Marie Dosé

William Bourdon

Avocat à la Cour

25 rue du Louvre
75001 Paris

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 

 
 

Avocat à la Cour 156
rue de Rivoli

 

75001 Paris

 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

Madame  Duye    
Juge  d’instruction    
Pôle  anti-­‐terroriste    
Tribunal  de  Grande  Instance    
4  boulevard  du  Palais    
75  001  PARIS    

 

 

 

 

 

 

Paris,  le  12  juillet  2014    

 

 

 

 

 

 

Par  déclaration  au  greffe    

Vos  Réf.  Numéro  Instruction  17/08  

 
 
Objet  :   demande   d’actes   d’instruction   complémentaires   suite   à   la   notification   de  
l’article  175  du  code  de  procédure  pénale    
 
 
Madame  le  Juge,  
 
En  notre  qualité  de  conseils  des  mis  en  examen,  nous  avons  l’honneur  de  solliciter  
par   la   présente   que   soient   ordonnées   les   investigations   ci-­‐après   énumérées   au   vu  
des  éléments  de  fait  et  de  droit  développés  au  sein  de  la  présente.  
 
Les   mis   en   examen   et   leurs   conseils   n’ont   eu   de   cesse   de   mettre   en   exergue   les  
incohérences,   contradictions   et   contre-­‐vérités   contenues   dans   le   procès-­‐verbal   D  
104   et   dans   les   réponses   au   soit   transmis   du   magistrat   instructeur   en   date   du   5  
novembre   2009   (D   1621-­‐D1626),   rendant   impossible,   contrairement   aux  
retranscriptions   écrites   des   policiers   de   la   SDAT,   l’affirmation   selon   laquelle   ils  
auraient  aperçu  Julien  COUPAT  et  Yildune  LEVY  à  proximité  des  voies  de  chemin  de  
fer   de   DHUISY.   Force   est   de   constater   que   cette   instruction   s’est   essentiellement  
attachée   à   préserver   la   teneur   d’une   version   policière   en   mal   de   crédibilité,   y  
compris   en   organisant   une   reconstitution   à   tout   le   moins   pathétique,   qui   plus   est   en  
l’absence  des  fonctionnaires  signataires  et  rédacteurs  dudit  procès-­‐verbal.  
   
La  quasi-­‐totalité  des  demandes  d’actes  liées  à  ce  procès-­‐verbal  ont  été  refusées  à  la  
défense.   Seule   l’audition   des   deux   policiers   a   été   décidée   par   le   magistrat  

instructeur,  qui  a  donc  dû  se  contenter  de  l’explication  suivante  :  les  fonctionnaires  
de  police  ont  tout  simplement  confondu  le  chiffre  3  avec  le  chiffre  5.  
 
Le   procès-­‐verbal   D   104   est   et   restera   la   charpente   sur   laquelle   six   années   de  
procédure   ont   été   bâties,   et   l’on   peut   aisément   comprendre   le   risque   que   revêtirait,  
pour   ses   rédacteurs,   la   démonstration   du   caractère   peu   crédible   des   prétendues  
informations  qu’il  contient.    
 
Cette   demande   d’acte   est   composée   de   trois   parties.   La   première   démontre  
l’inauthenticité  du  procès-­‐verbal  104,  la  seconde  révèle  que  depuis  le  premier  jour  
les   policiers   ont   travesti   la   réalité   de   manière   systématique   et   concertée,   la  
troisième   tire   toutes   les   conséquences   des   deux   parties   précédentes   quant   aux  
demandes  d’actes  utiles  à  la  manifestation  de  la  vérité  restant  à  diligenter  à  ce  stade  
de  l’instruction.  
 
 
 
 

I.  Le  Procès-­‐Verbal  104  à  l’épreuve  des  faits  

 
Il   convient   de   rappeler   que   le   contenu   du   procès-­‐verbal   D104   a   été   signé   par   Mr  
BOUTCARRÉ   le   samedi   8   novembre   à   5H50   du   matin,   que   certaines   parties   dudit  
procès-­‐verbal  ont  été  revues  et  corrigées,  ou  plus  exactement  dénaturées,  par  MM  
BOUTCARRÉ  et  WILSON  tant  dans  leurs  réponses  au  soit-­‐transmis  de  Mr  FRAGNOLI  
en   date   du   5   novembre   2009   que   lors   de   leurs   auditions   devant   le   magistrat  
instructeur   du   Tribunal   de   Grande   Instance   de   Nanterre   saisi   de   la   plainte   avec  
constitution   de   parties   civiles   d’Yildune   LEVY   et   Julien   COUPAT.   C’est   ainsi   que   se  
sont   succédés   des   erreurs   de   retranscriptions   dans   les   heures   (des   trois   auraient  
donc   été   confondus   avec   des   cinq)  ;   l’introduction   d’un   véhicule   V1  ;   l’apparition  
soudaine   et   éminemment   opportune   de   l’utilisation   de   matériel   d’intensification  
lumineuse   lors   de   la   filature  ;   et   bien   évidemment   le   changement   tout   aussi  
opportun  de  dénomination  du  procès-­‐verbal    devenu  non  plus  un  procès-­‐verbal  de  
surveillance  mais  un  procès-­‐verbal  de  synthèse.    
 
Est-­‐il  utile  de  rappeler  à  ce  stade  que  les  policiers  ont  systématiquement,  et  dans  les  
moindres   détails,   confirmé   la   totalité   des   situations   décrites   dans   le   procès-­‐verbal    
D104,  parfois  même  en  les  cartographiant  ?  
 
Nos   clients   se   sont   rendus   en   Seine-­‐et-­‐Marne   munis   d’une   carte   et   du   procès-­‐verbal  
afin   de   tenter   de   reconstituer   le   parcours   décrit   par   la   filature.   Les   observations  
développées   ci-­‐après   seront   exposées,   pour   plus   de   lisibilité,   de   manière  
chronologique   (suivant   en   cela   le   contenu   du   procès-­‐verbal   D   104).   Y   seront  
intégrées,  si  nécessaire,  des  éléments  de  comparaison  avec  les  déclarations  et  cartes  
fournies   par   Mr   BOUTCARRÉ   dans   le   cadre   de   sa   réponse   au   soit-­‐transmis   du   5  
novembre  2009  (D1621-­‐D1626)  
 
 

 

I.1.  18H25  
 
À  18H25,  les  policiers  décrivent  leur  cheminement  ainsi  :    
 
«  A   DIX-­‐HUIT   HEURES   VINGT-­‐CINQ   minutes,     le   véhicule   quitte   la   RN3  
dans  la  commune  de  SAINT-­‐AULDE  (Seine-­‐et-­‐Marne)  et  tourne  à  gauche.  
Il  circule  alors  sur  la  route  départementale  D401.  
Après   700   mètres,   le   véhicule   tourne   à   droite   et   emprunte   la  
départementale  D81,  sur  la  commune  de  DHUISY.  Le  véhicule  passe  sous  
l’autoroute   A4,   puis   avant   l’entrée   de   DHUISY,   oblique   légèrement   à  
droite  et  emprunte  la  route  communale  C15  en  direction  de  GERMIGNY-­‐
SOUS-­‐COULOMBS.  
Le  véhicule  oblique  ensuite  à  droite  et  poursuit  sur  la  route  RD845.  
En  pénétrant  sur  le  territoire  de  la  commune  de  MARIGNY-­‐EN-­‐ORXOIS,  le  
véhicule  tourne  à  droite  et  repasse  sous  l’autoroute  A4.  
A   environ   deux   cent   mètres   après   être   passé   sous  l’autoroute,   le   véhicule  
fait  demi-­‐tour  et  repart  en  sens  inverse.  
Il   poursuit   alors   son   chemin   en   direction   du   centre   de   MARIGNY-­‐EN-­‐
ORXOIS,  puis  après  deux  cent  mètres,  fait  à  nouveau  demi-­‐tour  et  prend  à  
droite  en  direction  de  la  RD845  et  de  GERMINGNY-­‐SOUS-­‐COULOMBS.  
Après   environ   six   cent   mètres,   le   véhicule   fait   à   nouveau   demi-­‐tour   et  
reprend  à  droite  en  direction  de  l’autoroute  A4,  puis  fait  à  nouveau  demi-­‐
tour  et  repart  en  direction  du  centre  de  MARIGNY-­‐EN-­‐ORXOIS.  Le  véhicule  
fait   à   nouveau   demi-­‐tour   et   repart   vers   l’autoroute.   Parvenu   à  
l’intersection   de   la   voie   de   circulation   et   de   la   RN3,   le   véhicule   fait   encore  
demi-­‐tour   et   repart   vers   le   center   de   MARIGNY-­‐EN-­‐ORXOIS   et   tourne   à  
droite,  il  emprunte  alors  la  RD11  puis  tourne  encore  à  droite,  empruntant  
alors   la   RD84.   Il   repasse   alors   sous   l’autoroute   A4,   puis,   parvenue   à  
l’intersection  de  cette  voie  de  circulation  et  de  la  RN3,  il  tourne  à  droite  et  
repart  sur  cette  route  en  direction  de  MEAUX.  »  
 
 
I.1.A.  Des  ponts  transformés  en  tunnels  
 
Mr  BOUTCARRÉ  évoque  à  quatre  reprises  le  fait  que  le  véhicule  en  surveillance  serait  
passé  à  quatre  reprises  «  sous  »  l’autoroute  A4.  Or,  le  transport  sur  les  lieux  de  nos  
clients  permet  d’établir  que  :    
 
-­‐Le  croisement  entre  la  D81  et  l’A4  se  fait  bien  sous  l’autoroute.  
 
-­‐Les    croisements  entre  la  RD845  et  l’A4,  la  RD84  et  l’A4  se  font  tous  au   dessus  de  
l’A4  et  non  au  dessous  comme  le  prétend  Mr  BOUTCARRÉ.  
 
Croisement  entre  la  RD845  et  l’A4  :  
 

 

 
 
 
Croisement  entre  la  RD  84  et  l’A4  :  
 

 
 
 
Comment  Mr  BOUTCARRÉ  a-­‐t-­‐il  pu  confondre  à  trois  reprises  et  s’agissant  de  deux  
lieux  distincts  des  passages  «  sous  »  et  «  par  dessus  »  l’autoroute,  et  par  la  même  un  
tunnel  et  un  pont,  tant  lors  de  sa  prise  de  notes  que  lors  de  la  rédaction  du  procès-­‐
verbal  D104.  Il  convient  de  rappeler  sur  ce  point  précis  que  le  dit  procès-­‐verbal  est  
sensé   avoir   été   rédigé   à   5H55   ou   bien   «  dans   les   24h  »   selon   la   nouvelle   version  
offerte  par  Mr  BOUTCARRÉ  au  magistrat  de  Nanterre.  
 
Ce  type  d’égarements  et  de  méprises  est  en  réalité  le  lot  quotidien  des  utilisateurs  
du  site  internet  google  map  et  l’internaute  qui  voudrait,  à  l’aide  de  ce  site,  décrire  un  
trajet  routier  qu’il  n’a  pas  lui-­‐même  emprunté  s’expose  à  cette  inéluctable  erreur  de  
description.   En   effet,   selon   l’échelle   choisie   pour   consulter   un   plan,   le   site   google  

 

map   ne   donne   pas   la   même   «  nature  »   de   croisement,   à   savoir   dessus   ou   dessous,  
pont   ou   tunnel.   Pour   être   plus   précis,   lorsque   l’échelle   est   grande,   les   petites   routes  
passent  systématiquement  «  sous  »  les  plus  grandes  routes,  et  cette  anomalie  peut  
aisément   s’expliquer   par   la   nécessité   de   respecter   la   hiérarchie   administrative   du  
codage   des   routes   françaises  :   une   autoroute   a   le   dessus   sur   une   nationale,   une  
nationale   sur   une   départementale,   etc.   Lorsque   l’échelle   est   plus   petite,   le   site   ne  
«  discrimine  »   plus   les   routes   selon   leur   taille   administrative   mais   selon   la   réalité  
physique   des   lieux.   Par   exemple,   le   trait   d’une   départementale   qui   croiserait   une  
autoroute   à   l’aide   d’un   pont   passera   «  sur  »   le   trait   symbolisant   l’autoroute.   De  
même,   et   fort   logiquement,   le   trait   d’une   départementale   qui   croiserait   une  
autoroute  à  l’aide  d’un  tunnel  passera  «  sous  »  le  trait  symbolisant  l’autoroute.  Ces  
deux  captures  d’écrans  du  site  google  map  illustrent  cette  difficulté  d’échelle  :  
 
 
 
Petite  échelle  :  
 

 
 
Grande  échelle  :  
 

 

 
 
 
A   un   clique   sur   le   bouton   zoom   près,   les   utilisateurs   de   google   map   peuvent   donc  
confondre  un  pont  et  un  tunnel,  un  tunnel  et  un  pont.    
 
Il   convient   par   ailleurs   de   souligner   qu’au   sein   du   soit-­‐transmis   coté   D1621-­‐D1626,  
Mr   Boutcarré   retrace   ce   même   parcours   sans   remettre   en   cause   cette   erreur  
factuelle  flagrante.  
 
 
I.1.B.  Une  route  communale  peut  cacher  une  route  départementale  
   
Mr   BOUTCARRÉ   note   par   ailleurs   que   la   voiture   de   Mr   COUPAT   roulant   sur   la   D81  
«    oblique  légèrement  à  droite  et  emprunte  la  route  communale  C15  en  direction  de  
GERMIGNY-­‐SOUS-­‐COULOMBS.   Le   véhicule   oblique   ensuite   à   droite   et   poursuit   sur   la  
route  RD845.  »  
 
Il   est   très   difficile   de   trouver   sa   route   à   partir   de   cette   indication.   En   effet,   sur   le  
terrain,   il   apparaît   que   la   C15   et   la   RD845   sont   une   seule   et   même   route   et  
qu’aucune  indication  ne  permet  de  savoir  que  l’on  «  passe  »  de  la    C15  à  la  RD845.  Si  
la  C15  est  bien  indiquée  là  où  les  fonctionnaires  de  police  prétendent  l’emprunter,  
l’on   arrive   automatiquement   sur   le   RD845   sans   avoir   à   changer   de   direction   ni  
obliquer.   Cette   description   ne   peut   donc   être   rédigée   qu’a   posteriori   et   à   partir   d’un  
site  internet.    
 
 

I.2.  19H10  –  20H  
 

A   19H10,   Mr   BOUTCARRÉ   assure   suivre   la   voiture   de   Mr   COUPAT   sur   la   RN3   en  
direction   de   MEAUX  :   «  le   véhicule   quitte   la   RN3   à   l’entrée   de   MONTREUIL-­‐AUX-­‐
LIONS  et  prend  une  route  en  direction  de  DHUISY.  »  
Un   transport   sur   les   lieux   de   nos   clients   leur   a   permis   de   constater   qu’il   n’existe  
aucune   route   en   direction   de   DHUISY   à   cette   entrée   de   Montreuil-­‐Aux-­‐Lions.   Par  
contre,   en   persistant   sur   cette   voie   et   en   traversant   le   village   jusqu’à   dépasser   les  
dernières  habitations,  on  retrouve  bien  la  D16  qui  peut  mener  à  DHUISY.  Comment  
Mr  Boutcarré  a-­‐t-­‐il  pu  confondre  l’entrée  et  la  sortie  du  village  ?  
 
Lors  du  déplacement  sur  les  lieux  de  nos  clients,  le  «  chemin  partant  à  gauche  à  1500  
mètres   de   l’intersection   avec   la   RD845  »   évoqué   par   Mr   BOUTCARRÉ   n’a   pu   être  
localisé.  Il  semble  tout  simplement  inexistant.  
 
Dans  la  version  revue  et  améliorée  de  la  filature  actée  en  réponse  au  soit-­‐transmis  
du  magistrat  instructeur,  Mr  Boutcarré  décrit  avec  précision  que  la  voiture  tourne  à  
l’entrée   du   village   et   non   à   sa   sortie   comme   le   stipule   le   procès-­‐verbal   D   104.   Ce   qui  
pourrait  s’interpréter  comme  une  énième  erreur  ou  étourderie  dans  la  rédaction  du  
procès-­‐verbal   est   en   réalité   d’une   toute   autre   nature   puisqu’un   véhicule   qui  
prendrait   effectivement   cette   direction   ne   pourrait   se   diriger   vers   DHUISY   dans   la  
mesure  où  cette  route  n’y  mène  tout  simplement  pas…    
 
Comme   nous   pouvons   l’apercevoir   sur   le   cliché   ci-­‐dessous,   cette   bifurcation  
n’indique  pas  la  direction  de  DHUISY  et  mène  à  un  lotissement  résidentiel.  
 

 
Il  doit  donc  être  déduit  de  ces  constations  que  Mr  BOUTCARRÉ  a  :  
-­‐  soit  confondu  l’entrée  et  la  sortie  du  village  lors  de  la  rédaction  du  procès-­‐verbal  
D104  avant  de  se  tromper  de  route  lors  de  sa  réponse  au  soit-­‐transmis  ;  
-­‐   soit   correctement   décrit   la   surveillance   en   réponse   au   soit-­‐transmis   mais   s’est  
trompé   lors   de   la   rédaction   du   procès-­‐verbal   D   104   en   évoquant   une   direction  
imaginaire  ;  
-­‐   soit   reconstitué,   à   deux   reprises,   une   filature   fantaisiste.   Mais   force   est   de  
constater,   en   tout   état   de   cause,   que   ses   deux   descriptions   sont   incompatibles  
avec  la  géographie  des  lieux.    

 

 
 

I.3.  20H  
 
I.3.A.  L’introuvable  D221  
 
Selon   le   PV   104,   à   vingt   heures,   le   véhicule   de   Mr   COUPAT   emprunte   la   RD845  
jusqu’à   Marigny-­‐En-­‐Orxois,   gagne   Veuilly-­‐La-­‐Poterie   puis   «  tourne   à   gauche   et  
emprunte  la  D221  en  direction  de  BRUMETZ  ».  
 
Le   déplacement   sur   les   lieux   de   nos   clients   n’a   pas   permis   de   découvrir   une   route  
départementale   221   qui   traverserait   ou   partirait   du   village   de   Veuilly-­‐La-­‐Poterie.   Il  
existe  bien  une  route  qui  part  vers  la  gauche  et  qui  permet  de  prendre  la  direction  
de  BRUMETZ,  mais  selon  la  littérature  officielle,  tout  indique  qu’elle  se  nomme  D9.    
 
 
I.3.B.  Passage  furtif  à  BRUMETZ  
 
Toujours   à   20H,   le   procès-­‐verbal   litigieux   évoque   la   présence   du   véhicule   dans   le  
village  de  BRUMETZ  :    
«  Dans   ce   village   le   véhicule   tourne   encore   à   gauche   et   emprunte   la   RD17   en  
direction  de  GERMIGNY-­‐SOUS-­‐COULOMBS.  »  
Or,  malheureusement  et  comme  précédemment,  il  n’y  a  pas  plus  de  RD17  à  Brumetz  
qu’il  n’y  avait  de  D221  à  Veuilly-­‐La-­‐Poterie.  
 
Trois  hypothèses  pourraient  permettre  de  comprendre  ces  incohérences  :    
 
-­‐  soit  les  policiers  ont  emprunté  la  D9  à  Veuilly,  pris  à  droite  à  Gandelu,  sont  restés  
sur   la   D9,   ont   rejoint   Brumetz,   puis   ont   pris   une   petite   voie   communale   à   gauche  
avant  de  retrouver  la  RD17  vers  Germigny-­‐Sous-­‐Colombs  ;  
 

 
 
-­‐   soit   les   policiers   ont   emprunté   la   D9   à   Veuilly,   puis   la   D221   à   Gandelu   qui   leur   a  
permis  de  rejoindre  la  D17  vers  Germigny-­‐Sous-­‐Colombs.  
 

 

 

 

 
 
En  parcourant  les  plans  ci-­‐dessus,  force  est  de  constater  que  l’hypothèse  1  ne  saurait  
être   validée   car   elle   impliquerait   que   les   fonctionnaires   de   police   n’aient   jamais  
emprunté  la  D221  comme  ils  le  prétendent  dans  leur  procès-­‐verbal.  
L’hypothèse  2  n’est  pas  plus  plausible  puisqu’elle  impliquerait  que,  contrairement  à  
ce   qu’ils   ont   écrit,   les   policiers   ne   se   sont   jamais   rendus   sur   la   commune   de  
BRUMETZ.    
 
C’est  pourtant  cette  seconde  hypothèse  qui  est  validée  par  Mr  BOUTCARRÉ  (D1623  
et   D1624   47/48/49),   ledit   procès-­‐verbal   précisant  :   «  Dans   ce   village   le   véhicule  
tourne  encore  à  gauche  en  direction  de  GERMIGNY-­‐SOUS-­‐COULOMBS  ».  
 
 Une  fois  encore,  l’erreur  de  frappe  ne  saurait  expliquer  l’invention  pure  et  simple  de  
la  traversée  d’un  village.  Par  contre,  la  reconstitution  à  posteriori  et  à  partir  d’un  site  
internet  d’une  filature  bien  différente  de  celle  effectivement  réalisée  pourrait,  elle,  
parfaitement  l’expliquer.  
 
 
I.3.C.  CHIASME  DIRECTIONNEL  
 
L’affirmation  selon  laquelle    «  Dans  ce  village  le  véhicule  tourne  encore  à  gauche  et  
emprunte  la  RD17  en  direction  de  GERMIGNY-­‐SOUS-­‐COULOMBS.  »  pose  une  seconde  
difficulté.   Il   n’existe   à   BRUMETZ,   comme     au   Sud   de   BRUMETZ,   aucun   panneau   de  
signalisation   indiquant   la   direction   de   GERMIGNY-­‐SOUS-­‐COULOMBS.   Cela   n’est   pas  
dû   à   un   défaut   de   signalisation   mais   plus   prosaïquement   au   fait   que   la   RD17   n’y  
mène   tout   simplement   pas.   Il   existe   cependant,   à   l’intersection   supposée,   un  
panneau   indiquant   expressément   COULOMBS-­‐EN-­‐VALLOIS.   A   la   décharge   des  
policiers,  le  nom  «  COULOMBS  »  est  présent  dans  les  deux  dénominations  bien  que  
situé  au  début  pour  l’une  et  à  la  fin  pour  l’autre.  
 
Il   serait   possible   d’imaginer   que   les   policiers   soient   passés   par   COULOMBS-­‐EN-­‐
VALLOIS,   puis   aient   bifurqué   à   gauche   sur   la   D17A3   afin   de   rejoindre   GERMIGNY-­‐
SOUS-­‐COLOMBS.   Mais   cela   impliquerait   qu’ils   aient   inventé   la   direction   COULOMBS-­‐
EN-­‐VALLOIS  lorsqu’ils  se  trouvaient  à  BRUMETZ  où  ils  ne  sont  finalement  pas  passés,  
et   qu’ils   aient   omis   de   décrire   leur   passage   à   COULOMBS-­‐EN-­‐VALLOIS   comme   leur  
bifurcation  sur  la  D17A3.  Cependant,  il  peut  être  constaté  dans  le  reste  du  procès-­‐
verbal   que   la   propension   descriptive   de   Mr   BOUTCARRÉ   tend   plus   à   inventer   des  
traversées   de   village   qu’à   en   omettre.   Là   encore,   le   caractère   inauthentique   du  
procès-­‐verbal  se  révèle  difficilement  discutable.  
 
 

I.4  21H05  et  3H50  

 
I.4.A.  Un  véhicule  stationné  «  au  même  endroit  »  
 

Selon   le   procès-­‐verbal   D   104,   à   21H05   «  le   véhicule   est   observé   stationné   entre  
Germigny-­‐Sous-­‐Coulombs  et  DHUISY  sur  la  voie  de  circulation  dans  laquelle  il  a  été  
observé   le   plus   récemment,   sur   le   bas   côté   de   la   route,   à   800   mètres   de  
l’intersection  avec  la  RD23.  »  
 
L’endroit  du  stationnement  de  la  voiture  à  21H05  est  donc  précisément  celui-­‐ci  :  
 

 
 
 
Il   est   à   noter   que   que   le   site   Google   Map   indique   une   distance   de   770m   entre   ces  
deux  intersections.  Il  n’y  a  donc  aucune  raison  de  remettre  en  cause  la  localisation  
de  la  voiture.    
 
Les  indications  transcrites  à  3H50  sont,  quant  à  elles,  les  suivantes  :  
 
«  Le   véhicule   emprunte   dans   DHUISY   la   direction   de   Germigny-­‐Sous-­‐Coulombs   sur   la  
voie  communale  V4,  après  l’intersection  avec  la  RD23.  Après  un  kilomètre  le  véhicule  
oblique   à  gauche   dans   la  voie   dans   laquelle   il   avait   été   observé   à   vingt-­‐et-­‐une   heure  
cinq  minutes.  »  
 
A   l’aune   de   ces   indications   précises,   le   véhicule   s’engage   précisément   dans   cette  
voie  :  
 

 
 
 
Cela  est  d’autant  plus  évident  qu’il  s’agit  de  la  route  qui  longe  la  voie  ferrée  et  mène  
à  l’endroit  même  où  Mr  BOUTCARRÉ  prétend  avoir  vu  le  véhicule  de  Mr  COUPAT.  
 
Ces  deux  localisations  seront  validées  et  cartographiées  par  Mr  BOUTCARRÉ  en  mai  
2010.   Et   force   est   de   constater   qu’il     situe   le   véhicule   exactement   aux   mêmes   points  
que  ceux  déduits  ci-­‐dessus  (D1623/11,  D1624/53  –  61  –  62  –  63  –  64).  
 
Pourtant,  il  stipule  très  clairement  au  sein  du  procès-­‐verbal  D  104  que  vers  4H00  le  
véhicule  s’engage   «  dans   la   voie   dans   laquelle   il   avait   été   observé   à   vingt-­‐et-­‐une-­‐
heure   et   cinq   minutes  »,   affirmation   qu’il   confirmera   de   nouveau   en   mai   2010   (D  
1621  –  D  1626).    
 
Comment  expliquer  que  Mr  Boutcarré  puisse  décrire  et  situer  deux  stationnements  
différents  tout  en  précisant  qu’ils  ont  lieu  au  même  endroit,  si  ce  n’est  par  un  trou  
de  mémoire  survenu  entre  le  7  novembre  à  21h05  et  le  8  novembre  à  4H00  ?    
Monsieur  Boutcarré  aurait  donc  réussi  à  confondre  les  deux  configurations  ci-­‐après  
décrites,  ce  qui  s’avère  tout  simplement  impossible.  
 
21H05:  
 

 
 
3H50:  
 

 
 
 
Il   est   à   noter   que   dans   sa   réponse   au   soit-­‐transmis   du   magistrat   instructeur,   Mr  
Boutcarré   valide   tout   son   trajet   en   reprenant   ce   passage   à   son   compte,   préférant  
probablement  passer  sous  silence  cette  erreur  dont  il  n’a  pu  que  se  rendre  compte.  
Il  est  en  revanche  facile  d'imaginer  pourquoi  il  est  crucial  de  maintenir  à  la  lettre  ce  
point   de   détail   du   procès-­‐verbal   D   104  :   faire   accroire   que   la   Mercedes   aurait  
emprunté   à   4hOO   une   voie   de   service   dans   laquelle   elle   a   été   vue   précédemment  
garée  sans  raison  valable  et  qui  longe  justement  le  tronçon  de  ligne  où  a  eu  lieu  le  

 

 

sabotage   est   une   façon   guère   subtile   d'insinuer   la   mise   en   cause   de   ses   passagers  
dans  les  infractions  pénales  qui  leur  sont  reprochées.
 
Mais   là   encore,   les   contradictions   éclatantes   du   procès-­‐verbal   D   104   comme   du   soit-­‐
transmis  ne  peuvent  que  confirmer  l’inauthenticité  des  témoignages  policiers.  
 
I.4.B.  Troubles  de  la  vue  ou  difficultés  d’orientation  dans  l’espace  ?  
 
A   21H10,   les   rédacteurs   du   procès-­‐verbal   notent   que   «  le   véhicule   est   observé  
empruntant  la  RD81  à  DHUISY  en  direction  de  MONTREUIL-­‐AUX-­‐LIONS  ».  Or,  la  RD81  
ne   mène   pas   à   Montreuil-­‐Aux-­‐Lions   mais   à   La-­‐Ferté-­‐Sous-­‐Jouarre.   Il   est   certes  
possible   de   rejoindre   Montreuil-­‐Aux-­‐Lions   à   partir   de   Dhuisy   mais   en   empruntant  
une  toute  autre  route  (la  D16),  rendant  plus  incohérent  encore  la  suite  du  trajet.  
 
La  preuve  par  l’image  :  
 

 
 
Là   encore,   les   observations   faites   et   confirmées   par   Mr   Boutcarré   sont   en   totale  
contradiction  avec  la  réalité  géographique  des  lieux  concernés.  
 
I.4.C.  Surveiller  les  yeux  fermés  
 
A  cet  instant  précis  du  procès-­‐verbal,  un  dispositif  composé  de  dix-­‐huit  policiers  et  
d’une   douzaine   de   véhicule   suit   la   Mercédès   depuis   10H30,   soit   depuis   près   de   11  
heures  Cette  Mercedes  est  par  ailleurs  «  repérée  »  à  Rueil-­‐Malmaison  le  3  novembre  

 

car   «  un   individu   non-­‐identifiable  »   a   été   aperçu   en   train   de   quitter   le   domicile   de  
Gérard  COUPAT.  Enfin,  le  matin  du  7  novembre,  à  10H30,  les  policiers  déclenchent  
leur  gigantesque  filature  du  véhicule  sans  avoir  pu  apercevoir  l’individu  qui  monte  à  
l’intérieur  (D104).    
 
Il  faudra  donc  attendre  11  heures  et  20  minutes  pour  qu’enfin,  à  21H50,  les  policiers  
identifient  Julien  COUPAT  comme  étant  le  conducteur  et  Yildune  LEVY  la  passagère  
dudit  véhicule.  
 

 
 
 
En   résumé,   le   postulat   à   tout   le   moins   farfelu   du   procès-­‐verbal   D   104   serait   le  
suivant  :  
-­‐la  DCRI  aurait  surveillé  un  véhicule  pendant  quatre  jours  d’affilés  sans  avoir  identifié  
son  conducteur.  
-­‐un   dispositif   de   12   véhicules   et   18   policiers   a   suivi,   filé   et   surveillé   un   véhicule  
pendant  onze  heures  et  vingt  minutes  sans  savoir  qui  se  trouvait  à  l’intérieur  et  sans  
savoir  donc  si  la  mobilisation  d’un  tel  dispositif  avait  le  moindre  intérêt.  
 
Très  sincèrement,  ce  postulat  n’est  pas  sérieux  et  prêterait  à  sourire  dans  de  toutes  
autres  circonstances.  
 
 

I.5.  4h20-­‐5H  

 
Selon  la  D104,  à  4H20  les  policiers  se  positionnent  «  à  l’entrée  de  la  voie  de  service  
sise  au  pied  du  pont  de  chemin  de  fer  (…)  »  
 
A   5H00,   le   même   procès-­‐verbal   mentionne   expressément   que   les   policiers   situés   à  
cet  endroit  dans  l’attente  de  l’éloignement  de  la  Mercedes  depuis  4H20  décident  de  
“gagner  la  RD23,  sur  la  commune  de  DHUISY  en  direction  de  GERMIGNY-­‐SOUS-­‐  
COULOMBS.”,  puis  procèdent  à  “l’examen  minutieux  des  voies”.    
 
Il   faut   donc   en   déduire   que   pour   aller   inspecter   les   voies,   les   policiers   ont   repris   leur  
véhicule  et  opéré  un  petit  détour  de  4,7km,  selon  le  site  googlemap:  
 

 
 
Une  fois   de   plus,   la   description   de   cette   journée   de   surveillance   n’a   tout   simplement  
aucun  sens.  
 
 
 

I.6.  Conclusions  partielles  

 
Les   nombreuses   incohérences   du   passage   décrivant   la   surveillance   entre   3H50   et  
5H30  du  matin  ont  d’ores  et  déjà  été  mises  en  exergue,  et  le  caractère  surréaliste  de  
ce   récit   n’était   plus   à   démontrer  :   les   horaires   étaient   incompatibles  ;   les   policiers  
enjambaient  des  clôtures  de  deux  mètres  de  haut  ;  une  voiture  était  décrite  comme  
se  garant  à  côté  d’un  pont,  puis  sous  un  pont  mais  finalement  à  200  mètres  de  celui-­‐
ci,  etc.  Une  telle  accumulation  d’erreurs  et  de  contradictions  jette  un  totale  discrédit  
sur  ce  procès-­‐verbal.    
 
Ce   qui   apparaît   par   contre   tout   à   fait   crédible,   c'est   que   le   procès-­‐verbal   D104   n'a  
pas  été  à  5h50  comme  cela  est  acté,  mais  a  posteriori,  à  partir  de  sites  internet  et  
suite  à  l'annonce  qu'un  sabotage  avait  eu  lieu  à  cet  endroit  précis.  Il  ne  nous  apparaît  
pas  incriminer  nos  clients,  précisément  parce  qu'il  a  été  confectionné,  dans  l'urgence  
et   sous   la   pression   dans   ce   but.   Et   l'agent   de   la   Sous-­‐Direction   Antiterroriste   qui  
témoigne  dans  le  livre  du  journaliste  David  DUFRESNE  sous  le  sobriquet  «  Softail  »  le  
reconnaît:    

 

«  Nous,   on   était   sur   le   train   Castor.   Et   il   ne   passait   pas   par   là…   En   fait,   on   va  
apprendre  les  sabotages  des  caténaires  par  France  Info…  Et  là  on  pige  ce  qui  s’est  
passé.  »  
Et  il  convient  de  regretter  sur  ce  point  précis  le  mystérieux  «  problème  technique  »  
(D  629)  rencontré  par  les  gendarmes  relatif  à  l’enregistrement  des  communications  
du   Poste   National   de   Commandement   Sûreté   de   la   SCNF,   n’ayant   pas   permis  
d’archiver  les  communications  cette  nuit-­‐là.  Parce  que  l’exploitation  de  cet  élément  
aurait   sans   conteste   établi   que   les   fonctionnaires   de   police   avaient   effectivement  
appris  la  nouvelle  des  sabotages  en  écoutant  la  radio.
 
Jusqu’à   maintenant,   les   demandes   d’actes   tendant   à   voir   ordonner   une  
reconstitution  digne  de  ce  nom  ont  toutes  été  rejetées.    
 
A  ce  stade  de  la  procédure,  et  au  vu  des  éléments  développés  au  sein  de  la  présente,  
l’information   aujourd’hui   clôturée   ne   peut   se   priver   de   cet   acte   d’instruction  
essentiel  à  la  manifestation  de  la  vérité.  
 
.  
 
 
 

II.  La  procédure  pendante  devant  le  Tribunal  de  Grande  
Instance  de  NANTERRE  :  quand  la  chambre  de  l’instruction  
invite  un  magistrat  instructeur  à  rendre  une  ordonnance  de  
non  lieu  
 
Une  plainte  des  chefs  de  «  faux  en  écriture  publique  »  auprès  du  parquet  du  Tribunal  
de  Grande  Instance  de  Nanterre.  Le  dépôt  de  cette  plainte  faisait  suite  aux  multiples  
refus   du   magistrat   instructeur   en   charge   de   l’information   judiciaire   parisienne   de  
mener   les   investigations   nécessaires   et   minimales   pour   que   toute   la   lumière   soit  
faite  sur  le  procès-­‐verbal  D104,  socle  de  la  procédure  de  céans.    
 
Cette   plainte,   légitimée   par   les   dizaines   d’invraisemblances   démontrées   par   la  
défense,   visait   l’infraction   de   faux   en   écriture   publique,   tout   comme   l’information  
judiciaire  criminelle  qui  s’en  suivit.    
 
Devant  les  réticences  du  premier  magistrat  instructeur  en  charge  de  l’information,  la  
chambre  de  l’instruction  de  la  Cour  d’appel  de  VERSAILLES,  saisie  de  plusieurs  refus  
de   demandes   d’actes   dudit   magistrat,   ordonnait   que   plusieurs   investigations  
relatives   notamment   à   l’audition   de   certains   fonctionnaires   de   la   SDAT   ou   à   des  
exploitations   téléphoniques   sur   les   lieux   de   la   surveillance   soient   diligentées   sur  
commission  rogatoire.    
 
Certains  fonctionnaires  de  la  SDAT  ont  donc  été  entendus  sur  commission  rogatoire  
et  tous  se  sont  réfugiés  derrière  le  secret-­‐défense  pour  refuser  de  s’expliquer  sur  les  
contradictions  et  contre-­‐vérités  relevées  dans  la  rédaction  du  procès-­‐verbal.    
 
Devant   la   parfaite   mauvaise   foi   des   fonctionnaires   usant   ainsi   du   secret-­‐défense  
pour  ne  pas  avoir  à  répondre  de  leurs  propres  défaillances,  les  conseils  des  parties  
civiles  sollicitaient  du  magistrat  instructeur  des  actes  d’instruction  complémentaires  
tendant  à  contrecarrer  ce  détournement  de  procédure.    
 
Le   magistrat   instructeur   refusait   à   nouveau   les   demandes   d’actes   sus   visées   et   la  
chambre  de  l’instruction  de  la  cour  d’appel  de  Versailles,  dans  un  arrêt  surprenant,  
confirmait   les   ordonnances   de   refus   de   demandes   d’actes   en   assurant   que   toute  
cette   discussion   pourrait   utilement   avoir   lieu   dans   le   cadre   de   l’appel   d’une  
ordonnance  de  non-­‐lieu  à  intervenir  (sic).    
 
A  la  lecture  de  cet  arrêt,  les  parties  civiles  ont  clairement  compris  que  l’information  
instruite   au   Tribunal   de   Grande   Instance   de   NANTERRE  n’avait   qu’un   seul   objectif  ;  
les   empêcher   d’invoquer   utilement   au   sein   votre   instruction   les   contradictions,  
contre-­‐vérités   et   fausses   affirmations   contenues   dans   le   procès-­‐verbal   D   104   sous  
prétexte   qu’une   information   criminelle   au   Tribunal   de   Grande   Instance   de  
NANTERRE  s’était  soldée  par  une  ordonnance  de  non-­‐lieu  confirmée  par  la  chambre  
de   l’instruction   de   la   cour   d’appel   de   VERSAILLES,   et   que   ledit   procès-­‐verbal   ne  
constituait  donc  aucunement  un  faux  en  écriture  publique.    
 

C’est   la   raison   pour   laquelle   les   mis   en   examen   et   leurs   conseils   ont   décidé   de  
réserver   à   l’information   de   céans   l’analyse   de   tous   éléments   établissant  
l’inauthenticité  du  procès-­‐verbal  D  104.  En  toute  transparence,  ce  choix  a  été  acté  au  
cours  de  l’information  instruite  à  NANTERRE  par  le  biais  d’observations  figurant  au  
dossier.    
 
 

II.1.  Le  cas  VELPOT  

 
II.1.A  La  preuve  du  caractère  mensonger  des  déclarations  de  Mr  VELPOT  
 
Selon  le  procès-­‐verbal  D  104,  le  Gardien  de  la  Paix  Stéphane  Velpot  a  participé  à  la  
surveillance.   Sa   présence   sera   par   ailleurs   confirmée   dans   la   réponse   au   soit-­‐
transmis  de  mai  2010  (D1621-­‐D1626).    
C’est  à  ce  titre,  qu’il  est  interrogé  le  27  mai  2013  sur  commission  rogatoire  par  les  
enquêteurs  dans  l’information  ouverte  pour  «  faux  en  écriture  publique  »  (D1023  /  
procédure  TGI  NANTERRE).  
 
Monsieur  VELPOT  déclarait  ainsi  :  
 
Sur  les  termes  du  procès-­‐verbal  D  104  
 
«  Je  me  rappelle  d’une  surveillance  et  d’un  PV  qui  en  a  résulté.  Mais  je  ne  suis  
bien  sûr  pas  en  mesure  de  m’en  rappeler  les  termes.  J’ai  bien  participé  à  cette  
surveillance,  c’est  tout  ce  que  je  peux  dire.  »  
 
Sur  son  numéro  de  téléphone  portable  
 
«  Je   suis   incapable   de   vous   donner   ces   téléphones.   J’ai   changé   de   numéro  
plusieurs   fois   dans   ma   vie   y   compris   dans   la   période.   Si   j’ai   changé   de  
téléphone,  cela  n’a  rien  à  voir  avec  les  faits  sur  lesquels  vous  travaillez.  »  
 
Sur  sa  participation  au  procès-­‐verbal  de  surveillance  objet  de  l’instruction  :  
 
«  Non.  Un  PV  de  surveillance  est  réalisé  par  une  seule  personne.  Cette  personne  
est  désignée  ou  pas  à  l’avance.  Je  n’étais  pas  chargé  de  rédiger.  Ce  n’est  donc  
pas  moi  qui  ai  pris  des  notes.  Je  n’étais  pas  destinataire  des  infos  qui  tombaient  
au  fur  et  à  mesure  de  la  surveillance.  Cette  pratique  est  la  plus  courante.  Elle  
est  valable  pour  toutes  les  surveillances  y  compris  dans  mes  nouvelles  fonctions  
ici.   Le   rédacteur   prend   à   son   compte   toutes   les   infos   et   tous   les   faits   qui  
émaillent  la  surveillance.  Je  suis  en  colère  que  notre  travail  soit  ainsi  remis  en  
cause  par  ce  mauvais  motif  en  plus.  Il  faudrait  remettre  en  cause  tous  les  PV  
de  surveillance  s’il  était  donné  suite  à  cet  argumentaire.  »  
 
Sur   la   participation   à   la   rédaction   du   procès-­‐verbal   de   surveillance   en   dehors  
de  Monsieur  Boutcarré  :  
 

«  Il   a   dû   faire   comme   d’habitude.   Il   a   pris   toutes   ses   notes   et   a   rédigé   dans   son  
bureau  dans  la  foulée.  Moi,  je  suis  parti  sur  autre  chose  après  la  surveillance  
car  il  fallait  avancer  sur  cette  procédure.  »  
 
Sur  la  possibilité  que  Monsieur  Boutcarré  ait  discuté  de  la  rédaction  du  procès-­‐
verbal  avec  des  tiers  :  
 
«  Il   n’est   pas   revenu   vers   moi   pour   rédiger.   Il   a   du   discuter   avec   son   chef   de  
groupe.   On   ne   rédige   pas   «  seul  »   un   tel   PV.   Il   résulte   d’une   discussion   pendant  
et   après   la   surveillance   pour   être   sur   de   retranscrire   la   réalité   des   faits.  
Cependant,   chacun   a   sa   manière   de   faire.   On   peut   prendre   des   notes,  
enregistrer   sur   dictaphone,   se   baser   sur   sa   propre   mémoire.   Cela   dépend   des  
surveillances  et  des  habitudes  de  rédacteur.  Moi,  je  peux  mélanger  toutes  ces  
techniques  lorsque  je  suis  en  charge  de  la  rédaction  d’une  surveillance.  »  
 
Sur  la  lecture  par  ses  soins  dudit  procès-­‐verbal  :  
 
«  Je   l’ai   survolé.   M.   Boutcarré   avait   toutes   les   qualités   requises   pour   rédiger   un  
bon  PV  de  surveillance.  Il  est  connu  comme  ayant  un  bon  esprit  de  synthèse.  De  
mémoire,   le   PV   est   long,   détaillé   et   je   sais   d’expérience   que   lorsque  
M.Boutcarré  rédige  quelque  chose  cela  reflète  la  réalité.  »  
 
Sur  l’inauthenticité  des  informations  contenues  dans  le  procès-­‐verbal  litigieux  :  
 
«  Non.  »  
 
Sur  sa  participation  à  la  filature  :  
 
«  Oui.  »  
 
Sur  le  véhicule  utilisé  :  
 
«  Je   ne   sais   pas.   Ce   n’était   pas   la   focus   peut   être   la   407   grise.   Nous   avions   4  
véhicules  dans  notre  groupe  dont  une  skoda.  Pour  être  franc,  je  ne  sais  pas  à  
bord  de  quel  véhicule  j’étais.  »  
 
Sur  la  présence  de  tiers  dans  le  véhicule  :  
 
«  Non,  j’étais  avec  PANDUR.  Nous  n’étions  que  2  durant  toute  la  surveillance  »  
 
Sur  son  emploi  du  temps  entre  23h40  et  5H55  :  
 
«  Je  sais  qu’on  a  surveillé.  On  a  aperçu  avant  ce  créneau  horaire  la  Mercedes.  
Nous  avons  eu  un  moment  l’impression  d’être  découverts,  «  mordus  »  comme  
on   dit.   Le   dispositif   a   été   élargi.   Personne   ne   devait   plus   rester   derrière   trop  
près  de  l’objectif  surveillé.  Nous  sommes  le  plus  souvent  restés  en  périphérie  du  
dispositif.   Il   y   avait   suffisamment   de   véhicules   pour   cerner   l’objectif.   Il   était  

inutile  de  coller  la  Mercedes  comme  on  peut  le  faire  en  milieu  urbain.  Là,  c’était  
la   campagne   et   il   y   avait   de   très   rares   voitures   à   circuler.   J’étais   donc  
essentiellement  sur  les  points  de  passage  possibles,  on  faisait  un  jalonnement.  
Nous  étions  entre  Meaux  et  Saint  Jean  Les  deux  Jumeaux.  Je  me  rappelle  de  ces  
noms   là   car   j’habitais   le   secteur   à   l’époque.   Il   y   avait   Trilport,   là   où   ils   ont  
mangé  et  fait  une  longue  pause.  Sinon,  ils  tournaient  sans  arrêt.  C’est  pour  ça  
qu’on   a   élargit  :   ils   étaient   inquiets   ou   vigilants.   On   a   «  joué  »   sur   un   périmètre  
de  quelques  kilomètres.  C’était  difficile.  »    
 
Sur  sa  participation  à  une  approche  piétonne  des  lieux  à  4h05  :  
 
«  Non.  J’étais  en  sécurisation  des  lieux.  L’inquiétude  à  ce  moment  là  était  des  
collègues   en   piéton   qui   ne   répondaient   plus   alors   qu’il   y   avait   eu   le   passage  
d’un  train.  Personnellement,  moi  qui  étais  en  retrait,  je  me  demandais  plus  ce  
qui   se   passait   pour   les   collègues.   Je   n’étais   pas   dans   le   feu   de   l’action.   Je  
m’inquiétais  plus  des  collègues.  Un  message  radio  m’avait  alerté  en  ce  sens.  »  
 
Sur  le  départ  de  la  Mercedes  à  4H20  :  
 
«  Non.  Il  y  a  eu  un  message  radio  en  ce  sens.  »  
 
Sur  la  gerbe  d’étincelles  :  
 
«  Nous   étions   à   proximité   du   péage.   Nous   n’avions   pas   vue   sur   la   ligne   de  
chemin   de   fer.   Nous   étions   donc   proches   d’une   sortie   autoroutière   du   secteur  
dans  la  campagne.  »  
 
Sur  sa  participation  à  la  récupération  des  objets  dans  la  poubelle  de  Trilport  :  
 
«  J’ai  vu  que  ces  objets  avaient  été  récupérés.  J’étais  sur  le  terrain  avec  d’autres  
collègues.  Les  objets  nous  ont  été  présentés  par  les  collègues.  Nous  avons  été  
prudents   sur   le   ramassage   car   COUPAT   ne   cessait   de   faire   des   marches   arrière.  
Une   fois   qu’il   a   jeté   des   objets   dans   une   poubelle,   il   ne   fallait   surtout   pas   les  
ramasser  tout  de  suite.  Il  a  fallu  attendre  d’être  sur  qu’il  n’allait  pas  revenir  une  
fois  de  plus  pour  pouvoir  ramasser  le  contenu  de  la  poubelle.  »  
 
Sur  l’heure  à  laquelle  il  a  quitté  Dhuisy  le  8  novembre  :  
 
«  C’était  à  la  fin  de  la  surveillance.  Je  n’ai  pas  souvenir  de  l’heure  précise.  »  
 
Sur  le  reste  :  
 
«  Par  rapport  au  dossier,  on  a  fait  notre  travail.  La  surveillance  a  été  bien  faite.  
La   synthèse   sur   PV   est   pour   moi   fidèle   vu   le   nombre   de   personnes   engagées  
ainsi   que   la   longueur   de   la   surveillance.   Il   me   semble   que   tous   les   éléments   ont  
été   correctement   retranscrits.   Sur   un   tel   dispositif.   La   retranscription   ne   peut  

pas  être  à  la  minute  près.  Mais  le  fond  est  parfaitement  exact.  L’enchaînement,  
la  chronologie  aussi.  »  
 
Sur  d’éventuelles  précision  à  apporter  :  
 
«  Non,   je   ne   souhaite   pas   dire   autre   chose.   Ma   conscience   est   tranquille,  
comme  celle  de  mes  collègues.  Nous  avons  travaillé  de  la  même  manière  sur  
toutes  les  autres  filatures  de  ce  dossier,  et  nos  filatures  se  déroulent  et  sont  
retranscrites  de  la  même  manière  dans  tous  les  autres  dossiers.  »  

 
Il   est   pourtant   établi,   au   vu   du   dossier   d’instruction,   que   les   déclarations   ci-­‐avant  
retranscrites  présentent  sans  contestation  possible  un  caractère  mensonger.  
 
En   effet,   le   8   novembre   2008   à   3H13   minutes,   le   Gardien   de   la   Paix   Stéphane   Velpot  
ne  se  trouvait  pas  en  Seine-­‐et-­‐Marne  pour  surveiller  Julien  COUPAT  et  Yildune  Lévy  
comme   il   le   prétend   mais   dans   les   locaux   de   la   SDAT   à   Levallois-­‐Perret   où   il  
commençait  à  rédiger  le  procès-­‐verbal  côté  D12.  
 

 
 
 
Précisons  que  les  premières  lignes  du  procès-­‐verbal  attestent  de  son  horaire  :    
 
«Sommes  informés  ce   jour   à   l'heure   figurant   à   l'entête   du   présent  qu'en  raison  de  
l'acheminement   de   matières   radioactives   entre   LA   HAGUE   (Seine-­‐Maritime)   et  
GORBELEN  (Allemagne)  par  le  réseau  ferroviaire  la  nuit  du  7  au  8  novembre  2008  via  
le   nord   et   le   nord   est   de   la   France,   des   contrôles   d'identité   effectué,   en   vertu   de  
l'article   78-­‐2   du   Code   de   Procédure   Pénale   ont   été   mis   en   place   et   ce   en   raison   du  
caractère  sensible  et  dangereux  de  cet  acheminement.  »  

 
 
II.1.B.   Les   conséquences   du   caractère   mensonger   des   déclarations   de   Monsieur  
VELPOT  
 
Le  mensonge  établi,  il  n’y  a  plus  qu’à  en  tirer  les  conséquences  logiques.  
 
La  présence  de  Mr  Velpot  à  Levallois-­‐Perret  au  moment  où  il  prétend  participer  au  
dispositif   de   surveillance   de   Julien   COUPAT   et   Yildune   LEVY   implique   que   les  
déclarations  de  son  co-­‐équipier  Mr  Pandur,  sont  également  sujettes  à  caution.  
 
Et   cet   état   de   fait   explique   le   caractère   contradictoire   et   extrêmement   confus   de  
leurs   déclarations   respectives   devant   le   magistrat  :   interrogés   sur   le   véhicule   qu’ils  
ont   utilisé   le   soir   de   la   surveillance,   Monsieur   Pandur   évoque   une   Skoda   ou   une  
Mégane  ancien  model  alors  que  Monsieur  Velpot  se  souvient  difficilement  d’une  407  
grise.    
 
Lorsque   le   magistrat   demande   à   Mr   Pandur   s’il   a   aperçu   la   Mercedes   garée   aux  
abords   des   voies,   ce   dernier   répond   «  Je   ne   sais   plus  ».   Un   étrange   trou   de   mémoire  
si   l’on   prend   en   considération   le   fait   que   la   présence   de   Julien   COUPAT   et   Yildune  
LEVY  aux  abords  des  voies  est  une  des  questions  centrales  de    cette  affaire.  Cet  oubli  
est  d’autant  plus  inquiétant  que  son  co-­‐équipier,  Monsieur  Velpot,  déclare  que  tous  
deux   se   trouvaient   à   proximité   d’un   péage   et   que   le   péage   le   plus   proche   est   situé   à  
Montreuil-­‐Aux-­‐Lions,  soit  à  6,6  KM  de  la  Mercedes  prétendument  stationnée.  
   
Il   convient   à   ce   stade   de   rappeler   d’autres   déclarations   de   Mr   PANDUR  
particulièrement  éclairantes  :  «  Non,  je  ne  l’ai  pas  lu  (le  PV)  pendant  sa  rédaction.  M.  
Boutcarré   a   dû   nous   le   montrer   à   l’issue   de   sa   rédaction.   De   toute   façon,   j’avais  
confiance   en   M.   Boutcarré.   C’était   l’adjoint   de   mon   chef   de   groupe.   J’ai   travaillé   4  
ans  avec  lui.  Je  n’ai  jamais  constaté  qu’il  avait  dérogé  à  la  vérité.  Je  pense  qu’il  est  un  
policier  intègre.  »  
 
Rappelons  que  selon  les  déclarations  de  Monsieur  VELPOT  :  
 
-­‐Il  n’a  pas  vu  la  Mercedes  à  proximité  des  voies  à  3H50.  
-­‐Il  était  avec  Monsieur  Pandur  à  6,6  KM  de  là,  à  proximité  d’un  péage.    
-­‐Il  n’a  pas  participé  à  la  filature  de  la  voiture  après  son  départ  à  4H20.  
-­‐Il  n’a  pas  participé  aux  recherches  sur  la  voie  ferrée  à  5H00.  
-­‐Il  n’a  pas  participé  à  la  fouille  de  la  poubelle  à  Trilport  à  5H30.  
 
Selon   leurs   propres   déclarations   donc,   MM   PANDUR   et   VELPOT   n’ont   donc  
absolument   rien   fait   de   3H50   (ou   3H30   si   l’on   souhaite   se   référer   aux   nouveaux  
horaires   proposés   par   Mr   Boutcarré)   à   5H55  ;   soit   pendant   2H05   ou   2H25.   Ils   ne  
suivent   pas   le   véhicule,   et   n’aident   pas   leurs   collègues   à   observer   les   voies   ou   à  
fouiller   les   poubelles.   Ils   sont   donc,   conformément   aux   éléments   objectifs   du  
dossier,  étrangement  absents  de  ladite  filature…  
 

 

II.2.   Quand   les   agents   de   la   DCRI   contredisent   malgré   eux   leurs  
collègues  de  la  SDAT  
 
Dans  le  cadre  de  l’information  instruite  au  TGI  de  Nanterre  pour  «  faux  en  écriture  
publique  »,   la   cour   d’appel   de   Versailles   a   exigé   que   les   policiers   de   la   DCRI   ayant  
participé   à   la   surveillance   retranscrite   dans   le   procès-­‐verbal   D104   soient   entendus  
par  le  magistrat  instructeur.  
 
Douze  agents  anonymes  ont  donc  été  entendus  afin  d’expliquer  leur  rôle  lors  de  la  
surveillance  et  de  révéler  leur  numéro  de  téléphone  de  l’époque  dans  le  but  de  les  
comparer  à  ceux  présents  dans  les  fichiers  de  bornages  délivrés  par  les  opérateurs  
téléphoniques.  
 
À   la   première   lecture,   les   policiers   semblent   refuser   quasi-­‐systématiquement   de  
répondre  aux  questions  en  mettant  en  exergue  la  nécessité  de  respecter  le  «  secret  
défense  »   tout   en   validant   dans   sa   globalité   le   contenu   du   procès-­‐verbal   D104.   C’est  
d’ailleurs   sur   la   base   de   ces   auditions   que   le   magistrat   instructeur   conclut   à   la  
véracité  des  informations  contenues  dans  le  procès-­‐verbal  litigieux,  dans  la  mesure  
où  aucun  des  fonctionnaires  entendus  n’a  admis  qu’il  s’agissait  d’un  faux  en  écriture  
publique  (sic).  
 
 
II.2.A.  Bonne  volonté  n’est  pas  bon  sens  
 
Il   convient   de   revenir   sur   les   déclarations   et   explications   de   MM   BOUTCARRÉ   et  
WILSON   quant   aux   raisons   les   ayant   amenées   à   entreprendre   une   approche  
piétonne  à  4H05  :  
 
«  Le   véhicule   1   est   alors   resté   à   cette   place   en   attendant   que   les   autres  
véhicules   du   dispositif   implantés   aux   «points   de   passage   obligés   »   où   devait  
déboucher  le  véhicule  suivi,  s'il  avait  maintenu  sa  progression,  annoncent  son  
passage.  
C'est   après   quelques   minutes,   aucun   autre   véhicule   du   dispositif   n'ayant  
observé   le   véhicule   suivi   que   le   chauffeur   du   véhicule   1,   comprenant   que  
n'ayant   pas   été   annoncé   par   ses   collègues   le   véhicule   suivi   s'était  
manifestement  arrêté  dans  la  voie  longeant  la  voie  ferrée,  toujours  par  souci  de  
discrétion,  a  quitté  son  véhicule  qui  était  dissimulé  dans  un  creux  formé  par  le  
relief  et  s'est  avancé  à  pieds  sur  la  route  afin  de  remonter  en  haut  d'une  butte  
formée  par  la  chaussée  et  de  progresser  en  direction  de  la  RD  23  dans  le  sens  
de  progression  initial  du  véhicule  suivi.”  (déclaration  de  Monsieur  BOUTCARRÉ  :  
D1623)  
 
ou  
 
“La   surveillance   et   les   impératifs   de   discrétion   ne   nous   permettant   pas   de   nous  
lancer   à   sa   poursuite,   comme   il   est   d'usage,   le   véhicule   n'étant   plus   à   vue,  

l'ensemble  du  dispositif  se  positionne  aux  points  de  passages  obligés,  une  fois  
que  le  véhicule  aura  repris  sa  route.  Mon  véhicule  emprunte  la  première  route  
sur   sa   gauche,   qui   se   trouve   être   une   parallèle   à   celle   empruntée   par   Julien  
COUPAT.  De  là,  on  ne  l'observe  pas  .  L'ensemble  du  dispositif  ne  le  voit  pas  non  
plus.  Alors  mon  chef  de  groupe  sort  du  véhicule,  et  se  dirige  à  pied  le  long  de  la  
voie  où  j'ai  stationné  mon  véhicule.”  (BOUTCARRÉ,  Procédure  Nanterre  :  D764)  
 
Ces  explications  semblent  “cohérentes”  :  c’est  parce  que  personne  ne  pouvait  voir  le  
véhicule  qu’il  fallait  que  Mr  WILSON  aille  s’assurer  de  son  stationnement  à  l’endroit  
supposé.  
 
Au   sein   de   l’information   diligentée   prés   le   Tribunal   de   Grande   Instance   de   Nanterre,  
le  magistrat  instructeur  pose  les  questions  suivantes  aux  policiers  de  la  DCRI  :  
 
-­‐  «  Avez-­‐vous  participé  à  une  approche  piétonne  des  lieux  à  4H05  au  niveau  du  PK  
45?  »  
 
Deux  policiers  répondent  par  l’affirmative  :  
 
-­‐A5  (D  1000)  :  «  Oui,  j’ai  participé  à  cette  action.  »  
-­‐A11  (D1011)  :  «  Oui,  j’ai  participé  à  cette  opération.  C’est  la  partie  dynamique  
dont  je  vous  ai  parlé  avant.  »  
 
Deux   autres   fonctionnaires   donnent   des   réponses   incohérentes,   visiblement  
parce  qu’ils  ne  comprennent  pas  exactement  le  déroulement  des  faits  :  
 
-­‐A2  (D957)  :  «  J’ai  rejoint  Messieurs  BOUTCARRÉ  et  WILSON  à  cet  endroit.  Je  me  
trouvais   sur   un   autre   point   de   surveillance   et   j’ai   rejoint   les   voies   après   le  
départ  de  la  Mercedes.  »  
-­‐A8  (D1017)  :  «  Mon  chef  de  dispositif  m’a  demandé  de  rejoindre  les  collègues  
de  la  SDAT  au  niveau  des  voies  ferrées.  J’ignore  si  cela  correspond  au  point  PK  
45.   J’ignore   à   quelle   heure   exacte.   Le   véhicule   était   assez   loin   pour   que   nous  
puissions  progresser  sans  être  vus  sur  les  voies  de  chemin  de  fer.  »  
 
 
-­‐    «  Dans  l’affirmative,  avez-­‐vous  constaté  la  présence  de  la  Mercedes  de  COUPAT  
stationnée  à  l’entrée  de  la  voie  SNCF  ?  »  
 
-­‐A9  (D976)  :  «  Oui  j’ai  vu  cette  voiture.  Je  me  trouvais  à  une  distance  dont  je  ne  
me  rappelle  pas.  Je  me  trouvais  en  voiture  lorsque  le  véhicule  s’est  engagé  sur  
le   chemin   de   la   SCNF,   j’ai   effectué   un   passage   en   voiture   pour   m’assurer   que  
c’était  la  voiture  de  l’objectif.  J’ai  du  rendre  compte  de  ces  faits  par  radio.  »  
-­‐A01  (D982)  :  «  Oui,  je  me  trouvais  à  une  distance  d’environ  50  mètres.  »  
-­‐A4   (D989)  :   «  J’ai   vu   la   Mercedes   de   Monsieur   COUPAT   mais   je   ne   sais   plus  
exactement  où  elle  était  garée.  »  
 
 

Sur  ces  deux  points  nous  pouvons  établir  que  les  déclarations  de  A5,  A11,  A9,  A01  et  
A4  sont  fondamentalement  contradictoires  avec  celles  de  Messieurs  BOUTCARRÉ  et  
WILSON.  Et  si  les  uns  disent  la  vérité  c’est  qu’immanquablement,  les  autres  mentent.      
 
 
II.2.B.  L’époustouflant  fonctionnaire  A01  
 
Les  déclarations  des  agents  de  la  DCRI  contredisent  donc  celles  de  leurs  collègues  de  
la  SDAT,  mais  elles  se  contredisent  également  en  elles-­‐mêmes.    
 
Le   fonctionnaire   A01   prétend   avoir   constaté   la   présence   de   la   Mercedes   de   Julien  
COUPAT  à  l’entrée  des  voies.  Il  s’en  trouvait  à  une  distance  d’  «  environ  50  mètres  ».    
 
Quant   à   l’emplacement   du   véhicule,   il   précise  :   «  je   peux   vous   dire   que   la   voiture  
était  stationnée  à  gauche  en  partant  en  direction  de  Dhuisy.»      
 
A  4h20,  il  aperçoit  encore  le  véhicule  et  le  prend  en  filature  :  «  Oui,  je  l’ai  vu  partir.  Et  
j’ai  participé  à  la  filature  qui  s’en  est  suivi.  »  
 
A  5H00,  Il  participe  tout  autant  aux  recherches  sur  les  abords  des  voies.    
 
A   5H10,   l’agent   A01   voit   la   gerbe   d’étincelles   au   passage   du   train  :   «  Oui,   il   s’agissait  
d’un  arc  électrique  puissant  et  impressionnant.  »  
 
Tout  comme  il  n’avait  pas  conscience  qu’il  ne  pouvait  avoir  vu  la  Mercedes  à  50m  de  
l’entrée  des  voies  à  4H20,  l’agent  A01,  ne  se  rend  pas  compte  qu’il  ne  pouvait  faire  
partie  de  la  filature  jusqu’à  Paris  tout  en  participant  aux  recherches  sur  les  voies  à  
DHUISY.  Dont  acte.  
 
 
 
II.2.C  .  Florilège  
 
A  la  lecture  des  quelques  réponses  consenties  par  les  agents  de  la  DCRI  en  violation  
du   secret-­‐défense,   force   est   de   constater   que   les   renseignements   délivrés   par   les  
fonctionnaires   sont   extrêmement   confus   et   semblent   témoigner   parfois   d’une  
méconnaissance  quant  au  déroulé  supposé  de  la  surveillance.    
 
Sur  ce  point,  il  conviendra  de  relever  à  titre  d’exemples  que  :  
 
-­‐  le  fonctionnaire  A5  a-­‐t-­‐il  constaté  la  présence  d’individus  sur  les  voies  de  chemin  de  
fer  entre  4H00  et  4H20  ?    
«  Je  me  suis  rendu  sur  la  voie  de  chemin  de  fer.  Je  n’ai  constaté  personnellement  la  
présence  d’aucun  individu.  »  (D1000)  
 

L’agent  A5  ne  comprend  donc  pas  que  l’observation  de  la  Mercedes  aux  abords  des  
voies  à  4H05  et  l’examen  des  voies  à  5H00  ne  sont  pas  le  même  événement  dans  le  
déroulement  des  faits  avancé  par  Mr  BOUTCARRÉ.  
 
-­‐-­‐-­‐  
 
-­‐  lorsque  on  lui  demande  de  confirmer  ou  d’infirmer  les  déclarations  de  BOUTCARRÉ  
et  WILSON,  l’agent  A8  répond  :  
 
«  Je  confirme  les  termes  de  ces  déclarations  pour  ce  qui  concerne  ma  participation.  
J’ai  été  amené  comme  je  l’ai  dit  plus  haut  à  renforcer  le  dispositif  afin  d’observer  ce  
qu’il  y  a  eu  sur  le  terrain  au  niveau  des  voies  ferrées.  Il  n’y  a  pas  d’incohérence  dans  
les  déclarations  de  BOUTCARRÉ  et  WILSON.  Le  dispositif  de  surveillance  était  élargi.  
Je  ne  peux  relater  uniquement  que  ce  dont  j’ai  été  le  témoin  directement.  »  
 
Le   fonctionnaire  A8   croit   en   réalité,   et   à   tort,   que   le   dispositif   de   surveillance   a   été  
mis   en   place   pour   observer   «  ce   qu’il   y   a   eu   sur   le   terrain   au   niveau   des   voies  
ferrées  ».  
 
Il   ne   comprend   finalement   ni   le   sens   ni   le   but   de   cette   soi-­‐disant   surveillance,   et  
précise  un  peu  avant  :  
 
«  Mon   chef   de   dispositif   m’a   demandé   de   rejoindre   les   collègues   de   la   SDAT   au  
niveau  des  voies  ferrées.  J’ignore  si  cela  correspond  au  point  PK  45.  J’ignore  à  quelle  
heure   exacte.   Le   véhicule   était   assez   loin   pour   que   nous   puissions   progresser   sans  
être   vus   sur   les   voies   de   chemin   de   fer.   Quand  j’ai  vu  les  feux  du  TGV  qui  arrivaient  
vers   nous,   je   me   suis   dissimulé   afin   de   ne   pas   être   aperçu.  Au  passage  du  TGV,  nous  
avons  entendu  un  bruit  de  câble  passant  au  dessus.  »  
 
De  qui  l’agent  A8  ne  veut-­‐il  pas  être  aperçu  ?  D’où  vient  cette  étrange  nécessité  de  
se   cacher   des   phares   du   TGV  ?  A  ce  moment  précis,  la  Mercedes  est  supposément  
filée   par   une   autre   équipe   à   plusieurs   dizaines   de   kilomètres   de   là.   Au   fur   et   à  
mesure   des   procès-­‐verbaux   et   des   interrogatoires,   il   a   pu   être   établi   que   certains  
policiers,   surpris   par   l’arrivée   du   train,   avaient   dû   sauter   dans   les   fourrées  pour   ne  
pas   être   écrasés,   tandis   que   d’autres   expliquaient   au   contraire   avoir   patiemment  
attendu   son   passage.   Dans   le   cas   d’espèce,   une   troisième   hypothèse   qui   revêt   un  
tout  autre  sens    si  tant  est  qu’elle  en  ait  un  surgit  donc  sans  ambages  :  le  train  arrive,  
il  faut  s’en  cacher  pour  ne  pas  être  aperçu.  
 
Notons   que   l’agent   A5   fera   montre   d’une   confusion   assez   proche   en   prétendant  
avoir  eu  le  temps  de  se  cacher  derrière  un  cabanon  :  
 
«  Oui,  j’ai  constaté  que  le  train  arrivait  et  j’ai  eu  le  temps  de  me  cacher  derrière  un  
petit  cabanon  de  béton.  La  gerbe  d’étincelles  a  eu  lieu.  Le  fil  s’est  détendu  et  le  train  
est  passé.  »  
 

Ce  même  agent  A5  prétend,  et  il  convient  à  ce  stade  de  le  rappeler,  avoir  participé  à  
l’approche   piétonne   du   fonctionnaire   WILSON   et   précise   n’avoir   vu   aucun   individu  
sur  les  voies  lors  des  recherches  sur  celles-­‐ci.  
 
-­‐-­‐-­‐  
 
Concernant  l’heure  à  laquelle  il  a  quitté  Dhuisy,  l’agent  A7   répond  :  «  Il  faisait  déjà  
jour  quand  j’ai  quitté  le  dispositif  »  (D1006).    
 
Selon   Météo   France,   le   soleil   se   levait   à   7H57   ce   jour-­‐là   soit   plus   de   deux   heures  
après  le  départ  supposé  des  policiers.  
   
-­‐-­‐-­‐  
 
L’agent  A12  quantg  à  lui  donne  un  récit  bien  incohérent  de  ses  activités  ce  soir-­‐là.    
 
«  Oui,   j’ai   participé   à   cette   filature   du   début   jusqu’au   moment   où   cette   filature   a  
quitté  Trilport  en  direction  des  voies  de  chemin  de  fer.  »  
 
Cela  signifie  que  l’agent  A12  a  quitté  la  filature  à  3H50  selon  le  procès-­‐verbal  D104  
ou  à  3H30  selon  Mr  BOUTCARRÉ  dans  sa  réponse  au  soit  transmis  de  Mr  Fragnoli.  
 
Plus  loin,  il  précise  cependant  :  
 
«  J’ai  participé  à  la  filature  objet  du  PV  de  Monsieur  BOUTCARRÉ  entre  23  heures  
40   le   7   et   5   heures   50   le   8   novembre,   je   me   suis   positionné   sur   la   commune   de  
Trilport   en   direction   de   Meaux.   Je   n’ai   pas   bougé   de   ce   point.   Je   suivais   le  
déroulement  du  dispositif  sur  les  ondes  radio.  »  
 
Il  prétend  d’ailleurs  être  en  surveillance  à  4H20:  
 
«  Je  ne  l’ai  pas  constaté  de  visu  mais  le  départ  de  la  voiture  a  été  annoncé  à  la  radio.  
Ce   véhicule   a   été   signalé   quittant   la   commune   du   Trilport   en   direction   de   la   Ferté-­‐
Sous  -­‐Jouarre.  Je  ne  me  suis  pas  engagé  dans  la  filature  derrière  ce  véhicule.  »  
 
Il   ne   peut   donc   s’agir   d’une   confusion   d’heures   ou   de   chiffres,   comme   cela   a   pu  
être  invoqué  par  Monsieur  BOUTCARRÉ  par  le  passé  mais  d’une  erreur  quant  à  la  
possibilité   de   quitter   les   lieux   à   3H30   tout   en   prétendant   encore   s’y   trouver   à  
5H50.  
 
-­‐-­‐-­‐  
 
Certains   agents   interrogés   n’ont   tout   simplement   jamais   aperçu   le   véhicule   qu’ils  
étaient  censés  surveiller.  C’est  notamment  ce  que  revendique  l’agent  A1  :  
 
«  Je  n’ai  pas  participé  à  cette  filature  mais  j’ai  rejoint  le  dispositif  de  surveillance  sur  
la  commune  du  Trilport.  J’étais  positionné  dans  la  zone  industrielle  du  Trilport,  dont  

je  n’ai  pas  bougé  jusqu’à  la  fin  du  dispositif.  Je   n’ai   jamais   eu   à   vue   ce   véhicule   ni  
n’ai  vu  ses  occupants.  »  
 
Tout   comme   Messieurs   Velpot   et   Pandur   qui   prétendent   avoir   attendu   oisivement  
pendant  3H30,    l’agent  A1  certifie  qu’il  a    participé  à  une  surveillance  qui  a  duré  19  
heures  et  20  minutes  sans  jamais  voir  le  véhicule  surveillé  (sic).  
 
 
-­‐-­‐-­‐  
 
Les   déclarations   des   fonctionnaires   de   police   démontreraient   qu’entre   4H   et   5H50  
du   matin,   sept   d’entre   eux   sont   sur   les   voies  (Messieurs   BOUTCARRÉ,   WILSON,   A5,  
A11,   A8,   A2   et   A01),   et   un   seul   d’entre   eux   prend   le   véhicule   en   filature   jusqu’à  
PARIS  (les  fonctionnaires  A3  et  A01  mais  un  seul  sera  pris  en  compte,  étant  donné  
que  le  fonctionnaire  A01  est  inclus  dans  la  séquence  «  voies  »).  Or,  seize  policiers  ont  
prétendument   participé   à   la   surveillance   (dix-­‐sept,   auxquels   doit   être   soustrait  
Monsieur   Hamadache   qui   a   quitté   le   dispositif   à   00H30).   Neuf   policiers   sont   donc  
aussi  oisifs  que  Messieurs  VELPOT  et  PANDUR  ou  ne  voient  absolument  rien  d’une  
filature  pourtant  riche  en  évènements  nous  assure-­‐t-­‐on,  comme  le  fonctionnaire  A1.  
 
 

II.3  la  solitude  de  Monsieur  Boutcarré    

 
Le  procès-­‐verbal  D  104  précise  qu’après  avoir  fait  des  recherches  sur  les  voies,  les  
policiers  retournent  fouiller  une  poubelle  à  Trilport:    
 
«  A  CINQ  HEURES  TRENTE  minutes,  entrons  dans  le  village  de  LE  TRILPORT,  et  
nous  positionnons  à  proximité  de  la  poubelle  publique  sise  à  l'angle  de  cette  
voie  et  de  la  rue  du  Général  de  Gaulle,  poubelle  dans  laquelle  Julien  COUPAT  a  
été  vu  déposant  des  objets  hier  à  VINGT-­‐DEUX  HEURES  TRENTE-­‐CINQ  minutes.»  
 
Cela  sera  confirmé  et  précisé  par  MM  BOUTCARRÉ  et  WILSON  dans  leur  réponse  au  
soit-­‐transmis  du  juge  Fragnoli  ainsi  que  devant  le  magistrat  en  charge  de  l’instruction  
à  Nanterre  :  
 
«  Après   avoir   franchi   les   deux   portails   l'ensemble   des   effectifs   ont   quitté   la  
zone   immédiatement   afin   de   se   rendre   sur   la   commune   TRILPORT   et   de  
procéder  à  des  recherches  dans  la  poubelle  où  Julien  COUPAT  avait  été  observé  
jetant  des  objets  quelques  heures  auparavant.  »  
 
Ou  
 
«    QUESTION  :  Qui  a  fouillé  la  poubelle  au  TRILPORT?  
REPONSE  :  Moi,  assisté  de  certains  collègues  du  dispositif.  »  
 
Ou   bien   encore,   lorsqu’ils   sont   mis   face   à   la   contradiction   entre   l’heure   des  
prétendus  appels  de  Mr  WILSON  à  son  supérieur  et  l’heure  de  départ  des  voies  :  

 

«  Pour   moi,   ça   n'a   aucun   intérêt   de   le   mentionner,   de   mentionner   qu'un  
fonctionnaire   reste   pour   passer   un   coup   de   téléphone,   alors   que   le   reste   des  
fonctionnaires   va   à   Trilport   pour   fouiller   la   poubelle.   C'est   le   mouvement  
général  qui  importe.  »  

 
Le   magistrat   instructeur   de   Nanterre   a   demandé   expressément   à   tous   les   policiers  
s’ils  avaient  participé  à  cette  fouille  de  la  poubelle.  Les  15  personnes  interrogées  ont  
unanimement  répondu  par  la  négative.  S’il  l’on  s’en  tient  à  la  dernière  version  de  Mr  
WILSON,   il   n’était   pas   non   plus   présent   puisqu’à   ce   moment-­‐là,   il   prétend   qu’il  
passait   des   appels   téléphoniques   sur   les   voies   de   TGV.   Contrairement   à   ce   qu’il   a  
assuré   dans   la   rédaction   des   procès-­‐verbaux   et   dans   ses   auditions,   Mr   Boutcarré   n’a  
donc  pu  se  rendre  au  Trilport  que  seul  où  à  un  tout  autre  moment.  Et   force   est   de  
constater   une   nouvelle   fois   que   les   déclarations   de   Monsieur   BOUTCARRÉ  
présentent  sur  ce  point  un  caractère  mensonger.  
 
 
Par   ailleurs,   si   Mr   BOUTCARRÉ   s’est   rendu   à   Dhuisy   seul,   il   n’a   pu   qu’emprunter   la  
Ford  Focus  qu’il  partageait  avec  Mr  WILSON.  Mais  cela  signifierait  que  Mr  WILSON  
aurait  été  abandonné  au  milieu  de  la  campagne  Seine-­‐et-­‐marnaise,  seul,  à  5H30  du  
matin,  et  sans  véhicule.  Il  est  difficilement  envisageable  qu’il  ait  gardé  les  clefs  de  la  
Ford  Focus  auquel  cas,  Mr  Boutcarré  aurait  été  contraint  d’aller  fouiller  les  poubelles  
du  Trilport  à  pied.  
 
 

II.4.  4H00-­‐4H20  
 

II.4.A.   Quand   la   procédure   en   cours   au   Tribunal   de   Grande   Instance   de  Nanterre  
décrédibilise  un  peu  plus  le  procès-­‐verbal  D104  
 
Force   est   de   constater   que   la   séquence   cruciale   pour   la   manifestation   de   la   vérité  
comprise   entre   4h00-­‐4h20   telle   que   décrite   par   le   procès-­‐verbal   D104   se   révèle  
encore   plus   invraisemblable   dans   le   cadre   de   la   procédure   diligentée   au   TGI   de  
NANTERRE.  
Il  demeure  en  fait  impossible  que  le  véhicule  V1  suivant  la  Mercédès  avec  la  distance  
de   sécurité   requise   dans   le   cadre   d’une   surveillance   de   nuit   à   4h00   du   matin   dans   la  
campagne  de  Seine-­‐et-­‐Marne  l'ait  vue  obliquer  de  la  RD23  vers  la  route  communale  
V4,   puis   de   la   V4   vers   la   voie   de   service   longeant   les   voies   ferrées   sans   en   être   vu   de  
ladite   Mercedes,   et   tout   particulièrement   au   vu   de   la   topographie   des   lieux.   Il   est  
tout  aussi  invraisemblable  que  suivant  une  route  parallèle  à  celle  empruntée  par  la  
Mercédès,   le   véhicule   1   ait   maintenu   «   un   visuel   ponctuel   »   (D1623   de   l'information  
instruite  au  TGI  de  Paris)  sur  le  véhicule  Mercédès  compte  tenu  de  la  topographie  du  
site  de  DHUISY  :  la  V4  est  rapidement  séparée  de  la  voie  de  circulation  longeant  la  
LGV  EST  par  un  bois  puis  par  le  relief.  Au  reste,  ce  que  déclare  Bruno  Boutcarré  au  
magistrat  instructeur  de  Nanterre  contredit  la  thèse  du  «  visuel  ponctuel  »  défendue  

par  Mr  Arnaud  WILSON  (D  1623)  :  «    La  surveillance  et  les  impératifs  de  discrétion  ne  
nous   permettant   pas   de   nous   lancer   à   sa   poursuite,   comme   il   est   d'usage,   le   véhicule  
n'étant   plus   à   vue,   l'ensemble   du   dispositif   se   positionne   aux   points   de   passage  
obligés,   une   fois   que   le   véhicule   aura   repris   sa   route.   Mon   véhicule   emprunte   la  
première  route  sur  sa  gauche,  qui  se  trouve  être  une  parallèle  à  celle  empruntée  par  
Julien   COUPAT.   De   là,   on   ne   l'observe   pas.   L'ensemble   du   dispositif   ne   le   voit   pas   non  
plus.  »  (D764)    
Il  n'y  a  pour  Mr  Bruno  BOUTCARRÉ  pas  de  visuel,  même  ponctuel.  Puis,  Mr  Arnaud  
WILSON  soutient  que  le  véhicule  V1,  ayant  plusieurs  centaines  de  mètres  de  retard  
sur   la   Mercédès   pour   «  ne   pas   se   faire   repérer  »   et   au   terme   d'un   détour   de   3  
kilomètres,  se  serait  garé  à  la  hauteur  de  la  ferme  de  Boyenval  «  dissimulé  dans  un  
creux   formé   par   le   relief  »   (D331)   et   se   serait   ainsi   miraculeusement   trouvé   à   la  
hauteur  de  la  Mercédès  arrêtée  de  l'autre  côté  d'un  champ  mais  invisible  d’elle.  Or,  
au   vu   de   la   topographie,   ce   creux   n'est   en   rien   dissimulé   de   la   voie   de   service   qui  
longe   la   LGV.   Bien   au   contraire,   elle   en   est   très   nettement   visible   sur   plusieurs  
centaines   de   mètres.   C'est   seulement   de   l'endroit   où   est   censée   s’être   garée   la  
Mercedes   qu'elle   ne   l'est   pas.   Pour   l'avoir   «  dissimulé  »   là,   il   aurait   d'abord   fallu  
savoir   où   la   Mercédès   devait   être   garée,   chose   que   le   véhicule   V1   n'est   censé  
découvrir   qu'après.   En   effet,   le   véhicule   censément   suivi   ayant   pu   s'arrêter   à  
n'importe  quel  endroit  le  long  de  la  voie  de  service,  il  n'est  pas  vraisemblable,  hormis  
dans   le   cadre   d'une   réécriture   a   posteriori,   que   le   véhicule   1   se   soit   arrêté   dans   le  
creux  qui,  visible  depuis  la  voie  de  circulation,  ne  l'est  certes  pas  depuis  l'endroit  où  
était   censé   se   trouver   le   véhicule   suivi   et   quasiment   à   sa   hauteur,   lors   même   que  
tout  contact  visuel  a  été  perdu  depuis  longtemps.    
Il  est  par  ailleurs  établi  que  (D  1623)  :  «  Le  véhicule  1  est  alors  resté  à  cette  place  en  
attendant   que   les   autres   véhicules   du   dispositif   implantés   aux   «points   de   passage  
obligés   »   où   devait   déboucher   le   véhicule   suivi,   s'il   avait   maintenu   sa   progression,  
annoncent   son   passage.   C'est   après   quelques   minutes,   aucun   autre   véhicule   du  
dispositif  n'ayant  observé  le  véhicule  suivi  que  le  chauffeur  du  véhicule  1,  comprenant  
que  n'ayant  pas  été  annoncé  par  ses  collègues  le  véhicule  suivi  s'était  manifestement  
arrêté  dans  la  voie  longeant  la  voie  ferrée,  toujours  par  souci  de  discrétion,  a  quitté  
son   véhicule   qui   était   dissimulé   dans   un   creux   formé   par   le   relief   et   s'est   avancé   à  
pieds   sur   la   route   afin   de   remonter   en   haut   d'une   butte   formée   par   la   chaussée   et   de  
progresser   en   direction   de   la   RD   23   dans   le   sens   de   progression   initial   du   véhicule  
suivi.  »    
Il  apparaît  tout  aussi  invraisemblable  que  le  «  chauffeur  du  véhicule  1  »  ait  entre  4h  
et  4h  05,  soit  en  5  minutes,  et  malgré  ses  plusieurs  centaines  de  mètres  de  retard,  
parcouru   les   3   kms   qui   séparent   le   pont   ferré   enjambant   la   V4   de   la   ferme   de  
Boyenval,  avant  d’attendre  «  quelques  minutes  »  le  signal  des  autres  véhicules,  puis  
que   son   conducteur   soit   sorti   et   ait   «  parcouru   plusieurs   centaines   de   mètres  »  
(D1623/5)   pour   enfin   «  distinguer   brièvement  »   le   véhicule   Mercédès   à   4h05  
(D104/5),  ainsi  que  le  prétend  le  procès-­‐verbal  D  331.    
 
 

 
 
II.4.B.  Une  voiture,  deux  conducteurs  
Au   sein   du   procès-­‐verbal   D1623,   rédigé   par   Mr   Arnaud   Wilson,   c'est   désormais   le  
chauffeur  du  véhicule  1  qui  quitte  son  véhicule  et  s'avance  à  pieds  sur  la  route.  Or  
Bruno  Boutcarré  répond  à  la  question  de  savoir  où  il  se  trouvait  à  4h05  de  la  façon  
suivante  :  «  Dans  un  véhicule,  sur  une  voie  goudronnée  parallèle  au  chemin  emprunté  
par  le  véhicule  de  Julien  COUPAT  avant  l'observation  de  son  arrêt.  Je  me  trouvais  au  
volant   du   véhicule   qui   était   stationné   près   d'une   fermette   me   semble-­‐t-­‐il.  »   (D764)   Et  
il   confirme   par   ailleurs   être   le   conducteur   du   véhicule   un   peu   plus   loin  :   «  Mon  
véhicule  emprunte  la  première  route  sur  sa  gauche,  qui  se  trouve  être  une  parallèle  à  
celle   empruntée   par   Julien   COUPAT.   De   là,   on   ne   l'observe   pas.   L'ensemble   du  
dispositif   ne   le   voit   pas   non   plus.   Alors   mon   chef   de   groupe   sort   du   véhicule,   et   se  
dirige  à  pied  le  long  de  la  voie  où  j'ai  stationné  mon  véhicule.  »    
Pour  Mr  Bruno  BOUTCARRÉ,  c'est  donc  Mr  Arnaud  WILSON  qui  sort  du  véhicule  et  va  
repérer   la   Mercédès,   version   confirmée   par   Mr   Arnaud   WILSON   lui-­‐même   lors   du  
transport  sur  les  lieux  en  présence  du  juge  d'instruction  (D1869/5,  PARIS)  :  «  Vu  les  
cotes  D104  et  D  1623  relatives  au  déplacement  à  pieds  du  chauffeur  du  véhicule  1  sur  
la   route,   afin   de   remonter   en   haut   de   la   butte   formée   par   la   chaussée   pendant  
plusieurs  centaines  de  mètres,  et  à  l'observation  brève  faite  par  celui-­‐ci  du  véhicule  
surveillé  à  l'aide  de  matériel  d'intensification  de  lumière  ;  constatons  que  M.  Arnaud  
WILSON   nous   indique   l'endroit   précis   où   il   se   trouvait   au   moment   où   il   a   observé  
brièvement   le   véhicule   surveillé   à   l'aide   de   ce   matériel,   avant   de   regagner  
rapidement  le  sien.  »    
Or  le  chauffeur  du  véhicule,  au  vu  des  déclarations  de  Mr  Bruno  BOUTCARRÉ,  n’est  
autre  que…  Mr  Bruno  BOUTCARRÉ.  Si  comme  l'atteste  le  procès-­‐verbal  D1623  rédigé  
par  Arnaud  WILSON,  le  chauffeur  est  sorti  du  véhicule,  c'est  donc  Bruno  BOUTCARRÉ  
qui   est   sorti   du   véhicule.   Alors   que   pour   Monsieur   BOUTCARRÉ   comme   pour  
Monsieur   WILSON,   c'est   ce   dernier   qui   s'est   «  avancé   de   quelques   centaines   ou  
dizaines  de  mètres  »  (D777)  
Monsieur  WILSON  répond  à  la  question  de  savoir  s’il  était  seul  dans  le  véhicule  en  
ces  termes  :  «  Non.  J'étais  avec  Monsieur  BOUTCARRÉ.  »  Puis  il  décrit  la  scène  de  la  
façon  suivante  :  «  Nous  nous  sommes  mis  sur  la  chaussée,  à  proximité  de  la  ferme  de  
Boyenval.   Je   suis   sorti   du   véhicule.   Je   me   suis   avancé   de   quelques   centaines   ou  
dizaines  de  mètres  jusqu'à  pouvoir  observer  le  véhicule  que  nous  suivions.  »  (D777)    
De  deux  choses  l'une,  soit  c'est  Monsieur  BOUTCARRÉ,  soit  c'est  Monsieur  WILSON  
qui   est   sorti   du   véhicule  ;   et   donc   soit   c'est   le   chauffeur   soit   c'est   le   passager.   Ces  
deux   fonctionnaires   de   police   sont   les   rédacteurs   des   procès-­‐verbaux   retraçant  
ladite  filature  ce  qui  rend  extrêmement  compliqué  toute  velléité  de  se  défendre  en  
usant   de   la   confortable   «  erreur   matérielle  »   comme   d’autres   useraient   du   non  
moins  confortable  «  secret  défense  ».    

En   outre,   le   fait   que   Monsieur   BOUTCARRÉ   ait   conduit   le   véhicule   est   en   totale  
contradiction   avec   l'affirmation   selon   laquelle   il   était   celui   chargé   de   prendre   les  
notes   de   la   filature.   La   seule   explication   d'une   telle   incohérence   se   trouve   dans  
l’inauthenticité   des   informations   contenues   dans   ce   procès-­‐verbal,   dans   le   seul   vut  
de   faire   tenir   ce   passage   à   tout   le   moins   fragile   et   peu   convaincant  :    «    A  QUATRE  
HEURES   CINQ   minutes  une   approche   piétonne   des   lieux   à   savoir   de   la   RD23  en  
direction   de   Dhuisy   au   niveau   du   pont   de   chemin   de   fer,  nous   permet   de   constater   la  
présence   du   véhicule   stationné   tous   feux   éteints   sur   l'entrée   de   la   voie   de   service   sise  
quelques   mètres   avant   le   pont   de   chemin   de   fer,  sur   le   côté   gauche   de   la   chaussée.  Il  
nous   est   impossible   de   distinguer   si   le   véhicule   est   occupé   ou   non.  »   Enfin,   s'il   était  
besoin  de  confirmer  que  le  procès-­‐verbal  D1623  affirme  bien  que  c'est  le  chauffeur  
qui  est  sorti  observer  la  Mercédès,  il  suffit  de  poursuivre  sa  lecture  pour  découvrir  
les   affirmations   suivantes   (D1623/5)  :   «  Le   fonctionnaire   est   ensuite   monté   à   bord   de  
son  véhicule  qu'il  a  avancé  de  quelques  dizaines  de  mètres  se  positionnant  à  la  limite  
haute  du  creux  dans  lequel  il  se  trouvait  ».    
 
II.4.C.  Visions  nocturnes  
S’agissant  de  la  séquence  comprise  entre  4h00  et  4h20,  Monsieur  WILSON  dit  avoir  
fait   usage,   pour   «  distinguer   brièvement  »   la   Mercédès,   de   «  matériel  
d'intensification  de  lumière  »  (D331/5).  Il  le  confirme  devant  le  magistrat  instructeur:  
il   aurait   usé   d'   «  un   moyen   d'intensification   lumineuse  »,   et   Bruno   BOUTCARRÉ   lui  
emboîte  le  pas  puisqu’il  affirme  avoir  utilisé  «  un  intensificateur  de  lumière  ».  On  se  
souvient   que   ce   matériel   apparaît   tardivement   dans   la   version   policière,   en   même  
temps   que   le   véhicule   1,   soit   en   réponse   au   soit-­‐transmis   du   juge   confronté   aux  
réfutations  des  mis  en  examen  (D1623).  Il  faut  noter  à  ce  sujet  que  les  trois  autres  
agents  de  la  SDAT  répondent  dans  le  cadre  de  la  procédure  diligentée  au  Tribunal  de  
Grande   Instance   de   Nanterre   par   la   négative   à   la   question  :   «  Disposiez-­‐vous   d'un  
matériel  et  en  particulier  d'un  appareil  de  vision  nocturne?  ».  Admettons  donc  qu'à  la  
différence   de   leurs   collègues,   Messieurs   BOUTCARRÉ   et   WILSON   aient  
miraculeusement   disposé   d'un   tel   matériel.   Durant   le   transport   sur   les   lieux   du   14  
janvier  2011,  on  se  souvient  que  la  SDAT  a  laissé  les  mis  en  examen  utiliser,  depuis  le  
point  supposé  où  se  serait  trouvé  Monsieur  WILSON,  le  matériel  dont  celui-­‐ci  aurait  
supposément   usé.   Se   voyant   présenter   un   matériel   d'imagerie   thermique   et   non  
d'intensification  lumineuse,  les  mis  en  examen  et  leurs  conseils  en  ont  fait  noter  la  
marque   (D1880/14,   instruction   de   Paris).   Il   s'agissait   d'un   appareil   de   marque  
THERMAL-­‐EYE.  L'imagerie  thermique  et  l'intensification  lumineuse  sont  toutes  deux  
des  techniques  de  vision  nocturne,  mais  elles  n'ont  aucun  lien  l'une  avec  l'autre,  et  
ne   peuvent   donc   être   confondues   ni   en   termes   de   prix   ni   en   termes   techniques   (cf.   :  
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vision_de_nuit  )1.    
1

 Les   jumelles   de   vision   nocturne   sont   utilisées   comme   moyen   d'observation   ou   détection  
pour  voir  dans  le  noir  ou  la  semi-­‐obscurité.  Ce  sont  des  jumelles  binoculaires,  monoculaires  
ou   des   matériels   de   type   lunettes   permettant   une   vue   plus   rapprochée.   Ce   sont   le   plus  
souvent   des   matériels   basés   sur   l'amplification   électronique   de   lumière,   utilisés   dans   les  
avions,  les  bateaux,  ainsi  que  dans  l'infanterie  de  certaines  armées,  ou  par  diverses  forces  de  

Si   des   jumelles   à   intensification   lumineuse   ne   coûtent   que   quelques   centaines  
d'euros  et  peuvent  éventuellement  faire  partie  de  la  dotation  du  véhicule  de  filature  
d'un  «  chef  de  groupe  »,  des  jumelles  thermiques  de  marque  THERMAL-­‐EYE  (que  ce  
soit  le  modèle  X  50,  X  150  ou  X200xp)  coûtent  entre  4  et  5  000  euros  et  sont  d'un  
coût  beaucoup  trop  élevé  pour  en  équiper  même  un  chef  de  groupe  de  la  SDAT,  si  
ses  collègues  n'ont  même  pas  de  matériel  d'intensification  lumineuse.  Le  seul  intérêt  
de  vouloir  faire  accroire  que  des  jumelles  thermiques  de  marque  THERMAL-­‐EYE  ont  
été  utilisées  est  de  permettre  d'expliquer  la  contradiction  existant  entre  l’affirmation  
de  Monsieur  WILSON  selon  laquelle  il  aurait  vu  une  voiture,  mais  pas  des  individus.  
C'est  ce  que  s'évertuera  à  maintenir  le  magistrat  instructeur  contre  toute  évidence  
durant  le  transport  sur  les  lieux  du  14  janvier  2011:  on  aperçoit  la  voiture,  mais  pas  
les   individus,   juste   une   «  forme   indéterminée  »   (D1880/20).   Car   avec   du   matériel  
d'intensification  lumineuse,  si  la  voiture  est  visible,  ses  occupants  le  sont  aussi.    
III.4.D.  Bornés  
 
Le   seul   moment   où   il   demeure   possible   d’affirmer   avec   certitude   que   les   policiers  
étaient  là  est  celui  où  Julien  COUPAT  et  Yildune  LEVY  sont  observés  entrant  dans  une  
pizzeria.  L’unique  élément  qui  pourrait  venir  attester  de  la  présence  des  policiers  aux  
alentours  de  Dhuisy  les  7  et  8  novembre  2008  demeure  l’exploitation  des  bornages  
téléphoniques   fournis   par   la   SDAT.   Certes,   ceux-­‐ci   sont   contradictoires   avec   les  
déplacements  et  horaires  allégués  par  les  policiers  mais  tout  de  même,  ils  pourraient  
attester  de  leur  présence  sur  la  zone.  
Il   convient   cependant   de   rappeler   que   non   seulement,   les   bornages   originaux   de  
Bouygues  et  d'Orange  requis  par  la  gendarmerie  dans  son  enquête  de  flagrance  ont  
été   étrangement   perdus,   mais   que   ceux   de   SFR   figurent   sur   un   CD   qui   a   lui   aussi   été  
égaré   pendant   quatre   ans   avant   de   réapparaître   miraculeusement   après   le  
désaisissement   du   premier   magistrat   en   charge   de   l’information(D2195).   Il   est   à  
noter   d'ailleurs   que   si   l'on   compare   la   photo   du   CD   SFR   mis   sous   scellé   par   la  
gendarmerie   (D638)   et   celui   du   scellé   dont   copie   a   été   communiquée   à   la   défense  
(D2197/8),  leurs  photographies  respectives  ne  permettent  pas  d'affirmer  qu'il  s'agit  
du   même   CD.   Le   premier   porte   très   nettement   la   mention   «  CD-­‐Recordable   1x   –  
52x  »   ainsi   qu'une   barre   horizontale   sur   sa   partie   gauche   et   pas   le   second,   et   le  

l'ordre.  Il  existe  trois  types  de  vision  de  nuit  :  1-­‐  Intensificateur  de  lumière  :  il  permet  de  voir  
dans   l'obscurité   en   amplifiant   les   sources   de   lumière   faible   (lune,   étoiles).   On   amplifie   les  
photons   détectés   (provenant   de   lumière   ambiante)   sur   le   principe   du  photomultiplicateur.  
2-­‐  Proche  infrarouge  :  le  système  est  doté  d'une  diode  émettant  dans  le  proche  infrarouge  
et   qui   permet   d'éclairer   la   scène   de   rayons   non   visible   à   l'œil.   Ce   système   permet   de   voir  
dans  le  noir  total.  À  noter  que  sur  certains  modèles  la  DEL  infrarouge  est  visible  lorsqu'elle  
fonctionne.   La   diode   peut   être   séparée   du   matériel   de   vision,   et   être   utilisée   comme   une  
lampe   de   poche.   3-­‐   Vision   thermique  :   le   système   est   sensible   au   rayonnement   thermique  
des  objets  et  de  la  scène.  Les  niveaux  de  gris  rendus  à  l'écran  traduisent  la  température  de  
chaque   objet   (quand   il   s'agit   d'une   image   en   noir   et   blanc).   Un   système   de   graduation   par  
couleurs   est   souvent   utilisé   sur   les   écrans   d'analyses   thermiques   pour   une   meilleure   analyse  
visuelle  de  la  scène  observée.  La  vision  est  la  même  de  jour  ou  dans  le  noir  total.

second   porte   des   lignes   pour   y   écrire   le   titre   et   une   inscription   sur   sa   hauteur   qui   ne  
figurent  pas  sur  le  premier.  Mais  peut-­‐être  est-­‐ce  dû  à  l'utilisation  excessive  du  flash.    
Enfin,  le  CD  gen/tel/un  dont  la  copie  a  été  communiquée  à  la  défense  en  guise  de  CD  
SFR  suite  à  une  ordonnance  de  commission  d'expert  datant  du  10  novembre  2010,  
soit   exactement   deux   ans   jour   pour   jour   après   les   faits,   contenait   en   fait   tout   un  
amas   confus   de   données   téléphoniques.   Y   figure   en   effet   ce   qui   ressemble   à   la  
réponse  des  opérateurs  aux  réquisitions  faites  par  la  SDAT  les  18  décembre  2008  et  
les  3  et  6  février  2009  (D979  et  D982-­‐983)  quant  au  trafic  téléphonique  sur  les  lieux  
des   différents   sabotages.   Et   c'est   précisément   sur   ces   fichiers   que   la   SDAT   semble  
s'être   basée   pour   produire   son   propre   listing   téléphonique   «  attestant  »   de   sa  
présence   sur   les   lieux   du   sabotage   vers   5   h   du   matin   le   8   novembre   2008  
(D1626/10).   Mais   cette   exploitation   est   basée   sur   des   fichiers   qui   ont   été   créés   à  
partir   d'un   original   qui   ne   figure   nulle   part   dans   la   présente   procédure,   puisque   le  
retour    des  réquisitions  n’est  pas  coté  au  dossier.    
Il  est  encore  plus  troublant  de  noter  que  ces  fichiers  ont  parfois  une  date  de  dernière  
modification  par  Joël  Dugourd,  fonctionnaire  de  police  à  la  SDAT,  qui  ne  correspond  
pas  à  leur  date  de  création.  C'est-­‐à-­‐dire  qu'ils  ont  été  d'une  manière  ou  d'une  autre  
non  seulement  copiés  d'un  original  inexistant,  mais  encore  modifiés.  C'est  le  cas,  par  
exemple,   des   bornages   Bouygues   et   SFR   de   Dhuisy.   Plus   étrange   encore  :   dans   la  
réponse   SFR   qui   doit   correspondre   aux   réquisitions   de   la   SDAT   pour   Dhuisy   et   le  
sabotage  du  TGV  Nord,  il  y  a  une  borne  qui  se  situe  en  Corse,  à  Corte,  où  l'on  peut  
imaginer   que   la   SDAT   peut   avoir   l'habitude   de   travailler.   Parmi   les   réponses   de  
Bouygues,   il   y   a   des   fadettes   du   7   novembre   2008   entre   18   et   19   h   de   relais   se  
trouvant   dans   les   9ème,   10è   et   1er   arrondissement   de   Paris   demandées   par   la   SDAT  
le  28  janvier  2009,  et  qui  ne  correspondent  à  aucune  réquisition  apparaissant  dans  le  
dossier.  En  outre,  il  semble  que  Bouygues  envoie  ses  réponses  en  PDF.  Il  y  a  souvent  
un  double  en  .XLS  dont  la  date  de  création  est  postérieure  :  dans  le  cas  de  Dhuisy,  la  
réponse   en   PDF   date   du   19   décembre   2008,   le   lendemain   des   réquisitions,   alors   que  
la   version   en   .XLS   créée   par   Joël   Dugourd   date   du   2   janvier   2009.   Parmi   les   réponses  
de   Bouygues,   il   existe   une   réponse   le   jour   même   des   réquisitions,   soit   le   19  
décembre  2008,  et  une  autre,  identique,  si  ce  n’est  qu’elle  date  du  31  décembre  et  
qu’y  figure  la  localisation  des  bornes  des  mêmes  fadettes.  
Comment,  dès  lors,  ne  pas  songer  au  témoignage  de  ce  gendarme  ayant  participé  à  
l’enquête  et  interrogé  par  le  journaliste  David  DUFRESNE  ?  
«    –  Ce  qu’on  pense  de  tout  ça  ?  C’est  qu’on  nous  a  pas  tout  dit,  qu’on  nous  a  
menti.  Voilà.    
Le  lieutenant  y  était  allé  franchement.  Une  connaissance  commune  nous  avait  
mis   en   rapport,   l’homme   avait   confiance,   pas   besoin   de   round   d’observation.  
De  l’affaire,  il  en  savait  beaucoup.  Ce  qu’il  disait  était  à  peine  croyable.  
–  Pour  moi,  il  n’y  avait  pas  de  flics  à  Dhuisy,  la  nuit  des  sabotages.  S’ils  avaient  
été  là,  ils  auraient  sauté  le  client.  Mettez-­‐vous  dans  l’esprit  des  enquêteurs  :  au  
moment  où  le  type  qu’ils  filochent  commet  l’action,  ils  laissent  faire  ?  Ça  serait  
du  jamais  vu  !  Les  flics  auraient  été  là  et  on  ne  nous  aurait  rien  dit  ?  

–  Pourquoi  auraient-­‐ils  dû  vous  le  dire  ?  
–  Simplement  parce  qu’un  train  Castor,  un  train  de  déchets  radioac-­‐  tifs,  était  
prévu  cette  nuit-­‐là  et  que  notre  boulot,  à  nous,  gendarmes,  c’est  de  surveiller  
les  points  sensibles  de  tout  le  réseau  ferré.  Les  flics  le  savent…  On  appelle  ça  le  
«  Plan  Castor  »  chez  nous.  
–  Et  ça  consiste  en  quoi  ?  
–   À   faire   remonter   les   infos   très   vite,   sur   le   moment,   ou   dès   le   lendemain  
matin.   Points   particuliers,   ponts,   croisements   de   routes   où   il   peut   y   avoir  
rassemblement,  on  est  immédiatement  au  courant  de  ce  qui  se  passe.  
(…)  
Le  lieutenant  avait  avancé  une  hypothèse.  
–   Les   policiers   ont   attendu   avant   de   nous   téléphoner   parce   qu’ils   avaient  
besoin   de   temps   :   ils   ramaient   pour   mettre   au   point   leur   version.   Tout   ça,  
c’était  des  histoires  à  totos,  comme  on  dit  dans  la  gendarmerie.  
–   Les   policiers   de   la   SDAT   ont   quand   même   démontré   leur   présence   sur   les  
lieux,  dis-­‐je…  Ils  ont  récupéré  les  listings  des  appels  passés  sur  place,  cette  nuit-­‐
là,  depuis  leur  portable…  Et  on  retrouve  bien…  
L’officier  faisait  la  moue.  Il  ne  croyait  pas  aux  listings.  Il  était  catégorique  :  
–   Ça   se   trafique,   les   listings   !   Je   dis   pas   qu’ils   l’ont   fait,   j’en   sais   rien…   Je   dis  
juste  que  ça  se  trafique.  
–  Comment  ?  
–   Simplement   en   retournant   sur   les   lieux   et   en   accrochant   la   borne  
téléphonique.  On  appelle  ça  recalibrer.  Il  suffit  de  passer  un  appel,  à  la  même  
heure.  Après,  il  n’y  a  plus  qu’à  changer  la  date  sur  le  listing,  et  on  remet  le  tout  
au  juge.  
(…)  
Dans  l’affaire,  les  policiers  de  la  sous-­‐direction  antiterroriste  avaient  une  bonne  
raison   de   ricaner,   et   d’enfoncer   leurs   collègues   gendarmes.   Une   petite   raison  
qui   avait   le   goût   de   la   vengeance,   suite   au   sale   coup   que   la   section   de  
recherches   des   gendarmes   de   Paris   leur   avait   réservé,   dès   le   lendemain   des  
faits.  Ces  enfoirés  étaient  allés  rendre  une  petite  visite  à  la  SNCF  pour  vérifier  la  
présence,   réelle   ou   supposée,   des   policiers   à   Dhuisy.   Pour   vérifier   si   la   DCRI   ou  
la  SDAT  avaient  bien  appelé  les  Chemins  de  fer,  et  quand.  
–   L’investigation   sur   les   appels   téléphoniques,   c’était   sur   ordre   de   la   hiérarchie  
qui   l’avait   mauvaise,   avoua   le   lieutenant.   Mais   ça   n’a   rien   donné,   rien.   Ou,   plus  
exactement,  on  n’a  pas  voulu  aller  trop  loin…  »  
 
 
 
 
 
 
 

 

III.  Demandes  d’actes  

 
A   ce   stade   de   la   procédure   et   compte   tenu   du   peu   de   crédit   qu’il   est   possible   de  
porter  aujourd’hui  au  procès-­‐verbal  D  104,  nous  sollicitons  que  soient  ordonnés  les  
actes  d’instruction  suivants  devenus  essentiels  à  la  manifestation  de  la  vérité  :  
 
-­‐un  déplacement  sur  les  lieux  de  la  filature,  essentiellement  en  Seine-­‐et-­‐Marne,  afin  
que  le  magistrat  instructeur  soit  en  mesure  d’attester  de  l’incompatibilité  existante  
entre   la   réalité   géographique   des   lieux   et   les   constatations   retranscrites   sur   le  
procès-­‐verbal   de   surveillance   litigieux.   Ce   transport   sur   les   lieux   de   ladite  
surveillance  devra  se  faire  en  présence  des  policiers  de  la  SDAT  ayant  participé  à  la  
filature  ainsi  que  ceux  de  la  DCRI.  Et  tout  cela,  en  notre  présence  et  en  présence  de  
nos  clients,  
 
-­‐une   reconstitution   précise   de   la   filature   décrite   entre   3H50   et   4H20,   et   cela   afin  
d’attester  de  l’impossibilité  matérielle  de  celle-­‐ci  en  terme  de  trajet  et  d’horaires  et  
cela   en   présence   de   nos   conseils   en   application   de   l’article   82-­‐2   du   code   de  
procédure  pénale,  
 
-­‐l’audition  en  votre  cabinet  de  Messieurs  VELPOT  et  PANDUR  en  notre  présence  en  
application  de  l’article  82-­‐2  du  code  de  procédure  pénale,  
 
-­‐la  communication  des  registres  des  entrées  et  sorties  des  locaux  de  la  SDAT  aux  fins  
d’établir  que  Mr  VELPOT  était  bien  présent  le  8  novembre  à  3heures  et  13  minutes  
dans  lesdits  locaux,    
 
-­‐l’audition   chef   de   la   SDAT   afin   qu’il   confirme   ou   infirme   l’usage   courant   de   matériel  
d’imagerie  thermique  lors  de  filatures  a  priori  banales,  et  cela  en  notre  présence  en  
application  de  l’article  82-­‐2  du  code  de  procédure  pénale,  
 
-­‐l’audition   en   votre   cabinet   de   Monsieur   Patrick   CALVAR,   Directeur   central   du  
renseignement  intérieur,  aux  fins  qu’il  puisse  confirmer  ou  infirmer  la  classification  
des  informations  contenues  dans  les  sept  questions  posées  aux  fonctionnaires  de  la  
DCRI  ayant  invoqué  à  l'unisson  la  protection  du  secret  de  la  défense  nationale  pour  
refuser   d'y   répondre,   cela   en   notre   présence   en   application   de   l’article   82-­‐2   du   code  
de  procédure  pénale,  
 
-­‐   l’audition   par   vos   soins   et   en   votre   cabinet   des   fonctionnaires   de   la   DCRI   s'étant  
abrités   derrière   l'article   413-­‐9   du   code   pénal,   dans   l’hypothèse   où   Monsieur   le  
Directeur   central   du   renseignement   intérieur   considèrerait   que   certaines   questions  
posées   auxquelles   lesdits   fonctionnaires   de   la   DCRI   ont   refusé   de   répondre   ne  
portent  pas  atteinte  au  secret  de  la  défense  nationale,  et  cela  en  notre  présence  en  
application  de  l’article  82-­‐2  du  code  de  procédure  pénale,  
 
-­‐Postérieurement   à   cette   audition,   la   déclassification   de   chacune   des   informations  
ou   procédés   (article   413-­‐9   du   code   pénal)   dont   Monsieur   le   Directeur   central   du  

renseignement  intérieur  aurait  confirmé  le  caractère  «  secret  défense  »,  
 
-­‐  l'identification  des  numéros  de  téléphones  portables  personnels  ou  professionnels  
des  agents  de  la  DCRI  à  l'époque  de  cette  surveillance,  cette  information  ne  pouvant  
en  effet  porter  atteinte  au  secret  de  la  défense  nationale  près  de  cinq  années  après  
les  faits,  
 
-­‐  l'exploitation  et  l’analyse  de  l’utilisation  par  les  agents  de  la  DCRI  de  leur  téléphone  
portable  au  cours  de  ladite  surveillance,  
 
-­‐   l’audition   de   MM   WILSON,   BOUTCARRÉ   et   HAMADACHE   en   votre   cabinet   et   en  
notre   présence,   en   application   de   l’article   82-­‐2   du   code   de   procédure   pénale,   aux  
fins   que   tous   deux   s’expliquent   sur   le   caractère   mensonger   de   certaines   de   leurs  
dépositions,      
 
-­‐l’identification   par   la   Sous-­‐Direction   Antiterroriste   de   l’agent   de   sexe   masculin  
présenté   dans   le   livre   du   journaliste   David   DUFRESNE   sous   le   sobriquet   «  Softail  »,  
aux   fins   qu’il   confirme   avoir   travaillé   sur   la   surveillance   litigieuse   et   étaye   ses   propos  
selon  lesquels  :    
«  Nous, on était sur le train Castor. Et il ne passait pas par là… En fait, on va
apprendre les sabotages des caténaires par France Info… Et là on pige ce qui
s’est passé. »
 
-­‐l’expertise   des   Cd-­‐roms   contenant   les   bornages   téléphoniques   requis   par   la  
gendarmerie  aux  fins  d’en  attester  l’authenticité,  
 
-­‐l’audition  de  Mr  Gradon  aux  fins  de  le  voir  confirmer  la  réception  de  deux  appels  de  
Mr  WILSON  le  Samedi  8  novembre  2008  à  5H30  du  matin,  ainsi  que  le  contenu  de  
leurs   conversation,   et   ce   en   votre   cabinet   et   en   notre   présence   en   application   de  
l’article  82-­‐2  du  code  de  procédure  pénale.  
 
 
Vous  remerciant  de  l’accueil  et  de  l’attention  que  vous  porterez  à  la  présente,  
 
Nous  vous  prions  de  croire,  Madame  le  Juge,  en  l’assurance  de  notre  parfaite  
considération.    
 
 
 
 
Marie Dosé
William Bourdon
Avocat à la Cour
Avocat à la Cour
 

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful