Vous êtes sur la page 1sur 26

la  plénière

le  bilan              .

Communiqués,  votes  et  interven6ons  de  vos  
eurodéputé-­‐e-­‐s  socialistes

Sommaire

-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐

Drames en Méditerranée : communiqué page 2 et intervention de Sylvie Guillaume page 3 ;
Programme européen pour la sécurité : intervention de Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy page 4 ;
Deuxième anniversaire du Rana Plaza : communiqué page 5 ;
Xylella fastidiosa : communiqué et intervention d’Eric Andrieu page 6 ;
Décharge budgétaire du Parlement européen : interventions de Gilles Pargneaux page 7 et 8 ;
Fonds monétaires : intervention de Pervenche Berès page 9 ;
Biocarburants : intervention de Gilles Pargneaux page 10 ;
Réduction du nombre de sacs plastique : communiqué page 11 ;
Exposition universelle de Milan : intervention d’Eric Andrieu page 12 ;
Foresterie : communiqué page 13 ;
Garantie jeunesse : intervention de Sylvie Guillaume page 14 ;
Obligation de débarquement des poissons : intervention d’Isabelle Thomas page 15 ;
Décharges budgétaires des agences qui dépendent de la commission Libe : intervention de Sylvie Guillaume page 16 ;
Situation au Kenya : intervention de Gilles Pargneaux page 17 ;
Serge Atlaoui : intervention d’Edouard Martin page 18 ;
Situation des droits de l’Homme en Algérie : intervention de Gilles Pargneaux page 19 ;
Nadya Savchenko : intervention de Pervenche Berès page 20 ;
eCall : communiqué page 21 ;
Virginie Rozière : intervention d’une minute page 22.

S&D

Groupe de l’alliance progressiste des

Socialistes & Démocrates
au Parlement européen

José Lavezzi
Attaché de presse de la délégation socialiste française
au Parlement européen
06 04 04 76 99
jose.lavezzi@europarl.europa.eu
www.deputes-socialistes.eu
@DSFEurope

Communiqué  de  presse  de  la  déléga6on  socialiste  française

Drames  en  Méditerranée  :  le  Parlement  veut  une  réponse  globale
Strasbourg  –  mercredi  29  avril  2015  -­‐  hDp://www.deputes-­‐socialistes.eu/?p=11183  

Un   débat   tendu   sur   les   récentes  tragédies   en   Méditerranée  a  eu   lieu   aujourd'hui  au   Parlement   européen   en  
présence  des  Présidents  de  la  Commission  et   du  Conseil,  Jean-­‐Claude  Juncker  et  Donald  Tusk   ;   il  a  permis  de  voir  la  
claire  différence  entre  les  priorités  des  trois  ins6tu6ons.  Le  Conseil  veut  concentrer  son  ac6on  sur  la  luDe  contre  les  
trafiquants.  La  Commission  et   le  Parlement   sont   convaincus  que  l'urgence  est  à  la  recherche   et  au  sauvetage  des  
migrants.
À  l'issue  du  débat,   le  Parlement   a  adopté   une  résolu6on  qui  aborde  bien  d'autres  aspects  de   ce  sujet  sensible  et  
complexe.   La  résolu6on  s'inspire   heureusement  des  proposi6ons  que  nous  avions  entre  autres  développées  dans  
deux  communica6ons  la  semaine  dernière  («  Naufrages  en  Méditerranée  :  nous  devons  tous  agir  pour  une  nouvelle  
poli6que  migratoire   »  ;  «   Conseil  européen  sur  les  migra6ons  :  le  combat  pour   défendre  une  poli6que  européenne  
ambi6euse  con6nue  !  »).
Nous  saluons  notamment  dans  la  résolu6on  :
-­‐  la  demande  de  mise  en  place  d'un  disposi6f  efficace  et  communautaire  de  sauvetage  en  mer,  assor6  d'un  mandat  
clair  en  ma6ère  de  recherche  et  de  sauvetage  et  d'un  champ  d'interven6on  étendu  ;
-­‐   la   promo6on   d’un   mécanisme   de   solidarité   intra-­‐européenne   en   appelant   à   une   répar66on   obligatoire   des  
demandeurs  d'asile  entre   les  États  membres,  l'ac6va6on  de  la  direc6ve  "protec6on  temporaire"   de  2001   et   une  
assistance  renforcée  pour  les  États  en  première  ligne  ;
-­‐  l’encouragement   à  la  recherche  de  voies  légales  de  migra6on  en  augmentant  les  efforts  de  l'ensemble  des  États  
membres  en  ma6ère  de  réinstalla6on,   en  demandant  la  délivrance  de  visas  humanitaires  dans  les  ambassades  ou  
consulats   des   États  membres  dans  les   pays  6ers   et   en   insistant   sur   la  nécessité  d'une   approche  holis6que  en  
ma6ère   de   migra6ons   qui   prennent   en   compte   tous   les   aspects   de   la   migra6on,   y   compris   la   migra6on  
économique  ;
-­‐   l’accent   mis  sur   la  responsabilité   de  tous   les  États   membres  de  transposer   de  manière   pleine   et   en6ère  les  
instruments   du   régime  d'asile  européen   commun  pour   que  les  demandes  d'asile,   quel   que  soit   le  pays  d'accueil  
dans  l'Union,  reçoivent  un  traitement  équivalent  ;
-­‐  le  sou6en  à  une  coopéra6on  accrue  avec  les  pays  6ers  afin  de  renforcer  leurs  capacités  en  ma6ère  d'asile   et  de  
promouvoir   les   poli6ques   de   développement.   Elle   encourage   les   efforts   diploma6ques   pour   permeDre   une  
résolu6on  des  conflits  et  un  retour  à  la  stabilité  dans  certaines  zones,  telles  que  la  Libye,  l'Irak  et  la  Syrie  ;
-­‐   Elle  met   clairement   en  évidence   la   nécessité   d'une   luDe  contre  les  trafiquants  en  favorisant   entre   autres  une  
coopéra6on   accrue   avec   les  pays  6ers  et   entre   les   agences  de  l'Union,   telles   qu'Europol,   Frontex   et   le   Bureau  
européen  d'appui  en  ma6ère  d'asile.
Pour  le  Parlement,   ceDe  résolu6on  ne  cons6tue  évidemment  qu'une  étape  pour   répondre  à  l'urgence.  Il  présentera  
dans  les  mois  qui  viennent   un   rapport  analysant   la  poli6que  migratoire  européenne  selon  une  approche  de  court,  
moyen   et   long-­‐terme,   assor6   d'une   série   de   recommanda6ons   précises.   En   aDendant,   c'est   la   Commission  
européenne  qui   devra  faire   preuve  d'audace  le  13   mai   prochain   en   présentant   un   Agenda   européen   pour   les  
migra6ons  ambi6eux  !

2

SYLVIE  GUILLAUME  SUR  LES  MIGRATIONS  :  "LA  FOLIE,  C'EST  DE  FAIRE  
TOUJOURS  LA  MÊME  CHOSE  ET  DE  S'ATTENDRE  À  UN  RÉSULTAT  DIFFÉRENT"
Sylvie  Guillaume  (S&D).   –   Monsieur   le   Président,   Albert   Einstein   disait:   "La  
folie,   c'est   de  faire  toujours  la  même  chose  et   de  s'aDendre  à   un   résultat  
différent".  En  écoutant  nos  débats,  il  y  a  de  quoi  se  poser  des  ques6ons!
Alors  qu'il  aurait   fallu  meDre  en   place  un  disposi6f  effec6f   de   sauvetage  en  
mer,  c'est   un  renforcement   a  minima  des  opéra6ons  Triton  et  Poseidon  qui  
est  décidé.   Le  nouveau  budget  alloué  correspond  à  celui  de  Mare   Nostrum,  
mais   peut-­‐on   vraiment   parler   d'une   opéra6on   européenne   de   sauvetage  
quand  douze  États  membres   refusent   d'y   par6ciper?  Alors  qu'il  aurait   fallu   Sylvie  Guillaume
créer   ou   renforcer   des   voies   légales,   c'est   un   projet   pilote   volontaire   de   LIBE,  CULT
réinstalla6on   qui  voit   le  jour,   sans   proposi6on   concrète   sur   le   nombre  de  
@sylvieguillaume
places  offertes.

sylvie.guillaume@europarl.europa.eu

Les  conclusions  ne  disent  pas  un   mot  sur  les  admissions  à  6tre  humanitaire,   www.sylvieguillaume.eu
les  visas  ou  bien  encore  le  regroupement   familial.  Je  rappelle  que  ce  n'est  pas  
parce  qu'il  y  a  des  filières  de  trafiquants  qu'il  y  a  des  réfugiés,  mais  parce  des  
Pour voir la vidéo cliquer ici
personnes  déplacées  ne  parviennent  pas  à  accéder  à  un  lieu  sûr  qu'il  y  a  des  
filières  de  passeurs.
Il   aurait   fallu   un   mécanisme  de   solidarité  intraeuropéenne,   le   résultat   est  
quasiment   inexistant.  La  perspec6ve  annoncée  de  l'arrivée  d'un  demi-­‐million  
de   personnes  sur  les  côtes  européennes  au  cours  de   l'année  2015  aurait  pu  
inciter   les   États   à   aborder   la   ques6on   de   la   direc6ve   sur   la   protec6on  
temporaire   ou   de   l'ar6cle   78,   paragraphe   3,   du   traité.   La   déclara6on   du  
Conseil  européen  n'en  dit  pas  un  mot!
L'Europe,   sans   dis6nc6on,   est   en   ligne   de   mire,   mais   les   responsabilités  
devraient   être   dûment   assumées,   car   il   est   impossible   d'agir   si   des   États  
frileux  ne  se  donnent  pas  les  moyens  d'agir  et  d'agir  ensemble.

3

CHRISTINE  REVAULT  D’ALLONNES  BONNEFOY  :  «LA  STRATÉGIE  EUROPÉENNE  
DE  LUTTE  CONTRE  LE  TERRORISME  DOIT  PASSER  PAR  LE  DÉVELOPPEMENT  
D'UNE  RÉELLE  COORDINATION  DE  LA  CYBERSÉCURITÉ»
Chris6ne   Revault   D'Allonnes  Bonnefoy   (S&D).   –   Monsieur   le   Président,   le  
programme  européen  pour  la  sécurité  met,  à  juste  6tre,  l'accent  sur  la  luDe  
contre  le  terrorisme  et  la  cybercriminalité.
L'internet   et   les   réseaux   sociaux   font   aujourd'hui   par6e   des   canaux  
privilégiés  par  les  groupes  terroristes  pour  le  recrutement  et  la  diffusion  de  
leur  discours  haineux.   L'internet   est  également   le  lieu  d'aDaques  terroristes  
de   grande   ampleur,   comme  en   a  récemment   été   vic6me  TV5   Monde,   en  
France.   Ces  aDaques  visent  délibérément  notre  liberté  d'expression  et   notre  
droit  à  l'informa6on.

Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy
TRAN, LIBE
@cdallonnes
christine.revaultdallonnesBONNEFOY@europa
rl.europa.eu
crevaultdallonnesbonnefoy.wordpress.com

La   stratégie   européenne   de   luDe   contre   le   terrorisme   doit   passer   par   le  
développement   d'une  réelle   coordina6on  de  la   cybersécurité  entre   l'Union  
et   ses   États  membres,   mais  aussi  avec   les  grands  opérateurs  de   l'internet,  
pour   contrer   la  propagande  terroriste  en  ligne,  sous  le  contrôle  des  autorités   Pour voir la vidéo cliquer ici.
judiciaires  et  tout  en  assurant  le  plein  respect  de  la  liberté  d'expression.  
Enfin,   il   est   fondamental   de   développer   des   contre-­‐discours   afin   de  
déconstruire  l'idéologie  de  violence  et  de  haine  propagée  par  les  terroristes.  
Face   à   des   individus   qui   souhaitent   nous   diviser,   répondons   par   plus  
d'ac6ons  communes  et  de  solidarité.

4

Communiqué  de  presse  de  la  déléga6on  socialiste  française

Dans  quelles  condi@ons  sociales  et  environnementales  sont  fabriqués  nos  vêtements  ?
Nous  voulons  savoir  !
Strasbourg  –  mercredi  29  avril  2015  -­‐  hDp://www.deputes-­‐socialistes.eu/?p=11180  

«   Deux   ans  après  la   tragédie   du   Rana   Plaza   au   Bangladesh,   beaucoup   reste  à   entreprendre   afin   de  garan=r   des  
condi=ons  de  travail  décentes  dans  l’industrie  du  tex=le  du  sud-­‐est  asia=que.   Maîtriser  la   mondialisa=on,  avancer  
vers   le   juste-­‐échange,   améliorer   les   condi=ons   de   travail,   de   santé,   de   sécurité   des   travailleurs,   partout   dans   le  
monde,  est  notre  devoir  de  socialiste.  La  résolu=on  votée  aujourd’hui,  à  l’occasion  du  deuxième  anniversaire  de  ceHe  
catastrophe,   était  pour  nous  l’occasion  d’avancer  des  proposi=ons  concrètes  »,  expliquent  Emmanuel   Maurel   et  Eric  
Andrieu,  membres  de  la  commission  en  charge  du  commerce  interna6onal  et  cosignataires  de  la  résolu6on.
Les  deux  eurodéputés  ajoutent  :
«   Nous   voulons   obtenir   la   traçabilité   et   la   transparence   dans   la   chaîne   d’approvisionnement   des   marques   de  
l’habillement.  L'Union  européenne  a  la  capacité   et   le  devoir   d'agir  pour   répondre  aux  préoccupa=ons  exprimées  par  
les   citoyens  européens.  Elle  doit  s’inspirer  des  ini=a=ves  na=onales  déjà  existantes  comme  en  France,   en   Allemagne,  
aux  Pays-­‐Bas  ou  au   Danemark   ;  et   notamment  d’une   proposi=on  de  loi  française,  rédigée  par  Dominique  Po=er,  qui  
vise  à  obliger  les   entreprises,  qui  souhaitent  opérer  sur   le  marché  européen,  à   meHre  en  place  un   plan  de   vigilance  
vis-­‐à-­‐vis   de  leurs   filiales  et   de  leurs   sous-­‐traitants.  Notre   objec=f  via   ces  mesures  est  de  prévenir  les  aHeintes  aux  
droits   de   l'Homme   et   à   l'environnement,   de   luHer   contre   la   corrup=on   et   de   réparer   les   dommages  subis   par   les  
vic=mes  ».
«   Nous   nous   félicitons   d’être   parvenus   à   dégager   une   large   majorité   sur   les   paragraphes   qui   demandent   une  
législa=on  européenne  contraignante  sur  le  sujet  »,  concluent  Emmanuel  Maurel  et  Eric  Andrieu.

5

Communiqué  de  presse  de  la  déléga6on  socialiste  française

Xylella  fas@diosa  :  l’épidémie  se  corse,  l’Europe  doit  agir

Strasbourg  –  jeudi  30  avril  2015  -­‐  hDp://www.deputes-­‐socialistes.eu/?p=11185  

Le   Parlement   européen   a  lancé,   aujourd’hui,   un   appel  pour   que   l’Europe  se  saisisse   de   la   grave   menace   que  
cons6tue   la  bactérie  Xylella  fas6diosa.   CeDe  bactérie  aDaque   plus  de  150   espèces  de  végétaux   en   Europe.   En  
l’absence  de  traitement,  seul  l’arrachage  permet  de  contenir  la  progression  de  ceDe  bactérie.
«   La   menace   économique   est   drama=que,   car   ceHe   bactérie   tue   les   oliviers,   les   arbres   frui=ers,   la   vigne,   les  
légumes…  c’est  pourquoi  il  faut  agir,  et  vite  !  »,  expliquent  Eric  Andrieu  et  Jean-­‐Paul  Denanot.
«   La  Commission  européenne  a   fait  un   premier   pas  en   imposant,  en  ce  début  de  semaine,  des  premières  mesures   de  
quarantaine  et  la  destruc=on   de  millions  d'oliviers  dans  les  Pouilles,  foyer  de  la  maladie.  Cependant,  il  faut  aller  plus  
loin   encore  et  ainsi  élaborer  un  vaste   plan  d’ac=on,   prévoyant  une  indemnisa=on  des  producteurs  pour  leurs  pertes  
et,  surtout,   une   modifica=on   de   l'actuel  contrôle  phytosanitaire   des  importa=ons  dans  l'Union  européenne,  qui  a,  
une  nouvelle  fois,  démontré  ses  défaillances  en  permeHant  l'entrée  de  la  bactérie.  
«  Enfin,   nous  demandons  un  renforcement,   sans  délai,  des  exigences  de  la   décision   2014/497/UE   rela=ve  à   Xylella  
fas=diosa  afin  que  des  mesures   de  confinement  sur  les   plants  et  sur  la  dispersion   des  insectes  vecteurs  soient  mises  
en   place   sur   le   territoire   de   l'Union   européenne,   tout   comme   l’interdic=on   de   sor=e   du   matériel   des=né   à   la  
planta=on  depuis  la  zone  délimitée  italienne  »,  concluent  Eric  Andrieu  et  Jean-­‐Paul  Denanot.

ERIC  ANDRIEU  SUR  XYLELLA  FASTIDIOSA  :  "LES  CONSÉQUENCES  DE  CET  
ÉPISODE  SANITAIRE  PEUVENT  ÊTRE  CATASTROPHIQUES."
Eric   Andrieu   (S&D).   –   Madame   la  Présidente,   Monsieur   le   Commissaire,   la  
bactérie  Xylella  fas6diosa,  qui  est  en  train  d'anéan6r   l'olivier   dans  le  Sud  de  
l'Italie,  peut   affecter   –   et   cela  a  été  dit   –   plus  de  300  espèces  végétales,  en  
par6culier  la  vigne,  comme  en  Californie  dans  les  années  1990.  Vous  le  savez.  
Les  conséquences  de  cet  épisode  sanitaire  peuvent  être  catastrophiques.  Or,  
depuis  octobre  2013,  où  ceDe   bactérie   a  été  découverte  dans  la  région  des  
Pouilles,   les   quelques   mesures   prisent   par   l'Union   se   sont   avérées  
insuffisantes.
Il   y   a  un   an,   dans  ce  Parlement,   au  moment   du   débat   sur   la   révision  de  la  
réglementa6on  sur  la  protec6on  des  végétaux  j'avais  dénoncé  les  défaillances  
des  contrôles  et  j'avais  proposé  d'apporter  des  modifica6ons  à  ceDe  stratégie  
des  contrôles.  Je  déplore  aujourd'hui  que  la  Commission  ne  m'ait  ni  entendu  
ni  écouté  et  qu'elle  n'ait  jamais  daigné  modifier   l'actuel  régime  des  contrôles,  
qui  s'avère  inefficace.
Il  est  urgent   d'agir,  à  court  terme  d'abord,  en  dédommageant  les  agriculteurs  
des  Pouilles  et  en   adoptant  des  mesures  nécessaires,   comme  l'a   proposé  le  
comité   permanent   le   28   avril,   mais   également   à  long   terme,   en   révisant   la  
stratégie  des  contrôles  et   en  meDant  en  œuvre  un  programme  de  recherche  
concerté  à  l'échelle  de  l'Union.

Eric  Andrieu
AGRI,  INTA
@ANDRIEU11
eric.andrieu@europarl.europa.eu
www.eric-­‐andrieu.eu
Pour voir la vidéo cliquer ici

6

GILLES  PARGNEAUX  :  "MON  OBJECTIF  PREMIER  EST  DE  M'ASSURER  QUE  
L'ARGENT  PUBLIC  VENU  DES  CONTRIBUABLES  EST  EMPLOYÉ  DU  MIEUX  
POSSIBLE  AU  PARLEMENT  EUROPÉEN"
Gilles  Pargneaux,  rapporteur.  -­‐  Madame  la  Présidente,  Monsieur  le  Président  de  
la  Cour   des   comptes,   Madame   la   Vice-­‐présidente,   Monsieur   le   Président   en  
exercice,  en   tant   que  rapporteur   pour   la  décharge  du  Parlement   pour   l'année  
2013,   mon   objec6f   premier   est   de   m'assurer   que   l'argent   public   venu   des  
contribuables  est   employé   du  mieux   possible  au  Parlement   européen.   J'ai  été  
pleinement  soutenu  dans  ma  démarche  par  les  rapporteurs  fic6fs,   que   je  6ens  
tout  par6culièrement  à  saluer  cet  après-­‐midi.
Gilles  Pargneaux
En  ces  temps  de  crise,  nous  devons  apporter   notre  sou6en  aux   citoyennes  et  
aux   citoyens   européens   en   leur   montrant   que   nous   sommes   capables   ENVI,  CONT,  AFET,  SEDE
d'améliorer,  à  tous  les  niveaux   possibles,   l'efficacité  des  travaux  du  Parlement   @gillespargneaux
au   quo6dien.   Le   Parlement   européen   doit   poursuivre   ses   efforts   dans   les   gilles.pargneaux@europarl.europa.eu
domaines   où   la   qualité   et   l'efficacité   de   la   ges6on   des   finances   publiques   gillespargneaux.typepad.fr
peuvent  encore  être  améliorées.  C'est  pourquoi,  dans  mon  rapport,  je  demande  
que  des  efforts  supplémentaires  soient   entrepris  dans  certains  domaines,   tels  
Pour voir la vidéo cliquer ici
que,  tout  d'abord,  le  renforcement   des  contrôles  concernant  le  recrutement  des  
assistants   locaux   –   le   nombre   d'assistants   locaux   par   député   au   Parlement  
européen  variait   de   0   à  43   en  2013   –,  puis   le  paiement   des  subven6ons  aux   groupes  de  visiteurs,   majoritairement  
remises  en  liquide:  73  %  en  liquide  et  27  %  seulement  par  virement  bancaire  en  2013.

La  troisième  améliora6on  que  je  souhaite   concerne  les  frais  de   mission  du  personnel  des  bureaux   d'informa6on  du  
Parlement   européen,   qui  ont   augmenté  de  7   %   en  2013.   La  vidéoconférence  doit   être  privilégiée  par   rapport   aux  
déplacements  trop  coûteux.  
Je  relève  aussi  la  nécessité  d'aller  plus  loin  dans  la  parité.  Je  constate  un  manque  de  parité  aux   postes  à  responsabilité  
dans  l'administra6on   du  Parlement:   les   femmes  ne  représentent   que  29   %  des  chefs  d'unité,   33   %   des  directeurs  
généraux  et  34  %  des  directeurs.  
Il  convient  aussi  de  souligner   la  nécessité  de  parvenir   à  un  accord  sur   la  ges6on   conjointe  des  Maisons  de  l'Europe,  
entre  le  Parlement  et  la  Commission  européenne,  afin  de  partager  les  coûts  de  ces  maisons  entre  les  deux  ins6tu6ons.  
Améliorons   aussi   la   transmission,   à   la   commission   CONT,   des   résultats   de   l'évalua6on   du   statut   des   assistants  
parlementaires  accrédités.  
Il  faut   également  savoir  reconnaître  les  succès  de  notre  administra6on  et,  pour  ceDe  raison,  je  6ens  à  saluer  la  mise  en  
œuvre  effec6ve  de   l'interdic6on   pour   les  députés  de   recruter   des  membres   de  leur   famille  ou  leur   conjoint.   Nous  
devons  aussi  saluer  la  réduc6on  de   5   %  des  frais  de  voyage   des  députés,  qui  a  permis  de  réaliser  4   millions  d'euros  
d'économies  en   2013.   Saluons  encore   les   économies   de   25   millions  d'euros  en   2013   réalisées   par   les  direc6ons  
générales  de  l'interpréta6on  et  de  la  traduc6on,  ainsi  que  la  diminu6on  du  budget  de  la  chaîne  EuroparlTV,  8  millions  
d'euros  en  2013  contre  5  millions  d'euros  en  2014,  parallèlement  à  l'augmenta6on  du  nombre  de  vidéos  consultées:  
entre  2012  et  2014,  le  nombre  de  vidéos  vues  est  passé  de  53  000  à  400  000.  
Nous  devons  saluer   la  bonne  prépara6on  de  la  fin  des  contrats  des  1  700  assistants  parlementaires  accrédités.   Nous  
devons  aussi,   je  crois,   meDre  en  avant   l'efficacité   du  programme  de  diminu6on  des  impressions  des   documents  au  
Parlement,  Paperless,  qui  est  une  améliora6on  notable  que  je  voudrais  ainsi  saluer.
Lors  du  vote  en  séance  plénière  demain,   je  sou6endrai  les  amendements  demandant   plus  de  transparence  dans  la  
ges6on  de  l'enveloppe  des  frais  généraux  par   les  députés.  C'est  un  amendement  cosigné  par  le  groupe  PPE  et  le  groupe  
S&D  et  soutenu  par  d'autres  groupes  ici,  notamment  les  groupes  ALDE  et  ECR.  
Enfin,  je  voudrais  indiquer   que,   demain,  je  défendrai  un  contrôle  renforcé  des  déclara6ons  d'intérêts  des  députés.  À  
l'inverse,   en   tant   que   rapporteur,   je   m'opposerai   aux   amendements   en   faveur   d'un   siège   unique   pour   le  
Parlement  européen  et  de  la  suppression  du  prix   LUX.   Voilà,   Monsieur  le  Président,  chers  collègues,  ce  que  je   7
souhaitais  vous  dire  dans  ce  rapport.

GILLES  PARGNEAUX  CONCLUT  LE  DÉBAT  SUR  LA  DÉCHARGE  2013  
CONCERNANT  LE  PARLEMENT  EUROPÉEN
Gilles   Pargneaux,   rapporteur.   -­‐   Monsieur   le   Président,   Madame   la  
Commissaire,   Monsieur   le   Président   en   exercice,   tout   d'abord   quelques  
mots,   peut-­‐être,   pour   répondre   ou   accompagner   un   certain   nombre  
d'interven6ons   à   propos   de   la   décharge   2013   concernant   le   Parlement  
européen.
Premièrement,   je   voudrais   aborder   le   prix   LUX.   Oui,   nous   devons   le  
défendre!   Il  s'agit   d'une   manifesta6on   forte   du   Parlement   européen,   qui  
permet   souvent,   notamment   par   ses   documentaires   que   nous  
récompensons,   de   meDre   en   avant   les   turpitudes  de   nos   sociétés.   Nous  
devons  donc   défendre  le   prix   LUX,   car   il  fait   par6e   –   je  le  dis   –   de   notre  
iden6té  culturelle.  

Gilles  Pargneaux
ENVI,  CONT,  AFET,  SEDE
@gillespargneaux
gilles.pargneaux@europarl.europa.eu
gillespargneaux.typepad.fr

Deuxièmement,   je   souhaiterais   aussi   défendre   le   projet   de   la   Maison   de  
l'histoire   européenne   et   non,   comme  le  réclament   certains,   son   abandon.  
Pour voir la vidéo cliquer ici
Référons-­‐nous  à  ceDe  belle  phrase:   "Un  peuple  sans  mémoire  est  un  peuple  
sans  avenir".   Voilà  pourquoi  nous  devons  défendre  ce  beau  projet  qu'est  la  
Maison  de  l'histoire  européenne.  
Troisièmement,   une   remarque   concernant   M.   Valli,   qui  nous  dit   qu'il  faut  
diminuer,   voire   annuler   notre   financement   pour   les  fonda6ons  des  par6s  
poli6ques   européens.   C'est   la   démocra6e   que   nous   défendons,   Monsieur  
Valli.   Nous  n'avons  pas  seulement   une  expression  poli6que  locale,   comme  
peut-­‐être   votre   Mouvement   5   étoiles   en   Italie,   mais   nous   sommes  
interna6onalistes,  tous  autant  que  nous  sommes.   Nous  devons  ainsi  faire  en  
sorte   que   notre   débat   dépasse   nos   préoccupa6ons   locales.   Par   ce  
financement  des  fonda6ons,  nous  contribuons  à  faire  vivre   et   à  développer  
la  démocra6e,  y  compris  la  démocra6e  européenne.  
Je  voudrais  revenir   sur   une   polémique.   Nous  avons  entendu  tout  à  l'heure  
M.   Dartmouth   qui  s'en  prenait   au  cabinet   du  Président.   Cela  a  été   dit,   les  
propos  haineux   discréditent  l'auteur  de  ceDe  saillie  populiste  que  nous  avons  
pu   entendre.   Je  pense  que  le  représentant   de   l'ECR,   M.   Kirkhope,   a  dit   ce  
qu'il   fallait   dire   sur   l'hypocrisie   des   représentants   de   l'UKIP,   ici   dans   cet  
hémicycle.  
Nous   avons,   par   ce   rapport,   montré   notre   volonté   de   créer   plus   de  
transparence,   comme  je  l'ai  dit   au  début   de   mon   interven6on.   À   présent,  
après  ceDe  photographie  que  nous  avons  faite  dans  le  cadre  de  ce  rapport  
sur   la  décharge  2013,   il   reste  encore  un  chemin.   Comme  le  disait   François  
MiDerrand:  "Là  où  il  y  a  la  volonté,  il  y   a  le  chemin".  Je  pense  que  ce  chemin  
de   la  transparence,   nous  con6nuerons  à  le   parcourir   avec   l'ensemble   des  
parlementaires  européens  qui  le  souhaitent.

8

PERVENCHE  BERÈS  :  "LE  TRAITEMENT  DES  FONDS  MONÉTAIRES  EST  UNE  
CHOSE  SUR  LAQUELLE  NOUS  DEMANDENT  D'AGIR  TOUTES  LES  
ORGANISATIONS  INTERNATIONALES".
Pervenche   Berès  (S&D).   –   Madame   la   Présidente,   le   Parlement   européen  
avait   fait   une   tenta6ve   dans   ce   dossier,   sous   la   précédente   législature.  
Manifestement,   sa  posi6on  courageuse  n'a  pas  permis  de  déboucher   sur   un  
accord   avec   le   Conseil.   Or,   nous   sommes   ici   dans   un   dossier   tout   à   fait  
essen6el,  qui  met  l'Europe  sur  le  devant  de  la  scène  interna6onale.
Le   traitement   des   fonds   monétaires   est   une   chose   sur   laquelle   nous  
demandent   d'agir   toutes  les  organisa6ons  interna6onales  qui  s'intéressent  à  
la   stabilité  des  marchés  ou   à  la  luDe   contre  le   système   bancaire  parallèle.   Pervenche  Berès
C'est  le  cas  de  l'OICV   et  du  Conseil  de  la  stabilité  financière,  mais  c'est   aussi  le   ECON,  AFCO
cas  des  ins6tu6ons  européennes  membres  du  CERS.
@PervencheBeres
La  posi6on   que  ce  Parlement   européen   va  prendre  doit   être   une  posi6on   pervenche.beres@europarl.europa.eu
courageuse,   qui   nous   permeDe   de   luDer   effec6vement   contre   ce   pan   www.pervencheberes.fr
important   du  système   bancaire  parallèle,   n'ayons  pas  peur   des   mots.   CeDe  
posi6on  sera  d'autant  plus  capitale  que  nous  allons  entrer  en  discussion  avec   Pour voir la vidéo cliquer ici
le  commissaire  Hill  sur   la  mise  en  place  d'un  marché  des  capitaux.   Or,   je  ne  
voudrais  pas  que  nous   abordions   ceDe  discussion  sur   une  future  Union  des  
capitaux   européens  sans   avoir   une   stratégie  claire   au   regard   de   ces  fonds  
monétaires,  dont  les  caractères  vola6les  doivent  disparaître.

9

INTERVENTION  DE  GILLES  PARGNEAUX  DANS  LE  DÉBAT  SUR  LES  
AGROCARBURANTS
Gilles  Pargneaux  (S&D).   –   Monsieur  le  Président,  Monsieur   le  Commissaire,  
voilà  enfin   la  fin   d'une   fausse  bonne  solu6on,   celle  des  agrocarburants  de  
première  généra6on.
L'idée   paraissait   séduisante,   à   l'origine:   conduire   sans   u6liser   de   pétrole.  
Pourtant,   l'enfer   est   pavé   de  bonnes  inten6ons.   C'était   une  aberra6on   et  
nous   devons,   bien  évidemment,   être   sa6sfaits  que  l'Union  européenne   et  
vous,   Monsieur   le   Commissaire,   aient   décidé   de   tourner   le   dos   à   ces  
Gilles  Pargneaux
carburants  qui  n'ont  de  bio  que  le  nom.

ENVI,  CONT,  AFET,  SEDE
Au   moment   où   nous   avons   l'ambi6on   d'aDeindre   un   compromis   @gillespargneaux
contraignant   à   l'échelle  planétaire   lors  du  sommet   de   Paris  –   la  COP21   –,   gilles.pargneaux@europarl.europa.eu
nous   disposons   là  d'un  premier   signal  posi6f   de  la  part   de   l'Europe:   nous   gillespargneaux.typepad.fr

sommes   prêts  à   nous   meDre  sérieusement   au   service   d'une  économie   à  
faible  intensité  de  carbone.  

Pour voir la vidéo cliquer ici

Évidemment,   tout   n'est   pas   parfait,   loin   de   là.   J'aurais,   personnellement,  
souhaité  aller  plus  loin,   en   demandant   l'inclusion  des  facteurs  ILUC   dans  les  
critères   de   durabilité   des   agrocarburants   ou   encore   en   imposant   des  
objec6fs  contraignants  pour   les   biocarburants   vertueux.   Il  faut   cependant  
avoir  bien  en  tête  qu'il  s'agit  là  d'un  compromis  qui  n'est  qu'une  étape,   mais  
une  étape   importante.   Nous  disposons   désormais   du  cap:   l'avenir   est   aux  
biocarburants   avancés;   les   biocarburants   de   première   généra6on   sont  
dépassés.   L'essen6el  est   là:  l'Europe  reconnaît   enfin  que  les  agrocarburants  
ne  sont  pas  une  réponse  au  changement  clima6que.  
La  balle   est   maintenant   dans   le  camp   des  États   membres.   En   France,   par  
exemple,  l'objec6f  est   la  créa6on,  d'ici  à  2020,  de  150  000  emplois  dans  ce  
domaine  des  biocarburants  avancés.  
Nous   sommes   devant   un   défi,   que   nous   allons   aborder   à   la   COP21   en  
décembre,   à  Paris.   CeDe  décision  que  nous  prenons  aujourd'hui  va   dans  le  
bon  sens.

10

Communiqué  de  presse  de  la  déléga6on  socialiste  française

Le  plas@que,  ce  n’est  pas  toujours  fantas@que

Strasbourg  –  mardi  28  avril  2015  -­‐  hDp://www.deputes-­‐socialistes.eu/?p=11167  

S'il  ne  faut  qu'une  seconde  pour  fabriquer  un  sac  plas6que,  il  sera  u6lisé  seulement  20  minutes  en  moyenne  et  
polluera  les  écosystèmes  pendant  des  siècles.  Alors  que  les  sacs  plas6ques  à  usage  unique  seront  interdits  en  
France  à  par6r  de  2016,  les  eurodéputé-­‐e-­‐s  socialistes  et  radicaux  se  sont  baDus  pour  une  législa6on  européenne  la  
plus  ambi6euse  possible  et  sont  sa6sfaits  par  le  vote  intervenu  aujourd’hui.
«  Il  s’agit  là  d’une  urgence  :  le  plas=que  pollue,  le  plas=que  tue.  Dans  le  Pacifique,  un  con=nent  de  plas=que  s’est  
formé,  d’une  superficie  de  3,5  millions  de  km2.  Au  niveau  de  l'Union  européenne,  environ  100  milliards  de  sacs  en  
plas=que  sont  mis  sur  le  marché  chaque  année  ;  beaucoup  se  retrouvent  dans  les  mers  et  sur  le  liHoral  :  rien  qu'en  
France,  on  es=me  que  122  millions  de  sacs  plas=ques  souillent  5  000  kilomètres  de  côtes  !  »  explique  Gilles  
Pargneaux,  membre  de  la  commission  de  l’environnement.
«  Pour  remédier  à  ceHe  situa=on,  le  Parlement  européen  et  le  Conseil  sont  parvenus,  fin  novembre  2014,  à  un  
accord  historique  »  ajoute  l’eurodéputé.
Au  cours  des  18  prochains  mois,  les  Etats  membres  devront  choisir  entre  deux  approches  pour  réduire  l'u6lisa6on  
de  sacs  en  plas6que  légers  :
-­‐  soit  réduire  le  nombre  de  sacs  en  plas6que  légers  u6lisés  par  personne,  soient  90  sacs/personne/année  pour  fin  
2019  et  pas  plus  de  40  sacs/personne/année  pour  2025  (contre  200  actuellement);
-­‐  soit  arrêter  de  donner  des  sacs  gratuitement  dans  les  points  de  vente  alimentaires  pour  fin  2018.
Les  Etats  membres  auront  18  mois  pour  intégrer  les  nouvelles  règles  dans  leur  législa6on  na6onale,  une  fois  
qu'elles  seront  entrées  en  vigueur.
La  Commission  européenne  et  les  Etats  membres  mèneront,  par  ailleurs,  des  campagnes  d'informa6on  et  de  
sensibilisa6on  du  public  concernant  les  incidences  néga6ves  que  l'u6lisa6on  excessive  de  ces  sacs  en  plas6que  
légers  a  sur  l'environnement.
«  Deux  ans  après  l’entrée  en  vigueur  de  la  direc=ve,  la  Commission  devra  faire  un  rapport  et  proposer  de  nouvelles  
mesures  pour  aller  plus  loin  :  nous  serons  au  rendez-­‐vous  pour  renforcer  encore  et  toujours  la  protec=on  de  
l’environnement  !  »  promet  Gilles  Pargneaux.

11

INTERVENTION  D'ERIC  ANDRIEU  SUR  L’EXPOSITION  UNIVERSELLE  À  MILAN:  
"NOURRIR  LA  PLANÈTE,  ÉNERGIE  POUR  LA  VIE"
Eric   Andrieu   (S&D).   –   Madame   la  Présidente,   "Nourrir   la  planète,   énergie  
pour  la  vie",  tel  est   le  thème  de  l'exposi6on  universelle  de  Milan,  et   je  m'en  
félicite.   Une  grande  par6e  de  la  popula6on  mondiale   ne  parvient   en   effet  
toujours   pas   à   se   nourrir   suffisamment   et   correctement:   un   milliard   de  
personnes  souffrent  de  la  faim  et  trois  milliards  sont  mal  nourries.
Au-­‐delà  de   permeDre  à  l'ensemble  des  Européens  d'accéder   à   des   aliments  
sains  et   de  qualité,  accessibles  à  tous  et  répondant   aux   enjeux   de  durabilité,  
l'Union   européenne   doit   par6ciper   aux   équilibres  alimentaires  du  reste  du  
monde.   Mais   pas   n'importe   comment:   en   développant   une   poli6que   de  
coopéra6on  plus  ambi6euse  et  en  accompagnant  la  mul6plica6on  des  pe6tes  
exploita6ons.  Tous  les  peuples  du  monde  doivent   se  nourrir  eux-­‐mêmes,  telle  
est  ma  vision.

Eric  Andrieu
AGRI,  INTA
@ANDRIEU11
eric.andrieu@europarl.europa.eu
www.eric-­‐andrieu.eu

La  luDe  contre   le  gaspillage  alimentaire   doit   aussi  être  un  de  nos  objec6fs  
majeurs.   Nous   devons   trouver   collec6vement   des   moyens   de   réguler   les  
marchés  afin  de  répondre  au  problème  de  la  vola6lité  des  prix.  J'ajoute  que  la   Pour voir la vidéo cliquer ici
spécula6on   financière   sur   les   ma6ères   premières   agricoles   doit   être  
fermement  combaDue,  car  la  situa6on  n'est  plus  tolérable.
Tels  sont,   de  mon   point   de  vue,   les  enjeux   de   l'exposi6on   universelle   de  
Milan.

12

Communiqué  de  presse  de  la  déléga6on  socialiste  française

Foresterie  :  le  Parlement  européen  fait  feu  de  tout  bois

Strasbourg  –  mardi  28  avril  2015  -­‐  hDp://www.deputes-­‐socialistes.eu/?p=11169  

En  2013,  la  Commission  européenne  a  publié  une  communica6on  sur  les  forêts  in6tulée  «  Une  nouvelle  stratégie  de  
l'Union  européenne  pour  les  forêts  et  le  secteur  fores6er  ».  Pour  donner  suite  à  ce  document,  le  Parlement  
européen  a  décidé  de  produire  un  rapport  d'ini6a6ve  adopté  aujourd’hui.
En  l'absence  de  poli6que  commune  de  la  forêt,  ceDe  stratégie  fores6ère  cons6tue  un  cadre  général  pour  les  
prochaines  années  devant  permeDre  de  mieux  coordonner  les  poli6ques  européennes  et  na6onales  qui  sont  en  lien  
avec  la  forêt.
«  Pour  les  socialistes  et  radicaux,  la  forêt  a  un  rôle  économique,  écologique  et  social  qu’il  faut  renforcer  et  revêt  une  
importance  capitale  pour  les  zones  rurales.  Véritable  gisement  vert  de  croissance  et  d'emplois,  elle  doit  être  prise  en  
compte  dans  les  programmes  de  recherche,  de  développement  et  de  compé==vité  des  entreprises,  et  être  soutenue  
par  des  fonds  européens  (FEADER,  FSE,  Life)  :  forma=on,  échanges  de  connaissances  et  de  bonnes  pra=ques,  
structura=on  de  la  filière  bois,  tout  est  à  faire  !  L’Europe  peut  également  mobiliser  ce  secteur  pour  aHeindre  ses  
objec=fs  en  ma=ère  de  luHe  contre  le  réchauffement  clima=que,  pour  la  biodiversité  et  pour  aHeindre  les  objec=fs  
de  la  stratégie  «  Europe  2020  »  »  expliquent  Eric  Andrieu  et  Jean-­‐Paul  Denanot,  membres  de  la  commission  de  
l’Agriculture.
«  On  notera  avec  intérêt  que  ce  rapport  reprend  un  amendement  important  des  socialistes  français,  rela=f  au  
problème  de  la  régula=on  des  marchés  de  certains  bois,  qui  avait  été  à  l'origine  de  manifesta=ons  en  France,  en  fin  
d'année  dernière.  En  France  justement,  nous  observons,  depuis  plusieurs  années,  une  augmenta=on  des  
exporta=ons  de  grumes  non  transformées  vers  des  pays  =ers,  et  en  par=culier  vers  la  Chine,  pour  être  transformées  
en  meubles,  ensuite  revendus  en  Europe.  En  raison  de  coupes  insuffisantes  sur  leur  territoire  pour  ces  types  de  bois,  
les  industriels  européens  de  première  transforma=on  font  face  à  un  manque  d'approvisionnement  et  à  un  
renchérissement  du  prix  de  la  ma=ère  dont  ils  ont  besoin,  venant  menacer  l'équilibre  économique  de  leur  entreprise  
et  l'emploi  des  territoires  ruraux  où  ils  sont  situés  »  ajoutent  les  eurodéputés.
Le  texte  du  rapport  a  donc  été  amendé  (paragraphe  21),  en  appelant  la  Commission  à  analyser  les  difficultés  
d'approvisionnement  en  bois  ronds  de  l'aval  de  la  filière  et  à  venir  en  aide  à  ce  secteur.
«  Ce  sujet  n’est  pas  un  pe=t  sujet  :  emploi,  environnement,  aménagement  du  territoire…  la  forêt  a  un  rôle  central  à  
jouer  !  »  concluent  Jean-­‐Paul  Denanot  et  Eric  Andrieu.

13

SYLVIE  GUILLAUME  SUR  LA  GARANTIE  JEUNESSE  :  "NOUS  REFUSONS  QU'UNE  
GÉNÉRATION  ENTIÈRE  SOIT  AINSI  PERDUE"
Sylvie  Guillaume,  rapporteure  pour   avis  de  la  commission  de  la  culture  et  de  
l'éduca6on.
-­‐   Monsieur   le   Président,   chers  collègues,   ceDe   proposi6on   répond   à   une  
situa6on   que   nous   avons   eu   maintes   fois   à   déplorer.   Plus   d'un   an   après  
l'adop6on  du  texte  sur  la  garan6e  pour  la  jeunesse,  les  résultats  ne  sont  pas  
au  rendez-­‐vous  face  à  l'ampleur  d'un  chômage  qui  frappe  un  jeune  sur  cinq  
aujourd'hui   en  Europe  et   aux  risques  de  marginalisa6on,   d'exclusion  sociale  
et  de  pauvreté  durable.
Sylvie  Guillaume
Une   mise   en   œuvre   difficile,   des   inves6ssements   insuffisants,   un   manque   LIBE,  CULT
d'ambi6on,  tous  ces  symptômes   affectent   la   garan6e  pour  la  jeunesse  telle   @sylvieguillaume
qu'elle  est  actuellement  mise  en  œuvre.   Or,  nous  refusons  qu'une  généra6on   sylvie.guillaume@europarl.europa.eu
en6ère  soit  ainsi  perdue.  Le  texte  qui  nous  est  proposé  ici  cons6tue  donc  une   www.sylvieguillaume.eu
mesure  indispensable  pour  réduire  le  fossé  qui  se  creuse  entre  les  jeunes,  les  
diplômés   du   supérieur,   les   jeunes   sans   diplôme   et   ceux   qui   ont   eu   une  
Pour voir la vidéo cliquer ici
éduca6on  intermédiaire.   Indispensable  aussi  pour  aider  les  jeunes  à  rester  en  
contact  avec  le  monde  du  travail  et  la  forma6on.  Indispensable,   surtout,  pour  
prévenir  le  piège  du  chômage  de  longue  durée  et  sa  spirale  délétère.
Les  jeunes  sont   les  principales  vic6mes  de  la  crise  économique  depuis  2008.  
Les  plus  vulnérables  parmi  eux  sont  ceux  qui  n'ont  pas  une  éduca6on  ou  une  
qualifica6on  suffisante.  En  outre,  une  aDen6on  par6culière  doit   être   portée  
aux   jeunes  issus   de  l'immigra6on,   en  situa6on  de  handicap  ou  encore  avec  
des  problèmes  de  santé,  et  qui  ne  doivent  en  aucun  cas  être  laissés  de  côté.
Il  fallait  donc  réagir  très  vite.  C'est  ce  que  le  Parlement  a  fait  à  l'inten6on  de  
la  jeunesse  européenne.
 

14

ISABELLE  THOMAS  SUR  L'OBLIGATION  DE  DÉBARQUEMENT  :  "NOUS  AVONS  
DÉPLACÉ  À  TERRE  UN  PROBLÈME  QUE  NOUS  N'AVONS  PAS  SU  TRAITER  EN  
MER"
Isabelle   Thomas  (S&D).  –  Madame  la  Présidente,   Monsieur  le  Commissaire,  
je  vous  présente  mes  excuses,  j'avais  un  vote  en  commission  des  budgets.
Monsieur   le  Commissaire,   chers  collègues,  le  "zéro  rejet"  fut   un  slogan  de  la  
réforme  de  la  poli6que  commune  de  la  pêche,  qui  se  confronte,   désormais,  à  
la  réalité.   Et,   malheureusement,   ceDe   réalité  n'est   pas  celle  du   zéro   rejet  
mais  celle  de  l'obliga6on  de  débarquement.  Nous  avons  déplacé  à  terre  un  
problème  que  nous  n'avons  pas  su  traiter  en  mer,  et  je  déplore  que  n'ayons  
Isabelle  Thomas
pas  toujours  pris  le  temps  d'affronter  les  vrais  problèmes  et  d'y  apporter  les  
bonnes   solu6ons   en   termes   de   sélec6vité   des   engins   de   pêche   et   des   PECH,  BUDG
pra6ques  de  pêche   pour   éviter   ceDe   mortalité   de   la  ressource,   dans  un   @Isabel_thomasEU
esprit   de   sou6en   de   l'Europe   aux   pêcheurs   plutôt   que   dans   celui   isabelle.thomas@europarl.europa.eu
d'éternelles  sanc6ons.
isabelle-­‐thomas.fr  
Le  choix  de  transformer  ces  rejets  en  farines  a  été  celui  de  la  majorité,  pas   Pour voir la vidéo cliquer ici
le  mien.  Soit.  Nous  ne  réécrirons  pas  l'histoire  de  la  poli6que  commune  de  la  
pêche.  Aujourd'hui,  nous  devons  composer  et   nous  devons,  surtout,  évaluer  
ceDe  obliga6on,  ceDe  exigence,   et  nous  savons  à  quel  point  elle  pèsera  sur  le  
quo6dien  des  pêcheurs  et  sur  leur  travail.
Il  y  va  de  la  viabilité  des  entreprises  de  pêche  et   de  l'ac6vité  sur  le  territoire  
cô6er.

15

INTERVENTION  DE  SYLVIE  GUILLAUME  SUR  LES  DÉCHARGES  DES  AGENCES  
QUI  RELÈVENT  DE  LA  COMMISSION  LIBE
Sylvie  Guillaume,  rapporteure  pour  avis  de  la  commission  des  libertés  civiles,  
de  la  jus6ce  et  des  affaires  intérieures.
-­‐   Monsieur  le  Président,  comme  chaque  année,  la  Cour  des  comptes  a  passé  
au  crible  les  comptes  annuels  des  neuf  agences  dont  les  ac6vités  relèvent  du  
champ  de  compétences  de  la  commission  LIBE.
Les  avis  de  décharge  budgétaire  ne   suscitent   pas  toujours  un  enthousiasme  
délirant  ...  Pourtant,  à  y   regarder   de  plus  près,  ceDe   décharge  a  une  grande  
importance   poli6que.   Un   nombre  élevé  d'agences  a  ainsi  été  créé  dans  le  
domaine   de   la   liberté,   de   la  sécurité   et   de   la   jus6ce.   Le   risque   financier  
associé  aux   agences   est   rela6vement   faible  par   rapport   au  budget   total  de  
l'Union,   mais   le  risque  pour   la  réputa6on  de  l'Union  est   élevé.   Les  agences  
jouissent  en  effet  d'une  grande  visibilité  dans  les  États  membres  et  ont  une  
influence  significa6ve  sur  l'élabora6on  des  poli6ques,  la  prise  de  décisions  et  
la   mise  en  œuvre  de  programmes,   le  tout   dans  des  secteurs   qui   sont   très  
sensibles  pour  la  vie  quo6dienne  de  nos  concitoyens  européens.

Sylvie  Guillaume
LIBE,  CULT
@sylvieguillaume
sylvie.guillaume@europarl.europa.eu
www.sylvieguillaume.eu
Pour voir la vidéo cliquer ici

Pour  l'ensemble  des  budgets  des  différentes  en6tés  soumises  à  l'apprécia6on  
de   la   commission   LIBE,   le   bilan   s'avère   globalement   posi6f.   En   général,   il  
existe  une   améliora6on   par   rapport   aux   remarques  et   cri6ques  formulées  
l'année  précédente.  Ceci  étant   dit,   il  faut   encore  et  toujours  encourager   les  
agences  à  améliorer   leur   planifica6on   budgétaire,   la  transparence   de  leur  
fonc6onnement  budgétaire  et  l'u6lisa6on  op6male  de  leur  budget.

16

GILLES  PARGNEAUX  SUR  LE  KENYA  :  "N'EST  IL  PAS  OPPORTUN  DE  RÉFLÉCHIR  
À  UNE  STRATÉGIE  RÉGIONALE  DANS  LA  CORNE  DE  L'AFRIQUE  ?"
Gilles  Pargneaux   (S&D).  –  Madame  la  Présidente,  Monsieur  le  Commissaire,  
nous  avons  assisté  avec  horreur,  début   avril,  à  l'assassinat   de  147  étudiants  
par  des  Chabab.
Une  ques6on  se  pose:  celle  de  la  réac6vité  des  forces  de  sécurité  kényanes.  
En   effet,   la  presse  était   déjà   sur   place   quelques  minutes  après   l'aDentat,  
tandis   qu'il   a   fallu   aDendre   plusieurs   heures  avant   que   l'armée   kényane  
n'arrive   sur   place.   Je   vais   donc   poser   une   ques6on   pragma6que   –   il   est  
Gilles  Pargneaux
important   que  l'on   pose  les   bonnes  ques6ons   en   tant   que  parlementaire  
ENVI,  CONT,  AFET,  SEDE
européen.

@gillespargneaux
L'Europe  a  déjà  un  rôle  sécuritaire  dans  la  région.  Nous  avons  en  effet  une   gilles.pargneaux@europarl.europa.eu
mission  relevant  de  la  PSDC  au  Kenya,  en  vue  de  luDer  contre  la  piraterie,  et   gillespargneaux.typepad.fr

nous   avons   également   une   mission   EUTM   en   Somalie,   où   nous   formons  
l'armée  na6onale  somalienne.

Pour voir la vidéo cliquer ici

Voici  ma  ques6on,   Monsieur   le   Commissaire:   ne  pensez-­‐vous  pas  qu'il  est  
opportun  de  réfléchir  à  une  stratégie  régionale  dans  la  Corne  de  l'Afrique  et,  
en   par6culier,   d'élargir   le   mandat   de   l'EUTM   en   Somalie   pour   qu'elle  
devienne  une  mission  de  forma6on  régionale  contre  les  terroristes?

17

EDOUARD  MARTIN  :  «  COMME  DISAIT  JEAN  JAURÈS,  LA  PEINE  DE  MORT  EST  
CONTRAIRE  À  CE  QUE  L'HUMANITÉ  A  PENSÉ  DE  PLUS  HAUT  ET  RÊVÉ  DE  PLUS  
NOBLE  »
Edouard  Mar6n,  au  nom  du  groupe  S&D.  –  Monsieur   le  Président,  un  pays  est  
grand  non  seulement   par   sa  puissance  mais,  au-­‐delà,  par  l'éclat  des  idées,  des  
causes  et  de  la  générosité  qu'il  entend  porter  aux  moments  privilégiés  de  son  
histoire.   Mesdames  et   Messieurs  les  députés,   ceDe   déclara6on  n'est   pas  la  
mienne:  elle  est  signée  Robert  Badinter   lorsqu'il  était  garde  des  Sceaux  de  la  
France  en   1981.   Eh  bien,   c'est   ce  même   message  que   je  veux   envoyer,   au  
nom  du  Parlement  européen,  aux  autorités  indonésiennes.  
Oui,  Monsieur  le  président  Widodo,  vous  pouvez   être  grand,  votre  générosité  
peut  éclater   à  la  face  du   monde,  si  votre  puissance  sert   la  vie.  Vous  vouliez  
envoyer   un  message  fort   aux   citoyens  indonésiens  et   au   reste  du   monde?  
C'est  fait.   Personne  ne  peut  douter   de  votre  farouche  volonté  d'éradiquer  la  
drogue  et   son   trafic.   Vous  venez   d'exécuter   huit   citoyens  du  monde:   deux  
Australiens,   un   Brésilien,   quatre   Africains   et   un   Indonésien.   Selon  
l'associa6on   Ensemble   contre   la   peine   de   mort,   il   y   a   une   centaine   de  
prisonniers  dans  le  couloir  de  la  mort  en  Indonésie.  

Edouard  Mar>n
ITRE,  EMPL,  PETI
@edouardmar6nEU
edouard.mar6n@europarl.europa.eu

Pour voir la vidéo cliquer ici

Que  voulez-­‐vous  encore  prouver?  Connaissez-­‐vous  le  degré  de  souffrance,  de  
torture  psychologique  intense   que  subissent   les  condamnés  à  mort   et   leur  
famille?   Des  années   interminables   à   aDendre   un   procès  qui   n'en   est   pas  
vraiment   un,   des  années  à  espérer   une  lueur   d'humanité   dans  les  yeux   de  
leurs   bourreaux,   des   années  à  espérer   un  éveil  de  conscience   de  la  jus6ce,  
pour   qu'elle  soit   juste  et   déterminée  à  faire   éclater   la  vérité.   Des  secondes  
insupportables  lorsque   le  procureur   rejeDe  tous  les   recours  et   annonce  la  
sentence,  cruelle,  glaciale,  immonde:  la  mort!  
Je  souhaite   adresser   un  message   à  Serge  Atlaoui,   citoyen   français  habitant  
dans   mon   département,   lui   qui  est   actuellement   en   sursis.   Serge   vit   ceDe  
souffrance  psychologique  intenable  depuis  dix  ans.  Ses  geôliers  l'ont   déjà  un  
peu  tué  psychiquement   au   point   qu'il  se  sente  coupable   d'être  toujours  en  
vie.   Non,   Serge,   tu   n'es   pas   coupable,   pas   coupable   de  vouloir   vivre,   pas  
coupable   de   vouloir   la   jus6ce,   pas   coupable   de   vouloir   revoir   tes   quatre  
enfants,   pas   coupable  de   la  souffrance   que  vous   subissez,   toi   et   les  6ens.  
C'est  à  toi,  Serge,  que  je  pense,  à  ton  épouse,  à  tes  enfants  et   à  ta  famille,  qui  
t'aDendent.   Tiens  bon,   Serge,  la   France  est  avec  toi,   l'Europe  doit  être  avec  
toi.  C'est  ce  message  que  je  souhaite  t'envoyer.  

18

GILLES  PARGNEAUX  :  "JE  DEMANDE  UN  SOUS-­‐COMITÉ  "DROITS  DE  
L'HOMME"  DANS  L'ACCORD  D'ASSOCIATION  UE-­‐ALGÉRIE"
Gilles  Pargneaux,  au  nom  du  groupe  S&D.  –  Monsieur   le  Président,   Monsieur  
le  Commissaire,   chers  collègues,   il  importe  de  rappeler   le   rôle  crucial  que  
l'Algérie  joue   actuellement   dans  la   luDe   contre   le   terrorisme   au   Sahel.   Il  
importe   aussi   de   rappeler   que   l'Algérie   est   un   partenaire   économique  
indispensable  pour  l'Union  européenne.  
Pourtant,  nous  devons  dire  la  vérité  aux   Algériens:   non,   vous  ne  pouvez  pas  
con6nuer   à   avoir   une   poli6que   en   ma6ère   de   droits   de   l'homme   et   en  
ma6ère  de  jus6ce  comme  celle  que  vous  menez.  L'Algérie  est  un  grand  pays,  
les  Algériens  sont  un   grand  peuple.  L'ac6vité   et   la  vivacité  de  ceDe   société  
algérienne   sont   importantes.   L'État   algérien   doit   donc   prendre  en  compte  
ceDe  vivacité  et  permeDre  une  poli6que  en  faveur  des  droits  de  l'homme.  

Gilles  Pargneaux
ENVI,  CONT,  AFET,  SEDE
@gillespargneaux
gilles.pargneaux@europarl.europa.eu
gillespargneaux.typepad.fr

Je  demande  au  commissaire  que  nous  incluions  un  sous-­‐comité  "Droits  de  
l'homme"   dans   l'accord   d'associa6on   Union   européenne-­‐Algérie.   C'est  
Pour voir la vidéo cliquer ici
comme  ça  que  nous  pourrons  faire  progresser  l'État  algérien.  

19

PERVENCHE  BERÈS  :  NOUS  DEMANDONS  LA  LIBÉRATION  SANS  CONDITION  
DE  NADYA  SAVCHENKO
Pervenche  Berès,  au  nom  du  groupe  S&D.  –  Monsieur  le  Président,   Monsieur  
le  Commissaire,  nous  sommes  ici  réunis  autour  du  cas  de   Nadya  Savchenko,  
dont  nous  demandons  la  libéra6on   sans  condi6on,  car   il  s'agit   à  la   fois  d'un  
cas  humanitaire  et  d'un  cas  poli6que.  
Un  cas  humanitaire,  puisque  Nadya  Savchenko  a  engagé  une  grève  de  la  faim  
qui  met  en  péril  sa  santé  depuis  maintenant  plus  de  trois  mois,   mais  aussi  un  
cas  poli6que,   puisqu'elle  a   été   kidnappée   en   Ukraine,   détenue   comme  un  
prisonnier  de  guerre  en  Russie  et  que,  dans  le  cadre  de  l'Union  européenne,  
nous  avons  formulé  dans  les  accords  de  Minsk,  des  demandes  précises.   Ces  
demandes  viennent  d'être  renouvelées  à  l'occasion  du  sommet  entre  l'Union  
européenne   et   l'Ukraine,   elles  ont   été  portées  par   la  haute   représentante,  
Mme   Mogherini,   elles  sont   clairement   relayées,   maintenant,   par   toutes  les  
familles  poli6ques  de  ceDe  assemblée.  Nous  aDendons  de  la  Russie  un  geste,  
comme  une  promesse   d'applica6on  des  mesures  prises  pour  permeDre  aux  
accords   de   Minsk   de  devenir   réalité.   C'est   aussi  un  signal  au   regard   de   ce  
qu'est  la  poli6que  de  l'Union  européenne,   là  aussi  soutenue  et  validée  par  les  
Na6ons  unies.  

Pervenche  Berès
ECON,  AFCO
@PervencheBeres
pervenche.beres@europarl.europa.eu
www.pervencheberes.fr
Pour voir la vidéo cliquer ici

Nous   demandons   donc   que   le   président   de   ceDe   assemblée   s'adresse   au  
président   Pou6ne   pour   qu'enfin   Nadya   Savchenko   puisse   être   libérée   et  
retrouve   l'autonomie   de   ses   moyens   afin   de   rentrer   dans   son   pays,   en  
Ukraine.  

20

eCall  :  Faciliter  l’interven@on  des  secours  durant  «  l'heure  d’or  »  
Virginie  ROZIERE  (PRG),  représentante  de  la  déléga6on  socialiste  française  au  sein  de  la  commission  IMCO,  se  
félicite  de  l’adop6on  par  le  Parlement  européen  du  déploiement  du  système  eCall.  Ce  système  paneuropéen  
d'appel  d'urgence  automa6que,  permet  à  une  voiture  accidentée  d'appeler  instantanément  les  services  d'urgence  
tout  en  envoyant  sa  posi6on  précise,  que  ses  occupants  soient  conscients  ou  non,  et  quel  que  soit  le  pays  de  l'UE  
dans  lequel  elle  se  trouve.  
Le  but  d'un  tel  système  est  d’améliorer  l'efficacité  de  l'arrivée  des  secours  pendant  «  l'heure  d’or  »  (si  la  vic6me  est  
prise  en  charge  par  les  secours  durant  la  première  heure  suivant  l’accident,  elle  a  plus  de  chances  de  survie).
Certains  pays  de  l'Union  disposent  déjà  ce  type  de  service  mais  ils  ne  fonc6onnent  pas  dans  toute  l'Europe.  La  
nouvelle  législa6on  établit  un  nouveau  système  d’appel  automa6que  des  urgences  via  le  112,  numéro  d’appel  
d’urgence  européen  ;  elle  prévoit  également  un  standard  qui  fonc6onne  malgré  les  fron6ères  ;  et  supprime  la  
barrière  de  la  langue.
La  principale  préoccupa6on  lors  de  l’élabora6on  de  ce  texte  a  été  la  protec6on  des  données  des  conducteurs  :  les  
disposi6fs  de  géolocalisa6on,  d'iden6fica6on  et  de  GPS  qu'il  comporte  ne  devront  pas  servir  de  moyens  de  contrôle.  
«  Le  groupe  des  Socialistes  et  démocrates  européens  s’est  assuré  qu’il  n’aurait  pas  de  contrôle  con6nu  du  système.  
eCall  doit  sauver  des  vies,  et  non  les  surveiller.  Les  données  du  véhicule  seront  ainsi  protégées,  et  ne  seront  
transmises  que  celles  u6les  aux  secours,  telles  que  l'heure,  le  lieu  de  l’accident  ou  le  type  de  véhicule  »  a  précisé  
Virginie  ROZIERE.  
Une  période  transitoire  a  été  établie  jusqu'à  mars  2018  afin  de  confirmer  la  fiabilité  du  système  avant  sa  mise  en  
place  défini6ve.

21

VIRGINIE  ROZIÈRE  :  INTERVENTION  D’UNE  MINUTE
Virginie   Rozière   (S&D).   –   Monsieur   le   Président,   défla6on   rampante,  
chômage  au  plus  haut,   croissance  atone,   voilà  l'état   de  l'Europe   après  sept  
années  de  crise,  jalonnées  par  des  poli6ques  d’austérité  aussi  inefficaces  que  
drama6ques  pour  les  peuples  européens.
Il  est   temps   de   rompre  avec   l’applica6on   aveugle  de  règles   toujours   plus  
rigides  et  de  faire  un  pas  de  plus  vers  le  fédéralisme,  pour  doter  enfin  l'Union  
européenne  d’une  véritable  gouvernance  économique.  

Virginie  Rozière
Oui,   la  crise  de  2008  a  ébranlé  nos  économies,  mais  c'est  la  désunion  de  nos   IMCO,  JURI
@VRoziere
États  qui  explique  notre  embourbement.  
virginie.roziere@europarl.europa.eu
Alors   que   nous   devrions   dégager   une   stratégie   globale   pour   l'Union   hDp://www.virginieroziere.eu/

européenne,   certains  s’aveuglent   encore   sur   les  raisons   de  ceDe   crise:   la  
pusillanimité  de  chefs  d’État   qui  instrumentalisent  les  décisions  européennes  
pour   leurs   préoccupa6ons   électorales   à   court   terme   et   qui   oublient   Pour voir la vidéo cliquer ici
l’essen6el,  l’avenir  des  peuples  européens.  
Les   décisions   de   poli6que   économique   et   fiscale   ne   doivent   plus   être  
uniquement  aux   mains  des  représentants  des  États,  mais  elles  doivent  aussi  
être   confiées  aux   représentants  du  peuple  européen,  à  ce  Parlement.   C'est  
une  nécessité,   car   c'est   en   avançant   vers  plus  de  fédéralisme  que   l'Union  
européenne  pourra  vraiment  agir  pour  ses  citoyens.

22

Pervenche   Berès,   députée   européenne   depuis   1994,   a   été   successivement  
présidente  de  la  déléga6on   socialiste   française,   présidente  de  la  commission  
des   affaires   économiques   et   monétaires,   présidente   de   la   commission   de  
l'emploi  et  des  affaires  sociales.
Elle  a  également  été  membre  de  la  Conven6on  européenne  chargée  d'élaborer  
un   projet   de   Cons6tu6on   européenne,   de   la   Conven6on   chargée   de   la  
rédac6on   de   la   Charte   des   droits   fondamentaux   de   l'Union   européenne   et  
rapporteur   de   la   commission   spéciale  sur   la  crise  financière,   économique   et  
sociale.
Avec  les  12  talents  qui  composent   une  déléga6on  socialiste  équilibrée  entre  le  
nécessaire  renouvellement  et  le  main6en   d’élus  expérimentés,   elle  veut  faire  
avancer  la  réorienta6on  de  l’Europe,  que  de  plus  en  plus  d’Européens  exigent,  
à  par6r  de  l’axe  de  la  transi6on  écologique.

Pervenche  Berès
ECON,  ITRE,  AFCO,  TAXE
@PervencheBeres
pervenche.beres@europarl.europa.eu
www.pervencheberes.fr

Réélu  en  2014,  Eric  Andrieu  est  député  européen  de   la  circonscrip6on  du  Sud-­‐
Ouest  depuis  2012.
 Un  parlementaire  spécialiste  de  l’agriculture  et  du  développement  rural  :

Eric  Andrieu
AGRI,  INTA
@ANDRIEU11
eric.andrieu@europarl.europa.eu
www.eric-­‐andrieu.eu

Professionnel   du   développement   local,   formé   à   l’Ins6tut   Agronomique  
Méditerranéen,   il   siège   dans   la   commission   de   l’agriculture   au   Parlement  
comme  Premier  Vice-­‐Président.  Il  a  défendu  la  vision  des  socialistes   lors  de  la  
révision  de  la  PAC.
Un  militant  et  un    élu  impliqué  sur  le  territoire  :
Conseiller   Général   puis   Vice-­‐Président   du   Conseil   Général   de   l’Aude  
(1988-­‐2004),   il   siège   au   Conseil   Régional   Languedoc  Roussillon   depuis   2004,  
dont   il   est  aujourd'hui   Vice-­‐Président.   Il   fut   également   Maire   de   Villerouge-­‐
Termenès   (1995-­‐2012),   Président   du   district   du   Massif   de   Mouthoumet,   de  
l’associa6on  Pays  Corbières  Minervois  et  du  GAL  Corbières  Minervois.

Guillaume   Balas   est   député   européen   de   la   circonscrip6on   Ile-­‐de-­‐France   et  
Fédéra6on  des  Français  de  l’Etranger.
Professeur  d’Histoire  en  banlieue  parisienne  depuis  17  ans,  inves6  en   Lorraine  
puis  en  Ile-­‐de-­‐France,  il  préside  le   groupe  socialiste  et  républicain   au   Conseil  
régional  d’Ile-­‐de-­‐France  jusqu’en  2014.
Il  est  également   membre  du   Bureau   na6onal  du  Par6   Socialiste  et  secrétaire  
général  du  courant  socialiste  Un  Monde  d’Avance,  cofondé  par  Benoît  Hamon  
et  Henri  Emmanuelli.
Il  est   membre  6tulaire  de  la  commission   de  l’Emploi  et  des   Affaires  sociales  
(EMPL)   et   membre   suppléant   de   la   commission   Environnement,   Santé  
publique  et  Sécurité  alimentaire  (ENVI).

Guillaume  Balas
EMPL,  ENVI
@BalasGuillaume
guillaume.balas@europarl.europa.eu
guillaumebalas.net  

Jean-­‐Paul   Denanot,   professeur   de   sciences   physiques,   s’est   très   vite   inves6  
dans  la  voie  de  la  forma6on  professionnelle  en  tant   que  délégué  académique  
et  conseiller  du  recteur.

Jean-­‐Paul  Denanot
BUDG,  AGRI
@jpdenanot
jean-­‐paul.denanot@europarl.europa.eu

Côté  engagement  poli6que,  il  devient   maire  de  la   ville  de  Fey6at   en   1992   et  
conseiller   régional   six   en   plus  tard.   En   2004,   il   est   élu   président   du   Conseil  
régional,   responsabilité   dans   laquelle   il   est   reconduit   en   2010.   A   la   tête  du  
Limousin,  il  ini6e  le   réseau  Rur@ct  qui   fédère  aujourd’hui  une  soixantaine  de  
régions  rurales  européennes.
Jean-­‐Paul  Denanot  siège  au   Parlement  européen  de   fin  2008  à  mai  2009.  Il  est  
nommé  en   2011   au   Comité   des  régions  de  l’Union  européenne  où  il  suit   les  
dossiers   relevant   de   la   cohésion   territoriale   et   porte   le   combat   des   régions  
dites  de  transi6on.  Il  a  été  rapporteur  sur  les  aides  d’Etat  à   finalité  régionale,  
et  est  l’auteur  d’un  rapport  sur   la   ruralité  en  Europe  -­‐  deux  enjeux  européens  
majeurs  dont  il  souhaite  faire  les  priorités  de  son  nouveau  mandat  européen.

Réforme   des   procédures   d'asile   en   Europe,   Schengen,   Frontex,   liberté   de  
circula6on,   droits   fondamentaux,   Rroms,   égalité   hommes-­‐femmes,   luDe  
contre   l'homophobie,   protec6on   des   données   personnelles,   luDe   contre   le  
blanchiment  d'argent,  handicap,  pauvreté,  extrémisme  et  populisme...
Sur  tous  ces  sujets  -­‐   et  bien  d'autres  encore  !  -­‐   Sylvie  Guillaume  en   connaît  un  
rayon,   aussi   n'hésitez-­‐pas   à  la   contacter   dans   les   prochaines  semaines   et   à  
suivre  son  actualité.
Sylvie  Guillaume  est  élue  au  Parlement  européen  depuis  2009  et  représente  la  
circonscrip6on  Sud-­‐Est.  Elle  a  été  Vice-­‐présidente  du  Groupe  des  Socialistes  et  
Démocrates  entre  2012  et  2014.

Sylvie  Guillaume
LIBE,  CULT
@sylvieguillaume
sylvie.guillaume@europarl.europa.eu
www.sylvieguillaume.eu

Louis-­‐Joseph   Manscour   est   né   à   La   Trinité   le   20   mars   1945.   Enseignant   de  
forma6on,   il   par6cipe   ac6vement   depuis   50   ans   à   la   vie   publique   de   la  
Mar6nique.  Co-­‐fondateur  en   1972  de  la  Fédéra6on   socialiste   de  la  Mar6nique  
(FSM),   il  devient   premier   adjoint   au   maire  de   La   Trinité  en   1977,   commune  
dont   il  sera  l'édile  de  1988  à  2014.  Elu   au  Conseil  général  en  1985,  il  en  sera  le  
premier   Vice-­‐président   de  1998  à  2002.  Il   exerça  aussi,  entre  1998  et  2001,  le  
mandat  de  Conseiller  régional.
Louis-­‐Joseph  Manscour
REGI,  CONT,  DEVE
louis-­‐joseph.manscour@europarl.europa.eu

Au   niveau  na6onal,   il  est  élu   député  de  la  circonscrip6on  du  Nord-­‐Atlan6que  
de  2002  à  2012.   A  l’Assemblée  na6onale,  il   devient  membre  de   la  commission  
des   Affaires   économiques,   de   la   déléga6on   pour   l’Union   européenne,   du  
FEDOM  et  préside  le  groupe  d’ami6é  France-­‐Panama.
A  travers  les  commissions  REGI  et  DEVE,   il  compte  s'engager,  dès  les  premiers  
jours  de  son  mandat  au   Parlement  européen,  à  meDre  en  valeur   les  outre-­‐mer  
européens.

Edouard  Mar6n  est  né  le  15  juin  1963  à  El  Padul  (Espagne).
Ancien  syndicaliste  il  s’est  illustré  dans  la  défense  des  sidérurgistes  lorrains.   En  
1989,   il   est   élu   délégué   du   personnel   CFDT   de   l’usine   ArcelorMiDal.   Elu   en  
2006  au  Comité  d'entreprise   européen   d'ArcelorMiDal,  il  prend   la   tête  de  la  
luDe  contre  la  fermeture  des  hauts-­‐fourneaux  de  Florange  en  2009.
Le   17   décembre   2013,   il   accepte   d'être   tête   de   liste   PS   aux   élec6ons  
européennes   de   2014   dans   le   Grand   Est,   et   démissionne   alors   au   même  
moment  de  son  poste  au  sein  du  Comité  d'entreprise  européen.
L’engagement   poli6que   qu’il   souhaite   prendre   sur   le   plan   européen   est   en  
con6nuité  avec   le   combat   syndical  qu’il   a  mené.   Il  le  poursuivra   notamment  
pour   défendre   les   droits   des   travailleurs   sur   la   scène   européenne,   et   pour  
soutenir  une  réindustrialisa6on  durable  de  l'Union.

Edouard  Mar>n
ITRE,  EMPL,  PETI
@edouardmar6nEU
edouard.mar6n@europarl.europa.eu

Emmanuel  Maurel  est  né  le  10  mai  1973  à  Epinay-­‐sur-­‐Seine.
Maître   es   leDres,   diplômé   de   Sciences   po   paris,   il   a   été   collaborateur  
parlementaire  et  enseignant  vacataire  dans  le  supérieur.  Maître  de  conférences  à  
l'IEP  de  Paris,  il  est  l'auteur  d'un  manuel  de   droit  cons6tu6onnel  (édi6ons  Ellipse)  
et  d'une  biographie  de  l'ancien  ministre  Jean  Poperen.

Emmanuel  Maurel
INTA,  ECON,  TAXE
@emmanuelmaurel
emmanuel.maurel@europarl.europa.eu
emmanuelmaurel.fr  

Conseiller  municipal   de  2001  à  2014,  il  est  également  conseiller  régional  d’Ile-­‐de-­‐
France  depuis  2004.  Il   a  été  Vice-­‐président  de  la  Région  aux  affaires  européennes  
et  interna6onales  et,  depuis  2010,  est  chargé  de  l’appren6ssage,  de  la  forma6on  
professionnelle,  et  de  l’emploi.  Il  s’est  par6culièrement  inves6  dans  les  débats  de  
la  conven6on  Europe  du  Par6  socialiste.
Il  s'engage  désormais  au  sein  du   groupe  S&D  pour  construire  une  autre  Union,  qui  
meDe  la  coopéra6on  et  la  solidarité  au  cœur  de  ses  priorités.  

Né   dans   l'Aisne   et   élu   de   Lille,   Gilles   Pargneaux   est,   depuis   2009,   député  
européen  du   Nord   Ouest.   Il  s’est  inves6  dans  la  commission  environnement,  
santé   publique   et   sécurité   alimentaire   et   dans   la   commission   transports   et  
tourisme.  Il  a   ainsi  été   notamment  rapporteur   de  la   décision  sur  les  menaces  
sanitaires  transfron6ères,  a  co-­‐rédigé  la  résolu6on  du  Parlement   européen  sur  
la   luDe   contre   les   fraudes   et   les   crises   alimentaires   en   Europe   et   mené   la  
bataille  contre  la  libéralisa6on  du  ferroviaire.
Gilles   Pargneaux,   président   du   groupe   PS   à   Lille   Métropole   Communauté  
Urbaine,   est   conseiller   délégué   à   l’Europe   et   aux   fonds   européens,   engagé  
dans  l’Eurométropole  Lille-­‐Kortrijk-­‐Tournai.
Sensible   aux  enjeux  de  coopéra6on   entre  l'UE  et  le  Maghreb,  Gilles  Pargneaux  
a  également  été  président  du  groupe  d'ami6é  UE-­‐Maroc.  Premier  secrétaire  de  
la  Fédéra6on  du   Nord  du  PS  depuis  2005,  il  est  d’ailleurs  secrétaire  na6onal  du  
PS  aux  rela6ons  Nord-­‐Sud.

Gilles  Pargneaux
ENVI,  CONT,  AFET,  SEDE
@gillespargneaux
gilles.pargneaux@europarl.europa.eu
gillespargneaux.typepad.fr

Né  en   1960,  Vincent  Peillon   est   professeur  agrégé  et   docteur  en  philosophie.  
Député   de   1997   à   2002,   il   préside   la  mission   d’informa6on   sur   les   paradis  
fiscaux  en  Europe.

Vincent  Peillon
AFET,  DEVE
@Vincent_Peillon
vincent.peillon@europarl.europa.eu
www.vincent-­‐peillon.fr  

Après  avoir  été  rapporteur   de  la  3ème  direc6ve   an6-­‐blanchiment,   il  consacre  
son   ac6vité   aux   rela6ons   avec   le   Sud   de   la   Méditerranée,   proposant  
notamment   un   Erasmus   euroméditerranéen.   Il   a   également   défendu   la  
créa6on   d’une   taxe   sur   les   marchés   financiers   permeDant   de   financer   la  
transi6on  écologique.
De  juin  2012   à  mars  2014,  il  est   ministre  de  l’éduca6on  na6onale   et  a  engagé  
la  refonda6on  de  l’Ecole  :  créa6on  de   60  000  postes,   réforme  de  l’éduca6on  
prioritaire,  luDe  contre  le  décrochage,  forma6on  des  enseignants,  numérique  
éduca6f,  scolarisa6on  des  enfants  handicapés,  charte  de  la  laïcité.
En  mai  2014,  il  est  élu  député  européen  de  la  circonscrip6on  Sud-­‐Est.

Chris6ne   Revault   d'Allonnes-­‐Bonnefoy   est  députée   européenne   socialiste   d'Ile  
de  France  depuis  le  9  avril  2014.
Elle  s’engage  au  sein  du  Par6  socialiste  en  1995,   et  par6cipe  à   la  campagne  de  
1995  de   Lionel  Jospin.  A   par6r   de  2000,  elle  entre  dans  les  instances  na6onales  
du   PS   et   devient   Secrétaire   na6onale   au   suivi   de   l’opinion   en   2014.   Elle   a  
défendu   les   couleurs   socialistes   à   plusieurs   reprises   dans   sa   commune   de  
Villejuif,  aux  cantonales  en  1998   et  2004  et   municipales  en  2001  et  2008.  Elle  a  
été   présidente   du   groupe   socialiste  et   maire   adjointe   jusqu’à  son   élec6on   en  
2004   comme  conseillère   régionale   d’Ile-­‐de-­‐France,   membre   de   la   commission  
des  transports  -­‐   dans   ce  cadre  elle  est   administratrice  du  STIF  où  elle   préside  la  
commission  Inves6ssements  et  suivi  du  contrat  de  Projet.
Durant  la  campagne  présiden6elle  de   2012,  elle  s’est  impliquée  au  sein  du  pôle  
Transports  de  l’équipe  de  campagne  de  François  Hollande.  

Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy
TRAN, LIBE
@cdallonnes
christine.revaultdallonnesBONNEFOY@europa
rl.europa.eu
crevaultdallonnesbonnefoy.wordpress.com

Virginie  ROZIERE,  38  ans,  membre  du  Par6   Radical  de  Gauche,   puise  ses  racines  
dans  la  région  Languedoc-­‐Roussillon,  au  sein  d’une  famille  imprégnée  des  valeurs  
d’humanisme  et  d’engagement  pour  la  collec6vité.  

Virginie  Rozière
IMCO,  JURI
@VRoziere
virginie.roziere@europarl.europa.eu
hDp://www.virginieroziere.eu/

Sa   volonté   de   servir   l’intérêt   général   s’est   concré6sée   par   un   engagement   au  
service  de  la  République  avec  le  choix   d’études  à  l’Ecole  Polytechnique,   puis  des  
missions   au   ministère   de   la   Défense   et   au   ministère   de   l’Economie   et   des  
Finances.   De   son   passage   au   Parlement   européen   de   2010   à   2012,   comme  
administratrice   au   secrétariat   de  la  commission  IMCO,  puis   de  ses  fonc6ons   de  
directrice   adjointe   du   cabinet   de   Sylvia   Pinel,   ministre   de   l’Ar6sanat,   du  
Commerce   et   du   Tourisme,   elle   a   pu   mesurer   le   rôle   essen6el   des   PME   dans  
l’économie  européenne.
Au   Parlement  européen,  Virginie  Rozière  s’engagera  pour   une  Europe  qui  ne  se  
limite  plus  au  champ  économique,   qui  ne  se  réduit  pas  à  une  simple  zone  de  libre  
échange,  mais  avance  la  voie   du  fédéralisme,  qui  s’affirme  en  tant   que  puissance  
poli6que  dans  le  jeu  de  la  mondialisa6on.

Juriste   de   forma6on   et   de   profession,   Isabelle   Thomas   devient   conseillère  
régionale   de   Bretagne   en   1998   puis   Vice-­‐présidente   du   Conseil   régional   de  
Bretagne  en  2004,  d'abord  en  charge  de  l'énergie,  puis  de  la  mer  et  du  liDoral.
Elle  succède  à  Stéphane  Le  Foll  au  Parlement  européen  en  2012.  Pendant  deux  
ans,   elle   a   défendu   les   emplois   mari6mes   et   le   développement   durable   en  
commission   de   la   pêche   et   a   travaillé   sur   des  sujets   comme   Erasmus   ou   la  
gastronomie   à   la   commission   culture.   Convaincue   de   l'importance  
démocra6que  à  construire  un  lien  permanent  entre  le  travail  parlementaire   et  
les   citoyens,   elle   est   désignée   tête   de   liste   dans   l'Ouest   pour   les   élec6ons  
européennes.
Pour   ce   deuxième   mandat,   les   Socialistes   et   Démocrates   du   Parlement  
européen  viennent  de  lui  accorder  leur   confiance  en  l'élisant   Vice-­‐présidente  
de   leur   groupe,   en   charge   des   ques6ons   budgétaires,   de   la   pêche,   de   la  
poli6que   de  cohésion  et  de  l’agriculture.  Elle  siègera  donc  à  la  commission  du  
budget  en  tant  que  suppléante  dans  la  perspec6ve  de  la  révision  budgétaire,  
tout  en  restant   fidèle  à   la  commission   de  la  pêche  dont   elle  est  devenue  l'un  
des  piliers  lors  de  la  précédente  mandature.

Isabelle  Thomas
PECH,  BUDG
@Isabel_thomasEU
isabelle.thomas@europarl.europa.eu
isabelle-­‐thomas.fr