Vous êtes sur la page 1sur 13

Contrôle de Gestion M1 CCA et M1 SICG Chapitre III

ESDG 2008/2009 Pr : Mme karim

Chapitre 3 Le coût marginal

L'utilisation du coût marginal permet d'étudier les variations des charges de toute nature en fonction des fluctuations d'activité afin d'en apprécier l'incidence sur le profit global. Sans être une méthode à proprement parler, l'utilisation ponctuelle de cet outil permet des réponses à certains problèmes de gestion :

Est-il rentable d’accepter une commande ? A quel prix ?

Comment, dans ce cas, maximiser le résultat ?

Est-il rentable d’accroitre la production ?

Est-il rentable de diminuer le niveau d’activité de l’entreprise ?

Ainsi, le calcul du coût marginal permet de :

Rechercher l’optimum économique, c'est-à-dire le niveau de production pour lequel l’entreprise obtient son plus grand profit : Le profit total atteint son maximum lorsque la recette marginale est égale au coût marginal,

Fixer des prix différentiels : la notion de coût marginal peut être utilisée pour juger de l’opportunité d’accepter (ou de refuser) des commandes supplémentaires : en effet, la production habituelle étant vendue à un prix de vente supérieur au coût moyen, l’entreprise peut ensuite accepter de fabriquer des unités supplémentaires si elle est assurée de les vendre au dessus de leur coût marginal.

I. LES CARACTÉRISTIQUES DU COÛT MARGINAL

I.1. Définition

Selon le Plan comptable, le coût marginal est «la différence entre l'ensemble des charges d'exploitation nécessaires à une production donnée et l'ensemble de celles qui sont nécessaires à cette même production majorée ou minorée d'une unité». Soit deux niveaux d'activités An et An+l auxquels correspondent deux coûts Cn et Cn+1, on a:

Coût marginal (Cma) = Cn+1 Cn

d'activités An et An+l auxquels correspondent deux coûts Cn et Cn+1, on a: Coût marginal (Cma)

EXEMPLE Soit une entreprise fabriquant et commercialisant 10 lots de produits pour un coût de revient de 56 000 dhs. Une étude montre que la fabrication de 11 lots entraînerait des coûts totaux d'un montant de 61 000 dhs. Le coût marginal du lot est égal à Cma = 61 000 dhs 6000 dhs = 5000 dhs

Le coût marginal est égal au coût de la dernière unité fabriquée pour atteindre un niveau de production donnée.

Ces définitions soulèvent deux remarques :

L'unité dans le monde de la production peut être un lot, une série ou un article ;

La définition s'applique non seulement à une augmentation mais aussi à une diminution de la production.

I.2. Composantes du coût marginal

Le coût de la dernière unité produite se compose, comme tous les coûts, de charges de nature différente :

Les charges variables qu'entraîne sa réalisation

Les charges fixes éventuellement nécessaires à sa production si un changement de structure se révèle indispensable.

Il ressort que :

Le coût marginal est égal aux charges variables unitaires sous deux conditions :

Structure inchangée donc pas de modifications des coûts fixes,

Charges variables strictement proportionnelles aux quantités.

Remarque importante :

Le coût marginal est composé de charges variables majoré éventuellement des charges fixes supplémentaires qu’il est nécessaires de supporter pour augmenter la production. On distingue deux cas possibles :

Cas n°1 : Coût marginal = coût variable unitaire Cas possible lorsque deux conditions sont remplies :

La production supplémentaire n’entraîne pas d’augmentation des coûts fixes

L’augmentation des charges variables est proportionnelle aux quantités produites

des coûts fixes  L’augmentation des c harges variables est proportionnelle aux quantités produites

Cas n°2 : Coût marginal coût variable unitaire Cas possible si l’une des conditions suivantes est remplie :

La production supplémentaire entraîne une modification des coûts fixes

L’augmentation des charges variables est non proportionnelle aux quantités produites

Dans le cas où pour une structure donnée, la fonction de coût total est représentée par le modèle de la courbe en S, le coût marginal est alors une courbe en U. Unités

Unités monétaires

Unités monétaires

Rendements Rendements Rendements Rendements Rendements Rendements Croissants Constants Décroissants Croissants
Rendements
Rendements
Rendements
Rendements
Rendements
Rendements
Croissants
Constants
Décroissants
Croissants
Constants
Décroissants
Quantités
Quantités

Courbe du coût total

On constate que :

Courbe du coût marginal

Dans la zone des rendements croissants, il faut moins de facteurs de production pour produire un produit, le coût marginal est décroissant ;

Dans la zone de rendements constants, le coût marginal est constant puisque chaque unité produite consomme la même quantité de facteurs ;

Dans la zone des rendements décroissants, il faut plus de facteurs de production pour un produit, le coût marginal est croissant.

II. LES ASPECTS MATHÉMATIQUES DU COÛT MARGINAL Il nous faut envisager les relations du coût marginal avec le coût total, le coût moyen et le profit.

COÛT MARGINAL Il nous faut envisager les relations du coût marginal avec le coût total, le

II.1. Coût marginal et coût total

Quelle que soit la relation mathématique qui lie le coût total aux quantités, le coût total (Cto) est fonction des quantités et on peut écrire :

Cto = f(Q)

Q : les quantités

Compte tenu de la définition du coût marginal (Cma), on obtient :

Cma = f(Q + Q) f(Q)

Q Si Q est infiniment petite et que f (Q) est dérivable, la valeur de Cma quand Q ---> 0 est égale à la dérivée du coût total :

Cma = Cto'= f’(Q) et donc : Coût marginal = Dérivée du coût total

II.2. Coût marginal et coût moyen

Pour une structure donnée, il est important de connaître la quantité de produits pour laquelle le coût moyen est minimum, puisque cette quantité permet une production au moindre coût. Le coût moyen (Cmo) est égal au coût total divisé par les quantités

Cmo = Cto / Q ou encore Cmo = f(Q) / Q

Une fonction est au minimum lorsque sa dérivée première est nulle et que sa dérivée seconde est positive. En admettant les conditions de second ordre, la dérivée du coût moyen s'écrit :

Il vient que :

Cmo' = f’(Q) × Q f(Q)

Q 2

f’(Q) = f(Q)/ Q

=0

Cma = Cmo

Le coût marginal est égal au minimum du coût moyen. Ce point caractéristique s'appelle l'optimum technique. Il représente la quantité de produit pour laquelle la combinaison productive est la plus économique.

technique. Il représente la quantité de produit pour laquelle la combinaison productive est la plus économique.
Coût marginal Coût moyen Quantités Optimum Technique
Coût marginal
Coût moyen
Quantités
Optimum Technique

II.3. Coût marginal et profit

Selon un raisonnement similaire à celui du coût total (paragraphe 2.1), la recette totale (Rto), la recette marginale (Rma) et la recette moyenne (Rmo) peuvent être définies. Comme la recette totale est fonction des quantités, on peut écrire Rto = g(Q) Rma = Rto'= g'(Q) Rmo = Rto / Q = g(Q) / Q

Le profit se définit comme la différence entre la recette totale et le coût total. Il est maximum quand sa dérivée première est nulle et sa dérivée seconde négative. On peut écrire que le profit total (Pto) est égal à :

Pto = Rto Cto et donc Pto' = Rto’— Cto' = 0

Profit est maximum quand Rma = Cma Le profit est maximum quand la recette marginale est égale au coût marginal.

Ce point s'appelle l'optimum économique. Il représente la quantité pour laquelle l'efficience économique est optimale. Cette quantité, liée à la notion de profit, diffère de celle obtenue à l'optimum technique qui ne considère que des éléments monétaires de coût.

L'étude précédente cherchait à déterminer le prix optimum pour l'entreprise dans l'hypothèse où toute la production est écoulée au prix défini. Mais la notion de coût marginal peut être également utilisée pour juger de l'opportunité d'accepter des commandes supplémentaires.

marginal peut être également utilisée pour juger de l'opportunité d'accepter des commandes supplémentaires.

II.4. Politique de prix différentiels

L'application du coût marginal à la gestion est assez fréquente en cas de commande ou d'investissement supplémentaire. Toute commande supplémentaire sera acceptée tant que le coût marginal est inférieur à la recette marginale attendue de cette commande.

EXEMPLE Première commande Une entreprise travaille à 80 % de sa capacité. La structure des coûts est la suivante pour la production de 8 000 produits :

Coûts variables unitaires : 100 dhs, Coûts de structure : 80 000 dhs. Un nouveau client se présente pour une commande de 1000 produits réalisés dans des conditions normales. Il accepte de payer chaque produit au tarif de 125 dhs.

Un tel prix est-il acceptable ?

Corrigé

Les 1000 produits supplémentaires ne saturent pas la capacité de production de 10 000. Le coût marginal est, dans ce cas, égal aux charges variables unitaires. Cma = 100 dhs, Rma = 125 dhs, cela signifie que le profit par unité est de 25 dhs et le résultat de l'entreprise augmentera donc de 25 000 dhs. L'entreprise accepte cette première commande. Remarque : Le coût moyen après la commande est de 108,88 dhs alors qu'il était de 110 dhs avant l'acceptation de cette proposition. Il s'agit en fait d'économies d'échelle, les charges fixes sont réparties sur de plus grandes quantités (9 000 au lieu de 8 000).

Deuxième commande Un nouveau marché apparaît d'une capacité de 5 000 produits. Pour répondre à cette demande, il faudrait faire subir à chacun des produits un traitement spécifique qui ferait croître les coûts variables unitaires de 10 %. Par ailleurs, la direction chiffre à 12 000 dhs les charges fixes supplémentaires. À quel prix la direction doit-elle écouler ce produit ?

chiffre à 12 000 dhs les charges fixes supplémentaires. À quel prix la direction doit-elle écouler

Corrigé

La capacité de 10 000 est insuffisante pour faire face à la demande 8 000 + 1 000 + 5 000 = 14 000. Il faut changer de structure, soit un coût marginal composé de charges variables unitaires et de charges fixes supplémentaires.

Charges variables unitaires : 100 + (100 x 10 %) = 110 dhs

Charges fixes supplémentaires :12 000 dhs Soit un coût marginal pour les 5 000 unités de (110 x 5 000) + 12 000 = 562 000 dhs Soit un coût marginal pour un produit : 562 000 / 5 000 = 112,4 dhs Tout prix de vente supérieur au coût marginal de 112,4 dhs est acceptable. Remarque :

Le coût moyen s'établit alors à 110,44 dhs :

(Charges variables : 9 000 x 100 dhs + 5 000 x 110 dhs + charges fixes : 80 000 + 12 000) à répartir sur 14 000 produits.

variables : 9 000 x 100 dhs + 5 000 x 110 dhs + charges fixes

Cas pratiques

APPLICATION 1 : Entreprise Marin Dans l’entreprise Marin, la structure des coûts est la suivante, pour une production réelle de 5000 articles :

Coûts proportionnels aux quantités : 500 000 dhs

Coûts fixe

250 000 dhs

Cette production correspond à un emploi de 75 % de la capacité totale de production.

I. Un client supplémentaire se présente pour une commande de 500 articles réalisée dans des conditions normales. Le client propose un prix de vente de 90 , ou 120 ou 150 par article.

Question 1 : Quel prix est acceptable ? Justifier impérativement la réponse.

Question 2 : Finalement le prix retenu est de 120 dhs. Indiquer l'incidence de cette opération sur le résultat de l'entreprise ?

II. Après avoir accepté ce nouveau client, une entreprise leader sur le marché propose à la direction de l'entreprise Marin un contrat de sous-traitance portant sur 3 000 articles supplémentaires. Après étude, le projet est chiffré par la direction. Il en ressort :

Une augmentation des frais fixes globaux de 93 873 dhs;

Les charges variables unitaires sur ce produit augmenteront de 10 % du fait d'une amélioration de la qualité demandée par le donneur d'ordre.

Question 1 : À quel prix de vente minimum la direction doit-elle accepter cette proposition ?

Question 2 : En fait, elle choisit de dégager sur ce contrat, un résultat égal à 10 % du prix du contrat. A quel prix ce contrat sera-t-il conclu ?

APPLICATION 2 : Société Microvol

I. Vous êtes comptable à la société Microvol, spécialisée dans les moteurs d'avion pour modèles réduits. On vous fournit le tableau suivant indiquant le coût de revient global de chaque type de moteur :

pour modèles réduits. On vous fournit le tableau suivant indiquant le coût de revient global de

Types de moteurs

4,5 cm3

6 cm3

Éléments de coût :

Matières premières Matières consommables Pièces détachées MOD Frais de production Frais de distribution

6

920

3 460

240

55

3

900

2

145

24 740

11 952

3 830

3

050

 

400

780

 

40 030

21 442

Quantités produites mensuelles Prix de vente unitaire

 

200

80

210

260

Nous admettons que les frais de production peuvent être considérés comme variables à 60 % et ceux de distribution à 80 %. Question 1 : En considérant le résultat spécifique sur chaque type de moteur, calculer le nombre minimum de moteurs à vendre mensuellement.

II. Une entreprise spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de modèles réduits souhaite vendre des voitures équipées de moteurs 4,5 cm 3 . Elle propose à la société Microvol de lui en confier la fabrication. La production actuelle, 200 moteurs par mois, s'écoule facilement. Les charges fixes mensuelles peuvent être évaluées à 1 600 dhs et les charges variables unitaires à 192 dhs. Au-delà de cette production de 200 moteurs, les charges fixes devraient doubler en raison des nouveaux investissements.

Question 2 : Sachant que les séries de fabrication sont de 40 moteurs

a. Présenter dans un tableau pour des fabrications de 200, 240, 280 et 320 moteurs de 4,5

cm3:

Le coût global de production,

Le coût moyen,

Le coût marginal de série,

Le coût marginal par moteur.

b. Préciser en fournissant toutes justifications utiles si la société Microvol aurait intérêt à accepter la proposition qui lui est faite selon que le marché porterait sur la livraison de

Microvol aurait intérêt à accepter la proposition qui lui est faite selon que le marché porterait

40, 80 ou 120 moteurs par mois, vendus au prix de 210 dhs.

APPLICATION 3 : Entreprise Honoré Monsieur Honoré a créé une petite menuiserie industrielle, et, après contacts avec les coopératives de ventes et divers groupements d'achats, il a centré sa production haut de gamme sur deux meubles de belle qualité, fabriqués en bois massif selon les techniques traditionnelles Une bibliothèque de style Louis XIII à 8 portes, Un buffet d'enfilade de style Louis XIV à 4 portes et 2 tiroirs. Bien que ces deux produits disposent d'un marché assuré, la situation financière de l'entreprise

pose quelques problèmes car les prix de vente, faute de bases comptables sérieuses, ont été fixés à un niveau sans doute trop faible. L'expérience des mois passés a montré que la production mensuelle pouvait être :

Soit de 12 bibliothèques et 0 buffet,

Soit de 36 buffets et 0 bibliothèque.

Ces deux produits utilisent les mêmes matières et sont fabriqués selon les mêmes techniques, mais les bibliothèques sont beaucoup plus importantes que les buffets bas.

Les 10 salariés de l'entreprise travaillent 35 heures par semaine et sont mensualisés.

La production est réalisée sur 11 mois. Il n'y a actuellement pas d'heures supplémentaires. Le taux des charges sociales pour l'entreprise est de 46 %.

Une étude récente des coûts complets des deux produits a donné les résultats suivants :

 

Bibliothèque

Buffet

Matières Main-d’œuvre directe Frais généraux Charges supplétives

3

272,56

1 057,56

6052,98

2017,66

2

843,45

947,82

409,09

136,36

 

12 578,08

4 159,40

Total (arrondi à )

12 600,00

4200,00

Par ailleurs, on vous fournit les informations suivantes.

4 159,40 Total (arrondi à ) 12 600,00 4200,00 Par ailleurs, on vous fournit les informations
 

FRAIS GÉNÉRAUX : RELEVÉ ANNUEL DES DIFFÉRENTS POSTES

 

Charges

Montants

Achats non stockés électricité carburant petit outillage fournitures administratives Autres charges externes loyer entretien assurances honoraires déplacements frais postaux Impôts, taxes et versements assimilés Charges de personnel charges sociales de l'exploitant (1) Charges financières Dotation aux amortissements Total

41

127

10

810

16

273

5

600

38

000

16

000

22

000

24

000

3

000

6

715

11

810

26

000

30

000

124 000

375 335

   

(7) Admises en charges dans les entreprises individuelles à l'inverse de la rémunération l'exploitant

Il faut en outre comprendre, en éléments supplétifs, pour le calcul des coûts, une rémunération fictive de l'exploitant de 3 000 dhs par mois et de son épouse de 1 500 dhs par mois, pendant 12 mois.

Dans les frais généraux, les seuls frais variables sont : l'électricité pour 50 % de son montant, le carburant pour 30 % et le petit outillage pour 80 %.

La main-d’œuvre directe ne comporte que des charges variables.

Les prix de vente ont été fixés à 12 000 dhs HT pour une bibliothèque et 4 600 dhs HT pour un buffet. Il n'y a pas de frais de distribution, les acquéreurs venant prendre livraison des meubles à l'atelier. QUESTIONS n°I :

1. Calculer le coût variable de production d'une bibliothèque et d'un buffet (résultats arrondis à la centaine de dhs le plus proche).

2. Après avoir calculé le montant des charges fixes (arrondi aux cent de dhs les plus proches), déterminer le nombre minimum de meubles à produire et à vendre pour atteindre le seuil de rentabilité :

Dans l'hypothèse où toute la production porterait sur des bibliothèques

Dans l'hypothèse où elle ne concernerait que des buffets

Commenter ces résultats.

sur des bibliothèques  Dans l'hypothèse où elle ne concernerait que des buffets Commenter ces résultats.

3. À quel montant minimum (chiffre arrondi à la centaine de dhs la plus proche) faudrait-il fixer le prix de vente des bibliothèques pour réaliser un résultat forcément positif, dans l'hypothèse où on ne fabrique que des bibliothèques ?

Pour l'exercice à venir, les commandes portent sur 324 buffets et 15 bibliothèques aux prix précédents majorés de 10 %. On prévoit par précaution une hausse des coûts (fixes et variables) équivalente. Un exportateur contacte alors Monsieur Honoré et lui propose l'achat de 20 bibliothèques à 12800 dhs HT pièce. L'acceptation de cette commande impliquerait qu'un certain nombre de ces bibliothèques soient faites en heures supplémentaires par le personnel. Pour celles-là seulement les charges de main-d'œuvre directe seraient supérieures de 25 % aux charges normales.

QUESTIONS n°II

1. Pensez-vous que Monsieur Honoré doive accepter cette offre ? Justifier votre réponse par un raisonnement et des calculs appropriés (sans traiter le 2.).

2. Pour convaincre Monsieur Honoré, vous déterminerez ensuite le résultat dans les deux hypothèses (acceptation ou refus de la proposition).

Honoré, vous déterminerez ensuite le résultat dans les deux hypothèses (acceptation ou refus de la proposition).

Corrigé

Corrigé