Vous êtes sur la page 1sur 90
SOURCES CHRETIENNES Prades: Hd abc 1 ot J. aslo, Dineuor C, Meadery 5 JEAN D’APAMEE DIALOGUES ET TRAITES René LAVENANT, sj LES EDITIONS DU CERF, 4, Bul de Latour Maubourg, PARIS 7 vo BI Ge ere eee Ate ae Ute (158.4. ayy te Cote Natal ba Recarte Scifi) Ene epee (Aida ae atest Popren es Chri RL. NIIIL OBSTAT INPRIMATUR, non DIECLOUR, » TSBN =-204-08157 AVANT-PROPOS Avant de présenter etude et la traduction qui font Vrobjet de ees pages, nous devons un mot d’explication sur le caraetere des textes ici traduits. Leur langue originale ~ Te syrinque ~ présente des particulartés stylistiques com: runes 4 toutes les langues sémitiques. Mentionnons parmi les plus conaues: Vaccumulation de substantifs ou de vverbes de sens voisins, de synonymes, les couples de termes antithétiques, le parallisme entre les membres de la phrase, ete our préciser davantage dans le eas de nos textes, nous n distinguer deux groupes, Le premier comporte six Dialogues de Jean @Apamée avec ses disciples (inf textes LVI), le second étant constitué de deux Letirer (VIL-VI) suivies X-XD), Les Dielqwes sont peut-étze une fdele «sténographic» es propos tenus par Jean d’Apamée poor répondre aux {questions de ses disciples. Mais méme dans ce cas, on n€ peut exclure la possbilite d'arrangements rédactionnels ou de développements ajoutés au moment de la mise au point Aifinitive du texte, ce qui a pu accentuer le carsctére redondant du style dans nombre de passages. ‘Quant aux textes christologiques qui nous sont pre seniés comme la réponse écrite de Jean 4 une letre d'un de fes disciples (textes VIL-XI), ils rel@vent en certains cas du style hymnigue ou bien reproduisent purement et simple ment des listes de titres christologiques comme il en cexistat & cette épogue. Dans notre traduction, Paccurmulation des is Trait ebristloggnes (1X i pare certains. passa nonymes exigeat un allegement, nows avons respecté le earactére redondant du texte original ct, fen ce qui concerne les textes christologiques, nous ne pouvions faire autrement que de garder telle quelle 'énu mération des titres donnés au Christ ainsi que celle des actes par lesquels il a accompli sur terre son wéconomie» rédemperice ‘Nous nous sommes applique, esla va de soi, 4 donner un teste le plus clair possible. Nous ne nous flattons pas dy Eire parvenu en tout point, éant dont Pextréme dificu , Pour les autres données biographiques, nous nous eontenter des quelques allusions recucillies dans les ‘euvres, la suite de Steothmann, on peut dire que le nom ide notre auteur indique clairement qu'il devait habiter dans la tégion d Apamée en Syrie du Nord. A en juger d'aprés le rand sombre de manseis cn cOMETvE 28 CUES, ‘ass plus en vo. Comme on Fa dis renomenée tee Ge bon vivant gue de moines de Plesioe nhalaiea pas cnuependre-un voyage de plea eA Taemble avoir sjourneet éwdié& Alexandriet De fit ton evvre véhicule un certain nombre dies ayant cours dhs les mlicus hellisigues de Pepoque. Temoin son foi pour les sciences biologiques et médicales. Une tcomparaison fréquente chez Iui est celle de l'embryon dans Je sein maternel. La psychologic V'intéresse de méme au Eco. sat Sut Mcle 'Edess ot fer counts doctinaux de epoge, e6 Feky Hav, L’Eae @ Par, Pais 9)0, Pe23¥214 Bc ape B19 4 Ge pont est sen doe par A. on Hass dans son ale «La chtotologie de Jean le Solaire, Le Minn, 18. note 1 Deas ks eevee eaten, cite comparns ecient envion ene dishing de fos Pour les ferences, ef. Saou, p65, On sai a plus haut point, dans Ia mesure ail peut la metre au Service dea pédagoyect du discernment spirit tzés peu de chose de I physionomiespiivele de isa traits majeurs de cette physionomie, 8) Jean ot? Exriture La premigre évidenee qui saute aux yeux la lecture des es de Jean, est la place capitale qu'y tient 'Eeriture, et Nouveau Testament, La Parole de Dieu ext vmiment «l’hamus» of sfenracine sa vision spirituelle de Phistoire de Mhumanité et de chaque baptisé. Certes, cette vision se greffe sur les catégories anthropologiques et culturelles propres 4 Pépoque et au milieu de notre auteur ven reste pas moins qu’a ses yeux, la dimension totale du dessin de Phomme ~ de son espérance ~ ne peut étze sasie place imponamc de a médecine dans leer henge. CE iste pty. bet ata situ syns aries es pweieion pour ete anche soir main Ck Haga pols Smits pon fat ema ant Jon 'Apumee empran sds phiosophages dom at eatdon es ees ous semble impossible de rnc de ago pric tose ‘cle eso. Dons pour Fane qu tres sen elon Pine gl Cats sea an re mh epoqu. On aura Tecan desig che nae stat gales skies de pense qs eneontet got dans phlcoghe koe ‘ig it che el ut pene chien comme Camere Paleaniog brane wand sprite de a sythe ete a ponopbie eles ‘gue et Ia révélation judéo-chrétienne. Se ao eirment antrar Jean, Némévns 'dse Ga + lau ene de presenter ve dosti suemiqumet rescnny si i ene bua, epee et epee 1 Pde dee ees Empramtes 4 pense grnqee. Wily Vawnanss Ba Seat oP : 1 Let oinquara du Did Flohr pasa des mes sot conectsteapque emer des diver pss a, Soucese de prope pt VIE EF UVES DF JEAN 5 et véeue que dans une histoire qui est celle du don que Dieu nous fair en Jésus-Christ. Pour Jean, V'essenticl a'est pis de s'adonner 4 des mortifiations excessives ou @ une ascése désordonnée, mais de revenit constamment au centre de soi-méme et de s'y adonner 4 la «fréquentation assidue de Ir Parole de lumire!» la méditation continuelle de PEcrieure met Jean en présence du déroulement grandiose de Vaction de Dieu, dlepuis Ja Création jusqu's Taccomplissement total de homme dans la vie ressuscitée, Le mot-clé qui lui est cher et qu'il applique & toutes les modalites de cette action divine, est le mot syriaque adablrevite, que nous avons ‘raduit par «€eonomie». Jean contemple eette économie & tous les niveaus de la exéation et 4 toutes les étapes de V'histoire du salut Ilya PEeonomie du monde d'en haw, clu monde spirituel des anges et des multitudes céestes, qu identiquement celle du monde a venir, ’est--dire de Vhumanité ressuscitée, point de convergence de toute Tespéranee humaine en Jésus-Chaist. D'o}, dans nos textes, routes ces discussions sur le eorporel et I'incospore, l'état de ame apris la mort, la hiérarchie qui préside 4 Morgan sation dy monde spirituel des anges?, Cette é-onomie du monde den haut est le terme ot Maboutissement des autres Economies qui ont commencé 4 la eréation de Vhomme et du monde, Diew a eréé essentiellement deux mondes, le monde des anges, des érres spirituels et le monde dici-bas, le ndtre qu'il a voulu 4 la fois spirieuel et matériel Autrement dit, ila eréé un monde qui dés sa eréation I't trouvé ex jouit depuis le débue dela vision de son Créateur, ex un monde matériel, le ndtre, sujet a coutes sortes de blesses et d'iafrmités, soumis a la servitude du péché, dire, en somme, ua monde qui le cherche. Ie il faut souligner que Is vision de Jean na rien de platonicien 1 Teak, 5956.1 Gory a5 notre monde qui est & la fois matériel et spirituel a été voulu comme tel par Dieu, Le Créateur veut nous faire aceéder & la aspiritualité des saints a faisant passer d'abord par ls eorporéité de ce moncle ui est ) Son sms de la pedagogic divine. En contemplant te travail d'édueation et de patien pédayogie que Dieu a entrepris avec le peuple d'Isruel, Jean a acquis une perception trés vive de Yenracinement ‘harnel de PHistoire Sainte et le sens des lentes maturations qui, comme celle de Yembryon dans le sein maternel, président & la genése du monde a venir et de "homme ‘Ceque Dieu fait avee le peuple d'Isratl se reproduit sur le plan individuel pour chaque baptisé. Certes, il fi dépasser le corporel, mais une saine pédagogie spirtuelle, loin de Fignoter ou de le laiser de ete, se doit de Vintégrer comme le point de départ normal, obligatoire de lisement authentique. IIs'agit de se mettre en marche ou plus exactement de se laisser conduire selon les lois d'une pédagogie qui n’a autre but que d'enseigner & homme comment souvrie & 'espérance de Jésus-Christ. D’oi Hinsistance de Jean 4 détailler les tapes de cette Progression, i faire euvre de pedagogue patient et lucide? ©) Diseréton, bamilt Ges deux traits sont spécifiques d'une pédagogie spi tuelle qui, soucieuse de ne pas briller les étapes, sit tempérer les enthousiasmes impatients de surmonter tous les obstacles et, surtout, démazque les illusions des débo- tants dans la vie spiriuelle. Bien plus, eher Jean, cette iscrétion, ce diseernement font parti intégrante de sa 1. Ginpes shan. IPs Gps sgry ff 3 Phy 9-0, conception du progeés spirituel, Pour lui la caraetéristique premiere de tout don spirituel authentique est son invisibi- lige. Les révélations que Dieu fait "homme sur «la seience de ses mystéves» sont par essence totalement invisibles, Clesti-dire qu'elles ne peuvent en aucune miniére avoir wt retentissement extérieur sur celui quien est objet. Sinon, cela signifie que l'on n'est pas encore parvenu au stade spirituel et que l'on doit user d'une extréme circonspection vis-i-vis de ces manifestations exterieures de la grace! ‘On comprend alors que la vertu capitale de Phomme spirituel sera Phumilité, et Phumilité congue a la limite comme abolition de tout signe extérieur qui pourrait la ‘manifester, une humilité qui serait la pure transparence de “ime a amour de Dieu. Cesta tel poine que Jean, en des pages éconnantes, semble nier méme a possbilité pour Vhomme de tout mérite devant Dieu, et il en peend ‘oceasion pour comparer le calme et la tranquillité dont jouit le moine dans sa cellule avec a vie pleine de tracas des igens du monde mariés et chargés de famille? Dans le spirituel qui est parvenu une telle humilité, le champ est désormais libre pour un amour exempt de toute crainte, pur de tout attachement 4 ce qui a’est pas Dieu, un amour pazfaitement spitituel autant que la grice de Diew permet dy atteindre avant sa consommation dans la vie 4) Une ame jnbilante dans le mystire du Chris. ‘Tout cela n'est rendu possible que par le don que Diew nous fait en Jésus-Christ. A propos du mystére du Christ, fon trouve chez Jean deux genres de développements : un Dik, 1 rife o-t Cate importnce pemordilerconnve & hme tel rete de gl alle price here bar ee lence vertu du puri de clu gut a tega la plrtude de Fspei. CLA. Guriacwcrr, aSitantion et geifionton de "Liber Grad! shins in spieulcesyraquen, OCA 197 974, PRES de ton didactique qui est celui de Pexposé doctrinal Vautre qui s'apparente plurée au toa de hymne, de Phomélie métrique ov de la doxologie Dans le silence de-sa cellule, Jean médite? sur les merveilles dr mysteres da Christ, il sasit les dimensions célestes et cosmiques de ce mystére qui étzeiat tous les ftves, depuis les multitudes du: monde d’en haus jusqu’aux habitants du monde d'en bas, Bt cette contemplation fait out naturellement éclore sur ses lévres la jubilation et la Jouange. Les développements christolopiques qu'on lira au cours de ces pages? nous restituent peut éce ‘ow Li comme un Echo de ces Hymmnes qu’évoque son disciples Thomasios et dlont il ne nous reste qu'un court fragment cité par ce sméme Thomasios! Ainsi Jean d’Apamée novs apparait & la fois comme un homme cutivé, au courant des idées de son temps, sichant discuter les opinions des philosophes*, réfuter les objec- tions de ses disciples ou de ses contradicteurs, un théolo- tgien capable dexprimer sa foi®, Ce fut surtout un homme vivant en familiar constante avec la Parole de Diew, patient pédagogue, immensément humble et siment, né Gquittant jamais le centre de son Ame, cout illumine par le mystére du «Christ notre espéranc 1, Brie, 9-125; Stott, 67, 2 Le verbs syenguc eng dont fe premier sons ext <épelers et sie wmiter suggére que le moine mediteenpeonongant seni Scrnnt des vcs a Patol de Des, Cestun verbs de mime nine due Fhabres empioe dans Prax CF Gop, 135s. Coat In wee, es moines de tangas yreegue’ CFA. GUIAUSONT, ax origins dt ‘membre btn, p98 pee ane £ Gapre gt CF Gig, 1935 6, denn Coie tbay 6 rage eeeemeneeteccen pera 2, Ses auvres De la masse considérable les manuscrits contenant les wuvres attribuées a Jean d'Apamée, Strothmann a pu degager un certain nombse d’serits qui lui paraissent presenter toutes les garunties de Vauthenticité. On s'en tienda ici ses conclusions, a) Les anures dite 1, Dialogue sur ime et les passions des hommes. 2, Trois Lettres 5. Trois Traités, 4, Dialogues, Lettres et Tratés ici traduits. bb) Les amore indir 1 Premier Traité sur le monde nouveau, Traité sur le monde nouveau 4. L'accomplissemenc des Promesses dans le furur et la vie nouvelle 4. Pourquoi en ce monde les bons sont-ils malheureux et les méchants heureux? Sur ki fia du monde. Deuxiéme Traité sur la fin du monde. Doxologie Lene a Eubule 2, Deusid ©) Les amore: perdas? 1, La nature des démons. 2, L'Epiphanie du Seigoeur 5. Hymnest ae GE Ap ps6 LA DOCTRINE SPIRITUELL DE JEAN D’APAMEE (On ne tentera pas d’offtr ici une présentation détallée de la doctrine spirituelle de Jean d'Apamée, I nous a semble sans intérée d reproduire dans ces pages ce que autres ont exposé avant nous. Nous avons juge égale ‘ment superflu de consacrer des développements aux themes les plus traditionnels de Vascése chrétienne que Jean avait recucillis de sa méditation de I'Bcriture et de Fenscigne- ment des grands docteurs Le but de cet exposé sera a la fois plus limité et, Pensons-nous, plus précis que des considerations qui auraient masqué les crits originaux de la doctrine érudiee. Nous procéderons en trois apes. Aprés une présentation lobale des idécs de Jean, nous nous atacherons a définie la Perspective propre a chaque aeuvre. Cela nous aménera ‘dans une troisieme partie & préciser ce qui nous semble étre un des traits significatfs de cette doctrine 4, Présentation densemble a doctrine spitiuelle de Jean d'Apamée est toute entire axée sur le don que Die nous fait en Jésus-Chrise de la vie ressuscitée Dieu le Pére 2 montré la grandeur du don quil va fire au genre humain en son Fils uaique Jésus. Ce qui est past en lui 4a résorrection des mors, la Vie Gternelle dans la. sigesse veritable -, Dieu vale eéalisce pou la race des homes. La foi en Vespérance future sigeifie que nous eroyons en la resurection des morts ela vie sans fin que nous sommes destings 4 receveit dans Ia seience veritable et une vie sins péche!-» 1 Brite, 294 DOCTRINE SPIRITURLLE 25 “Alors que les hommes ne sont naturellement que pousséz, its son dating ceva la spiritualité ces saints anges» Gelui qui, dés cette vie, nous donne accés & Fespeérance future est Gvidemment le Christ worigine et consommateur de notte foits et qui est luisméme «notre attente, notre cspérince, notre résurrection s, Le Christ nous commu: nique cette espéraace par le baptéme* qui opére en nous ka rémission des péchés? et nous donne dés maintenant «les arthes de hr vie future’, Il eeste a chaque baptisé & actualiser dans sa vie cette libération du péché rendue possible parla mort du Christ sScul Notre Seigneur est le monde nouvena de a vert. Ha écrit la more anéanti le péch, fait mourrle veil homme pour ‘que les hommes ne péchent plus Il n'a pas anganti le péché en Cette vie, mais dene la vie nouvelle... car nour voyons gue Pegarement continue 4 sévir, que tout homme ext aservi au péché et reste toumie 4 la mor.» Un Tong. travail de libération s'impose done contre o=t cesclavages il se conerétise dans une lute sans merci contce Jes passions mauvaises qui sont & la racine de tous les acces peccamincux et empéchent lime d'sccéder a la vie now velle dans PEsprit Les étapes essenticlles de cette montée vers le monde spirituel sont au nombre de trois. Elles sont calquées sur la division tripartite des hommes en corporels (ou som tiques), psychiques et spirtuels (ow pneumatiques) sll y'a trois ordre d'hommes dénommés par MBeriture: les somatiqes, les peychiquer, les paeumatiques.. Est xppelé some tigue eelui qui 'adonge aux enavoitises de la natute du corps Ere peychigue celui quiet lewd au-desvus des choses du corpe ce vest approche de Vordre dela nature de Fame, Cestidite qui 1. Guba Gate dora, aes Math x90, ern sulle ces Poss de igh. Ck. Caner Ausxni, Extra Tooke (ole ts Farm SCs, 15h bee Pen Beles (ated IL Maro et Had) $9 ge p98. ges.) 5. Gopra tts. Je Take Frets ete oisena Waren camera ‘combat conte la mishanceté de ses pensées, mct wn fin ison lime pour ne par enivre ses instinct. st spritucl esha qui est aurdeseus des penséescomporetis ct do ‘meut dans ln Sages qui est en Dieu.» ‘Une autre division qui précise et prolonge la précédente est cele désignée par les deux mots syriaques dye e clafyito que le P. Haushers eraduit respectivement par xpuretén et «intégrités Parvenu a 'Gape spirituel viaic, ila atteint la perfection de l'amour qui est d'aimer Dieu uniquement pous li-méme «lla guitt la eondaite de ee monde et commence éte dans condsite de ce monde-l, dnt Is conduite ex Is vision veritable dle ses mystéses) homme posséde Phumilicé 2. Perspective propre 4 chaque euvre ‘omment et sous quel éclairage particulier auteur présente-cil ss doctrine dans chacune de ses euvres? ) Dialog sar Fe et les passions des bones Drentrée de jeu lettre laisse deviner le centre dintécét de ce Dialege. Il sadzesse& de jeunes disciples désiteux de progresser vers la parfaite spisitualite, Is ont dépassé le sade usomatiquen et pourtant restent empétrés dans une te Dialy srt Le fete Bibi bien conou od ett énoncte cite trchotomic ct ies. 25. Ea iS. Pal or pas youl enseignee tine conerption ichoramigue de Phonwme. Pac cet Evimcation i ‘oul sinpcment signe oir de Phomme, cette outs lx peries deson Ere © Sar Tiesto de Tecpel ete ete AndceMare Fisica, ols Wichowmie de T Thess. 525 et by Plilosophie grecques, ASR 30, 1930, p.3hj-4155Jeeques Det, “respite hommes’ Frade sur smtopologereligiane d Origine Anim Leura, Seton *aslogge 6, Bg 1967 Pour la ft, 0G proporone une sure traduction c.f PY Diet, 6126. Sur Pimporance de Phumiet dans ta spirale syeiague, ch inp pag ti DOGFRINE SPIRITUFLLE ” ltee, apparemmens sans issue, contre leurs passions et toutes sortes de pensées qui les empéchent de connaltre la \raie pais intéricure, La réponse de Mauteur consiste 4 leur montter, Taide d'exemples concrets, comment y voir plus chr dans cet enchevérrement des passions, a les distinguer fnon seulement dlaprés leur deyré de maligaité mais aussi apres leur origine : viennent-elles du corps ou de ime par lentremise du corps ou encore de lime seule? Com: iment les neutraliser les unes pat les autres, quels antidotes employer pour obtenir la guérisoa de ime et la rendre apte 4 recevoir de plus hauts dons spirituels? L'étape ppheumatique n’est pas jgnorée; c'est méme dans ce Dis- doque que Von commence a avoir des éclaircissements sur la dattyita ct la chafyite dont il a €t€ question cirdessus pendant on peut dire que la plus grande partie de ce Dialogue sintéresse avant tout 4 Pétape psychique qui est Petape intermédiaice, celle of la lutte est la plus difficile & mener, of les illusions sont fréquentes et plus malaisées 3 dceler, 08 enfin Satan a le plus de prise sur le disciple. bb) Lauires de Jean fe Selitaire La premigee de ces trois Lettres entend répondre a la question suivante : puisque, par le baptéme, Dieu nous a ‘communiqué en Jésus-Christ la plenitude dela vie nouvelle selon PEsprit, comment se faitil que le péché ne soit pas encore anéanti et que cette vie nouvelle n’apparasse pas és ici-bas? La réponse de Jean tient essensiellement dans ‘une comparaison a laquelle nous avons fat allusion précé dlemment : celle de embryos, qui, apres sa gestation dans le sein maternel, vient az monde avec un corps et des membres entigrement formés et parfaitements aptes 4 rempli leurs fonctions. Le baptéme qui agit en nous par 1 Giopes 92s. Bows Ks autes rifrences aux textes i cette comparnson est developpé, f Sema, p 6 une force secréte'» nous introduit dans le le Christ. «Vincubation, processus de la vie ressuscitée inaugurée pa Gerte vie a’apparait pas pour le moment, mais elle est & Picuvre, et ce que nous avons 4 faire est d'entrer dans ce trayal de transformation, qui pew 3 peu {66 que nous sommes deja dans le Christ La vie spirtuelle est considérée ici selon la perspective de économie du salut que le Christ est en train d’sccom: plir en nous. A ce niveau aussi on retouve deux des trois tapes de la vie spirituelle. Si le bapréme représente, at ‘moins en droit, le stade spirituel parce qu'l nous donne les arthes de la vie ressuscitée, Iétape paychique qui est celle de la craince du jugement et du chitiment divins, étape pédagogique, est représentée par le régne de la Loi ou par Péconomie de Ancien Testament. La deuxiéme Lettre, au lieu de mettre Paccent sur la vie ressuscitée que le baptéme nous donne dés maintenant, insite sur In lutte que le baptisé doit mener contre les passions mauvaises et la nécessité du renoncement, Jean y envisaye done plutot aspect pédagogique du baptée, ce qui correspond au stade psychique La troisitme Zazir tente de faire comprendire la maniere dont nous saisissons les réalités de la vie future, Pour cela, Jean se sert de la compartison du rapport existant entre la Voix et la parole. Ce qui 'améne a parler de lime et du corps, puis, en une longue digression, de Punion de Phumanité et de la divinité dans le Christ, pour revenir enfin A Tame humaine dont il s'eforce de prouver lexis ©) Trois Traits de Jean le Solitaire. La division tripartite r’apparait pas dans le premice Traité. Ce qui y est décrit ext ce que Vauteue appelle«V'arme Brie 3.7; Da, 88.043 ch Hacsia, nore dela ade ota DOCTRINE SPIRFTUFLLE 3s de la quiétude's, qui permet 4 Phomme d'anéantir non seulement les passions mau ses, mais aussi toute pensée vaine et al’éablic dans le port de lave et dela joie? es deux ausces Truitis suttachemt a démonirer Ia sngcessité et les effets au baptém tis te mettent aussi en paralléle avec le bapréme de Jean-Baptiste pour montrer les téristiques et les differences de un et de Vautee. Cet Précisément ces differences qui manifestent la progression de Tun 4 Pautre «De-méme que le baptéme de Jean conduit au don de notce baptéme, de mene norte pms conduit aux mts de i (On aura done ici la sequence suivante : ancienne Loi bapteme de Jean ~ baptéme chrétient, ) Dialogues et Trate: ooo ‘ion Lo te renits Dadger poms te oeeeae ie (oun cool te aa Ce eee Ai ee ee Aisa Cete économie est presente aust dan a ceaton Siac Digey edema ager ave nous de ign progessnc tte dm te done ee fi Tht ar. Cheba posses aus ls ve contemplative et 2 lds ory I 5 Bd spats. (4 tes apay-t8a 5, Uacaracténqut fondamentale de Pconomic du monde dca haut cata pace spree ce doe la smpich. oppor ope et VI montre que cst par une igraduellement!, Le Dialog fconomie divine, ee qui améne médiation que se réalse ‘Jean 4 expliquer la relation corps-eprit dans la perception des réaltes visibles et invisbles et le moxle de connaissance (gui sera celui du comps dans le monde nouveau? (Ges six Diclogus sont suivis de deux Lettre. La pre igre, de Jean 4 son disciple Thomasios, peut se sumer Cest par la foi seulement que nous her du mystére de Péconomic du Christ. La foi y est présentée comme le parfait instrument de connaissance pour aborder les réaltés divines ici-bast. Ta deuxiéme Lettre est adressée par Thomasios i Jean pour demander 4 ce dernier des explications sur la portée caniverselle du mystére du Christ et sur Vattitude que nous dlevons avoie A son égard® Diot les trois Truités qui terminent cece série de Dindoywes et de Lettrer. Le premier Traité montre la perfection et universalité dans le temps et espace, de Ia Personne, de V'action et de lenseignement du Christ®. Le pourquol en cette phrase pouvons nous appr Pinetnation’ Comment comprendre le combat du Crit conte Satan au desert? Pourquoi mystre dela Croix? tabsu grandiose de a dimension cosmique et universe Guchint, Le Chit eau commencement, a mile et er vomnation Brae dans fe monde de Dieu”. Pour tou tu td 59:69. On ponrrait apples cee Economie: économie dee DMs Rn. |. ly BAD. I Hd, 90-98 Tide gut Ite dd tayeap 7 Hs taba INE SmnITUFLLE 3s 5. La vie selon Pespérance de Jésus-Christ a ean eee ossacure de son systéme, & i n fue il importe avant tout de saisir comment sarticulent les éléments de cette tricho- omic, ear cest li que réside, croyons-nous, Lintérét de la synthése dactrinale que ces quelques pages vont tenter de decree 4) Le situation de Fame age ae allison pas hue 3 propos ds Ds Tinea pats os Dace Dee eb traditionnel®», i vr nous permettee <'éclairer phisieurs conceptions de aotre auteur 7. qui la différer eam wh neat ds comp, gui ext mati Dey i53 2 Pierce Haour, Parle of Vicar, by inde engin, 1968, p16, Uauteur proven noe ea docs prow dese Skeid Fines 5. pagan el lon th go ae Inde oni de wince avai cea de de Pe del ines vi, Cece de seni Dam le roto din devi pe Pu, eid V4 icin On pe outer Prvt-Avsnin, De tee IPS Sag ete Blin hein nc te Cs in 16 iyrnop aurdessus de toutes les variations de ce monde, et lors fqu'ele quitte le comps, elle se trouve hors du. monde sipreieladans Pespérance qui est hors de ce monde» Tout autre ext sx condition tnt quelle es unie a8 comps Lyin ut evict Te plu soovent ce prope et Page pltonicienne bien conve du corps-prison “Par nature, Pie quia x crée spendide et excelente et invisiblement captive dans le comps!» II far immédiatemenc précser que, pour Jean, cette siewation s'est pas la conséquence d'une chute dans la trate, Bien au consaire, cet Dieu qui a mis Mime dans Te corpe Elle est méme si bien cachée que Satan ne ta soit past, Mais alors comment peutil Tatteindre? La THponve de Jean consite 2 dire que Vactivie de ame Pexergane par le corps, c'est par Vintermédire de ce dernier que Satan peut ateindre Pime “Parc ucavigeas naturel decll-ci (= Vie) st ie a8 corp, suiout au er et acevo, C'est ton de cet onganes Gunga Te don) sen pend sot aime directement sot par Amélie Jun ate demon ou dun magien instrament Ue se dimmon, en vue enter [a pole ov de brouiler Fosndement, Car ce sont eux Tes source des penséss et de Ia tote ice organs veanenc re eadommages, Petende Mont cx bev etl pole ext louis’. 1 lay $930 vidoe Stace ecco on pest se ir une wee dela sani dnt ce Peer Srcbleme fu abucdé da temps de Jan Apa, at Ie er cat evaque dont Ongee nous 2 laisse comme le pices ‘iba dane Ete ane Hira, 6c ad, Jan Sere, SC 6 Pane ny Parcxample une dex eins souzrés ext suivante Pre eecae sang A ete question Jean pond ps negative Pear ic san testa le suppor biologique gu vehicula ic dans eebipe de Thome.‘ Hosta, po 1t9: Michel Panos, ene 1s rr ren Lebel oe Later 7033), Tek ire $9 tb, Berchene, psy 7 ite iga8s Ger, Ba. tapes 4 Pe Tog etmeons dont ext compost le eam sn que x DOCTRINE: SPIRITUELLE a7 Dans cece entitéspirtuellequ'est ime, on peut done distnguer deux pares: 1) le entre invisible et inacees- sible aux démons, qui est proprement le domaine de esprit 2) une zone périphérique qui est en contact avec auteur ajoute les reins, par ot sexere Pactvie de Mime, ett a précisénent ue Satan déploie es artes Suan afest pas le seul 4 profter de e contact de Mime avec le corps, Toute une stie de textes afirment que cest oss pa Timi ds pa qu spo vcnent «men pa leptons manvie de pa a propre nat elses gated ents nonbieuses et niseure fa dh corp» scores pa entremise by La natare buoaine Sh pele fa eal panic Pemelctea et arret comprendca san peine pourquoi Jean qualife prexue toujours Ia nace humaine einicures, faible, in tins le mond vent nore condition actuclene pet Ee is alent Dot la quenton:pourguol Di gui nous desta & connaire ue ele lore apes deli i pas agi avee ous comme avec cs anges en now eabliant ee hue dana ce monde glories ql ex le leat? Taéponse stud devs aivensn D'abord cui dla natare amaine en genta Dieu nous acres any uae note less dns son spin vers le onde Wen fut: Cee aptaton nite por Diew dar note are madies nt one influence aoa sur la nature de Pine, mls sar son scsi; cE Hits 1p 8 2 Gaapr, 23.933 243 38,16; 629, fdas era lig) Uff hy Dish. IY, Hg igniie la possibile «Pune progression hes Te temps tout au long, des genérations humaines!. Le ne niveau conoeme MW connaissance, I/existence as : : est méme ee qui conditioane feonnaissance gal mpligue fa possible de notre conaassance ; {ke ples grand tl depts pce queus pour 'y mowvoie ct “Sil ay avai quTun sul degae de connaissance connaissance motte, parce quele aunt pas dimpusion por cman. le rete Riggs dane une worpeat iy fe eat pene Non weet sare cert de Fnmme poner clecstpatn tpnation deviem espace daccéder au monde del cspatitedcemondert mist mpo ie doa deine» ©) L'écomome cabifigu. Comme on vient de le voir, c'est la position medi Tame entre le corps et lesprit qui expose homme 4 PPaction de Satan et 4 Tasservissement aux désirs du corps et risque de le decourner du destin glorieux i lui promis, 12. Hy son a ste Pa congue comme bere ow source de iHhns lpr na etry. Cee tion de mnuyement "lane e plato ete séopinonisme va, etal benvereny et un dese> 9 tip sine. Hyon eh Rene Asn Le de Din dat ke plterple dt ln, ouvele dition, 4p 9: xh ponte nex pas selemens wo eis un mouvement (ee) qui supponc ene meion.n, ibid Gaps buat DOCERINE SPIRETOHL 39 Lifectivement, dés les origines, Mhumanité « prétéré la servitude sous le joug de Satan er des Puissances rebelles! La communication efaisait uniquement du cde du eorps, ce qui avait pour effer d'incerdire a Phomme Vaccés aut centre de lu-méme. Cétait Verrance loin de Dieu, le que passion mauvaise tune une barriére chant I'ime de voir autre chose que le corporel? Liaction du Christ a consisté & briser coutes les barrigres afin de permettre & lame ede voir le mystére de ce monde-la°s Le Christ aa pu mener a bien ce décloisonnement en faveur de homme que parce que lui-méme Uavait deja réalisé en sa propre personne scFn maissant ins notre monde, Notee Seigneur n'a pas pu permetire que se dressie devant li cette barrigre de ls conduite sravaise, mais ila percde par la puissance de sa selene ei ut en dehor: celle dis le début de su missanee. Et parla bréche qu'il y ft resplendit au-dedans de notre monde, une lamiére sortie de la lumiére de ce monde et qui ext Pespérance de Diew’» apparent @ a libercé de chacun d’accualiser pour son propre compte ce retour au centre Iumineux désormais accessible grice 4 Néconomie salvifique du Christ. Sur cette voie les obstacles ne manquent pas. D'abord Satan est toujours actif Il ne faut pas cependant majorer son pouvoir, Comme nous Vavons vu', il ne peut agit directe- ‘ment sur I’éme qu'il ne voit pas. Ne pouvantatteinde que les organes par lesquels s'exerce Pactivité de ime, ce sera seulement cette activité qui sera perturbée. Certes, cela nest pas sans conséquence sur l'exereice de Ia liberté, qui peut éire entravé. Il reste cependant que le pouvoir de decision nese pas annihilé par Paction de Satan. Sinon, cela quivaudrait un déterminisme destructeus de toute liberté Diy 6496 4 [fsb ht I. Ch ae 36 et ferait de Vhomme un etre aliéné dans le mensonge, tengagé dans un destin fermé & toute expérance. 4) Les passions autre genre d’obstacle, de wbarriére» comme dit Jean, est comstitué par les passions. I] existe en syriaque deux mots pour exprimer ce concept de passions: 1) far, dune racine qui sigoilie souifeir ec 2) ganfo qui signife mouvement, impulsion ou méme pensée quand il s's une opération de Pintellect, Au niveau du corps il sagira dan besoin biologique ov d'un instinet comme T'instinc sexuel", Ce pourrait tre aussi une souffrance physique ou morale, Ainsi la exainte est une passion qui fic soufirie® Au niveau de Pame, on aura les passions proprement dts, fu sens courant de ce terme li passion de la colére, de Tenvie, de Porgvell.. Enfin au niveau de Pesprit, la passion du zile, de la joie, de Vhumilicé, de Pamour de Diew ft des hommes & son degsé le plus élevé. Cela couvre en somme toute la sphére de Pagir et du pitir dans Vrexistence humaine, selon la triple dimension de l'homme ceorps-dme-esprit En nous plagant maintenant dios la perspective de notre point de depart, cesti-dize de la position médiane de 'ime tentze le corps et Pesprit, on doie distinguer non seulement les passions du corps et celles de Péme, mais aussi les passions de Ame qu lui viennent par le corps par lui La classification des passions érant fondée ici sur la ‘anise dont elles preanent nalssance et s‘exercent, la Gistinction entre passions bonnes et passions mauvaises| passe au second plan. C'est ainsi que Ion trouve Enumérécs Cate a céte la colere, e le, la jalousi, la pitié®. ‘Tant que ‘es passions, mémes bonnes en elles-mémes, orientent si peu que ce soit, Mime vers le eorporel, elles ’empéchent de ‘communiquer totalement avec esprit. bo CEampep. she 5.2 Briesarats I]. Dl 459% DOCTRINE SPIRITUPLE 4“ ©) La combite vertnee les done divine. Mais iy a plus: appariennent a la catégorie du paychique 1 c€ que Jean appelle la conduite vertueuse, dablero cbafira, © dire les actions bonnes que lime accomplit par Vineermédiaiee du corps! 2, les dons divins eux-mémes, eamme le don des lari de prophet, de gucrison relever orie, parce qur'ils se manifestent par Vintermédiaire du corps ou ont quelque rerentissement sur lui® re s'agit plus ici d'obstacles au_méme titre que la re» des passions mauvaises, C'est seulement leur lien avec le comps qui, si ténu soil leur interdie aceds au domaine propre de lime, qui est la en Juite selon Vesprit, Cependant il est un eas ih ces actions vertueuses et ces dlons divins se transforment en obstacles : est lorsqur'ils servent de prétexte & une passion redoutable,spécifique du stade psyehique : [a vaine gloire £) La vaine goire Notre auteur semble considérer cette passion comme la plus tenace et la plus insidieuse de toutes. A juste titre. Ea effet, si elle e'avait pour objet que des valeurs purement hhumaines, comme la bonne réputation, la asste intellec- tuelle ou la position sociale, elle pourrait étre démasquée sans peine. Or, ainsi qu'on vient de le dite, cette vaine gloire peur utiliser méme les dons spirituels visibles pour route progression vers le stade spirituel. Le bénéf ciaite de ces dons sera tenté de s'en prévaloie auprés des autres, cle juger ceux-c inféricurs I, cela pourra méme le condulre jusqu’a concevoir & leur égard une haine mor tulle, Ge sera alors la repression vers Mopacit, le eloson: rement caractéristique du stade somatique. gh nt a My este ff yy 2 INTRODUCTION De rae ere ease estat Peete pele eis es eee gene Torque ese gason tur Ge ogee Gue Pomme poy chigue acceder a pureté—en syiaque dade, Cet état es oe ee Thome nouverots, Libomme #'st detourn€ non seule srs pe Ga earps ib we er peas de VPime qui s'exercent pat le corps. Il parvient alors au stade spiritual’ ig) Le stad sprite Ge stale est caractrisé par un état que Jean appelle la safyite, Le P. Haushers le teaduit par cintégrité», traduc tion qui peut se justifer pour souligner que homme parvenu au stade spirituel recouvre In pureté premiére de Dans nos Dials of Tratér, les trois passages ob est mentonnss In dpe ve nose permenant guire den mente deca eonptoe eae Dee Dasa Ol Coesle eae nee IE corey eee eae eee ee eer eee eee eet ates Fepprtnasce de a cafe a ace spr, dont exscesiuc et réelsmentPouvertare ole de Tame sr espe future, Le deseme texte suligoe nected i fol comme Condon prtalable de cove «. Paul Hans, sDoatine spctste de Jean le Solire (Jan Che Esa orer rae 5 Sagi non dea pneté deme avant epic origins, is de “at port de Pie congue comme ane uence spntuclie non uae a8 Coops, DH ale, p 24a, noe 6. But pret ot Jeanne tage pas dele dire le ecouerement decet Cat, quicatiebut de Toso arti, avaneeout un don de Die (Die, 2.58). *t Cepea Hal DOCTRINE SPIRITUAL 4 purification’. Lnli, en un troisiéme passage, il est dit que fe modéle de ectte pureté totale ext Notre Seigacu ui Nous pouvons préciser davantage en nous séférant encore une fois 4 notre poine de depart, Fant donne la position médiane de Pme entre le enrps et esprit, non seulement il faut, pour parvenir au stad spinituel, sup. primer la «barrigre» des passions mauvaises, mais la logique du processus ainsi engagé exige encore la dispar eur que la use et les dons divins peuvent exercer sur le corps. Il en résulte que dans Mime la communication se fait désormais sans resricion du e&té de Pesprit, L’opacté da somatique ayant totalement dispara, cet état Paimtégrite, ddont ous parlions plus haut, connote done une idée de seteanspareaces, tion compleve de tout le retentisement conduite ve Corrélaty de cette «transparencey intérieure, le caracté- Fistique de ta conduite de Pomme spiituel sera Pabsence de toute manifestation extérieure, Par définition cette Conduite es invisible aux hommes et 2 Satan‘. Le spirituel est done inaccessible aux attaques diaboliques et méme, commie le dit saint Paul, «il juge tour sans re jugé par personne (J Gor. 2,15), puisque aussi bien personne ne le onnait, ni sa conduite glorieuse n'est vue des hommes», Son jugement et son attitude & Pégard da prochain dérivent de cette «cransparenceo spirituelle qui, en lui permettant de epercevoir la science des mystéres de Vautre monde, Y's rendu asensible a l'espérance des hommes’», et Cest pourquoi ail attache & eux avec une chatté 1. Gah coresponuau sen de a ain en yraguecten arabe ele spe ear de ipide dune sufae rg. een) qu est erie pat lalpetsence aucun corps ranger susxpie darter ou de dminet a imuson de Imire, 4 Prolene) 5 fs 68s I] & Me gets fh Ma 7e00 “ INTRODUCTION. pparfaice!», Son humilté est devenue si corale qu'elle exclut tout signe extérieur qui pourrait Ia manifeste Apres In chair, existe--il une étape wltérieure? Jean semble le suyyérer, lasqu’il parle de ce qu'il appelle «la conduite de homme nouveau» oi se produlsent «les révélations des mystéres?». En quoi consistent ces révéla tions divines? Jean ne le dit nulle part. Une telle diserétion est rout a fait dans Ja logique de sa doctrine, puisque, ‘comme nous venons de Ie voir, la conduite de l'homme spiriuel est essentillement invisible Arrive @ la paix de la charité, son ame exulte dans fa cessation de la guerre secréte. Désormuais, C'est comme [a ‘conduite daprés Ia résurrection‘», et sa vie connait «ce miracle etre, dans la fugacité ee instant, coute pénétrée par Péternel, Reve a son estuare, déja confondu avec la mer sans rivages. Tel ‘est, pour Pessentil, une des cametéristiques de cette doctrine spirtuelle de Jean d’Apamée. Sans avoir voulu tout dire, nous avons temté d’en dégager 'unité et Ia cohérenee, Nous osons espérer qu’ainsl a pu apparaitre en pleine lumiére Voriginalité @'un auteur fort peu conau jasgu’é présent et qui fur pourtat le précurseur de toute tune lignée de maities spiriuels d’Orient, dont le plus célébre a’est autre que le grand mystique nestorien, Isaac de Ninive (vu s)¢ 1 My rasaey fa CE ap pass ea & Brie Bas TE Mente, Sar Marguerite de Carte Pas 1998, 9-4 6: Surlerdevcloppement akeneur de la doch ligne de Jean <' Apne, eA. Wisco, Bor ar Letden soins du meme, Aye eles ty Le eanlated fom Bedpns Tent with sn Intwnieeon and Registers Amterdam isi File Kuna ltadia, slat de Nines, 2 VIL (igre) sear 254 5 Dia 74 NOTES COMPLEMENTAIRES 1, JUAN D’APANE: A-TIL BERET StS GUYRES TEN SYRIAQUE OU EN OREC? (SiROTIMANS, peas CCertins détails de voeabulate, els que les mots grees trans. cits en sjrague ou une traduetion faite sur une leture futive un mor gree (Hist ak, OCA 130, p. 54, note) ainsi que Tes noms grees ou grécisés des interlocureurs de Jean, ont pu faire soupgonner que la langue origieale de ses mavres cei le gree ‘Sans avoir & rapper ici les arguments invogués& ce sujet, | sen tiendea aus conclusions de Strothmann pour qui Jean a ert ses eeuvres en syringe Cola s'empéche nulemeat de penser que, si Jean n'a pas Grit, en gre, init capable de re et méme de parler ete langue. Pat aillezs se conaassance des philosophes grees n'impligue pas forcement quil ait eu 4 lite leurs ouvrages. II powvait tout simplemene utiliser des recuil de textes classes par sujets ou pat centre ditért, somes de manuels ou Waide-mémoire 4 Tasage des lettres et des auteurs de ce tempi TL. QUPLLE VERSION SYRIAQUE DE 1A BIBLE UTILISE JEAN? (GrmoTIMANS, ad) esc souvent dificil et quelquetois impossible de répondre ‘ett question, parce que les auteurs spirtals anciens citent la Bible tr soavene de mémoire ow tilisent des versions qui eo INTRODUCTION avaient cours dans leur confession relgieuse propre et dont il ne ‘Ce qu'on peut lire & prope de Jean, est ga’ version sprinque designee du nom de «pechitas, cestode la Simple», exgcuice 4 Fulewe vers 10 et ap , pour la distinguer de la Syrubexaplaie (version s9siaque des IXY faite apres les Hexaplen e'Origéne) mssagesserpturives i cite ePapris a Pecitta ins en deux {Quant 9.6, c& ne pot Ge une etaton dela Syaorhex tke eeannie du ti, Lee ces Chee Enumérs dans ee Tied greee ef 1 Halas, «Le meu historique de Jean le Solis, OCA 231 DIALOGUES ET TRAITES i Premier Dialogue de Mar Jean le Solitaire avec le bienheureux Thomasios sur Vespérance future, Voici Torigine de ces Dialogues: Thomasios était un homme distingué auquel ses parents avaient ex soin assures une excellence élucation grecque. Néanmoins i se distinguaic bien plus par sa foi au Christ que par le savoir humain. Aprés avoir achevé le cycle d'écudes correspon- imour pour la vie ns sa solitude de Palestine lorsqu’un frére d'Orient, en route vers fi dant a son jeune Age, il xe prit a rmonastique et solittize, Il se trouvait lem, passa par chez lui. Ce feéze avait avee lui un livre intitulé Hynnes!, Comme Thomasios sliméressait & cet ouvrage ct désirait en connaitre Pauteur, il décida davoir une centrevue avec celui-i. Atrivé chex lui, ils échangent les silucations d'usage er, a pete achevée, Thomasios dt Mon cher, jai regu une formation philosophique qui ‘st un amalgame de toutes sortes d'opinions. Exant donne que nos yeux ne nous permettent pas de dépasser le 1. Te d'un ouwrage peda en sera sacore question en Ge der, lig, Une cation en sere fie en Grp pir 4“ AN DARAME, domaine du visible, je voudrais savoir ce qu’est T'incor porel. Bien des poéres! lorsqu’ils décrivent lespérance des mes aprés leur sortie du corps, enferment nouveau celles-ci dans un monde corporcl. Ils les placenr hors de ce ‘monde-ci dans un air subtil? au sein de dou vephyrs et a miliew de toutes sortes d'agréments. Mais comme le sivoir de ces pogtes ne dépasse pas le domaine dv corpore!, comment peut se verifier leur théorie disant que les mes, une fois sorties du corps par Panéantissement de le vie, regoivent sous une autre forme lespérance du monde ccorparel? Le corps étant natutellement dense, il lui a éré donne de respirer un air plus subsl que lui. Mais & Time, parce que, selon eus, elle est plus subtile que le corps, is donnent encore lair du monde corporel. Leur réflexion Gant bornée au corpore, ils a'ont pas eu Vidée de deéfinir Vincorporel. Aw contraire, fondant leur espérance sur le corpore, ils n'ont eélebré le repos des Ames que verbale ment, en décrivant aie qu’elles respirent hors de ce monde hon pas dense mais subti, non pas agite mais ealme, sans parler dautres teats relatifs & la comporeité ct nos a la spiritual, Tout en voulant exprimer Vincorporel, leur pensée état en fait mue par le corporel. Pourtant il eit &cé rnormal que des gens qui professent I'esistence de coneluent qu'elle est supérieure 4 cout le corporel et qu sortie du corps, ce nest pas, me semble-ti 1, Le at sping ct a teanerpion ds grec maya; Steothmann ateadut par «Pniorephens. Une ueducio literle nous semble plus Indignse Dans negate Tastorte des pote at immense, la poese ant consilerce come le casa peviepe pour I tnsmssion des “Snaseances bere de peor ge de humans. Les premitres Conunogonis &théors aut I conatation de la mate et es es vivane pout ont 2 tans sous forte de ties, Ce mot tevent En Ger 4 9 et 24 Par alleuts, le sytiaque aaa le mo lo ‘pict fa tanciption da gree yObmegae ef Gap 1, 4 2 Cet aie sub corsapnd 8 eer des Gree 51 Le corp eat dente, cet-dve mati, par opposon 3a ature sublle mpictusle de me 1 PRISER DIALOGUE: (1) 9 elements étrangers a elle qu’elle trouve son repos, puis du'elle n'est pas composée, L’étre composé est celui dont la structure n'est pas simple, oi unique ee qui le maintient Alans existence, Sil est simple, il n'est pas composé, et s'il ext composé, il nest pas simple, Ge que nous appelons compose, paree que plusieurs éléments entrent composition, a sa vie lige ces éléments, cir sans eux il ne peut exister Hen va de méme pour le corps que sous avons revéea comme par nature il n'est pas simple, un seul élément ne sauraic Tui suffire. Et comme il posséde chaleur, froid, sécheresse et humiditg, sa vie en dépend, ear ce sont ces léments qui le composent!. Sil n'étit constitué que de ‘chaleur il n’aurait pas besoin des autres elements, Et méme ceun-ci le détruiraient out comme l'eau éteint Ie feu. Si le comps n’avait €€ fagonné gue de poussiére sche sans apport ePhumidicé, il aYaurait besoin que de sec et se ppasserait des autres éléments. Bien plus, ceux-ei le déteui Prenons d?autees exemples la croissance des arbres ne se fait pas uniquement avec du sec et du chaud, mais parla réunion des quatre léments qui constituent le corps. Cest ourquol leur eroissance se fait aussi dans Vr. Si elle ne se faisait que par 'humidite, tout le reste leur serait nusible Tous les étres de ce monde comportent un mélange de 1, Gate coneepion de gaibre da coms comme sultant dela comtsence en lui delments contrite, semble cortspondre 4 a ‘hone cosmologque exposce danse Trike preodosaristoteiccn «Da Monde», gut expiqse Thaumonie dia monde par le mélange des principe cs plas ova, CE: Ferrera, paddy. Inverse FE Gisroportan deus teens conte exe pure orp, caus de ‘malady ef Travis TY, p., €7. Selon doctrine courant dt ‘stologues de Tepoqes, ome ec un tlcrcotme forme des mémet Elements gue e monde macrocoume. Pat les Pires de Egle treats eclsinstiqaes gut ont iter ete thoi des Cements dane icur syne thelogige,sgnalons Gnicimt ou Nissi, POrea 19.9 eC ce Nemisis dbmises Ch Anatavion Kauss, Der dou in Kesmos, Das Webi Nema 1m mts, Aacnendoe, Magar 10 PAN DAPAMEE chau, de sec, de froid et dthumide, moyennane quoi ils se mmaintiennent dans Pexistence, L'étre qui ne posséde qu'un 4 élément, sans avoir la combinaison des autres, ne peut tenit face & ecux qu'il ne posséde pas et att fait de disparate Cot ex qui se passe cher, le serpent : tant naturellement Froid et ne possédant pus la enmbinaison des. autres Aaments, il ne peur winter a la chaleur et, exposé au ‘ayonnement du soleil, if devient vite see comme da bois, meat en mélant les C'est pourguol Dieu 4 procédé sa elements que jai dits pour consttuer le corps, en sorte que celuici ae soit pas fait uniquement de see, de froid ou de cchaual ec qu’ainsi il se maintienne en vie. Car, sil était ‘onstitué que d'un élément 4 exclusion des autres, il ne pourraic résister a ces derniers. Mais étant compost des eléments qui constituent le monde, il peut vivre dans le monde Les exemples suivants nous apporteat la preuve de ce ‘que je viens d’avancer: 4 savoir que le corps qui a’ qu'un, €lément ne peut résister aux autres. Les corps qui ont beaucoup de chaleur ne peuvent endurer longtemps un froid intense et les corps qui ont beaucoup dhumidité ou de froid sont mis mal par une chaleur excessive. Mais es ‘comps qui, 4 Tinstar de la nature, ont ces éléments en proportions égales, resteat en bonne santé, 4 moins que la Providence de Dieu, qui est surnaturele, ne vienne boul: verser ordre de la naturel. Un de ces éléments — chaleur (ou humidité par exemple ~deviencil prépondérant, alors le ‘corps tombe malade. C'est parce que notre nature a été ainsi structurée avec les éléments que j'ai dts, qu'elle a besoin de ceux Les poétes grecs? devraient comprendre que si'ime est 5 composée, ellea besoin de ce qui la compose, D'aprés leurs 1. Loin Pte plainer des lo ut ratte, Dies reste suvetsineen pia 2 CE py peat, {Fy contrevenie scion son bon ‘conceptions, elle ext fite de eet air subtil qui se trouve hors du monde. Cest pourquoi, selon eux, elle est tour heureuse st'en jouir aprés sa sortie du corps, Mais hors de ce monde n'y 9 pas dat. Ha puisque Mme a’est pas faite Pair af aucune ile ees choses qus «apres leurs eevits se trouve raent ors ke ee monde, eck veut die qu'elle ven a pas besoin. tls nlauraiene pas di attribuer une propriété de ce monde a ce qui n"uppartient pas 4 ee monde, Si 'espérance nlappartient pas a ee monde, elle est supérieure a toutes les ‘alts de ce monde, Mas quand ils uilsent des catégories cle ce monde pour définir lespérance attachée aux actions vertueuses, ils devraient reconnaitre qu'il désignent seule ‘ment une realité de ce monde. Si coutefois Mame est tie da réant, les sages urees devraient se tare. Ce qui vient da nnéaat n'a aullement besoin des éléments dont il nest pas constitué. Mais ce que j'ai dit des sages ne s"applique-tail pas aussi A bien des docteurs de PEglise qui one décrit de cette fagon Vespérance attachée aux bonnes actions? Sachant routefois que ma science se limite a Tinstruetion «jue ai regue, mais fortifié par ma foi au Christ, je me suis bien gardé de tenir pour venies les assertions des poetes, far, autant que me le permet tell ient mes capacités intellee fai pu vérifier gue tout cela n'est pas vrai. Com: ment ajouter foi a leurs affirmations? Lun deux serait. revenu aprés sa mort, pour confirmer a ses disciples la vérité de ce qu'il a écrit autrefois? Comment souscrite & leurs allegations, lorsque, durant leur vie, ils sont allés jusqu’d soutenie qu’ n'y a pas de connaissance de Dieu, et ‘que jusqu’i la révélation de notre Seigneur Jésus-Christ existence d'un autre monde n’était pas tout a fait évi- dente? Or, A présent je suis parfaitement au fait de opinion des paiens, je me suis rendu compte qurelle ne mérite aucun crédit et Cest& juste titre que je tiens pour absolument vrais les paroles de notre Seigneur, que par a foi je reste dans espérance donnée aux mes qui ont agi vertucusement et que je choisis pour moi le foi en Jésus 4 i JEAN DAPANE cause de Vespérance qu'il a promise. Mais érant donné que je ne suis son disciple que depuis peu de temps, je ne sais pas ce qu'il faut penser de Pespérance qu’ila annonete dans son Evangile. Et surtout je a’ai pas &@ dés le début intérieurement sensibilie & son enseignement. Pour cette raison, je fen pre, ne efuse pas de me parler de Wesperance future, Car cest pour cela aussi que je me suis décidé quitter moa liew de résidence pour venir chez toi Pécouter parler sur V'espérance de ma vie. Si mon comps était afige un mal permicieux et que j'sle appris que tu peux le iruGrir, ce serait bien dommage de ne pas quitter mon liew de riésidence — méme s'il est trés éloigné ~ pour venir chereher la guérison de ee corps, dans lequel pourtant je ne resterai que peu de temps. Si done, pour soutenir cet v périssable, je m’étais donné route cette peine, i combien plus forte taison devrais.je m'empresser daller chez toi pour la vie veritable promise par Dieu. Ainsi que je ai lu clans tes FZymme',je me sus dit qu’on ne peut réfléchir sur ces choses sans avoir regu une révélation divine. Bien que je sache ta charité tout a fait capable de te persuader de ne pas me priver de ta parole, je te prie de me parler, autant ue tu peas, de ce que tu sais du monde 4 venir. JEAN uF Souirams: Parce que tes paroles, mon cher ‘Thomasios, nous demandent de nous approcker de la vérité, je vais dés le début de ma réponse, trcer le chemin qui nous en rapprochera. Ce chemin, ces une conduite vertueuse?, En effet, ceux qui veulent avoir accés a la vérité, doivent se mettre i sa recherche par une conduite vertucuse dans la mesure of ils en sont capables durant 1 py pian 2 Tin yeagu der cit, une belle coda. sven ie Pie des conven ds coe omen ct vive dela fo gates en Dua (Gtr 38, drm i tmoyennant quo corps, hi ssh mira de essncc et accede te gph on union avec Lame, ck Ges 5, 10. 18. dlrs covespond ila mhnele des Pees grec: Cnt sas L PRENIEA DIALOGUE (8.64) 8 cette vie. Tel est Pordre fis par Diew dans la conduite de cette vie, ainsi qu'l Pa dit: «Convertissez-vous et sachez que cest moi le Scigneur*.» Ceci montre que lorsqu’on se Aéfaic d'une conduite odieuse on a accés & la connaissance (de Dieu). Comme P's dit le bienheureux David & propos de observation des commandements : «A tout chemin de mal je soustrais mes pas pour observer tes commande- ments!'»; nous devons comprendre que c'est en évitant tour chemin d'iniquité que l'on commence a marcher sur la voie qui conduit & la vérité, C'est pourquoi, mon ami, Verreur? qui a éloigne le m le détournement de la conduite verrueuse. Ce n'est pas Dieu qui a mis dans essence de notre nature Verreur qui de to le de la verte est causée pat @vidence se meut en nous. Tu sais que les Epicoriens qui se sont détournés de la conduite honnéte, 8 droite et ferme, ont tranguillement abouti a erreur, i bien {que toute leur fagon de penser ne va pas plus loin que le corporel. Ils pensent qu'en dehors de ce monde il n'y arien let que, pour ce qui est dela natuce humaing il n'existe rien endlehors du corps. Les Platoniciens qui, eux, chérissent la vie dans I liber en ont tite par con meilleare que la le Thiowsios: Pourquoi les Epicuriens n'ontils pas conne l’existence de ame, alors qu’ils en ont une? Pour leu seeréte nature a alors manifesté Quelle raison, alors que nous avons wne Ame, route notre fagon de penser est corporelle et ne correspond aullement & Ja nature spirituelle de Time? Jean ue Souirains : Deméme que l'homme préposé la garde des sésors d'une maison cernée par les voleurs, Pa a6, 11 Tb Pe 119, 1s Jean sit ice conte de a Pech, Au lie de ecommandements, la LAX a uptolesn Cl inh pasa 1 in aprngu, tee ert eparement, pe succnimbe 4 cause de gon silence, sous le grand nombre de ceux qui sont dehors, de méme la force de Pame qui est dlans le corps suecombe sous la multitude des choses mauvaises. lle et en Iui comme si elle n'y éait pas et y reste sins manifester sa force. Diew n'a pas mis Ame dans le corps pour qu'elle s'y meuye ca dehors de ce qui est propre a celut-cil, ‘Tane qu'elle est en lui, ses sens sont | elle se sépare de Iu, alors elle se ts, mais quand elle se sp ment par elle-méme Se les chases qui se trement bore du corps La separation de Mime d’avee le corps, dont ai parlé, ne doit pas stentendre seulement comme sa sortie hors du ‘comps, mais aussi comme ls sortie de sa connaissance hors de celui-ci, Tout en étant dans le corps, on peut fort bien se 9 trouver hors du corps. Et tandis que le corps se mewt dans le monde, sa pensée peut se trouver au-dessus du monde. Ainsi que T'a dit aotse Seigneur 4 ses disciples : «Vous a'étes pas du monde», afin de leur enseigner que ce erat - ensée sur la chait qui n’eait pas leur coxporéit, mais le pas de ce monde, L'ime qui, lide au corps, reste par sa rentalité prisonniére du comportement de cclu-ci, ne s'est pas encore depouillée du vieil homme. Bx tant qu'on ext Alnsi, Jes sens de Mime restent inopérants. L'embryon dans le sein maternel? est complet ila des yeux pour voir, des oreilles pour entendze, des mains pour coucher, des pieds our matches, des nines pour espics, et pourtant se membres ne peuvent accomplir leur fonction que lorsqy'l sort du sein maternel et vient au monde. A ce moment, les membres qui dins le umonde» du sein maternel étaient Jats im 1. La présence tPatvité de ime das cpa le compe sont dace une volontéexpeese de Dieu 1. Sar cee compariean fequente ches Jet, cf Introd, p31 1 pr 19, 18 1 PREMIER DIALOGUT. (#10) 5 inopérants se mettent chacun & fonctionner : les yeux se imettent a voir, les orelles 4 entendre, les mains a toucher, les pieds & marcher. Il en va de méme de notre homme intérieur qui est Pime: bien que dés sa création, il soit en possession de tous ses sens, c'est-idire de intelligence, de reonnaissance ete, toutefnis, tant qui reste eafermé dans le corps et ne sen est pas séparé par lt connaissance, il ne Deut se ervir de ses sens qu'apres étre sorti du ws ‘comps vers le monde spirituel. Tant qu'il est dans le comps ses sens sone inopeérants, Mémie si une revelation spiritelle peut les faire fonctionner normalement dans le monde spirituel, tant qu'il ex enfermé dans le corps il se meut & Vimage du corps: tour ce qu'il pense sur les images spirituelles, il le considére comme des images corporelle, Mais une foie qu'il ext sorti complétement du corps et est eentré dans le monde spirtuel et que sa pensée a/est plus enfermée dans le corps, alors ses sens spirituels commen: efficacerent dans les choses spirituelles. Car plus limité parla prison da eoeps, Le corps lui aussi sera transformé pur la résurrection, pour constituer avec lime une unité spiriuelle en sorte qu'il n'y ait plas désormais un homme cent & opér alors ibn orporel ec un homme spirituel Geax qui aurone mérité le tésu ction seront comme les anges de Dieu, lesquels ne sont pas corporels extérieute ‘ment et spirituels intérieurement, mais leur spiritualité est toute du méme ordre, De méme que, dans le monde corporel, notre homme intérieur pense selon des schémes corporels parce que toutes ses pensées ont une forme corporelle ~ car dans la vie corporelle il lui est impossible de penser quoi que ce soit sans couleur, contour et structure ~, de meme dans le monde de notre homme Véritable, Vhomme corporel sera comme lui: rien en lui ne dehors de notre homme spisituel, Et de que, dans le monde corporel, Phomme intéxieur a reviea le monde spiritu mes de Phomme extérieur, de méme dans le homme extéricur revétira les formes de 36 JAN D'APAMEE Phomme intérieur. Alors, de cosporel qu'il exit, le comps rr deviendra spirieuel et, ainsi que 'a die PApétre, Diew transformers notce corps d'abjection : «Oa séme un corps psychique, il ressuscite un coxps spirituel!» Alors quand, ‘comme nous Pavons dit, nous serons teansformés en éxres| spituels, dont Uaspect ne sera pas corporel, mais corres pondra 4'la nature de notre homme spirituel, il est bien tvident que "homme corpore! recevea, dans le monde de homme spirituel, rout ce qui est propre ce deraier. Tuomasios: Ce que tu viens de dire dépasse les eapa cités de mon entendement. Néanmoins, daprés le pew que j'ai ps comprendre, je vais dire franchement ce que je si pas sais, Car qui peut connaitre ces choses, sinon celui {qui cela a &té dooné den haue? Des gens mont demande si Pon peut prowver la possibilite de conoaitre Pincosporel sans recourie 4 !Beriture. Car en outre ces gens-la raison: rent en philosophes! et sécusent la démonstration que je leur apporte & partir de 'Beriture. Je voudeais done sa comment établir Pexistence de l'invisible Jean Lr Soursaine : Une pensée corporelle ne seurait se mouvoir hors du corps. HOMASIOS: De quelle maniére parviendrai-je A la conviction qu'il existe une connaissance de incorporel? JhaN Lt SOLITAIRE : (Répondons) 'abord ac question sur Pexistence ou inexistence (de Vincorporel). Cette {question implique la possbilite de la connaissance extra corporelle. De méme que les yeux doués de la vue ne cherchent pas voir ce qui &chappe 4 leur champ de vision, 12 mais que cest justement ce que cherche la vue intérieure, Cestei-dire notre esprit, parce que eette vue intérieure voit audeli du visible, de méme quand la connaissance eherche 4. 1Goe 15, 44 1 Ch mp pats 1 PRINIER DIALOGUE (yn 1) 7 quelque chose en dehors du carps, ce n'est pas la nature du comps qu'elle cherche 4 connaitte, mais ce qui est hors du corps. De méme si toute la r i Git contenue dans le Visible, on n’zurat pas 4 chercher dans le monde quoi que ce soit au-deli du visible. La connaissance comporelie ne pouvant tre dépassée, il n'y aurait pas lieu de chercher {quoi que ce soit hors du corps, puisqu'il n'y a rien d’autre De méme, puisqu'l y a quelque chose audela de fa vision des yeux, [2 pensée voit sins eux le domaine qui leur échappe; de méme aussi, parce qu'il y a quelque chose hors clu corps, Ia connaissance intérieure cherche s'il existe ou non quelque chose en dehors de lui. Tout cela tu le riens pour vrai: ce qui n’existe pas o'a pas ttre cherché dans ce fui est. Sinon, pourquoi personne au monde ne peutil rnommer un élément inexistant dans les étres, que ce soit tune couleur ou a’importe quoi dautre dans le monde? Ex méme sil Ini semble avoir nommé quelque chose qui n'existe pas dans le monde, cela ne peut se fonder qu’a partir des choses existantes, Ainsi, par exemple, Pafirtna- tion de certains: il y a plusieurs diews, ils ne peuvent la fonder que sur un seul nom: Dieu. Mais pourquoi ne ‘nomment-ils pas autrement ce quils adorent? Comme j'ai cette question de copieux développements dans un autre Traité, je m’abstiendrai de te démontrer mainte nant que les hommes ne peuvent affrmer Vinexistence de quelque chose qu’a partir de ce qui existe. Quant & ce qui lexiste pas, aucun étre eréé ne saurst se le représenter. Le Créateur peut fire exister la connaissance de ce qui n’exste pas en le fyisant exister. Gloire Lui pour les sizcles! Fin du premier Dialogue 3 0 Deussidme Dialogue avec Thomasios sur la transfor- mation dont bénéficiera 'homume dans la vie future : dans le monde futur il sera spirituel. Et d'autres sujet. THonasios: ‘opinions qui ne s'accordent pas? A cause de lear opposi- tion, il n’en ressore aucune notion ferme et certaine. Et Pourquoi toutes ces connaissances et ces pour ainsi dice elles a’aident pas 4 la connaissance, Quand tune opinion dit une chose er Vautre une autre, elles se étruisent mutuellement et aucune notion certaine n’en Joa tv SouTAINE: Mon frése, Ia muliplicité des connaissances proclame la tichesse de la science de Dieu et Te grand nombre des questions prouve l'incompréhensibi line de sa sagesse, De méme que les formes multiples sous lesquellsil se manifeste nous prouvent son invisible, de rméme la muleiplcite des opinions nous enseigne lincom- 14 mensurabilite de sa connaissance. Si Dieu état visible, son apparaitre serait un et il ne se manifesterait pas sous plusieurs formes. Sisa connaissance pouvait s’exprimer, il n'y aurait pas plusieurs connaissances. Mais, parce qu'il est invisible a tous les regards, il se révéle sous diverses se est d'une ampleur sans lime, formes. Parce que sa ilexiste pour le conmaitre une multitude de connaissances. De méme que toutes les formes sous lesquelles il se rmanifeste ne nous font pas savoir quelle est son apparence, mais nous disent seuleme quill est, de méme toutes les 1 DEUXIEME DIALOGUE ye 18:49) 9 connaissances ave leurs opinions ne nous montce quelle est la richesse de sa sagesse, mais nous font com prendre que sa science est sans limite, De méme qu'il se ‘manifestait aus stints sous le forme des elements de ce monde car ils ne pouvaient le voir avee les yeux -, de miéme toures les connaissances parlent de la sayesse de Diew en wrilisant les traits de ce monde, Cest pour cette raison qu'elle aesplicitent pas quel est lo mystére de sa igen, mais Font sivoie seulement quil ext Ee ecla paree {que oi Tes clémonseratinns, nila structure de Papparaitre du monde ae peuvent expriner le mystére de la science de Diew, De méme quaprés Ia disparition des clements ur, feu et Tumigre, qui rendent Pomme visible dlans le monde, disparaitront aussi les formes qui caractéri- sent ces visions, et de méme gue Diew sera eonnu dans le monde nouveau grice & une vision nouvelle et inconnue de rows, de méme par la réduction au silence de toutes les logues eesseront aussi tous les ciscours et démonstrations ct, geive 4 une connaissance nouvelle, le mystére inépui- sable de sa connaissance sera manifesté sans limite dans le monde A venir, «les langues se tairont et la connaissance » Si les langues qui produisent les sons disparais- ent, & eombien plus torte raison disp mots proférés par les langues aitront aussi les Si a connaissance qui enjgendie les pensées disparait, combien plus forte raison disparaieone aussi dans le monde nouveau tous les mouve= ‘meats qui sont le produit de notre pensée, tandis que nous cexulterons dans une connaissance qui n's tien 4 voir avec notte connaissance acivelle, au sein du mystére de Dieu, dans la vie future, Si toutes les langues se tasent, si tout cx gue , si toute connaissance est abolie, tout mouvement éliminé, comment pouvons-nous penser avoir atteint Ia vérité avec les pensées qui sont ntees dans le temps present Ou bien, en quoi consistern 60 JEAN DrAPaME selon nous notte connaissance dans la vie nouvel sens intérieurs ne peuvent 18féchie sur rica? ‘Tnowssios : Pourquoi ne peuvent.ilsréfléchie sur rien? Jh98 LE SOLITAIRE : Parce que jusqu'a présent ils ne se sont pas élevés au-dessus dela motion humaine! Parce que Toutes nos pensées sur les réalités invisibles sont struct ées selon un schéme humain et que notre esprit leur artribue notte propre structure. Considérons exemple de notre homme invisible face aux realités iavisibles et com: pprenons qu'il ne peut connattre ces réalités si, au préalable, ‘I n'a pas éliming l'obstacle & cette connaissance qui est erreur?, Remarquons aussi que notre homme visible (peu servie) d'exemple pour les eéaltésinvisibles: de méme que les pieds du boiteux ne peuvent étre aptes i fa marche, sia préalable ils n'ont pas 6é guéris, niles yeux des aveagles ne peuvent voir si auparavant is a’ont pas été ouverts, nila langue paralysée ne peut recouvrer la pazole si tout d'abord 16 ses liens n'ont pas été déliés, il en va de méme pour les sens invisibles de Péme qui sone la connaissance, Pentendement, le discernement?, Fintelligence et le science. Parce quis cont subi du dommage a cause des pensées perverses et diverses habitudes mauvaises, que leur connaissance est tombée malade et qu’ils en sont devenus comme infirmes, ils ne seront capables d'aceueilir dans toute sa grandeur connaissance de la vie nouvelle que si, au préalable, ils ont té guéris, ont fait disparaite les souillures des pensées perverses et se sont remis de la fablesse (eausée par leur attachement aux) choses terrestrest. Quand ils jouiront de la santé spirituclle, alots leur connaissance pourra se 1. in ryrique thf Ce ferme tk te es slain ave a sutre de mime racine, ga’: mpalion, Emotion, pense, since CL Incr p58, 03 et ae 2 Cheap, ps3, a 5 Imporsnce'di dicernement pour bien diningeer lr diverce eee ete 'y Orighellemeat Hine at cn bonne samt, Cat-dite pure de 1. DEUSIEME DIALOGUE (ye e519) 6 mouvoir dans les mystéres de Dieu, Das lors, si Phomme nest pas gratifié de la science spirituelle, il est clair que TYobstacle ne vient pas de Dieu mais de lui, homme que sa faiblesse rend incapable d'accueilir toute cette grandeur. De méme que ce n’est pas la faure de la Jumiere si elle nTapparait pas aux yeux des aveugles, mais que la cause de cette privation tient 4 leurs yeux, de méme cher Pime qui nie posséde pas la science supérieure au corps, ce n'est pas Dicu qui est obstacle, mais la faiblesse de Fime qui est incapable d’assumer la force de la connaissance. Que soient fuéris les yeux et voiel qu'ls voient la lumigee, que soit delice la langue et la voici capable de parler, que Souvrent les oreiles et les voiei qui entendent, que soient gues les Ist les voici capables de marcher alertement, Ceci applique aussi a nos seas invisibles. Que notre eweur soit purilié de la perversité et voici que nous entrons dans Vintimité des mystéres de Dieu, autant qu'il peut nous étre donne de la connaitre. Eliminons ls pensées corporelle et alors se mouvront en nous les pensées spirituelles, Putiffons-nous du péché et nous mériterons de voir les ralités invisibles. Ton regard est aveugle et eu demandes pourquoi il ne voit pas la lumiére. Ton oreille est bouchée ‘ct tu demandes pourquoi elle n'entend pas. Ta langue est lige et tu demandes pourquoi cu n’es pas doué de la parole, Supprime tous ces handicaps tu verras et entendras pparfuitement. I faut dire la méme chose & propos du mystére invisible de notee homme intérieur: il est aveugle aux réalités futures et nous nous étonnons de ce qu'il ne les ‘oie pas. Notre ame est prisonoiére des choses terrestres et nous nous demandons stupefaits pourquoi sa fagon de penser n'est pas spirtuelle. Guérissons la eécié de notre ‘oe peaste perverse et hainule mauvaie. Mas, par Yentemise du ope et sus Tinlcnce autres easter entries, ele ext tombe ‘makers done besoin de ocouvec a sane, pour qu ses ens pubuent Peeve le destin qloreos augue Thome ext apple par Bice. Co theme es velop us’ aa du dnlog, CE leo, ” pensée, alors nows pourrons voir les réalités& venir, aatant gue cela est possible. Dalions les liens de notre me, alors ‘nous pourzons marcher aisément Ecoutons eeci comme venant de Diew Iuieméme en 1 sonne: «ai placé devant ehaeun égelement des réaltés Invisibles et des réalités visibles, Je ne refuse rien & qui me prie comme ille doit, aime parellement tous les hones, Personne ne m’a rien denné avant que je le crée, pour qu'il it aim de ovo davantage, HE ne emancle pour que sa création soit plus excellence que cele Dis presen de des autres. Unique est ma volonté dans la exéation des hommes. Je n'ai pour eux qu'un scul et méme lorsque je les comble de biens.» De méme que ces choses Ia lumiére, le ciel et les éeoiles se montreat i tout ‘sible un chacun et que c'est seulement une lésion de la vite qu, comme je Vai dit, prive Phomme de voir la nature, et non eles pas la nature qui empéche les gens de voir, de m mystéres divins, ce n'est pas Diew qui les exche aux hommes, mais ce sont les hommes qui en sont dloignés & iment, dans la Je son ime et 08 Mon s'applique & elle, Pame cause du dommage subi par leurs mes. V _guétir es infirmités ot & acquérie la santé spi s'élave price a excellence des réalités invisibles. Parce que les hommes ne veulent pas fice cela, Ia gre de Diew est destinée a Vaccomplit duns le monde nouveass, Par 'ffica issance divine, Dieu fera disparattre our ce qui ae les hommes dé établis dans le mystére authen tique de ca sagesse. De méme que c'est par un aete de sa flonté qu'il les a créés, de méme c'est volontairement gui les accomplira en conformité avec Je don qu'il leur a fait de la résurrection THOMASIOS : Oi esti enscigné que les hommes devien ront plus parfaits qu'ils ne sont? JéAN LE SoxrTaiti:: Nous en avons une démonstration dans Tenseignement de Paul, lorsque, sadressant aux Hbreax, il décrit la foi des anciens, pour qu'lls ne croient 1 DELSJPAME BIALOGUE. eye) 6 pas que Ie Lo Guten comradition avec Ia foi quit Caseianait Eel appose la peuve que est pat foi que tous les Patriaeches one 64 ageables & Die, losqyi moncre quils expesient avec ue fl coal alors qu'ils Pas quiconque ext mon qu sera accompli mais que Dies inset des homme, Fal continue anit «Dieu pr Véconomie que Dieu accimple dans le monde corporal tncore et quil et fin ire ce gil sera, quilt Pat eicre pr a forme al sim peat acomn reyot dans le sin materel sa forme achevée ct toute la Structure deseo membres, Er des qui toute su forme monde, Celine le doit past son action 4 I, Homme Semirable qu doe se manifeser dane le monde ten, alors qe Pomme a's pas encore arin le sade qu'il ne posséde pas des seas supérieurs au con qu'il est encore informe dans ce monde den bas corrompu, cette main qui 2 tout eréé rassemble ses membres, ajuste ses articulations: il regoit ses traits splendides et sa forme admirable ex devient une essence glorieuse qui se tient spirituellemene dans le monde spirit! bebe, oo 2 GE Inwod. p49. 5 1c st post frmement Je principe que out le processus visible de Feteée de Phomme dens lermonde spistcl ext a icone a don de Dieu qui song dans Yecomomi salve du Gre 6 Iwan D'AeAME Et cette économie invisible qui se paste dans le monde 20 invisible ee que le Maitre universel destine & toute la race hhumaine, prend sa source dans économie visible accom: plie ches les hommes par Jésus-Christ, notre espérance. De iméme que les infirmieés corporelles comme Famputation des membres, fa cécité, le mutisme, la surdité, qui dimi rnuent considérablement les attraits de la beauté physique, dlisparassent sous leet de ls puissance divine da Christ quoi les hommes & nouveau voient, entendent, parlent, marchent, recouvrent leur intéyrité corporelle cts réjouistent de voir la beauté du monde, de méme, de par la richesse inépuisable de sa bonte et de sa puissance admi rable et souverning il doit faire disparaire toute faiblesse ct infemité qui est en nous ainsi que les obstacles qui nous eee eat ae eee cea abolition de toutes les choses «ic-bas, nos sens spirtuels seront guéris, moyennant quoi nous serons dignes de immense gloire da monde nouveau. De méme que, lors de sa premizre manifesation dans le monde, il donnait la santé corporelle pour que le corps puisse voir sainement ans son monde 4 lu les couleurs qui lui sont données, de méme par la révélation du monde nouveau, il nous lonnera la santé spirituele pour que notre homme voie sainement la heauré de ses mystéres. De méme que ceux gui font cru en Notre Seigneur lorsqu'i s'est manifesté dans le ‘monde ont &é puéris d'une maniére particuliere et ont &xé en parfuite santé dans leur monde, de méme ceux qui auront observé les commandements reeevront la gloire ‘quand il se manifestera dans le monde A venir. De méme {que ceux qui avec foi présentaient leus supplication & Notre ar Seigneur méritaient dobtenir de lui la guérison de leur infirmicé, ainsi que nous Mavons dit, de méme ceux qui, ici-bas, font monter vers Dieu leur supplication, mériteront a un titre special la geandeur i venic. Si, 4 propos de notre apparence corporelle qui maintenant connait la corruption, Vinfirmité et la honte, l'Apétee dit: «Bien que semés 1 DEUXIEME DIALOGUE. Sie pet 55 ble, a ea dela bees, tfc ee", 4 ombien ples sont now lor ence moment et nous serons alors dlans ln sayesse véritable des mysteres de Dieu. A lui la sloire pour les sitcles! Fin du deuxiime Dialogue Mr Trotsidme dialogue avec Thomasios : pourquot les hommes n’ont-ils pas été eréés dans la vie qu'ils sont destinés a recevoir? of d'autres sujets. Aprés Poffice de trois heures, Thomasios prt la parole Aprés que tu as _ponidu i la question de savoir pourquoi bord dns ce monde avec un comps Diew nous a placé composé, il me reste 4 te demander pourquoi Dieu, en créant la nature humaine, ne lui a pas donné dés le début cette excellence qu'elle aura apres la résurrection, Juan 1 Sout; Si dés le début Dieu avait eréé les hommes dans cette grandeur furure, ils n'auraient pas eu de postérite par la génération!. Er il ne les aunt pas Mais ils auraient &x2 exéts ‘en multitudes innom cme es anges, de Fao paca siseaux, ks poissons et les animaux. Car ce sont seulement spices qui ont &6 créées dés le début en troupes ces espéces 4) . innombrables. Mais comme je 'ai dit plus haut, parce qu'il 4 voulu aecomplir T'économie glorieuse dans une natu 1: ta ealiation de économie oul par Dew dans une mare non cosccnent pital irplnaait son lerent dans Te temps, 34 Adee in suecesion ds genesis humains IML TROISIEME DIALOGUE ye si 6 fo sommes sous 4 a oi de la ewines ef fe Is hevement de cette économie, et alors, grice Alar : début nous avons Ee en ie dans cette grandeur du monde essuirement nous faire savoir que evoir une grandeur plus excel lente que la premiére, Premigremen : afin que nous deman. deusiémement, pour que sa riehesse nous persuade de aotre indige eet du besoin que nous av sle quelque chose de supérieur & nous. De toute manne, grice a cette grandeur supérieure a celle du. monde «clei, pour que pat la prise nos cherehions 3 ten soyons sans cesse émerveillés, et aussi pour que les mondes ne pensent pas que le richesse de Dieu est limitée, sous prétexte qu'il ne voient rien desu rieur a eux et qutils ne fi ne donne rien. En résumé nous aurions beau dire cela mille fois mieux, nous devrions regoivent rien et gue ‘conelure encore que | éire de que la création doit éire déficiente pour que notre défcience fis fe tude de Dea, q's demandent ce qi xt supriear sees bonté de Dieu leur égurd Dieu sai ee ile vale diferent, i aura lls que, parm tous ees monde, ca fasse un inférieur aux autres en a fn tout, pour que par lé ceus-cl comprennent sa sagesse, Mais du fait que (la infvcure et mene de piste CE Intl aye a os JEAN DAPAMEE création) est son curse, nous pouvons Uédaire qu'il devait spore dune spirslt qui font dfaor notre monde. Si hommes aatent ee ects dans I plenitade gloiese ds hone de pus pet que hy ise sauriene pas que leur tnonde ext grad Et pour leu permet de esto, a procédé de‘deux maneces: dabord en leur donnant ce “Thongs i Diewa mis es omnes d'sbord dans une ature faible et imparute, pour quis reconnaissen la LM TROISIEME: DIALOGUE (ye syn) % «les Principautés et les Puissances célestes*», Et quand il parle des Principautés et des Puissances, il enseigne qu'il y ads ordres supérieurs les ung aux autres, Juan i SouTAIME : C'est vrat que dans ces Puissances Wen haut ily a une higrarchie+ certains de ces ordtes pénétrent plus avant dans les mystéres de essence divine. Jes plus dlevés ce sont les Chérubins!. Or ils a'ont pas été cenvoyés dans ex monde-ci pour qu’a partir de ce monde ils puissent connaitre leur glorieuse dignité. Cependant, en rendane grice & Dieu, ils voient l'excellence de leur dignité par rapport ax ordres inféricurs. Quant 4 ces multitodes {ui sont inféricures & ces oralres supéricurs par le degeé de science et quisont les anges. , Dieu lesa eavoyés dans ce ‘monde-ci pour gu'en voyant sa petitesse par rapport 4 eux, ils s'émerveillent de la richesse de leur plenitude en lovant Dieu. Quant au genre humain, € sont toutes les espéces {gui lui sont soumises qui lui foat consaltre la digaité de sa condition. Er selon l'économie divine qui lui a annoneé Vespérance de lz vie d’en haut, il doit demander par la priéte, d’étre élevé jusqu’a ce monde de paix’. Pour les multitudes den haut dont je viens de parle, je vais appuyer les propos que adresse 4 Ta Charité sur une preuve scripturaire pour bien montrer qu'il ne sagt pas 'un futile jeu de Pespric lorsqu'on se demande pourquot, es trois ordres den haut que mentionne I'Ecriture, seul ordre des anges est envoyé comme messager du Royaume de paix vers notre monde. Ft pour que l'on ne croie pas a: Fiphés 5,10: |b. CE Col. 5,1 Je, comme les acer ehologins eins, tent pour I primate kes Cherubins sur les Séraphine. Vorigine de cette Conception est 4 "hercher dan le Lived Hb (2), pocrype ji ui aap es "vcloppements corsiérbles de Tanglologe dan ipiteanceane CE Dar Buch Fed tnd. Joh. Fleming st L. Radermacher, CCS, fo.~ La discon entrees anges qa comme ls Cheri et kes Sérphins estet pets de Diew et ceux gol sont envy cn mision int des Ores Chale: ef Hanon, cits. ygq, note dept superier et eoseprélatment de eur envoy on les Shree wages» comme ke fat habiellement Teriure, lat i fat ak chereher le prophite Michte"- Néan- toi, dans les visions des prophdtes,IHriture se ert de fhoms différents pour bien distinguer les ordres les uns 26 dlavec les autres. Lorsque Isaie eut sa vision dans le Temple, comme on I Fl por eux gu sont envones partout, il avait appelé eanges» ceux qui lui sont apparus ten forme de char devant le trne de Dieu, sidonc ils eaient eso et n'aient pas supérieurs vraiment de Pordre des ean : i eu par la science, i ne es aurait pas appelés Séeraphins hi Ire des Séraphhins est ien plus Gar, dans leur moade, Ve lene que celui des anges er il se tent plus proche de Diew igrice au mystére de In sageste, Et lorsqu'ils sont apparss dans notre monde, Isaie les a yus en vision dans Ia proximité de Dieu, Pour faire comprendre 4 quel point ils ont prociies du mystére de Dieu, il exprime leur position ‘rone de Dieu. «Je vis le Seigneur raphhins se tenant au-dessus de cn ceoite relation av assis sur son ere et les 5 joi » Paree que nous ne pouions savoir que Forde des Seraph ext plas lev que ec ds anges «o coor et pl ends en ginde qul ae dennent deb inéme Te propite le, dant ex s'asseoient prés du roi, d Sa vision, nous a montré de maniére symbolique que Vinwimité des Séraphins avee Dieu est plus grande que celle des anges. ‘Quant le raison de cette vision, pourquoi elle a eu liew selon économie en vigueur au temps d'lsraél, je ten se des visions parlesai quand nous en viendrons a Fexé} prophétiques. Ce qui nous intéresse pour le moment, cht oa dd ae la connaissance supérieure au corps. Je vais done ten parler, autant que possible, de fagon spirituelle, Sache Wabord que ce nom de «séraphin» ne désigne pas ke ‘nature, mais le bruissement de leurs ales}. Le propbéte les 27 homme ainsi @aprés le volgtemene de la saintete quil a centendlu, En hébreu cela se dit saraph, ce qui, en syriague, se traduit : serabjow, equi voléten 1 propos de Ia forme de leurs ailes «done deux leur couvtaient les pieds*», nous cevons, je pense, les consi- udérer en rapport avec le mystare den haut gui leur est Propre: bien que leur pensée se meuve sins répit pour scruter le mystire divio, eependant ce mow limit, exr, en dehors de la science divine, il a’est pas de seienee sans Timite, Quanta phrase: «ile deur alesis se yoillaient le visie*», nous devons fa comprendre comme suit: si haut placés et dlevés soientils dans le mysiére devant lequel ils se tiennent, ils ne peuvent ceepenxdant avoir Ia vision de Dieu. Mais ils se voient ceuxcmémes du faic qu'il essayent de eonnaitre Dieu, De iméme qu’aucun' Pentre nous, méme s'il monte en espi jusquiau ciel, ne peut voir un Séraphin gue sous une ipparence humaine - et done oe quil voit est un homme de meme, pour ceux-c, I'idée quiils ont de Dieu ne leur permet pas d'atteindre& la vision divine, mais ils se voient ewx-mémes quand ils pensent a Dieu. La phrase : «avec deux ales ils volaient et criaient sigoilie «que leur connaissance de Dieu les plonge dans un émerreil lement perpétuel et une louange Quant 4 Vordre des Chérubins, Mcriture divine te ntomme partout ele Tréne de Dieu». «Toi qui trines sur tes Cherubins, manifestetoi' Il voir, Cesta-dite (il voit) 612.16 fo 1. explication de nom des Séraphins donnée ii fie ppel a vee syria rol que To sd rencot pour diene le Yeletemcn de sprit de Dew 1 es cx primers et our les di Brig 55 7. En Een acne aus sap sige be ene CE 2 JAN pevpante les abimes et «ll siége sur les Chérubins”.» «Il chevaucha les Cherubins et volun Nalons pas croite que cet xpresion «Trtne de Deu» pour dsigaer la Cheri symbolises pr leu incite avce Dic et leur pret tence sor tous le autres ondres angéliques. Bien que Tappeltion aie une forme corporelle, le mystre, Iu es incorporel Quand les prophets dist que les Chéabins ils veulent simplement dire que, de tous les ordres, celui des Cherubins ext le plus proche de la connaissance de Dieu. Quand i est dit des Chérubins qu’ils portent la smagoificence de sa ploire et que les Séraphins fgnent, il est évident que ordre des Chérubins est plus proche de Dieu que celui des Séraphins, qu'il est plus proche des mystéresdivins et que dans Pau-deli, le mystere [Rlorieux du Tout-Paissant se trouve cher les Chérubins en tun degré plus élevé que dans toutes les autres multitudes cdlestes, Si ce n'état pas pour nous faire connaitre lexis tence dune hiérarchie dans le monde des étres den haut, les Eeritures, qui parlent au nom de I'Esprit-Saint, vaurient pas parle de distinctions entre les ordres. Quand fade proximité de elles parlent d'une plus ou moins Dien, cela ne doit pas s'entendre sur le plan de Vétre. Par proximite jfentends la connaissance des mystéres divins Les Chérubing sont plus élevés dans leur mystére que tous Jes ordres qui ont été mentionnés. Ni les Séraphins ni les fanges n'ont &é appelés le trone de Dieu et jamais les Chécubins et les Séraphins n'ont 1 appelés «envoyén Mais & propos de chacun des ordres, Dieu a fait connalere par les prophétes la grandeur des spirtuels au moyen images que nous poavons comprendre, comme la higrar- 5 CEP s 104.6 Ih PS 99 1H Som. 23,015 P5 18 IL TROISEEAIE DINLOGEE (Se 2750) B chie des grades dans Varmée d'un royaume de ce monde. Les prophétes n'ont pas voulu dire que Dieu a besoin des 29, Chérubins comme siege, nile prophéte Isale n'a voul ‘montrer parsa vision que Dieu ese limité par son entourage de Séeaphios, ni qu'il ne pouvait mener 4 bien son Economie sans envover les anges; mais tout ce quia écé dit par le Tout-Puissant sur ses visions et sur les Puissances en haut, Ia été en raison des actions qu'il a aceomplies dans Péconomic avec le peuple d'Israél. Er comme nous ouvons supporter les images et done sommes capables de comprendre les téalités célests, les Cherubins sont appelés de Trine de Dieun Dieu sigue sur les Chérubins!.» Ce n'est pas quils te portent en réalit, mais Cest selon ke sens de cconomie qui acu Hew en Israel, Quand les Feritures disent; «ll & cchevauché les Chérubins et 2 vole», elles veulent mettre cen reliesa manifestation, parce quil est manifesté pour le salut des hommes. Il ne s'est pas manifesté a eux en personne, mais c'est par le salut qu'il s'est fait connaitre eux. Une fois qu'il a accompli le salur, il se cache a nouveau dans le silence. C'est pourquoi pour signifier sa manifestation, is disent : wll a chevauché les Chérubins eta volé.» David, pour montrer Ia rapidité du salut, dit «ll plana sur les ailes des vents!» 5! [our que nous nous représentions Dieu comme un oiseau qui plane dans Vair, mais pour signifier la sapidité de sa ‘manifestation. De méme, il ne faut pas s'imaginer que dice «cll a chevauché les Chérubins et a volé» signifie que Diew fst_comme un eavalier sur son coursier. Par le mot Chérubin», I Eeriture vent beaucoup plus signifies sibilite de Dieu. Pareillement les mots ila dit cela, ce n'est pas «Tol qui es assis i les Chérubins, révele toils, sigaifient qu'il pri celui qui est invisible & tous de se révéler en accomplissant le salut, De méme par ces paroles: «fl a place son char sur les 30 5. Ps gp, to Sam. 22,11; Ph v8 12) Pa oy 3 nuées» et «ll stavance sur les ailes du vent, il n’s pas ‘oul die que est la Forme d's char qui est p raves, ai qu'il a aspect d'un homme Savangant dans Pair, imi, par le moc «char», il a voulu plutée signifier qu't disant esur les nugesn, il veur suggerer Pentréme varigté de ses manifestations. De méme que les auges se montrent vec toutes sortes de couleurs changeantes, de méme Diew condescend & se manifester aus hommes par toutes sortes ‘all s'avance sur les ailes du de visions, Par ees paroles vent», il signific by rapidité dle ses apparitions. Par les ‘enues» qui sont en bas et proches de notre séjour, avec toutes leurs formes variges, ‘1a voulu exprimer la condes: ‘cla place son char sir ex cendance qu'il 4 mani Tomes: C'est pourgyiot i di haves» ot «ll Savance sur les ales dw vent.» Aisi les hevauché les Chérubinss ox Hes ais su paroles: «fl prises au sens litera lex Chérubins» ne doivent pas te Beaucoup de gens prétendent que, aprés UHeriture, la vision dans le Temple avait ew liew au-dessus des Cher bins. Mais les paroles : «II voit les abimes"» et «ll sige sur Jes Chérubins"» signifient la hauteur qui est au-dessus du el ‘Apres que si parlé da sens de économie qui a eu lew cn Israél, Geoute mmaintenane le mystére spiituel en un sens bien plus sublime, I nous sera, profitable de considérer que ces paroles: «ll siege sur les Chérubins signifient que Vordze des Chérubins posstde plus que tous les autres la connaisstnce du mystére de Diew, ainsi que je I's dit plus haut, Le mor Aira sig Eeriture appelle habituellement A#F7b cout ce ‘limite. qui délimire un lieu. Ainsi est appelé £éR ce qui barre Vaccés du Paradis!. Alors que dirons-oous de Vordre mm, Pe iog sin. Ph. tog, 30. Pe 196 pe PID, (On ne vot po Jenna pis ete tyamologe de A, La icine I TROISHEAEE DIALOGUE (ye see on supérieur qui ext désigné par ce nom d'en bas, chérubin? Nous voulons dire ceci = eeu qui délimitent an lieu ne sone pas des corps, bien que ee soit un mot de ches nous qui es cemployé pour les désigner. Ce mot a dans leur monde un autre sens que cher nous ot il sigalie «li ite eu lew Néanmoins, quand [Ticriture veat exaleer le mystére de leur science, elle les appelie de ce nom. De méme que, dens notre monde, ce mot est utilise pour delimit un liew, de iméme nous regardons le toisiéme ordre appelé Chérubins ‘comme celui dont Ia science marque li limite de celle que possédent les orcs inférieurs. Ce que je veux dize ici n'est ps en contradiction avec ee que [ai déjiafirmé. Ces mots doivent étre pris chez nous dans un autre se a que chee eux. Si ['Vicriture, qui est parole de vérité, dit: all a chevauchéy, «ll siggen, all ehevauche», ela dtaital Gere pris au sens liuéral og ne désigne-il que leur apparcnee extéricure? Mais parce que le langage ne peut exprimer que apparences corpo: ux anges et aux démons. He qh Mapparence corporelle, il applique ees relles a Diu, ind nous vvoyons appliquer ces apparences corporelles & tout ce gui est invisible, il faut entendre cela dns an sens diffrent suivant qu'il sfagit de Dieu, des anges ou de nows. Il faut surtout éviter de wout embrouillerinconsidremeat, alin de bien distinguer les connaissances et eomprendre dapres les dispositions divines quel est le sens et la portge de ees mots. as demande de te pat spirituele d'en haut, e vais explique les mots all sibge et il cheyauche» selon le sens mystéricux qu’ils ont 2 don lieu ide anmbrenes yp hercinen, Roe Bie cts eherce de son sens nat ses Set Day os 986, p 8-39, dan ks testes akan tensive gus le religions pas poste’ 2 Perc dey esse Publics pour en cmpecer Factér uth puisanecs mawvaes» (Bi 6 Juan onPanis contexte, «Il chevaucher signif «il habite. Comme aussi dans ce texte: «Chanter au Seigneur qui chevauche dans Tes cieux des cieuxs, Vexpression «il chevauche dans Te ciel» signifie: il habite dans le cel. Sitgersignifie habiter Selon la parole de I'Eeriture : «La montagne que Dieu a cchoisie pour y siéger"s, cestedire pour y habiter. He il poursuit: «Car le Seigneur y habitera éternellement®» Il Appelle montagne le pays de Juda, selon la parole de Eeriture : «Le mone Sion oi tu fis ta demeure™-» Il ne faut ‘pas comprendre whabiter» au sens de asiéger en un lieu», frais & celui @accomplir 1a des signes. «Tu es saint et sieges dans sa gloice, Iraél'y signifi: il habite ld par ses prodiges. Ainsi par ces mots: ell siége sur les Chérubins», 1 veut dire qu’ abite en eux. Car de quiconque le pergoit fon dira que c'est la qu'il habite. Mais parce que, parmi ceux ‘en haut et ceux den bas, il nen est point qui connaissent le mystere divin & Tégal de ordre des Chérubins, sculs ces derniers sont appelés le trdne de Dieu. Cest pourquoi rmets-toi bien dens lesprit que partout ou il dit: ell siége sur les Chérubins», cela sigaifie que, apres le mystere spirituel de l-bas, il habite en eux par son mystere divin, De méme la parole de lBeriture : elsraél est saint et side dans sa gloite'n signifie que lui, cesta-dire sa qloire, habite dans le royaume, le sacerdoce et Ia prophétic du Peuple et ne designe pas une fagon extérieure de s'asseoie 433, Ainsi nous devons comprendze ces mots all sigge str les Chérubins», au seas de : ell habite prés deux.» Si tu passes en revue les expressions de l'Bcriture, tu trouverus aussi l'afirmation contraize dans ces paroles tLe ciel est son trdne et la terre lescabeau de ses pieds*», etailleurs: «lla mesuré les cieus i 'empan et jauge toure Ia terre au boisseau*, » Comment ces paroles que nows venons Ge citer ne seraient-elles pas conteadicroires? Car ele ciel est Pe y4 ll: P68 lls Pe 74 al Pa aegis Ts be is gore IM, TROISIEME DIALOGUE (yn: 5-4) ” son trdnew signifie qu'il est limité & V'intérieur du ciel. Ex ail mesure & empan signifie que Di petite. mesure Te limite avec une Cest_ pourquo’, mon cher, sous allons chercher Ia raison pour laquelle ces paroles ont été dites Alors, dans ls mesure du possible nous eonnaitrons tout de fagon ordonnge ‘Tuowssios: Paurais done Vexplication de tout cela? JEAN br SOLITAIRE: Ces paroles ee ciel est son tréne via terre Pescabeau de ses pieds» sone dirigées contre ceux gai congoivent la wloire de Dieu de fagon corporelle, en smaginane qu'il habite en un liew comme un homme dans sa maison. Crest pourquoi il séléve contre une «elle conception et leur eéorque en disant : «Pourquoi pensea- vous que je me suis choisi un liew ou que je me suls dlélimité un petit espace pour ma maison? Voiei que le ciel eseabeau de mes pieds.» Ces mots: alla mesuré le ciel 'empar» sont drigés enntre a fagon de penser de ceux qui adorent les statues et se représentent Dieu sous uae forme humaine, C'est pourquoi ila mesuré cout le liew du séjour des hommes, ainsi que la hauteur de norte monde avee une petite mesure, Au lew de ile de Vhomme et de le rendre semblable, dans votre égatement, & une statue faite par un réduire Diew & artiste, sachez que non seulement une maison ou une ville, amais pas méme le ciel tla terre et rout ce qu'ilsrenferment, ‘ne suffisent 4 contenir la demeure de Diew, parce que le ciel ile mesure a Vempan, et la poussire de la terte i a jauge avec le boisseau, et parce que toute la eréation et tout ce gu’elle renferme tient, pour ainsi dire, dans a paume de sa ‘Aprés que tu as entendu la raison de cout cela et le sens dans lequel il Padi, écoutesle maintenant selon une science supérieure au corps. Croistu, mon frére, que parce qu'il a it: «Le ciel est mon tréne et la terre Meseabeau de mes picdls» il sige dans le ciel et a pose ses pieds sur Ia tere? En séalité la voulu nous faire comprendre par la qu'l rest 3 ps divisé, qu'il nese pas en partie au ciel et en partie sur Ia terre, IHest comme celui gui est assis sur un tréne : son andis que!'escabeau image y apparait dans toute sa beaut ren laisse deviner que peu de chose. De méme, Diew a anifesté aus multitades edlestes Tingpuisable beauré de ses mystdres, Quanta sons qu'une petice part connaissons bis ainsi que Ta dit Paul: «Nous ppeu de choses.» Pour que 1a sois convaineu gue Vordze des Chérubins et des Séraphins est supérieur A celui des anges, sache que C'est lt raison pour i envoyés dans le monde: aguelle les premiers n'ont pas Gar ils o’one nul besoin de voir notre monde pour connaitre leur propre grandeur ou pour tirer profi des mystéres de Méconomie qui sest déroulée dans notre monde Les multitudes cles saints anges a’ont pas été envoyées pour qu’a la vue de notre monde, is progressent dans la connaissance de Dieu, Mais ils étaient des médiateurs envoyés pour nous faire percevoit lenistence d'une réalité plus grande que notre monde et sous révéler le mystére spirituel du ciel, Et & lt vue de notte monde, leur gloire sgrandit immensément a leurs propres yeux quand ils vient {jue leur nature est suprieure la aotee, quelle nest pas sujette au besvin comme nt, 9 (ea Ia souffrunce, Mais le iperivure i tout cc que contient notre monde Que dans ss misiricordiouse bonté, Diew nous trans forme, nous et le monde, par la révélation de Jésus Christ notte Seigneur, A luilagloire pour les siles. Amen! Fin de troisiéme Dialogue 1. La pons deb connasance, sot dan e monde spit ai dans tends wtih, impligne fesiuence ue Taree ene ex fires ert Ce theme sem devekppé das ke Diige IV, 36 CE Vv ne Dialogue avec Thomasios sur Vextréme des étres eréés par Dieu, sur tout ce qu'il a dans la nature et hors de la nature. Et d'autres sujets! Le Tendemain matin, aprés quis farent entrés cher Jean 1 curent pri, THosiasioy dit iF de Diew pour ses eréatures. est parfait, pourquai aceil © les multitudes den hawt dans toute ané li prééminence aux Chérubins sur Jes Séraphins, aux Seraphins sur ks anges et us anges sur les hommes? Pourquol stil établi le genre humain dans cette condition inferieure er fut es hommes si différents les uns des autres en ransleur et en avantages, et cela dés la création? Car enfin, les éresspirituels ne chantaient pas sa sloire avanc d'érre é€és pour que leur louange incite les erie dies une aaa pousse a les créer dans une nature faible et indigente?. Jean ur SourraiRe activité creatrice de Diew dans les ble. Par mondes, je ne veux pas dite ceux. dont parlent les Valentiniens qui o dlistingué une multi tude de re m ons et ce mondes. Par «mondes», jentends le busite wls pour is retin de a notice bere Koni sur Jean eApane, auteur psstigue. probleme de Jean Apamten, OCP 6,198 2 CE Tato. p87 Seems sigue de Bar x Bo JEAN prarante, monde des anges et celui des hommes", Si ces deux mondes Gient ggaux en grandeur, on ne pourrait méme pas ‘connaitre cette grandeur. L’exemple suivant va nous alder i comprendre cela, Pourquoi disons-nous que le roi est grand? Crest évidemment parce que les autres sont infé eurs a lui Pourquoi nous apparsit de fagon si evidence la ignité dw général commandant en chef? Il est clair que est a cause de Mexistence des grades inférieurs au sien. Si tous les habitants du pays avaient regu la méme dignité, is ne se rendraient méme pas compte de la dignité de leur rang, parce qutils seraient cous sur un pied dégalité. Leur grandeur ne leur apparaitrait pas parce quils ignoreraient ce qu’est la petitesse. Nous disons la méme chose de la ‘ontaissance, Si tous les mondes avaient le méme degré de connaissance, ils ne pourraient méme pas pereevoir Pexis- tence de cette connaissance. Que pourraientis connaitre s'il o'y avait rien de plus prand ni de plus petit qu’ews, pour Sy mouvoir et saisir les distinctions inhérentes 4 la connaissance®? Si tout étaic de kt méme couleur, la vue svexisterait plus parce qu'elle ne pourrait rien distinguer. Gar comment la vue pourraitelle distinguer, si aucune dlistinetion a'existac entre les choses? La vue dans ce cas devient ane non Je. Cest comme lorsque Pon se trouve ddans une piéce obscure : on ne voit qu'une eouleur, celle de Vobscurite. Comme il n'y a pas plusieurs couleurs dis tinctes, le regard ne cille méme pas pour les distinguer Pune de l'autre et ce porter sur les objets. De méme, s'il n'y avait qu'an seul degré de connaissance, ce serait une connaissance morte, parce gu’elle n’aurait pas dimpulsion pour la mettre en mouvement. Quelle impulsion recevrait- elle si elle ne pouvait se porter sur aucun objet plus grand Jean, om pout le conser ii prond sc distances vis des Valeting, prtians done pose. qo rse de prendie son srr Vimportance dy mouvement dant Ia aature humane, lowed, pst 1. QUYTRIEME DIALOGUE (9. s69 a ‘oa plus petit qu'elle? Elle sesterat Ggée dans une torpeur tmucttc, Il n'y aumit pour ainst dire plus rien de vivant tout serait mort, Clest pourquoi, dans la joie favoir compris tout cela, anus disons que tout ce que Dieu & cst equitable En ce qui concerne les mondes, je vais me servir d'une pour te De méme que le corps est pourvu de membres, les uns plus nobles que les comparaison empruntée 4 la structure du co faire comprendre mon. risonnement autes, et quil a besoin et des uns et des autres, de méme les mondes ont été constitués de puissances glorieuses supéricures a la classe des hommes, et pourtant dans tous activité eréatrice de Diew est parfait. Bien que la vue rende les yeux supérieurs aux doiges, parce que c'est dans les yeux que se trouve la lumiére, néanmoins, lorsque le comps est enchainé, ce sont les doigts seule qui peuvent Fonetionner utilement. Bien que les ordres spirituels soient plas glorieux que les hommes, cependant ceux-ci commu- hieat aux mystéres de Dieu Demme que le corps serait incomplet si a'avait qu'us membre, de méme l'activité réatrice dle Dieu ne serait pas parfaite si elle o'avait eréé qu'une chose, De meme que la rmultiplicité des membres, grands et petits, manifeste la richesse du corps, de mime existence de mondes de toutes dimensions manifest la tichesse de Dieu. Ee rout ce qu’ls contiennent est un enseignement universel, Lfondre des Chérubins n’sjoute rien atv Maitre de Punivers qui leur a ‘donne la preeminence sur coutes les Puissances célestes. Et le gente humain, avant dexister, n'avait commis aveune faute pour étre eréé inférieur au saints anges. Mais la prééminence des tres d'en haut est plutot une aide Universelle qui nous donne de connaitre une espérance plus cexcellente gue nows et nous manifest la richesse eréatrice de Meuvre de Dieu. Ee la petitesse des étres inférieurs montre les splendeuts des étres supérieurs et la puissance de Diew qui, dans une nature inférieure et méprisable, a 8 8 FAN DAPAMEE opéré une économie glorieuse, C'est dans la nature qui a beaucoup de diffculés 4 étre spisituelle que Diew ®appréte a manifester Veffieacité de sa. puissance, Alors que les hommes se sont natvrellement que poussigre, ils sone destinés & recevoir la spiritualie des stints anges, e¢ cela ome sls avaient une nature glorieuse, Sidane tour Cire por sa science inérieure et son essence visible Gait comme Tes anges et si Dieu par son activité créstrice n’avait fat apparvtre qutune seule nature, on ne pourra pas sivair (quil a fait quelque chose de grand [Expliquons par quelques exemples ce que nous venons dle te, Le soleil et a lune sone yrandls paree que les ériles sont plus petites qu'eus : apprendrions-nous i conaaitee la ysse de Diet s tous les astres étaier Sil n'y avait, comme Cest Ie eas, de nombreuses diférences ene eux? Serions-nous émerveillés par la richesse de ractivité eretrice de Dieu, si au liew de eréer beaueoup Fespeces d'oiseauy, i n'avait erée que Pespece des aigles?| Serions-nows en admiration devant la dliversite de toutes es hordes d'anioaus, si toute la classe des quadrupedes sit réduite aus Elephants? activité eréarrice de Dieu ne serait pas aussi aslniable, sj au lew de exéer une grande varigtd de pierre, il avaie Gait de tutes les pierren des prerles, Les perles n’auraient plas grande valeur, puisque tout serait des perles. Si tous les animaux étaient comme les hommes, on ne pourrait pas reconnaitre la dignite de ceux, (est pourquoi nous connaissons la richesse de Dieu price aux nombreuses dilférences quia mises entre les eres : parla hauteur et la profondcur, par les forces qui se sont manifestées et celles qui n’om pas té nommées, par les réaltésgloricuses den haut done aucune image dic-bas 1. a hia entre les res crs a voulue de Dic. lle est dun ise esata dgradation ou d'ae chute dens mire trina le ft de sve pote cio sniere 3 elle es angen do fraser ea stor Poperance datindre oa jour A lie condion Hlorewe: CE Gi, $81 we 8 ne peut donner une idée, par fa vérité a venir dans les choses invisibles et visibles, par les realtés présentes et & venir, par les anges et les hommes, par les connaissances: supérleures et infericures, par les animaus grands et petits, par ls mer et li terre, par les diverses espoees doiseaus et a altitude des reptiles er autres animus innombrables Meme ces étres petits et méprisables sont uae manifestation de la bontg, de la Providence, de ly longanimité et de la douceur de Diew : de sa bomté parce qu'il comble nore incligence, de sa Providence, parce qu'il nous protiye de ce qui nous nuit, desa longanimité,d cause de notre désobeis- ‘desa douceur parce qu'il pardonne notre colére “Tuosisios: Liste done par ees étres méprisables qui 40 font été erés pour étre nos ennemis et nous nuire, par es snlimau, les serpents les scospions et les vipéres, que nous .pprenons 4 cannaite Ia Providence de Diew sur nous? JAN LE SoLrTaint:: C'est par les choses qui nous sont fauisibles ow non que Diew montre sa Providence & notre ard Thiowtasien + Si Dieu se sert des choses contraires et puisibles 4 Phomne pour montrer sa sollicirude envers lui, rmionere-ril aussi qivil sTaccupe ale toute Pespice des tineans, they reptiles, ses psn, des animate terrestres ct poir wins dine, de tout ee qua. un adversaire et que ee Ist pus qutoccusinneliement quis sunt protegée? Juss U0 Sourraikrs I montre si Providence a notre ‘gard, surtout pa te fait que ees étres ne seit pas protégé. Tout étre a soa contrare et en subit da demnmage. Etant donne que Mhomime est, cle tous les étres, celui qu ext le plus 4 Pabri du dommage, cela signifie que la Providence dle Dica vexerce avant tout "gard du gente humain. A la ue des maux que subissent les espéces des oiseaus et les animaux, de la part de leurs ennemis, et en voyant combien nous, nous sommes procégés, nous éalisons la sollicitude de Dien & nore §. Si Dien avait pas du ’ 8 JEAN DrAPAMEE drions pas combien il est secourable et nous protege. Comment apprendrions-nous qu'il nous garde, s'il n'y avait rien pour nous nuire? Si les hommes étaient protéés de tout dommage venant des reptiles et des démons, nous fe saurions pas que ces étres sont nuisibles, du fait qu'il n'y furait personne qui en subisse dommage. C'est pourquoi permet que quelques individus soient en butte 4 leur Iéchanceté pour manifester ainsi sa Providence, C'est Fotsque les choses nuisenr& la nature humaine que se révél aia plus haut point sa Providence 4 notre égard. Aussi, que celui qui jouit dela tranguilité, ne tenorgueillisse pas. Si rmettait que chacun soit en butte aux désagréments, i ry aurait plus personne de vivant. Et que celui qui est reelé par la tentation ne perde pas eur. Cela ne veut pas dite quiil est plus pécheur que Ses congénéres, mais c'est pour Vinseruction dauteui. Ainsi ceux sur qui tombs la tour de Siloé* seevirent de legon aux gens de Jérusalem. Bt fuss ceux qui ont regu un don glorieux ~ qu'il sagisse des anges, des Séraphins ou des hommes qui ont €€ les instruments de "économie divine =, ce a’est pas unique ment parce quis possédaient eux-mémes [a grandeur des Je vais te le montrer ok: ‘Toute cette gloire qui échut a Jean-Bapriste par Venvoi de Gabriel et la vision dans le Temple, par le prodige que fut pout le peuple le silence du prétte, par Tannonee de sa conception, Vattribution de son som, le déliement de la Tangue de Zacharie, le don de IEspric Saint dans le sein ‘matetnel, son éducation au desert, a révélation divine 4 son sujet, son role qui érait de mettre fin 4 Péconomie ancienne, en somme toute cette grandeur qui s'est mani semen par exemple des justes. festée en lui, ce a’était pas pour lui, mais pour tous les peuples, pour que tous ceux qui le veulent aient parc a ce Gul a regu, De méme Moise, qui avait &€ choist comme ales 1, QUATRIFAIE DIALOGUE (nso) Bs chef pour sauver le peuple, était un médiateur entre Dieu et celui. Ml cut des visions divines, fit des prodiges en thangeant les éléments et jouit de Vintimité du Maitre de Frunivers. Diew Tui parla, loi donna la Loi de ses mains erés 42. saintes et lui ft bien d'autres faveurs, Tout cet honneur et cette intimité qui lui furent donnés, ne signifiaient pas que Dieu n’aimait que lui, mais wous ces dons étaient faits & cause du peuple d'lsraél. Ex quant & Israél lu-méme, toute leur lui a &é accordée 4 cause de 'humanité sa gran Qutestice que Moise a regu de Dieu qui soit restéignoré du peuple? Dieu voulait insteuire tous les hommes par son xdmirable économie, et cependant il n'a choisi pour étre Iécliateurs entre lu et les hommes que ceux quril en savait Gignes et qui avaient une conduite Vertueuse. Ce n’est pas Gguil aimit seulement ces hommes-li, mais parce qu'il f'était aucune wtilité qu'il se fit voir de tout un chacun. Diabord a cause de Méyerement des hommes et ensuite parce que tout le monde a’étac pas eapable d’assumer cette mmission. Alors il choisie ceux qu'il savait aptes & manifester ses prodiges {Un homme ui esta la téte d'une Fortune coasidérable et aqui en contie ls gestion & laa de ses serviteurs, semble i feaux gui ne le connaissent pas 'avoir d'amour que pour ‘ect horame. Pourt vit manifexté Vimtention de faire profiter les autres de cette gestion et de mettre en ‘commun tous ses gains. Néanmoins sila choisi ce servi tear, ese parce qu'il tat le plus digne de confiance etcest pourquoi il lui a remis Ia gestion de sa fortune. Diew a agi dle mame avec les saints Ile les a pas établis seulement comme chefs pour Israel, mais I'élection d’Istaél Iui-méme 43, ait pour Finstruction de toutes les nations. Par toutes ces actions gloricuses, Diew a manifesté sa providence i 'égard de son peuple: par la sortie d'Egypte, par les signes tertifants qui se produisirent, des apparitions dans le il, des prodiges sur la terre, des resors emportés parles gens, exbde précipte, la porte de la mer, a colonne lumineuse, “ 86 FAN D'APAMEE Ja nuge qui les couviait de som ombre, a tendbre derridre ceux a lamigre devant", la montée de la mer‘, la noyade des Exgyptiens", Parrivée du peuple au désert, la vision divine, le rassemblement des anges fa nuee son de la trompe a noutiture vere du cel, les tisesn, lt preservation des chaussures (de tout le peuple Fincorrupribiliee des vétements|, des signes Elonnants, Vestermination des peuples, la prise de leur pays ea heritage, ainsi que tous les autres prodiges inaombrables. Touse cette splendeur, il ne la leur a pas donnée pour eux, 's pour toutes les nations, Le peuple d’lsraél a &é ploriic en ee temps fi eause des sations. Dieu a’aimait pas Israel plus que les autzes peuples. (Si l'on dit qu’) il recomplissait toute cette économie en Israél et liveait cous les peuples & sa merci en les soumettant 4 son pouvoir, parce qu’ aimaitIsaél plas que les autres peuple, alors (i faudraie dire qu’) il a aime les Babyloniens plus que les Ismudites, puisque les Babyloniens ont emporté les 5 des Istaélites, le beau mobilier et les trésors de imple, ct emmené leurs rois en eaprivité. Si done ce rest pas 4 cause de son amour pour les Babyloniens qu'il leur livre les trésors d'sracl et quill a si ien sauyé les somes de Nebukadnésar de la destruction qu font pe soumettre les Toradives et les eéduire en servitude, ce fut parce que le peuple était détourné de Dieu pour adorer es ‘doles, Dieu les livra la destruction pour que leur détresse les améne & comprendre qu'il eait le Diew unique. De meme, ce nest pas parce qu'il aimait Isral plus que les autres peuples, qu'il lui a livre les trésors de ceux et a richesse de leurs rois, en semant la mort et Ia destruction dhins toute la Palestine, mais, pour que, par ce peuple qu'il etait choisi et suguel il avait doané soa norm, il enseigne CE Magan Fa OF Mig woe CEM y= IY, QUYTRIEME DISLOGEE (n.45-8) par une prospérite qui subjuguait routes les nations qu'il frat le Diew Créateur du monde. Il n'a pas donaé toute cette grandeur a Israél parce qu'il Paimait:c'était & cause sles pechiés des nations. ‘\insi que Ta dit son chef Moise ‘Ge n'est pas pour ta justice que test dehw ce pays, mais ‘est & cause des péches des nations que Diew les a lives tes mains» Lt pir que Penseignement divin tasse resser les nations, le peuple d'Tsruel a été rendu dizne tne l'intime de Died. Lo bret, Diew devait se choisir un peuple entre tous, pour que es pradiges opeérés en son sein Jui permettent de manifester la puissance de son etre divin. Sill avait G€ présent dans tous les pouples, ceurel ne Vaursient pas reconny, Car s'il seeat ev6le & chaque peuple, chigue peuple auraic cru que cétait son propre 4 lui et opérait cher lui des prodiges. Mais, ainsi que je Tai dit, griee a Télection d'un seu ‘peuple, qui aie que ce peuple est appelé peuple de Diew, futres peuples Voient les signes adminibles opéés eo S00 45 sein et qui, parce qurils ont lew seulement chez lui, leur enseignent que Pavteur de ces prodiges dans ee peuple, est le Diew eréateur de lunivers, Quand done il resteint toute ha prescience prophévique, les signes merveilleux et a vision de la révélation 3 ee peuple seulement et que rien de ela ns lieu cher les autres peuples, comment ne seri pps Gvident que, par lil leur caseigne que Pauteur de ces prodizes dans ce peuple cest lui ke Dieu veritable, ex que Tesautres dieus ne sont rien, puisguils ae font aucun de ces prodiges dans leurs peuples? Thioniasios : Tw as patlé fort abondamment. Cependant, pour que rout cela se grave intelligemment dans mon exprit, je voudrais que tu me montres comment nous savons que la Providence divine 4 Tégard du peuple sal avait pour but de faire propresst les autres peuples ans Ia connaissance de Diew 46 88 JEAN DiNPAN JEAN LE SOLITAIRE 4 &é choisi pour Meconomie. Ensuite je te montreral pourquoi la providence de Dieu sexerce a Véyard des autres peuples. Dans si bonté ingpuisable, Dieu a eréé ce Eeoute d'abord pourquoi le peuple monde visible pour que tous ses habitants, grice 4 less tence de ces éléments et exact accomplissement de leur rile, reconnaissent et confessent le Dieu Créateus. Mais ces peuples, ne comprenant pas le sens de la eréation, n'ont pas reconnu Te Dieu exché, parce que Faction divine dans ces Gléments erat invisible et que seule une recherche trés persévérante de la sagesse pouvait faire reconnaitre Dieu 4 fes quvres. Cest pourquoi, comme les nations avient Aeluissé Dieu pour adorer les idoles, Dieu mit en wuvre de ugon visible dans le peuple 'Israél une autre économie plus puissante que ls nature, Par les signes metveilleux signes qui avaient pour objet routes sores éléments es nations devaient apprendre que seul le Créateur des éléments ponvait les accomplit Maintenant que t ss appris la raison de !'éection «Tse, sche que C'est aussi pour Pinstruction des nations qu'il a’ &é choisi. Le prophite Ezéchiel raconte que, Torsqu'ils étaient en Egypte, les Israéltes sttaient égarés ddans I religion égyptienne et que Diew voulait faire venir sur eux st colére, Cependant iI sen abstint pour que les gyptiens ne simaginent pas qu'aprés avoir fac soci les Isradlites du pays, il avaie é¢ incapable de mener 4 bien ce dessein et que st puissance manifestée aux Fgypriens par Vexode perdraic rout prestige sl détruisait le peuple. Cest pourquoi il dit: «J'ai dit que jassouvirais sur eux ma colére au pays d'Egypte. Mais jeus égard 4 mon nom et je Fis en sorte qu'il ne fSt pas profané aux yeux des nations, car je leur avais déclaré que je feais sortir mon peuple # leots yeux du pays d'Egypte!.» Par leur exode, dit, je vveux manifester ma grandeur aux yeux des nations qui ne 1 fa 20,55 1 QUATRIEAIE DIALOGUE (Sab) 8 ‘me connaissent pas, A la vue des prodiges que jlopérais en les retirant sans combat d'un royaume aux nombreuses armées, is devaient apprendre, en voyant la transformation ides éléments et le signe de leur exode, que je suis Te Gréateur du monde, Mais que doisje faire, divil? Le peuple que je me suis choisi pour enseigner aux nations mon invisible divinité est plus pécheur qu’elles. Si javais fait venir sur lui en Exypre un juste jugement, les Exyp- tiens auraient cru que levss dieux lone rae, parce qu'il a voulu sortir de leur pays. Ex sa mort leur aurait fit croire ue j'ai écé vaineu par leurs dieux, La manifestation de ma force et de mes prodiges au milieu d'eux, pour faire ‘moi seul je suis le vrai Die la terre et faire savoir que furait été annulée par la destruction d’Israél. Mais parce que cela ne doit pas éte et bien qu'ils ne le méritent pas, j'ai eu pitié d’eux. «Je les ai épargnés a cause de mon nom, pour qu'il ne soit pas souillé, ni tourné en derision parmi les nations» et j'ai ccommencé & me manifescer 1 eux par ’exode, Si je n'avais pas pardonné leur iniquité, ni ne les avais fait sorcr du pays Egypte, les nations auraient dit que les dieux des Tigyptiens oat eu raison de ma force invincible. Pai pardonné non parce que les Israéltes en étaient dignes, ‘mais pour que mon nom ne soit pas tousné en déxsion| parm’ les nations Lorsque, aprés leur mervellease déliveance, ils areive- rent au désert et que dans leur égarement ils eurent érigt, bien en vue, la statue d’un veau comme idole®, et que, par leur rébellion, is allaient au-devant de la colére extermin: trice, Dieu, dans sa miséricorde leur pardonna leur impiété pour Menseignement des nations. Bien qu’ils eussent mérité fen toute justice que le coléze viene sur eux, Dieu leur ‘montrait pourquoi il leur pardonnait: ce n'ai pas 8 cause ‘eux, mais pour lenseignement des nations. «J'ai dit que fee Cee poy Ns ese rea 9 * Ja DAPAMEE Fallais déverser sur eux ma colére dans le désert et que je les cexterinineras, mais ai eu égard 4 mon nom, pour qu'il ac soit pas profuné aux yeu des nations, 4 la vue desquelles je 48 les avais fai sorts.» Peur-étre qu’en voyant leur extermi ration, les nations eroirai aque je n’ui pas Ge capable de les faire entrer dans le pays promis 3 eux en héritaye ex que i les ai fait périr dans le désert. Comme Mose, moa él a clit dans sa priére : «Que les natioas apprennent que tu as fait sort ton peuple avec une main puissance et un bras érendu et ton nom a été connu parm les nations gr ierandes actions que tu as fates". Dés lors, quand elles apprendront que tu vas tuer ton peuple, les nations diron seParce que tu n'ss pu les faire entrer dans le pays que tu as Ta promis leurs pézes eu les ues dans les montagnes fais ce qui est conforme 4 ta justice™ » Mais les nations qui apprendront leur extermination, ne connaissent pas le iiystére de ta justice, blles penseront que, parce que cu 1’ ux, ta as &té incapable de faire tentrer von peuple dans soa pays. Et Josue, fils de Noun, comme quelques-uns des siens avaiest été mis en déroute par les fils de AX, Bt le méme tyenre de prigre: «l.es nations, ditil, se eoalisent contre hous et nous exterminent de dessous le cick Alors, eue fers pour ton grind nom'?» Lin faint sortie ton peuple et par les prodiges que 1 a8 op ton nom a été conaw parmi les nations. Maintenant, situ cextermines con peuple, les nations oublieront ton grand hom. Lorsque le prophéte Ezéchiel relate leur dispersion pari les peuples, il dit: «Je lesai jugés selon leur conduite selon leurs quvres. Et parmi les nations of ils sont venus, ils ont profane mon saint nom.» Je les ai choisis pour quis se conduisent avec justice, pour que par eux je puisse éduguer les nations ec que eelles-ci, constamment pfese | qh Past |r Be gnee Isc ints ie Jos na ba, Ba 36 39% 1 QUYIRIEME DIALOGUE (ee a7401 3 ues par Te peuple qui porte mon nom, appreanent 49 impuissunce de leurs diewx et ma puissance invincible: mais au liew de cela, il s'est trouvé que méme le peuple 'lssaél a profané avec les idoles le pays qu'il a regu en héritage. Mors, comment les nations apprendeaient-elles la wanité de Pilolitic, si je Iisais faire et me tusais? Crest pourquoi, voulant enseigner & toutes les nations que, moi seul, je suis Dieu et que m'est due Vadoration, Pai déversé ma colére sor le peuple qui porte mon nom, pour qu'e voxant In dispersion de mon peuple er son départ de son pays, les nations sachent que c'est 4 cause de leur égare- ment idolitre que je me sts fiché contre eux. Bien que ifagisse ave justice, que je les juge selon point de les Inisser emmener en eaptivité parm les nations, ils ont fait en sorte que mon stint nom a é profané, & cause de ce que j'ai fait venir sur eux. Les nations ne pensent pas que c'est délibérément que je les ai livres entre lears mains, 4 cause de leur abomination, Aw conteaie, elles s"imagineat les avoir vaincus grice& la puissance de Tears diews. Ils ont fait en sorte que mon nom soit profané parm les nations parce que je leur ai paru impuissane incapable de les sauver, Voici que les nations disent en se sce li le peuple dle Dien? Le voici expalsé de san pays'on Cest aalire Este li ce peuple si fier de som Dieu et invineible? Ils ne peosaient pas ere livres entre ‘nos mains. Mais, pour ne pas accréditer Vopinion des nations qui croient que j'ai 6 vainew ex que ce a’est pas 2 ‘cause de son impiéeé que jai liveé le peuple, «j'ai ev égned 3 mon saint nom gue Ia nation dlsraél a souillé parm les rations chez qui ils sont allés™». Le peuple ne méritait pas etre délivré des nations, est pourquoi je dis : «Bien qu'il fen soit pas digne, néanmoins,jfen aurai pitt & cause de 50 ‘mon saint nom» Parce quills ont &é impies comme les nations, ils devaient subir le chatiment capital. Kt parce Paria ear eerie at aes 5 9 JbaN Dapants ‘quil sétaitFiché et les avait livrés aux nations, son nom fat pprofané parmi celles-ci, Ceux qui les avaient emmens en ‘aptivité, ne pensaient pas que C'est 4 cause de leur idolatrie {gue Dieu les avait livres & eux, mais is ateibuaient 4 Diew ia défaite da peuple; quant leur victoire, ils Pacribuaient 4 leurs propres dieux. Cest pourquo’ il lear dic: «Si je ‘vous retire du milieu des nations et vous rassemble de routes les villes, ce n'est pas 4 cause de vous, C'est A cause de mon nom!», pour que, par votre rassemblement et votre vietoire sur eux, mon aom soit sanctifé par vous, & leurs yeux, pour que, par votre délivrance, toutes les nations sichent que je suis le Seigneur’ Ce mest pas seulement dans le peuple

Vous aimerez peut-être aussi