Vous êtes sur la page 1sur 267

A L'ATTENTION DU LECTEUR

Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi sont expliquées à la lumière des versets
coraniques et les gens sont invités à connaître la parole de Dieu et à vivre selon Ses préceptes.
Tous les sujets qui concernent les versets de Dieu sont expliqués de telle façon à ne laisser planer
ni doute, ni questionnement dans l'esprit du lecteur. Par ailleurs, le style sincère, simple et fluide
employé permet à chacun, quel que soit son âge ou son appartenance sociale, d'en comprendre
facilement la lecture. Ces écrits efficaces et lucides permettent également leur lecture d'une seule
traite. Même ceux qui rejettent vigoureusement la spiritualité resteront sensibles aux faits rappor-
tés dans ces livres et ne peuvent réfuter la véracité de leur contenu.

Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus individuellement ou être abordés
lors de conversations en groupes. Les lecteurs qui désirent tirer le plus grand profit des livres trou-
veront le débat très utile dans le sens où ils seront en mesure de comparer leurs propres
réflexions et expériences à celles des autres.

Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de contribuer à faire connaître et
faire lire ces livres, qui ne sont écrits que dans le seul but de plaire à Dieu. Tous les livres de l'au-
teur sont extrêmement convaincants. De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire connaître la reli-
gion à d'autres personnes, une des méthodes les plus efficaces est de les encourager à les lire.

Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres livres, les idées personnelles de
l'auteur ou des explications fondées sur des sources douteuses. Vous ne trouverez pas non plus
des propos qui sont irrespectueux ou irrévérencieux du fait des sujets sacrés qui sont abordés.
Enfin, vous n'aurez pas à trouver également de comptes-rendus désespérés, pessimistes ou susci-
tant le doute qui peut affecter et troubler le cœur.

Publié en décembre 2006


Deuxième édition février 2007
Troisième édition avril 2007
Quatrième édition juin 2007
Cinquième édition
Sixième édition

EDITIONS GLOBAL
Talatpasa Mah. Emirgazi Caddesi ‹brahim Elmas ‹fl Merkezi A Blok Kat 4
Okmeydani - ‹stanbul / Turquie Tél : (+90 212) 222 00 88

Imprimé en Turquie
SEÇ‹L OFSET
100 Yil Mah. MAS-SIT Matbaacilar Sitesi
4. Cadde No: 77 Bagcilar-Istanbul/Turquie
Tél : (+90 212) 629 06 15

w w w. h a r u n y a h y a . f r
info@harunyahya.fr
HARUN YAHYA

L'ATLAS
DE LA
CREATION
A PROPOS DE L'AUTEUR

Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme HARUN YAHYA,


est né à Ankara en 1956. Il a effectué des études artistiques à
l'Université Mimar Sinan d'Istanbul, et a étudié la philosophie à
l'Université d'Istanbul. Depuis les années 80, il a publié de nom-
breux ouvrages sur des sujets politiques, scientifiques et liés à la foi.
Harun Yahya est devenu célèbre pour avoir remis en cause la théorie
de l'évolution et dénoncé l'imposture des évolutionnistes. Il a égale-
ment mis en évidence les liens occultes qui existent entre le darwinis-
me et les idéologies sanglantes du 20ème siècle.
Les ouvrages d'Harun Yahya, qui ont été traduits en 41 langues,
constituent une collection de plus de 45.000 pages et 30.000 illustra-
tions.
Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et "Yahya"
(Jean), en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous deux lutté
contre le manque de foi de leurs peuples. Le sceau du Prophète (paix et
bénédiction sur lui) qui figure sur la couverture des livres de l'au-
teur, revêt un caractère symbolique lié à leur contenu. Ce sceau
signifie que le Coran est le dernier Livre de Dieu, Son ulti-
me parole, et que notre Prophète (paix et bénédiction
sur lui) est le dernier maillon de la chaîne prophé-
tique. En se référant au Coran et à la Sounna, l'au-
teur s'est fixé comme objectif d'anéantir les argu-
ments des tenants des idéologies athées, pour
réduire au silence les objections soulevées
contre la religion. Le Prophète (paix et
bénédiction sur lui) a atteint les plus
hauts niveaux de la sagesse et de la
perfection morale, c'est pour-
quoi son sceau est utilisé
avec l'intention de rapporter
le dernier mot.
Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un seul objectif : communiquer aux autres le message
du Coran, en les incitant à réfléchir à des questions liées à la foi, telles que l'existence de Dieu, Son uni-
cité, l'au-delà, et en exposant les fondations faibles et les idéologies perverses des systèmes athées.
L'œuvre de Harun Yahya est connue à travers de nombreux pays, de l'Inde aux États-Unis, de la
Grande-Bretagne à l'Indonésie, de la Pologne à la Bosnie, de l'Espagne au Brésil.
Certains de ses livres sont disponibles dans les langues suivantes : l'anglais, le français, l'allemand,
l'espagnol, l'italien, le portugais, l'urdu, l'arabe, l'albanais, le chinois, le swahili, le hausa, le divehi
(parlé à l'île Maurice), le russe, le serbo-croate (bosniaque), le polonais, le malais, l'ouïgour, l'indoné-
sien, le bengali, le danois et le suédois et de nombreux lecteurs du monde entier les apprécient.
Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur croyance en Dieu, et à
d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style sincère et fluide de ces livres confèrent à ces der-
niers une touche distinctive qui ne peut manquer de frapper ceux qui les lisent ou qui sont amenés à
les consulter. Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres ne peuvent plus soutenir l'athéisme ou
toute autre idéologie et philosophie matérialiste, étant donné que ces ouvrages sont caractérisés par
une efficacité rapide, des résultats définis et l'irréfutabilité. Même s'il y a toujours des personnes qui le
font, ce sera seulement une insistance sentimentale puisque ces livres réfutent telles idéologies depuis
leurs fondations. Tous les mouvements de négation contemporains sont maintenant vaincus de point de
vue idéologique, grâce aux livres écrits par Harun Yahya. L'auteur ne tire pas de fierté personnelle de
son travail ; il espère seulement être un support pour ceux qui cherchent à cheminer vers Dieu. Aucun
bénéfice matériel n'est recherché dans la publication de ces livres.
Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du cœur et à devenir de meilleurs
serviteurs de Dieu rendent un service inestimable.
Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des gens, qui mènent au
chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent pas à ôter des cœurs le doute, s'avère être une
grande perte de temps et d'énergie. Il est impossible, pour les nombreux ouvrages écrits dans le seul
but de mettre en valeur la puissance littéraire de leurs auteurs, plutôt que de servir le noble objectif
d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un impact si important. Ceux qui douteraient de ceci se ren-
dront vite compte que Harun Yahya ne cherche à travers ses livres qu'à vaincre l'incrédulité et à diffu-
ser les valeurs morales du Coran. Le succès et l'impact cet engagement sont évidents dans la conviction
des lecteurs.
Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés incessantes, des conflits et
des souffrances dont la majorité des gens sont les perpétuelles victimes, est la prédominance de l'in-
croyance sur cette terre. On ne pourra mettre fin à cette triste réalité qu'en bâtissant la défaite de l'in-
crédulité et en sensibilisant le plus grand nombre aux merveilles de la création ainsi qu'à la morale
coranique, pour que chacun puisse vivre en accord avec elle. En observant l'état actuel du monde qui
ne cesse d'aspirer les gens dans la spirale de la violence, de la corruption et des conflits, il apparaît vital
que ce service rendu à l'humanité le soit encore plus rapidement et efficacement. Sinon, il se pourrait
bien que les dégâts causés soient irréversibles.
Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort, constitueront par la volon-
té de Dieu un moyen par lequel les gens atteindront au 21ème siècle la paix, la justice et le bonheur
promis dans le Coran.
T ABLE DES MATIERES

INTRODUCTION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1. QU'EST-CE QU'UN FOSSILE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2. SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN AMERIQUE DU NORD
ET DU SUD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AUX ETATS-UNIS . . . . . . . 46
ORPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 PERCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108
FEUILLE DE PEUPLIER . . . . . . . . . . . . . .50 HARENG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
PASTENAGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 SAULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
SARDINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 FEUILLE DE PEUPLIER . . . . . . . . . . . . .114
HARENG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 FEULLE DE CHENE . . . . . . . . . . . . . . . .116
CRABE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58 GUEPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118
PERCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 FEUILLE DE VIGNE . . . . . . . . . . . . . . . .120
FEUILLE DE SUMAC . . . . . . . . . . . . . . . .62 HARENG ET POISSON-LUNE . . . . . . . .122
OMISCOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64 FEUILLE DE SUMAC . . . . . . . . . . . . . . .124
DEUX HARENGS . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 CRANE D'OURS NORD AMERICAIN . .126
TRILOBITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68 PERCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128
HARENGS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 POISSON-LUNE, HARENG . . . . . . . . .130
MILLE-PATTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 FEUILLE DE NOYER BLANC
LAPIN JUVENILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 D'AMERIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132
OMISCOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 HARENG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134
OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 FEUILLE DE FIGUIER . . . . . . . . . . . . . .136
FEUILLES DE SYCOMORE . . . . . . . . . . . .80 HARENGS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138
POISSON DES SABLES . . . . . . . . . . . . . .82 HYDROPHILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .140
HARENGS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84 FEUILLE DE MARRONNIER . . . . . . . . . .142
FEUILLE DE GINKGO . . . . . . . . . . . . . . .86 FOUGERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .144
HARENG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88 HARENG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146
POISSON-LUNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90 HARENG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148
LAMPROIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92 POISSON PIPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
OMISCOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94 CRANE DE LEOPARD . . . . . . . . . . . . . .152
QUEUE DE TRUITE . . . . . . . . . . . . . . . . .96 FEUILLE DE MICOCOULIER AVEC
PEUPLIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98 UN CRIQUET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154
TIPULE . . . . . . . . . . . . . . . .100 CRANE DE RHINOCEROS . . . . . . . . . . .156
EPICEA . . . . . . . . . . . . . . . .102 LAPIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158
POISSON LANTERNE . . . . . .104 POISSON-LUNE, HARENG . . . . . . . . . .160
PIN PONDEROSA . . . . . . . .106 SAULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
FEUILLE DE LAURIER . . . . . . . . . . . . . .164 BIVALVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174
HARENG ET PERCHE . . . . . . . . . . . . . .166 TORTUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .176
LAPIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168 BIVALVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178
CRANE DE CERF . . . . . . . . . . . . . . . . . .170 OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
TORTUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172 ETOILE DE MER . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AU CANADA . . . . . . . . . 184


LAQUAICHE ARGENTEE . . . . . . . . . . . .186 TETE DE SAUMON . . . . . . . . . . . . . . . .202
BRANCHE DE SEQUOIA . . . . . . . . . . . .188 FEUILLE DE GINKGO ET TIGE
LAQUAICHE ARGENTEE . . . . . . . . . . . .190 DE SEQUOIA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204
TIGE DE SEQUOIA AVEC MOUCHE FEUILLE DE GINKGO . . . . . . . . . . . . . .206
DE LA SAINT MARC . . . . . . . . . . . . . . .192 FEUILLE D'ORME . . . . . . . . . . . . . . . . .208
DIPNEUSTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .194 FEUILLE DE GINKGO BILOBA . . . . . . .210
TIGE DE SEQUOIA ET FEUILLE FEUILLE D'AULNE . . . . . . . . . . . . . . . .212
DE CHARME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196 FEUILLES DE CHARME ET D'ORME . . .214
TIGE DE SEQUOIA AVEC COSSES SUR FRONDE ET CONE DE METASEQUOIA 216
LA BRANCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .198 HOMARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .218
BOULEAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN REPUBLIQUE


DOMINICAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
FULGOROIDEA . . . . . . . . . . . . . . . . . .222 GUEPE SCELIONIDAE, CICADELLE . . . .252
ARAIGNEE SAUTEUSE . . . . . . . . . . . . . .223 PLATYPODIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . .253
LIMULODES PARADOXUS . . . . . . . . . .224 GUEPE PARASITE, COLLEMBOLE . . . . .254
GUEPE SCELIONIDAE . . . . . . . . . . . . .225 GUEPE PTEROMALIDAE . . . . . . . . . . .255
INSECTE ASSASSIN . . . . . . . . . . . . . . .226 STAPHYLINIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .256
PSEUDOSCORPION . . . . . . . . . . . . . . .228 FOURMI AILEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .257
FOURMI AILEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .229 FOURMI AILEE ET CECIDOMYIE . . . . .258
PUNAISE DE FEU, MILLE-PATTES, TIPULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .260
ARAIGNEE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230 MOUCHE PHORIDE . . . . . . . . . . . . . .261
GUEPE PARASITE BRULOT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .262
ET MOUCHE PHORIDE . . . . . . . . . . .232 MOUCHES A FRUIT A AILES
ABEILLES SANS DARD . . . . . . . . . . . . .233 SOMBRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .263
FOURMIS AILEES ET CECIDOMYIE . . . .234 TOILE D'ARAIGNEE, SEPSIDAE . . . . . .264
ARAIGNEE ET SA TOILE . . . . . . . . . . . .235 COLLEMBOLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .265
POU DES LIVRES . . . . . . . . . . . . . . . . .236 MOUCHE PHORIDE . . . . . . . . . . . . . .266
SCOLYTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237 PERCE-OREILLE, FOURMI OUVRIERE .268
LIMULODES PARADOXUS . . . . . . . . . .238 NYMPHE DE FULGOROIDEA . . . . . . .269
FOURMI AILEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .239 MOUCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .270
ARAIGNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .240 SEPSIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .271
FOURMI OUVRIERE . . . . . . . . . . . . . . .242 CHARANÇON RADICICOLE,
FOURMI AILEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .243 PLATYPODIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . .272
MOUCHE CADDIS ET MOUCHES PHALENE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .273
A FRUIT A AILES SOMBRES . . . . . . . .244 GRILLON, HETEROPTERES . . . . . . . . . .274
TERMITE AILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245 CECIDOMYIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .275
HETEROPTERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .246 BRULOT, CECIDOMYIE . . . . . . . . . . . .276
ARAIGNEE ET SA TOILE . . . . . . . . . . . .247 MOUCHE A FRUIT . . . . . . . . . . . . . . . .277
FOURMIS AILEES . . . . . . . . . . . . . . . . .248 PLATYPODIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . .278
TERMITE AILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249 SEPSIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .279
SAUTERELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .250 MOUCHERON DE BOIS . . . . . . . . . . .280
PSOQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .281 FOURMILION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .295
EPHEMERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .282 CHENILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .296
CHARANÇON . . . . . . . . . . . . . . . . . . .283 TERMITE AILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .297
PHALENE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .284 MOUCHE A FRUIT . . . . . . . . . . . . . . . .299
GRILLON, TIPULE . . . . . . . . . . . . . . . . .285 MOUCHE DANSANTE . . . . . . . . . . . .300
CHARANÇON . . . . . . . . . . . . . . . . . . .286 BLATTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .301
NYMPHE D'ISOPODE . . . . . . . . . . . . .287 GUEPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .302
PSYLLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .288 MOUSTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .303
FOURMI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .289 GUEPE BRACONIDE . . . . . . . . . . . . .304
FOURMI CHARPENTIERE . . . . . . . . . . .290 INSECTE ASSASSIN . . . . . . . . . . . . . . . .305
CLOPORTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .291 ANTHOCORIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . .306
MITE ET SCOLYTE . . . . . . . . . . . . . . . . .292 PERCE-OREILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . .307
STAPHYLINIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .293 FOURMI REINE . . . . . . . . . . . . . . . . .308
INSECTE ASSASSIN . . . . . . . . . . . . . . . .294 TERMITE AILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .309

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AU BRESIL . . . . . . . . . . . 310


TETTIGONIIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . .312 BLATTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .323
BLATTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .313 SCARABEE AQUATIQUE . . . . . . . . . .324
MOUCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .314 SAUTERELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .325
BLATTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .315 BLATTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .326
SAUTERELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .316 SAUTERELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .327
ORPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .318 SAUTERELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .328
SCORPION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .320 SAUTERELLE AUX
BLATTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .322 LONGUES ANTENNES . . . . . . . . . . . . . .329

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AU PEROU. . . . . . . . . . . 330


BIVALVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .332 BIVALVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .336
BIVALVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .334

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN ARGENTINE . . . . . . 338


SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AU CHILI . . . . . . . . . . . 339
TRANCHE DE CONE CRANE DE CORMORAN . . . . . . . . . . .346
D'ARAUCARIA . . . . . . . . . . . . . . . . . . .340 CRANE DE CORMORAN . . . . . . . . . . .348
CRABE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .342 CRABE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .349
CONE D'ARAUCARIA . . . . . . . . . . . . . .344

3. SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN EUROPE . . . . . . . . 350


SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN ALLEMAGNE . . . . . . 352
CREVETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .354 OPHIURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .368
ETOILE DE MER . . . . . . . . . . . . . . . . . . .356 CŒLACANTHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .370
POISSON-CASTOR . . . . . . . . . . . . . . . .359 HOMARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .372
ECREVISSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .360 OPHIURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .374
CREVETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .362 GASTEROPODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .376
ORPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .364 GASTEROPODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .377
CHAUVE-SOURIS . . . . . . . . . . . . . . . . .366 CREVETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .378

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN ESPAGNE . . . . . . . . . 380


SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN REPUBLIQUE TCHEQUE 381
FOUGERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .382 GRENOUILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .384
SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN ITALIE. . . . . . . . . . . . 386
POISSON RASOIR . . . . . . . . . . . . . . . .388 LARVE DE LIBELLULE . . . . . . . . . . . . . .394
HIPPOCAMPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .390 POISSON PIPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .396
SERIOLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .392

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN GRANDE-BRETAGNE 398


LIMULE 400 NAUTILE 408
OPHIURE 402 ARAIGNEE 410
NAUTILE 404 NAUTILE 412
BIVALVE 406 SANGLIER DE MER 414

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN RUSSIE . . . . . . . . . . . 416


SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN POLOGNE . . . . . . . . 417
ESSAIM DE BRULOTS 418 MITE 430
NYMPHE DE PHASME SAUTERELLE 431
(INSECTE BATON) 419 SAUTERELLE 432
FOURMI OUVRIERE ET CHENILLE 433
LARVE D’APHIDIEN 420 MOUCHE 434
ARAIGNEE-CRABE 422 MOUCHE 435
LARVE D’APHIDIEN 423 PAPILLON 436
MOUCHERON 424 CICADELLE 437
MOUCHE A LONGUES PATTES 425 MITE 438
GUEPE PARASITE 426 PHORIDAE 439
MOUCHE CADDIS 427 FOURMI AILEE 440
PLECOPTERE (PERLE) 428 MOUCHE DANSANTE 441
BLATTE 429

4. SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN AFRIQUE


ET AU MOYEN-ORIENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .442
SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AU MAROC . . . . . . . . . . .444
OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .446 OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .457
TRILOBITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .448 OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .458
POISSON AIGUILLE . . . . . . . . . . . . . . .450 OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .459
ETOILE DE MER . . . . . . . . . . . . . . . . . .452 ETOILE DE MER . . . . . . . . . . . . . . . . . .460
TRILOBITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .454 OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .462
OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .456 OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .463

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AU LIBAN . . . . . . . . . . . .464


REQUIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .466 POISSON VOLANT . . . . . . . . . . . . . . . .478
ANGUILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .468 ANGUILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .480
LE POISSON VOLANT . . . . . . . . . . . . . .470 ANGUILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .482
POISSON VIPERE . . . . . . . . . . . . . . . . . .472 REQUIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .484
CREVETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .474 CIGALE DE MER . . . . . . . . . . . . . . . . . .486
POISSON VOLANT . . . . . . . . . . . . . . . .476

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS A MADAGASCAR . . . . . . .488


CŒLACANTHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .490 NAUTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .500
BIVALVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .494 NAUTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .501
NAUTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .496 BIVALVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .502
NAUTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .497 NAUTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .504
OURSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .498 NAUTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .505
5. SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN CHINE,
EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE . . . . . . . . . . . . . . . . . .506
SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN CHINE . . . . . . . . . . . .508
EPHEMERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .510 LIAONINGORNIS . . . . . . . . . . . . . . . .538
MOUCHE-SCORPION . . . . . . . . . . . . .512 TORTUE JUVENILE . . . . . . . . . . . . . . .540
TIPULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .513 ESTURGEON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .542
CERCOPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .514 FULGOROIDEA . . . . . . . . . . . . . . . . . .544
FULGOROIDEA . . . . . . . . . . . . . . . . . .516 CROCODILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .546
MOUCHE A FRUIT . . . . . . . . . . . . . . . .518 ESTURGEON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .548
SALAMANDRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .520 POISSON NOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . .550
ESTURGEON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .522 TORTUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .552
TORTUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .524 CRANE D'HYENE . . . . . . . . . . . . . . . . .554
EPHEMERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .526 ESTURGEON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .556
SALAMANDRE . . . . . . . . . . . . . . . . . .528 BLATTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .558
ARAIGNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .530 LARVE D'EPHEMERE . . . . . . . . . . . . . .560
ECREVISSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .532 CRANE DE TIGRE . . . . . . . . . . . . . . . . .562
LIBELLULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .534 CRANE DE RHINOCEROS . . . . . . . . . .564
CRANE DE LOUP . . . . . . . . . . . . . . . . .536 LARVE D’EPHEMERE . . . . . . . . . . . . . .566

SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN NOUVELLE-ZELANDE . . 568


SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN AUSTRALIE. . . . . . . . 569
PRELE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .570 CRABE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .572
FOSSILES DE CRANES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 574
LE COUP DUR INFLIGE AU DARWINISME PAR LES FOSSILES
DE CRANES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 576
CRANE DE RENARD . . . . . . . . . . . . . . .588 CRANE DE RENARD ARCTIQUE . . . . . .600
CRANE DE LOUP . . . . . . . . . . . . . . . . .590 CRANE DE PANDA . . . . . . . . . . . . . . . .602
CRANE DE TIGRE DU NORD-EST . . . . .592 CRANE DE TIGRE . . . . . . . . . . . . . . . . .604
CRANE DE RENARD . . . . . . . . . . . . . . .594 CRANE D’OURS . . . . . . . . . . . . . . . . . .606
CRANE D’OURS BRUN . . . . . . . . . . . . .596 CRANE DE LEOPARD . . . . . . . . . . . . . .608
CRANE DE LOUP . . . . . . . . . . . . . . . . .598

FOSSILES DIVERS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 610


CHAMPIGNON . . . . . . . . . . . . . . . . . . .611 FAUCHEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .629
CANTHARIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .612 CHRYSOPILUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .630
FOURMILION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .614 RAPHIDIOPTERE . . . . . . . . . . . . . . . . . .632
MOUCHE-SCORPION . . . . . . . . . . . . . .616 CRANE DE HYENE . . . . . . . . . . . . . . . .634
SCIRTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .617 CRANE DE LYNX . . . . . . . . . . . . . . . . . .636
COQUILLE D’ESCARGOT . . . . . . . . . . .618 CRANE DE CHACAL . . . . . . . . . . . . . . .638
MOUCHE (Toxoneura) . . . . . . . . . . . . . .619 CRANE DE LEOPARD . . . . . . . . . . . . . .640
PATTE DE REPTILE . . . . . . . . . . . . . . . . .620 CRANE DE ZEBRE . . . . . . . . . . . . . . . . .642
ARAIGNEE NAINE A CRANE DE CHEVAL SAUVAGE
SIX YEUX (Oonopidae) . . . . . . . . . . . . .622 ASIATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .644
SCRAPTIIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .623 CRANE DE RATON LAVEUR . . . . . . . . .646
BOMBYLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .624 CRANE D’ANE SAUVAGE TIBETAIN . . .647
SIMULIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .625 CRANE DE SINGE . . . . . . . . . . . . . . . . .648
SCYDMAENIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . .626 CRANE DE CHAMEAU . . . . . . . . . . . . .649
TIPULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .627 CRANE DE RENARD GRIS . . . . . . . . . . .650
THROSCIDAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .628 CRANE DE PEKAN . . . . . . . . . . . . . . . . .652
CRANE DE PHOQUE MOINE FEUILLE DE CHENE CHEVELU . . . . . . .680
DES CARAIBES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .653 FEUILLE DE GENEVRIER . . . . . . . . . . . .682
CRANE DE RHINOCEROS . . . . . . . . . . .654 FEUILLE DE SORBIER DES
CRANE DE CIVETTE INDIENNE . . . . . . .655 OISELEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .684
CRANE DE GIRAFE . . . . . . . . . . . . . . . .656 FEUILLE DE POMMIER . . . . . . . . . . . . .686
CRANE DE SANGLIER . . . . . . . . . . . . . .658 FEUILLE DE LAURIER-CERISE . . . . . . . .688
CRANE D’ANTILOPE . . . . . . . . . . . . . . .659 TARPON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .690
CRANE DE GUEPARD . . . . . . . . . . . . . .660 MONACANTHIDAE . . . . . . . . . . . . . . .692
CRANE DE BINTURONG . . . . . . . . . . .662 PIEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .694
CRANE DE DIABLE DE TASMANIE . . . .663 HIPPOCAMPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .696
TORTUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .664 POLYIPNUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .698
CRANE D’OURS POLAIRE . . . . . . . . . . .666 FUNDULUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .700
CRANE DE COYOTE . . . . . . . . . . . . . . .667 POISSON-SOLDAT (positif et négatif) . .702
FEUILLE DE SASSAFRAS . . . . . . . . . . . .668 POISSON-ECUREUIL . . . . . . . . . . . . . . .704
FEUILLE DE L'ARBRE DE KATSURA . . . .670 CHIROCENTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .706
FEUILLE DE FRENE . . . . . . . . . . . . . . . .672 POISSON CHIRURGIEN . . . . . . . . . . . .708
FEUILLE DE MYRICA . . . . . . . . . . . . . . .674 CREVETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .710
DIOSPYROS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .676 MERLAN BLEU . . . . . . . . . . . . . . . . . . .712
CONE D’ARAUCARIA . . . . . . . . . . . . . .678

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 714

APPENDICE
LA REFUTATION DE LA THEORIE DE L'EVOLUTION . . . . . . . . . . 718
LA REELLE SOURCE IDEOLOGIQUE DU TERRORISME :
DARWINISME ET MATERIALISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 720
INTRODUCTION: Pourquoi la théorie de l'évolution? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 730
PREFACE: UN GRAND MIRACLE DE NOTRE TEMPS:
Coire a la supercherie de L’evolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 732
CHAPITRE 1 : S'affranchir des préjugés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 734
CHAPITRE 2 : Une brève histoire de la théorie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 738
CHAPITRE 3 : Les mécanismes imaginaires de l'évolution . . . . . . . . . . . . . . . . 746
CHAPITRE 4 : Les archives fossiles réfutent l'évolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . 751
CHAPITRE 5 : Le conte de la transition de l'eau vers la terre . . . . . . . . . . . . . 756
CHAPITRE 6 : L'évolution imaginaire des oiseaux et des mammifères . . . . . . . 760
CHAPITRE 7 : Des interprétations trompeuses et tendancieuses des fossiles . . 770
CHAPITRE 8 : Les falsifications de l'évolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 772
CHAPITRE 9 : Le scénario de l'évolution humaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 775
CHAPITRE 10 : L'impasse moléculaire de l'évolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 795
La thermodynamique réfute l'évolution . . . . . . . . . . . . . . . . . 820
CHAPITRE 11 : La conception ne peut être expliquée
par la coïncidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 824
CHAPITRE 12 : Pourquoi les revendications évolutionnistes
sont invalides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 832
CHAPITRE 13 : L'évolution : une théorie dérivée du matérialisme . . . . . . . . . 845
CHAPITRE 14 : Les médias : un terrain fertile pour l'évolution . . . . . . . . . . . . 850
CHAPITRE 15 : Conclusion : l'évolution est une imposture . . . . . . . . . . . . . . . 854
CHAPITRE 16 : La création est un fait. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 858
CHAPITRE 17 : Le secret au-delà de la matière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 872
CHAPITRE 18 : La relativité du temps et la réalité du destin. . . . . . . . . . . . . . 895
NOTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 902
INTRODUCTION

I
l y a environ 150 ans, le naturaliste anglais Charles
Darwin avança une théorie basée sur les différentes
observations faites au cours de ses voyages, sans toute-
fois être étayée par des découvertes scientifiques solides. En
somme, sa théorie de l'évolution se compose de scénarii
divers, de suppositions et de conjectures créés de toute
pièce dans son imaginaire.
Selon cette théorie de l'évolution, des substances
inanimées se rassemblèrent par hasard pour donner nais-
sance à une première cellule vivante. Il ne fait pas de doute
que cette affirmation est très imprécise et ne peut être corrobo-
rée par une quelconque preu-
ve ou découverte scientifique.
Charles Darwin
Ensuite, toujours selon le mythe de
Darwin, cet être unicellulaire prit vie et
se transforma – par hasard encore une fois – en une première espèce
vivante de microbe ; c'est-à-dire qu'elle évolua. La théorie évolutionnis-
te affirme ainsi que toutes les formes de vie sur terre, de la minuscule
bactérie jusqu'à l'être humain, émergèrent suite au même processus
imaginaire.
Les allégations de Darwin ne reposaient évidemment sur aucu-
ne preuve scientifique ni aucune découverte. Dans la mesure où le
savoir scientifique et les moyens technologiques disponibles à l'époque
Le microscope mono-lentille que
Darwin utilisa révèle les moyens tech-
étaient encore primaires, la pleine mesure du ridicule et de l'irréalisme
nologiques limités et sous-développés de ses affirmations ne put être pleinement saisie. Dans
de cette époque. un tel contexte, les scénarii de Darwin furent
acceptés dans un grand nombre de cercles.
La théorie de l'évolution de Darwin reposait sur le matérialisme.
Par conséquent, rapidement, la théorie fut adoptée par les maté-
rialistes. Parce que les matérialistes nient le fait de la créa-
tion, ils s'accrochèrent aveuglément à la théorie de l'évolu-
tion et l'érigèrent même comme base scientifique de leur
vision du monde.

Parmi les découvertes majeures qui invalident la théorie de


l'évolution se trouvent les archives fossiles, qui révèlent que
les structures des espèces vivantes sont restées inchangées
pendant des dizaines de millions d'années. Est représenté ici
un insecte vivant à notre époque et son fossile vieux de 50
millions d'années. Cette espèce, qui est restée identique après
50 millions d'années, réfute l'évolution.

14 L'atlas de la création
Harun Yahya

En lançant de grandes
recherches et des investigations,
et en créant des environnements
artificiels dans des laboratoires,
ils tentèrent d'obtenir les preuves
corroborant la théorie de Darwin.
Or, chaque découverte tendait à
réfuter l'évolution au lieu de la
confirmer. La science et la tech-
nologie firent de rapides progrès
depuis le début du 20ème siècle et
rejetèrent la théorie de l'évolution.
Toutes les branches de la science
concernées par le sujet, telles que la
Un fossile de microbiologie, les biomathéma-
salamandre
tiques, la biologie cellulaire, la bio-
vieux de 125
millions d'an- chimie, la génétique, l'anatomie, la
nées et un spé- physiologie, l'anthropologie et la
cimen de notre paléontologie, révélèrent des élé-
époque
ments innombrables discréditant
totalement la théorie de l'évolution.
L'ensemble des fossiles est cer-
tainement la preuve la plus explici-
te démolissant les allégations de la théorie de l'évolution. Les fossiles révèlent en effet que les formes de
vie sur terre n'ont jamais subi le moindre changement et ne se sont jamais transformées en une autre.
L'examen de ces fossiles nous permet de voir que les êtres vivants sont exactement les mêmes que ce
qu'ils étaient il y a des centaines de millions d'années. En d'autres termes, ils ne furent jamais impliqués
dans une quelconque évolution. Même dans les temps les plus reculés, les formes vivantes émergèrent
soudainement dotées de structures complexes, hautement perfectionnées, telles qu'elles sont aujour-
d'hui encore.
Cela démontre un fait indiscutable : les êtres vivants ne naquirent pas suite aux processus imagi-
naires de l'évolution. Tout ce qui existe sur terre est l'œuvre de Dieu. Ce fait de la création transparaît
dans les traces laissées par les parfaites créatures vivantes.
Cet ouvrage vous fournira non seulement des informations
concernant les fossiles, leur localisation et leur mode de découver-
te, mais également un examen sérieux d'une variété de spécimens
de fossiles, datant de millions d'années, encore capable de déclarer
: "Nous ne naquîmes pas de l'évolution, nous fûmes créés." Les fos-
siles présentés et illustrés dans ce livre ne sont que quelques
exemples des centaines de millions de spécimens
prouvant le fait de la création. Toutefois, ces
quelques exemples suffisent à démontrer que la
théorie de l'évolution est un des grands canulars et
une des grandes supercheries de l'histoire de la
science.

Les fougères ont conservé leur structure à l'identique depuis le


jour où elles ont été créées. Les fougères qui sont restées les
mêmes depuis environ 300 millions d'années sont une des
preuves vérifiant l'invalidité de la théorie de l'évolution.

Adnan Oktar 15
QU'EST-CE QU'UN FOSSILE ?

D
'après une définition large, un fossile est ce qu'il reste d'un être ayant vécu dans le lointain
passé et ayant survécu jusqu'à aujourd'hui grâce à une préservation sous des conditions natu-
relles. Les fossiles dont nous disposons sont des parties d'organisme, ou des restes laissés par
la créature vivante lorsqu'elle était encore en vie (dans ce cas, on parle de traces de fossiles). Ils se for-
ment lorsque les plantes ou les animaux morts sont préservés avant de se détériorer complètement pour
faire finalement partie de la roche sédimentaire de la terre. Afin que la fossilisation se produise, la plan-
te ou l'animal concerné doit être enterré assez rapidement, généralement sous une couche de vase. Vient
ensuite un processus chimique garantissant la préservation au moyen de changements minéraux dans
les tissus originaux.
Les fossiles sont la preuve essentielle des détails de la vie préhistorique. Dans de nombreuses
régions du monde, des centaines de millions de fossiles furent découverts, ouvrant ainsi une fenêtre
dans l'histoire et la structure de la vie sur terre. Des millions de fos-
siles indiquent que les espèces apparurent spontanément,
parfaitement formés, avec des structures complexes,
tout en restant inchangés depuis des millions d'an-
nées. C'est une preuve claire que la vie naquit de
rien, c'est-à-dire qu'elle fut créée. Pas le moindre
fossile suggère que les êtres vivants se formè-
rent graduellement, à savoir qu'ils évoluèrent.
Les spécimens de fossiles classés par les évo-
lutionnistes comme étant "des fossiles
intermédiaires" sont peu nombreux et leur

Ce fossile de bouleau
datant de la période
du paléocène (il y a
65,6 à 55 millions
d'années) retrouvé
dans le Montana est
en trois dimensions.

UN FOSSILE DE
GRENOUILLE AGE
DE 50 MILLIONS
D'ANNEES
Il n'y a aucune diffé-
rence entre cette
grenouille, qui vivait
il y a 50 millions
d'années, et celles
d'aujourd'hui.

18 L'atlas de la création
Harun Yahya

Un fossile de crabe
qui a vécu il y a 38 à
23 millions d'années

Une étoile de mer vieille de 490 à 443 millions d'années


révèle que les étoiles de mer sont restées les mêmes
pendant des centaines de millions d'années et qu'elles
n'ont pas évolué.

invalidité fut scientifiquement prouvée. Par ailleurs, certains des fossiles intermédiaires se révélèrent
être des contrefaçons, la fraude des darwinistes dénotant ainsi leur état de désespoir.
Durant les 150 dernières années environ, des fossiles extraits du monde entier prouvent que les pois-
sons ont toujours été des poissons, les insectes ont toujours été des insectes, les oiseaux sont restés des
oiseaux et les reptiles des reptiles. Aucun fossile ne pointa vers une quelconque transition entre les
espèces vivantes, c'est-à-dire entre le poisson et l'amphibien ou entre le reptile et l'oiseau. En résumé, les
fossiles découverts démolissent définitivement l'affirmation de base de la théorie de l'évolution, selon
laquelle les espèces descendent les unes des autres en subissant des changements sur de longues
périodes.
En plus de l'information sur les formes de vie, les fossiles apportent des données riches à propos de
l'histoire de la planète. On sait ainsi comment les mouvements des plaques continentales ont altéré la
surface de la terre et quels furent les changements climatiques dans
les ères passées.
Les fossiles attirent l'intérêt des chercheurs depuis
l'époque de la Grèce antique, bien que leur étude

UNE FOURMI AILEE QUI A


Les crevettes qui ont vécu il y a 250 à
VECU IL Y A 20 A 15 MIL-
70 millions d'années sont les mêmes que
LIONS D'ANNEES
celles qui vivent à notre époque. Les
Les insectes piégés dans
crevettes qui sont restées identiques
l'ambre par le durcissement de
pendant des millions d'années montrent
la résine réfutent également la
que l'évolution n'a jamais eu lieu.
théorie de l'évolution.

Adnan Oktar 19
' e x i s t e
n
Il e forme
c u n
au sitionn e l l e
tran
X
Les découvertes de fossiles révèlent que les êtres imaginaires de
ces dessins n'ont jamais existé. Les êtres vivants apparaissent
soudainement dans les archives fossiles, avec toutes leurs carac-
téristiques intactes, et, tout au long de leur vie, ces espèces ne
subissent aucun changement.

L
es darwinistes affirment qu'en subissant des changements
mineurs, les êtres vivants évoluent d'une espèce en une autre au
cours de millions d'années. Selon cette affirmation qui est réfutée par
les découvertes scientifiques, les poissons se transformèrent en

X
amphibiens, et les reptiles se transformèrent en oiseaux. Ce soi-disant
processus de transformation, qui aurait duré des millions d'années,
aurait dû laisser des preuves innombrables dans les archives fossiles.
En d'autres mots, au cours de leurs recherches intensives des 100
dernières années, les chercheurs auraient dû découvrir de nombreux
êtres vivants grotesques comme des mi-poisson/mi-lézard, des mi-
araignée/mi-mouche ou des mi-lézard/mi-oiseau. Cependant, bien
que pratiquement chaque strate de la terre ait été creusée, pas le
moindre fossile n'a été retrouvé pouvant être utilisé comme preuve
par les darwinistes pour la soi-disant transition.
D'un autre côté, il existe d'innombrables fossiles montrant que les
araignées ont toujours été des araignées, les poissons toujours des
poissons, les crocodiles toujours des crocodiles, les lapins toujours
des lapins et les oiseaux toujours des oiseaux. Des centaines de mil-
lions de fossiles montrent clairement que les êtres vivants n'ont pas
subi d'évolution, mais qu'ils ont été créés. Des centaines de millions
de fossiles prouvent que les êtres vivants n'ont pas évolué, mais
qu'ils furent créés.

20 L'atlas de la création
Harun Yahya

en tant que branche distincte de


la science ait commencé seule-
ment au milieu du 17ème siècle, à
la suite des travaux du cher-
cheur Robert Hooke (auteur de
Micrographia, 1665, et Discourse
of Earthquakes, 1668) et de Niels
Stensen (plus connu sous le nom
de Nicolai Steno). Au moment
où Hooke et Steno effectuèrent
leurs investigations, la plupart
des penseurs ne croyaient pas
que les fossiles étaient les restes
de créatures vivantes passées.
Au cœur de ce débat réside l'in-
capacité à expliquer où les fos-
siles furent découverts, en terme
de données géologiques. Les Un chercheur de fossile travaillant à la Formation Ediacara en
fossiles étaient fréquemment Australie
découverts dans des régions
montagneuses, alors qu'il était
impossible à l'époque d'expliquer comment un poisson avait pu se fossiliser dans une strate de roche
aussi élevée par rapport au niveau de la mer. Comme Léonard de Vinci l'avait précédemment suggéré,
Steno maintint que les niveaux de la mer avaient dû baisser au cours de l'histoire. Hooke, lui, dit que les
montagnes se formèrent suite au réchauffement interne de la terre et aux mouvements des plaques océa-
niques.
Grâce aux travaux de Hooke et de Steno, expliquant que les fossiles étaient des restes d'êtres du
passé, la géologie se développa entre le 18ème et le 19ème siècles. C'est alors que la collection systématique

Adnan Oktar 21
et la recherche des fossiles commencèrent à
former une branche de la science. Les prin-
cipes que Steno avait exposés furent suivis
dans la classification et l'interprétation des
fossiles. A partir du 18ème siècle, l'industrie
minière et la construction des chemins de fer
permirent des investigations plus grandes et
plus détaillées du sol terrestre.
La géologie moderne révéla que la croûte
terrestre se compose d'énormes morceaux
appelés "plaques", se mouvant sur la surface
du globe, et transportant ainsi les continents
et formant les océans. Plus les plaques bou-
gent, plus la géographie terrestre se modifie.
Les chaînes montagneuses sont le résultat de
collisions entre de très grandes plaques. Ces
changements de la géographie terrestres qui
Une image satellite de la Terre
eurent lieu sur de très longues périodes mon-
trent également que les strates formant
aujourd'hui des portions de montagnes étaient auparavant immergées sous l'eau.
Les fossiles présents dans les strates de roches permirent donc d'obtenir des informations quant aux
différentes périodes de l'histoire terrestre. L'information géologique montra que les vestiges des êtres
vivants préservés après leur mort dans des sédiments (c'est-à-dire des fossiles) ressortirent des strates
de roches enfouies depuis très longtemps. Certaines des roches dataient de plusieurs centaines de mil-
lions d'années.
Au cours de ces études, on observa que des espèces spécifiques de fossiles furent découvertes uni-
quement dans des strates spécifiques et dans certains types de roche. On remarqua ainsi que des strates

22 L'atlas de la création
Harun Yahya

de roches consécutives contenaient leurs propres groupes de fossiles, ce qui peut être considéré comme
étant la "signature" de cette couche particulière. Ces "fossiles-signatures" peuvent varier, selon le temps,
la période et le lieu. Par exemple, deux différents types de sédiments et conditions environnementales –
le lit d'un ancien lac et un rif de corail, par exemple – peuvent se retrouver dans la même strate porteu-
se de fossile dans la même période géologique. Ou bien, le même fossile-signature peut être présent dans
deux lits de roches différents et distants l'un de l'autre de plusieurs kilomètres. Grâce à l'information
impartie par ces vestiges, les scientifiques déterminèrent le cadre temporel géologique encore en usage
aujourd'hui.

Les fossiles utilisés pour déterminer les dates de formation


des roches sont appelés fossiles index. La majorité de
Sont représentés ici un trilobite qui ces espèces sont celles qui vivaient au cours
vivait à la période ordovicienne d'une seule période spécifique, lors-
(490 à 443 millions d'années) et qu'elles étaient répandues et facilement
un gastéropode de la période silu- reconnaissables.
rienne (443 à 417 millions d'an-
nées). A partir de ces fossiles, on
peut deviner que les roches en
question datent de 448 à 442 mil-
lions d'années.

Adnan Oktar 23
La formation des fossiles
Après la mort de la créature vivante, le fossile naît de la
préservation des composants du corps dur laissé par l'ani-
mal, tels que les os, les dents, la coquille ou les ongles. On
croit généralement que les fossiles sont les parties d'une
plante ou d'un animal dans un état pétrifié. Or, les fossiles
ne naissent pas uniquement de la pétrification. Certains
spécimens ont survécu jusqu'à aujourd'hui sans altération
ni dommage comme les mammouths préservés dans la
Une guêpe datant de 54 à 28 millions
glace ou les insectes et les petits reptiles et invertébrés figés
d'années, pétrifiée dans l'ambre
dans l'ambre.
Lorsqu'une créature vivante meurt, les tissus mous comprenant les muscles et les organes se
détériorent sous l'effet des bactéries et des conditions environnementales. (Très rarement, sous des tem-
pératures en dessous de zéro degré ou sous la chaleur sèche des déserts, la décomposition n'a pas lieu.)
Les parties les plus résistantes de l'organisme, généralement des parties contenant des minéraux telles
que les os ou les dents peuvent survivre plus longtemps, et donc subir plusieurs processus physiques et
chimiques. Ce sont ces processus qui permettent la fossilisation. Par conséquent, la plupart des organes
qui deviennent des fossiles sont les os et les dents des vertébrés, les coquilles des brachiopodes et des
mollusques, les squelettes externes de certains crustacés et trilobites, les contours des organismes de
type corail et éponges et les parties boisées des plantes.
L'environnement de l'organisme et les conditions climatiques jouent un rôle majeur dans la forma-
tion du fossile. C'est pourquoi il est possible de prédire si la fossilisation aura lieu sur la base de l'envi-
ronnement externe de l'organisme. Par exemple, un contexte sous-marin est plus propice à la formation
de fossiles qu'un contexte sec.
Le processus de fossilisation le plus répandu est celui de perminéralisation ou minéralisation. Au
cours de ce processus, l'organisme est remplacé par des minéraux dans le liquide dans le sol où le corps
est immergé. Voilà les différentes étapes :
1) Tout d'abord, il est essentiel que, couvert de terre, de boue ou de sable, le corps de l'organisme
mort soit immédiatement protégé du contact de l'air. Au cours des mois suivants, de nouvelles couches
de sédiments se superposent sur les restes enterrés. Elles
agissent comme un bouclier s'épaississant, protégeant le
corps de l'animal des agents externes et de l'usure phy-
sique. De nombreuses autres couches viennent s'ajouter les
unes au-dessus des autres. En l'espace de quelques cen-
taines d'années, les restes de l'animal reposent à plusieurs
mètres en dessous de la surface de la terre, de la mer ou du
lac. A mesure que le temps passe, les éléments de l'animal
tels que les os, la coquille, les écailles ou le cartilage enta-
ment lentement leur décomposition chimique. Les eaux
souterraines commencent à infiltrer ces structures, et les
minéraux dissous contenus dans ces eaux – minéraux tels
que la calcite, la pyrite, la silice et le fer – remplacent gra-
duellement les substances chimiques dans les tissus. Ainsi
en l'espace de millions d'années, ces minéraux donnent
naissance à une copie exacte pétrifiée dont les tissus dans
le corps de l'organisme furent remplacés. Enfin, le fossile Cette libellule piégée dans de la boue peut
conserve exactement la même forme et le même aspect un jour se fossiliser et elle deviendra une
externe que son original, bien qu'il soit désormais trans- preuve pour les générations futures que
l'évolution ne s'est jamais produite.
formé en pierre.

24 L'atlas de la création
Harun Yahya

9
1 2

7
10

5 8

1. Récif : animaux marins calcaires qui forment le récif.


2. Radiolaires : un type de plancton microscopique possédant un squelet-
te de silice.
3. Un mollusque bivalve, aux deux coquilles formées de carbonate de
calcium. Chez les fossiles, de tels organes aussi solides peuvent être
conservés inchangés.
4. Graptolite : des fossiles aux squelettes organiques qui laissent généra-
lement des traces sur l'argile noire. Ces créatures vivaient en groupes.
5. Dents de requin : les os et les dents sont princi-
palement constitués de phosphore, c'est pour cette
raison qu'ils sont plus résistants, comparés aux
organes composés de tissus mous.
6. Fossiles de trace : fossiles formés par des traces
laissées dans la boue.
7. Ammonite : un spécimen dont la coquille avait
été remplacée par des pyrites de fer et fossilisée.
8. Un arbre pétrifié : au fil du temps, les cellules de
l'arbre sont remplacées par du silice et fossilisées.
9. Ambre : de petits organismes sont conservés dans
la résine.
10. Feuilles carbonisées : des plantes transformées
en fibres de carbone.

Ce poisson fossilisé, vieux de 50 millions


d'années, est une preuve que les poissons
ont toujours été des poissons.

Adnan Oktar 25
Plusieurs situations peuvent se produire durant la minéralisation :
1. Si le squelette est complètement rempli de solution liquide et si la décomposition se fait ultérieu-
rement, la structure interne se fossilise.
2. Si le squelette est complètement remplacé par un minéral différent de l'original, une copie com-
plète de la coquille émerge.
3. Si un modèle exact ou un "moule" se forme à cause de la pression, alors les
restes de la surface externe du squelette peuvent rester.
Dans les fossiles de plantes, en revanche, c'est la carbo-
nisation causée par les bactéries qui s'applique. Au cours
du processus de carbonisation, l'oxygène et l'azote sont
remplacés par le carbone et l'hydrogène. La carbonisa-
tion a lieu en cassant les molécules des tissus par les
bactéries à travers des changements de pression et de
température ou de processus chimiques, causant des
altérations chimiques dans la structure de la protéine et
de la cellulose de sorte que seules les fibres de carbone
demeurent. Les autres matériaux organiques tels que
le dioxyde de carbone, le méthane, le sulfate d'hydro-
gène et la vapeur d'eau disparaissent. Ce processus
donna naissance aux gisements naturels de charbon
qui se formèrent à partir des marais existant pendant
la période carbonifère, il y a 354 à 290 millions d'an-
nées.
Les fossiles se forment parfois lorsque des orga-
nismes sont immergés dans des eaux riches en calcium Un moucheron vieux de 20 à 15 millions d'années
conservé dans de l'ambre
et qu'ils sont recouverts par des minéraux tels que le

Quelques fois, des organismes fragiles peuvent aussi être fossilisés sous des conditions extraor-
dinaires. Est ici représentée une ophiure de la période du jurassique (208 à 146 millions d'an-
nées). Il n'y a aucune différence entre ce fossile et les ophiures d'aujourd'hui.

26 L'atlas de la création
Harun Yahya

La peau et les écailles de ce poisson de la période du triasique


(248 à 208 millions d'années) sont fossilisés avec tous leurs
détails intacts. Ce spécimen révèle que les poissons ont la même
structure d'écailles qu'il y a environ 250 millions d'années.

travertin. A mesure que l'organisme se décompose, il laisse ses traces dans un lit minéral.
La fossilisation complète des parties molles d'un être vivant, y compris la fourrure, les plumes ou la
peau, est très rare. Les restes de tissus mous de certaines formes de vie de la période précambrienne
(remontant à une période de 4,6 milliards à 543 millions d'années) ont été très bien préservés. Il y a éga-
lement des vestiges de tissus mous qui permettent d'examiner les structures internes de la période cam-
brienne (543 à 490 millions d'années) en plus des vestiges de tissus durs d'êtres vivants jusqu'à aujour-
d'hui. Les vestiges de fossile de fourrure et de poils animaux préservés dans l'ambre, et des restes de fos-
siles datant de 150 millions d'années sont d'autres exemples permettant des investigations détaillées. Les
mammouths prisonniers des glaces sibériennes, les insectes et les reptiles figés dans l'ambre des forêts
baltiques se sont fossilisés avec leurs structures de tissus mous.
Les fossiles peuvent considérablement varier en terme de taille, selon le type d'organisme préservé.
Il existe une grande diversité de fossiles : des microorganismes fossilisés jusqu'aux fossiles géants d'ani-
maux ayant vécu en groupe ou en troupeau, selon un mode de vie communautaire. L'un des exemples
les plus frappants de fossiles géants est le récif d'éponge en Italie. Similaire à une colline, le récif est com-
posé d'éponges calcaires datant de 145 millions d'années qui se sont développées au fond de l'antique
Mer Téthys et qui plus tard remontèrent sous l'effet du mouvement des plaques tectoniques. Il y a des
spécimens de formes de vie ayant vécu dans les récifs d'éponge durant la période triasique. The Burgess
Shale au Canada et Chengjiang en Chine sont parmi les plus grands gisements de fossiles contenant des
milliers de fossiles de la période cam-
brienne. Les gisements d'ambre en
République Dominicaine et le long
des côtes occidentales de la Mer
Baltique sont des sources impor-
tantes de fossiles d'insectes. Les lits
de fossiles Green River dans l'état
américain du Wyoming, White River
en Amérique Centrale, Eichstatt en
Allemagne et Hajoula au Liban sont
d'autres exemples à citer.

LE PLUS GRAND RECIF


D'EPONGES SUR TERRE
Ce récif d'éponges vieux de 145 millions d'an-
nées est une trace laissée dans la Mer Téthys.
Les éponges de notre époque ne sont en aucun
cas différentes de celles qui composent la col-
line. Ces éponges mettent en évidence le fait
qu'elles n'ont subi aucune évolution.

Adnan Oktar 27
Sous combien de groupes distincts les fossiles sont-ils étudiés ?
Tout comme les espèces vivantes, les fossiles sont divisés en sections ou "règnes". Au 19ème siècle,
les fossiles étaient regroupés en deux catégories : les végétaux et les animaux. Des recherches ulté-
rieures rendirent nécessaires l'établissement d'autres groupes de fossiles, par exemple pour les bacté-
ries et les champignons. D'après la classification des fossiles établie en 1963, il est possible d'étudier
cinq règnes distincts :
1. Animalia – les fossiles du règne animal, le plus vieux connu à ce jour remonte à 600 millions
d'années.
2. Plantae – les fossiles du règne végétal, dont les spécimens les plus anciens datent de 500 mil-
lions d'années.
3. Monera – les fossiles de bactéries sans noyau, dont les plus vieux remontent à 3,9 milliards
d'années.
4. Protoctista – les fossiles d'organismes unicellulaires. Les plus anciens datent de 1,7 milliard
d'années.
5. Fungi – les fossiles d'organismes multicellulaires, dont les plus anciens remontent à 550 mil-
lions d'années.

Les périodes géologiques et la paléontologie


Les premières informations de base concernant la croûte terrestre commencèrent à être acquises
vers la fin du 18ème siècle et le début du 19ème siècle, au moment de la construction des chemins de fer
et des tunnels. William Smith, un bâtisseur de tunnels anglais, vit que des roches le long de la Mer
du Nord étaient similaires à celles déterrées à Somerset sur un chantier, datant de la période juras-

Certains spécimens fossiles


collectés par William Smith

Période du Période du
carbonifère triasique
supérieur

Période du
Période du jurassique
carbonifère
inférieur

Période du
jurassique
moyen
Gastropode Bivalve

Les premières cartes dessinées par


William Smith, le fondateur de la
géologie britannique, contribuèrent
de beaucoup au développement de
la géologie moderne.

28 L'atlas de la création
Harun Yahya

sique (208 à 146 millions d'années). Avec les spécimens de roches et de fossiles qu'il rassembla d'un bout
à l'autre du pays, Smith dessina la première carte de la surface géologique de l'Angleterre. Par ailleurs,
se basant sur des spécimens rocheux en sa possession, il ébaucha des cartes des sous-sols géologiques
de certaines régions, contribuant ainsi significativement à l'avancée de la géologie moderne et à la déter-
mination du cadre temporel géologique de la terre. Grâce à ses cartes, la nature et les contenus (sutures
de fer, charbon, etc.) des strates juste en dessous de la surface purent être connus, même si les roches
étaient couvertes de végétation.
Les fossiles jouèrent un rôle vital dans l'acquisition de toutes ses informations. Le cadre temporel
géologique depuis la période précambrienne jusqu'à la période quaternaire fut ébauché d'après les don-
nées rassemblées dans les gisements de fossiles, et est encore utilisé aujourd'hui. Les sondages de struc-
tures rocheuses permirent d'identifier les étapes subies par la terre à différentes périodes. Les fossiles à
l'intérieur des roches fournirent des informations sur les organismes ayant vécu à différents moments.
La combinaison de ces deux éléments mena à la production d'une chronologie, selon laquelle l'histoire
de la terre est divisée en deux éons, chaque éon étant subdivisé en ères et chaque ère en période.

Afin de rendre l'histoire naturelle


plus compréhensible, les géologues et
les paléontologistes divisèrent l'his-
toire de la terre en périodes géolo-
giques. Pour déterminer ces périodes,
la formation des roches, leur âge et
les fossiles qu'elles contiennent
jouent un rôle important.

PRECAMBRIEN
(Il y 4,6 milliards à 543
PALEOZOIQUE E
millions d'années) ZOIQU
MESOZOIQUE CENO
(Il y a 248 à 208 millions d'années)

(Il y a 208 à 146 millions d'années)

Période du dévonien
Période du quaternaire

(Il y a 417 à 354


Période du triasique

millions d'années)
Période du jurassique

Période de l'ordovicien
Période du carbonifère Période du
Période du tertiaire

Période du cambrien (Il y a 490 à 443 mil- Période du crétacé


(Il y a 543 à 490 (Il y a 354 à 290 permien
lions d'années) (Il y a 146 à 65
millions d'années) millions d'années) (Il y a 290 à
millions d'années)
248 millions
Période du silurien d'années)
(Il y a 443 à 417
millions d'années)

(De 65 millions d'années à aujourd'hui)

Adnan Oktar 29
1.L'éon précambrien (il y a 4,6 milliards à 543 millions d'années)

Le précambrien est considéré comme la plus ancienne et également la plus longue période de l'his-
toire terrestre et elle est subdivisée en plusieurs éons et ères. La période entre 4,6 et 3,8 milliards d'an-
nées est appelée éon hadéen. La croûte de la terre était alors encore en formation. L'éon archéen s'éten-
dait de 3,8 à 2,5 milliards d'années, suivie de l'éon protérozoïque entre 2,5 milliards et 543 millions d'an-
nées. De nombreuses traces d'organismes uni et multicellulaires de ces périodes sont disponibles dans
les fossiles.

2.L'éon phanérozoïque (543 millions d'années à aujourd'hui)

Phanérozoïque signifie "vie visible ou connue". L'éon phanérozoïque est étudié sous trois ères : le
paléozoïque, le mésozoïque et le cénozoïque.

2A. L'ère paléozoïque (543 à 251 millions d'années)

Cette ère qui dura quelques 300 millions d'années est la première et la plus longue partie de l'éon
phanérozoïque. Au cours du paléozoïque, le climat était généralement humide et tempéré, bien que des
âges de glace eurent lieu de temps en temps.
L'ère paléozoïque se divise en six périodes distinctes : le cambrien, l'ordovicien, le silurien, le dévo-
nien, le carbonifère et le permien.

Des roches de la période du précam-


brien, au Groenland (4,6 milliards à
543 millions d'années)

Les collines d'Ediacara en Australie contiennent des roches


de l'éon précambrien. Les fossiles de méduse vieux de 570 à
543 millions d'années représentés ici ont été trouvés à
Ediacara. Ces fossiles remontant à des centaines de millions
d'années nient l'affirmation du "processus évolutionniste".
Selon les affirmations non scientifiques des évolutionnistes :
1 – Les archives fossiles devraient contenir de nombreuses
formes de transition.
2 – La transition affichée dans ces archives devrait être lente
et graduelle, et devrait montrer un développement du simple
vers le complexe.
3 – Après que la première cellule imaginaire a évolué, de
nouvelles espèces auraient dû apparaître.
On devrait donc voir les traces de ces espèces dans les fos-
siles. Cependant, les archives fossiles n'ont jamais vérifié les
affirmations des évolutionnistes. Les fossiles ont révélé cer-
tains faits : avec leurs structures particulières, les êtres
vivants ont des qualités distinctes. Ces qualités n'ont pas été
acquises au fil du temps, et il n'existe aucune connexion
évolutionniste parmi les groupes d'organismes vivants de nos
jours. C'est l'une des preuves les plus importantes révélant
que tous les êtres vivants ont été créés sans défaut par Dieu,
avec toutes leurs caractéristiques.

30 L'atlas de la création
Harun Yahya

La période cambrienne (543 à 490 millions d'années)

Cette période est une phase géologique durant laquelle tous les groupes vivants basiques (ou phyla)
encore en vie aujourd'hui, et davantage de ceux qui s'éteignirent plus tard, apparurent spontanément.
(Le phylum est la plus grande catégorie après le règne dans la classification des êtres vivants. Les phyla
sont déterminés sur la base du nombre et de la variété des organes et des tissus des êtres vivants, leur
symétrie corporelle et leur organisation interne. Le nombre de phyla d'aujourd'hui est de 35, mais envi-
ron 50 existaient pendant la période cambrienne.)
L'émergence d'espèces fut si soudaine et d'une telle variété que les scientifiques donnèrent le nom
de "explosion cambrienne". Le paléontologue évolutionniste Stephen Jay Gould décrit le phénomène
comme "l'évènement le plus remarquable et le plus troublant de l'histoire de la vie", tandis que le zoo-
logiste évolutionniste Thomas S. Ray écrit que l'origine de la vie multicellulaire est un évènement à l'im-
portance comparable à l'origine de la vie elle-même.

Un dessin des créatures de la période du cambrien

Si l'on considère l'information à propos de l'explosion cambrienne fournie par la paléontologie, elle
confirme clairement la création de Dieu et réfute la théorie de l'évolution. L'époque précambrienne
avant le cambrien était peuplée principalement d'organismes unicellulaires, avec quelques formes de vie
multicellulaires aux caractéristiques simples et non dotées de structures complexes telles que des yeux
ou des pattes. Par conséquent, aucune preuve n'appuie la transition évolutionniste vers les formes de vie
cambriennes, et on ne peut dire d'aucun fossile qu'il représente ses prétendus précurseurs. Dans cet
environnement stérile, habité par des organismes unicellulaires, une étonnante variété d'êtres dotés de
caractéristiques complexes naquit spontanément. De cette explosion émergèrent des formes de vie dis-
tinctes les unes des autres avec des caractéristiques structurelles propres. Les fossiles révèlent de pro-
fondes différences en terme de parenté et de complexité entre les organismes vivant dans le précambrien

Adnan Oktar 31
et ceux vivant dans le cambrien. Les différences sont si frappantes que les
évolutionnistes, qui se doivent de prouver une continuité entre les groupes
vivants, sont incapables d'établir des relations familiales entre ces phyla,
même sur un plan purement théorique.
La période cambrienne montre dès le début que des formes de vie très
variées dotées de structures excessivement complexes émergèrent spontané-
ment, et c'est précisément ce que nous enseigne la création. Ces systèmes
parfaits sont tout simplement le résultat de l'œuvre de Dieu. Les fossiles dis-
ponibles aujourd'hui ne portent pas la moindre trace de défaillance. Ils ne
semblent en aucun cas être imparfaits, à des stades de semi-finition ni
dénués de fonctions comme le prédisait la théorie de l'évolution.

La période ordovicienne (490 à 443 millions d'années)

A cette époque, vivaient de nombreux invertébrés marins. Les fossiles


découverts révélèrent une grande richesse des familles de créatures marines
au cours de la période ordovicienne. A la même période existaient également
des fossiles de plantes terrestres. Les changements climatiques du globe pro-
voqués par les âges de glace conduisirent à l'extinction de nombreuses
espèces. Ce passage est désigné sous le nom "d'extinctions ordoviciennes".
Certaines formes de vie existant durant la période ordovicienne existent
encore aujourd'hui, comme par exemple la limule. Un fossile de limule
montre que ces créatures avaient exactement les mêmes caractéristiques que
celles d'aujourd'hui. La plus ancienne araignée d'eau fossilisée appartient
également à la période ordo-
vicienne (425 millions d'an-
nées). Elle est un autre exemple de l'immuabilité des
créatures depuis près d'un demi milliard d'années. Sur
une période durant laquelle les créatures auraient dû
subir une évolution, selon le scénario darwiniste, les fos-
siles montrent qu'il n'en fut rien et que l'évolution ne
s'est jamais produite.

Ces roches de Terre-Neuve montrent la transition


du cambrien à l'ordovicien.

Une limule vieille de 450


millions d'années, en
aucun cas différente des
limules de notre époque

32 L'atlas de la création
Harun Yahya

Un dessin des créatures de la période de l'ordovicien

La période silurienne (443 à 417 millions d'années)

Avec la hausse des températures, les glaciers fondirent et inondèrent certains continents. Il existe de
nombreux fossiles de plantes terrestres datant de cette époque, ainsi que des échinodermes fossilisés tels
que les lys de mer, des arthropodes tels que les scorpions de mer et des espèces diverses de poissons sans
mâchoires et de poissons dotés d'armure, ainsi qu'un nombre d'espèces d'araignées.

La période dévonienne (417 à 354 millions d'années)


Un crinoïde de la période du silurien
D'innombrables fossiles de poissons
datent de cette période. Au cours du dévo-
nien, une sorte de "disparition de masse" eut
lieu provoquant l'extinction de certaines
espèces. Cette disparition affecta les récifs de
corail, avec l'extinction totale des stromatopo-
roïdes (une forme de corail formant les récifs).
Mais il n'y a aucune différence entre les
milliers de fossiles de poisson du dévonien et
de nombreuses espèces de poissons d'aujour-
d'hui. C'est une nouvelle preuve que les êtres
vivants sont identiques depuis des millions
d'années et qu'il n'est absolument pas ques-
tion d'évolution graduelle.

Adnan Oktar 33
La période carbonifère (354 à 290 millions d'années)

Egalement connue sous le nom d'époque du charbon, cette période est subdivisée en deux : le car-
bonifère inférieur ou mississippien et le carbonifère supérieur ou le pennsylvanien. La montée et la des-
cente de la terre, suite aux collisions entre les continents et les hausses et les baisses des niveaux de mers
liées aux calottes glacières façonnèrent significativement le monde durant cette période. Le cœlacanthe,
longtemps considéré par les darwinistes comme une forme intermédiaire, existe encore aujourd'hui,
invalidant par là même l'affirmation des évolutionnistes. Au cours de millions d'années, il n'a absolu-
ment pas changé et n'est pas passé par un processus d'évolution. Non seulement le cœlacanthe n'est pas
un "lien manquant" comme l'affirment les darwinistes, mais en plus il est un exemple de "fossile vivant"
réfutant totalement l'évolution. Le cœlacanthe fut l'objet de nombreuses spéculations de la part des évo-
lutionnistes, or son émergence en tant que fossile vivant représente un dilemme majeur pour les évolu-
tionnistes.

Un fossile de cœlacanthe vieux


de 410 millions d’annés

Un cœlacanthe de notre époque

Un fossile d'araignée
vieux de 355 à 295
millions d’années

La période permienne (290 à 248 millions d'années)

A la fin du permien, une autre disparition de masse eut lieu, mettant un terme à l'ère paléozoïque.
Les archives fossiles montrent que suite à cette immense disparition, 90 à 95% des espèces vivantes
s'éteignirent. Néanmoins, certaines formes de vie permiennes survécurent jusqu'à ce jour. Des spécimens
de fossiles datant du permien tels que des libellules et des araignées prouvent que l'évolution n'eut pas
lieu.

34 L'atlas de la création
Harun Yahya

2B. L'ère mésozoïque (248 à 65 millions d'années)

Le mésozoïque se divise en trois périodes : le triasique, le jurassique et le crétacé. C'est sous cette ère
que les dinosaures vécurent et disparurent.

La période triasique (248 à 208


milions d'années)

Le mésozoïque commença avec le tria-


sique. Les fossiles du triasique du monde
entier montrent une grande variété dans les
formes de vie à la fois marine et terrestre.
Comme pour les autres périodes, aucun fossi-
le n'est un fossile intermédiaire selon les sou-
haits des évolutionnistes.

Des scientifiques travaillant sur des fossiles


de la période du triasique

A droite : la Forêt
Pétrifiée en Arizona –
composée d'arbres
fossilisés, opalisés –
est une des structures
les plus célèbres de
plantes de la période
du triasique. Cette
forêt, composée
d'arbres maintenant
connus comme
l'araucaria chilien est
la preuve que les
plantes n'ont pas
évolué. Ces arbres,
qui vivaient il y a
248 à 208 millions
d'années, ne sont pas
différents de ceux
vivant aujourd'hui.

Adnan Oktar 35
La période jurassique (208 à 146 millions
d'années) Un lézard de tua-
tara vieux de 200
Un grand nombre et une grande variété de millions d'an-
dinosaures vécurent durant cette période. A la fin nées, et le même
lézard vivant de
du jurassique, des ammonites, des éponges de mer,
nos jours
des huîtres et des espèces de moules s'éteignirent.
Toutefois de nombreux êtres vivants survécu-
rent jusqu'à aujourd'hui, sans subir la moindre
forme d'évolution. L'un des plus anciens fossiles de
crocodiles remonte à 200 millions d'années. Furent
également découverts des fossiles de lézards
Tuatara de plus de 200 millions d'années. Les fos-
siles de crevettes datant du jurassique présentent
les mêmes caractéristiques complexes et parfaites
que celles d'aujourd'hui.

Un fossile de crevette vieux de 208 à


146 millions d'années. Il n'est pas diffé-
rent des crevettes vivant aujourd'hui.

Un fossile de libellule, vieux de 150 millions d'an-


nées. Il est identique aux libellules de notre époque.

36 L'atlas de la création
Harun Yahya

La période crétacée (146 à 65 millions


d'années)

La dernière étape du mésozoïque est celle de la dis-


parition des dinosaures, et de beaucoup de reptiles ter-
restres et de végétaux.
En revanche, de nombreuses espèces d'animaux
aquatiques comme les étoiles de mer, les crabes, cer-
tains poissons, les scorpions d'eau, les araignées, les
libellules, les tortues, les crocodiles et des plantes
variées parvinrent à survivre jusqu'à nos jours. Des fos-
siles d'étoile de mer de 135 millions d'années, des
limules de 140 millions d'années, et une feuille de gink-
go de 125 millions d'années furent découverts. En dépit
de la traversée de millions d'années, ces êtres vivants
possèdent aujourd'hui encore les mêmes systèmes
complexes, invalidant par conséquent la théorie darwi-
niste sur l'histoire naturelle.
Un poisson âgé de 146 à 65 millions d'années, et
2C. L'ère cénozoïque (65 millions d'années à un fossile de chauve-souris découvert en France
aujourd'hui)

Le cénozoïque, dans lequel nous vivons encore, commença avec la fin du crétacé. Jusqu'à récem-
ment, les géologues et les paléontologues divisaient le cénozoïque en deux périodes d'inégale durée : le
tertiaire et le quaternaire. Le tertiaire s'étendait de 65 millions à 1,8 million d'années et le quaternaire
comprenait les derniers 1,8 million d'années. Cependant, depuis peu, le cénozoïque est désormais divi-
sé en trois périodes : le paléogène, le néogène et le quaternaire.
Les archives fossiles du cénozoïque contiennent un grand nombre de spécimens montrant, comme
pour les autres époques, que la théorie de l'évolution – affirmant la descendance fortuite des êtres
vivants à partir d'un ancêtre commun – ne tient pas debout.
La caractéristique des spécimens des fossiles est que justement ils ne subirent aucun changement.
C'est-à-dire qu'entre le moment où le fossile apparaît jusqu'au moment où il disparaît ou il perdure, il
préserve exactement la même structure au cours de dizaines de millions d'années.
L'histoire des espèces des fossiles réfute clairement et indéniablement la théorie de l'évolution. C'est
Dieu Tout-Puissant, de par Son pouvoir sublime et Son infinie science qui crée à partir de rien des
espèces vivantes complètement dif-
férentes et qui rend le monde viable.
Ce crocodile vieux de 54 à 37 millions
d'années a été découvert en Allemagne.

Où la plupart des
fossiles reposent-ils ?
Les fossiles sont dispersés par-
tout sur terre. Selon leur type, les
roches sont riches ou pauvres en
fossile. Les géologues répartissent
les roches en trois catégories :
1. Magmatique
2. Sédimentaire
3. Métamorphique

Adnan Oktar 37
La catégorie magmatique comprend
le granite et les roches de type basaltique
formées par le refroidissement du
magma présent dans les profondeurs de
la terre ou du magma émis par les vol-
cans sous forme de lave en fusion. Les
roches sédimentaires se forment lorsque
le sable, la vase, la boue et d'autres
petites particules ou substances portées
par l'eau se déposent les unes sur les
autres. Les roches métamorphiques sont
des roches magmatiques ou sédimen-
taires ayant subi des changements struc-
turels sous l'action de hautes tempéra-
tures et de la pression dans les profon-
deurs de la terre. Les roches les plus anciennes au monde se trouvent au
On trouve peu de fossiles dans les Groenland, elles sont vieilles de 3,9 à 3,8 milliards d'années.
couches magmatiques. Les rares
exemples sont des fossiles d'animaux ou de plantes pris au piège dans la lave en fusion. Peu de fossiles
survivent aux températures et pressions élevées qui transforment les strates sédimentaires en roche
métamorphiques. Pratiquement tous les fossiles sont découverts dans les couches ou les dépôts sédi-
mentaires.
Pratiquement toutes les roches sédimentaires sont formées par des sub-
stances véhiculées par le vent, l'eau ou l'érosion d'autres roches. Certaines
formes, comme le charbon, sont faites de vestiges de végétaux ou d'animaux.
La roche sédimentaire formée de particules et de grains infimes est qualifiée de
clastique. Le grès et le schiste en sont deux exemples. S'il y a eu dissolution
dans les substances transportées, alors sous l'action d'une solution chimique
ou de vaporisation, des lits sédimentaires "organiques" se forment. Le calcaire
et la dolomite sont des exemples de telles roches. En général, les strates de
roches sédimentaires sont un mélange de couches clastiques et organiques. Les
fossiles se trouvent habituellement dans les schistes, les grès et les calcaires
formés par le carbonate de calcium.

L'âge des roches est déterminé par Comment trouve-t-on des fossiles et comment les
les recherches faites sur la désin-
tégration atomique de minéraux extrait-on ?
radioactifs.
Les outils utilisés pour chercher des fossiles sont simples : des marteaux,
des truelles, des boussoles, divers instruments de coupe, des brosses et des tamis.
Les fossiles apparaissent parfois à la surface lorsque la roche molle autour d'eux
s'érode. Dans ce cas-là, il suffit de nettoyer les fossiles avec une brosse. Toutefois,
la collecte de fossiles n'est pas toujours aussi simple. Les roches dans les-
quels ils sont enfouis sont généralement très dures, et cela
peut prendre des heures d'extraire un fossile de sa
matrice rocheuse. Il est d'abord important de déter-
miner le point de frappe pour briser la roche. Les
lignes de fracture sont identifiées à l'aide du lit
rocheux lui-même. Chaque type de roche est brisé d'une
manière différente. Les schistes ont par exemple des

38 L'atlas de la création
Harun Yahya

couches à travers lesquelles il est possible


d'établir des lignes de fracture. Tandis que la
craie n'offre pas de telles couches. En même
temps, il est très important de surveiller les
indices comme les changements de couleur
ou les différences structurelles, si on ne sou-
haite pas endommager les fossiles qui sont à l'in-
térieur.
Après son extraction de la roche, le fossile subit plusieurs
procédés. Il doit être protégé et renforcé pendant son transport vers le laboratoi-
re où il sera examiné. L'une des méthodes employées est la stabilisation du fos-
sile avec des adhésifs chimiques. Des moulages en plâtre sont utilisés pour les
très grands fossiles. Les parties du fossile exposées à des risques durant le trans-
port sont enveloppées dans du
papier journal humidifié et Collecter des roches et des
pierres sédimentaires et cas-
ensuite plongées dans le plâtre.
ser soigneusement celles
Le fossile doit ensuite être dont on pense qu'elles ren-
nettoyé afin de rendre visible ferment des fossiles est une
tous ses détails. Si le fossile s'avè- étape importante pour la col-
lecte de fossiles.
re plus dur que la roche le cernant,
alors le processus de nettoyage est
beaucoup plus facile. En revanche, dans le cas où le
fossile serait de matière plus tendre, il faut recourir à
des substances chimiques. L'une des méthodes les plus
communément utilisées est le lavage de la matrice à
l'acide. Cela permet de faire ressortir tous les détails du
Au cours du transport, fossile. Parfois, lorsque le fossile est très fragile et que
certains fossiles doi-
sa structure est identique à celle de la roche l'entourant,
vent être protégés. La
photo montre com- on utilise des rayons X et des scanners pour déterminer
ment un fossile d'os la structure du fossile avant son extraction.
est empaqueté.

LE NETTOYAGE DE FOSSILES PAR L'ACIDE


Une méthode pour nettoyer les fossiles est d'utiliser de l'acide. C'est une méthode efficace pour nettoyer la roche cal-
caire entourant un fossile sans l'endommager.
1. La roche entourant le fossile est plongée dans l'acide approprié jusqu'à ce qu'une petite portion du fossile
apparaisse.
2. La section émergeant du fossile est nettoyée et recouverte d'un matériau résistant à l'acide.
3. Le fossile est de nouveau plongé dans l'acide, et ces opérations se répètent encore
plusieurs fois.
4. Le matériau protecteur doit être appliqué à la partie exposée du fossile, afin de
le protéger de toute dégradation.
5. Finalement le fossile est entièrement libéré de la roche
l'entourant. Il est complètement nettoyé de
l'acide et de son matériau protec-
teur.

Adnan Oktar 39
Les fossiles révèlent une vérité à propos des êtres vivants :
la création
Les fossiles découverts à ce jour possèdent deux importantes caractéristiques, contradictoires avec la
théorie de l'évolution :
1. Stagnation : Les espèces ne présentent aucun changement au cours de leur existence sur terre. Leur
structure reste la même depuis leur première apparition jusqu'à leur extinction. Les modifications mor-
phologiques (de forme) sont généralement mineures et ne suivent pas une direction spécifique.
2. Apparition spontanée : Aucune espèce n'apparut graduellement en se différentiant petit à petit de
ses prétendus ancêtres. Les êtres vivants naquirent spontanément et "complètement formés".
Ces deux éléments pointent vers la création, sans aucun processus d'évolution ni étapes intermé-
diaires de développement. Les êtres vivants n'acquirent pas leurs caractéristiques successivement, mais
toutes en une seule fois : au moment de leur création.
Darwin, lui-même, savait que les archives fossiles réfutaient sa théorie de l'évolution, mais les dar-
winistes sont peu enclins à l'admettre. Dans le chapitre intitulé "Les difficultés
sur la théorie" dans son livre L'origine des espèces, Darwin reconnaît que la
théorie de l'évolution ne peut expliquer les fossiles :
Si les espèces descendent d'autres espèces suite à d'imperceptibles pro-
gressions, pourquoi ne trouve-t-on pas partout d'innombrables
formes transitionnelles ? Pourquoi la nature n'est-elle pas désor-
donnée alors que, comme nous pouvons le voir, les espèces sont
bien définies ? … Mais, d'après cette théorie, de nombreuses
formes transitionnelles ont dû exister. Pourquoi ne les trouve-t-
on pas incrustées dans la croûte terrestre ? … Pourquoi donc
toutes les formations et strates géologiques ne regorgent pas de
liens intermédiaires ? La géologie ne révèle assurément aucune
chaîne organique si finement graduée ; et cela est, peut-être,
l'objection la plus évidente et la plus sérieuse opposable à ma
théorie. (Charles Darwin, The Origin of Species, Oxford
University Press, New York, 1998, pp. 140, 141, 227)
Darwin proposait comme argument à l'absence de fos-
siles de formes intermédiaires : "Il n'y a pas de formes inter-
médiaires maintenant, mais on les trouvera à force de

Charles Darwin
Un fossile d'abeille vieux de
54 à 37 millions d'années

Les spécimens fossilisés les plus vieux d'escargots,


visibles ici, appartiennent à la période du juras-
sique (208 à 146 millions d'années). Les premiers
spécimens de la classe d'êtres vivants à laquelle
appartiennent ces espèces ont existé depuis la
période du cambrien (543 à 490 millions d'an-
nées). Les escargots qui sont restés identiques
depuis des centaines de millions d'années révèlent
l'invalidité de l'évolution.

40 L'atlas de la création
Harun Yahya

FAUX
Toutes les créatures vivantes des archives fossiles apparaissent intactes et sous leurs formes parfaites. Par
exemple, avant les crocodiles et les écureuils, il n'existe aucun fossile appartenant à une créature étrange
ressemblant partiellement à un crocodile, et sous d'autres parties à un écureuil ou à d'autres créatures
vivantes. Les écureuils sont toujours restés des écureuils, et les crocodiles sont toujours restés des crocodiles.
Tous ces faits révèlent que l'affirmation de la théorie de l'évolution, que "les êtres vivants ont évolué gra-
duellement sur des millions d'années", est simplement un produit de l'imagination.

recherches successives." Cette allégation ne s'est pas


vérifiée. Les données à ce jour montrent que les
archives fossiles sont extraordinairement riches.
Sur les milliers de millions de spécimens obtenus
dans différentes régions du monde, quelques
250.000 espèces distinctes ont été décrites. La plu-
part présentent une incroyable ressemblance avec les
1,5 milliard d'espèces vivantes aujourd'hui. Etant donné
l'absence de formes intermédiaires dans les archives fos-
siles aussi riches, il est impossible que de telles formes
soient découvertes au cours de nouvelles excavations.
Les archives fossiles ne proposent pas une seule "forme
intermédiaire" que les évolutionnistes peuvent utiliser
comme preuve, mais au contraire fournit des millions de
spécimens invalidant le principe de l'évolution. Les plus
probants sont les "fossiles vivants" dont on trouve aujour-
d'hui encore des exemples vivants. Ils vécurent au cours de
différentes périodes géologiques, et sont la preuve de la
création, puisqu'ils ne présentent aucune différence
Il existe de nom-
breuses espèces de
plantes dont les struc-
tures sont restées iden-
tiques depuis la pério-
Une branche d'un
de du triasique (248 à
arbre ginkgo d'au-
208 millions d'an-
jourd'hui
nées). Une de celles-ci
est l'arbre ginkgo. Le
fossile représenté ici
date de la période du
jurassique (208 à 146
millions d'années).

Adnan Oktar 41
depuis leur apparition il y a des centaines de millions d'années. Les darwinistes sont impuissants face à
ces arguments.
L'évolutionniste Niles Eldredge admet qu'ils ne peuvent produire aucune explication à propos des
fossiles vivants, un parmi tant de mystères que l'évolution ne peut démêler :
… Il semble qu'il n'y ait eu pratiquement aucun changement dans chaque partie comparée entre l'organisme
vivant et ses ancêtres fossilisés du lointain passé géologique. Les fossiles vivants incarnent l'idée de la stabi-
lité évolutionniste à un degré extrême… Nous n'avons pas complètement résolu l'énigme de la vie à un degré
extrême… Nous n'avons pas complètement résolu l'énigme des fossiles vivants. (http : //www. nwcrea-
tion.net/fossilsliving.html)
Le "secret" que Niles Eldredge tente de dénouer est, en réalité, un fait parfaitement clair. Les fossiles
vivants prouvent que les espèces ne subirent pas d'évolution, mais furent créées. Or, les darwinistes
cherchent à ignorer ce fait par soucis idéologiques et persistent à entretenir des dogmes vieux de 150 ans.
Cependant, les faits peuvent désormais être déterminés de façon plus claire aujourd'hui. De plus en
plus d'individus comprennent et optent de suivre les faits, tandis que le nombre de ceux qui croient aux
contes de fée sans jamais les remettre en question décroît. Les faits ne peuvent plus être cachés et mis de
côté, comme c'était le cas à l'époque de Darwin. La génétique, la microbiologie, la paléontologie, la géo-
logie et toutes les autres branches de la science révèlent constamment une vérité que Darwin et ses
défenseurs n'ont jamais voulu ni escompté : le fait de la création.
Les affirmations non rationnelles et non scientifiques des
darwinistes, les fraudes par lesquelles ils trompèrent le
public, et la propagande utilisée pour l'égarer ne sont que des
signes de leur désespoir. Les générations suivantes seront
étonnées de voir que des hommes ont pu croire au mythe dar-
winiste. Parce que toutes les découvertes scientifiques mon-
trent manifestement que l'évolution n'eut jamais lieu et que
Dieu est le Créateur de l'univers et de tous les êtres vivants.
Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui est entre
eux, si seulement vous pouviez en avoir la conviction.
Point de divinité à part Lui. Il donne la vie et donne la
mort, et Il est votre Seigneur et le Seigneur de vos pre-
miers ancêtres. Mais ces gens-là, dans le doute,
s'amusent. (Sourate ad-Dukhan, 7-9)

42 L'atlas de la création
Harun Yahya

Parmi Ses preuves est la


création des cieux et de la
terra et des étres vivants
qu’ll y a disséminés. II a en
outre le pouvoir de les
réunir quand II voudra.
(Sourate az-Zukhruf, 29)

Adnan Oktar 43
LES SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS
AUX ETATS-UNIS

Datant de la période éocène (54 à 37 millions d'années), le gisement de fossiles de Green River est
l'un des plus importants des Etats-Unis. Les premières excavations connues dans la région remontent
aux années 1850. En 1856, l'archéologue Dr. John Evans annonça au monde scientifique avoir découvert
des fossiles de poissons, et c'est ainsi que Green River Formation entra dans la littérature scientifique.
Green River est en réalité
tributaire de Colorado River. L
Formation Green River est un CANADA
bassin de lac montagneux dont
la superficie s'étale sur trois
états différents. Une partie
repose à l'est des Montagnes
Uinta au nord-ouest du
Colorado et une partie plus
large s'étend au sud-ouest du
WYOMING USA
Wyoming. La structure rocheu- U TA H
se de Green River se compose
COLORADO
de différentes strates, dont le
contenu varie à mesure que
l'on creuse plus profondément.
La distribution de fossiles varie
également. A ce jour, des fos-
siles appartenant à 60 groupes MEXIQUE
distincts de vertébrés et d'in-
nombrables fossiles inverté-
brés ont été découverts au
cœur de creusements dans
Green River.
L'Ohio est connu pour ses
champs de fossiles. La
recherche géologique montre
qu'il y a environ 150 millions
d'années, l'Ohio se situait au
sud de l'Equateur. Au cours de
la dérive des continents et du
déplacement de l'Amérique du
Nord vers sa position actuelle,
l'Ohio s'est retrouvé sous l'eau
à plusieurs reprises. Cela
explique pourquoi autant de
fossiles datant du paléozoïque
(543 à 251 millions d'années)
furent découverts en Ohio.
Un fossile de poisson retrouvé dans la Green River, au Wyoming

46 L'atlas de la création
Harun Yahya

A gauche, le calcaire de Kaibab vieux d'environ


250 millions d'années forme la surface des plateaux
Kaibab et Coconino. Les fossiles que l'on peut trou-
ver dans cette couche sont des coraux, des mol-
lusques, des lis de mer, des vers et des dents de
poissons. En dessous, le transport du fossile

Canyonland National Park, Colorado

L'Utah est un autre état riche en


gisement de fossiles d'invertébrés,
de divers organismes marins, de
reptiles, de mammifères. Les fossiles
microscopiques trouvés dans les
Montagnes Uinta indiquent que des
gisements de fossiles en Utah
remontent au cambrien.
Comme tous les autres fossiles
découverts dans d'autres régions du
monde, ces fossiles de millions d'an-
nées ne présentent aucune différen-
ce avec les spécimens actuels de
truites, de raies, de libellules, de
mouches, d'araignées, de crabes et
de tortues et autres créatures. Les
centaines de mil-
lions d'années pas-
sées ne provoquè-
rent aucun change-
ment dans ces
organismes, c'est-
à-dire qu'ils ne
subirent pas d'évo-
lution. Les archives
Une zone de fossiles réfutent
recherches de
fossiles dans
l'évolution et
le Wyoming confirment la créa-
tion.

Adnan Oktar 47
ORPHIE
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 39 centimètres de longueur ; matrice :
29 centimètres sur 40 centimètres
Localisation : Lincoln County, Wyoming
Formation : Green River Formation
Période : Eocène
Des centaines de fossiles d'orphies rassemblés
apportent la preuve que les poissons n'ont pas
changé depuis des millions d'années. L'orphie
en photo, datant de 54 à 37 millions d'années,
n'est en rien différente des spécimens vivants
aujourd'hui dans nos mers. Cette exacte simi-
litude est inexplicable pour les darwinistes.
Elle prouve une nouvelle fois le fait de la créa-
tion.

48 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 49
FEUILLE DE PEUPLIER
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Formation Green River, Etats-Unis
Période : Cénozoïque, éocène

Les darwinistes tentent d’expliquer l’origine des plantes en recourant au concept de


“hasard”. Ils prétendent qu’une série infinie d’espèces végétales naquirent, au cours du
temps grâce au hasard, à partir d’une seule cellule végétale originale, elle-même le fruit
d’une coïncidence.

Ils avancent également que toutes les caractéristiques propres à chaque espèce telles que
l’odeur, la structure ou les couleurs sont également le résultat du hasard. Ils cherchent à
expliquer comment une algue serait devenue une fraise ou un peuplier un rosier en défen-
dant que ces diversifications furent les conséquences de circonstances totalement établies par
le hasard. Il n’existe pourtant aucune preuve scientifique à même d’étayer cette fantaisie. En
revanche, d’innombrables données et découvertes scientifiques démolissent les idées évolu-
tionnistes. Les archives fossiles regorgent d’exemples indiquant que des milliers d’espèces
vivantes ont traversé des centaines de millions d’années sans subir le moindre changement.

Ce fossile de feuille de peuplier remontant à environ 50 millions d’années ici représenté illus-
tre particulièrement bien que les êtres vivants n’ont pas évolué, mais qu’ils furent bien créés.

50 L'atlas de la création
Harun Yahya
PASTENAGUE
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 8 centimètres sur 3,8 centimètres ; matrice : 12,7 centimètres sur 10 centimètres
Localisation : Lincoln County, Wyoming
Période : Eocène
Les pastenagues sont des poissons cartilagineux. Face à la menace, elles se défendent avec les
aiguillons de leur queue. Leurs yeux sont situés au-dessus de leur corps plat et leurs bouches en
dessous. Comme les requins, elles trouvent leur nourriture grâce à leur odorat et aux mouvements
électriques. Elles vivent généralement immergées dans le sol océanique, en ne laissant dépasser que
leurs yeux et leur queue.
L'image de ce fossile prouve que le poisson ne subit pas d'évolution. Les pastenagues d'il y a 50 mil-
lions d'années sont les mêmes que celles d'aujourd'hui. Malgré le passage de millions d'années,
aucun changement ne s'est opéré dans la structure de ces pastenagues. Si l'évolution avait eu lieu,
les pastenagues seraient alors passées par différentes étapes, laissant derrière elles des fossiles de
ces phases. Or chaque fossile découvert indique que les pastenagues d'hier et d'aujourd'hui sont
identiques. Cela nie précisément les prétentions des évolutionnistes.

52 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 53
SARDINE
Age : 54 à 37 millions d’années
Localisation : Formation Green River, Wyoming, Etats-Unis
Période : Eocène
Si les affirmations des évolutionnistes étaient justes, alors les fossiles de sardines
devraient présenter des différences considérables avec leurs homologues contempo-
rains. Les fossiles de sardines devraient porter les signes du prétendu processus évo-
lutionniste revendiqué par les darwinistes. Or, aucune trace de cet ordre n’a jamais été
découverte, ni chez les sardines, ni chez les autres êtres dans la nature, parce que,
contrairement à ce que veulent nous faire croire les évolutionnistes, la vie n’est pas le
produit de coïncidences aveugles.

54 L'atlas de la création
Harun Yahya
HARENG
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 9,3 centimètres
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
"Les fossiles vivants" indiquent que les espèces n'évoluèrent pas mais furent créées. Les espèces n'abou-
tirent pas à leur structure corporelle accidentellement, comme l'affirment les évolutionnistes. Elles furent
toutes créées par Dieu Tout-Puissant. Elles ont toujours vécu sous la forme où elles furent créées.
Le fossile de hareng ici représenté en est une illustration. Les harengs demeurent identiques depuis des
millions d'années, dans leur forme et leur structure originelles. Comme tous les fossiles, ce fossile révè-
le que la théorie de l'évolution repose sur des mensonges.

56 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 57
CRABE
Age : 50 millions d'années
Localisation : Oregon
Période : Eocène
Il est frappant de voir à propos des fossiles qu'aucun d'eux n'a subi de changement
au cours de toutes les périodes géologiques. Donc sur des dizaines de millions voire
des centaines de millions d'années, les créatures sont restées telles qu'elles étaient
au moment de leurs apparitions. Cela prouve que les êtres vivants n'ont pas évolué.
Les crabes n'ont pas changé non plus depuis 50 millions d'années. Les crabes d'au-
jourd'hui sont identiques à ceux datant de plusieurs millions d'années.

58 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 59
PERCHE
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 30,4 centimètres
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les perches vivent dans les eaux douces. Ce
sont des poissons qui peuvent s'adapter à des
environnements différents et à des variations
de températures de l'eau.
Les darwinistes prétendent que les êtres
vivants évoluèrent d'une espèce à une autre
par des changements progressifs. Les fossiles
de perche prouvent le contraire, car les perches
d'aujourd'hui sont en tous points identiques à
leurs homologues de 50 millions d'années.

60 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 61
FEUILLE DE SUMAC
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 25 millimètres
Localisation : Uintah County, Utah
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Comme les autres êtres vivants, les espèces végétales
apparurent pleinement formées et dotées de leurs
structures complexes. En d'autres termes, elles
furent créées avec toutes leurs caractéristiques
intactes. Des centaines de milliers de fossiles végé-
taux présents dans les strates géologiques le prou-
vent bien. Les évolutionnistes sont incapables de
fournir des fossiles mi-pin, mi-saule, mi-mousse, mi-
orchidée, ou mi-œillet. D'autre part, les fossiles dis-
ponibles montrent que les saules ont toujours été des
saules, les pins des pins, les épicéas des épicéas et les
platanes des platanes. Chaque fossile datant de mil-
lions d'années réfute le principe d'évolution. Ce fos-
sile de sumac, âgé de 54 à 37 millions d'années, est
une autre preuve des tromperies darwinistes.

62 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 63
64 L'atlas de la création
Harun Yahya

OMISCOS
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 10,6 centimètres
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les omiscos vivent généralement dans les lacs. Le fait que l’omiscos ait
survécu jusqu'à nos jours tout en conservant ses mêmes caractéristiques
parfaites, sans le moindre changement, réfute bien le modèle d'"évolu-
tion graduelle" avancé par Darwin. Les exemples sont disponibles par
millions, le fossile d’omiscos n'en est qu'un seul.

Adnan Oktar 65
DEUX HARENGS
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Matrice : 34,2 centimètres sur 43 centi-
mètres
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Comme tous les autres êtres vivants, les harengs
ne subirent aucun changement durant des mil-
lions d'années. La structure des harengs ayant
vécu il y a 54 millions d'années et celle des
harengs d'aujourd'hui est exactement la même.
Cela infirme bien la théorie de l'évolution suggé-
rant un changement progressif des espèces.
Sont représentées deux espèces distinctes de
harengs, pétrifiés côte à côte. Ces poissons, fossi-
lisés en détails, montrent que les créatures
vivantes ne connurent pas d'évolution mais
furent créées.

66 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 67
68 L'atlas de la création
Harun Yahya

TRILOBITE
Age : 380 millions d'années
Taille : 60 millimètres
Localisation : Sylvania, Lucas County, Ohio
Formation : Formation Silica Shale
Période : Dévonien
Les trilobites sont l'une des plus importantes créatures marines ayant vécu durant le cambrien, lais-
sant ainsi des traces dans des régions variées du monde. L'une des caractéristiques fascinantes des
trilobites est leur système oculaire composé d'innombrables petites unités. De forme hexagonale,
comme les nids d'abeilles, chaque unité fonctionne comme une lentille unique indépendante.
Chacune d'elle perçoit une image séparée, et le cerveau réunit toutes ces images en une seule.
La recherche montre que certains yeux de trilobites ont plus de 3.000 lentilles, soit plus de 3.000
images remontant au cerveau. En somme, cette créature marine ayant vécu il y a 530 millions d'an-
nées disposait d'un cerveau et de yeux hautement complexes et parfaits, ce qui n'est certainement pas
le fruit de l'évolution.

Adnan Oktar 69
HARENGS
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Matrice : 31 centimètres
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les deux harengs représentés ont proba-
blement été tués ensemble après avoir été
soudainement enterrés. Leurs queues et
leurs ailerons fossilisés ne portent aucune
trace de dommages. Leurs orbites ocu-
laires et leurs ossatures bien préservées
montrent une fois encore que l'évolution
ne s'est pas produite.

70 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 71
MILLE-PATTES
Age : 300 millions d'années
Taille : 50 millimètres ; matrice : 58 millimètres sur 33 millimètres
Localisation : Mazon Creek, Braidwood, Illinois
Période : Paléozoïque, carbonifère

La photo est celle d'une mille-pattes fossile d'environ 300 millions d'an-
nées. Celle-ci et les autres ayant vécu il y a 300 millions d'années ne por-
tent pas la moindre différence avec les mille-pattes actuelles. Comme
tous les êtres vivants, la mille-pattes n'a pas évolué, mais fut créée.

72 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 73
LAPIN JUVENILE
Age : 30 millions d'années
Localisation : Lusk, Wyoming
Formation : Formation White River
Période : Oligocène
Les fossiles de 30 millions d'années se révélant
identiques aux créatures vivant aujourd'hui réfu-
tent la théorie de l'évolution. Les découvertes
indiquent ainsi que les lapins sont restés les
mêmes lapins.

74 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 75
OMISCOS
Age : 50 millions d'années
Taille : 65 millimètres de longueur ; matrice : 90 millimètres sur
45 millimètres
Localisation : Fossil Lake, Kemmerer, Wyoming
Période : Eocène
Il existe de nombreuses sortes d’omiscos. La plupart sont pré-
sentes dans les archives fossiles. Les omiscos sont restés les
mêmes depuis des millions d'années et ne subirent pas d'évo-
lution.

76 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 77
OURSIN
Age : 295 millions d'années
Taille : Matrice : 110 millimètres sur 163 millimètres
Localisation : Brown County, Texas
Formation : Formation Winchell
Période : Carbonifère
Les oursins pennsylvaniens sont des échinodermes
existant aujourd'hui dans toutes les mers du monde.
Des fossiles d'oursins datant de 300 millions d'an-
nées révèlent que ces invertébrés ne subirent aucun
changement dans leur structure complexe et qu'ils ne
passèrent par aucune étape intermédiaire.
En présence de ces fossiles, les darwinistes sont
désespérés car ils sont la preuve de l'aberration du
processus d'évolution.

78 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 79
FEUILLES DE SYCOMORE
Age : 50 millions d'années
Taille : La feuille mesure 15 centimètres sur 15 centimètres du lobe gauche au
bout de la tige ; matrice : 20,3 centimètres sur 22,8 centimètres
Localisation : Douglas Pass-Rangely, Colorado
Période : Eocène
L'étude de l'histoire des fossiles et des caractéristiques structurelles des plantes vivant sur terre sou-
ligne des faits incompatibles avec ce qu'affirme la théorie de l'évolution. Les végétaux présentés dans
presque tous les livres de biologie n'ont pas de fossiles vérifiant le prétendu processus évolutionniste.
La plupart des espèces d'aujourd'hui ont des traces dans les archives de fossiles, mais aucun de ces
fossiles ne confirme la transition d'une espèce à une autre. Chaque espèce est distincte, créée avec ses
caractéristiques propres dès son origine, sans aucune forme transitionnelle. Comme l'admet le paléon-
tologue évolutionniste E. C. Olson, la majorité des groupes végétaux émergea spontanément, sans lais-
ser d'ancêtres. (E. C. Olson, The Evolution of Life, New York : The New American Library, 1965, p. 9)
Ce fossile de feuille de sycomore datant de 50 millions d'années vérifie également ce fait.

80 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 81
POISSON DES SABLES
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Lincoln County, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Le poisson des sables représenté date de 54 à 37
millions d'années. Durant ces années, il n'a subi
aucun changement. Son fossile, identique au
poisson des sables d'aujourd'hui, invalide la
théorie de l'évolution.

82 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 83
HARENGS
Age : 55 millions d'années
Taille : Matrice : 35 centimètres sur 23 centimètres
Localisation : Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les fossiles vivants ne diffèrent pas de leurs homologues
ayant vécu dans un lointain passé et apportent ainsi la
preuve que les espèces n'ont guère évolué depuis des
millions d'années. Ces harengs remontant à 55 millions
d'années sont quelques-uns de ces fossiles vivants.

84 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 85
FEUILLE DE GINKGO
Age : 65 à 54 millions d'années
Taille : 12 centimètres
Localisation : Almont, Nord Dakota
Période : Paléocène
Les plantes actuelles ont conservé des caractéristiques simi-
laires aux fossiles végétaux. Cela montre qu'elles furent bien
créées, comme toutes les autres choses vivantes.
La feuille de ginkgo reproduite ici date de 65 millions d'an-
nées, prouvant ainsi que les ginkgos n'ont guère évolué. Les
lignes générales de la feuille ainsi que sa structure veineuse
ont été fossilisées. Ce fossile de 12 centimètres montre que
les ginkgos sont restés les mêmes depuis des millions d'an-
nées. Il n'existe aucune différence entre les ginkgos actuels
et ceux ayant poussé par le passé.

86 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 87
HARENG
Age : 55 millions d'années
Taille : 12 centimètres
Localisation : Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Bien que les darwinistes préfèrent ne pas l'admettre, les
faits appuyés par les archives fossiles sont évidents. Des
millions de fossiles provenant du monde entier manifes-
tent l'absence totale d'évolution et la réalité de la création.
Le hareng ici représenté en est une illustration.
L'immuabilité des harengs depuis des millions d'années
prouve que l'évolution est une vaste tromperie.

88 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 89
POISSON-LUNE
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 17,2 centimètres
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les mers actuelles accueillent de nom-
breuses espèces de poisson-lune. Le fossile représenté montre
que le poisson-lune n'a pas évolué. Depuis des millions d'an-
nées, sa physiologie est restée inchangée. L'apparence et la struc-
ture de poisson-lune ayant vécu il y a environ 55 millions d'an-
nées sont les mêmes que celles des poissons-lune de nos jours.

90 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 91
LAMPROIE
Age : 300 millions d'années
Taille : 43 millimètres sur une paire nodule de 73 millimètres sur 48 milli-
mètres
Localisation : Mine 11, Francis Creek Shale, Braidwood, Illinois
Période : Pennsylvanien
Les mines de charbon sont riches en fossiles. La lamproie en photo est une
espèce dépourvue de mâchoire. Bien qu'elle vive généralement dans les eaux
peu profondes, certaines espèces font de longs voyages dans les océans.
Ce fossile est une preuve que les lamproies ne subirent aucun changement au
cours des 300 millions d'années. Elles ne présentent aucune différence avec
les lamproies actuelles.

92 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 93
OMISCOS
Age : 50 millions d'années
Taille : 9,4 centimètres ; matrice : 17,5 centimètres sur 12,3 centimètres
Localisation : Fossil Lake, Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les évolutionnistes prétendent que le poisson descend d'invertébrés tels
que pikaia, que les amphibiens et les poissons actuels évoluèrent à partir
d'un prétendu poisson ancestral. Les reptiles auraient évolué d'amphi-
biens, les oiseaux et les mammifères des reptiles et enfin, les êtres humains
et les singes auraient un ancêtre commun. Afin d'appuyer leur thèse, ils
doivent être capables de fournir des fossiles des "liens manquants" transi-
tionnels. Or, il n'existe aucune trace de ces créatures imaginaires.
En revanche, des centaines de millions de fossiles révèlent que le prétendu
processus évolutionniste n'a jamais eu lieu. Ces fossiles prouvent que les
poissons ont toujours été des poissons, les oiseaux toujours des oiseaux, les
reptiles toujours des reptiles, les mammifères toujours des mammifères et
les êtres humains toujours humains. Ce fossile d’omiscos montre égale-
ment que les créatures n'ont pas évolué mais ont été créées.

94 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 95
QUEUE DE TRUITE
Age : 15 millions d'années
Localisation : Stewart Springs Flora, Stewart Valley, Nevada
Période : Miocène
Certains fossiles préservent seulement une partie de leurs corps.
Ici est représentée une queue de truite remontant à 15 millions
d'années. Comme on peut le voir, elle ne présente aucune diffé-
rence avec une queue de truite datant de 50 millions d'années ou
d'aujourd'hui.

96 L'atlas de la création
Harun Yahya

Adnan Oktar 97
98 L'atlas de la création
Harun Yahya

PEUPLIER
Age : 15 millions d'années
Localisation : Stewart Springs Flora, Stewart Valley,
Nevada
Période : Miocène
Les peupliers de la famille des salicacées sont restés
inchangés depuis des millions d'années. Il n'y a aucune
différence entre les caractéristiques organiques et struc-
turelles qu'ils présentaient à leur origine et celles dont
ils sont dotés aujourd'hui. Ce fossile de feuille de peu-
plier remontant à 15 millions d'années le prouve bien.

Adnan Oktar 99
TIPULE
Période : Cénozoïque, éocène
Age : 48 à 37 millions d’années
Localisation : Etats-Unis
Comme toutes les autres espèces, la stagnation
observée au cours de l’existence de la tipule est la
preuve que les idées évolutionnistes sont fausses. La théorie de
l’évolution fut avancée au 19ème siècle, c’est-à-dire quand les con-
ditions scientifiques étaient primitives. Elle fut, en quelques sortes
adoptée par ignorance, mais fut démolie grâce aux découvertes sci-
entifiques des 20ème et 21ème siècles.

100 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 101


EPICEA
Age : 15 millions d'années
Localisation : Stewart Springs Flora, Stewart Valley, Nevada
Période : Miocène
Epicéa est le nom générique donné à quelques 35 espèces dif-
férentes d'arbres qui restent verts tout au long de l'année. Les
fossiles montrent qu'ils sont restés les mêmes depuis des mil-
lions d'années et qu'ils ne subirent aucune forme d'évolution.
Ce fossile d'une graine d'épicéa date de 15 millions d'années.
Avec le temps, l'épicéa est toujours le même, qu'il vive aujour-
d'hui ou qu'il ait vécu il y a 15 millions d'années.

102 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 103


104 L'atlas de la création
Harun Yahya

POISSON LANTERNE
Age : 23 à 5 millions d'années
Taille : 3,8 centimètres
Localisation : Californie
Formation : Formation Puente
Période : Miocène
Les poissons lanternes sont de petits poissons vivant dans les profondeurs océaniques et produi-
sant de la lumière, généralement au niveau de leur abdomen. Parce qu'ils vivent dans des eaux pro-
fondes et sombres, ils utilisent leur lumière pour éclairer leur environnement immédiat et effrayer
leurs ennemis. Cette particularité relève d'une structure corporelle extrêmement avancée et com-
plexe et qui existait déjà il y a des millions d'années. Les évolutionnistes sont incapables d'expli-
quer ce phénomène.

Adnan Oktar 105


PIN PONDEROSA
Age : 15 millions d'années
Localisation : Stewart Springs
Flora,Stewart Valley, Nevada
Formation : Formation Green River
Période : Miocène
L'aiguille du pin représentée ici est
vieille de 15 millions d'années. Elle
est identique à une aiguille du pin
actuel. Leur immuabilité malgré les
millions d'années passées prouve
que l'évolution n'eut jamais lieu.

106 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 107


PERCHE
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Fossil Lake,
Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green
River
Période : Eocène
Selon les affirmations des évolutionnistes, les ancêtres du poisson étaient
des invertébrés, donc une créature dénuée d'os dorsaux. Or, les évolution-
nistes ne peuvent expliquer comment ces ancêtres avec une colonne mais
sans os ont réussi à développer des os dorsaux. Ces êtres devraient subir des
changements tels que la coquille dure entourant leur corps devrait dispa-
raître tandis qu'un squelette devrait apparaître à l'intérieur. Avant d'aboutir
à un tel résultat, il devrait y avoir plusieurs étapes intermédiaires. Toutefois,
les évolutionnistes sont incapables de produire le moindre fossile présentant
une quelconque forme intermédiaire entre les vertébrés et les invertébrés.
En revanche, des millions de fossiles, comme celui représenté ici (une perche
datant de 54 à 37 millions) montrent que le poisson est toujours resté un
poisson..

108 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 109


HARENG
Age : 55 millions d'années
Taille : 21 centimètres
Localisation : Kemerrer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Paléocène
Les harengs vivent dans les eaux clémentes et
peu profondes, pour la plupart dans
l'Atlantique Nord et la Mer Baltique. Les
harengs comptent environ 200 espèces qui sont
toutefois pratiquement les mêmes. Presque tous
sont de couleur argentée et portent un seul aile-
ron sur leur dos.
Le fossile de hareng en photo mesure 21 centi-
mètres. Il fut découvert à Green River à une
profondeur de 2200 mètres. Comme les autres,
ce fossile confirme que les êtres vivants ne subi-
rent pas d'évolution. Les évolutionnistes sont
désespérés face à ces fossiles, chaque nouvelle
découverte ajoutant à leur désespoir.

110 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 111


SAULE
Age : 54 à 37 millions d’années
Localisation : Uintah County, Utah
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les fossiles montrent que les plantes aussi sont restées identiques depuis des millions d’années.
Les plantes d’aujourd’hui ont les mêmes systèmes et mécanismes que celles datant de millions
d’années. Les millions de fossiles déterrés à ce jour à travers le monde réfutent la théorie de l’évo-
lution, montrant bien que les plantes ne sont guère issues de l’évolution mais de la création.

112 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 113


FEUILLE DE PEUPLIER
Période : Cénozoïque, éocène
Age : 54 à 37 millions d’années
Localisation : Etats-Unis
Ce spécimen de fossile datant de quelques 50 mil-
lions d’années indique que les peupliers ont tou-
jours existé en tant que peupliers. N’ayant subi aucun changement depuis
plus de 50 millions d’années, les peupliers sont le signe que la théorie de
l’évolution n’est rien moins qu’une illusion et que l’évolution n’a jamais eu
lieu. L’univers ainsi que tous les êtres vivants qu’il contient sont l’œuvre
de Dieu Tout-Puissant.

114 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 115


FEUILLE DE CHENE
Age : 45 millions d'années
Localisation : Formation Green River, Wyoming
Taille : 30 millimètres de hauteur ; matrice : 60 millimètres sur 60 millimètres, 15 milli-
mètres d'épaisseur
Période : Eocène
Les archives fossiles révèlent que les végétaux ne passèrent par aucun processus évolu-
tionniste et n'ont aucun ancêtre imaginaire. Les poissons ont toujours été des poissons, les
oiseaux des oiseaux, les araignées des araignées, les pins des pins, les épicéas des épicéas,
et les roses des roses. Le chêne est toujours resté chêne, comme le confirme la feuille de
chêne fossilisée ici représentée.

116 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 117


GUEPE
Période : Cénozoïque, éocène
Age : 54 à 37 millions d’années
Localisation : Etats-Unis
Les guêpes qui vécurent il y a 50 millions d’années ne différaient nullement
des guêpes existant aujourd’hui. Si ces créatures ne présentent aucun
changement dans leur anatomie depuis des dizaines de millions d’années,
alors il n’est absolument pas question d’évolution. Les archives fossiles
démontrent ouvertement que l’évolution n’a jamais eu lieu.

118 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 119


FEUILLE DE VIGNE
Age : 38 à 23 millions d'années
Taille : 6,6 centimètres pétiole compris
Localisation : Beaverhead County, Montana
Formation : Muddy Creek Formation
Période : Eocène
Cette feuille de vigne fossilisée remontant à 38-23 millions d'années vérifie que les végé-
taux n'ont guère évolué, mais qu'ils furent créés. Les feuilles de vigne Vitis actuelle ne pré-
sentent aucune différence avec celles ayant existé il y a des millions d'années.

120 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 121


Hareng

Poisson-lune

HARENG ET POISSON-LUNE
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Fossil Lake, Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Ces spécimens de hareng et de poisson-lune
dénotent l'absence d'évolution des êtres
vivants. Ces fossiles sur la même plaque, âgés
de 54 à 37 millions d'années, révèlent que les
harengs et les poissons-lunes d'hier et d'aujour-
d'hui sont identiques.

Hareng

122 L'atlas de la création


Harun Yahya

Poisson-lune

Adnan Oktar 123


FEUILLE DE SUMAC
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Feuille : 7 centimètres sur 1,2 centimètres ; matrice : 24,2 centimètres sur 14 centi-
mètres
Localisation : Douglas Pass, Colorado
Formation : Green River Shale
Période : Eocène
Cette feuille de sumac remontant à 54-37 millions d'années est structurellement identique
à une feuille d'aujourd'hui. Depuis des millions d'années, les sumacs n'ont pas changé.

124 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 125


CRANE D'OURS NORD AMERICAIN
Age : 50.000 ans
Taille : 26,6 centimètres
Localisation : Michigan
Période : Pléistocène
Signalant quelques similarités anatomiques entre les ours et
les chiens, les évolutionnistes affirment que ces deux espèces
descendent d'un même ancêtre. Or, les fossiles découverts ne
viennent pas confirmer cette allégation. Pas un seul fossile
appartenant à une créature mi-chien/mi-ours n'a été trouvé
à ce jour. Pourtant des milliers de fossiles montrent que les
ours ont toujours été des ours et les chiens ont toujours été
des chiens. Le crâne d'ours fossilisé ici représenté est la preu-
ve que les ours n'évoluèrent pas.

126 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 127


128 L'atlas de la création
Harun Yahya

PERCHE
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Une perche datant de 54 à 37 millions d'années ne dif-
fère en rien des perches d'aujourd'hui. Les perches ne
sont pas le résultat de l'évolution, comme le préten-
dent les évolutionnistes mais de la création.

Adnan Oktar 129


Hareng

Poisson-lune

POISSON-LUNE, HARENG
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Pendant 150 ans, aux quatre coins du monde, les darwinistes ont recher-
ché les fossiles prouvant l'évolution du poisson. Cependant, chaque fos-
sile découvert révèle que le poisson n'a pas subi d'évolution, mais qu'il
fut créé. A ce jour, les évolutionnistes n'ont pu mettre la main ni sur une
créature vivante qui pourrait être l'ancêtre du poisson, ni sur des fossiles
représentant les éventuelles étapes intermédiaires de l'évolution du pois-
son. Au contraire, des centaines de milliers de fossiles montrent qu'au
cours de la préhistoire, les poissons sont restés des poissons. L'un d'eux
est ce fossile de poisson-lune et de hareng remontant à 54-37 millions
d'années. Les évolutionnistes se désespèrent face à ces fossiles qui prou-
vent la création.

130 L'atlas de la création


Harun Yahya

Poisson-lune

Adnan Oktar 131


FEUILLE DE NOYER
BLANC D'AMERIQUE
Age : 65 à 54 millions d'années
Taille : 7,6 centimètres
Localisation : Dakota Nord
Période : Paléocène
Ce fossile de feuille de noyer blanc
nord américain, âgé de 65 à 54 millions
d'années, est la preuve que cet arbre ne
descend pas d'une autre espèce végéta-
le. Les feuilles de noyer d'aujourd'hui
sont identiques aux feuilles de noyer
datant de millions d'années.

132 L'atlas de la création


Adnan Oktar 133
HARENG
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Période : Eocène
Les harengs de 54 à 37 millions d'an-
nées ne sont guère différents de ceux
vivant de nos jours. Cela invalide les
affirmations des évolutionnistes et
confirme une nouvelle fois que les êtres
vivants sont la création de Dieu.

134 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 135


136 L'atlas de la création
Harun Yahya

FEUILLE DE FIGUIER
Age : 65 à 54 millions d'années
Taille : 5,7 centimètres
Localisation : Dakota Nord
Période : Paléocène
Les figuiers, comptant plus de 800 espèces,
sont classés en tant que Ficus. Depuis des
millions d'années, ni les feuilles de figuier ni
les fruits ne portent la trace d'une quel-
conque évolution. C'est là une preuve impor-
tante de l'absence d'évolution. Ce fossile de
feuille de figuier datant de 65 à 54 millions
d'années en est l'illustration.

Adnan Oktar 137


138 L'atlas de la création
Harun Yahya

HARENGS
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
La théorie de l'évolution est une histoire inventée à propos de
l'histoire naturelle des espèces mais que la science a définitive-
ment invalidée. Les fossiles sont la plus importante découverte
réfutant la théorie de l'évolution. Les harengs inchangés depuis
des millions d'années révèlent bien la supercherie de la théorie
de l'évolution.

Adnan Oktar 139


HYDROPHILE
Age : 1,8 million à 11.000 années
Localisation : Rancho La Brea, Los Angeles, Californie
Période : Pléistocène
Cet insecte, identique à ses homologues actuels, est la
preuve que tous les êtres vivants furent créés.

140 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 141


FEUILLE DE MARRONNIER
Age : 65 à 54 millions d'années
Taille : 12,7 centimètres
Localisation : Dakota Nord
Période : Paléocène
La feuille de marronnier ayant existé il y a 65 à 54
millions d'années n'est pas différente de celles d'un
marronnier d'aujourd'hui. C'est là une des nom-
breuses preuves réfutant l'évolution des végétaux.

142 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 143


FOUGERE
Age : 360 à 286 millions d'années
Taille : Au plus : 10,2 centimètres ; matrice : 33
centimètres sur 15,2 centimètres
Localisation : St. Clair, Pennsylvanie
Période : Carbonifère
Les fougères actuelles partagent les mêmes carac-
téristiques que les fougères ayant existé il y a des
millions d'années. C'est précisément ce que révè-
le ce fossile de fougère datant de 360 à 286 mil-
lions d'années.

144 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 145


HARENG
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Parmi les millions de fossiles découverts à ce jour, aucun n'est une
"forme intermédiaire" mi-hareng/mi-espadon, mi-requin/mi-sau-
mon. Les fossiles indiquent bien que les harengs ont toujours été
des harengs, les saumons ont toujours été des saumons et les
requins des requins. Le hareng, le même depuis 54 à 37 millions
d'années, le vérifie aussi.

146 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 147


HARENG
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 23 centimètres
Localisation : Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Les données géologiques présentes révèlent que les
archives fossiles sont particulièrement riches. Toutefois,
cette richesse de fossiles ne fournit pas de preuve aux
évolutionnistes visant à appuyer leur théorie. Les
archives viennent confirmer la création et nient l'idée
d'évolution. Le hareng ici représenté est l'illustration de
l'invalidité de l'évolution.

148 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 149


POISSON PIPE
Age : 23 à 5 millions d'années
Taille : 11,4 centimètres
Localisation : Santa Ynez Valley, Californie
Formation : Formation Vaquero
Période : Miocène
Le poisson pipe est un petit vertébré appartenant au sous-ordre des hippocampes
(Syngathoidei). Ce fossile, datant de 23 à 5 millions d'années, est identique à un pois-
son pipe actuel. Il s'oppose aux darwinistes qui prétendent que les êtres vivants ont
évolué progressivement.

150 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 151


CRANE DE GRIZZLI
Age : 89 millions d'années
Période : Cénozoïque, crétacé
Localisation : Chine
Tous les organismes apparaissent dans les archives fossiles sous une forme parfaite et com-
plète à tous les égards, sans organes ou structures intermédiaires ou manquants. Les crânes,
les vertèbres ou les membres ne montrent aucune trace de caractéristique à moitié formée ou
manquante. Alors qu'aucune découverte ne permet de dire que les grizzlis descendent d'une
autre forme de vie, d'innombrables spécimens de fossiles indiquent qu'ils ont toujours existé
en tant que grizzlis. Ce crâne de grizzli de 89 millions d'années est l'un de ces spécimens.

152 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 153


FEUILLE DE MICOCOULIER AVEC UN CRIQUET
Période : Ere cénozoïque, époque éocène
Age : 54 à 37 millions d’années
Localisation : Etats-Unis
Sur cette photo est représenté un criquet fossilisé avec une feuille de micocoulier.
Ce fossile, preuve concrète de l’immuabilité des criquets et des micocouliers
depuis quelques 50 millions d’années, réduit les évolutionnistes au silence. La
propagande et les spéculations évolutionnistes n’ont pas de sens face aux décou-
vertes scientifiques. La science révèle que l’évolution est un grand mensonge et
que la création est un fait.

154 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 155


CRANE DE RHINOCEROS
Age : 33 millions d'années
Taille : 38,1 centimètres sur 25,4 centimètres sur 5,08 centi-
mètres
Localisation : Converse County, Wyoming
Période : Oligocène
Le fossile représenté est la preuve qu'il n'existe aucune dis-
tinction entre un rhinocéros de 33 millions d'années et un rhi-
nocéros actuel. L'immuabilité de l'anatomie des créatures
vivantes depuis des millions d'années prouve bien que la
théorie de l'évolution est une supercherie.

156 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 157


LAPIN
Age : 33 millions d'années
Taille : Crâne : 6,3 centimètres ; matrice : 22,8 centimètres sur 17,7 centimètres sur 10,1
centimètres
Localisation : Converser County, Wyoming
Période : Oligocène
Aucun fossile d'espèce intermédiaire n'est disponible. Parmi les millions de fossiles dis-
ponibles, aucun ne représente une créature mi-crocodile/mi-lapin ou mi-serpent/mi-
lapin. En revanche, des millions de fossiles montrent que les lapins ont toujours été des
lapins. Ces fossiles nient donc l'idée d'évolution. Dieu en est le Créateur.

158 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 159


Poisson-lune

160 L'atlas de la création


Harun Yahya

POISSON-LUNE, HARENG
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
"Les fossiles vivants" indiquent que les espèces ont préservé
leurs caractéristiques depuis des millions d'années, ce qui met
à mal la théorie de l'évolution. Ses défenseurs prétendent que
seules les créatures capables de s'adapter à un environnement
changeant peuvent survivre, et donc dans le cadre de ce pro-
cessus, elles évoluent et se transforment en d'autres espèces.
Les fossiles vivants révèlent au contraire que les êtres vivants
n'évoluent pas, quels que soient les changements de condition.

Hareng

Adnan Oktar 161


SAULE
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Feuille : 100 millimètres sur 10 millimètres ;
matrice : 62 millimètres sur 130 millimètres
Localisation : Uintah County, Utah
Formation : Green River Shale
Période : Eocène
Des espèces végétales existant depuis des millions
d'années sans subir le moindre changement remettent
sérieusement en cause la théorie de l'évolution. Cette
feuille de saule de 54 à 37 millions d'années n'a subi
aucun changement malgré le passage de millions d'an-
nées. Les feuilles de saules actuels lui sont en tous
points identiques.

162 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 163


FEUILLE DE LAURIER
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Feuille : 30 millimètres sur 66 millimètres ; matrice : 90 mil-
limètres sur 69 millimètres
Localisation : Uintah County, Utah
Formation : Green River Shale
Période : Eocène
Le laurier appartient à la famille des lauracées (originaires d’Asie).
On obtient de l'huile à partir de ses feuilles et fruits. Ses feuilles
sont aussi utilisées en cuisine pour leur arôme.
La feuille de laurier fossilisée en photo prouve que les lauriers
n'ont pas subi d'évolution, tout comme les autres végétaux. Les
lauriers de 54 à 37 millions d'années présentent les mêmes carac-
téristiques que les lauriers vivant aujourd'hui.

164 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 165


Hareng
Perche

HARENG ET PERCHE
Age : 54 à 37 millions d'années
Localisation : Kemmerer, Wyoming
Formation : Formation Green River
Période : Eocène
Ce fossile de 54 à 37 millions d'années montre que les harengs et les
perches ne se sont pas modifiés au cours de millions d'années. Il
n'existe aucune distinction entre un hareng et une perche d'aujour-
d'hui et ceux ayant vécu il y a des millions d'années.
Harun Yahya

Perche

Hareng
LAPIN
Age : 38 à 23 millions d'années
Formation : Formation Brule
Localisation : White River Group, Converse County,
Wyoming
Période : Oligocène
Ce lapin ayant vécu il y a 38 à 23 millions d'années est sem-
blable aux lapins d'aujourd'hui. Au cours des millions d'an-
nées, les lapins ne se sont pas modifiés prouvant ainsi que le
processus d'évolution n'eut pas lieu et qu'ils furent créés.

168 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 169


CRANE DE CERF
Age : 38 à 23 millions d'années
Formation : Formation Brule
Localisation : White River Group, Sioux County,
Nebraska
Période : Oligocène
La parfaite ressemblance entre ce cerf de 38 à 23
millions d'années et un cerf d'aujourd'hui révèle
que ces mammifères ne subirent aucun change-
ment au cours de millions d'années. Ils n'ont tout
simplement pas évolué.

170 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 171


TORTUE
Période : Cénozoïque, éocène
Age : 54 à 37 millions d’années
Localisation : Etats-Unis
Comme toutes les autres branches de la science, la paléontologie contribua aussi par de
nombreuses découvertes à prouver à quel point les prophéties de Darwin n’avaient rien
de scientifiques. Ce fossile de tortue remontant à 54 à 37 millions d’années ici représenté
est un exemple des nouveaux éléments scientifiques réfutant la théorie de l’évolution. Ce
spécimen montre que les tortues n’ont pas subi le moindre changement depuis des
dizaines de millions d’années.

172 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 173


BIVALVE
Age : 13 à 12,5 millions d'années
Taille : 10 centimètres
Formation : Formation Calvert
Localisation : Calvert County, Maryland
Période : Mi-miocène
Les bivalves sont des mollusques dotés de deux
coquilles, tels que les moules ou les huîtres. Il n'existe
pas de différence entre les bivalves ayant existé il y a des
millions d'années et ceux d'aujourd'hui, ce qui nie tout
processus d'évolution suggéré par les darwinistes.

174 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 175


TORTUE
Age : 38 à 23 millions d'années
Taille : 13 centimètres sur 10 centimètres de largeur sur 4,5 centimètres d'épaisseur
Formation : Formation Brule
Localisation : Sioux County, Nebraska
Période : Oligocène
Les évolutionnistes admettent ne pas avoir trouvé un seul fossile démontrant l'évolu-
tion des tortues. Dans son livre Vertebrate Paleontology and Evolution (Paléontologie et évo-
lution des vertébrés), Robert Carroll dit que les premières tortues remontent aux forma-
tions triasiques en Allemagne et qu'elles sont facilement reconnaissables des autres
espèces en raison de leur carapace dure, très similaires aux spécimens vivant aujour-
d'hui. Il reconnaît qu'il n'y a pas de traces identifiées de tortues plus précoces ou plus
primitives, bien que les tortues se fossilisent facilement et que de très petites parties
fossilisées suffisent à les reconnaître. (Robert Carroll, Vertebrate Paleontology and
Evolution, p. 207)

176 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 177


BIVALVE
Age : 410 à 360 millions d'années
Taille : 3,8 centimètres
Formation : Jefferson Limestone
Localisation : Clark County, Indiana
Période : Dévonien
Les bivalves sont les mêmes depuis au moins 360 millions
d'années. Cela constitue une remise en question de la théo-
rie selon laquelle les espèces descendirent graduellement
les unes des autres. Ces fossiles de mollusques montrent
qu'ils n'ont guère évolué, mais furent bien créés.

178 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 179


OURSIN
Période : Paléozoïque, carbonifère
Age : 306 à 299 millions d’années
Localisation : Etats-Unis
L’oursin sur la photo fait partie des innombrables preuves infirmant les idées évolu-
tionnistes quant à l’origine des échinodermes. Si les dires des évolutionnistes étaient
vrais, les spécimens d’oursins remontant à 306 à 209 millions d’années auraient dû
présenter de profondes différences avec les spécimens vivant aujourd’hui.
Cependant, comme en témoigne ce fossile, il n’y a aucune différence entre les spéci-
mens vivants et ceux datant de centaines de millions d’années.

180 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 181


ETOILE DE MER
Age : 360 à 325 millions d'années
Taille : Matrice : 6,2 centimètres sur 6,2 centimètres
Formation : Formation Edwardsville
Localisation : Crawfordsville, Indiana
Période : Mississippien
Les étoiles de mer actuelles présentent les mêmes caractéristiques que les étoiles
de mer datant de millions d'années. Ce fossile, vieux de 360 à 325 millions d'an-
nées, réfute les affirmations des évolutionnistes et démontre que les êtres vivants
furent créés avec les mêmes traits que ceux qu'ils présentent aujourd'hui.

182 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 183


LES SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS AU
CANADA

Le Canada possède l'une des plus vieilles structures géologiques au monde. Une grande partie de ses
formations rocheuses appartient au précambrien (4,6 milliards à 543 millions d'années). Aussi le pays
est-il riche en gisement de fossiles.
L'un des plus importants est la fameuse Formation Burgess Shale. Ce gisement est considéré comme
l'une des découvertes paléontologiques les plus significatives de notre temps. La recherche a montré que
lorsque les sédiments dont sont extraits les fossiles se déposèrent, cette région se situait à proximité de
l'équateur. A cette époque, la zone de Burgess Shale reposait sur la partie inférieure du continent nord-
américain.
Les premiers fossiles découverts étaient des spécimens d'invertébrés grâce aux fouilles du paléonto-
logue Charles Doolittle Walcott au
début des années 1900. En fait,
Burgess Shale est une zone célèbre
pour ses fossiles d'invertébrés. Grâce
à ces spécimens datant de plus de
500 millions d'années, plus de 140
espèces ayant vécu au cambrien ont
pu être identifiées. Ces fossiles se
caractérisent par le fait qu'ils appar-
tiennent à de très différents phyla et
semblent apparaître spontanément,
sans traces d'ancêtres dans les strates
précédentes. Les sources évolution-
nistes admettent que ces découvertes
de fossiles ne peuvent s'expliquer en
terme de théorie de l'évolution.

Des recherches de fossiles dans le Burgess Shale

184 L'atlas de la création


Harun Yahya

Un autre champ majeur de fos-


siles au Canada est Miguasha Park.
Cette zone, riche en spécimens de
fossiles, repose près de la Péninsule
de Gaspé. Les fossiles y furent
découverts pour la première fois au
milieu des années 1800. La structure
rocheuse de la région remonte à 375 à
350 millions d'années. La recherche
révéla que 370 millions d'années en
arrière, la Côte de Gaspé se situait
dans un golf tropical.
Les fossiles de Miguasha sont
d'une grande variété : des micro-
organismes, des vertébrés, des inver-
tébrés, des végétaux. Certains fos-
siles de poissons et de végétaux obte-
nus à Miguasha sont parmi les plus Des recherches de fossiles dans la province de l'Alberta
anciens de leur genre. Une plante
connue sous le nom de Spermasposita
est considérée comme la plus ancienne plante florale sur terre. Dotés de structures pleinement formées
et parfaites, ces spécimens montrent que les êtres vivants étaient déjà complexes à une époque où les
évolutionnistes pensent que les formes de vie étaient extrêmement primitives.

Burgess Shale

Adnan Oktar 185


LAQUAICHE ARGENTEE
Age : 50 millions d'années
Taille : 8,3 centimètres sur 3,2 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
La laquaiche argentée est un poisson nord américain de taille
moyenne, vivant habituellement dans les grands lacs et
fleuves. Comme d'autres créatures vivantes, cette espèce de
poisson a survécu pendant des millions d'années sans modi-
fication dans sa structure physique. Les évolutionnistes ne
peuvent pas expliquer la similitude entre une laquaiche
argentée datant de 50 millions d'années et une laquaiche
vivant aujourd'hui.

186 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 187


BRANCHE DE SEQUOIA
Age : 50 millions d'années
Taille : 7 centimètres sur 10 centimètres
Localisation : Kamloops, British Columbia
Période : Eocène
Reconnus aujourd'hui comme les plus grands arbres sur
terre, les séquoias ont une durée de vie très longue. La plu-
part pousse en Amérique du Nord. Certains ont 1.000 ans et
mesurent 150 mètres de hauteur. Les fossiles montrent que
les séquoias sont les mêmes depuis des millions d'années,
n'ayant subi aucun processus d'évolution. Le fossile ici repré-
senté est une branche de séquoia datant de 50 millions d'an-
nées, identique à celle d'un séquoia vivant aujourd'hui.

188 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 189


190 L'atlas de la création
Harun Yahya

LAQUAICHE ARGENTEE
Age : 50 millions d'années
Taille : 10 centimètres sur 1,5 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
A travers les divers champs de fossiles cana-
diens, de nombreux fossiles de laquaiches
argentées furent découverts. Tous montrent
un poisson identique depuis des millions
d'années. Cette stabilité au cours du temps
(aucun changement physique sur des mil-
lions d'années) est une preuve importante de
l'inexistence de l'évolution.

Adnan Oktar 191


Ce fossile est vieux de
50 millions d'années.

TIGE DE SEQUOIA AVEC MOUCHE


DE LA SAINT MARC
Age : 50 millions d'années
Taille : 10 centimètres sur 12,7 centimètres
Localisation : Kamloops, British Columbia
Période : Cénozoïque, éocène
Les mouches de la Saint Marc appartiennent à la famille des Bibionidae et se nourrissent essentielle-
ment de pollen de plantes. Les archives fossiles montrent que toutes les espèces de mouches apparu-
rent en même temps et qu'elles vivent depuis des millions d'années sans le moindre changement dans
leurs structures physiques. Cela prouve que les mouches, comme les autres créatures vivantes n'ont
guère évolué. Les évolutionnistes reconnaissent que l'origine des mouches ne peut être expliquée en
termes de théorie de l'évolution.
Le zoologue Pierre Paul Grassé le souligne dans ses écrits : "Nous sommes complètement dans le noir quant
à l'origine des insectes."(Evolution of Living Organisms, New York Academic Press, 1977, p. 30). Les fos-
siles démontrent pourtant que les mouches et les autres insectes sont le fruit de la création de Dieu.

192 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 193


DIPNEUSTE
Age : 350 millions d'années
Taille : 18,5 centimètres
Localisation : Miguasha, Gaspesie
Période : Dévonien supérieur
Les dipneustes vivent aujourd'hui essentielle-
ment en Afrique et en Amérique du Sud.
Lorsque le niveau de l'eau baisse et que la
rivière s'assèche, ces poissons survivent en s'enterrant dans la boue. Le
plus ancien fossile de dipneuste date du dévonien (417 à 354 millions
d'années). Le fossile ici représenté date également de cette période. Il
n'existe aucune différence entre un dipneuste d'aujourd'hui et un
dipneuste datant de 350 millions d'années. Ces poissons n'ont nulle-
ment évolué depuis des millions d'années et offrent ainsi la preuve que
les êtres vivants n'évoluèrent pas mais furent créés.

194 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 195


Charme

TIGE DE SEQUOIA ET
FEUILLE DE CHARME
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Matrice : 7 centimètres sur 1,5 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Les plantes, dotées de structures hautement
Séquoia
complexes, n'ont pu naître par hasard ni des-
cendre d'autres espèces, comme le prétendent les
évolutionnistes. Les archives fossiles montrent
que les différentes catégories de plantes apparu-
rent toutes en une seule fois, et aucun processus
d'évolution ne les relie. Les fossiles ici apparte-
nant à un séquoia et un charme prouvent que
l'évolution n'est pas une théorie valide. Il n'exis-
te aucune différence entre les végétaux d'aujour-
d'hui et leurs équivalents datant de 54 à 37 mil-
lions d'années.

196 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 197


Ce fossile, datant de
54 à 37 millions d'an-
nées, est composé de
deux parties ; négati-
ve et positive.

TIGE DE SEQUOIA AVEC COSSES SUR LA BRANCHE


Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Feuille : 7 centimètres sur 10,7 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Les séquoias poussant aujourd'hui ne présentent aucune différence avec ceux qui pous-
saient il y a des millions d'années. Cela montre que les végétaux, comme les animaux,
ne subirent pas de processus d'évolution.

198 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 199


FEUILLE DE BOULEAU
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 20,2 centimètres sur 23 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Le bouleau appartient au genre Betula et pousse sous les climats nordiques. Le fossile
représenté ici est celui d'un arbre ayant vécu il y a 54 à 37 millions d'années. Cette feuille
est identique à la feuille vivant aujourd'hui. Cela prouve que les bouleaux, comme les
autres créatures vivantes, n'ont pas évolué.

200 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 201


TETE DE SAUMON
Age : 1,8 million d'années à 11.000 ans
Taille : 15,2 centimètres sur 8,6 centimètres
Localisation : Kamloops River, British Columbia
Période : Pléistocène
Des fossiles de saumon ont été découverts à divers
niveaux géologiques. Tous s'avèrent identiques au sau-
mon vivant de nos jours. Chaque fossile réfute la théorie
des darwinistes et prouve que le saumon, comme les
autres espèces vivantes, n'a jamais changé.

202 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 203


Séquoia

204 L'atlas de la création


Harun Yahya

Ginkgo
FEUILLE DE GINKGO ET
TIGE DE SEQUOIA
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Feuille de ginkgo : 5 centimètres, 5,8 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Le ginkgo est un fossile vivant appartenant à sa propre
classe de Ginkgophyta. Le plus vieux spécimen connu date
de 270 millions d'années. La feuille de ginkgo fossilisée
ici montrée date de 54 à 37 millions d'années. Ces arbres
sont les mêmes depuis des centaines de millions d'années
– un défi à la théorie de l'évolution.

Adnan Oktar 205


FEUILLE DE GINKGO
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Feuille : 5 centimètres sur 5,8 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Les découvertes de fossiles infirment clairement les affir-
mations concernant l'évolution des espèces végétales. Ce
fossile de feuille de ginkgo date de 54 à 37 millions d'an-
nées. Les ginkgos ayant existé il y a des dizaines de mil-
lions d'années sont identiques aux ginkgos qui poussent
aujourd'hui.

206 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 207


FEUILLE D'ORME
Age : 50 millions d'années
Taille : Matrice : 11 centimètres sur 5,8 centi-
mètres
Localisation : Kamloops, British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Les ormes poussent sous les cli-
mats tempérés d'Amérique du
Nord, d'Europe et d'Asie. Ces
feuilles d'orme fossilisées de
50 millions d'années réfu-
tent clairement le principe
d'évolution des plantes.

208 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 209


210 L'atlas de la création
Harun Yahya

FEUILLE DE GINKGO
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 3 centimètres sur 2,5 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Il n'existe aucun fossile validant la théorie de l'évo-
lution chez les plantes. Au contraire, des centaines
de milliers de fossiles remettent en question cette
thèse. Celui de cette feuille de ginkgo datant de 54 à
37 millions d'années en est un exemple.
L'inexistence de changements chez les ginkgos
depuis des millions d'années montre bien que l'évo-
lution est une grande supercherie.

Adnan Oktar 211


FEUILLE D'AULNE
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : 3 centimètres sur 7 centimètres
Localisation : Kamloops, British Columbia
Période : Eocène
Les aulnes d'aujourd'hui ne présentent aucune différence avec ceux
qui poussaient il y a 54 à 37 millions d'années. Les premiers aulnes
étaient dotés des mêmes systèmes que les aulnes d'aujourd'hui.
C'est une preuve que l'évolution n'eut jamais lieu sur terre.

212 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 213


FEUILLES DE CHARME ET D'ORME
Age : 54 à 37 millions d'années
Taille : Matrice : 31 centimètres sur 18 centimètres
Localisation : British Columbia
Formation : Formation Cache Creek
Période : Eocène
Les archives fossiles montrent que toutes les espèces végétales
n'ont pas subi le moindre changement depuis leur apparition. Si
un organisme vivant conserve les mêmes caractéristiques
depuis des millions d'années, alors il est clair qu'il n'a pas évo-
lué mais qu'il fut créé. Ces feuilles d'orme et de charme fossili-
sées depuis 54 à 37 millions d'années sont des preuves tangibles
de ce fait.

214 L'atlas de la création


Harun Yahya

orme

Charme

Orme

Charme

Adnan Oktar 215


FRONDE ET CONE DE METASEQUOIA
Age : 52 à 43,6 millions d'années
Taille : Cône : 15 millimètres, tige : 11 centimètres, fronde : 27 milli-
mètres ; matrice : 145 millimètres sur 11 centimètres
Localisation : Tranquille Shale, Cache Creek, British Columbia
Période : Eocène moyen-inférieur
Ce cône de métaséquoia de 52 à 43,6 millions d'années est la preuve
que les végétaux ne subirent pas de processus d'évolution. Les méta-
séquoias datant de millions d'années sont les mêmes que les métasé-
quoias actuels. Cela démontre que les espèces vivantes n'ont guère
évolué.

216 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 217


HOMARD
Age : 146 à 65 millions d'années
Localisation : South Saskatchewan River Valley
Formation : Formation Bear Paw
Période : Crétacé
Les fossiles rassemblés au cours des 150 dernières
années prouvent que les espèces vivantes n'ont jamais
changé ni évolué les unes par rapport aux autres. Ce
fait est souligné par ce fossile de homard de 146 à 65
millions d'années, identique à ses homologues actuels.

218 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 219


LES SPECIMENS DE FOSSILES DECOUVERTS EN
REPUBLIQUE DOMINICAINE

L'un des cadres où se for-


ment les fossiles est l'ambre.
Les fossiles ainsi préservés
sont le résultat d'une résine
produite par les arbres
emprisonnant la créature
vivante tout en la préservant
telle quelle. La résine est
insoluble dans l'eau et se soli-
difie rapidement au contact
de l'air. Par conséquent, le
processus de polymérisation
peut commencer (les molé-
cules de monomère entrant
dans les réactions chimiques
donnent naissance à des
chaînes tridimensionnelles)
et la résine claire continue à
se solidifier au cours de mil-
lions d'années. La créature dans la résine conserve son état d'origine pendant des millions d'années.
Dans le monde entier, il existe plus de 100 gisements d'ambre connus. Les ambres les plus anciens
ont été découverts dans les montagnes libanaises et remontent au crétacé (130 à 120 millions d'années).
De récentes recherches ont révélé que de nouveaux gisements d'ambre remontent au mésozoïque. Ceux-
ci comprennent l'ambre jordanien, remontant à 80-75 millions d'années, l'ambre de New Jersey datant
approximativement de 80 millions d'années, les ambres de Cedar Lake de 80 à 75 millions d'années, les
ambres français âgés de 70 millions d'années et les ambres pyrénéens âgés de 100 millions d'années. La
majorité des fossiles rassemblés dans les autres gisements appartiennent
aux périodes éocène-miocène (54 à 5 millions d'années).

Il y a plus de 100 dépôts d'ambres de par le


monde. L'un d'eux repose en Norvège, où l'on
trouve des ambres baltiques.

220 L'atlas de la création


Harun Yahya

La plupart des fossiles d'ambres de la République Dominicaine


remontent aussi à l'éocène-miocène. En République Dominicaine, il y
a principalement deux gisements d'ambre. L'un se situe dans une
région montagneuse au nord-est de la ville de Santiago ; l'autre est
une zone minière près de la ville de El Valle, au
nord-est de la ville de Santo Domingo. L'ambre
dominicain est formé de la résine d'arbres des
Certains dépôts espèces Hymenaea. L'une de ses caractéris-
d'ambre en tiques est la richesse des espèces qui y sont fos-
République
Dominicaine
silisées. En plus de centaines de millions d'in-
sectes, on trouve également des fossiles de
petites grenouilles, lézards et scorpions.
Comme tous les autres fossiles, les fossiles
d'ambre découverts en République Dominicaine démontrent un fait signifi-
catif : les êtres vivants ne subirent pas le moindre changement au cours de
millions d'années. En d'autres termes, le processus d'évolution n'eut pas
lieu. Les moustiques ont toujours existé en tant que moustiques, les fourmis
en tant que fourmis, les abeilles en tant qu'abeilles, les libellules en tant que
libellules et les araignées en tant qu'araignées. En somme, toutes les créa-
tures vivantes ont conservé exactement les mêmes caractéristiques que
celles de leur première apparition. Les êtres vivants préservés dans l'ambre
au cours de millions d'années sont identiques aux spécimens actuels. Cela
assène un coup difficile à la théorie de l'évolution et démontre une fois de plus le fait de la création.

Adnan Oktar 221


FULGORE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Ce fulgore de 25 millions d'années ici
représenté est identique aux fulgores
actuels. Ces insectes, inchangés depuis des
millions d'années, réfutent la théorie de
l'évolution.

222 L'atlas de la création


Harun Yahya

ARAIGNEE SAUTEUSE
Age : 25 millions d'années
Taille : 16 millimètres sur 10 millimètres
Localisation : Montagnes près de Santiago, République Dominicaine
Période : Oligocène
Ce morceau d'ambre renferme une araignée sauteuse de la famille des Salticidae. Ces arai-
gnées tiennent leur nom de leur manière de sauter sur leurs proies sur des distances repré-
sentant 50 fois leur longueur. En plus des quatre yeux à l'avant de leurs têtes, elles sont éga-
lement dotées de quatre petits yeux parfaits à proximité des yeux principaux, qui leur per-
mettent d'identifier leurs proies.
Tout comme leurs homologues actuels, les araignées sauteuses datant de millions d'années
ont une structure complète et parfaite. Au cours des millions d'années passées, aucun chan-
gement ne s'est produit en elles. Cet ambre de 25 millions d'années en est l'illustration.

Adnan Oktar 223


LIMULODIDAE
Age : 25 millions d'années
Taille : 11 millimètres sur 9 millimètres
Localisation : Montagnes près de Santiago, République
Dominicaine
Période : Oligocène
Ces insectes vivent généralement près des nids de fourmis. Ce
fossile de 25 millions d'années prouve qu'ils ne furent jamais
sujets à l'évolution. Il n'existe aucune différence entre ce limu-
lodidae et ceux qui vivent aujourd'hui.

224 L'atlas de la création


Harun Yahya

GUEPE SCELIONIDAE
Age : 25 millions d'années
Taille : 17 millimètres sur 10 millimètres
Localisation : Montagnes près de Santiago, République Dominicaine
Période : Oligocène
Les guêpes Scelionidae vivent généralement sous les feuilles mortes. Ces guêpes sont
connues pour parasiter de nombreuses espèces d'insectes, notamment par leurs œufs. La
guêpe ici représentée s'est fossilisée en plein vol, et ne présente aucune différence avec les
spécimens d'aujourd'hui.

Adnan Oktar 225


L'insecte assassin à la chasse

226 L'atlas de la création


Harun Yahya

INSECTE ASSASSIN
Age : 25 millions d'années
Taille : 18 millimètres, 14 millimètres d'un côté à l'autre
Localisation : Montagnes près de Santiago, République Dominicaine
Période : Oligocène
Ce morceau d'ambre contient un spécimen rare d'insecte assassin. Les
insectes assassins se nourrissent par la digestion externe. Ils relâchent
une sécrétion qui liquéfie les tissus de leur proie, ensuite ils ingèrent
cette solution. La toxine agit rapidement et rend les proies impuissantes
en l'espace de quelques secondes. Certains insectes cherchent activement
des proies, tandis que d'autres attendent patiemment. Les couleurs des
ailes de ce spécimen ont été bien préservées.
Les insectes assassins de nos jours possèdent les mêmes traits que ceux
ayant vécu il y a 25 millions d'années. Le fossile représenté ici est la preu-
ve que les insectes assassins n'ont jamais évolué, conservant exactement
les mêmes caractéristiques depuis des millions d'années.

Adnan Oktar 227


PSEUDOSCORPION
Age : 25 millions d'années
Taille : 17 millimètres, 11 millimètres d'un côté à l'autre
Localisation : Montagnes près de Santiago, République Dominicaine
Période : Oligocène
Les pseudoscorpions sont en réalité des arachnides ressemblant à des scorpions,
sans leur longue queue ni leur aiguillon et utilisant leurs pinces pour capturer leur
proie. Les pseudoscorpions se trouvent sous des feuilles mortes ou en dessous de la
terre ou de pierres. Quelques 2.000 espèces différentes de pseudoscorpions sont
recensées.
Il n'existe aucune différence entre les pseudoscorpions ayant vécu il y a 25 millions
d'années et les spécimens d'aujourd'hui. Cette absence de différence anatomique
prouve que ces arachnides n'ont pas évolué.

228 L'atlas de la création


Harun Yahya

FOURMI AILEE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les fourmis ailées sont dotées de deux
longues ailes de 5 à 8 millimètres de lon-
gueur. Elles construisent leur nid près des
sources de nourriture et d'eau. Ces fourmis
sont inchangées depuis des millions d'an-
nées.
Cet ambre de 25 millions d'années empri-
sonnant une fourmi montre que ces
insectes sont restés identiques depuis des
millions d'années. En d'autres termes, les
fourmis ailées n'ont pas subi de processus
d'évolution.

Adnan Oktar 229


PUNAISE DE FEU, MILLE-PATTES, ARAIGNEE
Age : 25 millions d'années
Taille : 15 millimètres sur 13 millimètres
Localisation : Montagnes près de Santiago, République Dominicaine
Période : Oligocène
Cet insecte appartient à la famille Pyrochroidae et est généralement connu sous
le nom de punaise de feu. Ses antennes latérales sont très distinctes dans ce spé-
cimen. Ce morceau d'ambre contient également un fossile de mille-pattes et une
araignée.
Les punaises de feu, les mille-pattes et les araignées sont restés inchangés
depuis des millions d'années, montrant ainsi que les êtres vivants n'ont pas évo-
lué au cours de différentes étapes, mais qu'ils furent bien créés, dotés de la tota-
lité de leurs caractéristiques.

230 L'atlas de la création


Harun Yahya

Araignee

Araignée

Mille-pattes

Punaise de feu

Adnan Oktar 231


GUEPE PARASITE ET MOUCHE
PHORIDE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Ces fossiles de guêpe parasite et de mouche phoride de 25
millions d'années sont la preuve que ces espèces
n'ont pas évolué. Ces insectes sont les mêmes
depuis des millions d'années et n'ont jamais
changé.

Guêpe parasite

232 L'atlas de la création


Harun Yahya

ABEILLES SANS DARD


Age : 25 millions d'années
Localisation : Oligocène
Cette abeille sans dard fossilisées-
dans l'ambre est identique aux spé-
cimens actuels.

Adnan Oktar 233


Cécidomyie

Fourmi ailée

FOURMIS AILEES ET
CECIDOMYIE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les fourmis ailées et les cécidomyies ayant sur-
vécu sans le moindre changement depuis 25
millions d'années démolissent la théorie de
l'évolution.

234 L'atlas de la création


Harun Yahya

ARAIGNEE ET SA
TOILE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Comme d'autres formes de vie, les
araignées ont survécu depuis des cen-
taines de millions d'années sans le
moindre changement dans leur struc-
ture. Cette araignée et sa toile préser-
vées dans l'ambre datent de 25 mil-
lions d'années. Identiques aux spéci-
mens actuels, elles sont la preuve de la
création et non de l'évolution.

Adnan Oktar 235


POU DES LIVRES
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Il existe d'innombrables spécimens de fossiles appartenant à des milliers d'espèces d'in-
sectes. Chacun d'eux montre que ces insectes ont conservé leurs caractéristiques depuis
leur première apparition et qu'ils n'ont jamais évolué. Ce morceau d'ambre datant de 25
millions d'années montre un pou des livres identique à un pou des livres d'aujourd'hui.

236 L'atlas de la création


Harun Yahya

SCOLYTE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Ces scolytes de 25 millions d'années sont identiques à ceux d'aujour-
d'hui. Ces insectes, inchangés depuis des millions d'années, sont
l'exemple de l'absence d'évolution et la confirmation de la réalité de
la création.

Adnan Oktar 237


LIMULODIDAE
Toutes les archives fossiles réfutent la théorie des darwinistes selon laquelle les espè-
ces vivantes descendent les unes des autres. En effet, les fossiles montrent que les êtres
vivants apparurent spontanément, dotés de leurs caractéristiques parfaites et complè-
tes, sans la moindre modification au cours de leur existence. Cette preuve claire de la
création de Dieu échappe au raisonnement des évolutionnistes.
L'un des spécimens que les évolutionnistes ne peuvent expliquer est un ambre renfer-
mant un limulodidae fossilisé il y a 25 millions d'années, qui nie la notion d'évolution.

238 L'atlas de la création


Harun Yahya

FOURMI AILEE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Cet ambre contient un fossile de fourmi ailée. Bien qu'elle date
de plusieurs millions d'années, cette fourmi ne présente aucune
différence avec une fourmi ailée d'aujourd'hui ; preuve que les
fourmis ailées n'ont pas évolué.

Adnan Oktar 239


ARAIGNEE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les araignées actuelles présentent les mêmes caractéris-
tiques que les araignées ayant vécu il y a des millions
d'années. Cette araignée de 25 millions d'années fossili-
sée dans l'ambre en est la preuve.

240 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 241


FOURMI OUVRIERE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les fourmis sont l'une des espèces les plus nombreuses sur terre. Les fos-
siles découverts démontrent que les fourmis sont les mêmes depuis des
millions d'années et qu'elles n'ont jamais subi le moindre changement,
donc qu'elles n'ont jamais évolué. Cette ouvrière datant de 25 millions
d'années confirme ce point.

242 L'atlas de la création


Harun Yahya

FOURMI AILEE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les fourmis ailées remontant à 25 millions d'années ne
présentent pas de différences avec les spécimens
actuels. Identiques en dépit du passage de millions
d'années, ces fourmis sont la preuve que l'évolution
n'eut jamais lieu.

Adnan Oktar 243


Mouche à fruit à ailes
sombres

Mouche caddis

MOUCHE CADDIS ET MOUCHES A FRUIT A AILES SOMBRES


Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Il est représenté ici un ambre contenant une mouche caddis et des mouches à fruit. Ces créatures ont
survécu depuis des millions d'années jusqu'à nos jours sans le moindre changement dans leurs struc-
tures. C'est bien là un signe qu'elles n'ont jamais évolué.

244 L'atlas de la création


Harun Yahya

TERMITE AILE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
L'ambre de 25 millions d'années ici représenté contient un
fossile de termite ailé. Les termites étaient alors déjà dotés
d'un système parfait et ils ne présentent aucune différence
avec les termites actuels.

Adnan Oktar 245


HETEROPTERE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les insectes de l’ordre des hémiptères, dont
on dénombre plus de 48.000 espèces, apparu-
rent spontanément dans les fossiles. Ils sur-
vécurent sans le moindre changement durant
des millions d'années. Comme les autres
espèces, ces insectes réfutent le processus
d'évolution.

246 L'atlas de la création


Harun Yahya

ARAIGNEE ET SA TOILE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Dans cet ambre repose une araignée fossilisée
avec sa toile. Datant de 25 millions d'années,
l'araignée et sa toile sont en tous points iden-
tiques à celles qu'on peut voir aujourd'hui ; ce
qui remet totalement en question la théorie de
l'évolution.

Adnan Oktar 247


FOURMIS AILEES
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les fourmis ailées, inchangées depuis quelques 25
millions d'années, sont parmi les spécimens de fos-
siles qui soulignent l'invalidité de la théorie de
l'évolution. Les évolutionnistes ne disposent d'au-
cun moyen scientifique capable de justifier l'absence
d'évolution des êtres vivants au cours de millions
d'années.

248 L'atlas de la création


Harun Yahya

TERMITE AILE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les espèces d'insectes n'ayant subi aucun changement
au cours de millions d'années représentent une impasse
majeure pour la théorie de l'évolution. Des espèces pré-
sentant toujours la même structure dans leurs fossiles
sont la preuve qu'elles ne subirent aucun processus
d'évolution. Le termite ici représenté date de 25 millions
d'années et il n'est en rien différent de ses homologues
actuels.

Adnan Oktar 249


SAUTERELLE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les spécimens de sauterelles fossilisées sont identiques aux saute-
relles vivant aujourd'hui. Cette immuabilité depuis des millions
d'années prouve que l'évolution n'eut jamais lieu.

250 L'atlas de la création


Harun Yahya

Adnan Oktar 251


Guêpe Scelionidae

Cicadelle

GUEPE SCELIONIDAE,
CICADELLE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Une guêpe Scelionidae et une cicadelle sont fossi-
lisées ici dans un ambre de 25 millions d'années.
Les guêpes Scelionidae et les cicadelles, qui n'ont
pas subi de changement depuis des millions d'an-
nées, réfutent la notion d'évolution.

252 L'atlas de la création


Harun Yahya

PLATYPE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les évolutionnistes ne disposent pas d'un seul fossile
indiquant que les platypes évoluèrent, pourtant des
dizaines de milliers de fossiles prouvent le contraire.
Les insectes apparurent spontanément dotés de toutes
leurs caractéristiques et sont identiques depuis des cen-
taines de millions d'années. L'une des découvertes le
prouvant est le fossile de cet insecte.

Adnan Oktar 253


Collembole

GUEPE PARASITE, COLLEMBOLE


Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
La théorie de l'évolution subit une écrasante défaite
face aux découvertes de fossiles, telles que celle de
cette guêpe parasite et de ce collembole datant de 25
millions d'années. Identiques aux spécimens vivant
aujourd'hui, ces antiques arthropodes pointent le fait
de la création.

254 L'atlas de la création


Harun Yahya

GUEPE PTEROMALIDAE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Les guêpes pteromalidae sont restées les
mêmes depuis des millions d'années ; en
d'autres termes, elles n'ont jamais évolué. Ce
fait scientifique indiscutable s'appuie sur les
archives fossiles. Ce fossile de guêpe enfermée
dans de l'ambre depuis 25 millions d'années
représente une preuve de l'absence d'évolu-
tion.

Adnan Oktar 255


STAPHYLIN
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les staphylins font partie de l'ordre des coléoptères. A
côté du staphylin, un autre petit coléoptère s'est fossi-
lisé dans l'ambre. Les staphylins, identiques depuis 25
millions d'années, remettent en question les affirma-
tions des évolutionnistes.

256 L'atlas de la création


Harun Yahya

FOURMI AILEE
Age : 25 millions d'années
Taille : Ambre : 13 millimètres, 7 millimètres d'un côté à
l'autre
Localisation : Près de Santiago, République Dominicaine
Période : Oligocène
Les fourmis ailées sont envoyées en dehors des colonies afin
de s'accoupler avec les reines. Il n'existe pas de différence
entre le fossile de fourmi ailée de 25 millions d'années et les
fourmis ailées de nos jours.

Adnan Oktar 257


Fourmi ailée

FOURMI AILEE ET CECIDOMYIE


Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
La cécidomyie est une espèce de mouche plus petite que le mous-
tique. La cécidomyie fossilisée représentée ici a 25 millions d'an-
nées. Il y a également un fossile de fourmi ailée à son côté. Les
fourmis ailées et les cécidomyies, inchangées depuis des millions
d'années sont la preuve que l'évolution n'eut jamais lieu.

258 L'atlas de la création


Harun Yahya

Cécidomyie

Adnan Oktar 259


TIPULE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les tipules d'aujourd'hui et celles datant de 25 millions d'années ne présen-
tent aucune différence. Le fossile dans l'ambre ici représenté en est l'illus-
tration.

260 L'atlas de la création


Harun Yahya

MOUCHE PHORIDE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les mouches phorides sont de très petits insectes, res-
semblant aux drosophiles. Tous les spécimens de fossiles
découverts montrent que les mouches phorides ont tou-
jours existé sous leur forme actuelle. Cette mouche empri-
sonnée dans cet ambre depuis 25 millions d'années confir-
me une fois de plus que la théorie de l'évolution est une
supercherie.

Adnan Oktar 261


BRULOT
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Il n'existe pas de différence entre les brûlots
d'aujourd'hui et ce fossile de brûlot ayant
vécu il y a 25 millions d'années.

262 L'atlas de la création


Harun Yahya

Mouche à fruit

MOUCHE A FRUIT A AILES


SOMBRES
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Cette mouche fossilisée est vieille de 25 millions d'années,
défiant ainsi la théorie de l'évolution.

Adnan Oktar 263


TOILE D'ARAIGNEE,
SEPSIDAE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
La découverte de ce fossile de sepsidae de 25 millions
d'années montre que les insectes sont restés identiques
depuis des millions d'années. Une toile d'araignée fut
également fossilisée au même moment que l'insecte. On
détient par conséquent la preuve que les araignées et
leurs toiles avaient alors déjà la structure que nous leur
connaissons aujourd'hui.

264 L'atlas de la création


Harun Yahya

COLLEMBOLE
Age : 25 millions d'années
Localisation : République Dominicaine
Période : Oligocène
Les collemboles datant de 25 millions
d'années se révèlent identiques aux col-
lemboles de nos jours.

Adnan Oktar 265