Vous êtes sur la page 1sur 3

WWW.RESEAUMAROC.

COM
Cours/formation /Video en informatique: Linux,Cisco,2003 Server,securité,Réseaux.
Contact : tssri-reseaux@hotmail.fr TEL : 00212669324964

TP extension du système de fichiers

Installer une nouvelle partition

I. Objectif
o On sait que les utilisateurs ont une vision logique du système de fichiers sous
forme d'un seule arborescence, ce qui leur masque les particularités
d'implémentation physique des fichiers sur disque(s).
Mais en réalité cette arborescence est en général le résultat d'un montage par
emboitement de plusieurs arborescences secondaires au système de fichiers
racine
o Dans certains cas il peut s'avérer indispensable d'étendre le système de fichiers
sur un nouveau disque dur, ou sur une partition installée dans une partie de
disque inutilisée jusqu'alors ou récupérée ...
On rappelle qu'un système de fichiers ne peut pas s'étendre sur plusieurs
partitions, a fortiori sur plusieurs disques physiques.
o Outre ces obligations, il y a des avantages à disposer Linux sur plusieurs
partitions :
En cas (rare) d'endommagement d'un système de fichiers, le dégat est limité à
la partition.
L'administrateur peut mieux maitriser le système et les espaces utilisateurs qu'il
est souvent nécessaire d'augmenter de capacité
o Dans ce TP, il s'agit de décharger la partition "racine" éventuellement
encombrée, des fichiers de l'un de ses répertoires principaux, afin de les
stocker sur la nouvelle partition.
Ensuite, il faudra récupérer les fichiers et procéder au nouveau montage
automatique des partitions en modifiant /etc/fstab
o Pour connaitre l'état du disque et en particulier pour savoir s'il reste de la place
non affectée à un système, passer la commande fdisk /dev/hda, puis la
commande p Supposons la situation initiale suivante :
o /dev/hda1 200 Mo swap
o /dev/hda2 2,5 Go linux partion montée en /
o /dev/hda5 500 Mo linux partion montée en /home
o le reste (au moins 1 Go) est libre
o Dans ce qui suit, nous prenons l'exemple du répertoire /var qui sera détaché
de la partition racine, pour être physiquement stocké dans une nouvelle
partition.
II. Sauvegarde des données à déplacer
o Comme les fichiers de /var actuellement situés dans la partition / racine
seront plus tard inaccessibles, il faut d'abord les copier ailleurs, dans une autre
partition ou un autre support (lecteur zip par exemple) ou sur une partition
réseau (NFS, Samba)
WWW.RESEAUMAROC.COM
Cours/formation /Video en informatique: Linux,Cisco,2003 Server,securité,Réseaux.
Contact : tssri-reseaux@hotmail.fr TEL : 00212669324964

Conseil : il est préférable de copier par prudence (on effacera ensuite pour
récupérer la place) et de pas déplacer comme cela serait plus adapté.
o On peut aussi utiliser mc dont la fonction copie (F5) préserve les permissions
des fichiers.
o Dans notre exemple, effectuons une copie de /var, dans /root/var
Copie de toute l'arborescence (option -R) en préservant les permissions
actuelles (option -p), pour plus de détails voir cp --h | less
cp -pR /var /root
III. Repartionnement du disque
o S'il s'agit d'intervenir (supprimer , modifier, réaffecter) sur une partition
existante, la démonter au préalable.
o Lancer fdisk /dev/hda, et créer une nouvelle partition :
device /dev/hda6, taille 300M, système linux native (code hexa 83)
Ecrire la nouvelle table de partition et quitter fdisk
IV. Intégration de la nouvelle partition
o Formater la nouvelle partition
mke2fs /dev/hda6
formate la partition et crée un système de fichiers ext2, puis écrit la table des
inodes.
o Monter la nouvelle partition hda6 en /var
mount /dev/hda6 /var
Pourquoi ce montage doit-il être effectué obligatoirement maintenant ?
Vérifier son accessibilité et expliquer les résultats de ces commandes :
o du /var
o df
ll /var

o Récupérer les données de /var


cp -pR /root/var/* /var
on copie (ici aussi par sécurité) le contenu de /root/var dans /var
o Automatiser ce montage de /dev/hda6 lors d'un redémarrage du système, en
ajoutant la directive suivante dans une ligne de la table de montage
/etc/fstab:
/dev/hda6 /var ext2 defaults 1 2
o Par la suite, si tout est satisfaisant, supprimer les fichiers transitoires rm
/root/var/* et quand le répertoire /root/var est vide, le supprimer :
rmdir /root/var
V. Remarques importantes
o Si on supprime une partition auparavant montée, ne pas oublier d'intervenir
dans /etc/fstab pour supprimer ou modifier la ligne correspondance.
Sinon, après un reboot, on a un message d'erreur sur l'impossibilité de monter
et une invitation à effectuer une séance de maintenance par root.
WWW.RESEAUMAROC.COM
Cours/formation /Video en informatique: Linux,Cisco,2003 Server,securité,Réseaux.
Contact : tssri-reseaux@hotmail.fr TEL : 00212669324964

o Attention, à veiller à garder l'intégrité de l'arborescence de la partition racine.


Ainsi dans notre exemple, le répertoire /var doit exister dans la partition
racine /dev/hda2, pour jouer le rôle de point de montage de la nouvelle
arborescance.
Bien sûr ce répertoire /var est vide de fichiers, puisque ceux-ci seront
affectés à la nouvelle partition /dev/hda6