Vous êtes sur la page 1sur 10

Colle du tutorat : CYTOLOGIE – HISTOLOGIE N°1

PARTIE MARION

Q1.Les colorants du trichrome de Masson sont :


A. Eosine
B. Bleu de méthylène
C. Fuchsine acide
D. Bleu d’aniline
E. Fuchsine basique

Q2. Techniques d’étude : acte 1


A.Une observation des cellules vivantes en microscopie optique se fait sans fixation.
B. La fixation par le formol en MO permet l’immobilisation des structures et provoque la
mort des cellules.
C. La clarification en MET, comme en MO se fait au butanol.
D. La microscopie confocale utilise une source lumineuse de type laser en mode balayage.
E. Grâce à la microscopie optique, on peut voir jusqu’à 0,2 micromètre alors qu’avec un ME,
on peut voir jusqu’à 0,2 nanomètre.

Q3. Techniques d’étude : acte 2


A. Le pouvoir de résolution d’un microscope est d’autant plus petit que celui ci est puissant.
B. La microscopie optique utilise un faisceau de photons alors que la microscopie
électronique utilise un faisceau d’électrons.
C. Le MEB standard utilise un marquage aux grains d’or.
D. La coloration négative en MET utilise des sels de métaux lourds.
E. En MO, comme en MET, on fait une coloration pour pouvoir observer l’échantillon.

Q4.Quelles sont les étapes utilisées lors des techniques histologiques en MET ?
A. inclusion en paraffine ou paraplast
B. déshydratation avec de l’éthanol
C. contraste avec du tétraoxyde d’osmium
D. élimination des lipides avec du butanol
E. coupe de 60 à 100 nm.

Q5. Techniques d’étude : acte 3


A. La micro-analyse étudie, avec un spectrographe, les Rayons X émis.
B. En microscopie confocale, les tissus sont fixés, déshydratés et inclus en paraplast avant
d’être coupés et colorés.
C. Grâce à l’autoradiographie et à l’injection d’un produit de contraste radioactif, on peut
suivre in vivo le métabolisme d’une cellule.
D. L’immunocytochimie est une technique qui permet de mettre en évidence des substances
membranaires et cytoplasmiques, mais pas nucléaires puisque les Anticorps ne peuvent pas
traverser l’enveloppe nucléaire.
E. On peut voir les organites d’une bactérie en 3D avec un MEB.

Page 1 sur 10
Q6. Technique d’études : dernier acte…
A.Une étude ultrastructurale se fait avec un ME.
B. Le MET permet de voir les microfilaments d’actine d’une cellule épithéliale, révélés par un
Anticorps anti-actine couplé à la rhodamine .
C. Les colorations histochimiques permettent de mettre en évidence une substance chimique
par une réaction chimique colorée.
D. L’immunocytochimie (ICC), l’Hybridation in situ (HIS) et l’autoradiographie s’observent
en MO.
E. Le produit d’une coloration histochimique doit être insoluble et coloré.

Q7. Le noyau
A. Le noyau est le siège de la transcription et de la réparation de l’ADN ; c’est donc un
constituant cellulaire vital pour les eucaryotes.
B. Pendant la mitose, la chromatine disparaît.
C. Le nucléole est limité par une enveloppe porée qui régule les échanges avec le
nucléoplasme.
D. Mais non ! il n’y a pas de limites entre le centriole et le noyau.
E. La réaction de Feulgen colore la chromatine en marron.

Q8. Toujours le noyau


A. La synthèse d’ARN ribosomal à partir d’ADN ne passe pas par l’intermédiaire d’un
ARNm.
B. Les cellules sanguines, tels que le globule rouge et le globule blanc, sont toutes
mononucléées.
C. Lorsqu’une cellule devient cancéreuse, elle perd son noyau par apoptose.
D. La chromatine est acidophile, en effet elle prend les colorants acides comme l’HES.
E. C’est le nucléole qui est acidophile.

Q9. Encore et toujours le noyau


A. Le noyau contient le nucléoplasme, qui est la phase liquide contenant des protéines, des
enzymes, des ribosomes et de l’ARN. (exhaustif)
B. La grande sous-unité ribosomale est constituée de l’ARNm 5S , 5,8S et 28S.
C. Dans les cellules embryonnaires, il y a une grande proportion d’hétérochromatine, car la
synthèse protéique n’est pas encore initiée.
D. L’enveloppe nucléaire présente sur sa membrane interne des filaments intermédiaires de
laminine.
E. A travers les pores de l’enveloppe nucléaire passent l’ARNm, l’ARNr et des protéines.

Q10. Les cellules pouvant être bi- ou pluri-nucléées sont :


A. les plaquettes sanguines
B. le macrophage
C. le globule blanc
D. la cellule ganglionnaire spinale
E. l’ovocyte

Page 2 sur 10
PARTIE MATHIEU

Q11 : Le début…
A : les cytomembranes sont constituées d’une couche lipidique asymétrique.
B : les lipides sont formés d’une partie globulaire hydrophile et d’un brin hydrophobe
rectiligne.
C : les glycolipides sont essentiellement à la face externe.
D : la bicouche lipidique est interrompue notamment par des protéines de surface (souvent des
récepteurs)
E : on trouve plusieurs types de lipides : phospholipides (phosphatidylcholine,
phosphatidylsérine, phosphatidyléthanolamine, sphingomyéline) et glycolipides. (exhaustif)

Q12 : Réticulum Endoplasmique (RE) vs Appareil de Golgi (AdG) :


A : les vésicules ergastoplasmiques communiquent les unes avec les autres et s’organisent de
façon parallèle.
B : l’AdG est non-visible avec une réaction standard en MO.
C : le RELisse est non-visible au MO alors que le REGranuleux oui.
D : il y a possibilité de continuité entre les membranes du REG et de l’AdG.
E : l’AdG a été mis en évidence au niveau des neurones par coloration à l’hématoxyline
ferrique.

Q13 : Concernant les cytomembranes :


A : la membrane plasmique est en partie responsable de la forme de la cellule et constitue un
filtre sélectif ou barrière non-étanche.
B : le REG est responsable de la synthèse des lipides.
C : le REL est responsable de la synthèse des lipides.
D : l’AdG est responsable de la synthèse des protéines.
E : la mitochondrie à pour rôle d’apporter l’énergie nécessaire au métabolisme cellulaire.

Q14 : L’appareil vésiculaire :


A : il est le plus souvent non-visible en ME.
B : les endosomes pour l’endocytose, les vésicules de transition pour les échanges intra-
cellulaire et les lysosomes pour la digestion cellulaire.
C : l’association d’un lysosome primaire avec une bactérie permet l’activation des enzymes
lysosomiales.
D : l’endocytose est le résultat d’un flux centrifuge.
E : les cellules de l’antéhypophyse sont remplies de vésicules de stockage contenant
l’hormone de croissance.

Q15 : Lysosomes :
A : les secondaires sont visibles en MO grâce à une réaction PAS positive.
B : ils ont différents rôles : régulation de la digestion cellulaire, stockage de substances
insolubles toxiques, renouvellement des structures cycliques, remodelage cellulaire…(non
exhaustif).
C : les enzymes lysosomiales activées peuvent passer dans le cytoplasme et être responsables
de la réaction inflammatoire.
D : les maladies lysosomiales sont dues à une mutation d’une protéine enzymatique causant
un déficit total ou partiel = maladies de « surcharge ».
E : lors d’une anoxie, il y a activation des enzymes lysosomiales du tissu qui n’est plus irrigué
et donc apoptose de ce tissu.

Page 3 sur 10
Q16 : Mitochondrie :
A : elle est présente chez toutes les cellules acaryotes mais absente chez les procaryotes.
B : l’ADN mitochondrial permet de synthétiser toutes les protéines nécessaires à son bon
fonctionnement.
C : l’ensemble des mitochondries est appelé oncocytome.
D : un oncocyte est une mitochondrie à crête tubulaire.
E : ces mitochondries à crête tubulaire sont caractéristiques des cellules produisant des
hormones dérivées du cholestérol.

Q17 : Mitochondrie (bis) :


A : la membrane externe est riche en lipides et relativement perméable grâce à des
phosphatases.
B : les enzymes de la chaîne respiratoire situées au niveau de la membrane interne
consomment beaucoup d’énergie.
C : la mitochondrie est souvent associée à l’AdG ou aux MicroTubules (MT).
D : comme le REL a pour rôle de concentrer le calcium dans les myocites, la mitochondrie le
concentre dans l’ostéoclaste.
E : la transmission des mutations concernant les gènes mitochondriaux se fait par hérédité
non-mendéléienne et cytoplasmique.

Q18 : Cytosquelette :
A : les MT et les Micro Filaments d’Actine (MFA) sont des structures labiles…
B : …alors que les Filaments Intermédiaires (FI) assurent la rigidité en se polymérisant.
C : les MFA de 5mm de diamètre, ont une polymérisation rapide à leur pôle positif.
D : les MFA on notamment un rôle dans la cytodiérèse ainsi que dans l’endocytose où ils sont
associés à des molécules de clathrine.
E : les FI sont constitués de desmine dans les desmocytes et de GFAP (Glial Fibrillar Acid
Protein) dans les astrocytes.

Q19 : Cytosquelette (le retour) :


A : les FI sont visibles en ME en immunocytochimie par différents anticorps selon le type
cellulaire.
B : les FI assurent la cohésion du tissu épithélial en s’associant aux complexes de jonction
(surtout des desmosomes).
C : les FI jouent un rôle dans la transmission synaptique en s’ancrant aux canaux par
association avec la clathrine et l’ankyrine.
D : les MT nécessite une fixation particulière en ME : paraformaldéhyde + acide osmique.
E : la kynésine permet le glissement de l’extrémité négative vers l’extrémité positive lors de
l’exocytose.

Q20 : Cytosquelette (la trilogie) :


A : le taxol inhibe la dépolymérisation des MT alors que la colchicine et la vinblastine inhibe
la polymérisation des MT.
B : MAP et TAU sont des protéines associées aux MFA pour les stabilisés.
C : les MT sont synthétisés par le centriole.
D : le centre cellulaire est constitué de structures stables, complexes, qui font parties d’un
ensemble de formations concentriques appelé centriole.
E : le centriole est formé de 9 triplets, eux-mêmes formés de 3 MT : A, B et C (intérieur =>
extérieur).

Page 4 sur 10
PARTIE CHARLINE

LE TISSU EPITHELIAL

21. Généralités
A.C’est un ensemble de cellules juxtaposées, solidaires les unes des autres et qui reposent sur
une lame basale.
B.Le tissu épithélial est richement vascularisé.
C.L’épithélium et le chorion sous jacent forment une muqueuse.
D.L’endothélium est le revêtement le plus externe des vaisseaux et du cœur.
E.Le mésothélium est un épithélium embryonnaire qui tapisse la cavité interne de l’embryon
et qui persiste chez l’adulte sous forme de séreuses.

22. Les cellules épithéliales de revêtements présentent les caractères


suivants :
A. Elles sont polarisées.
B. Des différenciations membranaires peuvent être observées.
C. Elles ne se multiplient pas.
D. Elles peuvent communiquer entre elles.
E. Elles possèdent des filaments d’actine et de cytokératine.

23. Les microvillosités


A. L’axe de la microvillosité est représenté par des microfilaments d’actines perpendiculaires
au réseau cortical d’actine.
B. Pour former cet axe, les microfilaments d’actine sont réunis par des protéines associées :
fimbrine et spectrine.
C. L’axe est relié à la membrane plasmique par la myosine de type II.
D. Les bordures en brosse et les plateaux striés augmentent la surface d’échange au niveau
des entérocytes et des cellules rénales.
E. CADEAU !!!!!

24. Les cils


A. sont des structures microtubulaires stables.
B. présentent des battements en crochet.
C. sont pourvus de corpuscules basaux fixes.
D. sont formés de 9 doublets de microtubules périphériques et d’un doublet central, limité par
la membrane plasmique.
E. sont immobiles chez les patients ayant une mutation du gène de la dynéine.

25. La communication intercellulaire


A. implique l’existence de systèmes de jonction.
B. entre cellules voisines peut se faire par un mécanisme de paracrinie.
C. peut s’établir entre cellules d’un même type ou de type différent.
D. de type endocrine nécessite la présence de récepteurs spécifiques.
E. est réduite dans les cellules embryonnaires.

26. Jonction gap


A. Elles se retrouvent beaucoup au niveau des cellules libres et des cellules musculaires
striées squelettiques.
B. Elle est visible en ICC avec un anticorps anti connexine.

Page 5 sur 10
C. Deux connexons voisins forment un tube creusé d’un canal de 2mm de diamètre.
D. Chaque connexon est formé de 6 molécules de connexines.
E. La connexine est une protéine 6 fois transmembranaires.

27. A propos des desmosomes


A. L’espace intercellulaire persiste.
B. Les cadhérines desmosomiales sont des protéines d’adhérences transmembranaires.
C. Les protéines des desmosomes et des hémidesmosomes sont identiques.
D. Les plaques cytoplasmiques sont constituées de protéines associées : caténine,
desmoplakine, plakoglobine.
E. Il n’existe pas de desmosomes dans les cellules musculaires striées squelettiques.

28. Les intégrines


A. sont des protéines transmenbranaires.
B. interviennent dans les jonctions cellule-matrice extracellulaire.
C. sont calcium dépendantes.
D. sont présentes dans les jonctions serrées.
E. interviennent dans les points focaux.

29. A propos des épithéliums glandulaires.


A. Les acini pancréatiques de type séreux sécrètent le suc pancréatique.
B. La glande mammaire a une sécrétion apocrine( exhaustif).
C. Les glandes sébacées annexées aux poils ont une sécrétion apocrine.
D. Les hépatocytes sont des cellules amphicrines.
E. La thyroïde, l’hypophyse et les surrénales sont des glandes endocrines.

30. A propos de l’épithélium intestinal


A. C’est un épithélium de revêtement où a lieu l’absorption des lipides.
B. Ses cellules sont polarisées.
C. Les entérocytes ont un plateau strié.
D. Ses microvillosités sont recouvertes d’une substance riche en glycoprotéines dont
l’ensemble forme le glycolemme PAS négatif.
E. L’absorption d’eau et d’électrolytes a lieu au niveau du colon.

PARTIE NATHALIE

Q31 Généralités sur le tissu conjonctif


A.Les cellules sont d’origine entoblastique
B. les cellules autochtones sont le fibrocyte, le fibroblaste et l’adipocyte
C. le fibroblaste a une forme allongée
D. le cytoplasme du fibrocyte est basophile
E. il y a du tissu conjonctif dans le système nerveux central

Q32 L’adipocyte blanc


A- est visible en HES
B- est entouré d’une lame basale à laquelle sont associées des fibres de réticuline
C- contient une enclave lipidique entourée d’une membrane
D- la lipolyse est stimulée par l’insuline
E- il synthétise la leptine et l’angiotensine

Page 6 sur 10
Q33 Le mastocyte
A- est une cellule immobile souvent localisée près des vaisseaux
B- ses granulations sont colorées en rouge par le bleu de toluidine
C- il ne synthétise pas de collagène ni d’acide hyaluronique
D- l’histamine est synthétisée lors de l’asthme, qui est une gène à l’inspiration
E- lors du 2° contact allergène, l’histamine est excrétée de 2 façons : mérocrine et apocrine

Q34 Le macrophage
A- est une cellule mobile qui provient des monocytes sanguins
B- peut être PAS+
C- présente l’antigène aux lymphocytes CD8 CD4 et T
Le plasmocyte
D- provient des lymphocytes T
E- ne synthétise pas d’immunoglobulines

Q35 Les différents types de tissu conjonctif


A- les séreuses sont constituées de TC membraneux
B- les aponévroses sont constituées de TC dense modelé orienté unitendu
C- le derme est un TC à prédominance collagène
D- le mésentère est un TC lamelleux
E- La cornée est un TC dense non orienté

Q36 Le collagène (type I )


A- est organisé en réseaux anastomosés
B- l’unité biochimique est le tropocollagène
C- le tropocollagène est constitué de 3 chaînes α
D- les microfibrilles sont l’unité structurale et présentent une striation périodique transversale
E- la microfibrille mesure 20 nm de diamètre.

Q37 Les différents types de collagène


A- le collagène de type III est coloré en noir par l’imprégnation argentique
B- le collagène de type III est synthétisé par le fibroblaste, les cellules endothéliales, les
adipocytes, et les ostéocytes (exhaustif).
C- Le collagène de type IX est associé en fibrilles au niveau du cartilage
Biosynthèse du collagène
D- l’hydroxylation de la lysine et de la proline dépend du fer, du magnésium et de la vitamine
C
E- La glycosylation du collagène se fait grâce à la 5-glycosyl-transférase.

Q38 La pathologie du collagène


A- la maladie d’Ehlers Danlos est une maladie autosomique dominante
B- elle est due à une mutation du gène qui intervient dans l’hydroxylation de la lysine ou à un
déficit en peptidase
Les fibres élastiques
C- sont colorées en violet avec de l’orcéine
D- l’élastine, située en position centrale, correspond à la substance amorphe
E- la maladie de Marfan est due à une mutation du gène de l’élastine.

Page 7 sur 10
Q39 La substance fondamentale
A- la fibronectine est constituée de deux sous-unités réunies par des ponts disulfures à
l’extrémité C terminale
B- la fibronectine a un site de liaison avec le collagène, la cellule et l’héparine (exhaustif)
C- la substance fondamentale est PAS + et bleu alcian –
La lame basale :
D- est visible avec un anticorps anti-lamine
E- elle est constituée de trois couches de la matrice extra cellulaire vers la cellule : lamina
lucida, lamina densa, pars fibroreticularis

Q40 Rôles du tissu conjonctif


A- lors d’une infection bactérienne, la viscosité de la substance fondamentale augmente afin
de limiter la diffusion des bactéries
B- il a un rôle énergétique et de réserve
Pathologie
C- lors d’un cancer, les cellules peuvent synthétiser des métalloprotéases qui facilitent le
franchissement de la lame basale
D- lors de la glomérulonéphrite, la lame basale empêche le passage des protéines
E- lors d’une brûlure, le tissu conjonctif guide les kératinocytes au niveau de la peau.

PARTIE ALEX ET ISA

Q41 La peau :
A. La peau est un organe complexe, constitué de 4 couches superposées, étant de la surface à
la profondeur : l’épiderme, le derme, l‘hypoderme et l’endothélium.
B. La peau est un organe vital, constituant un revêtement imperméable, élastique, lavable et
auto-cicatrisant ; elle peut être fine ou épaisse, mais seul l’épiderme est épaissi dans ce cas
là.
C. Elle est richement vascularisée et innervée grâce aux nombreux vaisseaux et nerfs
présents dans l’épiderme.
D. Deux grands mécanismes, qui sont la kératinisation et la mélanogenèse, se déroulent dans
le derme. Les deux types cellulaires concernés sont le kératinocyte et la cellule de
Langerhans.
E. Ses rôles sont divers : protection du corps, rôle métabolique, rôle dans la réaction
immunitaire etc… (celle là, elle est donnée !)

Q42 Un kératinocyte se différencie d’un mélanocyte par :


A. Le pourcentage de distribution.
B. l’évolution morphologique : à l’inverse des kératinocytes, les mélanocytes subissent une
maturation de la couche basale à granuleuse.
C. le rôle : seul les kératinocytes protègent l’organisme du milieu extérieur.
D. le type de cancer : celui des kératinocytes, appelé kératinome, est bénin.
E. la distribution de leur cancer : l’un plus fréquent chez les sujets roux, et l’autre chez les
greffés.

Q43 La peau suite


A. L’épiderme, couche la plus superficielle de la peau, est un épithélium pavimenteux
pseudostratifié orthokératosique, avec une couche vivante constituée de Kératinocytes qui
vont subir une importante évolution jusqu’à la région cornée, où ils n’ont plus de noyaux.

Page 8 sur 10
B. Au niveau de la couche épineuse ou spinocellulaire, les kératinocytes sont « épineux » ; ils
présentent de très nombreux desmosomes ainsi que des filaments intermédiaire d’une
kératine particulière : la cytokératine.
C. Au fait, les kératinocytes et les annexes cutanés sont bien d’origine neurectoblastique, et
les mélanocytes d’origine mésoblastique non ?
D. Les mélanocytes, d’origine neurectoblastique (alors c’est quoi la bonne réponse ?!), sont
situés dans la couche germinale. En microscopie optique, ils sont visibles avec
l’imprégnation argentique et en immunocytochimie avec un Anticorps anti-S100.
E. A propos, les UVA et UVB, la vitamine A et ses dérivés, les caroténoïdes, l’hormone
alpha-MSH stimulent la mélanogénèse.

Q44 Un peu d’tout…


A. Les glandes sudoripares peuvent être mérocrines ou écrines au niveau de la paume des
mains, et apocrines au niveau des aires sexuelles (attention bizuthe !!!) où leur sécrétion
est régulée par les hormones sexuelles.
B. La partie sécrétrice de la glande sudoripare se trouve dans l’hypoderme ; son canal ne
possède pas de paroi épithéliale et se situe au niveau du derme ; enfin le trajet sudorifère
possédant lui une paroi, se trouve dans l’épiderme.
C. Le derme est constitué de derme papillaire et du derme réticulaire ; le type cellulaire le
plus abondant dans le derme est la cellule de Merkel, qui est d’origine mésoblastique (bah
oui comme toutes les cellules conjonctives !)
D. Les 2 types de mélanine sont : l’eumélanine, pauvre en soufre, de couleur noire, la plus
abondante avec un rôle protecteur contre les UV et la phéomélanine, riche en soufre,
cancérigène si détruite car libère des radicaux libres.
E. Les cancers, touchant les mélanocytes, sont plus graves que ceux touchant les
kératinocytes et sont appelés mélanomes ou porphyries.

Q45 la kératinisation de l’épiderme


A. elle est régulée entre autre par l’α-MSH.
B. parmi la vingtaine de kératines, certaines sont soufrées.
C. le cément est excrété par les kératinosomes au niveau de la couche épineuse.
D. un rôle de la kératinisation est de rendre la couche cornée imperméable.
E. la couche granuleuse est caractérisée par la présence de grain lamellaire.

Q46 vrac.
A. la méthode d’immunocytochimie permet une quantification.
Les bras de dinéine :
B. le bras interne possède un site ATPasique.
C. donc si le bras interne est non-fonctionnel, le battement est existant mais de mauvaise
qualité
D. cependant, une absence de bras externe exclue tout battement.
E. ainsi, le bras externe génère le battement.

Page 9 sur 10
QROC : comparer les différents composants des cytomembranes. (Morphologie et
propriétés). REPONDRE CI-DESSOUS :

Page 10 sur 10

Vous aimerez peut-être aussi