Vous êtes sur la page 1sur 9

BULTETINDE L'ASSOCHTION

DT GÉOGRAPIIF.S
GEOGRAPIIIES : i :, .
Président de I'Association : Itoland POURTIER
I)irecteur dtr llullctin : Gérard HUGONIE
Secrétariat: l9l rue Saint-Jacquc's,75005 Paris
2005-4 82" année (Dôcembre)
F'ax/l'éI.: 01.45.29.13.40ou (33) 1.45.29.13.40

COMITÉ SCIENTTFIQUE
BULLETIN DB L'ASSOCIATION
CItAltVIll' J.l). il)rof. [Jniv. dc Palis X), CLOU'l' H. (l,r'of. Univcrsity College, Londres,
DE GEOGRAPHES FRANÇAIS
RoyauuteUni), DITMANCEOt J. (Pr.of.honorairetJniv. de Palis X), DOIIEL G. (lnspectcr-rr GEOGRAPHIES
Gértét'al),KENGNB FODOUOP (Univ. de Yaor-rnclé, Caureroun).CEORGE P. (Membre dc
I'L)stitut),HADJIIIDJ A. (Prof. Univ. d'Alger, Algérie), IIAMELIN L.li. (Centle d'Etudes
Not'tliclucrs. HLIGONIE G. (Plol'. tJniv., IUFM de Paris), MERENNE-
SO UTENU PAR LE CENTRE NATI O NAL
Québec, Canacla).
SCttOtJMAKfjR []. (l'rol'. Univ. dc I-iègc,BclgiqLre),MET'I'ONA. (Prof'.Univ. cleParisXII), DE LA RT] CHERCHESCI ENTI FI Q UE
NEIIOIT-GUILHOTIl. (Prol'.Univ.dc Clermont),PITTI] J.l{. (t'r'of.Univ.cleParisIV), POUR-
]'lBl{ lt. (l)rol'.Univ. de ParisI), M,u" SCFlNljlDtlR-SLIWA R. (Prol. Univer.sitéde tsâle),
SEVIN O. (Prof. lJniv. clePalislV). STEINIJERGJ. (Prof. Univ. dc ParisXIt), VALI-EGA A.
(Prof. [Jniv. tlc Gêncs, Italic, 10,Vicc-Présidentde I'Union Géographiquelnternationale),
VERSIAPI'}ENH. 1Prol'.Univ. cl'Enschede, Pays-Bas,ancienPrésiclentde I'U.G.I.). SOMMAIRE
COMITÉ DE RÉDACTION

BALLOUCHE A. (Prol-.Univ. deCacn), BOQUtsTY. (l)ro1.Univ. de Dijon), BRET B. (Prof.


INTEGRATION ET FRAGMENTATION TI]RRITORIALE
ljniv. de Par.isVIll). CIA]-IONI A. (l,rof. LycéeLouis-le-Crand), CASCON A. (Prof. Univ. clc EN AMÉRIQUE LATINE
ParisVlll), GILISTIC. (MCI; Univ. cl'Arniens), llO1'YAT M. (Prof.Univ. de ParislV), HUGO-
NIIIG. (Prof. Univ., IUIrM dc Paris). LASSAILI-Y-JACOBV. (Prof. Univ. de Poitiers), (TNTEGRATTON
AND TERTUTORIALFRAGMENTATTONtN LATIN
MAINIIT G. (Prol'.[Jniv. de Blcst), MAINtsT H. (MCF Univ. de Clernront),MERCIT]R D. AMERICA)
(MCIr Ljniv.ParisIV), MliTl'ON A. (Prot'.Univ. dc ParisXll), POURTIERR. (Prof. Univ. de
P a ri sI ), ROU GIEIi H. (Pr.ol'.
Un iv . Ly on I I I ) , VI LLETTE, S. ( Pr of. U n i v . d e P a r i sX l l l ) .

COMITÉ DE LECTURE

AM A I ' J. P . (P a ris lV), IIATTIAU- Q UENDY Y. ( l. ille I I I ) , I I ES A N C E N O T A . ( C . N . R . S .


Di.ion), BOISVER'I M. (Montréal), CAMIIERLIN P. (Dijon), CHARVET J.P (Paris X), . B. BI{ET .- Lesnotionsd'intégration et de fiagmentation,
C O Q U II B . (Pa ris VII). DAV I ET S. ( Aix ) , DO RI ER- APPR I L L E . , G A U C H O N C .
(Chantbéry),GIROIR G. (Orléans),IIUETT, DE LEMPS C. (Palis IV), LAGEATY. (Brest), approche géographiq Lre
M I : I { EN NII-S CHOUMAKER B. ( Liùge) , M AI LLARD J . C. ( llor d e a u xI I I ) , M E Y Z E N Q M . (lnîegt'aliotrandfragntenlaliort,u geogruphicalappr<tach)
... 387
(C h a mbéry),MIOSSEC A. (Na nt es ) ,M ULLEI I D. O . ( Kalls lr - r h c )N, E B O I T - G U I L H O T I t .
(C i e r rnontI I ), SANGL JINA.L. (I, ar islV) , VALLAT C. ( PaLisX) . o D . R A MOU S S E . - L'ALCA t àce aux alt er nat ivcscl'int égr at ion
pour le développementen Anréricluelatine
(TlteILCA and lhe iutegruliou opliorts./itrtlte
NOTE DBSTINÉE AUX AUTEURS iu Lalirt Anteric'a)
çlgt,elopnrenl. .......393
Afin tle pouvoirêtrcacccptéspour publication,lesarticlessouurisuu Comitéde lecturcclLrBulletin oA. MUSSET .- Le Mexicluecntre Nord et Sucl:
clcl'Associatiorrde Céographcsl.'nrnçaiscloivcnt,en r'èglegénéralc,avoir été préscntéset discutés
dansurrcséancepubliqLre par clcsrrrenrbrescleI'A.G.F'.Ils ne cloiventpasdépassel unc dizaincdc vers une Mesomexanrérique'/
pagestotft cotnpris,chac;ucpagL-conrportlnt2 850 signcscnvirotr,soit 2,9500.sigrt<'.r rnuxitrtturt. (Mexico belween Not'th uncl Sotûh :
La placefâite à tl'évcntuelstrbleauxclcclriflresou ct'ocluis illustlatil.s
linrited'autantle textelui- totç'ctrd '?)...
u Mesome.rattteric:a ............401
ttrêtne.Clartcsct crorpriscloiventêtrc lirurnis cn noil et blanc, prêts à clitlter. Chaqucalticle doit
êtt'eaccourpagné d'un ré.sunÉdc cprelquesligncs cn fi'ançaiset en anglais,ainsi que d'une courle oS. HAI{DY .- lntégrationpacificluect autonorlic atlanticluc
listedc tnols-c11,ç dansccs dcux laugucs.Lcs textesdoiventêtrercmisen doubleexeurplaire avec au Nicaragua
copie sur disqucttecn wolcl,tinies I l. ll cst égalernentdcmandéà chaclucautcurdc fbumir son
adrcsseprolèssionncllcpréc:ise(avcc rr-rnrér'o
(lntegralion and autonont):it1Nicurdgtra, Puc:ifit:t:crsusltlutûic') ...... ....422
tle téléphoncet nunréfode télécopic),ainsi clueson
adrcsscpersonnclle poul le secrétariatdu llullctin.
.A. SIIIRIIA .- Le risquedansla constrllcrtion nationalee(cluatolienne
I-csorgûn'rsrl{ct-tls
tlc séanccssp('ciirlisécs
vcillclont à ce qLrel'cnscrnblcdcs cornnrunicati()lls pr()-
pr.rsécsitu (lortritérlc lcctur-cnc clépasscpas l'écprivalent dc 50 pagcsdll Bulletin (soit environ (The ri sk i n l he Ect r aclor iun
t t at ionctconslnr
l clion). . . . . . . . . . . . . . . . . . 433
Le Mexique entre ï{ord
et Sud : vers une
Mésomexumérique? '
(MEXICOBETWEENNORTHAND SOUTH:
TOWARDA MESOMEXAMERICA?)

Aluin PtUSSnt'

RÉSUUÉ '. Le Mexique peut être considéré comme un véritable laboratoire des
processLts d'intégralion qui, à différentes échelles, affictent I'ensemble du
continent dans la perspective de la création d'une vaste Zone de libre échange des
Amëriques (ZLEA). Cependant, la mise en place de I'Accord de libre échange
nord-américain (1994) et du Plan Puebla-Panama (2001) ont mis en évidence la
fracture socio-économiquequi opposele nord du pays (Méxamërique)et lcs Éturc
marginalisés du Sud (Mésoamérique).Alors que le Mexique est de plus en plus
intégré à une économie globale, les disparités régionales apparaissent de plus en
plus profondes.

Mots-Clés : intégration, Alena, maquiladora, Més oantérique, Mexamér ique

ABSTRACT : Mexico cttn be considered as a real laboratoty of the processesof


integration which, in various scales, alJëct the whole continent in the prospect of
the creqlion of a vastfree trade area of Americas. However, the implementation of
the North American Free Trade Agreement (1994) qnd the Plan Puebla-Pananta

" Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales - GGSEU I rédacteur en chef des Cahiers des
Amériques latines
' Cet article se fonde sur nlon dernierouvrage,Le Merique, Paris,PUF, < Que-sais-je? > n' 1666,2004.

BAGF_ GEOGRAPHIES
- 2OO5-4
408 A. M USSET ENTRENORDB
LE_T4EXIOUE D 409

(200 I), put in avi(len(e lhe sotioeconorrtic.fi'uctut'e'A'ltichsets the North of the Sur I'ensemble du continent américain,. I'accélération des proccssus
coutllrr (Me"runrc'ricu) trttd ntut'ginulizetl States of'the Soulh (Mesoanterica). While d'intégration continentale engagés par les Etats n'a fàit qu'exacerber les
lvlexico is ntot't' crrtd trrot'e ittlegrated into ct globul econonu), the regionul revcndications identitaires à l'échelle des nations et cles communautés
tlisTtat'i.liessceilt tnurc und trrort, decp. ethniques.Le Mexique n'échappepas à cette règle. Ce n'est pas un hasard si
I'insurrection néo-zapatisteclu Chiaptrsa été lancée par le sous-cor.nmanclant
Ke.t'-rt'ords : irùagrulion, Nu/iu, ruutltriladoru, Mesoctmer-ica, Mexunrericu Marcos le jour r.nêmede I'entrée en vigueul de I'Accord de l,ibre échange
1 e l" janvier 1994( doc. l) . Pour cor npr enclrla
rrord-améri cai n, e com plexit éde
ces mécanisr.nes, I'opposition géopolitiqLreet idéologique entre Mexanrériclue
et Mésoarnéricluepeut être r-rtiliséecoffrûleune clé cle lecture,en sachantc1u'il
est aujourd'hr,riirrrpossiblecle cornprendreles transtbn'nationsdu Mexiqr-resi
Le Mcriclr.tc peut ôtle considéré conlre un véritable laboratoire des
on se limite aux territoires déllnis par les seules frontières intemationales.
pl'ocesstlscl'irttégratiorrqr-ri,à dil'lérenteséchelles,allèctent l'enserlble dc ce
Écartelé cntre le Nord et Ie Sr.rd,lc Mexiqrre est par(bis perçLlconlue une
clrreles géopolitologuesnolcl-nméricaitrs ont appelé le llestem Hanisphere - jLrxtapositionde cultureshétérogènes,une Mésomexamériquequi, malgré tous
l 'h é rn i s phèr ' coc c idcl tta l , a fl n d c ro to u m c r à l eul avantage I' opl tosi ti on
les discourspolitiquesfédérater-rrs,
chercheeucofe son identité.
traclitionnellr,: établie enLrcles nationsdr,rNolcl et celles clu Sud. ll L-stvt'ai qLle
le pa1,sest lr,ri-urôntc;lattagé cn dcux, cntrc Lul Nord plus industrialiséet plus
europécn, attir'é par lcs Etats-Unis,et ur.rSLrdplLrsagricole et plus indigène,
dont lcs caractér'isticlr-rcs socio-écouolniclues rappellcnt celles de I'Amérique
ce l l tra l e.Dès I 98 l, le j o u ru a l i s ten o r-d -a n .ré ri c aJ ionel Garreaupubl i ai tun l i vre
intitulé [,es rteuf ttutions cle I'Anrcriquc tlu Norcl, dans lecluelapparaissaitler
rrotion très cclntlovenée de ll'lerunrcr'icu.Cette < nation )) rcgrouperait les
populations situées clc part et d'autre dLr l{io Grande, unies par des liens
linguisticlues (Lrsage cle I'cspagnol), économiques (flux migratoires,
n'ror"rvenrcnts de capitar.rx,industrie tnaquiluclora) et culturels (religion,
rru si q Lr c ,pr at iques a l i n tc n ta i re s ...).Qu e l q L re sa n nées pl us tard, Loui s B .
casagrandeleprcnait lcs théoriesde Joel Garreauet parlait à sorrtoul desCinq
na/ittns dtr Mexiqtre, er.riusistantsur les prolbndes disparitésqui pennettaient
d e .j u stilierI es div is ion si n tc l n c ' sc l ; p e r-r1 tlnete x i c a i n.

A I'opposé cle cette Mcxamériquc, clui regrouperaitplus de 50 urillions de


personnçsclc part et d'autre clela fiontière Nord, on trouveraitune autre grande
aire cLrlturelle,la Mésoan-rérique, terrlc créé dès 1943 par I'Alleurand paul
Kirchotl' poul clésignerI'espace clominé par plusieurs grandes civilisations
précolonrbicnncs, entre les hauts plateaux clu Mexique et les confins
occidentaux dr-r Hondr-rrasactuel. La notior.rde Mésoarnérique,longtcnrps
réservéc aux seuls archéologues,a cepenclantété réutilisée par le monde
p o l i ti clueà I ' init iat iv c d u Pr' é s i d e nmt e x i c a i nVi c c r.r teFox c1uien
, 2001, a l ancé
un grand progrilnlnrc cledévcloppenrentécorromique(le Plan Puebla-Panamâ),
englobant lcs régions utéridionales dLr Mcxique et les Etats de l'isthnie
centrauréricain. Ce pl'ogralrme s'inscrivait dans Llne < Initiative
urésclaurér'icarine de cléveloppernent > clestinée à làvoriser la croissance
éconolr.r i cluc cl'espacesn.ralgina Doc. I : Le soLts-corrmarndant
Malcos et lesguérilleroszapatistes, peintssur lc nrur
Ii séset rral-développés.
d'enceintede la plantacleastirltodc N{exico(,(::Alain Nlussct).
410 A. MU SS ET LE MEXIOUEENTR-E
NOITDET SUD

de manière générale, l'économie mexicaine n'était pas assez forte pour


résisterà la pression de ses nouveaux partenaires.
l. Entre Alena et Plan Puebla-Panama Pourtant,sur le plan r.nacro-économique, tous les indicateursrnontrentque le
Les processusd'irrtégrationrégionaleengagéspar le Mexique depuisle Mexique a tiré profit de la signaturede cet accord, même si les entreprisesles
début clesannées1990 n'ont fait qr-resoulignerl'itnportancedes disparités moins compétitivesont été balayéespar ia concurrencedes produits in-rportés.
qr,riopposeutle Nord et le Sudclupays.Dès 1994,I'ALENA a ainsi
régior-rales Ainsi, dans un rnonde rural fragilisé par la din-rinutiondes aides feclérales,
contribr,réà rapprocherle pays de Zapa|ade son grand voisin du
fbrtenrer.rt I'ALENA a été perçu comme une véritable catastrophefinancière,provoqLlant
Nord, en prévoyantI'abolitionprogtessive de tous les impôtsà l'exportation, cles réactions vioientes de la par-tdes petits paysans menacés de perdre leurs
r-nêmesi le Mexiclr-rca obtenuune clause de réserveclestinée à lui permettrede débouchéstraditionnels.C'est en particulier le cas des producteursde maïs, qui
combattlcr-rneéventuelle pénr"rrie
alimentaire (les haricots et le maïs étaient doivent affronter les importations massives de grains américains (doc. 2).
concernés). Pouréviterla pénétration américainde marchandises
snrle r.narcl-ré Cependant,alors que se profile l'ouverture d'une vaste zone de libre-échange
asiaticluesà peinetrtursfonrées au Mexiclue, le traité stipulaitque seulsles couvrant I'ensemble du continent (la ZLEA - Zone de libre-échangedes
produitsfàbriquésdans la région étaientconcernés I'accorclde libre-
par Amériques), I'ALENA apparaîtsouvent comrxe le n-rodèleà suivre pour tous
échange. les pays latino-américainsqui veulent développcr leurs relationsavec la plus
grandepui ssanceéconor niquedu r nonde.
Outre les volets industrielset agricoles,le traité a prévu de faciliter la
circulation cles capitaLrxcntre les pays menrbres.Les Etats-Uniset le
Canadaont cloncdésormaisle droit d'investir dans les installationset les
servicesportuaires,jusqu'alors chassegardéedc l'État tnexicain et des
entrepreneurs nationaux.De la mêmemanière,le Mexiqr,res'est ouvertaux
investisseurs canadienset nord-américains dansun secteurjugé stratégique,
ceiui de l'énergie.Enfln, ccrtainsaccordssont destinésà régulerle flot des
immigrés,rnaisle problèrnespécifiquedes clandestinsn'a pas
travailler"rrs
été aborcléet leste une pomrre de discordeentre les deux pays situésde
part et d'autre du Rio Bravo. Les attentatsdr-ri1 septembre2001 et la
( guerre contre le terrorisnrer> qtri a suivi n'ont fait que conforter
I'aclministrationarnéricainedanssottattitudeintransigeante.
Malgré le succèsdiplomatiquequ'a représenté la signaturede ce traité
pour le gouvemelrentrnexicain,I'ALENA n'avait pas que des partisans.
Aux Etats-Unis,les syndicatsse sont inquiétésdes répercussions sur le
marchéde I'ernploi de la délocalisationvers le Mexique de notnbrettses
entreprises attirées par une main-d'æuvre trop bon marché. Les l$j
transporteurs routiels, qui l'onnent ut-t lobby influent à Washington,
redoutaient de voir les chauflèurs mexicains franchir la frontière alors
c1u'ilsdevaient auparavantabandonnerleur cargaisonà un carnionnettr
nord-américain.Les écologistesavaicntpeur de voir débarquersur le sol
mexicain des industriespolluantesattiréespar une législationlaxiste.Par
les adversairesdu traité affrrrnaientque le Mexique seraitinondé
ailler-rrs,
de produits américainset que de nombreuses entreprises localesn'allaient
jamaispggvoir supporterune telle concurrence. Ils faisaientremarquefque, Doc. 2 : Les paysansmexicainsprotestentcontrel'ALENA,
accuséde ruinerle monderurai ((rf Alain Mussct).
A. MUSSIlT LE MEXIOIJEENTITE
NOI{DET SUD 4t 3

Destiné ii lavoriser le développener.rtconjoint des scpt pays d'Américlue


centlale et des États dLrSLrclcle la lëclérationmexicaine (un espaceregroupant
au total plr"rsclc 60 millions d'habitants),le Plan Pr"rebla-Panarnâ peut apparaître
co mn r e ur . rc ont r epo i d sp o l i ti c l u ed e I' AL E N A (d oc.3). P roposéau cJébutde
I'aunéc 200 I par lc nouveau pr'ésiclent rnexicain,Vicente Fox, ce progralnrne
arrbitieux a pouf objcctif cl'assurer, dans lc cadle cl'un vaste projet or'
d'intclgration, les conditions cl'ur.r< développemcntdurable) pour toute la
ré g i o n .I l pr év oit non s e u l e n rc ulta n ri s ee n p l a c e d' une zone de l i bre-échange É1
dout les principar-rxbénéflciailes clevraient être les petites et moyennes
entlcprises, mais également urr programure de lirumiture et de distribution
d'éucrgie, une intégration dcs services de télécornmunicatiorls, des fàcilités .#-r:;,
C'É".,::.'::'
créécs por,rr la circr"rlationdes personnes entre les différents pays et un
progfalrl'ue colnnrun de pronrotion du tourisrnedans I'ensemblede la < zone
,glf
nraya>>.Le textc réaffirnre,par ailleurs,I'errgagernetrt des signatairesen faveur .i :i :".$ :;
de la défènseet clc la plourotion de la dénocratie clansla région,tlrèmede plus 'a+t'"-* a
E
cn plr-rspréscntdans tor,rsles accordséconomiqr.res et qui permetde donner une G

coulcur < hur.naniste > à des plojcts purementconrrrerciaux. "'a À


ll restc cllre cctte nouvelle orientation de la politique mexicainc pose, plus =
que jarlais, le problènrede I'unité uationaled'un pays de plLrsen plus partagé
entre un Nord clynarniqucet industriel,soliclernentancré à son partenairenord- 6

arnéricain (la Mexaméric1r"re), et urr Sud bear-rcoup plus rr"rral,aux structures :2


socio-écor.ronriquos archaïques,c1r-ri sc lattachehistoriquernentet culturellement ;' o
::
r,] o
à l'Arnéricluecerrtrale(la Mésoar-nérique). ll est vrai qLle,par bien des aspects, 'tr
les habitantsdu sLrddu Mexiclue, et plus pafticr.rlièrement de la région Surd- - i:: E
Paciliclue(Guen'olo, Oaxaca,Cihiapas),sont confr-ontés aux mêmes problèrnes j :.

(p a L rv let é,v iolenc e,ma l g i n a l i s a ti o n s, o r-rs -c l é v e l oppement...)


cl Lrel es peupl cs
;):
.!

2
cle I'isthnre. Selon lcs chilll'es du Conseil national de la population t -: t
;!
!i I
(C IONA P O ) ,env ilon h u i t rri l l i o n s d e p e rs o n n e vs i v ent i ci dansune si tuati onde ,.r.:

grancleou de très grandc rrarginalité.


'a
*;l c
o

..=
s
a
On constatecepcndautqu'une tellc clivisiondoit être relativisée.En effet, les ,t-\.
i!
I

Etats clui lilnt par'1iede la Péninsule du Yucatân rre présententpas le môme


prolil socio-éconorriclucque ceux du Sud-Paci(ique(tableaLr1). La rente O

pétlolière (pour le Czu-npeche). le cléveloppernent de I'irrdLrstrientoquiladorct E

(d a n s le Y uc at ân) r n a i s a u s s i l c to u ri s rn ei n te mati onalti é à l a proxi mi té des f

États-Unis (station baluéaire cle Canc[rn), en lbnt une zone <1eprospérité


l e l a tiv e dans ur r c n s e rn b l ed é p ri n ré . À I' i rrv e rs e.l es É tats du C entre-N ord, Ë
coincés entre dcux espacestrès dynau-riques(la li'ontière Nord et la région
centrale,clorrinéc par la mégirpolemexicaine)"présentent<lesindicateurstrès
alarnrants,ce qui expliqr"re un solde ntigratoirefortementnégatif-.Même dans le
Centre, cær"rrhistoriclr.re, politiclue ct éconotrricl.rc du Mexique, les disparités
sor.rtlbrtes rron seulcmcut entfc les zones rurales et les aires urbanisées,mais
4t4 A. MUSSET LE MEXIOUEENTRENORDET SUD 4i5

aussi entre les différents quartiers d'une même ville. En fait, les choix Tableau I - Les disparitésrégionales,quelquesindicateurs(2000)
politiqueset économiquesfaits par l'État ont fortementcontribuéà accroître
les inégalitéssocialeset territorialesd'un paysqui, presquedeux sièclesaprès
% Foyers PIB/hab. AIphabète Population ID H S ol de
son indépendance et rnalgrétous les discoursde sesdirigeantssur I'unité et la recevant (dollars) S active dans migratoire
< mexicanité>, ne saittor"rjourspasquel sensil doit donnerau mot <<nation>. moins d'un + 15 ans le sccleur net2 (Yo)
salaire (% ) primaire
minimum (% \
Frontière Nord
Baja Califomia 0,4 9 571 96,5 6,4 0,822 40,6
Baja California
- Frontières internali0nales
Sur 11 8 722 95,8 I 1 ,9 0 ,81 7 ?5 q
- Fronrjères dÉtar Sonora 4,0 8 76 1 95,6 0 ,8 18 6 ,8
Chihuahua 5ô t0 324 o5, ti,9 0 ,81 9 I l ,l
Coahuila 1q l0 808 96,1 s1 0,828 - 4 ,8
Nuevo Leôn 1 ,9 l3 033 96,7 ?? 0,842 15 ,9
Tamaulioas 8,2 7 757 94.9 o, 0.803 I 1 .5
N ord-Ouest
Sinaloa 1 8 ,0 590s 92,0 28,1 0,783 - 6 ,6
Navarit z7.0 4709 90,9 2 7 .8 0.767
Centre-Nord
Durango 2l,3 6725 94,6 1 5 ,0 o,190 Iq o
Zacatecas 35,8 4210 o) n 20,7 0,754 29,8
San Luis Potosi 1?q 5 699 88,7 zt.3 o ;7 6 7 16,6
Occident
Aguascalientes 14,4 9 443 q5? 't4 0,820 1,7
Jalisco t6,4 7 4t2 q?s 1 0 ,0 0,801 1 ,8
Gualrajuato )4'\ 5 376 88,0 13,2 o,761 - 6 ,t
Colima 16,4 8 048 qtR t7 ,0 0,806 12.0
Michoacân 30.4 4 785 86,I 23.7 0.141 t4 - 7
Centre
1 8 ,0 9 562 qo?
Querétaro 8,6 0,802 7q
Flidalgo 4 690 R5 l 25,2 0,748 - 117
México 141 5 672 q?6
0,789 15 5
District Fédéral 117 1l 696 07 I 0,6 0 ,8 7 1 - 11 1
Tlaxcala 4 221 q ))
Norn des Étarsfédérés /J,/
')û)
18,2 0,763
Morelos 6 820 90,7 t 3 .5 0.789 l 9 -3
I Baja Califbnria norte 9 Z a c a te c a s l 7 N ,l i c hoacân 25 Guerrero Plan Puebla-
2 Baja California sur P anamâ
l0 S a nL u i s Po to s i l8 Querétaro 26 Oaxaca )Q ' 7
Puebla 5 916 R54 27,9 0,706 - 9 ,1
3 Sonora II NuevoLcôn 19 Hidalgo 2'1 Chiapas Veracruz 1'1 4 535 8 5 ,I 28,1 0,144 l 0 ,s
4 Sinaloa l2 T a ma u l i p a s 2 0 E d ode Méxi co28 Veracruz Tabasco 11 q 4 960 an? 2 7 ,8 0,166 -10
5 Nayarit l3 Aguascalientes2 l D .F . 29 Tabasco Guerrero 30,9 4 112 78,4 76k 0 ,7t9 l 6,l
6 Chihuahua l4 Jalisco 2 2 T l a x cal a 30 Campeche Oaxaca 46,6 3 489 7 8 ,5 41,1 0,706 18,8
Chiapas 46,8 ) s t rz 7 7 ,l 477 0,693
7 Coahuila l5 Guanajuato 2l Morelos I I Yucatân Campeche 29,6 13 153 88,2 25,0 0 ,8 15 9,8
8 Durango l6 Colima 2-1 Puebla 32 QuintanaRoo Yucatân )6 q 6 342 87,7 l 7,2 0,77| -q 7
0 200 km OuintanaRoo l 5,l t2 0t9 92.s 10,5 0.820 5?q
Mexique
22.6 7 495 90.5 1 5 ,8 0.191
l) Indice de développementhumarn.
2) Par rapport au lieu de naissance(Etats), 1999-2000.Source: INEGI
Fig 4 : Carte administrativedu Mexique
(tiréede A. Mussetet alli, Iesptris.rrlrceséntergentes
d'Anériquelatine,Argentine,Brésil,Chili,
lulexique,A. Colin,1999)
4 t6 A. M U S SE T LE MEXIOUEENTRENORDET SUD 417

2. Le tropismedu Nord

si la signature du Plan Puebla-Panalna a sans doute contribué à réduire au


silence l'insurrcction néo-zapatiste,il reste que le Mexique apparaîttoujours
plLrs tourné vers soll voisin du Nord : une Mésoarnérique pauvre et La Mexamerica
n-rarginaliséen'a pas les rnoyens de contrebalancer le poids politique,
économiqueet culturel d'une Mexarnériquepuissante,dont le principal moteur
reste I'industrie maquilctdora(doc.5). En effet, depuis la fin des années1960,
les usines d'assemblage installées dans la zone frontière ont largement
contribué à translbrmer I'espace mexicain, favorisant la croissance
démographique d'États jusqu'alors tàiblement peuplés. euelques chevaliers
d'industrie ont joué un rôle décisif dans cette évolution de I'industrie nationale,
à une époclue où le Mexiqr-reétait gouverné d'une nain de f-er par le parti
révolutiomaire institutionnel(PRI). Rodolfo Nelson Barbara,qui a fondé en
1965 la prernière unité de production de ce genre à Mexicali, peut ainsi être
considérécornme I'un des pionniers de I'industrie maquilcrdora.Il s'est lancé
darrsl'aventurc aprèsavoir réaliséun voyage au Japon,en corée et à TaÏwan,
afin d'étr"rdierles systèmesde production mis en place de l'autre côté de B.ts5E'
cÂLrFqRNrE
I'océan PacifiqLre.Depuis, le groupe Nelson, dont le siège social est toujours
""'!ù
baséà Mexicali, a étendu la gamnrede ses activités: il s'occupe aussi bien de
I'achzrtde tcrrains industrielscluede la conceptionet de la gestiondes usineset - .:,*
des entrepôtsinstallésdans les zonesd'activité de Bassecalifornie.

Grâce aux échangesréalisésde part et d'autre de la frontière, l'industrie Pôpulâriôn BAssF Jùuslon
cAr rF0Rl'ilE
ddÈûgglûmétÈtÀùns
nuqtriladoru occlrpe uue part toujorrs croissante dans l'économie rnexicaine. {millionr'l'hôbiunr5) *a Corpûs Clrrillj

, \
on e st ains i pas s é de 6 2 0 u s i n e s e t 1 2 0 0 0 0 e m pl oyés en l 9g0 à 3 630 ', i fs Par :' Eroeîst'illÈ
,/*-- 16,0 a
éterblissements employant 1200 000 personnesen 2001 (2 860 établissenents /t curircrnl
et p l u s d ' un m illion d' e m p l o y é se n 2 0 0 3 ).c e s e c te u r,très hétérogène, | ,-- r,.,t
s' està l a ot MsarrÈn
fbis divelsifié et concentrédepLrisles années1980, preuve de son adaptabilité \ {,r*
\. ll .-- i..z
'Jr tl t l{14 h
et de sa capacitéà réponclreaux attentesdu marché.C'est particulièrementvrai '\{'o,l
ïrm1rico
dans le douraine de Ia mécanique et du transport (assemblagede véhicules
USA: pilrt des hispffiiquÈs L{exiqur: Pùrldu rÈvÉnb rxtionat
autonrobiles): entre le milieu des années 1980 et 2003, la part des dans le populrtion de lEt*t de l'if,dutTieruquiladore pranripalÈsruu{es
établissernentsconsacrésà cette activité a considérablementbaissé (de I I à {ratÈmajûu(6È.} sites prÉbispaniqucs
ptus,re
lû% - ..
8,2 1%),mais le nonrbre des employés a continué à croître, passant de 20 à I ptusdr 151'i !iilfs s),nlbùlÈsilu
W d*rsr:r-",,.;
i-t
22,5% des effectifs. Dans la môrne période, l'industrie textire a pris de mDuvÈlnentChicâno
,' .,- * toà2tr/h
I'irnportance, alors que le sectellr électroniclues'est contracté(il représentait l' * ' io ' s e t æ u -'.
.. OrZ.SA tOP,'; liùntière inl€mÈtiùùÊlÈ
presque 45 o de la valeur ajor"rtéede la nrctquila en 1987). Durement I 'l
moinc dc 5 -9;
concun'encéespar la main-d'æuvre chinoise, les f-abriquesde jouets et \li dËin7-5ea trùrllierc d'Elùt

d'articles de sport ont perdu bearucoup de terrain au Mexique, passantde 3,4 o moiro rir J 9'r

à 1,5'yodes établisser.rrents et de 3,1 à 0,1 oÂde la valeur aioutéc.

Doc. 5 : La Méxarnérique.
4 tB A . M U S SE T LEMEXIOUE
ENTRE
NORDETSUD 419

Dès le milieu des annécs1970,la fin de l'obligationd'installerles usines impossiblesà contrôler2et à des taux de natalité supérieursà la moyenne
n.raquilutlortls
datrsla zone frontièrea permisla diffusiondu rnodèledansles nationale,la proporliondesLqtinos a augmentéde manièrespectaculaire aux
Etatsdu Sud, tnaissansrernettre en causel'hégérnonie desvilles frontalières. Etats-Unis,pour atteindre12,5o de la populationtotale:Avec plus de 35
En effet, en 2003, les États du Nord conJentrentencore l'essentiel de millions de personnes c'est désormaisla prernièreminoritéethnique
recensées,
I'activité: 72,5% des établissements (86 %oen 1990),160/0du personnel aux Etats-Unis, devantla populationd'originenoire ou afro-américaine(34,6
ernployé(89 % en 1990),mais surtout87 Yode [a valeurde la pro,Juction.Le millions).Le recensernentde 2000permetd'évaluerplus précisérnent le poids
restedu territoire nrexicainrestepeu touchépar le phénornène, notamment démographiquedes Latinos qui viennentdu Mexique : 58,5Yo, soit plLrsde
dansle Sud,où lesconditionspolitiques, économiques et sociales requisespour 20,6 millionsd'individus,auxquelsil faut sansdouteajouterau rnoinstrois
l'établissement des usinesd'assemblage ne sont pas toujoursatteintes(c'est millionsde clandestins.
notalrmentle cas du chiapas,où l'insurrectionnéo-zapatiste n'attire pas la
syrnpathiedes investisseurs étrangers).Mêrne si la capitalede l'inclustrie C'est dansle Sud-Ouest du paysque la présence hispanique estla plusforte
nmquilttdorcr resteciucladluârez(302 usineset 195418 employés), (25 o de la populationen Arizona, 32,5 oÂen Californie).Or, la population
la Basse
californieoccupedansce systèmeun rôle essentiel, puisqueTijuana,Mexicali d'origine mexicainereprésente plus de 56 o desLqtinos recensés dansrégion
et Tecatecor.nptent parmi les villes mexicainesles mieux équipéesavec Sud desUSA, au moins70 dansle Midwest,et plus de 74 oÂdansla région
o%
respectivetnent 641,ll4 et 132 usinesinstallées sur leur ter:ritoire.
En 1980, Ouest. En Califomie, cette proportion dépasseles 17 oÂ, ce qui représente
Mexicaline cornptaitencoreque73 établissements de ce type,qui employaient 8,5 millions de personnes.Avec un taux de croissancede 42,60%sur dix ans
7 500 personnes. vingt ansplus tard,en 2001,I'lNEGr en recensait (1990-2000),les Mexicains forment la communautéla plus dynamiquede
20g (sur
uu total de I 100 entreprisesdu secteur manufacturier),le nombre des I'entité fédérale. On les retrouve principalementdans les villes, oir ils
employés s'élevantà 57 400 (surun totalde 6l 000). s'entassent parfoisdansde véritablesghettoset oir ils finissentpar représenter
la majoritéde Ia populationurbaine.En Califomie,c'est le casd'Oxnard(170
En 1994,I'entréeen vigueurde I'ALENA a fait peserune menacesur les 000 habitants,66,2o de Latinos),de Pomona(150000 habitants,64,5o/o de
avantagesconcédésaux entreprisesnruquiladorus,puisqu'il était prévu de Latinos)ou de SantaAna (338000 habitants, T6,l oÂde Latinos).L'EastLos
limiter à sept ans la périodeoi-rles usinesdu secteurpouvaientcontinuerà Angeles (124000 habitants)est peuplé à presque 91% d'Hispaniques,
importeret exporterleurs marchandises en conservantles règlesdouanières situationque I'on retrouvedansplusieursvillesjumellesde la zonefrontière,
antérieuresà la signaturedu traité. Il fallait donc trouver les outils comme Brownsville(140000 habitantset 91,3Yo de Latinos) ou Laredo
réglementaires adéqr.ratsafln de garantiraux investisseursétrangers I'assurance (176000 lrabitants,94,1oÂdeLatinos).
qu'ils n'allaientpasperdretous les bénéfices de leur installation
au Mexique.
En 1998,le goLrvcrnelnent a étéobligéd'adapterlesrèglements qui coclifiaient Le rôled,eschicunoslinstallés,légalernent
ou non,aux Étars-Unis restetrès
le statutcle ce sectcurclevenuvital pour l'éconorniemexicainè.Désormais, ambigu.Pauvreschezles richesnord-arnéricains, ils sont richesaux yeux des
seuleslcs er.rtreprises exportantau moins 30 o de leur productionpeuvent Mexicainspauvres.Les transfertsbancaires(remesas)qu'ils effectuentchaque
réclanrerfeur inscriptionau Registrenationalde l'industrie maquilarlora,à annéeau profit de leursfamillesoscillententre10 et l4 milliardsde dollars.Ils
conditionde réponche à toutesles conditionsrloraleset financières poséespar dépassent désormais en valeurles revenusdu tourismeinternational. Malgré
le Ministèrepublic.L'ir-nportation clesélémentsutiliséspour la fabricationclu I'accroissementrapide de leur poids démographique,il a fallu attendreles
produit fini (inputs)est sourniseaux règlescommunesclestrois paysmembres années1960pourqu'ils revendiquent ouvertement leur identitéculturelleen se
de I'ALENA, r.nême si les importationsdites< temporaires > bériétrcientd'une révoltant contre la société WASP (White Anglo-SaxonProtestant)et en
dérogation. organisantde grandesgrèves,colllme celle menéeen 1965par CésarChâvez
pour défendreles ramasseurs de raisinsde Californie.Depuiscetteépoque,le
ce typed'accorclestunedesmanifestations de la Mexamérique politiquequi poidsde la communauté mexicaineaux Etats-Unisn'a fàit que s'affirmeret ses
est en train de se constituerde part et d'autre de la frontière, grâce aux membres sont défendus par de nornbreusesorganisations,dont la plus
populationsde langueet de culture espagnoleinstallée< de I'autre côté> (et
otro ludo) du Rio Bravo. En effet, grâce à des mouvementsmigratoires t
Chaque anrrée,la Policc dc la frontière (Border Patrol) arrête entre 1,2 et 1,6 rnillion de personnes,
mais on estiureque 500 000 clandestinsréussisscnttout de rnêne à passer.Depuis 1994,plus de 3 000
clandestinssont morts de soifet d'épuisenent en essayantde traverscr le désert qui les séparede leur
objectil'.
3
Surnoln méprisantdonnéaux Mexicains installésaux États-Unis.
4l() A. M USSI TI NORDET SUD
LE MEXIOUEENTITE 421.

importanteest lc Mr/ionul Coutrcil o.fLa Ruzu.C'e st pour tenterdc s'attirer les BIBL IOC R APIIIE
lrotrttesgrâces de ces électcurs potenticls c1u'en2004 le PrésidentBush a
BASCHET J.. 2005.- La rébellionzulatiste.Paris,ChampsFlamtnariou.
envisagé cl'accorcleraux travailleLrrsillégar"rxuu titre de séjour ternporaile
CASAGRAND[ L. B., 1987.- < -l'heFive Nationsof Mexico >, in Foc'tts,Spling 19t37, 2-9.
(trois ans renouvclal-rles), destiné.àfàciliter ler.rrintégration,mais aussià mieux COSIO-ZAVALA M.-0., 1994.- Changenentsle./ët'ontlité uu Llexique er polititlues tle
les contrôlcr. La préserrceaux Etats-Unis de plLrsde 20 rlillions d'expatriés HEAL.
ltopuluti<tn,Paris,L' Harrnattalt-l
(dont presque l0 rrillions de pcrsonnesen âge de voter')pose par ailleurs un FARE-f L. 2003. - [.es territoires tle la ntobilité, nrigrutittn et cttttttnurtttulas
pro b l è n r eau gouv enle rn c nut re x i c a i n ,q u i n e p e u t p as conti nuerà excl uredu lrattstrtttittttnlt's Paris.CNRS Editions.
L'tllrcl( IIt.ritltreet le.t Étttt:;-Llnls.
d é b a t p olit ic luenat ion a lc e t i n rrre n s er' é s e rv o i d r e voi x. E n 1998,1' entréeen c;ARI1EAU J., 1gttL - Tlrc Nine Natiortsof NorthArneritu, Boston,The lloughtonMifÏin
vigucur de la < loi de doublc nationalité ou de non-pertc de la nationalité Company.
KII{CHOFF P., 1943.- < Mesoamertca >>,in Acta Antericurtutt"l.
tnexicaine>, a lavivé la revendicationdr-rclroit c'levote des Mexicains installés and
KIRCHOF1-P., 1952.- <Mesoaurelica:Its GeograplricLirnits, Ethnic Compositior.r
ar-rxÉtats-Unis,fir-rstrés de ue pas pouvoif s'exprimer sr.rrles granclesquestions Glcncoe,lllinois.
>, in Sol Tax (éd.), Ileritage o.[tlte Conque.r.l,
Cultulal Chal'aracteristics
q u i e n ger gent I ' av enird e l c u r p a y s c l ' o ri g i n e . LE BOT Y. , 1997.- SoLts-contmundunt Murc'os.Le rêt,ezupdtiste' Paris,Seuil
MONNET I. ,lt)94. - Le Mexitlue,Paris,Nathan.
MUSSET A. , 1996.- Géctpolitique du Mexiqtre,Bruxelles.EditionsCouplexe.
MUSSET A.,2004. - La Mexique,Paris,PUF, < Qtre-sais-je'J > no 1666.
Conclusion SEGUIN A. de,2003. - Le Mexiquetlans lu nouvelleéconouie ntontliule,Paris,Prcsscs
Universitairesde France.

Questions:
L'ar-nplcurcleces u.touvemeuts migratoircscontribueà fàvoriserI'intégration Alain RAJOT : Dans ce telritoirc rluc vous nous avez présenté cottlrlle écartelé cntre
du Mexique à I'espacenord-américain,par le jer-rclespratiquesculturellesplus Mexamériqueet Mésoamér'ique, quelleestla placede Mexico ?
cluc paf celr,rides accorclsdc libre-échange.C'est grâce à une chanson du Alain MUSSET : Eflèctivement,le cæur écottouriqueet politique du pays (la capitale
1édéraleet les États de la région centrale)semble se trouver er.rposition périphériquepar
lbll<lorevcracruzain (h Bamba). clue Ricardo Valenzuela,né en 194I à San
rapportà ccs deux grandsensembles. Mais c'est aussiet surlout un cat'relburentrc deux
Fernanclo(au nord de Los Angeles), a pu devenir la premièrevedettechicurtu mondesen train de se polariser.
clu rock-aud-r'oll, scrus le norn de Ritchie Valens. Dans son sillage, de Gérard FAY: J'ai troirvé très paradoxalque vous uous ayez 1lrésentéla grandebalrièr'eque
nonrbt'ettxgroLtpesont rrultiplié lcs expériencesmusicaleset les urélangesde les Etats-Unis éclillent âr leuls frontièr'esméridionale corlu.ne créatrice d'un < espace
style, conl.ne Los Loltos, dont lcs musicieus sont tous originairesd'East Los li'ontalier> par lequel progresseraitune sorte de développemcnt et ttallsiterilient des
Angeles, lc grand clr.rartiel lutino cle la métropole calilbrnienne.Mais ce sont influencessocialcsct culturellesconduisantà une intégrationreufot'céeentrele Mexiquc
et son puissantvoisin du Nord. Qu'il s'agisscdes macluiladoras, humaincs
dcs n'rigratiotts
désorrnais les artistes Nord-Américains qui n'hésitent plus à épicer leur
ou des traflcs en tous gel1res...tout, le long de cette fi'ontière,est antbiguparce qLLr'
rnusitlueavec des sorroritésd'origine r.nexicaine.Installé à Tucson (Arizona), clissyntétrique.ClorumeI'a soulignéBernardBrct dans son introductiotr,< intiglation >
le groupe Cule-ricon'a pas choisi son nour all hasard: cet homrnageà la ville- peut signitierune dépendance renfbrcéeet celasernblebicn être le cas ici.
j u mcl l e de M ex ic ali lu i a p c rn i s c l ' é ta b l i l u n p o n t entre l es deux ri ves de l a Alain MUSSET: c'est en ellet un paladoxe,nraisc'est aussiune réalité.C'est parcetlue les
Mexarrréric1ue. Dans Tlrc Blat'k Light (1998), calexico brossait un tableau contrastessocio-économiquessont aussi forts de pafi et d'autre de la li'ontièreque nor-ls
rotlancé et nostalgicluetle la zone liontière entre lc Mexique et les États-Utris. avons là unc région particulièr'ementactive, avec des llux iu-rportantsd'hournres, cle
nrarchauclises et de capitaux.La bardu est aussir-ureréalité,nrais ellc ne lalcntit pas ccs
Bcaucor-rpplus sontble, I'album Feast oJ' Wir.e(2003) s'inspirc des écrits de
11Lrx,légaux ou illégar-rx. au fhit qtre le Mexique soit crt situatioti de dépcndancc,cc
Qlrar-rt
Luis Urrea, poète et ronrancier de Tijuana, clui expose crûment le destin n'est pascontrtidictoire avecson intégrationau mondcnord-antél'icain.
tragique dcs rrigrants entassésIe long du mur (la burda) qLriles séparede la
tert'eprou.rise.Par ler-rrs chansonsar,rxrythuresrnétissés,les mernbrcsdu groupe
dénoncent les travcrs d'unc Antérique du Nord qui cherche en vain à se
plotégcr dc ses voisins clu Sud, alors qu'une civilisation nrcxic:an-americun est
en tlain clese constluire sorrssesyeux.