Vous êtes sur la page 1sur 9

L’ŒUVRE ROMANESQUE DE STENDHAL (6e année)

Distribution des textes. (2 min.)

Avec Stendhal, nous sommes au XIXe SIÈCLE (1).

1. STENDHAL ET SON TEMPS (5 min.)

HENRI BEYLE DIT STENDHAL (1783 (GRENOBLE)-1842 (PARIS))

Toute sa vie, Stendhal a eu une grande attention pour la politique.


Lorsque naît Stendhal en 1783, la situation politique en France semble claire : le
régime est une monarchie absolue, et Louis XVI règne en maître sur le pays. Cependant, la
situation prend un tournant inattendu à la fin du XVIIIe siècle avec les journées de 1789
(début de la Révolution Française) et la Terreur à partir de 1793 (l’exécution de Louis XVI).
Stendhal et son père, CHÉRUBIN BEYLE (avocat), ont des rapports très tendus et un
des points de rupture particulièrement sensible avec le père est la politique. Stendhal hait son
père. Stendhal est un rebelle à toute forme d’autorité et notamment celle de son père. Pour lui,
l’autorité est un obstacle à la liberté et à la pensée. Stendhal haïssant son père donc, il hait
aussi ses idées politiques. Son père étant royaliste, il déteste l’autorité monarchique. C’est le
combat d’un enfant républicain (partisan de la République càd pour une forme de
gouvernement où le pouvoir n’est pas détenu par un seul et dans lequel la charge de chef de
l’État (le président) n’est pas héréditaire) contre un père royaliste. Stendhal se place toujours
du côté du peuple.
En 1799, la haine de la province et de la bourgeoisie grenobloise qui ne recherche que
ce qui « rapporte de l’argent», ses opinions républicaines et sa fascination pour la chose
militaire, ainsi que sa volonté de s’éloigner de son père, vont amener Stendhal à quitter sa
ville natale et à gagner Paris. En 1804, NAPOLÉON BONAPARTE prend le pouvoir,
instaure l’Empire et part en conquête de l’Europe occidentale.
À Paris, il exerce plusieurs fonctions (fonctionnaire au ministère de la Guerre, soldat
et auditeur au Conseil d’État) pour servir Napoléon dont il est admiratif. Il aura même
l’occasion de le rencontrer.

1
Mais la chute de Napoléon en 1814 va marquer un coup d’arrêt à sa carrière. Il doit
accepter avec la fin de l’Empire la perte de son poste et de ses avantages. On peut se
demander si un tel anéantissement des ambitions de Stendhal n’est pas une condition de son
épanouissement en tant qu’auteur. C’est le début du Stendhal romancier.

2. ŒUVRE (5 min.)

Stendhal nous a laissé cinq romans dont deux inachevés. Ces romans sont dans l’ordre
chronologique :
- ARMANCE (1827)
- LE ROUGE ET LE NOIR (1830)
- LUCIEN LEUWEN (écrit entre 1834 et 1836, publié en 1894)
- LA CHARTREUSE DE PARME (1839)
- LAMIEL (écrit en 1839-1840 et publié dans sa forme inachevée en 1889)

Le cadre historique et politique qui inspire les romans est le double et partiel retour à
l’Ancien Régime (le régime monarchique qui précède la Révolution de 1789) que furent en
France, au lendemain de l’Empire, la RESTAURATION (1814-1830) (après l’abdication de
Napoléon Ier, la monarchie fut rétablie avec le règne de Louis XVIII puis de Charles X) puis
la MONARCHIE DE JUILLET (1830-1848) (règne de Louis-Philippe Ier appelé au pouvoir
après la révolution de juillet 1830. En 1826-1827, la situation financière, économique et
sociale se détériore ; aussi la crise politique aboutit à la révolution de juillet 1830. Après
l’abdication de Charles X en 1830, Louis-Philippe fut appelé au pouvoir).

3. LE ROUGE ET LE NOIR ET LA CHARTREUSE DE PARME (2 min.)

Le Rouge et le Noir et La Chartreuse de Parme mettent en scène un héros


ascensionnel et conquérant. Dans Le Rouge et le Noir, il s’agit du héros JULIEN SOREL et
dans La Chartreuse de Parme, il s’agit du héros FABRICE DEL DONGO.

2
a) LE ROUGE ET LE NOIR (20 min.)

Son premier chef-d’œuvre, Le Rouge et le noir, sous-titré « CHRONIQUE DU XIXe


SIÈCLE » est paru donc en 1830. Il s’est inspiré d’un fait divers pour ce roman.

Le Rouge symbolise LA CARRIÈRE MILITAIRE et le Noir L’ÉTAT


ÉCCLÉSIASTIQUE.

Extrait :
STENDHAL, Le Rouge et le noir, Livre Premier, Chapitre X.

- Contexte

Julien Sorel est le fils d’un charpentier (ouvrier qui fait des travaux de charpente c’est-à-
dire celui qui taille des pièces de bois pour une charpente, la charpente constituant le bâti
d’une construction) de Verrières, dans le Jura. Il est battu par ses frères et son père qui lui
reprochent son inaptitude au travail physique et son désir de s’instruire. Frustré, Julien rêve de
faire une carrière dans l’armée, mais son origine sociale trop humble en ces temps de réaction
(Stendhal situe l’histoire de son héros sous la Restauration) l’oblige à opter pour la carrière
ecclésiastique. Le maire de Verrières, M. de Rênal, fait entrer Julien à son service comme
précepteur de ses enfants.
Devenu précepteur des enfants du maire de Verrières, Julien Sorel se sent perpétuellement
humilié par sa condition de « domestique ». Lorsque M. de Rênal, son employeur, augmente
son salaire après une vive dispute, le jeune homme sent qu’il vient de remporter une grande
victoire et éprouve le besoin de se retirer dans la montagne pour méditer sur sa situation
présente et à venir.

- Lecture de l’extrait (je lis l’extrait) 1min’50

- Analyse de l’extrait

Avec cet extrait, nous analyserons le thème de la hauteur et de l’ambition.

HAUTEUR ET AMBITION

3
L’hauteur et l’ambition sont marquées par :

a) UNE SOLITUDE HÉROÏQUE

Julien cherche en la montagne le lieu qui conviendra à sa méditation et le texte même


rend compte de ce désir de solitude par une série de mots ou de tournures :
1) Pouvez-vous repérer dans le texte ce désir de solitude ?
« servant seulement aux gardiens de chèvres », « séparé de tous les hommes »,
« il l’eût oublié ».
Julien Sorel se compare à Napoléon Bonaparte. Napoléon Bonaparte est souvent
représenté comme la figure du héros solitaire. On peut rappeler l’épisode de Saint-Hélène. Les
Anglais l’ont exilé à Saint-Hélène, un îlot perdu au milieu de l’Atlantique sud après la défaite
de Waterloo et son abdication. Il y meurt. J’avais dit au début du cours en parlant de Stendhal
et de son temps que Napoléon a été quelqu’un d’important dans la vie de Stendhal. La figure
de Napoléon se retrouve ici. Le modèle de Julien Sorel est Napoléon. La fin du texte est
explicite sur ce point : « C’était la destinée de Napoléon, serait-ce un jour la sienne ? »

b) LE MÉPRIS DES RICHES

Julien affecte un mépris des riches, de tous ceux qui semblent ne s’être donné que la
peine de naître.
2) Comment le riche M. de Rênal est considéré par le héros ?
Le riche M. de Rênal est considéré par le héros comme « le représentant de tous
les riches et de tous les insolents de la terre », « rien de personnel » et présenté
dans les traits les plus caricaturaux : « son château, ses chiens, ses enfants ».
3) Comment qualifieriez-vous le rapport de Julien avec l’argent ?
Julien a un rapport à l’argent passionnel comme le montre l’emploi de la tournure
exclamative très chargée affectivement « Quoi ! plus de cinquante écus par
an ! ».

c) LA FORCE DE LA PASSION

La force d’âme de Julien est marquée par des termes exprimant la brûlure :
4) Repérez-vous ces termes?

4
« qu’il brûlait d’atteindre » et surtout l’expression « embrasé par un soleil
d’août » dont on peut se demander, à cause de la présence de la virgule, si elle
réfère au ciel ou à Julien !

L’élévation et la hauteur, sont des constantes chez Stendhal. Elles sont liées au bonheur ou
à la victoire. Julien accède toujours la sérénité lorsqu’il se trouve dans une position
physiquement dominante .

- Analyse comparative avec une peinture de GASPAR DAVID FRIEDRICH, LE


VOYAGEUR AU-DESSUS DE LA MER DE BRUME (1818)

Gaspar David Friedrich est le chef de file de la peinture romantique allemande du XIXe
siècle. C’est donc un contemporain à Stendhal.

Le voyageur au-dessus de la mer de brume décrit un homme représenté en vêtement de ville


et tenant une canne. Il se dresse sur un haut rocher au-dessus de nuages et regarde la
montagne la plus haute de ce paysage.

On peut comparer cet homme à Julien Sorel. C’est la figure du héros romantique. Seul,
l’inaccessible a de la valeur. Il y a le côté individualiste et grandiose qui sont des
caractéristiques du romantisme.

STENDHAL ROMANTIQUE ?
Stendhal a certains traits du caractère romantique notamment par son goût de
l’introspection et l’analyse des émotions. Il est un homme observateur, d’interrogation et de
jugement. Le personnage prototypique de Stendhal est toujours le porte-parole de son auteur.

b) LA CHARTREUSE DE PARME (20 min.)

Le titre du roman est le cadre principal de l’intrigue.

Extrait :

STENDHAL, La Chartreuse de Parme, Chapitre III.

5
- Contexte

Élevé par sa mère et sa tante dans le culte des armées napoléoniennes, le jeune Fabrice del
Dongo interprète le vol d’un aigle au-dessus du lac de Cômes comme un signe du destin, une
invitation à se rendre aux côtés de Napoléon en guerre contre les nations alliées. C’est en
n’ayant jamais connu l’épreuve du feu que Fabrice participe à la bataille de Waterloo.
Stendhal brosse le tableau d’un événement historique sans jamais le nommer, puisque c’est
avec les yeux de Fabrice qu’est vue la bataille.

- Lecture de l’extrait (je lis l’extrait) 1min’25

- Analyse de l’extrait

Avec cet extrait, nous voyons le thème de l’HISTOIRE.

C’est par les yeux de Fabrice qu’on prend conscience de la réalité de la bataille. On est dans la
focalisation interne qui est un procédé littéraire. Nous avons le point de vue de Fabrice. Par ce
procédé, Stendhal confronte davantage le héros et le lecteur que le lecteur et la bataille.

Mais notre héros n’a pas l’air de comprendre vraiment ce qui se passe.

a) UN VOCABULAIRE INADÉQUAT

Le narrateur (Fabrice) n’a pas connaissance de ce qu’il décrit, le lecteur se trouve donc
confronté à une série de tours périphrastiques (la PÉRIPHRASE est une figure de style qui
consiste à dire en plusieurs mots ce qu’on pourrait dire en un seul) qu’il devra lui-même
décoder.
1) Dans le texte, on dit à un certain moment « une grande pièce de terre
labourée ». Est-ce une périphrase ? Si oui, qu’est-ce qu’elle signifie ?
« une grande pièce de terre labourée » signifie un champ et des boulets de
canon.
Dans le même registre de procédé, on remarque que le héros en situation ne comprend pas les
expressions employées par les hussards (les militaires). Qui sont ces « habits rouges ?»

6
b) UN COMPORTEMENT INADAPTÉ

Le héros est apprenti dans l’armée et commet de nombreuses erreurs commises par son
ignorance.
2) Pouvez-vous me dire un comportement inadapté du héros ?
- Il est au milieu d’une bataille, inconscient du danger et surtout « scandalisé
de ce bruit qui lui faisait mal aux oreilles ».
- Humain au milieu de la bataille, il en vient à faire attention à l’ennemi blessé
et à outrepasser les ordres.

La bataille de Waterloo est l’un des textes les plus célèbres de Stendhal. Elle illustre
parfaitement ce parti-pris de Stendhal qui refuse de se poser en AUTEUR OMNISCIENT càd
un auteur qui sait tout.

Stendhal réaliste ?
Stendhal introduit dans le roman une forme de réalisme inconnue avant lui. Il utilise
de nouveaux procédés comme la focalisation (zoom avant). Il conçoit le roman comme une
chronique (nouvelle) du temps présent centrée sur la biographie d’un personnage. Il inscrit la
narration dans une réalité contemporaine. Il donne de petits faits vrais qui donnent au récit sa
vraisemblance. Il intervient aussi dans le récit.

Le réalisme de Stendhal c’est aussi la volonté de faire du roman un « miroir » c’est-à-dire un


simple reflet de la réalité sociale et politique d’une époque dans toute sa dureté. Stendhal a
d'ailleurs écrit que « le roman, c’est un miroir que l’on promène le long d’un chemin ». Sur
cette phrase, je vous laisse méditer…

7
Bibliographie

DUBOIS Jacques, Stendhal : une sociologie romanesque, Paris, Éditions La Découverte,


2007, 250 p.

EGGER Clément, Stendhal : biographie étude de l’œuvre, Paris, Albin Michel, 1993, 187 p.

LAGARDE & MICHARD André & Laurent, XIXe siècle, Paris, Bordas, 1966, p. 327-346

LIDSKY & KLEIN-LATAUD Paul & Christine, Le Rouge et le Noir : profil d’une œuvre,
Paris, Hatier, 1992, 79 p.

Site internet

http://books.google.com

http://www.etudes-litteraires.com

8
Supplément :
Le XIXe siècle est traversé par trois grands courants littéraires :
- le romantisme
Le romantisme est apparu en France au début du XIXe siècle. Le romantisme est un
mouvement européen qui a concerné tous les arts. Il s’oppose à la tradition classique (Le
classicisme est la doctrine des artistes qui trouvent leurs sources d'inspiration dans l'Antiquité
gréco-romaine. Il désigne un art équilibré et construit.) et vise à une libération de
l’imagination et de la langue. Le romantisme privilégie notamment l’expression du moi et les
thèmes de la nature et de l’amour.
- le réalisme
Le réalisme est un courant littéraire du XIXe siècle (vers 1850-1890) qui donna pour mission
au roman d’exprimer le plus fidèlement possible la réalité, de peindre le réel. Les histoires
réelles (vécues) sont privilégiées, les personnages ont des sentiments vraisemblables et le
milieu ainsi que le physique des personnages sont évoqués avec minutie et objectivité
(importance de la documentation).
- et le symbolisme
Mouvement littéraire et poétique français qui s’efforce de fonder l’art sur une vision
symbolique et spirituelle du monde.

En théorie, ces trois courants se sont succédés mais en réalité, ils s’entremêlent.
Stendhal est né quinze ans après Chateaubriand et huit ans avant Lamartine, deux auteurs
romantiques, il est de ce fait contemporain de la première génération des romantiques
français. Son œuvre romanesque est aussi réaliste.

Vous aimerez peut-être aussi