Olivier lhl : « La gauche

enregistre un fort recul »
tue dans 11 des 29 cantons
du département. Le symbole de cetle défaite reste éVldemment la déroute du
président sortant du conseil
général à Bourgoin-Jalheu
- où il réalise moins de 23 %
des voix!»

livier
professeur de
0recteur
science pohtique et dihonoraire de l'InstiIhl,

tut d'études politiques (lEP)
de Grenoble, nous livre son
analyse sur les départementales.

-+ Quel regard portez-vous

-

sur ce scrutJn en Isère ?
«Comme ailleurs, l'offre
électorale s'est structurée
autour de quatre pôles : le
FN, la dr01te republicaine,
le PS et ses alliés, la gauche
alternative. S1le rapport de
forces entre la dr01te et la
gauche est globalement de
65 % contre 35 % en Isère,
la ventilation des voL'\ doit
être examinée de près, avec
23% pour le FN, 42 °<, pour
la droite, 29 % pour le PS et
5 % pour la gauche alternative- mais près de 30 % à
Grenoble!»

-+ Mals encore...
«D'abord, la dr01le et l'extrême droite n'ont pas arbitré les rares duels entre le
PS et la gauche alternative .
d'où une chute de la participation dans ces batailles localisées à Grenoble (à peine 40 %) et une explosion
du vote blanc et nul - qui
depasse les 14 %et même
20 % dans le canton de Grenoble 4, où l'on enregistre
63 %d'abstention. La gauche, divisée au premier tour
et handicapée par les
échecs de l'action smvie
par le gouvernement en
matière d'emploi, de pouvoir d'achat et de logement,
enregistre un fort recul Dès
le premier tour, elle est bat-

-+ Quld de la modernlsaUon
voulue par la loi ?
On notera un fort appel au
renouvellement générahonnel lors de ce scrutin
censé "modern1ser" la vie
pubhque, dont témoignent
les très bons scores des binômes Trocmé/Kirat (EELV
et alliés) à Grenoble 1
(57,33 % au second tour),
Gaillard/Lissy (PS) à Fontaine- Seyssinet (53,46) %
ou Polat/Gérin (UMPIUDI
et alliés) à Voiron (57,85 %).
Le PC, affaibli par ses revirements successifs d'alliances et un déclin structurel,
est encore capable de barrer la route des classes populaires au FN, en duel,
dans le canton d'Échrrolles.
Je note que le FN réalise
une percée après les municipales et les européennes,
mais ne dispose pas d'alliés
ni de réserves de voix au
second tour pour s'imposer
dans un scrutin majoritaire.
En cas de triangulaire, fait
notable, il recule de 2
points et provoque un net
SUT'iaut de participation au
Sud-Grésivaudan (43,7 %
d'abstention seulement) et
au Grand-Lemps (44 %).
Preuve que le front républicain fonctionne toujours, et
a même de beaux restes, lui
qu'on disait moribond ...
Les reports de voix entre
premier et second tours se
font bien de la gauche vers
l'UMP/UDI (le score de la
droite .à La Verpi111ère est
de 58 %), mais, plus original, aussi de l'UMP/UDI
vers la gauche socialiste alors que l'état-major de
l'lJMP avait appelé, on le
sait, au ni-ni - dans le cas
de triangulaire avec le
Front national.»
Propos recueillis
Plr Philippe GONNET

LA PHRASE
" Le symbole de cette défaite reste
évidemrnent la déroute du président sortant
du conseil général à Bourgoin-Jallieuoù il réalise moins de 23% des voix! "

Olivier lhl, professeur de science politique et directeur
honoraire de l'Institut d'études politiques (lEP) de Grenoble

• Le Département sera finalement divisé en trois ensembles, avec une large majorité UMPIUDI/Indépendants
(16 binômes) qui signe la fin d'un cycle électoral, un pôle PS (8) en plein désarroi, et un pôle gauche alternative
qui comprend le PC (2) et les Verts/Parti de gauche/Nouvelle donne (2) •, analyse Olivier lhl (en haut à
gauche). 1 •• M r ·sr~ AGOSnNJSe' m

Le PS poursuit son. déclin en reculant
encore dans les quartiers populaires »
«

_. Comment se présente
la nouvelle configuration
politique du Département ?
«Le PS poursuit son déclin é lectoral en reculant
encore dans les quartiers
populaires.
Une dép rise sociale qui
s'accentue en cas de
duels contre les Verts,
comme à Grenoble 4, où
il fait alors ses plus mauvais scores dans les bureaux de la Capuche, de
Sid i-B rahim ou de l' Arlequin.

Les résultats de ces élections
ont bouleversé la composition
et la majorité au Département,
qui passe désonnais à droite,
après 14 années de gestion
SOCialiste. Pnmo Le OIJtt ISIOpl1eAGOSTIMS

Le Département sera finalement divisé en trois
ensembles, avec une large majorité UM P/UDI/indépendants (16 binômes)
qui signe la fin d'un cycle

électoral, un pôle PS (8}
en plein désarroi, et un
pôle gauche alternative
qui comprend le PC (2) et
les Verts/Parti de gauche/Nouvelle d onne (2}.
Ce dernier ensemble demeure cependant divisé
quant à la stratégie à suivre : faire alliance avec le
PS ou renouveler le leadership programmatique
d'une gauche boud ée par
son électorat.
Mais il est uni dans et par
ses critiques de la ligne
politique du couple Hollande/Valls, alors que le
congrès du PS et les régionales pomtent d éjà à
l'horizon.»
Recueilli par Ph.G.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful