Vous êtes sur la page 1sur 28

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Maroc 1 Economie ouverte et plateforme d’exportation
Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Maroc 1 Economie ouverte et plateforme d’exportation
Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Maroc 1 Economie ouverte et plateforme d’exportation
Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Maroc 1 Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc

1
1

Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc

Economie ouverte et plateforme d’exportation

SOMMAIRE 01 02 03 04 05 Structure des échanges commerciaux Cadre réglementaire Cadre institutionnel Principales

SOMMAIRE

01

02

03

04

05

Structure des échanges commerciaux

Cadre

réglementaire

Cadre

institutionnel

Principales orientations stratégiques

Principaux accords commerciaux conclus par le Maroc

10

13

14

16

19

COMMERCE EXTERIEUR LEVIER DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL De nos jours, le commerce extérieur constitue

COMMERCE EXTERIEUR

LEVIER DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL

De nos jours, le commerce extérieur constitue l›un des moteurs indéniable du développement économique et social. Il est devenu un facteur déterminant dans les stratégies de croissance adoptées par les pays optant pour le libéralisme, dans un contexte marqué par la globalisation poussée des marchés et la mondialisation croissante des échanges internationaux.

Conscient de l’importance du commerce extérieur dans son développement économique, le Maroc a été l’un des premiers pays arabes et africains à opter pour l’ouverture de son économie et l’intégration à l’économie mondiale, à travers une stratégie ambitieuse de libéralisation économique et commerciale dans laquelle le Royaume s’est résolument engagée depuis déjà le début des années 80, ce qui a permis son adhésion au GATT en 1987 et la conclusion en 1994 des accords de Marrakech ayant donné naissance à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en 1995.

Cette option d’ouverture a été reconduite durant les années 90 par la consolidation des acquis, de même que l’adaptation sans cesse aux changements de l’environnement national et international du commerce international, par l’engagement d’une nouvelle génération de réformes ayant été entamées au début des années 2000, ce qui s’est concrétisé par l’élaboration et la mise en oeuvre en 2009 d’une nouvelle stratégie de développement et de promotion des exportations intitulée « Maroc Export Plus ».

De ce fait, le développement du commerce extérieur est érigé en composante essentielle de la politique économique générale du Maroc qui vise la modernisation des structures de production dans le cadre des nouvelles stratégies horizontales et sectorielles pour la mobilisation d’une offre exportable compétitive, l’intégration dans des ensembles dynamiques régionaux complémentaires et la diversification des relations commerciales internationales.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 10 STRUCTURE DES ECHANGES 01 COMMERCIAUX DE BIENS ET
10
10

STRUCTURE DES ECHANGES 01COMMERCIAUX DE BIENS ET SERVICES

Le commerce extérieur de biens et services constitue en moyenne près de 80% du PIB national sur les cinq dernières années, dont 46% à l’importation et 34% à l’exportation, ce qui atteste de l’importance de l’ouverture de l’économie marocaine sur le reste du monde.

La dynamique des échanges commerciaux de biens et services profite aussi bien aux exportations qu’aux importations, et constitue le corolaire du processus de développement économique et social enregistré par le Maroc ces dernières années.

A cet égard, le rythme de croissance des exportations des biens et services s’est significativement amélioré ces 5 dernières années, avec une croissance annuelle moyenne de près de 7% et un montant moyen exporté se chiffrant à près de 247 milliards de dirhams.

Les exportations de biens ont progressé de près de 11% et constituent près de 60% des exportations des biens et services. Ainsi, la croissance soutenue des exportations de biens au cours de la période 2007-2011 marque une rupture avec le trend de croissance qui ne dépassait guère en moyenne annuelle 5%. Quant aux exportations de services, elles ont progressé en moyenne annuelle de 3%, avec un chiffre d’affaires moyen exporté de près de 104 milliards de dirhams.

De même, la structure des exportations par secteur a connu une diversification progressive vers de nouveaux secteurs ciblés dans les nouveaux métiers mondiaux du Maroc, notamment l’automobile, l’électricité, l’électronique, l’aéronautique et l’offshoring. Les premiers résultats de l’implémentation progressive de ces industries commencent à se faire sentir, dans la mesure où la part des exportations de ces produits est passée de près de 9% en 2000 à près de 14% en

2011.

Certes, les exportations des phosphates et dérivés contribuent significativement aux performances soutenues des exportations ces 5 dernières années, avec une croissance annuelle moyenne dépassant 100%. De ce fait le chiffre d’affaires exporté a connu un rebond substantiel en passant de 13 milliards de dirhams en 2000 à près de 48 milliards de dirhams en 2011.

Mais, les performances des exportations hors phosphates et dérivés ont également enregistré des progressions importantes ces dernières années, avec une croissance annuelle moyenne de 6% sur la période 2007-2011 contre seulement 3% auparavant. Le montant exporté s’est ainsi établi à près de 126 milliards de dirhams en 2011 au lieu de 66 milliards de dirhams en 2000.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Exportations de biens *Produits Mécaniques Électriques et

Exportations de biens

ouverte et plateforme d’exportation Exportations de biens *Produits Mécaniques Électriques et Électroniques Source

*Produits Mécaniques Électriques et Électroniques Source : Office des Changes, calculs du DCE

Exportations de services

Office des Changes, calculs du DCE Exportations de services 11 Au cours de la période 2007-2011,
11
11

Au cours de la période 2007-2011, l’évolution des importations a été énormément impactée d’un côté, par des chocs extérieurs relatifs à la flambée des cours de l’énergie et des produits alimentaires et de l’autre, par la dynamique de croissance de l’économie marocaine tirée dans une large mesure par la demande intérieure.

Plus de 90% de la demande d’importation de biens durant cette période a été le fait par ordre décroissant de 5 groupes de produits : énergie (22%), biens d’équipement (22%), demi-produits (21%), biens de consommation (18%) et produits alimentaires (10%).

Importations de services

et produits alimentaires (10%). Importations de services Source : Office des Changes, calculs du DCE Importations

Source : Office des Changes, calculs du DCE

Importations de biens

et produits alimentaires (10%). Importations de services Source : Office des Changes, calculs du DCE Importations

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 12 Importations par zones géographiques Source : Office des
12
12

Importations par zones géographiques

d’exportation 12 Importations par zones géographiques Source : Office des Changes, calculs du DCE Exportations par

Source : Office des Changes, calculs du DCE

Exportations par zones géographiques

calculs du DCE Exportations par zones géographiques Les marchés de destination des exportations marocaines se

Les marchés de destination des exportations marocaines se diversifient progressivement, ce qui explique l’atténuation de la concentration sur les marchés européens dont la part est passée de 76% en 2007 à 62% en 2011. Cette atténuation s’est produite en faveur d’autres destinations, notamment l’Asie, l’Amérique et l’Afrique, ce qui montre l’effort progressif de diversification de nos débouchés qui est l’un des objectifs stratégiques de la mise en oeuvre de la stratégie de développement et de promotion des exportations « Maroc Export Plus ».

Il en est de même de la cartographie géographique des importations dont la concentration sur l’Europe s’est allégée, avec une part qui est passée de 62% en 2007 à 58% en 2011, en faveur de la diversification des approvisionnements à partir de l’Asie et de l’Amérique dont les parts ont été respectivement de 21% et 11% en 2007 et se sont chiffrées à 23% et 13% en 2011.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 02 CADRE REGLEMENTAIRE Le principal cadre réglementaire du

02

CADRE

REGLEMENTAIRE

Le principal cadre réglementaire du commerce extérieur du Maroc a été établi au début des années 90, ce qui a nécessité sa refonte à des fins d’adaptation au changement de l’environnement du commerce international. Ceci a motivé l’engagement de diverses actions touchant notamment, la refonte de la loi 13-89 relative au commerce extérieur, la finalisation de la loi n°15-09 relatif aux mesures de défense commerciale à même de se prémunir contre les importations déloyales et les importations massives, la préparation d’un cadre réglementaire régissant le contrôle des exportations à double usage conformément à la résolution 1540 du Conseil de Sécurité, ainsi que l’amendement de l’arrêté relatif au titre de l’importateur en vue de professionnaliser les métiers du commerce extérieur.

13
13

PRINCIPALES DISPOSITIONS DES TEXTES REGISSANT LE COMMERXE EXTERIEUR

Elaborée à la fin des années 80 et promulguée en 1992, la loi 13-89 a pour objet la libéralisation du commerce extérieur marocain.

Cette loi consacre le caractère libéral de la politique nationale du Commerce extérieur. Elle retient comme principe fondamental la liberté des importations et des exportations des biens et services, sauf lorsqu’il s’agit de sauvegarder la moralité, la sécurité et l’ordre public, la santé des personnes ou de protéger la faune et la flore, le patrimoine archéologique et artistique national ou de préserver la position financière extérieure du pays.

PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA REGLEMENTATION RELATIVE AUX MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE

La loi n° 15-09 relatives aux mesures de défense commerciale établit les règles régissant l’application des mesures de défense commerciale.

Son décret d’application prévoit les modalités pratiques du calcul et de détermination de l’existence de la marge de dumping, du montant de la subvention, des méthodes pour l’évaluation du dommage causé à la branche de la production nationale, ainsi que les montants des droits à appliquer. Il clarifie aussi les prescriptions d’ordres procédurales à suivre par le Ministère en charge du commerce extérieur dans les enquêtes.

Les mécanismes de défense commerciale établissent l’ensemble des règles et procédures régissant l’application des mesures de défense commerciale qui prennent la forme de :

Mesures antidumping : en cas d’importation de produits en dumping;

Mesures compensatoires : en cas d’importation de produits ayant bénéficié de subventions des pouvoirs publics du pays exportateurs;

Mesures de sauvegarde : en cas d’accroissement massif des importations.

Ces mesures ne sont appliquées à l’importation d’un produit, que lorsque le dumping, la subvention ou l’accroissement massif des importations dudit produit cause ou menace de causer un dommage aux producteurs nationaux du produit similaire au produit importé et qu’un lien de causalité entre le dumping, la subvention ou l’accroissement massif des importations et le dommage soit établi.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 14 03 CADRE INSTITUTIONNEL Dans le but de s’adapter
14
14

03

CADRE

INSTITUTIONNEL

Dans le but de s’adapter aux mutations du commerce international, et de faire du commerce extérieur un moteur de croissance économique et sociale, le Département du Commerce Extérieur et les organismes sous sa tutelle ont connu une mise à niveau profonde de leur organisation et de leurs moyens, notamment par une restructuration de l’organisation managériale et des moyens de travail, avec l’adoption d’un nouvel organigramme, un renforcement de ses ressources financières et humaines et l’adoption d’une culture de travail orientée projets-résultats.

Organigramme du Département du Commerce Extérieur

Ministre

Organismes sous tutelle : CMPE, OFEC, OCE, CNCE Inpecteur Général Secrétaire Général Direction des ressources
Organismes sous tutelle :
CMPE, OFEC, OCE, CNCE
Inpecteur Général
Secrétaire Général
Direction des
ressources et
des Affaires
Générales
Direction
de la Politique
des Echanges
Commerciaux
Direction
des Relations
Commerciales
Internationales

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Le Département du Commerce Extérieur élabore la politique du

Le Département du Commerce Extérieur élabore la politique du gouvernement dans le domaine du commerce extérieur. A ce titre, il est chargé de :

L’élaboration des projets de textes législatifs et réglementaires relatifs au commerce extérieur

La proposition de la politique du gouvernement dans le domaine de la protection économique de la production nationale, sa coordination et sa mise en oeuvre

15
15

la coordination des actions menées par les organismes publics dans le domaine de la promotion commerciale extérieure et le soutien de celles des entreprises privées en tant que de besoin

La participation à la préparation et la conduite des négociations économiques et commerciales internationales

négociations économiques et commerciales internationales La participation à l’élaboration de toute mesure ou

La participation à l’élaboration de toute mesure ou décision ayant une incidence directe ou indirecte sur les relations économiques et commerciales extérieures et sur le niveau de la compétitivité de l’économie nationale

Organismes sous tutelle

CMPE, Centre Marocain de Promotions des Exportations ou Maroc Export est un

établissement public créé en 1976 dans le but de mettre en oeuvre la politique gouvernementale en matière d’appui à la PME/PMI exportatrice. Cet établissement constitue le bras marketing du Département du Commerce Extérieur, et son organisation a connu récemment une mue importante dans le cadre de la mise en oeuvre de la nouvelle stratégie de développement et de promotion des exportations «Maroc Export Plus »

OFEC, Office des foires et expositions

de Casablanca : en 1977 le comité central des foires de Casablanca a été érigé en office, établissement public doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière. Le rôle de cet établissement est l’accompagnement des opérateurs dans la promotion des secteurs phares

du Maroc, l’organisation de foires et salons par l’accueil de manifestations internationales et l’internationalisation des salons organisés au Maroc.

CNCE : Le Conseil national du commerce extérieur a été créé en 1996, avec sa composition paritaire public-privé, il a pour mission de donner des avis consultatifs sur les questions relatives au commerce extérieur et d’établir un rapport annuel sur les échanges extérieurs. Ce Conseil est en cours de transformation en vue de s’ériger en observatoire du commerce extérieur.

OCE : Créé en 1965 comme un organisme étatique, l’Office de Commercialisation et d’Exportation est en cours de repositionnement stratégique dans le cadre de sa transformation en société anonyme. Son nouveau rôle est celui d’agrégateur de l’offre, notamment la petite offre agricole, ce qui le place en tant acteur important dans le développement des consortiums d’exportation au Maroc.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 16 PRINCIPALES ORIENTATIONS 04 STRATEGIQUES Stratégie Maroc
16
16

PRINCIPALES ORIENTATIONS 04 STRATEGIQUES

Stratégie Maroc Export Plus

Pour accompagner l›ouverture sur le marché mondial, le Maroc dispose d’une nouvelle stratégie de développement et de promotion des exportations « Maroc Export Plus », avec un plan d’action pour la promotion des exportations, aussi bien au niveau industriel, agricole que des services. Ce plan d’action vise l’accompagnement au développement d’une offre exportable compétitive, pour un meilleur positionnement sur les marchés cibles.

Cette stratégie cherche aussi à inciter davantage d’entreprises à s’inscrire dans une démarche de développement par l’exportation et à améliorer l’efficacité des entreprises exportatrices dans la commercialisation de leur production sur les marchés internationaux.

L’objectif est d’accroître les exportations de manière incrémentale, avec un doublement des exportations en 2015 et un triplement en 2018

Pour atteindre ces objectifs, la stratégie « Maroc Export Plus » repose sur trois axes complémentaires:

1.

Ciblage des secteurs et des

Donner la priorité aux produits dont l’offre est disponible et ceux issus des plans sectoriels au fur et à mesure du développement de leur offre.

produits

2. Ciblage des marchés

Consolider la position du Maroc sur ses marchés traditionnels et la diversification vers de nouveaux marchés à fort potentiel.

3. Accompagnement des

Mettre à leur disposition les outils nécessaires à leur développement à l’international.

exportateurs

La déclinaison opérationnelle de Maroc Export Plus se fait à travers trois types de mesures :

1. Mesures sectorielles

Desactionsspécifiquesdéfinies avec les professionnels afin de faciliter l’acte d’exporter et de développer les exportations pour chacun des secteurs prioritaires identifiés

2. Mesures transversales

Des

d’accompagnement communs à plusieurs secteurs d’activités

actions d’appui et

3. Mesures

organisationnelles

Articulation institutionnelle de l’effort promotionnel en coordination entre les différents organismes relevant du département du Commerce Extérieur.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Six conventions de partenariat ont été signées dans le

Six conventions de partenariat ont été signées dans le cadre des actions transversales de Maroc Export Plus

dans le cadre des actions transversales de Maroc Export Plus LES CONTRATS DE CROISSANCE A L’EXPORT

LES CONTRATS DE CROISSANCE A L’EXPORT

Le contrat de croissance à l’export est un programme de trois ans (2011-2015) qui consiste à accompagner individuellement les entreprises marocaines exportatrices, ou celles s’engageant à le devenir, dans la mise en oeuvre de leurs projets de développement à l’international.

Il vise à mettre en place des mesures opérationnelles en faveur de 375 entreprises, en vue de :

Accélérer le développement des exportations marocaines ;

Permettre aux entreprises exportatrices disposant d’un business plan ambitieux, d’accéder à certains moyens nécessaires au développement de leurs produits sur les marchés cibles ;

Renforcer le positionnement des entreprises exportatrices sur les marchés cibles ;

Convertir des entreprises exportatrices occasionnelles et non exportatrices en entreprises exportatrices professionnelles et régulières.

LE PROGRAMME D’APPUI AUX CONSORTIUMS D’EXPORTATIONentreprises exportatrices professionnelles et régulières. 17 Ce projet vise l’internationalisation de l’entreprise

17
17

Ce projet vise l’internationalisation de l’entreprise marocaine, l’agrégation et la promotion de l’offre exportable sur les marchés étrangers.

La participation à un consortium d’exportation offre aux associés les avantages suivants :

La réduction des risques liés à l’exportation et à l’exploration de nouvelles opportunités de commerce à l’étranger.

L’amélioration de la rentabilité, à travers le partage des coûts administratifs, du marketing et de la promotion des produits et/ou services fournis par le consortium.

• Le gain d’efficacité à travers l’exploitation des économies d’échelle créées par la constitution du consortium.

L’accumulation des connaissances et du savoir-faire.

3
3

LE PROGRAMME D’AUDIT A L’EXPORT

Le programme d’audit à l’export vise à aider les entreprises à dynamiser leurs exportations à travers le renforcement de leurs structures et l’amélioration de leurs potentialités à l’export. Ce programme d’audit consiste à auditer 1.000 entreprises à l’horizon 2015.

Des auditeurs certifiés et accrédités par le Centre du Commerce International (ITC-Genève) interviendront au sein de chaque entreprise bénéficiaire de la Convention, pour analyser sa structure et son aptitude à l’export, identifier les écarts, les anomalies et les dysfonctionnements à l’export, élaborer une stratégie et un plan d’action export définis en adéquation avec les capacités et les potentialités de l’entreprise et l’aider à l’implémentation du programme d’action recommandé.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 18 L’INTERNATIONALISATION DES SALONS SECTORIELS Cette Convention
18
18

L’INTERNATIONALISATION DES SALONS SECTORIELSMaroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 18 Cette Convention de partenariat vise l’internationalisation de

Cette Convention de partenariat vise l’internationalisation de salons relevant des cinq secteurs suivants :

Nouvelles technologies et l’offshoring

Produits de terroirs (Terroirs Expo)

Industries pharmaceutiques (Médical Expo)

Industries électriques (Elec Expo)

Industries de l’Automobile

 

L’objectif est de :

Faire du Maroc une destination internationale d’exposition et de rencontre des professionnels des secteurs ciblés.

Communiquer et promouvoir l’offre sectorielle marocaine au niveau international.

Communiquer à l’international pour recruter les exposants et les clients potentiels des exportateurs marocains.

Organiser des rencontres B to B pendant les salons pour favoriser la concrétisation de partenariats, entre exportateurs marocains et leurs clients.

LE PROGRAMME DE SOUTIEN A LA CERTIFICATION DES PETITS ET MOYENS PRODUCTEURS AGRICOLESpartenariats, entre exportateurs marocains et leurs clients. Ce programme de soutien à la certification vise

Ce programme de soutien à la certification vise l’accompagnement des petits et moyens agriculteurs dans la certification internationale de leurs productions de façon à permettre l’accès de ces produits aux marchés ciblés à l’export.

Le Programme cible 3818 petits et moyens agriculteurs nationaux leur permettant de profiter pleinement de créneaux non encore suffisamment exploités par notre pays, tels que les produits biologiques, les produits conventionnels de niche, les produits de terroirs, les indications géographiques protégées et les produits de l’économie solidaire et du commerce équitable. De tels créneaux connaissent un rayonnement international sans précédent et une croissance à deux chiffres, qui offrent des potentialités importantes pour nos petits et moyens producteurs.

6
6

LA FORMATION ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN COMMERCE INTERNATIONAL

Cette convention vise la mise en place de formations spécialisées en commerce international pour améliorer les compétences des cadres des organismes et entreprises orientés vers l’international. Cette convention est mise en place pour une durée de 5 années.

Les domaines de partenariat comportent principalement la formation diplômante de niveau « Master » et la formation continue des ressources humaines spécialisées en commerce international y compris l’ingénierie de formation, le développement et la réalisation des travaux d’études, de recherches et d’expertises dans les domaines spécifiques du Commerce Extérieur, l’organisation de séminaires, des conférences d’information, de sensibilisation et de coaching et de manifestations scientifiques et techniques.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 05 PRINCIPAUX ACCORDS COMMERCIAUX CONCLUS PAR LE MAROC Le

05 PRINCIPAUX ACCORDS COMMERCIAUX CONCLUS PAR LE MAROC

Le Maroc dans le système commercial multilatéral

En tant que membre fondateur de l’Organisation Mondiale du Commerce, le Maroc confirme son attachement au Système Commercial Multilatéral et à ses principes fondamentaux qui constituent un référentiel dans la politique commerciale marocaine. Dans le choix et la mise en oeuvre de sa politique commerciale extérieure, le Royaume du Maroc n’a pas cessé de renforcer son processus de libéralisation, notamment par :

La poursuite de la réduction de la protection tarifaire.

• La simplification des procédures du commerce extérieur.

L’élimination des mesures non tarifaires.

L’instauration d’un environnement propice au développement des affaires et des investissements.

• L’élargissement et la diversification des relations commerciales et économiques.

La contribution à la consolidation du Système Commercial Multilatéral.

19
19

Les réformes réalisées visent également l’adaptation de la législation nationale aux principes et règles de l’OMC, l’amélioration des cadres réglementaire institutionnel en concertation avec le secteur privé et le renforcement de son rôle dans le développement économique.

Conscient que la libéralisation commerciale est bénéfique à la croissance, au développement et au bien- être des populations, le Maroc participe activement et contribue à la réussite des différentes rencontres et Conférences de l’OMC et particulièrement au processus de négociation dans le cadre de l’agenda de Doha.

Le Maroc honore ses engagements au titre des accords du GATT/OMC tout en continuant à oeuvrer en vue d’assurer la transparence dans la mise en oeuvre de ses engagements, à travers les notifications communiquées régulièrement aux différents organes de l’OMC.

20 ACCORDS DE LIBRES ÉCHANGES CONCLUS PAR LE MAROC Le Maroc s’est toujours efforcé à
20
20

ACCORDS DE LIBRES ÉCHANGES CONCLUS PAR LE MAROC

Le Maroc s’est toujours efforcé à mettre en place un ensemble d’instruments et de mécanismes réglementaires et conventionnels, de nature à créer un environnement propice au développement des échanges commerciaux avec ses partenaires commerciaux.

Une telle vision a permis au Maroc de sceller sa politique d’ouverture commerciale en négociant une série d’Accords de libre-échange (ALE) avec près de 55 pays.

Accès à un marché potentiel de 1 milliard de consommateurs

Accord de libre- échange Maroc- États-Unis Accord d’association Maroc – UE AELE (Association Européenne. de
Accord de libre-
échange Maroc-
États-Unis
Accord
d’association
Maroc – UE
AELE (Association
Européenne. de Libre Échange)
Norvège, Suisse Islande et
Liechtenstein,
ALE Maroc-Turquie
Accords préférentiels limités
Arabie Saoudite, Algérie,
Libye, Mauritanie
République de Guinée
et Tchad
Grande zone de
libre-échange
arabe (GAFTA)
1. Accord d’Agadir
(ALE régional)
2.ALE bilatéraux
avec Jordanie,
Tunisie, Égypte
Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation ACCORDS RÉGIONAUX MAROC-UNION EUROPEENNE Signé le 26 février

ACCORDS RÉGIONAUX

MAROC-UNION EUROPEENNE

Signé le 26 février 1996 et entré en vigueur le 1er mars 2000.

Champ d’application :

L’accord d’association entre le Maroc et l’Union européenne prévoit l’instauration progressive d’une zone de libre-échange industrielle à l’horizon 2012 et une libéralisation progressive des échanges agricoles.

Schéma de démantèlement :

Zone de libre-échange industrielle à l’horizon 2012

Les exportations marocaines bénéficient d’un accès aux marchés de l’UE en franchise depuis l’entrée en vigueur de l’accord, alors que les produits originaires de l’UE accèdent au marché marocain selon le schéma suivant :

21
21

Accès libre pour les biens d’équipement et certaines pièces de rechange dès le 1er mars 2000.

Accès libre pour les matières premières et intrants non fabriqués localement depuis mars 2003.

Accès libre pour les produits fabriqués au Maroc à partir le 1er mars 2012.

Accès libre pour certains véhicules automobiles à partir du 1er Mars 2012.

Libéralisation du commerce des produits agricoles et de la pêche

Pour les produits agricoles : L’Accord d’Association a prévu une libéralisation progressive des échanges agricoles entre les deux parties.

Un nouvel Accord visant la libéralisation des produits agricoles, agro-industriels et les produits de pêche a été signé le 13 décembre 2010 et entré en vigueur en 2012.

Libéralisation des échanges de services et du droit d’établissement

La libéralisation du commerce des services et du droit d’établissement est prévue par l’article 31 de l’Accord

d’Association. Les négociations bilatérales entre le Maroc et l’UE basées sur le principe d’une libéralisation progressive et réciproque du commerce des services et du droit d’établissement, ont commencé en février

2008.

Conditions d’octroi des préférences

Afin de bénéficier des avantages préférentiels prévus par l’accord Maroc-UE en matière commercial, les exportations marocaines sont tenues de satisfaire les critères de l’origine , conformément aux dispositions du Protocole Pan-Euromed sur les règles d’origines , en vigueur depuis le 1er janvier 2006. La révision de ces règles d’origine a été entamée depuis 2010.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 22 MAROC-PAYS DE LA LIGUE DES ETATS ARABES L’Accord
22
22

MAROC-PAYS DE LA LIGUE DES ETATS ARABES

L’Accord est l’application du programme exécutif de la Convention de facilitation et de développement des échanges commerciaux entre les pays arabes signé à Tunis le 27 février 1981. Le programme vise la création d’une zone de libre-échange inter-arabe pendant une durée transitoire de 10 ans à compter du 1er janvier 1998.

Champ d’application :

Le programme concerne tous les produits originaires et en provenance des pays arabes contractants. Il exclut de son champ d’application, les marchandises interdites à l’importation dans les pays arabes, pour des raisons de santé et de sécurité ou pour atteinte à l’environnement et à la religion.

Les échanges se font suivant le régime du démantèlement progressif à raison de 10% par an du droit d’importation et taxes d’effet équivalent et ce à partir du 1er janvier 1998. La TVA demeure exigible.

Schéma de démantèlement :

Il s’agit de franchise des droits d’importations avec un démantèlement tarifaire sur 10 ans à 10% par an.

Conditions d’octroi des préférences

Caractère originaire du produit :

L’entière obtention. Ou

• La transformation suffisante, basée sur des règles spécifiques par produit.

• Les produits non repris sur la liste spécifique susvisée sont soumis à une règle de valorisation d’au moins 40%.

Le cumul des matières entre les pays membres.

Transport direct

La marchandise doit être transportée directement entre les pays membres. Le transit par un pays tiers est possible sous réserve que la marchandise reste sous le contrôle de la douane du pays de transit et qu’elle ne subisse pas d’autres opérations que le déchargement, le rechargement ou toute autre opération destinée à assurer leur conservation en l’état.

ACCORD D’AGADIR

Cet accord de libre-échange, signé à Rabat le 25 février 2004, entre le Maroc, l’Égypte, la Jordanie et la Tunisie, est entré en vigueur le 6 juillet 2007 et s’inscrit dans le cadre du processus Euroméditerranéen.

Champ d’application :

Cet accord concerne tous les produits échangés entre les quatre pays, à l’exception :

des produits prohibés pour des raisons sanitaires, de moralité, de sécurité publique et de sauvegarde de l’environnement,

des produits agricoles concernés par la clause dite de « préférence ».

Schéma de démantèlement :

Les produits concernés sont totalement exonérés des droits de douane et taxes d’effet équivalent à partir d’entrée de l’accord en vigueur L’utilisation du système du cumul de l’origine constitue un facteur favorable à l’intégration économique entre ces quatre pays. Exception faite pour les produits agricoles qui ne sont pas libres avec l’UE qui ne peuvent pas bénéficier dans ce cas du cumul diagonal entre les pays de l’accord d’Agadir et l’UE.

Conditions d’octroi des préférences

Caractère originaire du Produit

L’entière obtention.

• Ouvraisons et transformations suffisantes : Les produits non entièrement obtenus dans un Etat membre sont considérés comme suffisamment ouvrés, lorsque les conditions indiquées pour le produit concerné sont remplies.

Tolérance pour l’utilisation de matières non originaires.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Accords Bilatéraux MAROC-EGYPTE L’Accord Maroc-Egypte est

Accords Bilatéraux

MAROC-EGYPTE

L’Accord Maroc-Egypte est signé le 27 mars 1998 et ratifié le 03 février 1999.

Champ d’application :

Création d’une zone de libre échange sur une période de 12 ans à partir du 29 avril 1999, sa date d’entrée en vigueur.

Schéma de démantèlement :

Exonération totale des droits d’importations pour les produits figurant sur la liste 1 égyptienne et la liste 2 marocaine.

Démantèlement progressif sur une période de 5 ans conformément aux tableaux égyptien et marocain pour aboutir au bout de la 5ème année à :

0% pour les produits dont les droits d’importations sont inférieurs à 25%.

25% pour les produits dont les droits d’importations sont supérieurs à 25%. Démantèlement sur 7ans à compter de la 6ème année de l’entrée en vigueur de l’Accord pour les 25% des

taux des droits d’importations restants.

Conditions d’octroi des préférences Caractère originaire du produit :

23
23

L’entière obtention

Ou

La transformation suffisante constituée par une valorisation locale d’au moins 40% du prix départ usine du produit ;

Le cumul des matières entre les parties contractantes.

MAROC-EMIRATS ARABES UNIS

Signé le 25 juin 2001 et entré en vigueur le 9 juillet 2003.

Champ d’application :

Cet accord prévoit l’exonération totale des droits de douanes pour tous les produits échangés entre le Maroc et les Émirats Arabes Unis, et ce à compter du 1er janvier 2005, à l’exception :

des produits prohibés pour des raisons sanitaires, de moralité, de sécurité publique et de sauvegarde de l’environnement.

des produits fabriqués dans les zones franches des deux pays.

des produits agricoles concernés par la clause dite de préférence.

Conditions d’octroi des préférences

Caractère originaire du produit :

L’entière obtention

Ou

 

• La transformation suffisante, basée sur des règles spécifiques par produit

Les produits non repris sur la liste susvisée sont soumis à une règle de valorisation d’au moins 40%.

cumul des matières.

Transport direct

La marchandise doit être transportée directement entre les deux pays. Le transit par un pays tiers est possible sous réserve que la marchandise reste sous le contrôle de la douane des pays de transit et qu’elle ne subisse pas d’autres opérations que le déchargement, le rechargement ou toute autre opération destinée à assurer leur conservation en l’état.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 24 MAROC- JORDANIE Signé le 16 juin 1998 et
24
24

MAROC- JORDANIE

Signé le 16 juin 1998 et entré en vigueur le 21 octobre 1999, l’accord Maroc-Jordanie vise la création d’une zone de libre échange sur une période de 12 ans.

Champ d’application :

Cet accord concerne les produits originaires et en provenance des deux Pays figurant sur une liste commune ou ceux objet de démantèlement tarifaire, à l’exception des :

Produits repris sur les listes négatives ;
• Produits relevant des chapitres 1 à 24 du Système Harmonisé (à l’exception de ceux figurant sur la liste totalement exonérée) ;

Produits fabriqués dans les zones franches situées dans les deux Pays et exportés directement à destination de l’autre Partie ou importés d’un autre Pays ;

Schéma de démantèlement :

Exonération du DI et taxes d’effet équivalent pour les produits figurant sur une liste commune dès l’entrèe en vigueur de l’Accord, ainsi que les produits dont les taux cumulés du DI et TEE sont inférieurs à 25%. Pour les autres produits : démantèlement suivant schéma ci-après :

• Produits dont les taux des DI et TEE cumulés varient entre 0 et 25 % : bénéficient d’un démantèlement annuel progressif pour atteindre un taux de 0 % au terme de 5 ans.

• Produits dont les taux des DI et TEE cumulés sont supérieurs à 25 % bénéficient d’un : o Démantèlement annuel progressif pour atteindre un taux de 25 % au terme de 5 ans ; o Démantèlement sur 7 ans à compter de la 6ème année de l’entrée en vigueur de la convention pour les 25 % des taux des DD et TEE restants.

Existence de listes négatives

• TVA reste exigible (assiette TVA intègre montants non perçus au titre des DI et TEE).

Conditions d’octroi des préférences

Caractère originaire du produit :

L’entière obtention

Ou

La transformation suffisante constituée par une valorisation locale d’au moins 40% du prix départ usine du produit ;

Le cumul des matières entre les parties contractantes.

MAROC-TUNISIE

Signé le 16 mars 1999 et entré en vigueur la même date.

Champ d’application

Cet accord concerne les produits originaires et en provenance du territoire de chacun des deux pays, figurant sur les listes :

T1, MT, T2, T3 : Produits marocains exportés à destination de la Tunisie.

M1, MT, M2 : Produits tunisiens importés au Maroc ;

Schéma de démantèlement :

Listes T 1 et M1 : Produits librement échangeables avec exonération des DI et TEE.

• TVA reste exigible (assiette TVA n’intègre pas montants non perçus au titre des DI et TEE).

Liste MT : Produits librement échangeables avec paiement d’une taxe unique de 17,5 %, le montant de cette taxe est pris en considération dans l’assiette servant au calcul de la TVA.

Listes M2, T2, T3 : démantèlement tarifaire sur 10 ans suivant schémas préétablis.

Existence d’une liste négative.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation Conditions d’octroi des préférences Caractère originaire du

Conditions d’octroi des préférences

Caractère originaire du produit :

L’entière obtention

Ou

La transformation suffisante constituée par une valorisation locale d’au moins 40% du prix départ usine du produit

Le cumul des matières entre les parties contractantes.

MAROC-USA

25
25

Signé le 15 Juin 2004, l’Accord de libre-échange avec les États-Unis est entré en vigueur le 1er janvier 2006. Cet Accord global porte sur tous les domaines ayant trait de près ou de loin au commerce:

Champ d’application :

Tous les secteurs de l’activité économique

Schéma de démantèlement :

En matière de commerce des biens, cet Accord prévoit :

Pour les produits agricoles : ouverture progressive avec des plafonds maximum et des périodes transitoires et des schémas de démantèlement allant jusqu’à 25 ans. En contrepartie : un accès libre et immédiat pour des produits marocains frais ou en conserve et pour les produits agro-industriels avec ou sans quota.

Pour les produits industriels : Contre un accès libre et immédiat à la quasi-totalité des produits industriels marocains et des produits de la pêche (98%), l’Accord prévoit une exonération des droits de douane à l’entrée en vigueur de l’Accord pour 58 % des positions tarifaires américaines. Le reste est démantelé sur une période de 9 ans.

Pour les produits textiles : 3 listes symétriques : - Une liste exonérée dès l’entrée en vigueur de l’Accord - Une liste de 43 produits exonérés dans la limite d’un contingent (+25% sur 5 ans) ; - Le reste des produits sera démantelé d’une manière symétrique sur 6 ans. - A noter qu’un contingent dégressif de 30 millions de m² pour un certain nombre de produits textiles bénéficie de franchise de droits de douane dès l’entrée en vigueur pour une période de 10 années.

En matière de commerce des services, le Maroc a pris des réserves destinées à sauvegarder la protection de certains secteurs sensibles.

Conditions d’octroi des préférences

Le bénéfice du traitement préférentiel prévu par l’Accord de libre-échange Maroc-USA est subordonné au respect des règles d’origine:

Une règle d’origine générale pour les produits industriels hors textile;

Un produit est originaire si :

• Répond à la Définition: «un article de commerce nouveau et différent » = Le produit est transformé substantiellement.

Une valorisation de 35%.

• Des règles d’origine spécifiques pour le textile.

Principe général : la triple transformation :

• Fils : « à partir de la fibre », il faut que la fibre soit originaire de la zone;

• Tissus : « à partir du fil », il faut que le fil soit originaire;

• Vêtements : « à partir du fil », le fil doit être originaire.

• Des règles d’origine spécifiques pour les produits agricoles.

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation

Maroc : Economie ouverte et plateforme d’exportation 26 MAROC-TURQUIE Signé le 7 avril 2004 et entré
26
26

MAROC-TURQUIE

Signé le 7 avril 2004 et entré en vigueur le 1er janvier 2006, l’ALE avec la Turquie a été conclu dans le cadre du renforcement du processus Euroméditerranéen.

Champ d’application :

Cet accord concerne le commerce des biens.

Schéma de démantèlement :

Pour les produits industriels : Contre un accès libre pour les produits industriels marocains, le Maroc éliminera tous les droits de douane et taxes d’effet équivalent qui ne sont pas repris dans les listes annexées au Protocole I, dès l’entrée en vigueur. Pour le reste des produits, il est prévu ce qui suit :

Une liste 1 : démantèlement annuel de 10% sur 10 ans à partir de la date d’entrée en vigueur ;

Une liste 2 : démantèlement annuel sur 10 ans à raison de 3% sur 4 ans à partir de la date d’entrée en vigueur de l’Accord et de 15% sur 6 ans à partir de la 5ème année d’entrée en vigueur de l’Accord ;

Une liste 3 : relative aux produits usagés mais dont les dispositions seront réexaminées.

Pour les produits agricoles : échange de concessions dont les listes ont été annexées au Protocole II.

Conditions d’octroi des préférences

Caractère originaire du produit :

L’entière obtention

• Ouvraisons et transformations suffisante :

Les produits non entièrement obtenus au Maroc ou en Turquie sont considérés comme suffisamment ouvrés, lorsque les conditions indiquées pour le produit concerné sont remplies.

Par dérogation au principe général précité, les produits autres que textiles fabriqués à partir de matières d’origine tierce sont considérés originaires, même si la règle spécifique applicable à ces produits exclut l’incorporation de ces matières et ce, à condition que :

la valeur totale de ces matières n’excède pas 10 % du prix départ usine du produit;

l’application de cette tolérance n’entraîne pas un dépassement du ou des pourcentage(s) de la valeur maximale des matières non originaires, indiqué(s) pour ce produit.

Ouvraisons ou transformations insuffisantes : Certaines opérations subies par des matières d’origine tierce sont toujours considérées comme insuffisantes pour conférer aux produits qui en résultent le caractère originaire. Origine cumulative applicable entre :

Le Maroc et la Turquie (cumul bilatéral).

Le Maroc, la Turquie et les Etats membres de l’UE (pour les produits textiles).

Transport direct

Le régime préférentiel prévu par l’accord est applicable uniquement aux produits et aux matières originaires qui sont transportés directement entre les territoires du Maroc et la Turquie ou en empruntant les territoires des autres pays avec lesquels le cumul est applicable.

Toutefois, le protocole III sur les règles d’origine annexé à l’accord, prévoit des dispositions avantageuses en matière de règles d’origine notamment, l’extension du système du cumul pan-européen.