Vous êtes sur la page 1sur 3

Jurisprudence

Aller à :Navigation,rechercher
Cet article est une ébauche concernant le droit.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets
correspondants.

Coutume Doctrine
Jurisprudence
(Catégorie) Loi

Le terme de jurisprudence désigne, en français, l'ensemble des décisions de justice relatives à la


solution d'une question juridique donnée.

Il s'agit d'abord des décisions rendues par les hautes juridictions nationales du pays considéré (les
Cours suprêmes ou souveraines, notamment les Cours ou Conseils constitutionnels , Cours de
cassation , Conseils d'État de plusieurs pays), mais aussi, avec un poids moindre, celles
rendues par les autres juridictions (cours d'appel et tribunaux ordinaires). On considère également
la jurisprudence issue des juridictions internationales (telles Cour européenne des droits de
l'homme et Cour de justice des Communautés européennes...) qui a un impact certain sur la
jurisprudence nationale des pays concernés.

Terminologie [modifier]
Au sens large, c'est l'ensemble des décisions rendues par les juges. On parle de la jurisprudence.

Au sens étroit, ce terme est utilisé pour désigner une solution particulière d'un juge à une question de
droit donnée. On parle d'une jurisprudence. Cette jurisprudence peut devenir commune : ce sera
l'interprétation que les tribunaux adopteront par rapport à une ou des dispositions législatives ou
règlementaires, ces dernières étant parfois imprécises, incomplètes ou obscures. L'on pourrait par
ailleurs qualifier de jurisprudence, l'activité juridictionnelle, la jurisdictio des juges.

Dans un sens ancien, la jurisprudence était la science du droit.

Rôle et sens de la jurisprudence [modifier]


Dans les pays de common law, la jurisprudence (case law, loi issue des procès, des jugements) joue
un rôle particulièrement important : les arrêts des cours d'appel lient les tribunaux inférieurs jugeant
d'autres affaires, voire les cours mêmes qui les ont rendus (règle du précédent, dite aussi du rule of
stare decisis).

En revanche, les pays de tradition romano-germanique répugnent à l'existence d'un droit créé par les
tribunaux et non par le législateur. Par exemple, le Code civil français interdit dans son article
5 les arrêts de règlement en disposant : « Il est défendu aux juges de prononcer par voie de
disposition générale et réglementaire sur les causes qui leur sont soumises ». La décision
d'un juge ne peut donc régler à l'avenir le sort d'une question de droit et ne s'applique en principe qu'à
l'affaire jugée. Mais c'est malgré tout le rôle des juridictions suprêmes d'uniformiser la jurisprudence
afin d'éviter la disparité des jugements et des arrêts des juridictions inférieures dans une matière
donnée.

Ainsi, en France, si la solution adoptée par la Cour de cassation dans une affaire ne contraint pas les
cours d'appel et les tribunaux à statuer d'une manière identique dans des affaires similaires, il
demeure que les arrêts de la Cour de cassation, et particulièrement ceux qui font l'objet d'une
publication au Bulletin des Arrêts, marquent une tendance qui est généralement suivie par les
juridictions de fond pour éviter la multiplication des recours et notamment des pourvois en cassation.

La jurisprudence peut être également définie comme l'habitude de juger des tribunaux, qui, bien que
dépourvue de tout pouvoir normatif, n'en constitue pas moins, en pratique, une autre source du droit à
l'instar de ladoctrine par exemple.

De fait, lorsque cette habitude de juger est établie de longue date, peut-on parler de « jurisprudence
constante », à l'instar du quieta non movere (littéralement : ne pas déranger la quiétude ; ne pas faire
du droit une « girouette jurisprudentielle ») des droits anglo-américains.

L'habitude n'exclut toutefois pas un revirement de jurisprudence, c'est-à-dire un tournant dans


l'interprétation d'un point de droit, principalement par les juridictions suprêmes (comme la Cour de
cassation et le Conseil d'État en France). Le revirement peut également provenir d'un nouveau
courant d'interprétation des juges du fond que les juridictions supérieures consacrent lorsqu'elles sont
saisies. Ces revirements de jurisprudence, sauf rares exceptions, ont un effet rétroactif sur
l'interprétation de la règle de droit et les situations juridiques 1. Ils sont parfois difficiles à prévoir, voire
à repérer et à identifier, mais les juridictions suprêmes sont attentives à gérer au mieux ces
revirements (rôle des publications, des rapports, des colloques).

Critères de formation d'une jurisprudence [modifier]


L'on pourrait énoncer trois critères théoriques, à l'origine de la formation de la jurisprudence. On dit
alors qu'une décision « fait jurisprudence ».

 Formulation de la décision : une décision peut faire jurisprudence grâce :


1. à la fermeté du principe : si la formulation de la décision se voit être abstraite, générale et
brève ;
2. à la nature de la juridiction ayant rendu la décision : par exemple, une décision émanant
d'un Tribunal d'Instance sera beaucoup moins importante que celle émanant de la Cour
de Cassation du pays ;
3. au nombre de décisions similaires rendues par la ou les Cours supérieures (telles la Cour
de cassation ou la Cour suprême dans divers pays).
 Constance de la décision : la répétition d'une décision.
 Publicité de la décision : la publication de la décision. En effet, la jurisprudence n'aurait pas sa
valeur sans la reconnaissance de la communauté des juristes.
Publication de la jurisprudence dans les pays de droit civil [modifier]
La jurisprudence désigne toujours une sélection de décisions car il semble inimaginable de publier
l'ensemble des décisions judiciaires. De plus, un grand nombre d'arrêts et de jugements ne présentent
pratiquement aucun intérêt. Beaucoup de décisions traitant en fait du même problème juridique.

Les décisions de certaines juridictions sont cependant publiées systématiquement. C'est


généralement le cas des décisions des plus hautes institutions nationales et internationales. Cette
pratique est souvent liée à l'application de la hiérarchie judiciaire. Quand le juge suprême donne son
avis, il a bien plus de valeur qu'une décision de première instance.

À l'ère du tout numérique, les décisions ne sont cependant pas à la dispositions des spécialistes
immédiatement et il faut généralement un certain délai, qui peut être compensé par la mise à
disposition des textes par voie électronique (http://www.cass.be, Eur-Lex ou Juricaf, par exemple).

Autrement dit, en règle générale, le recensement et la publication de jugements ou d'arrêts sont en


grande partie laissés à la discrétion des éditeurs de revues juridiques. Ceux-ci sont tenus informés
des décisions intéressantes par un réseau de collaborateurs spécialisés (magistrats, avocats,
greffiers). Ils opèrent un tri dans les textes en fonction de leur domaines d'intérêt, mais aussi de leur
importance : soit que ces décisions abordent un problème nouveau, soit qu'elles précisent une
solution déjà retenue antérieurement, soit qu'elles opèrent un revirement de jurisprudence.

Il n'existe pas de délai fixe entre la décision rendue et sa publication : elle peut être signalée dans un
format résumé et « brut » très rapidement dans telle revue, ou plusieurs années plus tard dans sa
version intégrale accompagnée du commentaire d'un juriste dans telle autre.