Vous êtes sur la page 1sur 13

Introduction aux Technologies de

l’Information et de la Communication

Introduction aux TIC 1/13


Table des matières

I. Introduction........................................................................................................................ 3
II. Terminologie ...................................................................................................................... 4
III. Les usages des TIC en formation ........................................................................................ 7
1. Les usages facilitant l’apprentissage ............................................................................... 7
a. Ressources pédagogiques pour apprendre et s’entraîner .......................................... 7
b. Les « TIC du quotidien » pour communiquer, rechercher des informations et
produire .............................................................................................................................. 7
2. Les usages facilitant la production et l’organisation des apprentissages ....................... 8
IV. Comment accompagner l’usage des TIC? .......................................................................... 9
1. Les freins et les obstacles ................................................................................................ 9
2. Les leviers ........................................................................................................................ 9
V. TIC, FOAD et le groupe ..................................................................................................... 10
VI. Le « Web 2.0 » et l’ingénierie de formation .................................................................... 11

Introduction aux TIC 2/13


I. Introduction
Avec l’explosion de la microinformatique, et de l’Internet, le panorama de l’information et
de la communication s’est considérablement modifié depuis une vingtaine d’années. Nous
sommes entrés aujourd’hui dans l’ère de l’information.

Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), quelquefois appelées aussi


les « Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication » (NTIC) regroupent
les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations,
principalement de l'informatique, de l'internet et des télécommunications. (D’après
définition Wikipedia)
Une autre définition est donnée par un projet d’élèves de l'EIVP (Ecole des Ingénieurs de la
Ville de Paris) sur les enjeux des TIC dans le monde du travail http://ww2.eivp-
paris.fr/dptmanagement/sites/tic/index.php). Les Technologies de l’Information et de la
Communication (TIC) désignent généralement les outils ou les ressources permettant de
favoriser le traitement, la diffusion des informations et le partage des connaissances. Les TIC
regroupent un ensemble de ressources nécessaires pour manipuler de l’information, et
particulièrement, les ordinateurs et programmes nécessaires pour la convertir, la stocker, la
gérer et la retrouver.

On distingue ainsi deux dimensions dans ces définitions


La première est technologique et repose sur des outils (informatique et télécommunication)
La seconde est informationnelle et est liée au contenu (information, connaissance) qui
représente notre cœur de métier.

Dans le monde de la formation, le terme TICE « Technologies de l'Information et de la


Communication pour l'Enseignement » est utilisé et fait référence à l'ensemble des outils et
logiciels informatiques et multimédia (textes et images fixes ou animés, sons, vidéos...) qui
peuvent être intégrés dans un dispositif d'enseignement partiellement ou complètement à
distance ou plus simplement dans un cours en salle de formation.

L’introduction des technologies de l’information et de la communication (TIC) permet de


diversifier les modes de formation et de développer de nouvelles pratiques. Les buts de
cette introduction sont ainsi doubles :
1. Clarifier les termes qui sont utilisés dans les TIC
2. Initier une réflexion sur les nouvelles méthodes d’ingénierie de formation

Les TIC complexifient la relation enseignement/apprentissage et la relation au savoir. Se


former aux TIC devient important, pour l’acquisition des compétences nécessaires pour
utiliser les TIC en contexte de la formation professionnelle.

Introduction aux TIC 3/13


II. Terminologie1
Ce chapitre clarifie les termes souvent utilisés dans le domaine des TIC.

Les TIC regroupent un ensemble de ressources nécessaires pour manipuler de l'information


et particulièrement les ordinateurs, programmes et réseaux nécessaires pour la convertir, la
stocker, la gérer, la transmettre et la retrouver.

On peut regrouper les TIC par secteurs suivants :

1. L'équipement informatique, serveurs, matériel informatique ;


2. La microélectronique et les composants ;
3. Les télécommunications et les réseaux informatiques ;
4. Le multimédia ;
5. Les services informatiques et les logiciels ;
6. Le commerce électronique et les médias électroniques.

Les TICE « Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Education »


regroupent un ensemble d’outils conçus et utilisés pour produire, traiter, entreposer,
échanger, classer, retrouver et lire des documents numériques à des fins d'enseignement et
d'apprentissage. Exemple : le didacticiel

Un didacticiel (contraction de « didactique » et « logiciel ») peut désigner deux choses :


1. Un logiciel interactif destiné à l'apprentissage de savoirs (et plus rarement de savoir-
faire) sur un thème ou un domaine donné et incluant généralement un auto-contrôle
de connaissance
2. Un document (papier ou support numérique) visant à former à l'utilisation d'un
logiciel ; on parle aussi de tutoriel.

Web : Le World Wide Web, communément appelé le Web, parfois la Toile, littéralement la «
toile (d'araignée) mondiale », est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet et
qui permet de consulter, avec un navigateur, des pages Web mises en ligne sur des sites.
L'image de la toile vient des hyperliens qui lient les pages Web entre elles.
Courrier électronique : ou courriel (ou email - electronic mail - en anglais) désigne le service
qui permet à une entité de disposer d’une adresse électronique et d’échanger par ce biais
des messages et des documents de toutes natures.

Intranet : Réseau informatique utilisé à l'intérieur d'une entreprise ou de toute autre entité
organisationnelle utilisant les techniques de communication d'Internet (IP).
Extranet : Réseau mettant en œuvre les mêmes protocoles qu’Internet mais en vue de
constituer un réseau privé pour que l’entreprise puisse échanger et partager, de manière
sécurisée, des informations avec les partenaires de son choix (clients, fournisseurs,
distributeurs…)

1
Voir en plus le glossaire des termes de la FOAD et des TIC publié par l’Arifor http://foad.arifor.fr/

Introduction aux TIC 4/13


Visioconférence : Combinaison de deux techniques. La visiophonie ou vidéotéléphonie,
permet de voir et dialoguer avec son interlocuteur et la conférence multipoints ou «
conférence à plusieurs », permet d'effectuer une réunion avec plus de deux terminaux

FAD : Formation à distance. Elle désigne le processus par lequel l'apprenant détermine son
itinéraire d'apprentissage (rythme, contenu, temps de travail) de façon autonome et sans
être en relation avec un groupe structuré. C’est une situation éducative dans laquelle la
transmission du savoir ou l'activité d'apprentissage est faite hors de la situation présentielle.
La notion de "distance" inclut une dispersion soit géographique soit/et temporelle des
participants.

E-learning : Plusieurs termes sont utilisés pour traduire le terme E-learning. Le terme correct
est apprentissage en ligne. L'apprentissage électronique peut avoir lieu à distance (en ligne),
en classe (hors ligne et/ou en ligne) ou les deux. L'apprentissage en ligne est une
spécialisation de l'apprentissage à distance (ou formation à distance), un concept plus
général qui inclut entre autres les cours par correspondance, et tout autre moyen
d'enseignement en temps et lieu asynchrone.

FOAD 2: La formation ouverte et à distance « est un dispositif souple de formation organisé


en fonction de besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires). Elle
comporte des apprentissages individualisés et l’accès à des ressources et compétences
locales ou à distance. Elle n’est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent
d’un formateur. ». La notion "ouvert" implique une plus grande accessibilité, une plus
grande souplesse ou flexibilité dans l’organisation pédagogique. Le terme synonyme est
apprentissage en ligne. L'apprentissage en ligne est une spécialisation de l'apprentissage à
distance (ou formation à distance), un concept plus général qui inclut entre autres les cours
par correspondance, et tout autre moyen d'enseignement en temps et lieu asynchrone.
L'UNESCO caractérise les formations ouvertes par "une liberté d'accès aux ressources
pédagogiques mises à disposition de l'apprenant, sans aucune restriction, à savoir : absence
de conditions d'admission, itinéraire et rythme de formation choisis par l'apprenant selon sa
disponibilité et conclusion d'un contrat entre l'apprenant et l'institution".

Web 2.0 : le WEB 2.0 réfère à un nouvel ensemble d’outils qui ont pour point commun de
faciliter l’interaction, la communication et la collaboration autour d’un projet « blogs,
podcasts, wikis… ». Il permet aussi à des gens, qui n’ont pas de formation en
programmation informatique, de développer de nouveaux outils en combinant d’autres
outils qu’on nomme « mashups ou applications composites». Le WEB 2.0 réfère également
aux réseaux sociaux « MySpace, Facebook et YouTube » qui permettent aux individus
d’échanger de l’information, des idées et des vidéos.

Weblog : Un blog est un site Web personnel tenu par un ou plusieurs blogueurs qui
s'expriment selon la périodicité de leur choix sous la forme d'énoncés datés (à l'image d'un
journal de bord ou d'un journal intime). Chaque ajout au blog, appelé billet ou note, porte
un texte, souvent enrichi par des hyperliens et des éléments multimédias, et sur lequel

2
la définition « officielle » de la formation ouverte et à distance (ou FOAD) a été donnée par la DGEFP
(Délégation Générale à l'Emploi et à la Formation Professionnelle) dans la circulaire du 20 juillet 2001

Introduction aux TIC 5/13


chaque lecteur peut généralement laisser ses commentaires. (cf. dossier de C.A. Bachand
http://www.profweb.qc.ca/fr/dossiers/bloguer-pour-enseigner-et-apprendre/etat-de-la-
question/index.html)

Wiki : Système de gestion de contenu de site Web qui rend les pages Web librement et
également modifiables par tous les visiteurs autorisés. Les wikis sont utilisés pour faciliter
l'écriture collaborative de documents avec un minimum de contrainte.

Classe virtuelle : Environnement qui intègre des outils reproduisant à distance les
interactions d'une salle de classe.

Formation présentielle : Un ou plusieurs enseignants et tous les apprenants en un seul lieu


(regroupement physique d’apprenants).

Synchrone : Modalité d'échange d'informations en direct. Exemples : Téléphone,


Visioconférence, Webcam,

Asynchrone : Communication où l'émission et la réception sont différées dans le temps.


Exemples d'outils de communication asynchrone : Courrier électronique, Forums de
discussion.

« Génération Y » : désigne les personnes nées entre la fin des années 1970 et le milieu des
années 1990. Il tire son nom de la génération précédente, nommée génération X. D'autres

Introduction aux TIC 6/13


termes équivalents existent : « enfants du millénaire », « net génération », ou “digital
natives”. Leurs parents sont souvent des baby boomers. On parle aussi de « génération Z »,
celle qui suit la génération Y.

III. Les usages des TIC en formation


Il est important de rappeler et de préciser que les technologies ne font que servir et enrichir
les outils de l’ingénierie pédagogique : les technologies sont mobilisées pour améliorer la
qualité pédagogique des supports pédagogiques.

1. Les usages facilitant l’apprentissage


a. Ressources pédagogiques pour apprendre et s’entraîner

Dans cette famille, les didacticiels servent, selon leur objet et leur degré d’interactivité, des
objectifs d’entraînement, de résolutions de problèmes (simulateur), de communication, de
production et mettent en œuvre des techniques multimédias informatisés. Ils peuvent être
individuels ou collectifs, pour apprendre ou pour réviser.
Plus l’interactivité de la ressource sera importante, plus le formateur pourra en diversifier,
voire en détourner l’usage, toutefois contraint par la logique du concepteur.

b. Les « TIC du quotidien » pour communiquer, rechercher des


informations et produire

Il s’agit d’une part des outils bureautiques (traitement de texte, tableur) et de


communication (chat, visioconférence, audio, forum…), et d’autre part des supports
d’informations qui n’ont pas a priori de vocation pédagogique (sites Internet d’information).
Ce type d’outils sert particulièrement des objectifs de communication, de recherche
d’information et de production, dans le cadre de projets tels que la préparation d’une sortie
ou d’un voyage.
Malgré l’intérêt de ces outils en FOAD, les pratiques existantes concernent essentiellement
des usages en présentiel, en binôme ou groupe restreint du même organisme.

Introduction aux TIC 7/13


2. Les usages facilitant la production et l’organisation des
apprentissages

Ces usages font surtout référence aux outils du formateur dans sa préparation ou sa gestion
des séances de travail : les outils de présentation, les générateurs d’activité, les plates
formes pédagogiques, les outils de positionnement, les outils de gestion de parcours ou les
systèmes intégrés de formation composés de différents modules, permettant tout à la fois
de produire la formation, de la gérer et de l’animer: gestion de parcours, générateur
d’application, ressources pédagogiques, modules d’auto-évaluation des stagiaires...

Introduction aux TIC 8/13


IV. Comment accompagner l’usage des TIC?

1. Les freins et les obstacles

Les freins et obstacles à l’intégration des TIC dans les formations sont nombreux et de
différente nature.
- Il existe relativement peu de didacticiels adaptés à la pédagogie des adultes visant
l’acquisition des savoirs.
- La méconnaissance des règles complexes liées au droit d’auteur et à la propriété
intellectuelle. Cela conduit soit à agir sans respect du travail de l’auteur, soit à s’interdire
toute utilisation, notamment d’Internet, par crainte de se mettre hors la loi.
- Les compétences et réticences des formateurs en formation de base
Les formateurs sont souvent recrutés sur la base de connaissances générales, de
compétences pédagogiques, relationnelles, etc. Ils se trouvent donc démunis quand ils
doivent non seulement utiliser l’outil pour eux-mêmes, mais en enseigner le maniement à
leurs stagiaires. On ne peut nier l’existence de réticences d’ordre «culturel » de certains
formateurs, soit qu’ils craignent de perdre, avec les technologies, une partie de leur pouvoir
d’action, soit qu’ils redoutent une diminution de la qualité pédagogique et une
prédominance de la technique.
- L’équipement informatique des structures.
Il varie en fonction de la taille de l’organisme support. Certains organismes disposent
aujourd’hui d’un parc informatique réduit, peu performant. Les postes ne sont pas toujours
reliés en réseau et ne bénéficient pas tous du haut débit. Dans de telles conditions, il est
difficile d’envisager une réelle utilisation des TIC, même avec des formateurs compétents et
entreprenants.
- La maintenance des équipements : Même si les ateliers de formation de base parviennent
à mobiliser des crédits d’équipement, il leur faudra affronter la question de la maintenance
qui, elle, est permanente. On ne pourra espérer mobiliser les formateurs si cette
maintenance n’est pas assurée et s’il n’y a pas d’anticipation sur les évolutions nécessaires
du parc informatique.
- Le coût : Il faut envisager non seulement les investissements matériels, mais également le
fonctionnement : abonnements, location de plates formes, connexions.

2. Les leviers

Si les obstacles sont nombreux, il existe cependant aussi des leviers à mobiliser :
- Une richesse considérable de ressources potentielles, notamment sur Internet, à condition
qu’elles soient intégrées dans un environnement pédagogique,
- Le développement d’outils de création de ressources accessibles à une grande partie des
formateurs,
- L’existence de moyens de communication, des possibilités de travail collaboratif qui
peuvent enrichir les pratiques à la fois des apprenants et des formateurs,
- Des expériences, certes peu nombreuses, mais riches d’enseignements,
- Un intérêt de la grande majorité des apprenants pour l’outil informatique, très présent
dans la vie quotidienne et constitutif aujourd’hui de l’environnement de travail des salariés.

Introduction aux TIC 9/13


V. TIC, FOAD et le groupe3
Les TIC ont favorisé le développement de la formation à distance (FAD).
Un nouveau dispositif, la formation ouverte et à distance (FOAD) offre encore plus de
souplesse dans le processus d’apprentissage/d’auto-apprentissage. L’auto-apprentissage
permet des interactions entre les apprenants de manière beaucoup plus fréquente et parfois
plus fructueuse que dans les autres formes d’enseignement. La FOAD permet d’adapter la
formation aux styles d’apprentissage des apprenants (différencier).

Il est admis que le processus d’apprentissage (assimilation des connaissances) est facilité par
les interactions au sein du groupe d’apprenants. Les interactions entre pairs sont plus
efficaces que l'écoute d'une personne investie d'une autorité (formateur, manager...).

Pendant longtemps, la formation à distance est synonyme d’ « apprentissage assisté par


ordinateur », càd un apprenant isolé devant un micro ordinateur. Est-ce que cet isolement
vis à vis du groupe aura-t-il une incidence néfaste sur l’apprentissage?

Les éléments de réponse sont extraits du billet de M. Bourdat. « Tout est question de
pédagogie, et non de technique
C'est au concepteur du dispositif de veiller à ce que les conditions d'un apprentissage
optimal soient réunies, en intégrant le groupe comme un élément en soi du système.
Ce schéma, repris de Faeber (2002) me semble bien illustrer les questionnements et
interactions à prendre en compte dans l'élaboration de tout dispositif:

3
Adapté du billet de Mathilde Bourdat http://www.formation-professionnelle.fr/2009/01/quel-r%C3%B4le-
pour-le-groupe-en-formation-%C3%A0-distance.html
Et du cours de Abbas Kianfar: L’apport des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans un
cycle de Formation ouverte et à distance (FOAD)

Introduction aux TIC 10/13


La question n'est plus seulement de compenser le risque de perte de lien social, mais de
mettre à profit les possibilités offertes par la technologie pour faire vivre le lien social - en
temps que vecteur d'apprentissage. »

Parmi les leviers à utiliser on peut citer les outils du "web 2.0". »

VI. Le « Web 2.0 » et l’ingénierie de formation4


Le Web 2.0 est l’usage d'internet dans lequel les utilisateurs peuvent générer des contenus,
interagir et partager les informations. Un changement dans les rapports au savoir et aux
apprentissages est en train de s’opérer. Blogs, wikis, réseaux sociaux permettent d’échanger,
de partager et de capitaliser les connaissances. On est « tantôt expert, tantôt débutant,
tantôt entre pairs ».

Dans le cadre de la formation « formelle », on distingue trois modalités : présentiel (face à


face formateur - participants en salle), module d'auto formation à distance, classe virtuelle
synchrone5.

Avec l’avènement du Web 2.0, l’ingénierie de formation va intégrer des modalités de


formation « informelle », càd "tout phénomène d'acquisition et/ou de modification durable
de savoirs (...) produits en dehors" (...) des temps de formation formelle, "et susceptibles

4
Extrait des billets de Mathilde Bourdat http://www.formation-professionnelle.fr/2009/10/int%C3%A9grer-les-
usages-du-web-20-aux-dispositifs-de-formation.html
5
Cf paragraphe terminologie

Introduction aux TIC 11/13


d'être investis dans l'activité professionnelle". (Philippe Carré, Les Apprentissages
Professionnels Informels. L'Harmattan. 2003).

Ces nouvelles approches, vont augmenter la panoplie des formateurs. C’est à ce dernier de
prendre le meilleur des deux types de situation en les associant intelligemment afin de
d’augmenter les compétences des apprenants.

Voici deux exemples de ces dispositifs mixtes (Le livre blanc "Blending Web 2.0 Technologies
with Traditional Formal learning" (Mixer les technologies Web 2.0 avec la formation
traditionnelle), par element K):

Une formation Management et Leadership pour les "hauts potentiels" qui prennent la
relève des anciens
- les programmes présentiels existants sont complétés par des modules e-learning,
intégrant les témoignages vidéos de leaders de l'industrie.
- les experts alimentent un forum de discussion pendant plusieurs mois après la
formation présentielle: ils donnent des conseils, répondent aux questions qui
émergent lorsque les participants prennent leur nouveau poste.
- plusieurs leaders actuels de l'organisation écrivent leurs blogs et enregistrent des
podcasts, au sujet du leadership, afin de partager leur expérience. Des mémos
(fiches "bonnes pratiques"), des ressources documentaires (résumés de livres...)
sont mis à disposition des nouveaux leaders.

Des mises à niveau bureautiques pour les salariés


Tous les salariés de cette entreprise manipulent les logiciels du "pack office". Ils ont
besoin de les utiliser au mieux, et de se mettre à niveau sur les nouvelles versions. Le
dispositif associe:
- des modules e-learning suivis à la demande.
- des classes virtuelles synchrones régulières: démonstration des bonnes pratiques,
questions -réponses.
-des fiches "bonnes pratiques"
- un forum "questions réponses"

Introduction aux TIC 12/13


Les figures ci-dessous sont extraites du blog d’Isabelle Dremeau
http://e-learningbretagne.blogspirit.com/

Introduction aux TIC 13/13