Vous êtes sur la page 1sur 327
TRAITES THEOLOGIQUES, SUR LA TRINITE SOURCES CHRETIENNES Collection dirighe nar de Lab, 8, Sef. Dane, 8.1 ‘eerdfanaf da Divgetion "- Mengesert, 5. Ne oe MARIUS VICTORINUS TRAITES THEOLOGIQUES SUR LA ‘'TRINITE renre frapet ran Paul HENRY INTRODUCTION TAADUCTION HP NOTES PAR Plerre HADOT Get ouxage ont paBlid sve fa concours iv Caton National da ta Recherche Seiratfigue IONS DU CERF, 29, 99 ne 14 TovaMavsouns, PARIS ‘ i980 © 1900 Dy tox Keitions tv Cong. INTRODUCTION 1 LONE, LEUVRE EY SON TEMPS Si.nous n'avions pas ls magnifique réeit que saint Augustin nour a fait de la conversion de Vietorinus 3, nous ne saurions esa vie queles maigres eetails rapportés par saint Jérdme Gant Ia notice (histoire Littéraire quvil a consaerée 8 notre ffuteur ef que los copistet ont recoplée a Ta fia des rares jnanuceriis de Paswvre chrétienne de Vielorinus que nous fporsédons encore: Vietorinus, Atrkesin d'origine, enselgna Ta métorique a Tome, sow Vermpereur Coostance. Tt, en ton extréme vieilesse, emrassant la fot da Christ, il écrit CGhure Arius, selon ld inaniere des disleticiens, des lives Czlrémement obscurs, qui ne sont compris que par 10s Tooter sil éervit anssh des commentalres sur apOtre Pas » ‘Cette notice, qui a au moins Yavantage de 1a britveté, ‘anca pout-bire également eel! Ge prévenit le lecteur des dif- faeattes ql Vattendent, Bile nous fournit, en tont eas, un sxoollent plan d'études L. Viotorinns, natione Afer. A. veai dine, Ia notice de saint Jerome ne nous fal con attr qu'une dizaine dannées de la vie de Vietorinus et, elon toute waisemblanee, les toutes deraitres,. Nous 0€ avons Pen de ee ql les précéda ; Vietorious n'a malineureuse Cage, YIM 3 2 Devt tation 8 rstropucrios. Inca pas €rit de Confessions: il ne nous pas monte, eamme Augustin’, le Vent sonloe, at volos so gonfler of Te rivage fair 8 ses yeux, lorsqu’l quitia PAtrique. Cm peut imaginer pourlni ne enfanee, un debut de carsiére etblebles h cea Augustin, los promldres lecons de rhélorique & Carthage, Vattralt de’ Rome aux perspeetives ssavisantes, auc doves mieux \iseiplinés. Nous pouvons laisser réver notre imag= ration... Un seul Indiee hen téew pourealtlaisser soupgom- nner qu’avant de venir a Rome Vietorinus ait enseigneé dans Te nord de !lalie. Commentant le passage du de inventione 4 Cieérop, dans lequel eelui-ei donne comme exemple de patric : « D’Mthnes, de Lacélémone *, VieLorinus sjoute =, «De Milan, @ Aguitée » Marius Vietosinus ne fait done, powr ous, son apparition qu'en pleine floire, comme mhéteac, & Rome, & partir de 350, date A laquelle la mort de Femmpereur Conse fant et Ies combats eontre Vusurpateur Magnenee qui sui virent (350-853) rondicont mallee de VOceident ton freze Constance, jusque-it et depuls Ja mort de Constantin (337) ‘empereur @’Onient, Home alors a cassé d'etre la eapitalo de VEmpire, « Clest_un smnetuaire od Von accompllt-certaines cérémontesritucies, les bleennatia, les + trlomaphes » eeu ci vont devonir ane excessivorareté; eet un mausce incom arable, c'est une yille morta» kin soee de Constant. ople, Ia. ville nouvelle fondSe per Vempereur ehcétien, elle incarne le passé paren. Le Sénat de la ville en a conseience Ta tendanee a garder intoete In pure tradition romaine, fontrs Vempereur qui vit Toin de la Vile élerelie, Quant at peuple de Rome, il vit dans Vattente des fates et dee distri- Dutions de vivre, pr€t & le révolte si colles-el sont retardes L’epoqueest tourmentée. Les quotellespaitiquess’ajoutent ot parfois se mélent aux querelles seligicuses. On vit sous um Romeo, sub Cons. tanto principe... 1 om. ¥ 5 4. Lor, La fic surate ciao bi du Meyer Agr, Pale, 064, Linon ee eure a opiwe Warbiteaze ot de délation, la monde résistance a Feuvoir peut se payer par Fexl, torture ou a mor. ‘Gent pendant c= régne de Constance que Vietrines eon pat lr get Howe © = Vitornis le shéleur et Donat Ie Lamaiven qui ft mon males, nov ct-Jerome?, en SA Chronique, pour Vanne 3270 de Rame (= 8 aprts Jesus Chala sont eclabees & Rome. Et Victorinus merita mene Fhomeur drape stale sur fe foru de Trajan » Saint Avgus tin, Mi ash évogue ee succes « Ce wlelllsnd st savant, Fornpid toutes es doctiaesTbérles, qui avail I, avec ct Tayo un tl grand nombre crovenges fe phlosophes. ee rrumtvede tant ce nebles sénatency avait dA slat de son Cuceigoement un homme quri aval acceplé et dont. les Sttoyens de ce monde fon le las grand eas ersetion do #2 ropre statue sur te Forum roma PrefRome, la ville rene, as rok de loquence ® », tlle alt vigeenplion gravee sur ta statue de hroage érgée par Tes ‘malas en Poonnear do Proheresis stone @ Athine, conenporin ie Yictorinis, Ges marques @konnewt sont signe deo tmp, uss diem que Tes roms des meters ‘eres ubl Jalonoent Ia ehrenigue 46 Jértme, Co sont es Colttter= de Fspoque Ties manuserits nccompagnent régulitrement te nor de vietorines des Iniites V_ Cul seimblent bien le désigner omme ede eavssirae, West-cire carnme membre de ia sans eenatate De ects oie du thtour 818 mote, nous rezonvons un éenotsitain tans Ta touchante et mielancoligus éitophe de Se petite tile, femme eeartenios Jollanes. Megetnt, Tul dust oie ears cette epitaph date probablenent de 2 Cont wilt a ds teal hanna Pats, 198. 1785 Cndeaon| se actos» tar te Tie et owes tf Many Ln le Treinen Tren de Manes Arh eH ples oe Ble spe Rar RIX OSs Te. “see naan, ee Smet olssonsatae h PERL AG, Ble fam ney ie Sie ttn ‘lou not ec notes On dane latte ds ses dvtee ie do eatin prope nox Sencers Cem etry de rng) = 10 smmop cnx la n du sy sitelo : « Mon nom est Accia Maria Talliana. ‘on afew fat Viciorinns. Rome eut autant ce gloire 2 avoir vomme rhSteur que ma Lignf> & Yavoir pour alcul. Palais cucllir pour Ja @ix-huliieme fais es roses dit printerps quand ma vie a 6t6 tranehés — 8 tristosse! — et mon deal a Mlétei Paveil printanier * Quel fut fe motif de ee prestige te Vietorinus ? Avant. taut, on élo- quence, ses qualités , aie nods afavons gardé acun échantillon de ses déelamations, Sa production Titersira, maiheureusement en grande partic dlsparuc, fat également abondante et importante, fembrassant. tous Tes domalnes des alseiplines iberates, ‘Tou tefos, ce qui nous a été conseré de estte euvre ne bile pas par des qualtés ittécalres exceptionnelies Fle pent nfanmoins aveie provoqué une forte imonession par son contenu, trés nouveall 4 Rome, Er effet, Aeoie cum alts de grammaire et um commentaire eu Be inventions de Gieéron, nous y trouvens un ensemble assez hnpression- nant de tradactions et de eommentatres Ge TOrganen «Aris tote, La présonce, dans ectte euvze, d'une traduetion de Tisayoge le Porphyre nous renselgne sur Vorigme et sue la Sigailiation générale do cot ensemble. Vietorinus est tres probablemeal Ie traduelenr «une patie importante des commentaires de Porphyrs ear Ia Logigae «Aristote, En révélant & Tome et au monde lain ce renouvean des études Ingiques que Porphyre avait réalisé, Vielorinne, on peat le lire, «on re historique important: il donne de nouveaux ioyens expression philesophiqus & VOseidont latin. Sans Goute, lo travail définitit sera accompli par Botce. Mais Ahetoricam doeuit.. Le YE 36180, S194 37:11: Dany Int, cet 14 = «Acta hltlt quntu nester sab orleine wang. Fis nonam earptara es li dei ntas How Clot et ern tact han pe 3 ar, VEE 3. Come ee voruvie 8 YYnlteut reste sans contete Vitorinus 7 Dee point de ae ssncnts wire miu nome dex « fonlateurs. da MEST loa suivant permetina de se fare une He plus pressed plat de son rave ate ee qu nous reste ee 1 Gramaaire + Ae grammation (4d. 1, Kell, Gramm, tat, VI, 184) elnzig, 1874, p $0 Riilorigue + Bsplanatonst in Cleerois Rebricare (6h Halen, Rist ta, nin, Leipig, 1853, p. 153-06). 5 Lagique 1, feacoge Porplarit venclala; cousarséo on pati par Motees in Inogy off, CEL 48, p. 1-132 4 rate Catgorie rena 9. Tn Categoriee Ubi EAs lier Pert Hermonsian banal, Co tras uvrages sont attests pur Garsodoroy inet, 6d. Myaoe, peiasliaena? « 5 Be eplginniahypotbatii. 1. De definitenitus (ed, Stang, Tulane ot Mario-Vice nian, Progeatan MAchen, £288) Tim Toptee Cicerone bri 1. (Ces tos deniers owerages sont attests par Cessodore, 22) 4 Pllosope 1, Im dietogn Corona commentaria. Mees pat sine Jenne, coma Reabuam 1 16. 2 Lite plotnicaran, Attestis par Augustin, Conf, VIL a4 Dons cot enserable, rnfuenee elogronlenme est ausel tres importante A cOLE de celle de Porphyre, Le surmom 4°Accit Davia: Tulliana est pent-bre um souvenir de ee cieéconisme fe Vieiorinus. ‘3. fave profatenen 2ad ajoutee aut pete mle Te ekthare tated aloter& cle tte un commentaire car Viele, anon‘ enst ios orgs 872 (Paseo Hon, HD 9. 3082) 12 smagpuerios 2. Et in extrema seneotute, Ghrist! se wadens tidei + Jusip'a cotte époque avancée de sa vie, il était reste Vadoratour des idoles et participait aux maystires sueri- [ges dont stentuousiasmalt alors presque tovte la noblesee romains?. » G'étaient, comme le fait remarauer Augustin les dieu mames que Home avait vainovs, «is maintenant dominaient Rome, Harpocrate ct Anubis, les monsires ivinisés ce POHient. Selon toute vealeemblanes, Vietorinus avait done été initié aux mystires Gayptiens IL tes defend, outs Augustin, avee les éetats de sa torrifiante éloquenes, s Le milion que formait la haute société romaine paienne professalt une halne farcuehe contre We baristianisme : on avait le sentiment de ddfendre, cane cette lutte : «les institations des anciens, les prérogatives saerées et les destinges ctemelies da 1a patrie®. » Vietorinus a pa Size sensible h cette attitude. Mais nous ne savons rien le Ta manlire dont Vietorinus mantfesiait ton arteur combative a service da paganisme. (On & youlu veir dans an passage des Bxptanattones tn Chcsron(s helorieam un vigparewx « coup de boutoir * » contze le christianisme : « Aw ilemeurant, selon Yopinion dex chrétiens, Varguinent suivant n'est pat néeeseaire: » St ‘lle a enfonté, est qu'elle a couehé aveo un homme » et pas avantage, catuict *« SU est ne, il mourra ». Car pour etsy ilest 6vident qu'il y a eu un homme qui est ne sais Pinter” Yention inn lomme et qui west pas mart » La phrase, pour dre comprise, demande a étre roplacte dans son ‘contexte. Vietorinus comment Cieezon, de ¢nvent. 129,44 qui Shear cer noe en ova Fey a donn¢ comme exemple d’argumient nécessaire: «$i peperit, fam vito concubuit, » Le commentaire de Vietorinus nvest es purement rhétorigue, U intreduit des considerations Dhilosophiques ‘Chon les homanes Le vai eo caus: tat al objat de conjostae ialae pout dons y avoir Wargument néceaire, Mois Smo peut ¥ votre néeessate, pour les Horses, que daos la mesa ob op Som haaive In! donne cette valeur > _Ainsi les croyanees chrétionnes ne sont pas ltees ict comme exemple absurdité, mals comme (éooianage du rane de opinion en ce bas monde. C’est ne ee néoplatonicienne Mame, on descendant en ce snende, n'a plus la Wérité pour fliment, mais se nouerit de Opinion * La doctrine sceptique fe VAcaiémie est iatéarée dans le platonteme : elle est veaie peur tout ee qui eoneeme Te monde sublunalre sAlueuno shose west ni ne vawt par son dere propre au par st pct iais tants Shas ont load lear valour pat opanion {vsud on dts unique ole latndine we now fat pao cemprenes {il agit uae tunigue dont nous gous babillons ; mais parce q3 otro eonvieion est fete par Voplnion, en cabeniant ie et, 009 Comapesanos quilsagit dota ehove dont nons not habilons®.» “Toutes ees formules « apadémisiennes » n‘impliquent pro- Dablemient pas ile seeptleisme chez Vietorimus, mais té- noignent. at contrite «une alésion am néoplstonisme : le seepticiime vis-ievis da monde sensible est intimemont i fu dogginatisine vis-acvie dw monde tranceendant. TT n'y a de nécessits qwintelliible. Les opinions humnaines, méme reli- fieuses, ne ont dome que relatives. Tl est Te sensu passage. fact toon sepentons el (ysrente SIH) 1 Lae i fhrs ego nes cove ropa. Parte) ona min 9 1123 {itargementone Sed ant iter (ott 88218 oe 2 Pha 248 & Sue ans souroe néoplatarisionne possible, ef, In 14 sranpveros ais, pafen tide ou paten eonvaineu, Vietorinas se conver Ut; et Tévénement Ht granit bruit, A quoite date ent Hen celle conversion retemtissante ? Le ferminus ad quem est Tourni par le début de Ta rédaetion de Voouvre ehrétienne le Vietorinus : 857, probebioment, oa, ax moins, 388, Le fermi rus a quo me semble heauenup) plus delle determiner, ‘Tous les evénemonts rappertés par saint Jérdme so trouvent Dloqués en un court espace de Lenips : 364, étectton de la statuo sur le Foram ; ensuite 358-261, composition de eave chrétienne, On peut penser que Vietorinus elsétien suralt ‘refuse ‘onoovr une statue sur le Forum. La eoteniepaivane se serait probablement chargée d'empécher ceite ceonstra- ton publique en faveur d'un ebrétien, On ne peut done supposer une conversion antéricure & Pérection de la statue, ‘Je suppose qu'll faut ramener an peu en arriére la date de Pévostion do la statue : vers 250 ou 261. Car il me semble peu probable que Vietorimus ait pa eire pein en 384, convert #n 355 00 $56, et Gerivain ehétion on $57 ou 958, I et plus ‘yraseanblable que, paren encore en $50 ou 851, lors de Vérece tion do sa statue, mols dja travails seorbtement par Ie christianisme, comme nous allons le voit, Viclotinus se seit convert yers'355 et qu'il alt commones § ¢erite zon osuyre en 357 00 358, Les dates de la chronologie de Jerdme ne sont ‘pas lonjonrs striclement exactes ‘Autre détail biegraphique : eette conversion a Liew in extrema seneclute; on a fait remarquor’, en Sappuyant sur tun certain nombre damplois de cette’ expression, quelle Aésignait Habituelloment un fe supérieur 8-70 ans St Yon fAdmet cette remarque, il fast pent re placer Ie nalssance: de Vietorinus aux environs de 275, Ee il faut soppaser que toute Venuvze chrétionne de Vietorinus a él Sete en un ga extrémement avancé Augustin nons a raconté eatts conversion de Vietoriaue par ses conversations avee Simplicianus, i a en él dlvect des conversations de ce mame Simpliianiss avee Victorints, avant la conversion de ce dernier, On sail le rOle capital de Cuowe er CaeveRe as ce réelt dans Pévoluilon d'Augustin, Malgré co précioux Contact vivant, i nov est aifele de comprencre partaite- nent Titineraire spirituel de Victorinas et les motifs. qut Tamenérent so sonvertir Iai, me raconta Simplisianus, P'Beritare sainte 5 iL secherchait avee Je plos grand soin et étudlait & fond tous Tes Tivees clrétiens', » Quelle Lait 1a vrais raison de ostte filitade ? Le desir de réfuter le ehristianisme 7 Je me le pense pas, Je pense an contraire quo eos premiéres lectures fhretionnes farent faites par Vietorlnus ans un esprit favo~ able au ehzistianieme. Est-ce dans ¢ee leotures néoplatnnt= sionnes qu'il trouva cet appel A mieux connaitre Yes Eeri= tutes chrétionnes ? N'y avaieil pas cans la tradition issue Ge Nwmenius ane certaine tendance a vinkéresser au jx asome et aw chnetianisme 1 Nuwents * nfavalt-lt pas Tole heme tierorété allégoriquement Ubistoire de Jésus ? Son flociple Amelius, ce Gentilianus &°Etrurie qut fut anss! dls- tiple de Plotin, a’avait-il pas explictement rapproché te prologue de saint Jean et ta doctrine du Logos d’Féracite Be a ite Logs, pr quite oo qui dovient a5 Bit torn aoe hte dlnae ast qu Tigre Yo prolemd ob par Eran leet ce Lago, tn Darbnre Ta recon, ul Cat tabla gt hla dignte ds prnepe Cat an Dien ot tit Dew = pat edo velmens Be fat fi ce gobs fata oighe tellement, vivant se et Ee teen ce mlm Logo quia de da mp das Js cons vaya rev lacncy,Het appara Cernas homme, ied lla toe qos, mote sors aaa Ie Stan dem nares a satrallerose, aps avout 4 de Sibel ent b nucyecu diva ot et Dien, comme i tit neat {Tate rep das Te corps, dane la chalet dans Phono.» Anpélius assimilait pout-stee Je Logos & Yame da monde 5 jutefois il nvast pas possi que 1 comparison avec I Logos héreclitéen Impliquat pout lw) un statut ontologiae sia Logos encore superient 4 celul de I’ime. Eustbe cite, en font ens, ceo fragment, dane sa Préparation soangélique X 16 uxrnopuortos propos de a «aconde eas », Un tl texte pent donner ung fertaino ko du goat de store et Ou genre de réeaion Sul cnt pil condulte Vielorinus 4 Yinteet pour Te cheba ime, Cet tm fait que lo pivlomie de saint Jean Jove wa role de preslee plan dans fon cote ehtllsane. Cet faut dgulement que sunt Augustin, reursan ee «bet pla tonicorun» wadults pa Viton, ne trove Sen de neu ‘edo les resumer sane Ios tates ménes cu Prologue de sn a ea te pace ae aati hmmm on a deja tat qu te néspleoalen Gut oul fu dires de Sinplicanus % que le Prologue tesla, Jean far guve en letres ar ame lar glace nest azo que Sorina No tahossit tae be otf pt te ‘Cette impretsion Pideait eta a yhlosople ete ehris= es stages came ts Préparation angelique tbs de iene vf pas ce aprons? ine Teeby par ietrias auvingesspologeiques ‘genre de celui d’Eustbe n'est pas a fai ak: ‘TECH sal 8 sHmplcanus, non pas en pole, mals px vsment ot ane Vint « Satta que maenant fe fue thre?» Jone te erka Das, répondat Sipltanus, ft ne Te compterai as par les onétens tant que Je aS aural par vu Péale ou Christ = 2tTay Helga en Fait: Ales es sont ss murals gut font es endtens 4° La hostade vst cdibro®, Ele revle bien ave Victorias ft alee avant (out par Paspect intellectoe au ehrtia sme, Toute la vie chills consbts dans la censelsanes du Chest ct do Dien, tout le salut Copter ston le 4 Conjrs VI 9, 132 acy, ener, Rete rb Confain i guin Pat 4 Cop VG 5 Rasen, Prin fet dan as Seep, Dan 4588 sr neta hc mgs rH rie pats Thin Hpi Hy S284 © 12 «« Ornate apiotin et ct pendent Lowe ee LeuvRE Fa anuble éconcmnie du Christ ot do V Esprit Saint, eest-a-ire {dole via et de Ta pensée + Le mnystere du Christ est ntime- Stent Hé pour Jui & la conversion de Vane vers te monde nteliginte = ies dares préexistafent dans le monde intel Eble ot elles eonteinplasent Dieu j oats eles risquatent de fe dstoumer de cette contemplation, peur se livrer & la SSnnolssanee sensible. Diew a devancd ca danger : Tl a luk sneme créé le monde et ensoyé les Ames en ee monde sen- Sibte, Alps\, enehainées par 1 connaissance seosible a La Snatiive el au monide, elles feralent Vexpérienee du ml, Giles découveiralert par ellesamémes Te néant du monde Sensible et trompeur, Mais ainsi pricomnigres das. dssirs havnels, dlolgndes ce wa Tunire de leur nature originelle, files n'gvaient plus Ia foree de remonter vers leur Pere et de fe détourner des sens pour reveatr & la contemplation. Diew ft done envoys Jésus Christ pour que, rocovant VEsprit= Saint, lex Ames pulssent redevenir spbituelles el rentrer ‘dans le monde intelligible * C'était 18 un aspect de ensel= fgrement civétion tracitioanel, « Une fois que Vesprit des Rornmes ait toonbé dane Le sensible, éerit Atiunase, Te Verbe Sabaissa jusaa’a se rendre visible dans ua corps pour Aiur a Hui ctant homme, les bornimes, et détourner vers Tu Fears sens, Ii est posse que nous touchlons fe encore in des motifs tele conversion de Vielorinus, Déeougrant on ehistianisine {got ln presentast Incarnation du Logos comme le moyon brévu per Diew pour delivrer les Ames de Pitlusion dit monte fensible, avait dd sentir combien le culte des doles enfon: gait ou Contvaire Fame bumaine dans cette Miysion. Le ndo= Dlatonisme avalt prétendu s'identifier A Ia religion pate. ais la purete du ehnstianteme convenait Deaweoup mie ‘ula religion Intérieure que Ie néoplatonisme vowla't promou- oir: Seulement, eoaverti a cette roligion tout inlérieure, Vietorinas «?Gprauvait pas le besoin de fréquenter les mss~ hres ohnétions. Augustin pense que le motif de ce refus 18 rvtroovenios Waller & Méqlise dtait Ia crainte Wencouris le ressontiment fdeson part", Cest pessible, Toutefnts, Vietorinus ne semble [pas avoir 66 homme A ménager lea suscepliiliés, Sa défense du consubstaatiel, quelques années plus tard, nadmett fucnn accommodement + allan directement contze la poli- Aique de Constance, elle ll fer. isquer beaueoup pos que Js ressentiment ancient amis. Sans doute, est-il possible ‘que, la rece aidant, HL ait pea 2 pew domple son respect umain. Mate Jo erois piutat que ka grice da Diew fut ft ‘découvrir la valour ot le sens des sacrements. Encore faut-il reconnaltre que Vietorinus wintegrers jarnaie Vordre sacra: Imonteiro & sa eyathtse théologiqae, « Brusquerent, dit 2 Smplletamas qu ne s'y actendate guére (cst luisnéme qui me eitait oe teat) 2 « Allons & Veglise ; je veux rlevenis chrétien.» Stmpiielanus, ne se seme tant pas do joie, Vy eecompagna aussitdt, Unb fois teillé aux premiéres vérités de la aLéchtse, Hse OL méme Dientor Inserite pour obtonir la régénération baptismale, Rome fut remplie 'Utonaement et TEgise de joie”. » BL Augustin fe déerite magnidjuement la seéne de la profession ce fol, Vietorinvs prononpant le formula & hauto Voix, aux yous de tous, tandis que le peuple chuchote avec admiration eb allegresse :« Vietorinus, Vietorinns. » 3. Soripsit edversus Arium libros. A. Le reaouveau de Varianiome + De Vexil de Libére (355) au formulsire de Sieminm (6té 367) ietovinus 50 eonvertit en un moment de exise trés gree, Depals Ia mort ie Vempereut Constant, les Tulies eeelesias- fugues aveisnl pris In forme dan « pour ew contre » Atha- hase, Phorame ie Ia fede Nlege. Sovs nfuence de Valens de Bursa et a’Ursoce do Singiduaum, deux évéques qui 2 Comp vot 2 2. Gus 3 AS, cnenomm Ee Laruvar 19 elaiont imposés @ Vemperen deptiis le abut de sa came ‘pane conte Magnenee ea 950, a pression de Constance sur Pepiseepal 'Oeeltent, pour Vamener h one eondamnation inanime o’Ashanase, se faisait de plas en plus forte. En 355, Joconvile de Milan qu réunit quelques évéques orlentaux et tin grand nerabre dlévéques d@’Occident condamae Atha nase 2 Te duasiainaniinit Les trols réealeltrants - Eustbe fe Yerveih, Denis de Milan, Luelfer do Coghari sont exis, bats le pape Libbre résisiait encore, Menaces et présents ne parvenant poe & Je eonvainoss est enlevé en pleine mutt et fonduit A Milan ci, aprés un dramatique dialogue avee Yem- ppereur, (refuse encore une fois de souserire 4 a condamna- tion dPAthanase et eat exilé & Béxée, en Thrace ‘Toute résistance stant eliminee, le fevrier 355, Tos troupes: de Syrians passixent A Pattaque contre Athanase, Lise fe Théonae & Alexandre ot tt celébralt-un office poeturne cat cere, envaie, pillée; Athanase cut tout juste lo temps fe Vonfuir et do se earner. 1 fallait maintenant remédice 8 la situation de PEghice 4ée Rome, Malgré Te serment de Mielité A Tibére qu'l avail Tui-meme prsté, Felix, diaere de V'Eahise le Rome, tut eonsacré A Milan par trois éxéques dont Lun était Acace de Césarse, tunarien gu jouera un grand role an eoncile de Séleuele. On se ésigna A Uléves Fétis, impératrice Busébie vint Rome, fut reqie 4 Sint, donna des fetes et des exeair au peuple, Mals fe souvenir de Libtre ne pouvalt s'éteindzo aust vito ‘emperear Tatememe sen ‘apergut quand Tanne suis vyante, le 29 avril 357, ft som ontréo a Rome, qu'il visitait hoe la premiere fos, et oh il venait tBter ses Vicenstalia, ses Ying ans dexégte. Toutes les ville de Empire lus anvoyezent pus oeoay de fete et des couronaes d'or. L’atnoosphixe de {Glo, lp rijonissanoos du olxque ne purent Fempéener den tesudre que le peuple eriait :« Un seul Dien, un seul Christ, vn seu) éveque, » Constanee part aa Seat dei Mt enkoe ver Pautel de Ia Victoire, L’année précédente, 1) avalt fait Sntesdira lee sacrifices patent sous peime de mort. Mals In se contenta pas, semble-til, de s'attaguer awe milioux Patens. La peopaganle prozrienme du aller bon tran = ene Toure probablement de ses éveques do cour, Constanee dut 20 rxtmopucrion Jui-méme intervenit en faveur de ce qut allat tre bientt, Ie formulaire de Siemium, atvulgné en M816 357. « Ts te dénoncent, Grira A Constance Te fouguewx Lucifer de Cagtian, ils te snoneent, 1estibelles qu’ Rome tu as Tus fen public ot que tu ap distribuss & des évéques ponctant! feathotigues ; sans doote voulals-tu, en tout Ile, donner! ‘Viguoar 4 ten blesphimo t> Quant & Vietorinus, ira qua! Basile d’Ancyre avait gardé le silence, jusqu’a cette visite de Vomperoar A Rome, C'est inexact, Diais Vietorinus pour ‘vail avoir colte impression, En effet, dans les conversations {quil put avoir poncamt ee mois de fetes et de rejoulssances, A put se rendre compte de cecl, Il y avait en somme trois cemires de pensée, Lzols dacirines qui se combattaient. Bal premier lit, eelle & laquelle Iui-ménoe s'était convert, ella ‘He son évéqie Libere, celle d’Athianase d’Alexancile ; selon) cette doctrine, le Fis était eonsubstantiel au Pare, cesta fire que ctait_vealment le Logos, contenu dans Te sein dda Pare of ne foisant avee Iui gu’'un seul Diow, qui stat] Inearné, C’¢talt {a doctrine de Nicée, approavée par Cons- ‘tentin, I y avait entuite, surtout depuis $51, une tendance orientale, plus ou moins erstalliaée autour ds Becile d/An- feyre, qil avait ew ne réeie infuence sur Pesmpercur. Ele] dail’ manitestée par le concile de Sirmiam de 351 en) eondainnant Phot; elle s'étalt manifestée en 954 par lal esséention contre lee anoméens%, Aéee et Eunome, protée 45 du César Gallus & Antioehe 7 aprés Texteution de eb tyran exer, sous Finfluence de Basile ¢’Ancyre et aus lathe de Seheste, Adee et Eunome avaient été exilés. Cette ‘endance doctrinala, représentee pat Basieet son entourage, pouvait parailre aster imprécise. Dans ce milieu, on dist fRotarament qe le Fils ast engendé, non pas ce la suhs= tance da Péxe, mais par le volonté du Piro, Au sein de celte 4, it vals & Pusage du estou: anamdes oan be Drecner funds d le); he ‘nal cl atue qe le Ps et de advance soublaio ou Pe ao Er UmuvaR a tendance jusqueld apparemment homogtne, une treisiéme taadance doctrine commengalt& se manifester et & congue Bria bieuveillance do Pemperour, Cait clo d"Ursaco et ce Nan. Leur tlle nvavall eessé de monter depuls 851 ictorinus ut apprendep lors 9 quile préparaient : un evicemtent de politique impérksle, On alla faire reveair Denil les anoméers, Ades et Bunome, on allait réciger une profession de Toi, dans laquelle leurs idées seraieat.habile- Inent insinuses, ees!-&-dare que Von insisterait sur la supe Hlorité du Péxe par rapport au Pils, En méme temps, on fllat condamner Verploi dee deux mote nomaousies et Fumotousins, De ces deux mots, Vietorinas comnaissait bien fe premier, qwil protessait avec eplise de Rome. Mats il Ignorait jusque-Ii Ie seeond. On Pattribuait a Basile, Ce qu suppore que les éveques de Ventourage de Gonstance avalent apptis Févolution de In pensée de Basile d’Aneyro qui chor ‘chavt maintenant par im mol proche dit famenx fommaoasios a rallier Pencemmblo de la chrétienté, C'est done bien au moment de Ia visite de Mempereor a Rome que Vietorinws ‘eam le mat Anaodousios ax moment més 03 Yon s'4ppro- a le condammer, Vietorinus a done pu evoir Pimpcession que Basile se mottatt A attaquer ouvertement Phorousios th Isl opporant son hemetousior et se aSparait-de 308 aaciens mis Urssee et Valens au printemps de année 357. “Le revirement de la poitique impériale en feweur de Ian reise, sous Mnmuenee «'Ursace el de Valens, pouvait done fe préyoir au moraant de Ia visito de Yompereur A Rome. IL ne tarde pas 8 sefTectuer, Le 29 mai, Mempereur quitte Rome pour aller en touts hate réprimer cur Je Danube tne atteque Davbare. Phis passant par Singidunurn, lrevient a St:miom, dans Je courant de 1's, Cest (a qivun pet symode presiag par Vévéque de Siemium, Germinies, ef auquel prennent Dart Ureaee at Valens, Potarius de Lisbonne et le viell Osins de Cordoue, en présence de Vempercur, rédige une Agelgration qui va etre ciflusée dans tout Femplre. Ce n'est Hen de moins qu'une réhobilitetion de Farianisme, accom: Dagnee dw rejet des mots harnooastos et homolousioe® 22 -rRODECHION sTlentrecoanuq'il yn aseul Dieu, tout puissant et Pee, comin foute elt, sur la torre enide, et un ils wnique Temse-Chsst.- ne Se ll avant lex siSees, Oa ne pout i ne dost proolamer qty alt eux Dious, puioqu le Srigneut lume « dis J dows amon Pie ft votro Pate, sanon Dieu ot voles Dies,» Iin'y a dono qu'on teal Dieu do tous les re. rains bean mene, ont été mus por Ye mot subway, en gree mii, iit, pour parler ple eurersont. par Is mot hhomecusion ot co qu'on apple Femoitsion sil ns faut dono play {hive mention de cen termes, ni les eanployer en publics ear 00 thranes sont Stranger aux divines Heevures: ell est aw-desnis di Insdionte humaine, personne nest eqpable, dexprinee jn gendea= fiom dv. Bile, doot il 44 Gort 2 Sa glndratien, qui lo ratvaterd (lenin 6 8) 2° Hot Gvidoar quo ecul le Dére aut oommzat il ‘gone ox Fils scl To Pils tit cozaoat ila 16 creed pat Te Pere. Nal doute quo le Pore sot lus gran que le Fis par Thee ‘at, Ic mit, la lore, 1a maestro pir aon progee now Page 1W Fie toate le dit: « Chui qui aa eavey ont plan grand gue stoi. + La fl omhndexe, persone ne Vigaare, pest ily 0 Gee pervoane, cello du Pere elle du il, le Pere Sion ph Te Fils sis an Pace ave tout ee ‘he a8 pew de connmeneenient i ot inves fle tandix qu le File eet engendra por le P Tamite de uairennn ‘Tandis que eette formule provequeit. dans Yompire an’ seandale général, Tes anoméens rappelés deni, aprés une ‘ernarche faite auprés de Verapereur, laze de ton passage & Siagidunum, rentrérent eer eux ; el notamunent Abe et ‘Euaome regugnérent Aatioche, ou Yévéque Eudoxe do Ger ‘manicle Venail de s'iustaller en se faisant confer V'adeainis- ‘ration provisolre ut sloge épiseopal vacant pac 1a mort de Léonee. La fin de Vannés 357 et le debut de année 358 voleat donc un retour en foree de I'grianisme sous Ia forme rénovée que roprésentalt Ia dinlectique @’Agce et «’Eunome Uaouae ex veuyne 23 Le mystériewx Candiaus, anteur de La arte ub Caxpioes a Vieroneses[t] est vers cette époque quit) faut placer 1a courte mais siqificalive aetivite httéraire de Candicus qui, en Mui fenvoyant st letire sur la géndration divine », provoqua trés Grobablement le rélaetion ai premier ouveage ebretlen de ‘Candids, 64 lettre en témolgne, est un tenant de Farias rise dialectique o'Aéce et ¢’Eunome. Mais il est aussi un femi de Vietorinus, Kt ron seulement un aml d'eccasion fis un amt profondémeat anparents par In pensis avec fon adversaire, un ami pls proche de Tu, ooh seulement {ue les homdautiens, mais meme que les consubstantialists. Comme Vietarians, Candidus definlt Dieu corame étant Yess, comme étant wasn ef solum, et om méme temps comme dtant esse, oivere, infellegere’, Celle doctrine, A pea prés tunique dans tout le quateidme site, leur est commune. Ts nt le midme vocabulaire concernant la théologie négative, Joanie vocabulsire concernant Vontologie, avec des expres sions caractéristiques, comme cxsstentalitay, substantial fas, estentiattias En un mot, ts sont de La mane ecole pi losonhique, dane écale qui pesside un eadee de pensée tres ferme et aj seolastique. Candidus est ple jeuns :-O mi dulel sensetur Vietorine +, iLL a son envrespoadant. Ne serait pas un disciple de Vietorinus, converti comme Iut, mais séduit par I'snianisme Jlalectiqe qui cominenee a se répandce ? Loin du maitre, Milan peut-dtr, devenst une dos eltedetles de V'artanisme msds unt pase Phlestons Gist WII 2) que nema feiqae de 24 ymopuctios depuis Vinstallation qAuzence en 355, il envela A Vieteri- nnus ane belle dissertation dlalectique, qui se trouve 2tre fn meme temps ime puissente argumentation acienne, View torinos, connaissant d'ailleurs son interlocuteur, efpond sur Ie meme ton, sans passion. On sent de part et ante deux Philosophies qui parlent loor langoge a ous. Hs son un peu ‘en marge dis cornbat, mals, drs ler destatéroscement speeds Latif, ouchent peut 8tro mieux que d'autres A 'ossonte) La tire do Candas vine snlistea! damit menvenent Clstntome dakctiqe: Ce mou erst scl bln av sae han nse i Tnacenee pa ln thee ube tsar PoP POR, CipnlementarttGicenne La, premise corceratgue Peat sane dlteaique, wt astement i daetqus reste, nom it Bpiphene® 1 prévnton de pares Dieu A ae de senate une sre te geomet On fore chose et Eos ua pn ee ton Spier ga expe ptf sens aus doonent tanga Pour eu lor mote ne sm pas esoere ce home, tas font y6rSée par Dieu A Vhomme Lal ds vgiations ten ‘dong io eascitre suns lector ae Fetetee ding gle et aygue covtaent + Dict ne now demande tin taute ve de Te connate!» Le prinelpy de a con, tala iutelne ste tnepo de tre ctnedent dang Petnengendre Go mot-oti exprine afequntenent et Couloment Mestenge vine, Bll ba forme qummetcey Contest pa piv expr au conta pad tauale er. Cet on prnpe at mpl el sone Fee tens de Faranine dkctiqe, On pours ken mts re mci fren ers sone aoton othodexe de conebulantalte, En Contant Fnengndre cornea dena sibtanale Lorianieme dialectique a'Aeee et d’Bunome. 3, J. Dit, Benet Yr Pas seplnt eile EX, 1080, yA aaa oe panrin 36 2s pub uous ier LYRE 25 ate Vessence alvin les ancméone avaient toute facil pour de teer quo la notion oan Fils consubstanticl au Pére était Dataictaive, La substance de Diew sant 'Toengendse, ceils Gait de sa substance, i serait un Inengendré-engen- Sek encore deus substances element nengenées cee eat ineisoornables ou encore il faudrait supposer wee tnengendes s'engonére Tol-méme*, Toute te réflesion {ibitaire uitérieure sera age sur colts problematique et deeldiera A distinguer relations WParighne eL noms substen- iol. “futefois Varianisme diatectique w’a pas qu'un contenu jpolsrnique. Liaspect postit de cotte tendance dectrinales Piet le dstinetion racieale entre Metre de Dieu et tout ce {Gu west pas cet etre de Dica, entre Fordre de Vabsolu et Bondre du Pelatit, entre ordre de la substance et Vorare de Prentomie, Liorere de l'économie, Yacte par leque te snende tet arb6 et te Christ produit, est tout contingent, suspenda. A siiipeste absolue de Dieu j etest un quastnéant ea face de Dbiea, Et Tordre trlpitaire est purement éeonomique, Tes fragments @’Agoe gol nous ont été conseryés dennont pan de ilétails sur sa doctrine concernant le Christ et Te Thonde, L'essentiel y est pourtant : le Fils ne peut étre en- Tone de La substance de Diew ; ne peut étre que te pro (hat do 1a volont$ divineS, Exaome est plus systematique fe modiae que Diew nous 7évele son propre nom dans Te snot imengenaré », de meme, nous révle le nom propre dit fils Gans le met + Monogene »*. Ce mot signif que Ye Carist gst produit Inbneliatement ef directement par 1a volonté Glia peissanee de Dieu ®, Hest évident que Le Christ ne pout Stee engendre de Ta substanco do Dieu, puisque cette subs- tance est Pinengendeb et que MTnengendr$ est par définition Imparvieipable. Mais Diew pout aveir wn ate extérienr sa 1 Atco, dane Bo, pri 70,12 Arima § Hess, 35813 § Eovoue ‘are 1 7. 6, 9, B52. . 26 isreoovcntoy iow mr Carne a Die est sans relations, absclument incoordonné & autre hose. Tel est le principe fondamental de Pargumentation fie Candids. Il ost non seulement inengendré, mais tnen- fgendrant. Test Vesse, & condition de concevoir eet esse Eramo pur, sans détermination, nf sujet, mi predicat c'autre substanca, C'est selon eet acte, identique a Ia votonté de Dieu ei quon peat appeler Ie Pore, gus le Cirist est produit. Mest Vergon de estte encegeia de Diew'. EL c'est selement dans ordre de Vacte ou de a volonte que Yen pourra parlor ‘ae resseimblance entre le Pére et le Fils, Du peint de vue de In substance, i y a enire eux dissempiance raateale, Produit fp epost. {i est un ct simple, parce que Vesse pur est an ot par cet acto divin, sans intormétiaire, le Fils posséde ext lal simple. Si tre nest parfalt que vi! vit et sit pense, il est Ja puissance créatsce. 11 est Io ministre absotiment parfait ff cet clre pasfait, mais som acte de vivro et de penser se fe Faction et de 14 volonté du Pére, dans ta création du fm confond avec son acte d'etre, Pas de relation & Viniérleur de monde et dans Vcuvre da salut® Comme tout ee qui ett fF lul-aiéine qui paisse laissereupponcr Ia moincdro dualité en la Veeuvte de Vacte divi, il vient du néent et ne vient pas de fe Cest cette simplieité absolve qu Tai donne som caractére Dieu, puisque essence divine est incommunieable. ainsi de principe, Et cctte primauté absolue Lal fait transeender ordre du Fils est un ordro strictement geonemique, relat, toute détermination susceptible d'etre saisic par Yntelli- Ayent commencement et fin, lassant Fatisola divin dans sf sence. Solitude et son unité®. Liardre ae Penengeta no commaniyae Celie primauté absolue et cette abselue simplicité fondent as avee Vordre de Yousfa, Le Fils ot le monde sont rejetés ff 18 toute-puissance de Dieu, e'est-i-cire son ponveir réeile- dans Vordre de la libest# et de la grace, dans Vordke de la ff mit ciéaleur. Les élres suraissent & partir da néant, non 2 contingence, partic d'une matigre élernelle, quelle soit sensible ou inte file, 1La'y a rien en Tai qui seit une préfignration du mule tiple, une alterite naissance dont la substance des Bires seralt firée. La eration ne correspond en Tui 8 aucun meuvament, aucun acte. Mais Ia premlére substance, c'est-Sedire la pre tire reneontcs entre Petre et sa determination, le premier composé, est Pecavre de la volonlé de Diew; cette entité Ja promigre eabstance, est Jesus, A Son tour, ee prentlar effet de la volonté dlviae, Ye Fils, tré du néent, eréera en tirant Ink anes Ine ehoses da néant. CFuvre de la votonté de Dieu, fifera du monde l'ecuvze de sa yolonté, sa volonts propre + tontonmant ailleurs en{larement calle de Dieu On relrouve done chee Gandidas le méano inspiration que cehez Ato ot Tinome : le sens de ke contingenee dia eréé ew face cle Ja solitude transcendanto de Diea : pour Vassurer, | faut etiminer toute matlére inteligibie, toute préexistence dx multiple an sein de 1 Un, C’ose une mystique inteleeia- Tiste onde sur Ta conscience de V'étre eré6 oe ey caus tone Pot polo ef de Dy Ure du nto ‘2 Benes, apol 335 F, G80 10 23 reraopecrioy Lurene pe Vroronnivs 4 Canpipus (257-358) (2). ‘Vietorinus nipond en développant avee une certalne ean our la doctrine émanatiste de Ia exéation que Canvidus Tefuse* On ne sauralt trop insister sur ee fait: le combat entre Gandidus et Vietorinus se rapporte 8 la notion de eréa~ tion. Tous deux, en effet, antinent le Fis, Ye Logos, avee lune entité bion ‘déterminée de lour eystime métephysique commun cette entite, est 1% Te premier exisiant, ‘ou: les existants rogavront I'stre, EL tous dea dont ce « premier esislant » aves Vian-muliple, avec la premigre ‘4ocermination intelligible & partir de Laquelle le monde intel- ligible et Je monde sensible se canstitueal. Hs Heat done Lous aux le Fils Ja ereation du mond, Atals [oUF dliféeendl ports sur le rapport qui existe entre Diew et o» premier existant, Pour Candldus, co premier existant est eréé. Pour Vietori nus, il est engondré, o'est-2-dire qu’il préexiste en Dieu, et {qu'l se mianifeste, Lene controverse pst amatogine & cele gut ‘oppotait le daalisme do Numénius, refusant do faio driver Ja matire & partir de P'Un, el lemouisme de certains pythar goricions qi admettaiant que Un avait détacbsé de luemasme ‘a quantité pour faire exister tous les étres?. 11 stagit dune. discussion enize dau sectes, deux tendances dune meme éeole, Candidus est eréationniste, Vietorinus est moniste, Flea de plus net ce sujet que te Chapitre 12 de ta lettre de Vietorinus & Candids Tx lelive de Vietorinus comprend deux parties : 1a pre rire considére Jo Fils comme oxistant promicr 1a seeondoy ‘comme Logos La premitce partie repond & pou pre & Candidusy de 1a maniere sulvanie : Tu dis que Jesu-Ghrist est VEXIslant 4 vars claetin9 + Aas I yhesobie prone Io out ales Tone Che fe buon, Prom The Ptennt ly, Don, 888 uowMe st c'aUyRE 2 premier. Jesus partatement accord aves tel sur oo point tiehe avons jusqu'il Ia mime interprétation de Ta fol ehré= fioane. Mais ti joutes que V'Exislant premier @ ét6 tté du Meant, Tel encore, si tu veux, Je stis parfaitement d’accord seat toi, Mats enitenclons-nows sur Je mot néant. Pamets- ary de te rappeler un enseignement que tu ols connaftre Tur les ciérentes sortes de non-existant et dexistant, Tu iMtes eblig® cle recenmattre que MExistant premier ne peut Seovenit que dan seul néant, le Néant transoendant quest Bho paree que ce Néant cranscendant est un Existant stant en phiseenee, un Préextsiant franseendant, ua ‘Ta deuxibme partie consacrée ay Logos argumente cette fo ae la maniere sulvante + Pour toi, engendrer impliqao ln mouvement dans Fimmagble ; 11 rejettes done toute idlaceation en Diau ; mals produire un eifsterég, n'amplique- fia pas un pareil mouvement ? II famt done adouettre un mouvement, unt acte en Dieu, Et ost acte, ce mouvement dest auire quo Je Logos qui provient done de la substance de Dieu. ‘Plus que celle de Ia premiore parte, le selution présentée ‘en catte seconile partic zestera toujours fondamentale pour WVietoninus. On Ia retronve tout au. long de som auyre (ad Ap VASQ44 ; LIL 1718-17 5 IV 21,19-23 5 de hom. re. 3 41-20). Cest le Fils qui est le mouvement de Diow. Et oc fnouvement primitivemment tourad vers sol, comme acte {nmranent «'Ptre, se Lourne ensuite vers Pextéiomr, ct s’en~ fendre alors en produisant en zeme temps le monie-intelli- able Dns cette lettre & Candids, on sent Vietorinus encore néapiiyte. Leritace sainte joue peu de rdle dant sa pensée. La théologio triitaire est encore (ris primitive, xéduite & Yatinmation pure et simple de la consubstantiatite entre esse ot Pagers 13h ‘Vietorimus wouat en savoir pus sur le doctrine arienne, Alemania 3 son eroi, par lottre ou oxalement, de Tut comme Stcoxon Lerrits be GANDipes 4 Vicronmes (86 30 ismnopuctios hiquer des textes des fonilateurs data seete (aio. Ar. 14,5), Gandiaus Te At ayve empressoment ot enveya h Victorinus, feccompagnés d'un cour billet, ia lettre d’Ariis 2 Eusebe ‘de Nicomedie et un fragment do Je latte «Eustive de Nivo- rmédie a Paulin de Tyr, deux documents essentiels de Taian hse, qu probabloment « fe suiveiont deja dane le dossier cconstitné par Arius 9, B. La réaction homéousienne re synode de Sirmium (se 358) ot le retour de Libére & Rome (fin 338). En possession do eas lettros d'Arius ot d'Eusdbe, Victor nos Tes éludic, en extrait les propositions essences, les Compare aus propositions orthadexes, se met en deveit Ge prouver par PBeriture et le raisonmement. philosophique, ‘Pune mianlére plus abondante et ple approtendis. encore ‘qui ne Pa fait contee Gandidus, que le Crist a G48 engent ar Dieu et qui nest pas tire du nant. Selon toute vral- Sembianee, co travail Vabiorbe au début de Vennée 25 Crest Voveasion pour Tui de rere Lbs alientivement révane file de saint Jean et las épitres de saint Pati, et 1) constitu 1am dessiet exirémement abondant de etatlons seripturaires ‘avil opposera aus cing matheureuses petites citations que contieat Ia leltre d’Eustbe de Nieomédle. 11a Pintention d faire am grand ouvrage qa. depassera peut-€tre coux de 303 prélécossours Tertullion et Nevatien, ‘Tandls qu'il se consacre A vatte geance tache, les éyéne- ‘ments évoluent dans un sens assez inattendu, ‘Au début de 358, Tes anoméens, éomis autour aa. @oxe de Germanicie, A Anticehs, “approavérent le. for amulaire rédigé 2 Sirmium Vannée prévédente ot tlle arent Constance o'avoir ramené VOssident a unite de YEglise. none er vesuene Er tameyrs _ Male Endoxe fut a pau pres te sont Le synpde @AREVTS 4 opter eette attitude, Le. greupe vers Paques 358.) aslo e’Ancyro aéeda_ de €0p- poser vivement ce revirement de Ta politique impéviale, Mee tromphe a Ursace et de Valens anpres de Veropereur, dentteréasite @Eudose, installé& Antioshe, Gette réaction de Georger se Loodioce et surtont de Basile WAneyre const tue un progrés decks! dans le Ungologie orientale, Les deux thts de ip preanent 18 eine de déxelopper et de préeser Tears ils theologiquss contre Venoméibm. Ce es étaient probablement deja netiement arrétéey avant 397, Car Je not femoioasios qui los xésumait, avait été précisément feondamn® put te formalaine de Sirmiara composé en Pété £57, Dion plus, nous Favooe vu, Victims en avait entenda Pris, los de la visite de Constance & Rome, en avil 267 Mais cst oa $58" ct 359 que seront réciges les ascoments ‘eseotiels du parti homéousien ‘est d'abord, x environs de Paques 58, le syne «AN~ ‘te, Baile gui avait ean un groupe d’éveques, en sa ville fpssopate waneyre, a Foeeasion dels dé lesce one elise, Cainpose ane longue Tete suivie @anathématismes, qu? Epi- hane (prrerion 732-11) nous a conservée, et: dent nous orsddons également los ancthematismes en Jatin, grace an te syne te saint Hilaire 2-26 P. £10, 489-300) a méthode théologique ce Basilo snploie «ime maniére tuts nteessate un procédé de parication des concepts Jie anoindene pgetont de eration, los consubstantelsts de géavcration®. Tl faut retenir des deux concepts co qui est fermpatibte avee Ia nature vine =a notion de eration sae ‘egusde Vimpassibilité du eréeteur; Ja notion de génétation Sauvegarae Ia shotitade entre engendrant et engendé, 1 faut Gene adimottre que la production du Pile par le Pere nit énrinemment en ee Tes aspects des dewx notions, exése tion et énéeation, compatibles avee Hes exigences de Ta 2 Dans Burowase, panarina 33, 3,16. 83 Ht. 27LT. Luonaa Er Veuve 33 a asmosuenox esque ausstdt pour Antloche, désavouant Euioxe syatecsent In simitwds do subetanes entre le Pere et Io Eun Aint un an aynés fa écaraton de Sifu de Y&L6 fy, Ja situation était A nouveau renverseo en taveur &3 gan te Basle @Anexre Wn syne 1éunit done Simls, pendant até 858,18 legate du pynode WAneyre «Baile @Aueyre, Bustahe de Beto, lous do Cyaague tes mbvtabies fetques de Shor Cina Veta Genny dng éveques Ate Gens en dlegation Stirs, pent-tteentavent de bie Mttanase Alexandre, Sevérey Severin el Grace "3 en pouttire Libée hus, rappele dope de Bete 8 Simian rapprachonctt ent es homdosnlens eds constant ites comme Athanase et Hilaire®. Il est probable que la ATseustion ant Baile ot Libre, pordant ape le synod, fet pus Crangire 4 évolation de Basle vers des posiona the proche ce Lorthodonie. Titterarenent, st Pon peut die, 1 reason se toast pr ls covetiaion Pun slumivev' doser qu eomprenal nature spliituelle de Dieu, Crest ee que Victorinus appeliera i conisio des deux notions (adv. Ar. 152,1-3). Evidemment, Basile diminait en contrepartic les aspects des notions, Incorapatibler avos le dogme + I'idée do aissemblance en eréatour et adature Implianée par Je notion de création | idee de passion ches le géneratecr impliquée par Iz notton de géntration ; la notion de eréation, en faisant intervenin age crane production par ta mtonté de Dieu et en éeartat celle de processus naturel, pouvait paler co dernicr cangor Galie méthode oniginale de correction des concepts, aul donnait aax hombousiens impression de dépassor les em Fears apposees de Tanoméismme et du consubstantialiane an] Maceol d'Aneyre, w'était pas la soule partie interessante ol lettre de Basie. Il lablissait fertement sur le toxte del Saint Jean, 5,26 « Comme le Pere @ ia vie en fetememe, ain ‘til dooné an Fils d'avoir pareillement le vie en sol», sa doctrine de ta simulituae ae substance. La vie dont pariait saint Jean, était ea Diew, sans se composer aveo Io; ele Otalt sa propre substance; el dans Te Fis, également, cette vic était sa propre substance. Il n'y avait done pas identité Qe substance puisaue Févangile wemployalt quate: pour ‘signer lear pelation. Mais e/Sait bien entre evs cubs tances que s"établissil Ja simiitude ‘La suite des anainémarismes qu mivaient cote lettre intéressante condampait & Ia fois les tendances doctrineles ‘de Marcel d’Aneyre et celles ies anamigons ‘La lettre wemployait ailleurs nulle part Te mot Romodote 1 Les anethinstioonys d'Aneyre 358 wa pou expurgts 3 W Le spn dit dex Enctnicn (44) Le sgnbule ot les anathématiames ie Sinmives (28!) proaon- (e'Trie probeblasent a9 Istt da Basile @Aneyre sor Uh neouias of Vaonsiousoe qu, hue poadant fe dineusion! du! pro= Tnblemeat éuy rananige pour Etre exvoyée eosite dent VEnmpiro fessrvinintendsrion a tout ls Wasson te Sout Hktshs ie Cras FilAbeapicet, pas id trie ee ta yeaa teal fonpnea Souvens tenant te Cowan Fanta wt arena Crest exactement fe contenu et Ie plan du de synvdis do saint Hilaire, Et Yon retrouve la trace de tout eels: dans Voriersus Arium de Viewozinws. Ce groupsment de textes, était une sorte d'histoire da Movies Vielrines ‘Une lelire de Constance 1. Dans menace, panren 75 8: Hones» 2792 a seapnvenios ‘pasts qui d’alleuss prétendost romonter juscuiaux < Pbres win condamnérent Paul da Sannosate » etait aussi V'expo- Sion eoncette dane tendenee doetsinale permanente ct Comeiente delle-mame. Hilaire, par Tes commentaires quit fous donne dc ces différents textes dans son de sonodis, Rous montre eomment Tes Occkden taux Tuzent amenés 2 ex Inner serieesement eos textos, & y découvrir une théologie (Guile Jgnoraient, a reconnattre que, si le mot homoosies ¥ ait constamment éeazté, 1a doctrine sven était pas moins tssez proche du consabstantialisoa. ‘Le mot hemecusioe ctatt callleurs explicitement roleté deans fa Wetlve le Basile PAneyre eur Vhomofousias et Vito omuaiys pour trois motifs: 1+ H impliquait woe substance fuexistant au Pere et au Mie (ef. Vietorinus, ado. Ars T Boos) 2° les Pores ub condammérent Peul ce Samosate Pavntent cejeté ; 3° le mot n'etait pas seripturaire Mest pponsble également qu’apres Te synodey Dasils ait essaye de Pine condannner le mot hemeonsias par Libere *, Celutet em {out cas signa une déclaration exeommuniant tous cen qu Madaettaient pas gue le Fils solt sermblable au Pére on Sbstance eb en toutes eheses* ar contre, des formes toutes proches de Worthedoxte semblent bien avelr 18 centenues dans ratte Tetire de Basile Tameyes, Jo pense quran peut les reconneftre chez stot ‘Athanase, de apnodis 11,61 «Le Pare ext a souree de la sagesse Gk do la vies le Fils est le sayenmoment de la Jumibre éter~ Stale» celublA eat le Fils engenaré par Ta source qui dit Tasanéme :« Jesus ba Vie» s« Je suis la Sagesto ;« Whabite Ta Volonté + § se retour de Libre 12 pericpante de oo wsnode, de 4g tout do L1bEre miu (356) parent avoir Yin: pression ite To pox estat faite dans 1fitise, La formule blasphematotre de Pee 357 était chim née, Unsace et Valens démasqués, le pape réconclié aves Gren, 20000 a5. 28 305 Laoag er Leouyne 35 Egise qoriat, one dnetine, qui était toute proche de {Htfae un Dilete ov un Athonase, avait 66 AUfnis, « Si Mprunt afr et Orentales omnes ert Basie, dans stro Stinte a6 dossier ‘On cempress c’éerire 4 Nome pour annonce Ie retoae au pape. Constance Ianéme annorga lesen edt I borne oowelle a elerge eta peuple de Pome ® Nata la désion do Temparews, mainte 8a tate de rrégive de Rome les eux evequen, Peis et Libie, 1st pater ot le legit, proving sie unanime Terao. Suan Pexié apparut sux portes de Rome, un vaste mou Senn: popu cha fy de a an ce Line etait acca dans Penthousans + qs vitor» Labére ramenait avec lat le dossier de Sir alata, Tes quatre documents nuns plus haut, Il 9 shaven probabioment dion expliquer a sera a elorg de Rome Conrne Anis, Livia Pasa A (in 398-dbbut 856) [1] Nous avons lalssé Vietorinus s'appliquant conscienciense- arent A éfuter ls lettros "Arius et d"Estbe, méaicantY Ber tute, approfonilssant le raystére Lenitaive, ‘Quand il ent connaissonce des documents ramenés par Libire, ce fab une belle explosion de colére! Finies les ds cuisine irniques aoe som amt Canta Yanan 1 Depuis un certain temps dja des rite colporiés dosh de Aatordtane qui oo flat pa drs hancbetig, nai fometon Naintonayt wel la thee ou grand joe! Fe ile eaont ne deel Sit auteslis ene dowownde pow 2nd somoote et mtr {his car ile alle do savoir qu ce West ni dopaie Torigine du ‘oni, uf dopuls 1a parousie de Téaus, mais quo cest seulement autefaie»-— autrelee sa, lsanot 9&2 employe» Metions que seaitily «cent abe ot plus 2 Sornitaen TV 5. 2 es eens aay 9 237.600 Viiowwe or Veuve a7 6 wmmoneeniox Mais story il y 9 quaranto eat of se eaehaiil, of! dormait, onal dani vite de ace, J foronale da foi qui econo AMY Aton fut epprourie par plus de tris conte éviguee 2 Eco Sere sc hemmed Mlstes, lant ptzontes tutes les hurndren Sande eae ative ontee Cet antique enasighemenl ose Areata? Du beens woxietat par encore aloes Evian, Ha lpi tee tne ou Ucoatej tole ussh ert wil ott tu seme P tien exits dai; is aloe, test tena & Tear wei aise ou encoen is 6t5 mis ew fate parla sentenve gut Sousa apport Jn connodseanco et Ia verte, ik ‘Ae toeeat tcmtine, Le chompion de atte doctrine, nStae peepee talement un quclcenque sentenporain hu stale pent aja dvtqve Tpetnat sac gor teitence, tl ssl bien que ts coléguee ane Gpncopat, ts dacple, tor woetateurs | “re penat oate a tide quis ravi, jueqw'a ceque emptreut simine' Rome, i a accepié qu'un dze on fa prétos Beacon TeUn Ne Sutroe tx doctrine, restant cx communion aves ot rok que, molntenuat tu exeonimis Tae peac tue qe Taient Inns de ct6 pour ebiger Jew postssion de hs ou peut-de contsint pas les agents unpéiany, EDIE Suen legetion pour plader la couse do bie Vietorinus n'attaque pas explieitement. son év@que. Mas son apostrophe & Basle rotombe fur le pape lul-méme, Gos éveneyents expliquent Ta structure. particuliéee du premier livre « contre Aris», Awant le retour do son évéqie, Viotorinus, tout sa disemssion avec Candidus, a dans éte un ovvrage, 1 opus (edn. Ar. 1) qu eomprencira a premiére Iotire de Candidus, la eSponse de Vietorinvs, la feconue lettre de Candids (est-A-liro Yes Tetres d'Art et AEvsdbe) et enfin ane seconds réponse do Victorinus, qui era assez longbe, compcenant dabord une él de TBer ture sniato, puis tn exposé ralfonnol, tous doux démentrant, aTae le Chall est engendré (as, Ar, 12,1 sq), Thest peu pro Hable que Vietoriavs ait pensé a une suite de livres, sur Le méme sujet. Geux qui suivront natlzont. de nouveaux prom Dldmes. Lonvrage primitif devait so limiter A dous lettres da Candidus, deux régonses de Vielorinus, Antrement. dit, ‘ide do ce dislogue épistotalre, ce cot Opms en quatre par. ties, lait nde dans Vesprit de Victorinas, lors dela réception de Ja deuviome lettre de Candids, 4 la lecture des Tetiees Wasius et d'Evsthe. H avait fait une réponse approprige, philescphiaae surtout, a Ts premiére lettre de Candidus. 1 {allait maintenant une reponse appropri¢e aux lettres Arius et dEusthe transmises par Canilidus. Ainsi serait réfaté complétement le ranouveau de Yarianisone, Le retour de Libixe change complttement ta situation. Diabord, Vietorinis assouvre de nouveaux adversalres, les triomphatours da maament. Exewite, il découvee dans 1b Anssier Romeousien toute tine méthode Theologk(ue, tonte ‘ne tradition, toute une exégéee presque inconmus de. lat Jusanraors, Que va doveni son Opus sontro Candidus ? Vatil Le feria, Vaehever ccanme Hl Vavall. prévu el reprenire ensaite la nouvelle Gehe d'une refutation des homéousions ? Mais, avec tout ce que Victorious a appris par le dossier oméousiea, il ne loi ost plus possible do terminer son Opus contee Gandidus dela méme maniére qu'il Tavait eommenet. Contre Candidus, lat boméeusiens sont des sles, als ape Dortent & Vietorinus um précicax matériel: es noms d’image, ‘ole domngs aa Fils par Peritare ot qui peuvent servir 8 Pt Vietorimue cite six passages de la Lettre qui accompa agnait le dogsler hoonfouslen (el. we. Ar. 1 28,125 1 28,52 5 P0110; 1 26,85) T8045 + F929, c'est dare six pas ages dur mémoize € nomoousia et de homocusia Iu & Sir rium par Basile en PLE 358 ct joint au dossier en guise introduetion * ‘Ces citations ne lalsgent anean doute quant a "identi de Padversaire que Yietorinus invective vigoureusemient en ul reprochant sa duplielté : cost Basile d’Aneyre, Je chon pion do Vhomoiousion | Crest catul qui, aux youx do Vielo-| Fins, # entrainé le pape Libtre dans Ja trabison | N'atil ‘pas Pailloars, ce Besile, tfabl luinnéme ses anciens amis, Trrasce et Valens, sana doute parce qu'il était Jaloux de les ‘voir trlompher grace 4 leur profession de fo} de 2877 Velest Te sens dela fin da passage ite pls haut tak seane aoe West Dose Poot siouras aul be 1869, ott 38 rstnoscenioy Unonone e WawrRs 3 prowver la génération cu Fils. Mals test en méme temps Eotigé de les critiques, dattagner Ia notion «'homniousios (gai est 8 ses gene tie aberration philosophique, finalemwent fe défendro Phamoousios. Lee zaltat de et éxénement nouveau :Ieretour de Libére, stwnataire du dossier homéousien, est done, dans Teewvre 4s Vietornis, tne orientation nouvelle innposée 2 som plan promi, Lo début ce notre actual premler live contre Arias Gaaresse toujours & Gandidus (ado, A. yf) suivant In des- tination primitive de Vouveage. Tn peu pls loin (ade. Ar. T 2i1'sq) Hl annence an sujet el wn plan qui sont également Sujet et plan primitits de Touvrige : prouver par PBeritare Lia ralbon due le Fils eat engendré. Mais rapidement, tes fligeesions antihoméousiennes apparaissent (ia promidxe se situe probablemeat en ado. ar. 1 710); es alseussions avec Mareel ot Photin, révélés également a Vielorinus por le ‘essier homéousien, eintroduiseat ; et digressions et dis~ feusslons roimpent le cours de In lect continua de I'Exritore fui constitue toute la premiere parte de Touvraye (ade he, T 21-28,7), Pinalement, éclab> Vapostrophe contre Bavile que jal eltee phis Nall; Victorinus cite des paseages ela leltte de homoousio ef fomoeusie qui Faisalt pariie du Gossier rapporté par Lintee, et i réfate d'une maniére pphis déveleppés lee homsousiens (28,3 ~ 32,15). TE le livre fevient alors véritablement un de fmoousio dirigé contre 1s de homoousia et Romeensio (22,16 43,4) = tes novs du Fils aque les professions de fol chéres.anx homéousiens én arent cont aatant da proaves cu eonsubstantiel, EL si les Moméousiens ont accunvlé enathématismes et profession do foi, Vietorinas termine son Livre par une suite W/anathé- hiailsies et une profession de fol tris développse (46,1~ 1718), Entre temps, Candldus a 618 corapldiement oublie¢ a Tetire & Caudidus est dovonue une Lettre 8 Basile le de pnsralione ut, ur de hoonoouste. Tue ton ef Ja méthode ont également évolus, Candids ot Vietorinas Inieméme avaient blen utilisé Pum ct Pautre 1a inthode théologique fondée eur les noms du Fils, Mais Tes poms di Fils étaient les plus philosophiques des noms serip- traires : VExistant, lc Legos. Cette fois, Vietorimus reprend contre les homéoustone la méthode qu'l welt mise en sppli= tation par euix, Mats it ne se prive pas de corriger les « pew fits » philosophiques de ses adwersaires, La nation image, fa notion de forrae, la aotion de vis, a elles sent applicables fe Tle, en vertu de YEeriture, wen ont pas moins an sens Philosophique len précis, que let boméousiensmécon- Buisson. Linage ot forme sont ramenées par Vieloriius & la potion de qualité substantielle, do définition de la substance (GL 19,20-44 20,8855) La denstié ontologique dla subs= fanee divine étant elle que la définition do la substance ast fllemame substance, qu'il y-a Intériesité réciproque entre forme el substance, done qu'il ¥ a consabstantiabte entre cles, Dime manibre générale, Vietorinus considére la notion fle sulstenee semblable comme une abstrdite phiiosophique (123,1-40, Une substance, en tant que tele, ne peut dire sem: Dlobioad one autre, elle ne pont qu’trre identique ® une auire Gu diffgrente Wane autre, Gest Ia doctrine des Catéqories @Aristota, Athonsse teprendea la meme argumentation d Te desynodis', Dais Athanase passera arsez facilement sur cette dient de vocabulaire philasopmique : il veal voir ce ‘que es homousions ehocohent & exprimer aut fond, Ja nega tion dPane Klentiié nuraérique entre Pére et Fils, a profit ‘une communauté de nature. Le point de vue de Vietorinus ‘est tout different: il coatemple dans le Pére In substance ou Petre premier et, au sel de cette supstance, un aete 0. un mouvement ou une forme om une image ou ue vie intériews fonfondas avec 18 substance. Puls ceite quallté on déter~ ‘mination intérieare de la substance — de quelque nom qu'on Yappolle — se pose pour elle-méme, s'engendve ellesnet approprie alors la substance da Pére qui reste unique : 1a forms, Paste, e mouvement, 1a vie sont done des autodeter~ iminations de la substance. (est en sonnene (a sehution aéia donnée aux objections de ‘Cancidus contre La possibilité d'une génération en Dieu (ef ay. Ar. 143,448 ql représente bien une sorte devestige du projet primilif de reponse Candidus) : Votre est monvement, ya un mouvement intériear 4 Petre qui stextiriorise sans 4 £0.45 Oram p. 270265 P. 0.3% 788 bs 40 neraopceriox: cessor etre Vera, Mais sehéma est appliqué A une tres rane variét6 do concepts (cf. ade. Ax. I 41,42-90) tirés de eriture ot des protessionsde foi. Pls vigoureusenent encore fque dans sa réponte a Candies, Vietoriaus insiste sur le fait que la génération du Fils est uae autoséneration (1 32, 5y L diad), tiromt cette concepllon cu texte char” al hhoméousiens, Fok. 5:26 : « Comme le Pére ala vie (— subs- tance) en #03, ainsi a domné au Fils avele la vie (= subs- tance) en soi, » Ce texte et a notion daatogénération sont tallement 1s Gans son esprit que, dans les Tivres suivants, remplacera «en 50) » par © par soi » (ef. ade. Ar. IKK 3,7) fon eltant fom, 5:26. On pent dire que ce texte lui est révale pat les honndovisiens, e& qui lui permet de mieux formaler Sen intuition fondaentale, Le Pore est esse, le Pus son tiger, avait cit Pad Candidum, Le Poco est vie, mais confon- ‘due aver la substance, Te Fils est oi, wnais Lournée vers les tres, sant goetor d'etre unie a la substance avec Inquelle elle était primitivement confonive, felle cst 1a nouvelle expression du mime sehema que nous fonralt cette fois le Dremiee livre contre Arius. Ge que Victorinus a ajouté dans Te texte évangetique cite par les homéousiens, clest la définl- ‘tion philosophique du mot vie : mouvernent par sol. Pour 1, evanglle enselgnait que le Pére était dove dun mouve- ment cutemoteur gt que le Fils était done aussi d'un mou ‘vement antomotear, ees deux moavonents ne rompant pas Tanite de Ia substance (pour tine formule encore plus nette, et, ado, Ar. 110 17,53). ‘Je pense quo c'est Fimportance de ta notion de mouven ment antomotour qui distingue la théologio de Vistorinns de celle de Afaros! q’Ancyre. Le Teoteur aura de certaine~ tent ponsé a ce deraler Apropos ce Ie dovirine a Fils comme aete du Pere, Mals Victorious assure 1a substantia- Tee du Logos grico a la notion d'autogénération + est parce que le Legos se pose lokméme en Dieu qu'il est Fils et paree qu'il se pase Iuj-endme comme acts intécieur qi peut etre ensuile Pacte extéricur qui s'extériorise dans Ta fréation et Pineamation, Vietorinus es} résolument hostile f Marcel @’Ancyre comme A Photin (cl. ado. Ar. 122245 128,98) j a en cola la madens opinion qu’Hitate, tnfienes ecembre 359 Vowsn or t'aovKE “ yes documents oméousions ct qui feria en Marcellas aordum del" cama legit nescit®. » Sor resume, 1a problématique du premier ticte adorrsus anim ext axée, comme ectie de Yad Candidem, sur Is comme bul pat ‘Aijpore consubstantiel cnize esse ot agere au monrt, pro- aR ce nas alee te Yoleaion fndamonale at generation inpliqae oweeent et ch a cana ig, nt tnt elise aderans rian C8 Fame ot tinge falter comer Candis que Tae, see eimmanenty et un movement tous ves a Gant Monouverenternteur ne peu etre que cod mane atest eameiae ane neural esque ancy Mm cu ily safest par Tes femdausien, taven a eiton du fis comme menverent Ae daplee setarce cine. als ce raouvemen, él vee, ni evactre substan qui sevure 24 fis sated et astincton avec le Pere qu est treo 18 ores ) Conner Aas, VRE PREEn BG Avee ade. Ar, 149.3440 ot surtout avec la Tongue, pro- ecsion do foi dato, Ar. 147,148, YOpus (ch. ado. Ar. 1148) ind Candidum svachéve, twencformé, reviviné par la discus fon avec los homdoisiens, Mais 1a production littéraire de Victorious ne va pas saogever Ia, D’auitres livres vont uere, quit vont témnolgner dun effort sans essse renonvelé pour exprimer au mieux et qwest Vhomeousios. En oe sens, be seront tons des traités de homoousio’, Plus préctsément core, cos trailee seront une sulle dessals destings & mon~ ther rationneliempent gut les formales de Ia confession de to far leequolles tous lee partis sont daccord : deum do dee, Tuner de tunine, inpliqaent Paomeensios, ef A8}a aio. ArT BOS 31,185 AL 221-265 TT 10,4420; TEE 1,16-985 TV 88 23. Cela siguiffe qae aésonnais c'est avant tout ta prablé- atique issue de la pensée Iroméousienne, qui va prcocew 1. Libr af Cantert, Path, CSEL, Wb: p. BED: P-L 19, TOA 2 Gk ples tan) BSE 8 2 stropvcrion Powe er Coun a per Victorinos. Dans une lottre qui ast dater probablement dela io dle 350, Georges de Laodieée (Gans Bplpbane, pana rion 73,16,1) get =e Sie Pere ost Esprit, si le Fils est ESpMt, sile Saint-Esprit est Esprit, il ne s'ensuit pas que le Fils Goive etre consideré comme élan! te Pare of ue le Sa Esprit doive dtre consicléré coramo étant le Fils, mais TEs DDHU-Salnt. son bypostase propre », C'est exaetement tout Is probleme qui se pose 4 VieLotinus : Dieu, Eeprit, Lurie sont des noms seripturaires et des noms « eanoniques © Pour désigner les ‘Trois. Ce sont done les moms communs, {gui ne doivent pas etre confondus avec les noIas propres des ypostasee, Pole les Romeousiens, la communaute de noms avimplique pas identité, mais simiitude de substance. Pour Vietorinus, ette communauté trmptique ldentite de subs tance. Que signifient alors pour lui les noms propres ? Gest Ie quintervient 1a nation de predominance = les noms eom- fnvirs, Yoat en étant commouns a ehacim, sont propres & on ‘oes ‘Trols, par préominance d'un des trols aspects (ef. aD. ‘Ar, L016 , 1 65,1 ~56,95 1 54,9-12) ‘Le dossier horgousien Au piliger Vietorinus 8 ube intense ‘éesion philosephique. it falsit axvarer ane tdentive entre. Ie Pico et Ie Pls qui ne soit ni unité numérique sabellienne {que les homéoisiens folghaent de reeonnre dans Vhomant 4102, ni Ta coramunauté indéfnie que les mabmes homéousiens appeiatent « sintitude ». Un premier résultat de ce travall ‘at Le {raité qu'il me somble raiconnable «appeler Contre ‘Arlus tore premitr > et qul vient imanédiatenent 8 la sulte de FOpus ad Condidam % ll coramence par co achut flivupt + « Spisilas, ets, jos, saplentia, substantia utrum ‘dom omnle an altera a so invieom » # qui monire bion quelles sont maintenant les préocoupations de Victorias : do quelle Imantore daiinir Fidentite entre les noms aivins, qu'ls solent Dpropres ot comumuns ? Pour répondre, Victoriaus utilise les notlans néoplatonielennes iidentité dans Talterite et alters dane Pdentité, que on trouve notamment ohe Porphyre et ches Syrianus, Mais Hl ne se contente pas d cet omphint a la logique néoplatonicienne. Pour Ia premitre Soh tents uno sorte de cestription de Ta Trinits chréticnne fis frmes abpplatoniciens. $a eelution ne copslste pos & Geanir abstraitemient 1es rappocts Togiques d'identité ow Gltérite qui peavent exister entre les noms aes Trois, TL retire nous fatre contempler la place de VEspri (= Pars) seetrages Coz Fils) et do le Sagesse (= Espeit-Saind dans Le auvanent de is vie divine, It co mouvement de la vie seine doit se. coneevolr pour Iu grace & Vanalogie de 1a inseation enamelfe du Fils de Dies Pot Vimportanee dit Fume de Minearnation, de 14 naissance virginale (ado. Ar. T BL; 1 5h.a0 38,36: 1 G4), Le traité toarne done paratoxale feat en un commentaire de Lue 1,89 (cf. ado. Ars T BB 36-58,90), cest-tedire du eéoit dv /Annoneiation. thime que Ie Logos est dans um état féinin, lorsqu'l ost ‘ontendt dans e sein de Marie, pour deventr male, au racinent Ge sa onissance, de méme, en sa génération éterello, le Logos eat dabord en an état frminia, esti est abord bis cherebant se comnmoniquer, & eréer le monde, done, Porcignant de Vonits, en um état dvatérlé; pul se transfor- thant en sapesse. en pense evient vers 6a source, devient Indl, eolrouve Finenitie ave le Pere, ‘Cette premigre tentative st encore gaveke, parfols presque incohérente, falle i'ééisents néoplatonieiens pias Ba moins bien assimikes, Dw molas estelle présentée d'une Imanire iasbile, tons les themes s'appelant Les uns les antres tl formant une eubtila symphonic Ce court traité est donc le prensie fruit d'un approfondis- sement de (a reflexion de Vielonnas sur la problématiane hhomeéaustenne. c, Le triomphe de Mhoméisme, ‘Le Grode daté (22 mai 359) ‘Las coneites dle Rimini et de Séleacte Guillet dScambre 359). epais 357, on projotait um grand conetle. Tont le monde. espérsit quvil apporteralt une doctrine ferme et la paix dens 1: 8 plus baw 44 astmopucrion Viglise. Le tremblement do torre de Nicomédie (24 actt £868) ruina la ville ob Yon projetait la réunion, En 355 holst, our TOcclaent, ‘Rim, sur PAdrauque, pour VOrient, Séleucie, en Isauri, Le 2% mai 259, 8 Sicmium, en présence de Vompereur Constance, eat liu ane réonion pefparatoire chargée d’¢laborer unc profession fol susceptible aetre ratifies par lee ceux concies, New roteoavons 12 une partis des personnages présents Pamnee précélente & la reunion qui avait ew leu, en eté, dans 13 mmo vill et qui avait motive le retour de Libére. Ce sont Ursace . Valens, Gecmihus et Basile a'Aneyre. My a trois nouveaux participants, Georges &équo d’Alexandrio, cchasaé de son siége éplzcopal par une émeute et refugle 1a cour, Panerace le Péluse, un voisin du précddent, el eal Nate, éveque d’Aréthuse en Syrie. Basile d’Ancyre est et ‘mainorité dans eette Téunion de gon qu tous, sont de ton ance arienne. ‘La signification de 1s violente et longue disevssion qui cent lieu ee jourIh nous est donnée par une letire de Basile aAncyre et de Georges de Lacdiete, qul fut éerite apres la réunion et qui nous donne en quelqus sorte Phistoine du dhat thZologique telle qu'elle sessert des rénions de Sir minm 357, 358, 389 Le Credo daté, lee san e?Ureceo¢ Valens) ont pris los davants pour qu’eal Agerte que le Tile cet dissemblale x Poco quant ha substance {ip ont cru tcoaper FEglive par eos lettres quis ont ubveaues th ‘éncrable éveque Oshus (= Sormiuum 851) dens lesqulles ext prod pss «le casemblable en substance». Mais corm cous do TOvend (= Bante or ste wns, stant monice& Sirmiora Tas dacaier|— Sir ‘nium dé 358), ont stoma In olice do cette alaation he igue Ue dieser orctousien get tafeergo, Victor ait done foremerd ‘aniananen, jour ne pas avoir de eenyptan 3 renee sue leur Stnisn a eat de 1a foe dal gin, lee von lloste do fave dpe tates de onsignemontcelicinstigue le terme ou li pas lea Parcs. Is oat ers ss Yon élimaail Je mot susie, en disant que 1s Pils Yost scublable au Péve que sean la Yolnté ae Yaetion, le ‘uvaient fe drt, ne pommant pes Yous, dedi pour Ie were gue Ie Fils oot cisneblable au Paes seloa Ire ot Vest, Mais juste Hop er Cewyae 4 qui pro es anges & Tour propre ens Diew qui dicend To wit, gu prend I ” aaa ie yd A notee pet emperor que Te rapport. da File " i te somal ett a bro, Cares jean Plrceomsisit ac inpecen, at jot de Els momagene do ‘Gan gon pense notre piews exper, e To ioopho © Nous avons 1A une version Hornéouslenne des fais; elle correspon pour les grandes Tignos & celle que Vievorinns fedlnéze ?, Le 22 mat 389, Ia contre-attague anioméenne 36 parte sur le mot etic, dont homoouciae et hamotousios sont Herivés, Mancotvre hate, car Te mot ousia cblige Yenacisne- fttent evalsiastique & se sureharger d'explieations philoso phigues, Son elinination peat revétir les apparenses d'une Parication, dun rojet des influences nelléniqies su Ta foi Carstionne Mais, évidemment, cette élimination a aussi pour Conséquence de permettre Ia reintroduction dun aaomesme Iarvt se Péte et To Pils w'ouront plus entre eux qu'une si Iitude toute extérienre, he A woe Mssiziitade fondamentale fc esieatielle qui powra aller josqu’a anime séparant ta fraataro de son eréateur, Tels furent le sens et le contenu de fette discussion du 22 mai 359, qui se prolongea tard dans Tamalt eta ka null peésédatt la fete de la Pontoodte. La lettre homiousienna eitée plus haut nous donne une age ve Vatmaosphiére ; Cest Fempercur, anquel on préte ane fnspiration divine, qui javente ou qu'on sous la solution. moyenne : le « semblable en toutes cheses ». Evidernment 1a formule état lastiue, et ehaewn, en signant, y mit Te conten, favil youlail, Basle préeisa bion en cignant + « Semblable ‘en tout, pas soilement selon Ta volonté, mals selon bypos tase, Pexistence et Petre? » 4, Bran, pater 7, 447 — 15.5 Mowe, 0.280 S Rowna, poner 2,997, Hose 9 238288, “6 vropcertos: Cuong Br Vase rae 0 1 tneanain,inconms de Vglice de Dion: car cet empleh 9 yg is seaeale pac les fbres, Nowe nous seroma ices TOME quo uous recranassions hoo que nous avions 46 tena tosrotnt. Binlenjeus sommelnous, pulaque ce grand bonheur fermehelt grate dla cennaisanoo quo Sa pit a prise de cotte afin, ecus ui'enscostnne empleyer cen mots au sujet de Dieu sient de Dien, ayant la inc confondu, ent dW accepter I Shenae ge tu leur av tmpeate, Pose now, nows tendon orooege Bie lemenee puree que le box droit de a vérité a éelntS au grand jas cus cen Vinvinsible vinta qui romporté la vitaire: gue Jar nis a nom tndigne de Diaoy aly lle par, 1st @nyiese flav le saints Las, ne soit ple prononcs par personne ‘Crore purus! us fiplrens iantamracnt te pit, mone 4 omens eneareretenus tn ee lle ole spa st déoul ct dod oferta réponse que nous avon donnge i nos Mees; aselle CERES Go meus, yal tonene plineranae ane Agezrine exmmune Sree les Oventavs, sous seyomesonwoyea vor nos fides «que ot {SEER ants do iy Vente apparainentclaromen! comme ivan! orl do srw qui ne ehangent pas Te na de Dieu : que meus, qt [oso ln wovtd catholique, nowe ne soya pas retens plus Lome an even cove qu sont fetea par ub enexignement perveTs, Gear pourguol avas nylons instaemmeny Seigneur, Ta pets ex pesence do Dieu le Pas et lu Sogn Jésus Christ Dieu ob Fis {2 ions pour nons qui avons souserit¢lazinc dasiine 22 nowt Soran! sur ton onl de Perle! A yet ul, fas, onloone que Sous soyona renvoy6s & noe hdloe ein qe Visa, quit tore Esclawont par suc Ton change Le renon de Dien do sa Hi fe'vtase tu segue de Ta puissance et do Ta giro & laquelle Than a nerds ui poine appar Teur explo} ange, les Sermes ‘Tousie ct Lemmostes soon dasorsaterjess, pulamue. daa les divincs Berituces on av loa stove pos onipeyen an sujet do Dion stu Tis de Biswas Ce compeoinis dv 22 mai 359, par son tmpréoision qui favo~ | risalt les ancingens, Gait finalement une dffaite pour Basile ft son perti, La lettre qui vlent eVatre eltée constitue bien sine tontative ultime pour raltrapes ee qui était poedu,, ‘igo tnterpréeation postérieure desiinee 2 justiner ane cap ‘ulation, Cette preasibre défaite du parti homéousien allait transformer en deroute ‘A Minnis es Oadenta,néo irl ies jt anon jo ee bles fa fl de Nite, Mae tara que ta majeie ostiogesn conse ovate ee ite Eager’ your Vaforne: de son hosiDUs ot Creo Baal Sebo teu teh Nice, Yopesltion, a Teanal on scene evaemmant Untce, Valen, @ tEkusesta de tan, ace oust es gia Cs sot Scales qu Gnkert per mpeve: oe solos ae coe] Carton ue tons sigatret n HKG en ‘These coma totte ection: El prensa orn 2 al 559, en se contentant Catriney Ta sade da Ps vee bark fese resto mere ren totes coer 1 etn {rinses ents gut alent whi eo aon, parton fala gran norte das evs ule torent Se Is dscyrement et d eure eles Spscople Ase ies pis orttonowes te Debate gen, Oren lger th olooant de eapeation do Yo qu wouaiat save! fade, Yortheste Salat Hires oor a conser I tre eats cance nant cotie deco Cette Ietire marque bien Te triomphe de le tendance amrcée en 957, par Ureace ot Valens, au synose ce Sinai. Te tejet Sousa et omeousias ost Aéfinitf. Inulile de sou higner Vextraerdinaite servalice di (oo, L’empetour est vial teat Is supréane instance religieuse ! ‘Av Seignoor,justement iris gloroux 4 tot witariane, Come tance Angst le synode do Tuan, on uoauiils avoe loo Osien= Hug Gales elas par Tas otter que nos avons regues de a pie, wows avons rendu Hing of nour tendone encore de ite grandes seta As grdooe, Cor tu noone ronplis de jote en nous Launot ooanaltee ‘ce gue nous devioas Inne, gruce om explietions que news © dan- nee a pts: que personae eapleic plus jamais les noms Weusia 8 rsmonvonos jenn: be Vaya 9 atiaques & Rinwini + cusig et hemoonsios. De ehacun de ees nots, Vietorinus expose dabord Ie sens, puis établit le earae- thre scriptwraire. Pour ousia, suctont,” Vietorims est. dome ntratag dans le vocabulaire grec :ils'agit de aictinguer «ba Eisierona, tradtlts (nditéremment par substontie dans les Sessions latines dbTa Eiblo, Imentxe, a propo: ’hemooustos, fue Fon pent ausst dien Pemployer en grec que dans Ja tra Ghetion Tatine qu'il peopore :« Consubetantials, imal subs tentials. » ‘On devine par ee bref apergur que le Myre est encore plus doigne de Vad Cundidum que Te Livre précédeat, ‘Vistorinus eyparait a comme an eontraversiste Lbs ‘prache do ses cottemporaixs. Sans doute, est pins au cow Tent du vouablaire ontologigue gree que les anees 1a, Grogoire @Elvire, Phhads dAgea, méme Hilaire, Mat aL pise aux mame: sonrecs d'arguments, 1) empl les méanes txpressions steréotypées, Toot Gvident quil a dt8 iis a fonvant des modes de sfutation employes communément pa les consubstantiastes, sees Araes, uivne ensox (i 359-€EDUt 360) [9] “Viclorinus, au for ot A mesure que lu) arrivatent tes nen elles de Ja eontraverse ‘théslogkque (eéunion da 22 mai 1559 Somium, puis conelle de Rimim), voyait surgir davant Jui, sinon de nouveaux adversalzes, du anolos de moavelles Tormes dabjectionss au oorsttslantil. Coram it avait étudle attentivement Ta letire de Candidas, puis les lettces d’Asiug et i'Evsthe, pus lor documents homeoustens, 1 semble ausst fvoir vide tris pres les actes du. concile de Rimini, Now jetrouvons, aa travers due Liere second eonize Arius 3 es traces de ee que nous savons du eoacile de Rimint, rats fenasi dee tals que nous ignorions. En effet, Victorians répond bien & des gone qui proserivent los termes’ ouria «t nomeansios paree qu'ls provoquent eajel*, Le pro- [bltme de Mine du Chest y est tall denx fobs, tres explick toment; Viotorinas semble méme avoir constratt, le premier, tine prouve reripturaire de Textstence de Vame da Christ, “Le Coniee sins, Hore qualridme (un ds horoousio tgalee 4 hie an SS ot et Croan er URE a meat, selon Te manuserit) se peésonts, comme te Hare (roi- Ryan, sous Ia forme aan (alte dogmatique ot me laisse teanspetatire qa tate dperotement quelques Intentions elgmiguos). Apres Te fave frofsibme, ih semblait dificil ce Faire one seconde fols Pexpoes de 14 consustantialité des Tpostates irliitaires. Le ture quatridme semble ison oem ude de préision philocophique, Fusqutel Victorinas « Coeploye indifiremntent, pour norames_philos9phigwement I Bac. te Fils, PEsprit-Satot, aus bien Tes verbes es92- tivereintellegere que. kes subsiaatils. cesstentia-otia-ntele- enfin, Mais il vise maintenant de Je nuance suanto Srteere desipne Pacte (actus), vita désigme 1a forme (orn) de cot acte, ob il aul Glablir une distinction entre ¢¢o deux Goons. Crest done Te Pére qui devient Ie afeere, Ye Fils qul Tevient vile ow encore le Pre qui est Vénlellegere, lo 3s, ‘inet genti ‘hice souci de préeision dans le vocabuleire, s’ajoute da rement Le a&sir de précenter ensin be desertion complete fia mode de géndration du Fils, Le Cenire Arias, fare pre~ hier 9, sans doute, ne séteil pas content, comme Tes autres {ivres, daft : le Fils est le mouvament ce 1a sunstance lawest le Pore, ou Faste de [a puissance qu’est le PBro 5 i Rutt adja tose @otiliser Iq notion de connalssanee de sol pour reales compte pis exabiemeat de In genération av Pits®, Reprenant cele reehershe philosophigue, Vietorinus news donne, dans Ia seconde partie du Kvre IV, un exposé doer développé de la naizsance duu Fis, comme pensée de Ta pensée. C2 sont les pages de son quvre qui anoncent Te snienx Te De trinifate de saint Augustin, Ta Hive queirteme ne revient quo trbs rapidement sur te probidme de Pincarmation®, Par contce, Hl consaere wa dovo- Joppement aise long aa cappart cui existe entre le Christ el IEsprit-Saiat © Baie ce céveloppemeat west, somme onte, qu'un résumé dia Tiere fvisitme, 1h an, Ars (7 404 Gong es bomdang)» TW 18 (Gontre sens en aint: 34-— 385 (ante Mare! Prati sas an 187 a8 Eo Am. as WV tga ot 7 2-994 Sat ses 38 inemonvenen Unaware er afesovae Ey 1 stadvease & dee gens Sgarés par Ursace et Valens (il ne homie ps ces evniers, mais on les reconnatt fecilement). Gamnmas dane 1a lettre des éveqaes aTealle, qui vient dee ile, Vietorinas fait allusion 2 Panenimilé tonts proche : Spiitor adéiue rationem metellegend oan, Inter nos corte nen tenere. Oomes reete Hntellegimus, nec tamen tungl- nacts Comne estee mame Tettre, I fait allusion aux actes Su concile de Timini sx vests eolibus*» La seule it. ference consiste en ceel = VicLorinus semble bien s'edresser fh des hésitants, qui restent sow Mialuenee des arguments hangers. Sa lettre n'est Mailleurs qwun réuxoé par ot Simple du Gontre Art, tire detiae. La fn di petl, oavrage trait m sousl bibliographique ‘Wictorinvs rappolle en effat que, dans un mater tactalas’, ida réfice les homéousiens (= Basile d’Aneyre) on s'en pre- pant aa dassicr meme quviis svalent envoyé (contra cos tractatus quos dpsi eaniserunt) eb qu'il a refute également Tes anoméens (= Candids). Tf allesion par 1 Vem sonble constitué par sa lettre & Candids et par Vouvroge fque now appelons maintenant Conre Arius, lore premier a lest possible que Vietorinus ait alors eomineneé une e6vt- sign o& ane enise su point de ses ouveages. Rene to em te, cl at me ey logique, les résultats de la politique 1a réection orthodoxe Gist Da gre Don de Dina gift que mas emanations, enmns At Fayote sve sy'n seal stat, quae seul Sign a5'fo lounor sv. sapre, omer aun confer). Fleant done, nes te shes atten, tvce nous un uonnine dino ‘(uo confncat vessiyoatues Nous gardons Aibement es sto Ls aleion ce fat da Nise eotte Arias et Sabie? Poin, Miibce dp Sebunin, pour ano pint 4d tsloment sendarond ec te doen: Nove elon es none cto de Riis ort Cine, ston ccrordavos topos lov owires provinws oon dione all titer ont bo shes por es ceary colete do sets id Sox vans fens que tone lovions suas vn somites Ie opis dy cer tooe tviee (= Mieco so Rimi] an cule polis felts ds divengonce fl su eat do In et qu aot ton Rojo de In dtaousicou dh eonelle de’ Rimink. Dono ison {lohalte pacsper totes aaa, quleyoque dso vee nox tine pane Lnavilie, i xe hateappenaves ee que tens avon lls evn, ae ane ne ogre spre ‘Tans le profes de fat doat opus avene parle ot ejotnt -coneile de Bimini *..» i a Hovaisns crnvrrarers (939.9) (50) [137 2 Crest probablement aussi vers atte 6poque: que Vieto- injus compote ses trols hyomes 2 Ta Trinité Lihyrane Z oot lids proche par ses idéep ot ea structure do Contre Arts, lore reisizne. De raéme Mynane TE CMéserere) ot Viyrane LET (Deus, dominws, paraslitua) cont (36s proches av (ture qua trtine. Los composttlon paratl corespondre eu meme isin de aynthise qui a préside & la composition des Tivees lrofsiime at quotrite, Sous une forme camassés ot cela De MoMoovsio REcrormNDD (in 363) (9 Crest eactalnement 9 ce mouvement de réaction contre! nin qwil fant rattgenoe ee polit euvrage ce Vielorinus, 1 Dotan 10st EB tan ee 30 4 Dnt ctl anfar Pas BV 25 Ponape 158s. . 36,1 « STHODUSHON ‘ement poétiqas, ib fouraissent un résumé de Ta Ungoloxie Uoinitaire ce Vielozinus Revision ne ARUEION pes miFrEemEers ERATeES (oprts 3839). Certaios indices qui vont size émumorés obligent & sup povot une révision par Victoriaus dc Veasemble de som Enuvee tnéologiqee ot Je constitution par tut d'un Corpus Penoissant tone Hos trails qu’ avait eis. ‘Mathourcosement th certain nombre Incidents survenns dens Ja tradition yoanusceite, puis tmprimés, détoment Dour nous ree vénitables intentions eax causes de troubles sont om tervenuies #1" Ia soisston de 'Opts lat Candidant; 2° Ya confasion dans les tres as trltes 18 Seisaion de VOpus ad Cand dum. Victorious a clairemert exprim® son Intention, au fois inflate, de fae um Opus ad Candidum (ef. ad. Ar. T Syl zg). OF cette intention a et8 Aéfigurés par La tradition Iauuserits qui, & partir du rs° ou du x! sidcte, et pour une raisoo qui nats est Ineonnbe, * séparé les dewx premicrs fuits, Cest-dire la lettre de Gandicus 4 Vietorimis et Ta ypromidce reponse de Vielorinus du reste de son axwvre. Enrésulls que les manuserits D GP VT MY ne contiennent fq ees dete premigtes lettres et sien autre, tent qs Ay Kot manuserie du reste de Vequcre, ne les eontiont pas, Line figent 2 di snrvenir au 1x® 08 x" sige, paisque ee denier mranuucrit cat do setts epoque et qu'en 799 Alcuin willsait fine Saitien de Vieiorinus dans laquelle Ja seission ne s'était ‘pas onors produit Les deux trongons de Teuvre de View Tovinus ainsi separés no se xCunizont qu’en 1772, dans V'édle tion d’Andxé Galland. Mais cette selssfon aura eu Te temps “Les déformations de ta tradidon ‘manuecrite ec imprimée. suck. Ps gon, Mare Viernes 6 Aton, es Arcs rR at Ua Sfoyin Aga © 3X1 (955). 18 Crowe ee Caxove a ‘ropérer ses maéfaits on introduisant Ia confuston dans Jest utnee pattiewlars des ouvrages et dams son titre nel ‘be Conjusfon dans fe (res. Jal donné, en cotta introdnc~ tion, une namérotation, & Falde de ebiires entre eroebets, fax differents ouvrages du Corpus ietorinien, Je vals Posies il pour étre plus clair i) Tite genéred de: Corpus. Sou Aloaia, on eitant 2, sous je Lite lider fide) cothoticee prin, pourrait wons faire sup- poser yue Tensemble s'appeleit de fide catieltea, ou de Ue Prat cour. Lanotice de Jerome, en paclant Wadeersus Aviom tenes, nous dome peut-Ctree veat titre, mais on ne reiranve fhulle trace ow sur I ‘Phodre: La philosophie utile par Vietortens est une ph Tosophve de comamentatear, On troave notamment des tract Ldecoramantaires des Celegertos aristete (at. Ar. T21,4— BRAG 1 4112-18; 1 2098-05), des traces moins ‘mais tras prodables de commentzires sur le Sophiste (at Gund, 415,183 181-55 171-9), Mais In. philosophic v Iisee pat Vietorinus ne se contenie pas a’uifliser Ie mates coneepLsel du noplatoniame et les abstractions logiques de Categories ot chi Sophisle, Elle @ wussh Lout um aspect mys ‘thique, qu apperast susloat das le vee Lb adoersus Ari ‘is Hes spécuations sus V'androgynie du Logos voot eejeindr expression famouse de Fevangile das Hebrews sur Esprit Saint, mire du Ghrist (ade. Ar. 1 58,12), Vietorinus trabil final oh maints encrete Peavehissement cu néoplatonisin posiéricur par les spéealations gnostiquos et par Je vocebu Tie sssu der Onaees Chaldatques. Sur ee polat, Ye Tivre de ay. Theller, Die Chaldaisohe Oratel und dle Hymnen des Soares, gue Val souxent ciLé dans mon commentaire, eentremement soggestit, ct je ero qu'il raison de eher= hor, comme source comunune de Syaésins et de Vietorinus, vn commentaire de Porphyre sur les Oraries. Chtda'gacs fe pat etlle influence iindireele des Ovaries Chaldaigues iui fou! expliquer les traces de Ta doeleine de Numénius {fue Jal souventrclevées dane mon eoiimentaine (var Moople et surtout en ade, Ar. 1V 25,81 ~ 24,98) ? Mais ne influsnce diteete de Numénius eur les néoplatonietens| Contemporains de Vietorinns est irs possible * ‘Neus comprendeions beauceup raeus Vieloriaus st nous postdions les sounces grecques qu'il a utilisées en Tes tra Muisant plus ou moine bien, en emettant souvent datieurs do tzadulre certains mols. Malheoreusement, je dois aveuer dus, huaquich, mes recherches fur ce paint ont 8 Lnrace hives. 51 donne dens 260m commentaire Jes rapproche- nents gui mo paraiseaient susceptipes Worlenter Te leckewr, mats je nal lrouve pour ainsi dire auetne source itteralo~ Tent identiGable. Ponttant Je pense que c'est de Potisa- tien Liltdrale de sources gpeeques que proviennent Abloncs de pensée de Vitorinus cui sont souvent si ei tiles A suives Jai daillours essays oalder Ye Yeeteur ex faisant préedder la traduetion de chacue treit6 de Victor for done anclyse detalles qui eherehe 2 reproduire du inieus posse Ta marci de Ta pensée, Mais je evois ae, jusqu’a an certain point, noes nous eurtons, dans ee do- mnaite, & une Linile Infranchiseable. En effet, une. grande particles euveas de Posphyre, de Jarablique, toute Peewves fle Théodore «Asing, est perdue. On peut se liveer A ne econttrmstion partielle, grace aus abonilaits common tales de Proclus ou de Simplicins,Dsis il fat bien recone nattre que ees tentathves serunt toujours problématiques. [Le témoignage le plis abonclent que nous pessédions sor Tat 8 stnopucrto% philosophis de Pépoque est eruvre de Vemnpercer Tuten Titememe®, Mais & c€te de quelques rossemblancos de acta, fy.a, entre sa pensde et calle de Vietorinus, une différence folate de structure ot inspiration, 6. Date inoertaine de la mort de Vietorinas. ‘Nous avons étudié lel peu prts dix ans dea vio do Via toninaa, cls ans que ious eonnaisons petee qe son «env antiarionne a échappé au aultage, Hors de 20 foisecat fs Iumiare, tout le Peete de Pexistence de Victorinus no% fest ineonnt, Augustin it. simplement quven 885 st save (quo Vielorinus siait mort ebrétien © Mals [ne moss rene Seigne pas sur la date. Une yariante d'un manusesit ur Jetire de saint Jerpem® poualt fasser supposer ci’ était encore vivant aw temps de Phérétique Jovinien, eesti ors 282. Blais Je evbis que celle petite éotame paléost Shigue ne nous révéle rioa snr Je texte de saint Jerdme 1 Sur fa durée ce 1a vie de Victorinua, ul LA DOCTRINE ET SA SIGNTFIGATION HISTORIQUE 1, Le consubstantialisme de Vietorinus ‘Yietortnus prend pour point de aépert de ea spéeutation aheetoaique le texte mma de Ia profession ce fol de Nicée Jo Bis est Romcodsias aa Pbto, Hest engendré de ta substance da Dire “comme ses conlemporaing, notamment Grégoire 4’ vyine, Vistorinus® s'attacne 4 expliquer cette formale de 16 andre In plus siaiple possible ; Ja substance designe ee vest ume chose o7 quvestoce que Diex ? Diem est himitra, Bio eat Eapeit. Mais on lit dans la profession de fot + Diet de Dios, Himiéee de Jumiére, Esprit @Esprit, on pertant La formu iBrecgue concernaat les trois hypostases a toxjours, cher V torinus, 1g fomne suivante : d'une seule substance, tr Lbypostasss La sanstance represente V'btre nen ence ‘etormaing, qui n'est en relation vee cien Tateo, par d 1, Le Parc Pla, 108, p18 30 vrmopceniox ba pocrme at Cette doctrine philosophique est vraiment Ye foxdement | du consubstantialisime de Victorious. Le Pere ot te Fis ont, chaser, doubles dune eerlaine manitre, Cesti-aire tgue le Pére est, dane certaine menitre, Bire et forme, at que Je FIs est Ineméme, dune eertaine mamitre, étre ef forme ; et Von peat dire, de midme, que chaeun dos Aen est substance et mouvement, pulsance el acte, étre el agit, est en ecle que consists Pimplication céoiproque du Pen Sedu Fils, Inguele Vietorimus Gent aotant plus qui Ia eail enseignée par F Evangile’, Nate Le Bore est plus suse fance, plus fire, plus puissance ; Cest-A-dite qu'il est mouse= imonf sous Je mede de Ia substance, acte sous Te miode de Ta puissance are, Et inversement le Pils ost plus mousement bls agin, plas acta, etant substanee, étre eb puissance, sous Te mde fe mouvement, de Faaie el de Pavts, La préomix rhance assure done Ia distinetion hypostalique. Elle jowe Te rile de la relation subsiotente do Ja théologis alterievre ‘Ainsi, ve goat les noms connmuns eux-midmnes qui sont ex ‘me leaps, par predominance, lor noms peopres. let encore, fon voit naire In future doctrine de Fappropriation. Mats Je conceptialisine ef le dyramicite agoplatanicien conduisent ‘Vielorinus & extends cette epproprintion comme 1 meu, ‘yement propre @ ehaque hypestase, par laquelle elie con Quiert son dre propre, Auironent dit, le prédominance gal fSssure, pour Vielorinis, la distinetion hypastatique, o’est) pas iordcs qualita on quaobilati, mais dordre dyna. ‘nique Eile ext processus aif Pau loailirmiation, d'anodtor niinatioo ot Pautogenération. La prédominane?, fondemen’ fdes hypestases, est wn oiouvement anlomoteur, par lequsl haque lyypostise ett Vantre (= noits do supstanee), sei son miede propre (= distinction hypostatique). ‘Mais la dehinision da Vhypesiase comme unité de Tere et de Ta forme, et la definition da Péze et du Pils, respect: Yemen comme sire st comme forme, ant Tes curiséquences suivantes, L’unité de substance se ramine a Pumité ce prime tipe + Je Pore est lq substance, Son hyposiase constsie & flze substance, i y a en lui Unité totals entre substance ot pypostase, Le File est pzimitivement confondur avee 1 (Cost dutire que la Tarme est canforduc avec Véte, le mou Gonent avec Ta eubelance. Le Pare est done Vhypostase non mnanifestée. Lt Fills aa contraice est la forine, qui se pose jeumntonp somite ferme, 1s mouvement qt congulert son feulanoitie. Mas il west hypostase quo par le Pére, cost ative parce que le Pare est I'ire ow ils, parce que Te Fils ft le Pire, ext la sabstance qu'est le Pére, Forme manifes ‘Go, lo File est done bypaviase manifestée. Jusqu’’) un cere tain point, on pourrait dire que le Phre est plus substance, Jy fils plus hypostase, pour repre le prinelpe de préder tninance, ehoe 4 Vieteriaus, Ht, on eff, tout Veffort de Vie~ oxinus cansiste & montrer comment le Fils test distingud Gu Pire par son mouvement propre, Comment Ia forme inié- eure dat Pere s'est exiériorise et & eonyuis son hypostane Drop 2, Le Trinité comme double dyads. Jusgel nous nfavons park’ que du Pére ot du fel est bien Tusage presgiie constant de Victorinas. due pont lui Ie Fils eS double 1 Christ ot Esprit-Saint. Wy 2 tine see genération, um sett riomeraent en Dieu, Crest cet finique ynouvoment ud se distingue an Crist et Fsrit- Shint, L'Pxprit-Salit est exgenlré das le Pils. Lidée done procession propre & UEspnt-Saint n'est aneolment pas pres Sente cher, Vietoriavs. Poulant, Viclorinus pense assurer Je cistinetion hypostatique eatre le Christ ot PPsprit-Salol, aa plus par Popposition entre Metre ck le mouvement, entre Te pulssanon et Vacte, anne eetts fois, (out et restant au sein un noique tauivement, pax Veppesitien entre dows cires- ons ft mame mexvemeat. Le Christ représente Ta divecLion da moavonent vers Vestérieur, en tant qu'il est Vie, VES prilSalat represents le retour tht moayement & Pntérious, fn tant quil est Sagesse, De méme que 'atre se dédonble tlie élre we forme, en sistance et mouvement, le mouve~ 4 fae 4, 206 1. est owt te st aa. ar TY 8 xmonuerton LA pooraise a3 nent ou Ja forime se dédouble maiztenant on vie et sage La ‘Trinite, pour Vietorinns, est done explicitement apuble dyads’. atte conception cotncide pasfaltement. avec Je sehémal du mode métaphysiqus que Vistorinas # ciotst pour pense le mystare trintaire: 1a tae tre-vivre-penser. 4 Getto trade, eonnvs Ggalemant de Candids, est all leurs lee dans Ta tradition agoplatonicienne? aus principal implication et de predominance énoneés pus hai : ‘lyre, penser sFimpliguent mutuellement et ne se distingw ‘que por Ia prédexmnance par laquelle chacun est Tes autray selon son mode propre, Seulement Victorinis congolt eeite triade comme une double dade ily a une premiére opposition entre esse a lagere ow moneri, eest-doaire enire Peize el son meuvemns cli y « ensuite une seconde opposition dans [e mouvem alte vivere et feifegere, coneus par Ini comme engendrés > Teese, mais se distingaant comme lk procession eb 1d conversion, comine la sortie de T'éire et Je retour 2 Vig (Ce sehétha métaphysqile est done Hntimesment WE & Vi position déerite plus haut entze élxe ot forme, substance ef Iouversent*, La trlage Ctre-vire-penser écrit, en somm Te meuvyemont de l'stre qu se distingue de sol, en vivant ‘pour reventt sol, en pensanl q Pout Wielorints, le Bare est done Fire, 1e Fs, le viVie VEsprit-Salnt, le penser, lois macments qui. simpli ‘mutuollomesst, maiz sont les “Teais, cheeun selon son mh propre L's égonomie © xeproduit la ¢ thgologle ». L7istoire monde et du salut est an varie rseuvomoat de desconte Ge remontee qq manitesie dans le monde Inbelligible, yi Alans Io monde sensisle, Ja vio intime de Dieu, Ei effet tant que aie, le Fis eommninidue Y8tre, xéyand Vexistenog ck la vie, ew dSployant Wabord le monde intaligle, pu fon prodeisant le monde sevsible, par Vinteunddiaire 6 lames, Le mouvement vivileateur du Logos s'achbve par IMtncacnation qi assy sa presence dans Je monde sensible, Lo point extréme de cette descente de la vc, de ce mouve nent visificateur dv Loges, eost Ja mort de ta croix. A partir Ge ce point, c'est Ia conversion, c'est la ramontée, Te Christ ebde la place, cout en zestent présent en Tai, Pspitt-Saint qui spiritlize toutes choses, parce qui est Ja sugesse La tin de Yopivers, e'est Ya splritualisalion un treme, fe retour des dames A eur état peimitit dans Le monde Jteligible. Ainst Ie Christ se révble A la connaissance sen- Nble, 4 la comaissanee des dmet tombées cans les ens et forpe. L'FspritsSaint, pac eon, Hlorine les intelligences ¢ Comme le dit explisitement Viotorinus, Jés0s est V'Esprit manifest, Egprtesent est Fésus cache. inst egoonennion, du comme dit Vielorinus, le« mysiere », est un mouvement frandiase qui engendre toutes les formes de Vétre jusqu’aux hoses sensibles, puis las eonvertit vers Ia eonteonplalion {ie Dieu, ua mouvement cui distingne pour réunir, un mon ‘yement, en um mol, qa sextériise Pahord) corse natures pour sintérociser cxsuite comme esprit. 3, Signiffcation historique. Ge «ai me seimble Te plus frappant dans 1a pensce de Vietorims c'est 1 profandeur aye laquelle il ¢ su Jatimement fondo Vrerobaieme de se theelogia aver le mocernsme de sen voc Dulane plilosopbique et théolegique, Lridse dum Logos Interioar A den qt extérorise dans Tacte e1éateur ct "ideniptour, la conception du Fle comme Jogos, dle YTEsprit= Sant comme Sagesse, cous deux prézxistanten Dio avant La fréation lu monde, font évidenment penser ane Apolo- ites, 2 Théophile’ @Antloche > notamment et & Textul- Hon, Il eat ad que La pease do Tertablon Gtatt encore extre= “Archetsme cr modernisme, Bt sxtuoneorcos 14 bocranse 8 sur Yequel nous devout & M, Ceureallo? des pnéeisions got Edeicont Fvolution spiritelle de saint Augustin. Clest un fait qu'en 386 nos trouvons, & Milan, Simpiicianus qui avait {4 Kami ce Vietarinos el ani Bait fécu, Tul auss, de philo- Sophie néoplatonieicnne, pois Malis Theodorus, antes néo- Jlatonielen, role dans Ies environs de. Nilan, enfin saint Jamabroise qui n'adeite pas a insérer de tongs moreeanx de Plotin dans ses sermons. Cresta ce milieu de Milan qu'Aa- dostin doit, en Premier Lev, ses contacts avec It pensée ‘péplatonicienne, Dans ce ralica, an moins, ardee A Simpli- clans, of devait parler sonvent Ge Wietoriius eb Je suppose [que on devail possedor son ceuvre, auss) bien ses tradactions Touveages pbiloropniques que ses. tealtés Unéclogiques. ‘Dans ce milioa, i faisait figure d°initiatevr. IL y a un certain rapport doctrinal entre Ie live LIT de fe de saint Ambroise ule livre IL advercus Aviare do Vietorinus. Comme Wieto= nas (edo. Ar 1 1,23 et IF 2,8), Ambroise (le fde TIT 14, 4100) allirne que Fou ne peut dire que le Pere ote Fis stent sins substance, eux qul-donnent substance & tons les exis fants, Et, comme Vietorinas (ede. Ar. I$), Ambroise Ge fd: (IL 15827) wilise treinos pour prouver quoueta ft anmoousios ne sont pas élrangers a "erltute, Mais rien fe prouve toutefois une utilisation Htiérele de Vietorinas par saint. Ambroise, Savais également pense & cowparer Ie Plotin latin ce eaint Ambroice avee le vocabulaire philoso pphique de Vietarinas, Mais Te résultal a 6lé négatif, pour fotle raison eurtont que Vielorinus n'utilise probabloment quite seve teis Plolin® cn toute son eswvre théologique Bien cer explorations on ce domaine sont encore possihes, lees eertatnement, Seconde voi Wnflusnce de Vietorinas fur Augustin + la traduction de f(b platonicarurn faite par Vietorinas, communiquée & Augustin par Mallias Theode: rss, Gette ttaduetien sompertatt prabsblement quelves tcaités de Plotin et le de regressw animae de Poephyre 4. On, mmenient vivante ea 2¥° sldele, tout spéetalement clans tes Iniliewx consabstantialistes Iating}. Dabs on trouve che Vietorinas im approfoneissement remarquahle : partant d celle peoblémaLiqne arvbaicue, Hla renouvelle jvsqQv'a an Gortain point, en ullisant notamment les concepts pilose Dhiques de peédomiaance ou d’uaite de otre-vivre-penser, Te pitts bel exemple de eet approfondissernent est Ia seconde partic du livze LY adeorsus rium qui, posant Te problé ‘U rapport ence Ja forme inbérieure et In forme extérieun fe Dien, Io seoud an faivant appet a ia notion de Yaulope Sitlan de la pensée se pensant comme pensée. A vrei dite Vécole pailotophique, 2 laquelle se ratlache Vistorinay, seimble Lien, eTle aussi, avoir conservé de nombrenx slement relies, empruntée a Numevhis el aux théologies He siglo, Viclorines montre essen bien de cette manit {que Plotin at Ovigéne wont pas kelipst, au av* side, les trax ‘tions qui Jour étaient anterieures. ‘Vievorinus nous donne en tout €23 wn bel exemple ane unge militation eat le dogme of Wellort intelivetnel pout Gclaiter la problématique Unéulagiene par Ja problimatique TPhilosophique, Je pense qh’ néserve encose aux bisloziens ‘Oe la thévlogic, aux historions do le philosophio et aux exe iétes de trnetiienses déeonvartes, 2 cause da earactire of ‘comma des dacomente ot dos courses qavil a utilisés, 1 nous fait entreveie (ot le mien dans lequel les ranvdes synths Uhéclogiques de la fin dai" Gate ont vu lo Jon. ‘ influence nistorique le Victorinus es Sa postésits 0 i aificilement. mosrable, Elle ost consid incettectuelles Fayie dans Venacie mesure ol elle sed esxeroge eur saint Augustin, Or le rayonnerent de Ia pe ‘snmnalite ce Yietorins @ alieict Augustin, au moins sou ‘quatre formos différentes, Mais celai-el y a xéogh se manieres Civerses. 11 a eu dabori le milion néepiatonicien de Mil 2». Govnexsan Reson sor lee Canosa de sent Aupttn. P BCG ty te Conny, 188 1 Snmnnarertalin (ren 7) ane eo cde Pte a sa eat ete eas 20) Cnet, eben, 1885 Be iS 38 armnapusnox salt Yrincendie meroyables* que cetle lecture provequa chez Augustin, Et, apres oot embrasement, par un trols Shemninement, ce ful, cette fois, le 2éeit de La conversion de ‘Viotorinus, iu fut on des elements agteriinants de la cone version dAugustin, Eni, qaatriéme influence + Vedversis ‘rium de Vjetorinus a pa etre ua moddie de réflexion phil Sophique sur le dogme, pour le futur anteur da de eine, Mais, sue ce point, Je pease que Mon ne. peut rien établie posilit, Les textos ont déja été examines par R. Sohraid br Ladmets ses ecrichisions : dans In mesure oi il y a ea Influence résle ell a U6 minis, L'anivers de pense dA fustin est tout A fait diferent de celai de Victorinus, Sf Sictotinas «pu servi Wexemple a Tevaque <"Hippoue Colne a lalsst de cOUé toute 1a métaphysique, toute Ponte logic du zhétent remain : Augustin # une pensée beauennp plus concrtte, beaucoup plus soucieuss do Panalyse de lav inlésieure. Par cette actention A 'éme, Augustin est eaucoa plus plotinien tac Vietorinus. Apris Augnstin, east Botee qul est Je grand hritier de jelorimis, of un “éritior qui, plus qu’sagustin, ost rest ans Je tradition de son prédévesseur. Mais Vinfluence de Vietorinas est plas sensible sur 1a logique et ontologle. ‘Bobee «ue sur sa Uaéologie, ‘En 803, Alewin copie dle longs extrats le Te Tetire de Yiea fovlnns 4 Gandidus, dans son de fide sanetae of indi ounce tie hilatis*. Bois, Minemar de Reins *, en sow de wea ct aot trina deitate (vers 857), eito ui aussi ectte lettre. Pendant Aoyen Age, om trouve le souvenir de la correspond false Caniidu ct Victorinus dans ecole d’Alexandre Hales. (le dois ce renselgnement aa R. P. Luc. Matthien) Alexandre de Halte Enles Higeux, Richard Hutu, Abert Sc Shan terns Vletvane rt vo wine Reasungen A "CLP henon rtr Vernet Al pect it Suge tr Lab a 8 (Shee ates annane = sanane eno es fa le apocrine a7 Je Grand, saint Bonaventure? énumndront tous, 2 pen pres Mane Tos mémes termes et A propos de Ia méme distinction lee Sennces de Pierre Lombard, les douzs modes de gent fation distingnes et rejetés par’ Candidus®. A vrai dire, hexamdce do Clales « fait conmaitre Urbs imparfoitament Soo feole Vaxgumencalion de Candidus sur les dowze modes Unusnéeés, six ore Ina (+ ‘hain 9) preston mos nen 10) dette apse ‘foaere (1) ety (insane (2). Peg Reams, Ope rt (ea nt th at 3 rstmonucros 2x vosraise 29 ‘nus *, Mas, aprés Ini incident gui séparo ces eux promi _yabTo. Que te présent ouvrage soit Adi6 & ko mémoire un textes du reste de Veeuvre lnisse Vsclue) ailseus Asiom var fits cher : tous ceux qi 'ont cca ne pourrent cublice dans Yombre. 4 Fomteaoratiaire vitaité de eette Amo qui alliait a 12 pale ‘On pent done dice que Mofluence istorkaue apparent Hentaistine um amour toot feandscain de la pature | de Vielorins est minim. Son influenee cachée, quit Coste R. P. Paul Henry qui yaa ft comnaitre Vietorins, fexereée notamment. par son vacabulsire, est cerlainement gui m'a conscils, enconragé ot soutenu dans eetle tache beaucoup plus considerable, Mo, pour le theslogien ou x Aoputs plus de dedze ans. Je suis hewreu de pouvoir I dire Dhilasophe di Xx® siéele, son ceuvre esl précieuse. Jem {ei ma profonde reeonnatssance, suis elforeé, dans mon commentaire, «inaiquer text Ja ameroie txts respectuousemont XC HL-Ch. Puech, mon ‘avellenous fait eatrevoir des courants depensés du rv" see imalise en [a soience patvstique, depuis plos de abe ans, Mais eo travall west qu'un point de aépart. espore que fant Peaselzuement eut la théologie trinitatre apres Oxiatne autres prendront la poine dexplorer oes Loxtes qu cox Gtgur ta gnose ma pulssaunoent aldé & comprendre ta tlement ‘dos dgeuments philosophiques gut nous ale erste de Vietorinus, Ll @ bien vonin pefsenter mon travail jnsqu'iel incomnus. Bt je pense qus la méaication da myst our le aiplome ce Yeole des Hautes Bhades ot MM. Cowr- ju Gheist pourtn Salinteter aust dans Pélne de cote re Miho, Kosré ot Vignausx ont accept c'e Pre les rapporteur. ‘contre soicitvelle ontre fo néoplatenisme d'un vious: mhéteu (Qu me sult permis de [eur en exprimer ma grathinde Fomat et 1a foi dars [a eblenheureuse Trinité “fe ois oxprimor toute ma dette cavers M. J. Perrot ‘oul bien vouTu examiner le loxte des hymmnes de Vietorinus 5 Gina siguatt la ieqquence es Ons de vers en erdtiquey mv’ ont de judicioux consell au sujet de 1s présentation Lypo~ fraphique ef, enfin, m'a préscale de précievsce remarcjues fu sujet ee Toor traduetion. iyo tans hseuligner spéctaJeanent tout ce que 1a publicntion acces deux voluones doit au Secrétariat de Sources Ches- ‘oanes. Depuls os problémes do traduction ou o“aceentiation jJusguaus focrets de a presentation {ypoRraphigs, 3¢ n'y Ai trouve que. daiinablss conceilless. Mais surtont, Je suis Heul } sovor lt lourle Liene sssuroée par Tah, non seule ent pour assater la Yinigon entre Fautenr et Mnprimeurs mais pour survellier Teosemble de Pimpression, veiler & Vhorangéneité de Youvrags, et atder Tantour 4 eorriges Tes fprenves, Je suis heurenx dea remnercier Ye Pore C. Mon Aésert ct cous qui Font seconds ext In suhwention asoordge par le Centre National de ta Recherche Sefenifque cui a permis la publication de cot Dvaveage + qwiel en soit exprimés me sineére gratiiade Alla fn do cette introduction, je voudrais rendre vn hom mage ths affectuens 4 la mémneire de Dom Paul Sejourns, rmafize de conficonoes A Ia Facalté de Théologie de Stzast bourg (7 1958). Un eammun fnteete pour Vietorins na avail fait concortrer dés 1047, ot ceux qui ont conn. Pere Séjouené devineropt tout Ge que pouvatent ere Vag raat da son amilig, la saveur de ses propes ot do sa corres ppendanee, Ia spirituelle chaleur avec laquelle 1 pouval faixe revere son cher Vietorinus. Nous avions prejotd nous assecier pour donner & Sources Chrdlicines teaduet Gt commantairss det Canures iheelogigis do Vistorm us. ‘Malheureuseanent sa deraiére maladie ot <8 mort ne lui I fovent pat le temps de mettre aw pont los teaduetions ct Listes J ot IE qui préparait. Dés 1949, i avait attiré mo Attention sur Patisation par Vlelorinus dw dossier hotéol sien de Vété 858, Sur co point, jo lui avis entidremont redes 1 P.Maoon Maria learn ein >, Pierre Hanor. BIBLIOGRAPINE SOMMALRE? 1 Boones essa 4980. Kosa [C), De Mario Viowrine philopie clean, ress j90r ns, art Plerinesy das Disianery oj Christian bogrtphy. ASgEaaay Crore, [G) Marius Vésoriaa, cin nexplatoniecer ‘Pulloeph, Lansdbat, 1 1887-1888 "TL 1889. 98 Sola {ft}, Maries Vilorias und srine Busefonzen 26 angen, cl tvtseMoscesux.|P), Histoire tdrtire de PApique obstinna, idl p- $1522, Pav ope, Bees (EL, Marius Viceinus un de Bring des abond Tioinchen Wlieentaplapi, Stage 930, SayouuNe (Dj art. Vlctrinas, Anos DTC, Pass 11, Proocines arsansrmiores Ev unrréxantes, Cres (Ps Dovrasion sulle oper cviane dt Maria Vtarine, Minas Seu Cations. LXV 1927, p. 505-315 lo IP), Mantas Vicbriens of Alin, dans rchioes 7 (toire ‘Deinate ot ttinare de Menor age, XXL, 105% p. 516 ‘Tancta (Al) Mane Visirinan. 0 begraphiedt rote das Feveord "Phasegie Rovian, ty XXXVI, 196, py. 85-9. Wann), Studien oe Monéue Vicierones, dans Jafnesbrich is Privateterepriaaiuins der Zistrionser su Wiboring tr es Schaar 4306-1905, Wilhering, 1908. (Su sajt des apoaryphee de Vietorius, ef teria, 37-08). Meriws LiL, Papatinies sazonnetauss He eurLonormteves Denory [Alp Zum Proleg ses Tonawnesecanliun, dass Pisce Dilger Poche, Minter, 198%, p. 862 Dans cette ogre seesieto, ome 2 ixtropucrtos rsp (Py Ee Confosiane agotinione «nm inno ot Maria idurten, das Girnate alin ds Plog, 11,5969, 7 380 Favor (P), Detects non lta onponere (- Vicir ade. Ar. 117), Heisonnsmant stetopigue ot Paizenmenit jwidgie, Anon Shed Petviea 1 {20 63}y Borin, 857, 2094220 . Le premier est celot sous lequcl le trate ‘st habituetiersent Gite et eité ot qus ncus avons conserve Dossi dans nee rélérences. Faire auirerent, sous prétexte de rigueur sclemtiique, ofl €Ué rendze amalaisée Ja consalta- ‘lon Wonrages anteriours, notamment de ign. Le seen’ titze eat conform, en subsianeo, a la tradition manusertie, tL a dle grandes chances o"8tre celol de Victorinas Tukmeme, Oaremarquera qu'il os parfoi tnd c'un axpliei 5. Apparat erltigue, — [appara est votoutairerent ineomplet, L'édition de Vienne devant conto toutes les Tepons et particolarités des manusrits, jusqu’aux varlantes ‘Les principales éditions. Jatatons das gpuseaites 5 Bighen, Concplines i Gone, ste Tae, 140 1. Hens Onbafucngrapti, Bale, 1365. Nous ne esto x J. Mabillan (= ), Vetere Anaiecta, Paris, 1675, 1X Riou, Fiornonto dioran liga, Gotha, 1683 J. Wore, Candid) Sertant ed Maram Vicornun, d gonratone divine et Marit leet. od Candida As fan 89 py Wherng, AICL1010. “ie eu em nme» Sten 2 Merias Vicoring a Fobrsbertst tes Privat Unters der Le Sear sn Witring, 1903) Rattons ce Pornersis Aria 3. Sleard (= Bile, 1528 J, Herel, Haereseclogia, Bale, 1995, M. de la Bigue, Mazima Bibliotheca Volerum Patra 4.1V, Lyon, 1677. 3. Wabrer, Adversus Avium 11-15 (mais sous ante titres), Wilhering, 26 pp., 1811-1912 3) Anlidotar contra dtverses.. hasreses Aion usta racine de Pappa ‘ier ute tons uterine rw fh ac Ten Ax ute 43 Marine Vitoyinae. 2 Batiens compBtes A. Galland, Bidtitheca Veterun Palrum, t. VITT, Veni Fu J.P, Migne, Pairologta leling, t, VICE, cole 101-4145 Reprednit le texte atlas notes de Gaia 98 rraonuerion ‘orthographiques, notre apparat se Dorue lek sigtaler Couteg Tes legons importantes, Nous ne montioonone pas Tes Tautay ‘manifestes ni los omissions, sau Ja phupart de exes du pipe inal manuserit A, ni lee variantes orthegrapai ques. qi have avons novmatisées dans Vapparat, méme pour A, J Tue plas souvent Vapparat est posit, et la distinction coat les premidics pains d'un néme manuscrit est marqaés favee aulant do goin ot de ka mime fagon quelle le sora da Tafitio mafer, Quckques eocrections monifestement errontig ‘de maine beaucoup plas récentes, ont été néaligées, i THarsqae Vapparat est négatif, on reeoamattia face 1 quel mot a ventanta,se repporte et Von conclara que to les aulees témoine onl la Jegon adoptees, Lorequrune 1ep st suivie coun nom d'eaiteut, set éditeur est Vauteur de Conjecture reprise par nove dane lo texte, Nous eltons singh Sots lours noms des conjeeluzes demeurées mamnsrites {1 Wohrer et C. Lambo, part les conjectures retennes, ls Mriantes ePéiteurs ae sont yas menticnnées, Lorsque d Ldanoins, cites dans Vapporet, s'accordont sur une m4 lepon, mals sont en désaccord sur Vorthographe, seu) Kees cord sur [a legon ast manns, nals le 0ésaecord sur Vorthos raphe est passé seus silence ‘Pierre Fiat el mol, noUs tenons A remerciex Dom Gy: Lambot qui nous « sommanigee quelques mamuscrits a ‘Wancer elses éitions partielles I'Laslitut de Rechesche of alllisoire des textes, avant tout, sa drectrice ' AVERTISS MENT DU TRADUCTEUR Depuis lo 17 sidcle, Pobseurts de Vistorinns ast legen- dale. Lo eeteur me paedonnera peut-tere Wavoir essaye de Tater ea développart paefow cortaines expressions. trop fenesses Hl me panlennera peut-Bire aussi Wavekr, par fle: tive ou caractére propre dit toxte de Wieteriavs, volontaire- ont inten en Jrangais certains heléoismes ow eeriaines eurnures, sclastiqass, qutne tradvetion plus ewan te rinqunltWenorvsr. Les analyses, placées en téte do chaque fives, permettront, je Vespére, de sulsir le structure el le inouvetieat de chactn des axvrages. Lo texto Iatin de. Vietorinus est émailé de mots gress. ‘Ges mots erecs posaieat av traducteur des problomes difé- rents. Certains fe ces vocables élalent éiudiés et Ireduits par Vietorinus (par oxemple {yeSem, Seéerare, lat, Sox fey dans ado, AF. 1). Dats ve on, jo ls al xeprodlis pars- nent el sinplomont gas le texte trareals. Toute Zui Solution Chait impossible. Ea d'autres passages, cos mémes hhots cu dantres stant employe pur Yletorins eomme : Pils taient compris par ses leetenrs, par exomple, pier, {nu nous a provoré alco et photographs agran letinetv de toute Panmure Uwologque Ct dul s¢ présente dhe pluioure npensents ls amis qu, als 105, N04 Sous les. fortes fscoine, bymiaw, iponine) mals. ADs Drocaré We anirofiim da onanusert principal (A) éo Borla eee et Ta eile’ tee ist oor Uanale Bie FAcadimio de Vienne ot sa seeréiaire De L. Ktestan, a Vistorinnsyj'al adopts dove attitudes #1? al trade toa inva transis tout le Nachlare de Wabrer ot do soe ts ce quit etait possible de traduire Garsizoy par doneubslan- fears ct nous &-auvorisés h publioe dans Sources Chie lil, par Retoian) sles mots grees teauits sont en ifatique avec un appavatabréxé, le lexte destinan Gorpas do Vien As fa traduction frangaise: le lecteur sora eins invite & De cetie dition, Je suis seul cesponssbe; mais, san9 ‘arreperier sposilemant as ale; 20 'abrenoaee 4 iradulre collaboration conslaate de Piers Hadet, avec qui ji é acs mols comune Yen, esos, mais je Tour af fait enrres- Jationné tes mamscrts, qu, yar ses études de vocab andre Logae, hypestase qui sont des mots faniers aux Jace ct de sizle, nous & permis de propoter des coxreati@neal] ohiesephes et an Uingelogioas. A Ta sute de préddonscears Aut texte, Veaifion a texte nt Tapparat a'euscent 6 Sinents, je me suis porn de me pas frau ote, quand bosses: AI desiganit une nypestace divine, ot je me salt conients de Paul Hexes, 6 J 100 isrnopverton 1e trarslittérer sous la fame Nods, Dans les antros eas, i traduit sets por noite! Tues textes d'Eeriture ct les autros eilations etent signe és pa lor oillemets dans la traduction frangaise, tes mot francais ea ilaliques représentont done toujours des met great employes par Vielorims, Dans ade. ar. 1 by Tes ita gues sont egelement employes pour signater les cing mols fuvtmnes ct tral Jedi exprimer toute tna geatitude 233. Yon, profes hhonoraite Ala Faculté des Lettres de Lyon, qui Lien vou! rovoiema tradustion : eva fait éviter des erreurs impo: antes eb ne soggére certaines amhcrations, Be Ben Vin P. Hapar Toa Lambo Sioa a A iva = Be Gatto Weber SICLES ET ABREVIATIONS rdergorsie 86. giles BO rab Bat 7790 dine 27 Povnacensio Bevlinonin Philips 71K ores Augrotom vel User! (= Mabilla| voix Pps 103% Papier at 13371 Colenionia 5 tones Sishavdia, Antidowum, Bae, 1528 iogex 3. Liesl, Conceptions b Genatinn Bile, 19°C Herold, Held, Atorewelosta, Dale, 1556 Lagos | Ni de In Bigne, Maxina Ditherlesn veto Param, uly, tyen ier? Aaland) Bietioe eto Pain, t VII, Veni, 18 in eitiouibus ab, U1; de hom. see) ot in nots man, apa 8 fi most mene crip ins molis mows sepia + srihain svthendo sapeainenm Sern in seribondo th argive esac geno sea {pnt eocrelionem ouius auctor ope ignveate Eaneti Zpsus seribae | honest tevizris certo distinct a seb patel at finn vine Ho conta Tilers e grim vice in vocubsle de quo agitus a Can, IL = Candid epiviete ad Vietorimun. ROW SOR LS etnArtOns eee Dane Fintmnction, tes netes ot Pappnmne evfiqne, lee buvew thiolagiues do arn Vietoraue (gui seat dite i) sont lly Ae Le aoe eure en pisele ation Sign omar teste att AB: manos ‘8 nein ginéeal de Vouvinge advereus Arium par exeemples abe ‘Papi tg, selon Te systome Go sighs at va Clim espace; 3 auuaéro du ivse sade, Ars Es NOTE SUR L’ACCENTUATION DES MOTS GRECS INSGAES DANS LE TEXTE LATIN ‘manatee dh shapitey + ade. At, 1983; F 44 nme dala ign A Vintenkene da ebapie, elon Is pian ‘sition fannerotstion qui tore ropeodsite dane V'dition du C8 Seer tnt Pear acsentuer les mots grees axytomt plhnie dans Io teste hatin aon avons adie on prinsipe que eer mats grees taont Uiaches phonekyueane de texte ot pour aineh dive cide antes fhillemeis; et tous lour avons gerd, pdno 8 Vioteiour ane Shrsee, Taeeent aig 1s CGopondans A amive que ont mames mots sont wtlsés comms Aker uaus ting, aloe inva dan Ja phase sane en le ican facon moles: dus ce ous nous evans era doveirIour applic ‘ane I ol de nnytonivation, oa leur Uenmant un accent girs [Te anaogu leur Gnizom phoaltique avee les mois Tans suivant fy fut dsagie 2 prenquo suelustvament du mot fs Pour les Japmnes: 19 auaéze de Vigrewe 32° axnésy de a Vet A inadeur de Plymne. Tie signe m pce pfs & a fn de a éléonce insite te lest ‘hes repoctat tu contmentace td lar Lice aouveesexdpetiqnes (non pulliges nye ioe dap ea Ge ia Petmlonte de Migno)seroat citées de hn manite suivaitan 2 chapline et carat et épitee le exint Pou eommantées pi Vietorins, par evenjle =n pa Ly © colons de Mine ob aivison a b ed A Vintbiaur de oot lon 4 uméro de Ta figue & Tiatéeur des divisions 9 bs 2 Bpkihs 121034. DE LA GEN Aneov 1. the gunéenie Dieu et nangoasns et mengen: draat TL Diew at inengendas 4. trven géntnal nest pas ansnieara Dive, {a} Thian geainale Petre gut sit gue faneey osisience, existant oa uh Sato, nat gas antiieoe ) Dieu et he poutewe engender. 2) Mame antooeny, rien ne peu engenitrer Dies n (Gar Pengendiuat oot posit ex ianpar- hit of Divu att ptclat ox impurity avais la génération ta partie pore par= Toitostnmsration, celle a inapantat pas parti, sone calle dy ponfait par Panpaufait, depos sie. fetio clo wopanait pa te parfait, ina 4 Prowces da dtl 6} ai le puissance 8) ale substance 3) m Vexinence Bas ess se peuvent engondier Dic 2. Diam est aed son doe GH ea caueai 3) Thess Cire par 2) Test try, ve, poner 4) Test imple dave pene, de eae ‘genes TTRE DE CANDIDUS A VICTORINUS + ERATION DIVIN' aga at as At 3.1 sitar ans a6 ae 1252 2-18 aun gitas Bats pre S151 tas 191 Diew est inengendzont 4A Touts goveratoa inpliqueeit motatien en Dice "Dieu tant nenpendee ect ema 5) SiDiew eat nana, al engondre pas 2, Tout uae partnuler de gadeation est ha compatible Sous Maseataive divine ‘those genceale 1) Preaves do detail 1 setomteratet 2) eelsals projeetien un rayon 4) eloaletas dan peist 4) selon Ia projection 3) selon Fienage selon te arseiore 1) elon a procession 8) Seon le snvoment 9} Seu le teppei 41) selon ia louse oi Vache elon a tspe TV, Sou ont Vliet ds Diew 1) Iden: Fs de Diew Loge ae 3 incase 1} Seloment pric iene 8) ints parte Pie Son era 4} dessus ee Bian 7189 e430 oB tot 1192 108 ANOLON EPISEOLA 1 1,228 DIE ESP LRENGENDE 107 CANDIDUS L’ARIEN A MARIUS VICLORINUS LE RHETEUR DE LA GENERATION DIVINE CANDIDI ARRIANT AD MARIVM VICTORINVM RITETOREM DE GENERATIONE DIVINA 1, Those générale = Dieu ost inengendré et inengendrant. 40136 1, Omnis goneratio, 0 mk dulels sencetus Vietoring, ‘5 mtatio quaedam est. Inmatabile autem est omne divinam,. selicat deus, dove autem, qa. pater ost, in omninus of fommtvm prima causa, Si igibae devs, tnversiblle et inmpue Labite, quod autem inverse et inmotabile, acque genie in est neque generat aliquid, #1 jgiaar boc sie se Rabet, io ingenitis est doos. Etenim generatio per inyersionend et per mtutationem generatio est, Nulla etenim negne sub= stantia neque salsstantinlilas neque oxsistens nague oseem files neque exsistentia neque exsistentielias neque potenti ante devin esse Tull, Quis eofm potentior eo? Nam pew etentia gut esaistentia aut substantia aut 7? Ista enim fomia aut ipse os! ut post opsum, rpse enim enneta praestat, Sed fuecunt pilus Ita, EL quomede potuerunby 4 cutn voloerunt, deum generere ? Neque enion erant porfosts | neque evi ipsa eubstitutiva. Inperfecta igitne, Quomodd auerge sua at ipsorum potentia aut genverunt aut fecert ‘down, inperlecta cum essent, perfostom ? Si autem of dens inperfeetua, cine causa esL generare, qand sam I adem ratio, st perfecta perfeetum genuerant. Sive lt perfecta twerunt sive nperfecta, deum generate aut sin ys causa aut superiluam aut inpessibile 1. Toute genératlon, 0 san cher vietllard Vietorinns, est uve altération, Or Lont co qut est divin est jnaltérable, & avoir Diew Iubnéame, Diew qui est Péze, en tout et de tout, fause presniees, Si dome Liaw est quelque chose «"Inehangeant Si inaligrable et que ce dul est inchangeant cl ineltérable fest point sagendre et nengendre vion, si dane Ml en ext finsl, Diew est inengende’. Carla génSeation n'est génération igoe par ehgngoment et par aliératien IL Diou ost inongendrs. 1, Rien ne peut engendrer Diou. a elle, i la substance, ni Ja substantilité, ni Pexistant, nik Ventits, ni Fesislenee, pt rexsstentialité, ni 1a puissance ont préeédé Petre de Dioa, Car qui cat plus puissant que Dieu 7 Soraitce 1a. puissance, Texistence, 12. substance, Yeaistant 2 Toutes ces réalil6a en effet, of bien sont lui. mérie ox len spat apros Tul. Car f les produit. toutes ‘Admettons pourtant qu‘elles tui soient antérioures. 1 comment aoafent-enes pi quan bien ontme elles Vauraient Youlu, engondrer Diou ? Gar elles étaient at pacfattes, ni aujoconstides, es talent donc impartaites. Comment Mons, par leur propre puictanen, auaien-clles engndtre ow fait Dieu, elles tmpartaites, ui le paufait ? $i Yon suppose ar conize quo Dieu est impariait, aucune ratson pour elles YVongentror co yit exislall agj, Méme raisonnement, si a Darfaitas, alles avaient engencre le partalt. Parfaites don 4,128 cam Du impasfaites, engender Dien est pour alles, on sans raison, fe i'pa a an eri yeti, 110 CANDID BPISTOLA ¥ 2,25 — 2,95 Seen arene a 3 exsisLent esse, his oxsislentibus ct non habeatibus. aetlonem Agent vim atque virtntom + 3. TMs Iglur sie se habentibus neque puissance de Vexistence ou Fexistenee mpame) s1 existence on Existentiallé ne consistent que dans lett, sans addition, Ernfont ni aete, ni meme forge of vert a'agte 8, Sil en est sins), ni Venistant ni Vendité ne forent avant a oe pow. Gar ils sont smultiplos ot composts de la substance at fae la qualité. $3 est-veai que ni puisanec, ni existence, nt ‘ustontialté, ees qui pourtart ant ame apparenee de sit pliite, ne furent avant Dieu, a plus forto raison, mi entié, hi evislant, nf substanitialité, ni Substance ne furent avant Pica. Car elles sant snuendrées posteriourement A Vexiston- ‘alité of 4 Pexlsience, Si Loutes ces réaliés sont exgendrées postéricurement, c'est qu’ellas ont