Vous êtes sur la page 1sur 17

1.

HABITER LA TERRE
Maria Villela-Petit

in Thierry Paquot , Habiter, le propre de l'humain

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

2007
pages 19 34

Article disponible en ligne l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/habiter-le-propre-de-l-humain---page-19.htm

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Villela-Petit Maria, 1. Habiter la terre,


La Dcouverte Armillaire

in Thierry Paquot , Habiter, le propre de l'humain

, 2007 p. 19-34.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour La Dcouverte.


La Dcouverte. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions
gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute
autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf
accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage
dans une base de donns est alement interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

La Dcouverte | Armillaire

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter la terre

Maria Villela-Petit

Nombreux sont les emplois du verbe habiter. Mais quel peut

tre, aujourdhui, la signification, voire la spcificit dune


expression comme habiter la Terre ? En dautres termes :
doit-on considrer la Terre comme un complment, parmi tant
dautres, du verbe transitif habiter ? Afin de commencer rflchir sur le sens mme dune telle question, passons en revue
quelques complments du verbe habiter, en allant des plus usuels
aux plus denses et riches de sens, l o le mtaphorique se lie
intimement au littral et le dborde.
Le verbe habiter
Nous disons de quelquun quil habite une grande mtropole,
dun autre quil habite la campagne ou au bord de la mer, ou
encore quil habite avec ses parents (sous-entendu, il na pas
encore quitt le domicile familial pour avoir un chez soi
lui). Sur la lance du discours commun, les sociologues, qui se
penchent sur lhabitat urbain ou plutt sur les problmes de
grandes conurbations , diront de telle catgorie sociale que
ceux qui en sont issus habitent les beaux quartiers , de telle
autre que ses reprsentants habitent les banlieues ou certains
quartiers dshrits du centre-ville, ou encore des bidonvilles.
19

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Quand on essaie de penser lhabitation, ces prcisions enferment


des connotations sociales et humaines dont on ne saura ngliger
limportance anthropologique et sociale. Il est toutefois possible
de construire avec le verbe habiter des expressions moins courantes qui, par elles-mmes, servent dindice des dimensions
de lhabiter auxquelles une approche philosophique ne peut
rester indiffrente. En voici un petit chantillon : habiter sa
vie , tel danseur habite pleinement son corps en mouvement , quen est-il de lhabitation quand on a eu migrer ou
sexiler ? Ce fut un questionnement de cet ordre qui a guid
lenqute mene par Perla Serfaty-Garzon auprs dune trentaine
femmes, et qui a abouti Enfin chez-soi ?, un ouvrage, plein
denseignement, paru en 20061.
Lon pourrait voquer encore lexpression sjour dlicieux
habit par lesprit que Marcel Proust emploie propos de certains tableaux de Chardin, en leur reconnaissant le mrite de
nous apprendre voir, avec dautres yeux, les pices dhabitation
les plus simples. On parle aussi d habiter la profondeur , beau
titre choisi par mon ancien tudiant Alexandre Vieyra pour sa
dissertation de matrise consacre la posie de Ren Char et
dAndr du Bouchet. Et cette liste dexemples est loin dtre
close. Elle pourrait aisment sallonger laide de Psaumes, o
la question de lhabiter au sens du lieu o faire demeurer son
cur , joue un rle majeur, comme dans lexpression habiter
la maison du Seigneur .
Soit lexpression habiter sa vie qui, demble, sonne diffremment de vivre sa vie . Habiter sa vie sentend comme
une injonction. On sinvite ou on invite celui (ou celle) qui on
ladresse ne pas tre emport par le passage des jours, encombr par des tches diverses, en labsence dune prsence plus
intense et plus lucide soi-mme, ce que lon fait et la faon
dont on se tient vis--vis des autres. Habiter sa vie cest alors
se faire plus attentif ce que lon vit, la faon que lon a de se
conduire, dtre-au-monde en tant prsent soi-mme.
Cest donc en densifiant le sens dhabiter que lon peut tout
aussi bien parler dun lieu habit par lesprit que dune interprtation habite, quand on fait allusion au jeu dun acteur, dun
1. Perla SERFATY-GARZON, Enfin chez soi ? Rcits fminins de vie et de migration,
prface dAlain Montandon, Bayard Canada Livres, Montral, 2006.

20

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

musicien, dun danseur, ou bien quand on se rfre un pote ou


un penseur en laissant entendre quil nous fait habiter la profondeur. lcoute de ces exemples, on ne stonne pas que
Heidegger ait mdit autour du thme de lhabiter en le rapprochant non seulement de celui du btir, ce quoi on peut
sattendre, mais aussi de celui de ltre et du penser, comme dans
son essai Btir habiter penser (Bauen Wohnen Denken).
Le verbe habiter de par son origine tymologique (habere
= tenir) se relie la notion dhabitude (manire habituelle dtre,
de se tenir), semblable en cela lallemand Wohnen sur lequel
sest construit Gewonheit, qui veut dire aussi habitude. Une discussion qui, prenant son dpart dans louvrage De lhabitude de
Flix Ravaisson, sattarderait sur les nuances de sens qui se rattachent la notion dhabitude serait dailleurs bienvenue dans
une approche phnomnologique de lhabitation. Mais nous
devons tout juste nous contenter dattirer lattention ici sur la
familiarit, qui naturellement sassocie lespace que lon
habite, o lon se sent chez soi. Certes, cela ne garantit pas contre
les entraves ou les cueils : soit un enlisement dans la quotidiennet, soit limpossibilit de sapproprier lespace o lon vit, et
enfin la menace qui plane toujours sur lespace habit, celle
dune possible irruption en lui de ltranget, l o sa physionomie habituelle se modifie et que, chang dans son apparatre
mme, il dstabilise lhabitant, lexile l mme o il avait pu tre
chez lui .
La Terre vue den haut
Une fragilit de cet ordre est inhrente lhabitation la plus
courante, et plus originairement, notre sjour sur terre. Mais
elle acquiert un caractre nouveau lorsquon parle aujourdhui
dhabiter la Terre. Pourquoi ? Parce que cest la Terre elle-mme
qui, globalement, se trouve menace, comme autrefois elle avait
sembl tre dans les rcits de dluge ou dautres destructions,
que lon retrouve dans plusieurs cultures. Jusqu il y a peu, en
dehors de tels rcits, habiter la terre allait de soi. Habiter ici, sur
la terre (et lintroduction de la prposition sur nest pas
neutre), tait un simple fait (souvent pnible), d notre condition mortelle, et dont on a toujours cherch svader par le rve
21

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter la terre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

ou llvation morale ou mystique, voire par la projection dans


un autre espace, lors dune vie autre laquelle on aurait accs en
traversant la mort. De tout temps, et partout, en effet, on sest
transport en imagination ou en pense en un ailleurs, cest-dire ailleurs que sur la Terre.
La reprsentation de la Terre vue den haut, avant de commencer, il y a quelques dcades, pouvoir seffectuer rellement
grce aux voyages spatiaux, tait un topos rhtorique, mobilis
des fins dducation morale. Pierre Hadot a montr que pour les
Anciens, lhypothse de voir la terre den haut, grce une certaine hauteur de lme, revenait pouvoir apprcier, avec le
recul critique ncessaire, la mauvaise conduite des hommes.
Ainsi, selon Snque, au cours dun tel voyage, lme du philosophe dvisageant la petite Terre ne pourrait que sexclamer :
Cest l ce point que tant de nations se partagent par le fer et le
feu ! Combien sont risibles les frontires que les hommes
mettent entre eux2 !
La possibilit qua lhomme de voir, ne fut-ce que par variation imaginative, la Terre den haut, en se plaant au-dessus du
terrestre avec lventail de sens que ce qualificatif peut revtir
est inscrite dans son tre-au-monde intrinsquement marqu
par la station verticale de son corps propre3, qui le fait tre entre
ciel et terre, en tant, par l mme, le signe visible de laptitude
de lhomme slever par la pense au-del de son monde environnant.
Remarquons que parmi ceux, aujourdhui, susceptibles de se
forger une conscience aigu des dgts que notre civilisation
inflige la plante, on compte certains astronautes, aprs quils
aient pu observer la Terre den haut, au sens littral du terme ; ce
qui navait commenc tre fait que trs partiellement grce aux
voyages ariens.

2. Snque, cit par P. HADOT, La Terre vue den haut et le voyage cosmique. Le
point de vue du pote, du philosophe et de lhistorien , in Jean SCHNEIDER et Monique
LGER-ORINE (dir.), Frontires et conqute spatiale, Kluwer Academic Publishers,
Dordrecht, 1987, p. 35.
3. Voir sur limportance de la station verticale, A. LEROI-GOURHAN, Le Geste et la
Parole, Albin Michel, Paris, 1965.

22

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain

Habiter la terre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Un tel constat ne doit cependant pas faire oublier que la


conqute spatiale na pu se produire que dans le sillage dune
modernit o plus que jamais la Terre avait t discrdite. On
nglige souvent la diffrence considrable entre une dvaluation
spirituelle du terrestre, cest--dire du monde en tant quil est le
lieu dune lutte entre des forces sociales qui se disputent les
avantages de la richesse, du prestige et du pouvoir, et la dvaluation de la Terre, partir du changement de statut quelle a connu
non seulement du fait de la perte de sa position centrale dans le
cosmos, mais, surtout, depuis ltablissement des lois de la
mcanique par la science physique moderne elle-mme. Cest
alors que la Terre sest vue destitue de son statut dun singulare
tantum4 pour ntre plus quune plante parmi dautres.
Ce changement de statut cosmologique fut dautant plus
lourd de consquences quil allait de pair avec la transformation
de notre conception de la nature sous lemprise conjugue de la
conception cartsienne de la matire comme simple res extensa,
et des lois de la mcanique qui dominaient la science physique,
au sens moderne de ce terme.
La nature, alors, nest plus tout fait ni la natura des Latins,
ni la phusis des Grecs. Car, malgr latomisme ou le matrialisme ancien, que ce soit en grec ou en latin, le mot mme de
nature avait partie lie avec la vie, autrement dit avec la nature
telle quelle nous apparat sur Terre. Cest pourquoi dans sa
mditation sur l origine de luvre dart , Heidegger peut dire
quil nomme Terre ce que les Grecs entendaient par phusis5. Tout
avait chang, cependant, et pour la Terre et pour la nature,
lorsque la Terre fut comprise comme corps matriel au sein de la
nature au sens moderne du terme, cest--dire une nature faisant
objet de la science physique classique et soumise gnralit de
ses lois. Autrement dit, la conjonction qui sest opre entre la
rduction de la Terre au rang dune simple plante et le dveloppement extraordinaire de la science physique a fait perdre la
4. Voir sur cette question la rflexion de Franz ROSENZWEIG, Ltoile de la
Rdemption, Seuil, Paris, 1982, sur larticle dfini dans lexpression le ciel et la
terre, que lon trouve dans le premier verset du livre de la Gense.
5. Martin HEIDEGGER, Lorigine de luvre dart , Chemins qui ne mnent nulle
part (Holzwege), trad. fr. par W. Brokmeier, Gallimard, Paris, 1962, p. 32.

23

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Le statut de la Terre dans la modernit

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Terre sa qualit dhabitat matriciel de ces vivants-mortels que


nous sommes.
cet gard, on nattirera jamais assez dattention sur lombre
jete sur la Terre par les Lumires, lorsque, sur la base des nouvelles connaissances astronomiques (mais combien
insuffisantes), les penseurs du XVIIIe sicle ont cru quil tait de
bon aloi de mpriser la Terre. Cest un tel phnomne historique
que jai dsign par le retrait de la terre dans un article crit
pour une publication italienne consacre l interprtation du
nihilisme , parue en 19866. Lenjeu de cette rflexion tait dj
clair, savoir faire merger la vrit de notre appartenance la
Terre.
Ce fut, cependant, loccasion des recherches effectues en
vue dun essai publi en 2000, et ayant pour titre : Vers une
nouvelle Terre ? Approche philosophique de la conqute spatiale7 que jai commenc prendre la mesure du dclassement
de la Terre aux yeux des philosophes des Lumires, et non des
moindres. Commenons par Kant, sans doute le plus grand philosophe de lpoque (voire un des plus grands de toutes les
poques). Notons en passant que Kant, dont un des derniers
ouvrages publis de son vivant sera consacr la Gographie8,
discipline quil avait enseigne pendant prs de 40 ans, envisageait dj lhomme comme habitant (Einwohner ou
Bewohner). Toutefois, malgr son intrt pour la Gographie
physique, lorsque Kant se rfrait lhomme comme habitant, il
le pensait comme habitant du monde , et ce, dans le sillage du
cosmopolitisme stocien. Sil se rendait compte de la diffrence
de milieux gographiques, il tait encore loin de comprendre en
quoi chaque monde en tant que monde humain est dpendant
de la manire dont on est sur Terre. Ou pour le dire avec Henri
Maldiney : Une civilisation, une culture est une faon dhabiter
6. Maria VILLELA-PETIT, Le retrait de la Terre , in A. MOLINARO (dir.),
Interpretazione del nichilismo, Herder-Universit Lateranense, Collana Dialogo di
Filosofia , Rome, 1986.
7. Maria VILLELA-PETIT, Vers une nouvelle Terre. Approche philosophique de la
conqute spatiale ? , in Alexandre VIGNE (dir.), Dieu, lglise et les extraterrestres,
Question de, n122, Albin Michel, Paris, 2000.
8. Emmanuel Kants Physische Geographie : cet ouvrage fut publi entre 1801 et
1804, par Jsche, la demande de Kant. Sur la question de lhomme comme habitant
du monde chez Kant, voir louvrage de Franois MARTY, LHomme habitant du monde.
lhorizon de la pense critique de Kant, Honor Champion, Paris, 2004, en particulier
la conclusion.

24

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

sur la terre tout lhorizon dun monde . Propos qui signale


comment diffre la relation que chaque monde, avec sa culture,
sa manire dtre, entretient avec la terre sur laquelle il se fonde.
Mais revenons Kant et notons quavant le tournant critique
de sa philosophie, il stait particulirement intress la thorie
du ciel ou, comme on disait aussi lpoque, au systme du
monde , autrement dit la cosmologie. Dans un ouvrage intitul Histoire naturelle gnrale et thorie du ciel, ou recherche
concernant la constitution et lorigine mcanique du systme du
monde conduite daprs les principes newtoniens, cest sans
hsiter quil crit : [] La plupart des plantes sont assurment habites, et celles qui ne le sont pas le deviendront un
jour9. Et Kant va jusqu supposer que la perfection du
monde des esprits crot et progresse dans les plantes de la mme
faon que la perfection du monde matriel, de Mercure Saturne
et peut-tre mme au-del (dans la mesure o il existe dautres
plantes) dans une progression gradue et en proportion de
lloignement du Soleil10 .
Il est curieux, mais symptomatique de lpoque, que souhaitant postuler une correspondance entre la perfection des esprits
et la perfection matrielle des corps, Kant et pu imaginer que
celle-ci progresserait en proportion de lloignement de leur
habitat par rapport au soleil, en tant que cet astre dgage beaucoup de chaleur et occupe une position centrale par rapport la
trajectoire des plantes. Ainsi, au lieu de supposer que si la vie
avait pu merger sur Terre, cela tait d la bonne distance de
notre plante par rapport au soleil, Kant tablissait une relation
progressive ; les habitants des astres seraient dautant plus spirituels que leur astre serait loign de leur toile.
Quen diraient aujourdhui les plantologues de ces habitants
dautant plus spirituels quils habiteraient une plus grande distance du soleil ? Et comment ne pas constater lextraordinaire
changement intervenu, et qui ne cesse dintervenir depuis, dans
notre connaissance des plantes ! telle enseigne que, faute de
pouvoir sattendre la vie dextraterrestres dans les plantes de
9. KANT, Histoire gnrale de la nature et thorie du ciel (extraits), trad. fr. de
F. Marty, uvres philosophiques, Gallimard, coll. Pliade , vol. 1, Paris, 1980, p. 100.
10. KANT, Histoire gnrale de la nature et thorie du ciel, ou recherche concernant
la constitution et lorigine mcanique du systme du monde conduite daprs les principes newtoniens. Nous citons cet extrait daprs la traduction qui figure dans louvrage de
Jules VUILLEMIN, Physique et mtaphysique kantiennes, PUF, Paris, 1955, p. 108-109.

25

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter la terre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

notre systme solaire, nombreux sont ceux qui se mettent la


recherche des plantes dans dautres systmes que le ntre, voire
dans dautres galaxies, avec des rsultats encourageants pour ce
qui est de la moisson des plantes, mais encore dcevants,
quelques exceptions prs, en ce qui concerne leur caractre tellurique, et donc leur possible similitude (trs relative) avec la
Terre.
Ne venons pas, toutefois, trop vite la situation si diverse,
pour ne pas dire si divergente, qui soffre nous en matire dastrophysique et de cosmologie en ce dbut du XXIe sicle, par
rapport celle que connaissaient les philosophes des Lumires.
Aspect, soit-il dit en passant, qui fut totalement ignor des responsables de lexposition Lumires ! Un hritage pour
demain , prsente la Bibliothque nationale de France (site
F. Mitterrand).
Lombre des Lumires
Arrtons-nous encore sur cette priode de la pense qui reste
pour nous, tant dgards, un ge de rfrence. Mais quittons,
prsent, le vrai philosophe que fut Kant qui tout en tant persuad quil y avait des habitants sur dautres plantes de notre
systme solaire ne manquait pourtant pas de mettre en garde
contre les excs de limagination en ces matires , pour cet
esprit plein de verve et dironie, que le sicle appelait aussi
philosophe , et qui nest autre que Voltaire.
Pour taler tout le mpris que la Terre lui inspire, Voltaire
nhsite pas la dsigner comme un tas de boue11 , et ce, dans
son conte Micromgas , o, conformment au modle des
Anciens, il assumait, avec des dtournements bien lui, le rle
de celui qui, venant de Sirius, survole la Terre et considre ces
atomes intelligents et prtentieux qui habitent notre misrable petite plante. Pauvre Voltaire ! Il tait loin dimaginer que,
grce justement au progrs technoscientifique permettant les
voyages spatiaux, la Terre recevrait le surnom de plante bleue,
et, qui plus est, qu lore de lan 2000, un minent savant ferait
lloge de la boue comme source indispensable de la vie sur
11. VOLTAIRE, Micromgas , Contes en vers et en prose, vol. 1, dits par Sylvie
Mnant, Classiques Garnier, Paris, 1992, p. 78.

26

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Terre. Dans louvrage qui porte le titre doublement significatif


de Vive la Terre-Physiologie dune plante, le savant en question, Peter Westbroek (qui a t rcemment le titulaire de la
Chaire europenne du Collge de France) prend son insu le
contre-pied de Voltaire, lorsquil remarque : Nous ne comprenons pas la beaut du mucus, ni le rle clef que jouent les
bactries dans la rgulation du flux de matire au sein de la biosphre. Nous ne saisissons pas que la boue, qui recouvre la
majeure partie de la surface terrestre, est le substrat universel de
la vie. Telles sont les humbles fondations du monde vivant12.
En marge de ce propos, on est tent dajouter que la parole
mythique de la Gense savre bien plus perspicace et profonde
quand elle rapproche le nom du sol, de lhumus (admah) et le
nom de lhomme (dam). Mais revenons brivement lhritage
des Lumires. Le titre mme dEntretiens sur la pluralit des
mondes (1686) choisi par Fontenelle pour un de ses crits les
plus fameux, et qui a notablement contribu la vulgarisation du
systme copernicien, parle de lui-mme. On supposait que l o
il y a des astres, il y avait presque ncessairement des habitants
et le monde qui tait le leur. Ainsi que le rappelle Lucian Boia,
dans son ouvrage LExploration imaginaire de lespace, les
auteurs de lEncyclopdie illustraient la notion de problme par
la question de savoir si la Lune et les plantes sont habites par
des tres qui soient en quelque sorte semblables nous13 .
La Terre et la crise des sciences
Il ny a pas si longtemps, on tait loin de pouvoir saisir que
lhabiter est plutt exceptionnel dans limmensit de lunivers.
On tait incapable dimaginer que la plupart des astres noffrent
pas les conditions matrielles, cest--dire physico-chimiques
propices lmergence et au dveloppement de la vie. Ce nest
que de nos jours que lon devient mme dentrevoir le temps
quil a fallu (et cela se calcule en milliards dannes), pour
passer du jeu intermolculaire au jeu du vivant, passage jalonn
12. Peter WESTBROEK, Vive la Terre. Physiologie dune plante, trad. de langlais par
N. Witkowski, Seuil, Paris, 1998, p. 145.
13. Lucian BOIA, LExploration imaginaire de lespace, La Dcouverte, Paris, 1987,
p. 16.

27

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter la terre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

de nombreuses tapes intermdiaires. On sait maintenant que la


Terre nest la plante quelle est, que grce aux vivants qui la
peuplent. Comme le rsume le microbiologiste Jean-Louis
Revardel, le milieu de vie est peu peu transform par les tres
vivants14 .
Ce nest en fait que tout rcemment que les savants sont aussi
en mesure de dceler la composition physico-chimique des
autres milieux plantaires de notre systme solaire et dvaluer
leur inhospitabilit la vie. Faute de plus amples connaissances,
une telle conscience faisait encore dfaut au dbut de la
conqute spatiale . Celle-ci nourrissait chez certains des rves
pour le moins nafs dabandon de la vieille Terre , en veillant
le dsir de nouvelles conqutes, semblables celles du Far West
amricain. Je ne veux pas exclure que dans lavenir on ait les
moyens de construire sur Mars une station, o, malgr dinnombrables difficults15, des chercheurs pourraient sjourner pendant
quelque temps, ni non plus nier, compte tenu de lhistoire de
lunivers , que, dans un avenir trs, trs lointain, il faille quitter
la plante pour un autre habitat, si tant est que dici l des
hommes auront survcu aux garements de notre civilisation en
matire denvironnement
Ces spculations futurologiques mises part (et leur
degr dincertitude est considrable), le fait est que, conjugue
la perte du sens de la Terre comme habitat et milieu de vie, laugmentation exponentielle de la puissance technique, insparable
des connaissances scientifiques des trois derniers sicles, a mis
et met le destin de la Terre la merci de la dmesure humaine.
Or tout cela fut et est fait au nom dune raison scientifico-instrumentale, divorce du dsir du bien, auquel le logos des Anciens
tait intrinsquement li. Cest dune telle crise du rationalisme
moderne avec sa cohorte de dangers et dinconsquences, que
traitent, de faon tout fait indpendante, et les remarquables
crits de Simone Weil sur la science, et les crits dEdmund
Husserl sur La Crise des sciences europennes et la phnomnologie transcendantale. Comme ce dernier le souligne : Nous
14. Jean-Louis REVARDEL, Constance et fantaisie du vivant. Biologie et volution,
Albin Michel, coll. Sciences daujourdhui , Paris, 1993, p. 34.
15. Pour un regard inform et dcapant concernant les vols habits et les stations sur
la Lune ou sur Mars, voir Serge BRUNIER, Impasse de lespace. quoi servent les astronautes ?, Seuil, coll. Science ouverte , Paris, 2006.

28

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

sommes aujourdhui conscients de ce que le rationalisme du


XVIIIe sicle, sa faon de vouloir assurer la solidit et la tenue
requise pour lhumanit europenne tait une navet. Mais fautil abandonner en mme temps que ce rationalisme naf, et mme
si lon pense jusquau bout contradictoire, galement le sens
authentique du rationalisme ? Et quen est-il de lexplication
srieuse de cette navet, de cette contradiction16 ?
Il va de soi que nous ne tenterons pas dapporter ne fusse
quun dbut de rponse un questionnement aussi dcisif. Nous
pouvons nanmoins pointer le retrait de la Terre, la perte de son
statut dun singularem tantum comme partie prenante de la
navet, dnonce par Husserl, du rationalisme des Lumires. L
o le rationalisme se fait arrogant, vous pouvez chercher lirrationalisme qu coup sr il recle. Tout vrai savoir ne peut tre
que modeste, car conscient de locan dinconnaissance qui lentoure. Ce qui nous importe ici est de voir que cest le mme
Husserl qui cherchera montrer la vrit exprientielle de la
Terre telle quelle nous apparat.
La Terre en rgime phnomnologique
Dans un texte audacieux demeur ltat de brouillon, Husserl
aborde la Terre, non partir de la reprsentation copernicienne
dun corps cleste se mouvant autour du Soleil, mais partir de
lexprience que nous en faisons partir de notre corps vivant
(Leib) et du monde-de-la vie (Lebenswelt) qui souvre lui.
Le manuscrit du texte que nous dsignons par lintitul La
Terre ne se meut pas porte en tte les indications suivantes :
Renversement de la doctrine copernicienne dans linterprtation de la vision habituelle du monde. Larche-originaire Terre ne
se meut pas. Recherches fondamentales sur lorigine de la corporit, de la spatialit de la nature au sens premier des sciences
de la nature17. De ce programme de recherches phnomnologiques, Husserl en a surtout dvelopp la premire partie lie au
16. Edmund HUSSERL, La Crise des sciences europennes et la phnomnologie
transcendantale, tr. fr. par Grard Granel, Gallimard, Paris, 1976, 6, p. 21-22.
17. Edmund HUSSERL, Larche-originaire terre ne se meut pas. Recherches fondamentales sur lorigine phnomnologique de la spatialit de la nature , trad. fr. par
Didier Frank, in E. HUSSERL, La Terre ne se meut pas, Minuit, Paris, 1989.

29

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter la terre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

renversement de la reprsentation copernicienne et ce, au nom de


lexprience originaire que chacun fait de la spatialit en tant
quil est un ego incarn. Dans la Krisis, on trouve dailleurs lexpression dgologicit charnelle (leibliche Ichlichkeit). Or pour
lexprience originaire de lespace, la Terre est non pas un corps
tournant autour dun autre astre, mais dabord le sol (Boden), sur
lequel est le corps vivant de tout un chacun, son corps propre, o
il a son ici , soit quil se meuve ou quil se repose.
Au niveau de notre exprience originaire, il y a donc une
troite corrlation entre le corps propre (Leib) qui est pour
chacun le lieu inalinable du je suis , son ici absolu et la
Terre-sol, qui, elle aussi, est originairement en de du mouvement et du repos. Ou, comme Husserl lcrit : Cest sur la
Terre, mme la Terre, partir delle et en sen loignant que le
mouvement a lieu. La Terre elle-mme, dans la forme originaire
de la reprsentation, ne se meut ni nest en repos, cest dabord
par rapport elle que mouvement et repos prennent sens18.
Dans cet enchanement de considrations sur la donation originaire de la Terre, Husserl sexerce aussi, comme il est de
rigueur en phnomnologie, des variations imaginatives
jusqu concevoir la possibilit du voyage sur un autre astre. En
voici un extrait :
Pourquoi ne devrais-je pas imaginer la Lune comme une sorte de
Terre, comme une sorte dhabitation animale ? Oui, je peux trs
bien mimaginer comme un oiseau qui senvole de la Terre vers un
corps lointain ou comme un pilote davion en dcollant et se posant
l-bas. Oui, je peux mme mimaginer quil y a dj l-bas des
animaux et des hommes. Mais si daventure je demande :
Comment sont-ils arrivs l-haut ? alors jinterroge de la mme
manire que sur une le nouvelle, o, dcouvrant des inscriptions
cuniformes, je demande : Comment les peuples en question
sont-ils parvenus l ? Tous les animaux, tous les tres vivants,
tous les tants en gnral nont de sens dtre qu partir de ma
gense constitutive et celle-ci a une prsance terrestre19 .

Bien entendu, aprs que lhomme ait march sur les tendues
dsertes de la Lune et que des sondes spatiales nous envoient des
18. Ibid., texte D17, p. 12. Ce texte de 1934 fut dabord publi par Marvin FARBER,
in Philosophical Essays in Memory of Edmund Husserl, Harvard University Press,
Cambridge, Mass., 1940, p. 309.
19. Ibid., p. 27.

30

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

milliers dimages et de donnes des autres plantes de notre


systme solaire, les variations imaginatives de Husserl demeurent bien en de des contraintes de la ralit. Un oiseau ne
pourrait ni senvoler vers , ni survivre dans une autre plante
en labsence datmosphre terrestre , moins dtre plac
dans une navette offrant des conditions de survie semblables au
moins en partie celles de la Terre. L o Husserl ne se trompe
pas est dans la prsance quil accorde la Terre et dans sa tentative de tracer la gense constitutive du sens que nous avons de
lespace partir de la Terre. Enfin, comment ne pas reconnatre
la dimension thique que recle son affirmation dune seule
humanit et dune seule Terre ?
Habiter la Terre
Toutes ces considrations nous permettent de revenir
prsent sur notre question initiale : est-ce que la Terre est un
complment parmi dautres du verbe habiter ou est-ce que
tous les autres complments dhabiter ne prsupposent pas notre
habitation sur Terre ? La Terre est lhabitat-source pour toute
habitation humaine, celles, si diverses, qui ont lieu sur Terre et
celles qui pourront ventuellement sinscrire ailleurs, au prix
dune technologie trs sophistique. supposer que des tres
humains aillent un jour sur Mars, leur sjour ne pourra en fait
avoir lieu que dans la mesure o lon sera capable de reproduire
des conditions terrestres sur la plante voisine .
Or si notre habitation est ce point dpendante de notre
milieu de vie sur Terre ce dont nous sommes devenus de plus
en plus conscients , cela ne saura laisser lhumanit indiffrente. Poursuivre un mode de vie, qui entrane des dgts massifs
pour le milieu de vie terrestre dans son ensemble, alors que la vie
des hommes en est tout fait dpendante, cest bien une entreprise de Thanatos.
Il y va de la responsabilit du philosophe de ne pas demeurer
indiffrent la question de lcoumne (voir Augustin Berque),
voire de lcosystme terrestre. La Terre est loikos de lhumanit, son foyer. Lhomme y demeure rattach par la structure
mme de son corps. Et nous savons quau contraire de ce que
chantait le chur de lAntigone de Sophocle, elle nest pas
31

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter la terre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

indestructible et infatigable . Les tourments que les hommes


infligent la Terre ne latteignent pas seulement en surface. Ils
latteignent au-del de ce que lon pouvait souponner il ny a
pas si longtemps, et, sous prtexte de progrs, ils finiront par
compromettre non seulement les ressources dont lhomme a
besoin pour vivre (pour paraphraser Sophocle), mais la vie
mme sur Terre.
En France, la prise de conscience dune telle condition
semble plus dveloppe chez les savants que chez la plupart des
philosophes. Quant la reprise en chur, par certains dentre
eux, de la mise en cause heideggrienne de la technique, voire du
Gestell, comme accomplissement de la mtaphysique, elle est
non seulement totalisante et dpourvue de nuance, mais reste en
de de ce qui est vritablement penser, y compris en matire
de linteraction entre les projets scientifiques (et ceux personnels
des scientifiques) et les objectifs conomiques et politiques des
socits auxquels ils appartiennent.
Toute prise de conscience philosophique concernant notre
habitation sur Terre, en tant quelle est ce qui hberge et est prsente dans tout ce qui spanouit, pour reprendre les mots mmes
de Heidegger, requiert du philosophe quil reste lcoute de la
parole essentielle des potes, mais quil ne nglige pas pour autant
ce que les savants sont mme de nous apprendre concernant les
subtils rseaux dinterdpendance qui sous-tendent le jeu de la vie,
et sans oublier la ncessaire critique des motivations humaines
trop humaines qui sous-tendent nombre de recherches.
Pour nous limiter ici un bel exemple de mise au jour du jeu
de la vie, comment ne pas tre reconnaissant un botaniste
comme Francis Hall qui dans son Plaidoyer pour larbre
nous fait mieux apprhender limportance de la chlorophylle
pour lapparition des organismes vivants ? Toujours sur larbre,
je viens de lire, dans le journal du CNRS, lannonce dun
ouvrage, LArbre, une vie, o les auteurs, David Suzuki et
Wayne Grady, ont voulu dcrire les liens complexes que tisse
un arbre avec la communaut des tres vivants qui lentourent .
En tout cela se rvle la solidarit densemble des vivants entre
eux, malgr la lutte de chacun pour sa survie, quil serait une
grosse erreur de nier.
Or, face cette prise de conscience du tissu de la vie sousjacent tous les vivants, il reste tirer un corollaire tous gards
32

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

dcisif au niveau de la dimension philosophique dune rflexion


place sous le signe d habiter la Terre . Si, dans tre et Temps,
la mditation de Heidegger se nouait dabord autour de la question de ltre de lhomme en tant que Dasein cest--dire en
tant que ltant qui a tre le l du monde et de son propre tre
, dans la suite de son chemin de pense, lhabiter va se dvoiler comme inhrent au Dasein, lexistant quil est. La notion
dexistant ne sy confond pas avec celle de vivant, mais, en un
certain sens, la transcende, ainsi que la bien mis en avant Henri
Maldiney, dans un passage o, rpliquant ceux qui tendent
confondre la phnomnologie de Husserl avec celle de
Heidegger, il remarque : Si l o Heidegger disait Leben, il
dit maintenant Dasein, il ne sagit plus du mme o. Dasein :
tre-le-l implique un l que la vie ignore. La vie nimplique
pas de soi lapparatre, louverture de la manifestation, louverture de sa propre manifestation. Ouverture qui constitue
proprement le Dasein comme comprendre20.
Cest aussi en fonction de cette ouverture du Dasein au
monde et lui-mme que Heidegger est venu penser lhabitation. Malgr leur impasse majeure sur le et la politique, ses crits
sont des jalons importants vers une pense de lhabiter, surtout
dans ses approches de la posie de Hlderlin. Il nen est pas
moins vrai que lorsquon essaie de prendre tout fait au srieux
une expression comme habiter la Terre , la distinction entre le
vivant et lexistant finit par avrer ses limites.
Jinsiste sur ce point parce que, dans les milieux philosophiques se rclamant de la phnomnologie, certains font
actuellement de cette distinction un enjeu, vis--vis duquel il faut
prendre parti. Les uns, dans le sillage de Heidegger, sont pour
lexistant, et se croient obligs de mettre lcart une pense se
rclamant du vivre, de la vie, tandis que dautres, dans le sillage
de Michel Henry, optent pour la vie, en refoulant la question de
lexister, dans son irrductibilit au vivre.
Daprs moi, celui qui cherche penser lhabiter en tenant
pleinement compte de notre appartenance la Terre na pas
20. Henri MALDINEY, Vers quelle phnomnologie de lart ? , in LArt, lclair de
ltre, CompAct, Seyssel, 1993, p. 303. Pour tout ce qui regarde le dveloppement de la
pense de Heidegger antrieure tre et Temps, voir Jean GREISCH, Ontologie et temporalit. Esquisse dune interprtation intgrale de Sein und Zeit, PUF, Paris, 1994, en
particulier pour ce qui nous intresse ici, p. 23-40.

33

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter la terre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

faire un usage dichotomique de la distinction, comme sil


sagissait dopter pour lun ou lautre des termes dune alternative. tre-le-l de la Terre requiert de lexistant, quil
reconnaisse que la vie lui est immanente et, partant, quil assume
sa solidarit avec la vie sur Terre. Car la Terre nest pas seulement comme le monde, ce quoi lexistant est ouvert, en tant
qutre-au-monde. LArche-Terre (pour reprendre lexpression
husserlienne) est le milieu vital, qui, telle une matrice nourricire, nous porte et, sans lequel, nous ne serions pas l et, donc,
ne serions pas ouverts au monde, habitants du monde. lexistant, il revient alors de se penser justement comme un vivant et,
partant, dagir en faveur de la vie, dune vie partage avec les
autres hommes, mais aussi avec lensemble des autres vivants.
Seulement ainsi nous habiterons en conscience la Terre, en devenant, enfin, ses gardiens fiables.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit Paris 8 - - 193.54.174.3 - 26/02/2014 13h45. © La Dcouverte

Habiter, le propre de lhumain