Vous êtes sur la page 1sur 14
Farrag ans wre inion Parissle 24 AVIRA Madame presidente, “lai, Bowen [La Comission National Consultative des Droits le V Horm pl tun avis relatif au peojet ce Toi sur Te rensegrenent. i le 20 av Jene peux que me flier de ce gue votte commission ait decide dese saisir de ae texte, qui suscite au Parlement, mais ausst dans opinion un débat animé sur des enjeux particaliérement sensible tant pour ls sécurité de notre pays que pour Ia préservalion de nos libertés. Je regrette cependant que Ia commission nait pos souhait rmfantitionner avant d'alopter cel avis, alors que favais fait pact de ma disponibile pour ce faire. lle n'a pas davantaye entencu mes collabarateurs ou mes services, si cou d’adeun le mes colldgues du gouvernement invest ans la ciseussion de ce projet dle loi, Jo rogeote vivement que la commission rait ani, pas jugs bon de recueili kes reponses dav gouvernement aux intenogations ~ au demeurant ts Iégitimes — que pournient épronver sos nombres. Je sais en elle coswainew que ces sujets fequidvent in débat rigourcus, contradicinive et organi’ astour de li confrontation de positions layees d’clements précis. Cest pourquoi je tiens & apporter das réponscs précises aux questions soulevees dan: avis ce la CNCDH, 41. La coramission eatine, en peéarnbule, que le projet de lol a 616 préparé dans Vargenee, Cela n'est pas conform & la réalite, Lélnbovation de ce texte a debuted y a prés de deux ans avec les travaux dla mission d'information sur evaluation du cache juvidique des services de renseignement, conduite par les députés Jean-facyuex URVOAS, et Patrice VEECHERE. Ses dispositians son inspirent, ainsi que des rapports dle la delegation paulemntaire au renselgnement. Les principaux enjeus du debt sont done comms depts longtemps. 2. La commission rogretie en outre que « le consensits dont font objet lee exjewss stcurilares et la lle conte le terzorisme rise Ta qualité elu cdbat » et que leur seule invocation puiese concivite a Fadoption, sans aucune discussion, des mesures les plus attentatoires aux Hibert#s», Je ne erois pas que le consensus gui entoure la nicessilé de ppréservar la securité nationale soit, cn lui-méme, aie menses por notae Feat de eit, Ta manifesntion historique du 11 janvier témoigne au eontraive de ce quc, dans Vesprit dle la plupart de nos concitoyens, latte eontve le (exsorisme et clefense de notre Etat de dro sont indissociabes, oe ik LAZERGES Print Ir Cnn ave de dt cd ome (CCAD Pip HOR SF Fans eo aneceeeaesaREARD 99127 ers8rcage 1 Par aillous, les controverses qui entoucent depiais plusieurs semaines ta discussion «lu projet de loi sure renseignement soulignent ce maniére élalante qu, cane un ‘ontecte qu neste tres marigué pa Te seuivenie ces altentats dle janvier, an debat en profondeu peut se développer, ee clamt je me réjanis [Le projet de loi winstaure aucune « su 3, Lapremitne partie de avis appelle a « prohiber la surveillance de masse», Le gouvernement souscritpleinement& ce principe. Cat Poilleurs objet meme du projet Xe lo, Contrainement Ace que prétend tort Ja CNCDI, aucune disposition du texte ne met en place de « surveillance permanente ot yenerale , Fn effet, en vextu du projet de Jo, ene fechnigue de venseignement ne peut dere mise en ceuvre gue sur le foncemont «l'uoe autorisaion ayant wn objet précis, motives aa regard de finals livitelivement Gowunérées, et confomément aux principes de mcessit et de proporlionalite Le respect de ces princiges est plat sous le controle d'une autorite administrative indépendant 1a commission nationale de contrble des techniques de semelgnement (ENCTR, et da juge administatif, ainsi que au juge juiciaire si une infiaction A carsettre penal Venait Ae constat dans la mise en ceuvre une techni. 1a commission critique en particulier les dispositions qui prévoient la surveillance en temps 1ée! des communications des personnes ientifides comme représunlant une menace feos, la detetion des menaces terrorists at mayen Falgoithenes, Vwsage ‘de dispositfs techniques de proximutt ct la possiblite ntereopter los correspondences ve personnes qui, sans dle persoomellement impliquées dans des activites justifant we ‘sueveillance, sone nannroins susceptible dle fournir des renseignements saz celles Les trois premiéres techniques mentionnées servent au seeueil de données de connexion, que In lépishtion frugaise designe de maniaze constante par Yexpression < informations et documents mentionnés a article [L85i-1| », Compte temu de usage tle ‘celle expression et de la pratique consisnte, les données selotives ane conzespondances cn sont exclues sans aucune équivogue. Ainsi_ que avis le reldve, cos données sont susceptibles de fournir des renseignements précis aur Je comportement d'une personne. Le gouvernement ne contestenullement que leur secueil puisse constituer une ingrence dans la vie piv, est ailleurs pourquci a entendha Yencader stictement. Je note cependant te Is jurisprudence tant de la cour de Justice de Union ctmopéenne ute We la Cour européenne des droits de Fiomune (end a considérer qu les données de connexion reprétentent une ingérence moindie dans a vie privée que Fintereption du conten des commmmications, 4. La commission aitique en premier liew le secueil en temps r6el sur les réseau dies données de comexion des personnes prealablement icentifiées comme préventant tne renee ferrorisic, Ele fui reproche, pour Yesentio, de clésigner un ensemble de Personnes qui n’est pas clairement dedi, (ib rergectvement, UE, 2024 dg Res, p13 et CEDK, 25 sete 2001, Pa Mc Roparme: 2 (eat neonnatte fe fait que chacune des personnes faisant Fatjet de-cete technique de surveillance fera Fobjet d'une deécision individulle, prise aprés avis de la CNCIR, Cest Teconiraine mate d'une surveillance gencrae. 5. avis ctitiqce ensuite [a détection des menaces tervorisies au_ moyen Ualgorthmes. Il hoi est reproche de permeitre le recuell ot In conservation de données de personnes étrangres la préparation dan acted trzorisme. fe tiens A préciser que la mise cn ceuvre de cette technique sera is Glroitement encadée de facon a éviter cette situation. En premier lieu, Falgorithere sora éaboré sous le controle de Ia CNCTR, ‘gui pourra ainsi verifier a prine, et A chaque modification, [a pertinence des critives de {blcetion retenus, En eonteolant les données recteitlcs, auxqquelles elle aura wn acets Dpecmanont et daotait plus aise quelles seront centralisées par le groupement fivcrministériel de conte (GIC), la CNCTR pourra vésfier & tout moment cette stlectivité et, le cas Gehéant, recommander la destruction des données yui ne serajent pas pertinentes cu regard de Ia prévention dh terrorisme. La decision dutitiser un lgotithme ayant une durée de waliite mavimale de quatre mois, la CNCTR pourra, & ihaque renouvellemen. éventuel, se prononcer sur la propertionnalte de Falgorithme & fa lumire de ses résultats. Si le gouvernement choisiseait de mettre en ceuvee un algorithme que Ia CNCIR aut rogardé comme inadéquat ow sil sabstenait de dtruixe des données aprés tine recoimendation en co sens de In commission, le Conseil "Eta pour étre saisi par la commission, Fajoute qu’en vertu d'un amendement gouvernemental, ce disposi ne sera en viguenr que jusqu’su 31 décembre 2018, A Tissue de cette peviode expérimentale, le dispositf ne pourra ékee maintenu gue si le Parlement en déciie, Celulci pourra alors se prononeer en connaissance de ease, Cclniné par Ja pratique, sur Ie caractére proportionné de ee Uisposiif au regard de objectif de prévention du terrorisme et du doit la protection dele vie privée, Ce dispositif est dane entoure de garanties renforcées, 6, La CNCDH ctitique également le cevell de données de connexion au moyen un disposti technique de proximité, Cette technique vise notanment identifier les Ccomparses dane persone surweillée ou les moyens le communication quelle emplole, {gui peuvent Gre utiles. La CNCDI redo le recuell et la conservation de données ide personnes étrangézes & Lebjet do Ja surveillance, Je note cependant que les futocisations de mise en eeuvre d’une technique de renseignement spekifient les tirconsiances de teinps et de Tiew pour lesquelles elles sont valables, Hn out, des igoranties particulires vont lt aussi, prévues. Un nombre maximal d/appareils pouyant (re lists simaltanément sera arrété par le Premier ministre aprés avis ce la CNCTR, Les données rectielies seront centalisées par le GIC, ce qui facilitera le confdle de la CNCTR sur la pevtivence des données conservées. Ces données ne pourzont etre conservées que 9 jours, alors que Ia dunce de droit comman «le conservation des données de connexion est de cing ans. Le recueil de données de connexion au moyen ua dispositif technique de proximité est donc steictement cneadré, afin de ‘électionner, en vue de lene conservation, les seules dannées pestinentes. 7. 1a commission allegue de plus que fe peojet le foi permettrai: un recaeil isinécaliné ct indifferoncié des correspondances. Cette allégation, dénuée de tout fondement tracuit une appeéciation ervonée de la postée clos dispositions concerns [La commission repioche en premier liew an projet de loi d’étendze a entourage de Ta petuonne survellé la possibiité d'intercepter los conespondances. 3 ‘On eappellera, cet yard, que fa lol ce 1991, codifige a Mattick 1,241-2 du code de Ta sccurildintérieure, autorisait toutes les interceptions «ayant pour objet de rechercher Ges renseignements interessant» les finalités prévues par Iti, Le lggvloteur nfavait done prévi aucun evitre quant Ja personnalité cles auteurs fu dos destinataires de ces corzesponcances. La CNCTS a eependant développ® une pratique restrictive en la matiore, exigeant que Ia personne survellee soit directement Finpliquée dans les activits justifiane la surveillance, Une telle restriction n’apparatt pos fondée je nole d’alleurs que, dans le cadee d'une enquete judiciaire, la possbilite, pour Ia manifestation de la vérite, eintercepler [entourage c'un suspect, voire les Nictimes ellesmanes d'une iniraction, est reguliorerent utilisse. Lne tlle possibiité pout dane valablemen; etre ouverte dans le cadze activités de renseignement dont Fobjet rest pas d'étnyer des pouzsuites wisant une personne en particulier mais de recacillir des informations essentielles au royarel de finalités telles que Ta sécurité rtionale, Fn pulse, ceviaines affaires x@oentes onl moniré que des personnes eprésentant une mensce tezroriste ouliée A la criminslite exgonisée pouvnient communiquer via leurs proches ott ex utilisant leurs appareils, Liintexception de correspondances de membres le entourage peat cgalement savérer nécewaize lorsque colle dela personne sunvellée elle ménve nest pas possible. Cependant, linie-eeption de cozrespondances de membres de Fentouage nana, aux termes des dispostions di projet ce fl, aucun caractére général ni systimatique: Fille ne pouna éire autorisée quia eas par cas ct dans Te respect dx principe de proportionnalité. Cola ne revient donc, en aucun eas, & sautoriser la surveillance {nditferencige » des cormespondances, comme Tinsinue Vavis aa mépris di content du teste, La CNCDI semble par ailleurs eontester qu'une autotisation d'ineerception ‘emporte Je reeuell des données de connexion, ce quelle qualifie de « confusion facheuse, Crest méccnnatire [e cadre juridique et la relite concrete de Vactivite de renseignement. Le contents d'une correspondance ne peut dite valablement exploité iraccompagné des données de connexion correspontantes, Les données relatives aux Tocuteurs (identitiants d'abonnés) et aux cireonsiances de la correspondance dans le temps voite Fespace sont essenticlles & cet gard. Cest la raison pour laquelle il est admis depuis Vorigine, cest-s-dire depuis 1991, que Y'autorisation de proceéder & une Jntercoption de sécart® emporto colle de recueili es donnees de connexion? Fn tout état de cause, les interceptions de sécurité font Yobjet dun quota, actusllement fixé & racing ce 3000 interceptions simuftances. Un tel ordre de grandeur souligne Fmpossbilite l'une surveillance de masse. A ttre de comparaison, je rappelle {que le nombre 'iniexeeptions autorisios dans un cadre judiciaire dépassait 45000 en 2018, ‘Quant ou comespondances interceptées aut moyen dun dispositf technique de proximite,clles feront objet d'une centralisation visnnt & facliter Le contrdle de fa ENCTR. Les données seront détuites ds lors qu'il apparatira qu’elles sont kans lien avec Vautorisation o liser cette technique: not ace 22 dea 91-66 10a 191 En tout état ce cause, elles ne poustont, selon fa version du texte issue des travaux de Assemblée Nationale, cre conservées plus ds trente jours a compter de leur premire exploitation et plos de sic mois 4 compter de leur rece ‘Pritondre que le régime des interceptions de corzespondances prévt par Je text, (qui repiend pour Vessentiel celui fasts de Ia Joi de 1991, «Legalise la posibilité de Fecouri des inturesptions de correspondances electroniques dle maniere systémariqie, _ginéraliste et inslifexerciée » est done manifestoment erroné. 4 La CNCDH reypette par ills que le projet de lei ne prottge pas sulfisamment les persennes «ayant un statut spéeifiqne» au regard, notamment, des secrets dont elles sant dépositaites, Je releve, a ct égard, que si le code de procture ppinal peévoit des gacanties partialigees au bénéfice des avocaty ces joualisies, des Inagiatat ou des parlementases, Ia législation actuelle en matiére d'interceptions de steurité ou d'accds aux données de connexion ne comparte, ele, aucune garantie specifigue, Des la presentation du projet de lo, le gouvernement avait indiqué qwil lait ciapose a instituer de elles protections, en lion avec les parlementaires. A Tissue Ue Fexamen du texte par I'Assemblée Nationale, plusiowrs garanties spécitiques sont revues = Vimpossbilité de décidler, & Tégard de ces. professions, de mesures de rensejgnement clon la procedure d'urgence absolue; Tenigence que Lavis rend por la CNCIR sur ces mosuras Ie soit en formation collegiate; " Vingormation de la CNCTR sur kes modalitésd’exéeution dees autorsations |i tansmission, a cette commission, des retanseriptions dex données collectées, afin quelle veille au caracttre nécessaire ¢t proportionné des aticintes évenivellement portéesautx secrets dant bénéficlent ces professions, “Le texte apporte dane des gasanticssignificatives A ces professions. 2, LaCNCDH semble ensuite s/inguiéter de voir Fiat confronté au « problime du stockage de masse des données», dont le coot pourra, selon elle « chiffrer en mmilias U1 n’en est ten, Cette conclusion dela CNCDH n'est gue la consequence da postu, totalement artone comme on Ya vy, selon lequel le texte ouvrirait la vote A un Slangissement considerable dela surveillance Le texte prévoil des garanties claires et précises En dépit de Vappréciation portée par la CNCDH sur ce point, il est indéniable que Je projet de loi encadre Fusnge des techniques de renscignement au moyen de lsposltions dane précision sans préeédent, 10, Lavis estime en premier liu quill «sfimpose» de rappcler le droit 3 la protection es données personneles, I vaura pas éehappe' la commission que ce droit est une composante di crott au respect de la ve privée. ‘Das lots, en mentionnant «le droit au respeet de la vie privée dans toutes ses ccomponanies mle texte initial clu gouvernement vient deja ce principe 3 at eens cin Conse constutlonn 2012-652 0 dy 22 mars 2012, ‘Cependant, les députes pnt souhaite Yexpliciter, de sorte que fe dvoit& a protection des données personnelles figure lésormais vxpreasément dans le texte. 14, Lawis citique ensuite les finalités retenues par le texte poor fonder autorisation le recouri & une technique de tenseignement. La commission estime notamment que cerlaines cles formulations retenes sant trop floues ou trop gentrales. Je me bornerai, sur ce point, 2 mppeler gue les motifs pouvant justtior uno Ingérenee dans la vie privée sont, aux termes du parographe 2 de Vartiele 8 de 1a convention européenne ce smavegnace des voits cle Homme et des Hbertés ondamentales, ln sécwiité notional, la stirets publique, le bien-tlve économique du pus, la défonse de Forde et la prevention des infractions pnales, ln protection de la santé ou de I morale, la protection «os droits et libertsa d’autrui. L’on conwiends sisémesst que Vexpeession « intéréts Gsonomigges, inastiels ct scientifiques majeurs » est ni plas love ni plas générale, ou contealte, que celle de « bien-tire économique: ka pays», Hen va de aéae pour [a notion de prevention de ln eriminaliké et dela dlelinguance organist si on la compare celle de « prevention des infiactions ‘pls » cle Ta « présention des violenees collectives le nature porter atteinte Ala sécurité nationale » si on la compare a la « defense de Fordre », Le projet de loi retient alone des finales plus proces que celles figurant dans les normes convention, ou (que les notions constitutionnelies de « sécurité nationale » et « lntez6ts fondamentaux. dela Nation » Je releverai en ouke que la « prévention do la eriminalité et de la délinguance onganisée » ne constitue pas un motif nouvenu, contrairement a ce que Jalse entendre avis cle la CNCDH., Cotte fnalitesiguratt deja dans la Toi de 1991 et figure actuellement a article 1.2812 du cade do la sécurité itérieure. Par ailleurs, ceite notion ne repose passuy celle de « bende arganisée, contaicement Ace qu’avance & tort la commission, ‘Sfogissant dela finalité de « prévention des violences collectives de nature A porter atteinte la sécurité natonale», je tiens dindiquer qu’elle permet de préciser un moti ‘etuellement inetas don ia notion de « séeusité nationale ». Rappelons en effet qu’ainsi quelle 'a énoneé dans ses rapports publics, la CNCIS interpréte la notion te «sécurité nationale» a Ia humire des dispositions pénales portant su les interes fondamentaux. de Ia Nation, notaminant article 410-1 du code penal. La CNCTS sjoute calleurs qui doit ete justiie une menace pauticuiézement grave :« amplour des troubles ou Tas alleintes aux insitulions voulues par lews auteurs affectont [e lieu ct le temps des ‘manifestations, la qualils des autorités on symboles répsblieains visés, sant fels que la sécurité nationale peut ete menacée >. Lion ne sanzait faire grief aw projet de lei enoncer cette finale au mayen d'une notion plus précise Le méme raisonnement vaut pour la «prévention dos atteintes 8 Ta forme ‘épublicaine cles inattstions », Cette notion Fignie expressément & Vartcle S10 dav code pina, Jawoae étre quelque pea suepris que la commission nationale consultative des dioits de I Homme ne soustrive pas a la nécezslé d'uliver lee tochnignes de :enseignement pour préveniv cle tllesatteintes. [Le Constituant a inscxt cette nécessté dans notre loi fondamentale des 1884, La forme eepublicaine de nos institutions est la prenvbre des paranties apporte aux deoits dle /Honyme, Cela justifig, mes you, qu’un gouvernement cémocratiquementcésigné dispose des moyens deh proteger ‘Quant & la finale tsée des dont activites easentille ala prsscrvation des wots de VHomme. Parallalement, cette activité, en saison cles ingérences quelle est susceptible emporter dans la vie privée des personnes surveillées, appelle un encacrement siti! et des garantics slides. Tel est Fobjet du projet de lol su le renseignement, qui justement, soumet & de tlles regles des techniques qu ne faisaient jusyu'aloes Poet aucune Fegislation spécifique. Le gouvernement rx conteste en aucune maniare la sensibilité ct Fimportorce de ccs enjeux. Le cébat, sur ces sujets, est plelnement Hegitime. Il requiert la rigueur et la préeision dans les argaments éehanges. Cest la saison pour lnquclle ai tena apporter une yeponse methodique & Vavis le la CNCDI, Le gouvernement es pleinement dispose a poumsuivre ce deat, iim Me NW wsHEAZENEUVE oe {clon 204-689 OC db 2¢ mars 2018 *Yseonsl Cntttionne|, 89-1 ¢ Wy 1a 2958 4