Vous êtes sur la page 1sur 7

THEME 1 DU CHAPITRE INTRODUCTIF : LA CROISSANCE

ECONOMIQUE ET SES REPERCUSSIONS

INTRODUCTION - QU’EST-CE –QUE LA CROISSANCE ECONOMIQUE ? ( cf


cours p 1 et 2)

Document 1 :
La croissance économique d'un pays peut être définie comme une hausse de long terme de sa capacité d'offrir à sa
population une gamme sans cesse élargie de biens économiques ; cette capacité croissante est fondée sur le progrès
technique et les ajustements institutionnels et idéologiques qu'elle requiert.
Ces trois composantes de la définition gamme croissante, progrès technique et ajustement revêtent la même importance.
L'augmentation constante de l'offre de biens est le résultat de la croissance économique mais elle lui est identifiée.(...)
Six caractéristiques de la croissance économique moderne ressortent de l'analyse fondée sur la mesure classique du
produit national et de ses composantes, de la population, de la force de travail et de leurs composantes.
• La première et la plus évidente des caractéristiques est constituée par les taux élevés de croissance du produit par
tête et de la population dans les pays développés, qui atteignent des multiples des taux antérieurement observés
dans les mêmes pays et des taux observables dans le reste du monde, tout au moins au cours de la dernière ou des
deux dernières décennies.
• Seconde caractéristique : le taux élevé d'accroissement de la productivité, c'est-à-dire du produit par unité de
chacun des intrants (...), le principal facteur de production étant le travail ; là aussi les taux atteints sont des
multiples des taux passés.
• La troisième caractéristique concerne le rythme rapide des transformations structurelles de l'économie. Les
aspects majeurs du changement structurel comprennent le déplacement de l'agriculture vers les professions non
agricoles et, récemment, de l'industrie vers les services ; le changement d'échelle des unités de production et un
passage de l'entreprise personnelle à l'organisation impersonnelle des firmes, avec parallèlement un changement
des statuts professionnels. On pourrait mentionner diverses autres modifications profondes concernant la structure
de la consommation, la part relative des produits nationaux et des produits étrangers, etc.
• Quatrième caractéristique : mutations rapides des structures sociales et de l'idéologie qui leur est apparentée:
L'urbanisation et la laïcisation viennent aisément à l'esprit comme éléments du processus de modernisation décrit
par les sociologues.
• Cinquième : par leurs pouvoirs techniques accrus, en particulier les moyens de transport et de communication (à
la fois pacifiques et militaires), les pays économiquement développés ont tendance à s'étendre au reste du monde ;
ils modèlent ainsi un seul monde, ce qui n'a jamais existé aux ères pré-modernes.
• Sixième caractéristique : malgré cet impact planétaire partiel, la diffusion de la croissance économique moderne
est limitée : les trois quarts de la population mondiale sont encore très au-dessous des niveaux minima accessibles
grâce au potentiel technique moderne.
Source : Simon Kuznets, début du discours de réception du Prix Nobel, déc. 1971, à Stockholm, paru dans The American
Economie Review, mars 1973, pp. 247 et s., traduit par G. Bensaïd.
Questions :
1. Comment S Kuznets définit-il la croissance, quelle approximation critique t’il ?
2. Quelle est selon Kuznets l’indicateur le plus approprié pour mesurer la croissa,nce ?
3. La mesure de la croissance se limite t’elle uniquement à l’analyse de cet indicateur ?
4. Quelle répercussions sur les économies les moins développées à la croissance des pays riches ?
I – LES INDICATEURS DE LA CROISSANCE .

Document 2 :
A:

B:

Questions :
1. Donnez le mode de lecture et de calcul des chiffres entourés.
2. Comment évolue le PIB entre l’an 0 et 1820, que cela traduit-il ?
3. Quelles typologies pouvez vous opérez pour l’évolution du PIB ?
4. En quoi l’évolution du PIB peut-elle être trompeuse , donnez un exemple justifiant votre réponse en utilisant le
doc B .

Document 3 :
B:

Source : : Sandra Poncet, The Long Term Growth Prospects of the World Economy: Horizon 2050, CEPII ,2006
Questions :
1. Donnez le mode de lecture du chiffre entouré dans le graphique ?
2. Quelle relation pouvez vous faire apparaître , traduit-elle un processus de convergence ?
3. La convergence est-elle vérifiée entre 2005 et 2050 ?

Document 5 :

Cette étude fournit quelques ordres de grandeur du potentiel de croissance mondiale et de la capacité de rattrapage des
grandes économies émergentes. Elle permettra de dessiner les évolutions du taux de croissance du PIB et du niveau de
revenu par tête des différentes économies. Les prévisions offriront une “image du monde”, elles indiqueront l’évolution
des écarts de PIB par tête entre les grandes régions et permettront la comparaison des niveaux de développement des pays
émergents avec ceux des pays développés. Nos résultats suggèrent que les économies avancées d’aujourd’hui deviennent
une composante de moins en moins importante de l’économie mondiale. Nos prédictions indiquent que dans moins de 50
ans, la Chine et l’Inde ensemble seront d’une taille équivalente à l’économie américaine en dollars courants (26,6 contre
26,9% du PIB mondial en 2050). L’importance relative de ces deux pays comme moteur de la croissance de la demande
s’illustre par les taux annuels de croissance du PIB en volume de 4,6 et 4,5% respectivement entre 2005 et 2050. Les plus
grandes économies (en termes de PIB) ne devraient plus être les plus riches (en termes de PIB par tête),
Source : Sandra Poncet, The Long Term Growth Prospects of the World Economy: Horizon 2050, CEPII, 2006.
Questions :
1. Donnez le mode de lecture et de calcul du chiffre entouré.
2. Quel constat opère l’auteur ?

II – LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE .

Document 5 :
Depuis Adam Smith et David Ricardo les économistes se posent la question suivante : est-il possible d’augmenter
durablement le produit (le revenu) par tête ? Autrement dit la croissance économique est-elle limitée ?
Les conclusions de ces deux fondateurs de l’analyse économique diffèrent nettement :
• selon Adam Smith, la division du travail est une source de gains de productivité assez forte pour assurer une
croissance durable du produit par tête
• selon David Ricardo la croissance se heurte à « la loi des rendements décroissants » et le revenu par tête ne peut
pas augmenter indéfiniment. Si les rendements du travail (le produit par tête c’est le rendement du travail) sont
décroissants c’est parce que la terre à laquelle on va appliquer ce travail existe en quantité limitée et parce que de
ce fait des terres de moins en moins fertiles vont être utilisées ce qui fera baisser le rendement moyen.
Ces deux analyses restent au centre des explications actuelles de la croissance économique.
• Avec Smith on retrouve tous ceux qui pensent que le progrès technique est le résultat même de l’activité
économique (progrès technique endogène).
• Avec Ricardo on retrouve tous ceux qui pensent au contraire que l’activité économique est soumise à la
décroissance des rendements qui est retardée par le progrès technique améliorant l’efficacité du capital et du
travail mais sans que l’origine de ce progrès soit expliquer , il est exogène..
Source : J.P.Simonnet , http://www.lyc-arsonval-brive.ac-limoges.fr/secosoc.
Questions :
1. En utilisant le document 1 p 38 du livre et le cours , rappelez la définition des termes croissance extensive et
croissance intensive
2. Selon vous , Ricardo,Smith sont-ils optimistes sur l’ évolution de la croissance ? Pourquoi ?

Document 6 :
Source : INSEE
Questions :
1. Donnez le mode de lecture et de calcul du chiffre entouré
2. L’évolution des rendements vérifie-t-elle les prévisions opérées par Ricardo au début du XIX°siècle ?
3. Quelles en sont les causes et les conséquences exprimées dans le graphique de gauche ?

III - LA CROISSANCE S’EXPLIQUE PAR L’AUGMENTATION DES GAINS DE


PRODUCTIVITE DIFFERENTE SELON LES SECTEURS QUI GENERE DES
TRANSFORMATIONS SECTORIELLES ( p 3 du cours)

Document 7 :
A:
Taux de croissance annuel moyen de la 70-75 90-98
valeur ajoutée , de l’emploi , de la durée
du travail et de la productivité du travail
( en % )
Secteur agro-alimentaire
• Valeur ajoutée • 0,9 • 0 ,8
• Emploi • -3,8 • -2,8
• Durée du travail • -1,3 • -0,3
• Productivité horaire • 6, 3 • 4,0
Industrie manufacturière
• Valeur ajoutée • 3,9 • 1,6
• Emploi • O,8 • -1,9
• Durée du travail • -1,4 • -O,3
• Productivité horaire • 4,5 • 3,8
Bâtiment et travaux publics
• Valeur ajoutée • 1, 3 • - 1,8
• Emploi • 0,9 • -2,1
• Durée du travail • -1,3 • - 0, 3
• Productivité horaire • 3,6 • 0,6
Tertiaire marchand
• Valeur ajoutée • 4,7 • 2,0
• Emploi • 1,9 • 0,8
• Durée du travail • -1,0 • -0,2
• Productivité horaire • 3,8 • 1,4
Ensemble du secteur marchand
• Valeur ajoutée • 3,5 • 1,5
• Emploi • 0,1 • -0,5
• Durée du travail • -1, 3 • -O,2
• Productivité horaire • 4,7 • 2,2
Tertiaire non marchand -
• Valeur ajoutée • 3,4 • 2,1
• Emploi • 2,2 • 1,8
• Durée du travail • -0,4 • -0,3
• Productivité horaire • 1,6 • 0,6

Source : OFCE
B : 4 p 17
Questions :
1. Rappelez la définition de la productivité horaire du travail
2. Quelle relation pouvez-vous faire apparaître entre les taux de croissance annuels moyens de l’emploi , de la
valeur ajoutée , de la durée du travail et de la productivité horaire du travail .Opérez les calculs pour le secteur
agro-alimentaire durant la période 70 -75 . Vérifie-t-elle l’analyse de Fourastié ?
3. Comment ont évolué sur la période 70-98 les taux de croissance de l’industrie manufacturière ? Fourastié s’est-
il trompé ?
4. L’évolution des taux de croissance du secteur tertiaire en particulier non marchand est-elle conforme aux
anticipations de Fourastié ?

Document 8 : 3 p 16
Source : INSEE
Questions
1. Donnez le mode de calcul et de lecture du chiffre pointé sur la courbe
2. Opérez une analyse longitudinale de l’évolution de la population active par secteurs d’activité entre 1800 et
2004.
3. Quelles conclusions pouvez-vous en tirer sur l’évolution sectorielle de la population active ?

Document 9 : 7 p 18
Questions :
1. Donnez le mode de lecture et de calcul du chiffre pointé sur la courbe
2. Opérez une analyse méthodique du graphique permettant de révéler les évolutions de la structure de la
population active
3. Quels liens ont ces évolutions avec les transformations sectorielles de la population active ?

Document 10 : 11 p 19
Questions :
1. Opérez une analyse transversale de la répartition de l’emploi par secteurs d’activité et par pays pour l’année
1975
2. Quelle évolution observe-t-on entre 1975 et 2003 ?
3. Peut-on dire que la France et les pays développés servent de modèle au reste du monde ? Justifiez .

IV - LA CROISSANCE PERMET UNE AUGMENTATION DU NIVEAU DE VIE ET


UNE TRANSFORMATION DES STRUCTURES DE CONSOMMATION ( p 3-4 du
cours )
Document 11 :

Années Indice du revenu par habitant


Base 100 en 1700
1700 100
1850 175
1950 579
2005 2807

Source : H Bourachot, ours d’économie general, ellipses


Questions :
1. Donnez le mode de lecture et de calcul du chiffre entouré
2. Par un calcul , mesurez l’évolution du niveau de vie après avoir rappelé sa définition

Document 12: 5 p 17 et
Evolution des coefficients budgétaires en France

En % de la 1700 1850 1950 2005


consommation finale
Alimentation 82 64 46 14
Logement 8 16 13 25
Habillement 10 17 15 5

Source : op cité
Questions :
1. Donnez le mode de lecture et de calcul pour le logement en 1939.
2. En vous appuyant sur les informations tirées du document 11 les lois d’Engel vous paraissent-elles vérifiées ?

Document 13 : 12 p 18.
Questions :
1. L’analyse de l’exemple chinois permet-elle de vérifier les lois d’Engel
2. Comment expliquez vous le retard des zones rurales ?