiophonique.

Le rythme de réalisation des grands projets d’habitat en cours dans les wi-

layas d’Alger, de Blida et d’Annaba est «satisfaisant», a estimé, hier, le minis- tre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de

la Ville, Abdelmadjid tebboune, à l’is-

sue d’une réunion de coordination avec les ministres des travaux publics et des Ressources en eau, respectivement Ab- delkader Kadi et Hocine Necib. «Je sors satisfait de cette réunion»,

a indiqué le ministre après avoir tenu une réunion de coordination avec MM. Abdelkader Kadi et Hocine Necib, en présence du wali d’Alger, Abdelkader

ABDELMADJID tEBBOUNE :

« Le rythme de réalisation des grands projets d’habitat à Alger, Blida et Annaba est satisfaisant »

Zoukh. M. tebboune a indiqué que les nouvelles villes de Sidi Abdallah à Alger, Bouinan à Blida et le pôle ur- bain de Draâ Errich à Annaba visent à «desserrer la pression sur les grandes

métropoles» et leur réalisation néces- site la coordination avec d’autres mi- nistères, ainsi qu’avec le groupe Sonelgaz. M. tebboune a souligné que les lo- gements construits dans la nouvelle

ville de Sidi Abdallah et à Bouinan (Blida) seront livrés au 1 er trimestre 2016 avec les équipements socio-col- lectifs nécessaires. Ali Bensaad Amar,

socio-col- lectifs nécessaires. Ali Bensaad Amar, directeur de la ville au ministère de l’Habitat, de

directeur de la ville au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville

a indiqué que 16.000 logements sont déjà en construction à Sidi Abdallah et 15.000 autres à Bouinan, ainsi que 9.461 à Draâ Errich, à 20 km d’An- naba. Les ministres des Ressources en eau et des travaux publics ont assuré que les responsables de leur secteur ont pris toutes les dispositions pour livrer les ouvrages nécessaires dans les délais prévus afin que les habitants puissent en bénéficier. M. Necib a assuré que des solutions sont déjà prévues pour garantir l’approvisionnement en eau potable et l’évacuation des eaux usées,

et ce à travers des transferts des bar- rages existants, des stations de dessale- ment ou d’autres complexes hydrauliques. Quant à M. Kadi, il a in- diqué qu’il a demandé aux entreprises d’aménagement des routes «d’avancer pour être au rendez-vous» et a insisté sur «la nécessité de prévoir des terrains pour la construction de parkings». Par ailleurs, le wali d’Alger a sou- ligné que pour le cas de Sidi Abdallah, l’éradication des bidonvilles touche à sa fin et que les réunions de coordina- tion vont se poursuivre pour achever la construction de cette ville.

tOURISME

Veiller au cachet architectural local dans la réhabilitation de l’hôtel Touat

La ministre du tourisme et de l’Artisanat, Nouria Ya- mina Zerhouni, a mis l’ac- cent, hier à Adrar, sur la nécessité de veiller au res- pect du cachet architectural local, lors de la réhabilita- tion de l’hôtel touat. Cette structure, dont la gestion a été confiée à l’hôtel Sofitel (Alger), a bénéficié d’une opération de réhabilitation et de modernisation pour un coût de 1 milliard DA, afin

et de modernisation pour un coût de 1 milliard DA, afin le but de développer le

le but de développer le segment de la broderie africaine, très deman- dée par les clients. La Chambre de l’artisanat et des métiers de la wi- laya d’Adrar fait état de 6.164 artisans affiliés, en plus de la création de 10.000 emplois dans la branche et de la forma- tion de 800 artisans dans différents créneaux de l’artisanat tradition-

de promouvoir ses presta- tions et de bénéficier d’une classification 4 étoiles, selon les standards internatio- naux, a-t-on expliqué. L’hôtel offre une capacité de 114 chambres, dont 103 chambres doubles, 7 suites et 4 chambres pour personnes aux

également appelé à coordonner les actions

nel. Au moins 69 arti- sans ont bénéficié d’aides du Fonds national de soutien aux activités artisa- nales, pour un montant global de 17 mil- lions DA, et dont certains chèques ont été remis à des artisanes, à titre symbolique, par la ministre du tourisme, au terme de

besoins spécifiques. Lors de l’inauguration du centre "Souika", au cœur de la ville d’Adrar, la ministre a appelé à faire en sorte que cet espace reste ouvert tout au long de l’année, au regard de son impor- tance pour la promotion et la commercia- lisation du produit artisanal.

sa visite de travail de deux jours dans la wilaya. Concernant les projets du secteur, la wilaya d’Adrar a bénéficié de cinq opéra- tions d’aménagement de Zones d’expan- sion touristique (ZEt), pour une enveloppe de 15 millions DA, en plus de

Elle a, en outre, visité les ateliers du

63

projets d’investissement (52 privés et

centre de l’artisanat traditionnel, jouxtant

11

publics), qui permettront de renforcer

le centre "Souika", et exhorté les parties concernées à permettre aux artisanes, jouissant d’un savoir-faire dans le do- maine, de bénéficier de ces ateliers et lo- caux, afin d’y assurer une formation et d’écouler le produit artisanal, et d’assainir, ainsi la liste des bénéficiaires de ces lo- caux qui n’y ont développé aucune acti- vité liée à l’artisanat. M me Zerhouni a

avec les partenaires de la formation, dans

la capacité d’accueil de la wilaya de 5.000 lits supplémentaires et de générer 800 em- plois, selon les responsables du secteur. Ces projets viendront s’ajouter aux structures existantes, à savoir sept hôtels, une résidence touristique, 9 aires de dé- tente, un hôtel familial et un camping, soit une capacité globale de 1.100 lits. La wi- laya a accueilli, la saison dernière, plus de 13.900 touristes, dont 843 étrangers, ont rappelé les mêmes responsables.

COMMÉMORAtION DE LA MORt D’AMIROUCHE Et DE SI EL-HAOUèS

Deux stratèges de la lutte armée

Il y a 56 ans, tombaient les co- lonels Amirouche et Si El-Haouès au champ d’honneur. Le musée du Moudjahid a organisé, à cet effet, hier, une conférence qui a réuni des compagnons d’armes de ces deux chouhada, ainsi que des

personnalités civiles et militaires, la famille Aït Hammouda était re- présentée par le fils du colonel, Noureddine. Après un rappel des parcours militants et militaires des deux of- ficiers de la glorieuse ALN, la pa- role a été donnée à M. tahar Laâdjal, moudjahid de la Wilaya

VI et compagnon de Si El-

Haouès, qui a tenu à apporter son témoignage sur la rencontre entre les deux hommes et l’amitié qui était née entre eux, ainsi que quelques anecdotes mémorables de ce temps de feu. Hammouda Ahmed Ben Abderrezak, fort de

son expérience, avait trouvé en

Amirouche un homme de confiance doté d’une bonne connaissance du terrain et des ac- tions à mener pour porter l’esto- cade à l’ennemi depuis ses montagnes inaccessibles aux blindés. Ensuite, c’est M. Abde- laziz Ouali, compagnon de ma- quis de Amirouche Aït Hammouda, qui, un long texte entre les mains, est remonté à la jeunesse du colonel et, son che- minement et son engagement dans la lutte pour la Libération nationale. Du fond de sa mé- moire, Ouali a cité un grand nom- bre de compagnons

sa mé- moire, Ouali a cité un grand nom- bre de compagnons d’Amirouche, tous grades confondus,

d’Amirouche, tous grades confondus, puis s’est étalé sur la force qui a caractérisé Ami- rouche, sa stratégie sur le terrain et son implication directe dans la préparation du Congrès de la Soummam. Inévitablement, l’ora- teur évoqua le fâcheux épisode de la «Bleuïte», initiée et fomentée par le colonisateur aux fins de dé- stabiliser la résistance et semer le doute dans les rangs de l’ALN. Ce tournant de l’Histoire a fait couler tant d’encre et suscite, jusqu’à aujourd’hui, débats et querelles. «J’y étais !», dira-t-il à l’assis- tance, avant d’insister sur le fait que le chahid Amirouche s’était toujours entouré d’intellectuels, dont quelques noms furent cités, et qu’il ne ratait jamais l’occasion de demander conseil à ces lettrés. M. Ouali a déjà publié, par le

passé, son témoignage sur le sujet. Plusieurs travaux de Mémoire ont été effectivement publiés de- puis la dernière décennie, dont le précieux livre de Si Hammou Amirouche, secrétaire du colonel, et quelques autres ouvrages qui gagneraient à alimenter les chairs d’histoire de nos universités. Le micro a, par la suite, été cédé aux membres de l’assistance qui ont tenu à distiller quelques souvenirs de ces grands hommes. Le général Abdelhamid Djouadi a, pour sa part, témoigné sur l’es- time qu’il portait à Amirouche, à l’instar de ceux qui l’ont appro- ché pendant la Révolution. Les débats se sont poursuivi avec de jeunes intervenants qui ont traduit leur soif d’en apprendre plus sur ces hommes qui ont édifié l’Algé- rie moderne.

AHD 54

Pour l’exploitation des énergies renouvelables

Le président du parti AHD 54, Ali Fawzi Rebaïne, a estimé, hier à Alger, qu’il était néces- saire pour l’Algérie de s’orienter vers l’exploi- tation des énergies renouvelables. Le gaz de schiste «constitue un danger pour la santé des citoyens» et «il est tout à fait normal que la po- pulation d’In Salah proteste contre son exploi- tation», a précisé M. Rebaïne, lors d’une

conférence de presse animée au siège de son parti, soulignant la nécessité pour l’Algérie de «s’orienter vers l’exploitation des énergies re- nouvelables (solaire ou éolienne)». Abordant la situation politique et sociale, le président du parti AHD 54 a appelé à «l’élaboration d’un pacte social, politique et économique qui régirait une transition de deux ans pour la préparation

d’élections législatives en coordination avec le pouvoir et l’opposition». M. Rebaïne a, par ail- leurs, évoqué des questions qui ont suscité beau- coup d’interrogations, notamment les affaires de Sonatrach, de Khalifa et de l’autoroute Est- Ouest. «Nous sommes arrivés à un moment où les affaires de corruption sont examinées dans les tribunaux en l’absence des concernés», a-t-

il dit. Concernant la récente grève dans le sec- teur de l’Éducation, le premier responsable du parti a estimé que les revendications sociopro- fessionnelles soulevées par les syndicats du sec- teur étaient «légitimes», appelant à «la révision intégrale des statuts de la Fonction publique dans tous les secteurs». Une démarche qui né- cessite, a-t-il dit, une «volonté politique».

Mardi 31 Mars 2015

N

EL MOUDJAHID

ation

7

FORuM ITN EMPLOI « SPéCIAL ALGéRIE » LES 11 ET 12 AVRIL À PARIS

Un événement attendu

La troisième édition du Forum ITN Emploi, visant à faciliter le retour des compétences nationales de l’étranger, se tiendra les 11 et 12 avril à l’Espace Charenton à Paris.

L’ objectif est de présenter les nom- breuses opportunités d'emploi en Al- gérie et de valoriser l'insertion

professionnelle internationale dans ce pays. Le public cible, ce sont tous les diplômés et cadres de France, principalement les Algériens. Selon ses initiateurs, «la fuite des cerveaux ne doit plus être considérée comme une fatalité et un phénomène exclusivement négatif. Il convient aujourd’hui de raisonner en termes de mobilité et circulation des compétences au ni- veau international». Néanmoins, comme ils tiendront à le préciser, «la diaspora algérienne représente une force inestimable pour notre pays et les conditions sont favorables au retour de ceux qui le souhaitent». Lors d’une confé- rence de presse organisée hier au palais de la Culture Moufdi-Zakaria, la directrice associée

du cabinet ITN, M me Amina Kara, a indiqué que «la troisième édition du Forum ITN Emploi est un événement très attendu par les jeunes Algé- riens établis à l’étranger». Et d’ajouter : «Il existe pour bon nombre d’Algériens résidant à l’étranger, une volonté de s’investir dans le dé- veloppement économique du pays qui est le leur, amenant ainsi un transfert de technologie et de savoir-faire.» Elle a souligné que «sont nombreux les Algériens qui veulent rentrer en Algérie et donner et partager leur expérience et savoir, mais ils ne savent pas comment établir les modalités de ce retour» Elle a expliqué que «selon les chiffres du Conseil national économique et social, une cen- taine d’Algériens sont rentrés en Algérie en

2014».

taine d’Algériens sont rentrés en Algérie en 2014». Le Forum ITN Emploi «spécial Algérie», organisé par

Le Forum ITN Emploi «spécial Algérie», organisé par le cabinet conseil en recrutement & formation à l’international ITN (International Talents Network), spécialisé dans les profils d’Algériens établis à l’étranger, est aujourd’hui une réelle passerelle entre entreprises d’Algérie et candidats souhaitant décrocher un emploi. Les premières éditions ont réuni, en 2014 à Paris et à Lyon, une vingtaine d’entreprises ve- nues spécialement d’Algérie pour l’occasion. Plus de 1.000 candidats sont attendus pour rencontrer les recruteurs potentiels. En effet, Plus d'une vingtaine d'entreprises nationales al- gériennes et multinationales installées en Algé- rie seront présentes.

L'automobile, les télécommunications,

l'agro-alimentaire, l'audit, l'industrie pharma-

comptent parmi les domaines d'acti-

vité les plus représentés. Fort du succès des premières éditions et de l’accueil positif du projet par les membres de la diaspora, ITN renouvelle l’expérience en pro- posant une nouvelle édition à Paris. un «Espace Création d’Entreprise» sera proposé pour la première fois, afin de répondre aux interrogations des porteurs de projets sou- haitant investir en Algérie, avec la présence d’experts et des témoignages d’entrepreneurs ayant tenté l’aventure. De grands noms soutien- nent ce projet. L’opérateur téléphonique Djezzy

ceutique

en est le partenaire officiel, et les entreprises Cevital et NCA Rouiba sponsorisent également l’évènement. Le cabinet ITN est par ailleurs partenaire en France d’ECAF, l’Association des étudiants et Cadres Algériens de France, et de la FNAAF, Fédération Nationale des Associa- tions Algériennes de France qui regroupe plus de 300 associations. Afin de préparer ce Forum, ITN organise en faveur des entreprises une for- mation sur le thème de l’acquisition et de la fi- délisation des talents — internationaux — à Alger, les 25 et 26 mars. De l’autre côté de la Méditerranée, ce sont des rencontres Networking qui se sont tenues les 19 et 20 mars à Paris et Toulouse, afin de réunir les candidats au retour en Algérie autour d’une thématique commune, le contexte et les opportunités d’emploi dans notre pays. Il y a lieu de rappeler que le Forum ITN Em- ploi «spécial Algérie» est organisé par le cabi- net conseil en recrutement & formation ITN (International Talents Network), spécialisé dans les profils d’Algériens formés et/ou ayant tra- vaillé à l’étranger. Le cabinet est basé en France et en Algérie pour plus de proximité avec can- didats et entreprises. «À travers cet événement, les entreprises algériennes et internationales im- plantées en Algérie soutiennent la cause du re- tour des compétences algériennes de l’étranger, tout en répondant à leurs besoins en recrute- ment. Selon les experts en la matière, la France, qui accueille 90% des étudiants algériens réali- sant des études à l’étranger, reste le vivier le plus important en la matière.» Wassila Benhamed

6 e éDITION DES JOuRNéES SuR LE MARKETING TOuRISTIquE

Promouvoir l’image de l’Algérie

«Le ministère du Tourisme a ter- miné de refonder son site internet offi- ciel. Celui-ci sera lancé d’ici à la fin du mois d’avril», annonce le représentant du ministère du Tourisme. La 6 e édition des Journées sur le marketing touristique à été organisée hier à l'hôtel El-Aurassi à Alger, sur le thème «Le tourisme, un moteur de croissance économique». Cette importante rencontre, qui s’est déroulée avec la participation d'experts nationaux et internationaux, a pour objectif, notamment de promou- voir l’image de marque de l’Algérie et de débattre des voies et moyens sus- ceptibles de booster le développement touristique afin de faire de l’Algérie une destination phare dans le bassin méditerranéen . Dans une déclaration à El Moudja- hid, le directeur de la communication auprès du ministère du Tourisme, Ho- cine Ambès, a souligné que «la promo- tion touristique, c’est une nécessité aujourd’hui et elle prend plusieurs formes. En effet, il ne suffit pas seule- ment d’imprimer et de distribuer des

Ph : Louisa
Ph : Louisa

supports écrits et des dépliants pour dire qu’on va faire de la promotion tou- ristique». M me la ministre, a-t-il dit, «a insisté, dans son message, sur le fait qu’on ne peut pas faire la destination de demain avec les outils d’hier, car ces derniers ont déjà fait leur temps». M. Ambès a insisté à cet effet sur «la nécessité de passer inéluctablement

à un autre palier de la promotion tou-

ristique qui est la promotion virtuelle,

et d’investir les réseaux sociaux». Pour appuyer ses dires, notre inter- locuteur a indiqué qu’«il y a des desti- nations touristiques de par le monde, qui ne travaillent même pas avec les

supports écrits et illustratifs, n’utilisant

à cet effet que l’outil internet», avant de souligner que «le ministère du Tou-

risme est conscient justement de cette nécessité de marketing touristique mo- derne qui utilise des techniques d’in- formation et de communication modernes». Hocine Ambès a annoncé que «le ministère du Tourisme a terminé de re- fonder son site internet officiel. Celui- ci sera lancé d’ici à la fin du mois d’avril». Ce qui confirme, selon lui, le fait que «sur le plan de la communica- tion institutionnelle, il y a un travail de révision qui est en train d’être fait», mais, a-t-il ensuite précisé, «il reste quand même beaucoup à faire pour l’amélioration de la communication promotionnelle et du produit qui est une affaire de professionnels en mar-

keting touristique». Ces journées touristiques juste- ment, a fait savoir le représentant de la ministre du Tourisme, «constitueront une occasion pour apprendre et écouter cette œuvre de refondation de commu- nication promotionnelle». De son côté, le directeur général de

l’ONT, M. Belmihoub Nourdine, a mis l’accent sur son organisation en indi-

quant que depuis maintenant 25 an- nées, l’ONT, malgré une conjoncture internationale très défavorable, a œuvré à faire connaître les différents produits de la destination Algérie en se basant sur le grand Sud. Il dit, dans ce contexte, que «pour faire du citoyen un véritable agent de promotion de la des- tination Algérie, il est nécessaire d’as- socier l’école à tous les niveaux, en réservant des cours entiers à ce sujet, et ce en plus des sorties et visites dans les musées et sites touristiques dans le cadre du programme éducatif sco- laire». Le responsable a ajouté qu’«il est important d’impliquer également le secteur de la Jeunesse pour organiser des colonies de vacances pour les jeunes. En effet, ces colonies touchent les enfants de toutes les régions du pays, et permettent ainsi d’encourager les échanges de jeunes, à travers leurs déplacements d’une région à une autre afin de découvrir la multitude de fa- cettes qui font la caractéristique de leur

pays». Makhlouf Ait Ziane

LES 2 ET 3 AVRIL À AVIGNON

L’Algérie au Salon international du tourisme

L'Algérie, représentée par l'Office national du tourisme (ONT), participera, pour la première fois, au Salon international du tourisme DITEX, dont la 11 e édition est prévue du 2 au 3 avril à Avignon (France). La participation de l'Al- gérie à cette manifestation "s'inscrit dans le cadre de la promotion de la desti- nation touristique algérienne sur les marchés internationaux, traditionnels pour le tourisme algérien, conformément aux recommandations du Schéma direc- teur d'aménagement touristique (SDAT-2030) qui renferme la stratégie de pro- motion et de développement du tourisme en Algérie", a indiqué, hier, un communiqué de l'ONT. Le Salon se veut "un lieu de rencontre entre les dif- férents acteurs du secteur, à travers l'organisation de rencontres directes favo- risant les échanges avec les décideurs dans les agences de voyages, et les prestataires de services, à savoir les transporteurs, les hôteliers, les offices de tourisme, en vue de prendre connaissance des offres disponibles". "Le DITEX intervient à une époque charnière de l'année, avant la saison estivale, période des congés annuels par excellence", a indiqué la même source, ajoutant qu'il permet de s'enquérir "des propositions et nouvelles offres de voyages". A cette occasion, l'ONT a réservé un pavillon qui "est mis à la disposition des opérateurs touristiques algériens pour leur permettre de faire connaître et de commercialiser leurs produits touristiques". La manifestation offre à la délé- gation algérienne, l'opportunité d'établir des contacts avec des responsables d'importantes agences de voyages et les médias présents pour promouvoir la destination Algérie, en essayant de drainer des flux touristiques", a souligné le communiqué, relevant la programmation de plusieurs rencontres pour op- timiser l'échange entre les décideurs dans ce domaine, en prévision de la conclusion d'accords de partenariat avec leurs homologues étrangers". Ce ren- dez-vous offre à la délégation algérienne l'opportunité de faire la promotion du 16 e salon international du tourisme et des voyages (SITEV-2015), prévu du 14 au 17 mai au Palais des expositions (Alger).

VACANCES DE PRINTEMPS

10.000 jeunes au Sud

À l’initiative du ministère de la Jeunesse, plus de dix

mille jeunes de wilayas du Nord sont en visites touris- tiques dans les villes du Sud, à savoir Tamanrasset, Dja- net, El-Oued, Ouargla, Timimoun et Béni Abbès. Répartie en deux sessions de 5.000 jeunes chacune, cette opération qui entre dans le cadre du programme «Mobilité de jeunes» de l’Agence nationale des loisirs de la jeunesse (ANALJ) est une occasion pour des milliers de jeunes de découvrir les régions sahariennes et d’admi- rer les beaux paysages et sites des régions sahariennes. À Tamanrasset, pas moins de 1.000 jeunes par session, des wilayas de Jijel, Mascara, Aïn Témouchent, Tébessa, Sidi Bel-Abbès, Souk Ahras, Mostaganem ont eu à visiter le site d’Abalessa où se trouve le tombeau de Tin Hinane, et de se rendre à l’Assekrem pour admirer l’un des plus beaux couchers de soleil au monde. «Au début, j’étais ré-

ticent. Je ne voulais pas venir, surtout qu’on allait faire le trajet Jijet-Tamanrasset par bus, nous dit Kamel, un jeune de Jijel. Mais, en fin de compte, cela a été une expérience formidable qui nous a permis de connaître d’autres villes comme Ghardaïa, El-Goléa et Aïn Salah en parcourant près de 2.000 km par route. L’ambiance était formidable, et j’espère avoir l’occasion de visiter d’autres villes.»

Timimoun, c’est 1.200 jeunes des wilayas d' Alger,

Laghouat, Batna, Setif, El-Bayadh, Tissemsilt, Médéa, Mila, Djelfa et Djelfa, qui sont en visites touristiques, donnant une ambiance de fêtes à cette capitale du Gourara qui renoue ainsi avec les flux touristiques où le tourisme interne de jeunes devient ainsi une réalité, grâce au mi- nistre de la Jeunesse, M. Abdelkader Khomri, qui coor-

donne personnellement cette opération qui lui tient à cœur. «Cette opération permet à nos jeunes de découvrir l’Al- gérie profonde, d’apprécier la beauté de sites des régions sahariennes et de contribuer à l’épanouissement culturel de nos jeunes, car les voyages forment la jeunesse et leurs font aimer davantage leurs pays. Aussi, prendre en charge plus de 10.000 jeunes en une dizaine de jeunes nécessite de gros moyens humains et matériels où nous avons mis à contribution les agences de voyages du grand Sud qui ont pu ainsi renouer avec le flux touristique.» Dans la val- lée de la Saoura, et plus précisément à Béni Abbès, d’au- tres jeunes ont pu visiter l’oued Saoura, la palmeraie et le musée de Béni Abbès, avant de se rendre à la magnifique ville de Taghit et rencontrer d’autres jeunes. L’ambiance de fêtes était partout au rendez-vous où les jeunes étaient accueillis aux sons de karkabou, de musique targuie et même de fantasia, comme ce fut le cas à Ghardaïa, lors de la visite de la station thermale de Zelfana par les jeunes des wilayas de Khenchella et d’Oum El- Bouaghi. Dans le grand Sud, à Djanet, la nuit à la belle étoile a été au rendez-vous, avec la visite des fabuleux sites du Tassili, et particulièrement à Issandilène où des centaines de jeunes ont optés pour une randonnée à dos de chameau. Cette louable initiative n’est qu’une partie du programme du ministère de la Jeunesse en direction des jeunes afin d’en faire des loisirs de la jeunesse, une réalité. C’est ainsi que plus d’un demi-million de jeunes vont bénéficier de séjours au bord de la mer durant la saison estivale où les jeunes des wilayas du Sud seront les invités d’honneur. C. P.

À

Mardi 31 Mars 2015

N

8

ation

EL MOUDJAHID

conFérEncE dE prEssE du dirEctEur dE la casnos

20% de personnes seulement s’acquittent de leurs cotisations

Un nouveau décret, actuellement en préparation, sur la gestion de la CASNOS, sera applicable dans les trois prochains mois. Il donnera plus de flexibilité à cette institution.

L a caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (casnos) a organisé hier

une journée nationale de vulgarisa- tion au niveau des agences et an- tennes de wilaya et ce, à l’intention des assurés sociaux et des représen- tants de toutes les corporations exer- çant une activité relevant du statut de non salariés. le directeur général de la casnos, M. acheuk youssef ahmed Fouad chawki, a animé à cet effet une conférence de presse au cen- tre familial de Ben aknoun pour ex- pliquer que « cette ouverture sur les non-salariés est une occasion pour établir un rapprochement vis-à-vis d’eux pour affermir notre relation avec les affiliés et enfin pour sensibi- liser à l’adhésion le potentiel des as- sujettis.» cette campagne et les journées portes ouvertes organisées ont pour ambition de mieux faire connaître le travail et les prestations de cette caisse et de sensibiliser cette frange de travailleurs sur l’impor- tance, voire la nécessité pour eux d’être assurés.

le premier responsable de la cas- nos regrette que cette caisse d’assu- rance, qui gagnerait à être connue, ne le soit pas, justement. « ils sont seu- lement 20% des adhérents, soit 600.000 assurés, qui payent réguliè- rement leurs cotisations au moment où le potentiel est de plus de 3 mil- lions », dira M. acheuk. le responsable estime que ce geste, cette attitude de s’acquitter de ses cotisations ne doit pas relever d’un comportement secondaire mais plutôt d’un geste civique qui permet- tra à l’intéressé de bénéficier des avantages octroyés par l’assurance, retraite, remboursement ou invalidité. « 84% des cotisants payent la mini- male, or ils oublient que leur retraite sera donc calculée sur la minimale. alors que pour avoir une retraite plus consistante, il faut cotiser plus », a tenu à le rappeler le directeur régio- nal, M. acheuk, tout en insistant sur l’importance des cotisations des non- salariés. sur un autre registre, le di- recteur a exprimé sa volonté de met- tre fin, dans un avenir proche, aux

sa volonté de met- tre fin, dans un avenir proche, aux déplacements des citoyens au guichet

déplacements des citoyens au guichet de la casnos, au chef-lieu, pour le retrait des non-affiliations à condition que toutes les administrations adhè- rent à cette initiative, c’est-à-dire à instaurer une relation directe entre l’administration et la caisse, évitant ainsi toute tracasserie au citoyen. le directeur de la caisse a annoncé à cet effet, l’ouverture d’une direction

de la casnos dans chaque wilaya. « l’objectif de ce travail et de rappro- cher l’administration des administrés, nous ne sommes pas parfaits mais on essaye toujours d’améliorer et de per- fectionner notre travail, on demande seulement aux citoyens d’être com- préhensifs », dira M. acheuk qui af- firme que ce redéploiement de la caisse donnera sans aucun doute des

résultats. M. acheuk expliquera que ce déploiement interviendra au ni- veau des structures, où il est question également de la formation du person- nel et de l’informatisation de tous les services. toutes ces nouvelles actions seront possibles grâce au nouveau décret re- latif à la sécurité sociale. le conféren- cier révélera que l’action la plus importante qui sera promulguée dans le cadre de ce nouveau décret est l’option de la retraite complémen- taire, une retraite qui sera prise en charge non seulement par les mu- tuelles sociales mais aussi par la casnos. « ces portes ouvertes sont des ac- tions à encourager, car elles permet- tent de créer des canaux de communication entre l’administration et le citoyen, pour un meilleur contact et une meilleure prestation de service et ce, à travers un plan de communi- cation qu’on est en train d’améliorer de plus en plus », conclura le direc- teur général de la casnos. Farida Larbi

sElon un spécialistE

Le nombre de diabétiques ignorant leur maladie pourrait être supérieur à celui des diabétiques recensés

le nombre de diabétiques ignorant leur maladie "pour- rait être supérieur à celui des patients déclarés et poursui- vant un traitement", a estimé, hier à sétif, le vice-président du comité d’organisation des journées de formation médi- cale continue (FMc), le dr. Mohamed-Faouzi rezig. s’exprimant en marge du 12 e cours international de FMc, organisé à l’institut national supérieur de formation para- médicale, sous le signe "dia- bète, maladies métaboliques et facteurs de risque cardio- vasculaire (Frcv)", le dr. rezig a considéré que le nom- bre de personnes souffrant du diabète "dépasse probable- ment les 3 millions de diabé- tiques enregistrés en algérie". pour ce praticien, égale- ment cadre à la direction de la santé de la wilaya de sétif, de nombreuses victimes de cette "maladie silencieuse" ne se font examiner et ne se rendent compte de leur affection qu’au moment de la survenue

de complications. de son côté, le président du comité d’organisation et administra- teur du cours, le pr. rachid Malek, également chef du ser- vice de médecin interne au chu de sétif, a souligné, dans un message aux partici- pants, que les journées de for- mation continue constituent "un vrai terrain d’échanges d’expérience, tant sur le plan national qu’international, et de partage dont les bénéfi- ciaires directs seront les pa- tients diabétiques et, pourquoi pas, leurs familles et leur en- tourage". des médecins venus de l’ensemble des wilayas du pays, ainsi que d’autres exer- çant au Bénin, au congo, en Mauritanie, au Maroc, en côte d’ivoire, au sénégal, en tunisie et en palestine partici- pent à ce 12 e cours internatio- nal de FMc. des ateliers seront organi- sés dans le cadre de cette ren- contre qui se poursuivra jusqu’au 2 avril.

prisE En chargE dEs nouvEau-nés

Vers la création d’une unité de dépistage précoce

« le nombre des asphyxies néo- natales a diminué de 30 % dans les chu d’alger », ce constat a été éta- bli au terme du projet pilote intitulé « promotion du dépistage précoce et pluridisciplinaire des troubles du petit enfant » lancée depuis 6 ans par la Fédération algérienne des per- sonnes handicapées (Faph) dans les wilayas d’alger et Blida. pour pré- senter les principaux résultats obte- nus au terme de ce projet mis en place en partenariat avec l’associa- tion de solidarité internationale santé

sud et la Fondation sanofi Espoir, la fédération a tenu hier à la Bibliothèque na- tionale d’El hamma, une conférence de presse, en présence de spécialistes rele- vant du domaine. il a été relevé à cet effet que les données épidémiologiques annon- cent que près de 35.000 enfants qui nais- sent annuellement sont susceptibles de développer un handicap. selon la fédéra- tion algérienne de personnes handicapées, les causes principales de cet état de fait, sont entre autres : l’absence de dépistage précoce de troubles dès la naissance. la fédération évoque, également, l’absence de diagnostic précoce et d’orientation vers une prise en charge pluridisciplinaire (mé- dicale, psychologique et sociale) ainsi que l’absence d’accompagnement pour les pa- rents qui mènent un dur combat pour l’in- sertion de leurs enfants handicapés. c’est dans cette optique, que la Fédé- ration que préside M me akila Mammeri a lancé ce projet pilote, afin de réduire le

akila Mammeri a lancé ce projet pilote, afin de réduire le risque de survenue de handicaps

risque de survenue de handicaps avérés dans la région d’alger en faisant la pro- motion du dépistage précoce et pluridisci- plinaire des troubles du nouveau-né notamment. le dr. yacef Karima, vice- présidente de la Fédération et chef de ce projet, a saisi l’occasion, pour mettre l’ac- cent sur l’importance du dépistage pré- coce des troubles de l’enfant, rappelant qu’un nombre important des handicaps peuvent être évité en présence d’une prise en charge correcte. dans son intervention, le dr. yacef a indiqué qu’au terme de ce projet, environ 710 personnels de santé (médecins gyné- cologues-obstétriciens, pédopsychiatres, pédiatres, psychologues, sages-femmes ) ont été sensibilisés au dépistage précoce et à l’importance de la pluridisciplinarité dans la prise en charge des nouveau-nés à risque, précisant que le repérage des trou- bles des nouveau-nés a augmenté de 50%

durant cette période. « plusieurs ses- sions de sensibilisation ont été organi- sées autour du dépistage précoce des troubles dès la naissance, de l’annonce aux familles et de l’animation de groupes de parole pour les parents », a indiqué le chef du projet, ajoutant qu’en mois de novembre, un séminaire d’échange entre professionnels des deux rives en périnatalité se déroulait sous le haut patronage du ministère de la santé, de la population et de la ré- forme hospitalière. Elle a, dans le même contexte, fait savoir que ce sont

plus de 13 structures sanitaires (hôpi- taux, cliniques) de la région d’alger et de Blida et cinq ministères qui ont été mis en réseau pour veiller à la bonne mise en œuvre de ce projet. de ce fait, et grâce aux résultats pro- bants obtenus après le lancement de ce projet, dira l’interlocutrice, une unité po- lyvalente de dépistage, de prévention et de prise en charge précoce des nouveau-nés à risque de 0 à 3 ans, sera créé prochaine- ment. « prenant en compte ces résultats, le ministère de la santé s’est engagé à mettre en place une unité polyvalente de dépis- tage de prévention et de prise en charge précoce des nouveau-nés à risque de 0 à 3 ans, adossée à un service au sein d’un cen- tre hospitalier. le comité scientifique de l’hôpital de Beni Messous a, quant à lui, donné son approbation pour accueillir cette unité », a-t-elle informé. Kamélia H.

El-Bayadh

La coopération cubaine pour améliorer la couverture médicale

le secteur de la santé de la wilaya d’El- Bayadh a connu, ces dernières années, un "bond qualitatif" en matière de structures qui demeu- rent, toutefois, en quête d’exploitation optimale, car dans l’attente de l’affectation d’un encadre- ment médical spécialisé. disposant de trois éta- blissements publics hospitaliers d’une capacité de 470 lits, avec un taux d’occupation de près de 40,26% par lit, dans les communes de la- biodh sidi-cheikh, Bougtob et El-Bayadh, le secteur de la santé verra ses structures renforcer par de nouveaux projets dans cette wilaya. il s’agit d’un hôpital de 60 lits en chantier dans la commune de Boualem (80% d’avancement des travaux), ainsi qu'une étude de réalisation de deux autres hôpitaux de 60 et 80 lits dans les communes de Brezina et labiodh sidi-cheikh, susceptibles de contribuer à l’amélioration de la prise en charge médicale à la satisfaction de la population locale, a déclaré le directeur de la santé de la wilaya. M. smail Benbrahim a indiqué que le sec- teur, qui s’attelle à étendre ses services pour ré- pondre aux attentes des patients, notamment les insuffisants rénaux, projette d’autres opérations pour la prise en charge des insuffisants rénaux au profit des communes d’El-Bayadh, labiodh

sidi-cheikh, Brezina et Bougtob, sachant que le centre d’hémodialyse de la commune de Bouâlem est entré en service en 2013. l’établissement public hospitalier "Moha- med Boudiaf" d’El-Bayadh a été renforcé, l’an- née dernière, par l’affectation d’un staff médical cubain spécialisé, composée de 26 spécialistes versés dans les filières telles que la santé ma- ternelle et infantile, l’anesthésie-réanimation, et les analyses biologiques, en plus de la dotation de cet établissement d’un service de chimiothé- rapie ayant contribué à épargner les déplace- ments des malades vers les structures médicales des wilayas voisines. Entre-autres actions susceptibles d’amélio- rer les prestations de santé, le secteur de la santé s’est vu accorder un projet de réalisation d’une école de formation paramédicale d’une capacité d’accueil de 300 places pédagogiques, dotée d’un internat de 150 lits, qui ouvrira ses portes avant la fin de l’année en cours. cette école devra assurer, entre autres, la formation de sages femmes, dont la wilaya accuse un grand déficit, surtout dans les communes et localités enclavées. l’école devra, en plus de sa vocation première, assurer aussi le recyclage et le perfec- tionnement périodique des agents du secteur,

tels que les infirmiers, les techniciens de la santé et les laborantins, a ajouté M. Benbrahim.

Une nouvelle feuille de route pour promouvoir les prestations de santé

dans le cadre d’une nouvelle stratégie vi- sant l’amélioration de la couverture médicale à travers les régions enclavées, les services de la santé de la wilaya d’El-Bayadh ont suggéré la création de trois sous-secteurs sanitaires au ni- veau des communes du chef-lieu de la wilaya, labiodh sidi-cheikh et Bougtob, en plus de deux établissements publics de santé de proxi- mité dans les communes de Bouâlem et la- biodh sidi-cheikh. selon le directeur de la santé d’El-Bayadh, cette nouvelle approche s’assigne comme ob- jectifs la recherche d’un équilibre dans la ges- tion des structures du secteur, notamment en matière de ressources humaines et logistiques, à la lumière des facteurs de densité de la popu- lation et de répartition géographique des collec- tivités locales. les responsables du secteur se sont félicités de cette nouvelle carte axée sur une vision prospective globale allant dans le sens de satisfaire les attentes de la population.

le secteur demeure, en dépit des efforts fournis pour une meilleure prise en charge et couverture médicale des différentes régions re- culées, en butte à la contrainte de l’encadrement médical qui risque d’influer négativement sur la stratégie du secteur. ce secteur qui s’est employé à mobiliser des sages-femmes accuse, toutefois, un manque en praticiens spécialistes, notamment dans les branches de cardiologie et neurologie, et en pa- ramédicaux, en plus d’une insuffisance du parc roulant estimé à 20 ambulances pour prendre en charge les malades des régions enclavées. M. Benbrahim qui a signalé, par ailleurs, que six salles de soins à travers la daïra de Bouâlem de- meurent fermées pour manque d’infirmiers, a insisté sur la nécessité d’une stratégie médicale "claire" pour l’exploitation optimale des struc- tures médicales existantes au niveau de la wi- laya. les responsables de la santé mettent aussi l’accent sur les actions de jumelage avec les éta- blissements et centres hospitaliers du nord du pays, en vue de renforcer et d’améliorer la qua- lité des prestations médicales et de former le po- tentiel médical local, a souligné le directeur de la santé de la wilaya.

N ation

9

EL MOUDJAHID

djAMeL LAïdoUni, Président dU syndiCAt nAtionAL des MAgistrAts :

« Il faut revoir les mécanismes de l’indépendance du pouvoir judiciaire »

Le président du Syndicat national des magistrats, Djamel Laïdouni, a indiqué, hier, que l’instance qu’il préside ne cesse de plaider pour la consécration de l’indépendance de la justice dans le cadre de la prochaine révision constitutionnelle. M. Laïdouni, qui s’exprimait lors de son passage au forum de la radio nationale, a souligné également la nécessité de «revoir un nombre de mécanismes susceptibles d’assurer l’indépendance du magistrat vis-à-vis du pouvoir exécutif à même de le protéger contre les tentations et les pressions matérielles».

E effet, l’invité du forum de la Chaîne i de

révision de la législation relative aux ma-

gistrats. Une législation qui «accuse du déséqui-

libre et des lacunes», selon lui. M. Laïdouni a précisé, à ce sujet, que les ré- formes apportées depuis l’an 2000, notamment

celles qui concernaient la révision des lois, ont été faites dans la précipitation, ce qui a engendré des déséquilibres et des déficiences apparus après l’application de ces lois, d’«où la nécessité de re- voir la législation régissant les magistrats afin de donner un nouveau souffle à la justice en Algé- rie», a-t-il plaidé. M. Laïdouni a évoqué égale- ment le statut particulier des magistrats, ainsi que les articles de la Constitution portant sur l’indé- pendance de la justice et la nécessité de les revoir, de sorte à consolider davantage l’indépendance de

la justice et celle du magistrat selon les principes

radio nationale a plaidé d’emblée, pour

n

la

la

internationaux consacrant le statut de l’organisa- tion des nations unies à ce propos, et qui est ap- pliqué dans tous les pays développés. Le représentant des magistrats a appelé à «la révision de la Constitution, de sorte à permettre au juge de recourir au Conseil supérieur de la magistrature lorsqu’il est exposé à des pressions dans le cadre de son travail». M. Laïdouni a souligné, dans le même ordre d’idées, que «le fait de renforcer l’in- dépendance de la justice et le séparer des autres

l’in- dépendance de la justice et le séparer des autres pouvoirs, consolidera davantage la puissance de

pouvoirs, consolidera davantage la puissance de l’état et renforcera l’état de droit».

« Seulement 11% des prévenus en Algérie sont en détention préventive »

il souligne également que son syndicat plaide pour la révision à travers le prochain amendement constitutionnel, de la composante du Haut conseil de la magistrature, présidé actuellement par le Président de la république, qui est représenté par

le ministre de la justice, garde des sceaux, et cela afin de réactiver le rôle de cette instance et lui donner plus d’indépendance vis-à-vis de l’exécu- tif. À une question sur l’interférence du pouvoir exécutif dans le travail des juges, M. Laïdouni a totalement écarté cette idée et nié même son exis- tence, soulignant que «le statut de la magistrature dans tout état est le baromètre de l'indépendance de son corps judiciaire». Aussi, il préconise, dans le même ordre d'idées, «l'autonomie financière et la révision du système d'indemnisation des magis- trats pour éviter qu'ils ne succombent à la corrup- tion et à d'autres attraits financiers». M. Laïdouni a également plaidé pour «l’indé- pendance du budget alloué au pouvoir judiciaire, ainsi que la révision du système indemnitaire des magistrats afin de les mettre à l’abri de la corrup- tion et des tentations matérielles, et le protègera contre les pressions des gens corrompus». il a souligné «la nécessité de trouver des mécanismes afin de limiter le recours à l'appel et au pourvoi en cassation devant la Cour suprême et le Conseil d'état, notamment en matière civile». M. Laï- douni est revenu sur les affaires de corruption fai- sant remarquer que la situation n'était pas nouvelle. Les tribunaux ont déjà eu à traiter pa- reils dossiers, a-t-il dit, appelant à soutenir les ma- gistrats dans leurs efforts pour juguler ce fléau. iL a en outre mis en avant, le caractère obligatoire

de la formation pour l'amélioration des compé- tences du magistrat. « Le magistrat qui refuse la formation encourt des mesures disciplinaires », a- t-il laissé entendre. Pour ce qui est de la détention préventive, le magistrat a indiqué que « seuls 11% des prévenus en Algérie étaient en détention préventive ». « Ceux qui ont été condamnés ou qui ont introduit des recours contre les décisions de justice ne sont pas considérés en détention préventive aux yeux de la loi », a-t-il expliqué. « La loi dote les ma-

gistrats d'un pouvoir discrétionnaire pour recon- duire la détention préventive selon les affaires et peines en découlant », a spécifié dans ce contexte

M. Laïdouni. « La marge d'erreur dans l'apprécia-

tion et l'action du juge est minime contrairement

à ce que d'aucuns veulent faire accroire», a af- firmé le magistrat qui a dit s'opposer, ainsi que la plupart des magistrats du syndicat national, à l'abolition de la peine de mort. il a considéré que la question devrait être examinée dans le cadre d'un débat objectif et serein, avec la participation des tous les acteurs de la société. Pour conclure,

M. Laïdouni a annoncé que le groupe régional

africain de l'Union internationale des magistrats organisera, le 31 mai à Alger, une rencontre sur la

lutte antiterroriste et la protection des droits de

l'homme. Salima Ettouahria

seLon LA Présidente dU ConseiL d’étAt :

« Des affaires concernent les contentieux fonciers »

Plus de 60% des contentieux fonciers sont sou- mis au Conseil d’état (Ce) par les tribunaux admi- nistratifs, a indiqué à l’APs, la présidente du Ce soumia Abdelsadok. “La plupart des contentieux soumis au Ce concernent des contentieux fonciers, notamment en ce qui a trait à l’immatriculation, l’expropriation pour cause d’utilité publique et la possession”, a précisé M me Abdelsadok. L’imma- triculation foncière qui s’inscrit dans le cadre du cadastre des fonciers relevant du domaine public a

atteint aujourd’hui près de 70%, a fait savoir la pré- sidente du Ce. L’objectif de cette démarche est d’assainir la si- tuation foncière en vue de lever les obstacles qui entravent l’exécution des projets économiques à travers l’enquête foncière, a-t-elle ajouté. Plusieurs propriétaires ne possédant pas des actes notariés et titulaires seulement de certificats de possession ont buté sur de nombreux problèmes, avec le lance- ment de l’opération d’immatriculation, a expliqué

M me Abdelsadok faisant remarquer que “souvent

des contentieux sont suscités par une tierce per-

sonne autour du même bien”. L’absence d’actes de propriété authentiques pour les biens privés remonte à la période précolo- niale lorsque les propriétés étaient indivises dans

le cadre des “terres Archs”. Au lendemain de l’in-

dépendance et avec l’abandon de la révolution agri- cole, les biens ont été restitués aux privés, d’autres attribués aux exploitants, ce qui a compliqué l’at- testation de propriété, notamment avec l’amende- ment des lois et la privatisation. Pour traiter les contentieux résultant de l’immatriculation, les lé- gislateurs ont procédé à la promulgation de lois dont la loi 02/07, portant institution de procédure de constatation du droit de propriété pour la déli- vrance de titres de propriété à travers l’enquête fon- cières pour ce qui est des biens n’ayant pas d’actes de propriété, et le décret exécutif 01/147 (2008), relatif aux opérations d’enquêtes foncières et à la délivrance de titres de propriété. Le dit décret exé- cutif porte sur l’obligation de publier les résultats

des opérations d’enquêtes foncières visant la constatation du droit de propriété dans un procès verbal au siège de la commune pendant 8 jours afin de tenir le public informé en prévision d’éven- tuelles oppositions. si les offices de conciliation entre les parties en litige n’aboutissent pas, une ac- tion en justice est alors introduite, fait savoir M me Abdelsadok. Le Conseil d’état reçoit les affaires relatives aux contentieux après décisions en appel des tribu- naux administratifs auxquels recourt le citoyen en premier ressort. Le Ce œuvre à “l’unification de la jurisprudence dans les affaires d’immatriculation et des contentieux relatifs à l’expropriation pour cause d’utilité publique induits par les grands pro- jets de l’état, à l’instar de l’autoroute est-ouest. L’article 1 de la loi 11/91, relatif à l’expropriation pour cause d’utilité publique stipule que la partie lésée doit recevoir une indemnisation “préalable et équitable”. Cependant, plusieurs personnes qui sont tom- bées sous le coup de ladite loi introduisent des ac- tions en justice pour protester contre le montant de l’indemnisation, a expliqué la responsable qui a ajouté que l’évaluation de l’indemnisation, après recours aux tribunaux administratifs, demeurait de la compétence du magistrat assisté par un expert. La présidente du Ce a indiqué que les décrets exé- cutifs de la loi susmentionnée ont connu plusieurs amendements ce qui a influé sur la jurisprudence, soulignant que les magistrats “ont déployé des ef- forts pour réduire la durée du traitement des af- faires ayant relation avec le projet de l’autoroute est-ouest”. il est fait appel à la justice pour le trai- tement des contentieux relatifs à la réservation d’un bien immobilier, à savoir un logement ou un local, dont la première tranche a été versée par les parties concernées, avant de voir le projet annulé. d’autres contentieux concernent la vente des logements sur plans, a-t-elle fait savoir. La présidente du Ce a re- connu toutefois “une faible maîtrise des magis- trats” de ce genre de contentieux “relativement

nouveaux” dans la société. dans le souci d’unifier

la jurisprudence et d’expliciter les développements

de la législation en matière de contentieux fonciers,

le Ce organise, jeudi prochain, une journée d’études sur les contentieux fonciers avec la parti- cipation de magistrats, de notaires et de présidents d’APC, soit les parties directement concernées. La rencontre débattra également des contentieux rela-

tifs à l’immatriculation foncière, l’expropriation et

délivrances des titres de propriété, a souligné

Abdelsadok, notant une baisse des contentieux

relatifs à la cession des biens de l’état et du foncier agricole en milieu rural. À une question sur les rai- sons du retard relatif accusé dans le traitement des contentieux administratifs, M me Abdelsadok a sou-

ligné qu’il s’agissait d’“une caractéristique propre

à la justice de par le monde entier, induite d’un

souci de prévention des erreurs. en outre, le nom- bre réduit des magistrats du Ce, 36 seulement pour traiter plus de 18.000 dossiers inscrits, ne permet- tait pas de hâter le traitement des affaires”, a-t-elle argué toutefois exprimant son optimisme à l’avenir car ce nombre est passé à 58 depuis janvier 2015, ce qui “aura, sans doute, un impact positif sur le traitement des contentieux en termes de qualité et de quantité”. Chaque magistrat doit traiter 25 à 30 dossiers par mois, a affirmé M me Abdelsadok, notant que “la plupart des questions sont épineuses et exigent par- fois le recours à des experts”. outre les contentieux fonciers, le Conseil d’état traite ceux liés aux mar- chés publics, aux locaux, aux impôts, à la Fonction publique et à la responsabilité administrative. M me Abdelsadok a souligné que le Conseil d’état orga- nisera, en 2015, six colloques, dont cinq concernent les affaires du foncier, eu égard au caractère sensi- ble que revêt ce dossier. Le sixième colloque sera consacré à la jurisprudence. Créé en juin 1998, le Conseil d’état est la plus haute instance adminis- trative du judiciaire administratif. il statue, en pre- mier et dernier ressorts. Comme la Cour suprême, les décisions du Conseil d’état sont définitives.

M

la

me

Air ALgérie

Un mouvement de contestation du personnel navigant commercial perturbe le programme des vols

Un «mouvement de contestation» du personnel navigant commercial (PnC) d’Air Algérie a causé lundi (hier, ndlr) des perturbations du programme des vols de la compagnie avant de prendre fin vers 15h», a indiqué la compagnie nationale de transport aérien dans un communiqué. «Un mouvement de contestation du personnel navigant commercial d’Air Al- gérie a eu lieu en cette journée du 30 mars 2015 et cela sans préavis, provoquant des perturbations sur le programme de vols initial», a précisé le communiqué. «des discussions avec les parties compétentes

ont été entamées et ont débouché sur la suspension du mouvement de grève et la reprise de travail vers 15h», a ajouté la même source. selon le communiqué, Air Algérie tient à «signaler que seulement 17% des vols se sont effectués, ce qui a causé la perturbation d’une bonne partie du trafic». Air Algérie a pris «toutes les mesures nécessaires pour faciliter au mieux la prise en charge des passagers et en résor- ber progressivement le flux», a conclu le communiqué.

dgsn

Saisie de 130 kg de cannabis et d’une importante quantité de stupéfiants

Les éléments de la sûreté nationale ont saisi, la se- maine écoulée, une importante quantité de stupéfiants et arrêté des personnes recherchées impliquées dans di- verses affaires criminelles, a indiqué hier un commu- niqué de la direction générale de la sûreté nationale (dgsn). Les éléments de police ont saisi 130 kg de cannabis, 3.072 psychotropes et 25.974 boissons alcoolisées des- tinées à la revente sans autorisation. Ces mêmes élé- ments ont effectué, durant la même période et à travers différentes villes du pays, 74 descentes ayant permis l'arrestation de 95 individus recherchés impliqués dans diverses affaires.

seCoUsses teLLUriqUes de MeroUAnA

Les bâtisses à démolir menaçaient ruine

toutes les bâtisses devant être démolies à la suite des secousses telluriques qui avaient ébranlé, il y a quelques jours, les lo- calités de Merouana et de ras Layoun, à Batna, "menaçaient ruine" avant le séisme et ses répliques, a affirmé hier le wali, Hocine Mazouz. Le chef de l’exécutif local, qui ef- fectuait une visite de travail dans la zone tou- chée, a soutenu, dans la foulée, qu’"aucune construction ne s’est écroulée des suites des secousses". il a toutefois donné des instruc- tions fermes pour la fermeture "immédiate" d’une école primaire, d’une cantine scolaire, d’une mosquée et d’une maison de jeunes si- tuée dans le quartier Chidi, à Merouana, pour entamer les travaux de démolition de ces structures, "par précaution", dès la se- maine prochaine. ordonnant aux responsa- bles concernés de "diagnostiquer les terrains abritant ces infrastructures", M. Mazouz s’est engagé devant les habitants de Me- rouana à faire construire une nouvelle mai- son de jeunes et à participer à la construction d’une nouvelle mosquée, en plus de la récu- pération du site de l’école et de la cantine scolaire qui serviront à l’implantation d’un équipement public dans ce quartier. Le wali a également affirmé que l’évaluation des dé- gâts occasionnés à des constructions à la suite des secousses telluriques "continue d’être menée par des comités techniques spécialisés en vue de la constitution d’un dossier à transmettre aux instances concer- nées aux fins d’indemnisation, le cas échéant". il a par ailleurs donné le coup d’envoi d’une caravane composée de méde- cins, de psychologues, de paramédicaux, d’éléments de la protection civile et de re- présentants des secteurs de la santé et de l’action sociale, qui sillonnera les différentes zones enclavées touchées par des secousses telluriques pour la prise en charge psycho- logique des habitants. des instructions ont également été don- nées pour le maintien sur place des trois cen- tres avancés mis en place par la Protection civile et qui sont alertes 24 heures sur 24 dans le quartier Chidi (Merouana) et dans les communes de rahbat et de talkhemt. de- puis l’enregistrement de la première se- cousse tellurique, le 15 mars dernier, des sorties sur le terrain ont été effectuées par les autorités locales dans les différentes régions touchées pour prendre acte des préoccupa- tions des citoyens et veiller sur l’application des mesures de prise en charge qui s’impo- sent dans ce genre de situation. depuis deux semaines, 28 répliques d’une magni- tude de 2,2 à 4,8 degrés sur l’échelle ouverte de richter ont été enregistrées à Merouana et ses environs, a-t-on rappelé.

Mardi 31 Mars 2015

Economie

11

EL MOUDJAHID

M. LAKHDAR BADREDDINE, HAUT CADRE DE L’UGTA :

« La préférence du produit national, un impératif »

• Booster et encourager la production nationale pour réduire la lourde facture des importations qui a atteint les soixante milliards de dinars est aujourd’hui un impératif pour la relance de l’économie nationale. C’est, en tout cas, la conviction de M. Lakhdar Badreddine, membre du Conseil exécutif et conseiller à l’économie de l’UGTA (Union générale des travailleurs Algériens), qui était, hier, «l’Invité de la rédaction», de la Chaîne III de la radio nationale.

C e membre du Conseil exécu- tif et conseiller à l’économie de l’UGTA souligne égale-

ment que la limitation de nos im- portations passe par la préférence du produit national. Il a déclaré tout de go : «Il n'est pas nécessaire d'être un économiste pour le savoir. Pour limiter nos importations, il faut interdire l'importation des pro- duits fabriqués localement. Il s'agit, en effet, de pas moins d'une aberration lorsqu'on sait qu'on im- porte non seulement de la tomate et des oignons, mais également des cure-dents !», s’est-il exclamé. M. Lakhdar Badreddine mettra à profit son passage sur les ondes de la radio pour réitérer ses posi- tions : «Il faut mettre un frein aux importations à outrance, en les ré- gulant et en encourageant la consommation de produits de même nature fabriqués dans le pays». Le représentant de l’UGTA dit ne pas comprendre que «nous importons des lampes électriques, alors que nous disposons d’une usine pouvant les produire, pour

que nous disposons d’une usine pouvant les produire, pour autant qu’elle dispose des matières premières

autant qu’elle dispose des matières premières nécessaires», et des ra- diateurs à gaz «alors que nous dis- posons d'une usine qui les fabrique déjà chez nous !» En somme, pour M. Lakhdar Badreddine, réguler les importa- tions et encourager, en même temps, les produits de même na- ture, made in Algéria, est «vital»

pour protéger l’économie nationale, «la croissance ne pouvant en aucun cas, dans l’étape actuelle, être assu- rée par une totale liberté du mar- ché», a-t-il affirmé. Et de rebondir : «Dans certains cas, nous devons interdire l’importation de produits pouvant concurrencer les nôtres. Les USA ont bien une loi interdi- sant l’introduction de produits

concurrents à leur économie, pour- quoi pas nous ?» M. Lakhdar Ba- dreddine soutient, haut et fort, que l’industrie algérienne est à même, dans certains secteurs d’activité, de se développer, «pour autant, pré- cise-t-il, qu’elle n’ait pas à subir les effets d’une concurrence déloyale». Ce représentant de l’UGTA a cité, à titre d’exemple, nombre d’entre- prises publiques et privées produi- sant des tracteurs, des moissonneuses-batteuses, des ca- mions et autobus, et une très large gamme d’équipements électromé- nagers. Son point de vue sur la privati- sation d’entreprises du secteur pu- blic, M. Lakhdar Badreddine le dira son ambages : «Qu’avons-nous gagné en privatisant l’usine sidérur- gique d’El-Hadjar ? Et en privati- sant l’ENAD et l’entreprise de gaz industriels ? Je suis contre la priva- tisation», poursuit-il, «parce qu’elle ne favorise ni la croissance, ni la création de l’emploi et que, de plus, elle encourage le transfert des re- cettes générées», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, et en réponse à une question relative à l’apport du privé pour une économie dynamique, il déclare : «L’UGTA soutient tout ce qui apporte un plus à l’économie nationale». Aussi, souligne l’invité de la rédaction : «Il faut encourager davantage le partenariat public- privé, mais avec un objectif sain qui repose sur l’épanouissement de l’entreprise.» Ce membre du Conseil exécutif et conseiller à l’économie de l’UGTA, qui affirme que «l’avenir de l’Algérie repose sur l’avenir de son économie», se dit très optimiste quant à l’avenir économique et quant à la capacité des Algériens à relever les défis. «La relance économique, moi, j’y crois. La volonté politique existe et le potentiel aussi. Cela dit, pour réaliser l’objectif de la relance économique, la synergie des efforts est une impérieuse nécessité. Il faut aussi et surtout faire confiance aux cadres algériens», insiste le repré- sentant de l’UGTA. Soraya Guemmouri

LE PROCESSUS DE DÉSINFLATION A ÉTÉ ENTAMÉ EN FÉVRIER 2013

Une résultante de la stabilité financière

Les experts insistent sur le fait que le rythme de l’inflation, pour le cas de notre pays, dépend directement de facteurs liés aux fréquentes perturbations au niveau des prix des produits de consommation, au monopole et la spéculation, mais aussi à l’absence de diversification de l’économie nationale qui reste dépendante de la rente pétrolière, et à l’étendue de la proportion du marché infor- mel qui renferme une masse monétaire im- portante. Bien évidemment, l’élément exogène n’est pas à écarter. Le fait qui mérite d’être relevé renvoie à la maîtrise graduelle du taux d’inflation qui a enregistré un net recul depuis 2013. Un objectif, d’ailleurs, re- tenu comme priorité par la Banque d’Algérie, qui a initié une série d’actions destinée à

améliorer la gestion macro-économique, tout en préservant le pouvoir d'achat des citoyens. Aussi, un dispositif a été mis en place pour améliorer le niveau de résorption des surli- quidités à même de contribuer au processus de désinflation. La progression des chiffres relatifs à l’inflation témoigne, en fait, de l’ef- ficacité de la politique monétaire suivie jusque là. Au premier semestre de l’année 2011, l’inflation a atteint 5,7% et 4,5% durant le deuxième semestre. Ce taux a progressé à 7,29% en mars 2012, pour monter à 9,2% en juin de la même année. En 2013, ce taux est descendu à 3,3% et poursuivra sa courbe pour s’établir à 2,9% en 2014. Des taux in- férieurs par rapport aux prévisions. La der- nière analyse de conjoncture effectuée par

l’ONS indique que le rythme d'inflation an- nuel s’est établi à 3,7% entre mars 2014 et février 2015, comparativement à la période entre mars 2013 et février 2014. Ce processus de désinflation, entamé en février 2013, sera maintenu, ainsi en 2014 avec un taux de 2,92 % 2014 après le pic de 2012, sachant que la contribution à l’inflation globale des biens alimentaires a été estimée à 62,90% à décembre 2014, soit une hausse de 16,94 points de pourcentage par rapport à 2013. Par ailleurs, l’inflation structurelle (ou fondamentale), par rapport à l’évolution de l’indice hors produits alimentaires frais, a été estimée à 2,21 % (-0,82 point par rapport à décembre 2013). Le taux d’inflation enregis- tré en 2014 reste est en deçà de l’objectif

cible, fixé par le Conseil de la monnaie et du crédit, soit, 4 %. Conclusion, le niveau de sta- bilité monétaire est demeuré ainsi apprécia- ble en 2014, du fait d’une «bonne tenue des prix à l’importation», souligne la Banque d’Algérie. Aussi, la Banque d’Algérie ré- sorbe de manière effective l’excès de liqui- dité sur le marché monétaire, ce qui contribue au contrôle de l’inflation, au moyen d’instru- ments de politique monétaire appropriés en matière de reprise de liquidités, de facilité de dépôts et réserves obligatoires. Dans cette optique, dans le cadre du renforcement de la stabilité financière, l’année 2014 a enregistré une importante réforme du dispositif pruden- tiel.

D. Akila

SALON INTERNATIONAL DES TRANSPORTS ET DE LA LOGISTIQUE À PARIS

Première participation de l’Algérie

Sétif et entamé les études d’une qua- trième à Touggourt, conformément à la volonté du gouvernement de fluidi- fier les approvisionnements vers le Sud. Cette société mixte, détenue à 51% par le groupe SNTR, entend déployer ses activités dans toute l’Algérie où elle a pu déjà bénéficier de promesses de terrains dans plusieurs wilayas pour construire et exploiter ses plate- formes logistiques. Outre ses relations privilégiées avec son actionnaire APRC, SNTR Logistics est récem- ment devenue membre de l’AFILOG (Association professionnelle française créée en 2001, regroupant l’ensemble

EUROZONE

Amélioration du climat économique eu zone euro (Commission européenne)

économique future en général et, dans une moindre mesure, de l'évolution de leur épargne. La confiance dans l'in- dustrie (+1,7) reflète la vision plus op- timiste des dirigeants concernant la production future et la situation ac- tuelle des carnets de commandes. Dans les services, la confiance a aussi progressé (+0,7), grâce à une vi- sion plus positive de la demande pas- sée, et dans le commerce de détail, elle a gagné 0,6 point grâce à de meilleures attentes concernant la situation des af- faires à l'avenir et malgré une évalua- tion plus négative de la situation des

L’Algérie va participer, pour la pre- mière fois, au Salon international des transports et de la logistique qui se dé- roule à Paris du 31 mars au 2 avril. 80 pays y seront représentés avec 500 ex- posants et 24.000 professionnels. Les opérateurs algériens seront représentés par le groupe SNTR, à travers ses deux filiales SNTR AGS (Algerian Global Services), spécialisée dans la gestion des zones logistiques extra- portuaires, et SNTR Logistics, née en 2014, du partenariat entre le groupe SNTR et le groupe français APRC et qui a déjà mené à bien les études de réalisation des trois plateformes logis- tiques de Oued Smar (Alger), Oran et

des acteurs de la logistique), afin de pouvoir bénéficier des retombées des réflexions et expériences développées par ses membres dans les domaines de la formation et de l’application des nouvelles technologies. À noter que le SITL 2015 s’ap- puiera, cette année, sur trois pro- grammes spécialisés : la logistique industrielle, la logistique de distribu- tion et ce qu’il est convenu d’appeler “ le marché de l’overseas” (ports, ar- mements maritimes et fluviaux, opé- rateurs de transport ferroviaire et aérien, transit, douanes). Autant de thèmes qui intéressent au plus haut point le groupe SNTR.

La confiance économique, qui avait déjà progressé en janvier et février, a continué de s'améliorer en mars dans la zone euro, grâce à l'optimisme des consommateurs, mais aussi au secteur de l'industrie, selon les chiffres pu- bliés, hier, par la Commission euro- péenne. L'indice de confiance s'est établi à 103,9 points, soit 1,6 point de plus qu'en février. C'est en particulier grâce à l'optimisme des consomma- teurs (+3,0) que l'indice a continué à se redresser. Ceux-ci ont une évaluation plus optimiste de la situation future du chômage, mais aussi de la situation

affaires actuelle et des stocks. Dans la construction, la confiance a gagné 0,9 point grâce à une révision à la hausse des attentes en matière d'em- bauche. Enfin, dans le secteur des ser- vices financiers, qui n'entre pas dans la composition de l'indice, la confiance a gagné 0,8 point. Parmi les principales économies de la zone euro, la confiance a surtout progressé en Italie (+2,4), suivie par l'Allemagne (+1,8) et l'Espagne (+1,7). Elle a progressé moins fortement aux Pays-Bas (+0,9), et seulement à la marge en France (+0,4).

PÉTROLE

Le Brent ouvre la semaine à moins de 56 dollars à Londres

Les prix du pétrole pour- suivaient leur baisse, hier, en cours d'échanges européens, plombés par les négociations sur le programme nucléaire iranien qui pourraient se conclure par une levée pro- gressive des sanctions prises contre l'Iran sur les exporta- tions de pétrole. À Londres, le baril de Brent de la Mer du Nord pour livraison en mai valait 55,39 dollars en fin de matinée, en baisse de 1,04 dollar par rap- port à la clôture de vendredi. À New York, le baril de "Light sweet crude" (WTI) pour la même échéance per- dait 1,10 dollar à 47,77 dol- lars. "Les cours du pétrole devraient rester sous pression jusqu'au milieu de la semaine, le moment où un accord de- vait être atteint dans les dis- cussions sur le programme nucléaire iranien", notaient les analystes de Commerzbank. Les chefs de la diplomatie des grandes puissances occiden- tales et de l'Iran devraient trouver un compromis avant l'échéance du 31 mars en pers- pective d'un accord final, d'ici le 30 juin.

"Il semble qu'il y a eu des progrès de fait dans les négo- ciations sur le programme nu- cléaire de l'Iran avec les puissances occidentales. Des sources proches des discus- sions ont suggéré qu'un accord préliminaire était proche", commentaient les analystes de PVM. "Mais le principal point d'achoppement reste le fait que l'Iran souhaite une levée immédiate des sanctions alors que les puissances occi- dentales veulent que ce soit progressif", selon PVM. Les exportations de brut iranien ont chuté de plus de 2,2 millions de barils par jour (mbj) en 2011 à environ 1,3 mbj actuellement, en raison de l'embargo pétrolier instauré en 2012 par les États-Unis et l'Union européenne pour ten- ter de stopper les ambitions nucléaires de Téhéran. Un ac- cord avec l'Iran et une levée de sanctions économiques, y compris sur le secteur pétro- lier, pourraient amener le pays à exporter autour d'un million de barils supplémentaires par jour, alors que le marché du pétrole est déjà plombé par la surabondance de l'offre.

Mardi 31 Mars 2015

Monde

14

EL MOUDJAHID

NUCLÉAIRE IRANIEN

Lever les derniers obstacles

Les chefs de la diplomatie des grandes puissances et de l'Iran se sont retrouvés hier matin à Lausanne autour de la même table, pour la première fois depuis des mois, afin de lever les derniers obstacles à un accord jugé "faisable" avant l'échéance du 31 mars.

L a réunion a duré un peu plus d'une heure, et aucune information n'a filtré de cette rencontre entre ministres, la

première depuis une dernière session de né- gociations en novembre à Vienne. A la fin de la rencontre, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a toutefois fait savoir qu'il quittait Lausanne en raison d'engagements déjà prévus à Moscou. "Il reviendra s'il y a une chance réaliste d'un accord demain" (au- jourd’hui ndlr), a déclaré une de ses porte- parole, Maria Zakharova. C'est la première fois depuis une précédente session de négo- ciations en novembre dernier à Vienne que les ministres se retrouvent tous ensemble. Objectif : s'assurer que l'Iran ne cherchera pas à se doter de la bombe atomique en contrôlant étroitement son programme nu- cléaire, en échange d'une levée des sanctions internationales qui étranglent l'économie ira- nienne depuis des années. Dimanche soir, le Britannique Philip Hammond, a dit espérer un "succès dans les heures à venir", jugeant un accord "possible" à condition qu'il mette la bombe atomique "hors de portée" de l'Iran. "Parvenir à un accord est faisable.

de l'Iran. "Parvenir à un accord est faisable. Des solutions ont été trouvées sur de nom-

Des solutions ont été trouvées sur de nom- breuses questions. Nous travaillons encore sur deux ou trois questions et nous n'avons pas encore trouvé les solutions", a déclaré en écho le négociateur iranien Abbas Araghchi.

Mais de sérieux obstacles jalonnent encore la route d'un compromis. L'un des plus épineux concerne la levée des sanctions liées à la pro- lifération nucléaire, prises par l'Onu depuis 2006, et que l'Iran voudrait voir levées en

bloc et tout de suite après la conclusion d'un accord. Pour les pays occidentaux cela ne peut se faire que graduellement, en fonction du respect des engagements pris par l'Iran. Téhéran insiste aussi pour pouvoir faire de la recherche et du développement, notamment afin d'utiliser à terme des centrifugeuses plus modernes et plus puissantes pour enrichir l'uranium. D'autres points au cœur de la négociation semblent en revanche en passe de se régler, selon des sources occidentales et iraniennes. Ainsi, concernant le nombre de centrifu- geuses, l'Iran aurait accepté de les voir réduit à 6.000, alors qu'il en dispose actuellement de près de 20.000, dont la moitié sont en ac- tivité. Par ailleurs, le site souterrain de Fordo, près de la ville sainte de Qom, pourrait rester en activité, à des conditions très strictes. En revanche, l'Iran a catégoriquement démenti avoir accepté d'exporter tout ou partie de son stock d'uranium faiblement enrichi, qui se monte à environ 8.000 tonnes. M. T. et agences

26 e SOMMET ARABE

Appel à soutenir la Palestine matériellement

SOMMET ARABE Appel à soutenir la Palestine matériellement Le 26e Sommet arabe a ap- pelé à

Le 26e Sommet arabe a ap- pelé à soutenir le budget annuel de la Palestine à compter du 1 er avril et affirmé son appui aux dé- cisions du Conseil central pales- tinien pour la révision de l'ensemble des relations poli- tiques, économiques et sécuri- taires avec l'occupation israélienne afin d'amener Israël à respecter les accords signés, les résolutions internationales et le droit international. Le sommet arabe a souligné, au terme de ses travaux, dimanche à Charm El- Cheikh, la nécessité pour les Etats arabes de s'acquitter de leurs contributions au budget de l'Etat palestinien pour soutenir l'autorité palestinienne qui fait face à des pressions financières. Le sommet a appelé à augmenter les capitaux des Fonds d'Al-Aqsa et d'El-Qods de 50% pour aider l'Etat palestinien à faire face au blocus, exhortant les Etats qui ne l'ont pas encore fait à honorer, dans les plus brefs délais, leurs engagements à l'égard du soutien supplémentaire. Concernant le processus de paix, le sommet arabe a affirmé que la paix juste et globale est un choix stratégique, dont la réalisa- tion est tributaire du retrait israé- lien total des territoires palestiniens et arabes occupés, y compris le Golan arabe syrien oc- cupé, et du règlement de la ques- tion des réfugiés palestiniens, conformément à la résolution 194 de l'Assemblée générale de l'Onu de 1948 et de l'initiative de paix arabe, entérinée lors du sommet de Beyrouth de 2002. Le sommet arabe a demandé de charger la délégation ministérielle arabe d'organiser des consultations avec le Conseil de sécurité de

l'Onu, l'administration améri- caine, la Fédération de Russie, la Chine et l'Union européenne (UE) pour l'adoption d'un projet de résolution qui souligne l'enga- gement arabe à l'égard des prin- cipes et des références de l'initiative arabe en vue de fixer une date buttoir pour la fin de l'occupation israélienne de l'Etat palestinien et la réalisation d'une paix juste et durable dans la ré- gion. Il a de nouveau appelé le Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités dans la préserva- tion de la paix et de la sécurité in- ternationales et à prendre les mesures nécessaires pour régler le conflit arabo-israélien et réali- ser la paix juste et globale dans la région sur la base de la solution des deux Etats, saluant la recon- naissance par la Suède de la Pa- lestine et les positions et décisions des parlements de pays européens et du Parlement de l'Union européenne (UE) à cet égard. Il a également appelé les Etats arabes à continuer à œuvrer pour la reconnaissance mondiale de l'Etat palestinien. Le sommet arabe s'est, par ailleurs, félicité de l'adhésion de la Palestine à des accords et traités internationaux, notamment son accession au Sta- tut de Rome instituant la Cour pénale internationale (CPI). Le sommet arabe a exprimé son rejet catégorique de reconnaître Israël comme Etat juif, condamnant la politique israélienne de judaïsa- tion des sites archéologiques et historiques palestiniens. La réso- lution a dénoncé avec la plus grande fermeté la détention de milliers de Palestiniens par Israël, appelant tous les parlements des pays du monde à prendre des me-

sures immédiates et efficaces pour mettre un terme aux viola-

tions flagrantes du Droit interna- tional et des droits du peuple palestinien commis par Israël, notamment contre des parlemen- taires palestiniens. Le document

a salué la déclaration issue de la conférence des Etats membres de

la convention de Genève de 1949

tenue le 17-12-2014, invitant ces pays à prendre les mesures qu'il faut pour sauver cette convention face aux violations et crimes commis par Israël dans les terri- toires palestiniens. S'agissant de Ghaza, la réso-

lution a insisté sur l'attachement

à la déclaration de cessez-le-feu

appelant toutes les parties concernées à favoriser un climat propice à sa mise en œuvre. Elle a, par ailleurs, exprimé ses re- merciements à l'Algérie pour les contacts entrepris par le président Abdelaziz Bouteflika et ses dé- marches suite à l'agression israé- lienne dans la bande de Ghaza, saluant l'appel par l'Algérie à l'Assemblée générale de l'Onu pour la tenue d'une réunion d'ur- gence en plus du soutien humani- taire, financier et matériel destinés aux frères palestiniens. Pour ce qui est d'El Qods, les di- rigeants arabes ont fermement condamné la judaïsation de la ville par les forces d'occupation israéliennes et les violations contre la mosquée Al-Aqsa. Ils ont insisté sur le fait de rester at- tachés à l'instauration d'un Etat palestinien indépendant sur tous les territoires palestiniens occu- pés en 1967 avec pour capitale El-Qods, appelant la commu- nauté internationale, les Etats- Unis, l'UE et l'Onu à assumer leur responsabilité.

BRÈVES

YÉMEN

Série de raids aériens contre les Houthis

Les avions de la coalition arabe ont lancé hier une nouvelle série de raids nocturnes au Yémen contre des objectifs militaires rebelles à Sanaa, ainsi qu'à l'est de la capitale et dans l'ouest du pays, ont indiqué des habitants. Il s'agit de la cinquième nuit consécutive de raids de la coalition menée par l'Arabie saoudite contre des rebelles chiites, soutenus

par l'Iran et qui ont pris le contrôle de la capitale et de larges portions du territoire yémé- nite. Selon des habitants de Sanaa, des positions tenues par les rebelles et des soldats de la Garde républicaine (pro-Saleh) à Jebel al-Hahdeine, surplombant le palais présidentiel, ont été touchées dans la nuit. A l'entrée sud de Sanaa, un camp de la Garde républicaine, restée fidèle à M. Saleh, a également été visé, selon des témoins. Aux environs de Marib des radars et des batteries de missiles sol-air ont été aussi pris pour cible, ont indiqué des sources de l'administration locale. Dans l'ouest du Yémen, un camp d'unités de la défense anti-aérienne a été visé dans la ville de Hodeida, ainsi que plusieurs positions militaires

à Mokha, localité portuaire située plus au sud, selon des habitants. A Ryadh, le porte-

parole saoudien de la coalition a affirmé dimanche soir que les "opérations contre les mi- liciens chiites vont s'accentuer au cours des prochains jours". "Ils n'auront plus aucun lieu sûr", a prévenu le général Ahmed Assiri à propos des Houthis et des partisans de l'ex-pré- sident Saleh.

R. I.

SYRIE

Al Assad : « Daesh s’est renforcé grâce aux raids américains »

Le président syrien Bachar el-Assad a estimé dimanche que l'organisation autoprocla- mée Etat islamique (Daesh) s'est renforcée depuis le début de la campagne de frappes aé- riennes menée en Irak et en Syrie par une coalition conduite par les Etats-Unis, lors d'un entretien accordé à la chaîne CBS. Interrogé sur le résultat de ces raids aériens, qui ont débuté en septembre dernier, al-Assad a déclaré qu'ils pouvaient "parfois apporter loca- lement un avantage", mais que "globalement, l'EI s'est renforcée depuis le début des frappes". Le président syrien a cité, en outre, des "estimations" selon lesquelles Daesh at- tirerait un millier de nouvelles recrues chaque mois en Syrie.

"Et il s'étend en Irak, en Libye, et dans de nombreux autres pays, des organisations af- filiées à el-Qaeda ont annoncé leur allégeance à l'EI. Voilà la situation", a-t-il ajouté. En réponse à une question sur les conditions dans lesquelles il pourrait quitter le pouvoir, Bachar al-Assad, dont le pays est en guerre civile depuis plus de quatre ans, indique:

"Quand je n'aurai plus le soutien de la population. Quand je ne représenterai plus les in- térêts et les valeurs de la Syrie." Au plan humanitaire, un responsable de l'Onu a mis en garde hier contre le risque d'une "catastrophe" humanitaire "terrifiante" en Syrie à la veille d'une conférence des donateurs, pour laquelle des ONG ont déjà rassemblé plus de 480 millions de dollars. Les Nations unies, dont le secrétaire général Ban Ki-Moon présidera aujourd’hui ce rendez-vous annuel à Koweït, entendent rassembler au total 8,4 milliards de dollars pour venir en aide à la population syrienne, dont le pays est ravagé par quatre années de guerre.

ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES EN FRANCE

Victoire de la droite à deux ans de la présidentielle de 2017

A deux ans de la présidentielle de 2017 en France, l'opposition de droite a remporté

dimanche une large victoire face aux socialistes au pouvoir à l'issue d'élections départe- mentales marquées par une nouvelle poussée de l'extrême droite. Le parti de droite UMP de l'ex-président Nicolas Sarkozy et ses alliés centristes (UDI) se sont assuré le contrôle de 66 départements sur 101, selon les résultats compilés par l'AFP (hors Guadeloupe). La gauche l'a emporté dans 33 départements et un département, le Vaucluse (sud), restait incertain. Vingt-cinq départements ont donc basculé de gauche

à droite, et un seul, la Lozère (sud), a fait le chemin inverse. Le Front national (FN, ex-

trême droite) a engrangé de nombreux élus, "un magnifique succès" aux yeux de sa pré- sidente Marine Le Pen qui s'est félicitée du "niveau électoral exceptionnel" de son parti, "socle des victoires de demain".

Société

15

EL MOUDJAHID

TRANSPORT DES VOYAGEURS

Enfin le renouvellement du parc roulant

Le transport des voyageurs du secteur privé s’apprête à opérer sa mue pour mieux répondre aux exigences des usagers, tant en termes de sécurité que de confort, et ce à la faveur de l’accord paraphé, récemment, avec le ministère des Finances qui prévoit des aides financières au profit des transporteurs pour le renouvellement de leur parc roulant.

E n effet, les véhicules vé- tustes seront désormais reti- rés de la circulation, avec

l’arrivée d’une nouvelle flotte de bus, répondant aux normes interna- tionales, suite à la signature d’un accord portant sur l’octroi de cré- dits aux opérateurs de cette acti- vité. Après la corporation des taxieurs, c’est au tour des transpor- teurs de voyageurs de voir leur rêve de voir leurs bus délabrés, remplacés par d’autres neufs et performants qui leur feront oublier les pannes récurrentes et le «feuil- leton» des pièces de rechange ainsi que les accidents de circulation provoqués souvent suite à des dé- faillances techniques. En fait, cet accord est venu, concrétiser sur le terrain une re- vendication formulée par la fédé- ration nationale des transporteurs qui n’ont eu de cesse de solliciter les pouvoirs publics pour des cré-

de cesse de solliciter les pouvoirs publics pour des cré- dits afin de leur permettre de

dits afin de leur permettre de se dé- barrasser de leurs «engins», dont la durée de vie est largement dépas- sée. Cette mesure, à vrai dire, a été

favorablement accueillie par les transporteurs, soucieux de réhabi- liter l’activité pour permettre à Alger de préserver son statut de ca-

pitale politique et économique du pays. C’est en effet, ce que nous dira, le président de la Fédération nationale de transport des voya- geurs, M. Abdelkader Bouchrit, qui saluera cette initiative, venue à point nommé, donner un nouvel espoir à la fois pour les transpor- teurs et les usagers quant à l’amé- lioration des prestations de services. Le premier responsable de la corporation précisera que le re- nouvellement du parc roulant fi- gure parmi les revendications principales des transporteurs, avant de poursuivre que ce mécanisme facilitera l’acquisition de bus à la hauteur des aspirations de la popu- lation, mais aussi qui répondent aux normes environnementales. Il relèvera, en fait, que la plu- part des transporteurs ont subi de lourds préjudices durant la décen- nie noire et ne pouvaient acquérir

un matériel neuf, sachant que le prix d’un bus se situe entre 400 millions et 2 milliards de centimes. M. Bouchrit, relèvera que les der- nières assises du secteur, tenues en 2014 ont arrêté de nouveaux prin- cipes pour l’attribution des lignes, notamment sur le plan de l’état du véhicule qui ne devrait pas dépas- ser les 5 ans. Il poursuivra pour af- firmer qu’il existe actuellement 60.000 transporteurs privés, à l’échelle nationale et près de 10% du parc dépassent 20 ans. Le président de la Fédération des transporteurs de voyageurs in- sistera sur le choix de véhicules de qualité, lesquels sont conformes aux normes internationales en termes de sécurité et de confort. Pour rappel, le bilan des services de la protection civile, fait ressortir, en 2014, pas moins de 1.700 acci- dents, causés par les bus. Samia D.

BUS ET POIDS LOURDS

Des mouchards contre la vitesse

Les bus de transport de voyageurs et les poids lourds seront bientôt équipés de mouchards qui indiqueront, en cas d’acci- dent de circulation, la vitesse avec laquelle roulait le conducteur, chose qui se fait de par le monde. Il s'agit en faite, de l'instal- lation dans le véhicule d'un terminal de surveillance de type boîte noire. Il enregis- tre les informations liées aux déplacements effectués (plages horaires, distances, posi- tionnements), ainsi que certaines données indicatives sur les comportements de conduite, notamment la vitesse. Mieux en- core, les chauffeurs de bus et de poids lourds devront obligatoirement réduire leur temps de conduite, déterminé à 9 heures, et devront marquer une pose de 30 minutes après chaque 9 heures de conduite et ce, dans le but de minimiser le nombre des ac- cidents de la route. Environ 300.000 véhi- cules de transport de marchandise de plus de 3,5 tonnes de 50.000 véhicules de trans- ports de voyageurs devraient en être équi- pés. Le chronotachygraphe dit « mouchard» est un appareil électronique en- registreur de vitesse, de temps de conduite et d’activité installé dans un véhicule de transport routier. Dans sa version analo- gique utilisant des disques papiers, la vi- tesse instantanée du véhicule est enregistrée en regard de l'heure courante. Par une lecture facile, il permet de déter- miner avec exactitude le temps de service

assuré par le conducteur, tout en affichant la vitesse suivie, les temps d'arrêt (cou- pures réglementaires), les temps de conduite ainsi que tous les temps de travail ou de disponibilité, dont le total donnera le temps de service. Il permet de veiller au respect des temps de pause, de repos quo- tidiens et hebdomadaires prescrits par les textes législatifs ainsi qu'au respect des temps de conduite maximaux. A rappeler que le ministère des Transports a déjà an- noncé un durcissement des conditions d'obtention du permis de conduire de bus. La nouveauté réside dans la mise en place d'un nouvel examen pour l'obtention d'un Brevet de chauffeur professionnel. Le per- mis de conduire seul ne suffira plus aux chauffeurs pour pouvoir conduire des bus de transport de voyageurs. Selon le minis- tère du Transport, le facteur humain est à l’origine de 90% des accidents de la route et la cause principale de cette série meur- trière d'accident de la route demeure la fa- tigue. L'Algérie compte près de 250.000 chauffeurs de bus, sans aucune qualifica- tion particulière. Il faut savoir que le parc des poids lourds est vieillissant et que près de 74,5% du parc de camions a plus de 20 ans d'âge, soit 33% pour les autobus, 63,24% pour les tracteurs routiers, et les remorques qui représentent 62,70% et qu’elles seules totalisent 152.870 re- morques. Faut-il laisser ou non les ca-

mions de plus de 20 ans, voire 30 ans d’âge rouler sur les routes ? « Il est inté- ressant d’engager une réflexion et de sta- tuer définitivement sur le retrait de certains véhicules qui ont dépassé une cer- taine tranche d’âge. Par ailleurs, il faut savoir que l'inci- dence financière des accidents de la route est très importante. Les coûts directs et in- directs sont estimés à 70 milliards de di- nars annuellement. Les accidents de la route en Algérie causent un nombre élevé de morts, ce qui classe les routes algé- riennes parmi les plus meurtrières au monde. L'Algérie détient, en effet, le triste privilège d'être dans le peloton de tête des pays où la mortalité par accident de la route est la plus élevée au monde. Ni les campagnes de sensibilisation ni les mesures coercitives appliquées avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi n'ont eu d'incidence positive sur le comporte- ment d'une frange de conducteurs de véhi- cules, d'où un taux d'accidents inacceptablement élevé et macabre dans ses conséquences. Les statistiques des ac- cidents en Algérie donnent froid dans le dos. Chaque jour, une moyenne de 100 ac- cidents corporels, dus aux accidents de la route, sont enregistrés. En moyenne, 15 personnes sont tuées et 200 blessés sont admis aux hôpitaux quotidiennement. Farida Larbi

MASCARA

Lancement d’une campagne de sensibilisation contre l’insécurité routière

Dans le cadre des activités de proximité ini- tiées par la Direction générale de la Sûreté na- tionale, en vue d’assurer la sécurité des usagers de la route, et dans l’objectif d’inculquer une cul- ture routière susceptible de mettre fin au phéno- mène du terrorisme routier avec tous les dégâts causés tant humains que matériels, la Direction générale de la Sûreté nationale a lancé une cam- pagne de sensibilisation sous le slogan «Notre sécurité est ta responsabilité». À l’instar des autres sûretés de wilaya, la sû- reté de wilaya de Mascara a organisé cette cam- pagne au profit des chauffeurs de bus de transport de voyageurs. Des cadres de la cellule de communication et presse, et de la sécurité pu- blique ont supervisé la campagne ; ils ont distri- bué des brochures et des dépliants contenant des conseils aux conducteurs de bus au niveau des gares routières, des barrages de sécurité et des points de contrôle, dans l’objectif de sensibiliser les usagers de la route sur les dangers découlant du non-respect des règles de conduite. Selon un communiqué de la cellule de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya de Mascara, cette campagne a été lancé le 29/03/2015 et durera jusqu’à la fin de la semaine. Elle touche toutes les sûretés de daïra et les sû- retés urbaines, pour généraliser l’intérêt et sen- sibiliser le plus grand nombre d’usagers de la route.

A. Ghomchi

EL-OUED

Le rôle important de la famille dans la prise en charge de l’adolescent

Les participants à la 9 e édition du séminaire national du saint Coran, ouverte hier à El-Oued sous le thème "La jeunesse et les défis afférents, vu par le saint Coran", ont mis l’accent sur l’importance du rôle de la famille dans la prise en charge des jeunes, notamment l’adolescent. Les intervenants ont été una- nimes à souligner que la petite cel- lule sociale devra être vigilante et s’engager pleinement, à l’ère des défis de l’ère moderne, dans le suivi de leurs enfants, notamment durant la période de l’adolescence caractérisée par des changements physiologiques et comportemen- taux. Le président de cette rencontre, Mohiédine Derouiche, a estimé que les jeunes, en cette période de leur âge, concentrent une grande

énergie requérant une parfaite prise en charge par la famille, ainsi que sa préparation et son orienta- tion pour être un élément utile au service de la société et de sa pros- périté. Les participants ont également évoqué la nécessaire implication des institutions cultuelles, repré- sentées par les mosquées et les écoles coraniques, ainsi que des établissements scolaires, dans cette démarche, en vue de parvenir à une prise en charge "équilibrée" des jeunes "de sorte à en faire le bon citoyen". Ils ont, à cet égard, invité ces institutions à axer leurs démarches, en matière de formation des jeunes, sur des approches scientifiques et pédagogiques puisées d’études scientifiques fiables. Le pro- gramme de cette rencontre natio-

nale de deux jours prévoit égale- ment des communications axées autour des thèmes de "la jeunesse :

importance et caractéristiques", "la jeunesse, situation, défis et ambi- tions", "l’Islam et la prise en charge des jeunes" et "le message des jeunes dans l’édification de la Nation". Initiée par le bureau de wilaya de l’association des Ouléma Mu- sulmans Algériens, cette rencontre qu’abrite la maison de la culture "Mohamed Lamine Lamoudi", donnera lieu également à la mise sur pied de quatre ateliers qui se pencheront sur l’examen de thèmes en rapport avec "la jeunesse et l’absence de volonté de travail", "la jeunesse et les fléaux", "la jeu- nesse et la perte de temps" et "la jeunesse et l’art voluptueux".

BOUIRA

Trois habitations endommagées par des glissements de terrain à Aghbalou

Trois habitations ont été sérieusement endommagées dans la localité montagneuse de Selloum, relevant de la commune d’Aghbalou, à l’est de Bouira, suite à des glissements de terrain survenus lors des dernières intempéries qu’a connues la région, a indiqué, hier à l’APS, le président de l’Assemblée populaire communale (APC). Les propriétaires ont été contraints de quitter ces habitations, classées sinistrées, a ajouté M. Bellal, estimant que d’autres habitations étaient menacées par ces glis- sements de terrains qui "posent un sérieux problème dans cette loca- lité". Concernant le recasement des familles sinistrées, M. Bellal a affirmé qu’"aucune décision en ce sens n’a été prise à présent et les concernés sont actuellement accueillis par d’autres familles proches". La commune de Taghzout (est) est aussi touchée par ces glissements de terrains, où 36 familles sont menacées et plusieurs routes reliant les différents villages sont endommagées. Le président d’APC, Chaâbane Chaouche Messaoud, a proposé, récemment, la construction d’un cen- tre d’accueil pour évacuer toute famille sinistrée en cas de catastrophe naturelle, et ce en attendant de leur trouver une solution définitive. Les dernières fortes précipitations qu’a enregistrées la wilaya de Bouira ont causé plusieurs dégâts dont des inondations, des éboulements de terrain, signalés aussi à El-Adjiba (est).

Mardi 31 Mars 2015

Culture

16 EL MOUDJAHID

EL MOUDJAHID17

CONFÉRENCE DE PRESSE DE NADIA LABIDI SUR « CONSTANTINE, CAPITALE DE LA CULTURE ARABE »

Pérenniser le dynamisme culturel à la capitale de l’Est

À une vingtaine de jours de l’ouverture de la manifestation culturelle «Constantine, capitale de la culture arabe 2015», prévue pour le 16 avril prochain, la ministre de la Culture, Nadia Labidi, a animé hier une conférence de presse dans laquelle elle a présenté les grandes lignes de cet événement majeur qui a nécessité un budget de 700 milliards de centimes.

A u forum du quotidien Li- berté, la ministre a indi- qué de prime abord le

principal objectif de cette mani- festation, à savoir «la nécessité de pérenniser le dynamisme cul- turel à la capitale de l’Est», et ce même après la fin de l’événe- ment qui s’étalera sur une année. «La gestion des infrastructures est assurée par la wilaya de Constantine. Le ministère de la Culture a pour mission de bâtir le dynamisme culturel avec la population qui est partie pre- nante de cette action», a-t-elle notamment indiqué. La première responsable du secteur s’est lon- guement étalée sur «l’implica- tion» des directeurs de la culture des 48 wilayas afin de donner « un souffle commun» à la réussite de cette grande manifestation culturelle, rappelant, par la même occasion, la récente ren- contre de ces mêmes responsa- bles tenue à l’ex-Cirta. «La direction de la culture de chaque wilaya doit avoir le pouvoir et les prérogatives de gérer l’action culturelle au niveau local. Nous avons organisé des regroupe- ments de plusieurs wilayas, tels que ceux qui ont eu lieu entre Annaba et Tizi Ouzou, et dont le but visé est la multiplication d’échanges entre le potentiel culturel de chaque wilaya, ainsi que l’encouragement du tou- risme local», a-t-elle indiqué. Selon la ministre de la Cul- ture, ces échanges seront égale- ment portés sur le déplacement des activités de certains festivals nationaux institutionnalisés à Constantine, à l’instar du festi- val international du film d’Oran qui se déplacera, après sa tenue à El-Bahia, à la capitale de l’Est. Sur le plan financier, Nadia Labidi a mis l’accent sur l’obli- gation de «respecter les budgets alloués à chaque département», ainsi que sur «la gestion du bud- get initial en toute transpa- rence». «Je comprends que ce

Ph. : Cheurfi Y.
Ph. : Cheurfi Y.

point alimente les polémiques de la société et de la presse, mais je tiens à préciser que nous suivons quotidiennement la gestion de chaque département. À titre d’exemple, le département du livre a récemment avancé un chiffre supérieur au budget qui lui a été attribué. Vu cette situa- tion, nous avons demandé de re- voir la gestion des livres qui doivent être édités», a-t-elle pré- cisé. Pour ce qui est de l’appel- lation «Capitale de la culture arabe», Nadia Labidi a rappelé que cette manifestation sera une occasion pour valoriser le riche patrimoine amazigh de l’Algé- rie, et joindre le millénaire lègue historique amazigh à la culture arabo-islamique qui fera de la ville des Ponts suspendus, un pôle non seulement culturel, mais aussi touristique et écono- mique. Prévue pour accueillir le spectacle d’ouverture, la salle de spectacle « Zénith » est prête pour l’ouverture selon la minis- tre. Elle a précisé, à cet effet, que la salle sera rebaptisée prochai- nement. «Des propositions nous ont été soumises sur des lieux historiques de la région, des per-

sonnalités historiques, ainsi que sur le nom d’une grande femme de culture algérienne. Nous tran- cherons cette question», a en- core répondu M me Labidi. Concernant la conférence na- tionale de la culture qui devait suivre les rencontres organisées l’année précédente avec les hommes de culture de chaque secteur, la ministre a précisé que celle-ci se tiendra incessam- ment, et que le retard accusé est dû à des raisons objectives et professionnelles. La ministre a rappelé en outre les fondements de la politique culturelle du gou- vernement algérien, «la valorisa- tion du patrimoine algérien est un fondement de la politique culturelle algérienne, tout comme la construction, la ges- tion et la bonne exploitation des infrastructures culturels. L’in- dustrie culturelle de tous les arts à travers les PME constitue éga- lement le tissue de la culture, le développement des ressources humaines et la formation de ca- dres, ainsi que la situation de l’artiste et des droits d’auteur qui sont les principaux axes de notre politique», conclut-elle. Kader Bentounès

Nécessité de « réformer » l’École supérieure des beaux-arts d’Alger

L'École supérieure des beaux-arts d'Alger (Esba), gelée par une grève d'étudiants depuis le 15 mars dernier, a besoin d'une "véritable réforme" de ses programmes et de son diplôme, a estimé, hier à Alger, la ministre de la Culture, Nadia Labidi. S'ex- primant au forum du quotidien Liberté, la ministre a jugé "légitimes" les revendications des grévistes de "revoir (le contenu) de l'enseignement et le di- plôme" de l'Esba, estimant que ce dernier point constituait un "problème de fond". Contrairement à d'autres titres d'écoles supérieures, le Diplôme d'études supérieures artistiques, créé en 1992, est délivré par la direction de l'Esba et non par le mi- nistère de l'Enseignement supérieure et de la Re- cherche scientifique. Les grévistes dénoncent l' "incohérence" entre leur diplôme et la durée des études (cinq ans) à l'Esba, accessible aux bacheliers sur concours. Abor- dant l'adoption du système LMD, exigée par l'autre tutelle pour l'Esba et des établissements similaires, M me Labidi a relevé, à l'instar des grévistes, le manque d'encadrement qualifié, particulièrement

pour l'enseignement des filières post-graduation. Outre cette question, les étudiants des Beaux-Arts revendiquent l'adoption d'un "LMD spécifique", in- cluant plus d'activités pratiques en dehors des cours théoriques et des ateliers académiques dans les six spécialités de l'école. Cette dernière revendication est mise en pratique par les grévistes qui organisent depuis une semaine des ateliers avec des créateurs durant leur occupa- tion du siège de l'école, une initiative artistique sa- luée par la ministre de la Culture, tout comme la "maturité" qu'elle dit avoir constatée chez les étu- diants. M me Labidi avait reçu le 22 mars dernier des représentants des grévistes après la démission du directeur de l'Esba, une rencontre où l'introduction du système LMD avait été abordée ainsi que la dé- signation d'un intérimaire à la tête de l'école. Les protestataires, qui ont baptisé leur mouvement "In- fidjArt" exigent, préalablement à la réforme péda- gogique de l'école, une feuille de route "claire" et des "délais précis", principale condition, pour eux, d'arrêter leur grève.

60 e ANNIVERSAIRE DE SA MORT

Hadj M’rizek, repère emblématique de la chanson chaâbi

Il y a soixante ans, le 12 février 1955, disparaissait brutalement, à l’âge de 43 ans, ravi précocement à l’affection des siens et de ses très nombreux admirateurs, le ténor de La Casbah, chantre de la chanson chaâbi, El-Hadj Mrizek, Arezki Chaïb, de son vrai nom.

D ans le but d’immortaliser, l’œuvre et le passage de ce grand artiste, un vibrant hommage lui a été rendu, samedi soir, à la

salle Le Casino de la rue Larbi-Ben-M’hidi d’Al- ger, organisé par l’association «Les amis de la Rampe Louni Arezki – Casbah», et l’Office de promotion culturelle et artistique de la commune d’Alger-Centre. Quoi que 60 ans sont passés de- puis sa mort, certains présents gardent des souve- nirs de lui, ils étaient enfants et ils se rappellent de l’élégance, la modestie et le joie de vivre de cet artiste qui a bâti pas mal de socles de cette mu- sique citadine algéroise. El-Hadj M'rizek fait un apprentissage musical classique (Tar et Der- bouka), puis son instrument de prédilection est de- venu le mandole. Il apprend les grands textes de la poésie populaire et travaille différents types de chants en commençant par d'abord le hawzi, avant de se mettre au chaâbi. M'rizek avait «des qualités artistiques que sont la clarté de l’expression ver- bale, et son sens inné du rythme». C'est le premier artiste qui a réussi à faire sortir le chaâbi hors de La Casbah d'Alger. Il devient la star de La Casbah en 1929, bien avant El-Hadj M’hamed El-Anka, Arezki Chayeb participe à des fêtes à Dély Ibrahim et dans le M’zab. Sa renommée arrive en métropole où il enregistre plusieurs 78 tours. El-Hadj Mrizek a

été une école, une source d’inspiration pour plu- sieurs grands interprètes qui ont marqué aux an- nées 1970 et 1980, la scène musicale algérienne comme El-Hachemi Geurouabi. Sa fille, Zoulikha Chayeb, présente à la céré- monie, s’est dit très heureuse de cet hommage qui ressuscite son défunt père. «C’est avec une grande émotion que j’ai appris l’initiative de l’association Les amis de la Rampe Louni Arezki qui voulait

Ph. : Louisa M.
Ph. : Louisa M.

honorer la mémoire de mon père. Il a été de ces artistes qui ont marqué les débuts de la scène mu- sicale algérienne. Il nous a quittés à l’âge de 43 ans, j’ai de vagues souvenirs de lui, mais sa cha- leur paternelle et ses émotions artistiques m’ont suivie durant toute ma vie. El-Hadj M’rizek était une étincelle qui a cessé de briller à un âge où l’on vit pleinement», s’est-elle confiée, à l’issue de la cérémonie. El-Hadj M’rizek avait plusieurs amours, hormis la vie et la musique, il aimait plus que tout le Mouloudia Club d’Alger, le club po- pulaire algérien et symbole de La Casbah d’antan. «Mon père était très engagé au mouvement natio- nal et dans sa communauté. Il était vice-président du Mouloudia Club d’Alger, et il a donné tout ce qu’il avait pour ce club qu’il aimait plus que tout. Il a même écrit et composé la mythique chanson Ya li hab taàmel sport qui reste dans les annales de la chanson sportive en Algérie», a encore noté

la fille d’El-Hadj M’rizek. De son côté, Lounis Aït Aoudia, président de l’association «Les amis de la Rampe Lounis Arezki – Casbah», a mis l’ac- cent sur l’obligation de multiplier ses efforts pour les symboles de la culture algérienne. «El Hadj M’rizek a été un élément structurant de l’identité algérienne, la jeunesse algérienne doit connaître les pères fondateurs de notre culture, et nous de- vons se serrer les coudes pour raviver la mémoire de notre pays», a-t-il souligné. El-Hadj M’rizek avait aussi comme benjamin, le monument de la comédie et du théâtre algérien, Rouiched. Sa voix cristalline, son immense talent et son style de lé- gende ont laissé une empreinte indélébile dans la cité antique où l’on se remémore, à ce jour, les soirées de liesse inoubliables qu’il a jadis animées au grand bonheur d’une population admiratrice qui lui vouait affection et admiration. Kader Bentounès

BREAK DANCE

Une ambiance survoltée à la salle Ibn Zeydoune

BREAK DANCE Une ambiance survoltée à la salle Ibn Zeydoune africains et du Moyen-Orient et cela

africains et du Moyen-Orient et cela afin de décro- cher leur place en finale pour le Mondial qui aura lieu à la fin de l’année 2015 à Rome. La fierté apparaît sur leurs visages de pouvoir participer à cette com- pétition et de pratiquer cette discipline, malgré que le break dance en Algérie est mal perçu, car plusieurs croient que le b-boys, c’est la consommation de la

Dans une ambiance conviviale, le Red Bull Bc One Cypher a organisé, vendredi soir, une com- pétition destinée aux jeunes Algériens «B-boys». La compétition qui s’est déroulée à la salle Ibn Zeydoune de Riadh El-Feth (Alger) a attiré beau- coup de jeunes fans de cette activité culturelle et sportive. La salle a baigné dans une atmosphère de lumières, avec, en toile de fond, une musique rap très en vogue qui a séduit l’assistance gagnée par des sensations de plaisir indicible dans une ambiance enthousiaste. Cette importante rencontre s’est déroulée en présence du champion du monde de break dance ou redbull bc one 2009, le Franco-Algérien Ali Ramdani, plus connu sous son pseudonyme Lilou. Son apparition sur scène fit sensation, et le public le salua fortement. Les 16 jeunes sélectionnés sont venus de différents coins d’Algérie, avec l’espoir de gagner et de défier en premier lieu les plus grands noms de cette discipline, au niveau de plusieurs pays

drogue et la boisson alcoolisée. Les B-boys, que nous avons sollicités, ont exprimé à l’unanimité leur espoir quant au développement de cette dis- cipline en Algérie, et cela en dépit des difficultés rencontrées au sein de la société. Pour eux, le break dance est un sport et, en même temps, une discipline et un moyen d’exprimer les problèmes de la jeunesse. Lors des combats, les B-Boys ont réellement fait rêver le public, avec leur souplesse de mouvements, des pieds gracieux et des sauts élevés, ainsi que des positions fixes et mobiles. Le gagnant est B-Boy Ammar Boudjlmai de Tizi Ouzou qui a affronté en final, B-Boy, Nadjib Me- herhera, de Jijel. La victoire d’Ammar Boudjlmai a été déclarée, et cela après plusieurs batailles dures qui se sont déroulées pendant plus de deux heures de temps, rythmées par des pauses artistiques intensi- fiant l’interaction du public passionné par la culture

hip-hop. Makhlouf Ait Ziane

« CONSTANTINE CAPITALE DE LA CULTURE ARABE 2015 »

Le compte à rebours est enclenché

Dans moins de quinze jours, Constantine sera ca- pitale de la culture arabe. Il semblerait, à la faveur de l’opération de nettoyage d’envergure initiée par les autorités locales, ces dernières semaines, que nom- breux se sont rendus à une évidence : le tableau n’était pas si noir que cela, la ville se présente mieux, et ce en dépit des échafaudages encore montés, des chaussées non encore bitumées et des déchets jon- chant le sol, témoins d’un éphémère chantier. Ainsi, les Constantinois ont pu avoir, à mesure que les édi- fices prenaient leur nouvelle forme, une idée plus précise des transformations apportées à la maison de la Culture (promue au rang de Palais) Mohamed- Laïd-El-Khalifa, et au palais de la Culture Malek- Haddad, les deux principales infrastructures culturelles du centre-ville, lesquelles accueilleront, en plus du pôle culturel d’Aïn El-Bey, fort d’une salle principale de 3.000 places, la majeure partie des spec- tacles, expositions et autres représentations program- més durant l’année. Côté cinéma, ce sera au niveau des deux autres salles dudit complexe, d’une capacité respective de 300 et de 150 places, en plus de la my- thique cinémathèque située à la rue du 19-Juin 1965, que sera effectuée la diffusion des courts et longs mé- trages retenus par le commissariat. Cependant, le pro- gramme n’a pas encore été rendu public. Questionné

sur le sujet, le coordinateur de «Constantine capitale de la culture arabe», M. Sami Bencheikh El-Hocine, s’en défend : «Cela est entièrement faux, chaque structure bénéficiera de son propre agenda culturel, et il est tout à fait naturel que le pôle culturel de Zouaghi, par son importante capacité et sa polyva- lence, soit le plus à même d’accueillir les principales festivités, à l’image du spectacle d’ouverture, des Se- maines culturelles des pays arabes et celles des wi- layas. Il est aussi prévu d’y installer des khaïmas, des cafés, des manèges pour les enfants. Des artistes de street art s’y produiront également. Concernant le palais de la Culture Malek-Haddad, celui-ci abritera trois grandes expositions. La pre- mière, Du Maqam à la Nouba, d’une durée de cinq mois qui se tiendra à partir du 20 mai. Chaque se- maine, il y aura un focus sur une figure du malouf, avec des conférences et des témoignages. Pour les soirées, on notera un orchestre-pilote d’une trentaine de musiciens qui se chargera de rendre hommage à l’artiste en question. Quant au palais de la Culture Mohamed- Laïd-El-Khalifa, il recevra des exposi- tions permanentes axées surtout sur l’aspect tradi- tionnel», a-t-il notamment indiqué. M. Bencheikh El-Hocine, enfant de la ville, ne cachera pas son sou- hait de voir Constantine recouvrer une certaine acti-

vité nocturne. «Il n’y a pas meilleure opportunité que celle-ci», martèle-t-il. Et d’ajouter : «Nous croyons en les potentialités de la ville en matière de tourisme culturel, et puis, il faudra bien rentabiliser ces nou- veaux espaces, notamment le Zénith dont nous comp- tons faire une véritable attraction touristique.» Quoi qu’il en soit, il semble bien que pour l’heure, tous les efforts convergent vers un premier objectif :

réussir la parade inaugurale devant regrouper les vingt-deux pays arabes participants et les six régions de l'Algérie, et laquelle sera suivie d’un spectacle son et lumière incluant l'illumination des gorges du Rhu- mel et la représentation de personnages historiques de Constantine sur les parois du rocher. Maintenant que ceux-ci touchent à leur fin, nous allons occuper le terrain et interpeller directement les Constantinois, notamment par le biais de flyers et de courrier. Nous allons également sortir le numéro zéro de la revue bi- mensuelle Maqam, et publier le programme des fes- tivités du premier trimestre», affirme-t-il. Toujours dans le domaine de la communication, il faut relever que le centre de presse aménagé dans les anciens lo- caux des œuvres sociales de la wilaya en est aux der- nières retouches, et devra ouvrir ses portes incessamment.

Issam B.

1 er FESTIVAL NATIONAL DU CHANT SCOLAIRE

320 élèves de plusieurs wilayas à Tiaret

L e coup d'envoi du premier festival national du chant scolaire a été donné dimanche soir à la maison de

la Culture Ali-Maâchi de Tiaret, en pré- sence des autorités locales. Intervenant à l’ouverture de cette manifestation cultu- relle, le wali de Tiaret, Mohamed Bous- maha, a mis l’accent sur l’importance du chant scolaire qui véhicule des messages instructifs inculquant les valeurs et du pa- triotisme aux générations. La cérémonie d’ouverture de ce festi- val, organisé dans le cadre du 60 e anniver- saire du déclenchement de la guerre de

Libération nationale, a été marquée par un défilé des délégations des wilayas partici- pantes et le chant de la célèbre chanson Angham El-Djazaïr, de l’artiste chahid Ali Maâchi par une chorale de la direction de l’éducation de Tiaret. Une opérette intitulée Novembre, la li- berté a été présentée par des élèves des trois paliers de la wilaya de Tiaret retraçant le combat du peuple algérien contre le co- lonisateur français. Cette manifestation culturelle et éducative de trois jours réunit 320 élèves de 21 wilayas. Le programme de ce festival, abrité par l’Institut de for-

mation des enseignants Ibn-Rochd, com- porte des concours, de la musique par des écoliers des wilayas participantes, des soi- rées artistiques animées par des troupes re- levant de la direction de l’éducation de la wilaya de Tiaret et des lectures poétiques. Les participants bénéficieront de sorties touristiques à des monuments et sites ar- chéologiques et historiques que recèle la wilaya de Tiaret. Ce festival est initié par la direction de l’éducation de la wilaya de Tiaret sous le patronage du ministère de l’Éducation nationale.

TUNISIE

Décès de l’acteur et metteur en scène Ezzeddine Guennoun

L'acteur et metteur en scène tunisien, Ezzeddine Guennoun, un des initiateurs d'une nouvelle approche dans la création et l'écriture théâtrales en Tunisie, est décédé dimanche dernier. Fondateur du groupe théâ- trale organique tunisien, le défunt est l'auteur de plu- sieurs pièces de théâtre, dont Une nuit perdue qui revient (1982), Gamra Tah (1992), Tyour Ellil (1996),

The End (2009) et Monstranum's (2013). Diplômé du centre d'art dramatique de Tunis en 1976 et des études théâtrales de la Sorbonne (France) en 1980, Guen- noun est aussi le fondateur du premier Centre arabo- africain de formation et de recherches théâtrales de Tunis. Il a reçu plusieurs distinctions, lors de festivals en Tunisie et internationaux.

et de recherches théâtrales de Tunis. Il a reçu plusieurs distinctions, lors de festivals en Tunisie

P ublicité

Tunis. Il a reçu plusieurs distinctions, lors de festivals en Tunisie et internationaux. P ublicité Mardi

Mardi 31 Mars 2015

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du mardi 10 Djoumada Ethani 1436 correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 10 Djoumada Ethani 1436
correspondant au 31 mars 2015 :
- Dohr … 12h53
- Asr 16h26
- Maghreb
19h12
- Icha…………………20h32
Mercredi 11 Djoumada Ethani 1436
correspondant au 1 er Avril 2015
- Fedjr 05h07
- Chourouq
06h35

SNC MALKI RACHID & FILS à Alger-Centre recrute 01 déclarant en douane niveau terminale, sachant manipuler l’informatique et ayant cinq années d’expérience dans le domaine.

Envoyer CV snc.malki@yahoo.fr Tél. : 021 73 09 12

El Moudjahid/Pub du 31/03/2015

Condoléances

Condoléances
Le Directeur Général, les cadres ainsi que l’ensemble du personnel de l’Agence Nationale de Gestion

Le Directeur Général, les cadres ainsi que l’ensemble du personnel de l’Agence Nationale de Gestion du Micro crédit (ANGEM), très affectés par le décès de M. Adel KHELFAOUI, accompagnateur au sein de la Coordination de la wilaya de Skikda de l’ANGEM, présentent à tous les membres de sa famille leurs condoléances les plus attristées et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 315834 du 31/03/2015

Condoléances

Condoléances
Le Directeur Général, les cadres ainsi que l’ensemble du personnel de l’Agence Nationale de Gestion

Le Directeur Général, les cadres ainsi que l’ensemble du personnel de l’Agence Nationale de Gestion du Micro crédit (ANGEM), très affectés par le décès du père de M. Mohamed Cherif MERABTI, accompagnateur chargé de communication au sein de la Coordination de l’ANGEM d'Alger Est, lui présentent ainsi qu’à toute sa famille leurs condoléances les plus attristées et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 315832 du 31/03/2015

El Moudjahid/ Pub du 31/03/2015

El Moudjahid/Pub du 31/03/2015

Décès

La famille BELKEBIR d'Alger a l'immense douleur de faire part du décès de leur mère et grand-mère BELKEBIR Houria née HACHAMA L'enterrement a eu lieu hier le 30 mars 2015 au cimetière de Sebala, à Draria.

El Moudjahid/Pub 31/03/2015

Pensée

Cela fait déjà six ans que notre cher père MOUACI Hocine nous a quittés et laissé un grand vide dans nos vies. Tu es parti à jamais le 29 mars 2009. Le temps passe, mais la douleur reste. Je demande à tous ceux qui l'ont connu et aimé d'avoir une pieuse pensée pour lui. Cher père et époux, tu resteras à tout jamais dans nos cœurs.

El Moudjahid/Pub 31/03/2015

Pensée

A notre cher et regretté père, grand-

père MAHMEL Abdelkader Le 10/03/2008 restera pour nous une triste date ; tu as laissé dans notre vie et dans nos cœurs un vide que nul ne pourra combler. En ce douloureux souvenir, tes petits-enfants Amina, Moulouk, Soultan et Mehdi ainsi que toute ta famille demandent à tous ceux qui t’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire. Repose en paix. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub du 31/03/2015

Condoléances

M. Khazmat Belkacem, délégué de la wilaya d’Alger des Moudjahidine de Bab El-Oued, est très attristés par le décès du moudjahid RAMLA Khaled, survenu le 25 mars 2015. En cette douloureuse circonstance, l’ensemble des moudjahidine et des moudjahidate de la Nahia de Bab El- Oued présentent à sa famille et proches leurs condoléances et demandent à tous ceux qui l’ont connu et aimé de prier Allah le Tout-Puissant et Miséricordieux de l’accueillir en Son Vaste Paradis. « A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub du 31/03/2015

Demandes d’emploi

Homme, 45 ans d’expérience, spécialité mécanique poids lourds, cherche emploi. Tél. : 0554 68.57.58

——0o0——

J.F. 25 ans, titulaire d’une licence en commerce international cherche emploi. Tél.: 0665.53.77.86

——0o0——

H., retraité, sérieux, ponctuel, cherche un emploi comme chauffeur léger, chez famille ou privé. Accepte déplacement. Tél. : 021.53.12.91

0779.56.12.41

El Moudjahid/Pub 31/03/2015

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal oulmane — Achour cheurfi
diRectioN geNeRAle
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
diRectioN de lA RedActioN
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUReAUX RegioNAUX
coNStANtiNe
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRdJ BoU-ARReRidJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
Sidi Bel-ABBeS
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BeJAiA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tiZi oUZoU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tleMceN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MAScARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
ceNtRe AiN-deFlA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlicite
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlgeR : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNeMeNtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
coMPteS BANcAiReS
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
iMPReSSioN
Edition du Centre :
Société d’impression d’Alger (SiA)
Edition de l’Est :
Société d’impression de l’est, constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’impression de ouargla (SiA)
Unité d’impression de Béchar (SiA)
diFFUSioN
centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
est : SARl “SodiPReSSe” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SdPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS”
tél-fax : 029 75.02.02
France : iPS (international Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

Condoléances

Le président du Conseil d’Administration, les administrateurs, les cadres dirigeants, les directeurs centraux et directeurs d’unités et l’ensemble du personnel de COSIDER Alrem, très affectés par le décès du père de M. BOUAISSA Salah, Directeur général de COSIDER Alrem, présentent leurs sincères condoléances à sa famille et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu Le Tout-Puissant accueille le défunt en Son Vaste Paradis et lui accorde Sa Miséricorde. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 206440 du 31/03/2015

Condoléances

Le président-directeur général du Groupe COSIDER, les présidents-directeurs généraux des Filiales du Groupe, les cadres dirigeants, et l’ensemble du personnel très affectés par le décès du père de M. BOUAISSA Salah, Directeur général de COSIDER Alrem présentent leurs sincères condoléances à sa famille et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu Le Tout-Puissant accueille le défunt en Son Vaste Paradis et lui accorde Sa Miséricorde. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 316030 du 31/03/2015

AGENTS DE TERRAIN PROSPECTION

Multinationale cherche dans le cadre de son déploiement, des agents de prospection, jeunes diplômés. II/elle sera rattaché(e) à la Direction Commerciale, et sera chargé(e) de :

1- Prospection terrain 2- Remonter les informations via des rapports. 3- Animateurs d'événements

Votre profil :

• Bonne élocution

• Présentable

• Niveau d'instruction Bac+2, BTS ou plus.

IMPORTANT :

Salaire motivant. Les postes à pourvoir sont basés à : Alger.

Veuillez envoyer vos CV ainsi qu'une lettre de motivation à :

drive.recrutement@gmail.com

El Moudjahid/Pub du 31/03/2015

Mardi 31 Mars 2015

Sports

30

EL MOUDJAHID

MATCH AMICAL INTERNATIONAL HIER À DOHA

Algérie 4 - Oman 1

Bonne réaction des Verts

Il était attendu à ce que Gourcuff apporte quelques changements à son équipe après la défaite et la piètre prestation de la première rencontre amicale contre le Qatar. Feghouli, qui n’avait pas joué la première manche, était de retour dans le onze entrant.

C’ est aussi le cas du Eulmi Chenihi qui était, une fois n’est pas cou- tume, titularisé par le coach natio-

nal. En défense, il a mis une nouvelle paire dans l’axe avec le retour de Halliche et l’in- corporation de Benlamri, le défenseur de la JSK. Belfodil était en pointe de l’attaque, alors que Brahimi avait pris le côté droit, où il se sent plus à l’aise. Ces changements, faut-il le rappeler, n’ont pas tardé à porter leurs fruits, puisque après 2 minutes de jeu, l’attaquant de Parme parvient à ouvrir le score. On ne peut mieux commencer. Les Algériens sont plus motivés et dominent copieusement les débats. Il n’y avait qu’une seule équipe sur le terrain. C’était totalement différent du premier match contre le Qatar. On joue mieux tout en distillant de très bons ballons. De plus, la cir- culation de balle est plus fluide. Ce qui a rendu la tâche des défenseurs omanais des plus malaisées. Ce cavalier seul des Algé- riens sera récompensé par un fort joli but ins- crit par Feghouli. Il n’y eut qu’à mettre le pied pour corser la note (24’). Les essais al- gériens se multiplient, puisque nos atta- quants vont rater plusieurs occasions nettes de scorer, comme celle de Belfodil qui se présente seul devant le gardien adverse, mais

qui se présente seul devant le gardien adverse, mais ne put le tromper du fait qu’il

ne put le tromper du fait qu’il n’avait pas « piqué » sa balle. En défense, la paire cen- trale, avec Halliche et Benlamri, veille très bien au grain en ne laissant rien passer. D’ailleurs, les poulains de Leguen n’ont bé- néficié que d’une demi-occasion que Dou- kha n’a eu aucune peine à arrêter. C’est avec une avance de deux buts en faveur des Verts

que s’achèvera le premier half. En seconde mi-temps, les Algériens feront tout pour ag- graver la marquer en vue de montrer à tous que la défaite devant le Qatar n’était qu’un accident de parcours. Les nôtres, qui ont joué sérieusement, ont réussi à accentuer leur domination comme ils l’entendent. Ce qui leur a permis de don-

ner plus d’ampleur à la marque. L’entrée de Slimani a permis aux Algériens de se mon- trer encore plus dangereux. Et suite à un cen- tre de Slimani, d’une superbe reprise, Feghouli marque aisément le 3 e but (60’). La domination de nos capés ne s’arrêtera pas là, étant donné que Belfodil, accrédité d’une su- perbe prestation, n’eut aucune peine pour inscrire le 4 e but. Les Omanais sont « groggy » debout. Curieusement, après la 4 e réalisation al- gérienne, ils sont quelque peu sortis de leur « coquille » en devenant plus offensifs qu’ils ne l’étaient jusque-là. D’ailleurs, l’arbitre serbe avait signalé un hors jeu alors que l’at- taquant omanais ne l’était pas. Ce n’était que partie remise, puisque sur une échappée ra- pide, Souleimani, qui avait vu que Doukha avait quitté sa cage, réussira à réduire le score d’un joli lob (72’). Les poulains de Gourcuff, qui ont largement été meilleurs que face au Qatar, auraient pu ajouter d’au- tres buts sans que personne ne trouve à re- dire, mais l’excès de précipitation et le « piège » du hors jeu tendu par les Omanais leur avait empêché de marquer d’autres buts. Bonne réaction algérienne. Cela sauve clairement les apparences ! Hamid Gharbi

LIGUE 1-MOBILIS (FIN DE SAISON)

Les atermoiements de la LFP

Il est certain qu’on s’achemine après le déroulement de la 24 e jour- née de Ligue1 Mobilis à des situa- tions pour le moins difficiles. En effet, on remarque que les écarts aussi bien en haut qu'en bas du classement général sont infimes. C'est-à- dire qu'il suffit de gagner ou perdre un match pour qu'on passe d'une équipe relégable à une équipe évoluant dans la cour des grands. Par conséquent, on peut dire qu'on est en train de «marcher sur des œufs», eu égard à la fréné- sie excessive des uns et des autres de passer du bas au sommet en un laps de temps très court. On sait bien que tout peut «chavirer» d'un côté comme de l'autre rapidement en fonction du résultat obtenu. La 24 e journée avait été marquée par la défaite surprise du dauphin du MOB, l'ESS, devant la lanterne rouge. Cette situation avait étonné tout le monde, surtout que les lo- caux n'ont rien fait ou presque pour l'emporter et surtout prendre les commandes. Avec la défaite, en fin de partie, du leader béjaoui face au RC Arbaâ, les Sétifiens ont laissé une très belle opportunité leur «filer» entre les doigts face à l’ASO. D'autres résultats aussi n'ont pas manqué de susciter la «suspicion».

aussi n'ont pas manqué de susciter la «suspicion». Face à cette nouvelle réalité, on aurait aimé

Face à cette nouvelle réalité, on aurait aimé voir la Ligue de foot- ball professionnel réagir et faire le «ménage». Car, on trouvera tou- jours quelque chose à dire face aux atermoiements de cette structure gérant notre football où tout le monde veut remporter le titre pour les uns et éviter coûte que coûte la relégation pour les autres. Pour-

tant, on sait tous qu'il n'y aura qu'une seule qui remportera le titre de champion et trois des 16 équipes vont faire le «plongeant» en Ligue2. C'est même une lapalis- sade. C'est pour cette raison qu'on a vu que beaucoup d'observateurs attirent l'attention de la LFP sur la nécessité de ne plus reporter de matches lors de la prochaine jour-

née (la 25 e du genre). Déjà, le match en retard de la 24 e journée entre l'USMA et le MCEE, à Bolo- ghine, n'est pas encore programmé. Personne n'a rien compris à ce re- port, surtout que l'USMA a accepté de jouer ce 3 avril, à Dakar, la manche retour des 1/16 es de finale de la Ligue des champions devant l'ASPikine, alors qu'elle compte 7

absents et pas des moindres. Le re- port de CSC-NAHD et USMA- MCEE ne tient pas la route du fait que la règlementation est appliquée à «géométrie variable», puisque la saison dernière, on lui avait juste- ment tourné le dos. Si on veut évi- ter le «grabuge» et les polémiques, il est plus que sage que la LFP pro- cède, dès cette 25 e journée, à la programmation de tous les matches de Ligue1 Mobilis et même Ligue2 Mobilis le même jour et à la même heure pour ne léser personne et afin que tout se déroule dans la sé- rénité. Il ne faudra pas attendre les quatre dernières journées pour le faire. Ce serait dans ce cas trop tard du fait que les tractations entre les uns et les autres ont déjà com- mencé. De plus, il faudra faire jouer les matches en retard avant de poursuivre le championnat na- tional. On sait cependant que le match CSC-NAHD est programmé pour ce 3 avril à Constantine, mais USMA-MCEE ne l'est pas encore. On vient de le programmer pour le 10 avril à Bologhine. A la LFP de réagir et veiller à ce que tout se dé- roule comme prévu. C'est-à-dire dans la joie et l'allégresse.

H. G.

MISE À JOUR (24 e JOURNÉE)

USMA - MCEE, le vendredi 10 avril

Le match en retard USM Alger - MC El Eulma, comptant pour la 24 e journée de Ligue 1 «Mobilis» de football a été programmé le vendredi 10 avril, au stade Omar-Hamadi de Bologhine, a annoncé dimanche la Ligue du Football professionnel (LFP) sur son site offi- ciel. Ce match était prévu le week-end dernier, en même temps que les autres matches de Ligue 1, mais l'USMA a demandé à ce qu'il soit reporté à une date ultérieure, déplorant l'ab- sence de trois de ses joueurs qui se trouvaient en équipe nationale. Les règlements en vigueur dans le championnat de football algérien auto- risent, en effet, les clubs à reporter un match si leur effectif est amoindri par l'absence d'un mi- nimum de trois joueurs, convoqués en équipe

nationale. Les trois joueurs usmistes qui man- quaient à l'appel sont le défenseur Farouk Cha- faï, le meneur de jeu Youcef Belaïli et l'attaquant Malgache, Charles Andria. Le CS Constantine, autre club sociétaire de la Ligue 1 Mobilis, qui déplorait également l'absence de trois de ses internationaux, a obtenu, lui aussi, le report de son match contre le NA Hus- sein Dey, prévu au stade Hamlaoui (24 e jour- née). Non concernés par la Ligue des Champions ou la Coupe de la CAF, les Constantinois joueront leur match en retard contre le NAHD, le 3 avril prochain, pour la mise à jour du calendrier, contrairement aux Usmistes qui devront attendre leur retour du Sénégal pour accueillir le MCEE à Bologhine.

COUPE D’ALGÉRIE (DEMI-FINALES)

ESS - MOB et RCA - ASO, les 10 et 11 avril

Les matchs ES Sétif - MO Béjaïa et RC Arbaâ - ASO Chlef, comptant pour les demi-finales de la Coupe d'Algérie 2015 de football, se joueront respective- ment les 10 et 11 avril prochains, a an- noncé dimanche la Ligue du football professionnel (LFP) sur son site officiel. L'ESS, dont le stade répond aux normes exigées, aura la chance de recevoir le MOB sur son terrain fétiche du 8-Mai 45, au moment où le RC Arbaâ a dû déména- ger exceptionnellement à Bologhine. «Nous avons décidé d'accueillir l'ASO à Omar-Hamadi de Bologhine, car c'est un stade que nous connaissons bien et qui nous a déjà porté chance», a affirmé à

l'APS le vice-président du RCA, Musta- pha Zerrouk. L'autre demi-finale, entre l'ES Sétif et le MO Béjaïa, se présente comme une finale avant l'heure, car op- posant l'actuel leader du championnat de Ligue 1 Mobilis à son dauphin. Une af- fiche qui devrait tenir toutes ses pro- messes. Le président de la Commission d'ar- bitrage de la Fédération algérienne de football, Khalil Hamoum, avait annoncé il y a une semaine que "les demi-finales ESS-MOB et RCA-ASO pourraient se dérouler les 13 et 14 avril", mais finale- ment, il a été décidé de les avancer aux 10 et 11 du même mois.

Sports

31

EL MOUDJAHID

GRAND TOUR D’ALGÉRIE CYCLISTE-2015 (22 e ÉTAPE/10 e ET DERNIÈRE ÉPREUVE)

GrAnd Prix internAtiOnAl de lA ville de MOuzAïA (77 KM)

Hannachi vainqueur à Mouzaïa, Chabane remporte le GTAC-2015

De nos envoyés spéciaux :

Mohamed-Amine Azzouz et Billel

A bdelbasset Hannachi du GsP a remporté, hier, le Grand prix de la ville de Mou- zaïa, alors que le sociétaire de cevital,

Hichem chabane, est le grand vainqueur du GtAc-2015, à l’issue de l’épreuve finale de cette belle manifestation sportive. Hier donc, le GtAc-2015 avait rendez-vous avec son ultime étape (22 e ), à l’occasion du déroulement de la dernière épreuve du tour, avec le Grand prix in- ternational de la ville de Mouzaïa, dans une am- biance festive et une grande liesse populaire, dont cette localité, de la wilaya de blida, a le se- cret. Hommes, femmes et enfants de tous âges sillonnaient les artères de la ville, et les trottoirs étaient bandés de monde. la 22 e et dernière étape, qui s’est déroulée sur un circuit de 77 km (25 tours de circuit), a connu un véritable suc- cès, l’organisation était bonne et les Mouzaouis ont passé un agréable moment, avec cette course cycliste, surtout que la population de cette cha- leureuse ville est réputée pour son amour du vélo. les bambins étaient aux anges de voir les coureurs d’aussi près. Avant le déroulement de la course, Mouzaïa a connu une matinée animée avec plusieurs activités sportives et des parades produites par les jeunes sportifs de la localité. l’arrivée de la caravane du GtAc a été accueil- lie à coups de baroud par des cavaliers, avec l’habit traditionnel sur des pur-sang arabes. en- suite, les organisateurs ont marqué le point en faisant retentir l’hymne national. de jeunes sportifs, filles et garçons, représentant les diffé- rentes sections sportives de la ville de Mouzaïa ont effectué une parade, sous les applaudisse- ments de la foule. À noter la présence des auto- rités locales, en sus de celle de Mustapha berraf, président du comité olympique algérien. en la circonstance, de nombreux anciens coureurs ont eu la joie de se retrouver. les embrassades et ac-

ont eu la joie de se retrouver. les embrassades et ac- colades étaient de mise. On

colades étaient de mise. On peut qualifier la journée d’hier de véritable fête du vélo, comme on aime bien les vivre dans notre douce Algérie. la radio chaîne iii a diffusée en direct, sur ces ondes, l’évènement, avec djamel boukercha au micro, un spécialiste en la matière, présent sur place et qui a, à son actif, plusieurs années de tour d’Algérie, dont-il a assuré la couverture. À signaler que deux illustres figures algé- riennes ont vécu une tranche de leur vie dans la ville de Mouzaïa. il s’agit de feu Ferhat Abbès, président du GPrA, et de l’écrivaine Assia djebbar, récemment rappelée à dieu.

Cette étape à Mouzaïa a connu un franc succès Pour revenir à la compétition, on peut dire que le Grand prix de la ville de Mouzaïa a connu un franc succès. la concurrence a été rude entre les 58 coureurs des différentes équipes enga- gées, notamment entre ceux des équipes algé- riennes vélo club sovac, GsP, cevital Ooredoo, ainsi que ceux des équipes nationales d’Érythrée, de syrie et du rwanda, et l’équipe belge du ct2020. les Azzedine lagab, nassim saidi, Mekseb debesay, Abdelkader, Korichi, Abdelbasset Hannachi, Hichem chabane, Jan- vier Hadi, Abderahmane Mansouri, Abdallah

benyoucef, Mohamed bouzidi, Abdelkader bel- mokhtar, Ghebreigzbhi Amanuel, Adil barbari, Jean bosco et d’autres se sont bien battus pour remporter le Grand prix de la ville de Mouzaïa.

chaque équipe avait sa stratégie, mais celle qui

a payé, c’est celle du GsP coché par Hakim

Hamza, puisqu’au prix d’un sprint fou, lors de la dernière ligne droite, au sein d’un peloton groupé, Abdelbasset Hannachi, le champion d’Algérie en titre du GsP, arrache la victoire avec un temps de 1h 52’ 05’’. il prouve, encore une fois, qu’il demeure l’un des meilleurs cy- clistes du pays. Hannachi, c’est du costaud, comme on dit. l’Érythréen Mekseb debesay est rentré 2 e , suivi du coureur d’Ooredoo, nassim saidi, 3 e . se sont les trois hommes du podium du jour à Mouzaïa. la cérémonie de remise des maillots a été suivie par beaucoup de monde, dans une grande ambiance. Hannachi (GsP) a bénéficié des maillots jaune de la 10 e épreuve du GtAc et rouge du meilleur sprinteur. le

maillot à pois du meilleur grimpeur a été remis

à l’Érythréen Mekseb debesay. Abderahmane

Mansouri (sovac) a endossé le maillot vert du meilleur jeune. nassim saïdi (Ooredoo) a vêtu

le maillot bleu de la combativité. Pour ce qui est

du maillot orange du GtAc-2015, c’est Hichem chabane (cevital) qui l’emporte haut la main. ce qui fait de lui le grand champion du GtAc, toutes épreuves confondues.

Le président de la FAC se félicite de la réussite de l’évènement rachid Fezouine a tenu à remercier l’ensem- ble des acteurs ayant contribué à la réussite de cet évènement. en premier lieu, le Président de la république, qui parraine le GtAc, les auto- rités du pays, ainsi que les différents corps des services de sécurité et la Protection civile, qui n’ont ménagé aucun effort pour réunir les conditions de réussite de cette manifestation sportive, qui prend de l’envergure d’année en année. Franchement, pour l’avoir vécu, le GtAc-2015 a été, encore une fois, une belle aventure humaine, à vivre moment par moment. la FAc et nsO, avec la contribution des parte- naires du GtAc, ont réussi à relever le défi et faire de ce grand tour d’Algérie cycliste interna- tional, l’un des évènements sportifs majeurs sur la scène nationale. il aura permis aussi à l’en de cyclisme de récolter beaucoup de points et de se positionner parmi le trio de tête temporaire au classement de l’Africa sport, en attendant la suite des compétitions à venir, avec comme ob- jectif placer des coureurs aux prochains JO-2016 de rio. Au revoir GtAc-2015, on attend avec impatience le prochain, en 2016. le cyclisme est un sport tellement passionnant qui nous permet de découvrir la grandeur et la beauté de notre grand pays.

M.-A. A.

AbdelbAsset HAnnAcHi (GsP) :

« Cette victoire est celle de toute l’équipe du GSP »

«Je suis un homme heureux avec cette belle victoire. On a fait un excellent travail tactique. tous mes camarades sont à féliciter, cette victoire n’est pas seulement la mienne, mais celle de l’ensemble de mes camarades, de notre coach et de l’ensemble de nos staffs au GsP. On a en- core une fois prouvé que nous avons une belle et solide équipe.»

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PRESSE

tOurnOi de lA Presse sPOrtive de l’OnPsA dÉdiÉ À Aziz YOunsi (tirAGe Au sOrt)

El Moudjahid dans un groupe très difficile

le tournoi de la presse sportive qui coïncide avec la Journée interna- tionale de la presse, organisé par l’OnPsA, se veut, cette année, l’oc- casion de rassembler le plus grand nombre de journalistes et médias dans un même endroit afin d’accroî- tre les liens d’amitié et de rapproche- ment entre les uns et les autres. On ne peut que saluer les organisateurs, puisque le nombre d’équipes qui vont participer a atteint le chiffre de 22 médias, entre journaux et télévi- sions. On peut même dire qu’il s’agit d’un record, puisque les organisa- teurs ont été contraints d’adopter un tirage style championnat et non pas avec élimination directe, eu égard au nombre de participants. ceux qui veillent sur la bonne marche de ce tournoi ont arrêté le nombre à 22 et, par conséquent, il n’est plus possible d’accepter de nouvelles équipes, sur- tout après le déroulement de l’opé- ration du tirage au sort, hier, au siège du cOA. ce tournoi a été dédié au réalisateur de la chaîne iii Aziz Younsi qui vient de nous quitter à la fleur de l’âge. il a laissé un grand vide au niveau de la corporation, surtout qu’il fut un personnage d’une compétence hors pair. c’était quelqu’un qui connaissait tout le monde, puisqu’il ne laissait rien se dérouler sans qu’il n’ajoute son grain de sel. il était très convivial et sociable. il était volubile, puisqu’il avait toujours quelque chose à dire. il était aimé de tous. Jovial, il est toujours intéressant de suivre ses commentaires sur l’actualité spor- tive et autres. un véritable érudit. il lisait tous les écrits des journalistes et savait tout ou presque sur eux. il est tout simplement inoubliable. c’est une très bonne initiative prise par les organisateurs, un acte qui contribue ainsi à lutter contre la politique de l’oubli. ce tournoi a été rehaussé par la présence du prési- dent du cOA, Mustapha berraf, mais aussi son chef de cabinet, zaâ-

Ph. : Hammadi
Ph. : Hammadi

tar sid Ali, ainsi que le sG de la ligue de la wilaya d’Alger, bou- rouba Hocine, et Maherzi Karim, membre de la commission d’organi- sation des compétitions de la ligue de la wilaya d’Alger. il y eut la

constitution de quatre groupes (A, b,

c et d). On a dû aussi recourir à un

deuxième tirage pour «caser» les deux équipes qui étaient en plus

dans les deux groupes tirés au sort.

il fallait d’abord choisir les deux

groupes avant d’ajouter les deux équipes. c’est ainsi qu’El Moudjahid, le doyen de la presse sportive, est tombé dans le groupe d, un des plus difficiles, avec Dzaïr News, El- Watan, Ennahar journal, El-Bilad et les radios nationales. dans ce sys- tème style championnat, il y aura la qualification de deux équipes par groupe aux quarts de finale. le tirage au sort a été effectué par M. berraf, le représentant de Mobilis, le sG de la lWA et du re- présentant de la sûreté d’Alger. Avant de procéder à l’opération du tirage au sort, le président du cOA, Mustapha berraf, n’a pas manqué de dire : «il s’agit d’une très bonne ini- tiative. Je constate que vous êtes bien préparés pour participer à ce tournoi. Je vous informe qu’il va y avoir, ces jours-ci, l’organisation d’un séminaire international (03

avril). il y aura de grands experts des médias et de la presse sportive. les médias, qu’on le veuille ou non, font partie intégrante du sport algérien.» les organisateurs ont insisté sur la sportivité et le respect de la disci- pline.

«On ne doit pas oublier qu’il ne s’agit que d’activités récréatives. On ne fait pas de la performance par le biais de ce tournoi. bien au

contraire, c’est seulement une occa- sion pour se rencontrer et se recon- naître. Que la sportivité et le fair play soient au rendez-vous !» le début du tournoi aura lieu dans les meilleurs délais (première semaine d’avril). il y a lieu d’établir le pro- gramme général de ce tournoi ainsi que l’infrastructure qui va l’accueil- lir avant d’informer la presse. Hamid Gharbi

Constitution des groupes :

GA : dzaïr news, El Moudjahid, El-Watan, Ennahar, El-Bilad, radios nationales Gb : echourouk tv, dzaïr tv, ennahar tv, Le Temps, Liberté, El- Hayath El-Youmi Gc : Chourouk Journal, Essa- lem, Echaâb, Horizons, entv Gd : El-Massa, El-Khabar Er- riadhi, El-Hadef, l’APs, Le jeune Indépendant

Mcee

Accoursi succède à Aït Djoudi

le Mce el-eulma s’est séparé cette se- maine de Azeddine Aït djoudi pour des rai- sons qui restent à connaître. c'est que l'ancien coach du nAHd a tenu, tant bien que mal, avec en prime une qualification historique au deuxième tour de la ligue des champions d'Afrique, en dépit d'un hiver très compliqué. des parties parlent d'une séparation à l'amiable mais, à six journées de la fin du championnat, la logique aurait voulu que les deux parties continuent à co- habiter Qu'à cela ne tienne, la direction du Mcee n’a pas pris beaucoup de temps pour trouver un remplaçant à Aït djoudi. dans son choix, elle a préféré faire confiance à un technicien qui connaît bien la maison en la personne de Jules Accoursi. l'ancien coach de la république centra- frique cumule déjà un passage au club eulmi, ce qui fait qu'il n’arrive pas en ter- rain inconnu. le Français est arrivé, di- manche dernier, à el eulma et devait entamer son travail dès hier. Jules Accoursi

à qui la direction a assigné l'objectif de maintenir le club à une place honorable, ou le maintien tout simplement à défaut, dé- butera sa mission, samedi prochain, à Obuasi au Ghana, avec le match retour de la ligue des champions d'Afrique, face à l'Ashante Kotoko. Au match aller, les deux équipes s'étaient quittées sur un nul vierge. un exploit paraît réalisable pour le vieux brisquard qu'est Jules Accoursi, même si le champion ghanéen reste intraitable à domi- cile, contexte africain oblige ! Actuel quinzième du championnat na- tional, a un point du premier relégable, le nasr Hussein dey (27 points), le Mcee est sérieusement menacé. sauf un parcours de champion, le Mcee risque sérieusement de rétrograder. une situation étrange pour un club qui a fait sensation la saison der- nière en terminant à une place qualificative pour l'Afrique et a débuté l'actuelle saison sur de bonnes bases. Amar Benra-

tOurnOi internAtiOnAl de l'AMitiÉ de bAsKet (u16)

La fête était au rendez-vous

le premier tournoi de l’amitié des moins de 16 ans qu’a organisé l’Algérie à staouéli a connu un franc succès et une forte affluence. les nombreux présents ont assisté à un très beau tournoi consacré aux jeunes basketteurs qui feront certainement le bonheur des sélections séniors dans un futur proche. le tournoi a regroupé quatre nations chez les deux sexes, la tunisie, le Maroc, le Mali, et l’Algérie, pays organi- sateur. Après trois journées très disputées entre les participants, le Mali et la tunisie animaient, samedi, la finale féminine, alors que celle des garçons se jouait entre l’Al- gérie et la tunisie. chez les filles, le tro- phée est revenu à l'équipe malienne, qui s'est imposée largement face à la tunisie (70-27), alors que le Maroc s'est adjugé la troisième place, en s'imposant devant l'Al-

gérie (29-21). la finale masculine a été palpitante jusqu’au buzzeur final. l’Algé- rie, dominé dans les trois premiers quart- temps, a effectué une remontée spectaculaire, grâce, notamment, au sou- tien de son public pour finir sur égalité par- faite 71/71. Aux prolongations, le cumul des fautes (4 joueurs expulsés) fera la dif- férence. les protégés du duo Abidat/Ha- rouni s’inclinent sur 8 points de différence, 87 à 79. la troisième place du podium est revenue au Mali qui s'est imposé devant le Maroc par 67 à 46. deux noms à retenir lors de cette fête du basket-ball, le Marocain sami el-Oue- riachi, meilleur joueur du tournoi, et le tu- nisien Oussama el-Mernaoui, meilleur marqueur de la finale. Mokhtar Habib

iMPressiOns :

Abderzak Belkadi, directeur technique national :

«Par l’organisation de ce tournoi, nous avons voulu jauger le niveau de nos joueurs par rapport à celui de nos voisins, en prévision du tournoi qualificatif au championnat d’Afrique. et là, nous constatons le progrès des tunisiens et surtout la taille des joueurs et joueuses maliens qui est impressionnante. ce tournoi est appelé à devenir une véritable tradition.»

M. H.

Mardi 31 Mars 2015

D E R N I E R E S MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.048$ Le
D E R N I E R E S

D

E

R

N

I

E

R

E

S

D E R N I E R E S
MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.048$ Le Brent à 54.58 dollars
MONNAIE
PÉTROLE
L'euro à 1.048$
Le Brent
à 54.58
dollars

1 re coNFérENcE MiNiStériELLE DU DiALogUE 5+5 SUr LES rESSoUrcES EN EAU

Dix ministres à Alger

5+5 SUr LES rESSoUrcES EN EAU Dix ministres à Alger tront en relief l’importance, voire l’urgence,

tront en relief l’importance, voire l’urgence, d’installer «un mécanisme de coopération pour assurer un développement durable de la ressource en eau dans cette sous-région caractérisée par une accentuation de la ra- reté de l’eau». Dans cette optique, il y a lieu de rappeler que lors d’un de ses récents dé- placements, Hocine Necib a affirmé que «l’état algérien, à sa tête le Président de la république, a mis en place une stratégie ef- ficiente qui a permis à notre pays d’amélio- rer grandement l’accès des citoyens aux ressources en eau. certes, la crise de l’eau est derrière nous, mais les efforts doivent continuer afin de préserver cette ressource». À propos de la conférence d’aujourd’hui, il a souligné que celle-ci portera sur la signature d’un accord de partenariat sur la stratégie de l’eau dans la partie occidentale de la Méditerranée, ainsi que la mise en place d’un plan d’action afin de concrétiser les actions retenues. Aussi, M. Necib s’est félicité de voir l’Al-

ALgériE - FrANcE

L es dix ministres débattront, entre autres, de la nécessité de mettre en place un méca-

nisme de coopération pour assurer un développement durable de la ressource hydrique dans cette sous- région caractérisée par une accen- tuation de la rareté de l’eau. c’est aujourd’hui, à l’hôtel El-Aurassi, que s’ouvrent les travaux de la pre- mière conférence du Dialogue 5+5, regroupant les ministres en charge de l’eau des pays des deux rives de la Méditerranée. Y prendront part également des associations et des organisations régionales et interna- tionales. ce sont deux pays majeurs, à sa- voir l’Algérie et l’Espagne, qui ont pris l’initiative d’aller vers une stratégie com- mune dans le secteur des ressources hy- driques, et ce dans un cadre de concertation, a-t-on appris, hier, de la cellule de commu- nication du département des ressources en eau. L’idée a émergé il y a environ deux ans, et plusieurs rencontres entre experts ont été tenues. cette fois, c’est au tour des ministres représentant les dix pays des rives nord et sud de la Méditerranée de débattre sur la né- cessité de mettre en place une «stratégie de l’eau en Méditerranée occidentale». ce plan d’action «permettra d’arrêter une vision commune à la problématique liée à l’eau dans la région, de tracer les grandes lignes d’une future coopération dans le domaine des ressources en eau en Méditerranée oc- cidentale et de se doter d’un cadre de concertation et de coordination», précise notre source. Aussi, les dix ministres met-

gérie atteindre les objectifs du mil- lénaire visant à garantir à tous les Algériens de l’eau potable. ce défi a été réalisable grâce à la diversifi- cation des sources d’eau : barrages, dessalement et exploitation des nappes phréatiques. En effet, selon lui, en 15 ans, «notre pays a réussi à se mettre à l’abri en matière de res- sources en eau». il a qualifié, dans ce contexte, l’expérience de l’Algé- rie dans la dynamisation de ce sec- teur de probante. «ce n’est certainement pas fortuit, a-t-il sou- tenu, si notre pays a été choisi pour abriter, à Alger, un sommet du groupe des 5+5 sur l’eau.» cette rencontre des cinq pays de la rive nord de la Méditer- ranée (Espagne, italie, France, Portugal et Malte) et les cinq pays du Maghreb, permet- tra, comme il le dira, de «dégager un plan d’action commun pour mettre au point une stratégie visant à mieux sécuriser la gestion des ressources en eau dans la région.» Par ailleurs, il y a lieu de préciser que dans les pays du pourtour méditerranéen, l’accrois- sement des populations et le développement économique pèsent sur la ressource en eau. cette ressource, liée à la situation hydrique, géographique et démographique de ces pays, représente des enjeux multiples et in- terdépendants : la santé publique et l’auto- nomie alimentaire, la compétitivité économique et l’arbitrage des différents usages, les paramètres géopolitiques et fi- nanciers et, enfin, la préservation de l’envi-

ronnement. Fouad Irnatene

Vers l’élaboration d’une convention de coopération algéro-française sur la protection de l’environnement

L’Algérie et la France pré- voient l’élaboration prochaine- ment d’une déclaration d’intention et d’une convention de coopération portant sur la protection de l’environnement et le développement durable, a annoncé hier le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement. La minis- tre de l’Aménagement du terri- toire et de l’Environnement, Dalila Boudjemaâ, a convenu, avec l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié, lors d’une audience qu’elle lui a ac- cordée, de «l’élaboration, dans les prochains jours, d’une dé- claration d’intention et d’une

jours, d’une dé- claration d’intention et d’une convention de coopération por- tant sur la protection de

convention de coopération por- tant sur la protection de l’envi- ronnement et le développement durable», a précisé la même

et le développement durable», a précisé la même source dans un communiqué. L’audience a, par ailleurs,

source dans un communiqué. L’audience a, par ailleurs, porté sur la préparation de la 21 e conférence des parties sur la

coLLEctiVitéS LocALES

convention-cadre des Nations unies sur les changements cli- matiques qui doit se tenir à Paris en décembre 2015, et qui vise l’aboutissement d’un accord in- ternational «juridiquement contraignant, équilibré et juste» sur les changements clima- tiques. La rencontre a permis également l’examen de la coo- pération future, dans les do- maines de l’aménagement du territoire, de l’environnement et du développement durable. La gestion des déchets, la protec- tion du littoral, le renforcement des capacités et la formation ont été retenus comme axes priori- taires, a conclu le communiqué.

Un nouveau programme de développement

Un nouveau programme de développe- ment pour les collectivités locales dénommé Fonds de solidarité et de garantie des collec- tivités locales a été annoncé, hier à Bordj Bou-Arréridj, par le directeur général des collectivités locales au ministère de l’inté- rieur et des collectivités locales, Azzeddine Belkacem Nacer. ce Fonds vient compléter les différents programmes de développement communaux, a affirmé le même responsable au cours de la cérémonie d’ouverture, au siège de la wilaya, d’un stage de formation

des cadres locaux des collectivités locales qui a réuni les présidents d’APc et les secré- taires généraux des communes. ce Fonds est destiné à rattraper les retards qu’accuse la réalisation de certains programmes, a ajouté le Dg des collectivités locales, faisant part des orientations du ministère quant à «la mo- bilisation des ressources de manière ration- nelle, la consommation des crédits accordés et la rationalisation des dépenses». il a éga- lement indiqué que le Fonds permettra à plu- sieurs communes de «mieux respirer» vu

USA

que les programmes de développement com- munaux (PcD) «ne suffisent pas, dans nom- bre de cas, à satisfaire les besoins d’équipements et d’investissement». il s’agit-là d’une «opportunité pour les collec- tivités locales qui pourront mieux affronter leurs difficultés», a indiqué M. Azzeddine Belkacem Nacer, soulignant que la priorité doit être accordée aux régions enclavées, ainsi qu’à une meilleure communication et une coordination accrue entre les différents secteurs.

Fusillade à l’entrée des locaux de la NSA, un mort

Une personne a été tuée et une autre blessée dans une fusillade lorsqu’elles ont essayé de s’introduire en voiture dans le quartier général de l’Agence de sécurité na- tionale américaine (NSA), près de Washing- ton. Le FBi, qui a dépêché une équipe sur place, a indiqué qu’il ne semblait pas y avoir a priori de «lien avec le terrorisme». «Une personne a été tuée et une autre blessée alors

qu’elles essayaient d’entrer avec leur véhi- cule sans autorisation» dans le quartier gé- néral de la NSA, dans le complexe militaire de Fort Meade (Maryland, Est), a indiqué, dans un communiqué l’armée américaine, qui gère le complexe. «Le personnel de sé- curité de la NSA les a empêchées de péné- trer», indique le communiqué. Le FBi a indiqué de son côté qu’il enquêtait «sur une

fusillade» à l’entrée de la NSA. Selon plu- sieurs médias locaux, les deux hommes qui ont tenté de s’introduire dans le complexe étaient habillés en femme. Les images télévisées après l’incident montrent un véhicule SUV sombre et une voiture de police endommagée à un carre- four, entourée de débris et avec un drap blanc sur la chaussée.

« DiALogUE NorD-SUD EN MAtièrE DE MigrAtioNS »

Une délégation de l’APN au Portugal

L'Assemblée populaire nationale (APN) a pris part hier aux travaux de la conférence sur le "Dialogue Nord-Sud en matière de migrations" qui se tient à Lagos (Portugal). organisée par l'Assemblée par- lementaire du conseil de l'Europe, en col- laboration avec le centre Nord-Sud du conseil de l'Europe et le parlement portu- gais, cette conférence de deux jours se penche sur quatre thèmes, à savoir "La mi- gration Nord-Sud et ses défis", "Les mi- grations et le développement", "L'intégration des migrants" et "L'élite mi- grante : passerelle entre le Nord et le Sud", a précisé un communiqué de l'APN.

DiPLoMAtiE

Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur de la République de Corée en Algérie…

Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination de M. Park Sang-Jin, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la république de corée auprès de la répu- blique algérienne démocratique et popu- laire, a indiqué hier un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

… et du nouvel ambassadeur d’Algérie au Burkina-Faso

Le gouvernement du Burkina-Faso a donné son agrément à la nomination de M. Mohamed Ainseur, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipo- tentiaire de la république algérienne dé- mocratique et populaire, auprès du Burkina-Faso, a indiqué hier un commu- niqué du ministère des Affaires étran- gères.

MDN

450 kg de kif traité saisis à Béchar et 22 contrebandiers arrêtés à Tamanrasset

Une quantité de 450 kg de kif traité a été saisie à Béchar et 22 contrebandiers ont été arrêtés à tamanrasset dans diffé- rentes opérations menées par les éléments de l’Armée populaire nationale (ANP) dans le cadre de la lutte contre la contre- bande et le crime organisé, a indiqué hier le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la contre- bande et le crime organisé, des éléments des gardes-frontières relevant du secteur opérationnel de Béchar (3 e région mili- taire), suite à une opération de fouille et de recherche menée dans la localité fronta- lière de Menabha, ont saisi, hier 29 mars 2015, une quantité de 450 kilogrammes de kif traité», a précisé la même source. Par ailleurs, «d’autres détachements relevant du secteur opérationnel de tamanrasset (6 e région militaire), ont appréhendé, lors de différentes opérations, vingt-deux contrebandiers, dont vingt-et-un Algé- riens et un de nationalité nigérienne et ont saisi deux (02) véhicules tout-terrain, dé- tecteurs de métaux et deux téléphones portables», a-t-on ajouté.

DÉCÈS

La famille Djazouli de Chlef et d’Alger, parents et alliés ont la douleur de faire part du décès de leur cher. Djazouli Mouloud, ancien journaliste à Alger Républicain, survenu hier à l’âge de 78 ans. L’enterrement aura lieu aujourd’hui au cimetière d’El-Alia après la prière du d’hor. Puisse Dieu le Tout-Puissant l’accueillir en Son vaste paradis.