Vous êtes sur la page 1sur 127

Au nom d’Allah, le Tout

Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Abréviations utilisées
(pbsl) : paix et bénédiction sur lui (fait suite à une
référence au Prophète Mohammed)
(psl) : paix sur lui (fait suite à une référence à un
prophète)
(pse) : paix sur eux (fait suite à une référence aux
prophètes)

www.harunyahya.fr
e-mail : contact@harunyahya.fr
LA CRAINTE
D'ALLAH
O vous qui avez cru ! Craignez Allah.
Que chaque âme voit bien ce qu'elle a avancé
pour demain. Et craignez Allah, car Allah est
parfaitement connaisseur de ce que vous faites.
(Sourate al-Hasr, 18)

HARUN YAHYA
(ADNAN OKTAR)
A L'ATTENTION DU LECTEUR

Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi sont expli-
quées à la lumière des versets coraniques et les gens sont invités à
connaître la parole de Dieu et à vivre selon Ses préceptes. Tous les
sujets qui concernent les versets de Dieu sont expliqués de telle
façon à ne laisser planer ni doute, ni questionnement dans l'esprit
du lecteur. Par ailleurs, le style sincère, simple et fluide employé
permet à chacun, quel que soit son âge ou son appartenance sociale,
d'en comprendre facilement la lecture. Ces écrits efficaces et lucides
permettent également leur lecture d'une seule traite. Même ceux qui
rejettent vigoureusement la spiritualité resteront sensibles aux faits
rapportés dans ces livres et ne peuvent réfuter la véracité de leur
contenu.
Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus indivi-
duellement ou être abordés lors de conversations en groupes. Les
lecteurs qui désirent tirer le plus grand profit des livres trouveront le
débat très utile dans le sens où ils seront en mesure de comparer
leurs propres réflexions et expériences à celles des autres.
Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de con-
tribuer à faire connaître et faire lire ces livres, qui ne sont écrits que
dans le seul but de plaire à Dieu. Tous les livres de l'auteur sont ex-
trêmement convaincants. De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire
connaître la religion à d'autres personnes, une des méthodes les plus
efficaces est de les encourager à les lire.
Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres livres,
les idées personnelles de l'auteur ou des explications fondées sur
des sources douteuses. Vous ne trouverez pas non plus des propos
qui sont irrespectueux ou irrévérencieux du fait des sujets sacrés qui
sont abordés. Enfin, vous n'aurez pas à trouver également de comp-
tes-rendus désespérés, pessimistes ou suscitant le doute qui peut af-
fecter et troubler le cœur.
LA CRAINTE
D'ALLAH

HARUN YAHYA
(ADNAN OKTAR)
A PROPOS DE L’AUTEUR
Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme HARUN YAHYA, est né à
Ankara en 1956. Il a effectué des études artistiques à l'Université Mimar
Sinan d'Istanbul, et a étudié la philosophie à l'Université d'Istanbul. Depuis
les années 80, il a publié de nombreux ouvrages sur des sujets politiques,
scientifiques et liés à la foi. Harun Yahya est devenu célèbre pour avoir
remis en cause la théorie de l'évolution et dénoncé l'imposture des évolu-
tionnistes. Il a également mis en évidence les liens occultes qui existent
entre le darwinisme et les idéologies sanglantes du 20ème siècle.
Les ouvrages d'Harun Yahya, qui ont été traduits en 41 langues, consti-
tuent une collection de plus de 45.000 pages et 30.000 illustrations.
Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et "Yahya"
(Jean), en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous deux lutté
contre le manque de foi de leurs peuples. Le sceau du Prophète (paix et bé-
nédiction sur lui) qui figure sur la couverture des livres de l'auteur, revêt
un caractère symbolique lié à leur contenu. Ce sceau signifie que le Coran
est le dernier Livre de Dieu, Son ultime parole, et que notre Prophète (paix
et bénédiction sur lui)) est le dernier maillon de la chaîne prophétique. En
se référant au Coran et à la Sounna, l'auteur s'est fixé comme objectif d'ané-
antir les arguments des tenants des idéologies athées, pour réduire au si-
lence les objections soulevées contre la religion. Le Prophète (paix et
bénédiction sur lui) a atteint les plus hauts niveaux de la sagesse et de la
perfection morale, c'est pourquoi son sceau est utilisé avec l'intention de
rapporter le dernier mot.
Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un seul objectif : communi-
quer aux autres le message du Coran, en les incitant à réfléchir à des ques-
tions liées à la foi, telles que l'existence de Dieu, Son unicité, l'au-delà, et en
exposant les fondations faibles et les idéologies perverses des systèmes
athées.
L'œuvre de Harun Yahya est connue à travers de nombreux pays, de
l'Inde aux États-Unis, de la Grande-Bretagne à l'Indo-
nésie, de la Pologne à la Bosnie, de l'Espagne au
Brésil.
Certains de ses livres sont disponibles dans les
langues suivantes : l'anglais, le français, l'allemand,
l'espagnol, l'italien, le portugais, l'urdu, l'arabe, l'al-
banais, le chinois, le swahili, le hausa, le divehi
(parlé à l'île Maurice), le russe, le serbo-croate
(bosniaque), le polonais, le malais, l'ouï-
gour, l'indonésien, le bengali, le danois et le
suédois et de nombreux lecteurs
du monde entier les apprécient.
Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur
croyance en Dieu, et à d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style
sincère et fluide de ces livres confèrent à ces derniers une touche distinctive
qui ne peut manquer de frapper ceux qui les lisent ou qui sont amenés à les
consulter. Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres ne peuvent
plus soutenir l'athéisme ou toute autre idéologie et philosophie matéria-
liste, étant donné que ces ouvrages sont caractérisés par une efficacité ra-
pide, des résultats définis et l'irréfutabilité. Même s'il y a toujours des
personnes qui le font, ce sera seulement une insistance sentimentale puis-
que ces livres réfutent telles idéologies depuis leurs fondations. Tous les
mouvements de négation contemporains sont maintenant vaincus de point
de vue idéologique, grâce aux livres écrits par Harun Yahya. L'auteur ne
tire pas de fierté personnelle de son travail ; il espère seulement être un
support pour ceux qui cherchent à cheminer vers Dieu. Aucun bénéfice
matériel n'est recherché dans la publication de ces livres.
Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du
cœur et à devenir de meilleurs serviteurs de Dieu rendent un service ines-
timable.
Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des
gens, qui mènent au chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent
pas à ôter des cœurs le doute, s'avère être une grande perte de temps et d'é-
nergie. Il est impossible, pour les nombreux ouvrages écrits dans le seul but
de mettre en valeur la puissance littéraire de leurs auteurs, plutôt que de
servir le noble objectif d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un impact
si important. Ceux qui douteraient de ceci se rendront vite compte que
Harun Yahya ne cherche à travers ses livres qu'à vaincre l'incrédulité et à
diffuser les valeurs morales du Coran. Le succès et l'impact de cet engage-
ment sont évidents dans la conviction des lecteurs.
Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés
incessantes, des conflits et des souffrances dont la majorité des gens sont
les perpétuelles victimes, est la prédominance de l'incroyance sur cette
terre. On ne pourra mettre fin à cette triste réalité qu'en bâtissant la défaite
de l'incrédulité et en sensibilisant le plus grand nombre aux merveilles de
la création ainsi qu'à la morale coranique, pour que chacun puisse vivre en
accord avec elle. En observant l'état actuel du monde qui ne cesse d'aspirer
les gens dans la spirale de la violence, de la corruption et des conflits, il ap-
paraît vital que ce service rendu à l'humanité le soit encore plus rapide-
ment et efficacement. Sinon, il se pourrait bien que les dégâts causés soient
irréversibles.
Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort,
constitueront par la volonté de Dieu un moyen par lequel les gens attein-
dront au 21ème siècle la paix, la justice et le bonheur promis dans le Coran.
TABLE DES MATIERES
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9

Allah ordonne dans le Saint Coran qu'Il soit craint . . . . . . .12

Craindre Allah comme Il le décrit dans le Coran . . . . . . . . .15

Pourquoi les croyants craignent-ils Allah ? . . . . . . . . . . . . . .20

Quel genre de valeurs morales possèdent ceux


qui craignent Allah ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38

Les qualités du croyant qui craint Allah . . . . . . . . . . . . . . . . .44

Les récompenses de ceux qui craignent Allah . . . . . . . . . . . .49

Les raisons de l'échec à craindre Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . .58

Quel genre de valeurs morales possède une personne qui


ne craint pas Allah ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73

Les conséquences subies par ceux qui ne craignent


pas Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88

Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

La tromprerie de L'evolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98

8
INTRODUCTION

E n ce moment vous n'êtes pas seul dans la pièce où vous


lisez ce livre. Même dans les moments où vous pensez être
seul, vous ne l'avez jamais vraiment été. Les anges attitrés
d'Allah surveillent et inscrivent constamment tout ce que vous fai-
tes. Dès que vous dites un mot, ils l'inscrivent. Tous vos pas, toutes
vos pensées et absolument tout ce que vous faites, y compris les
obligations religieuses qui ont été reportées, sont tous enregistrés,
sans aucune omission.
Ces anges ne font pas de distinction entre les actes mineurs et
les actes majeurs. Même lorsque vous êtes endormi, ils sont cons-
tamment avec vous. Ils accomplissent leurs obligations à la perfec-
tion. Ils n'oublient et ne se trompent jamais. Pareillement, vos anges
attitrés de la mort attendent aussi. Qu'attendent-ils ? Que votre
temps prédestiné soit accompli. Lorsque votre moment de mourir
arrive, ce sont eux qui prendront livraison de votre âme.
Il existe également d'autres témoins que nous n'avons pas en-
core mentionnés, et auxquels vous ne pensez pas. Ce sont vos té-
moins secrets : vos mains et votre peau. Le jour du jugement, tous
ces témoins se rassembleront, et parleront avec la permission
d'Allah ; ils témoigneront à votre égard. S'il arrive que vous ayez été
de ceux qui n'ont pas craint Allah, ou que vous n'ayez pas fait
preuve de prudence ici-bas, ils témoigneront contre vous.

9
LA CRAINTE D'ALLAH

L'humanité a été créée pour adorer Allah et elle est constam-


ment éprouvée. La vie moyenne de l'être humain est d'environ 60
ans. C'est un temps bien court, pour peu qu'on y pense, avant que
l'on quitte ce monde pour l'au-delà où l'on aura à rendre compte de-
vant Allah de chaque seconde de sa vie. Dans l'au-delà, tous les êtres
humains liront le livre de leurs actions sur terre. Ce livre sera en
quelque sorte le rapport préparé par ces anges-témoins, et Allah dé-
cidera, sur la base de ce rapport, du sort qui sera réservé à tout un
chacun. Si une personne a accompli de bonnes actions, son livre lui
sera remis dans sa main droite et cette personne aura le salut éter-
nellement. Cependant, si elle fait partie de ceux dont le livre est
remis dans la main gauche, elle s'exclamera alors :
… Hélas pour moi! J'aurais souhaité qu'on ne m'ait pas remis
mon livre, et ne pas avoir connu mon compte... Hélas, comme
j'aurais souhaité que [ma première mort] fût la définitive. Ma
fortune ne m'a servi à rien. Mon autorité est anéantie et m'a
quitté ! (Sourate al-Haqqah, 25-29)
Dans ce dernier cas, une telle personne sera appréhendée, en-
traînée visage au sol et emmenée en enfer, d'où elle ne sera plus ja-
mais libérée.
Pourquoi une fin si terrible ? C'est ainsi, car les gens n'ont pas
usé d'effort pour savoir que chacune de leurs actions sera enregis-
trée, révélée et justifiée un jour. Ils ont ainsi passé leur vie dans la né-
gligence, sans craindre Allah ou Ses avertissements. De telles
personnes qui n'ont pas une croyance bien définie en l'au-delà, au
jour du jugement ou en un lieu de châtiment terrifiant, comme l'en-
fer, pour punir les mauvaises actions, il leur sera égal d'ignorer les
prescriptions divines.
C'est pourquoi la crainte d'Allah est un indicateur fondamental
de la foi en Lui et un indicateur important de ce qu'il faut attendre
10
Harun Yahya (Adnan Oktar)

dans l'éternel au-delà. La conscience d'Allah ainsi que la prudence


scrupuleuse sont les seules voies du salut dans l'au-delà.
Le jour du jugement est une réalité redoutable dont nous devri-
ons être pleinement conscients afin qu'il devienne impossible de ne
pas être affecté par elle. Et pourtant, cette conscience n'est le privi-
lège que des gens de foi. C'est une conscience qui inspire la crainte
étant donné la description coranique du grand événement qu'est le
jour du jugement : présence des scribes, des témoins et de l'immense
assemblée de gens depuis la nuit des temps jusqu'au dernier jour
sur terre. C'est une certitude absolue, acceptée inconditionnellement
par les vrais croyants qui craignent d'affronter une pareille épreuve
terrifiante.
Tout ce que vous faites est immédiatement enregistré, même
votre lecture de ce livre. Vous approchez rapidement du jour où
Allah vous appellera pour rendre compte de vos actions. Nous espé-
rons donc être parmi ceux qui ont gagné la satisfaction d'Allah grâce
à la conscience craintive de Lui :
… Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure pro-
vision est la taqwa (piété, bonté, droiture). Et craignez-Moi, O
doués d'intelligence. (Sourate al-Baqarah, 197)
Taqwa signifie conscience ou peur d'Allah, qui inspire à l'indi-
vidu de se garder des mauvaises actions et d'œuvrer inlassablement
vers les actions qui Lui font plaisir. Dans ce livre, ce mot sera traduit
par "craindre Allah" ou bien "se garder du mal" ou encore "droiture",
selon le contexte.

11
ALLAH ORDONNE DANS LE CORAN
QU'IL SOIT CRAINT

C raindre Allah n'est pas, comme le présument certaines per-


sonnes, un trait exclusif des prophètes et de ceux qui sont
particulièrement proches de Lui, mais c'est plutôt un senti-
ment porté dans le cœur de tous les croyants, sentiment qui doit être
dans le cœur de tout individu. Le commandement d'Allah dans le
Coran est clair :
O vous qui avez cru ! Craignez Allah. Que chaque âme voit
bien ce qu'elle a avancé pour demain. Et craignez Allah, car
Allah est parfaitement connaisseur de ce que vous faites.
(Sourate al-Hasr, 18)
Notre Prophète (pbsl) a également attiré l'attention sur cette
question dans plusieurs de ses hadiths, rappelant aux croyants de
toujours craindre Allah :
Craignez Allah où que vous soyez ; si vous suivez une mauvaise action
par une bonne action, vous l'effacerez ; et comportez-vous avec les gens
avec un bon caractère. (At-Tirmizhî)
Allah a créé l'être humain et le connaît donc intimement, mieux
qu'il ne se connaît lui-même. Il sait tout ce que chacun de nous garde
secrètement dans son for intérieur. Il est très bien informé des dou-
tes divers que l'âme peut connaître ainsi que des jeux multiples que

12
Harun Yahya (Adnan Oktar)

la personnalité de l'individu peut jouer. Et pour cause : Il a créé cha-


que âme et lui a donné une capacité illimitée à faire le mal, ainsi que
l'inspiration pour l'éviter de sorte que l'épreuve soit égale. Allah a
également créé Satan comme faisant partie de cette épreuve et lui a
accordé un ensemble de qualités spéciales lui permettant la pour-
suite de son objectif.
C'est pour cette raison que le plus grand soutien dans une
épreuve de la vie d'un croyant est la crainte d'Allah qui lui permet
de se comporter comme Il le recommande, de travailler de façon à
Lui faire plaisir, de se protéger contre les tentations de Satan ainsi
que celle de sa faible personnalité, tout cela avec attention et résis-
tance. Un comportement pareil ne convient pas aux tentatives de
Satan de manipuler les désirs illimités de la faible personnalité de
l'être.
Encourageant les désirs bas de l'individu, Satan tente toujours
et avant tout de dissiper la crainte d'Allah chez l'homme. Il présente
des distractions qui détourneront les gens de la crainte d'Allah et la
prudence à Son égard en insinuant que ces dernières ne sont pas né-
cessaires ou même fausses et que aimer Allah et posséder un cœur
pur sont plus importants. Cependant, un lecteur consciencieux du
Coran sait reconnaître la fausseté de telles suggestions, se rend
compte qu'elles n'ont aucune base réaliste, et qu'elles proposent un
objectif complètement éloigné du droit chemin et donc trompeur,
parce que, dans le Coran, Allah a ordonné aux croyants de Le crain-
dre et l'a fait dans la forme la plus claire possible. Cet ordre se re-
trouve dans plusieurs versets coraniques :
… Et craignez Allah. Et sachez qu'Allah est dur en punition.
(Sourate al-Baqarah, 196)
... Et craignez Allah. Et sachez que c'est vers Lui que vous
serez rassemblés. (Sourate al-Baqarah, 203)
13
LA CRAINTE D'ALLAH

... Et craignez Allah, et sachez qu'Allah est Omniscient.


(Sourate al-Baqarah, 231)
… Et craignez Allah, et sachez qu'Allah observe ce que vous
faites. (Sourate al-Baqarah, 233)
O les croyants! Craignez Allah, cherchez le moyen de vous
rapprocher de Lui et luttez pour Sa cause. Peut-être serez-
vous de ceux qui réussissent ! (Sourate al-Maidah, 35)
Comme c'est le cas pour d'autres sujets, le croyant s'efforcera
sans réserve et inconditionnellement de réaliser l'ordre d'Allah.
Contrairement à ceux qui se détournent du Coran et qui mettent en
doute la nécessité ou l'intérêt de craindre Allah, le croyant n'est pas
trompé par les insinuations inlassables de Satan qui donnent lieu à
des anxiétés perturbatrices. Pourquoi une personne qui aime Allah
doit-elle Le craindre ? Tout comme les prières quotidiennes et le
jeûne sont des pratiques obligatoires à accomplir de la meilleure
façon possible, la crainte d'Allah est, elle aussi, un état spirituel es-
sentiel que le croyant doit s'efforcer de faire naître en lui-même avec
sincérité. Allah a révélé en détail dans le Coran la sagesse divine qui
conduit l'homme à la crainte d'Allah. Ce sujet sera étudié en détail
dans les chapitres suivants.

14
CRAINDRE ALLAH COMME IL LE
DECRIT DANS LE CORAN

O les croyants ! Craignez Allah


comme Il doit être craint. Et ne
mourez qu'en pleine soumission.
(Sourate al-Imran, 102)

L e verset : "Craignez Allah comme Il doit être craint..." pro-


clame un sujet qui a été traité dans le Coran de la manière la
plus ouverte et la plus détaillée, de la manière de craindre
au niveau de l'état spirituel et à la sévérité de l'injonction. Ce sont là
les objectifs les plus importants de la révélation coranique :
Ceci est un message (le Coran) pour les gens afin qu'ils soient
avertis, qu'ils sachent qu'Il n'est qu'un Dieu unique, et pour
que les doués d'intelligence s'exhortent. (Sourate Ibrahim,
52)
Nous allons voir maintenant comment Allah doit être craint
conformément aux enseignements coraniques.

Craindre Allah du mieux que l'on peut


Craignez Allah, donc autant que vous pouvez, écoutez, obéis-
sez… (Sourate at-Tagabun, 16)
Dans le Saint Coran, Allah a expliqué en détail à l'humanité Son

15
LA CRAINTE D'ALLAH

éternel pouvoir, Son haut rang et Sa supériorité, aussi bien que le


châtiment sévère qu'Il réserve à ceux qui se rebellent contre Lui. En
conséquence, nous devons, dans un premier temps, réfléchir pro-
fondément à ces réalités avec sincérité et, dans un deuxième temps,
nos intentions et nos actions devront refléter un comportement
adopté en connaissance de cause. Ce but doit être atteint par l'effort
personnel, comme enseigné dans le Coran, c'est-à-dire, nous devons
apprécier le pouvoir d'Allah du meilleur de nous-mêmes, et être
conscients de Ses avertissements concernant le châtiment éternel de
l'enfer. Ainsi, la crainte d'Allah devient une réalité naturelle dans
notre cœur. Le croyant doit craindre Allah selon ses capacités et être
conscients des conséquences qui découlent du fait de ne pas obser-
ver l'office obligatoire prescrit dans le Coran, aussi bien que de com-
mettre des actes blâmables qui sont également expliqués en détail
dans le Coran :
C'est ainsi que nous l'avons fait descendre un Coran en [lan-
gue] arabe, et Nous y avons multiplié les menaces, afin qu'ils
deviennent pieux ou qu'il les incite à s'exhorter ? (Sourate Ta-
Ha, 113)
Voilà un autre point très important à clarifier : craindre Allah
n'est pas un sentiment qui ne peut être accompli qu'en passant par
de nombreuses situations spirituelles difficiles. Au contraire, c'est
une sensation profonde inévitablement ressentie par quiconque ré-
fléchit avec un esprit ouvert. Une personne espérant parvenir à une
réelle crainte d'Allah peut l'accomplir par une réflexion sincère.
C'est-à-dire qu'une personne qui pense à la mort et aux conséquen-
ces à affronter après la mort, peut développer ce sentiment combiné
de crainte et de respect. Cela dépend entièrement de la perspicacité
des individus et de leur capacité à être sincères.

16
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Craindre Allah sans le voir


Pour éviter la confusion avec d'autres craintes terrestres, Allah
a également décrit dans le Coran les émotions et l'état de spiritualité
d'un croyant qui craint Allah. La crainte d'Allah ne ressemble pas à
n'importe quelle autre ; elle est extrêmement profonde et pleine de
respect. Ce genre de crainte est unique et n'est pas sensé donner lieu
à la peine et à l'inconfort. Bien au contraire, cela rappelle aux gens
leur humilité et leur servitude envers Allah et ouvre et élargit la
conscience et la raison. Cette crainte permet à l'individu d'atteindre
un très haut niveau de droiture.
Cette crainte augmentera également le fervent désir d'un
croyant pour l'au-delà et incitera l'espoir et la patience. La crainte
d'Allah augmente également plusieurs fois le rapprochement et l'a-
mour d'un croyant pour Allah ; c'est un sentiment essentiel qui per-
met de connaître de grands plaisirs spirituels. Le Coran fait allusion
dans plusieurs versets coraniques à la crainte profonde que les
croyants possèdent :
Ceux qui redoutent leur Seigneur bien qu'ils ne L'aient ja-
mais vu auront un pardon et une grande récompense.
(Sourate al-Mulk, 12)
... redoutent leur Seigneur et craignent une malheureuse red-
dition de compte. (Sourate Ar-Raad, 21)
… qui redoute le Tout Miséricordieux bien qu'il ne Le voit
pas, et qui vient [vers Lui] avec un cœur porté à l'obéissance.
(Sourate Qaf, 33)
Ceux qui communiquent les messages d'Allah, Le craignaient
et ne redoutaient nul autre qu'Allah. Et Allah suffit pour tenir
le compte de tout. (Sourate Al-Ahzab, 39)

17
LA CRAINTE D'ALLAH

Ressentir l'espoir avec la crainte


Bien qu'un croyant craigne Allah, il ne doit jamais oublier Sa
compassion, Sa miséricorde et Son pardon, ou qu'Il soit le Seul,
grâce à Sa générosité, à accepter la repentance. Ce sera la raison de
posséder en retour, un espoir sincère, tout en possédant une vérita-
ble crainte. Une profonde peur d'Allah donnera lieu à un niveau de
réflexion solide sur Ses attributs, permettant à la supériorité et à la
grandeur d'Allah d'être fortement plus appréciées, ce qui donnera
lieu à un plus grand rapprochement d'Allah. On obtiendra une plus
grande perception de Sa miséricorde ainsi que de Sa grâce et un im-
mense pardon.
Pour cela, un vrai croyant se tournera et suppliera Allah dans
un état spirituel rempli de crainte et d'espoir :
Ils s'arrachent de leurs lits pour invoquer leur Seigneur, par
crainte et espoir; et ils font largesse de ce que Nous leur attri-
buons. (Sourate As-Sajda, 16)
Ce qui indique que craindre Allah n'a jamais été un sentiment
qui cause le désespoir et le pessimisme. Dans plusieurs versets cora-
niques, il est dit qu'un musulman doit être dans un état d'optimisme
constant :
… Et invoquez-Le avec crainte et espoir, car la miséricorde
d'Allah est proche des bienfaisants. (Sourate al-Araf, 56)
Dis: "O Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre pro-
pre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah.
Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le
Pardonneur, le Très Miséricordieux". (Sourate az-Zumar, 53)
D'autre part, le désespoir est une caractéristique des non-
croyants, et qui est également indiquée dans plusieurs ver-
sets :
Et ceux qui ne croient pas aux versets d'Allah et à Sa rencon-
18
Harun Yahya (Adnan Oktar)

tre désespèrent de Ma miséricorde. Et ceux-là auront un châti-


ment douloureux. (Sourate al-Ankabut, 23)
O vous qui croyez ! Evitez de vous allier à ceux qui on en-
couru la colère de Dieu et qui désespèrent de la vie future, au
même titre que les infidèles qui désespèrent de voir revenir à
la vie ceux qui sont dans les sépultures. (Sourate al-
Mumtahanah, 13)

19
POURQUOI LES CROYANTS
CRAIGNENT-ILS ALLAH ?

P our comprendre pourquoi les croyants ont peur d'Allah, il


est très important de comprendre qu'avoir peur de Lui est
un sentiment qui incite la foi du croyant, ainsi que son en-
thousiasme, son amour et son respect envers Allah. Cette crainte
empêche la personne d'adopter des attitudes qu'Allah n'apprécie
pas, et freine les désirs débordants et malveillants illimités de la per-
sonnalité. Cette peur donne constamment lieu aux bonnes actions et
aux bonnes attitudes, lorsqu'elle est vécue dans une perspective po-
sitive.
Cette crainte éloigne le croyant du châtiment d'Allah, et le di-
rige vers Sa satisfaction et Sa miséricorde, ce qui engendre une
grande satisfaction spirituelle. Elle inspire chez le croyant le besoin
de respecter les limites d'Allah, et lui donne une détermination in-
transigeante dans la recherche de l'approbation d'Allah et une vigi-
lance constante. Par la suite, la crainte d'un croyant dans ce monde
le sauvera de la peur du jour dernier et l'éternelle crainte et terreur
de l'enfer. Il est dit dans ce verset coranique :
Ceux qui, de nuit et de jour, en secret et ouvertement, dépen-
sent leurs biens (dans les bonnes œuvres), ont leur salaire au-
près de leur Seigneur. Ils n'ont rien à craindre et ils ne seront
point affligés. (Sourate al-Baqarah, 274)
20
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Les croyants qui ont peur des avertissements d'Allah et de Son


châtiment et qui adhèrent avec une vigilance absolue à Son ordre et
jugement, possèderont une moralité supérieure de modestie, tolé-
rance, méditation, dévotion, un intellect pur et une profonde cons-
cience ainsi qu'une grande sensibilité ; c'est ce qu'Allah approuve.
Au fond, craindre Allah spirituellement enrichit le croyant. Elle aug-
mente sa vue intérieure et engendre un état spirituel noble rehaussé
par de subtiles indications de sagesse divine ; c'est la clef vers la ré-
compense et le bonheur éternel.

Ils craignent le rang élevé d'Allah


Un croyant ayant conscience d'Allah comme décrit dans le
Coran, et qui médite sincèrement sur Ses attributs, commencera im-
médiatement à connaître cette crainte intérieure qui est due au rang
elevé d'Allah et à Sa supériorité. La majesté d'Allah, Sa grandeur et
Son infini pouvoir créeront chez le croyant une peur emplie de
crainte et d'étonnement absolus.
Cette peur est naturelle, elle grandit à l'intérieur du cœur du
croyant conscient du haut rang d'Allah. Les degrés de cette crainte
augmenteront en proportion de la profondeur de sa foi et de sa ca-
pacité à la méditation.
Allah possède une force, un savoir et une sagesse infinis. Il fait
ce qu'Il veut lorsqu'Il le veut. Il ne sera pas questionné sur ce qu'Il
fait, mais Il questionnera les gens sur ce qu'ils ont fait. Notre
Seigneur est bien au-dessus du besoin de n'importe quel être.
Toutefois, toute création dépend de Lui. Chacun et chaque chose est
créé à partir de rien et c'est Allah Qui assure leur existence. Il est pos-
sesseur de tous et de tout. S'Il le désirait, Il pourrait exterminer tout le
monde et les remplacer par d'autres créatures. Il n'oublie jamais rien.
S'Il souhaite qu'une chose soit, Il dit simplement "Soit !" et elle sera.
21
LA CRAINTE D'ALLAH

Rien ne peut jamais Le lasser. Pour une personne intelligente, le fait


d'adopter une attitude d'indifférence envers Allah, même pour un
petit instant, serait impensable, sans parler du fait d'adopter une atti-
tude de rébellion contre Lui dont la supériorité est infinie.
Une personne qui reconnaît Allah comme décrit dans le Coran
et qui apprécie Sa force sera submergée de crainte vis-à-vis de Sa lar-
gesse et adoptera une attitude d'humilité et d'attention grâce à Lui.
Un croyant, qui connaît la grandeur d'Allah, Sa majesté et Sa force,
est aussi conscient de Ses autres attributs comme "Le Vengeur", "Le
Contraignant", "Le Punisseur" et "Le Dégradeur". Il saura également
que n'importe quelle attitude ou parole contraire à Ses ordres ne res-
tera pas sans réponse de Sa part. Le croyant agira tout en sachant
qu'Allah est tout le temps conscient de tout, qu'Il enveloppe et in-
clus tout, et qu'Il est plus proche de lui que ses veines jugulaires.
Le résultat de la sincérité du croyant est qu'Allah le récompen-
sera certainement par Son infinie miséricorde, dans ce monde ainsi
que dans l'au-delà par le paradis :
Et pour celui qui aura craint de comparaître devant son
Seigneur, il y aura deux jardins. (Sourate ar-Rahman, 46)
Plus certain encore, pour apprécier Allah comme il se doit, il est
nécessaire de posséder une très bonne compréhension de Ses signes
coraniques, "les versets", ainsi qu'être capable de reconnaître Ses si-
gnes dans le monde physique. Depuis l'atome ou la cellule la plus
petite jusqu'à la plus grande étoile ou galaxie, avoir une connais-
sance détaillée en relation avec la création d'Allah augmente en soi
la peur envers Lui. En étant conscient de ces choses, l'on gagne une
plus grande appréciation de la sagesse infinie d'Allah, Son pouvoir
et Son savoir comme ils sont manifestés dans les complexités des in-
nombrables choses qu'Il a fait exister, et l'on est plus apte à saisir le
caractère unique et absolu de Son pouvoir à créer. Ceci, en retour,
22
Harun Yahya (Adnan Oktar)

servirait de moyen pour augmenter de plusieurs fois la crainte d'Al-


lah. Ainsi, Allah révèle le secret dans le Coran :
… Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah.
Allah est, certes, Puissant et Pardonneur. (Sourate Fatir, 28)

Ils craignent les avertissements d'Allah


Dans un autre verset coranique, Allah recommande aux
croyants de craindre Ses avertissements ainsi qu'ils devraient crain-
dre Son rang élevé :
… Cela est pour celui qui craint Ma présence et craint Ma me-
nace. (Sourate Ibrahim, 14)
Allah a promis à ceux qui ne croient pas en Lui et ne Lui obéis-
sent pas, à ceux qui ne portent aucune considération à ce qui Lui fait
plaisir et à ceux qui ne reconnaissent pas Ses ordres et interdits, un
châtiment physique et spirituel éternel. Un vrai croyant sait que per-
sonne dans ce monde n'est à l'abri de l'intolérable et infini châtiment
d'Allah ; il a donc peur d'être soumis à l'enfer qu'Allah a promis à
ceux qui répudient la foi. L'état spirituel des vrais croyants est décrit
dans le Saint Coran de la manière suivante :
Et qui déclarent véridique le jour de la rétribution, et ceux qui
craignent le châtiment de leur Seigneur, car vraiment, il n'y a
nulle assurance contre le châtiment de leur Seigneur.
(Sourate al-Maarij, 26-28)
Les âmes de ces croyants qui craignent réellement Allah trem-
blent en écoutant le récit de ces versets qui se réfèrent à l'enfer.
D'autre part, ceux qui refusent de croire ne peuvent pas compren-
dre, comme il le faut, les significations du Livre d'Allah, même s'ils
le lisent. Pour cela, seuls les vrais croyants percevront dans ces ver-
sets coraniques les avertissements d'Allah envers eux, et qui parlent
des tourments de l'enfer. Les seules personnes qui feront attention
23
LA CRAINTE D'ALLAH

au Coran, en ayant crainte du châtiment d'Allah et agissant avec


précaution, sont les véritables croyants. Par conséquent, ils ne pren-
nent pas exemple sur d'autres personnes, mais plutôt sur ces
croyants qui craignent Allah et qui sont loués dans le Coran, ainsi
que sur les prophètes.
Ces gens-là ne deviennent pas arrogants ou sur-confiants, et ce
en pensant à l'intérieur d'eux-mêmes : "Ces versets ne peuvent pro-
bablement pas s'appliquer à moi, puisque je suis croyant". Au con-
traire, et en résultat de leur foi, ils espèreront constamment la
rédemption et la miséricorde d'Allah, comme souligné dans le ver-
set suivant :
Ils s'arrachent de leurs lits pour invoquer leur Seigneur, par
crainte et espoir… (Sourate as-Sajda, 16)
A ce sujet, le Prophète Mohammed (pbsl) a dit :
Lorsque le cœur d'un croyant est rempli de ces deux sentiments d'espoir
et de crainte, Allah Tout Puissant réalise ses espérances et Le sauve de ce
qu'il craint. (Ibn Majah)
Afin de protéger les gens de l'enfer, plusieurs avertissements et
rappels d'Allah peuvent être trouvés dans le Coran. Dans l'espoir
que ceux qui les rejettent puissent devenir craintifs et attentionnés
dans leur comportement, ils ont été avertis des châtiments qu'ils
connaîtront dans l'au-delà :
… Les perdants sont ceux qui, au jour de la résurrection, au-
ront causé la perte de leurs propres âmes et celles de leurs fa-
milles. C'est bien cela la perte évidente. Au-dessus d'eux, ils
auront des couches de feu, et des couches au-dessous d'eux.
Voilà ce dont Allah menace Ses esclaves. "O Mes esclaves,
craignez-Moi donc !" (Sourate az-Zumar, 15-16)
La vérité est qu'Allah a averti les gens, soit à travers Ses versets
coraniques, soit par la médiation de Ses prophètes ou même par des
24
Harun Yahya (Adnan Oktar)

incidents particuliers qui se produisent comme étant des expérien-


ces d'avertissements. Il les appellera et les effrayera avec Son châti-
ment. "… Nous les menaçons ; mais cela ne fait qu'augmenter leur
grande transgression." (Sourate al-Isra, 60). Ce verset montre claire-
ment que pour ceux qui rejettent pertinemment la foi, les avertisse-
ments d'Allah ne leur sont d'aucun bénéfice et qu'ils les encouragent
plutôt à une plus grande extravagance. Lorsque viendra le temps, le
châtiment qu'ils avaient nié se manifestera comme vérité certaine.
Allah déclare dans un de Ses versets :
Malédiction sur toi et malédiction ! Puis malédiction sur toi et
malédiction! L'homme s'imagine-t-il qu'il va être laissé ainsi,
sans être soumis à aucun jugement ? (Sourate al-Qiyamah, 34-
36)
Ceux qui n'ont pas craint Allah durant toute leur vie et qui ont
nié Son châtiment, leur livre leur sera remis dans leur main gauche,
après avoir rendu compte, au moment où ils seront jugés et seront
condamnés au châtiment éternel et conduits en groupe vers l'enfer.
Ils seront dans un état d'effondrement psychologique total en étant
traînés aux portes de l'enfer. Allah décrit ce moment dans Ses ver-
sets coraniques de cette manière :
Et ceux qui avaient mécru seront conduits par groupes à l'en-
fer. Puis quand ils y parviendront, ses portes s'ouvriront et
ses gardiens leur diront : "Des messagers [choisis] parmi vous
ne vous sont-ils pas venus, vous récitant les versets de votre
Seigneur et vous avertissant de la rencontre de votre jour que
voici ?" Ils diront : "Si, mais la promesse des tourments s'est
justifiée à l'encontre des négateurs". "Entrez, [leur] dira-t-on,
par les portes de l'enfer, pour y demeurer éternellement".
Qu'il est mauvais le lieu de séjour des orgueilleux ! (Sourate
az-Zumar, 71-72)
25
LA CRAINTE D'ALLAH

De cette façon, ils entreront par les portes de l'enfer pour y res-
ter pour toujours, car elles seront refermées et verrouillées et il n'y
aura aucune possibilité d'en échapper ; leurs corps ainsi que leurs
âmes subiront une douleur infinie et insupportable. Cependant,
aucun des châtiments dont ils feront l'objet ne les tuera. Après cha-
que exposition au feu, leur chair brûlée sera renouvelée et le châti-
ment continuera. Ils seront impatients de le voir arriver à terme,
mais ils recevront la réponse suivante :
Et ils crieront : "O Malik ! Que ton Seigneur nous achève !" Il
dira : "En vérité, vous êtes pour y demeurer [éternellement] !"
(Sourate az-Zukhruf, 77)
Le châtiment de l'enfer est de différents types, dont chacun est
au-dessus du pouvoir d'imagination de l'être humain. Les déviants
constitueront le bois du feu de l'enfer, ils en seront torturés. Leurs vi-
sages seront tournés dans le feu, avec leurs mains attachées, ils se-
ront jetés dans un endroit étroit dans le feu où ils seront bouillis et
marqués au fer rouge. Pendant qu'ils sont dans cet état, ils seront
fouettés avec des gourdins de fer, ils s'habilleront de tricots de gou-
dron et dormiront sur des lits de feu. Ils mangeront des buissons
amers et épineux et le poison du zaqqoum et boiront sang et pus
brûlants. L'eau bouillante qu'ils devront boire déchirera leurs intes-
tins, le feu brûlera leurs visages ; ils gémiront et suffoqueront. Tout
ceci n'est qu'une perspective du châtiment physique de l'enfer.
Les gens de l'enfer subiront également une douleur psychologi-
que semblable. Simultanément, ils ressentiront de l'impuissance, du
désespoir et des remords, et ils seront sujets à la dégradation, à la
disgrâce, à l'humiliation, à la colère, à la rage et à la querelle. Au
même moment, les châtiments infligés sur eux les dévoreront et les
détruiront.
Face à ces multiples assauts de douleur et de souffrance, cha-
26
Harun Yahya (Adnan Oktar)

cun d'entre eux sera seul comme des ennemis entre eux. Ils se mau-
diront constamment. Leurs cris fous, leurs hurlements, leurs suppli-
cations et leurs gémissements émergeront en un cri assourdissant.
Il serait facile d'imaginer que ceux qui sont soumis à ce châti-
ment sont des créatures d'un autre genre. Cependant, ce n'est pas le
cas, ce sont des gens qui ont habité autrefois sur terre, que vous avez
pu voir marcher le long de la rue, dont vous pourriez reconnaître cer-
tains, et même les avoir connus personnellement. Rien n'a changé
sauf qu'au moment où ils s'y attendaient le moins, les anges de la mort
ont pris leurs âmes et ils se sont retrouvés en train de répondre et de
payer pour les péchés qu'ils ont commis. Parmi les créatures d'Allah,
ce sont uniquement les vrais croyants qui sont conscients du grand
avertissement d'Allah et dont la condition est la crainte et l'espoir :
Qui disent : "Seigneur, écarte de nous le châtiment de l'enfer".
- car son châtiment est permanent. (Sourate al-Furqane, 65)

Ils craignent la perte de l'approbation d'Allah


et de Son amour
Le vrai croyant qui possède un amour intime et profond envers
Allah sait très bien que l'alimentation la plus importante pour cet
amour est encore une fois une crainte intime et profonde pleine de
respect. Les vrais croyants, qui ont goûté aux indescriptibles plaisirs
spirituels d'aimer Allah, ont très peur de commettre une quelconque
offense ou erreur qui pourrait mettre en danger cet amour ou, pire
encore, éveiller le mécontentement ou l'hostilité de leur Très Aimé,
Allah. La peur d'Allah est indissociablement liée à Son amour.
Aimer Allah ne peut être réalisé que par la proximité d'Allah, qui
devient une réalité lorsque l'on développe un attachement intime et
sincère envers Lui. Cependant, la proximité d'Allah est impossible

27
LA CRAINTE D'ALLAH

sans Son amour et Son approbation, et ceci est obtenu en respectant


Ses limites et en exécutant Ses ordres. Ceci cependant n'est pas une
attitude qui puisse arriver sans établir d'abord la crainte d'Allah,
parce que l'âme d'une personne qui ne Le craint pas sera constam-
ment attirée vers des choses qu'Allah n'approuve pas et sera négli-
gente et indifférente envers ces choses qu'Allah désire de nous. C'est
pour cette raison que le seul chemin pour obtenir l'approbation
d'Allah est de Le craindre.
Cet ordre des choses a été établi par Allah. Par conséquent, ima-
giner que quelqu'un méritera Son amour et Son approbation avant
qu'il n'ait acquis la crainte d'Allah est un signe d'une grande illu-
sion. Avant toute autre chose, Allah a ordonné aux gens de Le crain-
dre ; alors négliger cette exigence et dire que l'on a uniquement
besoin d'aimer Allah, n'a aucun sens. Les gens qui assurent aimer
Allah alors qu'ils restent indifférents à ce qui pourrait Le méconten-
ter ne font, en fait, que tromper leur propre personne dans leurs ten-
tatives à faciliter leurs propres consciences. L'amour d'Allah auquel
ils se réfèrent est un phénomène de leur imagination et il est de na-
ture superficielle. Les gens qui aiment vraiment Allah sont extrême-
ment méticuleux et décisifs lorsqu'il s'agit d'adhérer à Ses ordres et à
Ses interdits. En arguant que la crainte d'Allah n'est pas nécessaire,
cela peut vouloir dire également : "Il n'est pas nécessaire de jeûner,
prier et adorer". De telles personnes ont recours à une variété d'ex-
cuses, pas seulement concernant la peur d'Allah, mais également
afin d'éviter de réaliser plusieurs autres de Ses ordres.

28
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Ils savent qu'Allah pourrait leur répondre


même sur terre
Le Saint Coran est empli de références dans lesquelles Allah
punit certaines personnes en fonction des péchés qu'elles ont com-
mis sur terre. Bien qu'Allah leur ait donné de nombreuses opportu-
nités pour les éviter, ceux qui ont persisté dans leur reniement de la
foi ont souffert des conséquences de la réponse d'Allah en étant en-
core sur terre, pour ce qu'ils ont fait, et sont restés comme premiers
exemples pour les autres peuples.
Un premier exemple à cela est l'histoire de Coré, (Qaroun) à qui
Allah a donné une très grande fortune. Suite à cette énorme richesse,
il devint arrogant et développa un sens exagéré de l'importance de
soi. Les gens étaient initialement convaincus du grand pouvoir de
Coré et l'admiraient totalement ; cependant, plus tard, lorsqu'il
trouva la mort en réponse à sa profonde fierté, ils ont finalement
compris la vérité. Comme conséquence directe à sa rébellion, et
d'une manière complètement inattendue et sans précédent, Coré fut
détruit, et a fait l'objet d'une leçon très claire pour toute l'humanité :
Il sortit à son peuple dans tout son apparat. Ceux qui ai-
maient la vie présente dirent : "Si seulement nous avions
comme ce qui a été donné à Coré. Il a été doté, certes, d'une
immense fortune". (Sourate al-Qasas, 79)
Nous fîmes alors engloutir par la terre Coré et son palais, et sa
suite fut impuissante à le secourir contre Allah, pas plus qu'il
ne put se secourir lui-même. Et ceux qui, la veille, souhai-
taient être à sa place, se mirent le lendemain à dire : "Il est vrai
qu'Allah prodigue Ses richesses et les restreint à qui Il veut
parmi Ses serviteurs. Et si Allah ne s'était pas montré bien-
veillant envers nous, Il nous aurait sûrement fait engloutir. Il

29
LA CRAINTE D'ALLAH

est donc certain que les négateurs ne pourront jamais réussir


!" (Sourate al-Qasas, 81-82)
L'histoire de Coré ainsi que d'autres récits dans le Coran de plu-
sieurs communautés magnifiques et puissantes qui ont été incapa-
bles de se protéger du châtiment d'Allah attirent une attention
particulière sur le fait qu'Allah les a châtiés ici sur terre. Cette réalité
est expliquée dans plusieurs versets coraniques :
N'ont-ils pas parcouru la terre pour voir ce qu'il est advenu de
ceux qui ont vécu avant eux ? Ceux-là les surpassaient en
puissance et avaient labouré et peuplé la terre bien plus qu'ils
ne l'ont fait eux-mêmes. Leurs messagers leur vinrent avec
des preuves évidentes. Ce n'est pas Allah qui leur fît du tort ;
mais ils se firent du tort à eux-mêmes. (Sourate ar-Rum, 9)
... Ne savait-il pas qu'avant lui, Allah avait fait périr des géné-
rations supérieures à lui en force et plus riches en biens ? Et
les criminels ne seront pas interrogés sur leurs péchés !
(Sourate al-Qasas, 78)
Combien de générations, avant eux, avons-Nous fait périr,
qui les surpassaient en biens et en apparence ? (Sourate
Maryam, 74)
La chose qui distingue un vrai croyant des autres personnes est
sa conscience de tous ces cas, il craint Allah au fond de lui et se com-
porte avec précaution. Lorsqu'il commet une faute, voire une mau-
vaise action, il est conscient qu'Allah pourrait répondre
immédiatement, et se tourne alors vers Lui dans un état de remord
et de repentance, suppliant Son pardon.
Un vrai croyant a très peur d'Allah, mais, en même temps,
place sa confiance en Son infinie miséricorde. Cette sensibilité est un
effet de la méditation sur l'au-delà.
Dans le Coran, Allah cite ces gens qui se comportent vraiment
30
Harun Yahya (Adnan Oktar)

de manière opposée. Bien que le châtiment prochain soit évident, ils


échouent à faire le lien avec leur propre situation dans la réalité et
persistent dans leur mauvaise conduite. Leur situation est décrite
comme suit dans le Coran :
Puis, voyant un nuage se dirigeant vers leurs vallées, ils di-
rent ; "Voici un nuage qui nous apporte de la pluie". Au con-
traire ! C'est cela même que vous cherchiez à hâter : C'est un
vent qui contient un châtiment douloureux, détruisant tout,
par le commandement de son Seigneur. Puis, le lendemain,
on ne voyait plus que leurs demeures. Ainsi rétribuons-Nous
les gens criminels. (Sourate al-Ahqaf, 24 –25)
En conclusion, lorsque nous étudions le Saint Coran, nous
voyons que les mauvaises actions, ne restent pas impunies, tant que
celui qui les commet ne se repent pas et ne cesse immédiatement
comme il se doit à la justice exaltée d'Allah. Cependant, ce châti-
ment atteint parfois les gens ici sur terre, et parfois il est révélé le
jour du jugement dernier. Ceux qui se montrent ingrats et persis-
tent dans ce qu'ils font, ne sont jamais à l'abri du châtiment qu'Al-
lah est capable de leur infliger en un instant. Cette réalité est décrite
ainsi :
Etes-vous à l'abri de ce qu'Il vous fasse engloutir par un pan
de terre, ou qu'Il envoie contre vous un ouragan (avec pluie
en pierres) et que vous ne trouverez alors aucun protecteur.
Ou êtes-vous à l'abri de ce qu'Il vous y ramène (en mer) une
autre fois, qu'Il déchaîne contre vous un de ces vents à tout
casser, puis qu'Il vous fasse noyer à cause de votre mécréance
? Et alors vous ne trouverez personne pour vous défendre
contre Nous ! (Sourate al-Isra, 68-69)
Le prophète Mohammed (pbsl) exprime la haute justice d'Allah
comme suit :
31
LA CRAINTE D'ALLAH

Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, vous devez enjoindre ce qui
est honorable et interdire ce qui est peu honorable, ou bien Allah vous en-
verra sûrement bientôt Son châtiment. Alors vous supplierez sans rece-
voir de réponse. (At-Tirmizhî)
Les gens ne peuvent pas vivre leur vie entière de façon irres-
ponsable, parce qu'ils sont responsables envers Allah. Aller à l'en-
contre de cela serait encourir la sévérité du châtiment d'Allah.
Persister consciemment avec un comportement pareil est une
preuve claire de l'échec d'appréciation de la totalité du pouvoir
d'Allah. Si Allah le voulait, Il pourrait à n'importe quel moment reti-
rer toutes les bénédictions qu'Il a accordées à l'humanité, comme Il
le dit dans le verset ci-dessous :
Si Nous voulons, Nous leur crevons les yeux. Ils se mettent
alors à courrir vers le pont de l'enfer, mais comment peuvent-
ils voir?
Si Nous voulons, Nous les transformons de leur état actuel en
la plus vile espèce et ils ne pourront plus alors ne évoluer ne
revenir à leur première nature. (Sourate Ya-Sin, 66-67)
La vérité est que tout ce que possède une personne, chaque
bouffée d'air qu'elle respire, chaque seconde de sa vie, elle la doit à
Allah, et les vrais croyants sont conscients de ces réalités, ils se rap-
pellent donc constamment des conséquences de la transgression des
limites d'Allah.

Ils craignent d'être pris en étant mal préparés


pour la mort
La mort est une réalité. En moyenne, une personne vivra sur
terre approximativement 60 ans, qui seront suivis par la vie éter-
nelle. La vie éternelle sera vécue, soit au paradis dotée d'infinies bé-

32
Harun Yahya (Adnan Oktar)

nédictions, soit en enfer qui a été spécialement créé pour infliger des
douleurs au corps et à l'âme. Dès qu'Allah le veut, Il peut mettre fin
à la vie de quelqu'un sur terre et le transporter dans l'au-delà, et il
n'y a pas de doute que cette décision puisse se réaliser en un clin
d'œil.
Une personne ne peut jamais savoir quand elle mourra, ni le
moment où son épreuve s'arrêtera, ou encore le moment de son ju-
gement final. Pour cela, elle devra avoir vraiment peur et prendre
ses précautions pour ne pas être prise à l'improviste lorsque le mo-
ment arrivera, où elle sera incapable de rendre compte de ses actions
et sera chargée des obligations qu'elle a, soit négligées soit ajour-
nées, ou pas prises au sérieux. Lorsque les anges de la mort arrivent,
il n'y a plus d'autres possibilités de finir les obligations inachevées
ou de compenser pour le travail qui aurait dû être fini. Les actions
faites jusque-là lui apporteront bénéfice ou perte et elle sera appelée
à rendre compte et à être responsable de ces actions, ou à en être ré-
compensée, selon le cas.
La mort est une réalité irréversible. À chaque personne, il est
permis de vivre "… une vie assez longue pour que celui qui réflé-
chit réfléchisse..." (Sourate Fatir, 37). Lorsque l'instant prévu de la
mort arrivera, peu importe la force avec laquelle la personne sup-
pliera et plaidera, il ne lui sera pas accordé une seconde chance ni un
temps additionnel pour accomplir les responsabilités envers Allah
qu'elle n'a pas réalisées à temps. Pour empêcher les vrais croyants
de devenir peu soucieux et négligeant, Allah les a avertis :
Et dépensez de ce que Nous vous avons octroyé avant que la
mort ne vienne à l'un de vous et qu'il dise alors : "Seigneur !
Si seulement Tu m'accordais un court délai : je ferais l'au-
mône et serais parmi les gens de bien". Allah cependant n'ac-
corde jamais de délai à une âme dont le terme est arrivé. Et
33
LA CRAINTE D'ALLAH

Allah est parfaitement connaisseur de ce que vous faites.


(Sourate al-Munafiqun, 10-11)
Les gens ne devraient jamais être satisfaits d'eux-mêmes et de
ce qu'ils ont fait jusque-là puisqu'ils sont conscients de la mort qui
devient une réalité à n'importe quel moment et être pris en étant mal
préparés pour une fin définitive. L'on doit passer chaque moment à
s'efforcer de protéger les limites d'Allah.

Ils craignent le jour du jugement


La crainte d'Allah ainsi que le jour du jugement nourris par ceux
qui possèdent la foi est décrite dans le verset coranique suivant :
Qui craignent leur Seigneur malgré qu'ils ne Le voient pas, et
redoutent l'heure (la fin du monde). (Sourate al-Anbiya, 49)
De plus, dans un autre verset, Allah cite la peur intérieure des
croyants :
Dans des maisons [des mosquées] qu'Allah a permis que l'on
élève, et où Son Nom est invoqué ; Le glorifient en elles matin
et après-midi, des hommes que ni le négoce, ni le troc ne dis-
traient de l'invocation d'Allah, de l'accomplissement de la
salat et de l'acquittement de la zakat, et qui redoutent un jour
où les cœurs seront bouleversés ainsi que les regards.
(Sourate an-Nur, 36-37)
Pour les gens qui sont restés très éloignés de la crainte d'Allah
durant toute leur vie, et ceux qui croyaient et se comportaient avec
précaution, leurs actions terrestres leur seront montrées une par
une. De plus, sans même oublier le moindre petit détail, ce jour-là,
ceux qui ont vécu une vie irresponsable sans craindre Allah et sans
agir avec précaution comprendront ce à quoi ils sont destinés :
Ce jour-là les gens sortiront de tous les côtés pour qu'on leur
montre leurs actes. Celui qui fait dans le bien le poids d'un
34
Harun Yahya (Adnan Oktar)

grain de poussière le verra. Et celui qui fait dans le mal le


poids d'un grain de poussière le verra. (Sourate az-Zalzalah,
6-8)
En conséquence de leurs peurs et remords, ils voudront mourir
et cesser d'exister. Leur existence menant au désastre est décrite
dans les versets suivants :
Quant à celui à qui on aura remis le livre en sa main gauche, il
dira : "Hélas pour moi! J'aurais souhaité qu'on ne m'ait pas
remis mon livre, et ne pas avoir connu mon compte... Hélas,
comme j'aurais souhaité que [ma première mort] fût la défini-
tive. Ma fortune ne m'a servi à rien. Mon autorité est anéantie
et m'a quittée !". (Sourate al-Haqqah, 25-29)
Quant à celui qui recevra son livre derrière son dos, il invo-
quera la destruction sur lui-même, et il brûlera dans un feu
ardent. Car il était tout joyeux parmi les siens, et il pensait
que jamais il ne ressusciterait. Mais si ! Certes, son Seigneur
l'observait parfaitement. (Sourate al-Insiqaq, 10-15)
Suivant cela, les actions contenues dans les livres individuels et
personnels seront pesées sur des balances sensibles, qu'Allah a pré-
parées pour le jour du jugement. Pas un poids d'un grain de pous-
sière d'injustice ne sera fait. Si quelqu'un n'est pas parmi les
prudents, ses balances seront légères et il sera appréhendé, enchaîné
et envoyé à l'endroit qu'il mérite. Non seulement personne n'aidera
l'autre, mais il ne sera même pas capable de s'aider lui-même. La
douleur de son impuissance engloutira son être tout entier :
Et quant à celui dont la balance sera légère, sa mère [destina-
tion] est un abîme très profond. Et qui te dira ce que c'est ?
C'est un feu ardent. (Sourate al-Qariah, 8-11)
Ce jour-là, les gens qui mènent leur vie sur terre sans craindre
Allah auront tous leurs péchés étalés devant eux, un par un. Pas seu-
35
LA CRAINTE D'ALLAH

lement les actions commises, mais également tous les mauvais agis-
sements qu'ils avaient l'intention de faire. Lorsque ce moment ar-
rive, ils seront incapables de faire quoi que ce soit pour le regret
qu'ils connaîtront. Même leurs tentatives de nier échoueront puis-
que leur ouïe, leur vue et leur peau commenceront à parler comme
preuve contre eux, comme décrété par Allah :
[Au jour du jugement] les négateurs regretteront peut-être de
n'avoir pas été musulmans. (Sourate al-Hijr, 2)
La peur que les vrais croyants ressentent assure qu'ils conti-
nuent de se comporter avec précaution et d'être complètement cons-
cients que les versets d'Allah se manifesteront ce jour-là. C'est pour
cette raison que tant que l'on vivra sur terre, l'on devra être prudent
de l'implication dans tout ce que l'on ne peut pas rendre compte de
manière acceptable. En fait, il est inconcevable qu'une personne pos-
sédant une intelligence saine puisse agir contrairement à cela. Le sa-
voir d'Allah est partout, enveloppe et pénètre tout. Il est plus proche
d'une personne que sa propre veine jugulaire, tandis que des anges
spécialement assignés enregistrent tout sans oublier le moindre petit
détail. Pour qu'une personne soit préoccupée par les affaires sans
importance et transitionnelles de ce monde aux dépens du jour du
jugement est la plus grande imprudence possible.
A partir du moment où l'on ouvre nos yeux le matin, cela veut
dire qu'Allah a créé un nouveau jour et une autre chance pour nous.
Nous devons nous rappeler du moment où nous serons redevables
à Allah, et commencer la journée avec des intentions sincères.
Cependant, notre intention devrait être de nous éloigner du com-
portement et des actions qu'Allah n'approuve pas. Personne ne vou-
drait se trouver parmi ceux qui, lorsque le moment arrivera, seront
appréhendés et envoyés à un châtiment infini criant : "Si seule-
ment…" et "Combien je souhaite…"
36
Harun Yahya (Adnan Oktar)

O hommes ! Craignez votre Seigneur et redoutez un jour où le


père ne répondra en quoi que ce soit pour son enfant, ni l'en-
fant pour son père. La promesse d'Allah est vérité. Que la vie
présente ne vous trompe donc pas, et que le Trompeur (Satan)
ne vous induise pas en erreur sur Allah ! (Sourate Luqman,
33)

37
QUEL GENRE DE VALEURS MORALES
POSSEDE UNE PERSONNE
QUI CRAINT ALLAH ?

O enfants d'Adam! Nous avons


fait descendre sur vous un
vêtement pour cacher vos
nudités, ainsi que des parures. -
Mais le vêtement de la piété
voilà qui est meilleur. - C'est un
des signes (de la puissance)
d'Allah. Afin qu'ils se
rappellent.
(Sourate al-Araf, 26)

D ans de nombreux versets coraniques, plusieurs exemples


ont été donnés concernant les attitudes et comportements
des vrais croyants qui craignent Allah. A la lumière de ces
exemples, la valeur morale de base possédée par ceux qui craignent
Allah sera étudiée plus bas.

Ils ne craignent rien d'autre qu'Allah


En accord avec ce verset : "… Ne les craignez donc pas ; mais
craignez-Moi pour que Je parachève Mon bienfait à votre égard, et

38
Harun Yahya (Adnan Oktar)

que vous soyez bien guidés !" (Sourate al-Baqarah, 150), le vrai
croyant ne craint personne ni aucune communauté à part Allah. Il
saura que le bénéfice et la perte, ainsi que le bien et le mal, ne peu-
vent provenir que d'Allah, et que tout incident qu'il rencontrera
n'est que la volonté et la création d'Allah, conformément au destin
qui lui est prédéterminé par Allah.
Cette qualité particulière peut être vue chez tous les prophètes
qui, en communiquant la religion d'Allah, étaient dans la plupart
des occasions opposés à des nations entières, mais n'ont pas fait la
moindre concession. Allah parle de cette qualité dans le verset ci-
dessous :
Ceux qui communiquent les messages d'Allah, Le craignaient
et ne redoutaient nul autre qu'Allah. Et Allah suffit pour tenir
le compte de tout. (Sourate al-Ahzab, 39)
Une personne ayant foi en Allah s'engagera et appliquera pour
elle-même l'exemple supérieur des prophètes.

Ils s'efforcent de faire plaisir uniquement à


Allah
Un véritable croyant vit sa vie en sachant qu'Allah est le juge de
toute chose ; qu'Il est le seul possesseur du pouvoir et de la force, et
que chaque chose existe par Sa volonté. Pour cette raison, les vérita-
bles croyants sauront que rechercher l'approbation des êtres créés
qui, en réalité, ne possèdent ni pouvoir ni force, n'est d'aucune uti-
lité quoi qu'il en soit. Craindre Allah et rechercher son assentiment
dans ce monde protègera contre le terrible châtiment de l'au-delà :
Est-ce que celui qui se conforme à l'agrément d'Allah ressem-
ble à celui qui encourt le courroux d'Allah ? Son refuge sera
l'enfer ; et quelle mauvaise destination ! (Sourate al-Imran,
162)
39
LA CRAINTE D'ALLAH

Le moment arrivera où chaque action, grande ou petite, sera ré-


vélée et que les mains et la peau d'une personne témoigneront con-
tre elle. Un véritable croyant vit sa vie en rapport avec cette réalité et
ne sera jamais compromis dans n'importe quelle circonstance.
L'attitude du Prophète Joseph (psl) est un très bon exemple. Le
Prophète Joseph (psl) fut capable de préserver sa chasteté contre une
femme puissante qui le désirait. Malgré toutes ses menaces et ma-
chinations, il a préféré aller en prison plutôt que d'outrepasser les li-
mites d'Allah. Allah nous informe dans le Saint Coran de la force
supérieure de caractère de Joseph (psl) :
Elle dit : "Voilà donc celui à propos duquel vous me blâmiez.
J'ai essayé de le séduire, mais il s'en défendit fermement. Or,
s'il ne fait pas ce que je lui commande, il sera très certaine-
ment emprisonné et sera certes parmi les humiliés". Il dit : "O
mon Seigneur, la prison m'est préférable à ce à quoi elles
m'invitent. Et si Tu n'écartes pas de moi leur ruse, je penche-
rai vers elles et serai du nombre des ignorants". [des pê-
cheurs]. (Sourate Yusuf, 32-33)

Ils agissent toujours consciencieusement


Un individu serviteur d'Allah ne mettra pas ses propres be-
soins et désirs au-dessus des attentes de son Seigneur, car il sait que
s'il le fait, alors qu'il connaît la vérité, il peut encourir le châtiment
d'Allah sur terre et dans l'au-delà. Tant qu'il restera terriblement
averti de ce danger, il sera à l'abri d'afficher le genre d'attitude qui le
porterait au rang des gens cités dans les versets ci-dessous :
Ceux qui ont été injustes ont plutôt suivi leurs propres pas-
sions, sans savoir. Qui donc peut guider celui qu'Allah égare
? Et ils n'ont pas pour eux, de protecteur. (Sourate ar-Rum, 29)
Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? Et
40
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son cœur et


étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider après Allah
? Ne vous rappelez-vous donc pas ? (Sourate al-Jathya, 23)

Ils imitent toutes les bonnes qualités décrites


dans le Coran
Une personne qui craint Allah affichera les attitudes qui reflè-
tent un bon caractère telles que la loyauté, la fidélité, la droiture,
l'honnêteté et la sincérité. Allah mentionne dans le Coran fréquem-
ment les véritables croyants qui exposent des traits de caractères su-
périeurs. Ils sont des modèles d'humanité que tous les croyants
devraient s'efforcer d'imiter. Cependant, tant que quelqu'un ne
craint pas Allah, il ne pourra jamais apprécier vraiment ces caracté-
ristiques parce qu'au moment où il se trouvera dans un conflit d'in-
térêts, il sombrera dans son propre avantage immédiat, au lieu de
s'élever au meilleur de la conduite telle que décrite dans le Coran.
Ces personnes sont simplement incapables de connaître le genre
d'inquiétude en déplaisant fortement à Allah, ou Lui être redeva-
bles, ou bien d'entrer en enfer et faire face aux conséquences de leur
mauvais comportement, qui leur aurait permis de mieux se compor-
ter.

Ils observent les limites d'Allah, même si


personne ne les voit
Quelqu'un qui est profondément conscient d'Allah sera encore
une fois très prudent pour ne pas faire ce qui pourrait Lui déplaire,
qu'il soit en présence de quelqu'un d'autre ou pas ; parce qu'il est
conscient que, quel que soit le mauvais acte qu'il commet, Allah le
saura, qu'il soit fait ouvertement ou en secret. Allah connaît aussi
41
LA CRAINTE D'ALLAH

bien l'apparent que le caché, et même le plus secret des secrets et qui
sera révélé et rendu compte. Ceux qui sont terriblement conscients
d'Allah savent qu'Il les mettra face à des situations destinées à tester
la sincérité de leur prudence. Dans un de Ses versets, Allah s'adresse
aux véritables croyants :
Evitez le péché apparent ou caché, (car) ceux qui acquièrent le
péché seront rétribués selon ce qu'ils auront commis.
(Sourate al-Anam, 120)

Ils se tournent vers Allah en toute circonstance


Les véritables croyants qui sont terriblement conscients d'Allah
sont extrêmement sensibles lorsqu'il s'agit de recevoir une réponse
de Sa part. Lorsque n'importe quel incident négatif leur arrive ou
lorsqu'ils ressentent que leur travail va mal, ou bien lorsqu'ils sont
confrontés à l'angoisse, ils s'observeront immédiatement pour sa-
voir si oui ou non ils ont fait quelque chose qui déplait à Allah. A tra-
vers leurs supplications, ils rechercheront et supplieront Son
pardon. La combinaison de leur impatience à gagner l'assentiment
d'Allah avec la crainte qu'ils ressentent à la perspective d'encourir
Son mécontentement, s'est développée en une perspicacité supé-
rieure.
A cet effet, l'attitude du Prophète David constitue un grand
exemple. Dans le Coran, le profond respect envers Allah affiché par
David (psl) est révélé par l'incident suivant relaté dans le Coran :
Et t'est-elle parvenue la nouvelle des disputeurs quand ils
grimpèrent au mur du sanctuaire ! Quand ils entrèrent auprès
de David, il en fut effrayé. Ils dirent: "N'aie pas peur ! Nous
sommes tous deux en dispute ; l'un de nous a fait du tort à
l'autre. Juge donc en toute équité entre nous, ne sois pas in-
juste et guide-nous vers le chemin droit. Celui-ci est mon
42
Harun Yahya (Adnan Oktar)

frère : il a quatre-vingt-dix-neuf brebis, tandis que je n'ai


qu'une brebis. Il m'a dit : "Confie-la-moi" ; et dans la conver-
sation, il a beaucoup fait pression sur moi". Il [David] dit : "Il
a été certes injuste envers toi en demandant de joindre ta bre-
bis à ses brebis". Beaucoup de gens transgressent les droits de
leurs associés, sauf ceux qui croient et accomplissent les bon-
nes œuvres - cependant ils sont bien rares. - Et David pensa
alors que Nous l'avions mis à l'épreuve. Il demanda donc par-
don à son Seigneur et tomba prosterné et se repentit. Nous lui
pardonnâmes. Il aura une place proche de Nous et un beau re-
fuge. (Sourate Sad, 21-25)
Bien que la décision du Prophète David (psl) était absolument
juste et qu'il n'y avait pas de doute la concernant, il s'est tourné vers
Allah avec la peur de Le mécontenter et a néanmoins cherché Son
pardon. Il n'est pas possible d'imiter une crainte intérieure comme
celle-ci, qui est pure et sincère. Une pareille conscience de peur est
unique pour ceux qui considèrent Allah comme Il devrait être consi-
déré, qui craignent la perte de Son approbation en fonction de leurs
amour et peur de Lui.
Lorsque nous regardons la conduite des prophètes et des véri-
tables croyants, nous voyons qu'ils sont tous des serviteurs qui crai-
gnent respectueusement Allah et évitent vigoureusement Son
châtiment. Cependant, en même temps, il y a derrière cette peur, un
amour et une amitié très intimes. Leur louange continue et cons-
tante ainsi que l'exaltation d'Allah est une indication de leur amour
et attachement total à Lui.

43
LES QUALITES DU CROYANT
QUI CRAINT ALLAH

Un rang élevé auprès d'Allah


… Le plus noble d'entre vous, auprès d'Allah, est le plus
pieux. Allah est certes Omniscient et Grand- Connaisseur.
(Sourate al-Hujurat, 13)
Sans doute la position d'une personne envers Allah sera en ac-
cord avec Sa reconnaissance, la quantité de ses bonnes actions, son
application des injonctions du Coran, son bon caractère et la sincé-
rité de sa foi. Sans la terrible crainte d'Allah, l'on ne peut atteindre
ces qualités de caractère et de comportement. C'est pourquoi le
degré de peur d'Allah dans le cœur d'une personne est une clé indi-
catrice de son rang auprès d'Allah.

La capacité à distinguer entre le bien et le mal


O vous qui croyez ! Si vous craignez Allah, Il vous accordera
la faculté de discerner (entre le bien et le mal), vous effacera
vos méfaits et vous pardonnera. Et Allah est le détenteur de
l'énorme grâce. (Sourate al-Anfal, 29)
La capacité à distinguer entre le bien et le mal ainsi que l'aug-
mentation dans la compréhension qui va avec sont, sans aucun
doute, les plus grandes et les plus précieuses bénédictions qui sont
accordées à un véritable croyant sur terre.
44
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Si quelqu'un est doté d'intelligence afin d'être capable de distin-


guer le bien du mal, alors chacune de ses paroles et attitudes, toutes
ses décisions ainsi que toutes ses réactions seront perspicaces et cor-
rectes. Parce qu'une personne qui craint Allah peut immédiatement
distinguer entre le bien et le mal, et se comportera en accord avec ce
qui plaît le plus à Allah dans tout ce qu'elle entreprend. La personne
ne sera pas affectée par l'indécision, l'incertitude, l'hésitation, l'an-
xiété ou la confusion. Cependant, en contraste absolu à cela, ceux
dont la capacité à distinguer ne leur a pas été donnée, sont destinés
à la ruine, que ce soit sur terre ou dans l'au-delà.

Une double part de la miséricorde d'Allah


O Vous qui avez cru ! Craignez Allah et croyez en Son messa-
ger pour qu'Il vous accorde deux parts de Sa miséricorde, et
qu'Il vous assigne une lumière à l'aide de laquelle vous mar-
cherez, et qu'Il vous pardonne, car Allah est Pardonneur et
Très Miséricordieux. (Sourate al-Hadid, 28)
Dans Son Saint Coran, Allah promet à Ses serviteurs qui Le
craignent et se comportent prudemment que leurs vies seront bé-
nies, spirituellement et temporellement. Comme exprimé dans le
verset suivant : "… Allah les a agréés et eux L'ont agréé. Voilà l'é-
norme succès." (Sourate al-Maidah, 119). Car un véritable croyant
qu'Allah devra inclure dans Sa miséricorde est sans doute au-dessus
de toute autre chose.
On ne doit pas oublier que durant notre vie sur terre, Allah peut
nous accorder bonheur, abondance, bénédiction, bien-être et sécu-
rité. Dans l'au-delà, toutefois, ceux qui craignent Allah recevront
Son infinie miséricorde et beaucoup d'autres bénédictions leur se-
ront données, mais qui ne pourraient jamais être comparées à celles
sur terre.
45
LA CRAINTE D'ALLAH

Une adoration acceptable


Et raconte-leur en toute vérité l'histoire des deux fils d'Adam.
Les deux offrirent des sacrifices ; celui de l'un fut accepté et
celui de l'autre ne le fut pas. Celui-ci dit : "Je te tuerai sûre-
ment". "Allah n'accepte, dit l'autre, que de la part des pieux".
(Sourate al-Maidah, 27)
Ici, un des enfants du Prophète Adam (psl) dit qu'Allah accepte
le sacrifice de ceux qui Le craignent. Quelqu'un qui ne possède pas
cette crainte d'Allah est, par définition, incapable de donner la re-
connaissance due à l'omnipotence d'Allah, et est incapable de res-
sentir le respect qu'il aurait dû ressentir envers Lui. En résultat à
leur opinion déformée de l'existence et de l'inévitable corruption de
caractère ainsi qu'un comportement adéquat, les efforts des gens pa-
reils équivaudront sûrement à peu de choses au regard d'Allah.
Pour cette raison, Allah requiert avant toute autre chose un caractère
individuel bâti sur Sa terrible crainte et sur la recherche de Son as-
sentiment. N'importe quelle approche basée sur le reniement de cela
finira sans doute en déception, comme indiqué dans le Coran :
Lequel est plus méritant ? Est-ce celui qui a fondé son édifice
sur la piété et l'agrément d'Allah, ou bien celui qui a placé les
assises de sa construction sur le bord d'une falaise croulante
et qui croula avec lui dans le feu de l'enfer ? Et Allah ne guide
pas les gens injustes. (Sourate at-Tawbah, 109)
Il est impossible que l'adoration des gens qui ne craignent pas
Allah et ceux dont le comportement est inacceptable, soit aussi dé-
vouée et sincère comme elle se doit de l'être. Derrière chaque tâche
ou acte d'adoration qu'ils entreprennent, il y aura toujours le désir
d'épater ou d'impressionner, ou de projeter une meilleure image que
les autres. Pour cela, tout ce qu'ils font durant leur vie ne signifie pas

46
Harun Yahya (Adnan Oktar)

grand chose s'ils ne se tournent pas vers Allah et ne changent pas


leurs manières.

Le plaisir de la facilité dans les affaires


… Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les cho-
ses. (Sourate at-Talaq, 4)
Allah permettra toujours aux véritables croyants qui se rappel-
lent de Sa désapprobation et qui observent Ses limites, d'aimer Sa
miséricorde, Sa protection et Son soutien. Il leur ouvrira le chemin
dans tous leurs engagements. D'après un autre verset coranique :
"Nous te mettrons sur la voie la plus facile." (Sourate al-Ala, 8) Allah
ouvertement ou d'une autre manière, facilitera les choses à Ses servi-
teurs, de quelque manière que ce soit, matérielle ou spirituelle.

Allah donne une issue à la difficulté


… Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favora-
ble. (Sourate at-Talaq, 2)
Pour les serviteurs pieux et craintifs d'Allah, aucune situation
n'est jamais insoluble ou insurmontable. Grâce à Allah, ils sont capa-
bles de vaincre tout obstacle en utilisant l'intelligence et la compré-
hension qu'Il leur a donnée. Même dans la situation la plus difficile,
Allah leur montrera une issue, et peu importe combien de temps
cette difficulté pourra durer, ils ne seront pas seuls. C'est la pro-
messe d'Allah aux croyants.

Allah efface leurs mauvaises actions, leur


pardonne et multiplie leur récompense
Tel est le commandement d'Allah qu'Il a fait descendre vers
vous. Quiconque craint Allah cependant, Il lui efface ses fau-
47
LA CRAINTE D'ALLAH

tes et lui accorde une grosse récompense. (Sourate at-Talaq, 5)


Après leur mort, et lorsqu'ils seront appelés à rendre compte,
les véritables croyants auront un jugement facile puisqu'ils ont vécu
leur vie sur terre en accord avec la guidance de notre Seigneur qui
les a créés. Très certainement, ils ne sont pas parfaits, n'ayant com-
mis aucune faute, ils ont même pu avoir péché, mais Allah, le pos-
sesseur d'une infinie miséricorde, a déclaré dans le Saint Coran qu'Il
leur pardonnera :
Dis : "O Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre
propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Al-
lah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le
Pardonneur, le Très Miséricordieux". (Sourate az-Zumar, 53)
Pour cela, ces gens, auxquels Allah a pardonné, recevront une
plus grande récompense pour ce qu'ils ont fait sur terre ; ils seront
admis au paradis, emplis d'innombrables bénédictions.
L'infinie compassion d'Allah sera démontrée aux véritables
croyants même sur terre. En résultat de leur prudence craintive, de
leur attachement à Lui et des bonnes actions qu'ils ont effectuées, la
récompense à leur comportement gentil et sincère sera augmentée
de plusieurs fois. Bien qu'ils doivent, de toute façon, une dette d'a-
doration et d'obéissance pour la vie qu'Il leur a accordée à la pre-
mière place avec toutes les innombrables bénédictions qui vont
avec, Allah par la grandeur de Sa générosité juge bon de les récom-
penser purement de Son inégalable gentillesse et bienveillance.

48
LES RECOMPENSES DE CEUX
QUI CRAIGNENT ALLAH

De joyeuses nouvelles leur sont données


pendant qu'ils sont sur terre
Comme pour ces gens qui mènent leur vie sur terre sans pru-
dence craintive d'Allah, nous observerons plus bas, à la lumière du
Saint Coran, les craintes explicables qu'ils rencontrent ainsi que la
sévérité impressionnante de la majesté d'Allah. Ceux-là, d'autre
part, qui craignent Allah et sont prudents, atteindront, en contraste
direct, dans l'au-delà, une sécurité totale de tout type de crainte et
mèneront leur vie sous la protection et la grâce d'Allah. Ces vérita-
bles croyants qui, durant toute leur vie, ont ressenti un profond
pressentiment à la perspective de l'enfer, lorsqu'arrivera le jour du
jugement dernier, seront bien loin de toutes sortes de peur et seront
absolument à l'abri. Alors qu'Allah donne cette bonne nouvelle dans
le Coran, concernant le jour dernier, Il s'adressera à Ses serviteurs
pour annoncer beaucoup plus de bonnes nouvelles :
O Mes serviteurs ! Vous ne devez avoir aucune crainte au-
jourd'hui ; vous ne serez point affligés, Ceux qui croient en
Nos signes et sont musulmans, "Entrez au paradis, vous et vos
épouses, vous y serez fêtés". On fera circuler parmi eux des
plats d'or et des coupes ; et il y aura là [pour eux] tout ce que

49
LA CRAINTE D'ALLAH

les âmes désirent et ce qui réjouit les yeux ; - "et vous y de-
meurerez éternellement. Tel est le paradis qu'on vous fait hé-
riter pour ce que vous faisiez. Il y aura là pour vous beaucoup
de fruits dont vous mangerez". (Sourate az-Zukhruf, 68-73)
Dans d'autres versets coraniques, Allah donnera ces bonnes
nouvelles par la médiation de Ses anges, qui seront sans doute d'une
joie incroyable pour les croyants qui espèrent si intensément le para-
dis :
Ceux qui disent : "Notre Seigneur est Allah", et qui se tien-
nent dans le droit chemin, les anges descendent sur eux.
"N'ayez pas peur et ne soyez pas affligés ; mais ayez la bonne
nouvelle du paradis qui vous était promis. Nous sommes vos
protecteurs dans la vie présente et dans l'au- delà ; et vous y
aurez ce que vos âmes désireront et ce que vous réclamerez,
un lieu d'accueil de la part d'un xxTrès Grand Pardonneur,
d'un Très Miséricordieux". (Sourate Fussilat, 30-32)
Allah met l'accent sur le fait que ces bonnes nouvelles, qui du-
rent pour l'éternité et qui sont pleines de bonnes choses, seront at-
teintes par ceux qui croient véritablement pendant leur vie sur terre.

Une belle vie


La vie de ceux qui ne croient pas en Allah, qui ne Le craignent
pas et qui ne se comportent pas prudemment, seront, conformément
au châtiment qu'ils méritent, déshérités de l'abondance des bénédic-
tions réservées aux croyants :
Si les habitants des cités avaient cru et avaient été pieux,
Nous leur aurions certainement accordé des bénédictions du
ciel et de la terre. Mais ils ont démenti et Nous les avons donc
saisis, pour ce qu'ils avaient acquis. (Sourate al-Araf, 96)
Cependant, ceux qui croient en Allah avec une prudence crain-
50
Harun Yahya (Adnan Oktar)

tive, et qui ont montré un bon caractère dans leur conduite, de bon-
nes nouvelles leur seront données dans la vie de l'au-delà, ainsi que
dans ce monde, et ils bénéficieront de la meilleure manière possible
de la bonté et de l'abondance d'Allah :
Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en
étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous
les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de
leurs actions. (Sourate an-Nahl, 97)
De la même manière avec laquelle l'infini châtiment des non-
croyants commence pendant qu'ils sont encore sur terre, l'infinie
bonté promise pour les véritables croyants prudents, commencera
également à se manifester. En plus de l'abondance et de la beauté
qui sont parmi les plus importantes caractéristiques du paradis,
Allah donnera à Ses craintifs serviteurs aimés un goût de ces béné-
dictions durant leur vie sur terre afin d'augmenter leur impatience
et leur désir pour le paradis.
Donc, Allah protègera les croyants de toute forme d'inquiétude
et d'angoisse pendant leur vie grâce à leur adhésion à Ses ordres et
interdits, grâce à leur vie qui est conforme à Sa religion, et plus im-
portant encore, grâce à leur dépendance constante vis-à-vis de Lui,
grâce à leur patience et leur impatience pour l'au-delà. Au lieu de
l'angoisse, Allah fait descendre sur leur cœur un sentiment de paix
et de sécurité. Dans chaque acte d'adoration ou de bonne conduite,
qu'elle soit grande ou petite, ils sont conscients qu'Allah les regarde
et que les anges enregistrent tout sur le livre de leurs actions, de là,
ils connaissent une tranquillité apportée par le savoir que, dans l'au-
delà, ils en seront récompensés.
D'autre part, il y a un autre point qui ne doit pas être omis : le
monde est un lieu d'épreuves. Très certainement, un véritable
croyant pourrait être confronté à plusieurs difficultés et crises.
51
LA CRAINTE D'ALLAH

Toutefois, quelle que soit la situation, et pour un croyant qui craint


Allah, ces difficultés se transforment en miséricorde et récompense.
Un bon exemple de cela est celui du Prophète Abraham (psl) qui,
étant accusé de mensonge et bien qu'il soit sur le point d'être jeté
dans le feu par son peuple, n'a pas fait le moindre compromis dans
ses croyances ou vacillé dans sa soumission ou sa confiance en
Allah.
Bien sûr qu'être brûlé vif est une terrible punition, mais dans le
cas du Prophète Abraham (psl), Allah a ordonné au feu d'être "fraî-
cheur et paix" pour lui et le feu ne lui a occasionné aucune douleur
ni souffrance. L'angoisse, la douleur et le malheur sont une punition
ou un avertissement qui se produisent uniquement en fonction du
propre comportement incorrect et mauvais d'une personne : "Tout
malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis... "
(Sourate Achoura, 30)
Autrement dit, pour un croyant sincère qui craint Allah au
mieux de sa capacité et qui se rappelle constamment de l'approba-
tion d'Allah dans sa conduite, le châtiment n'est pas un problème.
Toutes les difficultés que les véritables croyants connaissent
dans ce monde font face aux tests qui ne font que pousser le respect
et la prudence craintive qu'ils ont envers Allah, aussi bien qu'une
plus grande augmentation du désir pour le paradis. Un véritable
croyant est conscient que ces difficultés lui sont créées comme une
épreuve et une expérience d'apprentissage, et comme opportunités
à afficher une bonne conduite, exerçant la patience et tant qu'il dé-
pendra d'Allah, comme une opportunité de récompense dans l'au-
delà. Allah cite dans le Coran la qualité particulière d'être capable de
voir tous les événements comme une opportunité, en rapport avec
ceux qui croient véritablement et ceux qui sont conscients d'Allah
avec crainte :
52
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Et on dira à ceux qui étaient pieux: "Qu'a fait descendre votre


Seigneur ?" Ils diront: "Un bien". Ceux qui font les bonnes
œuvres auront un bien ici-bas ; mais la demeure de l'au-delà
est certes meilleure. Combien agréable sera la demeure des
pieux ! (Sourate al-Nahl, 30)
La mort d'un véritable croyant qui a vécu sur terre dans la droi-
ture sera bonne et facile, sa vie après la mort commencera par l'ac-
cueil des anges, et son prolongement sera le bien-être et la facilité
qui attend chaque véritable croyant.

Un jugement facile
Les véritables croyants rivaliseront dans les bonnes actions du-
rant toute leur vie grâce à leur crainte d'affronter un jugement atroce
dans l'au-delà. Ils garderont méticuleusement les limites d'Allah.
Allah décrit cette crainte des véritables croyants ainsi :
Ils accomplissent leurs vœux et ils redoutent un jour dont le
mal s'étendra partout. Et offrent la nourriture, malgré son
amour, au pauvre, à l'orphelin et au prisonnier, (disant) :
"C'est pour le visage d'Allah que nous vous nourrissons :
nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude. Nous re-
doutons, de notre Seigneur, un jour terrible et catastrophi-
que". (Sourate al-Insan, 7-10)
Dans l'au-delà, Allah illuminera les visages de ceux qui Le crai-
gnent et le compte qu'ils Lui rendront sera facile. Le livre de leurs ac-
tions leur sera donné dans leur main droite et le jugement dont ils
ont peur sera facilité :
Celui qui recevra son livre en sa main droite, sera soumis à un
jugement facile, et retournera réjoui auprès de sa famille.
(Sourate al-Insiqaq, 7-9)
Lorsque le jugement arrivera à terme, les véritables croyants se-
53
LA CRAINTE D'ALLAH

ront dans un état de joie pour avoir échappé au châtiment de l'enfer.


Comme indiqué dans le verset ci-dessus, ils retourneront joyeuse-
ment aux personnes qui leur sont chères.

Une vie perpétuelle au paradis


Mais quant à ceux qui craignent leur Seigneur, ils auront des
jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer
éternellement, un lieu d'accueil de la part d'Allah. Et ce qu'il
y a auprès d'Allah est meilleur, pour les pieux. (Sourate al-
Imran, 198)
Semblance du jardin promis à ceux qui se prémuniront : d'en
dessous coulent des ruisseaux ; les nourritures en sont perdu-
rables, ainsi que l'ombrage. Telle est l'issue des prémunis, et
celle des dénégateurs : le feu. (Sourate ar-Raad, 35)
Les croyants ayant peur d'une rencontre avec l'infini châtiment
de l'enfer, et qui se rappellent qu'il ne faut pas se rebeller contre
Allah, gagneront la récompense de ceux qui craignent et agissent
prudemment comme Allah a promis, et ils seront envoyés pour en-
trer dans leur demeure éternelle :
Et ceux qui avaient craint leur Seigneur seront conduits par
groupes au paradis. Puis, quand ils y parviendront et que ses
portes s'ouvriront, ses gardiens leur diront : "Salut à vous !
Vous avez été bons : entrez donc, pour y demeurer éternelle-
ment". Et ils diront : "Louange à Allah qui nous a tenu Sa pro-
messe et nous a fait hérité la terre ! Nous allons nous installer
dans le paradis là où nous voulons". Que la récompense de
ceux qui font le bien est excellente ! (Sourate az-Zumar, 73-74)
Pour les véritables croyants qui entrent au paradis, la surprise
la plus joyeuse ainsi que la plus grande source de bonheur et d'exci-
tation au-dessus de toute autre chose, sera une salutation verbale
54
Harun Yahya (Adnan Oktar)

d'Allah :
"Salam" [paix et salut]! Parole de la part d'un Seigneur Très
Miséricordieux. (Sourate Ya-Sin, 58)
Allah s'adressera aux véritables croyants au paradis comme
suit :
O Mes serviteurs! Vous ne devez avoir aucune crainte au-
jourd'hui ; vous ne serez point affligés. (Sourate az-Zukhruf,
68)
Allah, qui a créé l'humanité, est plus conscient que nous de ce
qu'ils apprécieront le plus comme récompense pour avoir cru en
Lui, et toutes ces choses attendront les croyants au paradis. De là, les
immenses bénédictions du paradis et les merveilles qu'il contient
sont bien loin de la portée de l'imagination d'un être humain.
D'infinies bénédictions seront offertes aux croyants, les préférences
de ce qu'aucun œil n'a jamais vu ni aucune oreille n'a jamais en-
tendu ; pour le reste de l'éternité, tout ce qu'ils rencontreront, rem-
plira tous leurs désirs :
Tu verras les injustes épouvantés par ce qu'ils ont fait, et le
châtiment s'abattra sur eux (inéluctablement). Et ceux qui
croient et accomplissent les bonnes œuvres, seront dans les
sites fleuris des jardins, ayant ce qu'ils voudront auprès de
leur Seigneur. Telle est la grande grâce ! (Sourate Achoura, 22)
Allah décrit chaque aspect de la vie éternelle pour les croyants
au paradis, tels que leurs lieux de résidence, leurs vêtements, leurs
épouses, la beauté de l'environnement, les produits alimentaires et
plusieurs autres délices qui les attendent.
Dans un verset coranique, les vies éternelles menées par ceux
qui craignent Allah ainsi que la fin terrible que doivent affronter
ceux qui ne Le craignent pas, sont comparées :
Voici la description du paradis qui a été promis aux pieux: il y
55
LA CRAINTE D'ALLAH

aura là des ruisseaux d'une eau jamais malodorante, et des


ruisseaux d'un lait au goût inaltérable, et des ruisseaux d'un
vin délicieux à boire, ainsi que des ruisseaux d'un miel puri-
fié. Et il y a là, pour eux, des fruits de toutes sortes, ainsi
qu'un pardon de la part de leur Seigneur. [Ceux-là] seront-ils
pareils à ceux qui s'éternisent dans le feu et qui sont abreuvés
d'une eau bouillante qui leur déchire les entrailles ? (Sourate
Muhammad, 15)
Aucun doute sur le fait qu'une personne consciente et avertie a
seulement besoin de réfléchir au scénario pendant un instant afin
d'espérer et de craindre Allah intensément.

La plus grande récompense : l'éternelle


satisfaction d'Allah
Aux croyants et aux croyantes, Allah a promis des jardins
sous lesquels coulent les ruisseaux, pour qu'ils y demeurent
éternellement, et des demeures excellentes, aux jardins d'E-
den [du séjour permanent]. Et la satisfaction d'Allah est plus
grande encore, et c'est là l'énorme succès. (Sourate at-Tawbah,
72)
Le plus grand plaisir spirituel connu par les croyants lorsqu'ils
entrent au paradis est la réalité qu'à partir de ce moment-là, Allah
est satisfait d'eux, qu'Il les aime, qu'Il ne les punira jamais et qu'ils
seront Ses amis pour toujours. Avoir gagné l'approbation d'Allah
sera la source de joie et de bonheur infiniment supérieure à n'im-
porte quelle comparaison terrestre. Le plaisir d'Allah est ce qui ap-
porte la vraie douceur aux bénédictions du paradis. Bien que les
récompenses du paradis soient merveilleuses en soi, le plus beau ré-
side en la joie d'être affirmé par Le Seigneur de tous les mondes

56
Harun Yahya (Adnan Oktar)

comme étant méritant de recevoir Sa bonté. Allah déclare dans le


Coran:
"O toi, âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et
agréée ; entre donc parmi Mes serviteurs, et entre dans Mon
paradis." (Sourate al-Fajr, 27-30)

57
LES RAISONS DE L'ECHEC
A CRAINDRE ALLAH

Dis : "Qui vous attribue de la


nourriture du ciel et de la terre ?
Qui détient l'ouïe et la vue, et
qui fait sortir le vivant du mort
et fait sortir le mort du vivant,
et qui administre tout ?" Ils di-
ront : "Allah". Dis alors : "Ne le
craignez-vous donc pas ?"
(Sourate Yunus, 31)

C omme révélé ouvertement par Allah dans Ses versets, lors-


que ces gens qui ne possèdent que la foi superficielle en se-
ront questionnés, ils admettront leur foi en Allah, mais la
prudence craintive qu'ils ont pour Lui se trouvera en défaut. La
preuve la plus évidente de leur condition est que ni dans leur parole,
ni dans leur comportement, ils n'affichent le moindre signe de
crainte ou de prudence avec respect vis-à-vis d'Allah. Il y a des rai-
sons bien connues soulignant cela.

Le manque d'une véritable appréciation d'Allah


Généralement, parmi le peuple, une compréhension de la reli-

58
Harun Yahya (Adnan Oktar)

gion par ouï-dire est très répandue. La majorité des gens ne se sont
pas familiarisés avec la propre description que donne Allah de Lui-
même et de Ses attributs, comme ils apparaissent dans la source ori-
ginale de la religion, à savoir le Saint Coran. Mais Allah S'est
présenté à nous dans le Coran de la manière la plus claire et la plus
authentique possible. Le savoir de la plupart des gens en ce qui con-
cerne Allah consiste en ce qu'ils ont entendu de leurs familles res-
pectives, de leurs parents et d'ici et là. Par conséquent, la
compréhension des gens concernant Allah varie largement.
Le point intéressant concernant ceci est que beaucoup de per-
sonnes n'ont pas pensé que les choses qu'elles ont entendues et ap-
prises dans leur environnement immédiat, pourraient être
incomplètes ou même incorrectes. Même si cela leur est arrivé, il est
fort improbable qu'elles sortent de leur voie pour faire les recher-
ches qui seraient recommandées afin de s'assurer de la vérité. C'est
une véritable faute qui pourrait mener à l'enfer et serait due au fait
de ne pas identifier correctement Allah ou de ne pas donner une vé-
ritable reconnaissance à Ses nombreux grands attributs.
Ce genre de personnes pensent à Allah, en termes généraux,
avec respect, à Ses attributs de Pardonneur (Al Ghaffar), l'Aidant
(An Nasir), le Pourvoyeur (Ar Razzaq), le Très Subtil (Al Latif), le
Préservateur (Al Hafidh), le Tout Plein de Miséricorde (Ar Rahim) et
le Prééminent (Al Mouhaymin). Limiter leur centre d'intérêt à des
attributs tels que ceux-là résulte simplement en un sens déséquilibré
de bien-être et d'autosatisfaction, puisqu'Allah a d'autres attributs
comme Le Vengeur (Al Mountaquim), Le Punisseur (Al Mouadhib),
et le Dominateur Suprême (Al Qahhar). Cependant, les gens cités ci-
dessus ne sauraient pas vraiment ce que ces attributs veulent dire.
Ils ne peuvent pas penser à notre Seigneur en ces termes-là. Ils ne ré-
alisent pas que ces attributs se rapporteront à leurs actions, leurs
59
LA CRAINTE D'ALLAH

comportements et leurs conversations.


Bien qu'ils puissent être conscients de certains des attributs
d'Allah par leur nom, ils restent inconscients de leur signification et
de la manière avec laquelle ils vont affecter leurs vies éternelles. Soit
ils ont un point de vue partial des nombreux attributs d'Allah, soit
ils imaginent qu'ils ne s'appliquent en aucun cas à eux.
Par exemple, si une injustice leur a été perpétrée, ils croient que
dans l'au-delà, Allah avec Son infinie justice, cherchera le châtiment
à cette injustice. Toutefois, ils échouent à réaliser qu'eux-mêmes fe-
ront face au châtiment d'Allah s'ils ne croient pas au Coran et n'agis-
sent pas conformément à lui, comme ils le devraient. L'humanité a
été créée pour adorer Allah, mais s'ils rejettent le but de leur créa-
tion, ils affronteront sans aucun doute les conséquences de cette in-
crédulité. Le châtiment le plus sévère est requis pour une énorme
transgression pareille, d'où l'existence de l'enfer. Ce dernier étant le
lieu le plus terrible jamais créé ; il est l'arène des châtiments dont la
sévérité est bien au-dessus de l'imagination de l'homme. Il com-
prend et surpasse de plusieurs fois les grandes agonies imaginables
sur terre.
Ces gens que nous avons décrits ne possèdent pas une cons-
cience craintive d'Allah et se comportent avec insouciance, ils sont
inattentifs à leur propre conscience et manquent complètement de
compréhension. Ils n'ont aucune perception propre de la force d'Al-
lah et de Son pouvoir, de Sa majesté et de Son immensité, de Son
exaltation et de Sa grandeur. De là, ils échouent à connaître le genre
de crainte intérieure et de profonde trépidation appropriée à la per-
spective d'être exposés à Sa colère. En conséquence, ils ne s'efforcent
pas à gagner l'approbation d'Allah ou d'appliquer Ses ordres au
mieux de leurs possibilités. Ils ne restent même pas fidèles à Ses in-
terdits, préférant mener des vies sans souci. Ils échouent à montrer
60
Harun Yahya (Adnan Oktar)

la gratitude et l'appréciation requises pour les bénédictions qu'Allah


leur a données, alors l'ingratitude devient un caractère permanent
de leurs êtres. Cependant à la fin, le prix pour vivre une vie sans
souci sur terre sera payé avec une vie éternelle de crainte et de tour-
ments.

Les croyances erronées des non-croyants


au sujet de l'au-delà
Tout comme ils sont incapables de donner à Allah la reconnais-
sance qui Lui est due, de nombreux ignorants possèdent également
une connaissance défectueuse et de nombreuses fausses croyances
concernant le paradis et l'enfer. Ces gens aiment leur vie sur terre,
leur plus cher désir ; ils se rebellent contre Allah et puis, ils préten-
dent qu'ils seront pardonnés après avoir passé une courte période
en enfer. Toutefois, la fin qui les attend est beaucoup plus doulou-
reuse qu'ils ne le présument, parce que l'enfer est une demeure de
châtiments qui durera toute l'éternité pour ces non-croyants extrê-
mes qui ne tiennent pas compte des avertissements d'Allah. Allah
met l'accent sur le fait que l'enfer a été créé pour les incrédules et
pour ceux qui persistent dans leur incrédulité. Il n'y a pas de point
de retour pour eux :
L'enfer est toujours à l'affût. Il guette ceux que outrepassent
la mesure et sera leur point de retour. Ils y demeurent durant
de longues périodes. (Sourate an-Naba, 21-23)
Les douleurs et les souffrances de l'enfer sont bien au-delà de
l'imagination. L'enfer est un environnement effrayant où l'attribut
d'Allah "Le Dominateur Suprême – Al Qahhar " se manifeste dans
toute sa sévérité et où les châtiments qui sont infligés dépassent de
loin tout ce qui peut être imaginé sur terre. Pour un individu qui est

61
LA CRAINTE D'ALLAH

tout juste capable de résister à la douleur d'une goutte d'eau


bouillante, ou à des températures froides ou même à la moindre
faim, déclarer qu'il pourrait supporter de pareilles formes de châti-
ments sans trop de difficultés est une indication claire de son man-
que de conscience total et de compréhension. Comme nous l'avons
dit dès le début, quiconque imagine que le châtiment d'Allah est une
question à prendre à la légère, est quelqu'un qui n'a aucune idée de
ce qu'est la réalité du pouvoir d'Allah.

Ils sont trompés par le temps qui leur est


attribué sur terre
Afin que les gens puissent être testés correctement, Allah nous
a octroyé à tous une période de temps dans le monde terrestre. Il
nous envoie des avertissements et donne chaque opportunité pour
se repentir et corriger les erreurs que nous avons pu faire.
Cependant, pour les gens qui ne vivent pas par la religion, toute
cette générosité s'étend derrière leur incapacité à craindre Allah
comme ils le devraient. Afin d'éviter les conséquences de leurs ac-
tions, les gens en général sont extrêmement soucieux lorsqu'il s'agit
de comportement qui apporte un résultat immédiat. Voyons l'exem-
ple suivant.
Supposons qu'une personne travaille pour une société avec un
bon salaire, et à qui on a donné un certain nombre d'objectifs à satis-
faire, sachant qu'échouer à exécuter ces objectifs serait vraisembla-
blement donner lieu à la fin de son emploi dans cette société. Cela ne
demande pas une grande imagination pour deviner combien d'ef-
forts importants et de détermination seraient accomplis pour cette
tâche. La simple pensée de la perte à laquelle il ferait face s'il venait
à perdre son emploi serait complètement hors de question. Il ferait

62
Harun Yahya (Adnan Oktar)

tout ce qui est possible, même jusqu'au point de sacrifier son bien-
être, son sommeil et même abandonner d'autres assignations afin
d'atteindre ses objectifs et d'échapper à l'énorme angoisse de l'échec.
Tout cela est très bien, mais la question est : de telles personnes res-
sentent-elles le même niveau d'urgence eu égard à la plus grande ré-
alité qui est de rendre compte à Allah ? La vérité est que la grande
majorité ne l'est pas parce qu'ils ne voient pas la mort et l'au-delà en
tant que réalités imminentes ; selon eux, la vie qu'ils mènent est
beaucoup plus réaliste.
Mais dans un verset coranique, le temps sur terre attribué aux
gens est mentionné comme suit :
Et si Allah s'en prenait aux gens pour ce qu'ils acquièrent. Il
ne laisserait à la surface [de la terre] aucun être vivant. Mais Il
leur donne un délai jusqu'à un terme fixé. Puis quand leur
terme viendra... (Il se saisira d'eux) car Allah est très clair-
voyant sur Ses serviteurs. (Sourate Fatir, 45)
Ces gens imaginent que lorsqu'ils font quelque chose qu'Allah
ne consent pas, ils seront instantanément punis avec "une pluie de
souffre" ; lorsque cela n'est pas le cas, ils le voient comme une per-
mission à continuer dans leurs excès. Cette pensée illogique peut
être vue chez les gens des communautés incrédules ayant vécu à
toutes les périodes de l'histoire, et dont le raisonnement est décrit
par Allah dans le verset suivant :
… et disent en eux-mêmes : "Pourquoi Allah ne nous châtie
pas pour ce que nous disons ?" L'enfer leur suffira, où ils brû-
leront. Et quelle mauvaise destination ! (Sourate al-
Mujadalah, 8)
Ce point de vue déformé est tenu par la majorité des gens qui
ne croient pas et par ceux dont la foi n'est que superficielle. Ces gens
qui croient qu'ils ne seront pas punis pour leurs actions, et qui pen-
63
LA CRAINTE D'ALLAH

sent donc qu'ils sont extrêmement intelligents, sont en fait tirés gra-
duellement vers leur punition par une voie qui leur est inconnue :
Ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements, Nous al-
lons les conduire graduellement vers leur perte par des voies
qu'ils ignorent. (Sourate an-Nahl, 182)
En similitude à ces punitions ouvertes et évidentes qu'Allah a
mentionnées dans Son Saint Coran, des punitions subtiles et cachées
peuvent devancer les gens à n'importe quel moment, même en étant
encore sur terre. Par exemple, une personne qui a l'habitude d'affi-
cher des attitudes ou une conduite morale offensives à l'égard Allah,
est subitement frappée par une maladie affaiblissante. Il va de soi
que ces afflictions ne se confinent pas aux sens physiques ; la crainte
qu'Allah occasionnera pour saisir le cœur ou seulement un véritable
stress, suffira à rendre l'existence d'un individu extrêmement em-
barrassée. Pour cela, Allah a attiré l'attention dans le Coran sur le
fait que la crainte est une forme de châtiment :
... Allah lui fit alors goûter la violence de la faim et de la peur
[en punition] de ce qu'ils faisaient. (Sourate an-Nahl, 112)
Pendant qu'elle se comporte d'une manière qu'Allah désap-
prouve, aucune personne ne peut être jamais sûre que le malheur ne
plane pas au-dessus d'elle, prêt à frapper à n'importe quel instant. Il
n'y a pas de protection contre un quelconque châtiment d'Allah. Il
nous a informé de cette réalité dans le Coran :
Les gens des cités sont-ils sûrs que Notre châtiment rigoureux
ne les atteindra pas la nuit, pendant qu'ils sont endormis ?
Les gens des cités sont-ils sûrs que Notre châtiment rigoureux
ne les atteindra pas le jour, pendant qu'ils s'amusent ? Sont-
ils à l'abri de la ruse d'Allah ? Seuls les gens perdus se sentent
à l'abri de la ruse d'Allah. (Sourate al-Araf, 97-99)
Le même avertissement est réitéré dans un autre verset :
64
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Etes-vous à l'abri de ce qu'Il vous fasse engloutir par un pan


de terre, ou qu'Il envoie contre vous un ouragan (avec pluie
en pierres) et que vous ne trouverez alors aucun protecteur.
Ou êtes-vous à l'abri de ce qu'Il vous y ramène (en mer) une
autre fois, qu'Il déchaîne contre vous un de ces vents à tout
casser, puis qu'Il vous fasse noyer à cause de votre mécréance
? Et alors vous ne trouverez personne pour vous défendre
contre Nous ! (Sourate al-Isra, 68-69)
Il ne faut pas oublier que l'humanité est dans un état d'impuis-
sance, et que nous sommes complètement dépendants d'Allah pour
tout. Les angoisses des épreuves et des difficultés ne peuvent être af-
frontées qu'en se remettant à Allah et en recevant de Lui la force.
Cependant, ceux qui n'acceptent pas la réalité de leurs capacités li-
mitées et qui ne craignent pas Allah, sont laissés à eux-mêmes pour
affronter leurs châtiments et leurs malheurs, aussi bien les appa-
rents que les cachés. Etant donné que la formation de l'être humain
n'a pas la capacité de résister à ces afflictions, le chemin sûr et ga-
gnant est de craindre Allah au mieux de sa capacité et de mener une
vie basée consciemment sur la conscience craintive de ces réalités.

Prétendre que seuls les très rebelles seront


soumis au châtiment
Bien que la majorité des gens sache qu'après la mort, Allah les
appellera pour rendre compte de la vie qu'ils ont menées, et qu'a-
près ce jugement, ils seront envoyés soit au paradis soit en enfer, ils
ne font aucune préparation pour leur vie dans l'au-delà. Bien que
ces personnes affirment leur croyance en l'existence de l'au-delà, les
styles de vie qu'ils mènent ne sont pas véritablement différents de
ceux des véritables incrédules. De plus, ils n'affichent pas le moin-

65
LA CRAINTE D'ALLAH

dre embarras à ce sujet.


Les styles de vie des deux groupes sont quasiment identiques
en apparence, en attitudes, comportements, buts et ambitions. La
seule différence entre eux est que l'un déclare être musulman tandis
que l'autre ne le dit pas. En dépit de la volonté du premier groupe à
affirmer leur croyance au Coran, leur échec à se conformer aux juge-
ments du Livre qu'ils affirment croire ne leur occasionne aucune
gêne ou incommodité quelles qu'elles soient.
La raison de leur état d'indifférence apparent à la nature de leur
position ouvertement contradictoire est leur affirmation supplé-
mentaire que leurs cœurs sont purs et qu'ils ne font aucun mal à au-
trui.
Leur attitude est basée sur la croyance assurée qu'ils ne seront
jamais envoyés en enfer ; en d'autres termes, ils se voient comme
candidats certains pour l'admission au paradis. Ce qui est égale-
ment particulièrement intéressant, ce sont les critères qu'ils ont trou-
vés afin de définir le type de personne qui entrera en enfer, et
l'arrogance avec laquelle ils déclarent toute autre personne apte au
paradis.
D'après eux, les gens qui méritent l'enfer sont les criminels et
les délinquants, vus généralement à la télévision ou dans les jour-
naux tels que les meurtriers, les voleurs, les terroristes et tous les in-
dividus déterminés à faire du mal aux autres. Ceux-là ont exclu de
leur liste "la personne moyenne" qui constitue cependant la majorité
de l'humanité, et soutiennent que tous leurs péchés seront immédia-
tement pardonnés.
C'est la nature des critères qu'ils ont eux-mêmes sélectionnés
qui a donné lieu à l'hypothèse qu'ils sont des gens du paradis, étant
donné qu'ils n'ont jamais commis de meurtre ou volé quoi que ce
soit et qu'ils ne sont pas des terroristes. Donc, malgré leurs revendi-
66
Harun Yahya (Adnan Oktar)

cations d'être musulmans, ni leur volonté de commettre toutes for-


mes de transgressions, ni leur réticence de s'en tenir au Coran et de
mener leur vie sûrement dans les limites établies par Allah, n'éveille
en eux un quelconque sens de peur ou de nervosité. La simple rai-
son à cela est leur supposition erronée qu'aucune de ces actions ou
omissions ne constitue une cause suffisante pour être envoyé en
enfer. Cependant, c'est une très grande erreur, qui peut les traîner
aux fosses de l'enfer.
Ces personnes ignorantes évoquent des valeurs et des priorités
au nom de l'Islam, qui sont très différentes de celles contenues dans
le Coran. Autrement dit, les sujets sur lesquels Allah met la plus
grande importance finissent, selon leur raisonnement simpliste, par
être considérés comme marginaux. Ainsi, les perspectives religieu-
ses qu'ils ont inventées leur offrent un style de vie qui est en désac-
cord complet avec une véritable crainte d'Allah. Dans le verset
coranique suivant, Allah attire l'attention sur la logique altérée de
ces gens :
Dis : "Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ?
Qui détient l'ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort
et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ?" Ils di-
ront : "Allah". Dis alors : "Ne le craignez-vous donc pas ?".
(Sourate Yunus, 31)
Ces personnes ne peuvent adhérer aux ordres et interdits de la
véritable religion à cause de leur engagement déterminé à leur pro-
pre version des choses. De là, ils continuent à mener leur vie sous un
sens erroné de sécurité où ils se dupent eux-mêmes en croyant qu'ils
sont destinés au paradis. Toutefois, peu importe qu'ils se trompent,
leur conscience leur rappellera toujours la véritable réalité. Lorsque,
confrontés aux réalités du Coran, ils trouvent impossible d'admettre
qu'ils ont perdu leur vie entière avec les péchés et les fautes graves,
67
LA CRAINTE D'ALLAH

ils refusent absolument d'écouter qui que ce soit qui essaye de leur
clarifier la situation. Pour cela, et afin de ne pas le ressasser, ils se dé-
tournent consciemment en se concentrant sur d'autres sujets. En
d'autres termes, lorsque quelque chose arrive ou une pensée leur
vient à l'esprit qui pourrait leur occasionner une crainte ou une an-
goisse, ils tournent immédiatement leur attention ailleurs, préférant
rester dans un état de sécurité imaginaire. Ils tentent d'empêcher les
pensées d'Allah, Ses menaces et Son châtiment d'y entrer, c'est-à-
dire qu'ils existent dans un état de reniement perpétuel de la réalité
de leur situation difficile : l'impossibilité d'échapper à l'incontourna-
ble justice d'Allah. Aussi dur qu'ils essayent, leur stupide détermi-
nation à éviter la vérité ne les sauvera pas de la fin effrayante qui les
attend.
L'idée "qu'Allah nous pardonnera de toute façon"
Puis les suivirent des successeurs qui héritèrent le Livre, mais
qui préférèrent ce qu'offre la vie d'ici-bas en disant : "Nous
aurons le pardon…" (Sourate al-Araf, 169)
Comme il est indiqué dans ce verset, en dépit du fait de ne pas
mener le genre de vie prescrite par Allah, les gens soutiennent qu'ils
seront tout de même pardonnés. Sans doute, la raison la plus impor-
tante à cette supposition est leur incapacité à vraiment comprendre
les attributs d'Allah et Sa justice à cause de leur dépendance à une
sorte de raisonnement qui a peu ou pas de fondation coranique.
Bien qu'Allah soit pardonneur et pardonnera les mauvaises actions
de Ses serviteurs, la condition préalable à ce pardon est soulignée
par Allah dans ce verset :
Dieu pardonne seulement à ceux qui font le mal par igno-
rance et qui se repentent aussitôt. A ceux-là, Allah accorde
Son pardon, car Allah est Omniscient et Sage. Mais aucun
pardon ne sera accordé à ceux qui continuent inlassablement
68
Harun Yahya (Adnan Oktar)

à pécher et qui, à l'approche de la mort, disent : « A présent,


nous nous repentons ! », ni à ceux qui meurent en état d'infi-
délité. A tous ceux-là seront réservées d'affreuses souffren-
ces. (Sourate an-Nisa, 17-18)
Cependant, il y a ceux qui, même ayant été avertis à plusieurs
reprises, aussi bien ouvertement que secrètement, sont conscients
de la vérité, restent éloignés de la crainte d'Allah, et persistent avec
leur déclaration déformée qu'Allah leur pardonnera malgré tout. Ce
genre de malentendu est un exemple clair de la capacité de Satan à
induire en erreur et à tromper les gens. C'est un de ces nombreux ap-
pâts, qui mènent à toutes sortes de mauvaises actions et erreurs qui
sont continuellement commises. De plus, la déclaration d'Allah que
"… il n'y a nulle assurance contre le châtiment de leur Seigneur."
(Sourate al-Maarij, 28) est une preuve évidente que personne n'est
assuré du pardon de cette manière.

Croire qu'ils méritent le paradis


Il ne peut y avoir aucun doute qu'une compréhension déformée
du Coran donnera lieu à une vision pareille et déformée sur l'au-
delà. D'où la majorité des gens ignorants qui partagent la croyance
commune qu'ils méritent le paradis. Plusieurs d'entre eux ne possè-
dent aucune conception sur le fait d'être questionnés sur leurs ac-
tions après leur mort. D'après eux, même si une telle possibilité
existe, ils pensent qu'ils rencontreront une issue positive, se dupant
ainsi dans un faux-sens de sécurité.
Allah a donné un exemple dans le Coran, celui du propriétaire
d'un jardin, qui était arrogant et sûr de lui. Il ne craignait pas Allah,
et, grâce à sa richesse, était extrêmement gâté. Le grand rendement
de ses jardins ainsi que leur beauté ont servi de base à son assurance
de soi. La sensation de pouvoir qui dériva de cela le séduisit, et lui
69
LA CRAINTE D'ALLAH

fit croire que ses possessions étaient indestructibles et éternelles ; il a


fini par adopter une attitude d'une insolence absolue :
Il entra dans son jardin coupable envers lui-même [par sa mé-
créance] ; il dit: "Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr,
et je ne pense pas que l'heure viendra. Et si on me ramène
vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour
que ce jardin." (Sourate al-Kahf, 35-36)
Le propriétaire du jardin sert d'exemple aux gens d'aujourd'hui
qui, essentiellement, ont oublié l'au-delà et le jour du jugement, et
qui ont perpétré des excès et n'ont pas respecté les limites établies
par Allah. De plus, face à la perspective, à leur sens, d'éternelle non-
existence ou probable entrée en enfer ainsi que le fait de faire face à
son châtiment, ils se trompent donc en croyant qu'ils entreront fina-
lement au paradis. Le comportement de ces gens dont la mentalité
superficielle leur permet de renier le jour du jugement dernier lors-
que cela les arrange, et qui parviennent donc à s'imaginer dignes du
paradis, est une indication claire qu'ils manquent de la prudence
craintive d'Allah.

Ils déclarent aimer Allah


Leur affirmation qu'ils aiment Allah est une autre raison pour
laquelle les gens ne craignent pas Allah et n'agissent pas prudem-
ment. Cependant, le véritable amour d'Allah demande du respect et
de s'éloigner de ces choses que les bien-aimés n'aiment pas, mais ce
qui est intéressant c'est que lorsque nous examinons le style de vie
de ces personnes, aucun de ces signes ne peut être trouvé. Une per-
sonne qui aime sincèrement Allah sera, plus que toute autre chose,
sensible aux limites d'Allah ; elle aimera les choses qu'Il aime et sera
extrêmement prudente vis-à-vis de tout ce qu'Allah n'aime pas.
Dans chaque détail de sa vie, elle cherchera à Lui faire plaisir en dé-
70
Harun Yahya (Adnan Oktar)

montrant son profond respect, sa confiance ainsi que sa soumission


totalement dévouée. Toutefois, quelqu'un qui proclame aimer Allah
malgré le fait de mener une vie qui transgresse les limites d'Allah ne
peut pas parler avec sincérité. Ce manque de sincérité attirera inévi-
tablement un châtiment sévère.
Ici, le point important est qu'une déclaration verbale d'amour
de ce genre est simplement un exercice de tromperie de soi et un af-
fichage extérieur de confiance exagérée. De telles attitudes s'oppo-
sent totalement à l'esprit et au message du Coran.

Une crainte basée sur l'ignorance


Allah connaît bien les circonstances des gens ainsi que chaque
espoir, prière et pensée qui passent dans leurs esprits. Ainsi, ce qui
doit être fait c'est de se tourner vers Allah avec sincérité et de recher-
cher Son amitié. Une crainte intérieure sincère produit une prédis-
position qui assurera la soumission, et encouragera un état de
moralité positif et progressera pour gagner l'amour d'Allah.
La crainte des gens qui ne vivent pas par la religion, cependant,
est différente. Leur sens de crainte est momentané. Lorsqu'ils sont
éprouvés par une situation difficile, ils se rappellent la colère d'Al-
lah et craignent les conséquences. Toutefois, dès qu'Allah les sauve
de leur malheur, ils reviennent vers leur précédente situation de re-
niement. A cet effet, Allah apporte l'exemple suivant :
C'est Lui qui vous fait aller sur terre et sur mer, quand vous
êtes en bateau. [Ces bateaux] les emportèrent, grâce à un bon
vent. Ils s'en réjouirent jusqu'au moment où, assaillis par un
vent impétueux, assaillis de tous côtés par les vagues, se ju-
geant enveloppés [par la mort], ils prièrent Allah, Lui vouant
le culte [et disant] : "Certes, si Tu nous sauves de ceci, nous se-
rons parmi les reconnaissants !" Lorsqu'Il les a sauvés, les
71
LA CRAINTE D'ALLAH

voilà qui, sur terre, transgressent injustement. O gens ! Votre


transgression ne retombera que sur vous-mêmes. C'est une
jouissance temporaire de la vie présente. Ensuite, c'est vers
Nous que sera votre retour, et Nous vous rappellerons alors ce
que vous faisiez. (Sourate Yunus, 22-23)
Comme nous le voyons dans le verset ci-dessus, la crainte de
ces personnes ne leur sera d'aucun bénéfice. En opposition directe
aux croyants, ils n'apprendront pas et ne prendront pas garde ou ne
réfléchiront pas sur la signification de tels événements. Pour cela,
Allah nous informe dans le Coran que ce sont ceux qui connaissent
la prudence craintive qui en tiendront compte :
Quiconque craint (Allah) s'[en] rappellera, et s'en écartera le
grand malheureux. (Sourate al-Ala, 10-11)
Nous voyons ici que les gens qui manquent de sincérité, cités
dans le verset ci-dessus, appartiennent au deuxième groupe de per-
sonnes. C'est parce qu'ils n'ont pas un profond sentiment de crainte in-
térieure envers Allah. Les incidents auxquels ils sont confrontés ne les
mèneront pas vers le droit chemin. Allah nous a informés dans d'in-
nombrables versets de la conduite de ces personnes, par exemple :
Dis : "A qui appartient la terre et ceux qui y sont ? Si vous
savez". Ils diront : "A Allah". Dis : "Ne vous souvenez-vous
donc pas ?" Dis : "Qui est le Seigneur des sept cieux et le
Seigneur du Trône sublime ?" Ils diront : [ils appartiennent]
"A Allah". Dis : "Ne craignez-vous donc pas ?" Dis : "Qui dé-
tient dans sa main la royauté absolue de toute chose, et qui
protège et n'a pas besoin d'être protégé ? [Dites], si vous le
savez !" Ils diront : "Allah". Dis : "Comment donc se fait-il que
vous soyez ensorcelés ?" [au point de ne pas croire en Lui].
Nous leur avons plutôt apporté la vérité et ils sont assuré-
ment des menteurs. (Sourate al-Muminune, 84-90)
72
QUEL GENRE DE VALEURS
MORALES POSSEDENT CEUX QUI
NE CRAIGNENT PAS ALLAH ?

L a qualité de droiture n'est réalisable qu'en craignant Allah et


en adhérant complètement à Ses ordres. Pour qu'une per-
sonne possède et maintienne un caractère de droiture, un
fort amour ainsi qu'une profonde crainte d'Allah sont requis. Quant
à la crainte d'Allah comme elle se doit de Lui être, elle n'est rendue
possible qu'en se rappelant constamment et en méditant sur Sa
grandeur et Sa gloire, Son haut rang, Son infini savoir et Son pou-
voir, sur Sa souveraineté illimitée et inconditionnelle sur tous Ses
serviteurs, ainsi qu'en ayant une foi absolue en Ses promesses, Ses
menaces, le jour du jugement et l'intensité de ces épreuves, ainsi que
le châtiment terrifiant et éternel de l'enfer. Cette foi ouvrira le che-
min vers une crainte d'Allah renforcée qui assurera également que
l'attitude d'une personne, son comportement, ses mouvements et
ses conversations, sont adaptés aux standards moraux qu'Allah ap-
prouve. Une personne qui craint Allah sera dans un état constant de
vigilance lorsqu'il s'agit de protéger Ses limites.
Concernant ceux qui ne craignent pas Allah, ils sont capables
d'afficher n'importe quelle attitude, sans tenir compte du méconten-
tement d'Allah. Une personne qui a oublié qu'il sera redevable à

73
LA CRAINTE D'ALLAH

Allah n'a pas besoin ou n'a pas de raison d'être honnête, de servir les
autres, d'être juste et honorable ; bref, d'afficher une bonne conduite
morale. Ils sont exclusivement motivés par des ambitions indivi-
duelles et des profits personnels. Le fait de considérer que les autres
puissent en bénéficier leur est hors de propos.
Il n'y a rien que de telles personnes ne feraient pour leur propre
avantage. A cause de leur incapacité à reconnaître le pouvoir
d'Allah, la perspective du châtiment d'Allah ne sert pas d'encoura-
gement pour modifier leurs manières. Puisqu'ils ne craignent pas
Allah ni Son châtiment, ils n'adhèrent à aucune limite, ils ignorent
les interdits d'Allah, affichant une attitude oppressive envers les
gens, et allant à l'excès dans tout ce qui est négatif. Parce qu'ils ne
pensent pas à la puissance d'Allah et à Sa capacité à se venger, ils
transgressent les limites d'Allah sans réfléchir à deux fois.
C'est pour ces raisons que ces personnes qui ne craignent pas
Allah sont prêtes à commettre tout péché possible ainsi que toute
dégradation morale. Elles n'adhèrent pas à la religion d'Allah et à
travers leur comportement oppressif, elles détournent d'autres per-
sonnes de la religion ; elles ne supportent pas de voir l'exécution de
standards religieux de moralité. Dans l'au-delà, il leur sera sans
doute rendu la monnaie de leur pièce pour l'oppression pratiquée
par ces gens. Allah nous informe dans le Coran de ces gens et de leur
mort :
Ceux qui ne croient pas et qui obstruent le sentier d'Allah,
s'égarent certes loin dans l'égarement. Ceux qui ne croient
pas et qui pratiquent l'injustice, Allah n'est nullement dis-
posé à leur pardonner, ni à les guider dans un chemin (autre)
que le chemin de l'enfer où ils demeureront éternellement. Et
cela est facile à Allah. (Sourate an-Nisa, 167-169)
Ci-dessous, nous examinerons les caractéristiques déformées et
74
Harun Yahya (Adnan Oktar)

les particularités des faiseurs de mal qui sont cités dans le Coran,
qui n'ont aucune crainte d'Allah.

Leur ressemblance avec Satan


Ces gens qui, malgré le fait d'être complètement conscients de
l'existence d'Allah et de Son pouvoir, ne se comportent pas d'une
manière qui plaise à Allah, et qui, en réalité, ne Le craignent pas,
partagent certains traits avec Satan. Les gens qui sont constamment
sous l'influence de Satan sont presque sûrs de partager un esprit et
une mentalité similaires. L'indication la plus claire à cette ressem-
blance est leur état de reniement aveugle. C'est-à-dire qu'ils affi-
chent automatiquement des réactions et des attitudes déformées et
déséquilibrées qui leur sont nuisibles, plutôt que de reconnaître ce
qui est évident et de se comporter conformément à cela. Le meilleur
exemple de ce comportement déformé se trouve dans l'attitude dé-
fiante de Satan envers Allah. Cet incident est raconté dans le Coran
comme un exemple pour toute l'humanité.
Allah a créé les anges et les djinns avant de créer Adam (psl), le
premier homme et Prophète. Ils étaient engagés dans une constante
louange et glorification d'Allah. Puis, Allah créa Adam (psl) et or-
donna aux anges de se prosterner devant lui. Les anges ont tout de
suite obéi aux ordres d'Allah et se sont prosternés devant Adam
(psl) ; mais Satan (Iblis), qui était présent avec les anges, bien qu'il
fasse partie des djinns, s'est révolté contre Ses ordres et se rebella de-
vant Lui. C'est parce que Satan croyait qu'il était bien plus supérieur
au Prophète Adam (psl). Allah raconte dans le Coran :
(Allah) lui dit : "O Iblis, qui t'a empêché de te prosterner de-
vant ce que j'ai créé de mes mains ? T'enfles-tu d'orgueil ou te
considères-tu parmi les hauts placés ?" (Sourate Sad, 75)
Satan répond :
75
LA CRAINTE D'ALLAH

"Je suis meilleur que lui, dit [Iblis,] Tu m'as créé de feu et tu
l'as créé d'argile." (Sourate Sad, 76)
L'audacieuse désobéissance de Satan envers l'ordre d'Allah a
engendré le fait qu'Allah l'ait maudit et condamné à l'éternel châti-
ment de l'enfer. Sans doute, la rébellion de Satan survient de l'état
incompréhensible de contradiction spirituelle. Il a personnellement
connu l'existence d'Allah. En fait, il parlait directement à Allah. Il
connaissait certains de Ses attributs, et Son pouvoir et l'éternel châti-
ment en enfer.
L'étrange similitude entre Satan et tous ceux qui fuient la pru-
dence craintive d'Allah provient de l'intérieur d'eux-mêmes. Avoir
une connaissance claire de l'existence d'Allah, et continuer à essayer
de Le renier et de se rebeller contre Son autorité, représentent un ex-
ploit véritablement étonnant. Etant donné le savoir direct et certain
de Satan, l'on pourrait attendre de lui d'avoir atteint l'ultime degré
de foi et de crainte d'Allah. Donc, l'on attendrait aussi de lui d'avoir
un niveau de conscience constante à égaler, donnant lieu à un res-
pect incomparable ainsi qu'une obéissance envers Allah. En fait,
Satan affiche une incroyable audace.
Dans le verset ci-dessous, Allah décrit la situation de ces gens :
Dis : "Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ?
Qui détient l'ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort
et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ?" Ils di-
ront : "Allah". Dis alors : "Ne le craignez-vous donc pas ?"
(Sourate Yunus, 31)
Allah révèle dans un autre verset leur état spirituel et leur man-
que de prudence comme suit :
Ces infidèles font songer à des animaux qui n'entendent que
les sons et les cris des appels confus qu'on leur lance, et qui,

76
Harun Yahya (Adnan Oktar)

sourds, muets et aveugles, sont incapables d'en saisir le sens.


(Sourate al-Baqarah, 171)
Un autre sujet que ces personnes renient sans réfléchir est la ré-
surrection. Pour quelqu'un qui sait qu'il a été créé à partir de rien et
sait qu'il mourra sûrement en fin de compte, demander comment il
sera ressuscité, est sans doute, déroutant et étonnant. Allah décrit
dans le Coran la réaction incrédule de ces personnes:
Et si tu dois t'étonner, rien de plus étonnant que leurs dires :
"Quand nous seront poussière, reviendrons-nous vraiment à
une nouvelle création ?" Ceux-là sont ceux qui ne croient pas
en leur Seigneur. Et ce sont eux qui auront des jougs à leur
cou. Et ce sont eux les gens du feu, où ils demeureront éternel-
lement. (Sourate ar-Raad, 5)

Leur fierté et leur arrogance


Et quand on lui dit : "Redoute Allah", l'orgueil criminel s'em-
pare de lui, l'enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes !
(Sourate al-Baqarah, 206)
La caractéristique la plus identifiable de ces personnes qui ne
craignent pas Allah est leur état de fierté et leur arrogance. La per-
sonne s'imagine être indépendante d'Allah et s'attribue des caracté-
ristiques qui n'appartiennent qu'à Lui. C'est vraiment absurde,
puisque l'humanité est faible et a de nombreuses limites. Peu im-
porte à quel point elle peut se considérer comme élevée et puissante,
elle se fatiguera en fin de compte, aura faim, soif, sommeil, souffrira
de maux de têtes et d'autres maladies, son corps se détériorera en
prenant de l'âge et mourra finalement, et son corps périra.
Il est impossible pour les gens de devenir arrogants et pré-
somptueux tant qu'ils restent conscients que c'est Allah qui a créé

77
LA CRAINTE D'ALLAH

toute chose à partir de rien, et Qui nous a dotés de toutes les caracté-
ristiques ainsi que de tous les potentiels que nous possédons, et qu'Il
est capable de retirer tout ce qu'Il nous a donné dès qu'Il le souhaite,
et que tous les êtres vivants sont temporaires et que seule Son exis-
tence est éternelle. Cependant, seuls ces gens qui oublient leurs limi-
tes et dont l'esprit altéré échoue à comprendre ces choses,
essayeraient toujours d'être si confiants. C'était le cas avec Coré,
dont Allah a relaté le comportement dans le Saint Coran comme
exemple à toute l'humanité.
La raison derrière l'orgueil démesuré de Coré et son incapacité
à craindre Allah était sa richesse. Il avait oublié que toute richesse
appartient à Allah et que s'Il le voulait, Il pourrait la réclamer. A la
place, il imagina que ces trésors ont été acquis par lui-même en tant
que résultat de ses propres capacités.
En vérité, Coré [Karoun] était du peuple de Moïse, mais il
était empli de violence envers eux. Nous lui avions donné de
trésors dont les clefs pesaient lourd à toute une bande de gens
forts. Son peuple lui dit : "Ne te réjouis point. Car Allah
n'aime pas les arrogants. Et recherche à travers ce qu'Allah t'a
donné, la demeure dernière. Et n'oublie pas ta part en cette
vie. Et sois bienfaisant comme Allah a été bienfaisant envers
toi. Et ne recherche pas la corruption sur terre. Car Allah
n'aime point les corrupteurs." Il dit : "C'est par une science
que je possède que ceci m'est venu." Ne savait-il pas qu'avant
lui Allah avait fait périr des générations supérieures à lui en
force et plus riches en biens ? Et les criminels ne seront pas
interrogés sur leurs péchés ! (Sourate al-Qasas, 76-78)
En retour de son comportement, Coré a été puni en étant encore
sur terre pour servir d'exemple aux gens qui sont du même avis. Si,
comme il l'affirmait, il possédait d'incomparables force et pouvoir, il
78
Harun Yahya (Adnan Oktar)

se serait sauvé sans aucun doute de cette punition. Toutefois, ni son


savoir, ni ses trésors, ni sa communauté, ni sa haute estime n'ont été
capables de le sauver du châtiment d'Allah.
Nous fîmes donc que la terre l'engloutît, lui et sa maison.
Aucun clan en dehors d'Allah ne fut là pour le secourir, et il
ne put se secourir lui-même. Et ceux qui, la veille, souhai-
taient d'être à sa place, se mirent à dire : "Ah ! Il est vrai qu'Al-
lah augmente la part de qui Il veut, parmi Ses serviteurs, ou la
restreint. Si Allah ne nous avait pas favorisés, Il nous aurait
certainement fait engloutir. Ah ! Il est vrai que ceux qui ne
croient pas ne réussissent pas". (Sourate al-Qasas, 81-82)
La mort tragique de Coré constitue un exemple très clair pour
ceux qui ne possèdent aucune crainte envers Allah, et qui sont attra-
pés en étant hautains. Une destination plaisante cependant dans
l'au-delà est réservée aux personnes sincères qui ne sont pas arro-
gantes :
Cette demeure dernière, Nous la réservons à ceux qui ne re-
cherchent, ni à s'élever sur terre, ni à y semer la corruption.
Cependant, l'heureuse fin appartient aux pieux. (Sourate al-
Qasas, 83)

Leur jalousie et leur agression


L'arrogance de ces personnes qui manquent complètement de
crainte d'Allah est nourrie et chérie par elles à un tel point qu'elles
s'imaginent comme étant les seules à mériter tous les biens. Pour
cette raison, elles envient les privilèges des autres. Dans les versets
ci-dessous, Allah nous donne comme exemple à cette attitude l'inci-
dent qui s'est passé entre les deux fils du Prophète Adam (psl) :
Et raconte-leur en toute vérité l'histoire des deux fils d'Adam.
Les deux offrirent des sacrifices ; celui de l'un fut accepté et
79
LA CRAINTE D'ALLAH

celui de l'autre ne le fut pas. Celui-ci dit : "Je te tuerai sûre-


ment". "Allah n'accepte, dit l'autre, que de la part des pieux.
Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n'étendrai
pas vers toi ma main pour te tuer : car je crains Allah, le
Seigneur de l'Univers. Je veux que tu partes avec le péché de
m'avoir tué et avec ton propre péché : alors tu seras du nom-
bre des gens du feu. Telle est la récompense des injustes." Son
âme l'incita à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du
nombre des perdants. (Sourate al-Maidah, 27-30)
Une personne qui craint Allah sera prudente et se gardera con-
tre ses propres passions intérieures. A part cela, il n'y a pas d'autre
crainte qui demande le profond changement d'un caractère d'une
manière positive. Le frère qui ne craignait pas Allah a succombé aux
passions débridées de son être. A cause de la jalousie et de la colère
concernant le fait que ce sacrifice n'était pas accepté, et la rivalité
qu'il ressentait envers son frère, il finit par le menacer de le tuer et
puis exécuta la menace. Ce cas sert d'avertissement du danger qu'il
peut y avoir de s'éloigner de la crainte d'Allah, et de s'abandonner
aux envies de sa faible personnalité.
Quelqu'un qui ne craint pas Allah n'hésitera pas, lorsqu'il se
sentira personnellement offensé, à occasionner un mal physique et
spirituel à ceux qui l'ont offensé. Au même moment, la jalousie est
une caractéristique fondamentale de Satan. Lorsque Satan fut chassé
de la présence d'Allah, il afficha toute la haine et la jalousie qu'il res-
sentait envers le Prophète Adam (psl) et promit de faire tout ce qui
était en son pouvoir, pour entraîner tous ses futurs descendants en
enfer. Cependant, cette promesse n'est applicable qu'aux associés de
Satan et ses amis. Par contre, pour ces croyants, qui craignent Allah
et qui sont conscients de leurs actions, il n'aura aucun effet sur eux.

80
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Ils estiment qu'ils peuvent se suffire à


eux-mêmes
Croire que l'on se suffit à lui-même, signifie que l'on n'a besoin
de rien du tout, que l'on est sans faiblesse ni insuffisance et que l'on
ne doit rien à personne. Ces attributs appartiennent uniquement à
Allah. Les êtres humains ainsi que les autres créatures vivantes sont
fondamentalement faibles et constamment en besoin. Ils sont sujets
aux objectifs d'Allah dans la création et sont, à tout moment, entière-
ment dépendants de Lui pour la vie et la subsistance. Cependant,
comme nous l'avons souligné plus haut, les gens qui ne craignent
pas Allah sont aveuglés par leurs propres incapacités à cause de
leurs esprits fermés et de leur intelligence corrompue. Il ne leur arri-
verait jamais qu'ils puissent être soit en manque soit en faute. De
plus, parce qu'ils sont absolument sûrs d'eux-mêmes, ils n'hésitent
jamais et ne s'inquiètent pas lorsqu'il s'agit de commettre de mau-
vaises actions. Allah se réfère à cette forme d'esprit dans le Coran
comme étant "débridée" :
Prenez garde ! Vraiment l'homme devient rebelle, dès qu'il
estime qu'il peut se suffire à lui-même (à cause de sa ri-
chesse). (Sourate al-Alaq, 6-7)
Aussi bien que ces personnes s'imaginent totalement indépen-
dantes, elles se voient également exemptes de toutes conséquences
calamiteuses suite à leurs actions. Pour cette raison, elles persistent
dans leur audace téméraire. La plus grande générosité d'Allah pour
elles est qu'elles deviennent les plus téméraires. Elles ne réalisent
pas qu'Allah est simplement en train de les tester, pour que, plus
longtemps elles continuent dans cette mode débridée, le plus grand
châtiment leur sera infligé en enfer.
Que leurs richesses et le nombre de leurs enfants ne t'émer-

81
LA CRAINTE D'ALLAH

veillent point ! Allah ne les leur accorde ici-bas que pour leur
plus grand tourment et pour qu'ils rendent péniblement
l'âme en tant que négateurs. (Sourate at-Tawbah, 85)
Parce qu'elles sont conscientes de cette réalité, elles confondent
les opportunités et les ressources dont Allah leur a permis de jouir
comme protection contre Son châtiment. Par exemple, elles pensent
qu'une voiture solide et luxueuse les protègera des accidents, des
blessures et même de la mort. Elles pensent qu'un bâtiment solide et
robuste les protègera des tremblements de terre, des catastrophes ou
des attaques. Bien sûr, une personne peut choisir de vivre dans un
bâtiment solide par précaution, toutefois, même le bâtiment le plus
robuste au monde s'écroulera quand le moment viendra.
De telles personnes pensent également que le fait de prendre
toutes les mesures préventives concevables au sujet de leur santé et
de leur état physique les immunisera des afflictions. Cependant,
c'est une lutte absolument interminable. Même un simple virus suf-
fit à ramener le châtiment d'Allah sur ces gens. Similairement, l'é-
ruption du plus petit vaisseau sanguin dans le cerveau pourrait être
le début d'un châtiment éternel qu'endureront ces gens. Aucune
autre personne et aucun autre pouvoir ne peut les protéger de la pé-
nitence d'Allah qui déclare dans le Coran : "…et celui sur qui Ma
colère s'abat, va sûrement vers l'abîme." (Sourate Ta-Ha, 81)
Ceux-là, sans craindre Allah, n'acceptent même pas l'inévitabi-
lité de la mort. Pour eux, la mort d'une jeune personne proche, voire
la mort inattendue d'une personne importante, est perçue aux yeux
des gens comme étant choquante et insignifiante. Voir une personne
précédemment en bonne santé et robuste devenir méconnaissable
suit à un accident ou une maladie, est considéré comme un coup
grave aux personnes qui préfèreraient oublier la mort.
Pareillement, le fait pour eux de voir un ami qu'ils peuvent
82
Harun Yahya (Adnan Oktar)

avoir vu seulement quelques jours auparavant, retrouvé du côté de


la rue dans un état méconnaissable, ayant été heurté par une voi-
ture, puis assister à ce corps mis dans un sac noir, agrafé de la tête
aux pieds, ramènera à l'esprit plusieurs choses qu'ils essaient d'ou-
blier. Voir quelqu'un de leur âge, du même style de vie et du même
état d'esprit, étendu sur la chaussée avec une foule autour de son
corps, remplirait leurs cœurs de la réalisation épouvantable qu'ils ne
sont pas vraiment préparés pour leur propre mort et pour l'au-delà.
Quelques jours auparavant, ils ont dû mettre en valeur leur "concep-
teur" de vêtements et tout en continuant leurs ambitions profession-
nelles, pendant qu'ils déclarent ne pas avoir de temps pour la
religion et racontent des blagues sur l'au-delà. Tout d'un coup, con-
frontés à la vue de leur ancien ami, ils se retrouvent dans un état
d'esprit vraiment différent. L'urgence personnelle se rassemblera
pour disposer de ses lunettes cassées, qui ont été jetées au sol, ses
chaussures abîmées et les accessoires de mode qu'il portait. Son
corps autrefois fier sera immédiatement emmené à l'hôpital mor-
tuaire pour empêcher la décomposition et laissé là-bas avec d'autres
corps. Ce qui, avant, était un être humain sera, dans quelques jours,
emballé dans un vêtement blanc et placé dans un trou au sol.
Cependant, pour la plupart d'entre eux, cette crainte sera
courte. En une courte période, ils reviendront à leur précédente
mentalité, voyant la mort comme quelque chose qui affecte tout le
monde sauf eux. Malgré le fait de voir les gens autour d'eux mourir,
et bien que sachant que l'au-delà les attend ; bien que le vieillisse-
ment de leur propre corps et que la fin approche petit à petit, ils ne
craignent pas Allah, et refusent ainsi de penser à la mort. Pour cette
raison, au lieu d'utiliser le petit moment qu'ils ont pour changer
leurs manières et pour se conformer à la guidance d'Allah, ils choi-
sissent de poursuivre un niveau d'insouciance toujours plus étendu.
83
LA CRAINTE D'ALLAH

Des vies emplies de craintes et d'inquiétudes


Pour ceux qui ne croient pas en Allah ou ne Le craignent pas, le
monde entier est fait de chaos et de coïncidences. Ils pensent que
tout arrive par hasard et que les événements qui se produisent au-
tour d'eux ne riment à rien et n'ont aucune raison d'avoir eu lieu.
Dans de pareilles circonstances, il est impossible de ressentir un sens
durable de véritable paix et de tranquillité, puisqu'à n'importe quel
instant, ils pourraient faire face à quelque malheur arbitraire. Cet in-
dividu a des angoisses infinies et des peurs par rapport au futur. Par
exemple, il pourrait tomber malade à cause d'une maladie inatten-
due, perdre toute sa fortune, ou peut-être une catastrophe inatten-
due pourrait tomber sur lui ou sur ses êtres chers. Parce qu'il
imagine que tous les événements pareils arrivent au hasard, il ne se
sent jamais libéré de l'angoisse et de l'appréhension à propos de la
possibilité qu'ils puissent lui arriver. De plus, la situation empire en
sachant que toute l'affaire est entièrement au-dessus de son contrôle,
le laissant avec un sens élevé d'impuissance et de désespoir.
Seule une personne qui craint Allah ne succombera pas à ces
types de peur. La crainte d'Allah et la foi en Lui écartent toutes les
autres peurs. Savoir qu'Allah est le Possesseur et le Créateur de tout,
et que tout événement ne se produit que sous le contrôle et la provi-
dence divine d'Allah, sachant qu'Allah protègera et veillera sur ceux
qui croient et ont confiance en Lui, mène à libérer de toutes sortes de
craintes et de besoins illusoires. Allah déclare dans le Coran:
Allah a cité comme parabole un homme appartenant à des as-
sociés se querellant à son sujet et un [autre] homme apparte-
nant à un seul homme : sont-ils égaux en exemple ? Louanges
à Allah ! Mais la plupart d'entre eux ne savent pas. (Sourate
az-Zumar, 29)
Les gens qui ne croient pas en Allah, et qui par conséquent ne
84
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Le craignent pas, connaîtront une multitude de craintes différentes.


Ils ne pensent jamais au fait d'être garant à Allah pour leurs actions,
mais sont, par contre, extrêmement conscients de leurs responsabili-
tés envers leurs supérieurs hiérarchiques au travail, leurs épouses,
leurs mères, pères et envers de nombreuses autres personnes.
Lorsque le sentiment de crainte, qui ne devrait être dirigé que
vers Allah, est dirigé en fait vers Sa création, cela réduit ceux qui
sont soucieux à une position peu digne puisque le seul être qui mé-
rite vraiment d'être craint est Allah. Il est le Possesseur de toute
puissance et de tout pouvoir, et toute chose est soumise à Sa volonté
et à Son contrôle. Tout existe par Sa volonté et Sa connaissance et
sans Son accord, rien ne peut faire du mal à quiconque. De là, il n'y a
aucun autre être à part Allah qui devrait être craint.
Comme nous l'avons observé plus haut, les gens qui craignent
d'autres personnes plutôt qu'Allah, le font parce qu'ils les voient
posséder puissance et pouvoir indépendant d'Allah. Ils font l'é-
norme erreur de rejeter Allah et de rechercher assistance auprès de
Sa création. Par conséquent, ils ne font pas seulement que recevoir
l'assistance qu'ils recherchent, mais leurs vies entières sont influen-
cées par une exposition préjudiciable à l'ignorance, le caprice et
d'autres échecs humains de ceux dont ils sont dépendants au lieu
d'Allah.
Allah a ordonné à ceux qui ont la foi de ne craindre personne
d'autre que Lui :
… Ne craignez donc pas les gens, mais craignez-Moi. Et ne
vendez pas Mes enseignements à vil prix... (Sourate al-
Maidah, 44)
… Ne les craignez donc pas ; mais craignez-Moi pour que Je
parachève Mon bienfait à votre égard, et que vous soyez bien
guidés ! (Sourate al-Baqarah, 150)
85
LA CRAINTE D'ALLAH

Leur manque de scrupules et leur ingratitude


Il y a plusieurs exemples dans le Coran sur l'ingratitude de
ceux qui ne craignent pas Allah. Cependant, celui qui, peut-être, en
parle le plus, concerne les enfants d'Israël et leur manque de scrupu-
les ainsi que leur ingratitude envers Allah et Ses Messagers.
Des bénédictions jamais accordées auparavant aux autres peu-
ples étaient accordées aux enfants d'Israël. D'innombrables miracles
leur ont été montrés, et bien que des prophètes émergeaient parmi
eux, il restait des éléments rebelles qui étaient impassibles face à
tout cela. Le Prophète Moïse (psl) essayait patiemment de les édu-
quer, mais ils ne sont pas arrivés à une véritable obéissance à Allah
ni à une véritable foi. Lorsqu'ils connurent la colère d'Allah, ils cher-
chèrent Son pardon, et lorsque Sa colère s'apaisa, ils revinrent à leur
mauvais comportement, adoptant même d'autres dieux que Lui.
Tandis que leurs prophètes étaient engagés dans différentes luttes
avec les incrédules, les hypocrites parmi les enfants d'Israël étaient
plus intéressés à sécuriser leurs propres avantages et profits person-
nels, et n'étaient jamais réellement sincères dans l'accomplissement
de leurs obligations envers Allah et Sa religion.
Par le biais d'une démonstration flagrante d'ingratitude, ils ont
abandonné leur Prophète Moïse (psl), le laissant seul à l'étape la
plus critique de sa lutte, se concentrant plutôt sur leur propre bien-
être et sur leurs moyens d'existence. Puis, comme si ce n'était pas
assez, ils lui montrèrent également l'attitude la plus insolente et la
plus ingrate.
Ils dirent : "Moïse ! Nous n'y entrerons jamais, aussi long-
temps qu'ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combat-
tez tous deux. Nous restons là où nous sommes." (Sourate
al-Maidah, 24)

86
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Il est clair que des personnes pareilles ne possèdent aucune


crainte envers Allah ; lorsqu'ils sont donc confrontés à quoi que ce
soit qui nuise à leurs propres intérêts, ils se rebellent immédiate-
ment. Malgré la protection qu'ils ont reçue de la part d'Allah et de
Ses messagers contre l'oppression de leur ennemi le plus agressif, le
Pharaon d'Egypte, et malgré les innombrables bénédictions ainsi
que les constantes invitations à la foi et l'éternel salut, tout cela était
oublié en un instant.

87
LES CONSEQUENCES ENDUREES PAR
CEUX QUI NE CRAIGNENT PAS ALLAH

Les conséquences vécues sur terre


Allah fera souffrir d'angoisse, aussi bien physiquement que spi-
rituellement, ces personnes qui ne Le craignent pas et ne sont pas
prudentes à Son égard, dans ce monde. En réalité, leurs vies seront
réduites à de longues séries de désastres physiques et émotionnels.
Malgré toutes leurs mauvaises actions, certains d'entre eux se
permettent d'être trompés par le fait qu'ils puissent avoir été bénis
de cadeaux comme la richesse ou le bon aspect. Par conséquent, ils
persistent dans leurs excès, se leurrant sur le fait que les choses ne
pourraient pas être meilleures. Cependant, ils ne sont pas conscients
que tout ce qu'ils font est enregistré seconde par seconde, et qu'en
enfer, Allah les présentera avec toutes leurs actions comme une
source de châtiment éternel. Allah décrit leur situation dans le
Coran :
Laisse-les dans leur égarement pour un certain temps.
Pensent-ils que ce que Nous leur accordons, en biens et en en-
fants, [soit une avance] que Nous Nous empressons de leur
faire sur les biens [de la vie future] ? Au contraire, ils n'en
sont pas conscients. (Sourate al-Muminune, 54-56)
Toutefois, ce n'est pas la même chose pour tous. Certains con-

88
Harun Yahya (Adnan Oktar)

naîtront leur châtiment sur terre. Ils seront en état de perte constante
en passant par les maladies, accidents, infirmités, crises financières
et perte d'êtres chers. Parce qu'ils ne réfléchissent pas à ces incidents
comme étant des épreuves d'Allah, l'angoisse qu'ils connaissent de-
vient une forme de punition pour eux. Allah ne permettra jamais
quoi que ce soit de bon pour ces gens-là. Ils connaîtront toujours les
pénuries et les mésaventures. Peu importe ce en quoi ils sont enga-
gés, que ce soit très important ou pas, il en résultera en perte maté-
rielle ou spirituelle. Par conséquent, Allah conclut dans le Coran que
leur récompense sera une vie d'angoisses :
Et quiconque se détourne de Mon rappel, mènera certes, une
vie pleine de gêne, et le jour de la résurrection Nous l'amène-
rons aveugle au rassemblement. (Sourate Ta-Ha, 124)
L'état d'obscurité spirituelle vécue par les gens qui ne craignent
pas Allah se reflète sur leurs visages. Lorsque ce manque de lumière
spirituelle est associé à leurs paroles déformées, la nature inquiète
de leur existence est évidente. Ils sont la personnification physique
de la décadence spirituelle et de la corruption. Allah s'en est référé
dans le Coran comme "avilissement":
Et ceux qui ont commis de mauvaises actions, la rétribution
d'une mauvaise action sera l'équivalent. Un avilissement les
couvrira, - pas de protection pour eux contre Allah -, comme si
leurs visages se couvraient de lambeaux de ténèbres noctur-
nes. Ceux-là sont là les gens du feu où ils demeureront éter-
nellement. (Sourate Yunus, 27)
Une autre perte dont souffrent ces personnes est le retrait subtil
de leur intelligence et de leur capacité à la compréhension. Ils ne
peuvent même pas comprendre les réalités les plus fondamentales.
Ils sont incapables par exemple de voir les raisons de leur état de
malheur, de peur, d'angoisse et de frustration.
89
LA CRAINTE D'ALLAH

L'étendue du châtiment infligé à ceux qui ne craignent pas


Allah est infiniment variée. Allah a créé l'homme et est parfaitement
conscient de ce que produira en lui la plus grande angoisse. Pour
cela, l'on ne peut qu'imaginer la douleur et la souffrance occasion-
nées par la haine d'Allah :
… l'aversion d'Allah [envers vous] est plus grande que votre
aversion envers vous-mêmes, lorsque vous étiez appelés à la foi
et que vous persistiez dans la mécréance. (Sourate Gafir, 40, 10)
Nul besoin de dire qu'aucun homme, dans son bon esprit, pré-
tendrait à un comportement et des attitudes qui le mèneraient au
châtiment d'Allah. L'incapacité de l'homme à faire face aux afflic-
tions quotidiennes, même ordinaires, est une preuve évidente de sa
faiblesse. Par exemple, il est vraiment compréhensible que quel-
qu'un devrait éprouver une douleur atroce absolument insupporta-
ble. Cependant, c'est également vrai qu'entendre, même au loin, le
cri d'une personne angoissée suffit pour provoquer une inquiétude
indescriptible. C'est parce que l'homme n'a pas été créé pour endu-
rer une douleur spirituelle et physique, ni la peur ou la tension.
Nous ne pouvons pas résister très longtemps au fait d'être enfermés
dans un petit espace, ou d'être exposés à des odeurs nuisibles, ou à
la forte douleur d'estomac ou d'une dent. Portons à notre esprit que
ce ne sont pas là des types de châtiment, mais plutôt des afflictions
ordinaires qui font partie de notre vie quotidienne.
Malgré ces réalités évidentes, les gens en général mènent une
vie bien éloignée de la crainte d'Allah à cause de leur manque d'at-
tention et de réflexion. Toutefois, les douleurs physiques et spiri-
tuelles vécues sur terre ne sont qu'un petit exemple de la punition
qu'ils connaîtront en enfer et ne sert que d'exemple et d'avertisse-
ment. Ces gens n'ont aucune considération envers le pouvoir infini
d'Allah et Sa puissance, cependant, lorsque la mort les atteindra, ils
90
Harun Yahya (Adnan Oktar)

ressentiront la grandeur d'Allah avec toute sa violence et Sa sévérité


et seront saisis d'une peur indescriptible et incomparable à rien
d'autre vécu sur terre.
A part les punitions individuelles, le Coran regorge d'exemples
de groupes de gens qui périssent sous les châtiments qu'Allah leur a
envoyés. Ces personnes ont péri en un instant à cause de leur rébel-
lion et de leur non-conformité aux limites d'Allah.
Allah a envoyé des tourbillons de vent pour certains, qui ont
mis en pièces leurs maisons, tandis qu'à d'autres, Il a envoyé un cri
rauque qui a rasé leurs villes. Concernant les tremblements de terre,
beaucoup de peuples ont été enterrés avec toute leur richesse, et
d'autres ont été noyés ; d'autres encore ont été transformés en pierre,
enveloppés dans une lave brûlante. (Pour plus d'informations, veuillez
consulter le livre "Les Nations Disparues" de Harun Yahya, Editions ES-
SALAM, Paris, 2éme édition 2003)

Leur situation dans l'au-delà


Les gens ont une période de vie sur terre vraiment limitée, et
d'approximativement 60 à 70 ans. En un clin d'œil, 50 ans d'une vie
sont déjà passés : on a fini l'école, trouvé un travail convenable,
acheté une voiture confortable, on s'est marié, acheté une maison, eu
des enfants, et notre corps est couvert de rides. Environ dans les 5 à
10 années restantes, l'on sentira la mort qui approche. Cependant, ce
qui est frappant, c'est que certaines personnes continueront à nier
cette inévitabilité et deviendront déterminées à mener les quelques
années qui leur restent sans penser à la mort. Allah avertit les gens
qui sont dans cette situation :
Comme ils entendront et verront bien le jour où ils viendront
à Nous ! Mais aujourd'hui, les injustes sont dans un égare-
ment évident. Et avertis-les du jour du regret, quand tout sera
91
LA CRAINTE D'ALLAH

réglé ; alors qu'ils sont [dans ce monde] inattentifs et qu'ils ne


croient pas. (Sourate Maryam, 38-39)
A la fin de leurs vies prodigues, ces personnes prétendent qu'el-
les rendront doucement leurs âmes pour reposer en éternelle paix,
mais elles y sont pour un réveil difficile. En fait, lorsqu'elles s'y atten-
dront le moins, elles se retrouveront face à face avec les anges de la
mort qui leur seront envoyés. Ces anges agissent sous les ordres
d'Allah et sont insensibles aux supplications et implorations de leurs
accusations. Lorsque les anges de la mort viennent prendre leurs
âmes avec le coup violent de souffle dur dans leurs dos et la douleur
fulgurante, ils seront parfaitement conscients de ce qui leur arrive :
Ah ! Si tu pouvais voir comment les anges ôtaient la vie aux
négateurs, les frappant au visage et au dos en leur criant :
“Goutez donc le supplice de feu…” (Sourate al-Anfal, 50)
Le crime commis par les incrédules est sérieux et leur châti-
ment durera tout le temps. Il n'y aura pas de possibilité d'échapper
ou d'être délivré du décès ; bref, il n'y a pas de moyen de sauvetage
ou de salut. C'est parce qu'ils se sont rebellés contre Allah qui a tout
créé à partir de rien, le Véritable Propriétaire de toute chose,
Possesseur du pouvoir infini et du savoir, le Seigneur de l'univers.
Ces gens ne craignent pas Allah pendant qu'ils sont sur terre,
alors dans l'au-delà ils seront soumis aux craintes comme celles
qu'ils n'ont jamais eu auparavant : ils seront entourés de crainte, de
terreur et d'angoisse pour toujours :
Tu verras les injustes épouvantés par ce qu'ils ont fait, et le
châtiment s'abattra sur eux (inéluctablement)… (Sourate
Achoura, 22)
Ces gens qui ont passé leur vie entière avec insouciance et dont
la fin approche à grands pas, seront assaillis par une peur et une
frayeur sans fin. Leurs vies sont simplement un prélude retiré des
92
Harun Yahya (Adnan Oktar)

horreurs à venir aux mains d'Allah, Qui jusque-là "… leur accordera
un délai jusqu'au jour où leurs regards se figeront." (Sourate
Ibrahim, 42). La peur qu'ils endureront le jour du jugement sera as-
sociée à l'ahurissement, comme décrit dans le Coran :
Et le jour où l'on soufflera dans la trompe, tous ceux qui sont
dans les cieux et ceux qui sont dans la terre seront effrayés, -
sauf ceux qu'Allah a voulu [préserver]! - Et tous viendront à
Lui en s'humiliant. (Sourate an-Naml, 87)
Le jour du jugement alors que les gens paniqueront, les femmes
enceintes avorteront à cause de cette peur. La terreur du châtiment
dont ils feront l'objet rendra les gens abrutis :
O homme! Craignez votre Seigneur. Le séisme [qui précé-
dera] l'heure est une chose terrible. Le jour où vous le verrez,
toute nourrice oubliera ce qu'elle allaitait, et toute femelle en-
ceinte avortera de ce qu'elle portait. Et tu verras les gens ivres,
alors qu'ils ne le sont pas. Mais le châtiment d'Allah est dur.
(Sourate al-Hajj, 1-2)
Ce n'est que le début. Ils connaîtront les châtiments qui sont au-
dessus de toute imagination. Allah, le Possesseur d'un pouvoir infini,
se vengera et apportera Son attribut du Vengeur (Al Mountakim). Ni
les cris, ni les supplications, ni les hurlements, ni les luttes, ni les re-
mords ou l'imploration du pardon n'auront d'effets. Personne ne sera
capable de venir en aide aux incrédules. Peu importe ce qu'ils font,
cela ne fera aucune différence ; qu'ils acceptent leurs péchés et se re-
pentent ou non, qu'ils soient endurants ou non, il est bien trop tard
pour tout. Allah a attiré l'attention sur cette lutte désespérée :
Brûlez dedans ! Supportez ou ne supportez pas, ce sera égal
pour vous : vous n'êtes rétribués que selon ce que vous fai-
siez. (Sourate at-Tur, 16)
Il n'y a pas d'issue pour les gens qui ont atteint ce stade. Alors
93
LA CRAINTE D'ALLAH

qu'ils étaient encore sur terre, ils étaient constamment rappelés, et


durant toute leur vie, par des conseils sans fin et des avertissements
effrayants. De plus, d'innombrables moyens et ressources leur ont
été donnés, alors que l'unique chose qui leur était demandée était
qu'ils devaient tenir compte de leur conscience, craindre Allah et
agir avec précaution.
Ils imploreront la clémence d'Allah, alors que lorsqu'ils étaient
sur terre, leur arrogance et leur fierté les empêchaient de le faire, et
les ont aussi empêchés de se préparer à leur mort et pour le compte
de l'au-delà. Pour cela, le jour du jugement, ils seront traînés visages
au sol vers leur lieu de châtiment, où ils connaîtront des douleurs
physiques et morales, d'une intensité qu'ils n'ont jamais imaginée.
Lorsque les incrédules seront ressuscités, ils trouveront que
leur arrogance a complètement disparu et seront brisés et affligés. Ils
seront conduits en enfer dont les portes seront refermées derrière
eux, et ils seront confrontés à un scénario de douleur et de terreur
qui défie toute tentative de description avant d'être jetés au feu lui-
même. Aucune douleur sur terre ne pourrait jamais être comparée
aux angoisses de l'enfer, puisqu'Allah l'a créé comme un châtiment
dépassant tous les autres :
Ce jour-là donc, nul ne saura châtier comme Lui châtie, et nul
ne saura garrotter comme Lui garrotte. (Sourate al-Fajr, 25-26)
Douleur physique atroce d'un côté, et angoisse spirituelle in-
supportable de l'autre, tortureront leurs victimes. Ils seront cons-
tamment mal traités, disgraciés, avilis et rabaissés. Le sentiment de
désespoir, le fait de savoir qu'ils ne ressortiront plus jamais de l'en-
fer, enveloppera leurs âmes toutes entières alors qu'ils font face à
une éternité de crainte, de terreur et de tourments infinis.

94
CONCLUSION

Q uelle différence cela ferait sur la vie d'une personne si l'on


nous permettait de voir de nos propres yeux les démons de
l'enfer châtier leurs victimes, la flambée des flammes, le
hurlement fou des damnés, leur gémissement insupportable, leur
contorsion pour respirer et leur franche supplication de leur permet-
tre de retourner sur terre.
Sans aucun doute, l'on deviendrait une nouvelle personne, l'on
réarrangerait notre vie entière. Le fait que tous les autres puissent
oublier cette réalité, n'empêchera pas certains de faire des efforts de
tout leur possible pour l'au-delà. L'on s'éloignerait de toutes sortes
de comportement qui soit désagréable à Allah, et l'on exécuterait
des actions aussi bonnes que possible. L'on frissonnerait à la pensée
de commettre la moindre transgression ou de faire une remarque
qui pourrait compromettre nos perspectives dans l'au-delà. L'on se
tournerait immédiatement vers Allah, le suppliant et l'implorant
pour Son pardon. Les images des choses que l'on a vues et enten-
dues ne quitteraient jamais l'esprit, nous obligeant à chercher refuge
auprès d'Allah pour se protéger de malheurs similaires.
Pour gagner l'amour d'Allah et être à l'abri de Son châtiment,
une telle personne dévouerait toute sa vie, sa fortune et son énergie
pour Sa cause. Avant toute chose, elle serait endurante et détermi-
née à la mort, même la pire difficulté deviendrait supportable.

95
LA CRAINTE D'ALLAH

Personne ne pourrait la détourner de son objectif, elle serait complè-


tement intransigeante dans sa quête de l'approbation d'Allah. Elle
prendrait chaque opportunité pour agir autant que possible pour
son propre bénéfice dans l'au-delà. Ce que d'autres personnes font,
les genres de vies qu'elles mènent ainsi que les idéologies qu'elles
suivent, ne lui seraient d'aucun intérêt. Elle s'efforcerait de gagner
l'amour d'Allah et Son affirmation et ce, de toute sa force et puis-
sance. Aussi bien qu'être sensible aux ordres d'Allah ainsi qu'à Ses
interdits, elle les expliquerait également aux autres, conseillant et
avertissant tous ceux qu'elle rencontre sur la réalité de la vie. Son
plus grand but et l'ambition de sa vie seraient de gagner l'amitié
d'Allah, se soumettant complètement à Lui. Elle personnifierait le
type de crainte décrite dans le Saint Coran :
… car il y a des pierres d'où jaillissent les ruisseaux, d'autres
se fendent pour qu'en surgisse l'eau, d'autres s'affaissent par
crainte d'Allah… (Sourate al-Baqarah, 74)
Si le fait de n'avoir pas vu l'enfer empêche les gens de craindre
Allah comme ils le devraient et d'être prudents dans leurs vies quo-
tidiennes, cela devrait suffire qu'Il ait indiqué l'existence de l'enfer à
plusieurs reprises dans Son Livre Sacré, le décrivant dans tous ses
détails et avertissant les gens contre lui.
Lorsque le moment viendra, il n'y aura personne qui ne verra
pas l'enfer. Allah a rendu cela absolument clair. Uniquement ceux
qui craignent Allah en seront sauvés, les autres seront laissés dedans
agenouillés :
Il n'y a personne parmi vous qui ne passera pas par [L'enfer] :
Car [il s'agit là] pour ton Seigneur d'une sentence irrévocable.
Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y
laisserons les injustes agenouillés. (Sourate Maryam, 71-72)

96
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Cependant, il n'y aura aucun bénéfice ni avantage acquis de


voir l'enfer à ce point, parce que là, l'on est déjà au-dessus du point
de non-retour…

97
LA TROMPERIE
DE L'EVOLUTION

C haque détail dans cet univers est le signe d'une création su-
périeure. A l'inverse du matérialisme, qui cherche à nier la
réalité de la création dans l'univers, et qui n'est en fait
qu'une tromperie qui n'a rien de scientifique.
Une fois le matérialisme infirmé, toutes les autres théories fon-
dées sur cette philosophie deviennent caduques. La principale par-
mi ces dernières n'est autre que le darwinisme, autrement dit, la
théorie de l'évolution. Cette théorie, qui soutient que la vie est née
de la matière inanimée par pure coïncidence a été démolie par la re-
connaissance que l'univers a été créé par Allah. C'est Allah Qui a
créé l'univers et qui l'a conçu dans le moindre détail. De ce fait, il est
impossible que la théorie de l'évolution, qui soutient que les êtres vi-
vants n'ont pas été créés par Allah mais sont le produit de coïnciden-
ces, soit vraie.
La théorie de l'évolution ne résiste ni à l'analyse ni aux derniè-
res découvertes scientifiques. La conception de la vie est extrême-
ment complexe et étonnante. Dans le monde inanimé, par exemple,
nous pouvons explorer la fragilité des équilibres sur lesquels repo-
sent les atomes et plus loin, dans le monde animé, nous pouvons ob-
server la complexité de la conception qui a pu unir ces atomes et
comment sont extraordinaires les mécanismes et les structures telles
98
Harun Yahya (Adnan Oktar)

que les protéines, les enzymes et les cellules, qui en sont issues.
Cette conception extraordinaire de la vie a réfuté le darwinisme
à la fin du 20ème siècle.
Nous avons traité ce sujet, en plein détail, dans certaines de nos
autres études et nous continuons toujours à le faire. Cependant,
nous pensons qu'en raison de son importance, il serait utile de résu-
mer ce qui a été avancé.

L'effondrement scientifique du darwinisme


Bien que cette doctrine remonte à la Grèce antique, la théorie de
l'évolution n'a été largement promue qu'au 19ème siècle. Le déve-
loppement le plus important qui a irrésistiblement propulsé cette
théorie comme sujet majeur dans le monde scientifique est la publi-
cation en 1859 du livre de Charles Darwin intitulé L'origine des espè-
ces. Dans ce livre, Darwin a nié que les différentes espèces vivantes
sur terre aient été créées séparément par Allah. Selon Darwin, tous
les êtres vivants auraient un ascendant commun et se seraient diver-
sifiés à travers le temps suite à de petits changements.
La théorie de Darwin n'est basée sur aucune découverte scienti-
fique concrète ; comme il l'a lui-même admis, il ne s'agit en fait que
d'une "hypothèse". De plus, comme il le reconnaît dans le long cha-
pitre de son livre intitulé "Les difficultés de la théorie", cette théorie
a échoué à donner des réponses aux plusieurs questions cruciales
qui l'entourent.
Darwin a donc investi tous ses espoirs dans les nouvelles dé-
couvertes scientifiques, qu'il espérait voir résoudre "les difficultés
de la théorie". Cependant, contrairement à ses espérances, les dé-
couvertes scientifiques ont étendu les dimensions de ces difficultés.
La défaite du darwinisme face à la science peut être résumée en
trois points essentiels :
99
LA CRAINTE D'ALLAH

1) Cette théorie ne peut en aucun cas expliquer comment la vie


a été produite sur terre ;
2) Il n'existe aucune découverte scientifique démontrant que
les "mécanismes évolutionnistes" proposés par cette théorie aient
quelque pouvoir pour se développer.
3) Les fossiles à notre disposition révèlent, tout à fait, le con-
traire de ce que suggère la théorie de l'évolution.

Dans cette section, nous examinerons sommairement ces trois


points essentiels.

La première étape insurmontable :


l'origine de la vie
La théorie de l'évolution se base, en principe, sur le fait que tou-
tes les espèces vivantes se sont développées à partir d'une cellule vi-
vante unique qui est apparue sur terre il y a 3,8 milliards d'années.
Mais la théorie de l'évolution ne peut répondre au fait de savoir
comment une seule cellule a pu produire des millions d'espèces vi-
vantes aussi complexes. Et si une telle évolution s'est vraiment pro-
duite, pourquoi les traces de cette évolution ne peuvent-elles être
observées dans les archives fossiles ? Mais, tout d'abord, nous de-
vons analyser le premier stade du processus évolutionniste pré-
sumé. Comment est apparue cette "première cellule" ?
Comme la théorie de l'évolution nie la création et n'accepte au-
cune sorte d'intervention surnaturelle, elle entretient l'idée que "la
première cellule" était accidentellement née suivant les lois de la na-
ture, mais sans aucune conception préalable, ni plan, ni arrange-
ment d'aucune sorte. Selon cette théorie, la matière inanimée doit
avoir produit accidentellement une cellule vivante. C'est, hélas, une

100
Harun Yahya (Adnan Oktar)

revendication incompatible avec les règles élémentaires des sciences


biologiques.

"La vie vient de la vie"


Dans son livre, Darwin n'a jamais mentionné l'origine de la vie.
Les connaissances scientifiques primitives de son époque étaient
fondées sur la supposition que les êtres vivants avaient une struc-
ture très simple. Depuis les temps médiévaux, la génération sponta-
née est une théorie largement partagée. Elle affirme que des
matières non vivantes s'associent pour former des organismes vi-
vants. On croyait ainsi que les insectes naissaient des restes de nour-
riture et que les souris provenaient du blé. Des expériences
intéressantes ont été conduites pour tenter de démontrer, en vain, la
véracité de cette théorie. Du blé a été placé sur un chiffon sale dans
l'espoir que des souris en sortent au bout d'un moment, mais sans
succès.
L'apparition de vers sur de la viande a, par contre, été considé-
rée à tort comme une preuve de génération spontanée. Or, quelque
temps plus tard, il est devenu manifeste que les vers n'apparais-
saient pas sur la viande spontanément, mais y étaient transportés
par des mouches sous forme de larves, invisibles à l'œil nu.
D'autre part, durant la période où Darwin a écrit L'origine des
espèces, l'idée que les bactéries pouvaient apparaître de la matière in-
animée était largement partagée dans le milieu scientifique.
Mais, cinq ans après la publication du livre de Darwin, la dé-
couverte de Louis Pasteur a réfuté cette croyance qui constituait la
base de la théorie de l'évolution. Après une longue période consa-
crée à la recherche et l'expérimentation, Pasteur conclut de façon dé-
finitive : "La revendication que la matière inanimée peut produire la vie est
enterrée dans l'histoire pour toujours."1
101
LA CRAINTE D'ALLAH

Les avocats de la théorie de l'évolution se sont longtemps oppo-


sés aux découvertes de Pasteur. Depuis lors, le développement de la
science a révélé comment était complexe la structure de la cellule
d'un être vivant, et l'idée que la vie puisse naître accidentellement se
trouve dans une impasse plus grande encore.

Les efforts peu concluants du 20ème siècle


Le premier évolutionniste qui s'est intéressé à la question de l'o-
rigine de la vie au 20ème siècle fut le célèbre biologiste russe,
Alexandre Oparin. Il proposa diverses thèses dans les années trente
pour tenter de prouver que la cellule d'un être vivant serait le fruit
du hasard. Ces études, cependant, furent condamnées à l'échec et
Oparin a dû faire la confession suivante :
Malheureusement, l'origine de la cellule reste, en réalité, une question
qui représente le point le plus sombre de toute la théorie de l'évolution.2
Les disciples évolutionnistes d'Oparin ont essayé de continuer
les expériences pour résoudre l'énigme de l'origine de la vie.
L'expérience la plus célèbre est celle du chimiste américain Stanley
Miller en 1953. Lors de son expérience, il associa les gazes qui
étaient censés exister dans l'atmosphère initiale de la terre, puis y
ajouta de l'énergie. Miller réussit à synthétiser plusieurs molécules
organiques (des acides aminés) présentes dans la structure des pro-
téines.
Mais il ne fallut que quelques années pour apprendre que cette
expérience, qui avait alors été présentée comme un pas important
achevé au nom de la théorie de l'évolution, devait être invalidée car
l'atmosphère utilisée dans l'expérience différait largement de celle
des conditions réelles de la terre.3
Après un long silence, Miller reconnut que les conditions at-

102
Harun Yahya (Adnan Oktar)

mosphériques mises en place n'étaient pas réalistes.4


Tous les efforts des évolutionnistes tout au long du 20ème siècle
pour expliquer l'origine de la vie se sont soldés par des échecs.
Jeffrey Bada, géochimiste de l'Institut Scripps de San Diego, le re-
connaît dans un article qu'il publie dans le magazine Earth en 1998 :
Aujourd'hui, alors que le 20ème siècle touche à sa fin, nous nous trou-
vons toujours face au plus grand problème non résolu et que nous avions
toujours eu depuis le début du 20ème siècle : quelle est l'origine de la vie
sur terre ?5

La structure complexe de la vie


La cause principale de l'impasse majeure dans laquelle se trouve
la théorie de l'origine évolutionniste de la vie réside dans le fait que
même les organismes vivants considérés comme les plus simples ont
des structures incroyablement complexes. La cellule d'un être vivant
est plus complexe que tous les produits technologiques développés
par l'homme. Aujourd'hui, même dans les laboratoires les plus déve-
loppés du monde, une cellule vivante ne peut pas être produite, en
associant uniquement des matières inorganiques.
Les conditions requises pour la formation d'une cellule sont
trop importantes en terme de quantité pour pouvoir avancer l'idée
de coïncidences et la retenir comme explication convaincante. La
probabilité que les protéines, composantes de la cellule, soient syn-
thétisées par hasard est de l'ordre de 1 pour 10950 pour une protéine
moyenne composée de 500 acides aminés. En mathématiques, une
probabilité de l'ordre de 1 sur 1050 est considérée comme relevant
quasiment du domaine de l'impossible.
La molécule d'ADN, qui se trouve dans le noyau de la cellule et
qui stocke l'information génétique, est une banque de données in-

103
LA CRAINTE D'ALLAH

croyable. Selon les calculs établis, si l'information codée de l'ADN


était retranscrite, on obtiendrait l'équivalent d'une bibliothèque gé-
ante composée de 900 volumes d'encyclopédies de 500 pages cha-
cun.
A ce stade, nous sommes confrontés à un dilemme très intéres-
sant : l'ADN ne peut se reproduire qu'à l'aide de quelques protéines
spécialisées (les enzymes). Et la synthèse de ces enzymes ne peut
être obtenue qu'en utilisant l'information codée de l'ADN. Mais
comme les uns dépendent des autres, ils doivent exister en même
temps pour que la reproduction se fasse, et ce qui plonge dans une
impasse totale le scénario de la vie produite par elle-même. Le célè-
bre évolutionniste, le professeur Leslie Orgel, de l'Université de San
Diego en Californie, le reconnaît dans la publication du numéro de
septembre 1994 du magazine Scientific American :
Il est extrêmement improbable que des protéines et des acides nucléiques,
tous les deux reconnus comme étant structurellement complexes, aient
surgi spontanément au même endroit, et ce en même temps. Tout comme
il semble impossible d'avoir l'un sans l'autre. Et donc, à priori, il est pos-
sible de conclure que la vie n'a jamais pu être le résultat de réactions chi-
miques.6
S'il est impossible que la vie soit apparue à la suite de causes
naturelles, alors l'idée qu'elle a été "créée" de façon surnaturelle doit
être admise. Ce fait contredit clairement la théorie de l'évolution
dont le but principal est de nier l'idée de création.

Les mécanismes imaginaires de l'évolution


Le deuxième élément important qui remet en question la théo-
rie de Darwin est que les deux concepts clefs de la théorie, considé-
rés comme "les mécanismes évolutionnistes", n'avaient en fait

104
Harun Yahya (Adnan Oktar)

aucune réalité évolutionniste.


Darwin a entièrement fondé sa théorie de l'évolution sur le mé-
canisme de la "sélection naturelle". L'importance accordée à ce mé-
canisme ressort clairement de l'intitulé même de son livre : L'origine
des espèces, au moyen de la sélection naturelle…
Pour la sélection naturelle, les êtres vivants qui sont les plus
forts et les mieux adaptés aux conditions naturelles de leur environ-
nement sont les seuls à pouvoir survivre, et ce dans le cadre de ce
qu'on appelle la lutte pour la vie. Ainsi, dans un troupeau de cerfs
sous la menace d'animaux sauvages, seuls les plus rapides survi-
vent. De ce fait, le troupeau de cerfs sera composé uniquement des
individus les plus rapides et les plus forts. Mais il est incontestable
que ce mécanisme n'entraîne aucune évolution du cerf et ne le trans-
forme pas non plus en une autre espèce vivante telle que le cheval.
Le mécanisme de sélection naturelle n'a donc aucun pouvoir
évolutionniste. Darwin en était totalement conscient et a dû l'expo-
ser dans son livre L'origine des espèces en disant : "La sélection natu-
relle ne peut rien faire jusqu'à ce que des variations favorables aient la
chance de se produire."7

L'influence de Lamarck
Comment ces "variations favorables" pourraient-elles ainsi se
produire ? Darwin a essayé de répondre à cette question en se fon-
dant sur la connaissance scientifique limitée de son époque. Selon le
biologiste français Lamarck, qui vécut avant Darwin, les créatures
vivantes transmettraient les caractéristiques acquises pendant leur
vie à la génération suivante. Ces caractéristiques, qui s'accumulent
d'une génération à une autre, entraîneraient la formation d'une nou-
velle espèce. Selon Lamarck, les girafes, à titre d'exemple, auraient
évolué à partir des antilopes ; ayant lutté pour manger les feuilles
105
LA CRAINTE D'ALLAH

des grands arbres, leurs cous se seraient allongés de génération en


génération.
Darwin a aussi proposé des exemples similaires, et dans son li-
vre L'origine des espèces, a affirmé, par exemple, que certains ours qui
se rendaient dans l'eau pour trouver de la nourriture se seraient
transformés en baleines avec le temps.8
Cependant, les lois de l'hérédité découvertes par Mendel et vé-
rifiées ensuite par la science de la génétique, et qui se sont dévelop-
pées au 20ème siècle, ont complètement démoli la légende selon
laquelle des caractéristiques seraient transmises aux générations
suivantes. Ainsi, la théorie de la sélection naturelle est tombée en
éclipse en tant qu'élément dans l'histoire de l'évolution.

Le néodarwinisme et les mutations


Pour trouver une solution, les darwinistes ont avancé l'idée de
"la théorie synthétique moderne", plus communément connue sous
le terme de "néodarwinisme", et ce à la fin des années 1930. A la sé-
lection naturelle, le néodarwinisme a ajouté les mutations qui sont
des altérations formées dans les gènes des créatures vivantes en rai-
son de facteurs externes comme la radiation ou des erreurs de repro-
duction comme étant "la cause de variations favorables".
Aujourd'hui, le modèle qui représente la théorie de l'évolution
dans le monde est le néodarwinisme. La théorie maintient que des
millions de créatures vivantes sur la terre se sont formées suite à un
processus par lequel de nombreux organes complexes de ces orga-
nismes comme les oreilles, les yeux, les poumons et les ailes, ont su-
bi "des mutations", c'est-à-dire des désordres génétiques. Pourtant,
une évidence scientifique contredit cette théorie : les mutations n'ai-
dent pas les créatures vivantes à se développer, bien au contraire, el-
les leur toujours été nuisibles.
106
Harun Yahya (Adnan Oktar)

La raison en est très simple : l'ADN a une structure très com-


plexe et des changements aléatoires ne peuvent qu'avoir des effets
destructeurs. C'est ce que nous explique le généticien américain, B.
G. Ranganathan :
Tout d'abord, les mutations sont infimes dans la nature, et secundo, elles
sont à la plupart nuisibles vu leur caractère aléatoire., plutôt que des chan-
gements ordonnés de la structure de gènes ; n'importe quel changement
aléatoire dans un système fortement ordonné ne sera que pour le plus
mauvais, et pas pour le mieux bien sûr. Par exemple, si un tremblement de
terre devait secouer une structure fortement ordonnée, comme le cas d'un
bâtiment, il y aurait un changement aléatoire dans la structure de ce bâti-
ment, qui ne serait pas du tout une amélioration dans tous les cas.9
C'est sans surprise qu'aucun exemple de mutation utile, c'est-à-
dire qui est censé développer le code génétique, n'a été observé jus-
qu'ici. Toutes les mutations se sont avérées nuisibles. Il a été observé
que la mutation, qui est présentée comme "un mécanisme évolutif",
n'est en réalité qu'une modification génétique qui nuît aux êtres vi-
vantes et les handicape. (La mutation la plus célèbre chez l'être hu-
main est le cancer). Un mécanisme destructif ne peut en aucun cas
être "un mécanisme évolutif". Par ailleurs, la sélection naturelle "ne
peut rien faire par elle-même" comme Darwin l'a aussi admis. Ceci
nous montre qu'il n'existe aucun "mécanisme évolutif" dans la na-
ture. Et puisque c'est le cas notamment, le processus imaginaire de
"l'évolution" ne saurait se produire.

Le relevé des fossiles :


aucune trace de formes intermédiaires
La preuve la plus évidente que le scénario suggéré par la théo-
rie de l'évolution ne s'est pas produit, n'est autre que les archives

107
LA CRAINTE D'ALLAH

fossiles qui nous la fournissent.


Selon la théorie de l'évolution, chaque espèce vivante est issue
d'une espèce qui l'a précédée. Une espèce existante précédemment
se métamorphose en quelque chose d'autre au cours du temps, et
toutes les espèces sont venues en vie de cette façon. Selon cette théo-
rie, cette transformation se met en place graduellement sur des mil-
lions d'années.
Si cela avait été le cas, alors de nombreuses espèces intermé-
diaires auraient dû exister et vivre durant cette longue période de
transformation.
Par exemple, certaines espèces mi-poisson/mi-reptiles auraient
dû exister dans le passé et acquérir des caractéristiques de reptiles
en plus de celles de poissons qu'elles avaient déjà. Ou il aurait dû
exister des oiseaux reptiles ayant acquis quelques caractéristiques
d'oiseaux en plus des celles des reptiles qu'ils avaient déjà. Comme
ils étaient dans une phase de transition, il devait alors s'agir de créa-
tures vivantes déformées, déficientes et infirmes. Les évolutionnis-
tes, qui se réfèrent à ces créatures imaginaires, pensent qu'elles ont
vécu dans le passé en tant que "formes intermédiaires".
Si de tels animaux avaient réellement existé, il devrait y en
avoir des millions, voire des milliards en nombre et en variété. Plus
important encore, il devrait exister des traces de ces étranges créatu-
res dans le relevé des fossiles. Dans son livre, L'origine des espèces,
Darwin l'explique :
Si ma théorie est correcte, des variétés intermédiaires innombrables, liant
intimement toutes les espèces du même groupe, devraient certainement
avoir existé… Par conséquent, la preuve de leur existence précédente ne
pourrait être retrouvée que parmi les restes de fossiles.10

108
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Les espoirs de Darwin volent en éclats


Cependant, malgré une recherche acharnée de fossiles dans le
monde entier, depuis le milieu du 19ème siècle, les évolutionnistes
n'ont pas retrouvé la moindre forme intermédiaire. Tous les fossiles
retrouvés pendant la période des fouilles ont montré que, contraire-
ment à ce qu'espéraient les évolutionnistes, la vie sur terre est bien
apparue de manière soudaine et entièrement formée.
Un célèbre paléontologue britannique, Derek V. Ager, l'admet
bien qu'il soit lui-même un évolutionniste :
Ce qui apparaît à l'examen minutieux des fossiles, que ce soit au niveau
des ordres ou des espèces, n'est pas, à maintes reprises, l'évolution pro-
gressive mais l'explosion soudaine d'un groupe aux dépens d'un autre.11
Cela signifie que, selon les archives fossiles, toutes les espèces
vivantes sont apparues de façon soudaine et entièrement formées,
sans aucune forme intermédiaire. C'est exactement le contraire des
suppositions de Darwin. Ce qui est la preuve déterminante que les
créatures vivantes ont bien été créées. La seule explication à ce
qu'une espèce vivante apparaisse de façon aussi soudaine et entière-
ment formée sans aucun ancêtre intermédiaire est que cette espèce a
été créée. C'est également ce qu'admet le célèbre biologiste évolu-
tionniste Douglas Futuyama :
La création et l'évolution épuisent à elles seules les explications possibles
sur l'origine des êtres vivants. Ou que les organismes sont apparus sur
terre entièrement développés ou ils ne le sont pas. S'ils ne sont pas appa-
rus entièrement développés, alors ils doivent s'être développés à partir
d'espèces préexistantes grâce à un processus de modification. S'ils sont
vraiment apparus entièrement développés, ils doivent en effet avoir été
créés par une intelligence toute puissante.12
Les fossiles montrent que les créatures vivantes sont apparues

109
LA CRAINTE D'ALLAH

sur terre dans un état complet et parfait. Cela signifie que "l'origine
des espèces" est à l'opposé des suppositions de Darwin. Il s'agit non
pas d'évolution, mais de création.

La légende de l'évolution humaine


Le sujet le plus souvent évoqué par les défenseurs de la théorie
de l'évolution est celui de l'origine de l'homme. Les darwinistes pré-
tendent que l'homme d'aujourd'hui s'est développé à partir de quel-
ques créatures qui ressemblent au singe. Pendant le prétendu
processus évolutionniste, que l'on suppose avoir commencé avant 4
à 5 millions d'années, il a été affirmé que certaines "formes intermé-
diaires" entre l'homme actuel et ses ancêtres existaient. Selon ce scé-
nario complètement imaginaire, quatre "catégories" de base sont
dénombrées :
1. L'Australopithèque
2. L'Homo habilis
3. L'Homo erectus
4. L'Homo sapiens
Les évolutionnistes appellent les premiers ancêtres prétendus
des hommes, qui sont semblables aux singes, les "australopithè-
ques", ce qui signifie "singes sud-africains". Ces êtres vivants n'é-
taient en réalité rien d'autre qu'une vieille espèce de singe qui s'est
éteinte. La vaste recherche faite sur des spécimens d'australopithè-
ques divers par deux anatomistes célèbres sur l'échelle mondiale, et
qui sont originaires d'Angleterre et des Etats-Unis, Lord Solly
Zuckerman et le professeur Charles Oxnard respectivement, a mon-
tré que ces espèces ont appartenu à une espèce de singe ordinaire
qui s'est éteinte et n'avait aucune ressemblance avec les êtres hu-
mains.13
Dans leur classification, les évolutionnistes attribuent le terme
110
Harun Yahya (Adnan Oktar)

"homo", c'est-à-dire "homme", pour désigner l'étape suivante de l'é-


volution humaine. Selon eux, les êtres vivants appartenant aux caté-
gories de l'Homo sont plus développés que ceux de
l'australopithèque.
Les évolutionnistes conçoivent un schéma d'évolution imagi-
naire en organisant les différents fossiles de ces créatures selon un
ordre particulier. Ce schéma est imaginaire parce qu'aucune relation
évolutionnaire entre ces différentes classes n'a jamais été prouvée.
Ernest Mayr, un des principaux défenseurs de la théorie de l'évolu-
tion au 20ème siècle, l'admet en disant que "la chaîne remontant à
l'Homo sapiens est en réalité perdue."14
En schématisant la chaîne de liens de la façon suivante
"Australopithèque => Homo habilis => Homo erectus => Homo sa-
piens", les évolutionnistes déduisent que chacune de ces espèces est
l'ancêtre de la suivante. Mais les découvertes récentes des paléoan-
thropologues ont révélé que l'Australopithèque, l'Homo habilis et
l'Homo erectus ont vécu dans différentes régions du monde et pen-
dant la même époque.15
De plus, un certain segment des humains faisant partie de la
classe des Homo erectus a vécu jusqu'à des époques très récentes.
L'Homo sapiens neandarthalensis (l'homme de Neandertal) et
l'Homo sapiens sapiens (l'homme actuel) ont coexisté dans la même
région.16
Cette situation indique apparemment l'impossibilité d'une li-
gnée généalogique quelconque entre ces différentes classes. Stephen
Jay Gould, un paléontologue de l'Université de Harvard, explique
l'impasse dans laquelle se trouve la théorie de l'évolution, bien qu'il
soit lui-même un évolutionniste :
Qu'advient-il de notre échelle si trois lignées d'hominidés coexistent
(l'australopithèque africanus, l'australopithèque robuste et l'Homo habi-
111
LA CRAINTE D'ALLAH

lis) et qu'aucune ne provient clairement d'une autre ? De plus, aucune


des trois n'a montré de tendances évolutionnistes pendant leur existence
sur terre.17
Bref, le scénario de l'évolution humaine que l'on cherche à sou-
tenir à l'aide de divers dessins de quelques créatures "mi-singe/mi-
homme" paraissant dans les médias et les livres scolaires,
c'est-à-dire au moyen d'une propagande éhontée, n'est qu'une lé-
gende sans fondement scientifique.
Lord Solly Zuckerman, un des scientifiques les plus célèbres et
les plus respectés du Royaume-Uni, a effectué pendant des années
des recherches sur ce sujet et a tout étudié, particulièrement, pen-
dant 15 ans des fossiles d'australopithèques. Il a finalement conclu,
malgré le fait qu'il est lui-même un évolutionniste, qu'il n'existe en
réalité aucun arbre généalogique constitué de ramifications ratta-
chant l'homme à des créatures semblables au singe.
Zuckerman a aussi établi un intéressant "spectre de la science".
Il a formé un spectre des sciences allant des disciplines qu'il consi-
dère comme scientifiques à celles qu'il considère comme non scienti-
fiques. Selon le spectre de Zuckerman, les disciplines les plus
"scientifiques", c'est-à-dire fondées sur une base de données concrè-
tes, sont la chimie et la physique. Ensuite viennent les sciences biolo-
giques suivies par les sciences sociales. A l'autre extrémité du
spectre, qui est la partie considérée comme la "moins scientifique",
se trouvent les perceptions extrasensorielles, dont font partie la télé-
pathie et "le sixième sens", et enfin la théorie de "l'évolution hu-
maine". Zuckerman en explique les raisons :
Nous nous déplaçons alors directement du registre de la vérité objective
dans ces champs de la science biologique présumée, comme la perception
extrasensorielle ou l'interprétation de l'histoire des fossiles humains, où
pour le fidèle (l'évolutionniste) tout est possible, et où le partisan ardent
112
Harun Yahya (Adnan Oktar)

(de l'évolution) est parfois capable de croire en même temps à plusieurs


choses contradictoires.18
La légende de l'évolution humaine ne repose que sur quelques
interprétations préconçues à partir d'un certain nombre de fossiles
déterrés par certaines personnes qui adhèrent aveuglément à leur
théorie.

La formule darwinienne !
Après avoir passé en revue les preuves techniques, examinons
maintenant la superstition qui aveugle les évolutionnistes avec un
exemple à la portée de tous :
La théorie de l'évolution stipule que la vie est apparue par ha-
sard. Des atomes inconscients et sans vie se seraient donc assemblés
pour former une cellule dans un premier temps, puis des êtres vi-
vants à part entière, et notamment l'homme. Réfléchissons un ins-
tant. En rassemblant tous les composants nécessaires à la vie, tels
que le carbone, le phosphore, l'azote et le potassium, on n'obtient
rien d'autres qu'un tas de matières. Quels que soient les traitements
entrepris, cet amas atomique ne peut en aucun cas former le moin-
dre être vivant. Afin de rendre notre exemple plus parlant, faisons
une expérience et observons au nom des évolutionnistes ce qu'ils
prétendent sans le dire à haute voix sous le nom de "la formule dar-
winienne" :
Supposons que les évolutionnistes amassent dans de grands
barils une quantité considérable de matériaux présents dans la com-
position des êtres vivants (le phosphore, l'azote, le carbone, l'oxy-
gène, le fer, le magnésium). Ils peuvent en plus ajouter n'importe
quel matériel n'existant pas dans des conditions normales, mais
qu'ils jugent nécessaires. Ils peuvent aussi incorporer autant d'aci-

113
LA CRAINTE D'ALLAH

des aminés (qu'il est impossible de former dans des conditions natu-
relles) et de protéines (dont la probabilité de formation de chacune
est de 1 sur 10950) qu'ils le souhaitent. Qu'ils exposent ces mixtures à
la chaleur et à l'humidité voulue. Qu'ils remuent leurs mélanges au
moyen de l'équipement technologique souhaité. Qu'ils placent leurs
éminents scientifiques aux côtés de ces barils. Qu'ils attendent pen-
dant des milliards, voire des trillions d'années. Ils sont libres de re-
créer toutes les conditions qu'ils croient nécessaires à la formation
d'un être humain. Quoi qu'ils fassent, ils ne pourront jamais tirer de
ces barils un être humain, capable de penser, d'examiner sa propre
structure cellulaire sous l'œil d'un microscope électronique. Ils ne
pourront jamais produire de girafes, de lions, d'abeilles, de canaris,
de chevaux, de dauphins, de roses, d'orchidées, de lys, d'œillets, de
bananes, d'oranges, de pommes, de dattes, de tomates, de melons,
de pastèques, de figues, d'olives, de raisins, de pêches, de faisans, de
papillons multicolores ou tout autre des milliards d'êtres vivants sur
la planète. Ils ne pourraient même pas obtenir la moindre cellule de
l'un d'entre eux.
En somme, les atomes inconscients ne peuvent pas s'assembler
pour former une cellule. Ils ne peuvent pas décider spontanément
de mettre en route la division cellulaire, ni de créer quoi que ce soit,
et certainement pas des êtres vivants dotés d'intelligence. La matière
est un amas dépourvu de conscience et de vie. Elle ne naît que par la
création supérieure de Dieu.
La théorie de l'évolution défend le contraire, ce qui est une pure
aberration. Il suffit de réfléchir un instant sur les idées évolutionnis-
tes pour voir la vérité se profiler d'elle-même, comme dans l'exem-
ple cité ci-dessus.

114
Harun Yahya (Adnan Oktar)

La technologie de l'œil et de l'oreille


Un autre sujet qui demeure sans réponse pour les adeptes de la
théorie évolutionniste est l'excellente capacité de perception de l'œil
et de l'oreille.
Avant d'aborder la question de l'œil, essayons de répondre bri-
èvement à la question suivante : "comment nous voyons" ? Des
rayons de lumière venant d'un objet forment sur la rétine de l'œil
une image inversée. A cet instant, ces rayons de lumière sont trans-
mis sous forme de signaux électriques par des cellules et atteignent
un endroit minuscule que l'on appelle le centre de la vision à l'ar-
rière du cerveau. Ces signaux électriques sont perçus en tant qu'i-
mages dans ce centre du cerveau suite à un long processus. A partir
de ces informations techniques, essayons de réfléchir maintenant.
Le cerveau est isolé de la lumière. Cela signifie que l'intérieur
du cerveau est complètement sombre et que la lumière n'atteint pas
le lieu où se trouve le cerveau. Le centre de la vision est un endroit
complètement obscur où aucune lumière ne pénètre jamais ; il pour-
rait même s'agir du lieu le plus sombre que vous n'ayez jamais con-
nu. Et malgré tout, vous arrivez à voir un monde éclatant de lumière
dans cette profonde obscurité.
L'image formée dans l'œil est si précise et distincte que même la
technologie du 20ème siècle n'a pas été capable de l'obtenir.
Regardez, par exemple, le livre que vous lisez, les mains avec les-
quelles vous le tenez, levez maintenant votre tête et regardez autour
de vous. Avez-vous jamais vu une image aussi précise et distincte
que celle-ci ? Même l'écran du téléviseur le plus perfectionné pro-
duit par le plus grand fabricant de téléviseurs dans le monde ne
peut vous fournir une image aussi nette. C'est une image tridimen-
sionnelle, en couleur et d'une extrême précision. Pendant plus de
cent ans, des milliers d'ingénieurs ont essayé d'obtenir une telle pré-
115
LA CRAINTE D'ALLAH

cision de l'image. Des usines ont été construites, d'énormes locaux y


ont été consacrés, de nombreuses recherches ont été menées, des
plans et des conceptions ont été faits pour obtenir les meilleurs ré-
sultats. Regardez maintenant un écran de téléviseur et le livre que
vous tenez dans vos mains. Voyez la grande différence d'acuité et de
netteté qu'il y a entre les deux. De plus, l'écran de téléviseur ne vous
propose qu'une image bidimensionnelle, alors que face à vos yeux
vous obtenez une perspective tridimensionnelle qui comporte éga-
lement la profondeur.
Pendant des années, des dizaines de milliers d'ingénieurs ont
bien essayé de concevoir un téléviseur tridimensionnel qui obtient
la qualité de la vision de l'œil. Ils ont effectivement mis en place un
système tridimensionnel de téléviseur mais il est impossible de le re-
garder sans lunettes. Par ailleurs, ce n'est qu'un système artificiel à
trois dimensions. L'arrière-plan apparaît flou et le premier plan res-
semble à un décor en papier. Il n'a jamais été possible de reproduire
une vision aussi nette et distincte que celle de l'œil. On décèle une
perte de la qualité de l'image aussi bien pour la caméra que pour le
téléviseur.
Les évolutionnistes prétendent que le mécanisme à l'origine de
cette image si pointue et si distincte est le fait du hasard.
Maintenant, si quelqu'un vous disait que votre téléviseur est le pro-
duit du hasard, que tous ses atomes se sont assemblés et ont com-
posé un appareil capable de produire une image, qu'en
penseriez-vous ? Comment des atomes pourraient-ils réaliser ce que
des milliers de personnes sont incapables de concevoir ?
Si un appareil produisant une image plus primitive que celle de
l'œil ne peut avoir été formé par hasard, il est donc tout à fait certain
que l'œil et l'image que l'œil lit ne peuvent être le fruit du hasard. La
même logique s'applique à l'oreille. L'oreille externe capte les sons
116
Harun Yahya (Adnan Oktar)

transmis par le pavillon auriculaire et les dirige vers l'oreille


moyenne qui transmet les vibrations du son en les intensifiant ; l'o-
reille interne transmet ces vibrations au cerveau en les transformant
en signaux électriques. Tout comme pour l'œil, l'audition se réalise
dans le centre de l'audition au niveau du cerveau.
Ce qui se produit pour l'œil est aussi vrai pour l'oreille. C'est-à-
dire que le cerveau est isolé du son comme de la lumière : il ne laisse
pas entrer de son. De ce fait, peu importe que l'environnement exté-
rieur soit bruyant, l'intérieur du cerveau est complètement silen-
cieux. Néanmoins, les sons les plus fins sont perçus dans le cerveau.
Dans votre cerveau, qui est isolé du son, vous écoutez les sympho-
nies d'un orchestre et entendez tous les bruits d'un lieu animé.
Cependant, si à ce moment-là le niveau du son dans votre cerveau
devait être mesuré par un appareil précis, on constaterait qu'un si-
lence total y règne.
Comme c'est le cas des images, des décennies d'efforts ont été
occupés à tenter de produire et de reproduire un son fidèle à l'origi-
nal. Tous ces efforts ont donné naissance à des appareils d'enregis-
trement de sons, à des systèmes de haute fidélité (Hi-fi) et à des
systèmes susceptibles de mesurer le son. Malgré toute cette techno-
logie et des milliers d'ingénieurs et d'experts travaillant d'arrache
pied, aucun son ayant la même acuité et la même clarté que le son
perçu par l'oreille, n'a encore été obtenu. Pensez aux systèmes Hi-fi
de haute qualité produits par les plus grandes sociétés de l'industrie
de la musique, et même là, lorsque le son est enregistré, il perd un
peu de sa qualité. De la même façon quand vous allumez un appa-
reil de haute fidélité, vous entendez toujours un sifflement avant le
son de la musique. Cependant, les sons qui sont produits par la tech-
nologie du corps humain sont extrêmement précis et d'une grande
netteté. Une oreille humaine ne perçoit jamais un son accompagné
117
LA CRAINTE D'ALLAH

par un sifflement ou alors entaché de parasites comme le fait


d'ailleurs l'appareil de haute fidélité ; elle perçoit le son exactement
tel qu'il est, clair et net. C'est ainsi que cela a fonctionné depuis la
création de l'homme.
Jusqu'à maintenant, aucun appareil visuel ou d'enregistrement
produit par l'homme n'a été aussi sensible et aussi performant dans
la perception des données sensorielles comme c'est le cas de l'œil et
l'oreille.
Cependant, derrière la vision et l'audition, se cache une vérité
beaucoup plus importante.

A qui appartient la conscience qui


voit et entend dans le cerveau ?
Qui est-ce qui voit un monde agréable et plaisant, écoute des
symphonies ou le gazouillement des oiseaux et peut sentir la rose ?
Les stimulations provenant des yeux, des oreilles et du nez
d'un être humain vont au cerveau comme des impulsions nerveuses
électrochimiques. En biologie, en physiologie et dans les livres de
biochimie, vous pouvez trouver tous les détails sur la formation de
l'image au niveau du cerveau. Mais, vous ne recevrez jamais l'infor-
mation la plus importante à ce sujet : qui donc perçoit les impulsions
nerveuses électrochimiques en tant qu'images, sons, odeurs et évé-
nements sensoriels au niveau du cerveau ? Il y a une conscience
dans le cerveau qui perçoit tout cela sans ressentir le besoin d'avoir
un œil, une oreille ou un nez. A qui appartient cette conscience ? Il
ne fait aucun doute que cette conscience n'appartient pas aux nerfs,
à la couche grasse et aux neurones qui constituent le cerveau. C'est
pourquoi les matérialistes darwiniens, qui croient que tout est cons-
titué de matière, ne peuvent donner de réponse à cette question.

118
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Car cette conscience est l'âme créée par Allah. L'âme n'a besoin
ni d'œil pour voir les images, ni d'oreille pour entendre les sons. En
outre, elle n'a pas non plus besoin du cerveau pour penser.
Chaque personne qui lit cette évidence scientifique très claire
devrait penser à Allah Tout-Puissant, Le craindre et chercher refuge
auprès de Lui. Lui, qui enserre l'univers entier en un espace sombre
de quelques cm3 dans un format tridimensionnel, coloré, fait d'om-
bre et de lumière.

Une croyance matérialiste


Les connaissances que nous avons présentées jusqu'ici établis-
sent que la théorie de l'évolution est une revendication à l'évidence
en contradiction avec les découvertes scientifiques. La prétention de
la théorie de l'évolution à propos de l'origine de la vie est inconcilia-
ble avec la science. Les mécanismes évolutionnistes qu'elle propose
n'ont aucun pouvoir sur l'évolution et les données connues qui se
rapportent aux fossiles démontrent que les formes intermédiaires
nécessaires selon la théorie n'ont jamais existé. Aussi, il serait certai-
nement logique que la théorie de l'évolution soit mise à l'écart com-
me une idée non scientifique. Il existe un nombre incalculable
d'idées qui, comme celle qui considère la terre comme le centre de
l'univers, ont été rayées des préoccupations de la science à travers
l'histoire.
Malgré cela, la théorie de l'évolution demeure obstinément à
l'ordre du jour de la recherche scientifique. Certains vont jusqu'à
tenter de faire passer les critiques formulées contre cette théorie
pour "des attaques contre la science." Pour quelle raison le font-ils ?
La raison en est que la théorie de l'évolution est une croyance
dogmatique indispensable à certains cercles. Ces milieux sont aveu-
glément dévoués à la philosophie matérialiste et adoptent le darwi-
119
LA CRAINTE D'ALLAH

nisme parce qu'il est la seule explication matérialiste qui peut être
avancée dans le cadre des mécanismes de la nature.
Mais de manière assez intéressante, ils leur arrivent aussi de le
reconnaître de temps en temps.
Richard C. Lewontin, célèbre généticien et évolutionniste, de
l'Université de Harvard, avoue qu'il est "un matérialiste avant d'être
un homme de science" en ces termes :
Ce n'est pas que les méthodes et les institutions scientifiques nous obli-
gent d'une façon ou d'une autre à accepter une explication matérielle du
monde phénoménal, mais c'est, au contraire, que nous sommes forcés, par
notre adhésion, à priori aux causes matérielles, de créer un appareil d'in-
vestigations et un jeu de concepts qui produisent des explications maté-
rielles. Et, peu importe que cela soit contraire à l'intuition, peu importe
que cela soit mystificateur pour le non initié. En outre, ce matérialisme
est absolu, donc nous ne pouvons pas admettre [une intervention divine]
sur le pas de la porte.19
Ces déclarations explicites montrent que le darwinisme est un
dogme entretenu uniquement par adhésion à la philosophie maté-
rialiste. Ce dogme soutient qu'il n'y a aucun être à l'exception de la
matière. De ce fait, il affirme que la matière inanimée et inconsciente
a créé la vie. Il suggère que des millions d'espèces vivantes différen-
tes telles que les oiseaux, les poissons, les girafes, les tigres, les insec-
tes, les arbres, les fleurs, les baleines et les êtres humains sont issues
du résultat d'interactions de la matière, comme la pluie torrentielle
ou l'éclair de la foudre, etc. c'est-à-dire de la matière inanimée. C'est
un précepte à la fois contraire à la raison et à la science. Pourtant les
darwinistes continuent à défendre cette théorie pour "ne pas admet-
tre une intervention divinexx sur le pas de la porte".
Quiconque ne regarde pas l'origine des êtres vivants avec un
préjugé matérialiste conviendra de cette vérité évidente : tous les
120
Harun Yahya (Adnan Oktar)

êtres vivants sont l'œuvre d'un Créateur, qui est tout-puissant, sage
et omniscient. Ce Créateur est Allah, Il est Celui Qui a créé l'univers
entier à partir du néant, Il l'a conçu sous la forme la plus parfaite et a
façonné tous les êtres vivants.

Le sortilège le plus puissant au monde :


la théorie de l'évolution
Quiconque est libre de préjugés et de l'influence d'une idéolo-
gie particulière, quiconque est capable de faire fonctionner sa raison
et sa logique comprendra que la croyance en la théorie de l'évolu-
tion, qui rappelle les superstitions des sociétés dépourvues de con-
naissance de la science ou de civilisation, est tout à fait impossible.
Comme nous l'avons expliqué plus haut, les avocats de la théo-
rie de l'évolution sont persuadés que quelques atomes et molécules
jetés dans un grand chaudron peuvent donner naissance à des uni-
versitaires, à des scientifiques tels que Einstein ou Galilée, à des ar-
tistes comme Humphrey Bogart, Frank Sinatra ou Luciano
Pavarotti, à des antilopes, des citronniers ou des œillets. Se rendre
compte que ce sont justement des scientifiques et des individus ins-
truits qui défendent cette théorie insensée justifie l'emploi du quali-
ficatif de "plus puissant sortilège au monde". Jamais auparavant une
idée ou une conviction n'avait à ce point aveuglé et démuni les hom-
mes de leur capacité d'entendement. Leur égarement est pire que
celui des Egyptiens adorant le roi soleil Ra, celui des peuples d'Afri-
que vouant un culte aux totems, celui du peuple de Saba adorant le
Soleil, celui de la tribu du Prophète Abraham (psl) adorant les idoles
qu'ils avaient façonnés de leurs propres mains, ou celui du peuple
du Prophète Moïse (psl) adorant le veau d'or.
Allah a déjà fait allusion, dans le Coran, à cette absence de rai-

121
LA CRAINTE D'ALLAH

sonnement. Dans de nombreux versets, Il révèle que l'esprit des


hommes sera scellé et qu'ils seront incapables de voir la vérité.
Certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les
avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Allah a scellé leurs
cœurs et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et
pour eux il y aura un grand châtiment. (Sourate al-Baqara, 6-
7)
… Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des
yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'enten-
dent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés
encore. Tels sont les insouciants. (Sourate al-A'raf, 179)
Et même si Nous ouvrions pour eux une porte du ciel, et
qu'ils pussent y monter, ils diraient : "Vraiment nos yeux sont
voilés. Mais plutôt, nous sommes des gens ensorcelés."
(Sourate al-Hijr, 14-15)
Les mots ne peuvent pas exprimer la surprise qu'un tel sorti-
lège parvienne à avoir une emprise aussi vaste sur la vérité depuis
150 ans. Il serait compréhensible que quelques individus isolés
croient à ce genre de scénarios impossibles, bourrés de stupidités et
d'illogismes. Or, dans le cas présent, seul le mot "magique" peut ex-
pliquer que des personnalités des quatre coins du monde pensent
que des atomes inconscients et sans vie aient pu soudainement déci-
der de s'assembler pour former un univers parfait dans son organi-
sation, sa discipline, son raisonnement et sa conscience ; une planète
nommée Terre avec toutes ses caractéristiques qui la rendent si pro-
pice à la vie ; les êtres vivants dans leurs innombrables complexités.
Le Coran raconte l'opposition entre le Prophète Moïse (psl) et
Pharaon afin de montrer que les partisans de philosophies polythé-
istes influencent, en fait, les autres par la magie. Lorsqu'il fut in-
formé de la véritable religion, Pharaon invita le Prophète Moïse (psl)
122
Harun Yahya (Adnan Oktar)

à rencontrer ses propres magiciens. Moïse (psl) invita les magiciens


à faire preuve de leurs aptitudes en premier. La suite vient dans les
versets suivants :
"Jetez", dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les
yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puis-
sante magie. (Sourate al-A'raf, 116)
Les magiciens de Pharaon furent capables de tromper tout le
monde, à l'exception du Prophète Moïse (psl) et de ceux qui
croyaient en lui. Ses preuves rompirent le sortilège en "avalant ce
qu'ils avaient fabriqué" :
Et Nous révélâmes à Moïse : "Jette ton bâton." Et voilà que
celui-ci se mit à engloutir ce qu'ils avaient fabriqué. Ainsi la
vérité se manifesta et ce qu'ils firent fût vain. (Sourate al-
Araf, 117-118)
Quand l'auditoire comprit qu'il avait été sous l'influence d'un
sortilège et que ce qu'il avait vu n'était qu'une illusion, les magiciens
perdirent toute leur crédibilité. Aujourd'hui aussi, à moins que ceux
qui croient et défendent ces idées ridicules aux apparences scientifi-
ques n'abandonnent leurs superstitions, ils subiront une amère hu-
miliation le jour où la vérité nue émergera et que le sortilège sera
déjoué. Le célèbre écrivain et philosophe britannique Malcolm
Muggeridge affirma également :
"Moi-même je suis convaincu que la théorie de l'évolution, en particulier
dans l'étendue où elle a été appliquée, sera l'une des plus belles plaisante-
ries dans les livres d'histoire du futur. La postérité s'émerveillera devant
l'incroyable crédulité suscitée par une hypothèse aussi douteuse et peu
solide."20
Ce futur n'est pas si lointain. Au contraire, le public compren-
dra bientôt que "le hasard" n'est pas une divinité et considérera la
théorie de l'évolution comme le pire mensonge et le plus terrible
123
LA CRAINTE D'ALLAH

sortilège au monde. Ce sort commence rapidement à se rompre. De


plus en plus de personnes perçoivent la véritable face de cette théo-
rie et se demandent comment elles ont pu se laisser berner.

Ils dirent : "Gloire à Toi !


Nous n'avons de savoir que ce que
Tu nous as appris. Certes c'est
Toi l'Omniscient, le Sage."
(Sourate al-Baqarah, 32)

124
NOTES

1. Sidney Fox, Klaus Dose, Molecular Association, vol. 87, 1976, p. 133
Evolution and The Origin of Life, New York : 12. Douglas J. Futuyma, Science on Trial, New
Marcel Dekker, 1977, p. 2 York : Pantheon Books, 1983, p. 197
2. Alexander I. Oparin, Origin of Life, (1936) 13. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory
New York, Dover Publications, 1953 Tower, New York : Toplinger Publications,
(Réimpression), p. 196 1970, pp. 75-94 ; Charles E. Oxnard, "The
3. "New Evidence on Evolution of Early Place of Australopithecines in Human
Atmosphere and Life", Bulletin of the Evolution : Grounds for Doubt", Nature, vol.
American Meteorological Society, vol. 63, no- 258, p. 389
vembre 1982, pp. 1328-1330 14. J. Rennie, "Darwin's Current Bulldog :
4. Stanley Miller, Molecular Evolution of Life : Ernst Mayr", Scientific American, décembre
Current Status of the Prebiotic Synthesis of 1992
Small Molecules, 1986, p. 7 15. Alan Walker, Science, vol. 207, 1980, p.
5. Jeffrey Bada, Earth, février 1998, p. 40 1103 ; A. J. Kelso, Physical Antropology, 1ère
6. Leslie E. Orgel, "The Origin of Life on éd., New York : J. B. Lipincott Co., 1970, p. 221
Earth", Scientific American, vol. 271, octobre ; M. D. Leakey, Olduvai Gorge, vol. 3,
1994, p. 78 Cambridge : Cambridge University Press,
7. Charles Darwin, The Origin of Species : A 1971, p. 272
Facsimile of the First Edition, Harvard 16. Jeffrey Kluger, "Not So Extinct After All :
University Press, 1964, p. 189 The Primitive Homo Erectus May Have
8. Charles Darwin, The Origin of Species : A Survived Long Enough To Coexist With
Facsimile of the First Edition, Harvard Modern Humans", Time, 17. décembre 1996
University Press, 1964, p. 184. 18. S. J. Gould, Natural History, vol. 85, 1976,
9. B. G. Ranganathan, Origins ?, Pennsylvania p. 30
: The Banner Of Truth Trust, 1988 19. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory
10. Charles Darwin, The Origin of Species : A Tower, New York : Toplinger Publications,
Facsimile of the First Edition, Harvard 1970, p. 19
University Press, 1964, p. 17 20. Richard Lewontin, "The Demon-Haunted
11. Derek A. Ager, "The Nature of the Fossil World", The New York Review of Books, 9
Record", Proceedings of the British Geological janvier 1997, p. 28

125