Vous êtes sur la page 1sur 6

Droit des biens

INTRODUCTION

Section 1 : Notion de biens et de droits réels.

I. les différents sens du terme « bien »


Art 516 du CC: il dit tout les biens sont meubles ou immeubles. Art 517 et suivant. Le mot bien a trois sens
différents.
– Au sens du langage courant: objet corporel càd des objets tangibles qui servent à l'usage des
personnes et qui présentes pour elles une valeur économique. Donc comme les chaises, les tables, les
micro ordinateur, les terrains. Art 518: « les terrains et les bâtiments et les fonds de terre. Sont
meuble par leur nature les animaux et les corps mobiles. Art 528. distinction entre les personnes et
les choses. Les personnes si elles ont des droits elles ne sont jamais objet de droit. Seul les objets
sont des biens. Art 16-1 et 16-5. les éléments du corps humain et le corps humain ne sont pas des
biens. Ils ont une valeur économique ils sont aliénables, ils ont une valeur marchande. On peut en
faire l'objet d'une appropriation privée.
Un fond de commerce est composé de différents éléments le local, le bail... le fond de commerce s'est
l'enveloppe de tous ces éléments ac la clientèle.
Ordonnance du 15 avril 2004 qui a créé un système d'échange des quotas de gaz à effet de serre. L129-15: les
quotas à effet de serre sont des biens meubles. Le droit des biens s'est l' une des plus anciennes matières du
droit.
Il y a des choses corporelles qui ne sont pas susceptibles d'appropriation privée donc ne sont pas des biens:
les biens du « domaine public » des personnes morales publiques = état; collectivités territoriales. Les biens
du domaine public se sont des biens des personnes publiques qui sont affectés à l'usage du public ou à un
service public. L2111-1. Les rues affectés à l'usage public. Les biens affectés à un service public: bâtiment
d'école. Ces biens ne sont pas susceptibles de propriété privée. Ce sont des biens inaliénables de la personne
et ils sont imprescriptibles.
Les biens du domaine privés des personnes morales publiques: ex: propriétaire de forêt (forêt domaniale) elle
appartient à l'état et il la gère comme une personne privée.
Les choses sans propriétaire comme les choses communes tel que l'air; l'eau courante; l'eau de la mer. Art
714 du CC. Art 715 le gibier, le poisson mais il faut respecter les règles sur la chasse et sur la pêche. Sur les
biens qui n'ont pas de propriétaire ou qui sont communs ils peuvent devenir des biens publics mondiaux ou
de biens naturels: ils ont une valeur économique, environnementale.
Ici le droit des biens est un droit des valeurs économiques et non écologiques.

– les biens se sont les biens qui portent sur les choses cad les droits réels, sur les pouvoirs reconnus au
personnes sur les choses. Art 526 du CC. Comme l'usufruit. Un droit réel peut être un bien. On a un
droit sur la chose on peut l'utiliser sinon non. C'est par le droit qu'on peut utiliser, profiter de la
chose. Les droits de créances sont des pouvoirs il s'exerce par personne.
– Sont des biens tout les droits patrimoniaux d'une personne de droit réel et de droit de créance sont
des biens. Art 529. Le droit de créance est un droit meuble. Les créances sont des biens.
II. Les droits réels
Ce sont des droits subjectifs qui confèrent à leurs titulaires des pouvoirs directs sur les choses. Ex: deux
façon d'accéder au chose: demander de passer un contrat de location au propriétaire mais le locataire n'a pas
de droit direct sur la chose. Il a un accès à la chose mais ce n'est pas un accès direct il dispose d'un droit de
créance. Il doit passer par l'intermédiaire.
Deux grandes catégories de droits réels:
– les droits réels principaux ou de jouissance: on dit parfois que ce sont ceux qui explique l'utilité des
choses en elle-même. Ce sont ces droits qui permettre de jouir des choses des avantages que celle-ci
puisse fournir.
Le plus important, le droit de propriété car il confère l'ensemble des pouvoirs susceptibles d'être
exercés sur la chose.
Autres droits: ne concerne qu'une partie des droits sur la chose: on les appelle aussi les droits réels
démembrés de la propriété. On a le droit d'usufruit (se servir de la chose et d'en tirer des avantages
économiques), Cf le droit d'usufruit droit d'utiliser mais pas pouvoir de de disposer de la chose de la vendre.
L'usufruitier ne peut pas détruire la chose il peut seulement l'exploiter.
Diminutif de l'usufruit:
• En dessous on a le droit d'usage: celui qui est titulaire d'un droit d'usage, il pourra faire du local ce
qui veut faire un garage un salon de coiffure tout, mais il ne peut pas le louer.
• On a ensuite le droit d'habitation: droit d'usage limité à un seul usage y habiter.
• Les servitudes: droits réels immobiliers; c'est un pouvoir particulier déterminé à un propriétaire d'un
immeuble sur un immeuble voisin ex: droit de passage.
• L'emphytéose qui découle d'un bail particulier: droit du locataire dans un bail très particulier: bail
emphytéotique c'est un bail de longue durée 18 ans minimum 99 ans maximum.
- Les droits réels accessoires ou droit réel de garantie. Ce sont des droits qui ne permettent pas au
titulaire d'en tirer des choses. Ce droit ne permet pas au bénéficiaire de se servir des choses mais
seulement que la chose est affectée à une garantie de paiement d'une créance. Ex: le droit
d'hypothèque. Si la personne ne paie pas, la banque pourra faire vendre l'immeuble et se faire payer
en premier (= droit d'hypothèque) avant les autres créanciers.
Accessoires: car sont accessoires au paiement d'une créance. (gage).

Conclusion: on étudiera que les droits réels principaux. Le droit des biens c'est l'étude qui gouverne les droits
réels principaux, les droits réels de jouissance.

Section 2: Les différentes sortes de biens


Plusieurs distinctions à propos des biens art 516 du CC. La distinction des meubles et des immeubles. Mais il
existe d'autre distinctions.

I. La distinctions principales en matière de biens les meubles et les


immeubles
Pourquoi on a une distinction. Art 517. Cela sert à poser des règles différentes pour celles qui fonctionnent
entre les meubles et les immeubles.

A. Le contenu de la distinction
a) Les immeubles
Le code civil distingue trois catégories d'immeubles:
– immeubles par nature,
– par destination,
– par l'objet auquel il s'applique = les immeubles par lesquels ils s'appliquent.
1) Immeuble par nature :

Toutes les choses qui par leur nature ne peuvent pas être déplacées. Ces choses sont immobiles, ils ne
peuvent pas être déplacé. Art 518: Comprend le sol, toutes les choses fixées au sol (les végétaux : arbres,
l'herbe des prairies immeuble par nature; tous les édifices; un poteau; pont). Il suffit qu'elle soit fixé au sol.
Pour une pierre il faut qu'elle soit fixée au sol c'est un condition nécessaire mais peu importe que la fixation
soit temporaire ou durable.

2) Les immeubles par destination :


Ce sont des choses qui sont fondamentalement des meubles par leur nature. Mais ces choses là, parce
qu’elles sont affectées à un immeuble et qu’elles en constituent l’accessoire, elles vont, elles-mêmes,
être immeubles. Le meuble qui va être destiné à l'immeuble il va constituer une unité économique. Cad que
si on les sépare cela va enlever de la valeur à l'immeuble. Si on traite le meuble accessoire comme un
immeuble et pas comme un immeuble on va être obligé de la séparer à un moment de l'immeuble. Pour éviter
cela on va le considérer juridiquement comme un immeuble. L'accessoire suit le principal.

Condition pour qu'un meuble puisse devenir immeuble par destination:


– condition d'unicité de propriétaire pour l'immeuble principal et le meuble accessoire. Ce n'est pas
seulement un simple rapprochement matériel qui fera du meuble un immeuble.
– La loi ne prévoit que deux façon de destiner un meuble à l'immeuble qui feront que le meuble sera
considéré. Il faut que la manière de destiner le meuble à l'immeuble correspond à la loi art 524 alinéa
1 et 3.
Dans le 2éme alinéa de l'art 524, destination agricole de l'immeuble: les animaux attachés à la culture, les
ustensiles aratoires, les vaches, le matériel agricole, les semences. Destination industriel; ustensiles
nécessaire à l'exploitation des forges papèterie et autres usines. (art 524). Destination commerciale.
L'immeuble doit être indispensable à l'exploitation économique de l'immeuble.

- Art 525: immeuble à perpétuel demeure. Objets mobiliers attachés à l'immeuble à perpétuelle
demeure art 524 alinéa 3.
- attache intellectuelle art 525 alinéa 4. statue = immeuble quand elles sont placées dans une niche
faite exprès pour la recevoir bien qu'on puisse les enlever sans détériorer.

3) Les immeubles par l'objet auquel ils s'appliquent:


Ce sont les actions, les servitudes et l'usufruit des choses immobilières qui tendent à revendiquer un
immeuble. Ce ne sont plus des choses mais des éléments qui relèvent de la catégories de droit.
Dans ces immeubles il y a 2 sortes d'immeubles:
– les droit réels autre que le droit de propriété quand il porte sur des choses immobilières;
– certaines créances immobilières.
Droits réels autres que propriété : usufruit, servitude … pourquoi pas droit de propriété? Dans la façon de
raisonner le droit se confond avec la chose sur laquelle il porte. J'ai une maison (chose) et j'ai la propriété
d'une maison(droit) cela veut dire la même chose. La chose et la propriété de la chose est la même chose.
Chose et droit de propriété se confond. Art 526 sur les droits qui ne sont pas des propriétés.

Actions qui tentent à revendiquer un immeuble. Elles a l'attitude à la recevoir;pourquoi les créances
immobilières sont elles rares dans notre système juridique?
Droit de créance: pouvoir d'exiger d'un autre la propriété d'un immeuble soit un droit réel sur un
immeuble. En droit quand la propriété se transfère d'un propriété à un autre elle se trouve transféré par le
seul effet du contrat. En droit allemand il en va différemment, le contrat ne suffit pas pour transférer la
propriété. Il faut le contrat de vente et l'inscription sur le registre foncier. Tant que cela n'aura pas été fait , il
me sera pas totalement propriétaire. Avant il est créancier de la propriété.
En droit français faire l'acheteur devient instantanément le propriétaire dès que le contrat est passé.

b) les meubles
Les biens sont meubles par leur nature ou par la détermination de la loi. Les meubles corporels et il y a les
meubles incorporels ceux indiqués par la loi.

1) Les meubles corporels :


Les animaux et les corps qui peuvent se transporter soit par eux-même, soit par l'effet d'une force étranger.
Art 534 meubles meublants: meubles destiné à l'usage ou à l'ornement des logements comme tapisserie, lit
siège .... .
Imperméabilité de la frontière entre les meubles et les immeubles. Un objet qui est meuble peut
devenir immeuble. On peut voler un immeuble par détermination (car c'est toujours quand même un
meuble).
catégorie intermédiaire: meuble par anticipation: ce sont des objets qui au moment où on se place sont
immeubles par nature mais ces objets ne sont sont pas envisagés dans l'état où ils sont mais dans l'état futur
où ils se trouveront prochainement et deviendront avec anticipation où ils seront meubles donc on les traitent
comme des meubles. Ex: vente d'une récolte sur pied marchand de céréales achète une récolte qui n'est pas
encore coupé au moment de la vente et qui est encore immeuble mais on la considère (la récolte) au moment
où elle sera meuble par anticipation.

2) Les meubles incorporels ou par détermination de la loi :

Choses qui existent mais qui ne sont pas toujours tangible.


Ex: droit de propriété intellectuelle. Les droits réels sont les droits corporels sauf le droit de propriété. Cette
catégorie est très hétérogène. Cela a-t-il un sens de considérer ces objets comme des meubles? Tout ce qui ne
rentre pas sans les autres catégories rentre dans celle-ci. Seul point commun n'ayant pas de corps on dit qu'ils
sont in susceptibles de possession. D'où la conséquence une des grandes règles du droit des biens meubles
corporels a règle de l'ancien article 2279 alinéa 1, repris par la loi du 17 juin 2008 devenu l'article 2279
alinéa 1 : »En fait de meuble la possession vaut titre. La possession de ce bien vaut titre » = la possession
remplace le titre de propriété dans certaines conditions. si on prends possession en ignorant que quelqu'un
d'autre était propriétaire le seul fait possession vaut titre de propriété mais cela n'est valable pour incorporel.
Quand le législateur distingue-t-il les meubles et les immeubles?

B. Les intérêts de la distinction


Pourquoi le législateur distingue-t-il les meubles et les immeubles.
• Il va leur appliquer des règles en partie différentes.
• Pourquoi le législateur appliquent des règles différentes au meuble et au immeuble. C'est pour tenir
compte de leur particularité. Différence fondamentale entre les meubles et les immeubles. Deux
particularités:
– une différence : les meubles sont mobiles, les immeubles sont fixes.
– Les meubles avaient moins de valeur que les immeubles ce qui était vrai jusqu'à la Révolution.

a) les particularités juridiques des meubles et des immeubles liés à leur différence de
nature physique
1. les règles qui s'appliquent aux opérations juridiques sur les biens

En matière d'immeuble en raison de la fixité des immeubles ont a pu organiser une publicité sur les actes
juridiques. Tous reportés au cadastre.
Administration: conservation des hypothèques chaque fois qu'une opération juridique est faite sur un
immeuble. Si une vente d'immeuble ou une convention sera imposable aux tiers. La publication immobilière
est obligatoire.
Pic de sureté qu'on trouve dans l'un ou l'autre pour donner un bien en garantie deux formules selon
immeuble/meuble.
➔ Immeuble: donner l'immeuble en hypothèque quand on donne immeuble en garantie on continue à
l'habiter, le louer … c'est une sureté sans « dépossession » du constituant, le proprio garde l'usage de
la propriété.
C'est une forme de sureté très intéressante pour celui qui donne son bien en garantie car cela peut lui
permettre de continuer par exemple à percevoir loyers pour pouvoir continuer à payer le créancier.
Problème des hypothèques: pendant longtemps elles ont été cadrées. Elles étaient occultent sous l'ancien
régime mais après la révolution: publicité mais avant pas de marché immobilier. Révolution : publicité
développement du marché immobilier.
Permet la sureté soit connue par les tiers. Différents gages qui est une sureté avec dépossession. Ex: donner
en garantie le code civil contrairement à l'hypothèque seul papier plus publicité mais pas dépossession. La
publicité est l'antithèse de la possession donc on donne au créancier.
Art 2337 sous article 2338 comment est faite la publicité d'inscription du gage au greffe du tribunal de
commerce dans les fichiers informatiques.
3ème particularité: sur le terrain de la procédure civile: la règle de base= lieu du domicile du défendeur. La
règle de la compétence territoriale de base n'est pas celle qui s'applique tout le temps. Quand le litige porte
sur un meuble on ne peut pas déterminer la règle= règle de base pour les meubles. Pour les immeubles, c'est
le tribunal du lieu de la situation de l'immeuble qui est compétent et cela présente des avantages;
– on tient compte des usages locaux.
– Il faut se placer sur les lieux souvent.

b) particularités des meubles et des immeubles découlant de la valeur économique


1ère distinction: concernant la capacité juridique, les remèdes de l'incapacité d'exercice. Il y a la
représentation.(cas d'incapacité des mineurs, majeurs tutelles et curatelle parfois). Les pouvoirs du tuteur de
faire des actes juridiques sont en partie différents s'il s'agit de faire des actes en fonction que le bien soit
meuble ou immeuble.
L'aliénation d'immeuble est un acte de disposition alors que la vente de meuble est un acte
d'administration car ce meuble a en général moins de valeur, de risques qu'un immeuble. Si le meuble a
plus de valeur alors même règle que pour un bien immeuble.

2éme distinction:terrain: dans le domaine des régimes matrimoniaux: règles de droit qui gouvernent les
relations entre époux. Les biens dans un régime de communauté les biens communs sont gérés par chacun
des deux époux à l'exception des actes de disposition qui nécessitent (Art 1424) le consentement de l'autre.
(Art 1421) = chacun des deux époux peuvent disposer des biens communs sauf des immeubles, fond de
commerce... pour aliéner des immeubles, il faut toujours le consentement des deux.
La vente d'immeuble est susceptible d'être annulée quand le vendeur est lésé de plus des 7/12éme (art 1674)
dans le prix de l'immeuble.
Intérêt fiscal de distinguer meuble/immeuble: vente d'immeuble donne lieu à des droits fiscaux mais pas les
ventes de meubles.

II. Les distinctions accessoires: distinction des choses en fonction de


leur utilisation
2 distinctions:
A. distinction choses consomptibles et non consomptibles
Chose consomptibles: choses qui disparaissent dès qu'on les utilise, elles se consomment par le 1er usage.
Ex: les aliments, l'encre; le carburant. (pour la monnaie fiduciaire: consommation juridique, c'est une chose
fongible).

Choses non consomptibles: choses que l'on peut utiliser sans qu'elle disparaisse dès le premier usage. Ex:
livre, montre, stylo.

L'intérêt de distinction se rencontre essentiellement chaque fois qu'une chose doit être restituée à son
propriétaire après l'utilisation. Le prêt à usage se fait en nature c'est la chose remise qui est restituée quand la
chose est non consomptible.
Prêt de consommation: quand la chose est consomptible, l'emprunteur qui aura fait disparaître la chose ne
pourra pas la rendre, il rendra une chose équivalente. Il faut que la chose soit consomptible mais en plus
fongible.

B. distinction choses fongibles et non fongibles


Chose fongible: objets interchangeable parce qui est équivalent autre expression on parle parfois de choses
de genre qui ne se définissent pas parce qu'elles sont mais par le genre auxquels elles appartiennent. Ex:
pomme.

Chose non fongible: ou encore corps certain = objet qui n'ont pas d'équivalent qui sont nettement
individualisés et ne peuvent pas être remplacé par d'autres. Ex: original d'un picasso.

Distinction: sert par exemple dans le cas de transfert de leur propriété par le biais d'un acte juridique d'un
contrat.
Acte de vente, le transfert ne se fait pas de la même manière selon que la chose est fongible ou non.
– pour les choses qui sont non fongibles le transfert se fait directement.
– Pour les choses fongibles, le contrat ne suffit pas , il faut en plus individualiser la chose avant de la
transférer.

Chose non consomptibles qui sont fongibles. Ex: vin dans un banique, voiture neuve de série.

Chose non consomptible et non fongible: ex; tableau de maître, maison.

La nature fongible ou non fongible consomptible ou non doit être prise en compte également dans certains
cas particuliers lorsqu'une chose a été vendue avec clause de réserve de propriété.
Depuis 2006, on reconnait que la propriété elle même peut fonctionner comme garantie (Art 2367).
la récupération de la chose ne se fera pas de la m^me manière selon que la chose soit fongible ou non /
consomptible ou non.
Chose non consomptible: le vendeur (propriétaire) peut récupérer la chose tant que la chose a conservé son
individualité. Si elle a perdu son individualité, le chose ne peut être récupérée (Art 2370) que si la séparation
d'avec elle à laquelle elle a été intégrée n'entraine pas de dommage.

Chose consomptible qui a été utilisée donc elle a perdu son individualité.
Si cette chose est fongible (art 2369) permet dans ce cas là la reprise de bien équivalent.