Vous êtes sur la page 1sur 19

22 Radjab 1436 - Lundi 11 Mai 2015 - N°15434 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

ALGÉRIE - TANZANIE

Le Président Bouteflika s’entretient avec le Président Jakaya Mrisho Kikwete

LE PRÉSIDENT TANZANIEN SOULIGNE LA VOLONTÉ DE SON PAYS DE RENFORCER SA COOPÉRATION AVEC L’ALGÉRIE
LE PRÉSIDENT TANZANIEN SOULIGNE
LA VOLONTÉ DE SON PAYS DE RENFORCER
SA COOPÉRATION AVEC L’ALGÉRIE
Le Président tanzanien
reçoit M. Sellal
Le Directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani
Hamel s’entretient avec son homologue tanzanien

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’est entretenu, hier, avec son homologue tanzanien, Jakaya Mrisho Kikwete, en visite d’État de trois jours en Algérie. Cette visite, qui vient renforcer les relations traditionnelles de fraternité et de solidarité entre l’Algérie et la Tanzanie, a offert l’occasion aux deux Chefs d’État, de procéder à une évaluation exhaustive de la coopération bilatérale et d’examiner les voies et moyens de l’approfondir et de développer un partenariat mutuellement avantageux. À l’issue de l’audience que lui a accordé le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, le Président tanzanien a indiqué que sa visite était un succès.

P. 3

SÛRETÉ NATIONALE

Ph. Billal
Ph. Billal

Unmémorandum

d’accordpour

laformation

etl’échange

d’expériences

P. 7

Ph. Nacéra I.
Ph. Nacéra I.

EN PRÉSENCE DE LA MINISTRE DE LA CULTURE NADIA LABIDI

Ouverture de l’exposition temporaire des œuvres restituées

P. 4

de l’exposition temporaire des œuvres restituées P. 4 TAYEB ZITOUNI À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ « 90 %

TAYEB ZITOUNI À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

« 90 % des lieux historiques recensés »

P. 4

ACCIDENTS DE LA ROUTE

20 blessés, dont 18 collégiens, à Mostaganem

P. 9

AMÉLIORATION DU SERVICE PUBLIC

Création de 8.000 postes de préposé à l'état civil et 30.000 postes de guichetier au niveau des APC

P. 6

DéCoLonisation Du sahara oCCiDentaL

DéCoLonisation Du sahara oCCiDentaL Attachement de l’UA au droit à l’autodétermination ● Copesa : « La

Attachement de l’UA au droit à

l’autodétermination

Copesa : « La France et le Maroc sont complices de la barbarie contre le peuple sahraoui »

PP. 12-13

2

2 EL MOUDJAHID M É T É O ENSOLEILLÉ Au Nord, prédominance du soleil en cours

EL MOUDJAHID

M É T É O ENSOLEILLÉ Au Nord, prédominance du soleil en cours de journée.
M É T É O
ENSOLEILLÉ
Au
Nord, prédominance
du soleil
en
cours de journée.
Les vents seront modérés près des côtes
et faibles vers l'intérieur.
La mer sera peu agitée à agitée.
Sur les régions du Sud, le temps sera en-
soleillé en cours de journée.
Les vents seront faibles à modérés avec
quelques soulèvements de sable locaux.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (29 - 13°), Annaba (28 - 14°), Bé-
char (36 - 22°), Biskra (36° - 22°), Constan-
tine (33° - 13°), Djelfa (32° -
17°), Ghardaïa
(33°
- 21°), Oran (28°
-
14°), Tamanrasset (35°-
- 16°), Sétif (31°
19°), Tlemcen (32°
- 15°).
AGENDA CULTUREL CE MATIN À 10H À LA BIBLIOTHÈQUE DU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

AGENDA CULTUREL

CE MATIN À 10H À LA BIBLIOTHÈQUE DU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

Conférence de presse sur la 2 e édition du Festival international du rire d’Alger

À l’occasion de la tenue, du 13 au 16 mai, de la 2 e édition du Festival international du rire d’Alger, « Algé’Rire Comedy », par Bro- shing Event’s, une conférence de presse sera organisée, ce matin à 10h à la bibliothèque du palais de la Culture Moufdi-Zakaria, pour exposer les grandes lignes de cette manifes- tation, mais également du « National Algé’Rire », concours national révélant les meilleurs talents en Algérie.

DEMAIN À 11H AU CLUB DES MEDIAS - SALLE ATLAS - BEO

Conférence de presse de l’artiste Leïla Boursali

l’Office National de la Culture et de l’In- formation (ONCI), dans le cadre de ses acti- vités culturelles et artistiques de l’année 2015, en partenariat avec l’ENTV et l’ENRS organise une conférence de presse qu’ani- mera l’artiste Leïla Boursali, à l’occasion de la sortie de son nouvel album Nouba Housn Es-Selim, demain à 11h au Club des médias - salle Atlas - BEO.

DEMAIN À 17H30 À L’INSTITUT CULTUREL ITALIEN

Projection du film

le Chiavi di Casa en VOSTF

La projection du film le Chiavi di Casa, en VOSTF, de Gianni Amélio, sorti en 2004, aura lieu, demain à 17h30, à la salle polyva- lente de l’Institut culturel italien d’Alger.

LE 13 MAI À 17H AU PALAIS DU BEY À CONSTANTINE

Ouverture de l’exposition "Constantine, regards croisés, patrimoine et culture"

La délégation de l'Union européenne en Algérie organise la cérémonie d'ouverture de l'exposition "Constantine, regards croisés, patrimoine et culture" le 13 mai au Palais du Bey à Constantine à 17h.

M. Necib à Mila et Oum El-Bouaghi Le ministre des Ressources en , M. Hocine

M. Necib à Mila et Oum El-Bouaghi

Le ministre des Ressources en , M. Hocine Necib, effectue, au-

présidera, ce

en , M. Hocine Necib, effectue, au- présidera, ce environnement et économie ». Yousfi à Saïda

environnement et économie ».

Yousfi à Saïda

roduit pétroliers.

A 11H

et économie ». Yousfi à Saïda roduit pétroliers. A 11H la Radio Affaires reli- M. MohamedAissa,

la Radio

Affaires reli- M. MohamedAissa, sera l’invité

des Wakfs et la wilaya de Ain 12 et 13 mai à la maison de la

présidera demain la cérémonie

COMMUNICATION

Hamid Grine effectuera, aujourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans les wilayas de Jijel et de Bejaia

Au programme, des visites au niveau des radios lo- cales et de télédiffusion d’Algérie, en vue d’évaluer les avancées et les attentes, et d’examiner les voies et moyens d’une plus grande dynamisation du secteur.

voies et moyens d’une plus grande dynamisation du secteur. eau jourd’hui et demain, une visite de

eau

jourd’hui et demain, une visite de travail et d’inspection dans les wi- layas de Mila et d’Oum El-Bouaghi.

CE MATIN À 8H À L’ENSSMAL – DÉLY IBRAHIM

Conférence internationale sur les interactions « Aquaculture, environnement et économie »

Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, M. Sid-

Ahmed Ferroukhi,

matin à 8h, à l’École nationale supé- rieure des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral de Dély Ibrahim, l’ouverture de la confé- rence internationale sur les interac-

tions « Aquaculture,

rence internationale sur les interac- tions « Aquaculture, Le ministre de l’Energie, M. You- cef Yousfi,

Le ministre de l’Energie, M. You- cef Yousfi, effectue aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya de Saïda, en vue de s’enquérir de plu-

sieurs projets d’électricité, de gaz et

de p

CE MATIN

AU CENTRE CULTUREL

AISSA MESSAOUDI

Mohamed Aissa invité

du Forum de

Le ministre des gieuses et des Wakfs,

du Forum de la Radio, ce matin du 11h à 13h, au cen- tre culturel Aissa Messaoudi.

LES 12 ET 13 MAI À AIN DEFLA

Le 11 e colloque international du rite malékite

Sous le haut patronage du Président de la Répu-

blique, M. Abdelaziz Bouteflika, le ministère des Af-

faires religieuses et Defla organisent les

culture de la wilaya de Ain Defla, le 11 e colloque in-

ternational du rite malékite.

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs,

M. Mohamed Aïssa,

d’ouverture en présence de plusieurs personnalités re- ligieuses du monde arabe.

ACTIVITÉS DES PARTIS

CET APRÈS-MIDI À 13H

TAJ : réunion du bureau politique

La réunion du bureau politique de TAJ, aura lieu cet après-midi à 13h au siège national du parti à Dély Ibra- him sous la présidence de M. Amar Ghoul président du parti.

CET APRÈS-MIDI À 14H30

FLN : réunion du bureau politique

Le bureau politique du Front de libération nationale se réunira cet après-midi à 14h30 au siège du parti, sous la présidence du secrétaire général, M. Amar Saâdani.

CET APRÈS-MIDI À 15H À LA CACI

Rencontre d’affaires algéro-allemande

Dans le cadre de la visite d’une délégation d’hommes d’affaires allemands à Alger du 10 au 13 mai, une ren- contre d’affaires sera organisée cet après-midi à 15h au siège de la CACI, qui sera rehaussée par la présence de M. Peter Ramsauer, président de la Chambre de Com- merce et d’industrie arabo-allemande (GHORFA), et M. Benamor, président de la CACI.

CE MATIN À 10 HEURES Le professeur Hacène Chibane invité du forum santé Le forum

CE MATIN À 10 HEURES

Le professeur Hacène Chibane invité du forum santé

Le forum santé d’El Moudjahid, rece- vra ce matin, à 10 heures, le professeur Hacène Chibane, président de l’Associa- tion de la Société algérienne de l'hyperten- sion artérielle (SAHA).

algérienne de l'hyperten- sion artérielle (SAHA). MERCREDI 13 MAI À 10 HEURES La basketteuse Whitney

MERCREDI 13 MAI À 10 HEURES

La basketteuse Whitney Christian Houston invitée du Forum Sport

Le Forum Sport d’El Moudjahid, recevra, mercredi 13 mai, à 10 heures, la basketteuse Whitney Christian Houston et M. Bentahar Malek, président du Club Olympic d’Alger.

CET APRÈS-MIDI À 16H À L’HÔTEL SAFIR D’ALGER

Célébration de la journée mondiale de la Liberté de la presse

Dans le cadre de la journée mondiale de la Liberté de la presse, et à titre de reconnaissance pour les efforts déployés par les entreprises de presse, no- tamment le quotidien national El Moudjahid, l’APW d’Alger organise, cet après-midi à 16h, à l’hôtel Safir d’Alger, une cérémonie de célébration de l’évènement qui sera rehaussée par la présence du wali d’Alger et du président de l’APW d’Alger.

DEMAIN À 10 HEURES À L’INSTITUT IBN-BADIS (CONSTANTINE)

Hommage au cheïkh Mustapha Boughaba

Le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec l’Association Machaal Echahid et la Fondation Abdelhamid Ibn Badis, or- ganise, demain, à 10 heures, une conférence historique sur la participation des étudiants de l’Institut Ibn-Badis, dans la conservation de l’identité na- tionale et leur engagement dans la Révolution de Novembre. Cette confé- rence se veut un hommage aux étudiants martyrs et au moudjahid cheïkh Mustapha Boughaba.

JUSQU’AU 18 MAI APW d’Alger : « Commune propre » Dans le cadre du concours
JUSQU’AU 18 MAI
APW d’Alger : « Commune propre »
Dans le cadre du concours « Commune propre », organisé par la com-
mission santé, propreté et protection de l’environnement de l’APW d’Al-
ger, une commission d’évaluation des communes et des circonscriptions
administratives effectuera des sorties sur terrain, à 8h, à partir du siège de
l’APW, selon le programme suivant :
Aujourd’hui: Bordj El-Kiffan à 11h, Bordj El-Bahri à 14h, El-Marsa
à 16h, Aïn Taya à 17h.
Demain : El-Harrach à 9h30, Oued Smar à 11h, Bourouba à 14h et
Bachdjerrah à 16h.
13 mai : Hussein-Dey, 9h30, El Makaria 11h, Kouba, 14h et Moha-
med Belouizdad à 16h.

DEMAIN À 10H À L’ÉCOLE SUPÉRIEURE DE POLICE – CHÂTEAUNEUF

Conférence-débat d’Abderrahmane Mebtoul

À l’invitation de la direction générale de la Sûreté nationale, le profes- seur Abderrahmane Mebtoul animera, demain à 10h, à l’École supérieure de police de Châteauneuf, une conférence-débat sur « La situation de l’éco- nomie algérienne et l’impact de la baisse des cours de pétrole sur les équi- libres macro-économiques et macro-sociaux de l’Algérie 2015/2020.»

CET APRÈS-MIDI À 13H45 À L’INESG

« Système éducatif en Algérie : enjeux et perspectives »

L’Institut national d’études de stratégie globale organise, cet après-midi à 13h45 en son siège, une table ronde portant sur le thème « Système éducatif en Algérie : enjeux et perspectives », animée par M. Haddab Mustapha, expert en éducation.

DEMAIN À LA SALLE MOHAMED ZINET – RIADH EL-FETH 9 e édition du Salon national
DEMAIN À LA SALLE
MOHAMED ZINET –
RIADH EL-FETH
9 e édition du Salon national
du recrutement
La 9 e édition du Salon national du
recrutement aura lieu les 12 et 13 mai
à la salle Mohamed-Zinet – niveau
108, à Riadh El-Feth. L’inauguration est prévue, demain à 9h30.
MERCREDI 13 MAI À 8H30 À L’HÔTEL SOFITEL

MERCREDI 13 MAI À 8H30 À L’HÔTEL SOFITEL

MERCREDI 13 MAI À 8H30 À L’HÔTEL SOFITEL

Célébration de la journée mondiale de l’Hypertension artérielle et Diabète

L’association d’aide aux hypertendus de la wilaya d’Alger célébrera la 7 e journée mondiale de l’Hypertension artérielle et Diabète, le mercredi 13 mai à 8h30 à la salle Ben-Bouali, de l’hôtel Sofitel.

Lundi 11 Mai 2015

N

a t io n

3

EL MOUDJAHID

ALgéRIE-TANzANIE

Le Président Bouteflika s’entretient avec son homologue tanzanien

L e Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’est entretenu hier, avec son homologue tanzanien, Jakaya Mrisho

Kikwete, en visite d’Etat de trois jours en Al- gérie. L’entretien s’est déroulé en présence du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre d’Etat, directeur de cabinet de la présidence de la Rép ires étrangères, Ramtane Lamamra, du ministre de l’Industrie et des Mines,Abdeslem Bouchouareb et du mi- nistre délégué chargé des Affaires maghrébines

et africaines, Abdelkader Messahel. Le Prési- dent tanzanien avait entamé samedi dernier, une visite d’Etat en Algérie à l’invitation du Président de la République, Abdelaziz Boute- flika. Cette visite qui vient renforcer les relations traditionnelles de fraternité et de solidarité entre l’Algérie et la Tanzanie, offrira l’occasion de «procéder à une évaluation exhaustive de la coopération bilatérale et d’examiner les voies et moyens de l’approfondir et de développer un partenariat mutuellement avantageux».

et de développer un partenariat mutuellement avantageux». Le Président tanzanien souligne la volonté de son pays

Le Président tanzanien souligne la volonté de son pays de renforcer sa coopération avec l’Algérie

Le Président tanzanien, Jakaya Mrisho Kikwete a affirmé, hier à Alger, que sa visite en Algérie visait à consolider les relations de coopération bilatérale dans divers domaines notamment économique. Dans une déclara- tion à la presse à l’issue de l’audience que lui a accordée le Président de la République, Ab- delaziz Bouteflika, le président tanzanien a indiqué que sa visite d’Etat en Algérie était un «succès» soulignant que les deux parties œuvraient en faveur d’une coopération «plus forte» notamment dans le domaine écono-

mique. Qualifiant les relations bilatérales de «solides», l’hôte de l’Algérie a rappelé que de «nombreux étudiants et étudiantes tanzaniens suivaient leurs études en Algérie dans diffé- rentes spécialités, notamment la médecine et l’ingénierie» estimant qu’il s’agit d’une «contribution de la part de l’Algérie au déve- loppement de la formation des ressources hu- maines de son pays». Par ailleurs, le Président tanzanien a rappelé la découverte de res- sources naturelles dans son pays, exprimant la volonté de la Tanzanie de «tirer profit de

l’expérience algérienne dans le domaine éner- gétique et la formation des cadres». Il a ap- pelé, dans ce sens, les hommes d’affaires algériens à investir en Tanzanie tout en an- nonçant une prochaine visite d’une délégation d’hommes d’affaires algériens en Tanzanie pour examiner les opportunités d’investisse- ment. M. Kikwete n’a pas manqué de mettre en avant les «relations historiques séculaires unissant les deux pays» rappelant que l’Algé- rie et la Tanzanie étaient parmi les «premiers pays à avoir soutenu le mouvement de libéra-

tion en Afrique d’autant plus que l’Algérie et

la Tanzanie, a-t-il dit, ont abrité de nombreux

militants du continent à l’instar de Nelson Mandela. «On ne saurait écrire l’histoire de

la libération en Afrique sans citer l’Algérie»,

a tenu à souligner le Président tanzanien.

S’agissant des questions internationales, il a affirmé que l’Algérie et la Tanzanie n’ont cessé d’œuvrer dans les fora internationaux

en faveur de la paix et de la stabilité en Afrique et dans le monde».

Le Président tanzanien reçoit M. Sellal

Le Président tanzanien, Jakaya Mrisho Kikwete, a reçu dimanche à Alger, le Premier ministre, Abdel- malek Sellal. L'audience s'est déroulée à la rési- dence d'Etat de zéralda, en présence du ministre des Affaires étrangères, Ram- tane Lamamra, du ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb et du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. Le Président tanzanien avait entamé samedi der- nier, une visite d'Etat de trois jours en Algérie à l'in- vitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Cette visite «qui vient renforcer les re- lations traditionnelles de fraternité et de solidarité entre l'Algérie et la Tanza- nie, offrira l'occasion de

Ph : T. Rouabah
Ph : T. Rouabah

procéder à une évaluation exhaustive de la coopéra- tion bilatérale et d'exami- ner les voies et moyens de l'approfondir et de déve- lopper un partenariat mu- tuellement avantageux», avait indique la présidence de la République. Les en- tretiens qui se dérouleront entre les deux chefs d'Etat «permettront également de

passer en revue les ques- tions régionales et interna- tionales d'intérêt commun, notamment au niveau du continent africain où les deux pays jouent un rôle de premier plan en faveur de la paix, du développe- ment et de l'intégration continentale», avait ajouté la même source.

M. Bensalah offre un dîner en l’honneur du Président tanzanien

Le président du Conseil de la nation, Abdelka- der Bensalah, a offert à la résidence d’Etat Djenane El-Mithak (Alger), un dîner en l’honneur du Pré- sident tanzanien, Jakaya Mrisho Kikwete, en visite d’Etat en Algérie. Etaient présents au dîner, de hauts responsables de l’Etat, des membres du gou-

vernement, ainsi des représentants du corps diplo- matique accrédité à Alger. Le Président tanzanien a entamé hier, une visite d’Etat de trois jours en Algérie à l’invitation du Président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika.

Le Directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, s'entretient avec son homologue tanzanien

Le Directeur général de la Sû- reté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, s'est entretenu hier à Alger avec son homologue tanzanien l'inspecteur général de la police de la Tanzanie, Ernest Junbe Mango. La rencontre s'ins- crit dans le cadre de la visite d'Etat de trois jours qu'effectue le Prési- dent tanzanien, Jakaya Mrisho Kikwete, en Algérie à l'invitation du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. RéfORME Du CONSEIL DE SéCuRITé Réparer une injustice

RéfORME Du CONSEIL DE SéCuRITé

Réparer une injustice historique à l’égard de l’Afrique

Le combat de l’Afrique pour une repré- sentation au sein de l’ONu conforme à ses aspirations continue. Les pays africains n’en- tendent pas renoncer ou baisser les bras, et ce même s’ils sont conscients que ce combat, mené depuis plusieurs années, ne sera pas fa- cilité par certains Etats membres, qui tout en estimant que la réforme de l’organisation onusienne, notamment son Conseil de sécu- rité est une nécessité imposée par l’évolution mondiale, œuvrent dans les coulisses pour le non aboutissement de la revendication du Continent noir. Preuve en est, le constat fait par ministre desAffaires étrangères, Ramtane Lamamra, à Livingstone (zambie) où s’est tenu le Sommet du comité des dix sur la ré- forme du Conseil de sécurité. Très peu de dé- veloppements positifs ont été enregistrés sur la voie de la concrétisation des efforts pour que le Conseil de sécurité, l’organe exécutif de l’ONu, reflète la composante de notre or-

ganisation universelle et le rendre plus repré- sentatif des peuples et leurs aspirations » a déploré le MAE selon l’APS. «La 11 e série de négociations intergouvernementales en cours à New York a vu, encore une fois, les différents groupes d’intérêts réitérer leurs po- sitions traditionnelles au sujet de la réforme sans aucun résultat concret», a-t-il noté. L’Afrique, soucieuse de corriger l’«injustice historique» en matière de représentation dans cet organe dont elle est victime, revendique au moins deux sièges permanents avec tous les privilèges et prérogatives des membres permanents, y compris le droit de veto et cinq sièges non permanents. Des sièges qui conforteront la représenta- tion de l’Afrique au Conseil de sécurité et re- flèteront son poids réel dans les relations internationales et l’économie mondiale.Ainsi pour l’Afrique, l’objectif est, selon Consen- sus d’Ezulwini défendu par l’ensemble des

pays africains, et réaffirmé par la déclaration de Syrte « d’être pleinement représentée dans tous les organes de prise de décisions des Na- tions unies, particulièrement au Conseil de sécurité qui est le principal organe de prise de décision des Nations unies pour les ques- tions liées à la paix et à la sécurité internatio- nales». Plus encore, pour l’Afrique, revendiquer le droit de veto, accordé à ce jour à cinq pays seulement, Etats-unis, france, Royaume- uni, Chine et Russie, est perçu comme une « question de justice pour tous ». Car si l’Afrique est opposée au maintien de ce droit de véto, elle estime cependant que «tant qu’il existera, il doit être accordé à tous les mem- bres permanents, anciens et nouveaux». Reste que face à l’adversité, les pays africains doivent rester solidaires et ne pas renoncer. «La position conservatrice qui ne rend pas justice à l’Afrique ne doit cependant pas

ébranler notre foi dans la poursuite de notre légitime revendication jusqu’à son aboutis- sement», a-t-il insisté. Car il n’y a pas de rai- sons pour que l’Afrique ne soit pas impliquée, de l’avis du chef de la diplomatie algérienne, dans le règlement des crises et conflits de l’Afrique, et ce même s’ils inter- pellent la communauté internationale dans son ensemble. Dans ce sens un travail de lobbying doit être fait. Partant le Sommet du comité des dix sur la réforme du Conseil de sécurité a appelé à encourager les efforts de collaboration avec des groupes dont les positions sont proches avec celle de l’union africaine. L’objectif étant, selon les recommandations adoptées lors de ce sommet, la création des alliances stratégiques et l’achèvement des réformes réelles garantissant à l’Afrique la bonne place au Conseil de sécurité. Nadia K.

Lundi 11 Mai 2015

N

4

a t io n

EL MOUDJAHID

tayEb ZitOuni à bOrdJ bOu-arréridJ :

« 90% des lieux historiques recensés »

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, en visite d’inspection dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, a précisé que son département n’est pas un ministère des licences de taxi et des pensions, comme cela est sous-entendu par certains.

«L e programme du prési- dent de la république nous accorde deux mis-

sions essentielles» a-t-il ajouté, à sa- voir l’amélioration des conditions des moudjahidine, de leurs ayants droits et la préservation du patri- moine moral du pays à travers

l’écriture de l’histoire. pour la première mission, m. Zi- touni a évoqué les centres de repos pour les moudjahidine, les conven- tions signées avec le ministère de la santé et même avec les hôpitaux mi- litaires pour leur prise en charge mé- dicale ainsi que la levée de toutes les contraintes bureaucratiques pour le traitement de leurs dossiers. désormais a-t-il annoncé, ils peuvent prendre les documents dont ils ont besoin dans toutes les direc- tions de wilayas. ils ne sont même pas obligés de fournir des pièces justificatives, avant d’affirmer qu’il n’existe aucun dossier en suspens dans ce domaine. la deuxième mission non moins importante, a-t-il relevé, est la transmission du message des chou- hada et des moudjahidine, indiquant que le ministère n’écrit pas lui- même l’histoire de la révolution. il remet la matière collectée à des chercheurs pour ce faire.

à ce propos, m. Zitouni a an- noncé qu’un travail de recensement de tous les lieux historiques a été en- gagé. «nous n’avons laissé aucun village et aucun quartier a précisé le ministre, qui a estimé le taux de réa- lisation de ce travail à 90 %. l’autre travail dont nous avons la charge, c’est la collecte des témoi- gnages des moudjahidine qui consti- tuent un élément essentiel de l’écriture de l’histoire de la révolu- tion. nous avons octroyé les moyens audiovisuels nécessaires aux différentes kasmas des moud- jahidine, directions de wilaya et les centres de repos pour enregistrer ces témoignages a-t-il dit. nous avons signé des conven- tions avec les différents ministères chargés du dossier comme ceux de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ainsi que la communication pour faciliter cette opération a annoncé m. Zitouni qui a donné comme exemple, celui du musée national du moudjahid qui a remis quatre mille heures d’enregis- trements aux chercheurs. il a salué également les initia- tives prises par des moudjahidine pour écrire leurs mémoires. « il y a une prise de conscience sur la néces- sité d’accorder beaucoup d’impor-

sur la néces- sité d’accorder beaucoup d’impor- tance à ce dossier » a déclaré m. Zi-

tance à ce dossier » a déclaré m. Zi- touni. nous avons signé des conventions avec le ministère de l’Energie pour la réalisation de montages financiers ainsi que pour le financement de films historiques a déclaré m Zitouni.

Des moyens audiovisuels pour enregistrer les témoignages des moudjahidine au sujet des archives détenus à l’étranger, le ministre des moudja- hidine a rappelé qu’il y a un travail qui a été engagé avec le ministère des affaires étrangères pour le récu-

pérer. 12 pays nous ont déjà remis leurs archives. le travail se poursuit a-t-il précisé. pour le cas de la France, il y a un comité commun entre le centre des archives natio- nales avec celui des archives fran- çais. la dernière réunion a eu lieu le 15 avril dernier. Et d’ajouter «nous sommes optimistes à propos de ces fructueux contacts.» le ministre a indiqué que le dé- nominateur commun de tous les al- gériens est la révolution à laquelle ont participé toutes les catégories et toutes les régions du pays. Elle est le ciment du peuple algérien, a-t-il

précisé. m. Zitouni a rappelé que les sacrifices du peuple algérien n’avaient pour objectif que la libé- ration du pays. Que ce soit lors du 8 mai 1945 ou durant la révolution armée, les moudjahidine ont donné leurs vies pour que l’algérie reste debout.acharge pour eux de préser- ver cet héritage et construire le pays, a déclaré le ministre qui a insisté sur la transmission du message des chouhada et des moudjahidine aux jeunes. durant sa visite, m. Zitouni a inspecté le centre de repos des moudjahidine situé dans la localité de Hammam bibane, le mémorial des martyrs, le cimetière des chou- hada et a rencontré les moudjahidine de la wilaya, il a indiqué que cette dernière a connu un développement certain en matière de réalisations destinées à la prise en charge des membres de cette catégorie. au cen- tre de repos, il a donné instruction pour l’élaboration d’un programme culturel et historique pour les visi- teurs. «ils ne sont pas là seulement pour manger et dormir. Vous devez organiser des visites sur les lieux pour les élèves des établissements scolaires qui peuvent côtoyer les moudjahidine qui leur raconteront l’histoire de la révolution» a-t-il dit. F. D.

m. mOHamEd aïssa à tébEssa :

« L’efficacité des membres de la mission du hadj clé du succès du pèlerinage aux Lieux saints »

le degré de «performance et d’ef- ficacité» des membres de la mission

du hadj constituera la «clé» du succès de la prochaine campagne de pèleri- nage aux lieux saints, a estimé hier

à tébessa le ministre des affaires re-

ligieuses et des wakfs mohamed aïssa. au cours d’un point de presse improvisé en marge de sa visite dans

la wilaya, le ministre a indiqué qu’il

a été «convenu avec les autres sec-

teurs concernés par l’accomplisse- ment du Hadj, comme la santé et le

tourisme, de veiller à l’engagement

et à la compétence des membres à dé-

signer pour encadrer la mission natio- nale du Hadj». il sera prochainement procédé, a ajouté m. aïssa, au lance- ment d’actions de formation pour les

membres de la mission ainsi qu’à la désignation, avec le concours du mi- nistère de la santé, de psychologues chargés d’assurer des consultations aux futurs hadjis à la veille du départ

pour l’arabie saoudite. le ministre a insisté sur «la rigueur» qui doit être de mise pour assurer la réussite de l’opération, au travers de la mise en place des conditions nécessaires en

matière de transport, d’hébergement et de restauration en chargeant, pour ce dernier point, des personnels com- pétents pour préparer des repas

«conformes à la cuisine algérienne pour ne pas bouleverser les habitudes alimentaires des hadjis, notamment les plus âgés». a propos du coût du hadj, qui atteint, cette saison, les

a propos du coût du hadj, qui atteint, cette saison, les 412.000 dinars, le ministre a

412.000 dinars, le ministre a précisé

que «sans d’âpres négociations avec les responsables saoudiens et sans le

soutien constant aux hadjis par le pré- sident de la république, abdelaziz bouteflika, le prix aurait pu être de

600.000 da en raison de la dépré-

ciation du dollar sur le marché de change». le ministre avait aupara- vant présidé la cérémonie d’ouver- ture une journée d’étude sur «le discours religieux et les réseaux so- ciaux», organisée au siège de la wi- laya en présence des cadres du secteur. m. aïssa, dans son allocu- tion, a appelé les imams, face à ces réseaux qui ont tendance à les sup- planter dans leurs tâches d’enseigne- ment du coran et de promulgation de

fetwas, à «préserver l’identité natio- nale dans leurs prêches et causeries en mettant en valeur l’histoire du pays les hauts faits de la glorieuse révolution». le ministre a égale- ment mis l’accent sur le rôle dévolu à la mosquée dans l’effort visant à «immuniser la société contre les idées destructrices» et «consolider la référence religieuse nationale». m. mohamedaïssa a clôturé sa visité sur le chantier de réalisation de la grande mosquée cheikh larbi-tébessi, fruit d’un investissement public de 1,7 milliard de dinars, conçue pour ac- cueillir 10.000 fidèles et dont la ré- ception est prévue «avant fin 2015».

En présEncE dE la ministrE dE la culturE nadia labidi

Ouverture de l’exposition temporaire des œuvres restituées

la ministre de la culture, nadia la- bidi, a procédé hier, au musée public national des antiquités d’alger, à l’ou- verture d’une exposition des œuvres restituées de l’étranger, objets d’anciens actes de trafique illicite des biens cul- turels. m me nadia labidi a insisté sur l’obligation de doubler les efforts pour récupérer les biens culturels toujours à l’étranger, dans le cadre de la loi. lors d’un point de presse organisé avant la visite guidée de l’exposition, la ministre de la culture a félicité l’énorme travail du département de la protection des biens culturels qui a réussi à récupérer des œuvres d’impor- tance majeurs.après le masque de Gor- gone, volé en mars 1996 du site antique d’Hippo regius à annaba, retrouvé en tunisie en 2011, le buste de l’ancien empereur romain marcus aurelius (marcaurel) volé à skikda en 1996, re- trouvé aux Etats-unis, le buste d’aïda volé également à skikda la même année et retrouvé en allemagne, ainsi que la toile originale du peintre français Jean- François millet Mère donnant à manger à ses enfants ou La becquée, volée du musée communale d’Oran en 1985, re- trouvée en France en 2001. d’autres médailles et pièces de monnaie de l’époque grecque et romaine, apparte-

Ph : Nacéra
Ph : Nacéra

nant aux rois de France et d’italie, ainsi que d’antiques armes blanches et pisto- lets tels le fusil et le pistolet de silex et l’épée Flissa de dellys, une collection de poterie antique et islamique et des lustres de la mosquée de sidi ramdane de la haute casbah d’alger ont été éga- lement récupérés. «nous devons nous appuyer sur les institutions de compé- tences du ministère de la culture qui travaillent en collaboration avec d’au- tres secteurs afin de récupérer ses œu- vres qui ont été spoliées à l’algérie, le peuple algérien doit jouir de son trésor

qui fait partie de son identité», a indiqué

m me nadia labidi. la ministre de la

culture a mis l’accent sur le trésor ar- chéologique de l’algérie qu’il doit être exploité, tout en citant entre autres, le trésor sous-marin des côtes algériennes comme celui retrouvé au large de Jijel. Elle a réagit, en outre, sur les manus- crits qui restent la propriété de certaines familles. «notre objectif est désormais de sensibiliser les citoyens et l’opinion publique. parfois les gens trouvent des œuvres en ignorant leur valeur archéo- logique. beaucoup de familles préser- vent d’anciens manuscrits. se sont des lègs familiaux auxquels ils tiennent beaucoup. nous respectons ça, mais nous comptons numériser ses trésors et nous songeons à donner des indemni-

tés», a-t-elle fait savoir. Quant à sa réac- tion suite aux propos tenus par la secrétaire générale du parti des travail- leurs, m me louisa Hanoune qui avait ac- cusé la ministre de la culture, de «mauvaise gestion» de son secteur et d’être au centre de «conflit d’intérêts»,

m

me nadia labidi ne s’est pas étalée sur

le

sujet et a déclaré : «ma position est

réfléchie, j’ai dit ce que j’ai à dire, dés- ormais, c’est à la justice de trancher», a-t-elle martelé. Kader Bentounès

m me aïcHa taGabOu à sOuk-aHras :

« Exploiter les centres des sa- voir-faire locaux pour améliorer les produits de l’artisanat »

la ministre déléguée auprès de la ministre du tourisme et de l’artisanat, chargée de l’arti- sanat, aïcha tagabou, a appelé, hier à souk-ahras, à «l’optimi- sation de l’exploitation des centres des savoir-faire locaux pour la formation et l’amélio- ration des produits de l’artisa- nat». présidant l’ouverture d’un stage de formation de 27 tisserandes de la commune de m’daourouch, là, elle a exhorté les responsables à «multiplier ces initiatives qui constituent la raison d’être de ces établis- sements» et un «maillon vital pour le développement du sec- teur». «bien que peu nombreux dans le pays, les centres de valorisation des savoir-faire locaux sont pré- cieux car disposant d’ateliers de formation et d’espaces ouverts aux arti- sans pour assurer la promotion et la commercialisation de leurs produits», a relevé m me tagabou, préconisant l’ouverture de ces centres au plus grand nombre d’artisans. la ministre déléguée a distribué des arrêtés

d’exploitation de locaux dans les centres de m’daourouch (8 locaux et 2

ateliers) et de taoura (3 locaux et 3 ateliers). selon les explications four- nies à cette occasion, 9 centres de valorisation des savoir-faire locaux exis- tent à travers le pays. ils sont situés à El bayadh, naâma, djelfa, Oum El bouaghi, tlemcen, sidi bel-abbès, batna et souk-ahras où deux struc- tures sont ouvertes.

Oum El bouaghi, tlemcen, sidi bel-abbès, batna et souk-ahras où deux struc- tures sont ouvertes. lundi

N

a t io n

5

EL MOUDJAHID

rePrise des Plénières à l’asseMBlée PoPulaire nationale Jeudi Prochain et séance de questions orales

Examen du projet de loi relative à la protection de l’enfant

L’Assemblée populaire nationale reprendra ses travaux, jeudi prochain, lors d’une séance plénière consacrée aux réponses à des questions orales adressées à des membres du gouvernement.

L es travaux se poursuivront la semaine prochaine avec l’exa- men du projet de loi relative à

la protection de l’enfant, qui sera pré- senté au débat général mardi 19 et mer- credi 20 mai. le vote du texte de loi en question se déroulera lundi 25 mai lors d’une séance plénière. à signaler que l’examen du projet de loi ayant fait l’objet d’intenses consultations au niveau de la commis- sion des affaires juridiques, administra- tives et des libertés de l’assemblée, à travers des séries de rencontres et d’au- ditions programmées dans ce cadre avec les spécialistes et les représentants de la société civile et des associations engagées dans la défense des droits de l’enfant, s’est poursuivi tout le mois passé dans l’examen des dispositions du contenu du texte de loi. le projet de loi, au programme des députés, qui a été, pour rappel, présenté par le ministre de la Justice, garde des sceaux, tayeb louh, devant les mem- bres de la commission des affaires ju- ridiques, administratives et des libertés de l’assemblée, constitue un nouveau cadre législatif et juridique pour com- pléter le processus d’application des ré- formes initiées par le Président de la république, abdelaziz Bouteflika, dans le secteur de la Justice. il s’inscrit dans le cadre des méca- nismes de renforcement du système lé- gislatif en introduisant des textes qui devront assurer l’exercice de l’état de droit et la concrétisation des principes des droits de l’homme. il vient conso- lider la législation relative à l’enfant en misant sur la prise en charge de l’en- fance à travers la préservation de la di- gnité de l’enfant, le respect de ses

de la di- gnité de l’enfant, le respect de ses droits, en tenant compte de ses

droits, en tenant compte de ses besoins, et en lui procurant la protection juri- dique nécessaire. c’est dans ce cadre que le dispositif législatif vise à mettre en place des rè- gles et des mécanismes particuliers à la protection de l’enfant, et cela à travers l’actualisation de la législation natio- nale avec les accords internationaux ra- tifiés par l’algérie. d’un autre côté, le projet vise à fa- ciliter le travail des instances chargées de l’enfance et de mettre en place des canaux afin de coordonner leur travail pour concrétiser et appliquer les méca- nismes de protection et d’assurer leur efficacité. il a assuré que le projet de loi puise ses dispositions des principes et des valeurs de l’islam et des dispo- sitions des deux articles 63 et 65 de la constitution, qui insistent sur la protec- tion de l’enfant et sur la récompense des parents d’avoir élevé et pris soin de

leurs enfants. ce projet de loi tire ses dispositions aussi des conventions et des accords internationaux ratifiés par l’algérie, et en particulier la déclara- tion mondiale des droits de l’homme, le Pacte international concernant les droits civiques et politiques et surtout la convention sur les droits de l’enfant. enfin, le projet de loi qui institue la création d’une instance nationale pour la protection et la promotion des droits de l’enfance permettra une meilleure protection de cette catégorie de la po- pulation nécessitant une prise en charge juridique. ladite commission sera présidée par un délégué national pour la protection de l’enfance. Par ailleurs, le texte de loi propose l’institution d’une journée na- tionale consacrée à l’enfant et devra être une date correspondante au jour de la promulgation de la loi. Houria Akram

coMMission des aFFaires éconoMiques, de déveloPPeMent, du coMMerce, de l’industrie et de la PlaniFication

Le projet de loi relative aux opérations d’importation et d’exportation de marchandises examiné

la commission des affaires économiques, de dé- veloppement, du commerce, de l’industrie et de la planification de l’assemblée populaire nationale qui a entamé, la semaine dernière, l’examen du projet de loi amendant et complétant l’ordonnance n° 03-04, concernant les règles générales applicables aux opé- rations d’importation et d’exportation de marchan- dises, poursuit ses consultations en organisant des rencontres et des réunions consacrées à l’audition des experts et des spécialistes des affaires et questions re- levant du projet de loi. en effet, l’examen du projet

de loi fixant les règles générales applicables aux opé- rations d’importation et d’exportation de marchan- dises, qui a été endossé le 30 décembre dernier en conseil des ministres, figure dans le calendrier de l’actuelle session. son débat général en séances plé- nières interviendra à l’issue de l’aboutissement de son examen détaillé au niveau de la commission, sachant que le ministre du commerce, amara Benyounès, a exposé les motifs de son élaboration. l’examen du projet de loi a permis aux membres de la commission d’approfondir la réflexion et a constitué une oppor-

tunité pour les partenaires et opérateurs nationaux d’exprimer leurs observations et propositions. c’est dans ce cadre que la commission a entendu, la se- maine écoulée, le président directeur général du groupe cevital et celui de la promotion de l’inves- tissement, en présence du président de la commission, ahmed saâdani. les travaux d’examen et d’enrichis- sement des dispositions du contenu de la nouvelle loi se poursuivent avec d’autres représentants des tranches relevant du domaine des opérations entrant dans le commerce extérieur. Houria A.

Ghouini Filali, Président du GrouPe ParleMentaire de l’alliance de l’alGérie verte :

« Nous sommes pour une révision consensuelle de la Constitution »

lois promulguées aux fins de publier les textes orga- nisationnels dans les meilleurs délais. Par ailleurs, celui-ci s’est félicité du bon déroulement de la confé- rence, tenue mardi dernier au siège de l’assemblée populaire nationale, et à laquelle avaient pris part le président de l’aPn, le ministre des relations avec le Parlement ainsi qu’un panel d’experts composé es- sentiellement de juristes. dans son intervention, M. Filali a mis l’accent sur l’unité territoriale de l’algé- rie qu’il qualifie de «ligne rouge à ne pas franchir», appelant à la construction d’un état de droit où rè- gnent les principes de justice sociale et d’égalité des chances. M. ould Khelifa a précisé qu’une législa- tion «ne peut être plus forte que si elle traduit les es- pérances des citoyens et leur volonté de mieux gérer les affaires d’intérêt général». en dépit des change- ments nationaux et internationaux, le président de l’aPn avait affirmé que «les principes de la décla- ration du 1 er novembre 1954 sont la référence pour

en présentant les recommandations sanctionnant la journée parlementaire consacrée à «la législation, entre textes et réalité», le président du groupe parle- mentaire de l’alliance de l’algérie verte a appelé à la nécessité de la révision de la constitution qu’il sou- haite «consensuelle et effective». s’exprimant lors d’une conférence de presse, Ghouini Filali a souligné que la nouvelle loi fondamentale consacrera le prin- cipe de séparation des pouvoirs et va garantir l’élar- gissement de l’espace législatif du Parlement. sur sa lancée, le président du groupe parlementaire de l’aav affirme que sa formation «aspire qu’à travers ce texte les députés seront en mesure de réaliser leurs initiatives législatives». dans cette optique, le député pense, entre autres, à la révision de la loi organique 99-02 fixant l’organisation et le fonctionnement de l’aPn et du conseil de la nation, ainsi que les rela- tions fonctionnelles entre les chambres du Parlement et le gouvernement. et revendique la réactivation des

l’état algérien et le repère essentiel des projets de mo- dernisation et de progrès proposés à la société, dont le plus important est la constitution qui souligne que le peuple est la source de tout pouvoir». et d’ajouter :

«nous ne prétendons ni à la perfection ni à atteindre tous les objectifs que nous escomptons en tant que lé- gislateurs, et on ne peut en aucun cas ignorer les ef- forts considérables consentis en vue de développer notre système judiciaire ainsi que les nombreuses lé- gislations adoptées par le Parlement et promulguées par le Président de la république.» aussi, abdelaziz Bouteflika est, avait-il dit, «sou- cieux d’édifier progressivement un état de droit, pré- servant l’algérie des aventures et de la fitna». il précise, par ailleurs, que «si le pouvoir exécutif a la prérogative de contrôler le pouvoir exécutif, celui-ci

a aussi les mécanismes qui lui permettent d’appliquer les lois et le suivi de leur exécution». Fouad Irnatene

Mounir Khaled Berrah, dG de l’ons à l’aPn :

« La défiance vis-à-vis des statistiques officielles est universelle »

que «cette action entre dans le cadre de la coopération euro-méditerranéenne «Medstat» et elle se fixe pour objectif l’étude des tendances récentes, les causes, les déterminants, les dynamiques et consé- quences de la migration internationale et ses interre- lations avec le développement». Berrah n’a pas manqué de mettre l’accent sur la coordination exis- tant entre les acteurs chargés des statistiques et les institutions en algérie, en indiquant que «ce que nous constatons actuellement, c’est que la question de cette coordination peut s’améliorer», avant d’insister sur la nécessité de renforcer la coopération entre les ac- teurs des statistiques et les institutions pour l’unifica- tion des concepts et pour l’uniformisation des définitions utilisées au niveau de tous les producteurs de statistiques», car, a-t-il dit, «cela va nous permet- tre, en conséquence, une meilleure production statis- tique». à une question relative à la défiance vis-à-vis les statistiques officielles, il a répondu que «celle-ci est universelle et ne concerne pas uniquement le sys- tème statistique national». et de poursuivre : «Bien souvent, il y a différence entre le chiffre et le ressenti, comme il y a également, quelquefois, une incompré-

«l’office national des statistiques (ons) a com- mencé les préparatifs du recensement général de la population et de l’habitat programmé pour 2018, dès la fin de l’année 2013», c’est ce qu’a indiqué en subs- tance, hier, le directeur général de cette institution, M. Mounir Khaled Berrah. s’exprimant en marge de son exposé présenté devant la commission des fi- nances et du budget de l’assemblée populaire natio- nale (aPn), il a souligné que «cette mission de recensement sera caractérisée, cette année, par l’in- tégration des technologies de l’information et de la communication (tic), telles que les tablettes (Pda), et cela pour la collecte des informations, l’utilisation de l’image satellitaire pour le suivi et le contrôle des travaux de mise à jour cartographique». s’agissant de la question de la migration interna- tionale, le dG de l’ons a relevé que ses services «sont en train de préparer également un programme pour le recensement de nos émigrés établis à l’étran- ger et des étrangers se trouvant sur notre sol. un pro- gramme qui sera lancé cette année auprès d’un échantillon probabiliste de 90.000 ménages représen- tatifs au niveau national», a-t-il dit, avant de préciser

hension concernant certains concepts, je vous laisse imaginer la suite.» Pour étayer ses dires, le respon- sable a expliqué que cette situation est chose courante parce que «lorsqu’on ne comprend pas bien ce que veut dire tel ou tel indicateur, on va certainement mal l’interpréter». l’hôte de la commission des finances

a rassuré, à cet effet, qu’au niveau de l’ons, «la pro-

duction statistique se fait dans le cadre des normes internationales». il y a lieu de souligner que lors de la présentation de son exposé, le dG de l’ons a mis l’accent sur les principales activités de cet office, en indiquant que «l’ons a pour objectif, entre autres, de promouvoir le snis (système national d’informa- tion statistique), en veillant à l’élaboration, à la dis- ponibilité et à la diffusion d’informations fiables, régulières et adaptées aux besoins des agents écono- miques et sociaux, et d’assurer, dans le cadre du pro- gramme national d’informations statistiques, la disponibilité régulière des données, des analyses sta- tistiques et des études économiques nécessaires à l’élaboration et au suivi des politiques économiques et sociales des pouvoirs publics». Makhlouf Aït Ziane

loi sur l’aviation civile

Le texte examiné par la commission de l’équipement du Conseil de la nation

la commission de l’équipement et du développement local du conseil de la nation a examiné, hier à alger, le texte de loi sur l’aviation civile, présenté par le ministre des transports, amar Ghoul, indique un communiqué du conseil. le texte de la loi 98-06, fixant les règles gé- nérales régissant l’aviation civile, vise à «adapter le cadre réglemen- taire aux changements profonds que connaît le secteur ces quinze der- nières années», a expliqué le minis- tre. il a ajouté que le texte tend aussi à répondre aux exigences de l’orga- nisation de l’aviation civile interna- tionale (oaci), lesquelles prévoient d’«éliminer les disparités qui exis- tent dans les textes législatifs et ré- glementaires régissant actuellement l’aviation civile algérienne», dans le but de «renforcer la crédibilité de l’algérie au-devant des organismes internationaux civils et donner la confiance aux investisseurs dans le domaine du transport aérien». les membres de la commission ont axé leurs interventions sur les mesures et les modalités prévues par ce texte de loi, selon la même source. la commission prépare actuellement son rapport préliminaire sur le texte de la nouvelle loi sur l’aviation ci- vile, a-t-on ajouté. l’assemblée po- pulaire nationale (aPn) avait adopté, fin avril dernier à la majo- rité, ce projet de loi. les amende- ments approuvés par les députés concernent principalement l’attribu- tion des prérogatives de contrôle aé- rien à des personnes physiques et morales algériennes exclusivement.

N

6

a t io n

EL MOUDJAHID

SANTé eT RéFORMe hOSPITALIèRe

Une rencontre sur l’élaboration des stratégies thérapeutiques consensuelles

«Le rôle du médecin généraliste dans la lutte contre le cancer est fondamental», a déclaré, hier à Alger, le professeur Kamel Bouzid, chef de ser- vice d’oncologie médicale du centre anticancéreux Pierre-et-Marie-Curie d’Alger, en marge de la réunion consacrée à l’élaboration des stratégies thérapeutiques consensuelles à l’Institut national de santé publique.

L e professeur Bouzid a expliqué que «le but de ces formations est d’initier les médecins à la

prévention, au diagnostic précoce et la sensibilisation des citoyens au dé- pistage du cancer.» M. Bouzid a es- timé qu’ «il faut changer les habitudes alimentaires des citoyens.» Les spécialistes ont indiqué que «la restauration rapide, qui a ten- dance à proliférer à travers l’ensem- ble du pays, constitue un facteur de risque pouvant être le vecteur de can- cers colorectaux.» De son côté, le professeur chef de service d’oncolo- gie médicale de l’ePh de Rouiba, hassen Mahfouf, a souligné que «la formation des médecins généralistes intervient aussi dans le but de prendre en charge les patients après leurs trai- tements et même ceux qui sont en fin de vie, soit au niveau des structures hospitalières de proximité, soit à do- micile. Les médecins généralistes se- ront la cheville ouvrière du plan anti cancer, chaque mois on prend 30 mé- decins généralistes des wilayas du centre, à savoir, Boumerdès, Alger, Bouira, et Tizi Ouzou et d’autres fa- cultés de médecine.» Il faut dire que cette option est également réclamée

par les praticiens eux-mêmes, puisque le président du Syndicat na- tional des médecins généralistes, le Dr. Abdelhamid Salah Laouar a ap- pelé à maintes reprises, à la formation médicale continue des médecins gé- néralistes « qui doit être institution- nalisée et obligatoire ». Justement, l’appel lancé par ce syndicat pour une participation aux concours d’accès aux grades supé- rieurs des médecins généralistes a été suivi d’effet, puisque le taux des ins- criptions a dépassé les 90%, et cela seulement 10 jours après l’ouverture des inscriptions». Selon lui, «cette première étape constitue une véritable réussite dans l’assainissement du dossier relatif à la progression dans la carrière des médecins généralistes.» Il a souligné que «l’ouverture du dossier de la spé- cialité médecine générale reste la priorité absolue du syndicat durant tout le processus de négociation qui est engagé avec les secteurs concer- nés, car la réhabilitation du médecin généraliste passe par une solide for- mation universitaire de haut niveau et la promotion de cette filière au rang de spécialité, au même titre que les

Ph : Nesrine T.
Ph : Nesrine T.

autres spécialités et à l’instar des pays développés.» A ce titre, le syndicat national des médecins généralistes a plaidé pour une «refonte totale de la formation du médecin généraliste» et «réitère son appel pour être associé à ce projet». Le syndicat insiste égale- ment sur «l’urgence de l’intégration des médecins généralistes dans les différents comités d’expertises, à sa- voir, les médicaments, la CNAS et les expert auprès des tribunaux.»

Aussi, selon lui, «il n’est pas nor- mal que le médecin généraliste, pierre angulaire du système de santé algérien, qui est présent sur les 48 wi- layas prenant en charge tous les pro- grammes nationaux, toutes les maladies chroniques et tous les soins de base, soit exclu totalement de la politique du médicament et de ces différents comités d’expertise». Il a indiqué qu’ «il est primordial d’actualiser les programmes de for-

mation dans le domaine médical no- tamment en direction des médecins généralistes comme cela se fait de par le monde.» Dr. Laouar a estimé que «la forma- tion actuelle est dépassée d’où la né- cessité de réhabiliter le médecin généraliste, car étant présent à travers toutes les régions du pays et le pre- mier qui consulte le patient quelle que soit l’affection.» et d’ajouter : «Ce corps médical apportera sa contribution au plan na- tional de lutte contre le cancer 2015/2019 à travers, notamment le diagnostic précoce des tumeurs, outre l’accompagnement des personnes âgées souffrant de maladies lourdes.» Le ministre de la Santé, de la Po- pulation et de la Réforme hospita- lière, Abdelmalek Boudiaf, a déclaré que «la formation médicale continue reste indispensable au renforcement des connaissances, notamment, à des- tination des médecins généralistes, d’autant plus que la santé de base constitue la pierre angulaire de notre système de soins.» Wassila Benhamed

AMéLIORATION DU SeRvICe PUBLIC

Création de 8.000 postes de préposé à l’état civil et 30.000 postes de guichetier au niveau des APC

Le directeur des ressources humaines, de la formation et des statuts au ministère de l'Inté- rieur et des Collectivités locales, Abdelhalim Merabti, a annoncé, hier à Alger, la création de 8.000 postes de préposé à l'état civil et 30.000 postes de guichetier au niveau de toutes les communes du pays. «Dans le cadre d'une meil- leure prise en charge du service de l'état civil, il a été procédé — en vertu du décret exécutif N°11-334 du 20 septembre 2011 portant statuts relatifs aux fonctionnaires de l'Administration des collectivités territoriales — à la création de deux nouveau postes spécialisés, à savoir gui- chetier et préposé à l'état civil», a indiqué M. Merabti qui présidait l'ouverture d'une session de formation sur la promotion du service public au niveau des communes qui portera en premier lieu sur le service de l'état civil. Ainsi, 8.000 postes de préposé à l'état civil et 30.000 autres de guichetier ont été créés au niveau de toutes les communes du pays, a-t-il indiqué. en 2014, plus de 13.000 fonctionnaires des collectivités territoriales au niveau des communes ont été recrutés, ce qui reflète l'inté- rêt porté par le secteur de l'intérieur et des col- lectivité locales à la promotion de la ressource humaine, a souligné M. Merabti. Le responsa- ble a rappelé que le ministère a procédé à la fa- veur de la stratégie qui vise la promotion du

service public au niveau des communes, à la prise de mesures ayant pour objectif «l'allège- ment des procédures administratives et la ré- duction ou la suppression de certains documents et délais d'étude des dossiers». M. Merabti a également cité les progrès enregistrés dans le domaine de la numérisation des regis- tres de l'état civil, sanctionné par la délivrance de documents de l'état civil informatisés ce qui a contribué à «l'amélioration des prestations of- fertes aux citoyens». L'intervenant a rappelé également les efforts consentis par les parties concernées en matière de délivrance des passe- ports biométriques et de numérisation de la carte grise, du permis de conduire et de la carte d'identité nationale prochainement. Parmi les mesures visant «l'éradication de la bureaucra- tie», M. Merabti a évoqué la décision de sup- pression de la légalisation des copies conformes aux documents originaux par l'administration publique. Le responsable a estimé que cette me- sure «a permis d'alléger la pression au niveau des APC pour se consacrer à des missions qui leurs sont assignées dans le cadre de la loi». S'agissant de la session de formation de cinq jours qui concerne 1.541 chefs de service de l'état civil, l'intervenant à souligné que la for- mation dénote l'intérêt accordé au service de l'état civil au niveau des communes». Il a estimé

que la bonne prise en charge des préoccupations du citoyen, une mission qui relève des préroga- tives des chefs de service de l'état civil, contri- bue au renforcement de la relation entre l'administration et le citoyen. Il a enfin appelé les responsables de cette session de formation à la préservation des acquis réalisés dans le cadre des efforts déployés par le ministère en coordination avec les collectivités locales dan le but de «promouvoir ce service». L'organisation de la session de formation est intervenue dans le cadre de la mise en œuvre du programme de formation lancé en 2014 pour l'amélioration des performances des fonction- naires des collectivités locales. La première ses- sion programmée du 10 au 14 mai en cours, concernera 610 cadres au niveau de 7 centres de formation répartis sur le territoire national.

Des résultats tangibles à Oran Des résultats «tangibles» ont été obtenus en matière d’amélioration du service public dans les administrations à Oran, 18 mois après le lan- cement de cette opération, a affirmé, hier, le wali. S’exprimant à l’ouverture d’une session de formation de 125 cadres de l’etat-civil de 10 wilayas de l’ouest du pays au Centre national de formation du personnel des collectivités lo-

cales (CNFPL), Abdelghani Zaalane a déclaré que «ces résultats renforcent la confiance des citoyens dans les institutions de l’etat». «Des améliorations ont été constatées en une année et demie, grâce aux efforts des cadres des col- lectivités locales, dans le cadre de l’améliora- tion du service public. C’est une action pérenne. La formation donne une valeur ajoutée aux ef- forts déployés», a-t-il souligné. Le premier responsable de la wilaya a ajouté que le secteur de l’etat-civil est «vital et ses ca- dres, dotés d’une grande expérience, doivent bénéficier de méthodes modernes de formation pour améliorer davantage la prise en charge des citoyens», estimant que cette session de forma- tion est une occasion pour échanger les expé- riences. Le wali d’Oran a, en outre, mis l’accent sur la réduction du temps de délivrance des docu- ments officiels, notamment les cartes grises, les cartes nationales d’identité et les passeports, pour mieux concrétiser l’action du gouverne- ment en général et du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, en particulier, visant à améliorer la qualité du service public. Les 125 chefs de services d’etat-civil en formation sont encadrés par des directeurs de la réglementa- tion et de l’administration générale de cinq wi- layas de l’ouest du pays, a-t-on indiqué.

ANNABA

Session régionale de formation au profit de 54 chefs de service

54 chefs de service de l’état civil issus de cinq wilaya de l’est du pays participent depuis, hier àAnnaba, à une session régionale de formation dans le but d’améliorer le service public et d’assu- rer des prestations de qualité au profit des administrés. Ouvrant les travaux de cette session qui durera trois jours, le wali par in- térim, M. Lamine Mostefa, n’a pas manqué de réitérer la volonté des pouvoirs publics à poursuivre les efforts tendant à mieux ser- vir le citoyen dans le domaine de l’état civil et de l’accueil dans les structures de l’administration. L’objectif d’une telle session

Le nouveau service internet Wifi outdoor «WICI» a été lancé, hier à Tiaret, par Algérie Télécoms, a-t-on constaté. Dans une première phase, ce nouveau service est disponible au ni- veau du pôle universitaire «Kermane 1» du chef-lieu de wilaya, abritant les facultés des sciences vétérinaires, des sciences sociales et humaines, des

de formation est de rapprocher le citoyen de l’administration, a- t-il souligné précisant que ce processus a commencé déjà à don- ner des résultats satisfaisants. Deux ateliers de formation ont été constitués sous la conduite d’un représentant du ministère de l’Interieur et des Collectivités locales, M. Ryah Mohamed Lamine, qui a expliqué à l’occasion que 610 chefs de service de l’état civil sont concernés par cette première session de formation à l’échelle nationale. D’autres ses- sions de formation sont prévues au profit des agents de guichets

SeRvICe « WICI »

Le pôle universitaire de Tiaret connecté

des avantages offerts par «WICI», l’usager doit s’identifier au niveau d’une commerciale d’AT pour rece- voir ses identifiants. Après validation, le client pourra recharger sont compte avec l’une des trois cartes prépayées dont le prix varie entre 100 et 1.000 DA. La zone de couverture sera éten- due, dans une seconde phase, aux

de l’état civil et les délégués de signature. Une prime pécuniaire

a permis de valoriser le poste d’agent de guichet de l’état civil,

a fait remarquer ce représentant du ministère de l’Interieur et des Collectivités locales. Toutes les dispositions matérielles et hu- maines ont été prises pour garantir un bon déroulement de cette

session de formation au niveau de l’institut spécialisé de la for- mation et de l’enseignement professionnels Bouhdid de Annaba

B. Guetmi

.

part de leur satisfaction quant aux avantages de ce nouveau service et les facilitations qu’il offre pour la prépa- ration de leurs travaux de recherche. La direction d’AT organise, du 10 au 14 mai courant, une semaine d’infor- mation sur le service «WICI» pour vulgariser en milieu estudiantin l’uti- lisation de ce service.

sciences naturelles et de la vie. Trois résidences universitaires sont égale- ment connectées à ce réseau. Pour ce faire, le pôle universitaire a été équipé de deux stations assurant la mise à la disponibilité des usagers de ce ser- vice, comme l’a expliqué le directeur local du projet «MSAN», Mohamed Benchohra. Pour profiter pleinement

places publiques les plus fréquentées par les habitants de la ville de Tiaret, comme la place des martyrs, a expli- qué la chargé de la communication de la DOT,Assia Benmouhoub, ajoutant que Tiaret est la seconde ville de l’ouest du pays a bénéficier de ce sys- tème après Mostaganem. Interrogés par l’APS, plusieurs étudiants ont fait

Lundi 11 Mai 2015

N a t io n

7

EL MOUDJAHID

sûRetÉ nationaLe

Un mémorandum d’accord pour la formation et l’échange d’expériences

C’est dans la perspective de renforcer la formation des cadres de la Sûreté nationale dans toutes les spécialités, qu’un mémorandum d’accord de partenariat a été signé, hier, entre la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), et l’Institut français des études supérieures de la sécurité et de la justice.

C et accord s’inscrit dans le cadre de la politique adoptée par le secteur de la sûreté nationale

pour renforcer la formation des fonc- tionnaires de la police dans toutes les spécialités. il portera sur le soutien à la formation et l’échange d’expériences en matière de préservation de la sécu- rité. Les documents ont été paraphés par le directeur général de la sûreté natio- nale, le général major, M. abdelghani hamel, et le directeur de l’institut fran- çais des études supérieures de la sécu- rité et de la justice, M. cyrille schott. intervenant à l’issue de la signature du mémorandum, qui s’est déroulée au siège de la DGsn à alger, le général major a mis l’accent sur l’importance de l’échange d’expériences entre les deux parties dans les spécialités liées à la préservation de la sécurité. « Je sou- haite que ce partenariat apporte une va- leur ajoutée à la formation de qualité, que nous recherchons, au profit de nos cadres et à la vision voulue pour l’ap- proche des différentes crises que nous pourrions connaître dans le futur », a- t-il dit. Rappelant que ce partenariat existe depuis 15 années déjà, M. hamel a pré- cisé dans ce contexte que « pas moins de 20 cadres de la police algérienne ont

été formés depuis 2002 ». Dans cette optique, le premier responsable de la DGsn a indiqué que « le mémoran- dum d’accord prévoit la tenue de deux conférences par an, au profit de tous les cadres algériens concernés, et la prise en charge par l’institut français de la formation de quatre fonctionnaires de

police par an », ajoutant que « quatre cadres sont déjà en formation pour l’année en cours ». Le général major a ajouté « des sta-

giaires seront envoyés pour des théma- tiques précises au niveau de l’institut. » Pour sa part, « la DGsn accueillera 120 stagiaires français en 2016… il y aura un échange d’expériences et d’ex- pertises entre les deux parties », a-t-il indiqué. tout en se félicitant de la si- gnature de ce mémorandum, le DGsn

a précisé que son département appuie

toutes les formes de coopération avec

les différents organes de police sur les plans régional et international et ce,

« pour tirer profit des expériences, pro-

mouvoir l’élément humain et d’amélio- rer la performance des éléments de la sûreté nationale », a-t-il dit. Le DGsn a rappelé la dernière for- mation assurée par l’institut, en février dernier, en algérie au profit de cadres de différents secteurs concernés. Par ailleurs, M. hamel a précisé que « la DGsn accorde une très grande impor- tance à la sélection de ses candidats ». en effet, ceux-ci « doivent accumuler d’abord une expérience profession- nelle et détenir un plus à donner en ma- tière de lutte contre le terrorisme et la lutte contre la criminalité d’une ma- nière générale. » qualifiant ce mémorandum de

« nouveau jalon » dans le renforcement

de la coopération bilatérale, le directeur de l’institut français des études supé- rieures de la sécurité et de la justice a

souligné la nécessité d’intensifier l’échange d’expériences et de forma- tion pour réaliser les aspirations des

Ph : Billal
Ph : Billal

« Jeunes », et des formations spéciali- sées dans les domaines de la gestion de crise, de la cybercriminalité et de la sé- curité privée. Pour sa part, M. cyrille schott est officier de la Légion d’honneur et com- mandeur de l’ordre national du mérite. il y a lieu de souligner que l’institut national des hautes études de la sécu- rité et de la justice est un établissement public national à caractère administra- tif placé sous la tutelle du Premier mi- nistre. Le siège de l’établissement est fixé à l’École militaire à Paris. celui-ci in- tervient dans les domaines de la forma- tion, des études, de la recherche, de la veille et de l’analyse stratégique en ma- tière de sécurité intérieure, sanitaire, environnementale et économique ainsi

deux parties. « notre institut veillera à être à la hauteur de vos attentes », a- t-il dit. Dans cette optique il a affirmé que « la coopération entre la DGsn et l’institut s’inscrit dans la durée… cet accord marque une ambition tournée vers l’avenir ». il a, en outre, tenu à sa- luer le « haut » niveau des éléments de la police algérienne. Pour ce qui est du mode de fonc- tionnement de cet établissement, son responsable dira que l’institut organise chaque année au titre de la formation :

une session nationale sécurité et Jus- tice ; une session nationale Manage- ment stratégique de la crise ; une session nationale spécialisée dans la Protection des entreprises et intelli- gence économique ; de même que des sessions régionales spéciales

oRan

En quête d’un équilibre urbanistique perdu

que dans ceux intéressant la justice et les questions juridiques. ses principales missions se concen- trent sur le fait de réunir des responsa- bles de haut niveau, magistrats et cadres appartenant à la fonction pu- blique civile et militaire ainsi qu’aux différents secteurs d’activité de la na- tion, des États membres de l’union eu- ropéenne ou d’autres États, en vue d’approfondir en commun leurs connaissances des questions de sécurité ; préparer à l’exercice de responsabilité des cadres supérieurs, français et étran- gers exerçant leur activité dans les do- maines de recherche couverts par l’institut, promouvoir et diffuser toutes connaissances utiles en matière de sé- curité intérieure, sanitaire, environne- mentale, économique et de justice. il coopère avec les autres orga- nismes chargés de la diffusion des sa- voirs en matière de sécurité nationale, de défense et de justice. Dans les domaines relevant de sa mission, l’institut peut conduire, seul ou en coopération avec d’autres orga- nismes français ou étrangers, des études et des recherches. il peut apporter son concours aux ministères et aux établissements d’en- seignement supérieur et de recherche. en liaison avec le ministre chargé de l’enseignement supérieur, il contribue à promouvoir les enseignements uni- versitaires portant sur les questions de sécurité intérieure, sanitaire, environ- nementale, économique, de droit et de

justice. Sihem Oubraham

oran ne cesse de s’étendre et de se développer dans la démesure en raison d’une urbanisation massive, sans cesse rampante, qui a engendré de nouvelles ruptures entre le centre-ville, formé par le « noyau historique », et les nouvelles exten- sions urbaines. Des extensions et des greffes ur- baines, de plus en plus denses, qui évoluent, le plus souvent, sans cohérence urbaine notamment dans les communes périphériques immédiates telles Bir el Djir, sidi chahmi et un degré moin- dre es-sénia. ces extensions s’intègrent mal avec l’épicentre, constatent les spécialistes. « La vague de constructions de logements, observée ces deux dernières décennies, a accéléré le phénomène de la croissance urbaine, marquée par une forte den- sification, notamment à l’est d’oran, à l’exemple de haï el Yasmine et haï essabah. « ces exten- sions urbaines n’arrivent pas à s’arrimer avec les communes limitrophes », souligne le directeur technique du bureau d’études uRBoR, senouci tahar. ce responsable affirme que cet urbanisme fragmenté a créé des dysfonctionnements néces- sitant aujourd’hui d’importantes corrections et d’autres projets urbains en termes d’installations, d’équipements et d’offres de qualité des services aux résidents. ce déséquilibre est encore plus fla- grant à l’ouest d’oran, notamment dans la zone d’el hassi, où pratiquement tout le flanc du Murdjadjo pose problème, avec ce chapelet d’ha- bitations précaires qui ne cesse de s’étendre le long de la route de la corniche supérieure. Le diagnostic du grand projet urbain d’oran regrou-

pant les communes d’oran, de Bir el Djir, de sidi chahmi, d’es-sénia et el Kerma, révèle d’autres incohérences à plusieurs niveaux, notamment dans la zone ouest, réputée pour sa vocation tou- ristique et la fragilité de ses milieux formés de dunes de sables et l’ empiétement du littoral, ex- pliquent des urbanistes. toute cette situation né- cessite une stratégie urbaine, qui repose sur une orientation technique appuyée par des projets ur- bains novateurs et un traitement qualitatif en termes d’aménagement spatial, un engagement local et l’implication effective des citoyens pour renforcer l’identité de la ville d’oran et de soigner son image.

Oran, une identité à renforcer Pour les spécialistes et des représentants de la société civile, oran doit renforcer sa cohésion avec son port, dont le centre de gravité est le quar- tier sidi el houari, classé patrimoine national. avec notamment ses deux composantes, la pêche- rie et le site de l’ex-calère, le quartier historique de sidi el houari est pratiquement déconnecté du reste de la ville. « tous ces espaces d’importance, qui ont toujours donné vie à la ville, sur les plans social, économique et culturel, ne méritent-ils pas un traitement particulier ? », s’interrogent des ha- bitants de sidi el houari, qui déplorent que tout ce périmètre urbain, formé par le site de l’ex-ca- lère et la pêcherie, soit isolé du site historique. Dans ce sens, M me aïcha haï, enseignante en ar- chitecture à l’usto estime qu’« il est primordial de ressouder, le lien avec l’épicentre », déclarant

que la ville d’oran recèle un potentiel urbain non négligeable qui mérite d’être exploité, embelli ou carrément remodelé. elle rappelle que la question de l’articulation entre le centre-ville et les extensions nouvelles est toujours posée, tout en plaidant pour « un urba- nisme correct ». « La ville d’oran doit changer de visage », soutient un architecte installé à haï akid Lotfi. il souhaite que le prolongement de la frange mari- time, depuis la résidence el Bahia au quartier el Menzeh (ex-canastel) puisse bénéficier d’un meilleur lifting. Pour lui, il est nécessaire de bien aménager cet espace pour accueillir des projets urbains de même dimension que les équipements existants tels que le centre de convention d’oran, l’hôtel Méridien et le boulevard du Millénium. ailleurs, au sud-ouest d’oran, le long du 4 e bou- levard périphérique, ce sont des zones entières qui méritent un traitement urbain particulier. « La ville a besoin qu’on la respecte », souligne ce même architecte.

Un futur pôle urbain Le futur pôle urbain d’oran est situé dans le triangle aïn Beïda-senia-Misserghine. avec ses 1.300 hectares, il constitue une réelle opportunité foncière de l’aire urbaine d’oran. il s’agit d’une ville devant accueillir une population de 200.000 âmes, avec à la clef, un programme mixte de 60.000 logements, d’équipements culturels, de santé, d’éducation, des espaces publics. Les spé- cialistes et les experts en urbanisme indiquent que

ce projet de type « eco-cité », doit être un cadre devant intégrer toutes les dimensions d’une ville moderne. en somme, un « éco-quartier », marqué par le souci d’un développement durable, assis sur un ensemble de normes et de bonnes pratiques, avec ses différentes cibles, à savoir la qualité des constructions (bâtiments intelligents), l’efficience énergétique et une bonne gestion de ressources naturelles et de l’espace. Le directeur technique du bureau d’études uRBoR, senouci tahar, fait savoir que le nouveau PDau, en cours d’élabo- ration, fait cas de cette nouvelle centralité dont a besoin le grand projet urbain d’oran. Dans ce sens, il plaide pour « une démarche intégrée en termes d’opérations ». Pour sa part, le directeur local de l’urbanisme et de la construction, évo- quant l’importance de ce nouveau pôle urbain de 1.300 ha, explique le bien-fondé de la démarche technique et scientifique actuelle dans l’élabora- tion de ce projet d’études de nouvelle-ville d’oran. Pour lui, les signes annonciateurs d’une réelle prises en main sont palpables, en témoignent les projet de travaux publics en cours, pour désengor- ger le grand projet urbain, tels que le 5 e boulevard périphérique, la bretelle devant relier le port d’oran à l’autoroute est-ouest, la nouvelle aéro- gare, l’extension du port, le projet de métro et au- tres projets devant changer le visage d’el Bahia. « Des projets qui vont certainement assurer cet équilibre urbain tant souhaité et recherché », a-t- il ajouté, en conclusion.

RecheRche scientifique

L’Université des sciences et technologies d’Oran dotée d’un équipement de pointe pour la production de silicium

un four à induction, équipement de pointe, a été acquis par l’université des sciences et de la technologie d’oran Mohamed-Boudiaf (usto- MB) à la faveur du programme de coopération algéro-japonais “sahara solar Breeder” (ssB) dédié aux technologies solaires, a-t-on appris hier du manager scientifique et technique de cette opération. “cette dotation est une première en milieu universitaire à l’échelle africaine”, a précisé Pr amine Boudghène stambouli dans une déclara- tion à l’aPs à la veille de la tenue du 5 e forum asie-afrique sur l’énergie durable prévu à l’uni- versité de tsukuba (Japon).

“Le four à induction, dont la mise en service est prévue en juin prochain, permettra à l’usto- MB de produire du silicium à un niveau de pu- reté inégalé par les autres techniques”, a expliqué cet enseignant-chercheur, également co-prési- dent du forum qui se tient au Japon. Le silicium, puisé du sable, est un matériau essentiel dans la composante des cellules photo- voltaïques permettant le captage du rayonnement solaire en vue de sa transformation en énergie électrique. une dizaine de chercheurs algériens accompagne le Pr stambouli au 5 e forum asie- afrique sur l’énergie durable qui a pour objectif d’évaluer l’avancement du programme ssB, le-

quel est à sa cinquième et dernière année d’acti- vité. “sahara solar breeder” (ou élevage de fermes solaires) a donné lieu à l’étude de faisa- bilité d’un projet d’envergure de production élec- trique à partir du sahara en vue de son acheminement vers le nord du pays, via les câ- bles supraconducteurs. trois établissements al- gériens sont partenaires de cette opération, à savoir l’usto-MB, l’université tahar-Moulay de saïda (utMs) et l’unité de recherche en énergies renouvelables en milieu saharien d’adrar (uReR/Ms). La partie japonaise est formée, quant à elle, d’un consortium de huit universités et instituts

de recherche, avec le soutien financier de deux agences japonaises pour la coopération interna- tionale (Jica) et le développement scientifique et technologique (Jsta). Le 5 e forum asie-afrique sur l’énergie du- rable qui se tient cette semaine à l’université de tsukuba s’inscrit dans la continuité d’un agenda établi avec le partenaire japonais pour qu’une rencontre ait lieu chaque année en alternance en algérie et au Japon. Les quatre précédentes éditions ont eu lieu en août 2011 à nagoya (Japon), en mai 2012 à oran, en mai 2013 à hirosaki (Japon) et en mai 2014 à oran.

Lundi 11 Mai 2015

8

N a t io n

EL MOUDJAHID

vIolEnCE à l’éColE

« Laresponsabilitéest partagée», soulignel’inspec- teur général duministèredel’ÉducationàlaChaîneIII

Quelle soit verbale, physique ou psychologique, la violence à l’école suscite les vives préoccupations de la société qui se demande comment faire pour combattre ce phénomène qui prend de l’ampleur, à la vue du nombre de 40.000 cas de violence enregistrés en 2014.

I nvité de la rédaction de la Chaîne III de la radio algé- rienne, hier, M. Medjadi Mes-

seguem, inspecteur général du ministère de l’Education, a affirmé que ces chiffres sont nettement en deçà de la réalité, attribuant cette « transgression violente de l’ordre

scolaire » que représente la vio- lence, à l’environnement « diffi- cile » de certaines écoles, au laisser aller des parents et des enseignants,

à l’absence de contrôle des élèves

à l’entrée de leur établissement,

notamment. Il a ensuite ajouté que le programme d’éducation n’a pas fonctionné, avant de conclure que la responsabilité de cette situation est partagée. Sollicité sur le nombre de 40.000 cas de violence enregistré à travers le pays durant 2014, l’invité admet qu’il est bien en deçà de la réalité, relevant que ce phénomène est en train de prendre de l’am- pleur. D’autres précisions ont été apportées lors de l’émission, s’agissant de 6.099 cas de violence d’élèves à l’encontre des profes- seurs et de 4.029 autres qui sont le fait des enseignants et des person- nels d’établissements à l’encontre

et des person- nels d’établissements à l’encontre des étudiants. «Il y a aussi les vio- lences

des étudiants. «Il y a aussi les vio- lences opposants les élèves entre eux», ajoute M. Medjadi Messe- guem en précisant que cette vio- lence à l’école se décline en termes d’actes de vandalisme, de vio-

lences physiques, de vols, de rackets, et aussi d’usage de stupé- fiants et de consommation d’al- cool. Des exemples concrets de ce phénomène ont été cités à cette oc-

casion, comme l’utilisation de fu- migènes à l’intérieur d’un établis- sement scolaire à Baraki, qui a entraîné d’importants dégâts maté- riels. Des incidents similaires se sont produits également à Hussein

Dey et Blida, a indiqué l’hôte de la radio en précisant que dans tous les cas, les parents des auteurs de ces actes ont du payer les frais de dé- dommagement pour les dégâts oc- casionnés et leurs enfants traduits devant les conseils de disciplines de leur établissement. Réagissant face à cette situation, le ministère de l’Education natio- nale a engagé un important effort de réflexion qui a débouché sur la nécessité d’instituer un plan de pré- vention du phénomène de la vio- lence à l’école. «Il s’agit, précise-t-il de former les enseignants à mieux gérer les classes, a prévenir et gérer les conflits pouvant y survenir. Dans ce cadre, M. Medjadi Messeguem a parlé de renforcement des établis- sements scolaires par des psycho- logues et la relance ou mise en place de conseils d’orientation». D’un autre côté, il annonce la décision du ministère de l’Educa- tion d’établir une étroite coopéra- tion avec les ministères de la Jeunesse et de la Culture, afin de développer les activités culturelles, sportives et de loisirs. Mourad A.

PÊCHE Et RESSouRCES HalIEutIquES

La wilaya de Tizi Ouzou jouera un rôle important dans le programme aquacole national

la wilaya de tizi ouzou va jouer un rôle «très important» dans le programme aquacole national inscrit au titre du plan quinquennal 2015/2019 a indiqué à l’aPS le di- recteur central d’aquaculture au ni- veau du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques (MPRH), Mustapha oussaïd. Ren- contré à azeffoune (60 km au nord- est de tizi-ouzou) à l’occasion du lancement, samedi passé, de la cam- pagne Ports et barrages bleus 2015, ce responsable a expliqué qu’au titre du plan quinquennal 2015/2019, du MPRH, «la wilaya de tizi ouzou va jouer un rôle très important dans la concrétisation du programme national aquacole, des- tiné à augmenter la production al- gérienne de poissons d’élevage». Ce rôle est dicté, notamment par le fait qu’elle est la wilaya pilote dans l’activité aquacole, puisque la première ferme aquacole d’élevage de poisson en mer réalisée à

ferme aquacole d’élevage de poisson en mer réalisée à l’échelle nationale est implantée à Mlata, à

l’échelle nationale est implantée à Mlata, à l’entrée ouest d’azeffoune. «le premier projet d’aquaculture en cages flottantes en mer ouverte, lancé en algérie est celui d’azef- foune, ce qui fait de cette région et de la wilaya de tizi ouzou la loco- motive du programme national

d’aquaculture en mer ouverte», a-t- il souligné. «nous comptons beau- coup sur la ferme aquacole d’azeffoune, qui produit du loup et de la daurade en cages flottantes en mer ouverte, en terme de savoir- faire, d’expertise et de conseils que son gérant est en train de donner

gratuitement et de manière béné- vole aux futurs investisseurs, pour que leurs projets réussissent», a-t- il ajouté. Mustapha oussaid a rap- pelé qu’un programme ambitieux de développement de la filière aquacole en mer ou en eau douce, est tracé par le MPRH à l’horizon 2019 afin d’atteindre une produc- tion nationale de plus de 100.000 tonnes de poisson issue uniquement de l’aquaculture. Ce programme porte notamment sur la réalisation, à travers le terri- toire national, de plus de 600 pro- jets d’aquaculture d’eau douce et en mer ouverte, parmi lesquels 75 projets sont inscrit au titre de l’exercice 2015, dont une vingtaine implantés dans la wilaya de tizi- ouzou, a-t-il précisé. a ce propos, il a indiqué qu’il est prévu l’instal- lation, dans la wilaya de tizi- ouzou de 10 fermes aquacoles d’ici 2019, et dont certaines dont déjà lancées ou en cours d’installation et

parmi lesquelles deux vont entrer en production durant le deuxième se- mestre 2015. le développement de la filière aquacole au niveau natio- nal, va permettre dès l’entrée en productivité des fermes d’élevage programmées, le lancement de la production nationale d’alevins et d’aliments pour poisson, et qui sont importés, vu qu’actuellement l’in- vestissent dans ces deux filières ne sera pas rentable. «la fourniture d’alevins est tri- butaire du lancement des projets, il faut entre 15 et 20 fermes aquacoles pour pouvoir se lancer dans la pro- duction d’alevin et la ferme d’azef- foune dispose d’une écloserie qui est prête a fournir le marché natio- nal au moment opportun», a-t-il ob- servé. quant à la production d’aliments il a remarqué qu’une unité de production doit produire en moyenne un minimum de 20.000 tonnes d’aliments par an pour être rentable.

BouIRa

Un incendie fait d’importants dégâts dans une unité de production de polystyrène

D’importants dégâts matériels ont été causés par un incendie qui s’est déclaré, hier, dans les locaux d’une unité de production de polystyrène dans la ville de Bouira, a-t-on appris auprès des services de la protection ci- vile. le feu, qui serait causé par une étincelle d’origine inconnue et/ou un court-circuit, s’est déclaré dans deux locaux relevant d’une unité privée de production de polystyrène, si- tuée au centre-ville de Bouira, a précisé à l’aPS son directeur Banouh Mouloud. les flammes ont détruit tous les produits et ma- tériels se trouvant à l’intérieur des locaux

d’où se dégageaient d’épaisses fumées, ame- nant les responsables de cette entreprise à évacuer le personnel gagné par la panique, a-t-il dit, soulignant que les «pertes auraient été plus lourdes si ce n’était l’intervention des citoyens et des agents de la protection ci- vile, qui ont pu maîtriser totalement l’incen- die.» «les pertes sont importantes, mais fort heureusement nous ne déplorons aucune perte humaine», a ajouté M. Banou, préci- sant qu’une enquête a été ouverte par les ser- vices de sécurité pour «déterminer les causes exactes de cet incendie et évaluer l’ampleur des dégâts».

éDIfICES Et lIEux PuBlICS

Un répertoire numérique des noms de rues finalisé avant fin juin prochain

un répertoire numérique national des noms de rues, d’édifices et de lieux publics sera établi «aussitôt après l’opération de baptisation à finaliser avant fin juin prochain», a indiqué, hier à Batna, la directrice de la gouvernance locale au ministère de l’Intérieur

et des Collectivités locales, fatiha Hamrit. la même responsable, en visite de travail

dans la wilaya de Batna, a souligné dans une déclaration à l’aPS que l’opération de nu- mérisation, supervisée par des spécialistes, sera achevée «au milieu de l’année 2016».

M me Hamrit a souligné que la précision devra être «de rigueur» pour aboutir à un résultat

conforme aux canons internationaux et qui permettra de porter sur les plans les noms de rues, des édifices et des lieux publics, avec une base de données incluant toutes les com- munes du pays. la directrice de la gouvernance locale a procédé, en compagnie du se- crétaire général de la wilaya de Batna, à la baptisation de la rue du chahid Salah-nezzar,

au centre ville, en présence de membres de la famille de ce martyr. M me Hamrit, qui a également présenté, au siège de la wilaya, un aperçu sur la conduite de l’opération de baptisation, entamée au début de l’année écoulée, a préconisé la mise sur pied d’une cel- lule technique dans chaque commune en vue de mettre à jour le fichier de la toponymie locale.

N

EL MOUDJAHID

a t io n

9

Procès Khalifa banK

La défense s’échine à innocenter son client

Comme à son habitude, Abdelmoumène Khelifa a nié, hier, tous les faits qui lui sont reprochés.

A u cinquième jour du procès, de- vant le tribunal criminel près la cour de blida, il a récusé le fait

d’avoir obtenu le registre de commerce de sa banque avant sa constitution. selon lui, il avait reçu une autorisation provisoire de constitution de la banque,

d’une durée d’une année, et que Khalifa

bank a commencé ses activités deux ou trois mois plus tard dans «la légalité et

le respect des procédures bancaires en

vigueur». ce que le président du tribu-

nal, le juge antar Menouar, a vite fait de lui démontrer qu’il aurait obtenu son re- gistre de commerce avant d’achever la procédure de constitution de la banque,

et cela dans le but de récupérer la partie

du capital qu’il aurait déposée, soit le cinquième du quart du capital global, une somme de 125 millions de Da. les défenseurs de Khelifa, en l’occurrence

M e Merouane boumedhouda et M e nas-

serdine lezzar, ont interrogé leur client sur le financement de sa banque, les bé-

néfices de sa compagnie aérienne Kha- lifa airways, et les facilités de caisse dont il avait bénéficié de la banque de développement local (bDl) de staouéli, ce à quoi celui-ci affirmera n’avoir bé- néficié d’aucun financement, autre que les revenus de ses trois sociétés de fa- brication et de commercialisation de médicaments (KrG), dont une domici- liée en france, aux rentes «importantes

et suffisantes» à même de financer une

banque, selon ses propos. les commis- sions bancaires de Khalifa bank permet- taient une rente qui s’élevait à «plus de 5 milliards Da/jour» et les bénéfices de Khalifa airways étaient «plus impor- tants» a-t-il dit, tout en niant avoir usé des fonds de la compagnie aérienne pour un usage personnel. les facilités

compagnie aérienne pour un usage personnel. les facilités servi à la création de la banque Khalifa.

servi à la création de la banque Khalifa. Âgé de 86 ans, le notaire se tenait diffi- cilement devant la barre. «non Mon- sieur, je n’ai rien commis d’illégal, j’ai la conscience tranquille et tout ce que j’avais entrepris était de bonne foi», a- t-il soutenu, alors que celui-ci compte à son actif l’élaboration d’une vingtaine d’actes liés aux différentes entreprises du groupe Khalifa. l’homme par qui est passé l’acte de naissance de l’empire Khalifa est accusé, notamment, d’avoir enfreint les dispositions légales dans l’élaboration de l’acte de constitution de Khalifa bank. «À ma connaissance, tout s’est fait dans la légalité», s’est-il obs- tiné à répéter aux nombreuses interroga- tions émises par le président de l’audience. l’accusation mentionne, en effet, que ce fonctionnaire, natif de ne- droma (Tlemcen), a «violé» la loi de la monnaie et du crédit, en signant l’acte de constitution sans que les associés de la banque ne daignent verser au Trésor le montant correspondant au quart du

de caisse dont il a bénéficié étaient une procédure «ordinaire» pour toutes les entreprises commerciales en bonne

santé, a expliqué le détenu qui a relevé que le retrait des facilités peut être en es- pèces pour peu que le bénéficiaire en justifie l’usage auprès du fisc. interpellé par sa défense sur son «exil» en 2003, l’accusé a expliqué que s’il était dans son intention de fuir, il l’aurait fait au début en emportant avec lui tout l’argent de sa banque. «Je vou- lais investir en algérie, je n’avais ni biens immobiliers ni comptes bancaires, ni en france, ni aux États-Unis d’amé- rique», a-t-il précisé.

Le notaire de l’empire Khalifa plaide l’ignorance de certaines pratiques après l’audition de rafikabdelmou- mène, le président du tribunal a appelé à la barre l’accusé omar rahal, le no- taire impliqué dans l’affaire pour falsi- fication de documents officiels ayant

TraMwayD’oran

Les travailleurs de la SETRAM maintiennent leur mouvement de protestation

les travailleurs de la sETraM, qui gère le tramway d’oran, en grève depuis le 1 er mai dernier, ont maintenu, hier, leur mouvement de protestation, malgré l’appel de leur syndicat à la re- prise du travail, a-t-on constaté à la sta- tion centrale de sidi Maârouf. les grévistes qui ont effectué, samedi der- nier, une marche le long du tracé du tramway, réclament l’application des dispositions relatives à l’octroi des in- demnités des heures supplémentaires, une meilleure réorganisation de la gestion et le départ de l’actuel direc- teur de la sETraM. les protesta- taires se rassemblent, depuis le début de la grève, devant l’entrée du poste de contrôle de la station centrale. le chargé de communication de la sE- TraM, ryad fehima, a indiqué, à l’aPs, que le tramway d’oran connaît, depuis le 1 er mai, une pertur- bation du trafic suite à un arrêt de tra- vail collectif «illégal, observé sans préavis par une partie du personnel à qui nous lançons, de nouveau, un appel à reprendre le travail». le tribunal d’Es-sénia a déclaré,

le 4 mai dernier, cette grève illégale, a-t-il rappelé, soulignant qu’un service minimum a été assuré pour permettre aux usagers de se déplacer. ces derniers indiquent que l’inter- valle entre les rames est important, ce qui les contraint à se rabattre sur d’au- tres moyens de transport. Des cadres de la société et des agents habilités à la conduite du tramway assurent le service minimum, avec le maintien en activité de 5 à 7 rames et un temps d’attente de 20 à 25 minutes pour les usagers, a fait savoir le chargé de communication de la sETraM, si- gnalant que les 261 agents travail- laient, auparavant, à plein temps (8 heures par jour) et touchaient 32.000 Da/mois. il était prévu que ces agents, re- crutés dans le cadre de cDD (contrat à durée déterminée), soient récupérés au fur et à mesure de l’avancement des travaux de l’extension du tram- way, a-t-il ajouté, rappelant qu’il était convenu, auparavant, qu’une fois la signalisation du tramway opération- nelle, les contrats de travail avec ces

haMMaM boUhaDJar

Un incendie détruit 7 magasins du nouveau centre commercial

même source. il convient de signaler, dans ce contexte, que cet espace com- mercial, réalisé dans le cadre de la lutte contre le commerce informel, était spé- cialisé dans la vente de produits textiles et autres habits inflammables, d’où les importants dégâts enregistrés sur place. les sapeurs-pompiers ont également procédé à l’extinction des feux de deux autres incendies qui ont eu lieu à batna

agents cesseront et que la sETraM a fait l’effort de les recruter en cDi (contrat à durée indéterminée), mais à temps partiel (4 heures par jour) avec un salaire mensuel de 22.000 Da. cependant, le 1 er mai dernier, date de l’entrée en vigueur de leurs nouveaux contrats, les agents de vente et de contrôle et ceux de sécurité sont entrés en grève, sans préavis, a-t-il en- core souligné, ajoutant qu’en avril dernier, le directeur de la sETraM a remis au syndicat un projet de conven- tion collective avec une nouvelle grille des salaires, afin qu’il soit étudié et enrichi et, pour le moment, le syn- dicat n’a pas encore donné de réponse. En marge de l’ouverture d’une ses- sion de formation au profit de cadres des collectivités locales, le wali d’oran, abdelghani Zaâlane, s’est dé- claré, hier, optimiste quant au règle- ment de ce conflit. «Des discussions sont en cours avec la direction de la sETraM pour trouver une solution à la grève des travailleurs du tramway d’oran», a-t- il indiqué.

Un incendie s’est déclaré, hier, au nouveau centre commercial de ham- mam bouhadjar (22 km d’aïn Témou- chent), détruisant sept magasins sur les 17 touchés par les flammes, ont affirmé hier les services de la Protection civile de la wilaya. l’incendie, signalé à 7h30, a été maîtrisé. aucun dégât hu- main n’a été déploré et pas moins de 37 magasins ont été sauvés, souligne la

et à El-oued. le premier, qui a causé des brûlures à 5 personnes, s’est dé- claré dans une habitation au lieudit Er- riche, situé dans la commune d’El-Maâdar. le second s’est déclaré au niveau d’une palmeraie à El-oued, au lieudit lemkacer, commune de Dje- maâ. Pas moins de soixante palmiers productifs ont été brûlés. Soraya Guemmouri

EnlèVEMEnT D’UnE fillETTE À oran

Les deux ravisseurs présumés devant la justice

Deux jeunes de 19 et 21 ans ont été présentés, hier, de- vant le procureur de la république près le tribunal d’oran, pour une affaire d’«enlèvement et de séquestration» dune fillette de 13 ans, selon les services de la Gendarmerie na- tionale. Un des deux ravisseurs présumés a été placé sous mandat de dépôt, tandis que l’autre a été mis en liberté provisoire, a-t-on indiqué de même source. Un citoyen âgé de 59 ans

s’était présenté, jeudi dernier, à la brigade de la Gendarmerie nationale pour déclarer l’enlèvement de sa fille, à sa sortie du cEM la cité dite «coca», par des inconnus. aussitôt en- tamées par les gendarmes de la même brigade, les recherches ont abouti à l’arrestation des deux ravisseurs, une heure plus tard, dans une habitation abandonnée à hauteur de la même localité. l’opération s’est soldée par la libération de la vic- time qui a été confiée à ses parents.

capital, à savoir 125 millions de Da pour ensuite compléter tout le montant en gage de garantie, en cas de faillite, selon la loi en vigueur. fixé à 500 mil- lions de Da, le capital de Khalifa bank était bien en évidence sur les papiers, mais point de versement au niveau du Trésor, selon l’accusation qui signale que Khelifa et ses associés n’ont payé que 80 millions de Da sur trois tranches, correspondantes, d’après le notaire, à la constitution non seulement de la banque, mais d’autres filiales du groupe. «ce que je sais, c’est que les as- sociés se sont engagés à verser le quart du capital au niveau du trésor de Tipasa. après, je ne sais pas ce qui s’est passé», a-t-il affirmé, s’attirant les critiques avi- sées du président. «Mais il vous est in- terdit de signer l’acte de constitution si vous ne constatez pas que l’argent a été réellement libéré», lui a-t-il fait savoir. interrogé ensuite sur l’amendement «il- légal» des statuts de Khalifa bank qu’il a signés, le vieux notaire ne reconnaît pas avoir violé la loi. il estime, à propos de la nécessité d’avoir une autorisation préalable de la banque d’algérie, que «c’est aux associés de ramener cette au- torisation». il faut dire que les change- ments opérés lors de cet amendement sont importants. il s’agit du changement du PDG de la banque et son remplace- ment par abdelmoumène et l’augmen- tation du nombre de ses actions.

«Les actes d’hypothèque sont des feuilles du chou » après le notaire de Khelifa, c’était au tour de l’ex-chef d’agence de la bDl de staouéli (alger) d’être appelé à la barre pour répondre aux chefs d’inculpation d’association de malfaiteurs, de compli-

cité dans la falsification de documents et faux et usage de faux. «Je suis inno- cent et tout ce qui a été dit dans l’arrêt de renvoi relève de l’imagination de l’accusation», a annoncé Mourad i. le président de l’audience le confronte avec ses déclarations faites lors de l’ins- truction, mais l’accusé ne bronche pas. «J’ai signé des PV alors que je ne les ai jamais lus, ce ne sont pas mes propos», a-t-il assuré devant le tribunal. le pré- sident revient à la charge et lui fait ob- server que les déclarations qu’il a signées dans les PV sont les mêmes tout au long de l’instruction. Âgé au- jourd’hui de 52 ans, l’ex-chef d’agence bDl est accusé d’avoir «fermé les yeux» sur les «faux» actes d’hypo- thèque qui ont permis à rafik abdel- moumène Khelifa de bénéficier de deux crédits bancaires de son agence. Une ac- cusation qu’il balaie du revers de la main. «Je n’ai rien falsifié et Khelifa n’a jamais présenté des actes d’hypothèque. il avait bénéficié de deux crédits pour le compte de sa société de pharmacie KrG, l’un quand j’étais directeur, d’un montant de 80 millions de Da, et le se- cond après mon départ, 50 millions de Da. il était solvable et il a remboursé la totalité. il avait les bons de caisse comme garantie bancaire», a expliqué l’accusé qui qualifie les actes d’hypo- thèque de «feuille de choux», sans «au- cune valeur», et nie également s’être rendu au bureau du notaire pour signer les deux actes et soutient qu’il ne connaît pas Djamel G., le clerc du no- taire qu’on accuse d’avoir profité de l’absence du notaire omar pour utiliser son cachet humide et imiter sa signa-

ture. Sid-Ahmed Merabet

acciDEnTs DE la roUTE 20 blessés, dont 18 collégiens, à Mostaganem les unités de la
acciDEnTs DE la roUTE
20 blessés, dont 18
collégiens, à Mostaganem
les unités de la Protec-
tion civile ont enregistré, du
9 au 10 mai, pas moins de
2.360 interventions. selon le
dernier bilan quotidien rendu
public par la cellule de com-
munication de la Direction
générale de la Protection ci-
vile, les sapeurs-pompiers se
sont dépêchés sur les lieux
des accidents et sinistres
pour répondre aux différents
appels de secours, suite à des
accidents de la circulation et
des accidents domestiques, notamment. il était également question d’évacuation
sanitaire, d’extinction d’incendies, etc. Plusieurs accidents se sont, en effet,
produits durant ces dernières 24 heures ; les sept les plus mortels ont fait deux
morts et 40 blessés, souligne le lieutenant bernaoui de la cellule de communi-
cation de la Direction générale de la Protection civile. contacté, hier, par télé-
phone, il indique que le bilan le plus lourd a été enregistré à Msila où deux
accidents de la circulation ont fait un mort et douze blessés. À signaler égale-
ment que pas moins de 20 personnes, dont 18 collégiens, ont été blessées, hier,
suite à une collision entre un bus transportant des collégiens et un véhicule
léger. l’accident est survenu à 8h04 dans la commune d’achâacha, située à 90
km à l’est de Mostaganem, souligne le lieutenant bernaoui. l’accident s’est
produit sur la rn 11, lorsque le bus en question, qui transportait des collégiens
devant subir les épreuves du bEM sportif, est entré en collision avec un véhi-
cule touristique roulant dans le sens inverse. les victimes, souffrant de blessures
légères, ont été évacuées vers l’hôpital d’achaâcha pour recevoir les soins né-
cessaires, précise la même source.

Le ministère de la Solidarité dément toute pression exercée sur les travailleurs

certains titres de la presse écrite nationale ont publié, dans leur édition du jeudi 7 mai 2015, un communiqué attribué au syndicat national des travailleurs du secteur de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, affilié à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTa), et à la fédération nationale des personnels du secteur de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, affiliée au snaPaP, appelant à une grève nationale pour les journées du 18 et 19 mai 2015, qui sera reconduite les 25 et 26 mai 2015, ainsi que les 1 er et 2 juin 2015. À cet effet, le ministère de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme souligne ce qui suit :

1- il dément catégoriquement les allégations relatives aux supposées pressions exercées sur les responsables ou les travailleurs au sein des établissements et ser- vices relevant de son autorité pour leur implication dans une démarche de création d’un nouveau syndicat. 2- il rappelle que l’exercice de l’activité syndicale est un droit constitutionnel et juridique pour l’ensemble des travailleurs et des fonctionnaires. 3- la majeure partie des revendications exprimées par les travailleurs et fonc- tionnaires du secteur ont été réglées, et la révision du statut particulier des travail- leurs du secteur chargé de la solidarité nationale, promulgué en 2008, ne relève pas des prorogatives du ministère. 4- le ministère demeure disposé pour la poursuite du dialogue et de la concer- tation avec les représentants syndicaux du secteur légalement mandatés.

lundi 11 Mai 2015

Eco no m ie

11

EL MOUDJAHID

Des HOmmes D’aFFaIres turCs à aLger Du 12 au 15 maI

Le transfert de savoir-faire un préalable pour l’Algérie

Le renforcement des relations économiques entre l’Algérie et la Turquie, dans la logique de gagnant-gagnant, relève d’une volonté commune.

L es deux pays qui sont liés par un traité d’amitié signé en 2006 expri- ment, en fait, leur détermination à

aller au-delà de l’aspect commercial pour développer un partenariat pragmatique qui servirait les intérêts dans les deux sens. L’algérie s’attend, pour sa part, à des IDe turcs dans des secteurs qui exigent un sa- voir-faire et une certaine expertise jusque- là non maîtrisés, notamment dans l’industrie. Dans ce contexte, une déléga- tion économique turque, conduite par l’as- sociation des industriels et des hommes d’affaires turcs (musIaD), effectuera une visite de travail, dans notre pays, du 12 au 16 mai 2015. Le séjour de cette mission sera marqué par l’organisation de deux ren- contres d’affaires entre les opérateurs turcs et algériens, soit, le 13 mai à l’hôtel el- aurassi et le 15 mai à l’hôtel sheraton. La délégation turque sera composée d’entre- prises relevant des secteurs de l’agroali-

mentaire, la construction et BtpH, les matériaux de construction et le tourisme. Lors du forum algéro-turc tenu les 19 et 20 novembre dernier, à alger, les décideurs des deux pays ont affiché leur souhait de

renforcer les relations économiques et d’explorer les opportunités d’investisse- ment en l’algérie qui constitue une desti- nation privilégiée pour les pme turques sachant que, près de 160 firmes activant dans le domaine de la construction et du génie civile sont présentes sur le marché al- gérien. L’algérie qui envisage de réduire sa facture des importations pour encoura- ger les investissements productifs a plaidé, à l’occasion de ce forum, pour un partena- riat économique qui préserve les intérêts des deux pays et qui garantisse le transfert de technologie et de savoir-faire. a propos de la coopération bilatérale, le président de la Chambre algérienne du commerce et d’industrie (CaCI), m. mohammed Laïd Benamor, a affirmé, lors de ce forum que les relations économiques entre l’algérie et la turquie demeurent en deçà des objec- tifs et des potentialités réelles. au plan des échanges commerciaux dont le volume at- teint près de 5 milliards de dollars actuel- lement, les projections tablent sur une évolution de ce chiffre qui devrait atteindre 10 milliards de dollars en 2016. D. Akila

Du 14 au 18 maI à aLger

Le Salon international de l’équipement hospitalier et médical

La 7 e édition du salon in- ternational de l’équipement hospitalier et médical (siehm) 2015 est prévue du

14 au 18 mai au palais des

expositions des pins mari-

times (alger), en présence de

75 exposants nationaux, 25

étrangers et 380 marques d’expertise mondiale. Orga- nisée par la société «Come- vent exhibition algeria» en partenariat avec la société al- gérienne des foires et exposi- tions (safex), la manifestation se déroulera au pavillon «Casbah», sous le thème «les dispositifs médi- caux innovants entre enjeux et stratégies», indiquent les organisateurs dans un com- muniqué. La participation étrangère au «siehm 2015» sera représentée par plusieurs sociétés chinoises spéciali- sées dans l’industrie médi- cale, des firmes polonaises et françaises, activant dans plu- sieurs domaines des techno- logies de la santé, alors que l’espagne y sera présente pour la première fois, à tra- vers une entreprise spéciali- sée dans la conception d’unités de soins mobiles pour populations mobiles, ajoute-t-on de même source.

pour populations mobiles, ajoute-t-on de même source. L’événement, pour lequel ses initiateurs escomptent une

L’événement, pour lequel ses initiateurs escomptent une fréquentation de plus de 10.000 visiteurs profession- nels, «accordera une atten- tion particulière aux entreprises spécialisées dans les équipements et produits dentaires», indique-t-on. en sus des entreprises du secteur de l’équipement dentaire, une participation importante du matériel de laboratoire est attendue, sachant que ce sec- teur «représente 30% de l’en- semble des produits exposés, contre 20% pour l’imagerie médicale et 15% pour la mé- decine physique ainsi que les équipements des technolo- gies opératoires», relèvent

les organisateurs. une confé- rence thématique sur «Les restaurations esthétiques du composite à la facette» est, en outre, prévue le 15 mai, alors qu’il est attendu la par- ticipation de plusieurs orga- nismes financiers afin de présenter leurs dernières of- fres en matière de finance- ment d’équipements médicaux «leasing», précise- t-on encore. Le «siehm 2015» est un espace ouvert exclusivement aux professionnels munis de cartes de professionnelles, d’invitations ou d’ordre de missions et ce, de 10 heures à 18 heures, tiennent à préci- ser les organisateurs.

InvestIssements en partenarIat

L’importance accordée à l’intégration des PME-PMI soulignée

L’importance accordée par les pouvoirs publics

à l’intégration des pme-pmI algériennes dans les

investissements réalisés en partenariat a été souli- gnée, hier à annaba, par le président-directeur gé- néral de la société nationale de véhicules industriels

(snvI), salah malek. Ce responsable a rappelé, en marge d’un colloque business organisé sur le site de l’usine CItaL (assemblage et de maintenance de tramways) autour du thème «entreprises étendue alstom et renault : attentes en matière de sous-trai- tance et de partenariat», que l’etat algérien a consa- cré plus de 600 milliards de dinars à la relance de son outil industriel, notamment en matière de mise

à niveau et de modernisation. Il a invité les opéra-

teurs économiques français exerçant dans les do- maines des faisceaux électriques, du plastique pour la fabrication de certaines pièces de rechange et de

la fonderie à investir dans le cadre de ce partenariat. Des conventions de partenariat sont d’ailleurs «à l’étude» dans ces différents domaines, a souligné le président-directeur général de la snvI qui repré- sente le ministre de l’Industrie et des mines à ce col- loque. ` La rencontre ouverte hier à annaba, initiée par algérie Business Consulting (algeria BC), en col- laboration avec l’agence nationale de développe- ment de l’investissement (anDI), réunit des opérateurs économiques nationaux et français. elle s’inscrit dans une démarche de renforcement de l’in- tégration de l’industrie locale dans les projets réali- sés dans le cadre du partenariat, a souligné la présidente de ce cabinet-conseil, Latifa Liot. elle a ajouté que l’exemple de partenariat algéro-français dans les domaines du transport ferroviaire et urbain,

réalisé avec alstom et renault ouvre des perspec- tives prometteuses pour les pme algériennes dans le domaine de la sous-traitance et offre à l’industrie nationale l’ opportunité de booster son intégration à travers les projets en coproduction en algérie. Des représentants des principales entreprises et filiales relevant du ministère de l’Industrie et des mines de- vaient intervenir dans le cadre de tables rondes pour exposer leur savoir-faire et dégager de nouvelles voies de collaboration. plusieurs sociétés françaises qui ont participé, le 28 novembre dernier à paris (France), à un séminaire organisé paralgeria BC au- tour du même thème, ont pris part à ce colloque bu- siness afin de nouer de nouveaux partenariats avec des entreprises algériennes. Les représentants de ces sociétés devaient également visiter l’usine CItaL et l’unité FerrOvIaL d’annaba.

COurs Des matIères premIères

À la faveur d’un dollar affaibli

Les cours des matières premières échangées sur les marchés internationaux ont, dans l’ensemble, de nouveau profité, la semaine dernière, d’un affaiblis- sement du dollar, alimenté par des inquiétudes sur la vigueur de la reprise économique des états-unis. L’affaiblissement du dollar rend plus attrayants, car moins onéreux les achats, libellés en dollar, de ma- tières premières pour les investisseurs munis d’au- tres devises. Les cours du pétrole ont fait du surplace la semaine dernière, le marché tentant de se faire une meilleure idée des perspectives d’offre et de de- mande, en particulier aux etats-unis. a Londres, le cours du baril de Brent pour livrai- son en juin a reculé à 65,39 dollars sur l’Interconti- nental exchange (ICe), contre 65,94 dollars le vendredi précédent. Le prix du baril de «light sweet crude» (WtI) pour livraison en juin est monté à 59,39 dollars sur le new York mercantile exchange (nymex), contre 58,82 dollars le vendredi précé- dent. Le cours du sucre est redescendu de ses som- mets de la semaine dernière, le café a souffert de perspectives d’une meilleure production au Brésil, tandis que le cacao a poursuivi sa progression, tou- jours soutenus par des inquiétudes sur la récolte au ghana. Le sucre a connu une semaine sans grand mouvement, baissant légèrement après avoir atteint

la semaine dernière un sommet en deux mois et demi à Londres. a Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en août valait 373,60 dollars, contre 377,20 dollars le vendredi précédent. a new York, la livre de sucre brut pour livraison en juillet valait 12,96 cents, contre 13,16 cents sept jours aupara- vant. De son côté, le café a souffert de données lais- sant entrevoir une bonne récolte au Brésil, de loin le plus gros producteur au monde. sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en juillet valait 1.753 dollars vendredi, contre 1.792 dollars le vendredi précédent. sur le ICe Futures us de new York, la livre d’arabica pour livraison en juillet va- lait 135,95 cents, contre 137,30 cents sept jours au- paravant. a Londres, la tonne de cacao pour livraison en juillet valait 2.008 livres sterling, contre 2.010 livres sterling le vendredi précédent. a new York, la tonne pour livraison en juillet valait 2.959 dollars, contre 2.938 dollars sept jours plus tôt. Les prix du blé et du soja ont monté, avant des chiffres officiels très attendus sur l’état de l’offre et de la de- mande, mais ceux du maïs sont restés stables. Le boisseau de blé pour juillet valait 4,8150 dollars, contre 4,7400 dollars à la clôture de vendredi dernier (+1,58%). Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé à

FInanCe

La Chine baisse de nouveau ses taux d’intérêt

3,6300 dollars, exactement comme la semaine pré- cédente. Le boisseau de soja pour juillet coûtait 9,7625 dollars, contre 9,6475 dollars précédemment (+1,19%). L’or s’est repris mais a tout de même peiné à profiter d’un affaiblissement du dollar, une forte hausse des taux obligataires détournant l’atten- tion des investisseurs spéculatifs. sur le London Bullion market, l’once d’or a terminé à 1.186 dol- lars vendredi, contre 1.175,95 dollars le vendredi précédent. L’once d’argent a clôturé à 16,31 dollars, contre 16,17 dollars il y a sept jours. Les cours des métaux de base échangés sur le London metal exchange (Lme) ont dans l’ensem- ble rebondi, soutenus par un dollar sensiblement af- faibli sur lequel la pression s’est accrue après l’annonce d’un creusement surprise du déficit aux etats-unis en mars. sur le Lme, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 6.389 dollars vendredi, contre 6.343 dollars le vendredi précédent, l’aluminium valait 1.899 dollars la tonne, contre 1.908 dollars, le plomb valait 2.067,50 dollars la tonne, contre 2.114,50 dollars, l’étain valait 16.025 dollars la tonne, contre 16.050 dollars, le nickel valait 14.180 dollars la tonne, contre 13.780 dollars et le zinc valait 2.365 dollars la tonne, contre 2.324 dollars.

La Banque centrale chinoise (pBOC) va réduire ses taux d’intérêt pour la troisième fois depuis novembre, a-t-elle annoncé dans une brève déclaration sur son site internet. à partir d’aujourd’hui, son taux de prêts à un an sera abaissé de 25 points de base et ramené à 5,1%. Le taux des dépôts à un an sera également réduit de 25 points de base, à 2,25%. L’institution explique cette décision par son souci de «continuer à abaisser les coûts de financement» pour les entreprises, «et de soutenir le développement durable et équilibré de l’éco- nomie réelle».

«Les ajustements structurels de l’économie chinoise s’accélèrent» tandis que «les fluctuations de la demande extérieure s’aggravent, les pressions à la baisse sur l’économie s’accentuent», a averti, hier, la pBOC. pour offrir un peu de répit à l’activité économique, l’institution a déjà réduit ses taux d’intérêt en novembre puis fin février. elle avait également par deux fois abaissé le ratio de réserves obligatoires imposé aux banques chinoises, pour les inciter à prêter davantage, et à des conditions plus avantageuses, aux entreprises.

CréatIOn D’un FOnDs mOnétaIre eurOpéen

Le Portugal soutient la démarche

Le premier ministre portugais, pedro passos Coelho, a soutenu vendredi passé à Florence (Italie) l’idée de la création d’un Fonds mo- nétaire européen, à l’instar du FmI, pour favoriser la «convergence» des économies européennes. m. passos Coelho a assuré que ce Fonds mo- nétaire européen ne serait pas un moyen de contourner la discipline budgétaire. «C’est une question de bons sens», a-t-il insisté lors du colloque «state of the union», organisé par l’Institut universitaire européen de Florence. «Le Fonds monétaire eu-

ropéen, tel que je le vois, ne prévoit pas de transferts unilatéraux et per- manents de capitaux entre les pays.

Il ne dispense pas non plus de la dis-

cipline budgétaire au niveau natio- nal. Il ne doit pas y avoir le moindre doute sur ces questions», a déclaré le premier ministre portugais. «au contraire, le Fonds sera un instru- ment de responsabilité commune, de plus forte crédibilité, et d’effica- cité économique», a-t-il ajouté. Le Fonds monétaire européen est un projet défendu par plusieurs écono- mistes européens, dont Daniel gros, repris en 2010 par le ministre alle-

mand des Finances Wolfgang schâuble. Il consiste à doter la zone euro

d’un instrument pouvant venir en aide aux etats en difficulté, mais à des conditions rigoureuses, à l’image de celles défendues par le Fonds monétaire international (FmI). Le mécanisme européen de stabilité (mes), le pare-feu de la zone euro, s’en rapproche mais n’en

a pas tous les critères.

Lundi 11 mai 2015

N

12

a t io n

EL MOUDJAHID

DÉCOLONISATION AU SAHARA OCCIDENTAL

Attachement de l’UA au droit à l’autodétermination

L’Union africaine, qui a toujours soutenu le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, depuis l’éclatement du conflit au Sahara occidental, admis en 1982 au sein de l’organisation panafricaine, ne cesse de réaffirmer sa position constante relative à l’indépendance de ce territoire non autonome, dernière colonie en Afrique.

L’ organisation panafricaine, mue par les principes de sa Charte, notamment en ma-

tière de décolonisation, fait toujours siens le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, le respect des droits de l’homme dans les terri- toires occupés et la dénonciation de

l’exploitation illégale par le Maroc de ses ressources naturelles. La po- sition de l’UA trouve son esprit dans les efforts menés pour le parachève- ment, dans les plus brefs délais, de l’indépendance du Sahara occidental occupé par le Maroc, et ce par l’or- ganisation d’un référendum, confor- mément aux résolutions pertinentes de l’organisation onusienne. Le sou- tien de l’UA (ex-OUA) à la popula- tion sahraouie s’illustre, en particulier, par les éléments fonda- teurs de la Charte qui traitent, no- tamment de la libération des territoires africains sous occupation étrangère. L’un des principaux axes de la

panafricaine, adoptée et si-

charte

gnée par les chefs d’État et de gou- vernement du continent réunis à Addis-Abeba (Éthiopie), le 25 mai 1963. Afin d’éviter tout équivoque sur la question des frontières héritées du colonialisme, l’UA a réaffirmé «l’intangibilité des frontières héri- tées de l’époque coloniale comme principe fondateur de l’organisation panafricaine». Lors de la première Assemblée ordinaire des chefs d’État et de gouvernement qui s’est tenue au Caire du 17 au 21 juillet 1964, il a été adoptée une résolution relative aux disputes des frontières entre pays africains. En effet, consi- dérant que les frontières des États africains, le jour de l’indépendance, constituent une réalité tangible, l’Assemblée a solennellement dé- claré que tous les États membres doivent s’engager à respecter les frontières existantes lors de l’avène- ment de l’indépendance nationale.

Un partenariat UA - ONU pour le règlement du conflit Dans l’impasse depuis plus de quatre décennies, en dépit des efforts des Envoyés personnels successifs du Secrétaire général de l’ONU, le règlement de ce conflit, ainsi que

général de l’ONU, le règlement de ce conflit, ainsi que l’application effective des résolu- tions du

l’application effective des résolu- tions du Conseil de sécurité, exigent, aux yeux des membres de l’Union, un engagement international effectif découlant sur un partenariat étroit entre l’UA et les Nations unies. La dernière résolution adoptée par le Conseil de sécurité, le 28 avril 2015 (Ndlr : résolution 2218 (2015) sur le Sahara occidental), a amené le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA à réitérer l’engagement de l’UA «à poursuivre son projet de rè- glement rapide du conflit au Sahara occidental sur la base de la légalité internationale et des décisions perti- nentes de l’OUA/UA». Un plaidoyer a été également présenté par le CPS appelant à «une collaboration étroite avec les Nations unies afin de soute- nir l’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour mener à bien son mandat». Néanmoins, le CPS a profondément regretté que le Conseil de sécurité de l’ONU n’ait pas tenu compte de la requête de l’UA demandant que son

envoyé spécial pour le Sahara occi- dental, l’ancien président mozambi- cain, Joaquim Chissano, puisse s’adresser de vive voix lors de la réunion des quinze. «Ce refus ne re- flète pas l’esprit du partenariat stra- tégique entre l’UA et les Nations unies, en particulier entre le CPS et le CS des Nations unies, qui doit s’appliquer à toutes les questions de paix et de sécurité sur le continent africain, y compris le Sahara occi- dental», a indiqué le CPS. Pourtant, en mars dernier, au terme d’une réu- nion au cours de laquelle a été exa- miné le rapport de la présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, sur l’évolution du processus de paix au Sahara occi- dental, des appels ont été lancés pour que l’ONU mette en œuvre l’exécu- tion rapide et effective des décisions pertinentes de l’ONU et de l’OUA/UA, devant conduire à l’or- ganisation d’un referendum d’auto- détermination pour le peuple du Sahara occidental. L’UA a, à l’occa-

sion, souhaité que l’ONU dénonce les exactions marocaines en termes de violations des droits de l’homme dont sont victimes les Sahraouis souvent torturés par leurs geôliers marocains. En ce sens, le CPS a exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre les mesures «né- cessaires en vue d’élargir le mandat de la Mission de l’ONU au Sahara occidental (MINURSO) à la surveil- lance des droits de l’homme».

Soutien à la lutte du peuple sahraoui contre l’occupation Distinguée, depuis sa création, par son attachement au parachève- ment de la décolonisation du conti- nent africain, ainsi que par son soutien sans faille aux peuples en lutte pour la liberté et l’indépen- dance, l’UA a appelé la communauté internationale à apporter son «plein» appui aux efforts visant à surmonter «l’impasse actuelle». L’occupation et l’annexion forcée par le Maroc du Sahara occidental en 1975, qui

constitue une violation de nom- breuse résolutions des Nations unies et de l’UA, ainsi que des principes d’intangibilité des frontières colo- niales et de l’avis de droit de la Cour internationale de Justice, est quali- fiée, par l’organisation panafricaine, de «déni durable du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermi- nation et à l’indépendance». Le Maroc a montré, au-delà du moindre doute, qu’il ne veut tou- jours pas d’une solution pacifique, démocratique, viable et durable au conflit du Sahara occidental, alors que l’OUA avait réagi avec vigueur

à l’intransigeance du Maroc en ad-

mettant la République arabe sah- raouie démocratique (RASD) en son sein en 1982, en qualité de membre

à part entière. Depuis lors, les efforts africains ont doublé en faveur de la question sahraouie, en vue d’une dé- colonisation au Sahara occidental, à même d’accélérer le processus d’in- tégration économique et politique du continent.

Pleine coopération de la République sahraouie avec l’UA Qualifié de «grand succès» le soutien inconditionnel des pays membres de l’UA au droit du peuple du Sahara occidental à l’autodéter- mination, la militante sahraouie des droits de l’homme, Aminatou Haï- dar, a indiqué que cela confirmait de nouveau «la juste cause du peuple du Sahara occidental dans sa lutte pour l’indépendance». Même grati- tude exprimée par le président sah- raoui, Mohamed Abdelaziz, qui a salué la désignation par l’UA de Joa- quim Chissano, envoyé spécial pour le Sahara occidental, exprimant la «considération» de son pays pour le suivi «permanent» dont a bénéficié le dossier du Sahara occidental de la part de l’UA. En sa qualité de membre de l’UA, la RASD a participé active- ment avec les pays voisins dans la consolidation et l’efficacité des structures régionales de sécurité et en combattant le crime organisé in- ternational et autres menaces, en conformité avec ses obligations d’État membre de l’Union africaine.

PILLAGE DES RICHESSES NATURELLES DU SAHARA OCCIDENTAL

Des ONG réclament une intervention urgente de l’ONU

Au Sahara occidental occupé, le pillage des ressources naturelles de ce territoire non autonome a franchi une étape inquiétante au cours de ces deux dernières années, estiment dans une mise en garde envoyée au SG de l’ONU, quelque 243 ONG, dont «Western Sahara Resource Watch» (WSRW). Dans une lettre transmise le 15 avril dernier à la présidente du Conseil de Sécurité des Nations unies, Dina Kawar, ambassadrice de Jordanie auprès des Nations unies, l’ONG WSRW met en garde contre le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental, en particulier ses richesses minières. «Aucun forage pétrolier ne devrait avoir lieu sur le terri- toire tant que les Sahraouis n’ont eu la chance d’exercer leur droit à l’autodétermination et décidé librement et équitable- ment du statut politique de leur patrie», avertit l’ONG dans son appel au Conseil de sécurité de l’ONU. Le constat de l’ensemble des ONG, qui ont condamné le pillage des res- sources naturelles au Sahara occidental par la puissance oc- cupante, ne semble pas pour le moment être «écouté par l’ONU, encore moins par les puissances occidentales», esti- ment des militants. Pour valider de fait l’occupation du Sa- hara occidental, les autorités marocaines ont donné des concessions de recherches pétrolières à plusieurs compa- gnies étrangères, dans le cadre d’un programme de forages signé avec l’ONHYM, l’organisme marocain de recherche

minière. Pourtant, un avis juridique de l’ONU, rendu en jan- vier 2002, à la demande du Conseil de sécurité, a conclu que «toute exploration ou exploitation pétrolière dans le territoire non autonome du Sahara occidental viole le droit internatio- nal si elle ne se conforme pas aux souhaits et aux intérêts du peuple du territoire». En fait, et en violation de cet avis juridique de l’ONU, le Maroc a attribué, jusqu’à présent, sept permis pétroliers et gaziers sur le territoire. La compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy Ltd, en collaboration avec la compagnie écossaise Cairn Energy PLC, a terminé le premier essai de forage de puits dans les eaux territoriales du Sahara occiden- tal, en février 2015. Le groupe français Total, l’américain Glecore Pc et d’autres compagnies pétrolières seraient sus- ceptibles d’emboîter le pas à Kosmos Energy pour la re- cherche pétrolière au-delà des frontières internationales du Maroc, au Sahara occidental, selon les ONG signataires. Les mêmes ONG ont exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à condamner immédiatement le programme actuel de forage pétrolier du Maroc au Sahara occidental, et à appeler le Maroc «à respecter son engagement au plan de règlement de 1988 de permettre l’organisation d’un référendum au Sahara occidental». Sur un autre registre, l’ONU et le Conseil de sé- curité sont restés muets devant l’exploitation des gisements de phosphates, parmi les importants gisements dans le

monde, du Sahara occidental par le Maroc. L’UE n’est pas en reste dans ce pillage systématique des ressources économiques du Sahara occidental. Car, après le pétrole et le phosphate, le Maroc a bradé les richesses ha- lieutiques de ce territoire non autonome en établissant un nouvel accord de pêche avec Bruxelles. Pour 40 millions d’euros par an, cet accord, adopté le 12 décembre 2013 au parlement européen par 310 voix pour, 204 contre et 49 abstentions, donne le feu vert à 126 bateaux- usines battant pavillon de 11 pays européens, dont l’Espagne, contre 137 navires en 2007, pour aller pêcher dans les eaux poissonneuses du Sahara occidental occupé pour les quatre prochaines années. Des ONG, qui ont toujours milité pour le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, ont relevé que cet accord ouvre de nouveau la voie à la spoliation des richesses halieu- tiques du Sahara occidental. «Le Maroc n’a pas le droit d’intégrer les eaux de ce ter- ritoire non autonome dans ses négociations avec l’UE», pré- cise WSRW. Pour Western Sahara Resource Watch, cet accord est également «une mauvaise affaire» pour les stocks de poissons de la région : un rapport de Greenpeace a exhorté l’UE à ne pas l’approuver, pour des préoccupations environ- nementales.

Lundi 11 Mai 2015

N

ation

13

EL MOUDJAHID

copeSa :

« La France et le Maroc sont complices de la barbarie contre le peuple sahraoui »

«La France et le Maroc sont complices de la barbarie au Sahara occidental», a dénoncé récemment le président du Conseil péruvien de solidarité avec le peuple sahraoui (COPESA, en espagnol), Ricardo Sanchez Serra, aux médias locaux.

«L e maroc n’a pas de quoi se vanter. la france s’est montrée complice de la barbarie au Sahara occidental à travers son recours au veto en tant

que membre permanent du conseil de sécurité dans le cadre de la résolution 2218 sur le Sahara occidental», a indiqué le président de copeSa dans une interview accordée à la radio de la fédération des journalistes péruviens. la résolution 2218 du conseil de sécurité de l’onu sur le Sahara occiden- tal peut être considérée comme «favorable au maroc», puisque elle fait, dit-il, «l’impasse sur le pillage des res- sources naturelles et les violations des droits de l’homme dans les territoires sahraouis». m. Sanchez Serra a noté, en outre, que «la question du Sahara occidental relevait d’un processus de décolonisation et que toute exploitation de ses ressources naturelles sans le consentement de la population sahraouie est une violation du droit international». il est à rappeler dans ce contexte que la plate-forme pour la solidarité avec le peuple sahraoui en france a affirmé qu’en brandissant son veto, lors de l’examen de la résolution 2218, le gouvernement français s’est rangé une fois de plus du côté de l’occupant marocain, pour empêcher l’instaura- tion d’un mécanisme international pour la surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental. de la sorte, il (le gouvernement français) a même apporté son soutien au plan marocain, qui bafoue le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. le président du copeSa, ricardo Sanchez Serra, est revenu sur la condamnation par l’onu de l’invasion marocaine en 1975 du Sahara occidental dont l’annexion n’est reconnue par aucun pays. m. Sanchez Serra n’a pas manqué de rappeler les conclusions de la cour inter- nationale de justice (ciJ) concernant «la prétendue souve-

nationale de justice (ciJ) concernant «la prétendue souve- raineté marocaine sur le Sahara occidental.» «les

raineté marocaine sur le Sahara occidental.» «les renseigne- ments et arguments dont dispose la cJi n’établissent aucune souveraineté marocaine sur le Sahara occidental», a rappelé, avec insistance, le président de copeSa. auparavant, le copeSa, s’est félicité du renouvellement pour un an du mandat de la mission de l’onu au Sahara occidental (mi- nurso), qualifiant cette décision de «réponse claire» à l’oc- cupant marocain qui demandait, dans les coulisses, l’arrêt de cette mission dans les territoires occupés. le copeSa s’est, par ailleurs, dit satisfait de la recon- naissance par le conseil de sécurité de l’onu que «le statu quo actuel du conflit au Sahara occidental est inacceptable».

le conseil de sécurité a également apporté son soutien au travail accompli par l’envoyé spécial de l’onu pour le Sa- hara occidental, christopher ross. «cela constitue un coup porté à la diplomatie marocaine, qui a constamment entravé la mission de m. ross», ajoutant que l’onu est seule res- ponsable du sang qui pourra encore couler dans les territoires sahraouis occupés. pour ce qui est du rôle de la minurso, le copeSa a souligné que cette mission devrait se préparer aux consultations avec le peuple sahraoui en vue d’organiser le référendum d’autodétermination au Sahara occidental. le conseil péruvien a, en outre, affirmé que «la situation dramatique dans laquelle se trouvent les prisonniers poli- tiques sahraouis ainsi que les crimes commis contre les Sah- raouis par les forces marocaines et la répression des manifestations pacifiques, sont parmi les arguments à pren- dre en compte pour l’institution d’un mécanisme de défense des droits humains dans les territoires occupés». dans ce sens, le conseil péruvien a regretté le fait que les préroga- tives de la minurso ne soient par élargies à la surveillance et la protection des droits de l’homme, pour mieux répondre aux violations dont sont victimes les Sahraouis sous l’effet de la torture pratiquée par le maroc dans les territoires oc- cupés. pour le conseil, la minurso doit être dotée de ce pou- voir de surveillance des droits de l’homme afin que «le maroc ne continuera plus dans sa politique génocidaire dans l’impunité la plus totale contre le peuple sahraoui». le copeSa a également salué l’appel contenu dans la résolution de l’onu pour la reprise des négociations de ma- nière intensive et sans conditions préalables entre les deux parties au conflit, le front polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, et le maroc, soutenu par la france.

Situation humanitaire danS leS campS de réfugiéS SahraouiS

Le C-RS lance un appel à une aide d’urgence pour éviter une catastrophe

le croissant-rouge sahraoui (c-rS) a appelé, hier à Boujdour, (camp de réfugiés sahraouis), à une aide d’urgence de 10 millions de dollars au profit de ces réfugiés «pour éviter une catastrophe huma- nitaire sans précédent». «nous lançons un appel à la communauté internationale en gé- néral et aux donateurs en particu- lier à agir vite pour apporter aux réfugiés sahraouis une aide d’ur- gence estimée par le programme alimentaire mondiale (pam) à 10 millions de dollars, afin d’éviter une catastrophe humanitaire sans précédent», a indiqué à l’apS le président du crS, Yahya Bouho- beini. il a relevé que l’assistance hu- manitaire «a reculé ces derniers temps et le volume des aides ap-

portées notamment par les pays do- nateurs a baissé considérablement en raison notamment de la crise fi- nancière mondiale et l’augmenta- tion des conflits dans le monde». m. Bouhobeini a précisé que les aides humanitaires venant de l’union européenne ont baissé de 51 millions d’euros/an à 10 mil- lions d’euros/an, notant que les aides espagnoles estimées à 10 millions d’euros ont reculé pour at- teindre les 4,7 millions d’euros/an alors que celles des etats unis de 9,1 millions de dollars/an à 3,5 mil- lions de dollars/an. Selon une esti- mation du même responsable, la part individuelle en riz et semoule a baissé de 50% depuis le mois d’avril dernier. ces baisses ont eu un impact «négatif» sur la situation et les

ont eu un impact «négatif» sur la situation et les conditions de vie des réfugiés, en

conditions de vie des réfugiés, en matière notamment de santé, a-t-il fait savoir. la situation sanitaire «est de plus en plus précaire» dans les camps de réfu-

giés sahraouis, en particulier chez les personnes vulnérables comme les enfants et les femmes enceintes, a-t-il fait observer, relevant que ces

franges de la société «souffrent no- tamment de malnutrition et d’ané- mie». il a prévenu que la situation «risque de se détériorer davantage si les aides restent insuffisantes». le président du crS a mis en garde, à cette occasion, la commu- nauté internationale contre «les tentatives marocaines visant à dé- courager les donateurs dans l’oc- troi de leurs aides aux réfugiés sahraouis». il a dénoncé «la propagande marocaine visant à discréditer le travail humanitaire dans les camps de réfugiés sahraouis», affirmant que «l’ensemble des pays, ins- tances et organisations donateurs saluent la bonne gestion du dossier aide humanitaire par les autorités sahraouies».

El Moudjahid/Pub

El Moudjahid/Pub

ANEP 206980 du 11/05/2015

Ré g io ns

14

EL MOUDJAHID

BÉJAÏA: LANCEMENT DE L’OPÉRATION « PORTS ET BARRAGES BLEUS »

Assumer un environnement sain

Sous l’égide du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques, la troisième édition de l’opération «Ports et barrages bleus» a été lancée avant-hier au niveau de la Brise de mer «môle Sidi-Abdelkader» et au port de pêche de Béjaïa, en présence des autorités de la wilaya et du sous-directeur chargé des ports audit ministère.

P lusieurs stands de diffé- rents organismes ayant une relation avec le port

de pêche et les activités et res-

sources halieutiques et aqua-

tiques ont occupé tout l’espace

de

la Brise de mer. Les Directions de la pêche,

de

l’agriculture, de l’industrie,

l’Entreprise portuaire de Be- jaïa et autres associations ont marqué leur présence, à tra- vaux l’exposition de travaux et ouvrages réalisés pour l’occa- sion. Un concours de dessins pour enfants, un concours de plats culinaires à base de pois- sons du CFPA féminin d’Ihaddadene, des associations sportives de plongée sous-ma- rine et le commissariat natio- nal du littoral ont été honorés par des cadeaux. Une opéra- tion de nettoyage du fond marin s’est déroulée au niveau

tion de nettoyage du fond marin s’est déroulée au niveau du port de pêche de Bejaïa.

du port de pêche de Bejaïa. Tour à tour, le directeur de la pêche de Bejaïa, M. Adouane, et Lazhar Abdelhakim, sous- directeur chargé des ports au ministère, ont mis l’accent sur cette opération qui s’étend

cette année aux barrages et qui consiste à la revalorisation des infrastructures des ports de pêche et surtout à assurer un environnement sain et non pol- luant dans une mer bleue et propre.

Ainsi, déchets et détritus ont été récupérés du fond de mer et emballés dans des sacs par des jeunes participants à cette opération de grande en-

vergure. M. Laouer

BATNA

Attribution prochaine de 2.000 logements publics locatifs

Pas moins de 2.000 logements publics locatifs (LPL) seront attribués dans la daïra de Batna "dans les quelques mois à venir",

a affirmé, samedi à l’APS, le chef de la daïra, Mohamed Sah-

raoui. La commission chargée de l’étude des dossiers des postu-

lants met la dernière main à l’opération et établira "bientôt" la liste des citoyens bénéficiaires, a ajouté le même responsable. Le chef de daïra a également précisé que le quota devant être distri- bué bénéficiera à 130 familles de la commune de Oued Chaâba,

le reste étant destiné à la commune du chef-lieu de wilaya. M.

Sahraoui a rappelé que 170 LPL avaient été attribués la semaine dernière dans la commune de Fesdis, tandis que 1.800 unités avaient été remises à leurs bénéficiaires en 2013 dans la daïra de Batna, suivies de 200 autres en 2014.

Retard considérable du projet de construction d’une station d’épuration à Barika Les travaux de réalisation d’une station d’épuration à Barika dans la wilaya de Batna enregistrent un retard considérable a-t- on constaté lors d’une inspection du projet par le wali Hocine

Mazouz. Ce responsable, mécontent de la faible cadence impri- mée au chantier, a menacé de résilier le marché de l’entreprise désignée au cas où la situation perdure. Dans ce chantier lancé en 2013, les effectifs et les moyens matériels en place sont in- suffisants pour livrer le projet au terme du délai contractuel de 24 mois, a-t-on appris sur place. Une réunion est prévue la semaine prochaine, en présence du directeur général de l’Office national d’assainissement (ONA), chargé du suivi de ce projet destiné à permettre d’organiser l’ir- rigation d’un périmètre agricole qui aurait dû démarrer il y a trois mois. La station d’épuration a été prévue également pour réduire les risques de maladies à transmission hydrique (MTH) et pour exploiter les dépôts terreux pour l’agriculture. Selon le directeur des ressources en eau de la wilaya de Batna, Abdelkrim Chebri, une station similaire, en réalisation à Arris, est actuellement "en phase d’installation des équipements", contrairement à la station de Barika où la première phase des travaux n’est pas achevée.

PATRIMOINE DE MÉDÉA

El-Oula, une parade au grand froid

El-Oula, tradition ancestrale consis- tant en le stockage des produits alimen- taires en prévision de la saison hivernale — elle n’a plus cours aujourd’hui en rai- son de la prééminence du mode de vie sédentaire — est à l’affiche de l’exposi- tion qui s’est tenue les 6 et 7 mai à l’uni- versité Yahia-Fares de Médéa, à l’occasion du mois du patrimoine. Mise sur pied par la direction locale de la cul- ture, cette exposition vise à ressusciter une tradition vieille de plusieurs siècles, dont il ne reste que le souvenir et de vieux récits rappelant le bon vieux temps où cette pratique faisait partie intégrante d’une culture qui permettait aux habi- tants d’aborder l’hiver dans de meil- leures conditions, selon le chef du département du patrimoine au niveau de cette direction. Un décor représentant le "mrah", cour intérieur, où les femmes avaient pour habitude de se réunir pour préparer les produits de base, destinés à être stockés en prévision de l’hiver, à été

dressé dans un hall de l’université, en vue de faire plonger le visiteur dans l’ambiance et l’animation qui préva- laient au moment de la préparation d’al- oula. L’objectif, d’après ce responsable, est de projeter le visiteur dans un passé, très récent, où la notion de sécurité ali- mentaire et de survie prenait tout son sens, lui faire découvrir également les différentes étapes de préparation des produits, très prisés par les habitants de l’époque en période hivernale, et l’aider, à travers les démonstrations qui seront réalisées sur place, à mieux appréhender la portée socio-économique de cette tra- dition. Al-Oula était constituée, autrefois, de matières premières, telles que les cé- réales, les fruits et légumes séchés ou en conserve. Sa préparation intervient, dès la fin de la période des moissons, où une partie de la récolte de blé ou d’orge est transformée en farine, bourghoul, cous- cous et en d’autres produits dérivés des

céréales, dont les incontournables "Mer- doude" et "Mhamsa", consommés de façon assez régulière durant les périodes de grand froid. Toutefois, cette tradition

a connu un déclin avec la disponibilité

des produits alimentaires dans les com- merces et l’avènement du réfrigérateur et le congélateur, offrant ainsi aux mé- nages la possibilité de stocker, d’une part, tout ce dont elles avaient besoin et de faire, d’autre part, l’économie des ef-

forts à préparer des produits disponibles,

à longueur d’année, dans les rayons des

magasins. Or les pénibles épreuves endurées par les habitants de la wilaya, durant l’hiver 2012 suite aux intempéries qui avaient paralysé toute la région pendant une dizaine de jours, ont remis "au goût

du jour" cette ancienne pratique. Car, depuis, beaucoup de familles retournent à cette tradition qui a permis

à leurs grands-parents de survivre à des hivers plus rigoureux, en dépit du manque de moyens et de ressources.

MSILA

Ouverture de plus de 240 km de pistes forestières

Un linéaire total de 243 km de pistes forestières sera bientôt ouvert dans la wilaya de Msila, a indiqué à l’APS le conservateur des forêts, Mimoun Ammam. Ce responsable, mettant en relief les "importantes re- tombées socioéconomiques de ces pistes pour les popu- lations riveraines", a précisé que ces axes forestiers "contribueront efficacement à la lutte contre les incendies de forêts et faciliteront la conduite des travaux de reboi- sement et d’entretien du patrimoine forestier". Soulignant que l’action de réalisation et d’aménage- ment de ces pistes a permis la création de plus de 250 em- plois, M. Ammam a affirmé que ces axes en réalisation à travers 30 communes de la wilaya permettront aussi de

"désenclaver 400 hameaux où sont engagés quelque 100 projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI)". De plus, ces pistes devant être opérationnelles "avant la fin de l’année en cours", participeront également à la valorisation des produits forestiers, en particulier le bois et l’alfa, ainsi qu’à l’exploitation de certains gisements de pierres, a ajouté le conservateur des forêts qui a estimé à 5.000 m 3 le volume de pierres exploité en 2014 par des entreprises locales. Le même responsable a conclu en affirmant que la conservation des forêts allait "intensifier les actions de contrôle à travers le patrimoine forestier de la wilaya".

B R È V E S

EL-BAYADH

L’opération de baptisation des lieux et édifices est achevée dans 13 wilayas

L’opération de baptisation des lieux et édifices qui se déroule dans "de bonnes conditions" à l’échelle nationale est achevée dans 13 wilayas du pays, a annoncé à El Bayadh la directrice de la gou- vernance locale au ministère de l’Intérieur et des Collectivités lo- cales (MICL). S’exprimant lors d’une rencontre consacrée à cette opération, M me Fatiha Hamrit a indiqué que 48.700 lieux (rues et édifices) baptisés et 30.276 autres non baptisés ont été recensés à travers 26 wilayas. Au total 13.673 lieux répartis sur 30 wilayas sont programmés dans le cadre de cette opération, en plus de 15.557 dos- siers de baptisation ont été proposés dans 36 wilayas, a-t-elle ajouté. Un intérêt particulier est accordé par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales à cette démarche qui permettra d’établir une base de données, locale et nationale, pour identifier les édifices et les lieux et glorifier l’histoire nationale, a souligné la même responsable. Mme Hamrit a insisté en outre sur la valorisa- tion de l’opération menée en coordination avec la société civile et les différents acteurs. La wilaya d'El-Bayadh a connu un avancement "important" dans cette opération de baptisation qui a atteint un taux de 70,57 %, soit 928 lieux déjà nommés, à savoir 242 édifices, 135 quartiers et 551 avenues sur un total de 1.315 lieux concernés, sa- chant que les efforts sont déployés pour finaliser cette opération, a indiqué le wali d’El Bayadh, Mohamed Laid Khalfi. A cette occa- sion, une ruelle de la ville d'El-Bayadh a été baptisée du nom de l'ALN par la directrice de la gouvernance locale au MICL, en pré- sence des autorités de la wilaya et des représentants de la société civile.

TAMANRASSET

1.600 logements sociaux en chantier à In Salah

Un projet de 1.600 logements sociaux de type public locatif (LPL) est en cours de réalisation dans la daïra de In Salah (750 km au nord de Tamanrasset), a-t-on appris samedi auprès des responsa- bles locaux de l’Office de promotion et de gestion immobilières (OPGI). Dotés d’un financement de plus de 4 milliards de DA, les chantiers de réalisation de ce projet, inscrit dans le cadre du précé- dent plan quinquennal, ont été répartis en plusieurs lotissements confiés à 13 entreprises réalisatrices, sur une superficie de 48 hec- tares, a précisé le chef du service technique de l’OPGI. Livrable en août 2016, ce programme de logements dont neuf bureaux d’étude

assurent le suivi technique, a été retenu au titre de la réalisation d’un nouveau pôle urbain dans la zone de Djoualil (12 km de la ville d’In Salah) qui réunira prochainement une série d’installations projetées,

à l’instar d’un établissement public hospitalier (EPH), d'un stade de

proximité, d'une salle omnisports, d'un centre culturel, d'une école

primaire et d'un collège d’enseignement moyen (CEM), a indiqué Hadji M’hamed. Le même responsable a fait savoir également que 253 LPL sur un total de 856 logements de même type relevant de l’OPGI, ont été attribués au cours du premier trimestre 2015 dans le quartier Dghamcha à In Salah, assurant que les travaux se pour- suivent pour l’achèvement des logements restants de ce quota.

ILLIZI

Six nouveaux projets d’investissement depuis janvier

Six nouveaux projets de développement, totalisant un volume d’investissement de 666 millions de DA, ont été enregistrés durant

les quatre premiers mois de l’année en cours au guichet unique dé-

centralisé d’Illizi relevant de l’Agence nationale de la promotion

de l’investissement (ANDI), a-t-on appris des responsables de cet organisme. Ces projets qui touchent plusieurs domaines, dont l’hô- tellerie et le tourisme, le transport de marchandises et les travaux publics, devront générer plus de 110 emplois, en sus de contribuer

à l’impulsion de l’action de développement dans la wilaya, a révélé

le directeur du guichet unique, Mustapha Degheb. Le même responsable a fait état d’un autre projet, en perspective, pour la réalisation d’un village touristique à Djanet, dont le promo- teur a bénéficié d’une assiette foncière de la part du Comité d'As- sistance à la Localisation et à la Promotion des Investissements et de la Régulation du Foncier (CALPIREF). Sur un autre registre, le guichet unique décentralisé de l’ANDI à Illizi a organisé des jour- nées de sensibilisation à l’institut national spécialisé de la formation professionnelle, pour faire connaître aux stagiaires les avantages et les prestations offertes par cet organisme, en plus de l’organisation d’émissions sur les ondes de la radio locale sur les missions du gui-

chet unique dans le cadre de la promotion de l’investissement, a-t- on indiqué.

TIZI OUZOU

Mise en terre programmée de 20.000 plants de cerisiers

Un nouveau programme de mise en terre de 20.000 plants de ce- risiers est prévu à Tizi Ouzou, au titre de l’extension des surfaces productives de ce fruit dans la wilaya, selon un responsable à la di- rection des services agricoles (DSA). Le programme, prévoyant, également, le greffage de 40.000 autres cerisiers, sera réparti entre les agriculteurs des hauteurs des daïra d’Aïn El-Hammam, Larbaâ Nath Irathen, Beni Yenni et Ouacifs, qui bénéficieront, à l’occasion, d’un accompagnement technique de la DSA, a indiqué, à l’APS, Karim Kouraba. Il a souligné que l’opération vise l’élargissement du verger des cerisiers de la wilaya, avec une centaine d’hectares supplémentaires, sachant que la superficie locale en cerisiers est, ac- tuellement, estimée à 1.070 ha, dont seulement 915 ha sont produc- tifs, pour défaut d’entretien et des dommages causés par la capnode, a t-il déploré. Pour cette saison agricole 2015, la wilaya prévoit une récolte de 22 q de cerises, selon la même source, qui signale la mise en vente, dans les prochains jours au niveau des marchés de la wi- laya, des premières cerises de la saison. Une nouvelle qui réjouira certainement les amateurs de ce fruit rouge, dont les prix demeurent, depuis quelques années, hors de portée des petites et moyennes bourses.

Mo nd e

15

EL MOUDJAHID

YÉMEN

Vers l’apaisement ?

Les rebelles Houthis se sont dit prêts à répondre «positivement» aux efforts destinés à «mettre fin aux souffrances» de la population yéménite, en réaction à une offre de trêve formulée par l’Arabie saoudite.

L bureau politique des rebelles chiites

indiqué «être prêt à réagir positive- ment à tout effort, appel ou mesure

qui aiderait à mettre fin aux souffrances», selon une déclaration lue sur leur chaîne de télévision, al-Massirah. Des militaires alliés aux Houthis, ont quant à eux, annoncé hier matin, qu’ils acceptaient la trêve program- mée pour demain soir. Dans leur communi- qué, les Houthis, ont salué «les efforts des pays fraternels et amis pour mettre fin à l’agression et aux souffrances du peuple yé- ménite», dans ce qui semble être une réfé- rence à la Russie, qui a tenté de pousser un appel à un cessez-le-feu au Conseil de sécu- rité de l’Onu au début du mois. Sur le terrain, des avions militaires de la coalition ont bom- bardé tôt hier matin la résidence de l’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh à Sanaa, ont indiqué des témoins. L’ancien homme fort du Yémen ne se trouvait pas dans la capitale yéménite au moment de l’at- taque menée au terme d’une nuit d’intenses bombardements des positions rebelles. L’ex- président, qui a quitté le pouvoir en février 2012, dans la foulée du «Printemps arabe» après 30 années à la tête du Yémen, est soup- çonné d’être allié aux rebelles Houthis. La coalition a également bombardé le fief des insurgés à Saada (nord) après avoir appelé les civils à quitter la ville, qu’elle considère dés- ormais comme une cible militaire. Des cen- taines de personnes ont fui cette cité située à une cinquantaine de kilomètres de la fron- tière de l’Arabie saoudite, selon des témoins.

La coalition a indiqué samedi avoir ciblé les

e

a

La coalition a indiqué samedi avoir ciblé les e a maisons de plusieurs chefs Houthis, ainsi

maisons de plusieurs chefs Houthis, ainsi que des dépôts d’armes, selon l’agence officielle saoudienne SPA. Des agences humanitaires ont prévenu que de nombreux civils n’au- raient pas le temps de fuir Saada à temps et exhorté la coalition à temporiser. Les avions de la coalition ont bombardé samedi le principal aéroport de la capitale Sanaa, aux mains des rebelles. L’Onu et des organisations humanitaires ont maintes fois critiqué les multiples frappes de la coalition contre l’aéroport, une voie «vitale» selon elles pour transporter les secours dans un pays en proie à toutes sortes de pénuries :

nourriture, carburant, médicaments.

SYRIE

Les combats, ainsi que le blocus aérien et maritime de la coalition, ont rendu la situa- tion humanitaire alarmante au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique. L’Unicef a prévenu que si les restrictions aux importa- tions continuaient, «elles feront plus de morts que les balles et les bombes dans les pro- chains mois». Le conflit qui fait rage depuis plus d’un mois a fait plus de 1.000 morts, dont une moitié de civils, et 4.352 blessées entre le 19 mars et le 20 avril, selon un bilan de l’Orga- nisation mondiale de la santé (OMS). M. T. et agences

Assaut rebelle contre des soldats dans un hôpital

Des rebelles syriens et des combattants d’Al-Qaïda ont pris d’assaut hier l’hôpital de Jisr al- Choughour où sont assiégés 250 soldats et civils depuis la chute de cette ville du nord-ouest il y a deux semaines, selon une ONG. «Les combattants ont pris d’as- saut ce matin l’hôpital situé à la périphérie sud-ouest de la ville de Jisr al-Choughour. Ils ont pé- nétré dans l’un des bâtiments et sont engagés dans de violents combats avec les soldats à l’inté- rieur», a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Obser- vatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). D’après lui, l’assaut rebelle a été possible après un attentat à la voiture pié- gée mené par les jihadistes du Front Al-Nosra, branche sy- rienne d’Al-Qaïda, aux abords de l’hôpital. C’est la première fois depuis deux semaines que les re- belles parviennent à entrer dans

deux semaines que les re- belles parviennent à entrer dans l’établissement où sont assiégées 250 personnes,

l’établissement où sont assiégées

250

personnes, dont au moins

150

soldats bien armés, parmi

lesquels «de hauts officiers», des

membres de leurs familles mais aussi «d’importants fonction- naires de la province d’Idleb», où

est située la ville de Jisr al-Chou- ghour. Proche de la frontière avec la Turquie —pays favorable à la rébellion— et à la périphérie de la province de Lattaquié — fief du régime —, cette ville est tombée le 25 avril aux mains

d’Al-Nosra et de ses alliés re- belles. L’armée syrienne, tente de sauver les personnes assiégées dans l’hôpital et se trouve à moins de deux kilomètres après avoir lancé une contre-offensive contre Jisr al-Choughour mer- credi. L’armée de l’air bombarde les abords de l’établissement et, selon l’agence officielle syrienne Sana, «des dizaines de terro- ristes» ont été tués. Les circonstances dans les- quelles les soldats bloqués sont parvenus à résister pendant deux semaines ne sont pas connues. Le régime syrien a subi ces der- niers mois une série de revers militaires, dont notamment la perte d’Idleb, la capitale de la province du même nom, et de Jisr al-Choughour, après plus d’un an de victoires successives face aux rebelles qui tentent de le renverser depuis 2011. R. I.

BURUNDI

Les opposants refusent de cesser leur mouvement

Les opposants à un troi- sième mandat du président burundais Pierre Nkurun- ziza se préparaient hier à une nouvelle journée de manifestations en dépit de l’exigence des autorités de mettre un «arrêt immédiat» à la contestation. Dans plu- sieurs quartiers contesta- taires de la capitale du Burundi, des manifestants ont renforcé leurs barri- cades samedi soir, à l’issue d’une journée de «trêve», craignant une intervention des forces de sécurité à qui les autorités ont donné 48 heures pour démanteler tous les obstacles érigés à Bujumbura et dans le reste

du pays. Les opposants réaffirmaient leur refus d’abandonner leur mouve- ment tant que M. Nkurun- ziza n’aura pas renoncé à sa candidature à un troi- sième mandat, qu’ils ju- gent opposée à la constitution. Dans une dé- cision publiée samedi, le Conseil national de Sécu- rité (CNS) a exigé que cesse «immédiatement et sans condition aucune, ce mouvement d’insurrec- tion» et ordonné aux «Corps de défense et de sé- curité de libérer les voies de communication barrica- dées par les insurgés» sous 48 heures.

PREMIER TOUR DE LA PRÉSIDENTIELLE EN POLOGNE

Suspense total

Les Polonais ont commencé à voter hier au 1 er tour de l’élection présiden- tielle, alors que l’avance du favori, le chef de l’Etat sortant Bronislaw Ko- morowski, sur le conservateur Andrzej Duda n’a cessé de fondre. L’issue du scrutin présidentiel risque d’influencer celle des législatives attendues à l’au- tomne, vote clé pour l’exercice du pouvoir en Pologne où les compé- tences présidentielles sont relative- ment limitées. Assuré il y a encore quelques mois de l’emporter au pre- mier tour, le chef de l’État de centre droit, 62 ans, ne bénéficiait la veille du vote, après une campagne terne, que du soutien de 35% à 40% des Polo- nais, contre 27-29% pour M. Duda, un juriste de 42 ans, candidat du parti Droit et Justice (PiS, opposition). Le président sortant a voté hier matin à

Varsovie. «Il y a encore du temps jusqu’à 21 heures pour aller voter», a- t-il dit, avant d’inviter les Polonais à participer à ce scrutin qu’il a qualifié de «fête de la démocratie». L’enfant terrible du scrutin, Pawel Kukiz, un ancien rocker de 51 ans qui veut faire exploser le système politique en place, recueille autour de 15% des intentions de vote, souvent celles des jeunes déçus, souvent chômeurs. Les huit au- tres, dont cinq populistes anti-euro- péens de droite, ne franchissent pas 5%. Selon tous les sondages, MM. Ko- morowski et Duda s’affronteront au second tour prévu le 24 mai et donc les reports de voix des partisans de M. Kukiz y joueront un rôle important. Ce candidat incarnant la contestation du système, elles devraient profiter d’abord au candidat de l’opposition.

B

R È V E S

IMMIGRATION

CLANDESTINE

Près de 500 migrants secourus en Indonésie

Près de 500 migrants venus de Birmanie et du Bangladesh arrivés, hier, par bateau au large de la province d’Aceh, dans le nord- ouest de l’Indonésie, ont été secourus par les autorités, ont déclaré des responsables. «Nous avons été prévenus par des pêcheurs que des boat people étaient en difficulté en mer au nord d’Aceh», a déclaré Budiawan, le responsable des services de secours provin- ciaux. «Nous avons dépêché des équipes sur place et secouru 469 migrants, des Rohingyas de Birmanie et des Bangladais», a ajouté le responsable qui, comme de nombreux Indo- nésiens, n’a qu’un seul nom. «Il y a des femmes et des enfants parmi eux. Pour l’ins- tant, tout le monde est en sécurité», a-t-il as- suré. Les Rohingyas de Birmanie sont une minorité musulmane apatride, considérée par l’Onu comme l’une des plus persécutées au monde. Le responsable des secours a déclaré que les migrants seraient conduits dans un centre de rétention dans le nord d’Aceh. La police et les services de l’immigration y exa- mineront leurs dossiers, en particulier leurs motivations. Quelque 800.000 Rohingyas vi- vent confinés dans l’Etat de Rakhine (ouest de la Birmanie), dont 140.000 dans des camps, dans des conditions misérables. Pri- vés de nationalité par l’ancienne junte, ils sont soumis à des restrictions de voyage, de travail, d’accès à la santé ou encore au ma- riage. D’après un rapport du Haut commissa- riat aux réfugiés (HCR) à Bangkok, quelque 25.000 Rohingyas et Bangladais ont pris la mer pour émigrer par l’intermédiaire de pas- seurs entre janvier et mars de cette année - presque le double par rapport à l’an dernier.

MACÉDOINE

Poursuite des affrontements armés

Des tirs ont repris hier à Kumanovo, dans le nord de la Macédoine à la frontière avec le Kosovo, où des combats la veille entre les forces de l’ordre et un «groupe armé» ont fait au moins six morts dans les rangs de la po- lice. Un policier est décédé, hier, des suites de ses blessures au Centre des urgences de Skopje, portant à six le bilan des policiers morts dans ces affrontements, a-t-on appris de source médicale. Des hélicoptères des forces de l’ordre macé- doniennes survolaient Kumanovo et des tirs sporadiques d’armes automatiques réson- naient, hier, dans cette ville située à une qua- rantaine de kilomètres au nord de la capitale Skopje et qui a été samedi le théâtre de scènes de guérilla urbaine. Les combats de samedi ont également fait une trentaine de blessés parmi les policiers et un nombre in- déterminé de morts dans les rangs du groupe armé. Ce groupe est «venu d’un pays voi- sin», a indiqué la police sans l’identifier, mais la presse locale affirme qu’il s’agit du Kosovo majoritairement albanais.

GUINÉE

L’opposition suspend une manifestation pour privilégier le dialogue

Dans le souci de privilégier le dialogue poli- tique avec les partis de la mouvance et le pouvoir en place, le chef de file de l’opposi- tion guinéenne Cellou Dalein Diallo a an- noncé samedi, lors de l’assemble générale de son parti «la suspension de la manifestation» prévue le 11 mai prochain. «En commun ac- cord avec les autres membres de l’opposition, nous avons décidé de surseoir à la manifes- tation du lundi 11 mai pour favoriser le dia- logue», a indiqué Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des forces démocra- tiques de Guinée (UFDG) et chef de file de l’opposition. Selon lui, cette option de l’op- position est républicaine et vise à donner une chance de réussite aux pourparlers visant à apaiser la situation politique très tendue ces derniers temps, avec une série de violences sur les militants de l’opposition. M. Diallo n’a pas manqué de préciser qu’il serait dis- ponible à rencontrer le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé et tous autres acteurs afin de discuter du processus électorale entamé avec une divergence de vue entre les acteurs poli- tiques de la mouvance et de l’opposition.

Lundi 11 Mai 2015

El Moudjahid/Pub du 11/05/2015

Culture

16 EL MOUDJAHID

EL MOUDJAHID

17

MOHAMED SAÏD MAZOUZI DÉDICACE SON OUVRAGE À LA LIBRAIRIE DU TIERS-MONDE

Une longue page d’histoire

Une grande foule de lecteurs se pressait pour avoir une signature et quelques phrases dédiées par l’ancien combattant et homme politique Mohamed Saïd Mazouzi, à l’occasion de la sortie de ses Mémoires sous l’intitulé J’ai vécu le pire et le meilleur, qui viennent tout juste de paraître aux éditions Casbah.

I l y avait des personnalités et des moudja- hidine, à l’instar de Louisette Ighilahriz et de Djamila Bouhired, ainsi que de

vieux amis et compagnons de route allés à la rencontre de l’auteur qui, malgré ses 90 ans, était ravi et ému de retrouver tout ce beau monde qui a investi l’espace assez exigu de la librairie en quelques minutes, attendant impatiemment de dire des mots de félicita- tion ou simplement un bonjour à l’écrivain qui jouit d’une immense popularité en Algé- rie et qui tout en signant son ouvrage répon- dait aux questions d’une journaliste de la télévision. Dans la foulée des témoignages actuels des anciens militants de la cause nationale qui ont exercé des fonctions honorifiques et importantes au sein du gouvernement algé- rien, quelque temps après l’indépendance, en l’occurrence sous la présidence de Houari Boumedienne, l’auteur est connu pour avoir passé plus de dix sept ans dans les geôles co- loniales, le plus long emprisonnement qu’ai subi un algérien bien avant le déclenchement de la guerre de Libération nationale. S’il n’a pas pu participer pour cette raison directe- ment à la lutte armée , l’homme n’a pas seu- lement connu les affres de la détention prolongée et les pires sévices des militaires français qu’il évite dans ce livre de relater dans le détail, mais aussi presque tous les prisonniers politiques et leaders charisma- tiques du mouvement indépendantiste depuis l’éclosion du PPA à la création du FLN his- torique dans la clandestinité. Ces «Mémoires» volumineuses, qui cu- mulent plus de 400 pages, sont le fruit d’un travail de deux années. Elles sont rédigées dans un style prégnant et simple à partir d’un enregistrement recueilli par Lahcène Mous- saoui, un ami de longue date que l’auteur avait côtoyé alors qu’il était en poste à la Présidence de la République. «Ce travail de deux années qui pourrait paraitre fastidieux, j’affirme pour ma part ne l’avoir vécu ou subi comme tel. Bien au contraire, depuis que Si Moh Saa m’a solli- cité pour l’accompagner dans cet exercice, je l’ai ressenti comme un honneur qu’il me faisait, lui qui a refusé pendant un demi-siè- cle de se livrer, y compris avec des per- sonnes autrement plus indiquées que moi, dont le maitre Kateb Yacine», écrit le rédac-

Ph :Y. Cheurfi
Ph :Y. Cheurfi

teur de ces mémoires sur un militant de l’Al- gérie indépendante de la première heure qu’il considère comme un personnage fabu- leux, et surtout représentatif de tout un pan de l’histoire de notre pays; un passé glorieux qu’il est utile de relater aux jeunes généra- tions d’abord comme un ultime héritage mé- moriel à la propre descendance de l’auteur, et ensuite comme une parole précieuse qu’il faut sauver de l’oubli et la soumettre à l’opi- nion publique « Long récit pour un long par- cours. Pendant près d’un siècle, Si Mohamed Said Mazouzi a été témoin et protagoniste de tous les combats menés par le peuple algé- rien pour se libérer et bâtir un Etat moderne, juste. Un Etat de progrès, démocratique et social. Il y a forgé des convictions qui se sont greffées à un tempérament de battant, de ba- garreur. L’âge, la clandestinité, la prison, les épreuves de la vie et les exigences propres au combat politique… Ont quelque peu as- sagi l’homme en ses apparences, mais ils n’ont rien entamé sa détermination et son punch chaque fois qu’il s’est agi de défendre la liberté, la justice, la dignité humaine et l’intérêt du pays ou les intérêts des plus fai- bles. Profondément ancré dans sa société

EXPOSITION

mais résolument moderniste et progressiste assumé, il a été, pour ma génération, un mo- dèle de militant désintéressé et exigent, un responsable intègre et combien humain.», poursuit ce dernier dans son introduction à l’ouvrage. Nous conseillons vivement la lecture de ce livre d’un homme qui, comme il l’affirme sans ambages, ne prétend pas être un héros dont la tête est ceinte des lauriers d’un com- bat, mais simplement un acteur de la guerre qui, grâce à sa foi et son humilité, raconte par-delà l’histoire, une époque douloureuse mais combien exaltante par son esprit de so- lidarité. Tant de souvenirs qui émergent de la mé- moire d’un grand-père heureux du devoir ac- compli et du sacrifice de ses camardes. Même s’il ressent une amertume profonde pour les crises politiques qu’aura traversées le pays, il exhorte les jeunes d’aujourd’hui à mesurer et surtout méditer sur le combat de leurs aînés pour construire une Algérie unie dans sa diversité culturelle même, un pays qui affiche son émancipation seule garante de son épanouissement et de sa force dans tous les secteurs et les institutions du pays. Lynda Graba

« La saga de la création de la cinémathèque algérienne » à Alger

L'exposition "La saga de la créa- tion de la cinémathèque algérienne", regroupant des reproductions d'af- fiches de films, des photos de tour- nages et de coupures de presse datant des premières années de l'ins- titution cinématographique algé- rienne qui fête son cinquantenaire, a été inaugurée samedi dernier à Alger. Visible jusqu’au 9 juillet au Musée d’art moderne et contempo- rain d'Alger (MaMa), l'exposition propose de redécouvrir "l'âge d'or" de la cinémathèque algérienne à tra- vers les affiches numérisées et agrandies d’œuvres algériennes et étrangères projetées entre 1965 et le début des année 1970 à la cinéma-

thèque ainsi que les affiches des cy- cles thématiques ou de festivals organisés durant la même période. Exposés sur les deux étages du musée al- gérois, ces affiches sont agrémentées de re- productions de photos extraites de films marquants du 7 e art algérien comme "L'opium et le bâton" d'Ahmed Rachedi, "Hassen Terro" de Mohamed-Lakhdar Ha- mina et les œuvres du regretté Abderrah- mane Bouguermouh ou tournés à Alger à la

Abderrah- mane Bouguermouh ou tournés à Alger à la même époque comme "Z" du réalisateur grec

même époque comme "Z" du réalisateur grec Costa Gavras. En plus d'évoquer les réalisations qui ont fait de la cinémathèque algérienne un haut lieu de culture au lendemain de l’indépen- dance, l'exposition rend également hommage aux pionniers (hommes politiques, gestion- naires, techniciens, etc.) qui ont contribué à son essor. C'est le cas par exemple de Fran- çois Roulet, décorateur et affichiste français

arrivé à Alger au printemps 1962 et dont les dessins annonçant la pro- grammation de la cinémathèque sont

exposés, ou encore à travers les cli- chés du cinéaste américain d'origine autrichienne Josef Von Strenberg prises à Alger par le photographe Daniel Letrier, membre de l'équipe d'Ahmed Hocine, premier directeur de la cinémathèque disparu en avril

2014.

Le parcours de ces membres fon- dateurs est, par ailleurs, détaillé dans le catalogue de 160 pages de l'expo- sition avec des contributions signés de son commissaire Ahmed Béjaoui ou de Jean-Michel Arnold, autre membre fondateur de la cinéma- thèque.

Le cinquantenaire de la cinéma- thèque algérienne sera également l'occasion de voir ou de revoir des films d'époque algé- riens ou étrangers qui seront projetés à la salle de la cinémathèque d'Alger à partir du 10 mai. Un hommage sera aussi rendu à deux géants du cinéma algérien, Sid Ali Kouiret et Amar Laskri, disparus récemment, à tra- vers des expositions de photos dans le hall de la cinémathèque.

PATRIMOINE

Kalaâ Beni Rached une citadelle à découvrir

Kalaâ Beni Rached, située à 35 km au Sud-ouest de la ville de Relizane, est considérée avec la vieille ville de Mazouna parmi les sites historiques les plus connus de la région de la Dahra, qui nécessite des travaux de restauration pour sa réhabilitation en tant que site historique éminemment touristique. Kalâa Beni Rached, remontant à la période ottomane, a été un véritable pôle de rayonnement culturel et un joyau architectural, en témoignent certains de ses édifices qui affrontent les aléas du temps et attendent leur réhabilitation. Cette localité, dénommée également «Houara», a été édifiée au 16 e siècle, comme le rapportent certaines sources historiques qui indiquent que Kalâa Beni Rached porte le nom de son fondateur Rached Ben Mohamed, originaire de la tribu des Meghraoua. Les forces militaires ottomanes l’avaient utilisé à l’époque comme citadelle et fortification, selon les mêmes sources. Le site se distingue par ses venelles et étroites ruelles, sa vieille mosquée construite en 1734 par le Bey Bouchelaghem et son cimetière ottoman. Qalaat Beni Rached a été la terre natale de grands hommes de culte. Elle abrite quelque 336 mausolées. Comme pour marquer l’histoire de cette localité, un de ses habitants, Boualem Bouazza, a créé deux modestes musées dans lesquels sont exposés de vieux manuscrits, des ustensiles, des armes, des pièces historiques, des costumes traditionnels et des instruments de tissage utilisés dans la fabrication du célèbre tapis d’El Kalaa. Certaines de ces pièces datent de 5 siècles. Dernièrement, les autorités de wilaya ont entrepris plusieurs opérations pour restaurer et réhabiliter certains sites pour les sauver de la dégradation. Dans ce cadre, une enveloppe financière a été débloquée pour entreprendre des études et des travaux de restauration afin de donner à ce site historique toute l’importance qu’il mérite. Le directeur de la culture de la wilaya de Relizane, Meshoub Hadj, a indiqué que ses services ont déposé, pour la seconde fois, au niveau de la tutelle le dossier d’El Kalâa en vue de la classification du site pour bénéficier de toutes les dispositions réglementaires en vue de sa protection et de son exploitation en tant que destination touristique. Le même responsable a rappelé que des experts du Centre national de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques (CNRPAH) ont entrepris, en décembre dernier, des recherches sur le site d’El kalâa. Des instruments préhistoriques, des restes de poterie et des ossements appartenant à un rhinocéros, à des bovidés et des gazelles ont été découverts à l’intérieur de la grotte Mesrata. De son côté, le directeur de wilaya chargé du tourisme, Djilali Toualbia, a décidé d’intégrer cette localité à un circuit touristique devant permettre aux touristes et chercheurs de découvrir une région au riche passé historique mais qui n’a pas livré tous ses secrets. M. Toualbia a indiqué que l’ancienne unité de fabrication du tapis d’El-Kalâa, à l’arrêt depuis les années 80, sera converti en centre d’artisanat devant abriter tous les métiers séculaires faisant la réputation de la région comme la poterie, le tissage, la tannerie, le travail du doum, entre autres travaux artisanaux. Sur ce plan, il y a lieu de rappeler que le tapis de Kalâa Beni Rached aux motifs exceptionnels se distingue des autres travaux d’artisanat similaires. Œuvre exclusive des femmes, ce tapis est inspiré des arts andalou et maghrébin. Très apprécié et très demandé dans le passé, il était un élément incontournable du trousseau de la mariée.

BÉJAÏA

Accueil de la caravane « Khawa Fi Koul M’kane »

À l’initiative du ministère de la Jeunesse, et dans le cadre de festivités marquantes le 60 e anniversaire de la lutte de libération nationale, la caravane «Khawa Fi Koul M’kane (Frères en tous lieux) est arrivé hier dans la capitale des Hammadites. Composée d’une vingtaines d’artistes, sportifs, chanteurs, des- sinateurs, comédiens et universitaires de grand talent, cette cara- vane a élu domicile à la maison de la culture de Béjaïa et au camp de jeunes de Melbou sur la côte Est de la wilaya. Cette initiative permettra la rencontre de jeunes talents de différents horizons cul- turels et artistiques afin de promouvoir toutes les créativités dans un environnement de jeunes. Hier, l’esplanade de la maison de la culture de Béjaïa a connu une ambiance particulière où plusieurs artistes de différentes wi- layas ont présenté au public les travaux qu’ils ont réalisés. Les jeunes artistes auront à se rencontrer pour échanger leurs initia- tives. Un riche programme a été tracé, et Bejaïa sera certainement gâtée par cette pléiade de jeunes, dont c’est la première visite dans la wilaya pour certains. Rappelons que cette caravane a sillonné plusieurs wilayas avant d’arriver à Béjaïa. M. Laouer

2 es JOURNÉES THÉÂTRALES DE L’ISMAS

De nombreuses représentations à l’affiche

La pièce de théâtre Ennasf Edayaâ (La moitié perdue), une longue conversation tout en déchirement et en découverte de soi entre un brillant intellectuel, sa mémoire et sa conscience, mise en scène par Merouane Mansouri, a été présentée, samedi dernier à Alger, par l’association des «Artistes libres» d’Azzaba.

C ette pièce qui avait remporté en décembre dernier, à Mila, le "Milo d’argent" des jour-

nées internationales du théâtre ex- périmental a été la première d’un programme de douze œuvres pré- vues dans le cadre des secondes journées théâtrales organisées par l’Institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l’audiovisuel (Ismas) et qui se poursuivront jusqu’au 16 mai au siège de l’ins- titut. Sur la scène du petit théâtre deux comédiens de la troupe ont présenté une pièce dans un registre tragi-comique mettant en scène un intellectuel désemparé et dépressif, déçu d’avoir voué sa vie à des idéaux et objectifs inaccessibles, rattrapé par son passé qu’il avait

inaccessibles, rattrapé par son passé qu’il avait enfoui jusqu’à en oublier l’exis- tence. Deux jeunes

enfoui jusqu’à en oublier l’exis- tence.

Deux jeunes comédiens ont captivé, durant 70 mn, les quelques

THÉÂTRE

étudiants de l’institut présents à la représentation par des échange aussi drôles que violents à la redé- couverte d’une enfance perturbée et d’un passé d’étudiant rempli d’idéaux jamais atteints et d’échecs amoureux dans un décor minima- liste ne desservant pas tout les as- pects de la pièce écrite par le metteur en scène lui-même. Dédié à la création théâtrale, cet événement est ouvert au public et propose la scène de l’Ismas aux théâtres régionaux, aux coopéra- tives et aux associations artistiques ainsi qu’aux productions des étu- diants de l’institut. Au programme de ces journées des adaptations de textes du drama- turge Abdelkader Alloula dont "Kaddour lefhaymi", produite par

le théâtre régional de Bejaia, seront présentées au public en plus de la participation de metteurs en scène confirmés à l’instar de Djamel Ab- deli, Mohamed Islam Abbes ou en- core Haroune El Kilani. Les étudiants de l’Ismas présen- teront pour leur part une adaptation de "Mademoiselle Julie" du drama- turge suédois Auguste Strindberg. La troupe de théâtre amateur de Ta- manrasset prendra également par à la manifestation. Inaugurées samedi, les deuxième journées théâtrales de l’Ismas se poursuivront jusqu’au 16 mai au théâtre de l’institut avec une dizaine de représentations au programme en plus de débats et de rencontres thématiques.

Les Constantinois séduits par la pièce Youghourta

La pièce Youghourta, dont la générale a été donnée jeudi soir, a séduit le nombreux public constantinois présent au Théâtre ré- gional de Constantine (TRC).

Cette œuvre de l’association du nouveau théâtre des Issers (Boumerdès), écrite par le regretté Abderrahmane Madoui, pionnier de la bande dessinée algérienne, et mise en scène par Abderrezzak Kouadiri Habaz, dé-

crit le parcours

roi

numide Youghourta. Le public, qui a assisté à la première re- présentation de cette pièce, a été épaté par le talent du jeune Ahmed Deham, à l’image du

du

réalisateur Ali Aissaoui qui n’a pas tari d’éloges sur la prestation du personnage principal de l’œuvre. Le roi numide, fils de Mastanabal, frère de Micipsa et petit-fils du Grand Massinissa, n’avait d’autre souci que de protéger le royaume numide contre les romains. Il était tellement rusé, si expérimenté au plan mili- taire qu’il dérouta ses ennemis qui ne sa- vaient plus quoi faire, donner du crédit à ses offres de paix ou le combattre. Ce stratège, qui a brouillé toutes les cartes, avait fait preuve de la plus grande vaillance en menant de sanglantes batailles.

Son passage glorieux dans la capitale Cirta est détaillé dans cette pièce présentée à l’oc- casion de la manifestation «Constantine capitale de la culture arabe

2015».

Au fond, ce que craignait le plus You- ghourta, c’était la trahison. Il avait raison car, même s’il croyait pouvoir y échapper en multipliant les déplacements, il finira par être trahi par son beau-frère Bocchus, roi de Maurétanie qui l’a livré à Rome. La forte personnalité de Youghourta a été magnifiquement rendue dans cette œuvre théâtrale qui a suscité beaucoup d’émotion

et suscité, aussi, beaucoup de fierté chez les descendants de ce roi. L’objectif recherché à travers cette pièce, qui met en lumière une page glorieuse de l’histoire de l’Algérie et de Constantine, est de transmettre aux jeunes générations de se convaincre que le peuple d’Algérie possède un riche passé qui doit être davantage mis en valeur. Cette pièce théâtrale, huitième production de l’association du nouveau théâtre des Is- sers, sera encore présentée vendredi et sa- medi au grand public constantinois.

Publicité

des Is- sers, sera encore présentée vendredi et sa- medi au grand public constantinois. P ublicité

Lundi 11 Mai 2015

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du Lundi 22 Radjeb 1436 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du Lundi 22 Radjeb 1436
correspondant au 11 mai 2015 :
- Dohr
12h45
- Asr 16h33
- Maghreb
19h48
- Icha…………………21h20
Mardi
23
Radjeb
1436
correspondant au 12 mai 2015
- Fedjr 04h03
- Chourouq
05h44
 

Location

 

Particulier loue local de confection, situé à Bordj El Kiffan, équipé de toutes les machines.

Contacter le : 0793 75-16-48 0771 60-95-43

 
 

El Moudjahid/Pub du 11/05/2015

CONDOLÉANCES Le Président-Directeur Général, les Cadres Dirigeants, les Représentants des Travailleurs et

CONDOLÉANCES

Le Président-Directeur Général, les Cadres Dirigeants, les Représentants des Travailleurs et l’ensemble du personnel de l’entreprise, très émus par le décès :

Du frère de Monsieur BENMANSOUR Zaher, Membre du Groupe Mécanique. La femme de Monsieur AFFANE Saâd, cadre supérieur au Groupe Mécanique. Ainsi que le neveu de Monsieur LEMRABET Laid, membre du Conseil d’administration de l’EPE GERMAN. Présentent à ces derniers, ainsi qu’à toute leurs familles, en cette douloureuse occasion, leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde sympathie. Que Dieu Le Tout Puissant accorde aux défunts Sa sainte miséricorde, et les accueille en Son vaste paradis.

aux défunts Sa sainte miséricorde, et les accueille en Son vaste paradis. El Moudjahid/ Pub ANEP

El Moudjahid/Pub

ANEP 25011459 du 11/05/2015

Aujourd’hui le 11/05/2015, notre chère et adorable Princesse DJAOUIDA BENGAYOU fête ses 16 ans. En
Aujourd’hui le 11/05/2015, notre chère et adorable Princesse DJAOUIDA BENGAYOU fête ses 16 ans. En

Aujourd’hui le 11/05/2015, notre chère et adorable Princesse DJAOUIDA BENGAYOU fête ses 16 ans. En cette heureuse occasion, toute la famille et les amies lui souhaitent un joyeux anniversaire, une longue vie, Amour, Santé et Prospérité Incha’Allah.

El Moudjahid/Pub du 11/05/2015

PENSÉE

PENSÉE Cela fait déjà une année depuis le décès, le 9 mai 2014, de notre chère

Cela fait déjà une année depuis le décès, le 9 mai 2014, de notre chère maman, épouse et grand- mère BELMADANI épouse IHADDADENE Tassadit laissant derrière elle, un grand vide. Toute la famille demande à ceux qui l’ont connue et aimée d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire, et prie Dieu le Tout-Puissant de l’accueillir en Son vaste paradis. « À Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons. » Repose en paix.

El Moudjahid/Pub du 11/05/2015

CONDOLÉANCES

Très touchés par le décès du frère de Monsieur BENKALI Mohamed, membre du Conseil d’Administration de la société FILTRANS Spa. Le Président-Directeur Général, les cadres dirigeants, le secrétaire général du syndicat d’entreprise et l’ensemble du personnel de FILTRANS, lui présentent, ainsi qu’à sa famille, leurs sincères condoléances, et les assurent, en cette pénible circonstance, de leurs soutien et profonde sympathie. Que Dieu Tout-Puissant accorde au défunt Sa sainte miséricorde, et l’accueille en Son vaste paradis.

ANEP 207012 du 11/05/2015

CONDOLÉANCES

Le Directeur Général, le Directeur Général adjoint, ainsi que l’ensemble du personnel de l’Imprimerie officielle, très touchés par le décès du mari de Madame BENAMMAR Nadia, employée à l’Imprimerie officielle, présentent leurs sincères condoléances à cette dernière, et l’assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie. Qu’Allah Tout-Puissant accorde au défunt Sa sainte miséricorde, et l’accueil en Son vaste paradis. « À Dieu nous appartenons, et à Dieu nous retournons. »

El Moudjahid/Pub du 11/05/2015

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

CONDOLÉANCES

C’est avec vive émotion et une grande tristesse que Monsieur Youcef Yousfi, ministre de l’Énergie, Monsieur le Secrétaire Général du Ministère et le Chef de Cabinet, ainsi que l’ensemble du personnel du Ministère de l’Énergie et des Mines ont appris le décès de la regrettée mère de Monsieur Benmeradi Mohamed, Conseiller auprès de la Présidence de la République. En cette pénible et douloureuse circonstance, ils présentent leurs sincères condoléances à toute la famille de la défunte, et l’assurent de leur profonde compassion. Prions Allah le Tout-Puissant d’accorder à la défunte Sa miséricorde, et de l’accueillir en Son vaste paradis. « À Allah nous appartenons, et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 324072 du 11/05/2015

El Moudjahid/Pub

ANEP 206979 du 11/05/2015

Lundi 11 Mai 2015

Sp o rt s

30

EL MOUDJAHID

SEMI-MARATHoN « BouZID-SAâL » 8-MAI 1945 à SéTIF

Kenza Dahmani renoue avec la victoire

L’athlète Kenza Dahmani, sociétaire du NB Bordj Bou-Arréridj (NCBBA), a remporté la première place de la course des dames du semi-marathon international «Bouzid-Saâl» de la ville de Sétif, couru vendredi après-midi.

K enza Dahmani a gagné en de- vançant la jeune Riham Se- nani de l’AS Protection

Civile d’Alger et la Marocaine Had- jer El-Hadioui qui complète le po- dium. Après avoir terminé 2 e à l’issue du semi-marathon «Mostefa- Benboulaïd», le 21 mars dernier, à Arris, Kenza Dahmani est en train de retrouver progressivement la forme, après un long congé de ma- ternité. Chez les messieurs, la 1 re place est revenue au Marocain Mou- rad El-Banouri qui s’est imposé de- vant Mohamed Bellounis de Constantine et Slimane Mellouli d’Alger. Le Bahreïni Idriss Hassen s’est classé quatrième. Il y avait 876 concurrents sur la ligne de départ de cette course disputée sur une dis- tance de 17 kilomètres, courue au

disputée sur une dis- tance de 17 kilomètres, courue au départ devant le siège de la

départ devant le siège de la wilaya et qui a arpenté les artères princi- pales de la capitale des Hauts Pla- teaux. Le semi-marathon de Sétif, bap- tisé au nom de «Bouzid-Saâl», le premier martyr des massacres du 8- Mai 1945, se déroule chaque année. Cette édition 2015 entre dans le cadre des festivités commémora- tives du 70 e anniversaire des massa- cres du 8-Mai 1945, les assassinats commis par la France coloniale, son armée et les colons civils. Notons, enfin, que cette édition 2015 consti- tue la 9 e étape du Circuit national des courses sur route «Mobilis». La 10 e étape se déroulera vendredi 15 mai à Tizi ouzou, et sera suivie de l’étape de Mascara, le 23 mai. Nabil Ziani

Résultats

techniques :

Hommes 1- Al Banouri Mourad (Maroc)

2- Mohamed Bellounis (Constantine) 3- Slimane Melouli (Alger)

Dames 1- Kenza Dahmani (NC Bordj Bou-Arreridj) 2- Riham Senani (AS

Protection Civile Alger)

3- Hadjer Al Hadioui (Maroc).

CHAMPIoNNAT D’ALGéRIE DE BASKETBALL (SENIoRS DAMES)

Les Pétrolières décrochent un 3 e titre consécutif

Les basketteuses du GS Pétro- liers ont décroché, pour la troi- sième année consécutive, le titre de champion d’Algérie, après leur victoire face à l’oC Alger (78-49), lors de la dernière journée des play-off disputée samedi à la salle d’Hydra (Alger). Grâce à ce suc- cès, les Pétrolières qui ajoutent un 8 e titre national à leur palmarès, re- présenteront l’Algérie lors du pro- chain championnat d’Afrique des clubs champions. Après un début de match disputé et marqué par un jeu haché avec 15 fautes com- mises, les joueuses du GSP ont réussi à prendre un léger avantage

à la fin du premier quart-temps

(17-13). Dans le deuxième quart- temps, les Pétrolières ont pu ap- puyer sur leur secteur intérieur, avec notamment la pivot congo- laise Marie Mfutila (29 points, 18

rebonds) pour prendre douze points d’avance (34-22). Au retour des vestiaires, les joueuses du coach Yacine Bellal ont continué à s’appuyer sur les joueuses inté- rieures avec une nette domination au rebond, 45 prises, dont 14 offen- sives, mais les olympiennes ont réussi une belle fin de quart-temps infligeant un (12-0) au GSP pour revenir à 8 points (47-39), après avoir compté plus de 20 points de retard. Dans le dernier quart- temps, les joueuses du GSP ont re- pris leur avance au score avec un «run» offensif (11-0) qui a mis Ko les olympiennes. Les Pétrolières

concluent le match avec une large victoire (78-49) et décrochent un troisième titre consécutif. L’entraî- neur du GS Pétroliers Yacine Bellal s’est montré soulagé après la consécration de ses joueuses esti-

soulagé après la consécration de ses joueuses esti- mant que ce titre est amplement mérité. «Nous

mant que ce titre est amplement mérité. «Nous avons dominé le championnat de bout en bout. Je pense que cette consécration est

méritée. Je tiens à remercier mes joueuses pour les efforts fournis tout au long de la saison mainte- nant il reste la coupe pour décro-

cher le doublé qui nous a échappé la saison dernière», a déclaré Bellal à l’APS. De son côté, l’entraîneur de l’oC Alger, Djamel Khelifa, a estimé que ses joueuses ont raté leur match aujourd’hui et que son équipe a été victime de l’arbitrage. «Nous avons raté l’occasion de dé- crocher le titre cette saison, il nous reste encore la coupe pour essayer de sauver les meubles. Pour le match d’aujourd’hui, la pression nous a été fatale. Nous nous sommes précipités en attaque et en commettant beaucoup de fautes en défense», a déclaré Khelifa. Le GSP obtient, à cette occa- sion, son 8 e titre dont le 3 e consé- cutif après ceux de 1998 et 1999 avec (ex-MC Alger), et 2009, 2010, 2011, 2013, 2014 et 2015, sous sa nouvelle appellation (GSP).

AFRoBASKET-2015 (HoMMES ET DAMES)

Les Algériens connaissent leurs adversaires

L’équipe algérienne de basket «messieurs» a été versée dans le groupe D des championnats d’Afrique des nations (AfroBas- ket-2015) prévu du 19 au 30 août prochain en Tunisie, aux côtés de la Côte d’Ivoire, du Cap-Vert et du Zimbabwe. L’Algérie, à l’instar du Sénégal et de la République Cen- trafricaine, a bénéficié d’une Wild card (invitation) pour prendre part au rendez-vous de Tunis, dont le vainqueur sera qualifié aux jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016. La sélection nationale avait,

dans un premier temps, raté sa qua- lification pour l’AfroBasket 2015 à l’issue du tournoi de qualification (Zone 1) qui s’est disputé en aller- retour. Elle s’était imposée à domi- cile face au Maroc (81-80), avant de s’incliner lors de la manche re- tour (84-71). De leur côté, les Al- gériennes joueront dans le groupe B, aux côtés de l’Angola et du Sé- négal, en plus de l’équipe qualifiée de la zone 2, celle de la zone 3 et la sélection qui bénéficiera de la Wild Card. La sélection algérienne de basket-ball (dames) a décroché

sélection algérienne de basket-ball (dames) a décroché sa qualification pour l’Afrobasket- 2015, en remportant la

sa qualification pour l’Afrobasket- 2015, en remportant la double

confrontation face à son homo- logue marocaine pour le compte du

tournoi de qualification de la Zone 1 à Staoueli (Alger). Large vain- queur de la première manche sur le score de 72 à 43, les Algériennes ont également remporté la seconde confrontation sur le score de 55 à 44. Deux nations obtiendront leur ticket après les éliminatoires de la zone II et Zone III et le dernier bil- let sera attribué à travers le système de Wild Cards. L’AfroBasket dames 2015 est qualificative aux jeux olympiques de Rio de Janeiro-2016

SPoRTS MéCANIquES : CHAMPIoNNAT NATIoNAL DE LA CouRSE DE CôTE

Les pilotes de Birkhadem et de Dély Ibrahim dominent

Les pilotes de l’ES Birkhadem et du NR Dély Ibrahim ont dominé la 5 e épreuve du championnat national de la course de côte organisée, vendredi et samedi, par la Fédéra- tion algérienne des sports mécaniques (FASM) sur la route nationale N o 30 reliant M’Chedallah à Saharidj (Bouira),

avec la participation de 120 sportifs venus de plusieurs wi- layas du pays. Pour la catégorie des véhicules proto, la pre- mière place est revenue au pilote du NRDI, alors que dans

la catégorie appelée VHC (Véhicules historiques de compé-

tition), c’est le pilote Benredjil Mourad du club de Blida qui

a remporté la première place. Dans la première catégorie

(R1), Benchaâbane Yazid (ES Bir Khadem) a été classé pre- mier. Selon les résultats finaux établis par les organisateurs, les pilotes Achir Amine du club d’El-Mouradi (Alger), Beg- gar Mohamed du NRDI, Beggar Amine de l’ES Birkhadem et Doud Lotfi du club de Blida, ont remporté les premières places de leurs catégories respectives (R1) (R2) (R3) (R4) (R5). Dans le classement général, c’est le pilote Beggar Amine de l’ES Birkhadem (Alger) qui a remporté ainsi le grand prix de cette cinquième épreuve du championnat na- tional de la course de côte (Auto-moto) qui s’est déroulée

de la course de côte (Auto-moto) qui s’est déroulée sur un circuit de 2.700 km, selon

sur un circuit de 2.700 km, selon les détails obtenus auprès des organisateurs de cette manifestation sportive, qui s’est déroulée en présence d’un public nombreux. Pour la course moto, qui a connu la participation de trois catégories, les pi- lotes Bouchneb Mustapha du club d’El-Achour (Alger), Lar-

bès Mohamed El-Djilali de Médéa, et Ben Tata Abdennour de la Gendarmerie nationale, ont enregistré de bons records et remporté les premières positions de chaque catégorie, a précisé Ali Laâmri, président de la Ligue des sports méca- niques de Bouira. Des trophées ainsi que des prix et ca- deaux ont été décernés aux meilleurs pilotes qui se sont distingués lors de cette course et ce lors d’une cérémonie grandiose organisée au niveau d’Akham Lârche de Saharidj. «La course a eu lieu dans de bonnes conditions malgré quelques dérapages ayant entaché cette manifestation, qui n’a pas trouvé de soutien financier et matériel de la part des autorités municipales de M’Chedallah et celles de la wilaya ce qui explique les carences qui a marqué les deux jours de l’évènement», a souligné M. Laâmri dans une déclaration à l’APS, tout en évoquant le problème d’hébergement auquel ont fait face les invités de M’Chedallah. Le même respon- sable a saisi cette occasion pour lancer un appel aux pou- voirs publics pour qu’ils accordent davantage d’intérêt et apportent du soutien nécessaire à cette discipline. «Bouira, de par sa nature montagneuse, offre d’importantes possibi- lités de réussir ce genre d’évènement sportifs», a-t-il dit.

Sp o rt s

31

EL MOUDJAHID

Si-AHMedAoUedJ, MiLieU de terrAin dU MCA :

« Nous ferons le nécessaire pour sauver le Mouloudia »

Vous avez été tenus en échec par l’USMH. Un résultat qui ne fait pas du tout vos affaires… Malheureusement, tel est le cas, et ce malgré notre vouloir et notre détermination

à arracher les trois points face aux Harrachis.

C’était un match difficile, comme on s’y at- tendait, face à une bonne et solide équipe de l’USMH. on a fait de notre mieux, mais on n’a pas gagné au final, malgré tous les efforts fournis. C’est vraiment dommage.

Qu’est-ce qui vous a manqué dans ce match pour faire la différence ? on s’est créé de bonnes occasions, seule- ment, on n’a pas réussi à les mettre au fond, le plus souvent par malchance. il faut avouer qu’en face il y avait une équipe harrachie difficile à manier, et ce n’est certainement pas par hasard qu’elle est classée deuxième aux points. on a été présents, surtout en se- conde période. La première mi-temps a été vraiment serrée et on n’a pas réussi à trouver la faille. Le coach vous a certainement secoués à la mi-temps, n’est-ce-pas ? tout-à-fait. Surtout que le Mouloudia a besoin de points pour assurer son maintien. Finalement, on s’est contentés d’empocher un seul petit point, qui ne fait nullement nos affaires. Je voudrais ajouter autre chose

Allez-y… J’estime que l’arbitre Amalou a privé le Mouloudia de deux penalties, dont un qu’il devait siffler pour moi, en première mi- temps, lorsque j’ai été déséquilibré en pleine surface de réparation sans, hélas pour le MCA, qu’il ne bronche. Le second, en 2 e mi- temps, suite au fauchage de Gourmi en plein 18 mètres. C’est vraiment dommage. Sur la faute commise sur vous, on es- time qu’il y avait penalty, mais pas sur l’action de Gourmi qui a bien simulé sa chute, comme on a pu bien le voir… Je pense que les images de la télévision permettront à chacun de se faire une idée précise sur ce que chacun avance. Parce que parfois, à chaud, il nous arrive de nous trom- per. Vous avez ouvert la marque pour votre équipe. À ce moment-là, on croyait que le Mouloudia avait fait le plus dur, hélas, pour votre équipe, l’USMH a fini par éga- liser ! C’est vrai, qu’en ouvrant la marque après maints efforts fournis par notre équipe, on se sentait capable de tuer le match. Mais, l’égalisation de l’USMH sur une action anodine a compliqué notre mission. L’USMH a marqué sur l’unique occasion, pourtant anodine, qui s’est présentée à elle.

occasion, pourtant anodine, qui s’est présentée à elle. Malgré l’apport de votre merveilleux public, la victoire

Malgré l’apport de votre merveilleux public, la victoire vous a échappé… eh oui, et dieu sait qu’on voulait telle- ment leur faire plaisir.

Le MCA dispose de fans formidables qui sont toujours derrière leur équipe. Franche- ment, on est désolé de ne pas leur avoir pro- curé la joie et le bonheur qu’ils espéraient. Le football est ainsi fait. on ne peut gagner à tous les coups, malgré notre bonne volonté. Le Mouloudia n’est pas encore tiré d’affaire pour ce qui est du maintien. Ap- préhendez-vous les trois matchs qui vous restent ? Ce qu’il faut savoir, s’est qu’en fera tout pour sauver le MCA de la relégation. Cela est de notre devoir et de notre responsabilité. Je ne peux même pas imaginer une seconde le Mouloudia en Ligue-2. il ne faut pas ou- blier qu’on a réussi une remontée spectacu- laire. on fera le nécessaire pour que le MCA évite les affres de la relégation. Mohamed-Amine Azzouz

Hamed Gaâga (USMBA) convoité par la JSK

L’excellent et prometteur jeune milieu de terrain défensif de l’USM Bel-Abbès, et in- ternational olympique, Hamed Gaâga, est sur les tablettes de la JS Kabylie. Vu son talent et ses immenses qualités, avec une marge de progression assez intéressante, Gaâga ne laisse pas indifférents les recruteurs. La JSK le veut. Ainsi, avec le latéral gauche, Cherifi, lui aussi international olympique et joueur de l’USMBA que la JSK veut faire venir, Gaâga fait, lui aussi, partie de la liste des joueurs à recruter au sein de l’effectif des Canaris. M.-A. A.

LiGUe 1-MoBiLiS (27 e JoUrnée)

Le titre se rapproche pour l’ESS

L’Aigle noir poursuit son envo-

lée vers un septième sacre. L’en- tente de Sétif, auteur d’une victoire

à l’arrachée (2-1) face au malheu-

reux finaliste de la Coupe d’Algé-

rie,

poursuivants immédiats. À l’issue de cette 27 e journée, marquée par de nombreuses surprises, le rC Arbaâ voit sa situation se compli- quer un peu plus, par contre. Les camarades de Mokdad ne sont plus qu’à une petite marge du premier relégable. C’est aussi le cas de beaucoup de formations, à l’image du MCA et de la JSK. À Bologhine, dans le derby des extrêmes, le Mouloudia, dans une position inconfortable, a été forcé au partage des points par

creuse l’écart avec ses

l’USMH (1-1). Un résultat qui

n’arrange guère les deux forma- tions, dans la mesure où les pou-

lains de Charef perdent du terrain devant le leader. de leur côté, les joueurs du coach par intérim, Ka- rouf, se sont inclinés face à leur

bête noire (1-0). Se distinguant par

un jeu débridé et un manque fla- grant d’inspiration et de coordina- tion, les Canaris ont été logiquement déplumés par le Cha- bab de Belouizdad, beaucoup

mieux organisé sur le terrain. Ainsi, la JS Kabylie continue de battre de l’aile, alors que le CrB se hisse sur le podium. L’ASo Chlef respire après son succès face au

MC el-eulma (2-1). Une précieuse

victoire qui redonne de l’espoir aux

camarades de tedjar, qui revien- nent de loin, à trois journées de la fin du championnat, à égalité de points avec MC el-eulma, premier relégable. de son côté, le nA Hus- sein dey, vainqueur au forceps de l’USM Bel-Abbès (1-0), cède la position de lanterne rouge à son ad- versaire du jour. Par ailleurs, la JS Saoura a réalisé une bonne opéra- tion, en s’imposant difficilement face à la formation de l’USMAlger (3-2), qui s’éloigne désormais du titre. L’équipe de Béchar quitte pro- visoirement la zone de relégation, grâce aux trois points empochés au terme d’une partie très disputée. À oran, le Chabab de Constantine a créé la surprise en venant à bout de

l’ASMo, dans une rencontre assez plaisante (0-1). Une performance qui permet aux Sanafirs de prendre leur distance avec la zone de dan- ger. Par ailleurs, le sommet de cette manche n’a pas tenu ses pro- messes. Le Mo Béjaïa et le MC oran se sont neutralisés (0-0) au terme d’une confrontation terne, dominée

Résultats de la 27 e journée

- JSS 3 - USMA 2

- ESS 2 - RCA 1

- JSK 0 - CRB 1

- MCA 1 - USMH 1

- NAHD 1 - USMBA 0

- AS0 2 - MCEE 1

- ASMO 0 - CSC 1

- MOB 0 - MCO 0

par l’aspect tactique surtout. Un ré- sultat négatif qui ne fait guère les affaires des deux équipes dans la course au titre. Rédha M.

 

Classement :

Pts

J

1. eS Sétif

44

27

2. Mo Béjaïa

40

27

— MC oran

40

27

— Cr Belouizdad

40

27

— USM el-Harrach

40

27

6 .CS Constantine

38

27

7.

ASM oran

37

27

USM Alger

37

27

9.

rC Arbaâ

35

27

JS Kabylie

35

27

–. MC Alger

35

27

JS Saoura

35

27

13.

ASo Chlef

34

27

MC el-eulma

34

27

15.

nA Hussein dey

33

27

16.

USM Bel-Abbès

32

27

nAHd

Bouzidi partant en fin de saison

L’entraîneur du nA Hussein dey (Ligue-1 al- gérienne de football), Youcef Bouzidi, a affirmé qu’il quitterait son poste à la fin de la saison «quel que soit le sort» de l’équipe qui lutte pour son maintien. «Je quitte- rai le nAHd à la fin de la saison, que ce soit en cas de maintien ou de reléga- tion. C’est la décision que

j’ai prise et je ne suis pas prêt d’y revenir dessus»,

a indiqué Bouzidi, samedi

soir, à la radio nationale. Le nAHd, qui patauge dans les profondeurs du classement depuis le début de l’exercice, reste sur deux victoires de rang, dont celle décrochée samedi dernier à do- micile face à l’USM Bel-Abbès (1-0), un succès qui a permis aux «Sang et or» de quitter la dernière place du classement pour la laisser à leurs adversaires du jour. «Je refuse tout poste au sein du nAHd pour la sai- son prochaine, que ce soit en tant qu’entraîneur, ou bien comme mana- ger général», a souligné Bouzidi. revenant sur la victoire précieuse décrochée face à l’USMBA, le coach du nasria a salué d’abord le «sou- tien indéfectible du public, qui est pour beaucoup dans ce succès». «nos supporters ont été exemplaires lors de cette rencontre, en encou- rageant les joueurs, même dans les moments difficiles de la partie. en ce qui nous concerne, nous avons assuré l’essentiel, mais le maintien est encore loin à décrocher», a enchaîné le technicien nahdiste. Bouzidi

avait succédé à l’entraîneur Meziane ighil, limogé par la direction suite

à une altercation avec le directeur sportif, nicolas Anelka.

Meziane ighil, limogé par la direction suite à une altercation avec le directeur sportif, nicolas Anelka.

ALi MeCHiCHe, entrAîneUr de L’USM BeL-ABBèS :

« Ne pas abdiquer »

«C’est une défaite pour le moins amère que nous venons de subir, face à un adversaire dans la même position que nous», a déclaré l’entraîneur de l’USMBA Ali Mechiche, samedi après-midi au stade du 20-Août d’Alger, à la fin de la rencontre face au nAHd. À l’issue de cet échec, la formation de Bel- Abbès se retrouve en position de lanterne rouge, à la place de son bourreau du jour. «on ne méritait vraiment pas de perdre cette partie. nous avions très bien su gérer le cours du jeu, jusqu’au pénalty sifflé par M. Aouina, que je trouve quand même sévère. Avec une bonne organisation tac- tique et la volonté affichée par mes joueurs, nous avions réussi à neutraliser notre adversaire, en nous créant de belles occasions sur contre. À présent, il faut oublier ce match et se concentrer sur le reste du par- cours. Ça ne sert à rien de s’attarder dessus ou de po- lémiquer», a-t-il ajouté, en refusant d’abdiquer. «Je ne vous cache pas que la situation est compliquée. Cela va être difficile d’aller chercher le maintien. néan-

moins, je peux vous assurer que nous n’allons pas baisser les bras. nous allons nous battre jusqu’au bout. il reste encore trois matchs. Mathématiquement, on a encore des chances.» Lors de la prochaine journée, l’USM Bel-Abbès reçoit l’ASo Chlef avant d’aller croiser le fer avec la JS Saoura, à Béchar. Les cama- rades de Bennaï accueillent le Mo Béjaïa pour le compte de la 30 e et dernière journée du championnat. «notre position est délicate, certes. toutefois, l’écart est très serré entre les formations en danger. Si on rem- porte notre prochain match face à Chlef, on pourra souffler. notre sort dépendra aussi des confrontations entre les formations mal classées lors des trois der- nières journées du championnat», a-t-il souligné en in- sistant sur le fait que l’USMBA a mal entamé sa saison. «L’équipe n’a pas eu un bon parcours lors de la pre- mière phase du championnat. C’est la raison pour la- quelle elle se trouve dans cette situation.» R. M.

SPortinG LiSBonne

Slimani sera prêt pour la finale de la coupe du Portugal

L’attaquant international algérien du Sporting Lisbonne, blessé à la cuisse, devrait se remettre sur pied en vue de la finale de la coupe du Portugal de football, le 31 mai face au Sporting Braga, a rapporté, hier, la presse locale. Le joueur algérien a déjà raté les ren- contres de cette fin saison en étant ab- sent lors des deux derniers matchs de

son équipe en championnat, face à Mo- reirense et nacional. L’entraîneur du Sporting, Marco Silva, ne veut prendre aucun risque pour le faire jouer avant la finale, précise la même source. À trois jour-

avant la finale, précise la même source. À trois jour- nées de l’épilogue, le Sporting Portugal

nées de l’épilogue, le Sporting Portugal est certain de disputer la saison pro- chaine la Ligue des Champions. Le club lisboète occupe la 3 e place avec 69 points et dépasse largement son pour- suivant immédiat, le FC Braga de 14 points, avant le déplacement dimanche à estoril. Slimani (26 ans), auteur de 11 buts en «Liga Sagres», 13 toutes

compétitions confondues, devrait quit- ter le Portugal cet été. Les formations anglaises de tottenham et Leicester City sont sur ses traces.

Lundi 11 Mai 2015

MON N A IE L'euro à 1.028$
MON N A IE
L'euro à 1.028$
D E R N I E R E S

D

E

R

N

I

E

R

E

S

D E R N I E R E S
PÉTROLE Le Brent à 64.58 dollars
PÉTROLE
Le Brent
à 64.58
dollars

ALGERIE - FRANCE

Réunion d’évaluation d’étapes du COMEFA

M onsieur Abdessalem Bouchouareb, minis- tre de l’Industrie et

des Mines, coprésidera, en com- pagnie de M. Laurenet Fabius, ministre des Affaires étrangères

et du Développement internatio- nal français, la réunion d’éva- luation d’étapes du Comité mixte économique algéro-fran- çais (COMEFA), demain à 11h30 au niveau de l’hôtel El- Aurassi, à Alger, en présence de M. Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères. À l’ordre du jour de cette réunion, les politiques écono-

l’ordre du jour de cette réunion, les politiques écono- miques et industrielles des deux pays, l’avancement

miques et industrielles des deux pays, l’avancement des projets

de partenariat industriel et pro- ductif, après la deuxième ses-

sion du Comité intergouverne- mental de haut niveau, qui s’est tenue le 4 décembre 2014, à Paris, sous la coprésidence de M. Abdelmalek Sellal, Premier ministre, et de M. Manuel Valls, Premier ministre français, ainsi

que l’encouragement de la coo- pération et les actions favorisant les contacts entre les PME des deux pays. En marge de cette réunion, il est programmé la signature de plusieurs accords intentionnels

et économiques de partenariat

entre les deux pays.

SÉISMEAU NÉPAL

L’équipe spécialisée de la Protection civile achève sa mission

L’équipe spécialisée des se- couristes de la Protection civile, dépêchée au Népal au lende- main du violent séisme qui avait frappé ce pays, a achevé sa mis- sion et devait regagner Alger hier soir, a indiqué un commu- niqué de la Direction générale de la Protection civile. «Nos équipes ont quitté la capitale Katmandou, tôt ce matin, à bord d’un avion militaire algérien et regagneront l’aéroport de Bou- farik ce soir, après une escale à Doha», a précisé la même source. L’équipe de secours, composée de 70 secouristes dont deux médecins urgentistes, s’est rendue sur les lieux dans le cadre de la mobilisation interna- tionale aux côtés de ce pays

de la mobilisation interna- tionale aux côtés de ce pays pour l’aider à faire face aux

pour l’aider à faire face aux conséquences de cette catas- trophe naturelle. Les éléments

du détachement de la Protection civile ont été reçus, vendredi dernier, par le premier responsa-

ble de l’Armée népalaise «à titre de reconnaissance et de remer- ciement à l’État algérien pour ses aides financières, tech- niques, logistiques et médi- cales», a-t-on souligné. Le Président de la République, Ab- delaziz Bouteflika, avait décidé l’octroi d’une aide financière d’un montant d’un million de dollars, de même que la mobili- sation de moyens conséquents

en guise d’assistance d’urgence, suite au séisme destructeur qui

a frappé le Népal. L’aide de

l’Algérie a consisté en l’envoi de médicaments, de tentes, de couvertures et d’autres équipe- ments nécessaires pour la prise en charge des sinistrés et des blessés.

UNION POUR LAMÉDITERRANÉE

Participation de l’Algérie à la 11 e session de l’Assemblée parlementaire

Une délégation du Conseil de la nation prendra part aux travaux de la 11 e session de l'Assemblée parlementaire de l'Union pour la méditerranée (UPM), prévue à par- tir d’aujourd’hui à Lisbonne (Portugal), a indiqué, hier, un communiqué du Conseil. Les participants examineront, deux jours durant, les projets de résolution des commissions des droits de l'homme, de la protection des migrants et des investisse-

ments en Méditerranéenne ainsi que la coo- pération en matière de tourisme, des éner- gies et des éco-villes. Le projet de résolution de la commis- sion des droits de la femme dans les pays euro-méditerranéens sera également exa- miné par les participants, ajoute le commu- niqué. Les réunions de Lisbonne verront la tenue du 2 e sommet des présidents de par-

lement des pays membres de l'UPM, prévu aujourd’hui. Les participants aux travaux du sommet examineront le thème de «L'im- migration, l'asile politique et les droits de l'homme dans la région euro-méditerra- néenne». Le premier sommet des présidents de parlement des pays membres de l'UPM s'était tenu en avril 2013 à Marseille.

SESSION DE L’ALESCO

L’Algérie prend part en Jordanie à la 5 e session

L’Algérie sera représentée aux tra- vaux de la 5 e session extraordinaire de l’Organisation arabe pour l’éducation, les sciences et la culture (Alesco), prévue demain en Jordanie, par la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghe- brit. La délégation algérienne aux tra- vaux de cette session sera conduite par M me Benghebrit, en sa qualité de prési- dente de la Commission nationale de l’éducation, de la culture et des sciences. La session qui sera présidée par M me Benghebrit examinera, en particulier, le «projet de plan d’action de l’organisa- tion».

ALGÉRIE - MOLDAVIE

Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d’Algérie en Moldavie

Le gouvernement de la République de Moldavie a donné son agrément à la nomination de M. Hocine Bous- souara, en qualité d'ambassadeur extra- ordinaire et plénipotentiaire de la République algérienne démocratique et populaire auprès de la République de Moldavie, avec résidence à Kiev, a indiqué, hier, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

MINES COLONIALES

Plus de 3.000 engins détruits en avril 2015

Plus de 3.000 mines datant de l’ère coloniale ont été découvertes et détruites en avril 2015, dans le cadre des opéra- tions de déminage menées par les unités de l’Armée nationale populaire (ANP) tout au long des frontières est et ouest du pays, a-t-on appris, hier, de source offi- cielle. Durant le mois d’avril, 3.061 mines, dont 249 mines antipersonnel et 214 mines anti-groupes, ont été décou- vertes et détruites au niveau de la 2 e Ré- gion militaire. Au niveau de la 5 e Région militaire, 2.586 mines antipersonnel, 9 mines anti-groupes et 3 mines éclairantes ont été découvertes et détruites. Cela porte le total général des mines décou- vertes et détruites, à la date du 30 avril 2015, à 771.427 mines, soit 650.766 mines antipersonnel, 115.950 mines anti- groupes et 4.711 mines éclairantes», pré- cise la même source.

« CONSTANTINE, CAPITALE DE LACULTUREARABE-2015 »

Édition d’un recueil de chants enseignés par l’imam Benbadis

Un recueil de chants religieux et patrio- tiques enseignés aux écoliers par l’imam Abdelhamid Benbadis, de son vivant, vient d’être édité et sera distribué dans les écoles primaires, a indiqué, hier, le président de la Fondation Benbadis, Abdelaziz Filali. Ce recueil, réalisé à l’initiative de la Fondation, est composé de deux parties, la première consacrée aux chants religieux, agrémentée d’un aperçu sur la vie du Prophète (QSSSL), et la seconde dédiée aux chants patriotiques, a précisé M. Filali. Écrits par plusieurs poètes parmi lesquels Mohamed- Laïd El-Khalifa, les textes de ces chants re- prennent les valeurs essentielles pour

de ces chants re- prennent les valeurs essentielles pour lesquelles l’imam avait lutté en matière de

lesquelles l’imam avait lutté en matière de religion musulmane et d’amour de la patrie,

a souligné M Filali, insistant sur l’impor-

tance de «ressusciter» les méthodes d’ensei- gnement prônées par Benbadis. Le recueil comprend une quinzaine de chants religieux et patriotiques arrangés spécialement, à l’époque, pour les élèves des écoles relevant de l’association des Oulémas musulmans al- gériens, a-t-il encore ajouté. Affirmant que ce petit ouvrage a été réalisé dans le cadre de la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe-2015», M. Filali a fait sa- voir que la distribution du recueil sera effec- tuée à la prochaine rentrée scolaire.

COMMERCE

Le marché Bettou de Constantine sera rouvert « avant Ramadhan »

lement sur le remplacement de la toiture, le revêtement du sol, la réfection des mûrs et la reprise des installations électriques. Les travaux de rénovation du marché avaient été lancés, au début du mois de mars dernier, au titre d’une «opération d’ur- gence» décidée aussitôt après le sinistre, a rappelé la même source, précisant qu’une

Les travaux de rénovation du marché couvert Bettou (centre de Constantine), ra- vagé en février dernier par un incendie, «ti- rent à leur fin et seront achevés avant le mois de Ramadhan», ont affirmé, hier, les services de la commune. Les travaux en cours dans cet espace commercial, l’un des plus fréquentés de la ville, portent essentiel-

enveloppe de plus de 100 millions de dinars

a été mobilisée pour la conduite des travaux.

S’étendant sur une superficie de 3.000 m 2 , le marché Bettou, anciennement «Garage

Ferrando» avant sa transformation en es- pace commercial au début des années 1980, abrite 112 locaux commerciaux.

MDN

Saisie de 30kgde kif traité à Béni Saf et arrestationde 15 immigrants clandestins à InGuezzam

Une quantité de 30 kilogrammes de kif traité a été saisie à Béni Saf durant les dernières 24 heures par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) qui ont également arrêté 15 immigrants clandestins à In Guezzam, a indiqué, hier, le ministère de la Défense natio- nale (MDN) dans un communiqué. «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la contrebande et le crime organisé, des éléments des garde-côtes relevant du secteur opérationnel d’Aïn Témou- chent (2 e Région militaire) ont saisi, sa- medi 8 mai 2015 à 18 miles au nord de Béni Saf, une quantité de 30 kilo- grammes de kif traité», relève la même source. En outre, un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel d’In Guezzam (6 e Région militaire) a intercepté quinze immigrants clandestins de dif- férentes nationalités africaines, ajoute le communiqué.