Vous êtes sur la page 1sur 11

Kyste de l’ovaire et Grossesse

Prof KOUM Kanal

OBJECTIFS : Les étudiuants doivent être capable :

• de faire le diagnostic de kystes de l’ovaire associés à une grossesse

de faire le diagnostic différentiel avec les autres pathologies possibles.

• de connaître l’influence de la grossesse sur le kyste ainsi que l’influence du kyste sur la grossesse

• de poser correctement l’indication et le traitement selon les circonstances.

I . Division Etiologie. Fréquence.

II . Etude clinique 1-Le kyste est déjà connu

2 -Le kyste est ignoré

3 -Les Réalités cliniques

Plan du cours

III . Diagnostic 1- La tumeur pelvienne et l’utérus gravide sont bien distincts l’un de l’autre 2-La tumeur et l’utérus sont difficiles à distinguer l’un de l’autre 3- La tumeur est “ abdominale” 4-Diagnostic entre la grossesse normale et le kyste sans grossesse

IV . Evolution

1-Influence de la grossesse sur la kyste 2-Influence du kyste sur la grossesse

V . Pronostic

VI . Traitement 1-L’indication du traitement chirurgical impérative

2-L’indication dans les autres cas

3-Quelques principes. VII . Conclusion

Division. Etiologie. Fréquence

kyste de l’ovaire avec la grossesse: une tumeur bénigne, organique, dévéloppée aux dépens de l’ovaire ou de restes embryonnaires para-ovariens.

De cette définition se trouvent écartés :

1- les kystes fonctionnels 2 -l’endométriose ovarienne et les tumeurs malignes

Ainsi définis, les kystes ovariens se divisent en:

*Kystes mucoïdes et séreux. *Kystes dermoïdes.

Fréquence : 1,6 pour 1000 grossesses.

ETUDE CLINIQUE

Deux circonstances cliniques.

1-Le Kyste est déjà connu,

circonstance assez rare, car le kyste en ce cas aurait dû être opéré.

– L’arrêt des règles pose la question d’une grossesse débutante.

2. Le kyste est ignoré.

La femme vient consulter pour un retard de règles.

* Kyste abdominal.

devenu exceptionnel.

* Kyste pelvien .L’abdomen paraît normal à la palpation . C’est le Toucher combiné au palper qui donne tous les renseignements physiques.

• Le col de l’utérus est de situation anormale.

Le corps est identifié

Une seconde masse est perçue,

ETUDE CLINIQUE suite

Les Réalités cliniques ne sont pas toujours conformes à

ce shéma.

– Certains kystes pelviens immobilisent l’utérus gravide,

Certains kystes abdominaux volumineux interdisent le

repèrage d’utérus.

• Les difficultés sont aplanies par l’échotomo- graphie préférable à la coelioscopie

• L’oeuf et son contenu sont par ailleurs visibles.

DIAGNOSTIC

1 . La tumeur pelvienne et l’utérus gravide sont bien distincts l’un de l’autre

* kyste fonctionnel de l’ovaire.* grossesse ectopique *. Myome utérin pédiculé

2. La Tumeur et l’utérus sont difficiles à distinguer l’un de l’autre

* diagnostic très difficile lorsque la tumeur est enclavée dans le Douglas ou incluse dans le ligament large.

- L’échographie et la coelioscopie sont alors utiles.

- L’ascension de la tumeur est en faveur du myome, le kyste ne remontant pas. * Quelques diagnostics classiques, mais rares et assez théoriques.

- utérus doubles,

- grossesse angulaire,

- La sacculation ou l’incarcération partielle de l’utérus en rétroversion fixée

3. La Tumeur est abdominale.

- Hydramnios, surtout Hydramnios aigu;

- Grossesse gémellaire, le kyste étant pris pour un pôle foetal;

- La rétention d’urine par rétroversion de l’utérus gravide.

- Hydronéphrose; - Kyste du mésentère.

4. Diagnostic entre la grossesse normale et le kyste sans grossesse .

EVOLUTION et PRONOSTIC

1. Influence de la grossesse sur le kyste *La torsion aiguë ou sub-aiguë, est la complication majeure. * La compression des organes pelviens s’observe au cours de la deuxième

moitié de la grossesse. Les kystes abdominaux peuvent provoquer, à la fin de

la grossesse, de la dyspnée ou des crises de sub-occlusion. *D’autres complications: rupture du kyste, parfois silencieuse, hémorragies intra ou extra kystiques. La suppuration d’origine intestinale se rencontre lors des suites de couches. * dégénérescence maligne est inconnue en cours de la grossesse.

*Contrairement à ce qui se passe pour le myome,

-la grossesse n’a pas d’action sur le dévelopement du kyste. -De même, les kystes pelviens ne remontent pas, ils seront donc plus souvent praevia que les myomes. - Seuls les kystes abdominaux sont déplacés par l’utérus gravide.

EVOLUTION et PRONOSTIC suite

2. Influence du kyste sur la grossesse * La fertilité des femmes porteuses des kystes ovariens est souvent conservée. La grossesse est parfois possible lorsque les tumeurs sont bilatérales. * Sur la grossesse. Les complications obstétricales sont rares.

-La grossesse va à terme. Avortement, accouchement prématuré, insertion

basse du placenta sont des complications fréquentes de la myomatose utérine, mais non du kyste de l’ovaire .

-La seule complication possible est la présentation viscieuse due au déplacement de l’utérus par un kyste volumineux.

*Sur le travail. Le kyste abdominal, à moins de présentation viscieuse, n’entrave pas

la marche de l’accouchement.

Le kyste pelvien au contraire, resté praevia, élève un obstacle infranchissable à l’accouchement par les voies naturelles. Les complications seraient les mêmes que celle de tout obstacle praevia: inertie et infection ou rupture utérine.

V. PRONOSTIC

Le pronostic maternel et le pronostic foetal sont bons, en relation

avec la thérapeutique

TRAITEMENT

VI. TRAITEMENT

*L’indication du traitement chirurgical est impérative à toute période de la grossesse, pendant

le travail et les suites de couches lorsqu’une complication survient, en particulier *Dans les autres cas, le traitement est variable .

- Au cours de la deuxième moitié de la grossesse, les risques de torsion diminuent, la nécéssité

d’opérer disparait.

- Au cours du travail, seuls les kystes praevia relèvent toujours de la voie haute : Césarienne segmentaire et exérèse du kyste.

- Les kystes ovariens non praevia permettent l’accouchement par les voies naturelles

*La chirurgie des kystes de l’ovaire chez la femme enceinte est soumise aux quelques principes

suivants :

-Respect du corps jaune dans les limites du possible, quand on intervient au cours du premier trimestre; -prééminence des techniques conservatrices par énucléation du ou des kystes.

la torsion.

Les soins post-opératoires comportent :

- l’emploi des médicaments utéro relaxants, -l’hormonothérapie progestative administrée sous forme de progestérone-retard à la dose de 250mg tous les cinq jours.

CONCLUSION

• Le diagnostic de kystes de l’ovaire associés avec la grossesse n’est pas toujours facile. L’échographie et la coelioscopie sont alors utiles.

• Il faut bien connaitre un kyste fonctionnel de l’ovaire pour éviter une

thérapeutique intempestive et dangereuse. Car l’ablation d’une telle

formation risquerait d’interrompre une grossesse débutante.

En dehors des complications tels que torsion, compression des organes pelviens, rupture, hémorragies, la grossesse n’a pas d’action sur le dévelopement du kyste.

• Le kyste n’a aucune influence sur la fertilité de la femme. Les

complications obstétricales sont rares.

• Le kyste n’entrave pas le travail sauf s’il est praevia qui relève toujours de la voie haute: Césarienne segmentaire et exérèse du kyste.

• L’indication du traitement chirurgical est impérative à toute période de la grossesse, pendant le travail et les suites de couches lorsqu’une

complication survient, en particulier torsion .