Vous êtes sur la page 1sur 212
EXPOSE SUR LE CANTIQUE DES GANTIQUES SOURCES CHRETIENNES Dirnarejrtecrs> Hide Lia, 8 fe Danis Dinars G. Mond ©} nae ‘Serta dee Texter Momistiques d Oeaidont, N° VIET GUILLAUME DE SAINT-THIERRY EXPOSE SUR LE CANTIQUE DES CANTIQUES TEXTE LATIN, INTRODUGTION BT NOTBS 3M. DECHANET, o. 5. b. TRADUCTION FRANGAISS + M. DUMONTIER, 0. c. 5. 0. LES EDITIONS DU CERF, 29, Bo oe Laroun-MAUAOURG, PARIS D 1902, ny Les Hattions au Cerf 19 47 JUNRO'G? i INTRODUCTION I ee Puack ps EXPas# DANS LletvRK DH Gutecaume Bansenia, le 2 rai 1266 7h. GHESGUIERE, 0, « b. ADDI coed} Seint-Ancrscecrapee By aoe Gaillaums entre & Signy en 1135 11 y apporte un bagage littéraire deja important. Trois traités : La contemplation de Dieu, La nalure ef dignite de Vamour®, Le sacrement de autel, crit vers 1198 4; en outre un recveil de Médilatione ee J. HorTOT 1, Lov pages nie cenane que Dom Jaeques Howrstnn a consacreas vie. gta. 4 Guillaume de Suint-Vniers, «som rien, sen Tunerary spline, yy ‘dona Tinteedusten da son sation es De centemplana Des (et nots 56 fhiveute) noua dupeasent do prisonter sat auteur aie Jsieurs de Seurer Chedleane. ‘2 Be cenlamplands Drs, PL 186, 365.379. Voir Loaiion critique ‘be teaduction ante 44 Dom J. Hocniren + GUITIAUME DF Scmme-Tateant, La cerlopltion ds Dies (SC 61, Séne des Texts Monustiquee 2 OeeUdons, ne 1), Paris 1059, Cate dition est bosbs fur le texte Cua manutet dp Abu astuellement Pare, Afaccrine "76, qui semblo daiver imméciatemant do Yautogray be 2, De melure et aigntele arate, PL Wt, 379-403. Trait jumesa du pristdent Noie J. 3k, Décaasen, Gunns ohoisies de Gallaene Ge Saint Thiers Poni L944, p.164-913, ot MEM Davy, Dev trails de PAmonr de Dins, Paia 168, 4, De socramonlo aiterin, PL, 180, 216-938. Great, apeds le Talon or, le De ontenglands Frey 94 1» Ds notre orvrn, We traits do SGuallataae gui a old o plea souvent aopis. Mls, pao plus que 1s ‘rales sulla tis an comple do S Deraard, colle pete comms tucharistique a reprevalaive de le tueelogie da xa" eel, avo Toaptis de sie el now aa a tormine (vote ete état : Laitis 8 INTRODUCTION EXPOSE DANS L'QUVEE DB GUILLAUNG 9 Ia foi (composte oprée 1185 et avent 1145), A ses médilations, i en ajputera do nouvelles, au gré_ des aspirations ou des vicissitudes de sa vie intéricure *; il fn fera un choix qu'il mettra A la disposition des émes novioos en Fart de 1a priore ®, Sas trailés de jeunesse Sur Vamour do Dieu, il se sont prt & lee couronner por doutres, plus nourris de lectures et de réflexions, fh Il brOle de reprendre ct de ereuser & fond gos them: prdteres, IL vaut surtout, la poussanl jusqu’au don de Soi, jusqu’a Padhérence au divin Objet, fixer sur Dieu tone spéculation affectuense, dont le secret, Tacilité per ot un fichier bien garni — souvenir, calui-ci de ses lectures, orlubli de ses entrotiens avec Dieu. Ses fiches, sons doute, Al les mottra en ordre plutét qu'il ne les complétera abbaye toule frelche éclose, Signy, riche plus terd a ‘manuserits de tous genres, non devait ffir que bie peu AUN avidilés studienses de Guillaume. Ce classement onrera toute uno série do compilations : Exposé su PEpitre aus Romains +, traits des Tones de saint Grégoire sur to Canlique dss carliques ®, Commentair du Carlique des Canliques apris les quures ce saint Ambroise, Nalure du corps el de Lime’, Senioncos su copie da txie Dla reson desbbait qu'on plu sapplor &leny mtn apes tasted Gullae.L’covago Aura dane tr 18h, 600-720, Yoir a tralia eto tadeeu de ourcee dans ‘Mv scuanut, ures chiles de Oullcune de Sale Ther, iS Gumtine hs sole aa Pour arson op cy 4,1 8-69 (seiptrtan, 8 (1954) p, 200), mals clin mont peo #48 veleouv a Voir ee Ml ext pulls aus JM. Dicanen, Gulime de Seim-tnterm. Loonne et son sire, Drage 194 p. 19T100 Hetroue Gans de paplr Gs Bleaurees pits on morale fa tramente ttn a siea, sae Sbus pages aes en bls (75 ey dona ce qu ont nelntaant i seeua lo Charele UM, Lee toes de San-Themy avabely cox aus selrouve un Pepor Sabha: Cet (rato domae Went, qui gure a1 soacsers fe Baul, Porn, Marine 74, et qas Dota MouRtisn arene ube aie Gomarnm pre Susr-Tauauy, Le Canepa de Dieu ps on-tb) Netons que Tester Payal Mere, tu sale de DoNeine Amer aa tama esa MnesePrun Cherealumy Doanafotsinn 1662 7-989 Beaded Sent, drt, daw s6 Late Peon Heyimon (8 4 gee 13,1 ey p 2d) des matin qb oat pas elem teats pour formers mennaycee si rice melas wotls fd rundare frre pions om inqutangte ile» est 2 Seosnl quu i nameedt de Well (Dor, Masarine 76) presente {Gua ive de Mfedfteos etions: avipant meta orttares iat Wiledni, abati Thai to ta Yuta aetna (Pars Up te RD ie of DUD ot Bi, pbc per Powe, dats Mfdeiges 0 ards Ly 908 9-05) Nt de mame Compe arctan non pane, caret epgrmma Medlalioe roe, ‘Abele 0: oe sume de Saint-Thiery , dane Revse ie ‘Heabtatie, 1883, p. 751-774) wa serv la exuso de ton ates ‘n camper honne ientaine ce manvsesite = dou ov tres sal nent portant te nom de Gulliaume:; ies autres sont anonyice 94 fous J€ patronyme de saint Anseim. [. Bapesiio i epaelam et Heranes, PL 18D, 87-804. 11 nexeta 4e ce tree qu'va seul snamnsent,en' pantie sulogrepte; voir eal ‘eserption pits cin, p. 63-55 1. Hzcarpla ex iris St Groporit Popae super Cerca sentieoray PL 186, d4Ne474. Cel osvrage a po tne mie n forms por Guloun ‘anrant son abpatiat 1 est signtieatit qu'un des reror exemple ‘mamiserite pout-tr, Io sal exenplaive provienne do Saint Tair fe Rosme (anjound hu, Reine 1S, sare ey 6738) 3. Gonmentariun in Cant cork serps S. ambreliy PEI 1045-2066. Signalant ete sompllatien adsteniy & Dom Haye Prieur ds Doni-Dion (ta etteo daxa Seriplorvon,& [1964 px 280 41) Guianme lo carctirite «pun grande 8! Snvlybum» (ot & 4) 1 6A}, Vato, alle remit 113 colenmes ce Mlgne; ceBbre, elec conn ‘quedyuscusede Iplucancion manuéerit,Editen prinops ou oreinely (at Sa (42, x? 9 {0130 ; mao exits @aaea copies presque fuss anolennss = Peri, B,J. 2647, sor" 8, provenant de Saint Martin de Tournei, 1037 «5 Brusller, blieihqee Foyale 15000 inst, provenent do VAbbaye du Pere de Lowvela, (+ 1-00; Paria Be. its G61, m1 6, fo 118. 4, Domini Willing (orgs de Witkim) cbtats 3, Theoduicl, Del nelure corporis ot aninae Utrt dus, sub semire Therpiil, 2 oh Deum ditigentn, dscripti. est ls lise tomplet de Youvrage is Js monuscit orgine Chertile 172, 119, aaseit & Sithyy Wu ante Ge Lites eat copeadant drlt aur grate el postialour & ls a » INTRODUCTION 11 6tat devie, mosarora et la dévotion ob fervour). Crest pourquoi, redevenu simple moine, Asbarrassé de obligation de parier ou d'éerire b date fixe pour les autres, il ve — sans exelure pouriant quelque lecteur pessible — de travailler enfin pour si, ot de réeliaor les projets des ancions jours. Concu lors des premieres visites a Clairvau 8, VExpose ou lo Commeniaire au Cantique dee. Canliquee, qu'il conduit jusquaux preiniess versets du troisieme: 1. Voir ves ayeux, comblen touchuals, aus § 3 et 8 de xpos, 2 Dan» sa Mie de S. Beraara (XM, 893 PL 189, 299 4-200 A), uillauine Faconte conunont lade, fat maads @ CluevaNe per saint Beraaio, lucantine sountraat we eet gestaaigi il ne ‘lttave gud. inimoniises (aus doax ¢ Liatiemerie du monastery, les deus amis Fenite.enseat&loxgueur de journees ouspininalite + eta dhe ds spituall physlee eaunae contorsverin, Cailaarc, +S ‘ous ea eroybus Popuscuis qt art bien ee le att direct. ds eat Teacontre (ch Dom 9. AoUnssut, « Gulaume de Saint-Thiery eb a Brevis Commentatio ln Cents», dans Andieca Sart Ontinis Gatrcenste, 12 (1996), p. 105-114), Gallzume apportait sw tbat, ‘olamient baits penctesnto anniyee des divers ates » de la vie Intéieure dont on panier claps et p38) Remard apparait autre chose « Fait de ecoulers Fexpininee ragiise et mystiqus «une: fine ans ta tine dan sent snore © le Cantque tes amligur, Gultaume connelssalt,essirerent, etext o tes vane interne ations, stoniques ot auegorues, anquelos#) avait dona hen les conpatsalt sien qwit avait ye son ami « doe pas Lovcher ae mysiereseanhes dang 16 Livre Ssint, tls de ik warner de ea ‘dernier une interpretation purement morale», <'et-ihre de Ivo {hire apileation avi sprite. Mais, do es premiera dane, 11 pet na vive conscience au eamsetire stout livssequn dy eg Connassances, Hens lus decouvrait de ces chess “qu'on ne oul ‘avin tes cpronvant soioméma> Et Guillaume pergut ce qul hi ‘manquati— en qui manus sen amaar—pour eves Natal genco ‘au edllogue de Epos ef ce TEpéuss, peur chanter lui-mime, comme lefera phi tr, le Contique sachs de Tomoun Pout tt fvaltil déju carsmench te compilations cont on « perl (oxtalte “osaint Grigor etc sin: Ambroit) 1 et cetaia quel renventrs 4 Clanvans ft notre en luo projet dum eoxizentats tout perom 20), gut corel le sioir 40s via inteicurs, (at, pour sels Devaesdy, sin ‘Wire de pas & notre gratia, VEXPOSE DANS LEUVRE DE OUILLAUME 11 ‘chopitre, sera le fruit de Pntime et reposant lice *, an Jong de journéos cons eouci. Il lui faudra trop tot Vinter romnpre pour ecuirirsuis 4 Abelard #, Malheureasement pair nous, ilm'y pourra plus jamais rovenir, Apris ea Dissuseion contre AbMtard®, et les deux livres : Miroir de a Fol et Bnigme do la Poi §, Vamour dos ames ob la reconnaissance 1 poustwront & éerire Ta Lellre cuss Chartreur du Mont Diva’, Son admivation cffectueuse pour Vabbé de 1. Pingwe oliam (pal. aureay 19), docatum eltum (pial, od Uajmanim, Lo): 8h sie! quo Coiilexms ceractriee lee Lamps ‘uroane de cea premiBrue andes & Sgn, apr 20 dminefon @PABDS 2, Voict comment fl stexpliqus, 4 co propos, dane 2 Zelly eu Pricer Hayman (§ 4) 44485 Ley pe 200) +. Super Gaal can cru uajue at Ua isca: Paula crm perranassen one inert (em Uli andes nex, Nam canis Perum Abaolarda, qt prodi- tor opus te perfeerey effec; noque enn integra mi fre arbi Iravan, tan deitely ints vacere lin pre fois le det nodes, nudaly ul dclur gadle, lam crudeliter depopalrte 3. La Dispalatio contre Parun Abederdum (PL 180, 240382) gare dans ews, Chorievile 67 (sues), provevant de Signy, 72¥ Wer, Le mine ooden nous offre {° 192e-138r, 1s copie eigaal, te crrtlons Cauteur, dune uatre care polenique ee Guillaume Seta salat Borner propos des erreurs doGullauze de Conches: ‘Dap Bernardo abbatt Curate aler W. dartatem aeloraae vistors Du. Veresr ulti. (te PL, 180, 389540) 4. Heats «pour console is tres» do Signy, troubles pac Jes Innovations 'anénurd at autres, le Speculum el ob PAenigrix det ruent semen dedis aa Prieur aytnon, alast que Sullume tous Vapprend dans si leis & ce dealer ($204 9: £ bp. 230-200) Drinde toble clan orbirams sum dedierndun allue quvdéon dpuceucum... Doct... ence Hoel, quorum primum. epecutun, fei. allem ver. nehigme de vont stant Les debs ele» Devens = 4 109 Cuts, Chepeie 116, onc on peers Pas loin a premier n ets pte dane Is «Aiethdge ce Spins Iiciivelt + Gritrainin ne Saner-Taamnny, (2 nirair e(0 Py, Bruges 1945. Ltaiion a second est previ cane is eolleeton Shines Canines La famense Fpl aaran, cent one édltion critique ast 22 ripanalion pour ln Sources evtiennes, Une trediction frangase Virle jour en 1058: Gontavate ne Suan Tulanny, Lo Lee don, | 1 INTRODUCTION Clairvane le trensformera en biographe, en hagiographe: bien plutét, do son saint ori, ot la mort viendeat lo cweilir 18s tes premiers chapitres de sa Vie de sui! Bernard. Dane ot ensomblo, |’ epoe6 our le Cantique dos Cantiquee se détache en neb relict. Ge n'est plus Ie démarquage, uéme original, des tout promiers traités, ni le Hlorilége dos travaux W'approche. On ne peut & son sujet parler d'écrit} do exxconstance : point d'errour 4 eombattre, do faiblesses & soutenir, d’amour 4 slimuler. Son originalité & premiére ‘vue simpose, Soliloque, en apparence, aux dévotos ello sions, mais combien discipling, clast lesuvre par excellenc j ‘dpa vie do Guillaume : confidence d'une sme —la sianne — en les limites de laquelle ill se veut enserrer®; poursvite! atiente, trop lente parfois putificatrice (cetus purgatorius), «cote-t-cte » (accubitus), Gest-A-dire union de [ Bpoux et de !Bpouse, introduit par tun chent de noces, un épithalame spécial, at snivi trois fois sar quatre, de Padjucation : « N’éveillez pas, ne faites pas Jever Ia bien-aimée qu’elie ne le veuille 1, Voie pha bin Proteus § 8. 2 ital § 9 2B. Teed. § 7, Cuiloun divi done alval le Centique 18 cnamt, haul, TUBS; 28 Chont, ULEVIUA; 4 Chant, Nitt, 5-14, Pour chaque Chant As pron pone dere un Peed acre § 149), dans logos) annonce le déroolement da action sqlite bes Lotmesckcensu liana amoni acs prgalorins {hal prs au Prluds ou Esordiva du Te” Chant, § 29, Dar te 1 nt TuewBi, Cuilauig e'tend lonzverent sus les coir eTéme equ'uasbllive pea jet6o here don collioce da Io, doulon Poplaibn ef § 114), ot Weonssers 4 strophes 1 Cyst aint Harmon qui pene Incmeme de la silua umtrot, loteiovegue alleges (In Cartes, XVI 1: PL 183, S40 4) "Qc Pendant dun jours contin 62H aint Wormer, nous vont homing dene colts fort, survolant o'0n coup dail In oime des fates ot le pointa dot madals; mal Fiamonsts do vases quo 200 ‘ugplombioas et Vépaieinur dos fouers Gehappstvat A not regard.» Gina. 16 aNTRODUGTION Ges explications données, Peuteur héte dentamer — route déblayée, itinere expedite + — lo commentaire dv Cantique, Copendant, ou dernier instant, il se revise et, ans une longue dissertation, entreprend de rattachor le processus dela vie spirituell, tel quiil ressort des différents tehanis dn texte saeré, 4 la Qéorke famense dont il fers ple tard la trame de 9a Lelire aun Préree dix Mont Diet (elie des trols c6tals», aninal, rationne, spiituel, des ames ‘vouees & la vio parleite, of des formen do priéro qui corras- ‘oudeat’ chacan d'eux 4, Tres denses, ees pages reprennient sous une eutre forme, plus consige, plus teekmique aussi, Vargument de tout l'Bzposé. On ya y sevenir, en parlant e la doctrine of de ses sources. (5.3061) 418 «provocation amour Les strobes 5 9 (3 62-113) roa dlervent TeAprevve. pustcatsics» do fépoue. Vient aloe Tepithalsins » ou «ohant to noees + pronnement eit: « Le noi ma introdnite dane la eave em in. sotanenmel aves des fen rope 10 (A141, st nin las e6tedeble s = «Su eran govehe fst fous ma tet eka droite me tent winbrassb » tevphe 11 {§ 128- Ti), La etinale» (§ 128144) empite vn pew aor a mations da second shant, en commentant nen sanlement Jo verse 7 Jo seve fn conjure, msie suse lee premere mts Gu versl & «La vet ie mon Bler-Aimé!> — Ao Dretaie du second Chant, I sabnaro ‘Ht armonee (§ 146) om tarmes ua pen Biers du poenier : 4peo ftinans ot erdviona dsidavivm (strophes 1-2. § 147-136); sepia brdinany, (.e. puifeation (4¢strophe, § 187-178) ; amar surone, Spitdelume prdatdent lo 9" «odtea ote» steophee 6 ek 6 £ 170-009). Saaier ste, mia cenjansie, mang, pr svlte ds Vinenrapiioa Tepe, 1 Vele Pretagan, § 11 2 Wed, | 122 Itt La Docrare I west pas de micilleure ialoduction & I Exposé de Guillaume enr le Cantigne des Cantigues, que le Miroir de ia foi du méne auteur. Une des thises. un des enguments, de cet cuvrage — capital & bien des bgards — est quill existe ickbes pour Phomms deux maniéres d'ettsindre iow : Is foi a’ebord, ot Tamour de ch: La foi cheétienne est une connaissance qui s'acquier! par cubstire, Cast une adhesion parfaite, positive et rilé- thie, & des vérités onsrignées, élrangéres & Pintelligence ob he poavant size eonnnes que par la Revelation. Du reste, le difference des vanités do eo monde, cos véritée cont \destinges moins A enrichir Pesprit qu’a nourvir me, 2 la vivifier, & Tui permotize de gotitor Dieu, de jouir de lui dis, reite vie, Aussi bien, cest tout & la fois une « science x eb lune «cagesse» : une connsissance intellectuelle, mais oi, your joue deja un dle, role dautant plus marqué, que lo croyant, ost plus avaneé, plus pric por Jos vérites, auxquelles i] denne son assentiment; c'est une intellection ans doute, mais aussi ane jouissance, une expérience, uno vie profonde * Pour le comprendre il faut bien saisir ee que 1a fot nons apporle eb comment nous adhérons a son objot. « Créé pour léternits, éerit Guillaume, capable da Dieu par lintel Tigence et destiné & jouir de lui, notre csprit se trouve rolié nx réalitss divines et étornellas par une certaine effinite ita ensuite 2, Bat, on e9 Is roppalls, dow ov trois ans plus tard 2 Spee, 986 A - O08 D3 dans Guttnacun bx Sane Tene, Lo miroir de tz Po, trad. JM, Dieusor, Dragos 1016: Ch. Vt, *L°Objot propre d6 Ie fol» p= 130-441 18 INTRODUCTION ob 8 o9 point que, viendrait-il 4 elabélic par le vice, jamais pourtant il ne perdrait Vappatit das choses moses. Lour ‘connaissance ost inhéronte & la raison ot tellomont invetéeée de amour du bion et do baa, ni échapper au dSsir de In béatitude el de Mimmutabilits — sau! pourient lorsque, dans son désie, son appétit da la vyorit6 est déeu par lo «vrnisemblable », ou son amour du que esprit ne pent eécares Dien Lrompé par quelque mirage. Tout cola, con’ Guillaume, est uyre en nous de ia grice cxéetrice. Hn fait, i faul, Mintervention de ta grace flluminatries pour que Vame arrive 4 voir parfaitement e» que san appsétit du vrai ui donne déja Wentrevoir; pour qu'elle appréhende ce Dien qui attire il faut que Dieu lui donne de Io coisie 1.» Voila bien Vccuvre de la foi. Par Ia foi nous étceignons Ja Vérité, le Bien, In Beauté, Dieu Iuiméme ; non pas, ik ‘et vrai, directement, mais & travers les sacrements, les mysidees, qui sont objet propre de la foi ehrétienne, «Plus inlérieur & nous-mémes quiaucune de ces facullés ‘qui font en nous Vhomme intérieur », Dieu ne se commu nique & nous quo par des «intermédiaines », extérieurs & lui comme 4 nous. La raison de cette feonomie se trove dens notre nature : corps ob émes, habitués & nous ouvir & la veri, dans Ie domaine des choses terrestres, par médiaire des sens, sl convonait quo ces dorniers no tus pas exclus de notre initiation & la vie divine ; que Pomme. ‘toot entier — et non seulement eet esprit apparenté aux choses Pen-haul — participa’ on nous & Pexperience des choses de Dien. A cette raison de eonvensnee, o'en ajoute tune eutre : de nécessits, Nous sommes des malades les ‘sacrements sont.les remédes au genre porticuliar de maladie quiest le nbtre depuisla chute, Apros 'étre révoltées contre Diew au Paradis torrestre, dans ua mouvement dorguci, nos facullés spirituelles se voieal coniraintes de se pliee ‘aux apparences corporelles des sacraments corporels, et, 1, Ted, 298 BG 1c, p. 19E-197 dans La ici, que snppose l'économie sacrarentelle, purifle nos directement au pire de Phumanits. Depuis Ie péché, il nous Romine, cast par sa vie, par s& naissanc snorb ot s eSantzection, sat par ces paroles, talles que nous LA pocrRinic 1 ‘acte Phumililé, elles rotrouvont lo chemin du ciel périte le vérité, En Eden, Diew parlait parle par son Verhe médiatonr, ot c'est par lui, Dieu et sa passion, sa Jes rapportent, les Beritures, que nous sommes contrain's dle paster pour retrouver Diea, Il 9st laiméme, eo Verbe de Die, et le source et le plus grand de tous les Sacrements de la foi, eL'hommo, éoriea Guillaume aux Freres du, Mont-Diew, qui visite dans le Seigneur Médisteur sa propre image, ne piche point, comme I'sssure Job TLorsqu'en oflet V'espril, porte ses regards sur le Christ ¢t quil se représente ainsi Dien sous la forme d'un eat de la vorits, Ne siparant point Dieu de Yhomme, dans Punique personne du Christ, sa foj saisit Diew dana Vhommo ¥» Avent tout, il faut done croire au Chit, 1} faut aecuelllir le Christ, souverain roméde a Yenflore de notre orgueil sgerement merveillouse de notre régénération ®; mais aussi ot surtout révélation du Pore, ob, par ca vie comme par ses pereles, miroir supréme de In Vérilé, image du Diew invisible ‘est [i le premier degré — encore biea humble — de la, 1, hid, 962 A - 984 D5 1 6, p. 110-180, 2 Voir wor traduction, Qorutaunn om Sater Tanzun, La Lal or Pars 1969, $174 ps ELD. La atmo ibe, lotro lo taxta ood, se vetoouve dana le X* Méaitation ot dans UBxpooe luk bin, 2, (Bets facts tons) ed sirandusy superbe rooira» lumarony sarin mediosnentans; ad redonplionen mearam, allum Saerax mente (Speen 985.0; Kad. Désaan, p- 19) 4 Gullluive laiste sur ce fall qus tious les acies dy Verb> fall chair sont eutant de paroles pour nous tbed, 980 Dj ley . 137, eb tos ss seles, uoutas ees paroles comme ne eeu ek eau revelation de Dios, 996 ©, 9-177 2» snTRODUCTION 1A DoErRINE a fmue en sagesse, prend le eceur, siinstalle dans Vesprit. Bésormais on nie connatt plus le Christ seloa la chaie Pest, en Lui, le Verbo do Dieo, steel et immuable, qui fetiont, Plus exaetement, le cegard de la foi iluminés — tle le foi aimonte — commoneo & saisir, dans la seule et personne du Médiateur, et la Divinité inrediant de 5a mojosté Uhumanité qu’oile assume, ot l"bumonits proje- fant sur Je Déité leat de son humilife Sustout, & Vintel- ligence qu'on « do Lui, s'ejoute, combien pins doux et plus efleace, un pioux sealiment @amour, d'un emour pupra-humain, venu d'en haut, et qui provoque A faire Siens, dans toule la mesure possible, les sentiments du Christ Jésus, en d'autres termes & «sentir>, a propos de iew, comme « sentait » Ie Christ, & connattre Diow comme le Christ connaissait le Pére : dans V'amour, ef dans Tamour substantiel, qui est Esprit Saint, La dornitre partie du Miroir de Ja fol nous déetib le emécanisme » de cette connaisance d'amour, propre & Vhomme spicituel, & eolui que ment Usprit (car st la deuxitme étape de la vie de foj 99 place sous V'égide ot dams la lumiére du Christ, la troisibme est foub enlitre ume ‘opération de l'Esprit) et qui, de clarté en. elarte, s'eleve jusqu'anx sommets de la vie contemplative. «Autre chose, écrit Guillaume 4, de connsitre Dieu comme un homme connait son ami; autre chose de le connaites comme il go connait lui-méme, Connattre, au sens commun du mot, connaitro un bomme ou une chose queleonque, o'est omiporter dans sa mnémoire image qu'on ‘ena congue’ le faveur d’une vision sulisente. Grace & cotse image ou ‘phantasme’, on se represente la chose on la personne quand elle esl abseate ; on la reconnatt quond on In rencontre, Vie-A-vis do Dieu, cette connaissance commune st colle de la loi.» Par Ia Toi, de fait, nous connaissons foi: ne pas refuser, dans son cwur; la grévce de Whespttalité faox vérités venues du dehors, véhiculées par le Christ ob ppar son message *. Le debutant, Ip chrétion moyen, eelu {Gue Guillaume appellee Yhomme animal, en reste souvent. ‘co premier stade, Incapable de saisir ee qui est de Dieu, j} ne voit qu’strangeres cans Vensenible eb dans chacane {qu'il aceusille, sur In seule resommandation de autorite civine, Tine-sent pas, ine. realise » pas le corres ypondance intime de coe yéritos aextérieures 9, avee les ‘epirations sorétes ie Vesprit- de homme. Go sora le part due rationnel », au second dogré do Ia fos vivante ‘A extte étape, on se Tie darnitié ayee Ios ~éritée do foi. “Apis avoir accueil, on prond contact. Puis ilse fait une forte de mariage, ou-dedans de home, entre cos verites acquises » ot los véritos « memanentes, ees réalités der ‘elles avec Tosquelles V'esprit- de Phomme — on Y's dit plus hhaut — so trouve lig par une certaine affinité, et donb, fleinement rationnel, pleinement lukméme, il_pergoit faotursidement Vexistence et comme T'appel. Médilant Peenvre da Rédemaplour, i) y dScouvre Villustration Ia plus pollo, Ja plus prenante, et Ja plas sage, de velte Lonté, de elie puissance que sa raison dSsouvre en Dieu. Recipro- quement — ccmme par un prélé-rendu — la boaté do Dieu, sa sagesse, sa toute-puissance, Lelles qu'il pent les ‘concevoir, lui paraissent donner au Christ et & son measox> Tour pleine signification *, Sone doute la foi reste In fol = tune conniseance en énigme el dons un miroir. Mois le oané sév6lé s'éclaire, Son wnité, sa beanté apparaissent dans une umiere spéciale, Surloul se joint & Ia connaissance tune jouissence savouroaso, une sorte d'expérienoe des snysténieuses réalibés qui font Uohjet do le foi. eat ioi lo troisibme étape. La sefence qui nit de la fi, et qui s'adresse & 1a portion raisonnable de Vhomne, se ‘Spee, $86 CD jf mp. 196197, ot 386 A jp HBT. 1 Spee 87 Aj bes ps 198198. 1 2, Sper. 998 Ds key pe 1ORIG, 2 Spee, $57 AST Dz Gy 191A 2 myrnopuerion: LA DOCTRINE: ey pour Te perception des substances. spirituelles. Ca sens jnteme, vest Pintelleet, Cependant, seus plus noble eb jlus puissant, intellect plus ralling, apparait 'amour — 4 condition qu'il soit pur. est en effel par Pamour, comme par wn sens, que le Gréateur ost pergu par la erda Dio geioe 4 Pidée qu’ont po nous donner de Lai la Per- sonns, la Vio, les Poroles du Christ Médieteur, Image du Dieu invisible, emaprsinte de sa Substance. En regardant, en éeoutant le Ghrist, nous avens appris que Diew était, Piro, tin pére plein de tendresso, de misérienrde, o'amonr surloul pour 0s vafants, los oréatures rachetées par lo fure Cest lui qui, comme un ialellest, dome Vintalligence fang du Christ; nons avons conn en Tien Vexistence dyn ie Diow*, Pour le comprendre, il faut savoir que toste ernellemont engendeé du Pore, égal au Pare ot, ave sensation suppose une certaine transformation du sentant Tub, prinsige en Jo: Deis einer liiime Hypostane-t fn Lodjst seats, uno présence do na & Vautte, une certaine MBeprit Saint, Nous evonp surtout recoany que Diow iu habitation de Ia daasVaulre. Parcilement toute conneis- riéme Sait amous, Touies ces nations xposent. dans notre sance, Or amour a le pouvoir de conformer celui qui sime memoirs, comme autant d'images, Ine tient qu'a mows AVinrage de objet aime, deles trensporter an dans! autre, de les eyoquer et tout aussitat- Bien — un Dien que netre sf plus effescement, et plus pleinement que ne pent faire Pe eilashalisileaagi ele atdliaseoivet —- Dise ie sens externe oa Vintellect , Cos derniers no trensfermnpat se montre & nous, se révile & mous, comme un ami s0 Vespnt de homme en la nature dn sensible et da Pintelle Imonire 8 son confident, sous un aspest, une forme, qu'va fable — condition eine que non de toute sensation ou Mauger ae cea poi intellection — qu'aprés «tre sasinlé te sensible et intel By ecules dx intbnn/1d6]4yr qureo” ool oxtte ligible ot Toe avoir de quelque fogon entraings «u-dedan ffs satel lde la alo! tate donne de: voir de Mime, 14 of s'opere Pabstraction qui aboutit-& Vimage Tea comme en pensée, seuls avec nous-memes, n'est pas ‘9a connaissance do !objot. L'amour ogit autzemont. Avant ietipi icecoxinatem ies dilacuelle’ abit captions ch pour) le singulier pouvoir de se transporter dans Paimé, et puis ddo 20 dilater A a memure de ton objet (a Fencontre de Vintelleet, toujours contraint, en délinitive, de remener ‘ot objet A sos propres oapacités), il atteint etre on tant quatre, dans la 2éalité conerte de son essence eb: de son existence indicibles. Comme le sans ou intellect, il opere assimilation du sujeb a Vobjet, mais Punion qu'il réalise fest bien eutrement profonde que elle qui préside 4 un te de sensation ou Wintellection. Assurément, colui qui Aime est dans V'oime infimiment plus que le voyant, dans Te Jequelle nons sommes faits. Seale peut enmbler notre desir le connoissance singuliére, issue de la sharité, qui est propre Ala vie du ciel, et qui nous donne de contampler Dieu dans Pélon d'omour mutuol qui lo foit habiler on nous at nous transporte mouseanémes en lui Gette connaissance séhouche iei-bas ot Guillaume a pris la peine dea déerine le processis, comme pour Ia connaissence de fo), L’amo a deux sone : un cone extorao pour le percoption les corps et des substances corporelles ; un sens inter 1 Shak Fiennes pon Rr sa as tee a 1 sustomeat,PEepod se ie Canlqa nus di a purest, ali tea tools B Died ounie-sadetens te ieasion de Perour Ls thime ast sane is Ie prominee ype te ceux que la ample tent exec ¢dstanee » ail ment anes, $4 a per fen coptande, cam sult 01 stat: er cum, por afcerten eg nie a tio, pee 1m eo Ee, per lei detent (Spe 2. Pho in ee waleieamantio affect qoam set cerns in srpore foo Be! fo, p. 1b0-) ms : has, vel in rationals inleliecta (Spee, 391 B 2 yp. 156-157) LA Doorn % es mytRopuction ge purifie et se transforme en chuarité, est informé, assume, abvorbé per 'Beprit-Seint, «L’amoar de Dieu, la foi le fcongoit, dans Tame, Vespérance Yenfante, la cherité lui Gonns ea forme et le vivilie, L’amonr de Dien, en effet, on YAmour-Dieu, VEspril-Saint, en pénétrant Pomour de Vhoname, Yaileeto 4 son propre usage, et Dieu, tirant son ‘amour dé Phomme, s'vnit & a fois Pesprit-et amour do ce demicr 4.» «Notre amour vis-a-vis do Dipo, c'est Esprit aqui snous est donné et par qui la chanité est répondue dedans hos cars #,» Thime heral tant il revient dans les éerils, fe Guillaume, mais qui nous Livre la raison derniéro, theologique et mystique, du privilége de Tamouc, ‘Liamour ne nous unit Dieu, Y'amourne nous troneforme ‘en Diew, l'amour ne nous fait voir Dien, que pour autant qu'il est pur, qu'il vient do Dicu, qu'il ect divin et céiterme. (Or, cette mervaille ee réalise quand Esprit, Amour inoréé, subsistant, charité divine, e'éeoule au-dsdans de nous, informe notre propre amour et le dilate en quelaue sorte ‘ila mesure de goa objet, Alors notre cour s’emplit d'une ineffable lumiére ; nous sommes préts & «gotter», & voir ‘ combien le Seigneur ost doux, bref, 4 expérimentor Dien dans la mesure of "Bsprit luk-méme voudra bien nous le faire connottre Deja, en Lant qu'il vienb de nous, qu’il incare notre appétit du Bon, da Biea, de Ta Verité, amour paut noas procurer une certaine conuaissancs de Dieu, on raison mame de [a eympathie qui nous porte & nous modeler sur Vobjeb de nos désics3, Si véhément quill soit pourtant, notre appétit est. impuissant. & nous conférer autre chose quione lointeine similitude. Bt o'est pourquoi Ia connais- Sanea qui vient. de amour actif (an alletif, c'est la miéme chose) demeure obscure ot Iointaine, En revanche, que Ia corps visible, ou méme que Te raisonneur dans la vérité quil yout ottsindrs, Il y est surtout outrement, d'une tmhaniér plus intime, plus durable, plus vivante aussi. Car: Pamour n'est pas quelque chose de stotique ou de fgé; a tand & emitre sans cesse. Tl alest pas unilaléral, mois ‘suppose généralement — toujours, quand il s'git db Diew et de 'amour c'amitie — une réciprovité daffection et do sympathic. Il est repos dans Paimé, mais un repos fait Wechanges eb de participation, Aussi bien, cc neat pas! -op dire diailirmer qu'il Btablit, entre le sujet et Pobjet, plus qu'une communauté de-vie : une communauté 4’3tre. ‘Tronsfusant Paimant dans Paimé, il stablit entre Mun eb Vautre une cectaine connabaralits, et cest ainsi quit est & méme de proourer & ealubld. ume connaissance de eeluici sui generis, supra-rationnelle sane douto, mais qui, pour! nidtre pas composée d'idées distinctes, de concepls et de: pphantasiaes, n'en est pas moins une intallocticn aussi réollo ue savoureuse, C’est la connaissance d'amour, ou amour: intellection, dont Guilloume parle aans cesce, & a suite det saint Gregoire ot de toute la tradition grecque, ls seule qui uisse, on définitive, approchor du buisson ardent +t péné~ ftir dana le Saint des Saints du sencluairs de la Déité, fautremont incccocsible *. En fait, [a connaissance d'emour suppose vis-i-vis de Dieu Pintervention de FMsprit-Seint «par qui seul aime elui qui aime ce qui vraiment doit étre oimé *y. Pour Guillaume, 'omour dv ebrétien parfalt, de Phommne spiti~ tiie, se conforid de quelque maniire avec Ia substontielle cherité d> Dieu j ot cela parce que Vamonr, 4 mesure 1 Qv’on venleblonse spore é son clade «mor igs incu fe), le dectrine oo Vamoursntaleetion chee Gullaums, de Sait Thiery », dank Keane eu Moyen ze lain, 2 (2958), p. 94 cet positional Ge npr 4UlGUF WSL Ivprse, Lexis & Tappa, sous Aovtot soy formes, Je puis wns pater, ', Spintas senfus ce gh ain qucumgue amat guy oer une dom eh Spre, BLAS LGB 1, pit, euren, 8,170 1 x. 108 2 Repay i ehist. ad Ronianss, PL 180, 909 6, 5. Spee, 39) BCs Ie, p, 1ae1S7, Celle pol de vue de saint ‘Augustin dans ie De Trintate, 81, 1,5, 6 INTRODUCTION UA DOCTRINE 7 Dieu, Ja possession mutuelle est plus intime infiniment, ft par conséquent plus intime sussi oat Ie connaissance, plus profonde; pour tant dire : unique. [Le Miroir de la Pei nous amino jusqu’au seuil de l'Zxpo- ed nus le Continue des Caniiyues: ear c'est, justement avear ure de [amo-épouse que nous déortt ce dovnicr. Nous quittons le tervain de Ia théorie pour celui de Pexpérience. Mais no l'oublions pap : cotte expérience tout ontiére est fondée sor la foi chrétienne, Jamais V’dme ne serait admis dans lintimité de! Bpoux, dans la «cave ou vin » du sacré Cantigne, si elle n'étail, dabord passée par les «eellicrs » du divin Rot. volonté foctement tonduc vers Diau — c'est oxla l'amour Ge desir — soit essisies par le Saint-Msprit, et Yame imants sera tout entidre avbitoment transformée, non pas fn [a oatare divine, mais en une forme de bfatitude suprahumiaine et quasi divine 1; qu’allo connaiste In dilec~ tion, qu'elle sen famine ide charité, quelle etleiene Punité esprit, supeéme degré d'amour passif, alors commencera pour elle experience ineffable = de clarté en clanié, de respemblonee ea resemblance, junqu'a calle de Punion mystique, oi la vision-coumaissanee atisindra son acuité L'éme alors, Sorira Guillaume, se trouve prise de quelque acon dans celle élicinbe et dans ce baiser du P&re ot du Fibs qui ost I Hepril-Seint +, Postédant-en elle, bien raieux, possédée par Celui qui se trouve thre Ia aubstanticlle connaissance du Pere ot du Fils, au sein de la Trinilé commenL ne participerait-lle pas & le connaissance que Diew a de luiméme? Thy a connaissanee, parce quill y a possession, pénétration, inbebitatien do I'un dans loutre ‘L/dme n'est plas seule en face de Dieu, dun Diew lointain, inaccessible, comme dans la connaissance de foi. L’ame est ‘avee Dieu, limo est en Dien. Ce n'est pas elle qui se trans- forme en Firaage ob resombleneo de Febjet de ses desi vost Ini-meme qui la saist, fa pénbire, 1a transforme, par le truchement do Pamour et par Vaction toute puissant» de celti qui se trouve étre, au sein dela Déité, Amour, Charité YEsprit-Soint. Lame wast plus Famie de Diew alle os ‘épouse en toute vérité, et c'est comme elle qu'elle particine 4 cote mystéricuse connaissance que deux époux ont Pum do Vautre, aver cette diflérence qu’un des partenaires tant v Lee sou Cette simple analyze, ou plutdt co démerquage dos arguments dss Miroir de fa fot, dispensent d'un «expost » de lo doctrine d> I'Zsposé. Lo loctour a dans les mains le A g’Asane qui lui permettra de suivre partout Guillaume the de courit aye> loi sur les tracss do IEpoux >. IL faut poortantsfareter au peobléme important des sources. i personnel que soit ’Bapore, Pautour, bisa quo « rephis suelaicméme #5 et-ne voulant faire appel qu'd Vexpérieace do amour, de son propro amour, pour tout dire, Vautaur tne pot que rester file & ce penchant naturel quil a de naar avee Ia Bible ot ses promicrs interprétes: les Péres de PBglise. 1h em Spiritus Sanctes eolunlatom Fominis oie obi affcit Den unars ania, b amando sorters, toa ropends tranemueir, fn golden in nolaram diaiilti, ood lament yeandam cxpra Ruraen, clra Wieiuan foram Deaitdiaie (Spec. 901 Dj ee 158-150) 2. Spen 384 Bj L.eyp. 105-109, par alours, Bpil ur $2885 be pe MLE, 1. dnfie, 410 2 Ine, $5 e INTRODUCTION 3 SOURCES 28 Comme Ie Trailé de ta Conlen- lations, \'Bxpore est un_ model achové de style biblique. Commentsire de 1'Beriture, FBeriture on feit Jorgement les fais. Les premiers part fgraples o8 apparsissent, ramasses el prossis, les themes Dibliques tes plas chers 4 Guillaume, sent typiques & ca égard. A chaqus page intervie In citation explicito : soit A Tappui d'un argument, soit. comme amonee un ven Joppement nouvoun dane Ja ligne de I'Ezpost *; cer, feit Jmportant, Auteur ne se laisse pas distroire de son sujet eiToa no pout qu’admirer le naturel td propos de sea Inclses scxipharaies. Bien frapyant est le jallisesnent eal cascades de mélaphorce bibliquos, smsité por los images) dla saeré Gantigue. Le « Necoloravi. ne scx du chapitre 1, verse 4, par exemple, fot accourir le « Soleil de justice» de Malachic, 4, 2 ol le Charbon destructeurs du Ps, 119, 49, La Gave au vin do 2, 4, nous zmene le «Calica enivrent » du Ps, 2,6, le «Vin nouveau de Matihicw, 27, 29, le «Vin qui ence los vierges de Zachorie, 9, 17, 1 + Vin de componctioas du Ps. 62, 5, eb le « Vin qui met fa iesses du Ps 103, 154, Le «Mur dont il est question au ch 29, devient le mur que-n0us fei franchir le Ps. 17, 30, le eMoneenn de hone x W'Habacue, 2 6, « Mur de sepia ration » d’Bphisiens, ® 4. Un pou plus loin, Ios « Fentaa ie la maraille» (Gant, 2, 19), raprelient & notre auteur ey le Christ: qui est la «Picere> [1 Gor, 10, 4) ob le «Vorba pinétrant, tout comme un glaive 2 deux trenchants (Elébr., 4, 12) 2, Sur le theme des deux mains (Gant. 2, 6) sient se plaquor tout un jeu do citations paulinienne Pome de lo Bible, le Cantigue des Cantiques s'enrichit, sus 'Bzporé, d'une poésic biblique délicate ct sanz fausses notes. La Bb ‘Non moins certaine est Viniluence, ourla pensée otle style de notre auteur, de quelques matlees choisis. On pen- sora tout de cuite d saint Bernard, Pinspirateur de l'Exposé tt, parma Tes anciens, & saint Ambroise et & saint Grégoiee, dont Guillaume a fouill les convres pour en extraire tous ns passages relatifs au sacré Cantique *. A vrai dire, notre commentaire ne renierme guére qu'une ou deux pages @inspiration «grégerieane» f, el le genre comme le style du grand doctear milanais en sont absents. Quant 2 stint Bernard, s'il est le «pero, en un sens, de I’ Expos, ila joté Ja semenea, ainsi qu'on V's dit plus haut ®, d'un pur clief-l'ccuyre il faut reconnaitre que, dans sa forme ot ‘on expression, o® ehef-d'cmuvre ne Ini doit rien *. Rien de Bernard, Amores at Ursgpice 1 § aa 2 gue. 3, Supra, p82 et 4, Info, 8 0, p. 195, fo 1 OED. 19K, te 1. Notes encore aux § 91 14 169, dese ites anepnation gotten: ane pari Tomas es ‘chonsenrs» dans PExlse; autre part os esants du Rederiet. Nom naubliwons pa que Guillanme Mot aim Gregoire, 100 pas fone doute le taste fondarisntal dn son Bapoee, tals 1s formule {alla sasevddilotrer on ene + Arce pve natltaest(HFm. NXVL fr Bean) 5. Volrsapea, p. 10, 9.2 5. Wen dat ren, am tous eas, eux Sermons db stint Abbe sur 1 Cantigas de seniiguas, prononess au Chapt) 4 Clalrvan, 4 uu pri Ala stine Gpogus. On past toat juste, en eonftontant Tes [esta lever quelgaeeseserablenoes verbait et peer, éventvell- ‘mon, 'iauenco résiproque. Cl. pare, § 108, 242, 1, ot § 110, 94%, n,2, La parents dlnapiation no llt quvaccuse ns ierones ome stat ie ov¢ A propos dea traits De mare des dans ats, tina quo a bien mented Dow J. Hocmuarn + «Saint Bernard et 1, Ff, Yeation do Dom Houncien, Introduction, p. 3837 Intodalta, § 2, par la etation do ip roviens >; § 128, par colle dips. ‘ta propre chit»; of § 131, par cole 41% 3. Inf, § 86. 49s 5 fs 2 myTRODUETION ypiquement berardin dens application, faite pa Guillaume, des péricopes du texte saint 4 sa propre vi spitituelle ef la vie mystique en général. Rien de beeay din nan plus dans les interprétations qu'll propose, parfoi ‘avec un luxe inoul, des différents versets, Flan de born ddim surtout dans I'énoneé ot le déraonstration de Ta thes générale de Youvrage : la libération, la sublimetion de Vamour, par le passage — sous 'action do le ence divine — de V'état charnel, animal, qui est eelui du simple eni tien, 2 I'état spirituel, qui és! celui do lame-épouse. ? Gette thse ost une idée crigénienna, Critine un des thmee que notre auteur « directement du Matlre d’Alexandie et qu'il n'a c reste, de ereuser tout au long da ea carvére littéroiee. ‘Ongéne, ainsi qu’on sail, sépare les fidbles on trol ‘ealégories distinetas : les commengaats ou psyehiquee, l progressents ow gnostiques, les parfaits ou spirituels. L ppretiers, encore captifs de leurs passions, courbés sous I jong honteux d’un esprit décho, refroidi, la qu}, 17a our se guider dans leur voie (avant. tout. purification Ittes contres les vices) que les lumiénos de la foi m ith xiavie). Les seconds, pusifiés par la pratique Fascase (raiq), ayant pour éclairer lours pas le lambeat Tune raison saine, d'un esprit intaligent, en pleine pos sion de soi, le vot, possident, on plus de le. foi, une e teine connaissance (yy), une vue claire ot assurée di imystéres qui en sont l'objet. Les troisiémes, enfin, au ‘met de Ia perfection, mus par un esprit intimement. a AP Bsprit de Dien, lo rvs5ua, expirimentoot, en quclque sorte, dans ta pratique de l'amour (dydmm = “ris ol Geni, Bewpix) Ios imefTables réalités qui sont la matidre Ja fo). Chacune de ees catégories marque done, pour Ori 6 Gullauine de SaniTDlerry dane ae Liber de amore dane See Berrard tation |Araicta Saest Ondinis Cisesioncly TX, 1089) p. 225-233, Les sounces a gene, une étape Te long dela voie de la perfection. A mesure que "ame animale, dans le composé humain, cde la place a Dame raisonnable; que celle, & son tour, s© laisse informer par I'Heprit do Dieu; lo chrétion pane des ténk- Dbres d'une fol aveugle et simple, ux Iumieres toujours plus vives d'une eegesso qui expérimente, Travaillant purifler sa vie et ® détacher son ame du charnel et du sensiblo, ila!élbvo do la morale juequ’a la contemplation ; foi qui lutte et qui peine, &'amour qui godte et joult, ‘non sans paccer par la ganose, ou connaizcance intollostupllo des vérilés sevélées. Foi pure, intelligence, amour ou sa igeise, elles sont, pour Ongena, les treis homes qui jalonnent Pitinéraire de Tame & Disu>, ‘Gn a rencontre ce scheme, on du moins quelque chose da schéina, dans Vanalyse du Miroir de la foi. On le retrou- vera bient6t, tout au long de I'Kapose et dés les promicnes pages, sous une formo cb dana des teranes qui trahissent on arigine. Cine enquéte approfondie, 4 travers Venvre de Guillaume, prouverait que ce nest pas 1a rencontre fortuite, pure eoineidenee, mais le manque dune influonee fuss; éelairée que proforde, Guillaume na yroiment, felt sen un des thames majeurs /Origene — et tout ee qui s'y raitache — qu’en Ie repensant & sa manixe. Il l'a vrai ment assimilé 6 dit connaitre Origine d’asaee bonne heure | 8 tra vers quelque intermédisire Wabord ipensons 4 Jean Scot 1 Lamas que none donnons fet ds itinraiee piste «prt Corigene est" videmment sebématique. La tees Tot-inteligence- gee, riaric- were anpie, 88 trouve dans Ie Conta Celsa, FO 11, 1309 6. Pins souvent, PAlexencrin emploe les exprestions fuivantes « cement - suet) Googie = Genhenla, Ou mpcernts los Mt Gempnesies fies (client Want & le fot pment Seupia ob ‘espns uses ou Oeeoyle). On trouvera un expote plus named ‘taetondentes references daas Variole da. Sass, Loe dab Ue ‘Tune dootine cee cing tose apintuce ohss Ovigne =, done Reoue \CAsetigns ot de Mpatique, 1939, p. M246, 6 IyTRODUCTION Ins sounoss 2 4 exploiter Ia trichotomie, corpus, anima, spiritus, de ta Promitre aus Thessalonisiens, on favour d'une explication » la vie: spirituelle 2 ‘A vrai dire, clst dans I'Bapocé, 4 une Spoque ot nous sommes cerlains qu'il a en mains Pouvre POrigéne eb ‘quilly fast d'ahondants empronts, que nous voyons l'esten- ndre corps dans la spititwa- Erigine); dirootement ensuite Trés peu de temps aprés son entrée h Signy, il se trouve en possession d’vme honne potiie du Corpus origenense, oar les seribes. de o> mona stare vont copier auccessivement les Homies de VAd mante? sur la Genése, Ezede, le Levitique (volume | du ms. 207 de la Bibliotheque municipale de Charleville), les Homélies sur leo Nombres (volume Il), our lee Liores de Sows, les Fuges, des Rots, le Gantiqne des Gantigues, Fea Jérimis, Ezéchiel (volume 111); ? Baplanatio super Cantion Canliorun, le Periarchdn, tous deux dans la traduction de ulin (volume [V), la deuxiémo partis da Comraenlaire sur saint Matfhieu (volume Y), enfin We vaste Commzataire url Eptine cuz Romaine ¥(volume V1), Ce dernier ouvrage, de la Uhése origénienne pr Ania cnr, priseguora +6 conveal of sprilam a nun oficlur fim eo dam edhasrl corport ede sarmaliascogita, nau in bone alu vidter oa, napus sranfels in melo, sed oxo animal ut ite il, eine ot atest fort pola caterer otra Uffcsiur spitals (De prindpia, III, 42; PG 1, 993 Dl. Daze Varina) cum se deecteltenthus cara seit, earns emines us, com vero 06 spirilal jarerl, in spirit eee hones fall roster hoe spleitlenrominart (Tid, 11% 42; 394 AD). Prepuntor in Siriluris inceninus quod hme epekanosorpun et ese dester Moi proud att polar anima, quae wl deideris opti ecaie (Gt, el cl cwnie consupircerdion inclindur. St vero ap cosoueit vtotal, nas can ex aplritar ert, Be qun sips care carae al ‘armales amine. fats vera cum spirds, spiitaen [ies pial. od Honan, 185 2G 14, 866 4) La mbm lendare> oe foil jour dens un des tout premiers fuales de Guillaume, le De nature of dizatate anor. Gullaune uous lyzo une promlére cLauche dese dovisine des von spires, {Tl ie at, justement, on Ts mae aagulre et. James Waste *Galllaune de S=T, ot Is sens epliiuels Dstiqus, 1959, ps 2712, en parler Tes Holes 39, 50 ot 52) & ‘Oneae. ‘Compnrunt Is dfere.tes formes de Tumour sux clay Sens, Gumlnume fat remarquer quo crisias do ces seus sont plas argon» feuporeioes), e davanlage Anseumeuts du eorDs ‘ants, plas sanitomse> (mimaltires), (.e davanege au see lotame ;tres enfin pe spine» aphnitutiares) dave lage au service ce espn cate «naute partie do Tames, pinespele Tanti, 'pyepmisin o'DNeeN®. Vole PL USE, SILE-ZD eb notre Tananelson dane ares okeeies de Gullanme te Saire-Tee, DISB-I87. Et Pnfomncs o'Ongon ne se title pas kenur A An fi trade (404 HO; apf, pe 07-208) quan valanina Vien & fine dos deat teanchis dé Ie plilosypnie(sagete), In sleon cs [hates Humaines st In sence des ohoson civics, ct Gea ols Aegres ‘us sevele + Puthiqus, le poysique, se tadelogos CLK. Faun, fn eit, p. 129.120, Guillaume en fera, 2 Signy meme, une vasie defloralio ‘Mais diya, bien auparawant, au temps de sa Letire 4 Rupert, ‘par exemple, il en avait adopté une ou Pautrs propo- tition, la tendance, en particulier, de V'euteur alesandrin. A miser sur la distinction de saint Paul cateo homme animal» ou echarnal, ot Phomme espirituel s®, ov bisa 1. Cpt fe seul « Onontal» qu'il ne ora! pas de nommer part ‘ouroon par ex. dene Exp. fa opist ad Rem. Proloyae; PL 18, BAT A. Voir 400 eulst lo romargine fo H. ot LU9so, Belgie mde” al fee quate tna de PBertare, 1 poria tI, Paris 1980, p29 2. Sur oot autre nom aOnigias + «Uhomine dy dismant E, 95 Lumse, op. at, p. 249.844, ‘a Le Conimanlatre' et led da Planelar Origois, dout paclo Hi om Lene, op. yp. 270974 's, Dal relors, dane VE im Bpie. of Rom, une bonne cinguan- laine d citations Origine, vaslant do 10 lignes 8 la valour dane ou ‘ou celoanoe dp Mipat. Cl JIM. DGzusvtse, Cellaume de Sait Thisrrg, howe e098 eusre, Drage 1012p. A749. py 207 {Daas a0 Lele d Fepery Guillomme ont = Dict posttae: Cb spirits ese el aia ol enrpeseonserosiar in dion Dorn! (I These. 3, 25), Secundure Pac estccionen, quar in on homie posite Git Inuit, dae tee scerrantar, quae Favicon abt ebversars Spirals et antnatis, Horara ain irbeny spltus vale, anti, corre sf dun wing prio seetan, cla ot sprint cre de rim aio, vile es antnotis (PL 18), 344-43), Pour Orit 4 myrnopucrion LES SOURCES = Iité de notre auteur, et se compaser un visage taut « guilet= La Uicholomie paulintenne corpus-anima-spirilis est depassée, et du méme coup sont abandonnies los épithdtos de corporalis (ou carnalis}-animalisspinitualis, pour dési= ner es trois degrés, es trois étepes, ou los trois aspects de Ta-vie de Phomme en marche vers la perfection, Une auire formule, plus adéquate, s'était offerte 4 Guilleume, au cours de so patiente enquéte b travers les éerils des anciens Pores, ot des e Mattress de son temps ', at sl n'avait pas mangué de Vinséror dens son Exposé’ sur ?Bptlre aug Romains. On y parlait de trois «formes de la doctrine da fix, ralienalis, spiritualis, inielieclualis, de trois manitres de recavoir et d'embrasser la vénite eayslee, Le premiere: it Faccoptation pure et simple per la raison uma (dou son nom : ralionalis} des «saerements » et des ¢ mys three » de Ia foi (ayee leurs oxigencoe sur lo terrain pratique de Ia morale ol des onus), tels qu'ils ressortent Ge Vere seignement da Savvour. La secondo tail Ja mbditetion | studieuse, eb deja la contemplation con esprit-e (spiri tualis), des memes saeremonts de Ia foi, La troisiome eotiny [propre aux cours purifies, qui mériteal de voir Dieu, se faisait dans Vexpériones de amour illuming. Elle Sait Vintelligence (@oa son nom + intellecualis), mais une intelligence venve den haut, ot non do la raison humaino § de Diew Iniméme, dens sa lemitre ® Sous d'auires mos, était bien Pidée origénienns des trois paliers ascendants, ‘smenant dla simple fo} du simple fide ii-bos, du commen- ant, de "homme charnel ou. animal, & ectto sorte ¢anti- CGpation de la vision face & face, qutest la connaissance du parfait, du spicituel . Maie ectto idée, qui forme la bese Ge sa spiritaalité, Guillaume devait Vhabiller dy neuf, en, chojsiceant 99 vocobuloice dans Vane ot Yautro formule. Lo Prologue de U'Exposé nous parle de trols « élats mee», propres aux hommee doraison, et de trois modes de pritre, en rapport avec cas états : Ye animal », le era- tionnel», le espirituel . Animals, spiritual, es termes sont pris & saint Paul eb & la formule origénianne. Le mot ralionalie est dicke 4 Guillaume par Js seconde formule Mais alors qu'il marquail 1A le premior degré dos étapes aseendantes vers Io. perfection, il éésigna ici le second palier. Pew importe ailleurs, Nous avons vu que les mots he font rien § l'histoire; plus exactement, sous des mois ‘one poopria st mandorem serdiui, geoe Denn videre merontur Ruionelie sig eoluntarinn obordantiom, ot ection perfeionen ‘plrituaie setrium seneiin 81 hurtan eonienploionen, snleledelis pesifear at famiiceom szpertinn. De rei oni vesana He fnlesin, non fornur @vetlens, sed spas sist unformet rlionem, on ut eae enpih eda dominate abo, alquand cum carson) (lzgontio in Bpisl ef Rem; PL 180,809 D~510.A) Co texte vent pris une citation da Commentaie Omens sur Votive or Boring, Vi, 2; PG 14, 1050, ob il dent: Ferma deltinas sit qued is uideree pr sperm tn denigrate; trina were vider isle ed fusions el fora doctsina el convemonata ed hena formate doatrine Janz (Le 600 G), Le fet quo lo tote cits pun haut eat introdut or oce amcta al allarsn mnaionte qu met pas d?Onigsap (ier ‘Ue Vidto elt oritadennc). Ot Gulleumo Ta-tit trouvé ? 1. téee oxplellég, en Va yu (et aupre, ps M021) dene le Mire tes fo 2. Jeno ulopes,copendent qu'il et po empruntorsa tops divs tenants Origins: Crt, sombletil, Pavis da A. oe vas, qi fait da mokima : pod Porindg~ mranscrrode un vehtena EypICUE sorigélon. CF, «Apex meaty Wandorung und Wandlung ae Solohen Tovinss, dans Zelcdrft fur taltiche: Phelegle, 2 (350), p. 101 ek ek 1, Gamloume nous dt avsir composé sen Compaisire sr Canton site de grands Doctors : Avgusit, Acsbrois, Orlebue et ues OL cust aigurant apllerum nos lenporis (tn Ep. ad Rent BAT Ai, de quibut, ajoutertl carta ademas ner pratense et In eligi lens gave posuerunt Patres Mos, 2 Aill s. aropoaunl tes forms 01 dytrina fet: ratonaiem, spwitaaion, ineetuatom. Raltonais extn sacraments et mortoit, pla ils hominids, quiver Dominus del a pareduiseaneaiandart Fegan Del Sprtuais eat Un tedlens alse meittionts & majorara ‘acrbna, converters she qulbue Demiinus tit: Voie tat ext nots Imusiriin reant Dek tnteetelis ext tn anoris amined fet, Lps souncrs 2 % INTRODUCTION simple, ou Je comraengant. d’Origéne, il est eaptit de Ta «Lette 1» obo connait guare que le Christ solon la cheir 8. 1 loule cantzée sur Téconomie du mystire de PHumanité du Seigneur (ea quae eunl humanas disperea- tionis Chest), est «simple , encore ferme aux cheses de Diou *. Mais sa Sd6lst6 méme et ton attochement, déj8, 4 la Veribé, connue «dans ses secrets obscurs, en images ol on paraboles., le prépars & uoe plus elaire notion du Royaume de Dieu, § 1a 2évélation da Pére, quill rclame, ‘face & Jaco, youx dans les yeux, baiters 2 baisers Gelte révélation se fera quand, devemu «zatioanels, au prix de Inhorieux efforts (Ia xpiéic) ‘I aura ropa los carrhos eb Je dot» en vue do ses futures épousailles 5; ‘quand, purifié par les wallées ot venues da divin dillécenia, Vhistoiro ost idontique, ici ot 12, Guillanme, Aveo oat art qu'il a Wuliliser 9s sourees, @ oréé pour son propre uiego, noo formule ive & lui, ot qu fra la foréuna ‘un ouvrage comme la Lelie don. Dans ce dernir écrit, du este, olle 20 justidora par touts une peyshologte, abseate de Bepasé, sais qui, une fis de plus, mnanifestera influence d’Onigens sur la penséo do notre autour : antma, ui dicte a Phoume animal son eomporteraeat ; antina qui dovient, qui doit devenis animus, qu’est-ce autre choss ue la durh du Doctour PAlexandis qui, en se puritan en 0 retonmant vers Dieu, 3e transforme en veg? I spirits qui s'unit, ches Te spivituel, 4 ?Bsprit do Dieu, ‘est len le maiua d’Origene. Si, Iaiseant Ia le yocabulaire, nous nous peachons sag Jes textes ab Grillaume news deerit prieres et orants, slo chooun das «étets » sus-montioonés, nous y rotroxvoro fntore, & travers une fouls Widées’ persoanelies eb. orig anles, Finuenco da grand Origine, [homie «animal» ne sait-pas prier comme il taut, a n'a pas Pe ooprit-de Liou >. IL élaboro bien, do tempo ferns, uae peiére du cena, mais non ane prére dintell ‘gono9 © Soa Dioo, «at lo Diou de Ilsras! « charm 56 tical in caine, dans un nuée cbscure *. Comune Ie 1, §18; le slots, at fl 1a formule do fo ‘2 Nombreux eont Ica pascages od Origiae dit doe «simples» guicls estiment que Ie Verbe inearaé est Jo tout du Verbo et 00 Geanalicent quo Ie Chtiat eel te chaiey (In Jeon, Hy 8 97-91 PO 14, 113; {a Gen, 7 43 PG 1% 201; Tn Beachy Vil, PE 13, 726-727), Guillaume fail ne-tement allusion cot tat de fall (vole aprés $10 ob 17); len soulgne le perelleIgitinls (voir plas loin p. 0, m3} mle pour mozteer auldt que ce coaloeh oar Ia foi, ‘aver seulement quslque chose du Verbo® ouvre normelemeat fr Ia seontemplalon, dans Je Christ, de le pole de Ia Malet Aivtae» (of § 28), Orlebas Geaernent : «Nous Pavoas vu, teen les ‘sinplas“Wa’avest al forae a Deaute; mas es paralts nous avons ‘yu Sep de Ps unique, ple de grace ot Ue Verte > Mat, XI, 30; PG 13, 1089), 3, § 10, Sur Vexpression humana dapewate Cleat vole § 38, 120,60, 152, ot p. 320, n- 3. Par allour, ce texte Loat a taonigenton? ‘as deux Testaments represent tes dow manlies de pou. ‘On ea. suee fe fet! de tous ls miysres uecomplis dais Je Lemps (=n puize das entures, an attend cot alinent: ye Verne {e Dien, Dievaupres de ev. Hm (= el aM, te CANat-EpOUS. ‘st rote fit; Dien, én a Dieu, C'est notre aliment. 1 Epouse sue pond tes mamelos, cesqhe, leant os Genes, ala y Abcomene der mystines (ear snimsi); lie ee les rappel, = males, Lose ‘ieterabita on gu'ele a aabord suit (oat rationed) »§ 46 4g 18 35, 8. $19,620; 9. 4, n. 1, sr expression: arma ees. L. La Bris commentalis in Cantina, dat nows avons pasts pl hat (of supra 9.10,» 5) nowe afe, dansla patie cou sa mani I présmes de raillaume su cbt de suit Bernard et 1. Howat “rt ls. 108-109} une formule prsegue idbaitqun,«pespos ce amo ‘iva, lout pedeote «eel ale Wat: I esneaata, ol enim Le valonain Io qpintnalie vel itellceais (ef PL. 184, 408). N moins clie tomule nspise par Guilioums (4 prouve le mot oe ‘Gui gure dane epee! ot dans la Lire dr) ast pas «a Sor huts On te eapproohens $6 oll d-\:cwea om Ceasnwat, ai 3a Téa Une » Naninalis, so servant, la rattonal ot Mpleletlio; sl, De opie anim, PL 4D, 908 8. Ch Late dor, § 108 3 Leo, 190191. 2, Geopnis §14 9175 eh pour Onzotne, De oration ot Th $14 (Oa). Vols dans 1 ou Lunas, Redgse medidote, 1» parle, 1. pe 477178, le cone co cotta axpremion ot 9 rapports ase Origine. 2 INTRODUGTION Les sources ” le Christ, il ateindra, par dela Ia ssiense [yvBoi) ot les sDaisers par procuration», 1a sagesse (Qewelx). baiser Supréme, directement requ du Varbe, in Spiriu, Tha’esb pas jusqu’au penchant 3 rapprocker, jusauA le eonfondie, les sets erationnel’ et eapinitudl, qui-ne teaduise uno influenco d'Origeae sur noize auteur’. Main il eat temps d'en venir AT Rxpose proprement it. On pourra le voi, per les notes et les références de la tradu tion, Guillaume suit vraiment. pas & pas le Commentain @'Origono sur le Cantiqus des santiques. Encore u'a-tal fas 6l& possible de tout, relever. Souvent, ce n'est qu'an mob, une idéo de V'Alexandrin qui sugaére 8 Guillaus lun développement. magisiral. Combien d'images suggets tives que nous n'aurions pas I'idée eller chorcher da tes pages Loullues ob muéine les tableaux grandioses Orin gine, at qu'il nous est possible do gouter, de savourer da Je tants de Guillauine! Tn viel quelquesunes : ta det 0 les arches de I'Gpouso (§ 20 et § 35); lee boise par procuration, regus parle minisiére les Anges des Pr photos, dos Apotres ot des Dosteurs [§ 38); le wa dios dogmes et le venin des fausses doctrines (3 35) 9 Yor sens spirtuel (§ 72); le jeunesse des commen: ants, cite molle qui recoil faciement Youpre de ce Doig do Dieu qu’est le Samt-Esprit * (8.125) Jes trous, les fsnuros dans cotto piorre quiest le Crist, ot par lasqiiels on atteint Dieu (§ 168) Guillaume, du resto, n'a rien d'un plagiaire. On Te voit bien quand, reprenant ay pope saint Grégoire le Grand la formule qui illustrera lo théme do son Kaporé sur le Cantar des cantiques : cmon ipse noiitia est, il (a marque d'un cachot tout personnal : Aimer ipse intelleue et. Rien qu'un mot, mais Combien signifleatit * Deus des plus beasxe développements de I'Exposé ont leur dépatt, sans aucun doute, dens une idée origénienne, fb cette idée n'est chandonnée qu’apris en avoir exprims toute la rickesse. Il ’agit, d'une part, du commentaire du. Si non eognoveria te, egredere, de Cani., 1, 7; eb, autre part, du théme de Pordo cariias, & propos de Cant, 2 4 Origane justife le e Connsisctotn, yoatl cemaév du texto ingpiné, par le fait quo, ame étont I'lmage de Dieu, et Vieaage de Diew étant on elle le decor naturals, i) y a exae= aquatic entro |'dmo ot sa «beauts », Prendre conscience de fette beauté, cest done, pour l'fme, se connaitee et ‘counettre Diew ®, Guillaume foit entiéroment sien oe point ‘de vue 4; mais il nsére dans in décor bien & Ini, dont il ‘emprunts lea éléments & sa propre peychologis mystique et A celle d'autres auteurs. IL en souligme cerlains teaits il on reléve les couleurs ; et nous avons, pour finir, un tableau densemble tout guillelmien, une sorte de synths L. $21 et 36; pour Ongdne, 130, 9. Let 2 22+ eationnal ou spit! : ralionte, tant que lo enon ide se erorts vers le Dats spittual, doe qurx Latina; ot § 284 Feat Homme, tant a3! tavaills 4 29 puriteation, wit rtiennal Dari, le vou spirtuel » Bt quant & Origa, oa sit qn, dans I Dratique, ils pans guéra que des wsieypen» at des = parila. Unssit gan Begin O Gokri eK Rana 3 4. Pour Origine, volr le beau taste de son Commentaire su Pp. ava Romaine, IV, 5, inane por Cuilloums dane 208 prope epoed sur Iu endo Bpitvo + Qua rw sun! gat et Spirit sence, metibon pears insarihtter nina, fon a Deo deters spel revignann, aii sa sffo\ eaadls Spicitl, tanga cian prosparelan, ul quod ¢i placate, inert: und ah ia {neriplon fur pr emer Spits, ntrer ofits fn ecternum inolebiltes tenet (PL 130, 587), 1 Dum audi sspsrcnscia omens, amet jam navims, quia ane ize rie et (Homil. XVI] ix Bearg., PE, 1207 A), ‘2 De elie liberté de Cuillsame vie sve do eos souree, le B.D Lypas donne un exemple typiqua & propor do Vallégorteeigerionne do. La bolle Capivo » of. Boipds méaiteale 1 pert, t 1, p. 200. 502, pur allure, vole oped, obapren $9, én ae. 3. Dn Cont, lie, 128.B 5 4, Voir §€3; 64 ot 00 5, De Plot en potiouer «of e-apeisp. 164m ot p. 168, 0.2 ra TRODUCTION LES SOURCES “ «qui Isise Join dorrire ello les analyses do 'Alexandtin + dans Je langage de Guillaume) par lesquollos Diva 'assa- Cependant, isi et 12, d'un bout & Vautee, méme idee fon- git (§ 121-192); dot le loi controigaante que Diow Ini cibre, mémea mots parfois® Iiapose d'ahord = amour da prochai, qui arrache Pame & Le contraste est aussi frappant — ef meme daventage ‘lle-mémo (123-12), amour de soi, dans la rectitude, 8 ropes du sooond tableas + celui de Vordinatio carat. amour qui Foublie pas le carps (§ 128); cmour de Diew Ghies Origene, un cours de morale, dime wehesse septic Ape dean UoutsGcme'u age dos ealonees bd Ue Eanes rojre aavarémont belle, meio qui me dépasce guéro l'oxpoxs des armours» (3130 eb 131) soramet,ieicbas, de la vie spi- fod et didactique des differents termes sur Tesquels peu ritwolle. Cest toute une payshologie mystique que Guillan- ob doit se porter notre amour ?, avoo simplement & Fappui me fal intervenir, tvangbre & Origine, Mais Pnfluence de de nombreux textes el exerples pris & la Bible 4 Ch ¢s dernior se manifesta dans Vidéo foncibre (exo on ordry Goins, font ut treaty at yrtince, a de Vamour par Dieu Iui-méme au eceur de Ukomme) et pourra sTintitulec : « De Pamour désordonné de jusque dans les hacmonsques ot les times ontrecroisés Pamour oréanne de Liew, par Famous do so) ct dv. pro ont Guillaume lustre a4 Use chain +», «Llordre méme de la charité a 686 dessiné pa Inluence vrais, profonds, eb combien heureuse 1 Nous ‘Dien, en une sorte d'esquisse, dans Ia raison notorell ne pourrions trop savoir gcé au géaial Alexandrin avoir (thine bien origénien, comme eel del Image, decor nate guide notre autour, dans son «interprétation merale» du rate det'éme);10 jygemont de la saison Ie dseerne bien Gandigue des Cantiques. De saint Bornard, Guillauine Te sens de la volonté Lonne y adhére j mais sons lo cov avait appris Vart, assaniment grand, de eovloe son «96 Ge Esprit jl éehappe aus prises db Tame. (§ 129). En sol Ficnce religioaso et mystique dans la tame dan écrit Yemnour ext désordonné, Ina ni rbgles ni mesures (§ 120) score +, DOnigeno, il a reg art non moins grand ae Dok Ja néoessit des « éprenves » (des « languenrs ropprocher — jusqu’d son identification — cette expé- Fience personnelle, eette eaventure» disions-nous %, de 1. Origins eétond longuement, par exemple, ur tous los pol ecard et Brous a ee ‘er od Ton pout cots Go sal [Jn Coy fey 201 A186 A}; nur avail d’autre ambition, en se metiant & Veavre pone son onnalsane fureat philacphiquy) 40 Diu et to Tame (138 AB) Commentoire, que dlexpooer «repliS sar Sara elons do Eoiarn gl parol Pane de eldotior ot mesirant 2 ea propre tai *, le ebemtae eee eee Gt cee a icy Individuelle dans sa projestion vers Dieu. Kt voila quo, Tabs Cribs proper ue foes (ecules io ha gr pour avoir pris comme guide, comme compagnon Wayen- ave er bouc emo ani 6 6 ob Gullnuna (92) Jee ture, lo grand Doctour a'Alexandri, ila été amon6 a nous Lat mote fenton. Yonge greg, Sst pour FAlvandrn shot se pune po tte ene Perdana anasse des indvides «qul ce polesatcuxcméiae, qi 1. Par exemple, dons os passage + Hi eat oh certain a lage Plualent leurs lentes (our bars proores lorres) ve wéatralien ‘Spiritue vitae coneton; a Varbe Let in Spin sande eitun; Agi fénécation (allison ax pilonopie) » Di in ede ordinate umantn desorintns o in ipse haminis valine 3. Tt Gon, 1, 155 DHSS A Iikavalé gundam sbamate 9 Dro formotan (§ 120) 4. 188 6-190. 2 Codes pn. 2 5, Gultlsuine ¥ resume, en TeusleLisent de polnis de vue noue 3 Cieoron p. 97 ‘eaux, soa tout prem ial: De la nature d clad de Pamour| tongs. LES soURGES “ 2 IsTRonuerioN émontré + que V Aenigna fidei ow treite Sur ta Trinits, ‘qui doit beaucoup & Scot Erigéne pour sa partie apfeulative, adopts dens son ensemble — Dien qui néglige lout a feit la théoric des analysos psychologiques do In Trinite dane Thomme — le point de. vue sugus: tinien®, Bt c'est eurtout par le place quill réserve au Seint-Bepnit dans ('seonomie tuinitaire ot dans Te relour ‘doerire cette «mo individuelle 8 Vintorieur de I fanise», | {4 nous présenter son «union personaelie avec le Verbe, comme la consiquence de Vunien du Christ avec son Pahise 4». Universelle, parce que chiéticnne, soulenve per a théologie et fondée sur le dogme, nous apparait son wexpérience >, aussi bien que, chez. Origéne, la « morale » ‘qui prolonge et supposel'ssllégorie#», Br si nons voyons sa anyslique prendre uno allure ctrinilaine», neat-cc pas, ‘une fois encore, au sens chrétien de Vw Adamante» qu'elle Ip doit pour uno port? ‘en onnant 1s parole & Aurvstin, « Youle lnsbier sur intervention ‘Gone gece putemient ratalle dons Te sheix de Diea ; intervention fuomigene lubinéoie avell skaalée plus haut. Voict un oxeond rere encore plat signal: propos du verseh rat ene Indsidaue codis eran (Rom, 1, 24) Gullaure resume un beow teste d'ongene (7 Fem, J, 18; 865 D306 A): Duseritar aulen gut tradi, qeerei pro peels suts todutar In once piscentas, Steam jrate st Impulantion exe eure Ui concupiceils, seul of ph fro crininibes site one dspulatur, uple aul impulare debe, feed Tie! jee, Inotvs tren sl 00 tnehrs. Sed sied iden dict Stpost, homo api arta et cepa ese dlr. Jeter spirit feral sarnem femiliets te ara imi anita és. Ovens non trl rats, coral sectatur llr ana caro. Quedh Verw tall grata, flclator spirit, atoms evi et spintus eMeltur. rank ergy, vel Sten tabi ce lend ue rn rat (Ue, 962 CD). Les note sents fe eont plus dOrigino, qui ‘le, son (de, continual = Media resi! dubio poniter anima, quae ve deserts spiriug aquest, Ea od corns concupirenion sneunetin; siguteer ® jute can, tau cum ea ronpus in Liidine of eonenpleentsefcier; st veo te oniqerit spied, nue cum ee apis art, Guilautee & dons osha intro duis, il encore, Vide degree et sinspire du XXVI™ Tre a’Avpuetin sur sent Jean, ws, 48] cita d'atleurs exp tltomont qualqueslignce plas Ion Ca tren ite, tile ron aban, hee cca Pull ound; nll ella quawere, x1 ron us evar. St 0 thats ara el treherie (Vb. 602 D). 1 Vor D, Ode Bacon, OSB, The Triiy in Grilmme de Sulkt Tiley ogatnal the eaibespeloyiea! background of his dodrin ofthe eucnt of ts sat te Ge [thse enetylozeapbita), Rome 190 Erimportonts slit ot gems ane Rokereee dha. snctonne em inte, 25 1958), p 95-075 27 (1080), 103-2115 28 (1081) 2 Gonteairement done & que c€ /éorivais dane Cutline de Suink Thierry, Uhoevne of von cuore, p. 100, 1 Toul renveser mes raclasons © clint gagustiaion — sndensos creates, reste Pour une part, Nous x’avons gorda oublier, et suctont de minimisens Tnfluence des Doviewts latins, do seinl Grégoire, de saint Agustin, sur la pensée et sar la mystique, toute affective, de Goillanine. Du demier, on a pu dire «qu'il fut peut-tire fon auteur profire®», Le «penteétre n'est pas de trop; rpais il esl sir que para Je) souross identifobleo da notre auteur Ia palme revient au eerits les plus dive din Doctoar d'Tfippone. Guillaume voit en lui le « Docteus de le Grice, et plusieurs fois dans son Exposé si {Uptie aux Romains (une euvro suggestive décidément ces A Ini quill a reconrs pour compléter 0 rectifier un texte, une id6> Origine 4, On « récomment Saint Augustin 1 CEA. De CuPAs Bragnie mecesae, = parc 1, 9. 202-208 2 Dia, p. 208. 11 Hodaiiem, dans Gonxsvn oe Sarnternenny, La eines Plaion ée Die, (SC 61), Imtroduetion, p10, ‘4. Volel un example typique. A prapos de Jacob et dead (Hon 8, 10-11) Guilauina cant sant Orgone (Um Ham. VI, 133 PO 1 DMMB A)“ Docomer guia non gut fils varie, od qoe fit (eh ‘ark, ips daputentr in somine; eo” sbi Jonas ee man, dood ‘nner iit, ol adopt in un Dee vena vil, ed promi res hone on i corre aes lie Del cooslent, ve could fopeibos fs oest-Avguatin 0 pari! Hp. ad Sit, 104, 24) 0 econtis gra, secundum ‘eleetionar,,propentum Bet mone erin fllio eral, od in fle Dat (PL 180, G18 BC), Les dere ots repromnont loans Origine; mci et contain ve Calas, “u INTRODUCTION au Divw-Trine de Vhomme fait a son image, Dés-les premidres pages de cet Important ouvrage, [a thise est: posto, pour ainsi parler : « Dans la Trinité divine, Serit Guillaume, le Pére et le ils 80 voient- mutueilement et, our eux, ee voir mutacilement, clesb lee ‘un’. Mais Phorame se irouve appalé A:voir un jour Dien tel quill ests ot le voyant, & devonir ssmblable a lui. Bt demémequ’entre le Pere 21 ly Fils, foi il y a vision, jl y's unite; de meme, ‘nize Uhomme ot Dieu, il y aura similitude, ld ob il y aura vision, Or, Vunité du Pere et du Fils, c'est Te Saint-Rsprit; e'est done lui qui est l'amour et qui sora 1a rossemblanss de Phomme ef de Dieu» ‘Nous avons, ala base de vo taxte dépouillé % une promidre proposition netteraent augustinienne : & savoir que lBsprit= Saint est Punité du Pere et du Fils *; ou, e¢ quizevieat au. méme, Vesprit de Lun et de Pautes 4, Yamour qui les joint 1, Ibi (abi Dow videbitun seat et facie ed facere; abi tanta ert exclelia, of mullo pias adipiscaler cerita, gun vel files erat, tel gprs desler) eat im Trnilte une Deus es ru se oder ales ot Pilisn f resae vider unm cn eve oth ob he alleruen ‘ave ued ler et ae qul edie graadestina sty ods hre casual usin, oidebant Deum stati eno widendo flier via! dove sah Smiles ch. UB elaen, vit ix Pair e Filey quae ve, (pet walls (lst Deo of homine, quae vite Ipsastalltude ftura ex. Spiritus evict, unas Priel Pl, ips elon carts dt sinditdy Del e omints (Arnigma Flac, PL 180,399 CD) Maat done dels vate ace & face» repprosive do x vision » dc Pose oy da is. als a8 avons eve auslque chose de celle « vic» est accord a rhonnne, er sntipation, «a ceux a qul lb Pare ot te Fils commu Tegenent (erglunur) PESpH-Sainl, evr moubieNe cone flour mutuele voloat> (Spee, fel 383A. Lc, 165-150, Je ie mare pas au probleme qus pesont les rappers de Pisan > 2 cressembane 5 ayant tlt allous ef. JM. Dasnawte, © AMOE Tnlelectus est c°.-J+ ans Feyse air moyen ge tin, 1 (1948), TL abeaeH et note 8 2, Sunol. par rapport 4 dantzes texts cn Arian de Ua fad ot (00 rps, auxquaie Je renverest is ln S. Uli amporuim (De Traate, Vi, 5,7) 4. Spinhis tondn o¢ Prive PVA spirits eat (De Trin, 12)5 gH apinites eo! eommnnis embebus (ie, XY. 19, 37), EBS SOURCES 6 exsemble3, leur ineffable communion 4, leur ssintets, Jour charité *, Rompant avee lo doctrine traditionnele 4 {qui avait Lronvé son expression dens la formule eonsacree: ex Pairs, per Filium, in Spitita Sanelo, ob qui nous mon- trait "Esprit procédant. div Pére par le Fils, la Divinite s'écoulant du Piro, por lo File, jusqa'eu Saini-Esprit, la ‘théologie de saint Augustin déplaceit, siT’on pent ainsi sex- primer, lo principe donits, dons Ia ‘tinité divine, du Pine sur l'Bsprit, en feisant de ce devaier le lien substantiely es deux autres porsonnos ot de Ia Trinité tout entiére, TL est curieux de voir comment. notre autene, tont en rospectant: le sehémo traditionnel, ct cn nous présentant Ie Pare en tant que «source et origine de Ia Divinité, Prineipa da Hile ot de! Esprit, qui viennont do iui, Lenont, de lui d’étre ce qu'ils souls, adopte en son intégrité Je 2. Sunme carta utrumaue eoxjugens (lett. V1, 3, 6): ears substantiate conaubstatalis aabobus UN Jou, GY, 3 2. Inqfoulte et quadann Pairs Piiue cornu (De Tria. V, 1m, 12) 5, Sive enim Spirdus sans et aniter amtoram, sive sancti, sue carlos. (164. VI, 5, 7. St certian gua Poler uy Patan ‘Pavers agit Flas ingen commune deronatst amor, {le eoncertenas nam nt te dlatar entas pevpra, qi spi: si exmmunts ambetus? (ibe. XV, 19, 37 4. Do ectza coctring, les Sermine Ihelogires do seine Gregoire ae Nazing, ote pa ¥. Leseey, sen eu loge get Peguce Porn, Parks 1944, p. Ad-bl, peuvent donner ans ibe Dayeilement onrtane passages ex Tradl au Saint-Rspri de Bases Dp GesaRse se Lesamt-nspmt, comme le Pere, situa ile mttaehe Dlr fe Fs ua au Pere un, et par niraing a aeeve le Bienes Tales fe XVIIL; PO 32, 192 A); «Dane la ontuee aivins qui est simple, as dane commotion aa Dsith, du Plee 31 Pept Dar Ie Fils, que réside Pensa» (bid. 149 G) es boat eesti, Ta sainteth natin, a dignith royals #heaulant ou Pano, par le Monoging, jraqws (Raprits (bid, 182 BC}. Vale le treduction a P. Benolt Pruche, Basue pn Clsands, Trtlé du Sein Beprit (Se 17), Past 1043, p 104 198, 5. Ew enim Doar Paar quest fore quidam et oriye Disinitalin principium Fade Spiitas Salt, gut ab ipo sant, eb ip habentes ua qed sunt (Aenigma ide; PL 180, 425 D), a INTRODUGTION LBS sounoEs ” Phomme, PBspritSaint prodaif, par sa présence, cvlte ‘charitS, cotte units, cette ressemblance, eette connaissance ang le fidele dont il fait son templo*; et que, prise de quolque fagoa dans l'strointo ot le baiser du Pére ot du Fis, Ja conscience bienbeurease * se trouve étre participante de Ja connaissance quis ont 'an de l'autre Ja coute do la conneissance de Dieu, disaient les Pires grees 3, va de l'Esprit, parle Fils, jusqu’eu Pére—une fols, Ja Charité de Dieu répenduc dedlans nos cceurs par le don ade 'Beprit-Saint. «Dans I'Bsprit.» — in Spinitu, suivant Vévonomie traditionnollo, e'eat Io stage préparatoiro au, contact ayee le Christ, qui rivélera le Pére, Guillaume renverse cot ordre : in Spirit — «dans I'Keprits, o'et, pour Iu}, comme un treme Lame est. abord épouse point de yue do anint Augustin. Nos pritres s'adressent: fu Pére, par le Fils, dans !Esprit-Saini, mais !Espril~ Soint n'on est pas mioine PEsprit du Pere et du Fils; il procéde de Pan al de lanlee, car il est la charité ob Punité Ue Pun et de Vautro * Gest, du reste, en tant qu'amour du Pere ct du Pils, dom résiproque de Yun @ Pautes ‘qui est appolé don do Disux, et que deja Charité fans sa relation au Pére et au Pls, il dovient dans la ‘mission temporelle, gui proloago vers la erfature celle relation éternelle, cb Tamour de Dieu pour homme, et Yamour de homme pour Dieu ® ‘Deuuxidme proposition augustinienne, corolisire de 1a promiére, qui fonda, sei, dans I'Enigme, la Unéologie de. Pitsprit; mais qui, ds le Trailé de la Contemplation §, fapparaissait comme In doctrine-clet de la spiritualité, dja nieltemeal txiniteire, de Guillaume, obqui, dans s9s demiers fouvenges, vient étayer eb justifer sa Uiéorie de Ic amoure inlellection » Gest paroe qu'il est, consubstantiellement eb natarcite- ment, la cherité mutuollo, Vunité, la ressemblance, fa connaissance du Pére el du Pils, qu’ane fois donné & LL Tbi oulam (in divina oubatartia) uan, sinilitud, copniio atirelilos et cortabitaitalten oo Spirin Sencea, io ante (in Sorina) fact ad in oon gus fa. Lok radua cgaitic Patio o PR lnise ej hie homine 2d Deers simile (Spon fd, 88D) Ley p. 134168). 2. dn arplane e coelo Parts ot Fi, gud Spiritue Sanstar et orsign quadanenad> insnira oo dium. (Spo2 id, 304 B toby >}. 1605100); Cum in anplnse of coma Duin al Pid malian qu orsrno oo laent Yala nclrti (Bp ur, $253; Lp. A 9. Of Basies ox Gesanés, Trailé da SalabEsped, XVI; 80 17, 4, cla the tepditonsl soonomy; in Spite lo proparation foe restiviag Christ jer Fiium, Use Holy Spire bong tne intial pola St sonal wil leads us to Cet, Culliame reverses thi orden, ‘hile aU tte some Uae preserving Uke foruila of the traditicnel fconouny. The lnlial stage i not in Spiel, bab ger Pilea; with Special raferenee to the Luearaiion. ‘The final stage is tx Spirit "Ta Spilu Gnoies the bole dastrne ofthe Holy Ghest as ie mut Union of Uke Fator wl the Son, and Use source of our porlsipctod linen (0. BRooke, The Trini ta G. de S=f., p. 10). Om peut ‘ler que Galtlaune et bien duceara avec a thtoiwie tadtionnele, Dt colle des Pires grec eh particulier, pour fare de [EspeeSaint Fe ciralt Punion eile Ofew 8 Paonia, Commextant, gar axenote, Mans tn etre cor, Vie Spi de sant Paul (1T Go. 8 6) W Go = « Voyereemime i'dipase au milo O6s bonnes verlas, Cl le cue An miley corps, EsprtSaint,anteur, odonnateut, viviNeateur 1. Gramus siam Deusn Batren # adpremus, et grettos et apinite ‘eenper, non sine Pitot Sprite Sorta e omen per Alum, seal fpr meialoron Del et Fominsim Demin nesrare Jesu Christy In Spite Sencle Parole nonin, a! eines eraionum rosa ‘iped Deum (i. 438 4). 2. Cum ergs et Spinban Saneun, spiritae Pete et Ut, oa urigue prove, situ eariles amber, niet St qted n0 latiyuls Cuore. 186d, 420) s Callas enepie de 8. uso De Trin, VI 8 7 ‘2. Nequo props clin Spiitos Sonates damm, nisi proper arti (ihe. HO A, oS Aucwen, De Trin, XV, 18, 32 ‘Gla vat ad strc (on Ge Paprit cue hommes par aittion da i hare dan leurs oes) nies dgelomeal ad ine? Soo propria linus (Pater o Filius) vervent urtilor spirits in vince. peel felvalteaut Avavevas De Trin, VE, 6,7) dens un passage reprodit pat Guitaunn [Arsigne, 420 0). “Voie deus Pedtion db J- Hourior, p, 96-99, a INTRonvErIDN du Verbs. Aprés avoir pris contact «aves quelque chose ‘du Christ» (stat animal) elle est d'ahord « intzoduito dans {es oollios du divin Roi»; puis, a Jo suite de nomhjeuses Purifleations et proveestions damour (état rationnel) dane Ja , cleat le wthéatre do ostte. conjonction veillause, de eatte mutuelle fruition de suavite, de joie incorapréhensible, inimaginable pour ccuxli, meme’ en aui elie s'accorplit, entes Dieu el Chomme en marche ‘ers Diou, entre Pesprit eréé tend vers I'Ineréé ct I Tneree Iuimiae, La Tongue humaine cherche des mols pour ‘primer tant bien que mal Ia doncaur et la suavité de vette lon, qul nest autre que P'Unité du Pere et-du Fils, que leur Baiser, our Etecinte, leur Fonté, ot tout oo qui, dans Bette inflaiment simple Unité (de le ‘Tsinite) tour est. Gommun & tous deux, Mais tout cela c'est Esprit Saint, Gest 1A, dans eo 1st, que e'éohange en son intimita cet, 44 toe sete Tht PArun to-psa’ ga, de homme 4 ese de Dio, pod home elon ei poe ak Ton do Homme [.-1 Que es nawinn whueaeet Tee Dla te aogue Cainer! seat Yuupnt Saat ot pee In toura le ponder ols ca tale (630038 eee Lrbpel Stat dove te Temata ota es tnt ie Gutiere un ther ite eae Sittin ool Dont Soon, aa tana oeenkea ate ‘raid devin intrveon «The oly lteser io a tly the Holy Gio te tort af tntens fen pia) ook Grey et pare que Tig, au cache ie ade sn Dividend Pore nana pee ae 206 homme ot Ie etme (lane te cpaven ee sl as von e Pee? ehet Galan pave yee 4 Pao ot Gu pe ie deans ue agers fea ann 127 actuel) de 12) mm. de hauteur, dont le talon s¢ reteouve avent lo dernier et Vavant-domior feuillet, Partiellement écrit, 16 lignes au resto, 5 lignes ¥4 au verso, ce fouillet advention ‘nons offre im texte qui doit prendre place vers le iailiew du f 125 v, of figure un renvoi. Te dernier fouillet dt anuserit a ¢t8 supprimé avec son texte, On a done, pour Je dernier cehier 151 162 158 154/155 166 157 Talon La signature figure au {9 196. Sur Je talon, on cemanque quelques lobizes ou houts de lignes, qui prouvent. quo le Aeuillet enleve n'stait. pas vierge, ‘Lo second manusceit (@) va du © 158 au 17 et compte 4, On appuble isk «manuserit tout groupe ds anes fosmant un tout, ou oulerent an ervembie howogene, avo cos caratenstquex Dropres, sos mathodas graphiques el aut 28 INTRODUCTION Lp TEXTE. 8 Vobjat de plusieurs intervontions. Mellons & part colle du réviseur génécal, dont 'écritare, fae eb ondulée, ar retronve presque A chaque page dans les interlignes: Il'y a micux. On relive dans F deux ajoutes, dont a promibre st de Ia main qui a éerit G (J 127 interealaire dont on a. parle). La soconde compte un pou plus d'une ligae de texte; elle gure au bas di fo 134y et doit prendre place 6 réglamos plus hant, aprés Je premior mot (nostro) de la Tigac, ou ‘gure un renvoi. Elle seinble contemporaine do Je trans eniptioa du texte. On peut remaryuer pourtant que ce développement en remplace un autre, plus cour, ecrit dlabord tout au bas do la pago por le premier scribe ob puis graLté, I faut en outre notar qu'une vingtaine de mots, t une dizsine de passages, totalisant uno quarantaino de Tignes, onl 646 grattés ef récrits dans F. Les nouveaux: textes sont do le main méme du seribo qui « traneorit le ‘menuserié, en tout cas d'une main semblable; mais ilk sont, on général, plus étendus que lee enciens. Le eopiste, pour foie tenir les noavelles périodes dans les espaces mis A découvert par les grattages, a d0 multiplier les abrévia- tions of ccrror surtout sa graphic, qui déborde parfois sur Jesmarges. Tne s'agit pas, c'est eleie, do simples corrections | do foutes, mais de rfols remaniements, Bret, tel qu’il sa présente & nous, "#yporé dans le 11d, donno (out a fait impression d'un original ou d'une edilio princeps, revue et corrigée par Vantenr. Exactement comme la Lelie d'or! Nous aavons pas, mallieureusement, comme pour ce dernier onvrage, dex copies paralléles, prises aux divors stagea du remanioment de U'Zconsé, des additions, des retouches, ot illnstvant ehacan des «tate» do cet opusenle. Il n’oxiste, en effet pour PEsposé, qu'un soul comparse & Charleville 114; ob cleat le manuserit C79 do la Bibliothogue de l'Université a Upsal en Suéde %. Mais xyes) ffectoée, sans aucon donte, sur le texte définitit du manuscrit do Chesloville. Néonmoins, nous pouvons, ob sans ersinta d'errer hesncoup, rapprocher Ie eas He’ Raposé die colui de la Lelie dans lo 114; of, tonant compte de ce que nous savons par ailleurs (par le manoserit 9, par exemple) nous roprésenler ainsi la composition ot la trans fription de notre ouvrage + 16 Guillaume communique sux seevhes, au turer! mesure de la composition de eon Commentairo, 508 finhos, s0= ‘tablettes 9,0: 608 sutagraphes sont aussilt mis au propre Les copistes da monaatire transerivent ainsi tout le premier Chant de V Bxposé, 8 Vexception ile la priéze Ouale : Amor amorarn, composé plus tard. Ainsi ee trouve constitud Je premier manuserit (F). Six lignes seulement figurent au recto du dernior feuiliet (qui sera déteché plus tard) du ernie vahier Le texte ainsi eopié faib Vobjot d'une premiere révision attentive, Laissons Lomberle cas des mots sur grattage (21), fou de quoiques gjoutes en marga (7), de premiére main ; fégelemeat la suppression de quelques doublets, qui ost probableraont {6 fait des copistas eux-mémes. Nous nous Iiouvons en présence de 170 coreections, oi se recomneissent Ja main ot 1a maniére de procéder du réviseur, ultra- oigneux, qui s'est chargé de la mise au point do la Leilre ior. Ses vetouches sont de mémne nature : 19 annulations (mots cerrément barrés) ; 22 interventions ; 50 corrections de mots (20 coretions grammativales, 80 portant sur . 128 Camenvsenst ranerme nore cols autres rales de Gulautne Spiosim fel, {0 20:4; Aenigrn fet, ( 9686 ; De natura urs, 10/9610, sens parlor De Jen prarycuodennl ARMED, (© 1-13 Sur la valur de ee venues, of. Asinen 18 FYHVAUX, Quand ‘ne osee ane (SC 50 P35 Nove dennone iidesoment cata reconstitution @ tte anspor ties. Litre & quiconqus dompllqusr dime autre fogon Yersombia #116 Ait! des ferioaerités que nous evans velovees Pass, 1968, Introcuction dA” HOSTe, tune copie tandi 1. Fe 1064192, Cf. Dom J. Lucenno, «enter ot mmanuselis ob tersions en Suddo. dans dialesia Suet Ordinis Cleerciencls, 1S, oo INTRODUCTION Lp TEXTE. o Vorthographe) 21 substitutions, affectant souvent le sens 58 additions enfin, réparations deublis souvent, mais souvent: aussi présisions du sens, ou disorétes alténuations, A ce minutiewx travall de mise an point, s'ajoute le remanioment total de plusieurs pasoages (10), qui a impose Je lavage d’one quarantaine de lignes. Substitations de | textes, dono, dont nous a> pouvons quo noter Limportanes materiel Le tout s'est fait, sans qucun doute, sous la direetion de Guillaume, Meis uisuéme, Ie manuserit termine el laisse ‘son sage, eet intervenu personnellement : nous reconnai sons su main — I'écrilure caracléristique dos 40 demiveos pages de IZapositio in Kpistolam ad Romanos — une ‘izaine de fais dans Vinterligno. I-vaut la peine de signeler: ‘ees retonches, «corrections d’autour yA la Tettre. [2 120., Tigne 2: au-dessus des mots osculum ad esculurm (qui ne cont mi berrés ai anavlés) on pout lire : cculam ‘ad oculum (cf. § 35). Simple ajoute, ow correction ad: ibitum, ecrame nous en avons trouvdes dans In Lelie or? {1350 1.17: in gratiarumactione delicas suus accurnutare, Av-dosans do ce demnior mot, on pout lire : in faudem (quk feral double emplot ayee : in yratiarum actione) el, dans Ja marge: largiler (tautologio, aprés aecumulare). Nouvelle ‘ecorteclion ou addition ad libitum (ef. § 79) fe 187s, 1. @ : qued approkenditis, cab corripé on quod ‘apprehendimns (el. § 83 f142r, 1.73 Interim (add. 8.1. si pressuris hujus vitae) in odjelorinm labors... ef. § 99); un pen plus loin, 1 13, el sensui amoris illaménall passim raptim (add. 3. aliguando) flee aitingenti (et. § 99). (© 147, L 8 : luelifica conscizatiam (add. s, 1. : mean), plenitudo indulgontiae (add. 3.1 : ejus) lef. § 113). fe 148r, 1. 2 ef si eonscientia bona secundum Deum in Inajuamedié (odd. 5.1. quae earilalis oun!) aliguande contris« lobar (of. §:117) 19 146 v, L 10 : semper esl alacer el seeutus, ef euper omne add. 8. 1 quod ecourrit) in Deum erectus (ef. § 118); tbid. 1 11: dileclas rei est corsigé on amaize rei (of. § 118). 1A9p, L, 2: siewt dit theremias; corrige en sical diett ‘propheta (cf, § 119) ; le texte cité est, en offot, de Zacharie. ‘Le rapprochement aves certaines corructions, certains amendements plulétdu texte dela Lelfred’or, est vraiment frappant. Enfin, Guilleume a augments son texte ; en pertivulior, 1 {0 127, interealaire, nous offre, pariai beaucoup dautres, une intorprétation novyelle du quem diligit anima mea du saeré Cantique, venue a Tesprit- de Guillauae aprés la composition du premier Chant, Kile ne fut transcrite au [propre et insérée 18 que plus Lard, lors de la transcription du deuxiéme Chant, ear ello est de Ia méme main. 2 Un certain intervalle de tamps sépare la composition da deoxttme Chant de Ia transeription du premier. Bien caracléristiquo, & 'appai de ectto hypathdse, eet le cham fgement de ton, vaite de style eb de Satterde plus aux «boaut6s du chomin il euit Origine fe plus prés; il est: moins pris par le theme central — son. théme ; Amor ipe> inteloslue ox; enfin, il semble distrait, ponrne pas dire sollicité par des peéoccupations matériel, Utrangéres en lout oas 2 ce pingue otiwm si sensible dans le premier chont. Les § 192 8 196, qui évoquoat Ie climat de PApologie de scint Bernard, sont 4 cet égard signifeatits ‘Les scribes de Sigay ont-ils Lrop & faire, comme au tamps dela tranzeription del’ Kxpesitio in Rpistolam ad Romanos? Guillaume westeil plus 8 méme de fournir unc copie Pégulisre? On ne sait. Toujours est-il que auteur couche Joi-méime sur le perchemnin le texte ontier du second Chant, 4 partir de la priére qui sert de finale aut premier. De cot saulographe» nous possédons un Mmoin, lo second feuillet +, pioasement garde, ot insérs, nous |'avons Vy 1, Volrphushaut, yn. 1. C'est bien Losec teil. Le grape ‘te Gullaunie be comporsait que peu oabrévlations et Te Stirs se trouvant plus expacees, I deux pazes une citation de Soot. Krigene * dons Ie manurerit 114. Gel, autagraphe, Tes scribes Je rotranserivent plus terd, apris 1a mort de Guillaume, aa moment sans donte de la constibation du recueil actucl, Ge fut le manuserit C, qui prosonto une graphio si differente. ‘du prcédent, Un detail vient. appuyer Phypothése d'un. finlervalle sesez long entre Ja transcription du premier Chant et le composition du second = Te manuserit F se: tormincit, on la va par un fouillet presque Diane. Guillauine avsit-il manifesté Vintention do ne pos continuer: son commentaire, on I'affaine Abelard Ven distrayait-elle, Géi8? Toujours est-l que Ton commenca, sur co dernier fouillet dt memuserit 7, la teanseription dun antre opuse cule. Quend on voulut, par apebs, recopior autograph e Guillaume et compléter ainsi PRzposé, il fallut faire isparaitre co fouillot, dont une partio, un Giroit talon, favee traces de lettres, nous apparall enlay les deux mnanuse tails, eb reporter sur un nouveau eahior los cix demitres: Tignes da premier Chant ‘La tranteriotion dp autographs o fait Yobjet de tous Ins soins ces scribes de Signy. L’éeriture est elle, céguliéze, crtistique, Deux passages seulement somblont écrits. sur grattages (au début). Eu tout et pour tout, Fon roléye 10 fautos de lostnres, corrigées d’illeurs, soit par un rv seur, soil. par Ie copiste Iaiaame. Elles sont, minimes ® Puisqu'l o’existe qu'un seul manus cenit de I Zepesitio in Cantica eartieo= rum, el que ce manuscril présente un nombre imposent de. ‘garanties en favenr de Vauthenticits du texte, notre Liche ‘al essunémont facile. 03 pourriens-nous trouver plus sore expression de Ia pensée de Guillaume, que dans ce véné- rable codex qui, une foule de particulerités et do faite coneardants en temoignent, ne peut étre que lexemplaire eo Guillanme Tui-méme, «ton» menuscrit, revu, corrigé, perfeetionné avee amour? ‘On nous en avertit pourlant: «L'stablisaement d'un texte ne suppose pas une copie du msnuscrt, sans contrdle® » Le révision, les rivisiona succecsives, ont pu laissor pascer certaines coquilles, comme en présente, 2 notre époque, le meilleur lives imprims. Il eat certain que f° 165, 1. $ (Gl. § 159, fu) le BY diteelus meus loguilur, Geil se lice En dilectue move loguitur. Il est probable quo, {© 173%, 1A. quod non poluit vigilant, doit se lire : quod ore patuit Peincipes a'eaition ‘out ous ete eonseree (82 Hgnes) ropésentent 41 ignes du seibe ‘de etier qui a traasert Gof, dane oe waauserit, depuls fe dba fe le priere Ano? amoram.. (i084) juseu'ta posse ot commend Te taxte in fouiet ettograpte conser, 29 a 42 les, soit Texace ‘aloar cn fosllet 9p Teertare de Gtllaune 1. Voir phit nas, fbb. POUF la Lelie wer, les scibes Signy ee weuverent en prseenos du maine fll, Gullanine caval ‘labora eorpeas que le premier vr, ek ceil seul fut da transens, om y mt lo paint fiat et on commence Ie transeri te ‘Gu autre optocule. Qnand, a pet pis ta, Guilauee ajouta wi fecond «livne» 4 fall rominier le Pannsort ovistent; et. Selle Feria, Ie site, 9 204; e2 3® aticl, p58 2. Tumult, pour fnmilee; sacitan, poe cites; guarst 90a (quanivil; a eartigh de 0d; somparetione aomigs ce comparsiore Loh bse ot p32, m2 2 Gh MR. Trowas, compte rena ga GonLLawtE ne SAL ‘Tuan, Commertaire sur te Cantique dee eanitgus, eaiion c@ MoM. Davy, Paris 13s, dans Couledenee Ondinse Claleriestan Ret, 21990, 7. $6 4 INTRODUCTION Le TEXTE © gllantt (et § 187, 2}. Dans vo pascago, £9 113 v, 1. 12) (of § 15, 1) : im quo nonnisi unam pelil, unum oral, quae. lunwn desideral, unum armal, nous n'surons pes de serupule 8 corniger unam en unum, inalgeé, ou pluiol & cause de la réminisoonce de Ps, 36, 4: unam pelii a Domino, hone requiram, qui influence Ie copiste 1 esb des ons plus délicats. Pronons {© 164v, 1. 2, a 1657, | 1, ce texte : In qua, in porlem quidem assumplae Ihuinlitatis ad Deum tendons plarimam: oo videlur obliquani ratio humana, donee fidem illurtinante gratia, incipil non lant credé, sed et inllligi Dows, qui homo es, ef homo qui ‘Dane eet (ef. § 159). Nous pouvons etre tentés de conjectures ‘que, dans le promier membre de phrase, un lapsus a fait Gerite humilifatis, alors qu'il fallait — le contexte semble: Je demender — humaritalis, Le theme de «humanité fassumées par lo Verb est connu, Nest-ce pas Iui qui eal fen cause sei, ot J'on nous parla des cdeux natures dans Panique Personae du Christ»? Pout-tire. Un examen approfondi pourtant, uno reprise attentive du texte, du contexte mbie, recoupé par d'autres passoges de Guilleume, rows aménars 4 penser que cest le scribe qui a raison, oh rion pes notre legique trop pressée. L/éme-Spouse cherehe Diou, [a glove de Dien, et voit’, comme dit Guillaume dans, le Mirvir de tc foi (800 C ; Lc p. 158) «qu'elle se heurta, (offencit) au Madiateur de Dieu odes hommes, homme eb Dieu tout le foiny, Iln’eat pas question pour elle de licher bo Médiatenr ot de détourner les yeux de la nature humaine assamée en Lui pac lo Verbs do Dieu. Non | mais, par eet, natuns, travers cette naburr, ceble «humanité » du Christy | tlle doit chercher & atkeindré lo Vere Ini-méme. Elle s'y omploie; mais tant que a’intervienb pas la gréce dite ‘illunninonta », son regard, eu lisa ce saisir directement aspect, glorimer de la Personne du Christ, n’en voit que Vospect «Aamailiation», Tandis qu'elle aspire 4 connaltre: Isa mystire éternel» de Dieu, la foi Ja raméne aux « wovres tomporellos > (et voild aspect « humiliation ») sccomplies! dans le temps por Mhoraanicé du Christ. Le regard oblique ont on nous parle ivi, s'oppose & Ia vue direde de lame iljominge, de Véme parfsite, « apiribuelles. Mais cette we dinecte ports surla gloire divine Lravers a nature hamaine emée par > Verbo ; Ip regard oblique eur 10s couyres (objet de la foi) de cette méme nature humaine. Gest tout cela qui se cache dovzribre Y'aseumpla humililas de notre texte, Lest souvent conseillé de choisir les lecons plus diMeltes De fail, dans des passages comme celui qu'on vient de ‘voir, In tagacité des copistes do Ta bonne époque est rave ment, prise en défaut — ct il faut Learner sopt fois ou moms sa ple dans son enerier, avant de les corriger. ‘Nous suivrons donc, sauf dom ou trois exceptions, le texte rev et complete du ims, Charleoille 114. Sous le texte latin, un operat signelo Ise partioulartés de ce codex. Nous m'avons pas relevé les «cfautes» de Migne, ni colles do Védition ‘Tissier, qui ne prisentent aucun Intérd.’, Nous adoplons la transeription modeme. Le ponetuolion suit d’assoz pris colle du manuserit. Nous mettoas en italiques les citations du Cantigue. Les autres titations cont indiquées por one majuscale. ‘Nous avons partagé le texte en paragraphes, groupés par slrophos (puisquill s!agit de deux Chants) File est due au Piro Damontier, Commensée en 1905, elle ne fut. acho- vyéo que dix ans plus tard ; et, Pauteur de Sutil Bernard et la Bible * n'a c0386 de la revoir et de la polir jusqu’a sos Lo teaduetion LB, Tresine fot le promler & Giller !epostio in Cantion da Guitlovins, au tome IV de co PiBlicthecs paiman elelrtensinn, Bonnsfontains 1882, dlaprés le manveort de Ckesevill. Migs a reprodait som tot, Io Sepurant, droit do Srop do far. GE a, Dowonrtan, Saint Bernard et Bible, Paris Brugoe oes (Bins de Epstaslie medieval), — Dour Che Just, le dos sigualer gue le potaier parogeaphe do PIntrodaction + Ped {h PBisposé dane Lovare de Calloone, wat tgeloment do a ruin 3 nerRopuertoN derniers instants, Cesk toub Ie contraire dune euvrs) Ihative. Sans étro literal, ello suit do pros le texte latin fb elle est, comme lui, vivante eb harmoniousc. Un long contact ave Guillaume ot les auteurs cistersiens en général, permis au traducteur d’élucider— non pas loujours sans eing, il est vrei — los diffeultes aun estyle obscur, enchevétré, aux inflaies nuances, plein de sous-entendus, enveloppés de résonanees, d’évocations percaptibles, dirait= fon, aux souls initiée "> Aveo cela, le P. Dumontier a su rendre l'sloquence et Ia ferveur lysique de bien des pas sages, Amor infellelus esl. TLes notes qui Mgurent sous la traduction sont, de trois sorte: : los plus nombreuses renvoient aux citations ibliques, ou reconstituent. lex périeapes de eri ciides implicitement ; d'outros signalent les sources ; an troisitme groupe souligne diserbvement les grands traits do la doctrino apirituello do Guillauns, ou bien resoupent V Exposé par d’autre lextes pris au différents ouvroges de VAntour. ‘Au menusenit 49 de Charleville, dont nous avons longue ragal parlé, la main de Guillaume a tracé ceite épigcaphe ‘2 propos d'une Tongue citation do saint Gregoire le Grand sur la x Lindbre » divine ‘Aue. Deus longe aliter es! quara eogitart possi longe aller poles! cogilari quam pessil dick Dieu (dil. Augustin) est . A notes que dana to prologve soa comment, Orgte alu asst afl Malarironoo possible dee nome co Famour : Nil Interest én Scripts dint Timi certo dsr, an ener el id vist qed flat oman feria extlitir, sium (pe Deas cites appettar (om rappat Te-amor pao dpte Dees dur, (amour dou Dau preud Ye nem elo’ p78, at); 65 6D; e pls lon, au cxur un Jong drelopposrent Dweauticnneae ot a tensanee apnlegdugue: Now ers flees atrurs mari dlctur Deus am gt (2D D). 3 Ch 1 Gor. 13,8 et 10 Sux sat division, voor Introguetion, p- 15. 0 SUPER CANTIEA CANTICORUN ‘accabitum potius appellare quem oonoubilum, dicants Sponse : e Dum esset rex in accubitu sup, nordus mea dedi. fodorem sium» Unusquisqus voro xaccubitas» pracmie~ sum (1121) hebet epylhalamium suura, id est eantieum, nuptiale, quo Sponsus ot Sponsa quesi deducuntur ad, Hhalamum, ot in hoc concladitur, ut Sponsae in amplexa, Sponsi quiescenii, agente ipso Sponso, pax ondinotur, ot quivtia sezucitas, adjurante eo a¢ dicente : « Adjura Vos, Mise Jerusalem, ub non susciteris, neque evigilare faciatis, amicom, donee ipsa velit. » Quaruus tarton, qui cb ullimus, altione mysterio aliter videtur consludi ; quia eum alii de conjunctions Sponsi et Sponsac, quasi festivum videanlur gaudium praeciner, ile sic terminatnr, ut magnopere fuga Sponso indicatur a Sponsa, pracdicante ac divente :« Fuge, dilecle mi; ol assimilare eapreae, hinniloque cervoram. 9 Quod quale sit, si Sponsue ipse dignabitar revolaze, suo eco dicetur 8 Scribitur cutem Cantioum hoe in modum dramatis » et style comico, tanguam por personas et achus resitandum j ubsient in combedhis reeitandis personae diversae, et diversi actus, sio et in hoc Cantico concurrere sibi Videanlur personae et affects, ad perogendam eusceptum negotium, famoris, ct mysticum conlractum divinae el humenae, conjunctionis Personae vero quatucr sant : Sponava, ob sodales ejus ; Sponsa, el adolescentulacusn chorus. Sodales ‘Sponsi angel sunt, bonis nestris congaudentes, et vonsrait, 4. aramaus S¥s dregeatis $. 1. Gant, 2,1 Gant 2175 3,554, 8. Gant 6,14, 4, On a va plus haut que Guillaume w'avalt pas pours son ‘commentelce ai-deht Uo 8, LIMINAINES 78 (475 D470 C) aL Je mot arcubilus (eoucher aupris) et Nt dire & 1*Bpouse «. Mais ensuite, on la renvoie dans Ja maison de sa conscience pour slinstnuire, se purifier, sous le joug de Ia charits, se lavera fond de ses vices, se porer de toutes les verkus. Alor fon la jugera digne d'aceéder & la grace spirituelie de la sévotion, & Vamwur des vertu, lit de 'Epoun. sgralize divilias intelligere perdoestue, et permiteitur gustars quoniom suavis ost Dominus; postmodum voro in domum conseientiae suae remitzitur, erudienda, east anda, in obecdiontia caritatic, ot, perlecte mundanda a, viliis, eb peromaada virlutibns, ut-ad spiritvalem gratiam, plotatis admitt, et alfootun vielutum, qui Sponsi tholemas st, digns habeatur. LL 1 fallatt aabord ces préliminaires. Désormais, route eblayée, nous courrens & Ta trace odorante do I'Epoux * fh estte condition pourtant, bien précisée, que si, detamps & faulty, ici ou la, le Beauté da chomin nous trouve obser- valeur un pen trap entieos, le compagnon de voyage ® ne chogrine point. JA. Hoee in principio pracmitti oportuit, ut deinospe itinere expedilo, curramus in odovem Sponsi, praefixa tamen eonditione, ut si alfeabi intardum pulehritado vine paulo curiosiores nos habuerit inspectores, non offeadat onviantem 12 Sod ct privsquam propositum aggrediamur [1131] iter, cum omnes Cantiei hujus partes, nonnisi diversi siat status orantiom, vel formae, vol causae, vel malerian orationum, de variis orationum modis aliqua disserenda vee videntur ; ut studiosus a> pius lector, Cantici ipsius Teetionem percurrens, semper recurrat. ad seretipsum, sb eum invenerit eos in Cantico senoto, recognoacal cos in corde suo, 42. Un mot encore avant Penlar Division a Gantique, mer Vitinsraire projet. Les div ot ate Detsison sions de ce cantique correspondent toutes, en réalits, aux divers états des {mes adonndes 4 la pride, ainsi qu'aux formes, aux motifs, faux sujets d'oreison, De ce chef, quelques notions paraisient ubiles sur Ics calégories de pritres. Les rencontrant au fl de la loeture, l'sttentif ot plevx lecteur, fen eincescants retours sur {ui-mabme, les reconnatira dans 13. Tres orgo atatua case orontium, vel orationum, tmanifestum cst; animalem, ralionalem, spivituslom x Unusquisque:cecundam modum suum, format sibi, vel propouit Domina Deum suum, qui qualis est ipse 1B, De toute évidence, priéres ot « priants » se classont Papres trois tots d’6mo : animal, le ratfonnel, le spirituet Ghacun se construil et se veprésente & sa propre mesure lo Seigneur som Dieu, Tel ast eelui qui prie, tel tut appara 4, anima, rotioncom, sieluelom rationale §, mimalem, splitetem, ‘eu (rete sar Jos tots lat dp ta Vio rllefouse, Petal unimal elat retionnel, Felat spitaal» cue Yon touve, sous ea form futnitiva inaine dans 1a Lele eas Freres ut Sont-Diew, Voie Ti fescue nes rermanqnes dane Teeton oo cetie Lets eb dns notre de os divers étate dx texte de lt Lettre aux Fetes du Meute Dia», dana Seiplontum, 11 (ISD), Bs 623. 1, Gh Pa 3 2. 68 cane 4: Lo sesteur aventves 4. Ghutavme introdtie i toa! um divaopponent qi nous ne flslt pas parte de sa premise nideetion, % SUPER CANTICA eANTICORUN EMONAIRES 1204 477 C0) a7 Je Dieu qu'il pric, Voyee Phomme qui prie vee foi. D'un e5té, il sefforee fonjours d'apporier f\ Dieu dans Voraison quelque sentiment de kon alei, digno do lui dice ollert; dds Vauteo, il garde un ewur anxiews eb defiant jusqu’s cx qu'il se forge une vue queleonque du personnege devant Jequel il dépose son offrande et anquel il Ia conte. qui orat, tolie 6} epparct Deus quem orat. Etenim, qui fideliter oral, siout. solidum quid, dignumque Deo, aiferre semper nililur in oratione quod ollerat, sie anxcium bebet. ‘cor, ac suspecium, donee aliquatenus videat, coram quo illud deponst, al cui committat, 14, Homo, vero animslis orang Deum, sed nosviens crore quemadmodum oportet, potens aliquid a Deo, practer ipsum, vel ed ipsam, et» ut multum © proficiat in ‘ordine suo, el pradentior inyeniatur in goueratione sua, non ut munda sit eonseientia a mslis operibus, ef corde # provis cogitationibus, tslem se Deo offert quolis fst, alind quid selieet practer ipsura desiderantam, 20 rretentem ; neo alterius formas requirit Dour quam eujus ipse est, id est praeter semetipsam, alia quae pelilur yrecatantem. Quod ct ai aliquendo intondoro videtur in four quem orat, sulieit ef, quasi elausis oeulis eonlis pro= ponoro eibi, vel cogitere, incogitabilen, invisibilem, Incamprehensibilem ; neo eogitare, nee suspicere suMleit [113v] Deum, in 20 quod ect, ced in co sole qued potens ost postilata praestore. Homo hie aliquande orat spiritu, nom onto ; eb spiritus ojus, id ost voluntas, orat ; mons autem jus site fructu est. Nunquam enim sine mentis fructu in Donm intenditor, cum intenditar, etiam eum aliud quid ‘quam quod igse est, sed €retionabiliter, postulatur. Home hie in oratione sua verba maltiplicens, aliquando etiam € 1A, Or homme onimal prio Dicu, mais il ne soi pas price comme il faut), Hormis Dieu Iuiméme et 9 quicondnit A Dien, if demande n'importe quoi: une geanle Drospérité en rapport eves son mang, un haut doged do pridence parini ses contemaporaias, mais nen pas une Consoienee vierge do tout. mal, un cour purifié des ma vaises pensées. Ainsi s'oflre-il 4 Dieu, tel qu'il est; eb comment?” En individa qui désire ob demande tout, sau Dieu luismime ; qui ne cherche qu'an Dieu modelé sur sa propre image; un Dieu qui, exeepta lu-méme, accord tout ce qu'on Tui demande. $i cet homme semble parfois fixer son attention sur 1 Btee quill prio, il lui sat de se le fgurer, aux yeux da caur *, pour ainsi parler, de lo ecnee- voir impensable, invisible, incompréhensible. Ce qui contents sa pensée, sa contemplation de Dicu, ce n'est pas la nature de Dien, mais seulement son pouvoir d’exaueer les eruandes, Gel homae, de temps 8 autre, élabore une priére fe eene, non une priése d'intelligence ®. Gest, son exes, esl-bdire sa yolonté, qui pric ; son intelligence n'en retire faveun fruit, Et pouriant, quand on se touene vers Dieu, jamais on ne le fait sana profit pour Pintelligence, lui Gemandersit-on autre chose que Tui-mi@iue, mais raison- nebloment, Notro horams, Ivi, aceumole les paroles Priere fe Pompe animal 5 eoraon St conan ilo Sh ad. SI ¢ malt a anon we adi. 41 SP e skoda 2 1 S| lode 1-S?|g asia ‘a, merg. 3 1, hore animal, di sant Paul, as porpoit pat lee shocos de Dieu I Gor, 2 LL Cleat une doe comabquenens cs PSSM ovine Gris 2 Vinge de Dios, opparents au clvin, Phere neat pla #0 foontact pir In potion la plus hauto do sem rw (Lo mers) avae Teg slate eupéroursej mai au contrcie, par on endo, pa ‘Puisnosebnlfclouse, cot tout anton preoanker du cenit ot dv ferrestre, Pour plas do ablalla ves Letreon, §49-40; oc, p. 88 85 2, Out! erdis, expression ches & Guillaume, repre @siphisy 4,18 Les youx da conn, domt parle saint Paul sent peieeémont snes & nous faire vole non or Disa, ics Tes biens ls trleore te ee aie Dien reszeve des sans, 3. CL f Gory 14,1. Che Erle, Bs 180, 2. 1 ee SUPER GANTICA GANTICORUM. LIMINATRES 1610 (478 4-2) ” souvent vides de sens, les pensées sans intelligence ; sa priére ne cherche ni sentiment, ni mouvement vers Dieu, ‘Slimposent-ils quasi spontanément 4 tui, il Tes dénatin comme antrefois pour l'Taraél charncl, le Diew-quiil prio, fe Lienl poor [ni dant_une nuce sine sensu, cogitationes sine intelleetn, sensum val affestum ad Doorn non roquinit; quom, etiomsi quasi Ulli ei ingeritur, in aliud convert, et ideo sieut carnal lim Iaraol eompor ci Devs in ealigine est quem orat, 15. Hone antom orationis modum, canticum emori ‘non recipit, in quo nonnis) unum * petit, unum orat, quse nam decideral, unum amat. Est otiom animolis quéedax senctorum* oralio, quae etsi aliquando est etiam in Ieneplecitis hominira operantium iniquitelem, sieut pro temporali pace, pro fertilitate tervae, pro sanilate corpora, non tamen in hoe coramunieant¢ eam elbelis eorum, quia, elsi petunt ¢ aliud, aon tamen propler aliud, vel ad aliud. quam ad unum; petunt » autem pio, sancto, commit- tentes totum ac dimittentas © voluntati ejus quem orant®, utrum dandum sit vol non dendum quod postulant 5 16, Pour des priéres de ce genre, point do place au santique de amour, ott elle se borne une seule pribre, une seule domando, ccllo qu'sgits vn désir uniquo, un ‘unique amour. Sans doute voit-on jusque cher tes saints une sorte de pritre «animale », tournée parfois vers ee qui 8 la faveur des hommes qui commeitent Piniquité : paix tomporclle, feriilé de la toere, santé du conpe. Co nett ppourtant pas pour cela qu’ils parlagent les préférences des michanta : ils sollisitent bion uno faveur autro quo Dieu 5 lear pribce cependanl. ne connait, ea demier ressocb, ni dautre raison, ni d’autro fin que cet unique objet Pcusement, religicusement, ils prgsenteat leur requele, conflanb sans récerve, ehandonnant & la volonts de calui quils prient, Macceplation ou le rejet de leur demande. 26. Et eliquande quidem qui sic ost, proponit montia suae oculls Dominum Salvatorem, seeundurn formam | humanam, et sicut homo adheminem humane quardan, | et quasi corpoream induit orationis affectionem, consti ftuons sibi eam quom orat, seipsam qui orat, rom quasi in medio, pro qua oral, et secundum formar constitu tionis suse, format etiam modam [1l4e) orctionis suai ‘Modus tamen hie orandi, plus solet esse simplicitalis roligiosae, non percipientis adbue quae Dei sunt, quara val ‘nimalitatis ignavas, vel pradentiae hamanac ; quae, cum coram Jesn, pio judiee, fdeliter hoe quod habet. exponit, et ad pees ejus se componit, lcrimis pedes efus lavans, 16. De temps on temps, le fiddle ainsi disposé va meme jesqu’a évoquer aux yeux de son dine le divin Sauveur en, a foome humeine. Comme il forait d’homme & homme, il enysloppe sa pridre d'affection humaine, quasi charnelle Lee roprssente celui qu'il pri, lui-méme qui pri, et entre tux objet de sa demande Aux ligaes do ce tableau, il conforms lo gonre do sa pridre. Ordinsicement eet fagon deprive relbve plutot dune religion encore simple, encore fermée aux choses do Dieu : ee n'est pos forcement le siome Pune paresseuse « animalité », ou Wune prudence toute hamaine, evant Jésus, le dose juge, "ame simple étale avec confiance les sentimeals qu’elle éprouve. Hille se couche 4 ses pieds, les baignant. de ses larmes, es oignant, a, wn = ems. pete una (eeu probable an serie, tome pan une reminisenae ce Ps. 2,4) |b. senelarim ada... (cm (@aniear sete cnreion a enatne es sept ssanies) | eomaintoant ‘Stent pevant S#:-t0L |, petit $22 -2t 8 | f eommittentae St tons S| dimittentas Sis -tere S|. ovent S¥* ovat. S| 1 postulant Sto tat S 2, Be 4448 «© SUPER CANTICA CANTICORUM ‘unguens ungento pias devolionis spirituaiter, hoc jpsui tamen plus ipsa sibi imaginans corporaliter, ex duleedi fpsius enimalis imaginationis sacpe illuminari merctur, ob Sngalescere in aflectinm spiritualis orationls, vel conten plationis, modo quedam sibiawet incognito, de imaginae Honibus ipsis corporis, quaedam sibi concipiens sacra menta pictatis; plus hoe agente in corde simplici prac tantis gratia, quam studio precantis. Diligit enim mottum, et ideo pracatatur, vol dimittitur o} multurn ; et in eis obi quae foris sunt, Sepe merebur impetrare rultum, 37, Nompe pium cat otiam cio ad Doum accodoro, Sieut dicit Job, celia sie visitens homo speciert suac I Doo, hos eet similitudinom suam cogitans, non poocatng et adorandus, et colendus est Dominus Deus > cranium, moltsrum pemonis focierum. Sed tamen veque hodie Jesus diseipulis suis - « Bxpedil, vobis ul ego vadam, hoe fs eubtraliam aspoolibus vestris humanitetis mee per souam ; nisi enim abier, Paraclilas non veniel ad vos jm guia quamdia ab orznte, in c0 quera oxst, eorporeum quid cogitatur, pie quidem, sed non omaino spiritueliter oratury ‘Deus odin spiritus est », et necesse ost qui eum adorat in spirita eb yerilate adorare, ‘9 unguens 8: ungens 8}. Dominus Deus 5: Deus Denious & 1. Gf 167,38 2 ite, 4, % BL visians spesinm tuom, non poxetis = Job 5,24. Laccommes $174, Le, 0. 19% et dans lex Mentions, X, 296 8 fe pe Dans Is suite dy pariempae, Guillaume Wiete entendee ae tdévotion 4 Pheiaite di Chri (4 qu7l appele dans la Let Or, 4175, cls eomaisonna dy Chie elon lo ea) ext 0 feape Hana Ia plse. Le Christ 36 présente 4 noun corung mata iN faut qa Ia Pile ds con eampe da ir nove consese & In m0 moins grande sisliti de se natane divine. Adore, nonerer Tan Safent, say adolsvent,Jeous eur la ao, Jase tt Lnaoau m0 LININAIRES 16:17 (478 @-D) a ‘gu sens spitituel, de Tonguont d’une tendre dévotion 1 “Tout cela, elle se le gure d’ume maniére fort corporelle c& qui souyont, 8 cause de Ia doucour-méms de eatie imagine- tion sensible, ini vaut des lumiéres el un désir ehaleureux de lia prize spirituelle ot de Ja conteraplation. Sans qu'elle sche ormment, ees images eorpocelles Ini font eomprendre certains myatares de la pidté, Cleat Poouvre, dans lo cour simple, bien plns de la grace du Rémunérateur que de Yapolication 4 Ia priéro. Il aimo beaucoup : on lui donne et pardonne beaucoup ® Meme ses pridres 2 motif extérieur {& Dieu méritent souvent de so voir logement oxaucbos 17, Oni, vest pieté de s'approcher, méme ainsi, de Dien Job le déclare : «En regordent, dit, sa propre image en Dien — cest-A-dire en songeant & sf reskemblonee avec Diva (du fait do Incarnation) —V’hommo no pécho pes 3.» U tant adore, il faut honorer Diou, Selgneur de Loutes es erdatures, sous Te masque d’umo foule do visugee. Pourtant, aujourd'hui encare, Jésue dil. A ses disciples > «Tl vous eat bon que je mien aills — quo je soustrais & vos regards Ie masque le mon humanilé — ear, si je me men vrais pas, le Paraclet ne viendea pas 8 vous §, » Crest vrai fant que Véme applique & celui quelle prie la moindre conaidération aonsible, aa pridre ett pieuse, assuriment, mais pas tout & fai spirituelle. Or « Dieu est Esprit » ob alui qui adore doit l'adorer on esprit ob en wenite ® a restos c'est sepprocier du «Varke de vie» (Mdity be fb 186-69), Un jour vient o6 Lute clte »imayeri , conto dit Guillaume su $19, est douse, L’homne spnivel arse moins ase Phone sniaal aux diférests «visoges da Choist eclen ta Shai, pour Sattasher davantage, en In 4 Ja Personne cu Vetbo fncarat, Linnuense @origtns en lout cle, eat 6vidents. Commo Da sly ele a clo pastagée pr sat Beraard; vo de plas amples fxoleullons dens JM, Dgcuasen, «La Chrstblede de sunt Breas, cans Sain Berman thcloien, Hotne 1995, 9. 88 5. ‘An 16,7. 5 Man, 4, 28 SUPER CANTICA CANTICORUDE LIMINAIRES 1820 (478 D9 B) © 18, (114y) Modus autem hie orandi, formort solet ox forma fidei, vol symbolo, cum de christianae Adel pietata quod deliter creditur, veraciter oc simpliciter amatur, ob tansit in alleetnm imaginatio corporearum in Doming Jesu Ghsisto dispensationum, 18, Cette promitre sorte de pridre s'inapire bebituelle- neat de la formule de fei, dw symbole, A cause de la pieuse fMouceur de la foi sheétionne, eo quo fddlement Von eroit, fen toute verité et simplieité on V'aime, el la représentation les cllels corporels de Véconomie divine dans lo Seigneur ‘Jesus Christ, objets de foi, se transforme et amour. Bieta el etna telat LC eget el ee eae alt eet pa ee le ea ene ea eet ten cea Ge peo boon elders aden on an et ee cea ke Grolier Spin sanetotnnioltataia hon, iia Del suid Pe ee ee aii ce eines ae {ern lam, tone, pen eam corporis temperestang Fe ete pale ee Pe ee ct a hen ces en es ee veep gern a Pe ies lei cers en grates, eae ee eae oe areca cen, ee ole eee ee er ee a anu a 26, Gest pourquot Phomne eatjon- de er tonnet Rel, que met, Ta raison, som inspl- ratrice en co point précis, au prix de laborieux efforts sontenus dans son propre intérét, travalle et slévertue jusqu'h oo que, triompbent de lutmene, if Gépasse toute celte imagerie (propre au premier genre de rire) ot «'6lanss dans Io domaine des choses de Tesprit 5 jJasqu'a e¢ que la volonté boane se change en dave bonne, et Ie désir du soupirant en intaligence de voyant et en smour @amant ressasié, L'Exprit-Saint vient en aide & Vinfiraité elhomme 1 L/sxpect da ce dernier commence dbs lors’ se renouveler & Timage de Dieu. La gréce survicat, Ello agit sor la raison, I'ime, Ia vie, les maours, Ie temperament, physique maéme j elle les modéle sur un unique sontiment de pivuse tendresse, sur une figure unique de charité, sur Une silhouelle unique de chercheur de Dieu. L*horm, fn méme tempe, aspire & connaitze Dien dans toute Ia resure permise, 8 élee aussi conma de lui. I ambitionne [our si a révelation des traits de Ia beauté divine, la revé- lation de Dieu luieméme pour sa conseionco, afin que, le connaissant et ant. connu de Ini, il puisse le pre, Padorer comme il convient : en esprit ob en vérité, 20, Bt ipse est Spousus, el ipsa est Sponsa, et ipsum eal | mutinm eoram colloquium, Gum enim jaxta. promissum Domini ad diligentem sc, venire incipit, et mansionem, foeere dignatio divinitals, aliquatenus smnoteseit 0; et quoniam non potest homo facicm jus videre ct vivere, Ihoe est plenam ejus engnitionem in hae vita appcehendare, § 20, Le wold, Uipoux, Ia voi, 'Epouse, le voila le sujet do Tene eniretioa! Lorsque, en offot, solon In promesse du Seigneur, la Divinit® condeseondante pred Vnitialive a i qui Paimo ot d’y établir 2a demure, elle se fait connattre de Ini, su moins jusqu't un certain point, peut yoir la face de Diow ot viveo 3; o'estnie une pleine connaissance de havo omni $2 omnia eco SI}B ot add. 4 8% renin on ech Ban 1635." 3 Gh a. 53, 20, OrPhommens dite streindre, en cette vi om SUPER GANTICA CANTICORUM. collocat in sensu amanlis, eb commendat (1157) aliquam cognitionis suse effgiom, non praesumpl) phantasmatis, sed piae cujusdam affectionis; quem vivens adhue in ame, sapere possit homo vel sustiners, Ipeae sunt. prim tiac Spiritus, atria, sive dos, sponsalis. thalami; lente Aignior et largior, quanto thalamo Sponsi it Sponsa sption, sivo propinguios, 2 Hone vir desdovorum neeeplam a Deo commendab son lan aPbitto uo Ii memoria quam grtiae Del in conse de wtitarus ad orton sam ope tf sucht tuo rm sua petan ae pits lngeredh Aascilis corm co apperea Qooe que opi rdditur Bancpios yuo, et devtios ae Tslusreconignaur ; Aiguior Deo yo feacio a distor pnseter ue, Nem Foe cate oem quminins oghonem (Goes outa rel meat aha niamorae presen babes Etats la tors we ctgtam notion, ants pores Imaginens «joe hebet expreiorom, Quod eum 0, Deo fin bomine, eet ment weunque cogutae divine Fagha queedstsnonnatagsin infomnetar sina hoe in ee boque omni. phnoladion imagination, afenie lacs simples afstus ot luminal seneu" amis Guod ire commoiem rerum cogutioncm agere Yiletue Inagiitis sanon in teens exgneccnts | mage principio S*> in princinio S 1. Airia sie Gos, Pour Origa, les artes et a dot oe Mépanse spat In Toe Tee prophtles, par qul Egle © eesti: conn soa Dieu. Pour Guilouins, Ces: Tknage divine imprimee dans 1 ‘coasclence 2 Vulgaris cynic. Colte expression cesene ta connatssnon Deoprement inlectueue, per image et «phantasna font simile @ cai de la pereaption sie, xs bien dent ie dans Ye Miroir, S80 A =e Ib; Le, pLSb-180; dane LIMINAIRES 2021 (479 BD) % Dieu, Cette divine condescondanco dépose alors dens lo aur de Vamant et ini donne en garde une certaine elgie de Ia conneissanes do Dieu, Problématiqus phontosme? Non pas, mais impression pieuse et Lendoe, Vivant encore dons la chair, Phomme pourre Ia sais of on supportar la ‘vue. Ge sont, 4 la lett, les prémices de I'Rsprit, arches et dot en vue des épousailles ', @/autant plus honorables, Tautant plus abondantas, que T'spouse est mieux préparée cet plus proche do la chambro de VIEpoux. 21. Cette offigie regue de Dina, Phomme de désirs la confie moins & son bon plaisir, dons sa mémoire, qu'a la grace divine, dans sa conscience, Au moment do revenir la priér, il I'en ticore, Ciffrant ensemble 4 son Créatour ft 3a requéte ella grice recue en goge, il paraitra devant Jui avee uno confiance accrua. Plus souvent V'on retourne image a sa source, plus, avec dévotion eb fdélité, Yon on roposse los traits, plus elle deviont digne de Dieu, et eMicace, et douve & son passesseur. Cesta, d’ailleurs, quelqu’en soit Vobjet, Jo mécanisme habituel’ de toute connaissance ‘commune *: impression dans Vesprit ou la mémoire dane image de Vobjet connu ; notion d'autakt plus notte de Yobjet connu que Timage en est plus profondémeat gra vyée%, Quond il eagit de la comnaissanen de Dio par Vhomme, l'éme peut. biea se veir immprimer parfois une {grande restemblance avee la Divinits, eonnue de fagon ot. @autre 4, Aucune représentation imoginative nintervient pourtont, La pureté de la simple tandanee vers Diew et du. ens illuming de Vemour ageamplit le travail que, pour Ja cornaissance commune des objets, leur représeatation 1s arédtotens, 215 B 3 2p. 115 et dans Pepe sur le Ounérae Lusi, inf § 94, Owen ge roporte dautze oust a Tnlredacion, supra, 9. 2. Yespet image de Yonja: et ane renenctance acquise par fo % SUPER CANTICA CANTICORUM LIMINATRES 2122 (479 D-180 B) ot temon in oe facit dissimilitudiner naturae illius o tudo, quia St similitudo ills tanto inferior, quanto in: inferiere netora ; tanto dissimilior, quanto in dissimilions [115~] materia, Creatoris ssiicet in oreatura, Doi in onima, Sed rursum, divinae gratia ile cognitionis, quae sicul dictum est non fle nist im sensu, vel intellects iliuminat ‘amoris, super omnes cogitaliones rerum dilat de 0, e Deatificat cognitarem suum, condescencens «i, ac sable vans cum ad se; tantoque dulcius of colitudinis auee ajestales, in familiares quasdam et amieas convertens affestiones ot exporientins divinac cujusdam suavilatis eb: Donitatis, quanto beatus pauper spirits, et humilis, quietus, ¢t tremens normonss Doraini, ot simplex animus cum quo solet esse seem Spivitus sancti, nl cogmitionis, vel intellectue ipsiue reverentinm, pauportotis, et humilitatis, ol simplicitatis suse verius el devotivs reen. gnoyerit infirn:tatos; ot aonaus ad hoo attulenit, tanto. subtiliores, quanto sitpliciores; non tem in literatura, quam in otentiie Domini, ot in justitia ejus soliu semble effectuer dans la mémoire’ Cependant, entre image imprimée dans Vesprit et la Réalité, énormo est la dference, on raison de la sublimité de le nature divin Inlrme eat la nature humaine, infirme en elle, & proportion, Jo restemblance divina, Dissemblable la matiére, dissem= lable, A Vevenant, le ressomblaneo. Eb quelle reccom- blanee? Gelle dn Créatenn, imprimée dans 1a creature ; celle de Dieu dens I’bmo, Toutefois, oxolusiveront dépos6e comme on Ia dit, dans le sens ou entendement de Pasnour illuming, cette grice de la connaiscance divine, per dossus tonte connaissance des tires oréés, exsichit de soi et beatific son posseseour®, Ello descend 4 son niveau ot le sou jiusqu’a elle, Pour Tui, elle convertit la majesié de sa haute ‘gino en emoureucee impressions et oxpérionces d'une berlsine suavité cl bonlé divines, Blle y mob d’autant plas ldo doueour, que Io pauvre en seprit, humble et quiet, trem- blant de respect & Ja parole du Seigneur, éme simple, inter locutcur aecoutume de I'Esprit-Saint, avant dacesder & celle connaissance eb & cette intelligence, aura plus sinedre- mon! at plus dévotement reconmu les faiblesses de sa pauvrelé, de sa potilesse, de sa custicité, et qu'il y aura apport des favattes d'autant plus aifindes que plus simples, Slappuyant moins sur la science dos livres que sur la polstinee du Seignenr et sur sa justice & lui seul 2, Hic est calculus candidus de Apocalypsi, tal nomen in se scriptum, quod nome seit nisi qui accipit Maco est suavites, de qua scriptuu est in laude Sapientiae ‘quia «non invenitur in terra suaviter viventivm », Hake crgo orator iste ralionalis, vel spiritualis — quamdhi ui 92. Le voila le eaillou blanc do PApocelypeo, qui porte ‘un nom inconmi de tons, sauf de eetul qui le recuit & La ‘voila lo doueeur dont, 8 1a Louange de 1a Sagesse, il est ovit < On-ne la rencontre pas au pays des bons vivants 4» Rationnel ou spirituol — rationnol tant que In raison, ned 8S. 1. Dans le connaissance de Dio, o's done ramout — on pi ‘comime le cepeto Gulluine 4 Layers sex ceuvnes, le «sens on Vetere ousent Ge Parti selae» (= sists et euten pa Hina} — a free dans Tame cette ressenblaneo ayee Dien us suppose (ante counelssance, ob qul, Jans I pomnsissmon commune, ost to fr ‘Tue perception spuabie ox melee 1a eannaissance come aboutit A une eepneseatation, hn es, fn como Ln enaaistanca de Dasa, dont tet queso usm ran an notion sdche et ahetraits + eet plato i aentiment ‘one pisses ot ae nes expériones », Se rspotae A Untedseton, pat 4 Apne. %, 17. Lo connsiazonee Ie dtgénené, tiont son nora ; Amour seint et sanctifiant, pur ot purifant, viviffante vie, ouvremous dene ton saint Ganlique, dévoile le mystére do ton baiser, le sens profond. ide ton murmure léger?, par lequel tu modules su coor do us enfanto ta vertu ot let délices do te douceur. Apprends~ ‘ous Tes gestes seorets par lesquels ta binsinues cher tes Coufidents ; eux que, d’ebord, ts laves de la souillure do fs convoitises ou de ces plaisis, on compagnie desquels toi, tu ne doignes ni ne dois habiter. Car toi, tu es d’on Iautet tu Lites en haut, Bux tous sont d’on bas. Appronds- ‘ous comment péndtrer dans le Tiew du tabernacle admi- rable, jusqu’ la maison de Dieu, parmi les chants dlallé- ease ob de louange sartis de Is Douche Gu convive *: dans eet état dame dod provido oe eri du convive, de ‘ela qui plutdt se lave de table plus affamé eacare : « Quill ime baise dun baiser de sa bouche !» 2 sucurt St aonuar.S, 1, Bxproseion do §. Gricomnm t= GHAND, Meral. ia Joby 1¥, 20, 61; PL 75, 708 BD. ', Diaprés Pa. 4, 56 26. Conjiccre enim licet ex ordine gesiorum sequentium, et forma verhorum : siout Aegyptia illa venit sliquandy ad Solomonem, sic animam pessalricem conversain venissa fad Christum ; et in Sponcarn soleraniter oxcoptam, Libera biter dotatam, ct in callavia iatcoductam, ubi nogine divitiag continebantur, ‘bique uberibus Sponst lactatain, et porfusam, odors unguentorum, revelatura +} noinen Sponsi, eb mys leriom nominis ; deinds Sponsum quasi amoris igno in. endo Sponsao succenso, repente enisse, ob abiisse ; et curt 9 omen gralam et gloriam cellariorum ; st sical dieitar de Judecis, subtrahendo [113+] ei pracsentiant sgratiae suae, vullusque Iaetitiam, sbiisse, et abseondisse se 2b en 27, Non autem prastereuadom, regiarum divitiarum ‘vel deliciarum regis nostri apotheess in cellarits contineri ‘quaram uaus solidusest et oficex, ef vitals» fruitio, Come duntur, ef vivant; bibuntur, et lactifesat ; nutriunt, of confirmant ; intra utentis vel fruentis substentiam, omnis, ‘carom usus et fruitip est. Non sont sieut aorum et argen- ‘tom, et res hujusmodi ; quarama hoc selum quod videabus, quod habeatur, ommis usus est. Quaedam vero earum reponuntur in cellars; quarumdam aonnisi in cella vina= ob eflses vitae 3 of vila ol oiteax 5. PREMIER CHANT Privor ov anevaene 26, On peut, d’eprés Pordre des fits qui vont suivre eta forme dos discours, suppossr casi : comme I'Sgyptienne enue jadis 4 Salomon}, Ame péchoresse convertic vint au Christ, En pouso solennellement acsusillic et dotée yee muificonce, on l'inteoduisit dans les colliers, remplis des trésors royaux. La, allaitge aux mamelles de U'Epoax ct inondée dessences perfarnées, on Toi révéla le nom do Vfipovx et le mystére de son nom, Pais, Vemour allumé comms uae flamme au cosur de I'Bpouse, PEpoux et avec Jui tout le charm, toute la splendour des celliers, sort sou- dain ot 'ealla, Dérobant& PBpouse la présence de sa grtco tle joie de son visage, il s'en ali oso cachs delle, comme dit, Byangile & propes de Notre-Seigneur et des Juits 8 27, Mais areSlonsnous : Tes celliers renferment_ les résorves doa richeasos royales, des délices de notre Roi Liusage en est sir et eilicace, la jouissance source de vie Oa les mango et ollos vivifient on les heit ot olles xéjouis- sent’; elles nourrissent. ef fortifient. Leur utilisation et Jour jouissance se aSalisont tout entiiree done V’éteo intime de celui qui en use et qui en jouit. Elles ne ressemblent ni Lor, ni a argent, ni rien do pareil —biens dont la vus, oat: la possession font, sans phis, tout Pusage, Une partie repose dans les ceiers, une autre ne trouve place que dans 2. Pour Lepouser, et Hote 3,1 106 SUPER CANTICA CANTICORUM CHANT 1. PRELUDE 27-28 (82 A-G) wr Jo,cave au vin, Entre les ealliors ot la cave an vin s'stend, ‘immense, un écarl, non de terrain, mais de mérite, ot de igrice eb da dignité, C2 sont. ces tresons royaux que visent, Jes paroles du Prophbte : «La segesse ct le science, voild Jeo richesses du salut 1, Les eelliors repedsentent la science 1 ses développements. Un nom plurie! les désigne, car, dit, ‘un autre prophete, «les temps paasent ot la science davient multiple». A Ja sagesse, représentée par la cave au vin nine seule chose, pas plus, est nécessaire. La scienee dont il slagit est celle de Ja piété chrétienne, Elle n’onfle pas, ‘mois batit sur la charita > Dans Uintelligenee des Beritures 1 pour ce qui touche la foi, les mours ot lo vin, elle ast llocte prudence. Crest elle, dans I'dme Tumnsine, la portion raisonnable, Vofficine réservée on propre a la foi et & Vospérance, La charité n'y fail pas entigrement défaut, maleré tout, sa domeure portioulibre, o'est la cave au vin. ia locus est, Gellaria vero, ob colla vinario plorime « se disparantur intervallo, non loci, sed menti, et gratiae et. dignitatis, Hace enim cunt, de quibus dicit prophoto + ‘cDivitian salut, sapientia el sefentia. » Ta collaris, solens ting hebundontia desigaatur; quac etiam ideo plurali nomine censentanr ; qnia siout diet alias propheta «x Per: traneount tompora, ct maltiplox fit. solentia. » Sapioatiag, ‘enitn, quae per cellam Vinariam designate, non nis) unum, noceccarivin eat, Seiontia auton have chrislionse pictatis ce, non inllans, sed in carilate gedifleans : in intellect, Seripturaram, et circa fidom, morosque ao vitam, docta pridentie, Hae esl in anima humans portio rationalis fidei ac spei propria ollicina, nee caritalis omnino expers } quamyis cella vinaria propria ejus habitalio sil. 228, Sioub enixa impossible est amare Deura, si nom ere- ditur; sie ommine non potest non amari, (116) si vere ereditur, vel speratar, vel seitur, Calla vero vinaria sapien tia est} ipsa est ct pitas, qua cullas Dei designetur; ct | nim) erpelie ab imis ad superiora, non alta sapigndo, 80d ‘pic amando ; id est, cum spiritus hominis in ca, quae in spirtualibus excolsiora sunt, se erigit, ut ectemnam Del incommutabilitetem, in quantum mutabili homini fas est, incommutabiliter sapiat, et incommatabiles ejus rations, ‘ad dijudicanda mutebilia, apprehendat ; quae, quantvis supra hominem sint, tamen ab humense rationis netura, rron omnino cas esse elienas, ex hoc dinoscitur, quia nom nisi de illis vera et justa nonnumquam discernint et. judi= 28. Car s'il est, impossible d'aimer Diew sans croire ‘ine ne peu!-on obsolament par ne pas I'aimer, i mont il eat objet. de foi, despérance eb de science, Le ‘save au vin représonts La sagosse. Celle-ct est la pists, Indice du eutie de Dien *; V'élan de Pame de In terre vers le ciel, non par une seiene> altiore, mois par un pieux amour, Cela se produit. quand Pesprit de Uhorune s'éleve {wsqu aux cimes du monde spiritual, pour connaltre, d'une Ieujére imumuable, dens la mesure permise & homme mouvant, Métorelle immuabilits de Diew ; pour salsir dans Pappréeiation du mouvant, ses raisons immuables. Elles dpassent Phomme, ees raisons, soit; mais elles ne sont pas, tellement étrangéres & la nature de la raison humaine, La prouva en eat que, grice & elles seule>, méme les gens dont, mauvaise s'emploie A les tenir on Schoo, Slaborent 1a 1a, perio retionolie 5 rtionalisportle S. law 1, ts 3.0. 2 Dan. 12,4. 3. Cette scleieo sto9po¥e & celle dont S, Paul eeivat, 1 Cor 1: Stinus quia omnes Scentart hedemas; setena tra, carted wo viele 4. Gt § Avoustisy De Trinity, XIK, M22; PL 42,1010 A ol Gvutuatous nx Satwr-Tuneney, Mirvir de fe fol, 865 BC; Te, 192158, 106 SUPER CANTICA eANTICORUIE CHANT 1, PRELUDE 2 (482 ¢D) 109 cant, etiem qui prave vivendo, contra eas ire moliuntas, Quidquid enim ratio humana rosie agit, vol sentit, now ni de lis formam, vel aientiam dueit, ex qaibns constant crnia, ot in quibus consistunt, et omnivin quae aunt ad illas eonversio est. Sieut vel sentire de Christo, socundum ea quap sunt humanag: lispensabionis; sic sapientiae, et amoris est sapere, ean tomplari gloriam in ipso divmeo majostatis ; vol etiam i Dbumanis rebus divinae ejus operationis virknlem, Quentin vero ad mores, quod soicntiae, vel retioni est in actu, hog sapicnbize est eliam in allecl, Congregat setentia, sep rnon sibi; mollieat ut apes, sed alii qui roram ecngrega= tarum, guidam extecior ei usus permitlilur; sapor very earim interior alii ot alibi reservatur. Soientiae hujus siudium, sccialis vitae disciplinam desiderat ; perfectip vero sapientine solitarinm secretum, vol cor etiam (118) in mullitudine soliterinm, plupart du temps des opinions et: des jugements vrais et Jostes. En ellos soulee trouvent modile et tumiére de Science, toule action, toute connsissence de la raison humaine conforme 4 Ia droiture; puisque d’elles tout reqoit létre, sur elles Loot repose, vers elles retourne toute (réatare 1, Eh bioa { eommme il appartient 8 Ja science et 2 I foi dagir et de prendre contact avec quelque chose du Christ, en 9 eoaformont aux manifestations humaines de économie providentielle de sa vie %, de méme il apportiont {la segesse ot & Vamour de eomprendre et de contempler, dans le Christ lui-méme, la gloire de la divine majosté 9&, jooque sous les manifestations humaines, Ta vertu de son $opération divine. Quant aux morurs de Phomme epirituel, Ie role tonu dans Vactivité par la science et la raison, Ja sogesse le joue dane Uaffectivit4, La science emasze, mais pas pour ellb, Comme tes abeilles, olla fabrique di miel, tnais pour un autre, Ces provisions, on Lui en permet bien ie saveur intime, on Ja quelque usege exterionr ; mais I Hésorve & un autre, en un aulre lieu, L’étude d> cette science requiert [a disaipline de [a vie de société ; La por Tection de lo sagesse, au contraire, oxigy In solitude et le feeret, un eur solitaire, mBme au milieu des foules. 1. Nous avons, dans co passage, touts une serie cvaens ones & ‘Gulls et deveoppees par Lut dans plusieurs a5 S98 couyres 1a ceapacie» do Yospnit mumetn « attemnars, par fe molvent, Ui Tule ens, vONr AL rea fol, 389, Up. 148-147; 30 Vale Alto wave hate Aves tis rian series, ef i, 286 By 134139 ur Yobjesvte devon jugement, base 5ut i eonn ates athe es lot flee ce mmviabls Vivte, objestte Yon rencontre meme cher les pales, voir Late ene ries au A Dial, 8281; le, ps ASL, atta seienoa eupanoure (par «pp eit 4 tn connastenon sensible) st sssimills ii 8 Is sagas, en tan AWinfornée Jaf par in plete et Pamcur Dane is poomge pel elt Lam cor, Galtaumne ta penta cemine iuoraddinee entee 1B acenco at ie mgess, $28, Fe, p. 13, 2 Ca écinco supérieure dent on pant nice po in fos male ale et, noe alt Glas dent lo irene a fo, 286 Aj Lea Pe 135, ‘Tune dispeiton pantinlire da Voront qui ielino & roses tou equi toate nfo A seine a vee, wSbicule pa des beats ‘striae, par ex, i eatorL ces goes, des pares du Sauven, est pourquol elle ext tke lel sur % sie plen que ka fl, comme Hn srgnesn ae ssele, un pou plus bas, 4 Totaour, & ba chaste Evita daex maniees pour Fomine Ge connate Le Christ par info, par ames le rhstte ens (Mirotr, 380 D, fa p. 137) BWC, 1 pe 151); fol oat ne ett «slence», et comme ‘tle ie-® pane objet fe Cts, ee vi, 68 ceuvses aecompliee pour fons dane Is terse; ss paroies, avae Io sens que Ieur down Tear fentosiessniplaraive (Miroir, 385 8, t 2, p. 181; 987 A, p. 18M, B87 » (26. 292 Dy. 163), ami lle est sot — alle doit Ceventr — ‘hex lor Amos avenoins, tous VemBt de Ie grice sluminatlee, une ‘spose, une oonnafseeren d'amcur (Mint, 386 GD, le Ds 131: 387 CD, p. 141; 208 A, p. 16), La atinction ost captele pour In oun infeligeneo de 1a doctrine dp Guillaume ry SUPBR GANTICA CANTICORUM CHANT [. PRELUDES 29 (488 A) in 2, Introduite dane les clliors, PEpouse apprit beaucoup ‘ar Pfpoux, heaucoup sur elle-ménte, En co Liou, ee dons f'elle regu lore de sa. premibre entrevue avec Epoux — Int des mamelles, fragrance des parfums, révélation di rium de 'Bpoux et effusion de borne odeur — tout cela fat provocation Wamour et appat du divin entrotneur* “Apres quoi Ppuyee purifieatriee fg surpread pour Mexercer, {n poriler, mais non U'abendonner sans retour. L'Epone torlit ob «on alle, Ke maintonant, blessbe damour ot brd~ Tanta du désir de Vebsent, pénétrée do la doveeur d'un Tenouveaw sacré, renouvelée par la délitieuse saveux, Ch, tent soudain, miso de cbte, abandonnée & elle-mPme, digottée des cellias vides et déserts — plus exactement diel science qui, Epox en allé, ne lui apporte que cou- Tour, selon 12 mat. de Veritas’: « Accroize so scionco, mi, avcrottre sa peinc *» — en compagnie des jeunes filles, plus on moins associées aveo elle & la favour reeue spouse sJélonce sur Ia trace odorante: de Epon qui fui Et, dans le bouilloanement de aoa. désir, tlle done Fessor au saint Gentique par ce eri: Qu'l me baice dun batzer de sa bouche! 28, Tn ela rg ntrotota Spans, muta de Spon ala dict do sips. Ubi quassuanue ecole ante brine acca ad Shnsun, sniawen mors orl fait teanontic; Ino. oberu, Trgrenin -ungoentoruy nouns Spoust ego, reas onguen es ea ero actat am exolpit purgtoru, exarcerdam, our dam, ‘non Usyvequague desermam, Egress ehim abete Sponte, wulnerata snilate, dovderD absent tcshuan, sacle avian sumvtae iat, gust. Bon Innovota, et repente dst ab derelte sym calla ine quost nani ce desert felons, soe sel Atsenf> Sposa nor wall pponentm seu enim Spon ts «Ou sme rent soni ren alguelenan conortenhabuctet, in edorein fuel tcumitBL ab sor desidot sl slo canton» prin pium imponens, claraat et di : + Osculviur me oseuly otis. 1, Voir stcopbes suivanten, 2 Ch Bee 418. [Oseuletur me esculo oris sui! Quite meliora sunt ubera tua vino ; Fragrantia unguentis eplimis, Oteum s/fusum nomen tuum. Teo cdolescontulae dileaerunt ie: Teale me post le, eurremus In oderom ungueniora tuorum (1, 1-3),] 4. olent 8*+ redoimt 1. Reminacences de Pr. 115,198; 16,11; 44,9 2% Cesticdive & Thumanlts, ou inte, comme ait Onetxe: Pnonpine senor [Quit me batse d'un baiser de ea bouche! Car vos momeltes sont meilleures que le vin Ells embaament @ane odeur axquise. Volre nom est une huile qui coule Les jeunes files vous ont aime Enlrainesmei, nous eourvons “A Godeur de vo8 parfiams (1, 13).) 30, J"ai vu sur moi sa face resplendir; j'ei pore Pallé- gest do son vitage; j'ai senti tusselee To grace sar ses lees 3, Point intermaédiares, point d'entroves ! Qu'l me aise dun baiser de sa bauche/ Crest Oni | Je ne supporie plus, je n'admois plus Phaleine an boiser tzangor. Tous ig autees balers, pour moi, dégagent un relent alsin, Mais celui de ! Bpous, cest un divin aréme gu’il exholo Lebaiser, c'est une bxlérieur et affectuense conjoncsion des corps, signe ot stimulant d'unionintésisur, Ll omprunto le ministéne db la bouche at vise, par nn éehange mtue, & Jo conjonction, non szulement des corps, mnis des émes Le Chiist-Fpons offit. 4 glise® son sponse comme un Daiser du pel lorsque, Verbe fet chair, il Papprocha de si Drés qu'il se ft son conjoint, eonjoint si iathne qu'il nes plus qu'un avee elle, iw devenu homme, homme devena Diba. Crest ce Daiserlé quriLofte ame fee, son Spouse, Ya oncltt6 das asl, Sesesiam cosan omniumn adverteeancloran, bey a 6. 16 SUPER GANTICA CANTICORUM. pporvigit et imprimit, eam de memoria communium bono- ram, privetum ei ot proprium commendans gaudivm, gral iamn ef sui amoris infuncit :spiitum ejus sfbi attrabens) ob suum infundens ci, ul invicsm wnus spiriiue sink i ie aes sanae St Store ox pace Bs heel, 110) fi il rasa tee tatlite de qua Domus ad Patrem ora. dc polis: «Yolngu Palen wate goo ure co [cnet Gr ee es Glo og ae a ese cmibitie aconperal el grlsns pio aia, hoe es alan sin foo ern ‘de, ipeton orn prntadinan dancers Folie pene ae ates ol a ee ernie pc gen ped nn ld 4 on? Din velit ot ue con Chine, pt sui Honk gam posoense wht in cmne nen bles 82. Diseant qui non didicerunt ; convertantur ad viden- dum ; flant curios: ad experiendum, quemode actitentur haes, in conversatione, vel eonssientia eorum, qui converst ‘ad Dominom (119v] in novitale vitae ambulant, Quoram, affestim vitemque totam sibi dividant. dolor iste et hoe. ‘gaudium ; dolor de Sponsi absentia, gaudium de pracsontia j ft perpetznim de-visione ejus gandinm, unica coruin expeo- ‘atio ost. Hoe enim epud cos non aemel, vel uno modo sed, 1 e passage au sexe atogorique, siquisee somiament, 0 9 oral st Rae en dsviioppements. gre, ov Hhamanité spplba 4 cevenix pov ch) Verbs, nove est pétentee gota Ie «type image da F#ime fice; et Minearnation — suprome basor de Bie 4 Ie natuse humaine — conjonation maresionre diel ot del tarry ‘comme In soures de Tunion myrtique, le prototype co. Love lst ‘oranges epiituels» gu jung’ le On abe tops sornt sonclad ‘entra Is Diu vivant et le See filo & le grt OUANT 1 STR. 1, 2098 48s C184 A) US ‘lui imprime, 1opsque au souvenir des biexfaits accondlés ‘tous, il dépose on elle une joie personnelle at exclusiva ft Vinonde de la gree de son araour. I tize & lui son esprit, lui infuse le siem, pour ne plus faire de un et de Pautre qu'on seul esprit 81. Ge heiser de IBpous fugitif, rp, ébauchs pluidt, dans lee colliors, Ppouse en convoitait arlemment Ie tion pari, la svevit8 entiro, C’eat & zon sujet que, dans fo price pour les disciples, Notre-Seignear isa & son je désire qu’eux aussi aoiont un en nous, comme Toi et Mo} sommes un que Uanpar dont Te mas soien enx et que Moi cus joroib an eux ¥, Qu'est-ce implement cect + celle qui a regu une part de Ja plenitude du Christ, gréce pour grdeo , grace amour pour grace de foi, désire maintenant caite pléaitude. elle mnéine, Ia plénitude do "Esprit Saint, unité et dilection du Pore et du Pils, et, en Tul, fa joie pleine, que personne ne Jui puisse ravi, Ele veut moun ot étre aver le Christ ne jugeant plus néeessaire pour elle, apeés avoir godt fe souverain Bien, de demeurer dens la chair ® 82, Qu’ils sinsteuisent, cows qui n’onb pss appris (qiils se retournont of voient ; quis s'inguitent d'expé menter le jou de ces sentiments dans le conduite ot la conscience de ceux qui, face su Seigneur, marchent dans tune vie nonvelle *. Le mouvement de leur eceur, leur vio cntiére 36 partogent entre Ja douleur et la joie que voir ‘doulenr de Tabsence de I'Bpoux, joie de sa présence ; of la joie cane fin de le contampler, est lear unique attente Cliez eux, ce n'est pas une lois et dune seule fagon, e'est 2 Dope Jn 17,21 ot 26 & ch dnd 18 4A Ch vn 18,90 ch Pail 1, 9204, 6 Ch Rom. 64 ro SUPER CANTICA CANTICORUM saopo multisque ac variis modis fit, Omnisque hie sancti exerci labor in corde amantis, vel vila proficiestis, nom, luniua disi oat, sed multi tomporis; multiplex, varius, secundum pietatem diversorum affectuumn, el proventam profectuum. 83, Ouamadiu enim dicis ad Sponsam - «Valo ob ‘yeni », nee manes evr ea in aatermum, o eastarum Sponse, aninsrum, tami exsulantibus in lerra om sua fliis tuis, © Pater orphanoram, provid consilio sapientiae tna, sinis cos nonnumquam in desiderii sui dolore, quasi foris, exs]uses, 4 te alight: tabesoare amore amor tui, mimndsna, 03 in camino pauperlatis suac, ipsa dillcultate suscipiendi fortius eos trahans ad te. Normumquam vero ex dulsedine srating tuad sponte aporia pusillis tuis, nee ropellis por Yenlentes uae ad te; el cubare eossinis, ol plorene in sint tuo, ubi plorantes nelant. consaleri, ul non plorenl tibi, @ ‘quo hoe ipsum pro suramo dono hiahent, ut plorent tibi quis cptimam ae dulce haben, plorare coram te Domino, ‘Deo suo, qui fecisti eos ; et wt plorent tii fn be ipsum ‘lic e08 ¥, Cusnque tu diguaris tergere lacrymee ‘luertes, igsae magis Quunt, et quia manus ipsa tergentis causa. els .. on aur gretage So. uve 188] 4 adiierie eur grtians 1 Jn 14,98 CHANT 1 STR. 1, 22.98 494 Ac} ur souvent, eest de mille maniéres que ee parlage se produit ‘Tout ce pinible mais aint excroiee, danse comurde lamant, dans la vie du progressaut, n'est pas d'un seul jour, mais dluco longtemps. Multiple ab varie, il se conforme 4 la tendre pisid des divers mouyements de Véme ct au cours ‘de coe progn’s spiritues. 38, 0 epoux des Ames chaste, asi longtemps que vous diles & PEpouse: «Jo m’en vais el jorevionss et quo vous refuse de demenreravoa elle A jamais: 6 pere des orphelins, aussi longtemps que, par uno diapesition providentielle de ‘oine sageste, vous lasser vos fils exils sur une bere qu nest point vébre, yous permoties quis saffigent bien souvent — vieLimes de Teue dir — 'étre en quelque sorto Eonnis loin de vous ot s0 consumer de Vamour de votre amour; tandis que vous les porifier dans Ie ereaset Ae leur dénvement, ot oe tiren plas forth votre cuits par Is altcuité mene de Ventreprise. Mais, de Laups ea temps, par uno doucour de votre grice, vous cuyrex de bom grb Ip porte & vos tout petils et ne repoussez pas ceux qui parviennent jusqu’’ vous, Vous leur permetiea de so con- chor dans vote sein el Wy ploares. Ils pleureat el ne vouleat pas tre consolés : cela Ios priverat. de pleurer fm vous, de qui. ils tienaenl, comme un don. supréme, Sette favour de pleurer on votre sein. Car is jugentinfnic ent doux ot bon de pleurer devant vous, leur Seigneur Dea, qui les aver fits * ot qui prdelstment les fagonner pour pleurer eu yous. Bt lorsque vous daignos csauyor lo At db Jeors larmes, elles eoulent plus sbondantes » oti suai mite qui les exsuie provoque en eux je ne sais quello auave douleur, aUlirante, careszante, qui, grace 2 la coaviction intime dune douco espérance, trouve. 2a plas ferme consolation dans ce qul los affige le plas fork Dine park Pinpétocox courant de ees Bouves de larmer, fn ls rompbssant de joie, trait mettement votre prtsence 5 de Laulse, hobitants ounce terre dtrangiro, yoo fle ne peuvent oublior lene condition de voyageurs Gest la

Vous aimerez peut-être aussi