Vous êtes sur la page 1sur 2
L’impressionnisme est un mouvement pictural français né de l'association de quelques artistes de la seconde moitié du XIXe siècle. Fortement critiqué à ses débuts, ce mouvement se manifeste notamment de 1874 à 1886 par des expositions publiques à Paris, et marqua la rupture de l'art moderne avec la peinture académique. Ce mouvement pictural est notamment caractérisé par des tableaux de petit format, des traits de pinceau visibles, la composition ouverte, l'utilisation d'angles de vue inhabituels, une tendance à noter les impressions fugitives, la mobilité des phénomènes climatiques et lumineux, plutôt que l'aspect stable et conceptuel des choses, et à les reporter directement sur la toile. L'impressionnisme eut une grande influence sur l'art de cette époque, la peinture bien sûr, mais aussi les arts visuels (sculpture1, photographie impressionniste dont le pictorialisme est le relais, cinéma impressionniste), la littérature et la musique. L'impressionnisme se singularise par le fait que l'on peut parler de l'œuvre sans avoir besoin de références extérieures, à la différence de l'art antique qui est fondé sur la mythologie, et de l'art roman sur l'histoire sainte. Les sujets sont ainsi puisés dans la nature. Par ailleurs, quand le sujet met en scène des individus, ce sont des contemporains. Citons, en exemple, le tableau Olympia de Manet qui explore le thème traditionnel du nu, mais de manière choquante pour cette période : Vénus est représentée en demi-mondaine du XIXe siècle, et le peintre travaille surtout la peinture (couleurs). Cette vision, encore réaliste par le sujet, est également une étude sur la lumière et donne ainsi naissance à l'art moderne qui s'intéresse aux effets de lumière et aux combinaisons des couleurs, une recherche qui est au cœur de l'impressionnisme. Représentants par ordre alphabétique : Frédéric Bazille (1841–1870) Eugène Boudin (1824-1898) Eva Gonzalès (1849-1883) Gustave Caillebotte (1848–1894) Mary Cassatt (1844–1926) Paul Cézanne (1839–1906) Edgar Degas (1834–1917) Max Liebermann (1847–1937) Édouard Manet (1832-1883) Claude Monet (1840–1926) Avant l'apparition de l'impressionnisme, d'autres peintres, notamment les Hollandais du XVIIe siècle tels que Jan Steen, s'étaient intéressés à des sujets courants, tout en conservant une approche traditionnelle de la composition celle-ci était conçue de manière à placer le sujet principal au centre du regard de l'observateur. Les impressionnistes assouplirent l'opposition entre sujet et arrièreplan[réf. souhaitée]. Une autre influence importante est celle des estampes japonaises (japonisme), qui étaient arrivées en France à l'origine sous la forme de papier d'emballage. La technique de ces estampes contribue de manière importante au choix d'angles « photographiques » et de compositions non conventionnelles, qui devaient devenir un mouvement impressionniste. Edgar Degas était passionné de photographie et collectionnait les estampes japonaises. Sa toile La classe de danse témoigne de ces deux influences par sa composition asymétrique. Les danseuses du premier plan à gauche semblent avoir été prises sur le vif, dans des postures peu apprêtées, et le coin inférieur droit de la toile est occupé par une vaste surface de plancher vide. Comme le réalisme, l’impressionnisme montre des réalités quotidiennes, mais elles sont plus légères, plus claires, plus lumineuses. Les impressionnistes s’intéressent à la perception des choses : jeux de lumière, les reflets sur l’eau, mouvements… La nature est donc un domaine privilégié. - De ce fait, ils ont été accusés de ne pas savoir peindre, de négliger les contours, de diluer la vision.

Centres d'intérêt liés