Vous êtes sur la page 1sur 184

A L'ATTENTION

DU LECTEUR
Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la
foi sont expliquées à la lumière des versets coraniques et les
gens sont invités à connaître la parole de Dieu et à vivre selon Ses
préceptes. Tous les sujets qui concernent les versets de Dieu sont
expliqués de telle façon à ne laisser planer ni doute, ni questionne-
ment dans l'esprit du lecteur. Par ailleurs, le style sincère, simple et flui-
de employé permet à chacun, quel que soit son âge ou son appartenance
sociale, d'en comprendre facilement la lecture. Ces écrits efficaces et lucides
permettent également leur lecture d'une seule traite. Même ceux qui rejet-
tent vigoureusement la spiritualité resteront sensibles aux faits rapportés
dans ces livres et ne peuvent réfuter la véracité de leur contenu.
Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus indivi-
duellement ou être abordés lors de conversations en groupes. Les lecteurs qui
désirent tirer le plus grand profit des livres trouveront le débat très utile dans
le sens où ils seront en mesure de comparer leurs propres réflexions et expé-
riences à celles des autres.
Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de contri-
buer à faire connaître et faire lire ces livres, qui ne sont écrits que dans le seul
but de plaire à Dieu. Tous les livres de l'auteur sont extrêmement convain-
cants. De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire connaître la religion à
d'autres personnes, une des méthodes les plus efficaces est de les encou-
rager à les lire.
Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres
livres, les idées personnelles de l'auteur ou des explications fon-
dées sur des sources douteuses. Vous ne trouverez pas non plus
des propos qui sont irrespectueux ou irrévérencieux du fait
des sujets sacrés qui sont abordés. Enfin, vous n'aurez pas
à trouver également de comptes-rendus désespérés,
pessimistes ou suscitant le doute qui peut affecter
et troubler le cœur.
HARUN YAHYA
Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme
HARUN YAHYA, est né à Ankara en 1956. Il a effectué des
études artistiques à l'Université Mimar Sinan d'Istanbul, et
a étudié la philosophie à l'Université d'Istanbul. Depuis les
années 80, il a publié de nombreux ouvrages sur des sujets
politiques, scientifiques et liés à la foi. Harun Yahya est deve-
nu célèbre pour avoir remis en cause la théorie de l'évolution
et dénoncé l'imposture des évolutionnistes. Il a également mis
en évidence les liens occultes qui existent entre le darwinisme
et les idéologies sanglantes du 20ème siècle.
Les ouvrages d’Harun Yahya, qui ont été traduits en 41 lan-
gues, constituent une collection de plus de 45.000 pages et 30.000
illustrations.
Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et
"Yahya" (Jean), en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous
deux lutté contre le manque de foi de leurs peuples. Le sceau du
Prophète (paix et bénédiction sur lui) qui figure sur la couverture des
livres de l'auteur, revêt un caractère symbolique lié à leur contenu. Ce
sceau signifie que le Coran est le dernier Livre de Dieu, Son ultime pa-
role, et que notre Prophète (paix et bénédiction sur lui)) est le dernier
maillon de la chaîne prophétique. En se référant au Coran et à la
Sounna, l'auteur s'est fixé comme objectif d'anéantir les arguments des
tenants des idéologies athées, pour réduire au silence les objections
soulevées contre la religion. Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a
atteint les plus hauts niveaux de la sagesse et de la perfection morale,
c'est pourquoi son sceau est utilisé avec l'intention de rap-
porter le dernier mot.
Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un
seul objectif : communiquer aux autres le message
du Coran, en les incitant à réfléchir à des questi-
ons liées à la foi, telles que l'existence de Dieu,
Son unicité, l'au-delà, et en exposant les fonda-
tions faibles et les idéologies perverses des
systèmes athées.
L'œuvre de Harun Yahya est connue
à travers de nombreux pays, de l'Inde aux
États-Unis, de la Grande-Bretagne à l'In-
donésie, de la Pologne à la Bosnie, de
l'Espagne au Brésil.
Certains de ses livres sont disponibles dans les langues suivantes : l'anglais, le fran-
çais, l'allemand, l'espagnol, l'italien, le portugais, l'urdu, l'arabe, l'albanais, le chinois, le swa-
hili, le hausa, le divehi (parlé à l'île Maurice), le russe, le serbo-croate (bosniaque), le polo-
nais, le malais, l'ouïgour, l'indonésien, le bengali, le danois et le suédois et de nombreux lec-
teurs du monde entier les apprécient.
Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur croyance en
Dieu, et à d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style sincère et fluide de ces livres
confèrent à ces derniers une touche distinctive qui ne peut manquer de frapper ceux qui les
lisent ou qui sont amenés à les consulter. Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres
ne peuvent plus soutenir l'athéisme ou toute autre idéologie et philosophie matérialiste,
étant donné que ces ouvrages sont caractérisés par une efficacité rapide, des résultats défi-
nis et l'irréfutabilité. Même s'il y a toujours des personnes qui le font, ce sera seulement une
insistance sentimentale puisque ces livres réfutent telles idéologies depuis leurs fondations.
Tous les mouvements de négation contemporains sont maintenant vaincus de point de vue
idéologique, grâce aux livres écrits par Harun Yahya. L'auteur ne tire pas de fierté person-
nelle de son travail ; il espère seulement être un support pour ceux qui cherchent à chemi-
ner vers Dieu. Aucun bénéfice matériel n'est recherché dans la publication de ces livres.
Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du cœur et à deve-
nir de meilleurs serviteurs de Dieu rendent un service inestimable.
Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des gens, qui
mènent au chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent pas à ôter des cœurs le dou-
te, s'avère être une grande perte de temps et d'énergie. Il est impossible, pour les nombreux
ouvrages écrits dans le seul but de mettre en valeur la puissance littéraire de leurs auteurs,
plutôt que de servir le noble objectif d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un impact si
important. Ceux qui douteraient de ceci se rendront vite compte que Harun Yahya ne cher-
che à travers ses livres qu'à vaincre l'incrédulité et à diffuser les valeurs morales du Coran.
Le succès et l'impact de cet engagement sont évidents dans la conviction des lecteurs.
Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés incessantes,
des conflits et des souffrances dont la majorité des gens sont les perpétuelles victimes, est la
prédominance de l'incroyance sur cette terre. On ne pourra mettre fin à cette triste réalité
qu'en bâtissant la défaite de l'incrédulité et en sensibilisant le plus grand nombre aux mer-
veilles de la création ainsi qu'à la morale coranique, pour que chacun puisse vivre en accord
avec elle. En observant l'état actuel du monde qui ne cesse d'aspirer les gens dans la spira-
le de la violence, de la corruption et des conflits, il apparaît vital que ce service rendu à l'hu-
manité le soit encore plus rapidement et efficacement. Sinon, il se pourrait bien que les dé-
gâts causés soient irréversibles.
Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort, constitueront
par la volonté de Dieu un moyen par lequel les gens atteindront au 21ème siècle la paix, la
justice et le bonheur promis dans le Coran.
TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION-8

L’AMOUR D’ALLAH-16

LA CRAINTE, LE RESPECT ET L’AMOUR

D’ALLAH SONT LIES-62

CEUX QUI AIMENT ALLAH AIMENT

LES PROPHETES ET LES CROYANTS-70

NOTRE PROPHETE (PBSL) RECOMMANDAIT L’AMOUR


RECIPROQUE-86

AIMER AU NOM D’ALLAH-92

LA SIGNIFICATION DE L’AMOUR

DANS LE CORAN-118

CONCLUSION-140
8
’amour est l’un
des grands bienfaits
d’Allah envers les hommes.
Tout le monde souhaite parta-
ger sa vie avec ceux qu’ils aiment, sur
qui il peut compter et dont il se sent proche. Beaucoup
des bénédictions d’Allah et leurs véritables significations ne
transparaissent que dans un environnement où l’amour et l’a-
mitié véritables existent. Par exemple, l’individu qui jouit d’un
panorama magnifique souhaitera partager son émerveillement et
son bonheur avec un être aimé. De la même manière, le festin le
plus raffiné ou la maison la plus confortable ne présentent aucun
intérêt si on est seul. Allah créa les hommes de façon qu’ils aiment
être aimés et aimer les autres. C’est pourquoi l’homme apprécie
les amitiés et l’intimité. Etre aux côtés de ceux qui vivent selon la
morale coranique et avoir des amis sincères sont bien plus pré-
cieux pour le croyant que d’autres bienfaits.
C’est pourquoi le paradis promis par Allah aux fidè-
les serviteurs qu’Il aime et dont Il est satisfait est un
lieu d’une beauté extraordinaire où, l’amour, l’a-
mitié et l’intimité sont vécus avec une gran-
de exubérance. Dans le Coran, Allah
nous donne des informa-
tions sur

9
Adnan Oktar
le mode de vie des croyants au paradis. Ce sera alors une vie de
joie, d’amitié, d’amour, de discussions paisibles, de mots agréa-
bles et de paix constante. Ses habitants ne trouveront aucun des
obstacles à l’amour et à l’amitié qu’ils connaissent sur terre. Il est
révélé par exemple dans un verset du Coran que la méchanceté et
la haine seront extirpés des cœurs de tous ceux qui entrent au pa-
radis (Sourate al-Araf, 43). Tout ce qui peut empêcher l’amour et
l’amitié (à savoir la jalousie, l’inimité, la rivalité, la colère, la sus-
ceptibilité) n’existera pas au paradis.
Les musulmans vivant au paradis se caractériseront par leur
capacité à aimer, comme c’était déjà le cas sur terre de tous les pro-
phètes, les pieux croyants luttant sur la voie d’Allah et tous les
musulmans qui les précédèrent.

10
Harun Yahya
Tous les croyants se sentent très proches des autres pieux
serviteurs qui s’efforcent de plaire à Allah Seul, et les choisissent
pour amis proches et gardiens. Dans toutes les circonstances, ils
éprouvent un grand plaisir inconditionnel à être en compagnie
d’autres musulmans. Ce grand amour émane de leur crainte et
de leur admiration d’Allah. En récompense de leur intimité avec
notre Seigneur, ils auront accès au paradis, demeure parfaite d’a-
mour et de vérité.
L’amour dans le cœur des croyants trouve sa source dans l’a-
mour d’Allah. Les croyants aiment Allah profondément, c’est
pourquoi ils s’efforcent à tout instant de gagner Son amour et
Son agrément.
Allah créa tout, à partir du néant. Grâce à Sa bénédic-
tion, l’homme est passé de l’état de “rien” à l’état d’ê-

11
tre. Notre Seigneur, le Miséricordieux, le Clément, dans Son
infinie bonté pourvoit à tous les besoins de Ses serviteurs : la
variété des nourritures, des fruits et des fleurs, des créatures
adorables, des paysages plaisants, le soleil, l’eau, l’air, les vita-
mines, etc. Tout ce qu’Il créa dans notre monde est parfait.
N’a-t-Il pas fait de la Terre un lieu sûr, bien qu’elle se meuve à
des milliers de kilomètres par heure dans l’espace ? Les
croyants conscients des bienfaits accordés par Allah, de la per-
fection de Son œuvre, de Son omnipotence et de Sa souverai-
neté sur l’univers sentiront leur amour pour Allah grandir.
Ceux qui aiment et craignent Allah, éprouvant ainsi une crain-
te révérencielle, observeront consciencieusement les li-
mites établies par Allah. Il leur est alors naturel

12
d’appliquer Ses règles et de faire de leur mieux pour avoir
Son agrément, Son amour, Sa miséricorde et le paradis.
Chaque croyant aimant et respectant Allah enrichit le
monde de sa bonté. Quiconque aime Allah aime également Sa
création, éprouve de la compassion et de la clémence pour Ses
créatures et cherchent à les protéger en apportant de la bonté
et de la beauté au monde. Les messagers d’Allah incarnant
l’excellence morale ont toujours invité les hommes à l’amour
et à entretenir des liens étroits entre eux et envers Allah.
Allah fait l’annonce de la bonne nouvelle :
Telle est la bonne nouvelle qu’Allah annonce à Ses servi-
teurs qui croient et accomplissent les bonnes œuvres ! Dis
: “Je ne vous en demande aucun salaire si ce n’est l’affec-
tion eu égard à nos liens de parenté.” Et quiconque
accomplit une bonne action, Nous répondons

13
Adnan Oktar
par [une récompense] plus belle encore. Allah est certes pardon-
neur et reconnaissant. (Sourate ash-Shura, 23)
Quant à ceux qui ne sont pas informés de la morale coranique
et qui, par conséquent ne reconnaissent pas et n’apprécient pas Allah
à sa juste valeur, ils sont privés d’amour et d’amitié, car leur vie est
empreinte de douleur. Parmi eux, même ceux qui semblent connaî-
tre le succès ne peuvent atteindre le bonheur et la paix. Ceux qui mè-
nent une vie solitaire, sans la moindre place pour l’amour et l’amitié,
et ceux qui n’accordent pas leur vie avec le Coran ne trouvent le plai-
sir et la joie en rien. Un tel état est le châtiment subi par ceux qui in-
carnent la cruauté temporelle et spirituelle envers les autres et qui
manquent de foi. Ils n’aimeront jamais ni seront aimés. L’amour
qu’ils connaissent (en associant d’autres divinités à Allah) n’a rien à
voir avec le véritable amour, car il ne leur mène que vers le pessimis-
me, le désespoir et la douleur.

14
Harun Yahya
Comme Allah nous l’affirme, la solitude et l’absence d’amitié
sont spécifiques à l’enfer :
Car il ne croyait pas en Allah, le Très Grand. Et n’incitait pas à
nourrir le pauvre. Il n’a pour lui ici, aujourd’hui, point d’ami
chaleureux. (Sourate al-Haqqah, 33-35)
Ces écritures cherchent à rappeler aux croyants l’importance du
sentiment d’amour envers notre Seigneur, possesseur de la miséri-
corde infinie, ainsi que l’importance de l’amour d’Allah envers Sa
création et les croyants. Elles démontrent par ailleurs que l’absence
d’amour, caractéristique des négateurs de l’existence divine, est une
grande catastrophe et un châtiment terrible. Les croyants doivent fai-
re de leur mieux pour éviter une telle situation en enrichissant leur
vie d’un amour entier dans l’espoir d’atteindre le paradis et de se lier
fidèlement à notre Seigneur, le véritable Ami et Gardien de l’huma-
nité et des croyants.

15
es hommes
aiment naturellement
exprimer leur bonheur
envers ceux qui leur témoi-
gnent la moindre bonté ou gen-
tillesse. En effet, quoi de plus agréable que d’être reçu
dans un foyer et de recevoir tout ce qu’on aime, d’autant
plus si l’hôte a la courtoisie de devancer les désirs de son in-
vité ? De même, le malade grave qui finit par se rétablir grâ-
ce au traitement du médecin ne sait comment le remercier à sa
juste mesure. Le piéton ayant échappé à un accident de voiture
grâce à un étranger ne sait pas comment témoigner de sa grati-
tude.
Celui qui est souffrant et dépendant des autres remerciera
constamment celui ou celle qui le soigne. En contrepartie de
ses services, il témoignera son amour et sa reconnaissance en
le/la traitant de manière respectueuse. Tout le monde aime
ceux qui sont bons avec lui ; c’est pourquoi il tente en re-
tour de les traiter de la même façon.
Or, parfois, certains oublient que seul Allah
peut rendre les gens heureux, les traiter avec
respect, leur offrir une bonne subsis-
tance et des bienfaits, créer des
panoramas agréa-

17
18
bles, leur accorder un regain de vie chaque ma-
tin, les protéger contre tous les dangers, les gué-
rir quand ils sont malades, soulager leur dou-
leur et leur souffrance à travers les médica-
ments, et qu’à Lui appartient tout ce qui existe.
Etant donné que tout le bien et tous les bienfaits
dont jouissent les hommes proviennent d’Al-
lah, ils doivent lui vouer tout leur amour, leur
respect, leur sens de l’obligation, leur fidélité et
leurs remerciements. C’est-à-dire que lorsque
nous remercions les autres pour leur aide, nous
ne devons jamais oublier que notre Seigneur
leur inspira de nous aider. Allah nous informe
que :
A Allah appartient la royauté des cieux et
de la terre. Il donne la vie et Il donne la
mort. Et il n’y a pour vous, en dehors d’Al-
lah, ni allié ni protecteur. (Sourate at-
Tawbah, 116)
Allah cite dans le Coran l’invocation du
Prophète Abraham (psl) qui souligne Sa miséri-
corde pour l’humanité :
C’est Lui Qui m’a créé, et c’est Lui Qui me
guide ; et c’est Lui Qui me nourrit et me
donne à boire ; et quand je suis malade,
c’est Lui Qui me guérit, et Qui me fera
mourir, puis me redonnera la vie. (Sourate
as-Shuaraa, 78-82)

19
Adnan Oktar

Allah est la source de la beauté


d’une personne
Allah donna la vie à partir du néant. Le monde qu’Il créa est
idéalement beau et adapté. Les hommes peuvent ainsi respirer aisé-
ment, car par Sa grande miséricorde, Il dosa parfaitement les gaz at-
mosphériques. Nous savons tous qu’il est très difficile de respirer
dans un environnement confiné, et qu’avec la baisse
de la quantité d’air disponible, la douleur ressen-

20
Harun Yahya
tie augmente. Nous aurions pu naître dans un monde où la respira-
tion aurait été difficile. Or, grâce à la volonté d’Allah et à Sa clémen-
ce, ce ne fut pas le cas. Il créa l’air de sorte à nous relaxer et nous
apaiser.
Allah a rempli le monde de variétés illimitées de légumes, de
fruits, de céréales et de végétaux. S’Il l’avait voulu, Il aurait pu créer
une seule sorte de nourriture au goût désagréable et la rendre vitale
à notre survie. Nous serions alors forcés de la produire et de la con-
sommer. Or, de par Sa grande bonté et par amour, Allah nous offrit
une vaste gamme de fruits et légumes aux saveurs si variées. Allah
créa des hommes de telle sorte qu’ils doivent manger pour survivre

21
Adnan Oktar
et que cela leur procure du plaisir.
Par ailleurs, il faut remarquer que tous les animaux ont une
beauté cachée. Les animaux domestiques tels que les chevaux, les
chameaux et les chiens sont capables d’aider les hommes, tandis que
les autres animaux familiers limités à la maison comme les oiseaux
ou les chats présentent des caractéristiques qui les rendent adora-
bles. Allah a ainsi donné aux perroquets la capacité de répéter les
mots tout en les ornant de belles plumes aux couleurs chatoyantes et
les rendant capables de répondre à l’affection humaine. En d’autres
termes, Allah fit de cette petite créature une source d’amour et de di-

22
23
Adnan Oktar

vertissement pour les hommes.


Qu’il s’agisse de l’air que nous respirons, de la pluie qui
tombe, des produits que nous cultivons ou des animaux que
nous élevons tout ce que la nature comprend, nous atteint
sans le moindre effort. Pour que les hommes vivent et conti-
nuent à vivre, des mécanismes très détaillés s’enclenchent et
des équilibres très sensibles doivent continuellement être en-

24
Harun Yahya

25
Adnan Oktar
tretenues dans l’univers entier.
Les créatures non humaines ne sont pas conscientes de ces ca-
ractéristiques spécifiques. Le lapin vit sans savoir qu’il est adorable
; le papillon est inconscient de la symétrie, de la forme et de la coor-
dination de ses ailes ; le paon, exemple exquis de la créativité dans
les couleurs, les formes et la symétrie, ne sait pas pourquoi il a été
créé et ne peut pas non plus comprendre les belles choses. La subli-
me manifestation artistique des plumes du paon suffit à rappeler aux

26
Harun Yahya
hommes qu’ils doivent remercier Allah, car ce n’est là qu’une de Ses
nombreuses bénédictions empreintes de Son pouvoir et de Sa capa-
cité à créer.
Allah présente toutes ces belles créatures comme un don pour
l’humanité. Aussi, les personnes ayant saisi la dimension artistique
de ces animaux devraient reconnaître la puissance d’Allah et Le re-

27
Adnan Oktar
mercier d’avoir créé toute cette beauté.
Les créations d’Allah ne sont pas quantifiables. Ainsi chaque ro-
se renferme une beauté unique. Ses pétales parfaitement symétri-
ques sont arrangés soigneusement. Leur bout ressemble à un tissu
précieux presque aussi doux que le velours. Bien que la rose émerge
d’une terre noire boueuse, ses couleurs vives ne sont jamais souillées
ni altérées. Quant aux chercheurs, ils sont encore incapables de re-
produire les spécificités de son parfum, en dépit de toute la techno-
logie disponible. Les parfums les plus chers finissent par se détério-
rer avec le temps. En revanche, la rose exhale constamment la même
fragrance. La rose est totalement inconsciente de ses caractéristiques
remarquables. Ni les végétaux ni les autres créatures, en dehors de
l’homme, ne furent créés pour jouir de ce plaisir. Pourtant Allah a
permis aux hommes de percevoir la bénédiction qu’est une rose.
La beauté accordée par Allah est une réflexion de Son infinie
beauté. C’est pourquoi chaque personne consciente et intelligente
devrait faire preuve de reconnaissance envers Allah et Lui témoigner
son amour. Car à Allah appartient toute cette beauté. Allah nous in-
forme que toute Sa création contient des preuves sur lesquelles les
hommes devraient méditer :
Ce qu’Il a créé pour vous sur la terre a des couleurs diverses.
Voilà bien là une preuve pour des gens qui se rappellent.
(Sourate an-Nahl, 13)
Nous n’avons mentionné que quelques unes des bénédictions
divines accordées aux hommes. Il suffit néanmoins de réfléchir sur
un seul exemple pour saisir la portée de
la miséricorde d’Allah. Quand on dis-
pose, grâce à la volonté d’Allah, d’un
certain degré de compréhension et
d’un pouvoir de décisions, il faudra les

28
Harun Yahya

29
Adnan Oktar
utiliser pour aimer Allah à la juste mesure. La conscience permet aux
hommes de reconnaître le magnifique système de création et toutes
les raisons au monde d’accroître leur amour pour Allah.
De nombreux versets tirés du Coran invitent les hommes à mé-
diter sur les nombreuses bénédictions dont ils jouissent, en leur en
rappelant quelques-unes :
Il a créé l’homme d’une goutte de sperme ; et voilà que l’hom-
me devient un disputeur déclaré. Et les bestiaux, Il les a créés
pour vous ; vous en retirez de la chaleur ainsi que d’autres pro-
fits. Et vous en mangez aussi. Ils vous paraissent beaux quand
vous les ramenez, le soir, et aussi le matin quand vous les lâchez
pour le pâturage. Et ils portent vos fardeaux vers un pays que
vous n’atteindriez qu’avec peine. Vraiment, votre Seigneur est

30
Harun Yahya
compatissant et miséricordieux. Et les chevaux, les mulets et les
ânes, pour que vous les montiez, et pour l’apparat. Et Il crée ce
que vous ne savez pas. Il appartient à Allah le droit chemin car
il en est qui s’en détachent. Or, s’Il voulait, Il vous guiderait
tous. C’est Lui Qui, du ciel, a fait descendre de l’eau qui vous
sert de boisson et grâce à laquelle poussent des plantes dont
vous nourrissez vos troupeaux. D’elle, Il fait pousser pour vous,
les cultures, les oliviers, les palmiers,
les vignes et aussi toutes sortes de
fruits. Voilà bien là une preuve
pour des gens qui réfléchis-
sent. Pour vous, Il a assujetti
la nuit et le jour ; le soleil et

31
Adnan Oktar
la lune. Et à Son ordre sont assujetties les étoiles. Voilà bien là
des preuves pour des gens qui raisonnent. Ce qu’Il a créé pour
vous sur la terre a des couleurs diverses. Voilà bien là une preu-
ve pour des gens qui se rappellent. Et c’est Lui Qui a assujetti la
mer afin que vous en mangiez une chair fraîche, et que vous en
retiriez des parures que vous portez. Et tu vois les bateaux fen-
dre la mer avec bruit, pour que vous partiez en quête de Sa grâ-
ce et afin que vous soyez reconnaissants. Et Il a implanté des
montagnes immobiles dans la terre afin qu’elle ne branle pas en
vous emportant avec elle de même que des rivières et des sen-
tiers, pour que vous vous guidiez. (Sourate an-Nahl, 4-15)
Ces bénédictions ne sont qu’un exemple de ce qui fut accordé à
l’humanité, car dans le verset suivant, Allah proclame : “Et si vous
comptez les bienfaits d’Allah, vous ne saurez pas les dénombrer.
Car Allah est pardonneur, et miséricordieux.” (Sourate an-Nahl,
18). Toutefois, les quelques bienfaits cités précédemment dans les
versets devraient suffire à faire comprendre l’infinie générosité, com-
passion et clémence d’Allah. Il nous offrit la vie, nous assura une
subsistance, nous rendit heureux et créa chacune des créatures et
chacun des événements contribuant à notre bonheur. C’est pourquoi
nous devons constamment Le remercier et Lui témoigner un
profond amour.

32
33
Adnan Oktar

34
Harun Yahya

35
Adnan Oktar

Allah créa tous les hommes à partir


du néant
Les hommes sentiront la grâce
divine descendre sur eux, ainsi que
Son éternelle miséricorde et Sa
compassion, s’ils se demandaient
comment ils furent créés et com-
ment ils furent soigneusement pro-
tégés depuis le moment de leur nais-
sance jusqu’à ce jour. Allah invite les
hommes à méditer sur leur cré-

36
Harun Yahya
ation dans le verset suivant :
L’homme ne se rappelle-t-il pas qu’avant cela, c’est Nous Qui
l’avons créé, alors qu’il n’était rien ? (Sourate Maryam, 67)
Allah place le fœtus dans un écrin sécurisé afin d’éviter un han-
dicap et le protéger contre la douleur. Tout ce dont un bébé a besoin
fut créé il y a des milliards d’années. Qu’il s’agisse de l’air qu’il res-
pire ou du lait maternel riche en nutriments essentiels, tout est prêt
pour lui.
Le corps humain est protégé tout au long de sa vie grâce au sys-
tème parfait créé par Allah. C’est ainsi que le cœur bat continuelle-
ment, sans que l’homme ne fasse quoique ce soit. Si cette responsa-
bilité incombait à l’homme, il devrait à chaque seconde s’assurer des
battements cardiaques, ce qui rendrait sa vie tout à fait intolérable,
sans pouvoir manger ni dormir. Heureusement Allah fit en sorte que
le cœur batte seul depuis la naissance jusqu’à la mort.
Bien qu’il défende le contraire, l’homme n’a pas le contrôle final
sur son corps. Notre Seigneur est le Seul à pouvoir exercer un con-
trôle sur chaque partie de notre corps. L’homme est incapable de gé-
rer le flux rapide du sang, la quantité de sang pompée par le cœur, le
temps nécessaire à sa coagulation et les autres systèmes (respiratoi-
re, digestif, immunitaire, nerveux…) dans le corps.
L’homme est totalement dépendant d’Allah :
O hommes, vous êtes les indigents ayant besoin d’Allah, et c’est
Allah, Lui Qui se dispense de tout et Il est Le Digne de louan-
ge. (Sourate Fatir, 15)
Chaque matin au réveil, votre corps fonctionne parfaitement.
Vous respirez aisément et vous pouvez voir le monde coloré envi-
ronnant sans exercer le moindre effort.
Vous pouvez entendre clairement les bruits, sentir toutes les
odeurs et manger ce qui vous plait. Nul besoin pour vous de vous

37
Adnan Oktar
concentrer sur la destination des vitamines que vous consommez, ni
sur le fonctionnement et l’interaction de votre système immunitaire
avec les microbes et les virus, ni comment votre cerveau reproduit
les images, etc.
Sans le moindre effort, vous vous rappelez ce que vous avez fait
hier ou il y a des années. Toutes ces informations sont enregistrées
dans votre mémoire. Bien que le fonctionnement du corps dépende
d’équilibres très sensibles, vous êtes en pleine santé, car Allah veille
constamment sur tous vos systèmes. C’est pourquoi l’homme de-
vrait réfléchir sur la perfection de la création d’Allah et sur les in-
nombrables bienfaits qu’Il nous accorde. Comme nous le rappelle
Allah dans le Coran :
O homme ! Qu’est-ce qui t’a trompé au sujet de ton Seigneur, le
Noble, Qui t’a créé, puis modelé et constitué harmonieusement
? Il t’a façonné dans la forme qu’Il a voulue. (Sourate al-Infitar,
6-8)
Il suffit de regarder son propre corps pour y découvrir une série
de preuves contribuant à approfondir et à renforcer son amour pour
Allah. De même, l’univers dans tous ses détails représente la multi-
tude de bénédictions accordées aux hommes. Ces bienfaits extraor-
dinaires sont créés et placés sous la protection de notre seul et uni-
que Ami : Allah.
Ceux qui méditent sur ces détails comprennent qu’ils dépen-
dent constamment d’Allah, Qui les créa et leur donna la vie. Sans son
consentement, ils ne pourraient même pas respirer. Ainsi ils se ren-
dent compte qu’Allah est leur plus proche ami et gardien. Allah fait
part de cette réalité dans le verset suivant :
Et vous ne pourrez vous opposer à Sa puissance ni sur terre, ni
au ciel ; et il n’y a pour vous, en dehors d’Allah, ni allié ni se-
coureur. (Sourate al-Ankabut, 22)

38
Harun Yahya

39
Adnan Oktar

Toute la création d’Allah est la plus belle


et la plus bénéfique
Quoique Allah, le Possesseur de la justice et de la miséricorde
infinies, crée, tous Ses jugements sont ainsi les plus appropriés et les
plus beaux pour tous. Même les incidents apparemment anodins
contiennent du bien, de la sagesse et de la beauté, comme nous l’in-
diquent ces versets :
Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors
qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose
alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah Qui sait, alors que
vous ne savez pas. (Sourate al-Baqarah, 216)
Nous l’avons guidé dans le chemin, qu’il soit reconnaissant ou
ingrat. (Sourate al-Insan, 3)
Les croyants qui mènent leur vie conscients de ce fait se satisfe-
ront de ce qu’ils rencontreront au
cours de leur vie et s’adresse-
ront toujours à Allah
pour Le remercier de

40
41
Adnan Oktar
tout ce qu’Il créa. Ils se rappellent Allah en L’aimant
et en Le louant.

Allah souhaite la facilité


pour les hommes
Notre Seigneur, le Possesseur de l’infinie clé-
mence et compassion, invite les hommes vers la voie
la plus simple et la plus belle à travers Ses livres et
Ses messagers. Les valeurs morales religieuses qu’Il
enjoint sont les plus aisées à suivre. Les prières pres-
crites sont à la portée de tous. Ceux qui ne peuvent
pas observer les obligations religieuses trouveront
de nombreux moyens de les aider à corriger la si-
tuation et s’attirer l’agrément de notre Seigneur.
Nous te mettrons sur la voie la plus facile.
(Sourate al-Ala, 8)
C’est Lui Qui vous a élus ; et Il ne vous a imposé
aucune gêne dans la religion, celle de votre père
Abraham (Sourate al-Hajj, 78)
Nous n’avons point fait descendre sur toi le
Coran pour que tu sois malheureux, si ce n’est
qu’un rappel pour celui qui redoute (Allah).
(Sourate Ta Ha, 2-3)
Dans un autre verset, Allah affirme qu’Il
ne surchargera les hommes au-delà de ce qu’ils
peuvent endurer :
Allah n’impose à aucune âme une charge supé-
rieure à sa capacité. Elle sera récompensée du
bien qu’elle aura fait, punie du mal qu’elle au-
ra fait. Seigneur, ne nous châtie pas s’il nous

42
Harun Yahya
arrive d’oublier ou de commettre une erreur.
Seigneur ! Ne nous charge pas d’un fardeau
lourd comme Tu as chargé ceux qui vécurent
avant nous. Seigneur ! Ne nous impose pas ce
que nous ne pouvons supporter, efface nos
fautes, pardonne-nous et fais nous miséri-
corde. Tu es Notre Maître, accorde-nous
donc la victoire sur les peuples infidèles.
(Sourate al-Baqarah, 286)
Cette allègement est une des manifestations
de Sa miséricorde, de Son pardon et de Sa com-
passion. Allah a établi une religion facile pour
Ses serviteurs. Au terme de l’épreuve tempo-
raire, Il offre la bonne annonce d’une beauté
sans pareille et d’une perfection inimaginable
au cours d’une vie éternelle au paradis :
Leur Seigneur leur annonce de Sa part, mi-
séricorde et agrément, et des jardins où il y
aura pour eux un délice permanent où ils
demeureront éternellement. Certes il y a au-
près d’Allah une énorme récompense.
(Sourate at-Tawbah, 21-22)
Allah, dépourvu de défauts, n’a besoin de
rien. En revanche, l’homme a besoin d’adorer,
de prier et de s’attacher à un sens moral. Les
brutes les plus violentes et les plus éloignées
d’Allah ne peuvent nullement Lui nuire, car Il
possède et règne seul sur tout ce qui existe.
Pourtant, Allah annonce qu’Il récompensera
ceux qui font preuve d’excellence morale.

43
44
Harun Yahya
N’est-ce pas là un signe de l’indulgence et de la miséricorde d’Allah
Tout-Puissant ?
Les révélations contenues dans les écritures d’Allah sortirent les
hommes des ténèbres. Ses prophètes et messagers envoyés pour gui-
der l’humanité vers la lumière sont un autre exemple de la clémence
divine.
Allah fit du Coran une source lumineuse où les hommes peu-
vent apprendre notamment à distinguer la bonne voie de la mauvai-
se. Notre Seigneur nous renseigne sur toutes les formes de culte, de
croyance et de comportements qui nécessiteront des comptes dans
l’au-delà.
Nous leurs avons, certes, apporté un Livre que Nous avons dé-
taillé, en toute connaissance, à titre de guide et de miséricorde
pour les gens qui croient. (Sourate al-Araf, 52)
Allah affirme qu’aucune lettre du Coran ne sera jamais corrom-
pue :
En vérité c’est Nous Qui avons fait descendre le Coran, et c’est
Nous Qui en sommes gardien. (Sourate al-Hijr, 9)
Le faux ne l’atteint, ni par devant ni par derrière : c’est une révé-

45
lation émanant d’un Sage, Digne
de louange. (Sourate Fussilat, 42)
Le validité du Coran ne sera ja-
mais violée jusqu’au jour du jugement,
car il est protégé. Sa perfection et son ex-
haustivité représentent un grand bienfait pour
toute l’humanité.
Nous avons fait descendre sur toi le Livre, com-
me un exposé explicite de toute chose, ainsi
qu’un guide, une grâce et une bonne an-
nonce aux musulmans. (Sourate an-
Nahl, 89)
Allah envoya Ses messagers et ses
prophètes aux hommes tout au long de
l’histoire. Ces personnes bénies, sélec-
tionnées par Allah sont fiables, pieux, jus-
tes et pourvus d’une bonne morale. Ils cher-
chaient uniquement l’agrément d’Allah, au péril de
leur vie. Ils consacrèrent leur vie à inviter les hommes
vers le droit chemin. Leur compassion se
manifestait à travers leur souci des
croyants. Ils les protégeaient et se sacri-
fiaient pour eux. En choisissant ces per-
sonnalités à la moralité excellente et en
les envoyant à l’humanité, Allah fait
une nouvelle fois preuve de bonté
pour ses croyants.
Il informa par ailleurs les hom-
mes sur tout à travers des écritures véridi-

46
Harun Yahya
ques, des messagers et prophètes fiables pour les guider vers le droit
chemin. Allah assura la facilité à tous, en promettant de garder et
protéger ceux qui adhèrent à Son appel. Par dessus tout, Il promit le
paradis dont la beauté surpasse l’imagination des croyants. Allah, le
Tout-Puissant, protège et sustente toute l’humanité dans ce monde et
l’au-delà, car sa compassion est infinie.

Allah accepte le repentir et pardonne


à ceux qui éprouvent du remords
Allah, dans Son infinie indulgence, révèle que :
Si Allah s’en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait
sur cette terre aucun être vivant. Mais Il les renvoie jusqu’à un
terme fixe. Puis, quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le re-
tarder d’une heure ni l’avancer. (Sourate an-Nahl, 61)
Alors que vous êtes en train de lire ce livre, Allah
a alloué une durée de vie spécifique pour vous et
tous les autres hommes. Il s’agit d’une pério-
de bénéfique pour les croyants. Quiconque
craint, respecte et obéit à Allah et s’adresse ensui-
te à Lui pour se repentir des péchés commis, recevra
le pardon, tant qu’il est sincère. La compassion infinie
d’Allah est révélée dans le verset suivant :
Et, n’étaient la grâce d’Allah sur vous et Sa miséricor-
de... ! Allah est grand, accueillant au repentir et sage !
(Sourate an-Nur, 10)

47
48
Harun Yahya
Puisque Allah détient une clémence infinie, on peut toujours es-
pérer le pardon. Notre Seigneur donne une opportunité de salut à
chaque individu au cours de sa vie, tout en le lui faisant savoir. En
dépit des bienfaits d’Allah et de Sa miséricorde, ceux qui L’oublient
ou vivent sans réfléchir à ce qu’ils Lui doivent, sont en réalité dans
un état d’insouciance absolue. Incapables de reconnaître la clémence
d’Allah, Son amour et Ses bienfaits, ils seront punis dans l’au-delà.

Allah protège et viens au secours de ceux


qui suivent Son chemin
En s’adressant sincèrement à Allah et en suivant Sa voie, les
croyants sentiront Sa protection et Sa présence. Allah ôtera les obsta-
cles sur le chemin des pieux croyants qui évitent le blâmable et op-
tent pour le licite, en leur accordant la facilité dans
leurs œuvres. Plusieurs versets indiquent qu’Al-
lah les aidera, les secourra et les élève-
ra vers de hauts degrés :

49
Adnan Oktar
(…) et c’était Notre devoir de secourir les croyants. (Sourate
ar-Rum, 47)
L’un des meilleurs exemples du secours et du soutien d’Al-
lah est celui de la vie du Prophète Moïse (psl). Il prit la fuite, se
tournant vers Allah et L’invoquant ainsi : “Seigneur, j’ai grand be-
soin du bien que tu feras descendre vers moi.” (Sourate al-Qasas,
24) Allah répondit à son invocation, car Il lui permit de s’intégrer à
une communauté.
Après avoir révélé la prophétie au Prophète Moïse (psl), Allah
fit de son frère Aaron (psl) un Prophète afin de l’épauler dans sa mis-
sion auprès de Pharaon. Allah assista les deux frères lorsque
Pharaon et ses armées se mirent à leur poursuite. Il ouvrit un passa-
ge dans la mer, offrant ainsi une issue au Prophète Moïse (psl) et aux
enfants d’Israël et noyant Pharaon et son armée. Allah fait le récit de
cet événement :
Et Nous accordâmes certes à Moïse et Aaron des faveurs. Nous
les sauvâmes ainsi que leur peuple, de la grande angoisse.
Nous les secourûmes, et ils furent les vainqueurs. (Sourate
as-Saffat, 114-116)
Allah vint en aide au Prophète Noé (psl) en lui inspi-
rant de construire une arche afin de le protéger lui et ses
fidèles de l’inondation imminente. Il secourut le Prophète
Jésus (psl) d’une mort certaine en l’élevant auprès de
Lui. Il protégea le Prophète Joseph (psl) en le li-
bérant des geôles du vizir égyptien et en lui
accordant un haut rang et le pouvoir.
Notre Seigneur assistait constam-
ment notre Prophète (pbsl) en le
soulageant de ses fardeaux. On
sait grâce au Coran qu’Allah était
le Gardien, le Protecteur et le

50
Harun Yahya

51
Adnan Oktar
Soutien de notre Prophète (pbsl), ce qui contribua à la paix et à la
confiance dans les cœurs des croyants :
Dis : “Quel est celui qui peut vous protéger d’Allah, s’Il vous
veut du mal ou s’Il veut vous accorder une miséricorde ?” Et ils
ne trouveront pour eux-mêmes en dehors d’Allah, ni allié ni se-
coureur. (Sourate al-Ahzab, 17)
En effet, Notre parole a déjà été donnée à Nos serviteurs, les mes-
sagers, que ce sont eux qui seront secourus, et que Nos soldats
auront le dessus. (Sourate as-Saffat, 171-173)
O vous qui croyez ! Si vous faites triompher Allah, Il vous fera
triompher et raffermira vos pas. (Sourate Muhammad, 7)
Les hommes peuvent compter sur Allah à tout instant, car il n’y
a nul secours en dehors de Lui. Chaque fois que vous êtes confron-
tés à une forme de douleur, Allah est Le Seul capable de vous offrir
de l’aide. Dans Sa clémence, Allah propose de nombreuses solutions
à ceux qui connaissent des difficultés. Il serait faux cependant de
prendre ces bienfaits pour une source de force indépendante. Etant
donné qu’Allah en est l’Auteur, les hommes doivent les considérer
comme des manifestations de Sa faveur et de Sa miséricor-

52
Harun Yahya
de envers l’humanité. Si quelqu’un va chez le médecin, c’est Allah
seul Qui le guérit. Le médecin parvient à soigner le malade grâce au
consentement d’Allah. De la même manière, si un individu engage
un notaire pour la protection de ses droits sur ses biens, son vérita-
ble Gardien est en fait Allah. Le notaire ne peut protéger des droits
ou assurer une représentation légale que par la volonté d’Allah. En
réalité, Allah met un terme à toutes les affaires tout en pourvoyant
aux bénédictions de l’homme, de la meilleure manière qui soit.
A ceux qui cherchent le soutien d’Allah et qui L’estiment
comme leur seul véritable Gardien, Ami et Aide, Allah garantit que
Son secours les atteindra par plusieurs chemins. Une fois cette prise
de conscience effectuée, les hommes ne chercheront plus ces garan-
ties auprès d’autres sources, car ils savent se tourner vers Allah en
cas de besoin. Lorsque les hommes connaissent le succès ou tirent
profit d’une source inattendue, ils adressent immédiatement leurs
remerciements à Allah. En conséquence de Son aide, ils éprouvent
un profond amour et respect pour Allah. Il nous rappelle qu’Il est le
véritable Gardien de chaque individu et son unique Source de se-
cours :

53
Adnan Oktar
Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fas-
sions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable.
Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ? Ne sais-tu pas qu’à
Allah, appartient le royaume des cieux et de la terre, et qu’en de-
hors d’Allah vous n’avez ni protecteur ni secoureur ? (Sourate
al-Baqarah, 106-7)

Allah accepte les invocations


Nul d’entre nous a une force indépendante. A chaque moment
de notre vie, nous dépendons d’Allah, de Sa clémence, de la bonté de
Ses bénédictions, de la sécurité de Sa protection. Notre Seigneur
dans Sa miséricorde infinie rassure les hommes en répondant à leurs
invocations et prières :
Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi. Alors Je suis tout

54
Harun Yahya
proche : Je réponds à
l’appel de celui qui
Me prie quand il Me
prie. Qu’ils répondent à
Mon appel, et qu’ils
croient en Moi, afin qu’ils
soient bien guidés. (Sourate
al-Baqarah, 186)
Et votre Seigneur dit : “Appelez-
Moi, Je vous répondrai. Ceux qui,
par orgueil, se refusent à M’adorer
entreront bientôt dans l’enfer, humi-
liés.” (Sourate Ghafir, 60)
Allah est le seul Souverain à posséder
tout ce qui existe, spirituel ou temporel. Il entend
toutes les prières, sait tout ce qui traverse l’esprit de
l’homme et répond à chaque invocation dans Sa grande
miséricorde.
L’invocation peut porter sur n’importe quoi, à condi-
tion que cela reste en accord avec la volonté d’Allah et les
limites qu’Il instaura pour l’humanité. Le Coran contient de
nombreuses prières récitées par les prophètes ainsi que la réponse
d’Allah :
Et Job, quand il implora son Seigneur : “Le mal m’a touché. Mais
Toi, Tu es le plus Miséricordieux des miséricordieux !” Nous
l’exauçâmes, enlevâmes le mal qu’il avait, lui rendîmes les siens
et autant qu’eux avec eux, par miséricorde de Notre part et en tant
que rappel aux adorateurs. (Sourate al-Anbiya, 83-84)
Et Zacharie, quand il implora son Seigneur : “Ne me laisse pas

55
Adnan Oktar
seul, Seigneur, alors que Tu es le meilleur des héritiers.” Nous
l’exauçâmes, lui donnâmes Jean et guérîmes son épouse. Ils con-
couraient au bien et Nous invoquaient par amour et par crainte.
Et ils étaient humbles devant Nous. (Sourate al-Anbiya, 89-90)
Noé, en effet, fit appel à Nous Qui sommes le Meilleur
Répondeur. Et Nous le sauvâmes, lui et sa famille, de la grande
angoisse, et Nous fîmes de sa descendance les seuls survivants.
(Sourate as-Saffat, 75-77)
Il accepte, par ailleurs, les prières de quiconque dans la détres-
se et dans le besoin :
N’est-ce pas Lui Qui répond à l’angoissé quand il L’invoque, et
Qui enlève le mal, et Qui vous fait succéder sur la terre, généra-
tion après génération ? Y a-t-il donc une divinité avec Allah ?

56
Harun Yahya
C’est rare que vous vous rappeliez ! (Sourate an-Naml, 62)
Quelle joie de voir ses invocations exaucées ? Savoir qu’Allah
est toujours à ses côtés, le regardant, l’entendant et conscient de tout
ce qui l’entoure fait espérer à l’homme Son soutien dans tout ce qu’il
entreprend et une réponse positive dans ses requêtes, tant qu’il res-
te sincère. Cela contribue à augmenter l’amour du croyant, sa sou-
mission et son rapprochement vers Allah.

Allah possède l’infinie justice


Au cours de notre vie, chacun d’entre nous a peut-être vécu ou
assisté à un acte d’injustice. Un tel comportement est fréquent au tra-

57
58
Harun Yahya
vail, dans un témoignage ou lors d’une prise de décision. Les
hommes ont tendance à vouloir constamment protéger leurs
intérêts personnels, sans se soucier de la notion de justice. La
justice est l’indicateur de l’excellence morale, de l’honnêteté
et de la sincérité chez l’individu. Ceux qui font passer la jus-
tice avant tout, parfois à leur propre détriment, gagneront l’a-
mour et le respect de leur communauté. Et en dépit de leur
différence d’opinions, ils seront hautement respectés voire
qualifiés de héros.
Allah, source infinie de justice, juge de façon très préci-
se. Tous les hommes recevront leur part de justice et il en se-
ra de même dans l’avenir. Ils seront tous rétribués à la hau-
teur de leurs actes. Allah nous indique comment Sa justice
sera parfaitement appliquée dans l’au-delà :
Le jour où Nous appellerons chaque groupement d’hom-
mes par leur chef, ceux à qui on remettra leur livre dans
la main droite liront leur livre et ne subiront pas la
moindre injustice. (Sourate al-Isra, 71)
Dis : “Notre Seigneur nous réunira, puis Il tranchera en-
tre nous, avec la vérité, car c’est Lui le Grand Juge, l’Om-
niscient.” (Sourate Saba, 26)
Assurés de recevoir la justice d’Allah, le croyant se sou-
met à Allah avec un amour sans limite et une confiance ab-
solue. Il sait, en effet, que dans chaque situation la justice
d’Allah se manifeste. Aussi accueille-t-il avec amour et bon-
heur tout ce qu’Allah aura décidé pour lui.

59
Adnan Oktar

60
Harun Yahya

61
62
l y a des gens
qui supposent que l’a-
mour d’Allah suffit pour
prétendre vivre selon les va-
leurs religieuses et pour acqué-
rir l’agrément d’Allah. Toutefois, Allah nous informe que
Ses serviteurs faisant preuve de vertus morales supérieures
et qui L’aiment, éprouvent également une crainte profonde et
du respect à Son égard. Quiconque reconnaît Allah, Ses attri-
buts, Sa grandeur et quiconque pourvu d’intelligence et de cons-
cience craindra Allah et Le respectera au plus haut degré. Allah
permet à Ses serviteurs obéissants de distinguer le mal du bien et
d’observer Ses limites. Allah énumère certains de Ses bienfaits en-
vers les croyants :
O vous qui croyez ! Si vous craignez Allah, Il vous accorde-
ra la faculté de discerner (entre le bien et le mal), vous ef-
facera vos méfaits et vous pardonnera. Et Allah est le
Détenteur de l’énorme grâce. (Sourate al-Anfal, 29)
Les croyants ne mentent pas. Même s’ils perdent
leurs propres intérêts, ils se soucieront d’abord de
plaire à Allah et de s’attirer Sa rétribution. Par
conséquent, ils adopteront le comporte-
ment honnête. S’ils se laissent
aller à un moment

63
Adnan Oktar
d’insouciance et disent une chose fausse, ils se repentent immédiate-
ment et promettent de ne pas répéter un tel acte à l’avenir. Même
s’ils sont dans le besoin, les croyants ne cherchent pas à gagner leur
vie de manière illicite, car ils craignent et respectent Allah.
Quand l’homme ne craint pas et ne respecte pas Allah de façon
adéquate, il instaure ses propres limites. En dépit de sa véracité et de

64
Harun Yahya
son honnêteté (selon ses limites), ils agiront selon ses intérêts person-
nels. En revanche, la crainte et le respect d’Allah permettent de ne ja-
mais dévier du droit chemin, quelle que soit la situation. Face aux
difficultés, les croyants se tournent instantanément vers Allah, con-
fiants dans l’issue qu’Il leur proposera.
Allah aime Ses serviteurs, leur veut du bien, Il est indulgent et
clément. Il les soutient à chaque instant. Il répand Sa bonté sans at-

65
66
Harun Yahya
tendre de récompense. Les idolâtres et les incroyants sont loin de la
miséricorde divine. Notre Seigneur dont la justice est infinie pour-
voit aux besoins de Ses pieux serviteurs dont le cœur est réellement
voué à Allah. Ils recevront leur récompense dans ce monde et dans
l’au-delà. Quant à ceux qui persistent dans l’incroyance, ils souffri-
ront en enfer.
La clairvoyance vis-à-vis de la force infinie d’Allah et de Sa ca-
pacité à punir dans l’au-delà inspire une crainte profonde mêlée de
respect pour Allah. Les croyants sont soucieux d’éviter un compor-
tement qui ne conduit pas à l’agrément d’Allah. D’autre part, en rai-
son de leur amour fidèle pour Allah et dans l’espoir de voir leurs pé-
chés pardonnés, ils font de leur mieux pour satisfaire Allah et pour
entrer au paradis, en récompense de leurs efforts sur Sa voie. Allah
mentionne dans le Coran la moralité des croyants :
Ceux qui redoutent leur Seigneur bien qu’ils ne L’aient jamais
vu auront un pardon et une grande récompense. (Sourate al-
Mulk, 12)
O les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne
mourez qu’en pleine soumission. (Sourate al-Imran, 102)
Chaque croyant qui aime sincèrement Allah craindra Son châti-
ment, consacrant ses efforts à ne pas perdre Son amour et Son appro-
bation. Allah dit des croyants qui démontrent de telles qualités mo-
rales :
Et ceux qui cherchent l’au-delà et fournissent les efforts qui y
mènent, tout en étant croyants... alors l’effort de ceux-là sera re-
connu. (Sourate al-Isra, 19)

67
Adnan Oktar

68
69
70
tant motivés par un
amour profond et une proxi-
mité sincère, les croyants ai-
ment toutes les créations d’Al-
lah et voient la manifestation de Ses attributs dans
chaque création. Allah déclare dans le Coran :
Vous n’avez d’autres alliés qu’Allah, Son messager, et
les croyants qui accomplissent la prière, s’acquittent de
l’aumône zakat, et s’inclinent (devant Allah). (Sourate
al-Maidah, 55)
Les croyants éprouvent donc un amour respectueux en-
vers les croyants sincères ainsi que les prophètes envoyés
pour guider l’humanité vers le droit chemin. Les prophètes
incarnent la moralité du Coran et servent donc d’exemple
de la foi supérieure et de l’excellence morale. Allah dit :
En effet, vous avez dans le messager d’Allah un
excellent modèle pour quiconque espère en
Allah et au jour dernier et invoque Allah fré-
quemment. (Sourate al-Ahzab, 21)
La vie et les valeurs morales de no-
tre Prophète (pbsl) proposent de
nombreux exemples de

71
Adnan Oktar
la sagesse, de la fidélité envers Allah, de la piété, de la patience, de
la tendresse, de la compassion, de l’intelligence, de la bravoure, de la
propreté, de l’indulgence.
Le Prophète Mohammed (pbsl) nous rappelait l’importance de
l’amour d’Allah et de Ses messagers :
Aucun d’entre vous ne croit tant que je (le messager d’Allah) ne lui suis
pas plus cher que son père, son enfant et toute l’humanité. (Sahih Bukhari
et Sahih Muslim)
Anas (ra) rapporte que le Messager d’Allah (pbsl) dit : “Quiconque dé-
tient les trois qualités suivantes goûtera à la douceur de la foi : Celui qui
aime Allah et Son Messager plus que tout autre chose ; celui qui aime une
personne de façon pure et uniquement au nom d’Allah ; et celui qui ab-
horre le retour à l’impiété après qu’Allah l’en ait sauvé, tout comme il ab-
horrerait d’être jeté dans le feu.” (Sahih Boukhari et Sahih Muslim).
Tous les prophètes et les messagers d’Allah ont acquis la satis-
faction de notre Seigneur grâce à leur haute moralité. Dans le Coran,
Allah cite des exemples de leurs hautes valeurs morales et ne man-
quent pas de les louer quand Il les mentionne. Notre Prophète
Mohammed, le Prophète Moïse, le Prophète Jésus, le Prophète
Abraham, le Prophète Aaron, le Prophète Jean, le Prophète Joseph, le
Prophète Jacob, le Prophète Ismaël, le Prophète Salomon, le Prophète
David (pse) ainsi que tous les autres prophètes et messagers incar-
naient des modèles de la foi sincère en Allah, de la crainte respec-
tueuse, de la piété et de la morale. A travers ces personnalités exal-
tées utilisant le Coran pour guide, les croyants s’inspirent de leurs
qualités splendides pour atteindre le même degré de moralité et
pour gagner la satisfaction d’Allah et les rejoindre enfin au paradis.
Ils s’efforcent, par conséquent, à adhérer aux limites instaurées par
Allah et à accomplir leur obligation envers Lui. L’amour profond des
croyants pour les prophètes illustre leur perception de l’amour. Leur
amour pour autrui découle de leur foi, de leurs hautes valeurs mo-

72
Harun Yahya
rales et de leur piété. Il suffit de reconnaître ces qualités chez quel-
qu’un pour l’aimer profondément, sans même le rencontrer.
Bien qu’ils n’aient jamais vu ni rencontré les messagers d’Allah,
les croyants éprouvent un amour, du respect et une certaine proximi-
té. Allah envoya tous les prophètes par miséricorde. Le fait qu’Il leur
fasse référence avec amour et louange dans de nombreux versets
amplifie encore davantage l’amour des croyants pour eux. Ainsi les
croyants associent toujours les prophètes et les messagers d’Allah à
des sentiments respectueux et élogieux. Ils leur servent donc de mo-
dèles en toutes circonstances. Ils ne manquent pas de rappeler la
grande soumission de ces messagers face à Allah, leur amour, leur
proximité et leurs bonnes valeurs morales. Ils invitent ainsi les autres
à s’inspirer de la vie des prophètes.
Allah révèle que l’amour des croyants pour les prophètes est tel
qu’ils font passer les prophètes avant eux-mêmes :
Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur
eux- mêmes ; ses épouses sont leurs mères. Les liens de consan-
guinité ont la priorité [sur les liens] unissant les croyants [de
Médine] et les émigrés [de la Mecque] selon le livre d’Allah, à
moins que vous ne fassiez un testament convenable en faveur
de vos frères en religion. Et cela est inscrit dans le Livre.
(Sourate al-Ahzab, 6)
De nombreux versets relatent l’excellence morale des prophètes
et leurs qualités supérieures :
Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité : “Paix sur
Abraham.” Ainsi récompensons-Nous les bienfaisants; car il
était de Nos serviteurs croyants. Nous lui fîmes la bonne annon-
ce d’Isaac comme Prophète d’entre les gens vertueux. Et Nous le
bénîmes ainsi que Isaac. Parmi leurs descendances il y a [l’hom-
me] de bien et celui qui est manifestement injuste envers lui-
même. (Sourate as-Saffat, 108-13)

73
Adnan Oktar

74
Harun Yahya

75
Et Nous perpétuâmes leur renom dans la pos-
térité : “Paix sur Moïse et Aaron.” Ainsi récom-
pensons-Nous les bienfaisants; car ils étaient
du nombre de Nos serviteurs croyants.
(Sourate as-Saffat, 119-22)
Et Nous perpétuâmes son renom dans la pos-
térité : “Paix sur Elie et ses adeptes.” Ainsi ré-
compensons-Nous les bienfaisants car il était
du nombre de Nos serviteurs croyants.
(Sourate as-Saffat, 129-32)
Et Nous lui avons donné Isaac et Jacob et Nous
les avons guidés tous les deux. Et Noé, Nous
l’avons guidé auparavant, et parmi la descen-
dance, David, Salomon, Job, Joseph, Moïse et
Aaron. Et c’est ainsi que Nous récompensons
les bienfaisants. De même, Zacharie, Jean-
Baptiste, Jésus et Elie, tous étant du nombre
des gens de bien. De même, Ismaël, Elisée,
Jonas et Lot. Chacun d’eux Nous l’avons fa-
vorisé par dessus le reste du monde. De
même une partie de leurs ancêtres, de
leurs descendants et de leurs frères
et Nous les avons choisis et guidés
vers un chemin droit. (Sourate al-
Anam, 84-87)

76
77
78
Harun Yahya

79
Adnan Oktar
Dans le Coran, Allah envoie Ses salutations aux messagers :
Et paix sur les messagers, et louange à Allah, Seigneur de l’uni-
vers ! (Sourate as-Saffat, 181-82)
Les prophètes sont les êtres les plus chers auprès d’Allah, Ses
amis proches et les croyants les plus pieux. C’est pourquoi ils sont
également les êtres les plus aimés des croyants. Ils manifestent leur
amour, en retour, en envoyant des salutations sur eux (comme dans
les versets précédents), en suivant leur chemin et en adoptant leurs
valeurs morales.

80
Harun Yahya

Ceux qui aiment Allah aiment également


les croyants
Ceux qui sont aimés d’Allah sont également aimés par les
croyants. Ceux qui sont les amis d’Allah sont aussi les amis des
croyants. Ceux qui obtiennent Sa satisfaction obtiennent également
la satisfaction des croyants. Et quiconque aime Allah devrait égale-
ment aimer Ses serviteurs. Les croyants
les plus chers auprès d’Allah sont
ceux qui suivent Son chemin.
Aussi les croyants s’aiment
les uns les autres et se sou-
cient les uns des autres. De
nombreux versets décri-

81
Adnan Oktar
vent l’amour mutuel des croyants, leur proximité, leur indulgence et
leur attachement :
Fais preuve de patience avec ceux qui invoquent leur Seigneur
matin et soir, désirant Sa face. Et que tes yeux ne se détachent
point d’eux, en cherchant le brillant de la vie sur terre. Et n’obé-
is pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inatten-
tif à Notre rappel, qui poursuit sa passion et dont
le comportement est outrancier. (Sourate al-
Kahf, 28)

82
Harun Yahya
Allah aime ceux qui combattent dans Son chemin en rang serré
pareils à un édifice renforcé. (Sourate as-Saff, 4)
Et cramponnez-vous tous ensemble au câble d’Allah et ne soyez
pas divisés. Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous : lorsque
vous étiez ennemis, c’est Lui Qui réconcilia vos cœurs. Puis, par
Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous
étiez au bord d’un abîme de feu, c’est Lui Qui
vous en a sauvés. Ainsi, Allah vous
montre Ses signes afin que
vous soyez bien guidés.
(Sourate al-Imran, 103)

83
84
85
86
l-
Miqdam ibn
Ma’di Karib racon-
te que :
Le Messager d’Allah (pbsl) af-
firma : “Quand un homme aime
son frère (au nom d’Allah), qu’il le lui dise.” (At-Tirmidhi et
Sunan Abu-Dawud)
Le Messager d’Allah (pbsl) disait : “Serrez-vous la main et la rancœur
disparaitra. Faites-vous des cadeaux et aimez-vous et l’inimité disparai-
tra.” (Sahih Muslim)
Le Prophète (pbsl) disait : “Faites-vous un présent et vous aurez alors de
l’amour l’un pour l’autre.” (Imam al-Ghazali, Ihya’ ‘Ulum al-Din)
La bonne conduite est la racine de l’amour mutuel, et la mauvaise con-
duite est la racine de la haine, de l’envie et de l’inimité. (Imam al-
Ghazali, Ihya’ ‘Ulum al-Din)
Le Prophète (pbsl) disait: “Si deux frères se rencontrent, ils sont
comme les deux mains, l’une débarrassant l’autre de la pous-
sière.” (Imam al-Ghazali, Ihya’ ‘Ulum al-Din)
Ne vous enviez pas mutuellement, ne vous haïs-
sez pas mutuellement, ne vous tournez
pas le dos (par mécontente-
ment),

87
Adnan Oktar
et soyez les serviteurs de Allah comme des frères. (Sahih Bukhari et Sahih
Muslim)
Aimez Allah, car Il vous nourrit et vous soutient. Aimez-moi car Allah
m’aime. (At-Tirmidhi)
Le Prophète (pbsl) disait : “Allah élève celui qui s’humilie pour Allah. Il
humilie l’insolent. Allah aime celui qui se rappelle de Lui.” (Imam al-
Ghazali, Ihya’ ‘Ulum al-Din)

88
89
90
91
92
es croyants dont
le seul objectif dans cette
vie est d’obtenir l’agrément
d’Allah et le paradis et dont la
soumission à Allah est entière,
Lui consacreront leur vie entière. Comme le souligne le verset,
“Dis : ‘En vérité, ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma
mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’Univers.’” (Sourate al-
Anam, 162), ils cherchent à s’attirer la satisfaction d’Allah dans tout
ce qu’ils entreprennent. Ils investissent tous leurs biens à cette fin.
Les hommes qui reconnaissent Ses attributs, qui témoignent cons-
tamment de Sa puissance, de Sa grandeur, de Sa clémence, de Son
amour et de Sa compassion, qui ressentent l’amour d’Allah à tout
instant, ont un amour sans commune mesure avec les autres sor-
tes d’amour. Allah qualifie cet amour d’ardent tandis que l’a-
mour déformé des idolâtres est décrit ainsi :
Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors
d’Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme
on aime Allah. Or les croyants sont les
plus ardents en l’amour d’Allah.
(Sourate al-Baqarah, 165)

93
94
Comme l’indique le verset précédent, cer-
tains associent des partenaires à Allah et ai-
ment ces créatures d’un amour qui ne sied qu’à
Allah (Allah est bien au-dessus de ce qu’ils Lui
imputent.). En revanche, les croyants savent
que personne ni rien dans la création n’a la
puissance ni la beauté innée, car c’est Allah qui
les créa à partir du néant. Aucune créature vi-
vante n’est capable de concevoir sa propre beau-
té. La beauté du visage d’une personne ou la na-
ture aimable d’un animal, leur durée de vie et
l’heure de leur mort ainsi que tout ce qui les con-
cerne furent créés par Allah. La beauté émane de
Lui. Les croyants aimeront cette beauté, car elle se
reflète chez les hommes, les animaux, dans la nature.
L’amour du croyant est uniquement consacré à Allah,
Qui pourvoit à toutes ces choses et Qui les possède
toutes.
Notre Prophète (pbsl) nous rappelait que l’amour
doit être ressenti au nom d’Allah :
La meilleure action est d’aimer au nom d’Allah et de détester au nom
d’Allah. (Sunan Abu-Dawud)
Quiconque aime et déteste au nom d’Allah et quiconque scelle une amitié
ou déclare une hostilité en Son nom recevra, en raison de cela, la protec-
tion d’Allah. (Sahih Muslim)
Ceux qui associent des partenaires à Allah supposent que cha-
que personne détient sa propre beauté et en fait l’éloge. C’est comme
si une personne assistait à une exposition artistique et associait la

95
96
97
Adnan Oktar
beauté des peintures à l’œuvre d’art, même si celui qui mé-
rite les compliments est l’artiste, auteur de ces peintures.
Face à un beau paysage, à un son agréable, à un plat déli-
cieux, l’homme devrait immédiatement se rappeler Allah,
le Créateur de toutes ces belles choses et Lui adresser son
amour, son plaisir et ses remerciements. Ceux dont la foi
est sincère et qui n’associent pas de partenaires à Allah
tissent un lien d’amour fort avec Allah, parce qu’ils sa-

Le Salon Carré,
tableau de Giuseppe
Castiglionne exposé
dans le Musée
Louvre

98
99
Adnan Oktar
vent que tout ce qu’ils possèdent Lui appartient en réalité.
Allah mit en garde le Prophète Abraham (psl) contre sa commu-
nauté idolâtre :
Et [Abraham] dit : “En effet, c’est pour cimenter des liens entre
vous-mêmes dans la vie présente, que vous avez adopté des ido-
les, en dehors d’Allah. Ensuite, le jour de la résurrection, les uns
rejetteront les autres, et les uns maudiront les autres, tandis que
vous aurez le feu pour refuge, et vous n’aurez pas de protec-
teurs.” (Sourate al-Ankabut, 25)
Les “liens” entre ceux qui associent des partenaires à Allah se
transformeront dans l’au-delà en une grande haine. En oubliant Son
existence, ils perdent de vue l’unique objectif de leur vie. En répon-
se, Allah fera de leur amour idolâtre et de leurs liens un dégoût éter-
nel et une méchanceté sans fin dans l’au-delà.
Allah fait d’ailleurs référence dans le Coran aux individus fai-
sant passer les gains matériels et l’amour et la reconnaissance des au-
tres avant la recherche de Sa grâce:
Dis : “Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos
clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez
le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont
plus chers qu’Allah, Son messager et la lutte dans le sentier
d’Allah, alors attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allah
ne guide pas les gens pervers.” (Sourate at-Tawbah, 24)
Les croyants admettent que tous les biens matériels appartien-
nent à Allah. Il les aime car ils sont la manifestation d’Allah.
Naturellement, le croyant cherchera à créer des liens d’amour et d’a-
mitié envers d’autres croyants dont les valeurs morales plaisent à
Allah. Cet amour ne dépend ni de la race, ni de la nationalité, ni d’un
intérêt personnel quelconque. Il ne repose pas non plus sur l’argent,
le statut, la culture ou les biens matériels car tout cela n’a aucune va-
leur réelle. Allah décrit l’amour qui lie les croyants en ces termes :

100
Harun Yahya
Il [appartient également] à ceux qui, avant eux, se sont installés
dans le pays et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux,
et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que ces
immigrés ont reçu, et qui les préfèrent à eux-mêmes, même s’il y
a pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre ava-
rice, ceux-là sont ceux qui réussissent. (Sourate al-Hashr, 9)
Les croyants feront de tous les autres croyants leurs frères et
leurs sœurs. Par conséquent, pour assurer le bien-être, les croyants
feront les efforts nécessaires dans cette voie. Un tel amour mutuel
n’est possible que lorsque la foi existe et le sens moral instillé par
Allah est appliqué à la vie quotidienne.
Notre Prophète bien-aimé (pbsl) soulignait l’importance de l’a-
mour réciproque et la position élevée des croyants dont la vie était
animée d’un amour authentique :
Le Prophète (pbsl) disait : “Allah dit : ‘Ceux qui s’aiment mutuellement
pour Ma gloire auront des minbars de lumière et les prophètes et les mar-
tyrs souhaiteront avoir les mêmes.’” (At-Tirmidhi)
Allah accorde l’amour, comme une bénédiction sur les croyants.
En témoigne l’exemple du Prophète Jean (psl) cité dans le Coran :
“O Jean, tiens fermement au Livre !” Nous lui donnâmes la sa-
gesse alors qu’il était enfant, ainsi que la tendresse de Notre
part et la pureté. Il était pieux. (Sourate Maryam, 12-13)
Dans un autre verset, Allah proclame qu’Il accordera l’amour
véritable aux croyants agissant pour le bien :
A ceux qui croient et font de bonnes œuvres, le Tout
Miséricordieux accordera Son amour. (Sourate Maryam, 96)
Il faut par ailleurs souligner que l’individu qui aime dans le but
d’obtenir l’agrément divin doit aimer la personne dotée des plus
hautes qualités morales, proche d’Allah et d’une grande piété. C’est
pourquoi, notre Prophète (pbsl) est pour les croyants l’ami proche le
plus digne d’amour.

101
Adnan Oktar

L’amour authentique peut seulement être


vécu en suivant les valeurs morales du Coran
Ceux qui se consacrent pleinement à Allah éprouvent en eux-mê-
mes un sentiment d’amour et d’excitation lorsqu’ils se retrouvent face
à toutes les belles choses qu’Il créa : ne serait-ce qu’une fleur, un pa-

102
Harun Yahya

pillon, un oiseau, un chat ou un paysage. Ceux qui adhèrent aux valeurs


coraniques ne peuvent également qu’admirer la manifestation d’Allah
dans ce qui les entoure. L’amour sincère pour Allah mettra en avant une
affection naturelle et l’amour dans leurs âmes, car dans tout ce qu’Allah
crée la beauté éternelle, la sagesse et la puissance transparaissent. Seuls
ces hommes connaissent le véritable amour au sens spirituel.

103
Adnan Oktar
Les valeurs morales coraniques constituent la base du véritable
amour puisqu’elles seules peuvent inspirer à l’homme d’aimer au-
trui avec ses valeurs, sa personnalité et ses qualités individuelles. En
menant un mode de vie agréé par Allah, ces croyants acquérront de
beaux atouts. Sachant que “Les bonnes œuvres durables méritent
auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et une meilleu-
re destination” (Sourate Maryam, 76), ils persévèrent dans toutes
ces belles qualités morales. La fidélité, la véracité, le respect, l’amour,
l’humilité, le sacrifice, l’honnêteté, la tolérance, le pardon, la clémen-
ce, la douceur et la bravoure sont des éléments constants d’une vie
empreinte de crainte et de respect pour Allah et d’une vie taillée sur
les valeurs morales du Coran. Il en est de même pour l’amour. Il se
base, en effet, sur la foi et le respect pour Allah et intègre l’aspect mo-
ral transmis par le Coran. Les amitiés liées avec les autres croyants
deviendront dans l’au-delà des amitiés éternelles.
Le niveau moral supérieur du croyant sincère lui assurera une
haute estime auprès d’Allah et des autres croyants. Il ne compte que
sur l’amour et l’agrément d’Allah. En retour, Allah fait en sorte que
ce croyant soit aimé et baigné de lumière et de beauté et qu’il susci-
te l’amitié chaleureuse des autres.

Malentendus à propos de la véritable


nature de l’amour
Quand on n’accorde pas sa vie avec les préceptes moraux du
Coran, on ne comprend pas le sens de l’amour. Peu importe que ces
individus pensent être prodigues en amour et en respect envers les au-
tres, ces interactions reposent généralement sur des bases inappropri-
ées et trompeuses. Nous en examinerons quelques exemples ci-après.

104
105
106
107
L’amour idolâtre entre
l’homme et la femme
Il est facile de trouver des exemples
d’amour basé sur une mentalité idolâtre
entre les hommes et les femmes. Certains
canalisent leur amour et leur soumission
vers des personnes qui sont, par essence,
faibles au lieu de les consacrer à Allah.
Parfois, l’autre personne devient l’objec-

108
Harun Yahya
tif ultime d’une vie. Ils mentionnent son nom au long de la journée
et espèrent gagner son amour à tout prix. L’objet de l’affection hante
les jours voire les nuits. Au lieu de se concentrer à chercher la satis-
faction d’Allah, ils ne souhaitent satisfaire qu’une personne en parti-
culier, même si cela signifie qu’ils doivent agir de façon contraire à la
morale coranique et qu’ils doivent outrepasser les limites établies
par Allah. Ils sont prêts à tous les sacrifices pour l’autre personne,
mais se refusent à tout effort dans la voie d’Allah. En d’autres ter-
mes, ils transforment les objets de leur attention en des divinités.
C’est pourquoi autant de poèmes romantiques, de livres et de dis-

109
Adnan Oktar
cussions déclarent ouvertement que l’auteur “adore” l’objet de son
affection. Une telle perception de l’amour, c’est-à-dire une percep-
tion associant des partenaires à Allah, est interdite, car l’amour d’Al-
lah est un amour bien supérieur :
Alors invoquez Allah comme vous invoquez vos pères, et plus
ardemment encore. (Sourate al-Baqarah, 200)
Si quelqu’un aime une personne, une chose ou une idée plus
qu’il n’aime Allah, il tombera tôt ou tard dans l’idolâtrie et se rappro-
chera ainsi de l’enfer. Etonnamment, rare sont ceux qui comprennent
la réalité de ce fait et se détournent enfin de leur déviance.
Evidemment, il est tout à fait louable d’aimer les autres, de se
soucier de leur bien-être, et de protéger leurs familles. Il s’agit même
de bénédictions accordées par Allah. Un amour pareil, s’il est basé
sur l’amour d’Allah, permet au croyant d’atteindre le bonheur dans
les deux mondes. En revanche, si cet amour ne découle pas de l’a-
mour d’Allah, l’individu connaîtra la douleur et l’agonie dans les
deux mondes. Dans le Coran, Allah nous apprend que le second
groupe d’individus cherchera, dans l’au-delà, à échapper à l’enfer :
Le criminel aimerait pouvoir se racheter du châtiment de ce jour,
en livrant ses enfants, sa compagne, son frère, même son clan
qui lui donnait asile, et tout ce qui est sur la terre, tout,
qui pourrait le sauver. (Sourate al-Maarij, 11-14)
Le jour où l’homme s’enfuira de son frè-
re, de sa mère, de son père, de sa
compagne et de ses enfants, car
chacun d’eux, ce jour-là, aura son
propre cas pour l’occuper. (Sourate
Abasa, 34-37)

110
111
112
Harun Yahya

Les amitiés basées sur l’intérêt personnel


Certaines relations sont, consciemment ou non, basées sur l’in-
térêt personnel. Il y a des gens qui s’excitent lorsqu’ils rencontrent
une personne dont ils espèrent tirer un profit et interprètent cette ex-
citation comme de l’amour. En réalité, le sentiment correspond plu-
tôt à un “désir affecté”. Souvent cet amour dépend du niveau de la
richesse et du statut de la personne “aimée”. L’opulence attire les
hommes. L’excitation s’amplifie avec l’importance de l’aisance maté-
rielle de la personne visée. Ce type de stimulation n’est rien que l’at-
tachement aux intérêts terrestres. Les personnes riches ne sont pas
aimées en général d’abord pour leurs valeurs morales et leurs quali-
tés. Elles semblent néanmoins avoir de nombreux “amis” même s’ils
ont tendance à être irascibles, grossiers, égoïstes, illogiques, sans pié-
té, avides aux gains, insouciants et hypocrites.
Certains aiment être divertis et s’attendent à ce que la personne
qui les aime soit capable de les faire rire. Par conséquent, l’intimité
qui en résulte repose sur un intérêt personnel trompeur, car appré-
cier la compagnie d’un comique et se sentir heureux ne signifie pas
aimer cette personne. Or, certains se trompent en prenant cet allége-
ment qu’ils ressentent pour de l’amour et croient aimer la personne
en question D’autres s’imaginent qu’en fréquentant des personnes
de bien, leur estime augmentera. Ainsi ils choisiront de se lier avec
de belles personnes, en prenant en compte les caractéristiques phy-
siques telles que la taille, la couleur des yeux ou des cheveux. Ils se
limitent souvent à l’attrait physique, sans s’attarder sur l’intelligen-
ce, la conscience ou les qualités morales, car ils sont, disent-ils, aveu-
glés par l’amour. Cependant cet amour signifie en réalité “j’aime l’es-
time que la beauté de cette personne m’octroie.” L’esprit n’a pas de

113
Adnan Oktar
sens pour eux. La beauté parvient donc à occulter des défauts indé-
sirables tels que le dédain ou le manque de sensibilité.
Les intérêts personnels peuvent être privilégiés dans le mariage.
Nombreux sont ceux qui craignent de vivre seul, incapables de s’en-
tretenir, sans personne pour les soigner lorsqu’ils sont malades. En
se mariant, ils s’imaginent venir à bout de leurs craintes. Ainsi, ils
s’attachent à la personne la plus prometteuse et sont persuadés d’ê-
tre tombés amoureux.
Pour le reste de leurs vies, ils partagent les souffrances et les
complaintes à propos de leur conjoint avec les voisins, les amis ou les
membres de la famille. Dès qu’on leur demande pourquoi ils restent
aux côtés de leurs conjoints, ils prétendent les aimer. Cependant, le
Coran et son système de valeurs soulignent que l’amour ne doit rien
attendre en retour. L’amour doit être sincère, même s’il demande des
sacrifices personnels, car la personne aimée est en réalité une mani-
festation d’Allah. Il ne faut jamais médire des autres. Si on est sincè-
re dans l’amour, on doit bien parler des autres. Les croyants ne se
contentent pas de tolérer les autres, ils les traitent avec compassion
et clémence, ils couvrent leurs défauts, ils les mettent à l’aise et ils ré-
pondent au mieux à leurs besoins. L’amour sincère, l’amitié et l’inti-
mité guident un tel comportement.

L’amour temporaire, à court terme


Un amour qui n’est pas basé sur le Coran sera inévitablement de
court terme. Il est relativement normal d’être contrarié, lorsque l’on
se rend compte que l’on ne peut pas tirer profit d’une certaine per-
sonne. Il se peut que ceux que l’on prétendait aimer ne puissent à
peine être tolérés après qu’ils ont subi un revers. Par exemple, cer-

114
115
Adnan Oktar

tains cessent d’aimer une personne suite au


dommage corporel lié à un accident ou à une
maladie. Ou alors le mariage du couple par-
fait finit par se désagréger du jour au lende-
main à cause de la maladie, de problèmes profes-
sionnels ou matériels d’un conjoint. Parfois, en
dépit de la beauté physique ou de la richesse d’u-
ne des deux parties, le couple se déchire car ils ne
s’aiment plus après s’être rendu compte des faibles-
ses de l’autre. De même, ceux qui semblaient s’en-
tendre quand ils étaient opulents voient leur amour
périr et leurs liens s’étioler à cause de la baisse de leur
richesse.
En réalité, le véritable amour ne diminue jamais,
mais devrait plutôt s’intensifier avec le temps. En valori-
sant les valeurs morales de l’autre partie, l’amour res-
senti augmente à mesure que ses qualités apparaissent.
Même si cette personne se retrouve infirme, sans rien et
repoussante, l’amour ne diminue pas. Ces difficultés
peuvent contribuer à accroître la modestie et la maturité,
et par conséquent à améliorer moralement la personne.
Ainsi l’amour mutuel se renforce. L’adversité n’a aucun
effet sur le véritable amour, parce qu’il repose que les
valeurs morales du Coran et le désir d’acquérir le plai-
sir d’Allah en obéissant à Ses limites.

116
117
118
es person-
nes qui ne vivent pas
selon la morale décrite
dans le Coran ne peuvent
pas aimer ni être aimées véritablement. Pour que l’amour
soit mutuel, les deux parties doivent aimer Allah avec un res-
pect profond et posséder ces valeurs morales agréées d’Allah.
Allah placera l’amour dans le cœur de Ses serviteurs bien-aimés, as-
surant ainsi qu’ils soient aimés des autres. Il ne faut pas oublier
qu’Allah est la source réelle de l’amour et qu’à Lui il appartient. Afin
de vivre un amour réel, l’homme doit se montrer à la hauteur de cette
bénédiction en adoptant la morale coranique et prier Allah de lui accor-
der l’amour. Quant à ceux qui choisissent d’ignorer les règles édictées
dans le Coran, leur vie peut être dénuée d’espoir et d’amis véritables
dans les deux mondes.
Allah nous rappelle que l’amour est un bienfait de Sa part :
Ainsi que la tendresse de Notre part et la pureté. Il était
pieux. (Sourate Maryam, 13)
A ceux qui croient et font de bonnes œuvres, le
Tout Miséricordieux accordera Son amour.
(Sourate Maryam, 96)

119
Adnan Oktar
Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses
pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre
vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour
des gens qui réfléchissent. (Sourate ar-Rum, 21)
Nous citons ci-après quelques-unes des qualités qu’Allah consi-
dère digne d’un véritable amour :

Le sacrifice
Ceux qui ne croient pas en Allah ni en l’au-delà estiment que ce
monde est un lieu de grande lutte, persuadés que les forts vaincront
inévitablement les faibles. Ce point de vue issu d’un raisonnement
totalement erroné cherche à détourner les hommes de la morale, car
il met en avant les gains et les intérêts personnels. Une communau-
té guidée par de telles idées ne voit pas le besoin d’offrir une assis-
tance, de se sacrifier, de se soucier du bien-être, du bonheur et du
confort d’autrui, ni de placer les intérêts d’autrui avant les siens.
Dans ce cadre, ces qualités sont ignorées car elles ne bénéficient pas
à celui qui les détient.
Ces personnes ne peuvent donc pas connaître l’amour mutuel
car il est impossible d’aimer quelqu’un qui privilégie son bien-être
avant celui des autres. Dès que quelqu’un remarque l’égoïsme d’une
personne, son amour s’éteint doucement. Se soucier de son confort,
d’avoir un repas nourrissant et un lit confortable sans se préoccuper
de la situation de ses voisins, contribuera au flétrissement de l’a-
mour éprouvé. Ce type de comportement fréquent renvoie par con-
séquent une image négative de tels individus.
Ceux qui sont bien loin de la morale coranique ne peuvent mê-
me pas concevoir de demander un service à leurs plus proches amis.
La maman qui doit rester au chevet de son enfant malade ne peut de-

120
121
Adnan Oktar
mander à son ou sa collègue de l’aider au travail pendant qu’elle soi-
gne son enfant. Parfois en aidant ses propres parents, des problèmes
surviennent entre les frères et sœurs. En revanche, quand on les in-
terroge, ces mêmes individus déclarent aimer profondément leur fa-
mille. De façon général, dès qu’un service ou un sacrifice est requis,
sans gain direct palpable, la plupart cherche à fuir leurs obligations.
Toutefois ceux qui connaissent l’amour sincère feront tous les efforts
sans jamais se lasser de leur sacrifice.
Ces efforts se caractérisent, chez les croyants, par la volonté dé-
libérée de faire passer les intérêts des autres avant les leurs. Allah ci-
te dans le Coran l’exemple de l’émigration des musulmans de La
Mecque vers Médine et souligne l’accueil réservé à ces musulmans
une fois à Médine.
Allah revient sur les belles qualités morales des croyants dans le
verset suivant :
Ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays et dans la foi,
qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans
leurs cœurs aucune envie pour ce que ces immigrés ont reçu, et
qui les préfèrent à eux-mêmes, même s’il y a pénurie chez eux.
Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont
ceux qui réussissent. (Sourate al-Hasr, 9)
Les croyants mecquois émigrèrent afin de pouvoir vivre selon
leur religion, en laissant derrière eux tous leurs biens, leurs familles,
leurs maisons, leurs jardins. Leur sacrifice au nom d’Allah démontre
leurs qualités morales supérieures et indique qu’ils choisirent Allah
pour gardien. C’est pourquoi les musulmans médinois les accueilli-
rent de la meilleure façon avec un amour profond, du respect et de
la clémence.
Sans tenir compte de leurs propres intérêts, ils s’affairaient à ré-
pondre aux besoins de leurs frères en matière de nourriture et de
mode de vie. Leurs actions louables étaient basées sur leur amour so-

122
Harun Yahya
lide et sincère d’Allah et de tous les croyants. Par leur excellence mo-
rale, ils attirèrent à eux l’affection des autres croyants. Allah men-
tionne ces croyants dans le Coran en terme élogieux. Depuis les 1400
dernières années, ils laissèrent une impression poignante indélébile
dans le cœur de chaque croyant.
Ils offrent la nourriture, malgré son amour, au pauvre, à l’orphe-
lin et au prisonnier : “C’est pour le visage d’Allah que nous
vous nourrissons : nous ne voulons de vous ni récompense ni
gratitude. Nous redoutons, de notre Seigneur, un jour terrible et
catastrophique.” (Sourate al-Insan, 8-10)
Bien qu’étant eux-mêmes dans le besoin, ils offraient leur nour-
riture aux pauvres, ce qui réveillait naturellement des sentiments
d’amour et de respect. Prenons un exemple pour illustrer cela.
Supposons que vous êtes trois personnes fatiguées et affamées. Vous
disposez de nourriture pour une seule personne et d’un seul lit. L’un
de vos deux compagnons décide de manger la nourriture et de se re-
poser sur le lit sans demander votre permission. L’autre pourtant af-
famé choisit de vous offrir sa nourriture et insiste pour que vous dor-
miez dans le lit. Dans ce cas, il est naturel d’être totalement refroidi
à l’égard du compagnon égoïste et touché par l’attitude généreuse
du second compagnon. Allah créa l’âme humaine de façon qu’elle
soit satisfaite des qualités morales et qu’elle éprouve de l’amour et
de l’affection pour ceux qui en font preuve.

L’indulgence
Insatisfaits par les autres, ceux qui n’appliquent pas les valeurs
coraniques dans leur vie se mettent facilement en colère contre ceux
qui ne répondent pas à leurs attentes. Nombreuses sont les longues
amitiés qui se désagrègent et parfois les meilleurs amis deviennent

123
124
125
Adnan Oktar
les pires ennemis à cause de questions triviales. Cela est à imputer à
l’absence de valeurs morales et à l’incapacité à pardonner, à être pa-
tient et chaleureux avec les autres.
Les croyants, grâce à leur patience et à leur indulgence, ne lais-
sent pas la colère les envahir au point de mettre un terme à une ami-
tié en raison d’erreurs mineures. Au contraire, ils donneront à leurs
amis une autre chance, leur rappelant la vérité et les aidant à modi-
fier leur comportement. Au lieu de soumettre leurs amis à la colère
et à l’inimité en public, ils tenteront de réparer leurs fautes et leurs
méfaits en citant des exemples tirés du Coran. Dans le cadre d’un
amour sincère, la compréhension et la tolérance permettent de ré-
soudre toutes les situations de façon pacifique.
Allah révèle que les croyants doivent se montrer indulgents :
Et que les détenteurs de richesse et d’aisance parmi vous, ne ju-
rent pas de ne plus faire des dons aux proches, aux pauvres, et à
ceux qui émigrent dans le sentier d’Allah. Qu’ils pardonnent et
absolvent. N’aimez-vous pas qu’Allah vous pardonne ? Allah est
pardonneur et miséricordieux ! (Sourate an-Nur, 22)
Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d’un petit nombre
d’entre eux. Pardonne-leur donc et oublie. Car Allah aime, certes,
les bienfaisants. (Sourate al-Maidah, 13)
Allah ne stipule pas comment les croyants doivent pardonner.
Sans cette précision, on en déduit que même ceux qui nuisent cons-
tamment aux croyants doivent être absous. Les croyants pardonne-
ront volontiers même s’il a subi une lourde perte. En fermant les
yeux sur les médisances ou les ennuis provoqués par les autres, ils
font preuve d’excellence morale et invitent donc les autres à devenir
leurs amis. Lorsque le croyant est pardonné, son amour et sa gratitu-
de pour le pardonneur s’amplifient. Allah révèle dans le Coran qu’il
faut être capable de pardonner pour accueillir le véritable amour :

126
Harun Yahya
La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse le
mal par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une
animosité devient tel un ami chaleureux. (Sourate Fussilat, 34)

L’humilité
Il est possible d’acquérir l’amour seulement après la conquête
de l’égoïsme, de l’appât du gain, du manque de sin-
cérité, du dédain et d’autres comporte-
ments similaires. La modestie est l’un

127
Adnan Oktar
des aspects importants de l’amour, car ceux qui s’estiment supé-
rieurs se limitent en réalité à une évaluation personnelle. Ils croient
alors être les plus intelligents et les plus dignes de respect. En d’au-
tres termes, ils se transforment en petites divinités. Il leur est par
conséquent impossible de s’associer avec ceux qu’ils jugent infé-
rieurs, et encore plus de se sacrifier pour eux, au péril de leurs pro-
pres besoins. Ils ne peuvent pas ressentir un amour sincère et vérita-
ble pour eux. Dans la mesure où l’amour et la vanité sont deux con-
cepts mutuellement exclusifs, celui qui se montre hautain ne peut ni
être aimé ni ressentir un amour profond et sincère envers quiconque.
Plusieurs facteurs expliquent pourquoi les personnes fières sont
privées d’amour dans leurs vies. Elles adoptent généralement une
attitude moqueuse envers les autres pour se mettre en va-
leur. Elles s’imaginent qu’en attirant l’attention sur
les défauts des autres, elles soulignent leur supé-
riorité. Personne n’a d’amour dans son cœur
pour quelqu’un qui ridiculise et rabaisse cons-
tamment les autres.

128
Harun Yahya
En revanche, la modestie attire l’amour. Grâce à elle, les
croyants valorisent la personne en face d’eux, la mettant ainsi à l’ai-
se. Leur fidélité aux valeurs coraniques les rend attentif dans leur
écoute d’autrui et sincère dans les conseils émis. Ils ne se disputent
jamais sous prétexte qu’ils savent mieux. Au lieu d’être hautaine,
leur attitude est positive et chaleureuse. Ils ne chercheront pas la vé-
rité ni ne repousseront le mal au moyen de la colère. Ils répondent à
toutes les questions avec une grande sensibilité sans exiger des au-
tres une manifestation d’amour ou de respect. Même lorsqu’ils se
trouvent confrontés à des individus vaniteux et querelleurs, ils con-
servent un comportement modeste, valorisent les autres opinions,
répondent aux salutations de tous de la meilleure façon et se mon-
trent pleins d’amour et de respect envers tous. En résumé, la modes-
tie telle qu’elle est inscrite dans le Coran fait de l’homme un indivi-
du harmonieux, ouvert aux différents points de vue. Il devient, en
fait, un modèle d’honneur, soucieux des autres. C’est pourquoi les
personnes modestes sont souvent très appréciées. Allah nous indi-
que dans le Coran que :
Les serviteurs du Tout Miséricordieux sont ceux qui marchent
humblement sur terre, qui, lorsque les ignorants s’adressent à
eux, disent : “Paix.” (Sourate al-Furqan, 63)
Dans un autre verset, Il ajoute que :
Votre Allah est certes un Allah unique. Soumettez-vous donc à
Lui. Et fais bonne annonce à ceux qui s’humilient. (Sourate al-
Hajj, 34)
En raison de sa nature modeste et douce, le Prophète
Mohammed (pbsl) était très entouré :
C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu as été si
doux envers eux ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se se-
raient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore

129
Adnan Oktar
pour eux le pardon. Et consulte-les à propos des affaires; puis une
fois que tu t’es décidé, confie-toi donc à Allah. Allah aime, en vé-
rité, ceux qui Lui font confiance. (Sourate al-Imran, 159)

L’honnêteté
Certains incroyants n’ont aucun mal à dire des mensonges. A
moins qu’ils n’admettent leurs mensonges et cessent de tromper les
autres, personne ne les aimera. Les menteurs perdent souvent de vue
la vérité, ce qui les rend très instables et non-fiables. Il est impossible
d’aimer quelqu’un en qui on ne peut pas avoir confiance.
Les croyants, quant à eux, ne mentent jamais quelles que soient
les circonstances et les conséquences sur leurs intérêts. Ils sont ainsi
tout à fait dignes de confiance. Ils ne cachent ni transforment la véri-
té, ni font des promesses qu’ils ne peuvent pas tenir. Chez
les croyants, il n’existe pas de mensonges pieux. Ils
n’ont pas recours au mensonge pour se donner
une bonne image ni pour protéger leur estime
aux yeux des autres, ni pour se vanter, ni pour
s’assurer des gains matériels, ni pour causer des
pertes chez les autres.
Cette belle valeur morale est l’un des facteurs
guidant l’âme vers l’amour, car l’âme tisse des senti-
ments d’amour pour la personne faisant preuve d’honnête-
té et de franchise. Notre Prophète (pbsl) insistait sur l’impor-
tance de l’amour entre les croyants. Il affirmait qu’une base
de sincérité et de confiance était nécessaire avant que l’a-
mour puisse se développer et se renforcer :

130
131
Adnan Oktar
Abu Hurayrah rapportait : “Le Messager d’Allah (pbsl) observa :
‘Vous n’entrerez pas au paradis tant que votre foi (dans tous ses arti-
cles) ne sera pas ferme et vous ne croirez pas tant que vous ne vous ai-
mez pas mutuellement. Si je devais indiquer une chose qui nourrit l’a-
mour entre vous: (la pratique de se saluer mutuellement avec) as-sala-
mu alaikoum.’”(Sahih Muslim)

La patience
Allah nous rappelle que “… l’égoïsme est inhérent à la na-
ture humaine… ” (Sourate an-Nisa, 128). Nous devons nous ef-
forcer de nous protéger contre les traits de caractères négatifs afin
d’atteindre la morale qui sied au paradis. Malgré cela, les hom-
mes font des erreurs. Ceux qui essaient de vivre une vie pleine
d’amour et d’amitié authentiques ne devraient jamais oublier ce
point. Ils doivent se montrer très patients et indulgents envers
ceux qu’ils aiment, s’ils commettent des erreurs. Ils doivent égale-
ment essayer de compenser leurs défauts, car c’est seulement en
étant patient et généreux que l’on peut aimer et être aimé. La pa-
tience renforce et développe l’amour mutuel et la tolérance. Les
croyants se font confiance les uns les autres. Parce qu’ils sont
croyants et se respectent, ils font preuve de tolérance et d’indul-
gence face aux erreurs des autres. Pour pallier à ces fautes et pour
vivre selon les valeurs morales édictées dans le Coran, ils redou-
blent d’efforts, ce qui tend à les rapprocher des autres croyants. Ils

132
Harun Yahya
conservent ainsi leur patience, quelle que soit l’étendue de la faute
commise.
Notre Prophète Mohammed (pbsl) invitait les croyants à couvrir
les erreurs des autres croyants et à les soutenir :
Le musulman est le frère du musulman, sans lui nuire ni permettre qu’on
ne lui nuise. Quiconque aide son frère dans le besoin, Allah l’aidera dans
ses propres besoins. Quiconque soulage un musulman d’un souci, Allah
le soulagera d’un souci parmi les soucis le jour de la résurrection.
Quiconque protège le musulman de la disgrâce, Allah le protégera contre
la disgrâce le jour de la résurrection. (Sahih Bukhari et Sahih Muslim)
La patience de celui qui aime Allah et qui est constamment sa-
tisfait de Lui diffère considérablement de la perception de la notion
de patience chez les incroyants. Ces derniers tentent d’“endurer” les
situations s’ils pensent pouvoir tirer profit d’autrui ou s’ils craignent
des répercussions sur leur entourage. Ils estiment avoir le droit de
bouder, de se plaindre, ou même d’agir mal. Sous prétexte qu’ils pas-
sent par des mauvais moments, ils s’autorisent tout. L’incroyant sen-
sé prendre soin de son ami malade finira par s’ennuyer, perdre pa-
tience, s’énerver. Il se plaindra de ne pouvoir dormir, d’être épuisé,
de la difficulté de sa tâche, de l’ampleur de son sacrifice. Ces ressen-
timents finiront par transparaître et par toucher son ami malade, car
il lui rappelle à chaque instant la faveur qu’il lui fait.
En revanche, le croyant, de par sa patience, répond à tous ces
besoins avec plaisir et fait de son mieux pour aider son ami souf-
frant. Il ne le pousse pas à se sentir redevable. Allah enjoint tous les
croyants à être patients, car c’est l’une des plus belles qualités :

133
Adnan Oktar
O les croyants ! Soyez endurants. Incitez-vous à l’endurance.
Luttez constamment contre l’ennemi et craignez Allah, afin que
vous réussissiez ! (Sourate al-Imran, 200)

La fidélité
La fidélité est une autre caractéristique qui attire l’amour d’au-
trui. Allah informe les croyants qu’Il les récompensera pour leur fi-
délité. C’est pourquoi ils adoptent cette qualité sans réserve. Comme
Allah l’indique dans le Coran :
Afin qu’Allah récompense les véridiques pour leur sincérité, et
châtie, s’Il veut, les hypocrites, ou accepte leur repentir. Car
Allah est pardonneur et miséricordieux. (Sourate al-Ahzab, 24)
Même dans les circonstances les plus difficiles, les croyants ne compro-
mettent jamais leur fidélité envers Allah et les autres croyants. Allah cite
le Prophète Moise (psl) et ses jeunes disciples en exemple pour tous les
croyants :
Mais ne crurent en Moïse que quelques jeunes de son peuple,
par crainte de représailles de Pharaon et de leurs chefs, car
Pharaon était dans son pays à la fois hautain et despote. “O mon
peuple, dit Moïse, si vous croyez en Allah, mettez votre confian-
ce en Lui, en tant que peuple soumis à leur Seigneur.” (Sourate
Yunus, 83-84)
A travers leur vie, les croyants et les prophètes connurent la
mort, la perte de richesse, d’estime ou furent accuser de divers mé-
faits. Ils ne sont jamais abandonnés les uns les autres grâce à leur
amour pour Allah, leur crainte, leur respect et leur proximité ave
Lui. Ils endurèrent tous les dangers avec bravoure. Leur fidélité in-
conditionnelle et sincère envers Allah suffit à faire naître l’amour

134
Harun Yahya
pour le croyant dans le cœur du croyant. Allah fait référence à ce
phénomène dans le verset suivant :
Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et
en Son Messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent
avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah.
Ceux-là sont les véridiques. (Sourate al-Hujurat, 15)

La clémence
La clémence est une partie de l’amour. Par conséquent, on ne
peut connaître le véritable amour à moins de faire preuve de clémen-
ce envers les autres. La miséricorde de notre Prophète (pbsl) est un ex-
cellent exemple pour tous les croyants. Allah confirme que le Prophète
Mohammed (pbsl) présentait les meilleures qualités morales :

135
Adnan Oktar
Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel
pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de
sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux
envers les croyants. (Sourate at-Tawbah, 128)
Les personnes clémentes ne souhaitent pas voir leur entourage
vivre de façon misérable, quelle que soit l’importance de leurs pro-
pres vies ou leur réussite, car ces personnes sont tout aussi importan-
tes voire plus qu’elles-mêmes. La clémence dicte à celui qui la dé-
tient de se soucier du sort des autres et d’œuvrer au mieux pour ré-
soudre leurs problèmes.
Notre Prophète (pbsl) invite tous les croyants à agir de manière
charitable avec ceux qui les entourent :
Ceux qui font preuve de miséricorde recevront la miséricorde du Tout
Miséricordieux. Soyez miséricordieux avec ceux qui sont sur Terre et
Celui dans les cieux sera miséricordieux envers vous. (At-Tirmidhi)

Se soucier de la destination dans l’au-delà


de la personne aimée
La véritable vie, c’est-à-dire la vie
éternelle dans l’au-delà, commence
après la mort, ce monde-ci n’étant
qu’une demeure tem-
poraire où les hom-

136
Harun Yahya

137
Adnan Oktar
mes sont éprouvés. Les croyants, conscients de cette réalité, démon-
trent leur amour mutuel en se préparant pour l’au-delà. Ils souhai-
tent tout autant obtenir l’agrément d’Allah, jouir de sa miséricorde
et entrer au paradis et voir leurs êtres chers partager les mêmes bé-
nédictions qu’eux. Clairvoyants sur le risque de l’éternité en enfer, ils
adoptent un comportement visant à mener les autres vers le droit
chemin. Chaque fois qu’ils remarquent une erreur dans un acte, ils
essaient immédiatement d’aider les êtres aimés à modifier leur atti-
tude et leurs valeurs morales de sorte qu’ils puissent satisfaire Allah.
Ils s’invitent mutuellement au bien et à la beauté, mais s’écartent de
ce qu’Allah a déclaré illicite. Leur amour sincère et avide est leur
meilleure qualité. Allah nous explique le sens d’un amour fort pour
le croyant :
Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils
commandent le convenable, interdisent le blâmable, accomplis-
sent la prière, acquittent l’aumône et obéissent à Allah et à Son
messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah
est puissant et sage. (Sourate at-Tawbah, 71)

138
Harun Yahya

Dans un amour sincère, les désirs de


l’autre passent toujours avant
Pour beaucoup de gens, le bien-être personnel est la chose la
plus importante dans leur vie. Or, ceux qui aiment en toute sincérité
oublient leurs propres désirs pour privilégier ceux de l’être aimé. Ils
font alors tout leur possible pour son confort et la satisfaction de ses
besoins. Quand par exemple deux personnes terminent avec succès
un rapport, l’une et l’autre préféreront que les compliments soient
destinés à l’autre personne. Elles tireront une grande satisfaction à
voir l’être aimé dans la bonne voie. Elles n’hésiteront pas non plus à
accomplir la partie la plus dure de la tâche pour lui éviter toute fati-
gue. Jamais elles ne le démentiraient, ne le rabaisseraient, ni ne lui
nuiraient, car leur unique souhait est d’obtenir la satisfaction d’Allah
et Son amour, ainsi que le paradis. Tous ces efforts se traduisent par
un amour sincère et un lien profond avec l’autre personne.

139
ous avons
choisi d’écrire ce li-
vre sur l’amour, vu que
ce dernier a une place con-
sidérable dans les valeurs mo-
rales menant au paradis. Les croyants qui souhaitent entrer
au paradis pour y résider éternellement en compagnie des pro-
phètes, des défenseurs de la vérité et des pieux croyants doivent
apprendre dès à présent à aimer les autres et à acquérir les qualités
appréciées des autres. L’une des grandes beautés du paradis est l’a-
mitié éternelle qui lie ceux qui s’aiment et qui présentent une bonne
morale.
Le chemin vers le paradis passe par l’amour sincère d’Allah et
par la volonté de devenir un être aimé d’Allah. Un tel individu
craint (et respecte) Allah (Sourate at-Tawbah, 4 ; Sourate al-
Imran, 76), se purifie (Sourate at-Tawbah, 108 ; Sourate al-
Baqarah, 222), est juste (Sourate al-Hujurat, 9), est cons-
tant (Sourate al-Imran, 146), fait le bien (Sourate al-
Baqarah, 195), se détourne du mal (Sourate al-
Baqarah, 222) et place sa confiance en
Allah (Sourate al-Imran, 159).
L’invocation pour l’amour mentionnée par notre
Prophète (pbsl) illustre le sens de l’amour éprouvé pour
Allah et les croyants :
Le Prophète dit : “L’une des invocations de Hazrat David (psl)
était : 'Allah, j’implore Ton amour, l’amour de ceux qui T’aiment,
et une conduite menant à Ton amour. Allah, fasse que Ton amour
me soit plus cher que ma propre âme, les miens et l’eau fraîche'.”
(At-Tirmidhi)

142
143
144
145

haque détail dans cet univers est le signe


d'une création supérieure. A l'inverse du
matérialisme, qui cherche à nier la réalité
de la création dans l'univers, et qui n’est en
fait qu'une tromperie qui n'a rien de scien-
tifique.
Une fois le matérialisme infirmé, tou-
tes les autres théories fondées sur cette
philosophie deviennent caduques. La principale parmi
ces dernières n’est autre que le darwinisme, autrement
dit, la théorie de l'évolution. Cette théorie, qui soutient
que la vie est née de la matière inanimée par pure coïnci-
dence a été démolie par la reconnaissance que l'univers a
été créé par Allah. C'est Allah Qui a créé l'univers et qui
l'a conçu dans le moindre détail. De ce fait, il est impossi-
ble que la théorie de l'évolution, qui soutient que les êtres
vivants n'ont pas été créés par Allah mais sont le produit
de coïncidences, soit vraie.
La théorie de l'évolution ne résiste ni à l'analyse ni
aux dernières découvertes scientifiques. La conception de
la vie est extrêmement complexe et étonnante. Dans le
monde inanimé, par exemple, nous pouvons explorer la
146

fragilité des équilibres sur les-


quels reposent les atomes et
plus loin, dans le monde animé,
nous pouvons observer la com-
plexité de la conception qui a
pu unir ces atomes et comment
sont extraordinaires les méca-
nismes et les structures telles
que les protéines, les enzymes
et les cellules, qui en sont is-
sues.
Cette conception extraordi-
naire de la vie a réfuté le darwi-
nisme à la fin du 20ème siècle.
Nous avons traité ce sujet,
en plein détail, dans certaines
Charles Darwin
de nos autres études et nous
continuons toujours à le faire. Cependant, nous pensons qu'en raison
de son importance, il serait utile de résumer ce qui a été avancé.

L'effondrement scientifique du darwinisme


Bien que cette doctrine remonte à la Grèce antique, la théorie de
l'évolution n'a été largement promue qu'au 19ème siècle. Le dévelop-
pement le plus important qui a irrésistiblement propulsé cette théo-
rie comme sujet majeur dans le monde scientifique est la publication
en 1859 du livre de Charles Darwin intitulé L'origine des espèces. Dans
ce livre, Darwin a nié que les différentes espèces vivantes sur terre
aient été créées séparément par Allah. Selon Darwin, tous les êtres vi-
vants auraient un ascendant commun et se seraient diversifiés à tra-
vers le temps suite à de petits changements.
La théorie de Darwin n'est basée sur aucune découverte scienti-
fique concrète ; comme il l'a lui-même admis, il ne s'agit en fait que
d'une "hypothèse". De plus, comme il le reconnaît dans le long chapi-

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
147

tre de son livre intitulé "Les difficultés de la théorie", cette théorie a


échoué à donner des réponses aux plusieurs questions cruciales qui
l’entourent.
Darwin a donc investi tous ses espoirs dans les nouvelles décou-
vertes scientifiques, qu'il espérait voir résoudre "les difficultés de la
théorie". Cependant, contrairement à ses espérances, les découvertes
scientifiques ont étendu les dimensions de ces difficultés.

La défaite du darwinisme face à la science peut être résumée en


trois points essentiels :
1) Cette théorie ne peut en aucun cas expliquer comment la vie
a été produite sur terre ;
2) Il n'existe aucune découverte scientifique démontrant que les
"mécanismes évolutionnistes" proposés par cette théorie aient quel-
que pouvoir pour se développer.
3) Les fossiles à notre disposition révèlent, tout à fait, le contrai-
re de ce que suggère la théorie de l'évolution.

Dans cette section, nous examinerons sommairement ces trois


points essentiels.

La première étape insurmontable : l'origine de la vie


La théorie de l'évolution se base, en principe, sur le fait que tou-
tes les espèces vivantes se sont développées à partir d'une cellule vi-
vante unique qui est apparue sur terre il y a 3,8 milliards d'années.
Mais la théorie de l'évolution ne peut répondre au fait de savoir com-
ment une seule cellule a pu produire des millions d'espèces vivantes
aussi complexes. Et si une telle évolution s'est vraiment produite,
pourquoi les traces de cette évolution ne peuvent-elles être observées
dans les archives fossiles ? Mais, tout d'abord, nous devons analyser
le premier stade du processus évolutionniste présumé. Comment est
apparue cette "première cellule" ?

Harun Yahya - Adnan Oktar


148

Comme la théorie de l'évolution nie la création et n'accepte au-


cune sorte d'intervention surnaturelle, elle entretient l'idée que "la
première cellule" était accidentellement née suivant les lois de la na-
ture, mais sans aucune conception préalable, ni plan, ni arrangement
d'aucune sorte. Selon cette théorie, la matière inanimée doit avoir
produit accidentellement une cellule vivante. C'est, hélas, une reven-
dication incompatible avec les règles élémentaires des sciences biolo-
giques.
"La vie vient de la vie"
Dans son livre, Darwin n'a jamais mentionné l'origine de la vie.
Les connaissances scientifiques primitives de son époque étaient fon-
dées sur la supposition que les êtres vivants avaient une structure
très simple. Depuis les temps médiévaux, la génération spontanée est
une théorie largement partagée. Elle affirme que des matières non vi-
vantes s'associent pour former des organismes vivants. On croyait
ainsi que les insectes naissaient des restes de nourriture et que les
souris provenaient du blé. Des expériences intéressantes ont été con-
duites pour tenter de démontrer, en vain, la véracité de cette théorie.
Du blé a été placé sur un chiffon sale dans l'espoir que des souris en
sortent au bout d'un moment, mais sans succès.
L'apparition de vers sur de la viande a, par contre, été considérée
à tort comme une preuve de génération spontanée. Or, quelque temps
plus tard, il est devenu manifeste que les
vers n'apparaissaient pas sur la viande
spontanément, mais y étaient transportés
par des mouches sous forme de larves, in-
visibles à l'œil nu.
D'autre part, durant la période où
Darwin a écrit L'origine des espèces, l'idée

Louis Pasteur a démontré l’impossibilité de la pré-


tention que "la matière inanimée peut être à l’orig-
ine de la vie".

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
149

que les bactéries pouvaient apparaître de la matière inanimée était


largement partagée dans le milieu scientifique.
Mais, cinq ans après la publication du livre de Darwin, la décou-
verte de Louis Pasteur a réfuté cette croyance qui constituait la base
de la théorie de l'évolution. Après une longue période consacrée à la
recherche et l'expérimentation, Pasteur conclut de façon définitive :
"La revendication que la matière inanimée peut produire la vie est enterrée
dans l'histoire pour toujours."1
Les avocats de la théorie de l'évolution se sont longtemps oppo-
sés aux découvertes de Pasteur. Depuis lors, le développement de la
science a révélé comment était complexe la structure de la cellule
d'un être vivant, et l'idée que la vie puisse naître accidentellement se
trouve dans une impasse plus grande encore.

Les efforts peu concluants du 20ème siècle


Le premier évolutionniste qui s’est intéressé à la question de l'origi-
ne de la vie au 20ème siècle fut le célèbre biologiste russe, Alexandre
Oparin. Il proposa diverses thèses dans les années trente pour tenter de
prouver que la cellule d'un être vivant serait le fruit du hasard. Ces étu-
des, cependant, furent condamnées à l'échec et Oparin a dû faire la con-
fession suivante :
Malheureusement, l'origine de la cellule reste, en réalité, une question qui
représente le point le plus sombre de toute la théorie de l'évolution.2
Les disciples évolutionnistes d'Oparin ont essayé de continuer les
expériences pour résoudre l'énigme de l'origine de la vie. L'expérience la
plus célèbre est celle du chimiste américain Stanley Miller en 1953. Lors
de son expérience, il associa les gazes qui étaient censés exister dans l'at-
mosphère initiale de la terre, puis y ajouta de l'énergie. Miller réussit à
synthétiser plusieurs molécules organiques (des acides aminés) présen-
tes dans la structure des protéines.
Mais il ne fallut que quelques années pour apprendre que cette ex-
périence, qui avait alors été présentée comme un pas important achevé

Harun Yahya - Adnan Oktar


150

L’un des mensonges les plus sérieux avancés par les évolutionnistes consiste
à imaginer que la vie ait pu apparaître spontanément sur une terre dite “primi-
tive”, telle qu’elle est représentée sur l’image ci-dessus. Ils essayèrent notam-
ment d’étayer leurs idées par leurs études menées comme par exemple l’ex-
périence de Miller. Leurs efforts se soldèrent une fois encore par un échec au
vu des faits scientifiques : des résultats obtenus dans les années 1970 prou-
vèrent que l’atmosphère supposée exister à l’époque de la terre primitive était
totalement inadaptée à la vie.

au nom de la théorie de l'évolution, devait être invalidée car l'atmosphè-


re utilisée dans l'expérience différait largement de celle des conditions
réelles de la terre.3
Après un long silence, Miller reconnut que les conditions atmos-
phériques mises en place n'étaient pas réalistes.4
Tous les efforts des évolutionnistes tout au long du 20ème siècle pour
expliquer l'origine de la vie se sont soldés par des échecs. Jeffrey Bada,
géochimiste de l'Institut Scripps de San Diego, le reconnaît dans un arti-
cle qu'il publie dans le magazine Earth en 1998 :
Aujourd'hui, alors que le 20ème siècle touche à sa fin, nous nous trouvons
toujours face au plus grand problème non résolu et que nous avions tou-

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
151

jours eu depuis le début du 20ème siècle : quelle est l'origine de la vie sur
terre ?5

La structure complexe de la vie


La cause principale de l'impasse majeure dans laquelle se trouve
la théorie de l'origine évolutionniste de la vie réside dans le fait que
même les organismes vivants considérés comme les plus simples ont
des structures incroyablement complexes. La cellule d'un être vivant
est plus complexe que tous les produits technologiques développés
par l'homme. Aujourd'hui, même dans les laboratoires les plus déve-
loppés du monde, une cellule vivante ne peut pas être produite, en
associant uniquement des matières inorganiques.
Les conditions requises pour la formation d'une cellule sont trop
importantes en terme de quantité pour pouvoir avancer l'idée de co-
ïncidences et la retenir comme explication convaincante. La probabi-
lité que les protéines, composantes de la cellule, soient synthétisées
par hasard est de l'ordre de 1 pour 10950 pour une protéine moyenne
composée de 500 acides aminés. En mathématiques, une probabilité
de l'ordre de 1 sur 1050 est considérée comme relevant quasiment du
domaine de l'impossible.
La molécule d'ADN, qui se trouve dans le noyau de la cellule et
qui stocke l'information génétique, est une banque de données in-
croyable. Selon les calculs établis, si l'information codée de l'ADN
était retranscrite, on obtiendrait l'équivalent d'une bibliothèque géan-
te composée de 900 volumes d'encyclopédies de 500 pages chacun.
A ce stade, nous sommes confrontés à un dilemme très intéres-
sant : l'ADN ne peut se reproduire qu'à l'aide de quelques protéines
spécialisées (les enzymes). Et la synthèse de ces enzymes ne peut être
obtenue qu'en utilisant l'information codée de l'ADN. Mais comme
les uns dépendent des autres, ils doivent exister en même temps pour
que la reproduction se fasse, et ce qui plonge dans une impasse tota-
le le scénario de la vie produite par elle-même. Le célèbre évolution-

Harun Yahya - Adnan Oktar


152

niste, le professeur Leslie Orgel, de l'Université de San Diego en


Californie, le reconnaît dans la publication du numéro de septembre
1994 du magazine Scientific American :
Il est extrêmement improbable que des protéines et des acides nucléiques,
tous les deux reconnus comme étant structurellement complexes, aient
surgi spontanément au même endroit, et ce en même temps. Tout comme
il semble impossible d'avoir l'un sans l'autre. Et donc, à priori, il est possi-
ble de conclure que la vie n'a jamais pu être le résultat de réactions chimi-
ques.6
S'il est impossible que la vie soit apparue à la suite de causes na-
turelles, alors l'idée qu'elle a été "créée" de façon surnaturelle doit être
admise. Ce fait contredit clairement la théorie de l'évolution dont le
but principal est de nier l'idée de création.

Les mécanismes imaginaires de l'évolution


Le deuxième élément important qui remet en question la théorie
de Darwin est que les deux concepts clefs de la théorie, considérés
comme "les mécanismes évolutionnistes", n'avaient en fait aucune ré-
alité évolutionniste.
Darwin a entièrement fondé sa théorie de l'évolution sur le mé-
canisme de la "sélection naturelle". L'importance accordée à ce méca-
nisme ressort clairement de l'intitulé même de son livre : L'origine des
espèces, au moyen de la sélection naturelle…
Pour la sélection naturelle, les êtres vivants qui sont les plus forts
et les mieux adaptés aux conditions naturelles de leur environnement
sont les seuls à pouvoir survivre, et ce dans le cadre de ce qu’on ap-
pelle la lutte pour la vie. Ainsi, dans un troupeau de cerfs sous la me-
nace d'animaux sauvages, seuls les plus rapides survivent. De ce fait,
le troupeau de cerfs sera composé uniquement des individus les plus
rapides et les plus forts. Mais il est incontestable que ce mécanisme
n'entraîne aucune évolution du cerf et ne le transforme pas non plus
en une autre espèce vivante telle que le cheval.

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
153

Le mécanisme de sélection naturelle n'a donc aucun pouvoir


évolutionniste. Darwin en était totalement conscient et a dû l'exposer
dans son livre L'origine des espèces en disant : "La sélection naturelle ne
peut rien faire jusqu'à ce que des variations favorables aient la chance de se
produire."7

L'influence de Lamarck
Comment ces "variations favorables" pourraient-elles ainsi se
produire ? Darwin a essayé de répondre à cette question en se fondant
sur la connaissance scientifique limitée de son époque. Selon le biolo-
giste français Lamarck, qui vécut avant Darwin, les créatures vivantes
transmettraient les caractéristiques acquises pendant leur vie à la gé-
nération suivante. Ces caractéristiques, qui s’accumulent d'une géné-
ration à une autre, entraîneraient la formation d'une nouvelle espèce.
Selon Lamarck, les girafes, à titre d'exemple, auraient évolué à partir
des antilopes ; ayant lutté pour manger les feuilles des grands arbres,
leurs cous se seraient allongés de génération en génération.
Darwin a aussi proposé des exemples similaires, et dans son li-
vre L'origine des espèces, a affirmé, par exemple, que certains ours qui

Le biologiste
français Lamarck
défendit l’idée
selon laquelle les
girafes sont les
descendantes
d’antilopes. Alors
qu’en réalité, les
girafes sont le fruit
de la création
d’Allah, comme
tous les autres
êtres vivants.

Harun Yahya - Adnan Oktar


154

se rendaient dans l'eau pour trouver de la nourriture se seraient


transformés en baleines avec le temps.8
Cependant, les lois de l'hérédité découvertes par Mendel et véri-
fiées ensuite par la science de la génétique, et qui se sont développées
au 20ème siècle, ont complètement démoli la légende selon laquelle
des caractéristiques seraient transmises aux générations suivantes.
Ainsi, la théorie de la sélection naturelle est tombée en éclipse en tant
qu'élément dans l'histoire de l'évolution.

Le néodarwinisme et les mutations


Pour trouver une solution, les darwinistes ont avancé l'idée de
"la théorie synthétique moderne", plus communément connue sous le
terme de "néodarwinisme", et ce à la fin des années 1930. A la sélec-
tion naturelle, le néodarwinisme a ajouté les mutations qui sont des
altérations formées dans les gènes des créatures vivantes en raison de
facteurs externes comme la radiation ou des erreurs de reproduction
comme étant "la cause de variations favorables".
Aujourd'hui, le modèle qui représente la théorie de l'évolution
dans le monde est le néodarwinisme. La théorie maintient que des

Suite à la catastrophe de Tchernobyl, de nombreux bébés sont nés avec


des malformations. Les évolutionnistes associent les mutations aux orig-
ines des êtres vivants. Or, cette photo témoigne des effets désastreux sur
les êtres humains des mutations.
155

millions de créatures vivantes sur la terre se sont formées suite à un


processus par lequel de nombreux organes complexes de ces organis-
mes comme les oreilles, les yeux, les poumons et les ailes, ont subi
"des mutations", c'est-à-dire des désordres génétiques. Pourtant, une
évidence scientifique contredit cette théorie : les mutations n'aident
pas les créatures vivantes à se développer, bien au contraire, elles leur
toujours été nuisibles.
La raison en est très simple : l'ADN a une structure très com-
plexe et des changements aléatoires ne peuvent qu'avoir des effets
destructeurs. C'est ce que nous explique le généticien américain, B. G.
Ranganathan :
Tout d’abord, les mutations sont infimes dans la nature, et secundo, elles
sont à la plupart nuisibles vu leur caractère aléatoire., plutôt que des chan-
gements ordonnés de la structure de gènes ; n'importe quel changement
aléatoire dans un système fortement ordonné ne sera que pour le plus
mauvais, et pas pour le mieux bien sûr. Par exemple, si un tremblement de
terre devait secouer une structure fortement ordonnée, comme le cas d’un
bâtiment, il y aurait un changement aléatoire dans la structure de ce bâti-
ment, qui ne serait pas du tout une amélioration dans tous les cas.9
C'est sans surprise qu'aucun exemple de mutation utile, c'est-à-
dire qui est censé développer le code génétique, n'a été observé jus-
qu'ici. Toutes les mutations se sont avérées nuisibles. Il a été observé
que la mutation, qui est présentée comme "un mécanisme évolutif",
n'est en réalité qu'une modification génétique qui nuît aux êtres vi-
vantes et les handicape. (La mutation la plus célèbre chez l'être hu-
main est le cancer). Un mécanisme destructif ne peut en aucun cas
être "un mécanisme évolutif". Par ailleurs, la sélection naturelle "ne
peut rien faire par elle-même" comme Darwin l'a aussi admis. Ceci
nous montre qu'il n'existe aucun "mécanisme évolutif" dans la natu-
re. Et puisque c’est le cas notamment, le processus imaginaire de "l'é-
volution" ne saurait se produire.

Harun Yahya - Adnan Oktar


156

F O S S I L E S V I VA N T S

FOSSILE DE CREVETTE DATANT DE 195


CREVETTE
MILLIONS D’ANNEES

FOSSILE DE LIBELLULE DATANT DE 150


LIBELLULE MILLIONS D’ANNEES

FOSSILE DE FOURMI DATANT DE 100


FOURMI MILLIONS D’ANNEES

REQUIN FOSSILE DE REQUIN DATANT DE 400


MILLIONS D’ANNEES
157

Le relevé des fossiles :


aucune trace de formes intermédiaires
La preuve la plus évidente que le scénario suggéré par la théorie
de l'évolution ne s'est pas produit, n’est autre que les archives fossi-
les qui nous la fournissent.
Selon la théorie de l'évolution, chaque espèce vivante est issue
d'une espèce qui l'a précédée. Une espèce existante précédemment se
métamorphose en quelque chose d'autre au cours du temps, et toutes
les espèces sont venues en vie de cette façon. Selon cette théorie, cet-
te transformation se met en place graduellement sur des millions
d'années.
Si cela avait été le cas, alors de nombreuses espèces intermédiai-
res auraient dû exister et vivre durant cette longue période de trans-
formation.
Par exemple, certaines espèces mi-poisson/mi-reptiles auraient
dû exister dans le passé et acquérir des caractéristiques de reptiles en
plus de celles de poissons qu'elles avaient déjà. Ou il aurait dû exis-
ter des oiseaux reptiles ayant acquis quelques caractéristiques d'oi-
seaux en plus des celles des reptiles qu'ils avaient déjà. Comme ils
étaient dans une phase de transition, il devait alors s'agir de créatu-
res vivantes déformées, déficientes et infirmes. Les évolutionnistes,
qui se réfèrent à ces créatures imaginaires, pensent qu'elles ont vécu
dans le passé en tant que "formes intermédiaires".
Si de tels animaux avaient réellement existé, il devrait y en avoir
des millions, voire des milliards en nombre et en variété. Plus impor-
tant encore, il devrait exister des traces de ces étranges créatures dans
le relevé des fossiles. Dans son livre, L'origine des espèces, Darwin l'ex-
plique :
Si ma théorie est correcte, des variétés intermédiaires innombrables, liant
intimement toutes les espèces du même groupe, devraient certainement
avoir existé… Par conséquent, la preuve de leur existence précédente ne
pourrait être retrouvée que parmi les restes de fossiles.10

Harun Yahya - Adnan Oktar


158

Les espoirs de Darwin volent en éclats


Cependant, malgré une recherche acharnée de fossiles dans le
monde entier, depuis le milieu du 19ème siècle, les évolutionnistes n'ont
pas retrouvé la moindre forme intermédiaire. Tous les fossiles retrouvés
pendant la période des fouilles ont montré que, contrairement à ce
qu'espéraient les évolutionnistes, la vie sur terre est bien apparue de
manière soudaine et entièrement formée.
Un célèbre paléontologue britannique, Derek V. Ager, l'admet bien
qu'il soit lui-même un évolutionniste :
Ce qui apparaît à l'examen minutieux des fossiles, que ce soit au niveau
des ordres ou des espèces, n’est pas, à maintes reprises, l'évolution pro-
gressive mais l'explosion soudaine d'un groupe aux dépens d'un autre.11
Cela signifie que, selon les archives fossiles, toutes les espèces vi-
vantes sont apparues de façon soudaine et entièrement formées, sans
aucune forme intermédiaire. C'est exactement le contraire des supposi-
tions de Darwin. Ce qui est la preuve déterminante que les créatures vi-
vantes ont bien été créées. La seule explication à ce qu'une espèce vivan-
te apparaisse de façon aussi soudaine et entièrement formée sans aucun
ancêtre intermédiaire est que cette espèce a été créée. C'est également ce
qu'admet le célèbre biologiste évolutionniste Douglas Futuyama :
La création et l'évolution épuisent à elles seules les explications possibles
sur l'origine des êtres vivants. Ou que les organismes sont apparus sur ter-
re entièrement développés ou ils ne le sont pas. S'ils ne sont pas apparus
entièrement développés, alors ils doivent s'être développés à partir d'espè-
ces préexistantes grâce à un processus de modification. S'ils sont vraiment
apparus entièrement développés, ils doivent en effet avoir été créés par
une intelligence toute puissante.12
Les fossiles montrent que les créatures vivantes sont apparues sur
terre dans un état complet et parfait. Cela signifie que "l'origine des es-
pèces" est à l'opposé des suppositions de Darwin. Il s'agit non pas d'é-
volution, mais de création.

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
159

La légende de l'évolution humaine


Le sujet le plus souvent évoqué par les défenseurs de la théorie
de l'évolution est celui de l'origine de l'homme. Les darwinistes pré-
tendent que l'homme d'aujourd'hui s'est développé à partir de quel-
ques créatures qui ressemblent au singe. Pendant le prétendu proces-
sus évolutionniste, que l'on suppose avoir commencé avant 4 à 5 mil-
lions d'années, il a été affirmé que certaines "formes intermédiaires"
entre l'homme actuel et ses ancêtres existaient. Selon ce scénario com-
plètement imaginaire, quatre "catégories" de base sont dénombrées :

UX
FA
Les journaux et maga-
zines pro-évolution
véhiculent régulièrement les
représentations imaginaires d’êtres
humains “primitifs”. Les histoires basées sur ces
croquis chimériques trouvent leur source uniquement
dans l’imagination de leurs auteurs. Pourtant force est de constater que
le nombre d’articles consacrés à l’évolution dans les magazines scien-
tifiques est en chute libre, grâce aux nombreuses preuves scientifiques
ayant démonté la théorie de l’évolution.

Harun Yahya - Adnan Oktar


160

1. L'Australopithèque
2. L'Homo habilis
3. L'Homo erectus
4. L'Homo sapiens
Les évolutionnistes appellent les premiers ancêtres prétendus
des hommes, qui sont semblables aux singes, les "australopithèques",
ce qui signifie "singes sud-africains". Ces êtres vivants n'étaient en ré-
alité rien d'autre qu'une vieille espèce de singe qui s'est éteinte. La
vaste recherche faite sur des spécimens d'australopithèques divers
par deux anatomistes célèbres sur l’échelle mondiale, et qui sont ori-
ginaires d'Angleterre et des Etats-Unis, Lord Solly Zuckerman et le
professeur Charles Oxnard respectivement, a montré que ces espèces
ont appartenu à une espèce de singe ordinaire qui s'est éteinte et n'a-
vait aucune ressemblance avec les êtres humains.13
Dans leur classification, les évolutionnistes attribuent le terme
"homo", c'est-à-dire "homme", pour désigner l'étape suivante de l'évo-
lution humaine. Selon eux, les êtres vivants appartenant aux catégo-
ries de l'Homo sont plus développés que ceux de l'australopithèque.
Les évolutionnistes conçoivent un schéma d'évolution imaginai-
re en organisant les différents fossiles de ces créatures selon un ordre
particulier. Ce schéma est imaginaire parce qu'aucune relation évolu-
tionnaire entre ces différentes classes n'a jamais été prouvée. Ernest
Mayr, un des principaux défenseurs de la théorie de l'évolution au
20ème siècle, l'admet en disant que "la chaîne remontant à l'Homo sa-
piens est en réalité perdue."14
En schématisant la chaîne de liens de la façon suivante
"Australopithèque => Homo habilis => Homo erectus => Homo sa-
piens", les évolutionnistes déduisent que chacune de ces espèces est
l'ancêtre de la suivante. Mais les découvertes récentes des paléoan-
thropologues ont révélé que l'Australopithèque, l'Homo habilis et
l'Homo erectus ont vécu dans différentes régions du monde et pen-
dant la même époque.15

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
161

De plus, un certain segment des humains faisant partie de la


classe des Homo erectus a vécu jusqu'à des époques très récentes.
L'Homo sapiens neandarthalensis (l'homme de Neandertal) et l'Ho-
mo sapiens sapiens (l'homme actuel) ont coexisté dans la même ré-
gion.16
Cette situation indique apparemment l'impossibilité d'une li-
gnée généalogique quelconque entre ces différentes classes. Stephen
Jay Gould, un paléontologue de l'Université de Harvard, explique
l'impasse dans laquelle se trouve la théorie de l'évolution, bien qu'il
soit lui-même un évolutionniste :
Qu'advient-il de notre échelle si trois lignées d'hominidés coexistent (l'aus-
tralopithèque africanus, l'australopithèque robuste et l'Homo habilis) et
qu'aucune ne provient clairement d'une autre ? De plus, aucune des trois
n'a montré de tendances évolutionnistes pendant leur existence sur terre.17
Bref, le scénario de l'évolution humaine que l'on cherche à sou-
tenir à l'aide de divers dessins de quelques créatures "mi-singe/mi-
homme" paraissant dans les médias et les livres scolaires, c'est-à-dire
au moyen d'une propagande éhontée, n'est qu'une légende sans fon-
dement scientifique.
Lord Solly Zuckerman, un des scientifiques les plus célèbres et
les plus respectés du Royaume-Uni, a effectué pendant des années
des recherches sur ce sujet et a tout étudié, particulièrement, pendant
15 ans des fossiles d'australopithèques. Il a finalement conclu, malgré
le fait qu'il est lui-même un évolutionniste, qu'il n'existe en réalité au-
cun arbre généalogique constitué de ramifications rattachant l'hom-
me à des créatures semblables au singe.
Zuckerman a aussi établi un intéressant "spectre de la science". Il a
formé un spectre des sciences allant des disciplines qu'il considère com-
me scientifiques à celles qu'il considère comme non scientifiques. Selon
le spectre de Zuckerman, les disciplines les plus "scientifiques", c'est-à-
dire fondées sur une base de données concrètes, sont la chimie et la phy-

Harun Yahya - Adnan Oktar


162

sique. Ensuite viennent les sciences biologiques suivies par les sciences
sociales. A l'autre extrémité du spectre, qui est la partie considérée com-
me la "moins scientifique", se trouvent les perceptions extrasensorielles,
dont font partie la télépathie et "le sixième sens", et enfin la théorie de
"l'évolution humaine". Zuckerman en explique les raisons :
Nous nous déplaçons alors directement du registre de la vérité objective
dans ces champs de la science biologique présumée, comme la perception
extrasensorielle ou l'interprétation de l'histoire des fossiles humains, où
pour le fidèle (l'évolutionniste) tout est possible, et où le partisan ardent
(de l'évolution) est parfois capable de croire en même temps à plusieurs
choses contradictoires.18
La légende de l'évolution humaine ne repose que sur quelques
interprétations préconçues à partir d'un certain nombre de fossiles
déterrés par certaines personnes qui adhèrent aveuglément à leur
théorie.

La formule darwinienne !
Après avoir passé en revue les preuves techniques, examinons
maintenant la superstition qui aveugle les évolutionnistes avec un
exemple à la portée de tous :
La théorie de l’évolution stipule que la vie est apparue par
hasard. Des atomes inconscients et sans vie se seraient donc assemblés
pour former une cellule dans un premier temps, puis des êtres vivants
à part entière, et notamment l’homme. Réfléchissons un instant. En
rassemblant tous les composants nécessaires à la vie, tels que le car-
bone, le phosphore, l’azote et le potassium, on n’obtient rien d’autres
qu’un tas de matières. Quels que soient les traitements entrepris, cet
amas atomique ne peut en aucun cas former le moindre être vivant.
Afin de rendre notre exemple plus parlant, faisons une expérience et
observons au nom des évolutionnistes ce qu’ils prétendent sans le dire
à haute voix sous le nom de “la formule darwinienne” :

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
163

Supposons que les évolutionnistes amassent dans de grands bar-


ils une quantité considérable de matériaux présents dans la composi-
tion des êtres vivants (le phosphore, l’azote, le carbone, l’oxygène, le
fer, le magnésium). Ils peuvent en plus ajouter n’importe quel
matériel n’existant pas dans des conditions normales, mais qu’ils
jugent nécessaires. Ils peuvent aussi incorporer autant d’acides
aminés (qu’il est impossible de former dans des conditions
naturelles) et de protéines (dont la probabilité de formation de cha-
cune est de 1 sur 10950) qu’ils le souhaitent. Qu’ils exposent ces mix-
tures à la chaleur et à l’humidité voulue. Qu’ils remuent leurs
mélanges au moyen de l’équipement technologique souhaité. Qu’ils
placent leurs éminents scientifiques aux côtés de ces barils. Qu’ils
attendent pendant des milliards, voire des trillions d’années. Ils sont
libres de recréer toutes les conditions qu’ils croient nécessaires à la
formation d’un être humain. Quoi qu’ils fassent, ils ne pourront
jamais tirer de ces barils un être humain, capable de penser, d’exam-
iner sa propre structure cellulaire sous l’œil d’un microscope élec-
tronique. Ils ne pourront jamais produire de girafes, de lions,
d’abeilles, de canaris, de chevaux, de dauphins, de roses, d’orchidées,

Comparés aux
appareils photos et
aux magnétophones,
l’œil et l’oreille sont,
de loin, plus com-
plexes, plus perfor-
mants et bien mieux
conçus que les pro-
duits de la plus
haute technologie.

Harun Yahya - Adnan Oktar


164

de lys, d’œillets, de bananes, d’oranges, de pommes, de dattes, de


tomates, de melons, de pastèques, de figues, d’olives, de raisins, de
pêches, de faisans, de papillons multicolores ou tout autre des mil-
liards d’êtres vivants sur la planète. Ils ne pourraient même pas
obtenir la moindre cellule de l’un d’entre eux.
En somme, les atomes inconscients ne peuvent pas s’assembler
pour former une cellule. Ils ne peuvent pas décider spontanément de
mettre en route la division cellulaire, ni de créer quoi que ce soit, et
certainement pas des êtres vivants dotés d’intelligence. La matière est
un amas dépourvu de conscience et de vie. Elle ne naît que par la
création supérieure de Dieu.
La théorie de l’évolution défend le contraire, ce qui est une pure
aberration. Il suffit de réfléchir un instant sur les idées évolution-
nistes pour voir la vérité se profiler d’elle-même, comme dans l’ex-
emple cité ci-dessus.

La technologie de l'œil et de l'oreille


Un autre sujet qui demeure sans réponse pour les adeptes de la
théorie évolutionniste est l'excellente capacité de perception de l'œil
et de l'oreille.
Avant d'aborder la question de l'œil, essayons de répondre briè-
vement à la question suivante : "comment nous voyons" ? Des rayons
de lumière venant d'un objet forment sur la rétine de l'œil une image
inversée. A cet instant, ces rayons de lumière sont transmis sous for-
me de signaux électriques par des cellules et atteignent un endroit
minuscule que l'on appelle le centre de la vision à l'arrière du cer-
veau. Ces signaux électriques sont perçus en tant qu'images dans ce
centre du cerveau suite à un long processus. A partir de ces informa-
tions techniques, essayons de réfléchir maintenant.
Le cerveau est isolé de la lumière. Cela signifie que l'intérieur du
cerveau est complètement sombre et que la lumière n'atteint pas le
lieu où se trouve le cerveau. Le centre de la vision est un endroit com-
plètement obscur où aucune lumière ne pénètre jamais ; il pourrait

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
165

Quiconque regarde par la fenêtre


voit les images du paysage qui
se forment dans son cerveau
et non dans le monde
externe même.

LUMIERE

SIGNAUX ELEC-
TRIQUES

La lumière perçue par


les yeux est transfor-
mée en signaux élec-
DES SIGNAUX ELEC- triques par les cel-
TRIQUES FORMANT lules optiques et est
L’IMAGE D’UN ainsi transmise au
PAYSAGE
centre de la vision à
l’arrière du cerveau.
“La conscience”
dans notre cerveau
perçoit ces signaux
électriques comme s’il
s’agissait d’un paysage.
166

même s'agir du lieu le plus sombre que vous n'ayez jamais connu. Et
malgré tout, vous arrivez à voir un monde éclatant de lumière dans
cette profonde obscurité.
L'image formée dans l'œil est si précise et distincte que même la
technologie du 20ème siècle n'a pas été capable de l'obtenir. Regardez,
par exemple, le livre que vous lisez, les mains avec lesquelles vous le
tenez, levez maintenant votre tête et regardez autour de vous. Avez-
vous jamais vu une image aussi précise et distincte que celle-ci ?
Même l'écran du téléviseur le plus perfectionné produit par le plus
grand fabricant de téléviseurs dans le monde ne peut vous fournir
une image aussi nette. C'est une image tridimensionnelle, en couleur
et d'une extrême précision. Pendant plus de cent ans, des milliers
d'ingénieurs ont essayé d'obtenir une telle précision de l'image. Des
usines ont été construites, d'énormes locaux y ont été consacrés, de
nombreuses recherches ont été menées, des plans et des conceptions
ont été faits pour obtenir les meilleurs résultats. Regardez maintenant
un écran de téléviseur et le livre que vous tenez dans vos mains.
Voyez la grande différence d'acuité et de netteté qu'il y a entre les
deux. De plus, l'écran de téléviseur ne vous propose qu'une image bi-
dimensionnelle, alors que face à vos yeux vous obtenez une perspec-
tive tridimensionnelle qui comporte également la profondeur.
Pendant des années, des dizaines de milliers d'ingénieurs ont
bien essayé de concevoir un téléviseur tridimensionnel qui obtient la
qualité de la vision de l'œil. Ils ont effectivement mis en place un sys-
tème tridimensionnel de téléviseur mais il est impossible de le regar-
der sans lunettes. Par ailleurs, ce n'est qu'un système artificiel à trois
dimensions. L'arrière-plan apparaît flou et le premier plan ressemble
à un décor en papier. Il n'a jamais été possible de reproduire une vi-
sion aussi nette et distincte que celle de l'œil. On décèle une perte de
la qualité de l'image aussi bien pour la caméra que pour le téléviseur.
Les évolutionnistes prétendent que le mécanisme à l'origine de
cette image si pointue et si distincte est le fait du hasard. Maintenant,

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
167

si quelqu'un vous disait que votre téléviseur est le produit du hasard,


que tous ses atomes se sont assemblés et ont composé un appareil ca-
pable de produire une image, qu'en penseriez-vous ? Comment des
atomes pourraient-ils réaliser ce que des milliers de personnes sont
incapables de concevoir ?
Si un appareil produisant une image plus primitive que celle de
l'œil ne peut avoir été formé par hasard, il est donc tout à fait certain
que l'œil et l'image que l'œil lit ne peuvent être le fruit du hasard. La
même logique s'applique à l'oreille. L'oreille externe capte les sons
transmis par le pavillon auriculaire et les dirige vers l'oreille moyen-
ne qui transmet les vibrations du son en les intensifiant ; l'oreille in-
terne transmet ces vibrations au cerveau en les transformant en si-
gnaux électriques. Tout comme pour l'œil, l'audition se réalise dans le
centre de l'audition au niveau du cerveau.
Ce qui se produit pour l'œil est aussi vrai pour l'oreille. C'est-à-
dire que le cerveau est isolé du son comme de la lumière : il ne laisse
pas entrer de son. De ce fait, peu importe que l'environnement exté-
rieur soit bruyant, l'intérieur du cerveau est complètement silen-
cieux. Néanmoins, les sons les plus fins sont perçus dans le cerveau.
Dans votre cerveau, qui est isolé du son, vous écoutez les sympho-
nies d'un orchestre et entendez tous les bruits d'un lieu animé.
Cependant, si à ce moment-là le niveau du son dans votre cerveau
devait être mesuré par un appareil précis, on constaterait qu'un silen-
ce total y règne.
Comme c'est le cas des images, des décennies d'efforts ont été oc-
cupés à tenter de produire et de reproduire un son fidèle à l'original.
Tous ces efforts ont donné naissance à des appareils d'enregistrement
de sons, à des systèmes de haute fidélité (Hi-fi) et à des systèmes sus-
ceptibles de mesurer le son. Malgré toute cette technologie et des mil-
liers d'ingénieurs et d'experts travaillant d'arrache pied, aucun son
ayant la même acuité et la même clarté que le son perçu par l'oreille,
n'a encore été obtenu. Pensez aux systèmes Hi-fi de haute qualité pro-

Harun Yahya - Adnan Oktar


168

duits par les plus grandes sociétés de l'industrie de la musique, et


même là, lorsque le son est enregistré, il perd un peu de sa qualité. De
la même façon quand vous allumez un appareil de haute fidélité,
vous entendez toujours un sifflement avant le son de la musique.
Cependant, les sons qui sont produits par la technologie du corps hu-
main sont extrêmement précis et d'une grande netteté. Une oreille
humaine ne perçoit jamais un son accompagné par un sifflement ou
alors entaché de parasites comme le fait d’ailleurs l'appareil de hau-
te fidélité ; elle perçoit le son exactement tel qu'il est, clair et net. C'est
ainsi que cela a fonctionné depuis la création de l'homme.
Jusqu'à maintenant, aucun appareil visuel ou d'enregistrement
produit par l'homme n'a été aussi sensible et aussi performant dans
la perception des données sensorielles comme c’est le cas de l'œil et
l'oreille.
Cependant, derrière la vision et l'audition, se cache une vérité
beaucoup plus importante.

A qui appartient la conscience qui


voit et entend dans le cerveau ?
Qui est-ce qui voit un monde agréable et plaisant, écoute des
symphonies ou le gazouillement des oiseaux et peut sentir la rose ?
Les stimulations provenant des yeux, des oreilles et du nez d'un
être humain vont au cerveau comme des impulsions nerveuses élec-
trochimiques. En biologie, en physiologie et dans les livres de biochi-
mie, vous pouvez trouver tous les détails sur la formation de l'image
au niveau du cerveau. Mais, vous ne recevrez jamais l'information la
plus importante à ce sujet : qui donc perçoit les impulsions nerveuses
électrochimiques en tant qu'images, sons, odeurs et événements sen-
soriels au niveau du cerveau ? Il y a une conscience dans le cerveau
qui perçoit tout cela sans ressentir le besoin d'avoir un œil, une oreille
ou un nez. A qui appartient cette conscience ? Il ne fait aucun doute
que cette conscience n'appartient pas aux nerfs, à la couche grasse et

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
169

aux neurones qui constituent le cerveau. C'est pourquoi les matéria-


listes darwiniens, qui croient que tout est constitué de matière, ne
peuvent donner de réponse à cette question.
Car cette conscience est l'âme créée par Allah. L'âme n'a besoin
ni d'œil pour voir les images, ni d'oreille pour entendre les sons. En
outre, elle n'a pas non plus besoin du cerveau pour penser.
Chaque personne qui lit cette évidence scientifique très claire de-
vrait penser à Allah Tout-Puissant, Le craindre et chercher refuge au-
près de Lui. Lui, qui enserre l'univers entier en un espace sombre de
quelques cm3 dans un format tridimensionnel, coloré, fait d'ombre et
de lumière.

Une croyance matérialiste


Les connaissances que nous avons présentées jusqu'ici établis-
sent que la théorie de l'évolution est une revendication à l'évidence
en contradiction avec les découvertes scientifiques. La prétention de
la théorie de l'évolution à propos de l'origine de la vie est inconcilia-
ble avec la science. Les mécanismes évolutionnistes qu'elle propose
n'ont aucun pouvoir sur l'évolution et les données connues qui se
rapportent aux fossiles démontrent que les formes intermédiaires né-
cessaires selon la théorie n'ont jamais existé. Aussi, il serait certaine-
ment logique que la théorie de l'évolution soit mise à l'écart comme
une idée non scientifique. Il existe un nombre incalculable d'idées
qui, comme celle qui considère la terre comme le centre de l'univers,
ont été rayées des préoccupations de la science à travers l'histoire.
Malgré cela, la théorie de l'évolution demeure obstinément à
l'ordre du jour de la recherche scientifique. Certains vont jusqu'à ten-
ter de faire passer les critiques formulées contre cette théorie pour
"des attaques contre la science." Pour quelle raison le font-ils ?
La raison en est que la théorie de l'évolution est une croyance
dogmatique indispensable à certains cercles. Ces milieux sont aveu-
glément dévoués à la philosophie matérialiste et adoptent le darwi-

Harun Yahya - Adnan Oktar


170

nisme parce qu'il est la seule explication matérialiste qui peut être
avancée dans le cadre des mécanismes de la nature.
Mais de manière assez intéressante, ils leur arrivent aussi de le
reconnaître de temps en temps.
Richard C. Lewontin, célèbre généticien et évolutionniste, de l'U-
niversité de Harvard, avoue qu'il est "un matérialiste avant d'être un
homme de science" en ces termes :
Ce n'est pas que les méthodes et les institutions scientifiques nous obligent
d'une façon ou d'une autre à accepter une explication matérielle du mon-
de phénoménal, mais c'est, au contraire, que nous sommes forcés, par no-
tre adhésion, à priori aux causes matérielles, de créer un appareil d'inves-
tigations et un jeu de concepts qui produisent des explications matérielles.
Et, peu importe que cela soit contraire à l'intuition, peu importe que cela
soit mystificateur pour le non initié. En outre, ce matérialisme est absolu,
donc nous ne pouvons pas admettre [une intervention divine] sur le pas de
la porte.19
Ces déclarations explicites montrent que le darwinisme est un
dogme entretenu uniquement par adhésion à la philosophie matéria-
liste. Ce dogme soutient qu'il n'y a aucun être à l'exception de la ma-
tière. De ce fait, il affirme que la matière inanimée et inconsciente a
créé la vie. Il suggère que des millions d'espèces vivantes différentes
telles que les oiseaux, les poissons, les girafes, les tigres, les insectes,
les arbres, les fleurs, les baleines et les êtres humains sont issues du
résultat d'interactions de la matière, comme la pluie torrentielle ou
l'éclair de la foudre, etc. c'est-à-dire de la matière inanimée. C'est un
précepte à la fois contraire à la raison et à la science. Pourtant les dar-
winistes continuent à défendre cette théorie pour "ne pas admettre
une intervention divinexx sur le pas de la porte".
Quiconque ne regarde pas l'origine des êtres vivants avec un
préjugé matérialiste conviendra de cette vérité évidente : tous les
êtres vivants sont l'œuvre d'un Créateur, qui est tout-puissant, sage et
omniscient. Ce Créateur est Allah, Il est Celui Qui a créé l'univers en-

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
171

tier à partir du néant, Il l'a conçu sous la forme la plus parfaite et a fa-
çonné tous les êtres vivants.

Le sortilège le plus puissant au monde :


la théorie de l’évolution
Quiconque est libre de préjugés et de l’influence d’une idéologie
particulière, quiconque est capable de faire fonctionner sa raison et sa
logique comprendra que la croyance en la théorie de l’évolution, qui
rappelle les superstitions des sociétés dépourvues de connaissance
de la science ou de civilisation, est tout à fait impossible.
Comme nous l’avons expliqué plus haut, les avocats de la
théorie de l’évolution sont persuadés que quelques atomes et
molécules jetés dans un grand chaudron peuvent donner naissance à
des universitaires, à des scientifiques tels que Einstein ou Galilée, à
des artistes comme Humphrey Bogart, Frank Sinatra ou Luciano
Pavarotti, à des antilopes, des citronniers ou des œillets. Se rendre
compte que ce sont justement des scientifiques et des individus
instruits qui défendent cette théorie insensée justifie l’emploi du
qualificatif de “plus puissant sortilège au monde”. Jamais aupara-
vant une idée ou une conviction n’avait à ce point aveuglé et dému-
ni les hommes de leur capacité d’entendement. Leur égarement est
pire que celui des Egyptiens adorant le roi soleil Ra, celui des peuples
d’Afrique vouant un culte aux totems, celui du peuple de Saba ado-
rant le Soleil, celui de la tribu du Prophète Abraham (psl) adorant les
idoles qu’ils avaient façonnés de leurs propres mains, ou celui du
peuple du Prophète Moïse (psl) adorant le veau d’or.
Allah a déjà fait allusion, dans le Coran, à cette absence de
raisonnement. Dans de nombreux versets, Il révèle que l’esprit des
hommes sera scellé et qu’ils seront incapables de voir la vérité.
Certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les
avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Allah a scellé leurs

Harun Yahya - Adnan Oktar


172

cœurs et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et


pour eux il y aura un grand châtiment. (Sourate al-Baqara, 6-7)
… Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux,
mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'entendent pas.
Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels
sont les insouciants. (Sourate al-A’raf, 179)
Et même si Nous ouvrions pour eux une porte du ciel, et qu'ils
pussent y monter, ils diraient : “Vraiment nos yeux sont voilés.
Mais plutôt, nous sommes des gens ensorcelés." (Sourate al-
Hijr, 14-15)
Les mots ne peuvent pas exprimer la surprise qu’un tel sortilège
parvienne à avoir une emprise aussi vaste sur la vérité depuis 150 ans.
Il serait compréhensible que quelques individus isolés croient à ce
genre de scénarios impossibles, bourrés de stupidités et d’illogismes.
Or, dans le cas présent, seul le mot “magique” peut expliquer que des
personnalités des quatre coins du monde pensent que des atomes
inconscients et sans vie aient pu soudainement décider de s’assembler
pour former un univers parfait dans son organisation, sa discipline,
son raisonnement et sa conscience ; une planète nommée Terre avec
toutes ses caractéristiques qui la rendent si propice à la vie ; les êtres
vivants dans leurs innombrables complexités.
Le Coran raconte l’opposition entre le Prophète Moïse (psl) et
Pharaon afin de montrer que les partisans de philosophies polythéistes
influencent, en fait, les autres par la magie. Lorsqu’il fut informé de la
véritable religion, Pharaon invita le Prophète Moïse (psl) à rencontrer
ses propres magiciens. Moïse (psl) invita les magiciens à faire preuve
de leurs aptitudes en premier. La suite vient dans les versets suivants :
“Jetez”, dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les
yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puis-
sante magie. (Sourate al-A’raf, 116)

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION
173

Les magiciens de Pharaon furent capables de tromper tout le


monde, à l’exception du Prophète Moïse (psl) et de ceux qui croyaient
en lui. Ses preuves rompirent le sortilège en “avalant ce qu’ils avaient
fabriqué” :
Et Nous révélâmes à Moïse : “Jette ton bâton.” Et voilà que celui-
ci se mit à engloutir ce qu'ils avaient fabriqué. Ainsi la vérité se
manifesta et ce qu'ils firent fût vain. (Sourate al-Araf, 117-118)
Quand l’auditoire comprit qu’il avait été sous l’influence d’un sor-
tilège et que ce qu’il avait vu n’était qu’une illusion, les magiciens
perdirent toute leur crédibilité. Aujourd’hui aussi, à moins que ceux qui
croient et défendent ces idées ridicules aux apparences scientifiques n’a-
bandonnent leurs superstitions, ils subiront une amère humiliation le
jour où la vérité nue émergera et que le sortilège sera déjoué. Le célèbre
écrivain et philosophe britannique Malcolm Muggeridge affirma égale-
ment :
“Moi-même je suis convaincu que la théorie de l’évolution, en par-
ticulier dans l’étendue où elle a été appliquée, sera l’une des plus
belles plaisanteries dans les livres d’histoire du futur. La postérité
s’émerveillera devant l’incroyable crédulité suscitée par une
hypothèse aussi douteuse et peu solide.”20
Ce futur n’est pas si lointain. Au contraire, le public comprendra
bientôt que “le hasard” n’est pas une divinité et considérera la théorie
de l’évolution comme le pire mensonge et le plus terrible sortilège au
monde. Ce sort commence rapidement à se rompre. De plus en plus de
personnes perçoivent la véritable face de cette théorie et se demandent
comment elles ont pu se laisser berner.

Harun Yahya - Adnan Oktar


174

Notes
1. Sidney Fox, Klaus Dose, Molecular Evolution : J. B. Lipincott Co., 1970, p. 221 ; M. D. Leakey,
and The Origin of Life, New York : Marcel Dekker, Olduvai Gorge, vol. 3, Cambridge : Cambridge
1977, p. 2 University Press, 1971, p. 272
2. Alexander I. Oparin, Origin of Life, (1936) New 16. Jeffrey Kluger, "Not So Extinct After All : The
York, Dover Publications, 1953 (Réimpression), p. Primitive Homo Erectus May Have Survived Long
196 Enough To Coexist With Modern Humans", Time,
3. "New Evidence on Evolution of Early 17. décembre 1996
Atmosphere and Life", Bulletin of the American 18. S. J. Gould, Natural History, vol. 85, 1976, p. 30
Meteorological Society, vol. 63, novembre 1982, pp. 19. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory Tower,
1328-1330 New York : Toplinger Publications, 1970, p. 19
4. Stanley Miller, Molecular Evolution of Life : 20. Richard Lewontin, "The Demon-Haunted
Current Status of the Prebiotic Synthesis of Small World", The New York Review of Books, 9 janvier
Molecules, 1986, p. 7 1997, p. 28
5. Jeffrey Bada, Earth, février 1998, p. 40
6. Leslie E. Orgel, "The Origin of Life on Earth",
Scientific American, vol. 271, octobre 1994, p. 78
7. Charles Darwin, The Origin of Species : A
Facsimile of the First Edition, Harvard University
Press, 1964, p. 189
8. Charles Darwin, The Origin of Species : A
Facsimile of the First Edition, Harvard University
Press, 1964, p. 184.
9. B. G. Ranganathan, Origins ?, Pennsylvania :
The Banner Of Truth Trust, 1988
10. Charles Darwin, The Origin of Species : A
Facsimile of the First Edition, Harvard University
Press, 1964, p. 17
11. Derek A. Ager, "The Nature of the Fossil
Record", Proceedings of the British Geological
Association, vol. 87, 1976, p. 133
12. Douglas J. Futuyma, Science on Trial, New
York : Pantheon Books, 1983, p. 197
13. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory Tower,
New York : Toplinger Publications, 1970, pp. 75-94
; Charles E. Oxnard, "The Place of
Australopithecines in Human Evolution : Grounds
for Doubt", Nature, vol. 258, p. 389
14. J. Rennie, "Darwin's Current Bulldog : Ernst
Mayr", Scientific American, décembre 1992
15. Alan Walker, Science, vol. 207, 1980, p. 1103 ; A.
J. Kelso, Physical Antropology, 1ère éd., New York
175
176

AUSSI PAR HARUN YAHYA


177
178
179

LIVRES DE POCHE
180

CASSETTES VIDEO

DVDs

Cette boite de DVD qui contient 4 dvd, met au jour les miracles scien-
tifiques et historiques du Coran, révélé par Dieu il y a 14 siècles.
181

SITES INTERNET

www.harunyahya.fr www.jesusreviendra.com

www.impactharunyahya.com www.museedelacreation.com

www.islamdenonceterrorisme.com www.miraclesducoran.com
182

www.nationsdisparues.com www.mensongedelevolution.com

www.servirlislam.com www.miraclesducoran.com

www.uniondesfois.com www.preuvesdelacreation.com

www.guerresmondiales.com www.belgeseller.net/fr
www.religiondudarwinism.com www.demandezauxdarwinistes.com
www.fossilesvivants.com www.viedecemonde.com