Vous êtes sur la page 1sur 22

.

.

Bibliothèque des Sciences humaines .

.

MICHEL FOUCAULT DITS ET ÉCRITS 1954-1988 IV 1980-1988 Édition établie sous la direction de Daniel Defert et François Ewald avec la collaboration de Jacques Lagrange Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre mf GALLIMARD .

Paris. Paris. n"s 297. 1994. Paris. Plinio-Walder PRADO. et © Éditions Gallimard. © Éditions Gallimard. 1994. 278. 315. et © Éditions Gallimard.Traducteurs du tome IV Gilles BARBEDE1TE nM 326. 1981. 1994. Paris. 1980. et © Éditions Gallimard. © The University of Chicago Press. pour le texte n" 290. pour le texte n" 345. Paris. Jr. et © Éditions Gallimard. 363. © The University of Utah Press. pour le texte n' 291. 344. Annie Ghizzardi n° 299. 279. Pierre-Emmanuel DAUZAT: n" 291. 310. 306. © Presses universitaires de France. pour les textes n" 277. pour les textes n" 306 et 326. 358. Herny MERLIN DE CALUWÉ n° 349. 1984. 326. © Éditions Stock. 1981. 364. 1994. pour le texte n" 275. © Éditions du Seuil. 1982 et 1983. 1979. 362. © Éditions de Minuit. Salt Lake City. 336. Paris. Fabienne DURAND-BOGAERT nos 280. . 295. 1994. Paris. 317.

il n'est pas publié comme un témoignage de plus sur la vie carcérale. il existe deux choses les < maisons > et les < quartiers de sécurité renforcée >. sa propre réforme. Lisieux est l'une de ces maisons de sécurité renforcée.). 11-16. Le livre de Knobelspiess appartient à cette bataille. « Se prétend innocent et n'accepte pas sa peine. Foucault n'en fit pas partie. des refus qui s'affirment et des voix qui ne se cassent pas. Certains s'en impatientent ils aimeraient que l'institution propose d'elle-même. Il n'a pas été écrit. il fur libéré après huit années de prison.S. pp. Il est bon qu'il n'en soit pas ainsi. M. in Knobelspiess (R. Ce n'est pas le livre d'un prisonnier sur la prison en général il vient d'un point névralgique du système pénitentiaire. D'un point précis et nouveau ce qu'on appelle les quartiers de haute sécurité. et au milieu du silence des profanes. Q. en 1981. Rejugé par la cour d'assises de Rouen. En fait. mais avait accepté de préfacer son livre sur l'instauration récente des quartiers de haute sécurité dans les prisons. Les transformations réelles et profondes naissent des critiques radicales. Depuis dix bonnes années s'est instauré en France mais dans d'autres pays aussi un débat à voix multiples. Paris. institués en 1975 (ils sont destinés à certains détenus condamnés et considérés comme < dangereux > l'administration pénitentiaire les y place en prenant en principe l'avis du juge de l'application des peines. quartier de haute sécurité.H. 1980. qu'il niait avoir commis. » Voici un rude document. où Roger Knobelspiess a passé un certain temps) et les quartiers de plus grande sécurité que les directeurs des maisons d'arrêt ont à leur disposition et où ils peuvent placer les déte- . Roger Knobelspiess écaic alors incarcéré pour un vol à main armée.1980 275 Préface Préface. Un comité pour la révision de son procès réunit de nombreux intellectuels. Stock.

pourquoi pas? biologiques. Dits et écrits 1980 nus sur leur seule décision (ainsi à Fresnes.H.H. et dont il faut faire en sorte qu'ils ne soient plus rien.H. n'est-ce pas? Et. il aurait pu l'avoir fait.H. Pouvait-il s'accorder à la prison sans se reconnaître de luimême coupable? Mais on voit le mécanisme puisqu'il résiste. En principe.S. et. 3) En créant dans les prisons un double circuit. accorder plus largement les permissions de sortie. il faut disait-on. ne concernent qu'une poignée de furieux. 1) Réapparaît la vieille idée qu'on connaît depuis le xixe siècle il faut deux modes de punition. pour rassurer aussi bien le personnel pénitentiaire que le public. Il est par conséquent capable d'avoir commis le crime dont on l'accuse. donc plus encore s'il était en liberté. le partage dont on rêve depuis si longtemps entre bons et mauvais criminels. psychologiques. dans les faits. C'est logique et raisonnable. les libérations conditionnelles. Regardez le cas de Roger Knobelspiess il a été condamné pour un crime qu'il nie farouchement.S. parce qu'il existe en fait deux classes de criminels. comme le pensent certains les pauvres types d'un côté. les durs. de toute façon. ces Q. on le fait passer au Q.S.Michel Foucault.S. Et. où est passé également Knobelspiess). il faut en même temps limiter les risques. met en . Et il en montre les effet réels. Ce qui lui permet aussi de faire de l'adaptation à la prison la condition pour s'en sortir le plus vite possible comme si la prison était d'une manière quelconque une préparation à l'existence réelle. Le texte de Roger Knobelspiess est né de cette expérience.S. Le Q. de l'autre. Le système des Q. la prison montre ce que l'instruction avait peut-être insuffisamment démontré. les irrécupérables. Peu importe qu'il le nie. permet de tracer. deux catégories sociales. S'il est au Q. psychiatriques et. la loi et les tribunaux ne connaissent qu'une gradation continue des peines. 2) Et ce partage se fait comment? Par la manière dont le détenu se tient en prison. doter la prison d'un régime spécial et renforcé pour ceux auxquels ces facilités ne pourraient offrir que des occasions de récidive.S. < Dangereux > en prison. Ceux qu'on redresse et ceux qu'on élimine. c'est qu'il est dangereux. Ceux dont on ne peut rien faire. Cette < réforme > avait été présentée en 1975 comme une pièce nécessaire à l'humanisation de l'appareil pénitentiaire si on veut assouplir celui-ci. les semi-libertés. Ce qui donne à l'administration pénitentiaire la possibilité de surimposer à la justice ses propres sentences et de modifier de fait la peine infligée par le tribunal. relaie les preuves.H.H.. le Q.

qu'on n'élimine pas si facilement. Toutes ces années à faire ainsi. sera toujours là mais ce sera celle que le détenu s'inflige à lui-même. Il faut lire les pages très belles que Knobelspiess a écrites sur cette < asphyxie cubique >. pp. au moins. Et parce qu'il ne s'agit pas de remplacer une mise à mort par une autre. Being the Recently Discovered Me/noirs of a Nineteentb Cenlury French Hermaphrodite. on aura avec le Q. VII-XVII. Je n'ai pas assez de lâcheté ou de courage pour résister. L'élimination de la mort comme mesure de justice doit être radicale. > Roger Knobelspiess a été enfin dirigé vers un régime de détention plus souple Melun.H. Voir infra n"287. 276 Introduction < Introductionin Herculine Barbin. New York. ce qui permet de la remplacer au plus juste l'enfermement indéfini et complet. 1980 . Alors reste l'utérus de Thanatos. Dits et écrits place le fameux substitut qu'on cherche pour la peine capitale. Il écrivait au moment de mourir < Il me reste quatorze ou quinze ans à faire.H. Panthéon Books. Parce qu'il s'agit de la mort.S. La destruction au jour le jour tient lieu d'exécution.S. quand au bout de cinq ans je n'en peux plus. un résident des Q. Après tout n'apportera-t-elle pas délivrance au condamné et soulagement à la conscience des autres? Ceux-là. s'est pendu l'an dernier dans sa cellule. seront rassurés que la chose se soit faite si proprement et de la main même de celui qui était coupable.. On laisse vivre mais dans un temps sans limites et dans un lieu dont on ne sort pas. La mort. Le jour où la peine de mort sera abolie ou qu'elle sera du moins tombée en désuétude.Michel Foucault. Le débat sur la peine de mort est important. 1980. Tel serait le vrai substitut au châtiment capital. Elle demande qu'on repense le système entier des punitions et son fonctionnement réel. Taleb Hadjadj.

ibid. 9-28. Léonard. Je serais tenté (seule réserve à ce texte à la fois amusant et remar- quable. Mais cette satire du chevalier de l'exactitude. Il y est parvenu de deux façons.) En 1976. 29-39. pp. la poussière des faitset comparait M. au moins. En prêtant à son historien imaginaire beaucoup d'erreurs. Sur le mode ironique. < L'historien et le philosophe. dans la première partie de son texte. une série d'études sur le système pénitentiaire au début du xix' siècle qui furent publiées dans les Annales historiques de la Révolution française (n" 2. à l'assemblée générale de la Société d'histoire de la révolution de 1848. et ça encore que je sais et que certainement vous ignorez ». Léonard. la possibilité d'une analyse historique des rapports entre pouvoir et savoir. Jacques Léonard y faisait un compte rendu critique de Surveiller et Punir. le grand témoin du Réel. Sur le mode sérieux. en mettant en scène. du Seuil. éd. «L'Univers historique». 1980. Bref. l'historienne Michelle Perrot donna une conférence sur l'histoire des prisons en 1848. je serait tenté de penser que M.. lui (< Pas de grands systèmes. paru en 1975. Léonard a un peu forcé la note. et une vue très juste des problèmes. à la thèse de « la normalisation massive. Éd.Michel Foucault. (Réponse à un article de J. Recherches sur le système Pénitentiaire au xix* siècle. mieux que je n'aurais pu le faire moi-même. tous les clichés les petits faits vrais contre les grandes idées vagues. ce que je dis est vrai >). il lui fait jouer les grands rôles ingrats du répertoire le chevalier vertueux de l'exactitude (< Je n'ai peut-être pas beaucoup d'idées. Naissance de la prison >. c'est la vigueur avec laquelle il donne congé au stéréotype de l'< historien > opposé au < philosophe >. Ce qui fait entre autres choses la force et l'originalité de l'article de M. un historien fictif. Léonard.). Je ne sais quel est le degré de réalisme de ce portrait charge. l'un des < gens du métier> comme il dit en souriant. Foucault reprend tous les points soulevés par J. À propos de Surveiller et Punir. il a rendu peut-être un peu trop facile la tâche de la réplique. coll. mais. L'Impossible Prison. Léonard reconnaisait en M. Foucault < un historien que nous [les historiens} avons intérêt à écouter >. dont j'approuve absolument le sens profond). il opposait. L'article de M. la vie réelle avec toutes ses richesses contradictoires ». En découla. Si J. le savant désolé qui pleure sur son petit domaine que les sauvages viennent de saccager comme après Attila. pp. ni cela. empêtré dans ses propres approximations. Foucault à un < cavalier barbare qui parcourait trois siècles à bride abattue>. à l'initiative de la société. le docteur aux connaissances inépuisables (« Vous n'avez pas dit ceci. Paris. Dits et écrits 1980 277 La poussière et le nuage < La poussière et le nuage >. Ce qui demandait du courage. 1977). auquel répond < La poussière et le nuage>. en fondant. est faite avec assez d'intelligence pour qu'on y reconnaisse les trois points de . mais la vie.. in Perrot (M. l'herbe n'y poussera plus. intitulé < L'historien et le philosophe >. Avec un peu de cruauté peut-être. sans doute. la poussière défiant le nuage.

Dits et écrits méthode que M. 2) Il s'agit d'expliquer un phénomène dont la manifestation première et majeure se situe dans les toutes dernières années du xvme siècle et les toutes premières du xixe. pouvoir servir de point de départ à un débat 1) De la différence de procédure entre l'analyse d'un problème et l'étude d'une période. la publicité des châtiments.Michel Foucault. la correspondance soigneuse entre la nature du délit et la forme de la peine tout un art de punir inspiré par l'Idéologie. avaient élaboré des programmes punitifs caractérisés par leur variété. on a opté pour un système punitif monotone l'incarcération. Voilà pour les limites dernières de l'analyse. Mais étonnement transitoire la pénalité d'incarcération est vite acceptée comme une innovation à perfectionner plutôt qu'à contester de fond en comble. Étonnement de quelques contemporains. leur souci de corriger. comme des enfants joufflus qui se pressent autour d'un gâteau d'anniversaire. les décisions effective- 1980 . 3) II s'agit enfin de vérifier que cette dominance de l'incarcération et l'acceptation de son principe se sont bien maintenues même à l'époque des premiers grands constats d'échec (1825-1835). 3) De la distinction à faire entre la thèse et l'objet d'une analyse. à moi aussi. Et elle le reste longtemps. en tout cas. dès 1791. Or. PROBLÈME OU PÉRIODE? LE PARTAGE DU GÂTEAU Depuis Beccaria. De là un problème pourquoi cette substitution hâtive? Pour- quoi cette acceptation sans difficulté? De là aussi le choix des éléments pertinents pour l'analyse. ont-ils été équitablement traités? Il serait plus raisonnable de se demander 1) Quels sont les documents nécessaires et suffisants pour faire apparaître les programmes punitifs prévus. Léonard veut proposer à la discussion. y est prépondérante. les réformateurs. 1) II s'agit d'étudier l'acclimatation dans le nouveau régime pénal d'un mécanisme punitif tout de suite appelé à devenir dominant. Voilà pour le temps fort de l'analyse. Voilà pour l'objet. 2) De l'usage du principe de réalité en histoire. Et qui me semblent. Dans ces conditions. la question à poser à un tel travail n'est pas la Grande Révolution a-t-elle été convenablement honorée? Les partages ont-ils été bien égaux entre les xvme et xix` siècles? Les spécialistes de chaque période.

Michel Foucault. puisque tout cela s'est trouvé modifié à la fin de la Révolution. dans cette étude qui s'arrête en 1840? perception confuse de l'objet traité la < sociologie des avocats> ou la typologie des criminels sous Louis-Philippe concernentelles la forme des punitions choisies en 1791 ? ignorance de la règle de pertinence car il ne s'agit pas de « s'attendre > à un développement sur les massacres de septembre mais de préciser en quoi ils auraient pu avoir un effet sur les décisions de 1791 ou en tout cas sur leur transformation ultérieure. tout le livre essaie de montrer que ce n'en était pas un). c'est par certains contemporains qui ont pu avoir cette impression. cet apparent fatras reprend forme. 12 . le chevalier de l'exactitude. qui. appréciations arbitraires (telle chose ne serait pas < assez> soulignée) et gros contresens (s'il a été affirmé que le choix en faveur de l'incarcération pénale était un tour de passe-passe. mais d'un tout autre type que l'analyse d'un problème.) Mais qu'en est-il du < carcérocentrisme > des punitions prévues. fort légitime. aussitôt qu'on veut bien y reconnaître les principes d'un travail. n'a pas bougé et n'a été remis en question par aucun des artisans des législations et des codes ultérieurs ? 4) Dans le fonctionnement judiciaire des années 1815-1840. les massacres de septembre 1792). ou du côté de ce qui le suit? Aussi les décisions de 1791 doivent-elles être expliquées par la manière dont on avait pensé jusque-là. le docte au savoir infini imaginé par M. lui. la guillotine en permanence. sur quelles parties du système pénal ont-ils eu un effet? Sur l'organisation des institutions judiciaires? Sur la définition des règles de procédure? Sur la lourdeur des sanctions prises par les tribunaux ? (On peut le supposer. ils manifestent en fait absence de rigueur chronologique que vient faire la suppression en 1848 de la peine de mort pour crime politique. fautes de lecture (« absences> d'éléments qui sont présents). quels sont les éléments qui manifestent une remise en question de l'emprisonnement pénal? Comment en fait-on la critique? Pour quelles raisons et dans quelles limites? Par rapport à ces questions qui organisent la recherche. Dits et écrits 1980 ment prises et les considérations qui ont pu motiver les uns et les autres ? 2) Où chercher l'explication du phénomène? Du côté de ce qui le précède. Et pourtant. ou par la manière dont on a tué par la suite? 3) Les événements ultérieurs (l'expérience des tribunaux populaires. Léonard peut bien accumuler les reproches d'omission.

Plutôt que de faire jouer pour la millième fois ce stéréotype. 10-13. la vieille pratique de l'enfermement.Michel Foucault. Or c'est un problème que j'ai essayé de traiter celui que j'ai indiqué en commençant. n'est donc pas entre deux professions. le type de calcul. Il s'agit en « Foucault et les historiens >. doit suivre d'autres règles choix du matériau en fonction des données du problème. M. LES FRANÇAIS SONT-ILS OBÉISSANTS? Dans cette < naissance de la prison >. veut traiter un problème. La différence. deux règles parmi d'autres s'imposeraient traitement exhaustif de tout le matériau et équitable répartition chronologique de l'examen. même pour satisfaire le jury des spécialistes assemblés. ou du moins une institution pendant une période donnée. Léonard a tout à fait raison de se référer à une intervention très intéressante de Jacques Revel RÉALITÉ ET ABSTRACTION. lorsqu'on a décidé d'y introduire. n° 101. Des prisons en France entre 1760 et 1840? Pas même. Sur ce point. Le travail ainsi conçu impliquait un découpage selon des points déterminants et une extension selon des relations pertinentes le développement des pratiques de dressage et de surveillance dans les écoles du xvme siècle m'a paru de ce point de vue plus important que les effets de la loi de 1832 sur l'application de la peine de mort. Et donc indifférence à l'obligation de tout dire. 13 1980 . Léonard l'a bien vu. et l'autre à la grande bousculade des idées approximatives. On ne peut dénoncer les < absences> dans une analyse que si on a compris le principe des présences qui y figurent. pp. De quelque chose de plus ténu l'intention réfléchie. L'autre qui consiste à traiter un problème et à déterminer à partir de là le domaine d'objet qu'il faut parcourir pour le résoudre. les limites et les exigences propres à deux manières de faire? L'une qui consiste à se donner un objet et à essayer de résoudre les problèmes qu'il peut poser. non sans modification. juin 1975. M. en revanche. focalisation de l'analyse sur les éléments susceptibles de le résoudre. Qui. Dits et écrits Pour qui en effet voudrait étudier une période. la ratio qui a été mise en œuvre dans la réforme du système pénal. de quoi est-il question? De la société française dans une période donnée? Non. De la délinquance aux xvme et xixe siècles? Non. apparu à un moment donné. l'une vouée aux tâches sobres de l'exactitude. Magazine littéraire. établissement des relations qui permettent cette solution. ne vaut-il pas mieux débattre sur les modalités.

plutôt que tels autres. faire veauté de veauté). puisque le contexte réel n'apparaît jamais. Explication peu satisfaisante. à l'époque. vous ne saisissez rien. À quelles exigences devrait donc répondre une analyse historique de la raison punitive à la fin du xvme siècle? 1) Non pas dresser le tableau de tout ce qu'on peut savoir aujourd'hui de la délinquance à cette époque. établir quels ont été les éléments de réalité qui ont joué un rôle opératoire dans la constitution d'un nouveau projet pénal. Il était utilisé hors de la pénalité régulière et parfois en elle. Angleterre. Il faut donc inventorier les domaines qui ont pu informer de tels choix des manières de penser. mais. Là encore. en comparant ce qu'on peut savoir aujourd'hui (grâce à des travaux comme ceux de Chaunu et de ses élèves) et ce que les contemporains disaient quant à la nécessité. l'ensemble des procédures rationnelles et des techniques réflé- . Il a suffi de l'intégrer complètement au système pénal pour que celui-ci bénéficie d'une institution toute préparée et pour que cette institution en retour perde l'arbitraire qu'on lui reprochait. essayons d'éviter les approximations auxquelles condamne l'usage de schémas critiques tout faits. Et dire l'enfermement était une réalité acquise depuis longtemps. aux buts. Tout au plus une histoire des idées et encore une histoire bien flottante. de la réalité.Michel Foucault. Pourquoi la prison et la réutilisation d'un enfermement décrié? On peut prendre deux attitudes faire jouer le principe de < commodité-inertie >. vivante. pleine. contradictoire. ou presque. En somme. Dits et écrits 1980 somme d'un chapitre dans l'histoire de la < raison punitive>. un consensus plus ou moins contraignant un paradigme théorique (en l'occurrence. fixer les points d'ancrage d'une stratégie. Cette noul'incarcération pénale (bel et bien perçue comme nouquel calcul obéissait-elle? Qu'est-ce qu'on en attendait? modèles s'appuyait-elle? De quelle forme générale de pensée relevait-elle? On voit les objections à faire ainsi l'histoire de la raison punitive. celui des < philosophes > ou des < idéologues >) des modèles effectivement mis en œuvre et expérimentés ailleurs (Pays-Bas. à Sur quels jouer le principe de < rationalité-innovation >. si on songe aux prétentions de la réforme pénale et aux espoirs qui la soutenaient. aux moyens éventuels de la réforme. des thèses qui ont pu constituer. des concepts. Amérique). 2) Déterminer pourquoi telle statégie et tels instruments tactiques ont été choisis.

c'est à une analyse des éléments qui ont joué réellement dans sa genèse et sa mise en place qu'il faut procéder. d'instruments. de règlements. que la seule réalité à laquelle devrait prétendre l'histoire. quand on parle de programmes.Michel Foucault. et qu'on les analyse à partir des objectifs qu'on leur donnait et des moyens qu'ils mettaient en oeuvre. et dans quelle mesure cet < échec > a pu susciter une reconsidération de la prison. de techniques pour. dommages. par lesquelles à l'époque on prétendait agir sur la conduite des individus. souvent implicitement admis. etc. au sens strict du terme. Je conçois très bien et je trouve excellent qu'on fasse la sociologie historique de la délinquance. centrale dans cette étude. Il faudrait peut-être aussi interroger le principe. et qu'on manquerait. n'était pas justement l'histoire de quelque chose qui n'a jamais < marché >. les dresser. comme s'il n'était pas souligné chaque fois qu'il s'agit de tentatives. Léonard n'entend pas. C'est pourquoi. Il faut démystifier l'instance globale du réel comme totalité à restituer. Dits et écrits chies. Et la genèse de cette réalité. des instruments pour l'atteindre. Quand je parle de la diffusion 1980 . un ensemble d'efforts rationnels et coordonnés. si on se borne à faire apparaître d'autres éléments et d'autres relations. même si ça ne prétend pas être < la réalité> elle-même ni < la > société tout entière. de dispositifs. Mais puisqu'il s'agit de faire l'histoire d'une pratique rationnelle ou plutôt de la rationalité d'une pratique. les réformer. un programme. désordres. a été perçu. il croit faire une objection en disant mais ces programmes n'ont jamais fonctionné réellement. Quand je parle de société < disciplinaire>. du moins si on considère ses fins affirmées. tout cela c'est du réel. jamais ils n'ont atteint leurs buts. il ne faut pas entendre < société disciplinée >. une manière de penser. des inconvénients. au profit d'abstractions inconsistantes. Comme si l'histoire de la prison. est parfaitement légitime. dès lors qu'on y fait intervenir les éléments pertinents. 3) Déterminer enfin quels effets de retour se sont produits ce qui. il n'y a qu'une réalité qui est à la fois < la> réalité et < la> société. Comme si jamais autre chose avait jamais été dit. une technique. des objectifs définis et poursuivis.. de décisions. Il n'y a pas < le > réel qu'on rejoindrait à condition de parler de tout ou de certaines choses plus < réellesque les autres. C'est ce que l'historien mis en scène par M. conséquences imprévues et incontrôlées. qu'on essaie de reconstituer ce qu'étaient la vie quotidienne des détenus ou leurs révoltes. Pour lui. c'est la société elle-même. Un type de rationalité.

c'est que ces dix lignes en question résument quinze pages qui précèdent et amorcent dix1. 1) Lecture du texte. Qu'en est-il de cette rationalité. Vigarello. On pourrait se reporter au livre très remarquable de G. J.É. Il s'étonne qu'on puisse décrire les projets des réformateurs avec des verbes employés à l'infinitif < déplacer >. ce n'est pas affirmer que < les Français sont obéissants > Dans l'analyse des procédés mis en place pour normaliser. justement. < poser >. si on parle de la présence des relations de pouvoir. En voici deux parmi les plus significatives. < définir >. comment peut-on en faire l'ana- lyse. Je connais un psychanalyste qui comprend qu'on affirme la toute-puissance du pouvoir. ce que l'historien ne dit pas. qui ne produit pas simplement des formes de connaissance ou des types de pensée. tous ces développements n'étaient pas à la mesure d'un insuccès perpétuel. dans les sociétés occidentales modernes. rien à voir avec une mise en accusation des Lumières quel lecteur surprendrai-je en affirmant que l'analyse des pratiques disciplinaires au xvme siècle n'est pas une manière subreptice de rendre Beccaria responsable du Goulag?) L'OBJET ET LA THÈSE. Et cela en faisant commettre à son historien imaginaire deux grosses séries d'erreurs.J). Le Corps redressé (Paris. Delarge. que l'auteur décrit comme des tactiques et des stratégies. Comme si. Léonard a parfaitement compris que c'étaient là sans doute les problèmes les plus importants qu'il y avait à soulever à propos de ce genre d'étude. < diminuer >. Léonard lui-même nous suggère qu'en est-il de ce réel qu'est. Et je crois qu'il en fait apparaître la dimension principale avec beaucoup de lucidité. LE PROBLÈME DE LA STRATÉGIE M. 1978 fN. et sa structure ? (Tout cela n'ayant. On y trouvera non pas une histoire globale du corps.Michel Foucault. la saisir dans sa formation. la rationalité? Cette rationalité qui n'est pas simplement principe de théorie et de techniques scientifiques. . mais une analyse spécifique d'un ensemble de techniques structurelles. car il ne voit pas que leur multiplicité. Dits et écrits 1980 des méthodes de discipline. Or. P. Et envisagons le problème extrêmement difficile que M. comme s'il s'agissait de procédés anonymes et automatiques. leur fragilité et leur réversibilité sont liés à l'inexistence d'un pouvoir tout-puissant et omniscient Mais laissons toutes ces erreurs (il faudrait citer toutes les lignes). mais qui est liée par des liens complexes et circulaires à des formes de pouvoir. une pure machinerie sans machiniste.d. leur entrecroisement. bien sûr. il n'y a pas < la thèse d'une normalisation massive >.

2) Sens des mots. qui pourrait servir à < bien des intérêts différents> et qui permettrait des < combats multiples >. pas très loin de là. une identité bien précise et qui sont effectivement nommés. et de la manière la plus explicite. une pareille stratégie? Je ne vois qu'une réponse imagine-t-on une stratégie qui ne soit pas justement cela? Une stratégie qui ne soit pas née de plusieurs idées formulées ou proposées à partir de points de vue ou d'objectifs différents? Une stratégie qui ne trouverait pas son motif dans plusieurs résultats recherchés conjointement. commerciale) qui ne doive sa valeur et ses chances de succès à l'intégration d'un certain nombre d'intérêts? Ne doit-elle pas. avec divers obstacles à tourner et différents moyens à combiner? Peut-on imaginer une stratégie (militaire. rêvées peut-être. Or qu'est-ce qui est automatique? Qu'est-ce qui marche tout seul. des lumières. cumuler les avantages et mutiplier les bénéfices? C'est bien en ce sens. En fait. diplomatique. c'est plutôt le trop-plein qu'il faudrait redouter. et. les principales idées directrices de la réforme pénale à la fin du xvm* siècle sont caractérisées avec chaque fois références et noms d'auteur. admis par tous.. etc. Ce serait une < curieuse stratégie> que celle qui n'aurait pas < un point d'origine unique >. individuelles ou collectives. Toutes. sous ces erreurs bénignes. une excellente historienne parle de la < stratégie de l'amendement> dans la pensée des philanthropes du xixe siècle. décrivent des projets ou des aménagements. pour assurer une répression pénale efficace.) Absence de stratégie? Là aussi. dans ces vingt-cinq pages. les machines prévues. se demande-t-il. il s'agit d'une confusion importante des plans celui des mécanismes proposés. et celui des auteurs de ces projets. auteurs qui pouvaient avoir à ces projets des motivations diverses plus ou moins visibles ou cachées. par des gens qui ont. des surfaces. grâce à certains dispositifs. (Une bonne vingtaine. eux. imaginées. que. sans personne pour le faire fonctionner ou plutôt avec des machinistes dont le visage et le nom importent peu? Eh bien justement. mécanismes qui sont prévus pour atteindre certains résultats. conçus ou mis en place. pensées.Michel Foucault. par principe. avec leurs objectifs et le résultat qu'on attendait d'eux en parti- 1980 . < L'appareil disciplinaire produit du pouvoir > < peu importe qui exerce le pouvoir > le pouvoir < a son principe dans une certaine distribution concertée des corps. Imagine-t-on. Dits et écrits pages qui suivent. des regards > aucune de ces phrases ne constitue ma conception personnelle du pouvoir.

Containing the Idea ofa New Principle of Construction Applicable to any Sort of Establishment. and in Particttlar to Penitentiary-Houses. C'est étudier le développement d'un thème technologique que je crois important dans l'histoire de la grande réévaluation des mécanismes de pouvoir au xvme siècle. il faut dire que les travaux historiques sont encore peu nombreux. Belfond. au xvme siècle. Étudier la manière dont on a voulu rationaliser le pouvoir.. 1977). que reste ouverte toute une série de domaines connexes qu'en a-t-il été des effets de cette technologie lorsqu'on a essayé de la mettre en œuvre? Ou encore qui donc étaient ces hommes qui l'ont imaginée. Dumonr. etc. T. et d'une façon plus générale sur tous les groupes ou individus qui ont essayé de repenser moins les fondements juridiques du pouvoir que les techniques détaillées de son exercice. . une nouvelle < économie> des relations de pouvoir. de la transparence. Paris. dont on a conçu. important enfin pour comprendre la genèse ou la croissance de certaines formes de savoir. Dits et écrits 1980 culier il s'agit de ce que Bentham espérait du panoptique tel que lui-même l'a présenté (qu'on veuille bien se reporter au texte cité sans aucune équivoque possible. d'organiser de pareils dispositifs qui constituent l'objet de l'analyse. Vouloir traiter de façon spécifique les rapports entre technologie Bentham (J. en particulier. de la surveillance. Panopticon. comme les sciences humaines. comme on dit classiquement. proposée? Quelle était leur origine sociale ou.Michel Foucault. or the Inspection Home. dans l'histoire générale des techniques de pouvoir et plus globalement encore des rapports entre rationalité et exercice du pouvoir. Houses oflndustry and Schools. c'est la recherche théorique et pratique de tels mécanismes. montrer le rôle important qu'y a occupé le thème de la machine. in which Versons of any Description are to be kept under Inspection. important aussi dans la naissance de structures institutionnelles propres aux sociétés modernes. Paris. L'automaticité du pouvoir. Prisons. Imprimerie nationale. 1791(Le Panoptique. Payne. Étant entendu. < quels intérêts ils représentaient >? Sur ce point. ce n'est dire ni que le pouvoir est une machine ni qu'une telle idée est née machinalement. Mais sans doute ces études de sociologie historique demanderaient-elles que l'on fasse l'analyse précise de ce que furent en elles-mêmes ces tentatives de rationalisation du pouvoir. c'est l'analyse du programme benthamien).). Londres. du regard. Mémoire sur un nouveau principe pour construire des maisons d'inspection et nommément des maisons de force. Mais c'est l'idée au xvme siècle qu'un tel pouvoir serait possible et souhaitable. 1791. le caractère mécanique des dispositifs où il prend corps n'est absolument pas la thèse du livre. rééd. bien sûr. adapté par E. c'est la volonté sans cesse manifestée alors.